Navigation – Plan du site
La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839-fin des années 1920)
Lieux de savoir : institutions et réseaux

Les milieux agronomiques européens et la formation d’un modèle agricole italien au XIXe siècle

Andrea Maria Locatelli et Paolo Tedeschi
p. 299-309

Résumés

Le présent article montre le processus de renouvellement des connaissances agronomiques italiennes par la circulation des savoirs venant des campagnes européennes. Le réseau international formé par les agronomes influence et favorise la création d’un savoir agronomique national et d’institutions qui le gèrent. On forme un modèle agricole italien qui mélange la recherche scientifique et les pratiques empiriques. Les résultats des expériences et des études sont partagés lors des congrès et publiés avec les notes sur les innovations expérimentées dans les pays transalpins. Au début, la diffusion du savoir-faire agronomique moderne est toutefois limitée car le réseau compte un petit nombre d’aristocrates et de riches bourgeois. Après l’unification, le réseau s’élargit grâce au soutien des institutions publiques et à la création de nouvelles écoles d’agriculture, des consortiums et des coopératives agricoles, ce qui permet d’augmenter la production et la productivité dans les campagnes italiennes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le processus de renouvellement des connaissances agronomiques italiennes est ici analysé par l’étude de la circulation des savoirs issus des expériences menées dans les campagnes de l’Europe occidentale. La naissance d’un savoir agronomique national et la création d’institutions en ayant la charge constituent le résultat de l’union des traditions existantes dans les États italiens et des modèles anglais, belge, néerlandais, français et allemand. En effet, durant tout le XIXe siècle, le réseau international des agronomes et de leur savoir-faire influence et favorise la construction d’un nouveau modèle agricole italien conjuguant recherche scientifique, expériences et pratiques empiriques afin de moderniser et rendre plus productives les campagnes.

2Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’impact du réseau d’agronomes sur l’agriculture des régions italiennes est en réalité limité : seule une petite partie des propriétés agricoles est réellement concernée, car le réseau se compose d’un noyau d’aristocrates et de riches bourgeois se réunissant au sein de sociétés agricoles de soutien au développement agraire. Ce n’est qu’après l’unification, grâce au soutien des institutions publiques et à la diffusion de nouvelles écoles d’agriculture, des consortiums et des coopératives agricoles, que le réseau s’étend aux autres milieux sociaux et peut développer un nouveau modèle agricole. Ce dernier améliore la production et la productivité dans les campagnes et favorise les débuts de l’industrialisation des régions du Nord. Enfin, dans les dernières décennies du XIXe siècle, les innovations technologiques et leur effet de standardisation permettent de développer un modèle agricole efficace et non plus cantonné à certaines régions.

  • 1 Par exemple, on n’indique pas les documents d’archives se référant à la Lombardie (pour les autres (...)

3Notre analyse se limite aux régions du nord et du centre en excluant le Mezzogiorno où les élites locales investissent très peu pour renouveler les fermes. En outre les caractéristiques de certains sujets économiques (le rentier, l’entrepreneur agraire, l’agronome professionnel, etc.) et du réseau présenté doivent être expliquées. Les programmes des conférences d’agriculture et des écoles agricoles sont présentés et l’ensemble des documents d’archives utilisés sont recensés1. Les références bibliographiques principales sont, elles, renvoyées en notes.

Le réseau agronomique européen

4Dès les dernières décennies du XVIIIe siècle se met en place progressivement en Europe un réseau d’agronomes partageant leurs connaissances et permettant le développement progressif d’un savoir-faire européen résultant du mélange des études et des expériences réalisées par les membres des institutions agraires. Il s’agit d’agronomes non professionnels, liés aux cercles de l’aristocratie éclairée, appartenant aux plus riches milieux bourgeois ou propriétaires agricoles et fermiers cherchant à développer productions et revenus. Ils jouent un rôle fondamental pour la croissance de l’agriculture en Europe : par les conférences organisées dans leurs associations (parfois intitulées académies ou athénées sans être de réelles universités), ils promeuvent la diffusion dans les campagnes des innovations en agronomies et en zootechnie. Aux notions théoriques et aux expériences pratiques, ils ajoutent l’édition de volumes et de revues d’agronomie ainsi que la fondation d’écoles pratiques d’agriculture.

5Ils favorisent la diffusion des informations car ils pensent ainsi avantager également leurs propriétés. Avec un faible risque d’accroître la concurrence sur les marchés locaux, ces propriétaires sont prêts à investir et à se mettre en compétition sur de plus vastes marchés, d’autant qu’en l’absence de brevets pour les nouvelles méthodes de rotations et de cultures, les innovations seront copiées et celles relatives aux machines agraires et aux équipements imitées par les artisans. Les limites ne sont pas d’ordre technologique, mais bien financier et logistique. Les inventeurs ayant déposé un brevet ne peuvent contrôler l’ensemble des campagnes européennes, sans compter qu’il suffit de petits changements pour réaliser de facto une nouvelle machine.

6L’activité de ce réseau se développe après la Révolution française et pendant la période napoléonienne lorsque les fermes et leur rentabilité sont confrontées à l’abolition des droits féodaux, à l’arrivée de nouvelles taxes foncières, à la vente des biens nationaux et au blocus continental anglais. Ces éléments élargissent le marché agricole et contraignent les agriculteurs à améliorer et diversifier leur culture, en particulier avec des plantes non européennes. Pour améliorer la production dans les campagnes, la solution envisagée est celle de promulguer des lois favorisant : a) l’augmentation des impôts fonciers pour pousser les rentiers focalisés sur la stabilité de leurs revenus à vendre leurs terres à des personnes investissant pour moderniser les fermes et les systèmes productifs ; b) la diffusion des connaissances agronomiques et zootechniques afin de promouvoir l’application des nouvelles techniques productives.

  • 2 Sur la création et diffusion du réseau à partir de l’âge des Lumières jusqu’à la moitié du XIXe si (...)

7Le réseau s’avère plus dense et organisé dans les régions francophones et germanophones, là où la diffusion des associations et des académies en faveur d’une meilleure exploitation des campagnes est majeure. En France, l’abbé François Rozier, Louis Duhamel du Monceau, Antoine Auguste Parmentier organisent des cours d’agronomie très populaires et publient des dizaines de volumes dont les titres (Dictionnaire universel d’agriculture, Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine vétérinaire) explicitent les ambitions. Dans l’empire autrichien, Albert Thaër fonde le premier institut consacré à l’enseignement de l’agronomie, The Georgikan, et publie les Annales, la revue d’économie rurale la plus moderne. L’échange d’informations se poursuit après la chute de Napoléon : le hongrois Ludwig Mitterpacher écrit ses Éléments d’agriculture en s’inspirant des œuvres de Duhamel du Monceau ; en France on réalise de nouvelles expériences en partant des idées de l’allemand Justus von Liebig qui a introduit la physiologie et la chimie en agronomie2.

  • 3 Donna d’Oldenico 1985.

8Le réseau comprend aussi des agronomes italiens promouvant la construction d’un modèle agricole combinant la recherche scientifique théorique avec les expériences empiriques réalisées en laboratoire et dans les jardins botaniques, les serres et les champs cultivés. À Turin, ils sont par exemple réunis dans la Société agraire (qui devient Académie d’agriculture) qui est fondée en 1785 afin de promouvoir l’éducation agronomique : elle possède en particulier un jardin permettant aux associés d’effectuer des expériences. Même si ce dernier sera surtout connu pour l’activité de Matteo Bonafous (qui assure la direction de 1823 à 1851 et vise l’amélioration de la production du maïs et l’élevage du ver à soie), il représente à la fin du XVIIIe siècle l’exemple type de nouvelles institutions vérifiant sur le terrain les théories des associés3.

  • 4 Sur la diffusion des connaissances agronomiques et zootechniques en Italie au XIXe siècle, voir Ma (...)

9Les Italiens présents sont surtout des propriétaires agraires et quelques fermiers issus des régions à l’agriculture plus développée : leur objectif est de moderniser les fermes, de les rendre plus productives, d’améliorer la formation de la main-d’œuvre paysanne et donc de réduire le retard face aux pays européens plus avancés. Ce retard ressort des statistiques agraires organisées dès le début du XIXe siècle, même si parfois (comme en Lombardie) les données sont sous-évaluées pour faire face à la hausse de la taxation introduite par Napoléon. Ils disposent de moyens financiers pour investir et innover, pour acheter les livres et les revues dédiés à l’agronomie, pour voyager, vérifier sur le terrain les expériences transalpines et les reproduire dans leurs propriétés. Enfin, ils fondent des revues d’agronomie publiant les résultats de leurs expériences ainsi que celles de leurs correspondants étrangers : ces revues montrent aussi les nouveautés venues des pays transalpins plus avancés et deviennent progressivement l’outil principal de diffusion du savoir-faire agronomique moderne dans la péninsule italienne. Elles s’ajoutent aux études d’agronomie faites dans les académies et athénées (comme Vérone et Brescia). Tout cela permet un large échange d’informations concernant le secteur primaire dans les régions italiennes ainsi qu’une plus large diffusion des résultats expérimentaux4.

L’activité du réseau en Italie du centre-nord au cours de la première moitié du XIXe siècle

  • 5 Re 1808 ; Cova 1963-1964 ; Cafassi 1970 ; Preto 1982 ; Bourgeois 1813.

10Le réseau est plus fort dans les régions italiennes du centre et du nord, là où l’agriculture s’est mieux développée et où sont présents de vrais entrepreneurs agraires disposés à investir pour adopter les innovations expérimentées au-delà des Alpes. Les premières œuvres importantes diffusées sont celles de Filippo Re, Vincenzo Dandolo et David Bourgeois. Au début du XIXe siècle, Filippo Re crée les Annali d’agricoltura del Regno d’Italia, la première revue permettant aux connaissances agronomiques (transalpines ou locales) d’être diffusées en langue italienne. Son objectif est de renouveler les systèmes productifs locaux en suivant les exemples transalpins, tout en tenant compte des caractéristiques identitaires et sociales des départements cisalpins (par exemple le métayage lombard, différent de ceux d’Émilie-Romagne et de Toscane). Vincenzo Dandolo intensifie les liaisons entre les connaissances technologiques et le développement du monde rural : il expérimente dans ses propriétés et traduit les résultats des principales recherches transalpines concernant l’utilisation de la chimie pour améliorer la magnanerie. David Bourgeois analyse les problèmes de l’agriculture padane et cherche à créer des « établissements pour expérimenter » suivant l’exemple des régions transalpines5.

11La chute de Napoléon ne modifie pas la tendance à augmenter l’impôt foncier et n’interrompt pas les échanges d’informations dont le but est désormais le développement des productions agricoles nationales. Dans les années 1820 sont menées les premières tentatives de codification d’un savoir agronomique fortement lié aux résultats des expériences réalisées par les agronomes transalpins. Notons à cet égard les travaux de Giovanni Vissieux et Cosimo Ridolfi en Toscane, Anton Fortunato Stella, Francesco Lampato, Antonio Cassano et Felice Dossena en Lombardie, Giuseppe Pomba, Rocco Ragazzoni, Giovanni Borio et Giuseppe Antonio Ottavi au Piedmont, Gianfrancesco Bugoni à Plaisence, le Conte Gherardo Freschi dans le Frioul.

12Tous cherchent à améliorer la viticulture et l’oléiculture, expliquent de nouvelles méthodes pour la magnanerie (à l’époque l’activité agricole la plus rentable), s’occupent des rotations et des plantes liées au secteur textile (le lin, le chanvre, etc.). Ils portent une attention particulière aux innovations technologiques et aux équipements modernes expérimentés à l’étranger. Ils organisent des conférences scientifiques constituant d’importantes occasions de réunir les membres du réseau et d’échanger les informations, et en publient les actes dans les nouvelles revues agronomiques. Leur caractère international est évident par les articles publiés : ils permettent de transmettre aux lecteurs toutes les nouveautés concernant les terres cultivées à céréales, les vignobles, les fruitiers, les pâturages, l’horticulture, les forêts, la magnanerie, le taille des arbres (surtout les mûriers), la zootechnie (surtout les bovins), l’entomologie, les marchés agricoles et leurs relations avec les manufactures textiles, la gestion des fermes, l’utilisation optimales des biens communaux, etc.

  • 6 Parmi les revues d’agronomie plus importantes, on signale : Annali Universali di Tecnologia, di Ag (...)

13Les nouvelles revues accueillent de réels débats et publient aussi les résultats des expériences faites par les lecteurs. En ajoutant les comptes rendus de nouveaux volumes italiens et étrangers ainsi que les articles sur l’agriculture mêlés à ceux de médecine, chimie et physique publiés dans les journaux de médecine, statistique et économie ou encore ceux publiés dans les actes des athénées (aux côtés de textes concernant la littérature, l’histoire, les œuvres d’art, etc.), on note l’ampleur des nouvelles concernant l’agronomie et la zootechnie arrivant en Italie par cette œuvre de diffusion des associations et des éditeurs les soutenant6.

  • 7 Sur l’agriculture des régions indiquées au XIXe siècle existe une vaste bibliographie. Cf. parmi d (...)

14Les premières fermes-écoles participent de cette diffusion (dont la plus connue est celle de Meleto en Toscane fondée par Cosimo Ridolfi), mixant modèles régionaux italiens et exemples transalpins. Elles constituent le volet pratique de la tentative de moderniser le monde agronomique italien. De plus, dès 1837, sont organisés des congrès agricoles annuels et le premier se tient à Meleto où des savants italiens cherchent à diffuser les sciences appliquées à l’agriculture. Au début des années 1840, les résultats des expériences de chimie appliquée à l’agriculture réalisées par Liebig sont déjà connus par les membres italiens du réseau, ce qui est favorisé par la présence des experts en physique et chimie (par exemple à Turin, Regazzoni les enseigne à l’Académie Militaire Royale, comme Borio au Regio Istituto Tecnico) et par l’arrivée d’enseignants transalpins (en 1840 l’agronome français Édouard Lecouteux tient un cours à la Società Biellese per l’avanzamento delle arti, dei mestieri e dell’agricoltura avant de devenir directeur de l’Institut National d’Agronomie de Versailles). Enfin, des étrangers expérimentent dans leurs propriétés italiennes : c’est le cas du baron suisse Elio Victor Bejamin Crud et de sa ferme expérimentale à Massalombarda en Romagne (il traduit en français le livre de Thaër sur la théorie et la pratique de l’économie agricole)7.

15La crise des années 1850 touchant la viticulture (les raisins subissent les effets de l’oïdium réduisant la production de vin de 80 %) et la magnanerie (la pébrine attaque le ver à soie en empêchant la formation du cocon) implique un changement des études d’agronomie. Les revenus dédiés au secteur primaire fléchissent car l’équilibre agricole-commercial permettant à l’Italie du Nord de s’enrichir (notamment la Lombardie) n’est plus tenable. Ce contexte facilite la diffusion des études concernant les méthodes pouvant remédier à la conjoncture négative, méthodes intéressant aussi les autorités publiques.

16De plus, les membres du réseau fondent des écoles d’agriculture ainsi que des centres d’éducation et d’expérimentation avec des applications directes des sciences à l’agriculture voulant dépasser les pratiques traditionnelles, promouvoir les méthodes modernes et préserver la diversité des cultures. Ils veulent démontrer que production et rendements peuvent augmenter grâce au recours aux nouvelles techniques agronomiques ainsi qu’aux cours d’agronomie destinés à améliorer les compétences des fils des propriétaires, des fermiers et des métayers. Ils pensent qu’il suffit d’instruire les meilleurs, pour que les autres imitent.

17En réalité, avant l’unification, les résultats dans les régions du centre et du nord ne sont pas toujours positifs. Ainsi, en Piémont, existent huit écoles et surtout l’institut agraire de Sandigliano (prés de Biella) et l’institut pour l’agriculture et la sylviculture de Venaria (près de Turin) ; en Émilie, une école à Modène et l’institut d’expérimentation à Plaisance où la chaire d’agriculture est financée par la Chambre d’Agriculture et de Commerce locale ; en Toscane, cinq écoles considérées comme les plus avancées. En Vénétie, les Académies de Vérone, Vicence et Udine ainsi que l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere e Arti, la Società d’incoraggiamento de Padoue, l’Associazione agraria du Frioul consacrent leurs conférences à la diffusion des innovations agronomique et aux leçons d’agronomie faites dans les écoles publiques auxquelles s’ajoutent celles des écoles du dimanche pour les paysans ; toutefois, il n’y a pas d’écoles agricoles. Enfin, en Lombardie, même si existe la chaire d’agronomie de la faculté d’Ingénierie de l’université de Pavie, il y a en fait peu d’enseignement agricole : une partie des élites locales considère comme inutile l’instruction pour les paysans n’ayant pas la possibilité de devenir propriétaires. Il faut attendre la moitié des années 1830 pour voir, face à la majorité des propriétaires rentiers opposés à investir pour améliorer leurs fermes, des propriétaires innovateurs organisant des instituts agricoles, des conférences et séminaires et des cours d’agronomie dans les orphelinats et, plus généralement, dans les écoles élémentaires. En 1835 est fondé l’Istituto commerciale di Cavenago qui, jusqu’en 1848, offre des cours théoriques et pratiques en agronomie, botanique, sériciculture, élevage et gestion des fermes. Les tentatives effectuées à Cremona et Brescia se soldent par des échecs. Pas de succès non plus pour la Società d’incoraggiamento delle arti e dei mestieri qui, née à Milan au 1838, promeut des cours en agronomie et zootechnie. Il faut attendre la fin des années 1850 pour voir la naissance de l’école de gestion des fermes de Corte del Palasio où sont organisés des cours professionnels proposant connaissances théoriques et expériences pratiques. Le paradoxe est qu’au cours de la première moitié du XIXe siècle, les écoles agricoles sont plus nombreuses dans le Midi, là où on enregistre la plus faible productivité à cause du manque d’investissements nécessaires pour appliquer les notions théoriques.

  • 8 Sur l’agriculture en Lombardie, voir, entre autre, Romani 1957 ; Zaninelli 1979 ; Faccini 1986 ; T (...)

18En revanche, l’impact du savoir-faire diffusé par le réseau sur l’activité et les revenus de certaines fermes est grand car l’application de nouveaux systèmes productifs permet réellement d’augmenter production et rendements. En Piémont, dans les années 1830 et 1840, sont achetés de nouvelles herses et charrues ainsi que des engrais à base de guano. De plus, grâce à l’amélioration des systèmes d’irrigation, de nouvelles variétés céréalières, en particulier dans les rizières, sont cultivées et sont utilisées les rotations modernes incluant les plantes fourragères pour développer l’élevage des bovins en plaine. Les vignobles aussi sont modernisés en permettant aux propriétaires (tels Gancia et Cinzano) d’améliorer la qualité de leur vin. En Émilie-Romagne, dans un contexte où le métayage reste le contrat le plus fréquent, on enregistre l’extension des rotations incluant les plantes fourragères, la croissance des terres consacrées au chanvre, tandis que pour le riz et les vignobles (souvent intégrés dans les champs à céréales), on suit les nouveaux systèmes productifs. En Vénétie, dans les années 1840, les principaux résultats sont enregistrés en Frioul dans les terrains mélangeant céréales et vignobles : dans la plaine le maïs est toujours plus diffusé et les investissements ont surtout pour but d’améliorer la magnanerie sans prendre en compte les marais proches de la mer. En Toscane, le système productif basé sur le métayage garantit aux fermes plus modernes des rendements élevés pour les céréales, les vignobles et les oliviers. En Lombardie, on enregistre le succès de l’équilibre agricole-commercial et la hausse des rendements des productions céréalières et fourragères dans la plaine irriguée (où le bail est en argent), mais aussi dans la plaine non irriguée et les collines où les contrats prévoient la participation des paysans aux fruits de la récolte (tels le métayage et la terzeria). Partout se diffuse la magnanerie qui, également dans les fermes moins organisées, permet de hauts revenus pouvant compenser les faiblesses productives des autres cultures8.

19La diffusion des connaissances concerne une part minoritaire des propriétés agricoles (celles réalisant les meilleures performances productives) car le réseau est en effet formé surtout par des aristocrates et de riches bourgeois libéraux passionnés d’agronomie. Les paysans et les rentiers en sont exclus, ce qui réduit le nombre de fermes touchées par les innovations et leurs effets. Les premiers ne disposent ni de l’argent ni de la terre nécessaire pour réaliser des expériences coûteuses et susceptibles de causer des dommages aux récoltes pour plusieurs années ; en outre, la plupart d’eux n’a pas accès aux revues disponibles seulement dans les villes. Les seconds ne sont intéressés que par des revenus assurés et constants ne requérant que peu d’investissement : selon eux, les innovations ne modifient pas en profondeur les rendements, ce qui les conduit à investir uniquement pour la gestion quotidienne. Aussi les cas d’émulation entre meilleures fermes se limitent aux modifications peu coûteuses ou qui garantissent un retour positif à court terme (comme celles concernant la magnanerie).

20Les nouveautés en agronomie se heurtent aussi au respect des paysans pour les méthodes productives de leurs parents : les résultats positifs des récoltes passées rassurent plus que les promesses d’une meilleure productivité liée à de nouvelles procédures et de nouveaux investissements. Puis, lorsqu’on accepte que les nouvelles méthodes garantissent de meilleures récoltes, c’est le manque d’argent qui limite leur application.

21La diffusion des connaissances rencontre enfin des obstacles d’ordre politique car les membres du réseau se réunissant au sein de sociétés agricoles soutenant le développement agraire sont considérés comme dangereux par les autorités publiques, surtout après 1848. En effet, ils discutent de l’efficacité des politiques économiques des États italiens et tissent des liaisons avec les milieux militant pour l’indépendance de l’Italie. Ces connexions, dangereuses et défendues, sont compréhensibles car, pour de nombreux agronomes, le développement de l’agriculture signifie non seulement l’amélioration de la vie dans les campagnes, mais aussi l’enrichissement de l’économie d’une péninsule italienne libérée de la domination étrangère. Les idées de la Società Agraria di Lombardia, née à Milan en 1846 après les travaux du comité d’agronomie et technologie du Congrès des savants italiens, en constituent l’exemple le plus évident. La répression contre les patriotes et la censure de leurs publications réduisent aussi la diffusion des connaissances agricoles jusqu’à la deuxième guerre d’indépendance et à la naissance du Royaume d’Italie.

Le passage à un modèle agricole national

22Les membres du réseau peuvent finalement agir en toute liberté et, en profitant de l’aide des institutions publiques, cherchent à soutenir le progrès de l’agriculture nationale. Le nouvel État italien a en effet besoin d’améliorer le savoir-faire agronomique des élites agricoles et des paysans. L’apparition de nouveaux parasites touchant les vignobles (la peronospora puis la phylloxera) et le ver à soie (la Diaspis pentagona), c’est-à-dire les secteurs productifs ayant permis, jusqu’au milieu du XIXe siècle, d’obtenir d’importants revenus en Italie du Nord, accélère le besoin de disposer d’entrepreneurs agraires aptes à réaliser les investissements optimaux et à former une main-d’œuvre rurale plus spécialisée. À cela s’ajoute la grande crise agraire européenne dont les effets se font sentir en Italie dans les années 1880 : la chute des prix et la hausse de la compétition obligent les fermes à améliorer les rendements, surtout que le coût du facteur travail, déjà au minimum pour certaines catégories de salariés, ne peut plus être réduit. À la diminution des revenus agricoles correspond la nécessité d’investir pour moderniser les cultures : en plaine, les surfaces consacrées à la viticulture et à la magnanerie se réduisent en faveur de la culture de céréales et de plantes fourragères ; la transhumance des bovins entre les Alpes et la plaine se réduit en faveur de leur élevage dans les nouvelles stalles de la plaine irriguée. Dans les années 1880, de nombreux fermiers et éleveurs ne suivent pas les recommandations des agronomes, mais leur nombre se réduit progressivement car ils sont les premiers à être sélectionnés par la grande crise agraire.

  • 9 Sur les Cattedre Ambulanti di Agricoltura, voir Zucchini 1970 ; Olivi 1990 ; Failla – Fumi 2006.

23Lors de cette conjoncture négative, les membres du réseau intensifient leurs relations avec l’étranger ainsi que la diffusion des innovations agronomiques et zootechniques. Ils créent de nouvelles institutions soutenant le développement rural et poussent les autorités publiques à les financer et à aider l’activité des entrepreneurs agraires privés en leur apportant une aide financière. On assiste à :
a) La formation des comizi agrari aux compétences départementales devant soutenir les investissements pour développer les études en agronomie, zootechnie, sylviculture et, en général, toutes les activités en faveur d’une croissance du secteur primaire. Ils ont en charge la promotion et le financement de l’assainissement, l’irrigation, le reboisement ainsi que l’amélioration des pâturages, des techniques d’élevage et des systèmes de production des produits laitiers.
b) La création d’écoles d’agriculture formant une nouvelle génération de techniciens aux vastes connaissances agronomiques et portant une grande attention aux innovations (comme la Scuola di Agricoltura della Bornata dans la banlieue de Brescia, la Scuola professionale agraria di Grumello del Monte, la Scuola Pratica di Agricoltura di Cesena, les treize Colonies Agricoles existantes en 1877, etc.). Un système d’éducation conjuguant leçons théoriques et exercices pratiques sur le terrain est choisi. Peu d’expériences sont menées en extérieur du fait de leur coût, mais les étudiants travaillent réellement dans les fermes. Ces dernières sont en effet leur destination une fois les études terminées, c’est là qu’ils doivent apporter leur savoir agronomique moderne et contribuer à la hausse des rendements et de la qualité des produits. Les licenciés deviennent des fermiers ou des salariés agricoles importants, car ils représentent le propriétaire (ou le grand fermier), contrôlent l’activité des autres travailleurs et, surtout, sont responsables des choix productifs et des récoltes de la ferme. Enfin, la présence de financements publics permet un contrôle institutionnel quant à l’emploi de l’argent à disposition des écoles agricoles et souligne que les résultats des efforts pour améliorer l’éducation agronomique ne sont pas attendus à court terme : tous savent que les écoles agricoles modifieront réellement les attitudes des paysans lorsque leurs premiers licenciés géreront réellement des fermes. L’importance stratégique des écoles agricoles pour l’État est démontrée par leur attribution au Ministère de l’Agriculture, Industrie et Commerce, mais aussi par la distribution de bourses d’études permettant aux licenciés les mieux notés de fréquenter les meilleures écoles étrangères.
c) Le développement de la recherche agronomique par un système de prix pour les expériences et les projets améliorant la productivité dans les campagnes ainsi que la qualité des récoltes. On augmente aussi l’importance accordée à une exploitation efficace des bois et des arbres fruitiers, aux études pour améliorer les pâturages alpins (alpicoltura) ainsi qu’aux nouvelles techniques de production et de conservation des produits laitiers (dans un contexte où les fromageries délaissent les alpages pour les nouvelles implantations localisées en plaine).
d) La formation des consorzi agrari, coopératives chargées de fournir, à un prix accessible pour tous, les engrais chimiques et les semences hybrides nécessaires pour améliorer la production des terrains de leurs associés. À ces coopératives s’occupant aussi de la vente des produits agricoles s’ajoutent les sociétés mutuelles assurant les associés contre les effets des maladies du bétail et de la grêle ainsi que les caisses rurales prêtant de l’argent à faible taux aux petits propriétaires, aux fermiers et aux métayers.
e) La création, pour une diffusion capillaire des innovations dans les campagnes, des cattedre ambulanti d’agricoltura envoyant leurs agronomes directement chez les paysans pour instruire les habitants des villages alpins et ceux travaillant dans la plaine dans les fermes éloignées des villes et des écoles d’agriculture9. À cela, s’ajoute la diffusion des écoles agricoles du dimanche et les nombreuses conférences et assemblées portant sur les problèmes des agriculteurs, qui rencontrent une participation croissante des paysans, surtout lorsqu’elles sont organisées dans les villages, près des paroisses ou des mairies. C’est lors de ces assemblées qu’il est possible d’expliquer le fonctionnement de machines agraires, semences hybrides et engrais chimiques de nouvelle génération (pouvant être dangereux s’ils sont mal utilisés). De plus, on multiplie les adhésions aux coopératives et on diffuse les solutions plus efficaces contre les maladies. C’est à cette occasion que sont activés les consortiums contre le phylloxera, ce qui permet aux vignerons de greffer leurs vignobles avec des vignes américaines et de sauver la viticulture italienne.

  • 10 North 2005, p. 11-23 ; Grigg 1980, p. 571-583 ; Schultz 1960. Sur les innovations technologiques e (...)

24Les nouvelles institutions et écoles diffusent les principales nouveautés en agronomie et en zootechnie en réalisant une connexion positive avec le système économique. Il est maintenant possible de transmettre les innovations aux petits propriétaires, aux petits fermiers, aux métayers ainsi qu’aux salariés agricoles spécialisés. Si auparavant cette diffusion était liée aux échanges d’opinion parmi les agriculteurs les plus riches et à leur acceptation des nouveautés (souvent par émulation), la transmission des connaissances ne se limite plus désormais aux élites ne travaillant pas leurs terres, mais arrive dans les champs et permet aux paysans d’apprendre à gérer les innovations. La meilleure qualité du savoir-faire du facteur travail (et donc du capital social) s’ajoute aux facteurs démographiques, au contexte environnemental, aux changements institutionnels et aux innovations technologiques : les récoltes augmentent et la société rurale se développe, même si la distribution de la richesse produite reste inégale et continue à favoriser les élites10.

25Ces transformations dépendent aussi de la conjoncture économique et des changements opérés sur les marchés agricoles. Parmi les propriétaires fonciers, les bourgeois se substituent peu à peu aux nobles en éliminant les rentiers et en investissant pour améliorer production et rendements. Les technologies plus coûteuses requièrent l’achat de nouvelles semences hybrides et d’engrais chimiques, réduisant l’argent disponible pour les recherches et les expériences personnelles. Il est en outre difficile de réunir toutes les connaissances en agronomie, physique, chimie, botanique, entomologie, etc. désormais nécessaires pour moderniser l’agriculture. Copier les nouvelles technologies s’avère délicat puisque les nouvelles machines agraires, les semences hybrides et les engrais chimiques sont protégés par des brevets.

  • 11 Le succès des agronomes professionnels provoque des discussions sur les rôles de ceux qui sont lic (...)
  • 12 Sur les nouvelles élites agraires et sur les associations de grands propriétaires et de grands fer (...)

26Les revues d’agriculture s’adressent donc à la nouvelle génération des agronomes. Dans le même temps, les études présentées lors des conférences et dans les actes des académies et des athénées se raréfient car les expériences agronomiques ne se mélangent plus avec la littérature, l’histoire et les arts. Pour gérer les nouvelles technologies, des études supérieures sont nécessaires, ce qui explique, par exemple, la fondation par Gaetano Cantoni de la Regia Scuola Superiore di Agricoltura de Milan ou les cours d’agronomie et d’économie rurale donnés à la Scuola di applicazione per ingegneri de Turin. Le soutien des institutions publiques est nécessaire ainsi qu’une préparation spécifique universitaire ou des écoles d’agriculture. De plus, la plupart des nouveaux propriétaires bourgeois (avocats, notaires, médecins, etc.) investissent pour obtenir des revenus comparables aux investissements industriels. Ils ne sont pas intéressés par les études d’agriculture, les expériences pratiques ou la participation à des débats : ceux qui le sont doivent par contre faire face à la hausse des coûts de recherche et à la professionnalisation des études d’agronomie et de zootechnie nécessitant des connaissances scientifiques hors de portée de la plupart des amateurs. Rares désormais les propriétaires fonciers pouvant disposer des connaissances et des capitaux requis pour expérimenter les innovations dans leurs propriétés. Leur place est prise par le nouveau réseau des agronomes professionnels qui partage l’objectif de l’ancien réseau, à savoir la diffusion du savoir-faire agronomique et zootechnique dans les campagnes11. Les élites se limitent à défendre leurs intérêts et forment des organisations faisant du lobbying afin de garantir les financements publics pour les infrastructures du secteur primaire et des lois favorisant leurs revenus (par exemple les tarifs sur l’importation des denrées alimentaires et la réduction des impôts fonciers)12.

  • 13 Braga 1995 ; Brianta 1994.

27Les textes publiés après l’unification concernent surtout les effets des maladies et l’impact de chaque produit sur la rentabilité des fermes. Les études portant sur la magnanerie et le ver à soie perdent du terrain au profit de celles abordant les produits laitiers, ce qui résulte de la saturation du marché de la soie par la concurrence japonaise et de la naissance de fromageries modernes dans la plaine padane. De nouveaux journaux et hebdomadaires ont une page spéciale pour les agriculteurs et les revues changent. Ainsi, Il mutuo soccorso (ayant remplacé le Giornale Agrario Lombardo-Veneto à la fin des années 1850) et L’amico dell’agricoltore. Almanacco Veteriniario (s’occupant de zootechnie et pâturages) laissent la place à L’Italia Agricola qui, fondée en 1869 en faveur « du progrès économique et moral » des paysans, publie des articles d’agronomes italiens renommés. Elle fusionne en 1891 avec le Giornale di agricoltura, industria e commercio del Regno d’Italia de Bologne, promouvant la modernisation des campagnes. Enfin, la Società Agraria di Lombardia coordonne l’activité de plusieurs institutions lombardes pour améliorer le secteur agricole dans une région où le développement industriel concurrence les fermes tant au niveau des capitaux à investir que des ressources naturelles mobilisables (notamment l’eau des lacs alpins)13.

28Le processus d’industrialisation lui-même renforce la nécessité de diffuser les innovations agronomiques, car il demande une hausse des productions et de la productivité des terrains cultivés. Il faut en effet éviter de perdre des ressources financières par l’achat à l’étranger de denrées alimentaires. Pour y arriver et renforcer l’économie nationale, il faut moderniser le secteur primaire et donc étendre la formation agronomique. Les dirigeants des mouvements catholique et socialiste partagent cette opinion et insistent sur la nécessité de donner la propriété de la terre à ceux qui la travaillent, ce qui requiert des capacités de gestion à apprendre à l’école.

29Il faut dépasser les modèles régionaux et, en sélectionnant les meilleures caractéristiques, créer un modèle agricole national efficace. De même, en tenant compte des disparités climatiques et de la qualité des sols, il convient de former un réseau d’institutions et écoles contribuant au développement selon leurs spécificités. Le résultat final est positif pour ce qui concerne la diffusion des connaissances agronomiques : les comizi agrari et les cattedre ambulanti organisent leurs conférences et assemblées dans la plupart des villages ; les instituts techniques ayant une session en agronomie et les écoles d’agriculture offrent une bonne éducation agronomique et des centaines de nouveaux techniciens experts en agronomie et économie rurale aident les fermes italiennes à moderniser leurs méthodes productives ; les programmes d’enseignement sont constamment remis à jour et les paysans peuvent prendre connaissance des rotations les plus rentables, des meilleurs labourages des terrains et tailles des arbres fruitiers, des nouvelles technologies à utiliser, des méthodes efficaces pour élever le bétail ou conserver les produits agricoles ainsi que des notions de comptabilité ; enfin les écoles agricoles sont toujours plus liées aux exigences du territoire (ainsi, dans les années 1890 la Scuola di Orticoltura e Albericoltura est fondée à Bogliaco sur le lac de Garde pour former des experts en horticulture et arboriculture travaillant dans les jardins de citrons et les fruitiers de la rivière). Même si demeurent des problèmes quant à l’allocation des ressources financières pour l’éducation agronomique (l’État cherche toujours à épargner et à déléguer aux départements) et à la distribution des fruits (la main-d’œuvre ne reçoit pas suffisamment), le modèle agricole italien fondé sur plusieurs niveaux de diffusion des informations (de l’université au village, de la revue scientifique à l’assemblée des paysans) est formé : il offre à tous la possibilité d’être informés et utilise institutions publiques et coopératives pour développer le monde rural.

Haut de page

Bibliographie

Augello – Guidi 2000 = M. Augello, M. Guidi (dir.), Associazionismo economico e diffusione dell’economia politica nell’Italia dell’800. Dalle società economico-agrarie alle associazioni di economisti, 2 vol., Milan, 2000.

Banti 1996 = A.M. Banti, Storia della borghesia italiana. L’età liberale (1861-1922), Rome, 1996.

Bernardello 1976 = A. Bernardello, Burocrazia, borghesia e contadini nel Veneto austriaco, dans Studi storici, 17-4, 1976, p. 127-152.

Biagioli 2000 = G. Biagioli, Il modello del proprietario imprenditore nella Toscana dell’Ottocento: Bettino Ricasoli, il patrimonio, le fattorie, Florence, 2000.

Biagioli – Pazzagli 2004 = G. Biagioli, R. Pazzagli (dir.), Agricoltura come manifattura. Istruzione agraria, professionalizzazione e sviluppo agricolo nell’Ottocento, Florence, 2004, 2 vol.

Borio 1853 = G. Borio, Lezioni di agricoltura dette nel Regio Istituto tecnico di Torino, Turin, 1853.

Bourgeois 1813 = D. Bourgeois, Memoria sull’agricoltura del Dipartimento del Reno tradotta dalla Bibliothèque Britannique, dans Annali dell’Agricoltura del Regno d’Italia, 5, 1813, p. 254-259.

Braga 1995 = E. Braga, La modernizzazione dell’agricoltura italiana: il contributo de l’«Italia Agricola» (1869-1894), dans E. Decleva et al. (dir.), Innovazione e modernizzazione in Italia fra Ottocento e Novecento, Milan, 1995, p. 167-190.

Brianta 1994 = D. Brianta, Agricoltura, credito e istruzione. La Società Agraria di Lombardia dal 1862 al 1914, Bologne, 1994.

Brianta 2008 = D. Brianta, I luoghi del sapere agronomico: accademie, società di agricoltura e di arti meccaniche, orti agrari, atenei (1802-1814), dans E. Brambilla et al. (dir.), Istituzioni e cultura in età napoleonica, Milan, 2008, p. 62-156.

Cafassi 1970 = F. Cafassi, Le inchieste agrarie di F. Re durante il Regno italico, dans Rivista di storia dell’agricoltura, 4, 1970, p. 359-364.

Cambria 1990 = R. Cambria, Federico Confalonieri, il “Conciliatore” e la Lombardia della Restaurazione. Studi e discussioni, dans Archivio Storico Lombardo, 1990, p. 401-487.

Caracciolo – Socrate 1977 = A. Caracciolo, F. Socrate (dir.), Istituzioni agrarie nel decollo industriale, dans Quaderni storici, 3, 1977.

Coda 2001 = L. Coda, Ceti intellettuali e problemi economici nell’Italia risorgimentale, Cagliari, 2001.

Cova 1963-1964 = A. Cova, L’agricoltura italiana in un'inchiesta di Filippo Re (1809-1813), dans Annuario del centro studi CISL, 3, 1963-1964, p. 147-174.

D’Antone 1991= L. D’Antone, L’«intelligenza» in agricoltura. Istruzione superiore, profili intellettuali e identità professionali, dans P. Bevilacqua (dir.), Storia dell’agricoltura italiana, vol. 3, Mercati e istituzioni, Venise, 1991, p. 391-426.

Donna d’Oldenico 1985 = G. Donna d’Oldenico, L’Accademia di Agricoltura di Torino dal 1785 ad oggi, Turin, 1985.

Faccini 1986 = L. Faccini (dir.), Agricoltura e condizioni di vita dei lavoratori agricoli lombardi (1835-1839). Inchiesta Karl Czoernig, Milan, 1986.

Failla – Fumi 2006 = O. Failla, G. Fumi (dir.), Gli agronomi in Lombardia dalle cattedre ambulanti ad oggi, Milan, 2006.

Finzi 1992 = R. Finzi (dir.), Fra studio, politica ed economia: la Società agraria dalle origini all'età giolittiana, Bologne, 1992.

Fronzoni 2003 = S. Fronzoni, La sperimentazione agraria in Italia tra Otto e Novecento. Appunti per una storia, dans G. Di Sandro, A. Monti (dir.), Competenza e politica. Economisti e tecnici agrari in Italia tra Otto e Novecento, Bologne, 2003, p. 447-472.

Fumian 1991= C. Fumian, Gli agronomi da ceto a mestiere, dans P. Bevilacqua (dir.), Storia dell’agricoltura italiana, vol. 3, Mercati e istituzioni, Venise, 1991, p. 345-389.

Fumian 1995 = C. Fumian, Scienza ed agricoltura. Aspetti comparati dell’istruzione agraria superiore in Europa (1840-1875), dans E. Decleva et al. (dir.), Innovazione e modernizzazione in Italia fra Ottocento e Novecento, Milan, 1995, p. 13-55.

Grigg 1980 = D. Grigg, Population growth and agrarian change, Cambridge, 1980.

Ivone 1982 = D. Ivone, Istruzione agraria e lavoro contadino nel riformismo agricolo dell’Italia unita (1861-1900), Naples, 1982.

Jessenne – Vivier 2016 = J.-P. Jessenne, N. Vivier, Libérer la terre ! Une Europe des réformes agraires (vers 1750-1850) ?, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, 2016, p. 27-65.

Locatelli – Tedeschi 2015 = A.M. Locatelli, P. Tedeschi, A new common knowledge in agronomics: the network of the agrarian reviews and congresses in Europe during the first half of the XIXth century, dans S. Aprile et al. (dir.), Une Europe de papier. Projets européens au XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq, 2015, p. 187-203.

Malatesta 1990 = M. Malatesta, I signori della terra. L’organizzazione degli interessi agrari padani (1860-1014), Milan, 1990.

Mazzotti 2017 = O. Mazzotti, «Istruite dalla cattedra, istruite coll’esempio!». Conoscenze agrarie e capitale umano in Romagna tra Otto e Novecento, Bologne, 2017.

Meriggi 1992 = M. Meriggi, Milano borghese. Circoli ed élites nell’Ottocento, Venise, 1992.

Moretti 2004 = M. Moretti, Istruzione superiore agraria e sistema universitario nazionale (1860-1900), dans Biagioli – Pazzagli 2004, vol. 2, p. 663-709.

Moroni 1999 = M. Moroni, Istruzione agraria e sviluppo economico nelle Marche dell’Ottocento, Ancone, 1999.

North 2005 = D.C. North, Understanding the process of economic change, Princeton, 2005.

Olivi 1990 = M. Olivi, Il contributo delle cattedre ambulanti di agricoltura lombarde tra la fine dell’Ottocento e la Prima guerra mondiale, dans Zaninelli 1990, p. 39-68.

Pazzagli 2008 = R. Pazzagli, Il sapere dell’agricoltura. Istruzione, cultura, economia nell’Italia dell’Ottocento, Milan, 2008.

Preto 1982 = R. Preto, Un “uomo nuovo” dell’età Napoleonica: Vincenzo Dandolo politico e imprenditore agricolo, dans Rivista storica italiana, 94-2, 1982, p. 44-97.

Re 1808 = F. Re, Dizionario ragionato di libri d’agricoltura, veterinaria e di altri rami d’economia campestre, Venise, 1808.

Romani 1957 = M. Romani, L’agricoltura in Lombardia dal periodo delle riforme al 1859, Milan, 1957.

Scarpa 1963 = G. Scarpa, L’agricoltura del Veneto nella prima metà del XIX secolo. L’utilizzazione del suolo, Turin, 1963.

Schultz 1960 = T.W. Schultz, Capital formation by education, dans Journal of Political Economy, 68-6, 1960, p. 571-583.

Spaggiari 1966 = P.L. Spaggiari, L’agricoltura negli Stati parmensi dal 1750 al 1859, Milan, 1966.

Tedeschi 1999 = P. Tedeschi, La formazione delle Istituzioni Agrarie Raggruppate, dans M. Comini et al., Istituzioni Agrarie in Provincia di Brescia. Storia e documenti, Brescia, 1999, p. 13-53.

Tedeschi 2004 = P. Tedeschi, L’Ateneo e gli studi d’agricoltura nell’Ottocento, dans S. Onger (dir.), L’Ateneo di Brescia (1802-2002). Atti del Convegno Storico per il Bicentenario di fondazione dell’Ateneo di scienze, lettere e arti di Brescia, Brescia, 2004, p. 227-275.

Tedeschi 2006 = P. Tedeschi, I frutti negati: assetti fondiari, modelli organizzativi, produzioni e mercati agricoli nel Bresciano durante l’età della Restaurazione (1814-1859), Brescia, 2006.

Vanzetti 1990 = C. Vanzetti, L’Accademia di agricoltura scienze e lettere di Verona 1768-1989, Vérone, 1990.

Varni 1990 = A. Varni (dir.), Le campagne a vapore. La meccanizzazione agricola nella Pianura Padana, Rovigo, 1990.

Vivier 2008 = N. Vivier (dir.), The state and rural societies: policy and education in Europe. 1750-2000, Turnhout, 2008.

Zaninelli 1962 = S. Zaninelli, L’insegnamento agrario in Lombardia: la scuola di Corte del Palasio, dans Studi in onore di Amintore Fanfani, Milan, 1962, p. 508-558.

Zaninelli 1979 = S. Zaninelli (dir.), Questioni di storia agricola lombarda nei secoli XVIII-XIX: le condizioni dei contadini, le produzioni e l’azione pubblica, Milan, 1979.

Zaninelli 1990 = S. Zaninelli (dir.), Le conoscenze agrarie e la loro diffusione in Italia nell’Ottocento, Turin, 1990.

Zaninelli 1992 = S. Zaninelli (dir.), Scritti teorici e tecnici di agricoltura, vol. 3, Dall’Ottocento agli inizi del Novecento, Milan, 1992.

Zucchini 1970 = M. Zucchini, Le cattedre ambulanti di agricoltura, Rome, 1970.

 

Haut de page

Notes

1 Par exemple, on n’indique pas les documents d’archives se référant à la Lombardie (pour les autres régions on utilise la bibliographie existante) analysés aux Archives centrales de l’État (Rome), Fondo Ministero dell’Agricoltura, Industria e Commercio, Direzione Generale dell’Agricoltura, b. 84 ; Brescia. Scuola convitto d’agricoltura teorico-pratica (1876-1882) ; b. 85, Grumello del Monte (Bergamo). Scuola professionale agraria (1869-1887) ; b. 86, Pavia. Scuola agraria domenicale in Bobbio (1872-1884) ; b. 91, Bogliaco. Scuola di orticoltura e albericoltura (1891-1895), etc.

2 Sur la création et diffusion du réseau à partir de l’âge des Lumières jusqu’à la moitié du XIXe siècle, voir Locatelli – Tedeschi 2015. Sur les buts des milieux agricoles européens et sur leurs relations avec les institutions publiques, voir Jessenne – Vivier 2016 ; Vivier 2008 ; Fumian 1995.

3 Donna d’Oldenico 1985.

4 Sur la diffusion des connaissances agronomiques et zootechniques en Italie au XIXe siècle, voir Mazzotti 2017, p. 27-65 ; Brianta 2008 ; Pazzagli 2008 ; Biagioli – Pazzagli 2004 ; Tedeschi 2004 ; Fronzoni 2003 ; Coda 2001, p. 15-46 ; Augello – Guidi 2000 ; Moroni 1999 ; Tedeschi 1999 ; Meriggi 1992, p. 52-150 ; Zaninelli 1962 ; Zaninelli 1990 ; Zaninelli 1992 ; Cambria 1990 ; Vanzetti 1990, p. 95-108 ; Ivone 1982. Sauf indication contraire, c’est à cette bibliographie qu’on renvoie dans les paragraphes 2 et 3.

5 Re 1808 ; Cova 1963-1964 ; Cafassi 1970 ; Preto 1982 ; Bourgeois 1813.

6 Parmi les revues d’agronomie plus importantes, on signale : Annali Universali di Tecnologia, di Agricoltura, di Economia Rurale e Domestica, di Arti e Mestieri (fondée à Milan en 1826 et devenue Giornale Agrario Lombardo-Veneto en 1834), Giornale Agrario Toscano (fondée à Florence en 1827), Repertorio di agricoltura pratica e di economia domestica (née à Turin au 1828 et suivi en 1855 par Il Coltivatore), Biblioteca agraria (fondée à Milan), Archivi dell’agricoltore e del contadino (née à Plaisence), L’amico del contadino et Istruzioni ai giovani agricoltori (publiées dans le Frioul), L’Economista. Giornale di Agricoltura, tecnica pratica, contabilità, amministrazione e tecnologia (publiée par l’Istituto di agricoltura e tecnica agraria de Milan). Parmi les journaux qui, concernant d’autres sujets, publient aussi des articles sur le secteur primaire, on signale : Annali Universali di Medicina, Annali universali di viaggi, geografia, storia, economia pubblica, statistica, Rivista Europea, L’Eco della Borsa, L’Informatore Lombardo, tous publiés à Milan pendant la Restaurazione.

7 Sur l’agriculture des régions indiquées au XIXe siècle existe une vaste bibliographie. Cf. parmi d’autres, Biagioli 2000 ; Finzi 1992 ; Bernardello 1976 ; Spaggiari 1966 ; Scarpa 1963. Pour un exemple des cours, voir Borio 1853.

8 Sur l’agriculture en Lombardie, voir, entre autre, Romani 1957 ; Zaninelli 1979 ; Faccini 1986 ; Tedeschi 2006.

9 Sur les Cattedre Ambulanti di Agricoltura, voir Zucchini 1970 ; Olivi 1990 ; Failla – Fumi 2006.

10 North 2005, p. 11-23 ; Grigg 1980, p. 571-583 ; Schultz 1960. Sur les innovations technologiques et sur l’impact de nouvelles machines agraires, voir Varni 1990.

11 Le succès des agronomes professionnels provoque des discussions sur les rôles de ceux qui sont licenciés par les écoles d’agriculture et ceux qui sortent des facultés de sciences ou ingénierie après avoir suivi des cours en agronomie, économie rurale, sciences botaniques, chimie et physique appliquées à l’agriculture. Sur la diffusion des agronomes dans les campagnes italiennes, voir Fumian 1991 ; D’Antone 1991 ; Moretti 2004 ; Failla – Fumi 2006.

12 Sur les nouvelles élites agraires et sur les associations de grands propriétaires et de grands fermiers, voir Caracciolo – Socrate 1977 ; Malatesta 1990 ; Banti 1996, p. 65-97.

13 Braga 1995 ; Brianta 1994.

 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Maria Locatelli et Paolo Tedeschi, « Les milieux agronomiques européens et la formation d’un modèle agricole italien au XIXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-2 | -1, 299-309.

Référence électronique

Andrea Maria Locatelli et Paolo Tedeschi, « Les milieux agronomiques européens et la formation d’un modèle agricole italien au XIXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 30 juillet 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/4150 ; DOI : 10.4000/mefrim.4150

Haut de page

Auteurs

Andrea Maria Locatelli

Università Cattolica del Sacro Cuore, andreamaria.locatelli@unicatt.it

Paolo Tedeschi

Università degli studi di Milano-Bicocca DEMS, paolo.tedeschi@unimib.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals