Navigation – Plan du site
La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839-fin des années 1920)
Trajectoires transnationales

L’orientaliste et le mondain. Sociabilités aristocratiques transnationales en Italie (Florence, années 1870)

Marie Bossaert
p. 333-348

Résumés

L’article étudie les conditions sociales de production des savoirs orientalistes dans l’Italie post-unitaire, à Florence, où s’édifie un orientalisme proprement italien, à partir d’un cas : celui des études turques. Ces dernières, longtemps considérées absentes, sont en fait portées par des savants étrangers, aristocrates érudits et amateurs, liés au milieu intellectuel et mondain de Florence. Il est donc nécessaire de tenir compte des dynamiques transnationales pour comprendre la nationalisation et l’institutionnalisation des études orientales italiennes. J’examine la trajectoire de ces savants, leurs modalités d’insertion et leur contribution à ce domaine en formation, ainsi que leurs sociabilités. Celles-ci ont un point d’ancrage, la maison des savants, dans une Italie encore marquée par la culture de salon. Je propose de lire la turcologie comme un domaine de la marge.

Haut de page

Texte intégral

1Michele Amari, chargé de la présidence du Congrès international des orientalistes à Florence en 1878, confiait au sujet de ce « véritable pavé » qui lui était « tombé sur la tête » :

  • 1 D’Ancona 1896, p. 223.

Je ne crois pas à la grande utilité des Congrès des puissances ni des savants, mais je reconnais que ces derniers gagnent toujours quelque chose à causer et à s’amuser ensemble1.

  • 2 SVO 1971, par exemple.

2Cette historiographie est restée longtemps généalogique : elle reposait sur une série de noms – les grands, ceux des fondateurs de la discipline, auxquels était attribuée toute une liste d’ouvrages, rangés par secteurs, parfois juxtaposés2. Or cette perspective bio-bibliographique, volontiers nationale et linéaire, ne permet pas de saisir le faisceau des dynamiques à l’œuvre dans la genèse d’un champ orientaliste italien, qu’elles soient sociales, politiques, économiques ou intellectuelles.

  • 3 Moretti – Porciani 1998, entre autres. Je renvoie à l’introduction générale du dossier pour l’hist (...)

3Notamment, elle ne permet pas de comprendre comment se constitue un orientalisme national dans le cadre de l’Italie unifiée, alors même que la nationalisation des savoirs et des disciplines a été parfaitement étudiée, et depuis fort longtemps, par les historiens italiens, au premier chef Ilaria Porciani et Mauro Moretti3– comme s’il y avait un exotisme des études orientales, qui les avait tenues à l’écart des questions historiographiques adressées aux autres domaines du savoir. Je chercherai ici à éclairer un pan de cette évolution. Cette nationalisation a lieu à Florence, momentanément capitale, dans les années 1860 et 1870 : ce sera le cadre de la présente étude.

  • 4 Lowndes Vicente 2012.

4Elle est le fait de savants formés à l’étranger, en exil ou en bourse, qui échangent régulièrement avec leurs collègues européens et russes : leur (tout) petit nombre et la rareté de leurs compétences amènent les orientalistes à chercher des interlocuteurs au-delà des frontières nationales. Il faut donc pour comprendre ce phénomène de nationalisation prêter attention aux dynamiques transnationales. C’est ce que fait Filipa Lowndes Vicente dans son remarquable ouvrage sur l’indianisme « entre Florence et Bombay », qui fait exception dans le paysage historiographique de l’orientalisme italien4. Elle y montre ce que l’indianisme italien doit aux représentants des élites savantes d’Inde.

  • 5 Pour un bilan d’étape : Moretti 1996.
  • 6 Messaoudi 2015 ; Lardinois 2007.
  • 7 Charle 1996; Racine – Trebitsch 1992. Sur la notion de sociabilité je renvoie aux travaux de Mauri (...)

5D’autre part, cette perspective généalogique tend à négliger les conditions sociales de production des savoirs orientalistes – questions là aussi largement traitées dans l’historiographie des sciences et des savoirs en Italie5. Peut-être l’accent mis – à juste titre – sur les enjeux impérialistes de ces savoirs orientalistes a-t-il aussi contribué à ce que ces problèmes soient délaissés. Ainsi, il manque encore à l’orientalisme italien un travail comme celui d’Alain Messaoudi sur les arabisants ou de Roland Lardinois sur la « genèse de la sociologie de l’Inde » en France6. Le présent article, dans leur sillage, se penche sur deux séries de questions : celle des trajectoires des orientalistes d’une part ; d’autre part, celle des sociabilités savantes7.

  • 8 La terminologie pour désigner l’étude des langues et des cultures turques reste débattue, d’autant (...)
  • 9 Les considérations développées ici trouvent leur origine dans mon travail de thèse : Bossaert 2016

6Je propose de traiter ces questions à partir d’un cas, celui des études turques8. On a coutume de les faire commencer au tournant du XXe siècle, à Naples, avec un orientaliste italien, Luigi Bonelli, considéré comme leur « père fondateur »9. La turcologieaurait donc été absente de l’orientalisme florentin de la première heure – il faut dire que le domaine est loin d’avoir conquis ses lettres de noblesse dans le dernier tiers du siècle. Or, si l’on ouvre les revues savantes de l’époque – là où se fait le débat scientifique – on s’aperçoit que des travaux relatifs aux langues turques sont bel et bien présents en Italie dans les années 1870 et que les débats les plus récents ne sont absolument pas ignorés dans le pays. Simplement, ils sont portés par des savants étrangers. Tel est le cas du Codex Cumanicus.

Le comte et le code : l’édition du Codex Cumanicus par Géza Kuun

  • 10 Le Codex Cumanicus a suscité une très vaste littérature, dès le début du XIXe siècle. Un colloque (...)
  • 11 Le manuscrit, dont on a longtemps cru qu’il avait appartenu à Pétrarque, est mentionné pour la pre (...)

7Le Codex Cumanicus est un manuel de langues (latin-couman-persan-allemand) du XIVe siècle, destiné aux marchands et aux missionnaires qui opéraient en Crimée10. La découverte de ce manuscrit, conservé à la Marciana de Venise, représente une étape importante dans l’histoire des études turques, car il constitue un document précieux des plus anciennes langues kiptchak, langues turques d’Asie centrale de l’ouest. C’est plus généralement l’un des tout premiers témoignages d’une langue turque médiévale. À ce titre, il donne à voir les pratiques d’apprentissage du turc à l’époque, et les échanges entre Latins et peuples centrasiatiques. Le manuscrit11 est redécouvert par hasard dans les années 1820 par un orientaliste allemand, Julius Klaproth, qui en édite une version partielle à Paris en 1828. S’ensuit une discussion scientifique internationale sur la nature du mystérieux couman – turc oriental ? cousin du hongrois ? – qui s’étendra sur plusieurs décennies. En Italie, il faut attendre les années 1870 pour que paraissent les premiers textes sur le sujet. L’auteur en est un certain Géza Kuun.

  • 12 La bibliographie sur Kuun est assez mince, et essentiellement en hongrois. Je me suis référée à : (...)
  • 13 Thiesse 1999.
  • 14 Ces recherches donnent lieu à un ouvrage sur l’origine des Magyars : Relationum Hungarorum cum Ori (...)
  • 15 Kuun aurait appris l’hébreu avec un rabbin à Budapest, cf. Souvenir 1906, p. 12-13.

8Linguiste et philologue, orientaliste à l’usage, Géza Kuun (1837-1905) est originaire de Transylvanie, d’une ancienne famille de l’aristocratie hongroise12. Éduqué dans sa jeunesse par des précepteurs privés (la pratique a toujours cours au XIXe siècle dans les noblesses européennes) il poursuit ses études dans plusieurs collèges qui le conduisent à l’université de Budapest, où il se forme à la philologie, l’histoire, la littérature et l’archéologie. Comme nombre de jeunes intellectuels hongrois, mais le constat vaudrait ailleurs en Europe, Géza Kuun s’intéresse à l’histoire de son pays, de sa nation plus exactement, encore balbutiante. On est en pleine élaboration des identités nationales, que le passé en soit l’assise n’est plus à démontrer13. C’est par ce biais que Géza Kuun en vient à s’intéresser aux peuples « orientaux » et à leurs langues, dont l’histoire a croisé celle des Hongrois14. Le paradoxe n’est qu’apparent : l’histoire de la Hongrie est traversée de ces contacts, et l’étude de l’Orient est à entendre comme l’étude du passé propre. C’est là un point fondamental, sur lequel j’aurai l’occasion de revenir. Kuun apprend alors les langues à mesure de ses besoins : les langues sémitiques, d’abord (hébreu, arabe, assyrien), qu’il étudie brièvement à Leipzig et Göttingen, avant que le mal du pays ne le rappelle sur ses terres15 ; le turc et ses variantes ensuite, à partir des années 1870.

  • 16 BMV, It. X, 431, « Géza Kuun », n. 13, faire-part de décès de Géza Kuun, 1905.

9Bien qu’il ne soit jamais titulaire d’aucune chaire à l’université – il ne cherche d’ailleurs pas vraiment à le devenir –, Géza Kuun participe pleinement à la vie scientifique et académique de son temps. Membre de l’Académie hongroise des sciences, institution qui joue un rôle de premier plan dans la structuration des études orientales à Budapest, dont il devient plus tard président, il appartient également à plusieurs sociétés savantes hongroises et étrangères – ces pratiques d’affiliations multiples et internationales, dont son faire-part de décès donne une vue saisissante16, sont alors monnaie courante. Kuun publie régulièrement dans des revues reconnues, et entretient des liens soutenus avec des savants du monde entier. Parmi ses faits d’armes, on compte justement la première édition critique intégrale du Codex Cumanicus, qui paraît en 1880 en latin à Budapest. Cette édition, destinée à un large public savant, lui vaut une reconnaissance scientifique internationale.

  • 17 Otto Blau et Robert Rösler notamment. Pour le détail de ces débats : Kuun 1876b, II-2/3, p. 51 ; S (...)
  • 18 Kuun 1876b.

10Il n’est guère étonnant que Kuun se lance dans le Codex. Le débat sur le texte est particulièrement vif en Hongrie depuis le milieu du siècle, où l’on s’écharpe sur la parenté du hongrois et du couman : les savants du cru s’efforcent par tous les moyens de démontrer que le couman est une langue magyare – qu’on tient là un ancêtre du hongrois national. L’idée est critiquée dans les années 1870, quand plusieurs savants font l’hypothèse d’un dialecte turc oriental17. C’est dans ces débats qu’intervient Géza Kuun lorsqu’il commence à travailler sur le manuscrit à Venise au début de la décennie. Les premiers résultats de ses recherches paraissent dans le Bollettino italiano degli studi orientali18 de Florence, qui est alors la principale revue orientaliste italienne. Dans une première livraison, de juillet 1876, il retrace l’histoire du manuscrit et de sa découverte, avant d’exposer les termes du débat sur l’origine du couman. La suite de son étude est tout entière consacrée à démonter l’idée de sa parenté avec le hongrois. Pour Kuun, le couman est bien une langue turque.

  • 19 Emilio Teza, premier érudit italien à s’occuper du Codex Cumanicus, au début des années 1890, insi (...)

11Mais pourquoi un savant hongrois publie-t-il à Florence un texte relatif à un manuscrit turc de marchands génois et vénitiens conservé à Venise ? Le Codex Cumanicus ne passionne pas alors en Italie19. Une étude sur le sujet aurait très bien pu trouver sa place dans les revues de la ville, d’autant que les Vénitiens sont assez jaloux de leur patrimoine, qu’ils essaient précisément de mettre en valeur dans ces années-là. Mais à Venise non plus, les affaires coumanes n’intéressent guère. La réponse n’est pas à chercher du côté patrimonial, mais dans le réseau du comte Géza Kuun.

Le milieu florentin, entre mondanités et orientalisme

12L’explication réside dans les liens de Kuun avec les milieux savants et mondains florentins, et plus particulièrement avec le directeur du Bollettino : Angelo De Gubernatis (1840-1913). Une très forte amitié lie les deux hommes, qui se rencontrent en 1869. De Gubernatis a raconté ce coup de foudre amical à plusieurs reprises :

  • 20 De Gubernatis 1900, p. 266. Cet extrait provient d’un chapitre consacré aux « amis », et en partic (...)

Un giorno, me lo vedo apparire ad una mia lezione di sanscrito; egli mostra d’interessarvisi; dopo la lezione, s’accompagna con me; egli era venuto a passare l’inverno a Firenze co’ suoi rispettabili parenti e colla sua intelligente sorella Irene. Diventammo subito amici; una grande bontà, accompagnata da molta sodezza e nobiltà di vita, oltre una conversazione ricca di aneddoti curiosi, mi attirarono a lui; sentimmo facile simpatia l’uno per l’altro e ci legammo d’affetto immutabile20.

  • 21 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1, « Géza Kuun d’Ozdola ». La correspondance entre les deux h (...)
  • 22 La vie, l’œuvre et les réseaux d’Angelo De Gubernatis sont bien connus grâce à un vaste projet col (...)

13Leur abondante correspondance témoigne de cette relation privilégiée21. Le développement des études orientales à Florence, et plus généralement dans l’Italie post-unitaire, doit énormément à Angelo De Gubernatis22. Indianiste, formé à Berlin au début des années soixante, il enseigne le sanscrit et la linguistique comparée à l’Istituto di Studi Superiori de Florence à partir de 1863. Mais ses centres d’intérêt sont infiniment plus vastes : de la mythologie comparée au folklore, de la littérature à la biographie, il est partout, écrit sur tout, sa surface est tant médiatique qu’académique. Encyclopédiste, vulgarisateur, fondateur compulsif de revues et de groupes, il joue un rôle de premier plan dans l’introduction des cultures étrangères dans l’Italie unifiée. Son engagement dans la fabrique d’une culture italienne nationale est inséparable de l’effort déployé pour la mettre en relation avec d’autres.

  • 23 BNCF, Carteggio ADG.

14Ces activités multiples l’amènent à se constituer peu à peu un ample réseau de collègues et d’amis de toutes nationalités, dont témoignent ses dictionnaires biographiques et surtout sa gigantesque correspondance, conservée à la Bibliothèque nationale de Florence23. Elle sera le principal matériau de la présente étude. Si la validité scientifique de ses travaux a pu être contestée, parfois avec aigreur, le rôle qu’il a joué dans l’organisation et dans la promotion d’un orientalisme proprement italien est irrécusable. Il est à l’origine et à la tête de la majeure partie des initiatives en la matière, il est de toutes les revues et de toutes les organisations.

  • 24 Lowndes Vicente 2012, p. 45-130 ; Campana 2001 ; Rosi 1984.
  • 25 Rogari 1991 ; Spadolini 1971.

15Le tout, à Florence. Une définition essentiellement impérialiste, romaine et arabo-musulmane de l’orientalisme italien l’a longtemps fait oublier, mais Florence est le premier grand centre orientaliste de l’Italie nouvelle unifiée24, le lieu où s’élabore un orientalisme national dans une Italie qui compte en la matière des traditions diverses et hétérogènes. À cela plusieurs raisons : c’est la capitale du nouveau royaume (1866-1871) ; c’est aussi une capitale intellectuelle, ouverte sur le monde et internationale25. La présence d’une imprimerie orientale, héritée des Médicis, est indéniablement un atout.

  • 26 La Società Italiana per gli studi orientali, fondée en 1872 et bientôt transformée en Accademia Or (...)

16Cette structuration du milieu, qui s’inscrit dans le cadre plus large du projet de nationalisation de l’enseignement supérieur, est le fruit d’une politique volontariste, portée par un petit groupe de savants, entraînés par Michele Amari et Angelo De Gubernatis. Elle a un point d’ancrage, l’Istituto di Studi Superiori, qui compte dès son ouverture des chaires d’arabe et de sanscrit. L’institutionnalisation de ce domaine se traduit de plusieurs manières : par la création d’enseignement de langues et de spécialistes afférents, de revues spécialisées (l’annuaire de la Società per gli studi orientali [1873-1874], la Rivista orientale [1867-1868], le Bollettino italiano per gli studi orientali [1876-1882], le Giornale della Società asiatica italiana [1887]), et des associations dont elles émanent26. On assiste ainsi en une dizaine d’années à la formation d’une communauté scientifique orientaliste reconnue nationalement et plus largement professionnalisée. Le Congrès de 1878 est le couronnement de ce mouvement, à la fois preuve et vitrine de ce nouvel orientalisme italien. Dans cette Florence essentiellement indianiste, le turc n’a pas de place : il n’est pas enseigné, et n’a pas de représentant attitré.

17Kuun connaissait déjà l’Italie avant de rencontrer De Gubernatis. Il y fait son premier voyage en 1856, à l’âge de 19 ans, et se passionne pour le pays. Il cherchera dès lors à y passer le plus de temps possible. Chaque année, il séjourne plusieurs mois dans la péninsule avec les siens. Il mène avec sa famille le mode de vie nomade des élites aristocratiques transnationales de l’époque, alternant de longues périodes dans différentes villes et différents pays. On le voit aux en-têtes des lettres que reçoit Angelo De Gubernatis, envoyées de son domaine de Maros-Némethi, de Vienne, de Venise, de Dresde ou encore de Graz. Chacun de ces séjours est l’occasion pour le jeune homme de s’insérer dans les milieux mondains des principales villes de la péninsule, encore très marquée par la sociabilité de salons. Un texte paru à l’occasion du décès du savant en 1906, probablement à l’initiative de la Société littéraire de Transylvanie (Erdélyi Iroldalmi Társaság), à laquelle appartenait le Comte, raconte ceci :

  • 27 Souvenir 1906, p. 20-21.

Le comte Géza Kuun n’était pas un savant rigide, son caractère était vif et enjoué, brillant causeur il aimait à prendre part – et surtout en Italie – aux divertissements mondains, et c’était justement dans le monde qu’il s’appropria entièrement la langue italienne, qu’il parlait avec beaucoup de facilité. À Florence il fréquentait surtout la maison de son ami, le comte Angelo De Gubernatis prof. à l’université, qui l’invitait aussi dans sa belle villa (villa Vydia), piazza Massimo d’Aselio [sic], où il passait des semaines très agréables ; ils allaient ensuite à Calcinaja, propriété du comte De Gubernatis situé [sic] non loin de Florence, où celui-ci invitait ses amis à la campagne27.

  • 28 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1b, n. 20, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Gênes, (...)
  • 29 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1b, n. 25, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Venise (...)

18Ces séjours ne sont pas consacrés uniquement aux divertissements mondains : entre deux parties de campagne, Géza Kuun travaille dans les archives et les bibliothèques d’Italie, à la recherche de documents attestant les relations passées des Hongrois avec les peuples orientaux. À Gênes, il tente de retrouver les traités signés par les Génois et les Tartares de Crimée28. C’est lors de ces périodes d’investigation qu’il entreprend de travailler sur le Codex Cumanicus, au tournant des années 187029, et qu’il rencontre Angelo De Gubernatis. Une femme unit ces deux hommes : Dora d’Istria.

Dora d’Istria, la trajectoire transnationale d’une princesse engagée

  • 30 La bibliographie sur Dora d’Istria est très vaste, à la mesure de la fascination exercée par le pe (...)
  • 31 Son oncle paternel est prince puis caimacan de Valachie, son père en est le bras droit.

19Comme Kuun, l’intellectuelle roumaine Dora d’Istria, de son vrai nom Elena Ghica Koltzoff-Massalsky (1828-1888), appartient à la grande aristocratie30. Les membres de sa famille, aux lointaines origines albanaises, occupent les plus hautes responsabilités dans les principautés danubiennes31, ballottées entre les empires russe et ottoman. La jeune femme grandit en Valachie auprès d’une mère férue de lettres françaises et d’un père qui penche plutôt côté allemand et archéologie. Ce double héritage vient conforter la solide éducation classique qu’elle reçoit elle aussi à domicile auprès d’un maître privé d’origine grecque. Elle complète sa formation dans plusieurs des grandes capitales culturelles européennes de l’époque, Dresde, Berlin, Vienne, Venise autrichienne, où la famille se retire quand le père est éloigné du pouvoir. Là, elle fréquente les milieux aristocratiques, sans pour autant vivre de mondanité. Jusqu’à son mariage, arrangé, c’est à l’étude qu’elle emploie son temps et ses énergies.

  • 32 En témoigne, entre autres, la série d’essais sur les différentes nationalités du Sud-Est européen (...)

20En 1855, elle délaisse un mari russe et ennuyeux pour se consacrer à ses deux passions : le savoir et la politique. En Suisse d’abord, où elle s’installe seule après avoir quitté la Russie, puis en Italie, qu’elle connaît déjà lorsqu’elle s’y établit au début des années 1860, elle s’engage dans la défense de grandes causes libérales, œuvrant notamment en faveur des « nationalités » en lutte pour leur indépendance dans les grands Empires. Comme d’autres intellectuels de son temps, elle met sa plume au service des mouvements nationalitaires, roumains, grecs ou albanais (liste non exhaustive)32. Ces combats sont la matière première de ses écrits savants et journalistiques. Son œuvre, d’une extraordinaire étendue et variété (le monachisme, la démocratie, la condition des femmes, entre autres), n’est cependant pas circonscrite à cet engagement politique. Ces travaux et son activisme, dont le moteur est la lutte contre l’oppression, lui valent une reconnaissance internationale dès les années 1860 : elle devient la principale représentante de l’« Orient européen » (c’est ainsi qu’on désigne alors le sud-est de l’Europe). Ils s’ancrent dans un vaste réseau : Dora d’Istria entretient une correspondance régulière avec des savants, des hommes politiques et des nobles du monde entier.

21Cette grande figure du libéralisme européen fait aussi partie du paysage intellectuel et politique italien. Comme Géza Kuun, comme nombre de lettrés et de représentants des élites russes et européennes, elle avait découvert l’Italie dans sa jeunesse, en voyage avec sa famille. Plus tard, dans les années 1850, c’est via son combat en faveur des nationalités balkaniques qu’elle entre en contact avec les milieux démocrates de la péninsule et commence à écrire pour des journaux italiens. Lorsqu’elle réside ensuite à Livourne, Venise et Turin, elle collabore avec les milieux intellectuels locaux tout en poursuivant ses recherches. Elle devient membre de sociétés savantes de toute l’Italie et de tous les domaines. Mais, là non plus, son horizon n’est pas national : elle s’affilie à d’autres sociétés savantes à Paris, Athènes, Constantinople, pour n’en donner que quelques-unes.

  • 33 D’Alessandri 2007, p. 281.
  • 34 Sur Dora d’Istria orientaliste : Bordaş 2005, p. 109-115. Son intérêt pour l’Orient est toutefois (...)
  • 35 La formule est de Dora d’Istria : lettre de Dora d’Istria à Emilia Peruzzi, citée dans D’Alessandr (...)
  • 36 Pacini 2014.
  • 37 D’Alessandri 2007, p. 269-270.
  • 38 Bordaş 2005, p. 106.

22En 1867 – elle vit alors à Venise –, elle se lie avec Angelo De Gubernatis, qui lui propose de collaborer à sa Rivista orientale33, tout juste lancée. Une collaboration durable s’engage, d’abord épistolaire. Cette rencontre est un tournant décisif : c’est en effet le savant italien qui la pousse vers les études orientales34, qu’elle n’avait jusqu’alors abordées qu’indirectement. Elle y consacrera la dernière partie de sa carrière. Changement de terrain, changement de lieu : Dora d’Istria s’établit à Florence en 1870, où elle réside jusqu’à sa mort en 1888. Le choix pourrait être très commun : « la charmante cité »35 est la terre d’élection de nombreux étrangers fortunés, séduits par la douceur de ses collines et de sa vie mondaine36. Mais elle ne s’installe pas n’importe où : elle rachète le villino d’Angelo De Gubernatis, censé quitter la ville pour Rome37. Elle en fait sa base d’orientaliste : c’est là qu’elle établit sa bibliothèque et que défilent les savants de Toscane et d’ailleurs. Elle fréquente la maison des Gubernatis, restés à Rome ; ils s’écrivent beaucoup38.

  • 39 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62f, « Ghika, Elena », lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gu (...)
  • 40 La section des membres étrangers compte neuf individus. Ils sont tous professeurs ou bibliothécair (...)
  • 41 Iorga 1932, p. 175 ; Buonincontro 1995. Max Müller est un orientaliste et philologue allemand, l’u (...)
  • 42 Bordaş 2005, p. 114.

23Dès lors, Dora d’Istria s’insère rapidement dans le milieu local. Ses premiers travaux orientalistes sont publiés dans un contexte très florentin, la Nuova Antologia. En 1873, elle est élue à l’unanimité à la toute nouvelle Société orientale italienne (Società Italiana per gli studi orientali)39, grâce à l’intercession d’Angelo De Gubernatis, qui en est secrétaire général. Elle est la seule femme que compte la section des membres étrangers (Soci stranieri)40, et avec la comtesse et archéologue romaine Ersilia Lovatelli – autre relation du savant – la seule femme membre de l’association. De Gubernatis la met en contact avec plusieurs savants italiens et étrangers, Max Müller par exemple ; et réciproquement41. Elle correspond avec plusieurs principaux orientalistes italiens, Emilio Teza, Gaspare Gorresio, Michele Amari et Graziadio Isaia Ascoli42.

24Ses premiers pas en terre orientaliste la portent vers les épopées indienne et persane – la poésie, toujours. Elle suit en cela les inclinations de l’ami et, pour un temps, du maître. Elle se tourne ensuite vers les Turcs.

Les « excursions de turcologie »43 en Italie

Dora d’Istria et la « poésie des nations turques »

  • 44 D’Istria 1877a.
  • 45 D’Istria 1876-1877.
  • 46 D’Istria 1873.
  • 47 D’Istria 1877, p. VIII-IX. L’ouvrage de Von Hammer (Von Hammer 1836-1838) est considéré comme la p (...)

25En 1877 paraît la Poésie des Ottomans de Dora d’Istria chez l’éditeur orientaliste Maisonneuve44. L’essai avait d’abord été publié dans la Rivista Europea entre août 1876 et mars 1877, en six livraisons45. Dora d’Istria n’aborde pas la littérature turque pour la première fois : trois ans auparavant, elle avait publié un article sur la poésie des Turcs orientaux dans la Revue des Deux Mondes46. Le nouvel essai s’attaque au versant occidental de cette littérature. Après quelques considérations sur le « caractère » de la poésie ottomane, l’auteure en aborde les différents genres (chapitres II à XIII), puis en retrace l’histoire (chapitres XIV à XVII). La vision d’ensemble qui se dégage est celle, assez classique, d’un âge d’or de la poésie ottomane sous Soliman le Magnifique, suivi d’un déclin qui s’accélérerait à partir du XVIIIe siècle. Le travail, à mi-chemin entre érudition et compilation, s’inscrit dans la lignée de ses travaux précédents sur la poésie populaire des nations d’Europe du sud-est, d’inspiration herderienne. En s’attaquant à ce domaine négligé, Dora d’Istria entend combler une lacune : depuis Von Hammer, dont l’ouvrage sur la poésie ottomane (1836-1838) reste peu accessible, rien n’a été publié sur le sujet47. Il manque une synthèse récente et en français.

26À la différence de Von Hammer et plus tard de Gibb, la Poésie des Ottomans ne repose pas sur des versions originales. Le passage aux études orientales ne s’accompagne pas chez Dora d’Istria d’un apprentissage des langues. Polyglotte, elle ne saura jamais le turc, pas plus que l’arabe, le persan, ni le sanscrit. Il est vrai qu’elle a déjà une quarantaine d’années lorsqu’elle se convertit à l’orientalisme : c’est tard, et il faut du temps pour maîtriser ces langues. Pour autant, la princesse ne se désintéresse pas des textes ottomans. Elle recourt dans la mesure du possible à leurs traductions françaises, allemandes, anglaises, qu’elle refond avec les recherches récentes sur l’Empire ottoman et l’Asie centrale. Sa connaissance des langues européennes, apprises dans sa jeunesse, lui est ici utile.

  • 48 Chabert 1800.
  • 49 Ármin Vámbéry (1832-1913), orientaliste et voyageur hongrois, célèbre pour son voyage en Asie cent (...)

27On peut dès lors recomposer sa bibliothèque d’ottomaniste à partir des textes cités au fil de l’essai. Ses références sont de trois ordres. Centre-européennes, d’abord, en allemand le plus souvent. Ses sources principales sont Hammer et le Suisse Thomas Chabert, qui publie au début du siècle la traduction d’un recueil turc de biographies de poètes ottomans48. À côté de ces classiques, Dora d’Istria met en avant les apports d’orientalistes ultérieurs comme Vambéry ou Radloff49, dont les expéditions ont fait découvrir la poésie des peuples centrasiatiques. Dora d’Istria mobilise également des travaux français, essentiellement pour les sources en traduction, et anglais, pour l’actualité.

  • 50 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62f, lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, 13 octob (...)

28La réalisation d’une telle synthèse implique le recours à une littérature hautement spécialisée, plurilingue, de provenances multiples. À cet égard, la présence de la princesse à Florence est essentielle, car elle lui donne un accès immédiat à un ensemble de publications orientalistes récentes et moins récentes. Elle peut se fournir régulièrement en livres auprès d’Angelo De Gubernatis, à qui elle demande par exemple l’Empire ottoman de Von Hammer, la Bibliothèque orientale de d’Herbelot ou toute une série d’ouvrages sur les Kirghizes50. De même, on peut supposer qu’elle doit à Kuun, avec qui elle entretient des contacts réguliers, sa maîtrise de la littérature récente d’Europe centrale sur l’Asie centrale.

Géza Kuun, relais de la turcologie hongroise

  • 51 Kuun 1872, par exemple.
  • 52 Kuun 1871, p. 365 (« vasto campo della Turcologia »).
  • 53 Elle est redoublée dans une note de la rédaction – c’est-à-dire d’Angelo De Gubernatis – qui annon (...)
  • 54 Kuun 1878.
  • 55 Kuun 1879.

29Car la contribution de ce dernier au développement de la turcologie en Italie ne se limite pas au Codex Cumanicus. Il traite également de linguistique turque51. Surtout, il introduit les travaux réalisés dans son propre pays. Son premier article italien, qui paraît en 1871, est ainsi le compte rendu d’un ouvrage de Vambéry sur la langue ouïgoure. Mais plus qu’une recension, c’est un véritable état du « vaste champ de la turcologie » en Europe52, un bilan autant qu’un programme. C’est à ma connaissance la première occurrence du mot « turcologia » en italien53 ; on notera que la formule n’est pas le fait d’un savant italien. Par la suite, Géza Kuun continue à rendre compte régulièrement de la production turcologique hongroise, et plus généralement d’Europe centrale, sous forme de critiques – par exemple celles du travail de Bálint sur le dialecte de Kazan en 187854 ou du vocabulaire comparé de langues turques de Vambéry un an plus tard55 – et de synthèses sur la situation des études turques dans le pays. Or, Budapest est l’un des centres de la turcologie naissante dans le dernier tiers du siècle en Europe, le lieu d’où partent des expéditions pour l’Asie centrale, financées par l’Académie des sciences, où se multiplient les études sur les langues de la région, mais aussi l’un des lieux qui voient les prémices d’une autonomisation du domaine, au tournant des années 1860 et 1870, lorsque Vambéry obtient une chaire à l’université.

30Autrement dit, Géza Kuun et Dora d’Istria contribuent chacun à l’un des deux volets de la turcologie en construction : les études ottomanes, d’un côté, les études sur l’Asie centrale de l’autre – et c’est précisément la réunion des deux espaces qui forge la turcologie comme domaine de savoir unitaire et légitime.

  • 56 Aloe 2000, p. 52.

31Dans les années 1870, la plupart de leurs textes paraissent dans la Rivista Europea. Fondée par… Angelo De Gubernatis en 1869, sur le modèle de la Vestnik Evropy russe et de la Revue des Deux Mondes française, la Rivista Europea se donne pour « objectif de déprovincialiser la culture italienne, en la mettant au contact de diverses réalités européennes et mondiales et en la faisant sortir de cet indigne isolement qui depuis un certain temps la faisait stagner dans des formes d’art et de pensée particulièrement anachroniques »56. La revue joue par exemple un rôle essentiel dans l’introduction de la culture slave en Italie. En donnant à lire au public italien les résultats les plus récents de la science hongroise du monde turc, la revue se fait le vecteur d’un nouveau domaine d’études, et introduit avec lui de nouveaux objets et de nouveaux espaces. Elle est ainsi au cœur de l’actualité turcologique internationale, avant même que les revues orientalistes italiennes ne s’en saisissent, dans la seconde partie de la décennie.

  • 57 D’Istria 1877b.

32Dans cette perspective, il importe de décorréler les langues de publication des origines de leurs auteurs : alors que l’effort de vulgarisation dans le nouvel État passe en général par l’usage de l’italien, la revue d’Angelo De Gubernatis publie indifféremment en français et en italien. Si Géza Kuun s’attache à écrire en italien lorsqu’il écrit en Italie, Dora d’Istria préfère le français, sa langue d’écriture – et l’une des langues des élites cultivées d’Europe orientale. Il arrive toutefois que ses articles soient traduits en italien. Des extraits de la Poésie des nations turques paraissent ainsi dans la revue pour femmes Cornelia57. Angelo De Gubernatis utilise lui-même indifféremment l’une et l’autre langue. Il en va de même des itinéraires de publication : les textes paraissent sous différents formats dans différents pays, ici comme articles, rassemblés en livres à Paris ou à Budapest.

L’étude des Turcs, un loisir aristocratique

33Géza Kuun et Dora d’Istria ne s’en tiennent pas au domaine turc : j’évoquais leurs autres travaux indiens et persans ; ils explorent parallèlement bien d’autres contrées – péchés capitaux ou culte des animaux. Mais leur implication dans l’organisation des études orientales italiennes (florentines serait peut-être plus exact) aux côtés d’Angelo De Gubernatis, qu’ils soutiennent de leur nom, de leur réseau et de leur fortune, mérite également mention.

  • 58 Rabault-Feuerhahn 2010.
  • 59 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1f, n. 90, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Graz, (...)
  • 60 Ni Bálint ni Kuun ne peuvent toutefois participer au Congrès.
  • 61 Bordaş 2005, p. 107. Dora d’Istria met Angelo De Gubernatis en relation toute une constellation de (...)
  • 62 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62g, n. 97, lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, ( (...)

34Géza Kuun fait par exemple office de relais entre les orientalistes italiens et hongrois. Il prend ainsi la tête du comité magyar pour le Congrès des orientalistes de 1878, à la demande d’Angelo De Gubernatis, organisant la venue en Italie de la délégation hongroise (chaque pays participant envoie une délégation58). Il introduit à cette occasion plusieurs compatriotes de renom auprès de son ami, notamment Vambéry59. Gábor Bálint est également sollicité pour venir présenter les résultats de ses voyages récents en Asie centrale, autour des « langues dravidiques, qu’il appelle touraniques du Sud, c’est-à-dire indo-touraniques »60. Kuun est par ailleurs l’un des principaux artisans de la section « altaica », consacrée aux langues ouralo-altaïques. Dora d’Istria apporte elle aussi son concours à Angelo De Gubernatis, à qui elle ouvre son immense carnet d’adresses61. Volontiers conseillère, elle lui souffle que le rapprochement entre les sociétés orientale et géographique, comme cela se fait ailleurs en Europe, est de bon aloi62 – elle est elle-même membre de la Société géographique de Paris (depuis 1866).

  • 63 Il publie dans le journal de la Société, à une fréquence moindre cependant : Kuun 1889-1890.

35L’appartenance des deux savants aux organisations orientalistes qui se mettent en place dans ces décennies à Florence facilite sans doute ces transferts. On a vu que Dora d’Istria comptait parmi les soci stranieri de la première société orientaliste italienne, Kuun est quant à lui membre de la Società Asiatica italiana dès sa création63. En revanche, ils n’accèdent pas à l’Université italienne : ils n’enseignent pas, ne sont titulaires d’aucune chaire et restent d’ailleurs relativement à l’écart de l’Istituto di Studi Superiori. Leur profil en Italie reste celui d’amateurs – du moins n’est-il pas infléchi par la professionnalisation des parcours qui caractérise l’orientalisme. Les sociétés savantes, si elles tendent à se professionnaliser, gardent encore une certaine « mixité » au cours du XIXe siècle.

  • 64 Giornale della Società Asiatica Italiana (GSAI), Atti della Società asiatica italiana, vol. 2, 188 (...)

36C’est aussi du côté du mécénat qu’on les trouve. Géza Kuun est ainsi l’un des parrains du Musée indien qui ouvre à Florence en 1886, à l’initiative – ce n’est plus une surprise – d’Angelo De Gubernatis. Il contribue aux côtés de souverains et de savants indiens, ce que l’on comprend aisément, et de quelques collectionneurs italiens et britanniques de la scène florentine, dont le point commun est d’être des relations du savant italien64.

Une amitié politique et intellectuelle

37Le ressort principal de la production turcologique en Italie dans les années 1870, à un moment crucial pour l’élaboration de ce domaine de savoir, est en effet l’amitié entre Angelo De Gubernatis, Géza Kuun et Dora d’Istria. Cette amitié repose sur des affinités personnelles, mais aussi intellectuelles, politiques et sociales. Les premières sont assurément les plus difficiles à observer – les déclarations publiques et privées en seraient un témoignage.

  • 65 Sur la question de la philie, voir les travaux de Gilles Pécout ; par exemple Pécout 2005.

38Cette amitié a des fondements politiques. Tous trois partagent une même conception de la nation et se font les hérauts des mouvements nationalitaires. En ce sens, leurs professions d’amitié dépassent les relations interpersonnelles : ils sont l’incarnation d’une « amitié » entre les peuples65 – entre peuples latins avec Dora d’Istria, entre Italiens et Hongrois dans le cas de Kuun. Or, cela intéresse directement la turcologie. Kuun vient à la turcologie d’abord en patriote : l’étude du turc doit permettre de mieux comprendre la langue hongroise, et partant, d’éclairer l’origine de sa nation. Comme toute une génération de nobles magyars, Géza Kuun est l’un des acteurs du mouvement national hongrois, auquel il contribue par ses travaux. Ce sont ces convictions qui l’amènent de la philologie hongroise aux études orientales. Un courrier de 1871, où l’on voit les turcologues au travail, montre bien cela :

  • 66 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1a, n. 6, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Manros (...)

Un giovane linguista [Bálint] si tratiene [sic] da qualche tempo in mia casa e rimanerra [sic] da me fino al autunno, legiamo [sic] il turco e studiamo l’affinita fra l’ungherese ed il turco. Ho comminciato [sic] d’interessarmi per la lingua mongola. Anche questa lingua è in stretta parentela colla nostra e colla lingua turca. L’academia [sic] di Pesth a [sic] preso la risoluzione d’inviare quello giovine linguista a Kasan per studiare il Mongolo dopo essersi tratenuto due anni a Kasan, partera [sic] per il Mongolistan [sic]. Veramente e gia tempo di rischiarare la questione del grado di parentela che occorre fra l’ungherese e le altre lingue di questa classe66.

  • 67 Volpi 2003. Angelo De Gubernatis est l’auteur d’un essai sur La Hongrie politique et sociale (Flor (...)

39On le voit, la démarche est d’abord comparatiste. Pour Angelo De Gubernatis, qui est lui-même l’un des introducteurs du comparatisme en Italie, accueillir des travaux sur les langues turques signifie donc aussi présenter des travaux sur les langues et la nation magyares, dont il s’occupe également. Il est d’ailleurs l’un des principaux artisans des relations italo-hongroises67. Cet esprit comparatiste s’exerce dans tous les domaines – à côté de la linguistique, de la littérature, de la mythologie, de l’ethnologie. Les trois savants ont l’éclectisme en partage, un éclectisme qui a aussi des conditions de possibilités. Elles sont celles d’une appartenance sociale commune, dont on ne saurait sous-estimer enfin le poids, qui se traduit par la fréquentation des mêmes milieux, par une sociabilité partagée, par une même valeur accordée au savoir.

Un domaine de la marge

  • 68 Irwin 2007.

40L’appartenance à l’élite fortunée constitue une condition de possibilité de ces recherches. N’ayant pas besoin de travailler, les uns et les autres ont le temps et l’argent pour se consacrer à l’étude68. Dora d’Istria l’écrit à Angelo De Gubernatis au moment où elle décide de racheter sa maison et de s’installer à Florence pour entamer le chapitre orientaliste de son œuvre :

  • 69 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62d, n. 55, lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, R (...)

J’ai la libre administration de ma fortune comme appartenant à la nationalité russe. En outre, cette faculté m’est accordée par mon contrat de mariage, de façon que j’ai toujours disposé librement des biens que j’ai en Roumanie69.

  • 70 Sur les tractations du rachat : D’Alessandri 2007, p. 269-270.
  • 71 Lardinois 2007, p. 167-170.
  • 72 Ibid., p. 45-47. La formule est reprise à R. Lardinois.

41Elle peut ainsi revendre librement les parts qu’elle possède dans la Société anonyme de la Régie des Tabacs pour effectuer le rachat du villino et de son mobilier, pour un montant de 31 500 livres70. Or, ce paramètre est très important pour un domaine marginal comme la turcologie : déliés de toute contrainte, objective ou subjective, des savants comme Dora d’Istria ou Géza Kuun peuvent explorer des contrées inconnues, risquer des impasses, sans mettre en péril leur carrière. À la manière d’un Émile Sénart ou de l’aristocrate russe Victor Goloubew dont la fortune personnelle leur permet de se dédier aux études indiennes pour l’un et à l’histoire de l’art asiatique pour l’autre71, les Florentins d’adoption ont le loisir de consacrer des années de travail à un domaine qui n’a guère de place dans le milieu académique et ne leur offrirait aucune perspective de carrière, ni dans leur pays d’origine, ni dans leurs pays d’adoption. A contrario, les jeunes gens qui espèrent faire carrière dans les études orientales se dirigent vers les « langues des possibles », à l’image d’Antoine-Léonard de Chézy, qui bifurque de l’arabe et du persan vers le sanscrit lorsqu’un espace se crée pour ce nouveau secteur dans l’enseignement supérieur français72.

42Asie centrale, Moyen-Orient : pour être du milieu, la turcologie n’en est pas moins un domaine de la marge. Dans un champ orientaliste dominé par les études arabes et indiennes, le turc est fort peu représenté et n’est pas constitué en discipline autonome : il n’a pas de représentant – les « turcologues » qu’on voit apparaître sont encore des orientalistes « complets », pratiquant également l’arabe et le persan –, pas de chaire, pas de société, ni d’institutions propres. Le constat ne se limite pas à Florence. Il y a plusieurs raisons à ce discrédit, qui tiennent notamment au regard posé sur le turc ottoman. Au sein de l’orientalisme arabo-musulman, le turc a depuis toujours une moindre légitimité que l’arabe, langue de religion, et le persan, langue de culture : il est considéré comme empruntant à l’un et à l’autre, et à ce titre, dépourvu d’originalité. D’autre part, la conception racialiste qui prévaut au XIXe siècle, et informe aussi l’orientalisme, place les Turcs fort bas dans l’échelle, derrière les Aryens, auxquels appartiennent les Indiens, et les Sémites. La convergence de ces visions hiérarchiques des civilisations contribue à faire du turc un domaine de moindre dignité savante, et un investissement scientifique moins sûr. C’est le domaine des nobles et des aventuriers, de ceux qui ont tout à perdre et rien à dépenser, des excentriques et des parvenus.

43Les années 1860 et 1870 sont précisément le moment où cette configuration commence à changer : Dora d’Istria et Géza Kuun répercutent ces changements en Italie, ils y contribuent par leurs travaux. Leur positionnement à l’intersection du savant et du mondain, à Florence comme en Europe, explique qu’ils soient en mesure de jouer ce rôle de relais.

Le savant et le mondain

La maison du savant

  • 73 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1e, n. 72, carte postale de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, (...)

44Ces sociabilités ont un point d’ancrage : la maison du savant. C’est le lieu où l’on se reçoit entre amis, le lieu des soirées et des réceptions, le lieu de travail. C’est aussi le lieu où sont accueillis plus durablement les hôtes venus de loin – celui où Kuun réside quand il séjourne en Toscane. Une carte postale qu’il envoie sur la route du retour rappelle ces moments partagés73 (fig. 1).

Fig. 1 – Carte postale de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Venise, 21 février 1877.

Fig. 1 – Carte postale de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Venise, 21 février 1877.

BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, n. 1e. Su concessione del Ministero per i beni e le attività culturali / Biblioteca Nazionale Centrale, Firenze.

  • 74 Zanker 2007 ; Gherchanoc 2006. Pour un panorama sur la question des sociabilités dans l’espace dom (...)
  • 75 Bollettino italiano degli studi orientali (désormais BISO) 1877, n. 16, an. I, février 1877, Accad (...)

45Si ces demeures d’orientalistes n’ont pas le calibre symbolique des « maisons d’écrivains » – métonymie de l’artiste, rite de passage, seuil de l’œuvre à venir –, elles partagent avec ces dernières l’indistinction entre espace public et privé (Angelo De Gubernatis pense initialement installer son Musée Indien villa Vidya) et la mise en représentation de la figure du savant74. Tout, chez les deux amis, rappelle l’odeur de l’Inde – de son étude. Lorsque l’Accademia orientale est inaugurée, en grande pompe, en 1877, la cérémonie a lieu dans la maison des De Gubernatis, où sont invités, outre les professeurs de l’Institut, les notables de la ville, les célébrités intellectuelles locales, comme Pasquale Villari, l’empereur du Brésil, qui se pique d’orientalisme, « parecchi stranieri » de marque et un « splendido corteo di amabili e distinte Signore d’ogni paese »75.

  • 76 Aristocrate d’origine russe, cousine de Bakounine, Sofia De Gubernatis, née Bezobrazov, rencontre (...)

46La soirée se termine sur un petit concert de harpe, donné par Sofia De Gubernatis76, l’épouse du maître de maison, qui donnera plus tard son nom – vidya est la sagesse en sanscrit – au villino que la famille achète au début des années 1880. Le personnage est resté en retrait jusqu’à présent, mais il est essentiel : dans le dispositif De Gubernatis, c’est elle qui reçoit les hôtes, anime les dîners, entretient les relations (elle est l’amie de Kuun et de Dora d’Istria), autrement dit, qui orchestre ces passages constants du domestique au public. Elle est par ailleurs la propriétaire de la villa vendue à Dora d’Istria.

47Cette dernière, que la princesse a agrandie et où elle a installé des dépendances pour la domesticité, est également un espace semi-public :

  • 77 De Gubernatis 1900, p. 352.

Intanto, il villino d’Istria, che s’era abbellito e arricchito di un vasto giardino ornato di belle piante esotiche, era divenuto una vera corte intellettuale, ove tutti gli ammiratori ed amici di Dora d’Istria erano sicuri d’essere sempre accolti a festa77.

  • 78 Lowndes Vicente 2012.

48Parmi ces derniers, Angelo De Gubernatis bien sûr. Les deux amis se fréquentent régulièrement, à un rythme hebdomadaire que facilite la proximité géographique : un bon kilomètre sépare la villa d’Istria, située via Leonardo da Vinci, de la maison des De Gubernatis. Les deux villas sont construites en bordure de la ville, qui les a englouties depuis – florentines toujours, mais suffisamment loin, sur des terrains suffisamment vierges pour ménager de futures extensions et toutes les fantaisies. Angelo De Gubernatis choisit pour la villa Vidya le quartier de piazza d’Azeglio (aujourd’hui viale Gramsci), quartier de construction récente où élisent domicile les nouvelles classes aisées, souvent venues de l’extérieur à la ville78.

49Dans ces conditions, le rachat du villino flambant neuf des De Gubernatis par Dora d’Istria prend une tout autre signification : il n’est plus le secours porté à un ami, ou une bonne affaire, mais l’expression d’un entre-soi des élites intellectuelles où le patrimoine circule en cercle fermé, qui se traduit par l’investissement des mêmes espaces. Il est aussi symbolique : en cédant sa maison, le savant italien transmet autant qu’un bien un référent orientaliste. Il est d’ailleurs très conscient de ces jeux de filiation : dans le chapitre autobiographique qu’il consacre à son habitation – « la mia casa » – Angelo De Gubernatis commence par situer sa villa à Florence en regard de celle du maître, Michele Amari :

  • 79 De Gubernatis 1900, p. 432.

ogni qualvolta dal terrazzone guarderemo innanzi a noi, vedremo pure la villa Sabatier e il villino Amari, l’illustre patriarca degli storici ed orientalisti italiani e della sua cara famiglia79.

50Bien que voisins, Dora d’Istria et Angelo De Gubernatis entretiennent une correspondance régulière. Si on comprend aisément que la distance impose à Kuun l’échange épistolaire, il est frappant de voir que la proximité n’affecte pas vraiment le volume des échanges. La correspondance ne se substitue pas à l’échange direct, elle la redouble et l’accompagne. De même, les lettres sont un espace où se mélangent le personnel et le travail – les petites maladies et les errata. En ce sens, la pratique épistolaire peut être considérée comme le second canal de ces sociabilités savantes. Elle est aussi rendue nécessaire par les migrations saisonnières des uns et des autres vers leurs résidences secondaires, à Calcinaia, niché dans les collines qui séparent Pise de Florence, ou à Rapallo, où la princesse prend les bains. Ces séjours sont aussi des temps de travail, où les savants joignent l’agréable à l’agréable. Quand ils n’y sont pas ensemble, ils s’écrivent. Ces pratiques de villégiatures prolongées sont propres à la sociabilité de salon qui structure encore le milieu des élites à Florence (les salons se déplaçaient périodiquement, en comité restreint).

L’orientalisme au salon

  • 80 Palazzolo 1985 ; Betri – Brambilla 2004.
  • 81 Lowndes Vicente 2012, p. 224-226.

51Le salon d’Emilia Peruzzi, épouse du maire de la ville, est une véritable institution. Si les salons sont en théorie ouverts à tous, ils restent un milieu fondamentalement aristocratique, dans leur recrutement et dans leur fonctionnement. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un lieu dédié à l’étude, mais la place qu’ils confèrent à la conversation, à la nouveauté culturelle, contribue à en faire l’un des espaces de l’échange d’idées80. Ouvert aux étrangers de passage, qui en sont aussi l’une des attractions, ils peuvent être un lieu de brassage des élites fortunées – on a dit comment Kuun s’était acculturé à l’Italie en pratiquant les mondanités de la péninsule. Aucun des trois savants ne tient salon (c’est d’ailleurs l’apanage des femmes), mais ils les fréquentent : le comte et la princesse sont des habitués de la maison Peruzzi, et surtout de celle de Margherita Albana Mignaty81, dont Dora d’Istria est l’amie intime. Femme de lettres grecque de Corfou devenue britannique, florentine d’adoption, elle tient l’un des salons les plus courus de la ville. L’Inde, où elle a vécu, la passionne elle aussi, et sa maison la réplique – son salon est ainsi l’un des sites de l’indianisme florentin.

  • 82 Ibid., p. 61-64, 114.
  • 83 Pullé 1878.
  • 84 Meini 1878
  • 85 BISO, Ai signori delegati, ns. 2, 3, 1878-1882, p. 122-125.
  • 86 D’Ancona 1896, p. 223.

52Les mêmes notables locaux jouent un rôle essentiel dans l’animation du Congrès de 1878, sollicités par les organisateurs. Ils accueillent chez eux les hôtes étrangers de marque, fournissent l’« exposition orientale » qui accompagne le Congrès et organisent réceptions et festivités82. Au programme des réjouissances : des banquets, chez le dramaturge Ernesto Rossi par exemple, ou au palais du Congrès à l’initiative du ministre de l’Instruction publique83, des spectacles, notamment le concert de « musique orientale » proposé par le collectionneur d’instruments Alessandro Krauss dans sa villa di Fiesole84, des visites de la ville et des environs, pour lesquelles sont prévus des tarifs de voyage préférentiels85. L’exposition d’objets et de manuscrits orientaux, qui constitue en quelque sorte le volet illustré du Congrès, est inaugurée le jour d’ouverture des travaux au palais Riccardi, où se tient le Congrès. Elle doit montrer aux congressistes et au grand public le faste des collections italiennes. Car le succès des mondanités est un ingrédient indispensable à la réussite de la rencontre, et les organisateurs le savent. On a vu ce qu’en disait Michele Amari, et il ajoutait : « J’espère que Florence, avec ses attraits et avec l’activité de Mr. [sic] Peruzzi, réussira à entretenir ses hôtes orientalistes »86.

  • 87 Lowndes Vicente 2012, p. 59, 114.

53Les Peruzzi sont mobilisés à double titre : le maire finance le Congrès, prête des locaux et met sur pied un « comité de réception » chargé d’organiser les visites des congressistes ; sa femme s’occupe de les entretenir. Le versant récréatif est d’ailleurs le seul espace accordé aux femmes durant l’événement, puisqu’elles n’ont pas le droit de participer aux séances87. Le temps du Congrès est certes un temps social particulier, un concentré de mondanités, dont le faste doit servir l’image du pays, de la ville et du groupe invitant. Mais, parce qu’il fait fond sur des ressources et des espaces préexistants, il agit aussi comme un révélateur des structures de sociabilités savantes.

Questions et hypothèses

Un embourgeoisement de l’orientalisme

54Si le rôle joué par ces aristocrates est important, il n’a qu’un temps. Il semblerait qu’on assiste à un embourgeoisement de l’orientalisme, qui va de pair avec son institutionnalisation et sa nationalisation – hypothèse qu’il faudra vérifier par une étude prosopographique fine du recrutement et de l’origine des orientalistes de l’Unité au fascisme. Quelle place, vingt ans plus tard, pour un Leone Caetani, aussi marquant soit-il ?

Où sont les femmes ?

  • 88 Lardinois 2007, p. 181-182.

55Cet embourgeoisement s’accompagne d’une disparition des femmes de l’orientalisme, comme actrices du savoir. Elles n’étaient certes pas nombreuses avant cela, et occupaient des places à la marge dans le champ, mais une Dora d’Istria pouvait encore être lue et publiée – fût-ce hors des revues spécialisées. À mesure que le domaine se professionnalise et que le recrutement se restreint, la place des femmes se réduit à celle d’épouse. Elles jouent un rôle de maîtresse de maison, comme Désirée Lévi dans le Paris orientaliste du premier XXe siècle88 ; parfois de secrétaires oubliées ; éventuellement d’accompagnatrices chargées de la cuisine sur le terrain. Elles refont leur entrée par l’ethnographie et l’anthropologie dans l’entre-deux-guerres.

Le statut des amateurs

  • 89 Plutniak 2017. Je renvoie à la bibliographie présentée dans cet article pour les discussions sur l (...)

56Géza Kuun et Dora d’Istria sont des amateurs, au sens où ils ne sont pas rémunérés pour leurs activités savantes. Le qualificatif mérite cependant réflexion. Faut-il considérer comme tels des savants qui passent toutes leurs journées à travailler sur un domaine, qui acquièrent des compétences spécifiques à cet effet et qui maîtrisent le champ, dont les productions sont publiées et pour partie reconnues par leurs pairs ? Cette question engage le regard que l’on peut porter sur la professionnalisation des études orientales, et des savoirs plus généralement : faut-il la voir comme un mouvement nécessaire, dont la part des amateurs ne serait qu’un premier temps, appelé à s’effacer, ou peut-on envisager que des individus lui opposent des parcours alternatifs, par chance ou par choix89 ? Autrement dit, qu’en est-il du loisir ?

Haut de page

Bibliographie

Archives

BMV, Carteggio Teza = Biblioteca Nazionale Marciana di Venezia, Carteggio Teza.

BNCF, Carteggio ADG = Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, Carteggio Angelo De Gubernatis.

Ouvrages à caractère de source

Chabert 1800 = Thomas Chabert, Latifi oder Biographische Nachrichten von Vorzüglichen Türkischen Dichtern, nebst einer Blumenlese aus ihren Werken, Zurich, H. Gessner, 1800.

D’Ancona 1896 = A. D’Ancona (dir.), Carteggio di Michele Amari, Turin, Roux Frassati, 1896, vol. 2.

De Gubernatis 1879 = A. De Gubernatis, Kuun d’Ozsdola (Conte Géza), dans Dizionario degli scrittori contemporanei, Florence, Le Monnier, 1879, p. 600-601.

De Gubernatis 1890 = A. De Gubernatis, Kuun d’Ozsdola (Comte Géza), dans Dictionnaire international des écrivains du jour, vol. II, Florence, Niccolai, 1890, p. 1203.

De Gubernatis 1900 = A. De Gubernatis, Fibra, Rome, Forzari e C. Tipografi del Senato, 1900.

D’Istria 1873 = D. D’Istria, La poésie populaire des Turcs orientaux, dans Revue des deux mondes, a. XLIII, t. CIII, 1873, p. 543-583.

D’Istria 1876-1877 = D. D’Istria, La poésie des nations turques, dans Rivista europea, III-3, 1876, p. 401-414 ; IV-1, 1876, p. 111-126 ; IV-2, 1876, p. 331-350 ; IV-3, 1876, p. 488-506 ; I-1/2, 1876-1877, p. 80-113 ; I-3/4, 1877, p. 400-455.

D’Istria 1877a = D. D’Istria, La poésie des ottomans, Paris, Maisonneuve, 1877.

D’Istria 1877b = D. D’Istria, La poesia degli ottomani. L’amore e le donne, dans Cornelia, V-21, 1877, p. 161-163 ; V-22, 1877, p. 169-171.

Iorga 1932 = N. Iorga, Lettres de Dora d’Istria, dans Revue historique du sud-est européen, 9/4-6, 1932, p. 134-209.

Kuun 1871 = G. Kuun, Uigurische Sprachmonumente und das Kudatku Bilik. Von Hermann Vámbéry. Innsbruck, 1870, dans Rivista europea, II-2, 1871, p. 362-363.

Kuun 1872 = G. Kuun, Studio comparativo sulla coniugazione verbale nelle lingue turche, dans Rivista europea, II-3, 1872, p. 559-562.

Kuun 1875 = G. Kuun, Studii ungheresi sulla lingua turca, dans Rivista Europea, I-1, 1875, p. 178-181.

Kuun 1876a = G. Kuun, Giov. M. Korabinski, dans Rivista Europea, II-2, 1876, p. 401-402.

Kuun 1876b = G. Kuun, Il codice comano nella Marciana di Venezia, dans Bollettino italiano degli studi orientali, II-2/3, 1876, p. 50-53 ; III-4/5, 1876, p. 92-99.

Kuun 1878 = G. Kuun, Kazáni-tatár Nyelvtan. Irta Szentkatolnai Bálint Gábor, Budapest, 1877, dans Bollettino italiano degli studi orientali, n. s., 1877-1882, III-3, 1878, p. 52-56.

Kuun 1879 = G. Kuun, Miscellanea orientale, Conte Geza Kuun, dans Bollettino italiano degli studi orientali, VXIII-18/19, 1879, p. 369-382.

Kuun 1881 = G. Kuun, Additamento ad prolegomena codicis cumanici, dans Atti del quarto congresso degli orientalisti, Florence, Le Monnier, 1881, vol. 2, p. 223-230.

Kuun 1889-1890 = G. Kuun, Das türkische Sprachmaterial des Codex Comanicus (Cumanicus). Manuskript der Bibliothek der Marcus-Kirche in Venedig. Nach der Ausgabe des Grafen Kuun (Budapest, 1880) von Dr. W. Radloff, dans Giornale della Società Asiatica italiana, III, 1889, p. 192-199 ; IV, 1890, p. 236-251.

Meini 1878 = V. Meini, Corrispondenze, dans Gazzetta di Milano, XXXIII, 40, 6 octobre 1878, p. 352.

Pullé 1878 = F.L. Pullé, Il Convito di Domenica sera, dans La Nazione, 621, 18 septembre 1878, p. 1.

Souvenir 1906 = Anonyme, Souvenir du Comte Géza Kuun D’Osdola, Publication de la Société littéraire de Transylvannie (Erdélyi Iroldalmi Társaság), 1906.

Teza 1891 = E. Teza, Un’altra occhiata al Codex cumanicus. Nota di E. Teza, dans Reale Accademia dei Lincei, VII-8, Tip. della R. Accademia dei Lincei, 1891, p. 315-327.

Von Hammer 1836-1838 = J. von Hammer-Purgstall, Geschichte der Osmanischen Dichtkunst, Pesth, C.A. Hartleben, 1836-1838, 4 vol.

Études secondaires

Aloe 2000 = S. Aloe, Angelo De Gubernatis e il mondo slavo. Gli esordi della slavistica italiana nei libri, nelle riviste e nell’epistolario di un pioniere (1865-1913), Pise, 2000.

Banti 1994 = A.M. Banti, Note sulle nobiltà nell’Italia dell’Ottocento, dans Rivista Meridiana, 19, 1994, p. 13-27.

Betri – Brambilla 2004 = M.L. Betri, E. Brambilla, Salotti e ruolo femminile in Italia tra fine Seicento e primo Novecento, Venise, 2004.

Bordaş 2005 = L. Bordaş, Etnologia ed orientalistica romantica nei nuovi stati Italia e Romania: Angelo De Gubernatis, Dora d’Istria e gli studiosi romeni nella seconda metà dell’Ottocento, dans Annali dell’Istituto Universitario di Napoli, 65-1/4, 2005, p. 103-119.

Bossaert 2016 = M. Bossaert, Connaître les Turcs et l’Empire ottoman en Italie. Constructions et usages des savoirs sur l’Orient de l’Unité à la guerre italo-turque, thèse de doctorat, École pratique des Hautes Études, 2016.

Bourdieu 1984 = P. Bourdieu, Homo academicus, Paris, 1984.

Buonincontro 1995 = P. Buonincontro, De Gubernatis e i romeni, dans M. Taddei (dir.), Angelo De Gubernatis. Europa e Oriente nell’Italia umbertina, vol. 1, 1995, p. 157-197.

Campana 2001 = A. Campana, Studiosi toscani dell’Estremo Oriente fra Otto e Novecento, dans Italia contemporanea, 223, 2001, p. 259-296.

Charle 1996 = C. Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, 1996.

D’Alessandri 2007 = A. D’Alessandri, Il pensiero e l’opera di Dora d’Istria fra Oriente europeo e Italia, Rome, 2007.

Eren 1998 = H. Eren, Türklük bilimi sözlüğü. I. Yabancı Türkologlar [Dictionnaire des études turques. I. Les turcologues étrangers], Ankara, 1998, p. 202-204.

Garin 1976 = E. Garin, Un secolo di cultura a Firenze da Pasquale Villari a Piero Calamandrei, dans Id., La cultura italiana tra ‘800 e ‘900, Rome-Bari, 1976.

Gherchanoc 2006 = F. Gherchanoc (dir.), La maison, lieu de sociabilité, dans des communautés urbaines européennes de l’Antiquité à nos jours, Paris, 2006.

Irwin 2007 = R. Irwin, For the lust of knowing. The orientalists and their enemies, Londres, 2007.

Jacob 2007 = C. Jacob (dir.), Les lieux de savoirs. Vol. I. Espaces et communautés, Paris, 2007.

Jocteau 2006 = G.C. Jocteau, Le nobiltà italiane e l’unificazione nazionale, dans Quaderni della Fondazione centro Studi Augusto Del Noce. 2005-2006, Brescia, 2006.

Kalantzis 2017 = A. Kalantzis, Le domicile de l’écrivain comme lieu de sociabilité à la fin du XIXsiècle, dans COnTEXTES, 19, 2017, consulté le 26 novembre 2018 : http://journals.openedition.org/contextes/6306

Kakuk 1971 = S. Kakuk, Cent ans d’enseignement de philologie turque à l’université de Budapest, dans L. Ligeti (dir.), Studia Turcica, Budapest, 1971, p. 7-27.

Lardinois 2007 = R. Lardinois, L’invention de l’Inde : entre ésotérisme et science, Paris, 2007.

Lowndes Vicente 2012 = F. Lowndes Vicente, Other orientalisms: India between Florence and Bombay, 1860-1900, New Delhi, 2012.

Messaoudi 2015 = A. Messaoudi, Les arabisants et la France coloniale : savants, conseillers, médiateurs, 1780-1930, Lyon, 2015.

Moretti 1996 = M. Moretti, La storia dell’università italiana in età contemporanea. Ricerche e prospettive, dans L. Sitran Rea (dir.), La storia delle università italiane. Archivi, fonti, indirizzi di ricerca, vol. 30, Trieste, 1996, p. 335-381.

Moretti – Porciani 1998 = M. Moretti, I. Porciana, Il volto ambiguo di Minerva. Le origini del sistema universitario italiano, dans R. Simili (dir.), Ricerca e istituzioni scientifiche in Italia, Rome-Bari, 1998, p. 74-92.

Noblesses 1988 = Les noblesses européennes au XIXe siècle, Milan-Rome, 1988.

Pacini 2014 = M. Pacini, Ospiti stranieri di casa Vieusseux nella Firenze di metà Ottocento, dans Memoria e Ricerca, 46, 2014, p. 63-78.

Palazzolo 1985 = M.J. Palazzolo, Salotti di cultura nell’Italia dell’Ottocento. Scene e modelli, Turin, 1985.

Pécout 2005 = G. Pécout, Une amitié politique méditerranéenne : le philhellénisme italien et français au XIXe siècle, dans M. Ridolfi (dir.), La democrazia radicale nell’Ottocento europeo. Annali della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, Milan, 2005, p. 81-106.

Plutniak 2017 = S. Plutniak, The professionalisation of science – claim and refusal: discipline building and ideals of scientific autonomy in the growth of prehistoric archaeology. The case of Georges Laplace’s group of typologie analytique, 1950s-1960s, dans Organon, 49, 2017, p. 105-154.

Rabault-Feuerhahn 2010 = P. Rabault-Feuerhahn, « Les grandes assises de l’orientalisme ». La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes (1873-1912), dans Revue germanique internationale, 12, 2010, consulté le 27 août 2015 : http://rgi.revues.org/259.

Rogari 1991 = S. Rogari, Cultura e istruzione superiore a Firenze. Dall’Unità alla grande guerra, Florence, 1991.

Rosi 1984 = S. Rosi, Gli studi di orientalistica a Firenze nella seconda metà dell’800, dans A. Gallotta, U. Marazzi (dir.), La conoscenza dell’Asia e dell’Africa in Italia nei secoli XVIII e XIX, 1984, Naples, t. I, vol. 1, p. 103-120.

Schmieder – Schreiner 2005 = F. Schmieder, P. Schreiner (dir.), Il Codice Cumanico e Il Suo Mondo, Rome, 2005.

Solitario 1996 = F. Solitario, Angelo De Gubernatis pioniere dell’orientalismo italiano nell’Ottocento, dans G. Marchianò (dir.), La rinascenza orientale nel pensiero europeo. Pionieri lungo tre secoli, Pise-Rome, 1996, p. 165-199.

Spadolini 1971 = G. Spadolini, Firenze capitale, Florence, 19715.

Stojanow 2005 = V. Stojanow, Der Codex Cumanicus in der Forschunggeschichte, dans Schmieder – Schreiner 2005, p. 3-44.

Strappini 1988 = L. Strappini, Angelo De Gubernatis, dans Dizionario bibliografico degli Italiani, vol. 14, 1988.

SVO 1971 = Coll., Gli Studi sul Vicino Oriente in Italia dal 1921 al 1970, Rome, 1971, 2 vol.

Taddei 1995-2001 = M. Taddei (dir.), Angelo De Gubernatis. Europa e Oriente nell’Italia umbertina, 1995-2001, 4 vol.

Thiesse 1999 = A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, 1999.

Volpi 2003 = G. Volpi, L’elogio del progresso. L’Ungheria negli scritti di Angelo De Gubernatis, dans A. Papo, G. Németh (dir.), Hungarica Varietas: Mediatori culturali tra Italia e Ungheria, Mariano del Friuli, 2003, p. 161-171.

Zanker 2007 = P. Zanker, La maison de Karl Otfried Müller à Göttingen. L’autoreprésentation d’un professeur allemand vers 1835, dans C. Jacob (dir.), Les Lieux de savoir. Vol. I : Espaces et communautés, Paris, 2007, p. 413-431.

 

Haut de page

Notes

1 D’Ancona 1896, p. 223.

2 SVO 1971, par exemple.

3 Moretti – Porciani 1998, entre autres. Je renvoie à l’introduction générale du dossier pour l’historiographie sur la science nationale italienne et sur le transnational.

4 Lowndes Vicente 2012.

5 Pour un bilan d’étape : Moretti 1996.

6 Messaoudi 2015 ; Lardinois 2007.

7 Charle 1996; Racine – Trebitsch 1992. Sur la notion de sociabilité je renvoie aux travaux de Maurice Agulhon.

8 La terminologie pour désigner l’étude des langues et des cultures turques reste débattue, d’autant que les acceptions varient selon les langues, les traditions académiques et les sensibilités des chercheurs. J’utiliserai indifféremment les formules « turcologie » et « études turques » dans les pages suivantes.

9 Les considérations développées ici trouvent leur origine dans mon travail de thèse : Bossaert 2016.

10 Le Codex Cumanicus a suscité une très vaste littérature, dès le début du XIXe siècle. Un colloque organisé en 2002 en a tenté le bilan : Schmieder – Schreiner 2005.

11 Le manuscrit, dont on a longtemps cru qu’il avait appartenu à Pétrarque, est mentionné pour la première fois dans la littérature scientifique au XVIIe siècle, avant sa redécouverte au début du XIXe. Pour un panorama sur les travaux consacrés au Codex aux XIXe-XXe siècles : Stojanow 2005.

12 La bibliographie sur Kuun est assez mince, et essentiellement en hongrois. Je me suis référée à : De Gubernatis 1879, De Gubernatis 1890, Souvenir 1906. Quant à la place de Kuun dans l’histoire de la turcologie hongroise, il est intéressant de noter que l’historiographie hongroise ne l’a pas retenu (Kakuk 1971), alors qu’il figure dans les synthèses plus ou moins récentes de chercheurs turcs : Eren 1998, entre autres.

13 Thiesse 1999.

14 Ces recherches donnent lieu à un ouvrage sur l’origine des Magyars : Relationum Hungarorum cum Oriente gentibusque orientalis originis antiquissima Historia, Claudiopoli, Herrmann, 1892-1895, 2 vol.

15 Kuun aurait appris l’hébreu avec un rabbin à Budapest, cf. Souvenir 1906, p. 12-13.

16 BMV, It. X, 431, « Géza Kuun », n. 13, faire-part de décès de Géza Kuun, 1905.

17 Otto Blau et Robert Rösler notamment. Pour le détail de ces débats : Kuun 1876b, II-2/3, p. 51 ; Stojanow 2005.

18 Kuun 1876b.

19 Emilio Teza, premier érudit italien à s’occuper du Codex Cumanicus, au début des années 1890, insiste sur ce désintérêt des Italiens pour le manuscrit : Teza 1891, p. 316-317.

20 De Gubernatis 1900, p. 266. Cet extrait provient d’un chapitre consacré aux « amis », et en particulier aux « illustres étrangers qui [l’]ont honoré de leur amitié », p. 341-343.

21 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1, « Géza Kuun d’Ozdola ». La correspondance entre les deux hommes compte un peu plus de 350 lettres. Je n’ai pas pu consulter la correspondance active du savant italien.

22 La vie, l’œuvre et les réseaux d’Angelo De Gubernatis sont bien connus grâce à un vaste projet collectif mené sur plusieurs années par Maurizio Taddei : Taddei 1995-2001 (4 vol.). Voir également Strappini 1988 ; sur De Gubernatis orientaliste : Solitario 1996. Originaire d’une grande famille piémontaise, né à Turin, Angelo De Gubernatis arrive à Florence en 1863. Il y séjourne jusqu’à son élection à la chaire de littérature italienne à l’université de Rome, en 1891.

23 BNCF, Carteggio ADG.

24 Lowndes Vicente 2012, p. 45-130 ; Campana 2001 ; Rosi 1984.

25 Rogari 1991 ; Spadolini 1971.

26 La Società Italiana per gli studi orientali, fondée en 1872 et bientôt transformée en Accademia Orientale (1877), publie un annuaire qui ne compte que deux numéros (1873-1874), puis un Bollettino. Créée en 1886, la Società Asiatica italiana a son propre journal, à l’image de ses homologues européennes.

27 Souvenir 1906, p. 20-21.

28 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1b, n. 20, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Gênes, 23 avril 1872.

29 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1b, n. 25, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Venise, 9 avril 1873 ; n. 26, lettre de Manros Némethi, 2 novembre 1873.

30 La bibliographie sur Dora d’Istria est très vaste, à la mesure de la fascination exercée par le personnage, et ce dès son vivant. Une biographie est parue récemment en Italie, à laquelle on renverra pour une mise au point historiographique : D’Alessandri 2007.

31 Son oncle paternel est prince puis caimacan de Valachie, son père en est le bras droit.

32 En témoigne, entre autres, la série d’essais sur les différentes nationalités du Sud-Est européen « d’après les chants populaires », où la poésie du peuple révélerait l’âme de la nation dont il serait le dépositaire. Sur cette production (parue à partir de 1858), voir la bibliographie finale de D’Alessandri 2007, p. 317-321, ainsi que le chapitre 5.

33 D’Alessandri 2007, p. 281.

34 Sur Dora d’Istria orientaliste : Bordaş 2005, p. 109-115. Son intérêt pour l’Orient est toutefois ancien. L’Inde apparaît en filigrane dans toute la première partie de son œuvre. Cette curiosité pour les cultures orientales remonterait à l’enfance – aux collections de son père, peut-être, qui possédait des pièces venues d’Orient. Elle a pu se renforcer au fil de ses pérégrinations européennes de jeunesse, lorsqu’elle était à Berlin, par exemple, au moment où Humboldt, son mentor, republiait son Voyage en Asie. Cf. Bordaş 2005, p. 110-111.

35 La formule est de Dora d’Istria : lettre de Dora d’Istria à Emilia Peruzzi, citée dans D’Alessandri 2007, p. 268.

36 Pacini 2014.

37 D’Alessandri 2007, p. 269-270.

38 Bordaş 2005, p. 106.

39 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62f, « Ghika, Elena », lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, 10 novembre 1873, Villa d’Istria (Florence).

40 La section des membres étrangers compte neuf individus. Ils sont tous professeurs ou bibliothécaires.

41 Iorga 1932, p. 175 ; Buonincontro 1995. Max Müller est un orientaliste et philologue allemand, l’un des fondateurs de la mythologie comparée.

42 Bordaş 2005, p. 114.

43 La formule est de Géza Kuun.

44 D’Istria 1877a.

45 D’Istria 1876-1877.

46 D’Istria 1873.

47 D’Istria 1877, p. VIII-IX. L’ouvrage de Von Hammer (Von Hammer 1836-1838) est considéré comme la première synthèse moderne sur la poésie ottomane. Dans la généalogie de l’histoire littéraire ottomane en Europe, Dora d’Istria fait ainsi le maillon entre le célèbre orientaliste autrichien et Gibb, dont la somme A history of Ottoman poetry, publiée au début du siècle, reste fondamentale. Son travail a pourtant été oublié.

48 Chabert 1800.

49 Ármin Vámbéry (1832-1913), orientaliste et voyageur hongrois, célèbre pour son voyage en Asie centrale, dont il a tiré un récit à succès, Voyages d’un faux derviche dans l’Asie centrale, traduit en plusieurs langues. Il est titulaire d’une chaire à l’université de Budapest. Wilhelm (Vassili) Radloff (1837-1918), orientaliste allemand devenu russe, considéré comme l’un des pères fondateurs de la turcologie. Il est l’auteur de plusieurs travaux linguistiques et ethnographiques sur l’Asie centrale.

50 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62f, lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, 13 octobre 1876, s.l. ; 10 mars 1875, Villa d’Istria (Florence).

51 Kuun 1872, par exemple.

52 Kuun 1871, p. 365 (« vasto campo della Turcologia »).

53 Elle est redoublée dans une note de la rédaction – c’est-à-dire d’Angelo De Gubernatis – qui annonce la publication prochaine d’un « remarquable essai philologique de turcologie comparée » de l’« éminent linguiste hongrois » : Kuun 1871, p. 365, n. 1 (« Di questo eminente linguista ungherese che Firenze ebbe la ventura di ospitare nello scorso inverno, pubblicheremo nel fascicolo prossimo, un notevole saggio filologico di Turcologia comparata »).

54 Kuun 1878.

55 Kuun 1879.

56 Aloe 2000, p. 52.

57 D’Istria 1877b.

58 Rabault-Feuerhahn 2010.

59 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1f, n. 90, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Graz, 9 janvier 1878 ; Cass. 127, fasc. 43, « Vambéry, Armin », n. 1, lettre d’Arminius Vambéry à Angelo De Gubernatis, Pest, 6 avril 1878.

60 Ni Bálint ni Kuun ne peuvent toutefois participer au Congrès.

61 Bordaş 2005, p. 107. Dora d’Istria met Angelo De Gubernatis en relation toute une constellation de savants du Sud-Est européen, roumains notamment, orientalistes pour certains ; ainsi de B.P. Hasdeu, qui sera lui aussi délégué national au Congrès de Florence, pour Bucarest.

62 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62g, n. 97, lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, (Florence) 12 janvier 1875.

63 Il publie dans le journal de la Société, à une fréquence moindre cependant : Kuun 1889-1890.

64 Giornale della Società Asiatica Italiana (GSAI), Atti della Società asiatica italiana, vol. 2, 1888, p. III. La question du rôle des élites florentines dans la constitution des collections orientalistes mériterait une étude à part entière. On trouve des éléments sur le sujet dans Lowndes Vicente 2012, p. 80-85, p. 90-98 et chapitre 3.

65 Sur la question de la philie, voir les travaux de Gilles Pécout ; par exemple Pécout 2005.

66 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1a, n. 6, lettre de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Manros Némethi, 29 juillet 1870.

67 Volpi 2003. Angelo De Gubernatis est l’auteur d’un essai sur La Hongrie politique et sociale (Florence, 1885), écrit après un voyage dans le pays avec Géza Kuun.

68 Irwin 2007.

69 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 63, fasc. 62d, n. 55, lettre de Dora d’Istria à Angelo De Gubernatis, Rapallo, 6 octobre 1870, citée dans D’Alessandri 2007, p. 233.

70 Sur les tractations du rachat : D’Alessandri 2007, p. 269-270.

71 Lardinois 2007, p. 167-170.

72 Ibid., p. 45-47. La formule est reprise à R. Lardinois.

73 BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, fasc. 1e, n. 72, carte postale de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Venise, 21 février 1877.

74 Zanker 2007 ; Gherchanoc 2006. Pour un panorama sur la question des sociabilités dans l’espace domestique, et sur leur caractère semi-public, voir l’introduction p. 11-34. Sur la maison de l’écrivain : Kalantzis 2017.

75 Bollettino italiano degli studi orientali (désormais BISO) 1877, n. 16, an. I, février 1877, Accademia orientale, p. 302.

76 Aristocrate d’origine russe, cousine de Bakounine, Sofia De Gubernatis, née Bezobrazov, rencontre Angelo De Gubernatis lors d’un de ses séjours à Florence, où elle est venue passer l’hiver. Peintre et traductrice, elle contribue aux côtés de son mari à l’introduction des cultures du monde slave en Italie.

77 De Gubernatis 1900, p. 352.

78 Lowndes Vicente 2012.

79 De Gubernatis 1900, p. 432.

80 Palazzolo 1985 ; Betri – Brambilla 2004.

81 Lowndes Vicente 2012, p. 224-226.

82 Ibid., p. 61-64, 114.

83 Pullé 1878.

84 Meini 1878

85 BISO, Ai signori delegati, ns. 2, 3, 1878-1882, p. 122-125.

86 D’Ancona 1896, p. 223.

87 Lowndes Vicente 2012, p. 59, 114.

88 Lardinois 2007, p. 181-182.

89 Plutniak 2017. Je renvoie à la bibliographie présentée dans cet article pour les discussions sur la notion d’« amateur ».

 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte postale de Géza Kuun à Angelo De Gubernatis, Venise, 21 février 1877.
Crédits BNCF, Carteggio ADG, Cass. 72, n. 1e. Su concessione del Ministero per i beni e le attività culturali / Biblioteca Nazionale Centrale, Firenze.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Bossaert, « L’orientaliste et le mondain. Sociabilités aristocratiques transnationales en Italie (Florence, années 1870) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-2 | -1, 333-348.

Référence électronique

Marie Bossaert, « L’orientaliste et le mondain. Sociabilités aristocratiques transnationales en Italie (Florence, années 1870) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 30 juillet 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/4553 ; DOI : 10.4000/mefrim.4553

Haut de page

Auteur

Marie Bossaert

École française de Rome, marie.bossaert@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals