Navigation – Plan du site
La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839-fin des années 1920)
Construire la science italienne depuis l'étranger

Construire l’histoire de la science italienne en exil. Guillaume Libri et son Histoire des sciences mathématiques en Italie

Antonin Durand
p. 395-405

Résumés

La parution, entre 1838 et 1841, de la monumentale Histoire des sciences mathématiques en Italie depuis la Renaissance des lettres jusqu’à la fin du XVIIe siècle de Guillaume Libri, marque un jalon important dans la nationalisation de la science italienne par l’écriture de son histoire. Cet article explore l’articulation entre l’itinéraire transnational de Libri – son exil politique en France, son rôle d’ambassadeur de la science italienne en France – et la construction d’un patriotisme scientifique à laquelle il contribue par son œuvre historiographique. Il montre l’importance de la position de Libri en France, exilé devenu académicien, pour comprendre sa conception de la science italienne et les controverses auxquelles son entreprise de réhabilitation se heurte au sein de la communauté scientifique française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Libri 1839, p. 494-495.

L’histoire des sciences peut être traitée de différentes manières. Le plus grand nombre des écrivains ont fait connaître la suite et l’enchaînement des découvertes les plus éclatantes, en y joignant parfois la biographie des plus illustres savants. D’autres […] se sont appliqués à exposer d’une manière abstraite l’avancement de l’esprit humain, sans s’occuper des hommes qui pouvaient y avoir contribué ; enfin, dans ces derniers temps, on a essayé de faire marcher de front l’histoire des idées et celle des hommes, pour éclairer l’une par l’autre1.

  • 2 « The very best model for a history of science that has ever come before the public », Halliwell 1 (...)
  • 3 Lettre de Guillaume Libri à un destinataire inconnu, vers 1940, BNF, Nouvelles acquisitions frança (...)

1Dans la critique qu’il fait de l’ouvrage de Michel Chasles consacré à l’histoire de la géométrie, Guillaume Libri établit les bases méthodologiques de son Histoire des sciences mathématiques, qu’un chroniqueur anglais qualifie la même année de « meilleur modèle pour l’histoire des sciences qui ait jamais été présenté au public »2. Dit autrement, dans une lettre antérieure de 1830 au destinataire inconnu, il s’agit « pour la première fois de faire marcher de front l’histoire des sciences et celle des nations »3.

  • 4 Voir Porciani 2001 et Berger – Lorenz 2010.

2Libri apparaît en effet comme un pionnier d’une discipline qui ne prend véritablement son envol que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Certes, on n’a pas attendu le XIXe siècle pour s’intéresser à la genèse des théories scientifiques – c’est dans cette veine que s’inscrit l’Aperçu historique sur l’origine et le développement des méthodes en géométrie de Michel Chasles dont il est ici question –, mais c’est à ce moment que s’affirme la volonté d’inscrire cette histoire dans les évolutions sociales et politiques générales. Or cette ambition, dont Libri pose ici les fondements, constitue une indéniable nouveauté qui permet à l’histoire des sciences de prendre son autonomie à l’égard des sciences elles-mêmes et de se rapprocher de l’historiographie générale. Il n’est certes pas anodin que l’histoire des sciences émerge comme discipline autonome en même temps que l’État-nation comme horizon politique partagé. Les historiens eux-mêmes ont beaucoup contribué aux constructions nationales en cherchant à enraciner dans le passé les constructions récentes qu’étaient les États-nations4. L’inscription des sciences dans leur contexte sociopolitique et la nationalisation par l’histoire participent donc d’un même mouvement, ce qui confère à l’histoire des sciences un rôle éminent dans la construction nationale.

  • 5 Isabella 2009 et Bistarelli 2011. Cf. également Isabella 2006.

3De ce point de vue, l’œuvre de Guillaume Libri est intéressante à plus d’un titre. D’abord parce que sa monumentale Histoire des sciences mathématiques en Italie depuis la Renaissance des lettres jusqu’au XVIIe siècle, parue en français et en quatre volumes entre 1838 et 1841 chez l’éditeur parisien Renouard, est un jalon important de l’historiographie des sciences, qui renouvelle profondément la méthode et les connaissances sur l’histoire des mathématiques par son érudition et son positivisme méthodologique – attachement aux documents, soin accordé aux notes de bas de page. Ensuite parce que l’histoire des mathématiques que propose Libri est écrite depuis la France, où Libri, lui-même originaire de Toscane, vit en exil depuis 1830, et en français, à destination d’un public non seulement français mais européen. De ce point de vue, sa contribution à la nationalisation de la science italienne doit être inscrite dans l’histoire plus générale de la construction de la nation depuis l’étranger, dans la mouvance du Risorgimento en exil dont Maurizio Isabella et Agostino Bistarelli ont montré les dimensions centrifuge et centripète5.

  • 6 Maccioni Ruju – Mostert 1995.
  • 7 Del Centina – Fiocca 2004.

4La renommée de Libri a été considérablement ternie par les accusations portées contre lui dans les années 1850 et par sa condamnation pour avoir dérobé nombre de manuscrits précieux des bibliothèques françaises dont il était chargé de dresser un catalogue. Le scandale européen qu’a provoqué cette affaire est à l’origine d’une riche bibliographie sur le personnage, dont une biographie récente et très complète d’Alessandra Maccioni Ruju et Marco Mostert6. Ce travail s’appuyait sur l’importante documentation que Libri a laissée à la Bibliothèque nationale de France : les documents utilisés lors de son procès mais aussi de très nombreuses lettres. La partie mathématique de sa carrière a depuis été remise en avant par les historiens de la discipline Andrea Del Centina et Alessandra Fiocca, grâce à la redécouverte d’une partie de ses archives réunies à la Bibliothèque Moreniana de Florence7. Ces biographies érudites n’ont pourtant fait qu’effleurer la question du rôle de Libri comme relais et même ambassadeur de la science italienne en France, qui ne se limite pas à la publication de l’Histoire des sciences mathématiques en Italie.

  • 8 Sur Gino Loria, voir Giacardi 2006. Pour un aperçu de son rôle dans la nationalisation de la scien (...)

5À travers le cas de Libri, c’est aussi l’historiographie d’exil qu’il s’agit d’examiner : son œuvre est traversée par un tiraillement entre le désir de donner un fondement en histoire des sciences à la nation italienne en construction et la conscience qu’il a du caractère transnational de la production des savoirs. En inscrivant son histoire des mathématiques dans le cadre de la péninsule, il s’agit de faire reconnaître à l’Europe la valeur de la science italienne et de contribuer à la construction de la nation. La dimension patriotique de son œuvre historiographique n’a pas échappé au premier historien des mathématiques qui entreprit de le réhabiliter, lui-même infatigable artisan de la nationalisation de l’histoire des mathématiques italiennes8, Gino Loria, devant la Société ligure de sciences naturelles et géographiques en 1918 :

  • 9 « Percorrendo tutte le pubblicazioni fatte dal Libri dopo il suo trasferimento in Francia si è con (...)

En parcourant les publications de Libri après son transfert en France, on est contraint d’admettre que pour lui, comme pour de nombreux exilés, la distance a rendu plus intense et plus prégnante son affection pour sa patrie, et que rares sont ses écrits qui ne soient pas consacrés à l’Italie, ou qui du moins en parle incidemment9.

6Il serait pourtant réducteur de ne lire dans l’œuvre de Libri qu’une entreprise d’appropriation nationale des sciences et de leur histoire. La façon dont lui-même présente sa démarche montre la complexité de sa réflexion sur le sujet :

  • 10 Libri 1838-1841, t. 1, p. XXIII-XXIV.

Afin de rendre [mon œuvre] moins imparfaite, je me suis borné à un seul pays et aux sciences qui ont fait l’occupation de toute ma vie : mais les rapports qui lient entre elles les différentes branches des connaissances humaines, et l’influence mutuelle que tous les peuples ont exercée les uns sur les autres, m’ont forcé souvent à sortir d’Italie et à parler d’autre chose que des sciences abstraites10.

7Quelques années plus tard, dans le quatrième et dernier volume publié du même ensemble, Libri est plus explicite encore sur l’importance des circulations transnationales dans la construction des savoirs en Italie :

  • 11 Ibid., t. 4, p. 2.

Dans ce mouvement continuel des esprits, il n’est plus possible de suivre les progrès intellectuels d’un peuple, quel qu’il soit, sans jeter un coup d’œil sur ce qui s’est fait chez les autres, ni d’apprécier à leur juste valeur les travaux d’un savant, sans tenir compte de ce qu’ont pu faire ailleurs ses devanciers ou ses contemporains : pour étudier avec fruit l’histoire scientifique de l’Italie, il devient donc nécessaire de s’arrêter un instant à contempler la marche de la civilisation en Occident depuis la renaissance des lettres11.

  • 12 D’Angelo 2016. ‬

8La construction de la nation par l’histoire des mathématiques n’exclut donc pas la prise en compte de la dimension transnationale de la production des savoirs. C’est à l’évaluation de la part respective de ces deux pôles dans l’œuvre d’un patriote libéral en exil, à un moment où la constitution de l’Italie en État n’est qu’un rêve lointain et guère réaliste, que nous allons nous atteler. Une telle perspective aspire plus généralement à nourrir la réflexion sur les liens entre exil politique, circulations des idées et construction nationale12. Pour cela, on commencera par rendre compte du parcours d’exil de Libri et par tenter d’en saisir l’ombre portée sur son œuvre. Puis on examinera son rôle de relais des savants italiens en France, avant de revenir sur son travail historiographique et sur son rôle dans la nationalisation des mathématiques italiennes.

  • 13 Sur Giorgio Libri-Bagnano et son itinéraire d’exilé, voir la carte réalisée par Hugo Vermeren dans (...)
  • 14 Il rend compte de la manifestation du 27 juillet dans une lettre à sa mère datée de ce jour où l’o (...)
  • 15 Pittolet 1927, p. 361.

9L’importance de l’exil comme facteur de diffusion des idées et de circulation des acteurs politiques, militaires, et scientifiques n’est plus à démontrer. Dans le cas de Libri, il s’inscrit aussi dans une tradition familiale. Même si Guillaume a peu connu son père Giorgio, leurs itinéraires ont plus d’un point commun. D’abord, tous deux ont connu l’exil : le père a dû quitter l’Italie pour échapper à la prison et s’est installé à Toulouse, puis à Lyon où il est arrêté à la Restauration13. S’ensuit un itinéraire complexe à travers les lieux de détention d’étrangers indésirables : ses biographes rivalisant d’hyperbole pour compter le nombre de prisons par lesquelles il est passé – les recherches récentes d’Hugo Vermeren ont permis d’en identifier une dizaine et il est probable que la réalité se situe plutôt dans cet ordre de grandeur. Finalement expulsé vers la Belgique, Giorgio Libri-Bagnano devient agent du roi de Hollande et journaliste au National, qui est nettement favorable à la politique de Guillaume Ier. Pour cette raison, c’est à sa maison que s’en prennent en premier lieu les insurgés du 25 août 1830, le contraignant à un dernier exil à Amsterdam jusqu’à sa mort en 1836. L’itinéraire du fils est moins complexe a priori, mais il inclut tout de même deux expatriations forcées : après un premier voyage d’agrément et d’études en France en 1830, qui le conduit à prendre part aux manifestations parisiennes de juillet14, Libri s’associe à Florence à la conspiration dite du Berlingaccio (jeudi gras) en 1831 et reçoit de la police un ordre d’éloignement qui le ramène en France. Plus tard, ce sont les accusations de vols de manuscrits à différentes bibliothèques françaises qui le contraindront à reprendre le chemin de l’exil pour se fixer à Londres. Là est en effet le second point commun entre les itinéraires du père et du fils : l’un et l’autre ont été convaincus en France de vols et de faux. Le père a été condamné à dix ans de travaux forcés pour faux en récidive en 1816 ; quant au fils, son procès pour vol de manuscrits, qui s’achève par une condamnation par contumace à dix ans de réclusion, a défrayé la chronique, au point d’envoyer, par exemple, Prosper Mérimée, en prison pendant quelques jours pour l’avoir défendu avec trop d’âpreté. Enfin, et cela doit nous intéresser particulièrement, le père et le fils sont tous les deux accusés d’avoir manqué de reconnaissance à l’égard de leur patrie d’adoption : Giorgio est poursuivi dès ses premières années en France pour propos séditieux et anti-français, tandis que Guillaume est régulièrement accusé de chercher à promouvoir les mathématiques italiennes au détriment de la science française. Les échos des mésaventures du père pèsent d’ailleurs sur la perception des dénégations du fils : comme l’écrit un des premiers biographes de la famille, « si “bon chien chasse de race”, ce forban [Guillaume Libri] méritait sans doute qu’on le proclamât le digne fils de son père »15.

10Le rapport de Guillaume Libri à la France demeure empreint d’ambiguïté : il demande certes à être naturalisé dès 1831, mais l’explication qu’il en donne dans une lettre à Guizot, dont il est devenu proche dès son premier passage à Paris en 1830, montrent que ce choix n’a rien d’une évidence :

  • 16 Lettre de Guillaume Libri [à François Guizot], s.d., BNF, NAF 3271, 289.

Exilé d’Italie j’étais indécis sur le choix du pays où j’irais m’établir : mon goût pour les études orientales me faisait pencher pour les Indes : d’anciennes amitiés m’appelaient en Allemagne, lorsque les portes de l’Institut et celles de la Sorbonne se sont ouvertes pour moi comme par enchantement. Je n’oublierai jamais que, malgré des précédents qui pouvaient me faire croire hostile au gouvernement, c’est sous votre ministère, alors que vous dirigiez la politique française, que j’ai été si noblement accueilli en France16.

11Les raisons de sa demande de naturalisation sont donc ambivalentes : la cause essentielle semble en être la candidature de Libri à un poste de membre de l’Académie des sciences, réglementairement réservé aux nationaux. Dans le même temps, cela ne l’empêche pas de mettre en scène son changement de nationalité pour en faire un acte politique, dans une lettre d’une rare violence qu’il adresse à l’empereur d’Autriche. Disant vouloir faire connaître les raisons de sa « grave résolution », il dénonce la « tyrannie » et le « joug de l’étranger » qui pèsent sur la Toscane et accuse l’empereur d’« injustice » d’« arbitraire » et d’« arrogance ». Il réaffirme surtout son rêve d’indépendance italienne :

  • 17 Lettre ouverte de Guillaume Libri à Léopold II d’Autriche, BNF, NAF 3271, Lettre 313.

Banni de ma patrie contre le texte de la loi, les larmes de ma mère obtinrent que j’attendisse en silence des temps meilleurs. Mais le sort de l’Italie devenant chaque jour plus triste et l’Autrichien dressant partout des échafauds, j’acceptai l’offre de ceux qui voulurent honorer le malheur, et quittant le nom d’Italien, j’entrai dans l’Institut de France pour me livrer tout aux sciences. Je ne perdis pas cependant l’espoir de reprendre les armes, lorsque l’Italie, fatiguée d’obéir aux esclaves de l’Autriche, se lèvera et combattra17.

  • 18 Cattaneo 1860, p. 34.
  • 19 Thiesse 1999. Voir également Isabella 2004.
  • 20 Choate 2008.
  • 21 Libri 1838-1841, p. XXIII.

12Même s’il y a dans cette proclamation un effet d’opportunisme, il n’en est pas moins certain que l’intérêt de Libri pour les affaires italiennes ne décroît pas avec son exil. Il en paraît même renforcé et Libri demeure essentiellement l’homme de deux patries : une patrie de naissance et une autre d’adoption, une d’attachement sentimental et l’autre de carrière. À une échelle plus large, les historiens de l’exil ont souligné combien cette institution, selon la formule de Carlo Cattaneo18, a été un puissant facteur d’élaboration de l’idée nationale, dans un mouvement dialectique entre construction nationale et mobilité transnationale bien connue des historiens19. Loin de les détourner de la lutte politique pour l’indépendance italienne, l’exil contribue à renforcer voire à créer l’identité italienne des bannis. Mark Choate l’a montré pour l’émigration de la fin du XIXe siècle : l’identité nationale d’un pays se forge aussi de l’extérieur20. Ce qui est vrai pour l’émigration économique l’est à plus forte raison pour des personnalités dont le départ était déjà motivé par des raisons politiques. Vue de l’extérieur, dans un dialogue avec un pays d’accueil et la perception qu’on a des évolutions dans la péninsule, l’identité italienne prend une dimension nouvelle qui irrigue à son tour la construction nationale. Plus libéral que patriote lors de ses premiers engagements en Toscane, ce n’est qu’à l’étranger que Libri devient un acteur important du mouvement national au moment où celui-ci prend de l’ampleur. Il établit du reste lui-même un lien entre sa position d’exilé et son œuvre de célébration en écrivant, dans l’introduction de son Histoire des sciences mathématiques en Italie que « la meilleure réponse à une proscription illégale était un ouvrage destiné à célébrer la gloire du pays d’où [il] étai[t] expulsé »21. Il est plus explicite encore dans une lettre à Gino Capponi de 1837 :

  • 22 « Quanto più mi allontano e più sto fuori, e più sento che sono italiano ; ed al desiderio, che av (...)

Plus je m’éloigne, plus je suis extérieur et plus je me sens italien. Et au désir que j’avais d’étudier pour moi-même s’est ajouté celui de parvenir à quelque chose qui fasse honneur à mon pays et de pouvoir dire un jour : je suis italien et l’Italie vaut quelque chose22.

13La conception de Libri de la science italienne se forme donc au prisme de ce miroir déformant, celle d’un italien exilé qui se fixe la mission d’en être l’ambassadeur en France et en Europe.

Un ambassadeur de la science italienne

  • 23 Sur les exilés dans la société parisienne, Diaz 2014.
  • 24 Libri 1845.

14La particularité du positionnement de Libri dans le riche ensemble des exilés parisiens, c’est la fulgurance de son ascension qui en fait une source d’inspiration et d’envie pour ses compatriotes et ses coreligionnaires23. Successivement professeur à la Sorbonne, membre de l’Académie des sciences – il est seulement le troisième né étranger à obtenir ce titre, après deux autres Italiens illustres, l’astronome Jean-Dominique Cassini et Joseph-Louis Lagrange – et enfin professeur au Collège de France, Libri incarne la réussite dans la société française. Mais la rapidité de ce succès crée aussi une attente chez ses compatriotes : celle d’une sensibilité plus forte à l’égard des exilés fraîchement débarqués. Cette solidarité prend d’abord la forme d’une participation visible aux diverses souscriptions qui sont lancées pour soutenir les émigrés italiens, comme lorsque Libri relaie dans le Journal des débats un appel aux dons pour des réfugiés récemment arrivés, « dépourvus de ressources, arrivant, à l’entrée de l’hiver, dans un pays dont le climat doit leur paraître fort rigoureux, ignorant pour la plupart la langue et les habitudes des populations au milieu desquelles ils se trouvent subitement transplantés », et dont l’expérience ne peut manquer de lui rappeler la sienne24.

15Au-delà de ce mode d’expression de la solidarité, la position spécifique de Libri dans le champ académique en fait un puissant relais de diffusion de la culture scientifique italienne en France. Il se trouve ainsi au nœud entre les réseaux scientifiques qu’il a forgés en Italie, dont le maillage ne se dessert pas, et les relations qu’il noue avec le milieu scientifique parisien, dont le prestige est alors à son apogée en Europe. Il contribue ainsi à intégrer les réseaux les uns aux autres et se fait le relais des travaux et des découvertes en Italie dans le monde académique français, puissante caisse de résonnance à l’échelle européenne. Sa correspondance recèle ainsi de nombreuses lettres de savants italiens plus ou moins fameux qui s’adressent à lui pour diffuser au-delà des frontières de la péninsule leurs travaux scientifiques. Un certain Fedele Armanto, par exemple, tente en 1838 de faire appel à une forme de solidarité italienne pour obtenir de Libri qu’il diffuse un article dont il est l’auteur à l’Académie des sciences :

  • 25 « Alcuni miei lavori geodetici pubblicati per le stampe di cui le acchiudo due copie vanno a incon (...)

Quelques-uns de mes travaux de géodésie imprimés dont je vous joins deux copies sont prêts à affronter la difficile épreuve du jugement des scientifiques de votre grande ville. Je n’ai pas l’honneur de vous connaître, mais en tant qu’Italien, je prends la liberté de recommander à un illustre Italien le fruit de mes modestes efforts. Vous qui avez obtenu une telle considération dans un pays étranger, que l’on peut considérer comme le centre de la civilisation européenne, j’espère que vous aurez la bonté de protéger mes opuscules, si du moins vous les trouvez dignes de votre attention25.

  • 26 Lettre de Pietro Leopardi à Guillaume Libri, 1er septembre 1838, BNF, NAF 3271, 147.
  • 27 Lettre de Giovanni Battista Amici à Guillaume Libri, 21 mai 1847, BNF, NAF, 3266, 187.

16On trouve le même type de lettres de la part non seulement de mathématiciens, comme Gaspare Mainardo, mais aussi de physiciens, comme Giovan Alessandro Majocchi ou d’écrivains comme Terenzio Mamiani. Les modalités de l’intercession de Libri peuvent être variées, depuis la présentation d’une note dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences jusqu’à l’attribution d’une charge de cours – Pietro Leopardi lui écrit ainsi en 1848 pour obtenir quelques heures d’enseignement de l’italien à la Sorbonne26 – ou même d’une Légion d’honneur, comme celle dont bénéficie l’astronome Giovanni Battista Amici qui ne manque pas d’en remercier le principal artisan27.

  • 28 Libri 1832a, Libri 1832b, Libri 1832c et Libri 1833.
  • 29 Libri 1832c, p. 367.
  • 30 Libri 1833, p. 409.
  • 31 « Ma nondimeno i vincoli che uniscon tra se tutti i rami del sapere, mi condurranno anche a toccar (...)

17En plus de mettre ses réseaux savants personnels au service de la diffusion des travaux de ses amis italiens, Libri dispose d’un puissant vecteur de diffusion qu’est la presse, où il est particulièrement bien introduit. Membre de la rédaction du Journal des Savants où il publie de nombreux comptes rendus sur les travaux de ses compatriotes, il est également un contributeur régulier de la Revue des deux mondes, où il fait paraître une série d’articles sur l’état des sciences dans les différentes régions d’Italie qui amorce son virage vers une approche historiographique de la science italienne28. Dans cette série, Libri esquisse pour la première fois le projet de ce qui va devenir son Histoire des sciences mathématiques en Italie, promettant de contribuer à la « régénération nationale »29 en montrant « qu’il est impossible d’étouffer le génie en Italie »30. Dans le même temps, il publie dans l’Antologia, la revue des libéraux toscans, un article sur l’histoire scientifique de la Toscane qui promet de faire la preuve de ce que « l’ingrate Europe doit à l’Italie »31.

L’histoire des sciences mathématiques en Italie

Le projet éditorial

  • 32 Firmin-Didot 1860.
  • 33 Comte 1832.
  • 34 Montucla 1758. Sprengel 1800-1803. Delambre 1821.

18Depuis son premier voyage à Paris en 1830 où, d’après l’auteur de sa notice dans la biographie générale des frères Firmin-Didot, Libri aurait convoqué en duel un Parisien qui avait manqué de respect au ministre toscan Mattucci, le mathématicien semble en effet s’être fixé pour mission de restaurer le prestige de l’Italie et de ses savants en Europe32. Alors que l’histoire des sciences commence tout juste à se donner une forme institutionnelle sous l’impulsion de pionniers comme Auguste Comte33, la discipline est tiraillée entre la recherche d’une histoire universelle de l’esprit humain et une tendance à la nationalisation. Cette tension apparaît d’autant plus forte en Italie, où le pays est travaillé depuis le XVIIe siècle par une impression de décadence et de déclassement dans l’Europe intellectuelle. Écrire une histoire des sciences mathématiques en Italie offre la triple opportunité de relativiser ce déclin en mettant l’accent sur les disciplines scientifiques, de placer les Italiens au centre d’une discipline en construction, et de donner aux mathématiques, après celle de Jean-Étienne Montucla, une histoire aussi ambitieuse que celle de l’astronomie par Jean-Baptiste Joseph Delambre ou celle de la médecine par Kurt Sprengel34. La particularité de l’entreprise de Libri, qui se limite aux frontières de la péninsule italienne, n’en est que plus frappante.

  • 35 « Io ribatto francamente le calunnie oltramontane contro l’Italia », lettre de Guillaume Libri à G (...)

19On ne saurait, bien sûr, réduire le projet éditorial de l’Histoire des sciences mathématiques à un monument à la nation italienne – l’incontestable rigueur méthodologique du livre le conduit par exemple à rendre aux Arabes l’invention de la numération moderne contre Chasles qui cherchait à la rapatrier en Occident. Il n’en est pas moins clair que l’ambition de l’ouvrage est aussi de « battre en brèche les calomnies transalpines contre l’Italie »35 comme il le dit dans une lettre à Gino Capponi. Ces calomnies, il les explicite dans l’introduction de son Histoire :

  • 36 Libri 1838-1841, t. 1, p. X-XI.

Occupé spécialement de l’Italie, je voyais avec regret que le manque d’un ouvrage propre à leur faire connaître les travaux scientifiques des Italiens, avait porté souvent les étrangers à supposer que les arts et la poésie seuls pouvaient prospérer dans la patrie d’Archimède et de Galilée36.

  • 37 Ibid., p. XIX.

20C’est donc à une entreprise de réhabilitation que Libri entend se livrer car, écrit-il encore, « dans toutes les circonstances, sous tous les gouvernements, les esprits élevés doivent savoir honorer et illustrer leur pays, car c’est encore là du patriotisme »37. Aussi la rigueur de l’investigation historique est-elle sans cesse en tension avec la volonté de défendre le primat italien sur les sciences et les lettres. Ainsi lit-on dans le troisième volume de l’ouvrage :

  • 38 Ibid., t. 3, p. 187.

Si nous devions tracer une histoire générale des progrès de l’esprit humain […], nous montrerions tout l’Occident, devenu subitement disciple de l’Italie, imiter et traduire ce qu’on avait fait dans cette contrée38.

  • 39 Gioberti 1843.
  • 40 Albarini 2008.

21Cette entreprise est quasi contemporaine de celle que mène Vincenzo Gioberti pour restaurer le primat moral et civil des Italiens39. Les deux hommes sont d’ailleurs en contact, sans que les similitudes de leur projet intellectuel soient évoquées. Plus généralement, les travaux de Giuliano Albarani sur la notion de primat italien et ses usages dans l’historiographie risorgimentale ont montré le rôle moteur de cette construction dans la nationalisation de l’Italie, bien avant, et indépendamment de la construction étatique40. La particularité de l’œuvre de Libri est de tirer cette notion dans le champ des sciences, où il n’avait guère jusque-là été un enjeu. Il met en scène ce basculement dans une anecdote à laquelle il tient suffisamment pour l’utiliser à deux reprises, dans l’Histoire des sciences mathématiques et dans un article qu’il consacre à Galilée pour la Revue des Deux mondes :

  • 41 Libri 1841, p. 567. La même anecdote se trouve, à quelques mots près, dans Libri 1838-1841, t. 3, (...)

Michel-Ange mourut le jour où naquit Galilée. Ce fut là comme un grand pronostic destiné à annoncer que désormais les arts, qui avaient fait la gloire de l’Italie, devaient céder le sceptre aux sciences, et que le règne de la philosophie allait commencer41.

22L’opération rhétorique est à double effet et produit un double primat : un primat italien sur les sciences qui remonte à Archimède et Galilée, mais aussi de ce fait une prééminence nouvelle des sciences sur les lettres qui ressort de ce hasard de calendrier. Libri se fait ainsi le chantre d’un patriotisme scientifique, qui n’est pas soluble dans le nationalisme politique. Il ne s’agit ni de préparer ni de légitimer une unification politique de l’Italie ; l’entreprise se situe sur un autre plan. La construction nationale ne se limite pas aux révoltes, aux complots politiques et autres guerres d’indépendance. Elle se joue aussi dans le rayonnement scientifique de la péninsule. L’introduction de l’Histoire des sciences mathématiques est très explicite sur ce point :

  • 42 Libri 1838-1841, t. 1, p. XVIII.

[En Italie], souvent, des hommes plus généreux qu’éclairés affirment qu’il faut quitter toute autre occupation pour se consacrer uniquement à la délivrance de la patrie. L’histoire doit montrer à ces esprits trop exclusifs, Michel-Ange travaillant tantôt aux fortifications de Florence, tantôt aux fresques du Jugement Dernier, et Machiavel écrivant ses plus beaux ouvrages à peine sorti d’une conspiration avortée. Elle doit prouver, par l’exemple de Campanella, enseveli vingt-sept ans dans un cachot, et plusieurs fois torturé pour avoir tenté de chasser les Espagnols de l’Italie, que l’amour de l’indépendance n’exclut pas l’exercice des plus nobles facultés de l’homme42.

23Sans attendre du savant qu’il renonce à toute activité politique – ce serait pour le moins paradoxal pour un homme au parcours politique si chargé –, Libri refuse ainsi de hiérarchiser les différents niveaux de l’implication patriotique que sont l’action politique et le rayonnement par la science. En même temps qu’il condamne ceux qui ne cherchent dans la science que les applications pratiques, il rejette l’idée que dans les conjonctures troublées, le rôle des scientifiques consisterait à laisser leur recherche pour se consacrer à la résolution des crises.

Des querelles de préséance

24En quoi consiste concrètement cette opération de restauration du primat ? Il s’agit, pour l’essentiel, d’un glissement de l’enjeu du débat historiographie depuis les querelles de préséance individuelle, sujet essentiel de l’érudition dans la discipline naissante, vers la question du primat national. La science italienne a besoin, pour jouer son rôle patriotique, de faire reconnaître la place de ses travaux dans l’histoire disciplinaire des mathématiques.

25L’enjeu essentiel de l’histoire des sciences est en effet alors de remonter aux sources des découvertes pour débusquer les précurseurs et construire la généalogie des théories scientifiques. Libri se situe clairement dans cette perspective dès l’entame de sa préface :

  • 43 Ibid., p. IX.

Dès mes premiers pas dans l’étude des sciences, attiré par le charme des recherches historiques, je me suis attaché à suivre à travers les siècles le développement de l’intelligence humaine et à rechercher, dans les écrits des inventeurs, les idées premières qui avaient présidé aux grandes découvertes43.

  • 44 Libri 1838-1841, t. 2, p. 187.

26Le recours à des manuscrits inédits que Libri a déjà commencé à collectionner est précieux dans cette perspective. C’est généralement sur l’attribution de la prééminence des découvertes que se jouent les controverses entre historiens des sciences. L’analyse de la teneur des débats entre Libri et ses adversaires français montre pourtant que l’enjeu érudit se mêle souvent de considérations sur le biais national des protagonistes. Libri s’ingénie ainsi à présenter Lope de Vega et Cervantès comme des disciples de l’Arioste et Shakespeare comme un imitateur des contes de Porto, de Giraldi et de Bandello44. Ces formules, lapidaires pour la littérature, donnent lieu à de longs développements mathématiques au point de donner à certains passages du livre des allures de plaidoyers pour la science nationale italienne, valorisant les travaux de Galilée, Toricelli ou Fibonacci.

27L’analyse de la réception française de l’Histoire des sciences mathématiques montre que les lecteurs français relèvent et regrettent cette tendance à ramener à l’Italie l’ensemble de l’histoire des mathématiques, ce qui se double parfois d’un procès en ingratitude à l’égard de la France à laquelle il doit tout – Libri n’a-t-il pas été élu au Collège de France au détriment des gloires nationales que sont Cauchy et Liouville ? Dans le long compte rendu qu’il livre de l’ouvrage pour l’Institut historique, Bernard Julien synthétise ces reproches : relevant que « M. Libri est passionné pour la gloire de son pays », il ajoute, laconique, que « l’effet ordinaire des passions, c’est de nous faire voir les choses tout autres qu’elles ne sont ». Et de conclure :

  • 45 Julien 1842, p. 263.

Qu’arrive-t-il ? C’est que M. Libri réclame pour les Italiens toutes les inventions un peu importantes, soit dans leur totalité, soit dans leurs premiers rudiments, soit dans leurs perfectionnements ; il n’y place que pour eux dans l’histoire des sciences, et souvent, je dois le dire, les mérites qu’il leur attribue ne paraissent pas, même d’après ses citations, avoir le moindre fondement45.

28Ce reproche ne se limite pas, d’ailleurs, à l’échelle péninsulaire, et Bernard Julien accuse aussi Libri d’exagérer l’importance des Toscans au détriment des Romains, autant par attachement à sa patrie de naissance que par anticléricalisme et républicanisme.

  • 46 Chasles 1837.
  • 47 Libri 1838-1841, t. 2, p. 20.

29Ce fond de rivalité nationale n’est pas moins présent dans la longue polémique qui oppose en 1841 Libri à Michel Chasles, qui se pique lui-même d’histoire des sciences et a publié, quelques mois avant l’ouvrage de Libri un Aperçu sur l’origine et le développement des méthodes de géométrie46. La polémique commence avec la publication du second volume de l’Histoire des sciences mathématiques, où Libri dénonce les approximations de Chasles sur les origines de l’algèbre : pour Libri, « c’est à un marchand de Pise, Léonard Fibonacci, que nous devons la connaissance de l’algèbre »47, tandis que Chasles fait remonter cette connaissance à des traductions de l’arabe du XIIe siècle. Or d’une discussion érudite par notes de bas de page interposées on passe en septembre 1841 à une querelle publique en séance à l’Académie des sciences. Plusieurs nouvelles assertions viennent nourrir la polémique, sur laquelle l’Institut ne revient pas moins de trois fois : on se querelle sur l’origine de la numération moderne, sur l’interprétation d’un passage de Boèce et même sur un article de l’anglais James Orchar Halliwell censé arbitrer la querelle.

  • 48 Ehrhardt 2011.
  • 49 Bloch 1949, p. 130-131.

30Comme la controverse qui oppose Libri à Liouville sur la préséance d’un résultat d’analyse qu’a étudiée Caroline Ehrhardt48, celle avec Chasles est multidimensionnelle : elle doit être inscrite dans un contexte institutionnel, scientifique mais aussi national. S’y joue en particulier le statut de spécialiste d’histoire des mathématiques à l’Académie des sciences que les deux mathématiciens se disputent. La rivalité est d’ailleurs plus générale : Chasles n’est que correspondant de l’Académie des sciences, tandis que Libri en est membre de plein exercice – Chasles doit attendre la fuite de Libri en Angleterre pour hériter de son siège. La querelle est aussi méthodologique : on se dispute sur la place des manuscrits dans l’écriture de l’histoire, et plus précisément sur l’acceptabilité d’un manuscrit non publié comme preuve de préséance. Si l’on y ajoute le caractère batailleur de Libri et le manque de discernement de Chasles en matière historique dont Marc Bloch lui-même s’est gaussé dans son Apologie pour l’histoire49, les causes de la controverse et de sa violence paraissent multiples. Mais lorsque la querelle rebondit sur l’importance respective des contributions de François Viète et de Fibonacci à l’invention de l’algèbre littérale, l’opposition devient nettement celle de deux champions dont la gloire devrait rejaillir sur leur nation respective. Chasles est sans doute le plus précis dans ce domaine lorsqu’il attaque frontalement l’œuvre de Libri au cours de la séance du 13 septembre 1841 à l’Académie des sciences :

  • 50 Chasles 1841, p. 498.

Mes recherches m’ont aussi fait découvrir plusieurs erreurs, même dans les ouvrages les plus récents. La rectification de ces erreurs intéresse l’histoire de la science en général, et quelquefois aussi, en particulier, notre histoire nationale ; car j’ai trouvé, chemin faisant, que souvent des jugements hâtifs et erronés ont sacrifié même nos plus beaux génies et nos plus incontestables illustrations scientifiques, tels que Viète, Descartes, Fermat, Pascal, à la gloire de noms étrangers, les uns éminents, les autres à peine connus dans le monde mathématique50.

31Dans cet âpre débat sur les origines de l’algèbre et de la numération, c’est donc aussi la nationalisation du récit de l’histoire des sciences qui est en jeu. Il n’est nullement question, en soulignant l’importance des rivalités nationales dans ces querelles érudites, de rabattre l’ensemble des facteurs de désaccord sur cet aspect. Mais sa réintroduction permet de comprendre la spécificité d’un acteur naturalisé français mais jamais totalement perçu comme tel, ni par lui-même ni par ses lecteurs, et toujours pris entre la volonté d’être un acteur du Risorgimento scientifique et les accusations d’ingratitude à l’égard de la patrie qui l’a accueilli.

 

32Patriote, Libri le fut sans doute dans sa jeunesse florentine, même si son engagement politique, qui le rapproche très vite du libéralisme d’un Guizot, apparaît de plus en plus modéré. Mais le patriotisme qu’il développe dans son œuvre historiographique est d’une autre nature : il aspire moins à la fin du joug autrichien sur la péninsule italienne qu’à donner un fondement scientifique à la nation italienne. Une telle entreprise n’a pas besoin de débouché politique pour prendre son sens. Libri lui-même établit la distinction en même temps que la possible continuité entre ces deux formes d’engagement.

33Or c’est bien une nouvelle forme de patriotisme, que l’on pourrait appeler du patriotisme scientifique, que Libri invente depuis son exil parisien. Un patriotisme tourné vers l’extérieur, qui fait de la science un vecteur de rayonnement au même titre que les arts et les lettres et en fait une source d’identification et de fierté nationale. Conçu indépendamment du projet politique de l’unification, il s’en nourrit néanmoins et ne cesse de se développer au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

34Il n’est guère étonnant dès lors, qu’après un temps de reflux, où les accusations de vols de manuscrits rendaient la référence à Libri sulfureuse pour ses successeurs, ce soient les deux principaux artisans de la nationalisation de l’histoire des mathématiques en Italie au tournant du siècle, Antonio Favaro et Gino Loria, qui aient contribué à sa réhabilitation. C’est au premier qu’on laissera le dernier mot :

  • 51 « Qualunque siano pure le colpe delle quali in tempi agitati, esule dalla patria in seguito ai mot (...)

Quelles que soient les fautes dont, en ces temps agités, alors qu’il était exilé à la suite du mouvement de 1831 et poursuivi de haines implacables, on a pu accuser Libri, aucun italien ne devrait jamais oublier tout ce qu’il a fait pour son pays, et quel rôle cet hymne qu’il a composé à la renaissance de l’Italie a eu dans notre Risorgimento politique51.

Haut de page

Bibliographie

BNF, NAF = Bibliothèque nationale de France, Nouvelles acquisitions françaises (Paris).

 

Albarini 2008 = G. Albarini, Il mito del primato italiano nella storiografia del Risorgimento, Milan, 2008.

Bistarelli 2011 = A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, 2011.

Berger – Lorenz 2010 = S. Berger, Ch. Lorenz (dir.), Nationalizing the past. Historians as nation builders in modern Europe, Basington, 2010.

Bloch 1949 = M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, 1993 [1949], p. 130-131.

Carraresi 1882 = A. Carraresi (éd.), Lettere di Gino Capponi e di altri a lui, Florence, 1882, p. 192.

Cattaneo 1860 = C. Cattaneo, Ugo Foscolo e l’Italia, dans Il Politecnico, fasc. LII-LIII, 1860, p. 441-474.

Chasles 1837 = M. Chasles, Aperçu sur l’origine et le développement des méthodes de géométrie, Paris, 1837.

Chasles 1841 = M. Chasles, Histoire de l’algèbre, dans Comptes rendus de l’Académie des sciences, 13, 1841, p. 497-524.

Choate 2008 = M. Choate, Emigrant nation. The making of Italy abroad, Cambridge, 2008.

Comte 1832 = A. Comte, Note remise à M. Guizot, ministre de l’Instruction publique, le 29 octobre 1832, reproduite dans É. Littré, Auguste Comte et la philosophie positive, Paris, 1863, p. 201-225.

D’Angelo 2016 = F. d’Angelo, Les hommes de science napolitains en exil en France, des passeurs scientifiques et politiques (1799-1820), dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 53-2, 2016, p. 39-57.

Del Centina – Fiocca 2004 = A. Del Centina, A. Fiocca, L’archivio di Guglielmo Libri dalla sua dispersione ai fondi della Biblioteca Moreniana, Florence, 2004.

Delambre 1821 = J.-B. Delambre, Histoire de l’astronomie moderne, Paris, V. Courcier, 1821, 2 vol.

Diaz 2014 = D. Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, 2014.

Ehrhardt 2011 = C. Ehrhardt, A quarrel between Joseph Liouville and Guillaume Libri at the French academy of sciences in the middle of the nineteenth century, dans Historia mathematica, 38-3, 2011, p. 389-414.

Firmin-Didot 1860 = A. Firmin-Didot, s.v. Libri, Guillaume, dans Nouvelle biographie générale, 1860, t. XXXI, p. 130.

Favaro 1910 = A. Favaro, A proposito di Guglielmo Libri et della sua “Histoire des sciences mathématiques en Italie”, dans Il libro e la Stampa, 4-1, 1910, p. 21.

Giacardi 2006 = Livia Giacardi, Loria, Gino, dans Dizionario biografico degli italiani, Rome, 2006, vol. 66, p. 131-133.

Gioberti 1843 = V. Gioberti, Del primato morale e civile degli Italiani, Turin, S. Bonamici, 1843.

Halliwell 1839 = J.-O. Halliwell, History of mathematics, dans Foreign Monthly Review and Continental Literary Journal, IV, 1839, p. 380-384.

Isabella 2006 = M. Isabella, Exile and nationalism: the case of the Risorgimento, dans European History Quarterly, 36-4, 2006, p. 493-520.

Isabella 2009 = M. Isabella, Risorgimento in exile: Italian émigrés and the liberal international in the post-napoleonic era, Oxford, 2009.

Julien 1842 = Rapport fait à l’Institut historique par M. Bernard Julien, membre de la 3e classe, sur l’Histoire des Sciences mathématiques en Italie, depuis la Renaissance des Lettres jusqu’à la fin du XVIIe siècle, dans L’Investigateur. Journal de l’Institut Historique, tome II, 2e série, 96e livraison, 1842.

Libri 1831 = G. Libri, Discorso di Guglielmo Libri intorno alla storia scientifica della Toscana, dans Antologia. Giornale di scienze, lettere e arti, XLIV, 1831, p. 1-7.

Libri 1832a = G. Libri, Revue scientifique et littéraire de l’Italie, dans Revue des Deux mondes, « I. États sardes », 5, 1832, p. 699-711,

Libri 1832b = G. Libri, Revue scientifique et littéraire de l’Italie, dans Revue des Deux mondes, « II. Royaume Lombardo-Vénitien », 6, 1832, p. 635-657.

Libri 1832c = G. Libri, Revue scientifique et littéraire de l’Italie, dans Revue des Deux mondes, « III. La Toscane, Parme et Modène », 7, 1832, p. 347-367.

Libri 1833 = G. Libri, Revue scientifique et littéraire de l’Italie, dans Revue des Deux mondes, « IV. Rome et Naples », 1833, t. 2, 2e série, p. 399-409.

Libri 1838-1841 = G. Libri, Histoire des sciences mathématiques en Italie depuis la Renaissance des lettres jusqu’à la fin du XVIIe siècle, Paris, Jules Renouard et Cie, 1838-1841.

Libri 1839 = G. Libri, Aperçu historique sur l’origine et le développement des méthodes en géométrie, particulièrement de celles qui se rapportent à la géométrie moderne par M. Chasles, dans Journal des savants, 1839, p. 493-505.

Libri 1841 = G. Libri, Galilée, sa vie et ses travaux, dans Revue des Deux Mondes, 27, 4e série, 1841, p. 567-595.

Libri 1845 = G. Libri, Au rédacteur, dans Journal des débats, 23 novembre 1845, p. 2.

Loria 1909 = G. Loria, Le tradizioni matematiche in Italia, dans G. Castelnuovo (dir.), Atti del IV Congresso internazionale dei matematici (Roma, 6-11 Aprile 1908), Rome, Accademia dei Lincei, 1909, réédités par Kraus, 1967, vol. 3, p. 402-421.

Loria 1915 = G. Loria, Professori e Studenti nelle lotte per la redenzione nazionale, Gênes, 1915.

Loria 1937 = G. Loria, Guglielmo Libri come storico della scienza, dans Atti della Societa Ligustica di Scienze Naturali e Geografiche, 1918, reproduit dans Id., Scritti, conferenze, discorsi sulla storia delle matematiche, Padoue, 1937, p. 345-370.

Maccioni Ruju – Mostert 1995 = A. Maccioni Ruju, M. Mostert, The life and times of Guglielmo Libri (1802-1869), scientist, patriot, scholar, journalist, and thief: a nineteenth-century story, Hilversum,1995.

Montucla 1758 = J.-E. Montucla, Histoire des mathématiques, Paris, Ch. Ant. Jombert, 1758, 2 vol.

Pittolet 1927 = C. Pittolet, Une aventure du père Libri, dans Revue des bibliothèques, 37, 1927, p. 340-371.

Porciani 2001 = I. Porciani (dir.), Università e scienza nazionale, Naples, 2001.

Sprengel 1800-1803 = J. Sprengel, Versuch einer pragmatischen Geschichte der Arzneikunde, Halle, Johann Jacob Gebauer, 1800-1803, 5 vol.

Thiesse 1999 = A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe, XIXe-XXe siècles, Paris, 1999.

 

Haut de page

Notes

1 Libri 1839, p. 494-495.

2 « The very best model for a history of science that has ever come before the public », Halliwell 1839, p. 382.

3 Lettre de Guillaume Libri à un destinataire inconnu, vers 1940, BNF, Nouvelles acquisitions françaises (désormais NAF), NAF 3271, Lettre 229.

4 Voir Porciani 2001 et Berger – Lorenz 2010.

5 Isabella 2009 et Bistarelli 2011. Cf. également Isabella 2006.

6 Maccioni Ruju – Mostert 1995.

7 Del Centina – Fiocca 2004.

8 Sur Gino Loria, voir Giacardi 2006. Pour un aperçu de son rôle dans la nationalisation de la science italienne, cf. Loria 1909 et Loria 1915.

9 « Percorrendo tutte le pubblicazioni fatte dal Libri dopo il suo trasferimento in Francia si è condotti ad ammettere che in lui, come in altri profughi, la distanza abbia valso a rendere più inteso e vigile l’affetto verso la patria, chè rari sono i suoi scritti che all’Italia non si riferiscano o che dell’Italia non parlino, sia pure per incidenza », Loria 1937, p. 352.

10 Libri 1838-1841, t. 1, p. XXIII-XXIV.

11 Ibid., t. 4, p. 2.

12 D’Angelo 2016. ‬

13 Sur Giorgio Libri-Bagnano et son itinéraire d’exilé, voir la carte réalisée par Hugo Vermeren dans le cadre des activités de l’ANR AsilEuropeXIX : https://asileurope.huma-num.fr/cartotheque/itineraire-du-refugie-toscan-giorgio-libri-bagnano-1780-1836

14 Il rend compte de la manifestation du 27 juillet dans une lettre à sa mère datée de ce jour où l’on lit : « Chère Maman, tu sais que ma vie a toujours été tournée vers la liberté et l’indépendance italienne. Aujourd’hui, ce qui se joue à Paris est une question européenne. Je dois donc y participer de toutes mes forces. Si tu étais ici, tu me le commanderais toi-même. Si jamais mes efforts me conduisaient à une issue malheureuse, sois persuadée que mes dernières pensées seront pour l’Italie et pour toi – et que je mourrai indigne de me dire italien et ton fils ». (« Mia cara Mamma, Tu sai che la mia vita è stata sempre volta verso la libertà e l’independenza italiana. Oggi a Parigi si discuta una questione europea. Dunque io debbo concorrervi con tutte le mie forze. Se tu fossi qui me lo comandasti tu stessa. Se mai i miei sforzi mu conducessero ad esservi poco felice, sia persuasa che l’ultimo pensiero mio sarà volto all’Italia e a te stessa: e che indegno di chiamarmi italiano e flioglioso tuo. ») Lettre de Guillaume Libri à sa mère, 27 juillet 1830, BNF, NAF 3271, 197.

15 Pittolet 1927, p. 361.

16 Lettre de Guillaume Libri [à François Guizot], s.d., BNF, NAF 3271, 289.

17 Lettre ouverte de Guillaume Libri à Léopold II d’Autriche, BNF, NAF 3271, Lettre 313.

18 Cattaneo 1860, p. 34.

19 Thiesse 1999. Voir également Isabella 2004.

20 Choate 2008.

21 Libri 1838-1841, p. XXIII.

22 « Quanto più mi allontano e più sto fuori, e più sento che sono italiano ; ed al desiderio, che avevo di studiare per utile mio, si è aggiunto quello di pervenire a qualcosa che faccia onore al mio paese, e di poter dire un giorno : io sono italiano, e l’Italia val qualcosa. » Lettre de Guillaume Libri à Gino Capponi, 24 janvier 1825, dans Carraresi 1882, p. 192.

23 Sur les exilés dans la société parisienne, Diaz 2014.

24 Libri 1845.

25 « Alcuni miei lavori geodetici pubblicati per le stampe di cui le acchiudo due copie vanno a incontrare la difficile prova del giudizio degli scienziati di cotesta colta metropole. Io non ho l’onore di conoscerla, ma come italiano, mi prendo la libertà di racommandare ad un illustre italiano la sorte delle deboli mie fatiche. Ella che con l’alto suo merito ha ottenuto tanta considerazione in un paese straniero, che può dirsi il centro della civiltà europea, spero che vorrà avere la bontà di proteggere i miei opscoli, ove li trovi degni della sua attenzione. », lettre de Fedele Armanto à Guillaume Libri, 2 janvier 1838, BNF, NAF, 3266, lettre 169.

26 Lettre de Pietro Leopardi à Guillaume Libri, 1er septembre 1838, BNF, NAF 3271, 147.

27 Lettre de Giovanni Battista Amici à Guillaume Libri, 21 mai 1847, BNF, NAF, 3266, 187.

28 Libri 1832a, Libri 1832b, Libri 1832c et Libri 1833.

29 Libri 1832c, p. 367.

30 Libri 1833, p. 409.

31 « Ma nondimeno i vincoli che uniscon tra se tutti i rami del sapere, mi condurranno anche a toccare brevemente le vicende e i progressi delle scienze fuor di Toscana, mostrandone l’influenza reciproca, e quanto l’ingrata Europa debba all’Italia », Libri 1831, p. 7.

32 Firmin-Didot 1860.

33 Comte 1832.

34 Montucla 1758. Sprengel 1800-1803. Delambre 1821.

35 « Io ribatto francamente le calunnie oltramontane contro l’Italia », lettre de Guillaume Libri à Gino Capponi, 5 novembre 1838, dans Carraresi 1882, p. 484.

36 Libri 1838-1841, t. 1, p. X-XI.

37 Ibid., p. XIX.

38 Ibid., t. 3, p. 187.

39 Gioberti 1843.

40 Albarini 2008.

41 Libri 1841, p. 567. La même anecdote se trouve, à quelques mots près, dans Libri 1838-1841, t. 3, p. 201.

42 Libri 1838-1841, t. 1, p. XVIII.

43 Ibid., p. IX.

44 Libri 1838-1841, t. 2, p. 187.

45 Julien 1842, p. 263.

46 Chasles 1837.

47 Libri 1838-1841, t. 2, p. 20.

48 Ehrhardt 2011.

49 Bloch 1949, p. 130-131.

50 Chasles 1841, p. 498.

51 « Qualunque siano pure le colpe delle quali in tempi agitati, esule dalla patria in seguito ai moti del ’31 e perseguitato da oddi implacabili, potè il Libri essere accusato, nessun italiano dovrà mai dimenticare tutto cio ch’egli ha operato a pro del suo paese, e quanta parte quell’inno da lui sciolto al rinascimento dell’Italia abbia avuto nel nostro risorgimento politico. », Favaro 1910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonin Durand, « Construire l’histoire de la science italienne en exil. Guillaume Libri et son Histoire des sciences mathématiques en Italie », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-2 | -1, 395-405.

Référence électronique

Antonin Durand, « Construire l’histoire de la science italienne en exil. Guillaume Libri et son Histoire des sciences mathématiques en Italie », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 30 juillet 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/4377 ; DOI : 10.4000/mefrim.4377

Haut de page

Auteur

Antonin Durand

Institut Convergence migrations-IHMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals