Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-2VariaToutes les « Troisièmes Voies » c...

Varia

Toutes les « Troisièmes Voies » catholiques mènent à Rome

La démocratie chrétienne française saisie dans les courriers du nonce apostolique de Paris (1921-1939)
Wynands Marie-Pierre
p. 389-400

Résumés

Malgré des conditions institutionnelles, sociales et intellectuelles favorables dans l’entre-deux-guerres, la démocratie chrétienne ne s’est pas implantée en France. À partir d’une étude des courriers reçus par la nonciature apostolique de Paris (1921-1939) et conservés aux Archives apostoliques vaticanes, cet article interroge la manière dont certains engagements empêchés des abbés démocrates trouvent une actualisation dans le syndicalisme agricole. Par le double décentrement religieux et économique qu’ils autorisent, les documents concernant plus précisément le conflit agricole breton éclairent sous un autre jour cette « absence » démocrate-chrétienne et la relativisent à certains égards.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier Julien Fretel ainsi que les relecteurs/relectrices anonymes pour les suggestions apportées à ce travail.

S’il y a un pays où la démocratie chrétienne aurait dû s’implanter, prendre racine, se développer, fructifier, c’était la France. […] Dans tous les domaines de l’action et de la pensée sociale et démocratique, nous avons débroussaillé le terrain, ouvert les voies, posé les premières assises et l’édifice s’est posé ailleurs… Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

  • 1 Gay 1935. Proche du fondateur du Sillon, Marc Sangnier, Francisque Gay (1885-1963) a participé act (...)
  • 2 Mayeur 1980, p. 5. Voir également Mayeur 1986 ; Letamendia 1993 [1977], p. 29 ; Pouthier 2003 [199 (...)
  • 3 Pelletier 1997, p. 55.
  • 4 Della Sudda 2007, chapitre 1.
  • 5 Maritain 2000 [1936].
  • 6 Il aboutit notamment à la spécialisation de l’Action catholique française dans la seconde moitié d (...)
  • 7 Notamment Fouilloux 1997, Colin 1997 et le travail majeur d’Hervé Serry : 2004 et 2010.
  • 8 Fouilloux 1998 ; Lagroye 2006.

1Le constat d’échec ainsi dressé dès 1935 par Francisque Gay1 met en évidence un état de fait maintes fois relevé depuis dans l’historiographie ; « la démocratie chrétienne n’a pas su s’incarner en une force politique importante »2 en France. Qu’ils soient formulés par des militant-e-s, des historien-ne-s ou des politistes, ces étonnements et ces interrogations unanimes ne posent guère question si l’on considère les conditions sociales et institutionnelles a priori propices à la structuration de ce courant politico-religieux à partir des années 1920. Certes, l’action politique de type démocrate-chrétien a été fortement contrainte par le Saint-Siège, au moyen de l’encyclique Graves de Communi re de 1901 rappelant son assignation stricte à une « bienfaisante action chrétienne parmi le peuple » puis par la lettre sur le Sillon, « première organisation démocrate-chrétienne de laïcs en France »3, visant en 1910 à empêcher tout prolongement politique du mouvement. Toutefois, la perte d’emprise sociale de l’Église a amené ses membres et dirigeants à (se) poser de nouvelles questions concernant leurs rapports à la société et à la politique modernes4. Parmi celles-ci, comment être démocrate et chrétien ? Quels types d’engagements et de positions tenir en chrétien et en tant que chrétien5 ? L’important renouvellement théorique, apostolique6 et politique qui travaille l’institution catholique est par ailleurs largement favorisé dans l’entre-deux-guerres par l’autonomisation relative des intellectuels7, qui reconfigure les relations entre clercs et laïcs et transforme le rapport à la « vérité catholique »8.

  • 9 Bensoussan 2006, chapitre X.
  • 10 Pettinaroli 2012, p. 1-2.

2Dans le cas des travaux précités, la démocratie chrétienne a principalement été analysée sous l’angle de ses infructueuses tentatives de mises en ordre partisan. Nous proposons de prolonger ces questionnements en nous intéressant à certains investissements sociaux et syndicaux. À cet égard, la manière dont David Bensoussan caractérise la « dissidence démocrate-chrétienne »9 comme le fait de dissocier le catholicisme de son expression politique et sociale la plus intransigeante nous semble heuristique. Convoquer ce terme de dissidence, qui indique selon Laura Pettinaroli « un conflit d’autorité qui n’est pas nécessairement doctrinal, à la différence de l’hérésie, et qui ne va pas nécessairement jusqu’à la rupture formelle, à la différence du schisme »10, ouvre une voie hors des sentiers battus pour mieux comprendre les positions et les prises de position démocrates-chrétiennes – qu’elles puissent d’ailleurs être explicitement labellisées comme telles ou non. Surtout, plutôt que de les considérer selon les options politiques retenues, cette approche incite opportunément à les ramener aux rapports qu’y entretient la hiérarchie ecclésiastique, garante quant à elle de l’orthodoxie catholique.

  • 11 Nous reprenons la définition de leur positionnement proposée par Francis Corvaisier : « Les termes (...)
  • 12 La Bretagne et plus largement l’Ouest de la France constituent un terrain propice à l’analyse des (...)
  • 13 Celles-ci avaient déjà fait l’objet de discussions au tournant du XXe siècle, lors des congrès de (...)
  • 14 Selon les mêmes logiques sociales et politiques que celles qui ont été mises au jour par Jean-Mari (...)
  • 15 Pelletier 1997, p. 55 et Mayeur 1986, p. 155-192.
  • 16 Pour une vue d’ensemble des apports scientifiques des archives du pontificat de Pie XI, ouvertes e (...)
  • 17 Par rapport à un choix de sources plus explicitement politiques – telles que les archives de la Co (...)
  • 18 Della Sudda 2012 (citation p. 70).
  • 19 Cocaud – Sainclivier 2007. L’organisation et la modernisation agricoles peuvent malgré tout entrav (...)

3Une telle démarche implique de décentrer le regard pour étudier des engagements, des positions et des prises de position qui ne sont pas ordinairement qualifiés de politiques et encore moins de démocrates-chrétiens, mais qui constituent pour cette raison même d’intéressantes pistes d’analyse pour saisir les modalités de politisation connexes au champ partisan. En réinterrogeant l’implication des abbés démocrates dans le syndicalisme agricole durant l’entre-deux-guerres11, notre article se veut une contribution à la compréhension des prolongements, dans le syndicalisme agricole, d’engagements empêchés en politique. Plus précisément, à partir du conflit agricole breton12 qui oppose deux acceptions du syndicalisme dans le monde catholique des décennies 1920 et 1930, nous montrerons comment de nouvelles options13, perçues comme dissidentes, sont saisies – aux deux sens du terme – par les autorités ecclésiastiques. Soutenues par les abbés démocrates dont l’action se poursuit dans l’entre-deux-guerres14, celles-ci préconisent une prise en compte des conditions d’existence des paysans au nom même de la défense du message évangélique. Surtout, elles éclairent sous un autre jour l’impossible revendication démocrate-chrétienne alors même que, comme l’écrit Denis Pelletier, « le mouvement des “abbés démocrates” en [était] la pointe avancée »15 à la fin du XIXe siècle. Suivre ce conflit agricole permet en ce sens de scruter le devenir d’une filière historique de la démocratie chrétienne. Pour ce faire, notre enquête s’appuie sur l’étude des courriers reçus par le nonce apostolique de Paris entre 1921 et 1939, conservés aux archives apostoliques vaticanes16. Ces documents triés par diocèses et par thématiques sont propices à privilégier une approche « infra-politique » de la démocratie chrétienne, en ce qu’ils témoignent d’engagements politiques hors de la sphère strictement partisane17. Ils présentent par ailleurs un intérêt accru dans un contexte de centralisation romaine de l’autorité religieuse, où le nonce apostolique fait office de « courroie de transmission » entre les curés et les fidèles qui lui écrivent en passant outre l’autorité épiscopale, et le Pape18. Enfin, ils offrent la possibilité de porter un regard décentré vis-à-vis des problématiques locales, en se focalisant davantage sur l’aspect religieux de la mise en place de ces syndicats. Précisons cependant que les rapports et les lettres envoyés à la nonciature de Paris sur ce sujet sont tous écrits par des hommes, alors que les femmes ne sont pourtant pas absentes des organisations et des mouvements paysans durant cette période19.

Les abbés démocrates, des entrepreneurs de la cause paysanne

  • 20 Yves Lambert l’a bien mis en lumière dans son étude sur la commune de Limerzel : Lambert 1985, p.  (...)
  • 21 Bensoussan 2008b, p. 202.
  • 22 Lambert 1985, p. 143. De manière symptomatique, l’archevêque de Rennes est d’ailleurs président d’ (...)
  • 23 Son siège est situé Place des Lices, à Rennes.
  • 24 Bougeard 2011, p. 321.
  • 25 La notion de « milieu » révèle à quel point la solidarité en son sein est irréductible à la prise (...)

4Au tout début du XXe siècle, l’ordre social en milieu rural breton reste encore très largement assuré par la promotion efficace d’une collaboration des classes sociales, conformément aux enseignements religieux20. La structure hiérarchique de la société, admise par tous jusqu’à paraître « naturelle », est permise par une cogestion de l’aristocratie terrienne et de l’autorité religieuse locale. Elle repose sur un intérêt commun à faire perdurer ce qui se rapproche d’une « civilisation paroissiale »21, laquelle peut se résumer par trois caractéristiques principales : le vote royaliste, la défense catholique et le conservatisme social22. En Ille-et-Vilaine, cette emprise bicéphale est prolongée par la création du syndicat agricole et horticole, dit « des Lices »23, dès 1886. Son président, Georges Le Pannetier de Roissay, est membre de l’Action Française, tandis que son journal Le Syndicat Agricole est imprimé avec l’aide du quotidien catholique conservateur Le Nouvelliste de Bretagne. Réduite à une fonction de « syndicat-boutique »24, l’action de cette organisation n’empêche pas le développement, à partir des années 1920, d’une concurrence syndicale visant une réorientation de l’économie agricole en faveur des plus dominés et démunis. Qu’un tel mouvement, celui des Paysans de l’Ouest, soit initié par des catholiques était pourtant loin d’aller de soi. En raison des caractéristiques de leur profession comme de leur milieu social et géographique, ils sont alors peu susceptibles de mener une action revendicative. En effet, les rapports sociaux qui soutiennent et légitiment un ordre économique ne profitant qu’aux patrons-propriétaires sont d’autant plus difficiles à renverser que l’intrication de relations de dépendance et de solidarité incite ceux qui n’en bénéficient pas à se penser malgré tout comme membres de ce milieu25.

5Dans un contexte socioéconomique et religieux favorisant à ce point l’inertie paysanne, certains abbés démocrates endossent le rôle d’indispensables entrepreneurs de cause. Tout d’abord, en promouvant activement un système agricole au sein duquel chacun puisse trouver sa « juste place » dans les rapports professionnels, ils mettent en évidence les injustices que masque l’apparente proximité des propriétaires terriens aux paysans. Ainsi en est-il par exemple de l’abbé démocrate Augustin Crublet (1865-1955), qui établit une comparaison avec l’ouvrier d’industrie dans le rapport sur la « question paysanne » qu’il adresse au nonce apostolique de Paris en 1929 :

  • 26 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Rapport de l’Abbé Crublet sur la question paysanne, l (...)

L’ouvrier, à la rigueur, peut se mettre en grève ; le fermier, handicapé par sa famille, son matériel et son cheptel ne le peut pas. Il lui faut trouver une ferme à tout prix et c’est ce qui explique qu’ils renchérissent les uns sur les autres jusqu’au jour où, n’en pouvant plus, ils quittent la terre ; c’est leur seule manière, à eux, de se mettre en grève26.

  • 27 Elle s’observe aussi dans les organisations catholiques féminines. Sur les Cercles de fermières au (...)
  • 28 Cette observation rappelle le travail de Johanna Siméant sur les sans-abris (Siméant 1998) ou l’ét (...)
  • 29 Les agriculteurs-exploitants concernés sont souvent des propriétaires possédant de petites exploit (...)
  • 30 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Programme publié dans le Progrès rural en janvier 192 (...)
  • 31 Selon Pierre Barral, elle compte alors 200 syndicats en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes-du-Nord (...)

6Surtout, étant capables non seulement d’une analyse intégrale des conditions d’existence des paysan-ne-s27 mais également d’une mobilisation de différents types de ressources – théologiques, symboliques et économiques – pour s’en faire les porte-voix, ces anciens sillonnistes se trouvent en mesure d’offrir aux paysans un corpus doctrinal cohérent et assimilable par eux. Ce faisant, ils favorisent l’acquisition des savoirs et des savoir-faire sociaux, discursifs et politiques nécessaires pour mener à bien de nouvelles revendications28. La création du mouvement des « cultivateurs-cultivants » en 1921 s’inscrit dans cette logique. Les syndicats-membres entendent substituer aux valeurs intrinsèques et « naturelles » de la paysannerie les intérêts matériels attachés aux conditions professionnelles et privées d’existence de leurs membres. Pour défaire l’emprise des propriétaires fonciers et, surtout, la légitimité de ces derniers à édicter à eux seuls les règles devant régir les syndicats agricoles, ils prônent une dissociation stricte entre la puissance économique agricole, détenue par les aristocrates locaux, et les postes de pouvoir décisionnel. Dans cette optique, l’adhésion à ces syndicats paysans est réservée aux seuls agriculteurs exploitant eux-mêmes leurs terres et ne vivant que de ce travail29. Les « cultivateurs-cultivants » souhaitent par ailleurs être représentés par des agriculteurs défendant effectivement leurs intérêts, comme l’indique le programme des syndicats paysans de l’Ouest30. L’aide professionnelle et financière y est également plus ciblée. En Ille-et-Vilaine, elle est assurée par la création d’un Office fédéral pour la fourniture des engrais en 1923, tandis que l’Entraide paysanne fondée l’année suivante fournit à ses adhérents une assurance contre les accidents de travail des salariés agricoles. Fort de ce succès, le mouvement des « Cultivateurs-cultivants » se transforme en fédération des syndicats paysans de l’Ouest en 192631, avant la création de la Ligue des Paysans de l’Ouest un an plus tard.

Une troisième voie démocrate-chrétienne

  • 32 Le Progrès rural, édition du 15 janvier 1930.
  • 33 L’Ouest-Éclair, édition du 18 septembre 1927.
  • 34 Prévotat 2001.
  • 35 Delbreil 2000a.

7Catholique sans être pour autant conservatrice économiquement et socialement, la « Troisième Voie » proposée par les « cultivateurs-cultivants » vient résoudre un dilemme majeur posé aux paysans catholiques. Soutenus par la frange sociale de l’Église locale, ils ne sont dorénavant plus tenus, du fait de leur croyance religieuse, de privilégier des mesures avantageant invariablement les dominants de l’ordre socioéconomique auquel ils appartiennent. Dans le but d’assurer leur indépendance politique et économique, ces syndicats-paysans prennent garde à ne s’inscrire comme satellites d’aucune organisation politique, tout comme ils interdisent aux responsables syndicaux de s’engager simultanément dans l’action partisane. Au contraire, ils veillent à se « tenir à l’écart de la politique comme de la peste »32, refusent systématiquement l’adhésion de personnalités politiques à leur mouvement pour ne pas encourager les amalgames et blâment, de façon générale, « l’idiote politique des partis »33. Par-là, ils entendent également maintenir leur action dans une parfaite conformité aux directives du Saint-Siège, en se prémunissant du « politique d’abord » qui vaut une condamnation à l’Action Française en 192634. N’entretenant aucun contact direct avec le Parti démocrate populaire (PDP) fondé en 1924, leur assimilation à la démocratie chrétienne ne peut donc être comprise politiquement. Alors que ce label est ordinairement associé durant l’entre-deux-guerres au PDP35 ou à la Jeune République fondée par Marc Sangnier en 1912, c’est ici le type de rapports à la hiérarchie ecclésiastique ainsi qu’à certains réseaux et certains soutiens catholiques qu’il faut avant tout considérer. La finesse idéologique avec laquelle les promoteurs du syndicalisme paysan structurent leurs revendications en fait alors un « cas » d’un grand intérêt pour mieux saisir la démocratie chrétienne en acte, malgré l’impossibilité de se revendiquer d’une telle étiquette du fait de la monopolisation partisane de ce label.

  • 36 Delbreil 2000b.
  • 37 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1145, Lettre de l’Évêque de Luçon le 8 août 1930, f. 25.
  • 38 Lambert 1985, p. 170.
  • 39 Delorme 2000, p. 129.
  • 40 Jean-Marie Mayeur a consacré sa thèse à cet abbé démocrate du Nord qui fut à l’initiative des jard (...)

8En Ille-et-Vilaine, les abbés démocrates Trochu (1868-1950) – co-directeur de L’Ouest-Éclair –, Geffriaud (1873-1956) – qui y occupe un poste de journaliste36 –, Crublet et Mancel (1878-1954), tous deux curés de campagne, comptent parmi les clercs les plus marginalisés au sein de la hiérarchie ecclésiastique locale. La trajectoire institutionnelle de l’abbé Mancel en livre sans doute l’exemple le plus édifiant. Lorsqu’il initie le mouvement des « cultivateurs-cultivants », aussi surnommé « les syndicats Mancel »37 par leurs opposants, sa position dans le champ religieux local est déjà très précaire. Estampillé « poisson rouge de bénitier »38 en raison notamment de ses positions républicaines revendiquées, les marques d’insoumission répétées de cet ancien sillonniste vis-à-vis de ses dirigeants lui ont valu plusieurs mutations avant qu’il ne soit finalement démis de son ministère paroissial. Dégagé de toute obligation cléricale mais appauvri et vivant reclus dans sa paroisse natale de Bain-de-Bretagne, il devient « l’apôtre de l’émancipation paysanne »39 dans la lignée de l’action sociale des ecclésiastiques à qui il voue une véritable admiration, les abbés démocrates Lemire (1853-1928)40 et Trochu. Comme pour l’excuser auprès du nonce apostolique, l’abbé Crublet écrit d’ailleurs dans son Rapport sur la question paysanne :

  • 41 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Rapport de l’Abbé Crublet sur la question paysanne, l (...)

M. l’abbé Mancel n’a pas toute la diplomatie, toute la déférence et pour dire le mot toute la soumission qu’il faudrait. C’est un bon prêtre, très régulier, d’une intelligence remarquable ; c’est un organisateur extraordinaire. Les paysans à qui il a rendu les plus grands services le suivraient jusqu’au bout du monde. Mais comme il a été maltraité toute sa vie de prêtre pour ses idées sociales et en conséquence mal vu des confrères – l’un d’eux s’est même vanté devant ses collègues de l’avoir chassé de son presbytère à coups de pieds dans le derrière – il s’est habitué à une attitude de défensive41.

  • 42 Fouilloux 1995, p. 481.
  • 43 Fichou 1977.

9L’action sociale de ce prêtre ne fait donc pas de doute. Pour briser l’union caractérisant la défense de tous les intérêts agricoles, « du journalier sans terre au grand propriétaire non résident »42, l’abbé Mancel bénéficie en outre de l’aide précieuse de certains réseaux démocrates-chrétiens bien implantés dans le département, autour de l’abbé Trochu et du journal L’Ouest-Éclair notamment. C’est d’ailleurs grâce au soutien financier du journal et à celui que leur apporte personnellement l’abbé Trochu que les « cultivateurs-cultivants » peuvent bientôt se doter d’un bulletin mensuel, Le Progrès rural. L’abbé démocrate Geffriaud y publie nombre d’articles sous le pseudonyme « Graindorge »43, en plus de ceux qu’il fait paraître dans L’Ouest-Éclair. En retour, les chroniques à succès publiées dans le quotidien lui assurent un lectorat paysan de plus en plus important.

10Outre l’existence de ces réseaux locaux, l’attachement au catholicisme fait l’objet d’une attention permanente de la part de ces dirigeants syndicaux et de leurs soutiens ecclésiastiques. Le souci porté aux conditions professionnelles, sociales et économiques des exploitants constitue même, selon l’abbé Mancel, la transcription directe des enseignements prônés par Léon XIII. Inscrit dans la tradition du catholicisme social, il justifie également l’autonomie syndicale vis-à-vis de l’Église :

  • 44 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 379, fasc. 110, Lettre de l’abbé Mancel au Cardinal Charost, s. d., f. (...)

Cette méthode répond à une doctrine. L’encyclique [Rerum Novarum] de Léon XIII porte que « les sociétés privées (les Syndicats) n’ont d’existence qu’au sein de la société civile ». L’association professionnelle, ayant pour but la défense des intérêts professionnels, n’est pas une association religieuse mais civile. L’objet du syndicat n’est ni surnaturel ni éternel, il est professionnel44.

11La revendication de l’identité catholique des « cultivateurs-cultivants » ne se fait donc jamais à demi-mot, leur projet étant présenté comme un « produit » de leur doctrine religieuse :

  • 45 Édition du 15 janvier 1930. Ironiquement, c’est précisément l’argument qui est utilisé dans le bul (...)

Nous savons que le Christ est venu déposer dans les consciences et répandre dans la société le principe d’autonomie et d’indépendance qui en fait l’honneur et la dignité et qu’en particulier c’est de sa parole : « Aimez-vous les uns les autres » qu’est sorti tout le mouvement de solidarité qui fait la force de nos syndicats45.

  • 46 Le Progrès rural, édition du 15 janvier 1930.
  • 47 Dans sa thèse sur l’action, Maurice Blondel en défendait la portée morale pour l’individu : « ses (...)

12L’autonomie de l’action syndicale et politique qu’ils cherchent à mettre en œuvre ne conduit pas – et ne doit surtout pas conduire – à la marginalisation du religieux ou à son cantonnement dans la sphère privée. Dans le même article, l’abbé Mancel réaffirme à quel point la défense de la morale chrétienne prévaut au sein du syndicat : « nous croyons […] que si les questions professionnelles dont nous nous occupons sont principalement d’ordre technique et d’organisation légale, elles relèvent cependant des principes de la morale, et qu’il n’y a qu’une véritable morale, la morale chrétienne »46. En cela, les prêtres démocrates ne sont pas étrangers aux enseignements philosophiques de Maurice Blondel47, lui-même proche des réseaux sillonnistes.

13La distinction des plans spirituel et temporel, caractérisée ici par une dissociation de l’ordre économique vis-à-vis du religieux, peut être rapprochée de celle que le PDP a instaurée entre les ordres politique et religieux. Dans les deux cas, elle justifie le refus de toute ingérence ecclésiastique dans les conflits syndicaux :

  • 48 Le Progrès rural, édition du 15 janvier 1930.

Voudrait-on que nous allions demander au clergé de présider et de diriger nos travaux, notre commerce, nos finances, nos assurances ou la discussion de nos intérêts professionnels ? À notre avis, si le clergé connaît mieux que nous les enseignements de la doctrine et de la morale chrétienne qu’il a mission d’enseigner, et si nous reconnaissons à ce sujet son autorité et ses droits, nous estimons, pour ce qui est de notre profession, que nous autres, cultivateurs cultivants, sommes plus compétents, plus aptes à en saisir toutes les difficultés économiques48.

  • 49 L’Ouest-Éclair, édition du 24 décembre 1910.

14Dès lors, si l’Église est plus compétente en matière de doctrine religieuse – même si son interprétation peut être retravaillée par le mouvement paysan –, les dirigeants de ces syndicats revendiquent quant à eux une plus grande aptitude concernant les choix professionnels. Cette position présente également de fortes similitudes avec celle tenue par le co-directeur de L’Ouest-Éclair, Emmanuel Desgrées du Loû, au sujet de la presse catholique : « “si chacun balayait devant sa porte, dit un proverbe des Flandres, la rue serait propre” […] à chacun son balai, à chacun sa fonction, sa besogne et sa liberté »49. Toutes ces interventions catholiques marquent le même refus, au nom de la défense religieuse, que l’autorité ecclésiastique vienne empiéter sur le terrain des engagements tenus dans tel ou tel groupement.

  • 50 Durant l’entre-deux-guerres, les socialistes s’implantent eux aussi dans les milieux ruraux : Lync (...)
  • 51 Bourdieu 1994, p. XI.
  • 52 Ibid., p. VII.

15Ni révolutionnaires ni même socialistes50, les initiateurs et les dirigeants de ces syndicats paysans entendent donc nourrir et enrichir leur engagement social de leur foi, et réciproquement. Mais pour ce faire, leurs soutiens ecclésiastiques entretiennent un rapport paradoxal à l’institution catholique ; « en se soumettant totalement à ce que l’institution prétend être [comme le montrent les références aux Évangiles et aux encycliques], [ils] subvertissent l’institution »51. Autrement dit, en revendiquant d’autres prises de position économiques que celles qui sont défendues par l’autorité religieuse locale, ils mettent au jour le double discours de l’institution et « ne jouent pas le jeu auquel se livrent les autres »52. La doctrine sociale de l’Église, prise ici au pied de la lettre-encyclique, les amène à contourner l’autorité religieuse diocésaine et paroissiale pour venir en aide aux plus démunis, au nom même de leur foi catholique. Or, un tel travail de redéfinition et d’autonomisation des enjeux économiques casse la systématicité d’une lecture univoque des intérêts agricoles de la part des catholiques. Elle dévoile non seulement la possibilité d’une action sociale paysanne de type catholique mais, plus encore, l’impossibilité d’une représentation politique qui convienne à l’ensemble des catholiques. La dissociation du temporel et du spirituel ainsi opérée met donc à mal l’autorité de la hiérarchie ecclésiastique locale et sa capacité à instaurer ou à maintenir un ordre social catholique pourtant vécu comme immuable.

Des prises de position économiques et religieuses saisies par l’autorité ecclésiastique

  • 53 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Rapport sur les « Syndicats paysans de l’Ouest » adre (...)
  • 54 Le Nouvelliste de Bretagne, édition du 3 août 1924 (souligné dans le texte).

16Pensée comme une véritable « révolution morale »53 par ses promoteurs, l’action des syndicats de « cultivateurs-cultivants » se trouve aussitôt livrée à une double critique économique et religieuse. D’une part, alors que le droit de propriété sur lequel est fondée la hiérarchisation des positions au sein de leur profession n’est pas remise en cause, l’expression même de « cultivateurs-cultivants » suscite des craintes dans un contexte marqué par la hantise de la contagion révolutionnaire. Elle servirait, selon leurs détracteurs, de « drapeau de ralliement aux bolchevistes inconscients de la terre »54. D’autre part, la tentative d’autonomisation paysanne ainsi élaborée met en branle l’ordre social catholique corporatiste en soutenant une triple remise en cause de sa logique ; économique par l’émergence des intérêts de la paysannerie, politique par l’attention portée à la démocratie, et religieuse par la remise en cause de l’ordre social catholique qui aboutissait à promouvoir la collaboration des classes sociales en agriculture.

  • 55 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 522, fasc. 1300, Lettre du prêtre Louvel au nonce apostolique, le 5 dé (...)
  • 56 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Lettre du Cardinal Charost au Président du Syndicat a (...)
  • 57 Ibid, f. 18.

17En réponse, la hiérarchie ecclésiastique locale compromet toute action sociale émancipatrice dans le monde rural. Comme le résume un prêtre dans une lettre envoyée au nonce en 1930, cette sévérité tient pour beaucoup à ce que « les cadres de l’Action catholique sont pour la plupart d’anciens partisans de [l’Action française], ou n’ayant aucun sens social »55. Alexis-Armand Charost, nommé archevêque de Rennes en 1921 puis cardinal en 1922 et lui-même très proche des réseaux maurassiens, juge très sévèrement la fédération de l’abbé Mancel qui concurrence les mouvements d’Action catholique et les syndicats traditionnels. Il fait part au Président de l’un de ces syndicats du fait que cette fédération est « constituée en dehors de toute mission et même de toute consultation de l’Archevêque du diocèse »56 et la décrit comme « mouvement de division et d’antagonisme des classes, conduisant fatalement à la lutte des classes, qu’on le veuille ou non »57. Son vicaire général adresse par ailleurs à l’abbé Crublet les fortes réserves émises par le cardinal Charost au sujet de ses partis pris et de ses méthodes :

  • 58 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Lettre de H. Gayet, Vicaire général de l’Archevêque d (...)

Vous avez dû traiter en chaire la question de la propriété rurale et des baux en des termes tels que plusieurs propriétaires ont été indignés des conseils donnés qui leur ont paru de nature à exciter la lutte des classes ; et ils ont déclaré qu’ils n’allaient point à l’église pour entendre traiter des sujets qui ne sont pas faits pour unir ni rapprocher des intérêts qui ne devraient pas être si opposés58.

  • 59 Sur les stratégies socio-économiques mises en place par l’aristocratie bretonne pour conserver son (...)
  • 60 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Rapport de l’Abbé Crublet sur la question paysanne, l (...)

18Cette tentative d’autonomisation catholique vis-à-vis de l’emprise économico-religieuse traditionnelle suscite une vaste contre-offensive conservatrice, économique et religieuse59. Son caractère politique est toutefois dénié par l’autorité religieuse. Et pour cause ; le système catholique que les dirigeants religieux promeuvent n’admet quant à lui aucune autonomie au politique. Il ne s’agit donc pas de refuser l’intervention politique du clergé au nom de la séparation des ordres – en distinguant, pour le dire vite, ce qui est à César et ce qui est à Dieu –, ni même de placer la suprématie religieuse au-dessus des affaires et de l’expression politiques. L’intransigeantisme de l’autorité religieuse locale n’opère pas de telles césures ; tout est catholique. C’est bien ici la finalité d’une restauration religieuse qui conduit à orienter voire à commander l’expression politique des paysans. Ainsi, alors qu’il refuse messes et sacrements aux « cultivateurs-cultivants », le cardinal Charost autorise la promotion des syndicats traditionnels en chaire. Selon l’abbé Crublet, cette immixtion des affaires agricoles à l’autel est monnaie courante : « pour ces syndicats, non seulement dans certaines paroisses le clergé annonce en chaire leurs réunions, mais on va parfois jusqu’à publier le prix des engrais »60. Entre ces deux positions qui se réclament de la fidélité au Magistère, le nonce apostolique est appelé par l’abbé Crublet à intercéder :

  • 61 Ibid, f. 21.

Je voudrais que ma faible voix arrive au pouvoir suprême de l’Église pour obtenir que cesse une situation douloureuse qui scandalise les paysans. Pour eux l’Église c’est l’Évêque, ce sont les prêtres. Ils ont l’impression que cette Église les rebute et les sacrifie aux riches. Ils s’en scandalisent. Ils en souffrent dans leur foi. Ils en souffrent aussi dans leurs intérêts matériels61.

19Les lettres et les rapports que le nonce apostolique reçoit d’Ille-et-Vilaine soulèvent l’importance du rôle qui lui est prêté dans le règlement de ces conflits locaux. En outre, elles révèlent que la question des transformations du monde agricole dans ce département s’impose immédiatement comme un enjeu catholique. Fermement condamnées par les autorités économiques et religieuses, elles ont cependant d’importants effets sur la structure et les logiques mêmes du syndicalisme agricole.

Le maintien paradoxal de « l’ordre des champs »

  • 62 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Bulletin de l’Union des syndicats agricoles d’avril 1 (...)
  • 63 Celui-ci devient président de la Chambre régionale d’agriculture en 1931. Son épouse, restée proch (...)

20La crainte de la concurrence paysanne et de ses implications sociopolitiques conduit l’aristocratie locale à fonder l’Union régionale des syndicats agricoles (URSA) d’Ille-et-Vilaine dès 1923 puis, trois ans plus tard, l’Union des syndicats agricoles de la Bretagne méridionale. Le programme défendu reste attaché à la collaboration de tous les membres du monde agricole : « Union entre tous ceux qui vivent de la terre ; propriétaires, fermiers, métayers, ouvriers agricoles ; Tous ont les mêmes intérêts généraux, tous désirent que l’agriculture soit prospère, que le travail de la terre soit productif et rémunérateur »62. Par ailleurs, le recrutement des dirigeants ne concerne toujours que l’élite agricole, comme l’aristocrate Hervé Budes de Guébriant, ingénieur agronome et grand propriétaire foncier, ou le royaliste Roger de La Bourdonnaye, ancien élève de l’École militaire de Saint-Cyr et ancien officier63.

  • 64 Bensoussan 2008a. Des processus semblables ont été repérés et analysés par Georges Macé (Macé 1981 (...)
  • 65 Launay 1987.
  • 66 L’abbé Crublet livre plusieurs témoignages concernant ces pratiques : AAV, Arch. Nunz. Parigi, b.  (...)

21Cette apparente continuité socioéconomique doit pourtant être relativisée. En réinvestissant à leur tour le syndicalisme agricole, les membres de l’aristocratie foncière se parent en effet des mêmes armes que leurs adversaires dans le but d’en démonétiser la plus-value sociale. Ils démontrent en cela leur capacité à intégrer certaines des transformations inéluctables de l’après-guerre, seul moyen à leur disposition pour en contrôler l’issue et espérer maintenir leur emprise64. Concrètement, fournir aux agriculteurs une pluralité de services – coopératifs, mutualistes, de crédit et d’enseignement – associés aux paroisses vise à les tenir écartés des aides de l’État et des syndicats paysans. La même logique a abouti, dès la fin du XIXe siècle, à la création de caisses rurales de crédit dirigées par les clercs65 et censées concurrencer le développement des caisses du Crédit agricole fondé avec l’appui des pouvoirs publics. Ces aménagements de la politique agricole des propriétaires fonciers s’accompagnent de tentatives de mises en échec des initiatives paysannes. Celles-ci se manifestent par des pratiques d’intimidation et de chantage concernant notamment la révision des baux, alors même que tout l’engagement du mouvement paysan réside précisément dans l’émancipation sociale et économique de la tutelle du bailleur66.

  • 67 L’abbé Brassier est le fils d’un couple paysan. Il part en formation agricole accompagné d’un autr (...)

22La relégitimation d’une partie de l’aristocratie en milieu rural passe également par l’acceptation voire l’anticipation des transformations sociales, particulièrement visibles en milieu agricole. Nécessité et noblesse obligeant, certains de ses membres se spécialisent et acquièrent les compétences dorénavant requises pour devenir ingénieurs agronomes ou exercer les postes de direction des organismes agricoles nouvellement créés. Le même objectif de prise en charge des paysans incite également le cardinal Charost à envoyer l’abbé Brassier (1878-1957)67 en formation dans une école d’agriculture. Une fois obtenu le diplôme d’ingénieur agricole certifiant l’acquisition de savoir-faire techniques et d’un haut niveau de qualification scolaire, le prêtre revient assurer la direction religieuse des syndicats agricoles en Ille-et-Vilaine et devient aumônier des œuvres agricoles du diocèse de Rennes.

  • 68 En 1927, il présente les chiffres encourageants de son bilan comme directeur des œuvres agricoles  (...)
  • 69 Wynands 2016a.

23Enfin, les revendications des paysans concernant leur formation agricole sont elles aussi prises en compte et très au sérieux par l’institution catholique. Il s’agit là encore de (ré)assurer leur encadrement religieux et d’éclipser l’action des abbés démocrates déjà bien implantés, et de longue date. Pour ce faire, l’abbé Brassier organise des cours par correspondance ainsi que des stages de formation dans le département, lesquels permettent à nombre de jeunes ruraux d’accéder à une formation technique, sous le haut patronage du clergé68. Fort de ce succès, il devient aumônier de la Jeunesse agricole catholique (JAC) dès sa création, en 1929. L’Action catholique en milieu rural promeut la complémentarité des rôles sociaux et demeure sous-tendue par des objectifs exclusivement religieux69. Toutefois, sa démarche même d’apostolat populaire – dans sa branche masculine – rompt avec les distinctions fondées sur la seule propriété, qui prévalaient jusqu’alors dans les milieux terriens.

  • 70 Lagrée 1992, p. 471-472.

24Le succès de ce nouveau syndicalisme d’inspiration chrétienne a donc obligé le clergé et les propriétaires à considérer la nécessité de répondre aux attentes nouvelles de la paysannerie, notamment en matière de protection sociale et de formation aux techniques agricoles. Cet impératif explique que l’essor de la JAC en Ille-et-Vilaine, si importante dans les trajectoires agricoles du second XXe siècle, soit initialement porté par l’aumônier de l’Union des syndicats agricoles qui réunit notables et propriétaires fonciers. En renforçant et en modernisant l’aide à la formation et à la professionnalisation, par la mise en place des cours par correspondance et une valorisation de l’éducation populaire notamment70, l’autorité religieuse entame subrepticement la puissance des syndicats paysans apparus huit ans plus tôt.

  • 71 Celle-ci peut également être observée dans les engagements jacistes du second XXsiècle : Wynands (...)

25En investissant le syndicalisme agricole pour mettre en œuvre un projet de société inspiré par la doctrine sociale de l’Église, les abbés démocrates continuent de travailler l’option démocrate-chrétienne. Le pontificat de Pie XI, marqué par l’apostolat « du milieu par le milieu », donne à cet égard un nouveau souffle à l’idée d’une organisation professionnelle fondée sur la spécificité des intérêts des paysans/exploitants. De tels engagements relativisent du même coup l’« absence » démocrate-chrétienne française, souvent interprétée selon les catégories partisanes revendiquées par les acteurs eux-mêmes, en scrutant les interventions du label ou par comparaison avec le modèle italien post-1945. En effet, cet article a montré que les positions démocrates-chrétiennes ne pouvaient être comprises – au double sens du terme – qu’en analysant les transformations du champ religieux. Elles caractérisent alors, dans tous les cas, une avant-garde politique en son sein. L’étude des rapports et courriers reçus par le nonce apostolique de Paris révèle à quel point l’implication des abbés démocrates dans le syndicalisme agricole et, surtout, la lecture classiste qu’ils y proposent, puisent aux mêmes sources doctrinales que les entrepreneurs politiques de la démocratie chrétienne, tandis que leurs réseaux et leurs relations à la hiérarchie ecclésiastique locale peuvent aisément être rapprochés. Enfin, il faut considérer que de telles prises de position tenues dans le monde agricole obligent à d’importantes reconfigurations institutionnelles, comme le montre par exemple la mise en place de la JAC en Ille-et-Vilaine. Malgré l’impossible revendication d’un label monopolisé au sein du champ politique, on ne saurait donc dire que l’hypothèse démocrate-chrétienne n’a pas été structurante, en milieu rural notamment71

Haut de page

Bibliographie

Archives

AAV, Arch. Nunz. Parigi = Archivio Apostolico Vaticano, Archivio della Nunziatura Apostolica di Parigi.

Ouvrage à caractère de source

Gay 1935 = F. Gay, Pour un rassemblement des forces démocratiques d’inspiration chrétienne, mémoire confidentiel, Paris, 1935.

Études secondaires

Barral 1969 = P. Barral, Les syndicats bretons des cultivateurs-cultivants, dans Le Mouvement social, 67, 1969, p. 147-161.

Bensoussan 1998 = D. Bensoussan, Le réveil des catholiques bretons (1924-1926), dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 57, 1998, p. 57-75.

Bensoussan 2006 = D. Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, 2006.

Bensoussan 2008a = D. Bensoussan, Les aristocraties bretonnes à l’épreuve des répercussions de la première guerre mondiale, dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 99, 2008, p. 51‑63.

Bensoussan 2008b = D. Bensoussan, Mobilisation paysanne et sociabilités rurales : le mouvement dorgériste en Bretagne, dans A. Antoine, J. Mischi (dir.), Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, 2008, p. 201-211.

Bensoussan 2015 = D. Bensoussan, Des notables bien vivants. La pérennité de la notabilité traditionnelle en Bretagne dans l’entre-deux-guerres, dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, 25, 2015, p. 53-64.

Berger 1975 [1972] = S. Berger, Les Paysans contre la politique. L’organisation rurale en Bretagne (1911-1974), Paris, 1975 [1972].

Blondel 1993 [1893] = M. Blondel, L’Action (1893), Paris, 1993.

Bois 1971 = P. Bois, Paysans de l’Ouest, Paris, 1971.

Bougeard 2011 = C. Bougeard, Les forces politiques en Bretagne : Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, 2011.

Bourdieu 1994 = P. Bourdieu, Avant-propos dialogué avec J. Maître, dans J. Maître, L’autobiographie d’un paranoïaque, Paris, 1994, p. V-XXII.

Cocaud – Sainclivier 2007 = M. Cocaud, J. Sainclivier, Femmes et engagement dans le monde rural (19-20e siècle) : jalons pour une histoire, dans Ruralia, 21, 2007, p. 1-17.

Cohen 1990 = Y. Cohen, Femmes de Parole : L’histoire des Cercles de fermières du Québec 1915-1990, Montréal, 1990.

Colin 1997 = P. Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Paris, 1997.

Corvaisier 2003 = F. Corvaisier, Les abbés démocrates. Église et émancipation paysanne en Bretagne au début du XXe siècle, Rennes, 2003.

Delbreil 2000a = J.-C. Delbreil, Centrisme et démocratie chrétienne en France : le parti démocrate populaire des origines au MRP (1919-1944), Paris, 2000.

Delbreil 2000b = J.-C. Delbreil, L’Ouest-Éclair et le parti démocrate populaire, dans M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), L’Ouest-Éclair : Naissance et essor d’un grand quotidien régional, Rennes, 2000, p. 79-100.

Della Sudda 2007 = M. Della Sudda, Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage en France et en Italie. Socio histoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919), thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2007.

Della Sudda 2012 = M. Della Sudda, Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française, dans Genèses, 88, 2012, p. 68-88.

Delorme 2000 = G. Delorme, L’Abbé Trochu, patron de presse, Rennes, 2000.

Fichou 1977 = A. Fichou, La chronique hebdomadaire de Graindorge dans L’Ouest-Éclair de 1924 à 1937, mémoire de maîtrise, Université de Rennes 2, Rennes, 1977.

Fouilloux 1995 = É. Fouilloux, Traditions et expériences françaises, dans J.-M. Mayeur et al., Histoire du christianisme, t. 12 : Guerres mondiales et totalitarismes, 1914-1958, Paris, 1995, p. 451-522.

Fouilloux 1997 = É. Fouilloux, « Intellectuels catholiques » ? Réflexions sur une naissance différée, dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 53, 1997, p. 13‑24.

Fouilloux 1998 = É. Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique entre modernisme et Vatican II (1914-1962), Paris, 1998.

Haegel 2012 = F. Haegel, Les droites en fusion. Transformations de l’UMP, Paris, 2012.

Lagrée 1992 = M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, 1992.

Lagroye 1973 = J. Lagroye, Société et politique. Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris, 1973.

Lagroye 2006 = J. Lagroye, La vérité dans l’Église catholique. Contestations et restauration d’un régime d’autorité, Paris, 2006.

Lambert 1985 = Y. Lambert, Dieu Change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, 1985.

Launay 1987 = M. Launay, Le clergé et la naissance des caisses rurales en Bretagne (1893-1914), dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 94-4, 1987, p. 553-564.

Letamendia 1993 [1977] = P. Letamendia, La démocratie chrétienne, Paris, 1993 [1977].

Lynch 2002 = E. Lynch, Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne durant l’entre-deux-guerres (1918-1940), Villeneuve d’Ascq, 2002.

Macé 1981 = G. Macé, Propriétaires et organisations en Mayenne de la fin du XIXsiècle au milieu du XXsiècle, dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 88-4, 1981, p. 515-546.

Maritain 2000 [1936] = J. Maritain, Humanisme intégral : problèmes temporels et spirituels d’une nouvelle chrétienté, dans J. Maritain, R. Maritain, Œuvres Complètes, VI (1935-1938), Fribourg-Paris, 2000.

Mathieu 1999 = L. Mathieu, Une mobilisation improbable : l’occupation de l’église Saint-Nizier par les prostituées lyonnaises, dans Revue française de sociologie, 40-3, 1999, p. 475-499.

Mayeur 1968 = J.-M. Mayeur, Un prêtre démocrate : l’abbé Lemire (1853-1928), Paris, 1968.

Mayeur 1980 = J.-M. Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne, XIXe-XXe siècles, Paris, 1980.

Mayeur 1986 = J.-M. Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, 1986.

Mayeur 1991 = J.-M. Mayeur, Les « abbés démocrates », dans Revue du Nord, 290-291, 1991, p. 237-249.

Pelletier 1997 = D. Pelletier, Les catholiques en France depuis 1815, Paris, 1997.

Pettinaroli 2012 = L. Pettinaroli, Autorité et dissidence, le champ religieux sous tension, dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, 18, 2012, p. 1-11.

Pouthier 1995 = J.-L. Pouthier, L’introuvable démocratie chrétienne, dans Les droites depuis 1789. Les hommes, les idées, les réseaux, Paris, 1995, p. 77-88.

Pouthier 2003 [1999] = J.-L. Pouthier, Émergence et ambiguïtés de la culture politique démocrate-chrétienne, dans S. Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, 2003 [1999], p. 303-334.

Prévotat 2001 = J. Prévotat, Les catholiques et l’Action Française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), Paris, 2001.

Prévotat 2011 = J. Prévotat (dir.), Pie XI et la France : L’apport des archives du pontificat de Pie XI à la connaissance des rapports entre le Saint-Siège et la France, Rome, 2011.

Sainclivier 1996 = J. Sainclivier, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, 1996.

Segalen 1980 = M. Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980.

Serry 2004 = H. Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, 2004.

Serry 2010 = H. Serry, Intellectuel et catholique. L’imposition d’une nouvelle figure du laïc dans l’entre-deux-guerres en France, dans T. Cavalin, N. Viet-Depaule (dir.), De la subversion en religion, Paris, 2010, p. 173-186.

Siméant 1998 = J. Siméant, La cause des sans-papiers, Paris, 1998.

Wynands 2016a = M.-P. Wynands, (Re)christianiser les masses populaires : L’institution catholique saisie par l’enjeu de la formation (1921-1939), dans Revue française de science politique, 66-2, 2016, p. 251-270.

Wynands 2016b = M.-P. Wynands, Les espaces ruraux de la démocratie chrétienne dans le second après-guerre en France, dans B. Béthouart, Y.-M. Hilaire (dir.), Foi et action publique, Lille, 2016.

Wynands 2018 = M.-P. Wynands, Vie et mort de la démocratie chrétienne en campagne, dans E. Le Gall, F. Prigent, C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, 2018, p. 97-115.

Haut de page

Notes

1 Gay 1935. Proche du fondateur du Sillon, Marc Sangnier, Francisque Gay (1885-1963) a participé activement à la diffusion des thèses du catholicisme social en France. Il est notamment à l’initiative de la revue La Vie Catholique en 1924 et du journal L’Aube en 1932.

2 Mayeur 1980, p. 5. Voir également Mayeur 1986 ; Letamendia 1993 [1977], p. 29 ; Pouthier 2003 [1999], p. 305 ; Pouthier 1995, p. 85 ; Haegel 2012, p. 47-50.

3 Pelletier 1997, p. 55.

4 Della Sudda 2007, chapitre 1.

5 Maritain 2000 [1936].

6 Il aboutit notamment à la spécialisation de l’Action catholique française dans la seconde moitié des années 1920, laquelle est officiellement reconnue par Pie XI en 1931.

7 Notamment Fouilloux 1997, Colin 1997 et le travail majeur d’Hervé Serry : 2004 et 2010.

8 Fouilloux 1998 ; Lagroye 2006.

9 Bensoussan 2006, chapitre X.

10 Pettinaroli 2012, p. 1-2.

11 Nous reprenons la définition de leur positionnement proposée par Francis Corvaisier : « Les termes “abbés démocrates” ont un sens précis : c’est parce qu’ils voulaient changer l’ordre établi, principalement dans le monde agricole qu’ils connaissaient mieux et éventuellement dans le monde ouvrier, que ces prêtres étaient appelés “démocrates” non sans une certaine connotation politique assez floue avec des tendances de même nom », Corvaisier 2003, p. 15.

12 La Bretagne et plus largement l’Ouest de la France constituent un terrain propice à l’analyse des évolutions du monde rural et catholique. Voir notamment Bois 1971 ; Berger 1975 [1972] ; Lambert 1985 ; Lagrée 1992 et Bensoussan 1998, 2006.

13 Celles-ci avaient déjà fait l’objet de discussions au tournant du XXe siècle, lors des congrès de la démocratie chrétienne (Mayeur 1986) puis lors de sessions des Semaines sociales.

14 Selon les mêmes logiques sociales et politiques que celles qui ont été mises au jour par Jean-Marie Mayeur (Mayeur 1991) s’agissant de la fin du XIXe siècle et ce, malgré le coup d’arrêt donné par l’encyclique Graves de Communi re.

15 Pelletier 1997, p. 55 et Mayeur 1986, p. 155-192.

16 Pour une vue d’ensemble des apports scientifiques des archives du pontificat de Pie XI, ouvertes en 2006 : Prévotat 2011.

17 Par rapport à un choix de sources plus explicitement politiques – telles que les archives de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (728PO Affari politici) par exemple.

18 Della Sudda 2012 (citation p. 70).

19 Cocaud – Sainclivier 2007. L’organisation et la modernisation agricoles peuvent malgré tout entraver l’accès des femmes aux responsabilités : Segalen 1980, surtout p. 185-199.

20 Yves Lambert l’a bien mis en lumière dans son étude sur la commune de Limerzel : Lambert 1985, p. 168-172.

21 Bensoussan 2008b, p. 202.

22 Lambert 1985, p. 143. De manière symptomatique, l’archevêque de Rennes est d’ailleurs président d’honneur de la société départementale d’agriculture à la fin du XIXe siècle.

23 Son siège est situé Place des Lices, à Rennes.

24 Bougeard 2011, p. 321.

25 La notion de « milieu » révèle à quel point la solidarité en son sein est irréductible à la prise en compte de la position qui y est tenue. Elle tient également à « des facteurs d’ordre idéologique, formulés et explicités, parfois même articulés en un ensemble cohérent, par des leaders, des “constructeurs d’opinion” » : Lagroye 1973, p. 4.

26 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Rapport de l’Abbé Crublet sur la question paysanne, le 23 avril 1929, f. 8.

27 Elle s’observe aussi dans les organisations catholiques féminines. Sur les Cercles de fermières au Québec, Cohen 1990.

28 Cette observation rappelle le travail de Johanna Siméant sur les sans-abris (Siméant 1998) ou l’étude menée par Lilian Mathieu sur les prostituées lyonnaises (Mathieu 1999). Malgré l’apparente distance entre ces objets d’étude du fait de la diversité des publics investigués, tous trois révèlent un fort parallélisme ; l’appui à la mobilisation d’un groupe social dominé et sans ressources propres provient d’entrepreneurs disposant d’un même type de socialisation catholique, étant issus du Sillon ou plus tard de l’Action catholique spécialisée.

29 Les agriculteurs-exploitants concernés sont souvent des propriétaires possédant de petites exploitations, de cinq ou six hectares. Sainclivier 1996, p. 132.

30 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Programme publié dans le Progrès rural en janvier 1922, repris dans le Rapport sur les « Syndicats paysans de l’Ouest » adressé à Rome par M. l’abbé Crublet, Noyal-sur-Vilaine, juin 1930, f. 38.

31 Selon Pierre Barral, elle compte alors 200 syndicats en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes-du-Nord et revendique 15 000 adhérents. Barral 1969, p. 148.

32 Le Progrès rural, édition du 15 janvier 1930.

33 L’Ouest-Éclair, édition du 18 septembre 1927.

34 Prévotat 2001.

35 Delbreil 2000a.

36 Delbreil 2000b.

37 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1145, Lettre de l’Évêque de Luçon le 8 août 1930, f. 25.

38 Lambert 1985, p. 170.

39 Delorme 2000, p. 129.

40 Jean-Marie Mayeur a consacré sa thèse à cet abbé démocrate du Nord qui fut à l’initiative des jardins ouvriers : Mayeur 1968.

41 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Rapport de l’Abbé Crublet sur la question paysanne, le 23 avril 1929, f. 22.

42 Fouilloux 1995, p. 481.

43 Fichou 1977.

44 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 379, fasc. 110, Lettre de l’abbé Mancel au Cardinal Charost, s. d., f. 29.

45 Édition du 15 janvier 1930. Ironiquement, c’est précisément l’argument qui est utilisé dans le bulletin de l’Union des syndicats agricoles du Morbihan en 1911, pour justifier cette fois la collaboration des classes en milieu agricole : « cette belle réussite permettra de faire naître ou grandir dans les campagnes l’esprit syndical ou coopérateur issu de cette grande parole divine : Aimez-vous et aidez-vous les uns les autres », Lambert 1985, p. 165.

46 Le Progrès rural, édition du 15 janvier 1930.

47 Dans sa thèse sur l’action, Maurice Blondel en défendait la portée morale pour l’individu : « ses actes forment le milieu où la morale doit régner. L’intention ne s’achève, la pensée ne me semble précise, que si elle est passée à l’acte. L’acte en est le critérium ; il en est la vérification : c’est à ses fruits que l’on juge l’arbre » : Blondel 1993 [1893], p. 197.

48 Le Progrès rural, édition du 15 janvier 1930.

49 L’Ouest-Éclair, édition du 24 décembre 1910.

50 Durant l’entre-deux-guerres, les socialistes s’implantent eux aussi dans les milieux ruraux : Lynch 2002.

51 Bourdieu 1994, p. XI.

52 Ibid., p. VII.

53 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Rapport sur les « Syndicats paysans de l’Ouest » adressé à Rome par M. l’Abbé Crublet, à Saint-Alexis, Noyal-sur-Vilaine, juin 1930, f. 36.

54 Le Nouvelliste de Bretagne, édition du 3 août 1924 (souligné dans le texte).

55 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 522, fasc. 1300, Lettre du prêtre Louvel au nonce apostolique, le 5 décembre 1930, f. 33.

56 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Lettre du Cardinal Charost au Président du Syndicat agricole du Grand Fourgeray, Rennes, le 13 septembre 1926, f. 17.

57 Ibid, f. 18.

58 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Lettre de H. Gayet, Vicaire général de l’Archevêque de Rennes à l’abbé Crublet, s. d, f. 1.

59 Sur les stratégies socio-économiques mises en place par l’aristocratie bretonne pour conserver son emprise sociale : Bensoussan 2008a et 2015.

60 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 504, fasc. 1146, Rapport de l’Abbé Crublet sur la question paysanne, le 23 avril 1929, f. 12.

61 Ibid, f. 21.

62 AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Bulletin de l’Union des syndicats agricoles d’avril 1924, cité par Pierre Dubois, vétérinaire rennais, dans son rapport sur la « Politique agraire en Ille-et-Vilaine », le 18 mai 1930, f. 25.

63 Celui-ci devient président de la Chambre régionale d’agriculture en 1931. Son épouse, restée proche des réseaux de l’Action française après la condamnation de 1926, préside quant à elle les Dames royalistes et de l’Action Française de l’arrondissement de Redon. Cf. AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Document sur la question des Syndicats Paysans (Rennes), 1930.

64 Bensoussan 2008a. Des processus semblables ont été repérés et analysés par Georges Macé (Macé 1981) à partir du cas des syndicats paysans fondés dès le tournant du XXe siècle en Mayenne.

65 Launay 1987.

66 L’abbé Crublet livre plusieurs témoignages concernant ces pratiques : AAV, Arch. Nunz. Parigi, b. 502, fasc. 1120, Rapport sur les « Syndicats paysans de l’Ouest ».

67 L’abbé Brassier est le fils d’un couple paysan. Il part en formation agricole accompagné d’un autre prêtre, l’abbé Berthel.

68 En 1927, il présente les chiffres encourageants de son bilan comme directeur des œuvres agricoles : le département compte 460 œuvres, dont 128 caisses rurales, 100 mutuelles incendie et 60 mutuelles accidents, contre seulement 52 deux ans plus tôt. Cf. Le Nouvelliste de Bretagne, édition du 26 septembre 1927.

69 Wynands 2016a.

70 Lagrée 1992, p. 471-472.

71 Celle-ci peut également être observée dans les engagements jacistes du second XXsiècle : Wynands 2016b et 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wynands Marie-Pierre, « Toutes les « Troisièmes Voies » catholiques mènent à Rome », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-2 | 2019, 389-400.

Référence électronique

Wynands Marie-Pierre, « Toutes les « Troisièmes Voies » catholiques mènent à Rome », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/5672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.5672

Haut de page

Auteur

Wynands Marie-Pierre

Université de Picardie Jules Verne / CURAPP-UMR 7319 – Université de Lille/CERAPS-UMR 8026, mpwynands@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search