Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-2VariaUne affaire de famille : les enje...

Varia

Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este

Jean Sénié
p. 357-370

Résumé

Le patrimoine de la dynastie des Este, à l’instar d’autres familles régnantes de la plaine padane comme les Gonzaga, s’est construit de manière fragmentaire entre le royaume de France et la péninsule italienne. Toutefois, plusieurs successions difficiles entre les membres de la maison d’Este dans la seconde moitié du XVIe siècle fragilisent cette dernière en l’obligeant à recourir à des arbitres extérieurs, à commencer par la monarchie pontificale. La souveraineté des Este se voit remise en cause au moment même où la dynastie entre en crise en l’absence d’héritier mâle d’Alfonso d’Este. L’étude des enjeux politiques des successions au sein de la maison d’Este permet de dépasser le cas de la dynastie padane pour réfléchir à ce qui définit une dynastie à l’époque moderne et ce qui en fait une forme politique de la modernité politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Papagna 2016, p. 108-116 ; Visceglia 2001.
  • 2 Sur les bénéfices ecclésiastiques des cardinaux, voir Hallman 1985.
  • 3 Les trois autres filles d’Ercole d’Este et de Renée de France, c’est-à-dire Lucrezia, épouse de Fr (...)
  • 4 Sur la formation et la préservation de lignées ecclésiastiques, voir Bergin 1982 ; Bergin 1984.
  • 5 Campori – Solerti 1888, p. 10-15 ; Pacifici 1920, p. 338-340 et 351-356 ; Pacifici 1951, p. 38-34  (...)
  • 6 Cyril Grange développe une réflexion sur l’intérêt d’étudier les transmissions à l’échelle transna (...)

1La question de la transmission du capital économique dans les dynasties régnantes est un enjeu essentiel pour l’historien puisque celle-ci revêt un caractère éminemment politique. Elle permet d’assurer les fondements de l’action politique et sociale de ces familles1. Or, la constitution du patrimoine de la maison d’Este, investie de part et d’autre des Alpes, tient d’une configuration particulière. En effet, elle dispose de biens disséminés entre la France et la plaine padane, soumis à plusieurs juridictions. Aux possessions familiales détenues en Normandie et dans le Val de Loire par Ercole d’Este et sa femme Renée de France, fille du roi de France Louis XII et d’Anne de Bretagne, s’ajoutent les bénéfices ecclésiastiques acquis par le cardinal Ippolito d’Este au cours de la première moitié du XVIe siècle2. Les tensions familiales qui apparaissent à partir des années 1560 constituent un terrain d’observation privilégié des affrontements politiques qui sous-tendent les querelles d’héritages. À la difficile transmission des bénéfices ecclésiastiques entre Ippolito d’Este et Luigi d’Este succède l’affrontement entre ce dernier et son frère Alfonso, le duc de Ferrare, au sujet des biens de leur oncle, rapidement suivi par un nouveau différend à propos de l’héritage de Renée de France, impliquant les deux frères ainsi que leur sœur Anne d’Este3. Les cas de figure présentés par ces successions – transmission entre deux cardinaux de la même famille, lutte entre frères et sœur pour leur part d’héritage parental – ont en commun d’impliquer plusieurs acteurs, à commencer par le gouvernement français et la Curie romaine4. La plupart des historiens, revenant sur ces tensions successorales, ont insisté sur les dimensions psychologiques de ce qui est analysé comme un drame familial5. Sans dénier la réalité des déchirements familiaux, ces affaires apparaissent davantage comme des moments de cristallisation des luttes d’intérêts autour de la politique extérieure des membres de la maison d’Este6.

2Ces affaires reflètent l’originalité du positionnement politique du duché de Ferrare et des Este, tout comme elles en dévoilent les fragilités. En ayant développé un patrimoine français par des liens de dépendances politiques et familiaux, les Este ont multiplié leurs ressources économiques. L’accroissement de ces liens par l’intégration dans les systèmes de clientèles français est également censé renforcer leur position sur la scène diplomatique en compensant l’asymétrie des relations qui pouvaient se nouer entre le duché de Ferrare et les autres États. Toutefois, les divisions entre les membres de la maison entraînent l’appel à des autorités extérieures qui s’ingèrent dans les affaires familiales, rognant par là même la souveraineté de la maison. Les interventions de François II, de Charles IX et d’Henri III du côté français et de Pie IV, de Pie V et de Grégoire XIII du côté de la papauté sont les signes d’une incapacité de la maison d’Este à assurer son autorité. En ce sens, les crises familiales sont autant de moments où sont mises à jour les tensions entre le pouvoir exercé par la famille d’Este, la monarchie française et la papauté.

  • 7 Plusieurs approches croisant les méthodes de l’histoire sociale ou de l’histoire du genre ont perm (...)
  • 8 Piccialuti 1999.
  • 9 Il faut toutefois mentionner des exceptions notables comme l’important livre d’Agostino Paravicini (...)
  • 10 Visceglia 2003.
  • 11 Ibid., p. 191-193.

3L’étude des querelles liées aux héritages familiaux a fait l’objet d’importants travaux ces dernières années7. Les questions de la transmission des fiefs au sein des familles de l’aristocratie italienne ont également été abordées dans des travaux récents, notamment à travers l’analyse des pratiques juridiques8. En revanche, la transmission des biens patrimoniaux des princes et des cardinaux a moins retenu l’attention des historiens9. Un article de Maria Antonietta Visceglia consacré aux testaments des cardinaux au tournant des XVIe et XVIIe siècles constitue toutefois une exception notable, d’autant plus intéressante qu’elle s’intéresse au cas des cardinaux d’Este. L’objectif de son étude repose sur la mise en évidence d’une évolution dans les pratiques et l’image des princes de l’Église que véhiculent leurs testaments, reflet des changements dans les normes comportementales des prélats10. Sa présentation de l’héritage des biens d’Ippolito d’Este et de Luigi d’Este laisse alors de côté les difficultés de la transmission au sein de la maison d’Este de même qu’elle s’intéresse, avant tout, aux biens italiens des prélats, à commencer par Tivoli11. Toutefois les heurts dans la succession ainsi que les tensions politiques que ceux-ci entraînent invitent à s’interroger sur la spécificité des héritages de la maison d’Este.

  • 12 Elliot 1992.
  • 13 Pour les Guise, la thèse d’Éric Durot montre les liens qui se nouent entre les Lorrains et les Est (...)
  • 14 Sur la maison de Savoie, voir Perillat 2006 ; Merlotti 2009.

4Les affaires de transmissions du patrimoine au sein de la maison appellent une lecture à plusieurs niveaux. Premièrement, elles permettent d’observer l’articulation des biens d’une famille princière italienne. Il s’agit de poursuivre la réflexion ouverte par John Eliott sur la « monarchie composite » en observant l’articulation des différentes possessions de la famille des Este ainsi que leurs divers statuts juridiques12. De manière incidente, cela doit permettre d’étudier la configuration socio-politique de la dynastie padane, notamment l’intégration dans les réseaux de l’aristocratie française et, en retour, la dimension italienne de familles de l’aristocratie française13. L’héritage des Este est une affaire transnationale en raison de la multiplication des liens avec les familles des aristocraties française et italienne. Les Este offrent ainsi un étalon pour étudier d’autres dynasties régnantes de la plaine padane, les Gonzaga, les Farnese, ou bien, en Piémont, la maison de Savoie14.

  • 15 Frigo 2000. Voir aussi Blum 2014.
  • 16 Nassiet 2000 ; Spagnoletti 2003.
  • 17 Geevers – Marini 2015 ; Duindam 2015 ; Duindam 2019.

5Deuxièmement, l’immixtion de la monarchie française et de la papauté dans les affaires de la lignée invite à considérer la crise politique que connaissent les Este à partir de la décennie 1560, alors même que le duc de Ferrare se révèle dans l’incapacité d’avoir un héritier. Les interventions étrangères traduisent la fragilité du modèle diplomatique développé par les Este. La survie du duché de Ferrare est indissociable de la permanence dynastique des Este, elle-même soumise aux aléas extérieurs. C’est le jeu entre les différentes échelles qui permet d’observer le fonctionnement politique de ces petits États de la plaine padane15. C’est également une manière de poursuivre les questionnements ouverts par une historiographie sensible à l’approche dynastique en insistant sur les différents niveaux et espaces de construction du pouvoir16. Interroger la nature d’une dynastie revient à réfléchir sur les éléments constitutifs d’une modernité dans l’exercice du pouvoir politique17.

  • 18 Nous n’avons pu consulter la thèse de Giulia Vidori soutenue à Oxford le 10 janvier 2019 sous la d (...)

6Pour observer ces enjeux, nous allons procéder à une suite d’études de cas conduites de manière chronologique, en prenant pour fil directeur l’action de Luigi d’Este entre 1560 et 1586, en raison de son implication dans l’ensemble des affaires d’héritages et de sa position socio-politique à l’interface entre le royaume de France, le duché de Ferrare et la Papauté18. L’analyse de ces conflits offre un point d’observation des tensions et permet de rendre compte des effets d’enchaînement entre celles-ci. Il s’agit ainsi d’envisager la transmission des biens entre Ippolito et Luigi d’Este, entre 1560 et 1572, puis la querelle entre ses deux neveux qui suit la mort du cardinal de Ferrare, le 4 décembre 1572, pour finir par l’affrontement déclenché par le décès de Renée de France, le 15 juin 1575. 

L’impossible succession entre Ippolito d’Este et Luigi d’Este

La somme des rancœurs personnelles (1560-1566)

  • 19 ASMo, Casa e Stato, b. 148, Ippolito d’Este à Ercole d’Este, 30 janvier 1547 : « L’assicuro ben ch (...)
  • 20 Pour le récit de la confrontation entre les deux hommes et l’adolescent, suffisamment violente pou (...)
  • 21 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito II d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 27 décembre 1559 ; Alfon (...)
  • 22 Ibid., Ippolito II d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 26, 28 janvier 1560 et 1er février 1560.
  • 23 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 54, Alfonso Vercelli à Ippolito d’Este, Amboise, 25 février et Pa (...)
  • 24 Pacifici 1932, p. 270. 
  • 25 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 15 février 1560 : « De le c (...)

7Les relations entre Ippolito d’Este et Luigi sont marquées par les ambitions d’Ippolito pour son neveu. Il veut faire de lui son successeur, comme lui-même avait succédé en son temps à son oncle19. C’est ce souci de transmission, couplé au dénouement de l’affrontement entre Renée de France et son mari, qui conduisent Ippolito et Ercole d’Este à arracher violemment Luigi d’Este à sa mère20. Le lien avunculaire doit permettre de préserver le capital que le cardinal de Ferrare a longuement acquis. À peine terminé le conclave de 1559, il cherche à obtenir pour son neveu le chapeau de cardinal à l’occasion de la première promotion cardinalice, ce que le nouveau pape promet de lui accorder promptement21. Il réfléchit à la manière d’accélérer le processus de nomination en faisant pression sur Pie IV à l’occasion de la venue d’Alfonso II d’Este à Rome, allant même, au mois de février 1560, jusqu’à suggérer de passer par l’entremise du duc de Florence22. Au même moment, son vicaire, Alfonso Vercelli, explique au fils de Renée de France qu’il aurait intérêt à revenir et que la maison d’Este lui est entièrement favorable23. La nomination de Luigi d’Este, aussi défendue par le cardinal de Lorraine, doit venir récompenser l’attitude d’Ippolito d’Este et son soutien lors de l’élection de Pie IV. Ce dernier a, en effet, en mémoire le traitement subi sous Paul IV et cherche à renforcer la position de la maison d’Este en consistoire ainsi qu’en vue des prochains conclaves24. Toutefois, le cardinal de Ferrare se voit déçu dans ses attentes par le rejet frontal que lui oppose Luigi d’Este25. Celui que Renée de France a nommé Luigi en hommage à Louis XII semble peu déterminé à embrasser la condition de prince de l’Église, ce dont s’ouvre Ippolito d’Este au duc de Ferrare : 

  • 26 Ibid., Id. à Id., Rome, 25 mars 1560. La misogynie circonstancielle d’Ippolito II d’Este vise en p (...)

Havendo già espedito Nichetto, et essendo vi su’l occasione che le lettere di costà sogliono comparire, l’ho fatto trattener alcune hore di più per haver la certezza di alcuni romori che eran venuti per lettere di Reggio. Frattanto son arrivate le sue di XXI per le quali havendo visto quanto V.Ecca mi scrive, mi rimettero del tutto a quanto ella intendera da esso, dicendole solo, che mi è piacciuto veder qual tanto ch’ella ha scritto al Sor Don Luigi. Il che tutto non posso se non approvar largamente, et in particolare la risolutione presa da lei di sopraseder la venuta sua sino a la risposta di detto Signore. Il che ella sapra che è stato conforme ancora al parer mio. Mi resterà solo di pregarla che de la risposta che ella havera da lui si contenti poi farmi parte, havendo a sapere, che sin qui non ho altre lettere dal Vercelli salvo, che una tiene del arrivo suo in Corte, et non mi occorendo altro di più per hora fo fine con baciarle mani, et pregar Dio che la faccia felice.
P.S.: M’incresce sopra ogni cosa che in questo fatto del Sor Don Luigi, temo che non solo le donne di costa ma quelle di Francia cerchino di guastar ogni cosa et pur vorrei veder una volta ch’elle lasciassero governar a gli huomini le cose d’importantia. S’il Sor Don Luigi potessa conoscer il favor che le cose di chiesa sono per portar per questo maritaggio alla casa Gonzaga, non dubito punto che si accommoderebbe facilmente le voglie nostre. Staremo hora a vedere quel che succedera et sia pur certa V.Extia ch’io stimo il particular mio la minor cosa che possa nascer da questa deliberatione
26.


  • 27 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Amboise, 24 février 1560. Voir aussi (...)
  • 28 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 20 avril 1560 : « Nel qual (...)
  • 29 Portone 1999, p. 105-106. 

8Les tensions s’accumulent donc entre les deux hommes, Luigi d’Este caressant le projet de se marier en France27. L’opposition tient en fait au sens que les deux hommes donnent à la carrière ecclésiastique ainsi qu’à leur trajectoire. Pour Ippolito d’Este, l’obtention du chapeau de cardinal a représenté de nombreux efforts ainsi que l’insertion dans un nouveau système social. La carrière ecclésiastique offre selon lui une voie plus sûre et plus assurée de consolider une fortune, sans compter qu’elle apporte un appui indispensable à la maison d’Este. De son côté, Luigi explique voir dans la carrière d’aristocrate la plus à même de lui convenir28. Dans les deux cas, les conditions d’autonomie passent par le royaume de France, mais elles suivent des directions diamétralement opposées. Or, la situation de Luigi doit aussi être comprise du point de vue de la succession ferraraise. Alfonso II d’Este, âgé de 27 ans en 1560, n’a pas d’héritier, ce qui fait de son frère le successeur désigné du duché de Ferrare. La question de son mariage dans une famille française revêt ainsi une dimension existentielle pour la famille d’Este29

  • 30 Vincenzo Pacifici en propose un récit pathétique (Pacifici 1932, p. 276) : « Parvero due transfugh (...)
  • 31 Nous sommes loin de la logique d’indépendance défendue un siècle plus tôt par Giacomo Trotti. ASMo (...)
  • 32 Sur Giulio Canani, voir Troncarelli 1974. Sur l’inexistence d’un réseau ferrarais à la Curie, voir (...)
  • 33 Sur Ippolito II d’Este en tant qu’archevêque de Milan, voir les études essentielles de Giannini 20 (...)

9L’opposition de Luigi d’Este, soutenu par Renée de France, témoigne d’une subversion des logiques familiales qui ont prévalu aux deux générations précédentes de la maison d’Este30. Le jeune prince entend laisser se perdre le capital de bénéfices ecclésiastiques bâti par son oncle et son grand-oncle ainsi que la ressource qu’offre un cardinal à une famille princière de la péninsule italienne. Pour la maison d’Este, cette perte constituerait un recul de leur influence, à un moment où la question de la succession pour le duché de Ferrare est débattue avec le pape et nécessite la présence à Rome de relais du pouvoir ducal31. Or, au XVIe siècle, en dehors d’Ippolito d’Este et de Luigi d’Este, seul un autre sujet favorable au duc de Ferrare, Giulio Canani, est nommé cardinal en décembre 1583, reflétant une précarité dans la position ferraraise à Rome32. Par ailleurs, les difficultés à capter les bénéfices italiens – la gestion conflictuelle de l’archevêché de Milan doit être comprise dans cette optique –, y compris ceux du domaine ferrarais, expliquent aussi le souci de garder les bénéfices obtenus dans le royaume de France33. Il s’agit donc d’une question cruciale pour la raison d’État ferraraise.

  • 34 ASMo, Carteggio con principi esteri, b. 1300, Pie IV à Luigi d’Este, Rome, 18 juin 1560, reproduit (...)
  • 35 ASMo, Carteggio con principi esteri, b. 1560, François II à Luigi d’Este, Blois 7 juin 1560 : « ta (...)
  • 36 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Luigi d’Este, Rome, 22, 26 et 27 février 1561. La le (...)
  • 37 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Alfonso d’Este, lieu illisible, 24 août 1561.

10Cette opposition ne finit par se résorber qu’avec l’intervention du souverain pontife, au moyen d’une lettre autographe assurant, et par là même imposant, à Luigi d’Este le chapeau de cardinal34. Une lettre de François II adressée à Luigi d’Este vient encore ajouter au sentiment d’obligation qui pèse sur le fils de Renée de France35. Toutefois, le peu d’empressement de Luigi fait que son élection au cardinalat n’a lieu que le 26 février 156136. Une fracture nette est apparue entre les deux hommes et le cardinal de Ferrare remarque « un certo stile nel viver suo che dubitai sempre che non avvenisse a punto quello che è occorso »37. Les années suivantes voient les deux cardinaux d’Este maintenir une entente de façade bien qu’ils n’envisagent pas de la même manière la succession d’Ippolito d’Este. La question du devenir de bénéfices établis avec patience par le cardinal de Ferrare apparaît comme le moment de cristallisation des divergences entre l’oncle et le neveu.

Les incertitudes de la transmission (1567-1572)

  • 38 Campori – Solerti 1888, p. 12. Une copie du brevet du roi en faveur de Luigi d’Este se trouve en A (...)
  • 39 En 1570, Ippolito d’Este est archevêque de Narbonne et abbé commendataire des quatorze abbayes (No (...)
  • 40 ASMo, Casa e Stato, b. 390, copie d’un brevet de Charles IX, Saint-Maur-des-Fossés, 21 juin 1566 : (...)

11La question de la santé déclinante d’Ippolito d’Este commence à agiter les membres de la famille d’Este, et au premier chef Luigi, à partir du milieu des années 1560. Dès 1566, il envoie des agents dans le royaume de France pour s’assurer la survivance des bénéfices de son oncle38. Luigi d’Este entend mettre la main sur cette manne financière. Ippolito d’Este a tout le loisir de se plaindre de la politique de son neveu à Alfonso au cours des années qui suivent. Il la déplore d’autant plus que ce dernier est aidé par sa mère, par sa sœur Anne d’Este et par le cardinal de Lorraine, Charles de Guise. La question de l’obtention des bénéfices occupe Luigi d’Este avant son départ pour la France39. Le fils de Lucrèce Borgia prend en même temps ses dispositions pour empêcher son neveu d’obtenir la succession à la protection des intérêts de la couronne de France40.

  • 41 Campori – Solerti 1888, p. 12.
  • 42 ASMo, Casa e Stato, b. 152, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Tivoli, 24 septembre 1567 : « Ma (...)
  • 43 ASMo, Casa e Stato, b. 164, Luigi d’Este à Ippolito d’Este, Ferrara, 18 juin 1569.
  • 44 ASMo, Casa e Stato, b. 152, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, 5 mars 1569.

12Les menées de Luigi d’Este donnent lieu à un affrontement ouvert entre les deux hommes au sujet de la transmission des biens du cardinal de Ferrare41. L’année 1567 est marquée par le heurt violent des deux hommes42. L’oncle et le neveu se brouillent au point de mettre en péril la succession43. Le cardinal d’Este a en effet obtenu la survivance de la protection grâce à la reine mère, en passant outre le cardinal de Ferrare44. Il s’agit d’un énième affront, constituant comme le point d’orgue de la guerre que les deux prélats se livrent. Le dialogue se rompt au tournant des années 1560-1570 et Alfonso II est contraint d’occuper la fonction de médiateur pour éviter que la rupture ne devienne irréparable.

  • 45 Sur les idéaux chevaleresques dans la Ferrare renaissante, voir Alhaique Pettinelli 1983.

13Toutefois, cette succession, loin de n’être qu’une querelle personnelle, revêt une importance cruciale puisque c’est elle qui, d’une part, permet au cardinal d’Este d’accéder à la position sociale nécessaire à une situation d’influence à Rome, et qui, d’autre part, conforterait son lien avec le royaume de France. Enfin, ce serait une façon définitive de prendre son indépendance par rapport à son frère. Le cardinal d’Este n’est donc pas un gentilhomme aux idées chevaleresques égaré dans les habits d’un cardinal, tout du moins pas seulement et pas fondamentalement45. C’est un prélat occupé de s’assurer l’acquisition d’un des plus beaux ensembles de bénéfices ecclésiastiques de la chrétienté, avec des sommes considérables en jeu. Or, le voyage au-delà des monts doit lui permettre d’en hériter sans plus tarder.

  • 46 ASMo, Casa e Stato, b. 409, lettre patente de Charles IX, Montceau, 11 janvier 1570 : « Pour ces c (...)
  • 47 Ibid., copie d’un brevet de Charles IX, Paris, 22 avril 1571 : « aujourd’hui XXII.me jour d’Avril (...)
  • 48 ASMo, Casa e stato, b. 409, Charles IX à Pie V, Blois, 18 octobre 1571.

14Sur ce point, une première étape cruciale est franchie lorsque le cardinal d’Este obtient de Charles IX qu’il le nomme vicaire de son oncle, le 11 janvier 157046. Après son arrivée en France, en janvier 1571, il peut accélérer le transfert et veiller à ce que les bénéfices ne lui échappent pas. Plusieurs documents émanant de la chancellerie de Charles IX attestent de l’action menée par le cardinal d’Este en matière de bénéfices47. La copie d’une lettre de Charles IX adressée à Pie V se trouve dans les archives de Modène. En la rapprochant d’une autre lettre écrite à Blois en octobre 1571, on peut déduire qu’elle a dû être rédigée en 157148. Elle prend explicitement le parti du cardinal :

  • 49 ASMo, Casa e stato, b. 409. La lettre est reproduite dans Campori – Solerti 1888, p. 13.

Très sainct père, oultre ce que je vous escrips par mon aultre lettre en faveur de mon cousin le Cardinal d’Est, je vous ay bien vouleu particullierement prier de l’avoir en bonne recomandation luy accordant ce qu’il desire obtenir de Vostre Saincteté touchant les bénéfices de son oncle le Cardinal de Ferrare estantz en ce royaulme, et en ma disposition, advenant vaccation d’iceulx en court de Rome et je recevray ce que vous ferés en cest endroict pour luy a singulier plaisir pour estre personnaige que j’ayme et qui merite49.

  • 50 ASMo, Casa e Stato, b. 152, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 9 février 1572 : « Scrissi (...)
  • 51 Sur cet épisode, voir le récit qu’en donne Pacifici 1920, p. 355. Le cardinal d’Este envoie Gian P (...)
  • 52 Sur la transmission des bénéfices français à Luigi d’Este, voir ASMo, Carteggio ambasciatori, Fran (...)

15L’obtention des bénéfices ecclésiastiques s’est ainsi effectuée au cours de la décennie 1560. Les biens italiens, à commencer par les villas Tivoli et Montecavallo, ne lui ont pourtant toujours pas été accordés. Au cours de l’année 1572, affaibli par la maladie, le cardinal témoigne de meilleurs sentiments à l’égard de son neveu50. Pour autant, s’il s’est rapproché de son neveu, Ippolito d’Este n’entend pas modifier son testament, pas même à l’article de la mort. Ce n’est que quelques heures avant son trépas, dans la nuit du 1er décembre 1572, qu’Ippolito d’Este signe un testament en faveur de ses neveux, au détriment de son frère Francesco d’Este51. Luigi peut devenir l’héritier du cardinal de Ferrare, y compris pour les biens italiens52. Pour autant, l’héritage est destiné à demeurer une pomme de discorde familiale, puisqu’il oppose les deux frères pendant de nombreuses années.

Les affrontements juridiques des enfants d’Ercole d’Este

  • 53 Le marquisat de Ferrare a été élevé en duché par le pape Paul II en 1471 ; celui-ci dépend donc de (...)

16La transmission des biens au sein de la famille d’Este suscite des convoitises qui aboutissent généralement à des procès. Luigi d’Este, comme son frère et ses sœurs, opte rapidement pour la voie judiciaire afin de vider les conflits qui les opposent. Si ces événements constituent généralement une chance pour l’historien, en raison des documents qu’ils ont laissés, ils traduisent une déchirure du lien familial, péniblement raccordé par une judiciarisation des rapports, tout comme ils aboutissent à déstabiliser la famille des Este. L’affaiblissement de la famille tient à la publicité des différends survenant en son sein, dans l’espoir de trouver un arbitre ou une autorité suffisamment forte pour prononcer un jugement de réconciliation. Les querelles d’héritage constituent une autre manière d’envisager l’imbrication des alliances et des allégeances caractérisant la famille d’Este au XVIe siècle par l’intervention d’acteurs extérieurs, les gouvernements français ou pontifical, dans des affaires qui n’appartiennent de ce fait plus à l’ordre privé53. La succession d’Ippolito d’Este offre un premier cas de l’impossible gestion de ces conflits dans la sphère familiale.

L’héritage d’Ippolito d’Este

  • 54 ASMo, Casa e Stato, b. 389. Outre l’original cette busta contient plusieurs copies du document. Il (...)
  • 55 Ibid., p. 238.  
  • 56 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Châlons-en-Champagne, 27 novembre 15 (...)

17Par son testament du 1er décembre 1572, Ippolito d’Este instaure comme héritiers universels ses neveux Luigi d’Este et Alfonso II d’Este54. À Luigi d’Este, il lègue tout particulièrement les villas de Montecavallo et Tivoli, sans faire allusion aux bénéfices français, lucide sur son impuissance en la matière55. Ce testament suscite un premier mécontent en la personne du frère d’Ippolito d’Este, Francesco d’Este, oncle d’Alfonso II et de Luigi d’Este. Ce dernier se voit, en effet, déshérité par la dernière version testamentaire. Francesco d’Este déclenche un premier procès en arguant que le testament a été réalisé après la mort du cardinal. S’ensuit une série de contestations entre l’oncle et les deux neveux qui aboutit à un procès à Rome entre celui-ci et Luigi d’Este en 157456. À ce premier litige, s’en ajoute rapidement un deuxième qui oppose directement les deux frères, le duc de Ferrare et le cardinal d’Este.

  • 57 ASMo, Casa e Stato, b. 405, « Petitioni del Sor N.Sre fatte in Tivoli », 28 juillet 1577. Voir aus (...)
  • 58 ASMo, Casa e Stato, b. 405, Bologne, 27 avril 1579.
  • 59 Campori – Solerti 1888, p. 14-15.

18Une pétition, datée du 28 juillet 1577, résume les griefs de Luigi d’Este envers son frère. Il réclame notamment la datio delle bestie vive – une taxe sur les bêtes vivantes qui entrent dans Ferrare – qu’Ippolito II d’Este avait héritée d’Alfonso I d’Este57. Le cardinal d’Este attache une importance particulière à hériter de ce droit de perception en raison des sommes d’argent impliquées, mais aussi par les liens qu’il génère avec la ville de Ferrare. Cette demande se retrouve ainsi dans le compromis auquel parviennent les deux frères sous l’égide de Giacomo Buoncompagni, duc de Sora et marquis de Vignola, fils naturel de Grégoire XIII, en 157958. Les procès déchirent la famille des Este et contribuent à la fragiliser, les deux frères devant recourir à un arbitre extérieur pour trancher les différents qui les opposent. C’est ainsi que Luigi d’Este et Alfonso II d’Este finissent par se mettre d’accord pour porter leur affaire devant le pape. Avant que le compromis ne soit formulé, l’affaire est traitée en même temps au Consiglio di Segnatura à Ferrare et au tribunal de la Rote à Rome. L’appel à une personne extérieure, qui plus est le Souverain Pontife, suzerain de Ferrare, affaiblit la dynastie des Este en remettant en cause sa souveraineté59. Ce conflit entre les deux frères s’ajoute ainsi au problème de la succession du duc. On retrouve cette situation à une plus grande échelle à propos de l’héritage de Renée de France.

L’héritage de Renée de France

  • 60 Sur Renée de France, voir Belligni 2011.
  • 61 Coester 2007, p. 205-210.

19La question de l’héritage de la duchesse douairière de Ferrare constitue un objet d’inquiétudes et de convoitises pour ses enfants dès le retour de celle-ci dans le royaume de France60. En 1575, l’ambassadeur d’Alfonso II d’Este se rend ainsi chez elle, à Montargis, pour évoquer la renonciation à ses droits sur la couronne de France et ses apanages61. Il décrit à son maître une entrevue difficile, ne présageant selon lui rien de bon :

  • 62 ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 61, Alessandro Fiaschi à Alfonso II d’Este, Paris, 18 fé (...)

Entrai poi sul particolare della renontia et la pregai a contentarsi di darmi le scritture promesse al Milano tante volte, accio V.Ecca potesse farle vedere al suo consiglio di Ferrara, per sapere come governarsi cosi con S.Mta come con prefatta Madama sua sorella: S.Altza non mi lascio finire, che comincio a dirmi cose di cento anni, con tante circonstantie et digressioni et parentesis, che confesso non havere inteso senon ben poco di quanto mi disse per il spatio di tre hore continue. La sustantia, per quel poco ch’io cavo, è che è stata sforzata dal Re, Regina et Conestabile a fare la renontia con promissione di ducento mila franchi de quale non ha pero havuto cosa alcuna sin qui. Et che quando si mostrò difficile in fare detta renontia che il Re fece pigliare il possesso di Gisors et Vernon et darlo a Monsor Fratello in appanaggio senza darle alcuna ricompensa et che volevano anche mandarle un capitano a Montargis per guardia di quel luogo che le apportava tanta spesa che non poteva più vivere62.

  • 63 ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 64, Anne d’Este à Luigi d’Este, Paris, 28 avril 1577.
  • 64 AN, J 934, no 15. Le mariage est enregistré le 21 août 1528 par la Chambre des Comptes de Paris (A (...)
  • 65 ASMo, Casa e Stato, b. 429, Ferrare, 28 décembre 1528. Sur Gisors, voir aussi BNF, Fr. 4584, p. 24 (...)
  • 66 Morice 1746, col. 1373-1375, « Remontrance de Renée de France à Charles IX du 6 septembre 1568 ». (...)
  • 67 Sur la prestation de serment d’Ercole II d’Este, voir AN, P//16, 866, no 286, 2 septembre 1528. Le (...)

20La succession de Renée de France déclenche une bataille judiciaire entre ses enfants qui s’étend sur des années, entre la France et l’Italie. Comme le déplore Anne d’Este dans une lettre à Luigi d’Este, alors qu’elle espérait trouver les agents du duc de Ferrare accommodants, ces derniers se sont révélés peu conciliants, au risque de rompre les négociations à de nombreuses reprises63. L’héritage de la fille de Louis XII se négocie à cheval entre la France et l’Italie et les déchirements familiaux reflètent la structuration d’une partie des biens des Este, imbriquée entre les deux pays. Il faut revenir sur le contrat de mariage de Renée de France et d’Ercole d’Este, signé le 19 février 1528, pour comprendre cette configuration. En effet, il prévoit la constitution d’une dot s’élevant à 200 000 écus d’or, dont 50 000 écus doivent être immédiatement versés par François Ier au duc de Ferrare, ainsi que d’une rente annuelle de 10 000 écus, fondée sur un duché, en échange du renoncement des droits de Renée de France aux successions auxquelles elle aurait pu prétendre64. C’est ainsi qu’Ercole d’Este obtient les titres de duc de Chartres, de comte de Gisors et de seigneur de Montargis, en tant qu’apanage de Renée de France, même s’il lui laisse « le total regime, gouvernement et administration » de Gisors65. L’héritière d’Anne de Bretagne et de Louis XII abandonne à cette occasion ses prétentions sur la succession paternelle et, surtout, maternelle, à commencer par le duché de Bretagne66. Les possessions des Este en France expliquent, d’une part, leur dépendance vis-à-vis des souverains français, mais aussi, d’autre part, la présence de multiples agents ferrarais, veillant aux intérêts des ducs, sur ces territoires de la couronne française67.

  • 68 Rodocanachi 1896, p. 540-541 ; Coester 2007, p. 211-213.
  • 69 ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 61, Alessandro Fiaschi à Alfonso II d’Este, Paris, 1er j (...)

21Les trois principaux acteurs de ce drame sont les deux fils de Renée de France, Luigi et Alfonso II d’Este, et leur sœur aînée, Anne d’Este. Les deux derniers se révèlent particulièrement intransigeants quant à cet héritage et se livrent une bataille juridique acharnée68. Cette configuration triangulaire est propice à un jeu d’alliance et de trahison en vue de peser sur la répartition des biens. Elle offre aussi la possibilité au cardinal d’Este de se poser en médiateur de ses deux aînés69. Les agents ferrarais des différents protagonistes ont pour mission de défendre les intérêts de leur patron. En effet, Renée de France a cédé ses droits à sa fille Anne d’Este, la laissant libre de négocier ces droits avec le roi de France en échange de pensions et de propriétés. L’affrontement commence comme une querelle privée avant de se déporter rapidement dans la sphère publique lorsque le Parlement de Paris est sollicité.

22Le différend entre Luigi d’Este et Alfonso II d’Este s’avère, une nouvelle fois, âpre et le conflit met du temps à se résorber. Il vaut la peine de citer la lettre de Luigi d’Este à son frère, datée du 3 août 1576 :

  • 70 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Meudon, 3 juin 1576.

Essendo ritornato il Milano da Ferrara più tardi assai del conto che s’era fatto qui, per li camini poco sicuri, o per li particulari malincontri che lui ci havea trovati, et di più essendo venuto senza alcuna resolutione per le cose di Madama nostra madre spettanti a mi, et senza facoltà di poter esseguire quanto di ragione mi potesse toccare, parve necessario a questi miei advocati, per conservatione delle mie ragioni di far qualch’atto prima che finisce l’anno dopo la morte di detta Madama, perchè spirato questo termine senza fare altro ne resultava a me troppo grave pregiuditio. Et pero non ci essendo tempo da replicare sopra questo a V.Alta, dopo essere andato io medesimo ad avisarne il suo ambasciatore per trovar modo, che tutto passasse con ogni sorte di rispetto et con quella riverenza con la quale è debito et volontà mia di procedere sempre verso V. Alta, tanto fù esseguito come da lui credo havrà inteso.
Hora essendo venuti a trovarmi in questo luogo dove mi sono ritirato per un poco di gotta, detto ambasciatore insieme col Milano con dirmi che desideravano d’espedire un corriere a V.Alta per vedere se senza parlare in giuditio, si poteva pur venire al fine di questo negotio, io son condesceso m’hanno ricercato, se bene per opinione di detti miei, veramente mi ci corre gran pregiuditio, come anche vorrei haver potuto fare di meno in quello ch’è stato esseguito solo per non lasciar andare in total rovina le cose mie, il che m’assicuro non sarà stato portato a V.Alta d’altra maniera
70.

  • 71 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 61, Alessandro Fiaschi à Luigi d’Este, Paris, 25 mai 1576.
  • 72 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 63, Instructions à Annibale Milano : « Sopra la proposta di Madam (...)
  • 73 Le duc envoie une lettre à son frère au mois de juin 1576 où il essaie de lui faire accroire de sa (...)
  • 74 ASMo, Casa e Stato, b. 439, « Testament de Renée de France » : « Item madicte dame legue a mondict (...)
  • 75 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Paris, 12 août 1576 et la feuille jo (...)
  • 76 AN, MC, Et. 106, fol. 253r-256v, ici fol. 253r-v, « accord entre Alfonso II d’Este et Luigi d’Este (...)
  • 77 AN, MC, Et. 106, fol. 260r-262r, 24 novembre 1576 ; Ibid., fol. 163r-v, 26 novembre 1576 ; fol. 16 (...)
  • 78 Ibid., fol. 160r-168r, 7 décembre 1576 ; 189r-192v, 7 décembre 1576.
  • 79 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 75, minute, Luigi d’Este à Pietro Rotati, Tivoli, 23 juillet 1582 (...)
  • 80 ASMo, Carteggio fra principi esteri, Turin, b. 1458, Anne d’Este à Alfonso II d’Este, Paris, 28 fé (...)

23Les deux envoyés ducaux dont il est question dans la lettre, Alessandro Fiaschi, l’ambassadeur permanent à la Cour de France71, et Annibale Milano, le régisseur des biens du duc de Ferrare72, approchent le cardinal afin de résoudre rapidement le conflit, le duc de Ferrare priorisant l’affrontement juridique contre Anne d’Este. La visite des deux envoyés constitue une pression exercée sur le cardinal, a fortiori alors que celui-ci est immobilisé en raison de sa santé73. Peu de temps après, Luigi d’Este, à qui sa mère avait légué un château au choix entre Gisors, Vernon et Gien, 2 000 écus de rente et des joyaux, dont ses bagues de fiançailles74, décide de se contenter d’une rente de 2 000 écus, même s’il se réserve la possibilité de porter à nouveau l’affaire en justice75. La rente est constituée sur le péage de Vernon au mois de novembre 1576, racheté dans l’accord par Jean, seigneur de La Bruyère, pour la somme de 50 000 livres tournois76. L’accord donne lieu à une série de contrats confirmant ces dispositions financières, entre Alfonso II d’Este et Luigi d’Este77, et entre Luigi d’Este, Anne d’Este et Jacques de Nemours78. S’il entérine la renonciation du fils de Renée de France à l’héritage de sa mère, il marque aussi une prise de distance accrue du cardinal avec son frère aîné. Le conflit perdure toutefois entre le duc de Ferrare et la duchesse de Nemours, ce dont Luigi d’Este ne manque de se tenir le plus informé possible79. Il ne trouve sa conclusion qu’en octobre 1583, huit ans après la mort de Renée de France, lorsque Henri de Nemours, marquis de Saint-Sorlin, cède ses droits à Alfonso II d’Este avec le consentement de Jacques de Nemours et d’Anne d’Este80. Le conflit, qui s’est déroulé sous les yeux d’un gouvernement français, pris à témoins par les différents ressortissants, aboutit à démontrer la fébrilité de la maison d’Este, jugée incapable de régler ses conflits dans la sphère privée.

 

  • 81 Magoni 2001, p. 207-212.

24Les affrontements des descendants de Renée de France pour l’héritage des biens français et italiens doivent être lus à plusieurs échelles. Le niveau le plus évident concerne la famille des Este dont les membres, en particulier Luigi, Anne et Alfonso II d’Este, se déchirent81. L’intrication d’intérêts français et italiens aboutit à l’intervention du gouvernement français dans les affaires de cette famille, qui, en retour, n’hésite pas à étaler ses différends sur la scène publique, comme c’est le cas entre Alfonso II d’Este et Luigi d’Este au sujet de l’héritage d’Ippolito d’Este. Enfin, cette querelle pour l’héritage de Renée de France, comme celle pour l’héritage du cardinal de Ferrare, traduit la structuration articulée entre différents espaces de la fortune des cardinaux d’Este. Les querelles survenant au moment des décès traduisent, outre la mésentente chronique des Este, la place prise par leurs possessions françaises. C’est particulièrement le cas pour les cardinaux d’Este, notamment en raison de leur accès aux bénéfices ecclésiastiques majeurs. Ces affrontements montrent également la fragilité politique du duché de Ferrare alors que les membres de la famille régnante en appellent à l’arbitrage de puissances extérieures. L’appel au pape ou au roi de France sanctionne la faiblesse politique d’une dynastie obligée de recourir à la décision des puissances extérieures et créant, par là même, une brèche dans sa souveraineté.

  • 82 Le texte de la bulle Prohibitio alienandi et infeudandi civitates et loca Sanctae Romanae Ecclesia (...)
  • 83 La bulle a aussi des conséquences financières dont sont conscients les ducs de Ferrare. À la fin d (...)
  • 84 Contini 1998, p. 113-120 ; Contini 2000, p. 78.
  • 85 Emich 2005.

25Ces conflits se déroulent après qu’en mai 1567, Pie V82 a fulminé la bulle, Prohibitio alienandi et infeudandi civitates et loca Sanctae Romanae Ecclesiae, qui interdit aux enfants illégitimes de succéder à leur parent dans un fief de l’Église. Alfonso II d’Este n’ayant pas d’héritier légitime, la perspective de la succession de la maison d’Este à la tête du duché de Ferrare est mise à mal83. La reconnaissance sur la scène internationale de la prééminence des Este devient alors un enjeu vital pour la dynastie dans l’espoir de conjurer le sort que fait planer sur elle la bulle de Pie V. Les luttes successorales et l’appel à des tiers aboutissent pourtant à accroître la déstabilisation de la maison d’Este, à la différence des Medici qui sont alors en pleine consolidation de leur légitimité84. Alors même que les Este devraient se montrer fermes à la tête d’un État fort, ils se mettent à la merci du jugement d’autres acteurs, à commencer par leur suzerain, le souverain pontife. Ces conflits ne sont pas la cause de la dévolution de Ferrare, en 1598, qui est à rechercher dans la politique expansionniste des États pontificaux85. En revanche, les appels réitérés au pape rappellent la situation de dépendance des Este à l’égard de la monarchie pontificale, au moment même où ils essaient de la conjurer. 

Haut de page

Bibliographie

Archives

AN, J = Archives Nationales, trésor des chartes, Paris.

AN, MC = Archives Nationales, Minutier Central, Paris.

AN, P = Archives Nationales, Chambre des comptes et Comptabilité, Paris.

ASMa = Archivio di Stato di Mantova.

ASMo = Archivio di Stato di Modena.

BAV = Biblioteca Apostolica Vaticana, Vatican.

BNF = Bibliothèque nationale de France, Paris.

Ouvrages à caractère de source

ANG 1975 = Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), t. I : 1572-1574, éditée par P. Hurtubise et R. Toupin, Université Pontificale Grégorienne et École française de Rome, Rome, 1975 (Acta Nuntiaturae Gallicae, 12).

Bullarum 1862 = Bullarum, diplomatum et privilegiorum sanctorum romanorum pontificum, t. VII, Turin, Franco et Henrico Damazo, 1862.

Morice 1746 = H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. III, Paris, Charles Osmont, 1746.

Études secondaires

Ago – Borello 2008 = R. Ago, B. Borello (dir.), Famiglie. Circolazione di beni, circuiti di affetti in età moderna, Rome, 2008.

Alhaique Pettinelli 1983 = R. Alhaique Pettinelli, L’immaginario cavalleresco nel Rinascimento ferrarese, Rome, 1983.

Angiolini 2000 = E. Angiolini, Nuovi studi su Francesco d’Este, marchese di Massalombarda (1535-1578), dans Studi romagnoli, t. XLVIII, Cesena, 2000, p. 403-438.

Bellavitis 2008 = A. Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, 2008.

Belligni 2011 = E. Belligni, Renata di Francia (1510-1575). Un’eresia di corte, Turin, 2011.

Bergin 1982 = J.A. Bergin, The decline and fall of the house of Guise as an ecclesiastical dynasty, dans The Historical Journal, 25, 1982, p. 781-803.

Bergin 1984 = J.A. Bergin, The Guises and their benefices, 1588-1641, dans English Historical Review, XCIX, 1984, p. 34-58.

Borello 2016 = B. Borello, Il posto di ciascuno. Fratelli, sorelle e fratellanze (XVI-XIX secolo), Rome, 2016.

Blum 2014 = A. Blum, La diplomatie de la France en Italie du nord au temps de Richelieu et de Mazarin. « Les sages jalousies », Paris, 2014.

Boltanski 2006 = A. Boltanski, Les Ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550 – ca 1600), Genève, 2006.

Braun 1988 = G. Braun, Le mariage de Renée de France avec Hercule d’Este : une inutile mésalliance, 28 juin 1528, dans Histoire, économie et société, 7, 1988, p. 147-168.

Campori – Solerti 1888 = G. Campori, A. Solerti, Luigi, Lucrezia e Leonora d’Este, Turin, 1888.

Chiappini 2001 = L. Chiappini, Gli Estensi: mille anni di storia, Ferrare, 2001.

Coester 2007 = C. Coester, Schön wie Venus, mutig wie Mars. Anna d’Este, Herzogin von Guise und von Nemours (1531–1607), Munich, 2007.

Contini 1998 = A. Contini, Dinastia, patriziato e politica estera: ambasciatori e segretari medicei nel cinquecento, dans Cheiron, 30, 1998, p. 57-131.

Contini 2000 = A. Contini, Aspects of Medicean diplomacy in the sixteenth century, dans D. Frigo (dir.), Politics and diplomacy in early modern Italy. The structure of diplomatic practice, 1450-1800, Cambridge, 2000, p. 49-94.

Deléage 1933 = É. Deléage, Un apothicaire ligueur : Jean de La Bruyère, aïeul du grand moraliste, dans Revue d’histoire de la pharmacie, 81, 1933, p. 54-63.

Dousset 2009 = C. Dousset, Femmes et héritage en France au XVIIe siècle, dans Dix-septième siècle, 244, 2009, p. 477-491.

Duindam 2015 = J. Duindam, Dynasties: a global history of power, 1300–1800, Cambridge, 2015.

Duindam 2019 = J. Duindam, Dynasty: a very short introduction, Oxford, 2019.

Durot 2012 = É. Durot, François de Lorraine, duc de Guise entre Dieu et le Roi, Paris, 2012.

Elliot 1992 = J.H. Elliot, A Europe of composite monarchies, dans Past & Present, 137, 1992, p. 48-71.

Emich 2005 = B. Emich, Territoriale Integration in der Frühen Neuzeit. Ferrara und der Kirchenstaat, Cologne-Weimar-Vienne, 2005.

Folin 2001 = M. Folin, Rinascimento estense: politica, cultura, istituzioni di un antico Stato italiano, Rome-Bari, 2001.

Frigo 2000 = D. Frigo, “Small states” and diplomacy: Mantua and Modena, dans D. Frigo (dir.), Politics and diplomacy in early modern Italy: the structure of diplomatic practice, 1450-1800, Cambridge, 2000, p. 147-175.

Geevers – Marini 2015 = L. Geevers, M. Marini (dir.), Dynastic identity in early modern Europe: rulers, aristocrats and the formation of identities, Burlington, 2015.

Giannini 2001 = C.M. Giannini, Una Chiesa senza arcivescovo. Identità e tensioni politiche nel governo ecclesiastico a Milano (1546-1560), dans J. Martínez Míllan (dir.), Carlos V y la quiebra del humanismo politíco en Europa (1530-1558), Madrid, 2001, p. 227-280. 

Giannini 2012 = C.M. Giannini, Ippolito II d’Este arcivescovo di Milano fra interessi familiari e scelte politiche (1535-1550), dans A. Rocca, P. Vismara (dir.), Prima di Carlo Borromeo. Istituzioni, religione e società agli inizi del Cinquecento, Studia Borromaica, vol. 26, Rome, 2012, p. 107-120.

Giannini 2018 = C.M. Giannini, Politica imperiale ed ecclesiastici filo-francesi nello stato di Milano tra fedeltà e interessi (1535-1548), dans J.C. d’Amico, J.-L. Fournel (dir.), François Ier et l’espace politique italien, Rome, 2018, p. 105-127.

Grange 2018 = C. Grange, La succession d’Abraham-Béhor, Comte de Camondo – entre droits français, italien, hébraïque et ottoman, dans Annales de démographie historique, 136, 2018, p. 59-81.

Guerzoni 1998 = G. Guerzoni, Angustia ducis, divitiae principum. Patrimoni e imprese estensi tra quattro e cinquecento, dans M. Aymard, M.A. Romani (dir.), Tra rendita e investimenti. Formazione e gestione dei grandi patrimoni in Italia in età moderna e contemporanea, Bari, 1998, p. 57-87.

Guerzoni 2000 = G. Guerzoni, Di alcune ignote e poco nobili cause del soggiorno bolognese di Kaiser Karl V, dans M. Fantoni (dir.), Carlo V e l’Italia, Rome, 2000, p. 197-217.

Guerzoni 2008 = G. Guerzoni, Between Rome and Ferrara: the courtiers of the Este cardinals in the Cinquecento, dans J. Burke, M. Bury (dir.), Art and identity in early modern Rome, Farnham, 2008, p. 59-75.

Haddad 2009 = E. Haddad, La « maison » noble : pistes de recherches concernant les contraintes de la transmission dans la noblesse française des XVIe et XVIIe siècles, dans A. Bellavitis, L. Croq, M. Martinat (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, 2009, p. 203-218.

Hallman 1985 = B.M. Hallman, Italian cardinals, reform, and the Church as property, 1492-1563, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1986.

Magoni 2001 = C. Magoni, I gigli d’oro e l’aquila bianca. Gli Estensi e la corte francese tra ’400 e ’500: un secolo di rapporti, Ferrare, 2001.

Marcora 1959 = C. Marcora, Ippolito II Arcivescovo di Milano, dans Memorie storiche della diocesi di Milano, vol. VI, Milan, 1959, p. 306-521.

Merlotti 2009 = A. Merlotti, Politique dynastique et alliances matrimoniales de la Maison de Savoie au XVIIe siècle, dans Dix-septième siècle, 243, 2009, p. 239-255.

Nassiet 2000 = M. Nassiet, Parenté, noblesse et État dynastiques (XVe-XVIe siècles), Paris, 2000.

Pacifici 1920 = V. Pacifici, Ippolito II d’Este cardinale di Ferrara, Tivoli, 1920.

Pacifici 1930 = V. Pacifici, Luigi d’Este, dans Atti e Memorie della Società Tiburtina di Storia e d’Arte, vol. X, Subiaco, 1930, p. 3-128.

Pacifici 1932 = V. Pacifici, Luigi d’Este, dans Atti e Memorie della Società Tiburtina di Storia e d’Arte, vol. XII, Subiaco, 1932, p. 262-316.

Pacifici 1951 = V. Pacifici, Luigi d’Este, dans Atti e Memorie della Società Tiburtina di Storia e d’Arte, vol. XXIV, 1951, p. 3-70.

Papagna 2016 = E. Papagna, Il Potere e le sue manifestazioni: Familie, lignaggi e parentele, dans El Poder y sus manifestaciones/Il Potere e le sue manifestazioni, Madrid, 2016, p. 97-149.

Paravicini Bagliani 1980 = A. Paravicini Bagliani, I testamenti dei cardinali del duecento, Rome, 1980.

Perrillat 2006 = L. Perrillat, L’apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles. Pouvoirs, institutions, société, 2 tomes, Annecy, 2006.

Piccialuti 1999 = M. Piccialuti, Fedecommessi e primogeniture a Roma nei secoli XVII e XVIII, Rome, 1999.

Portone 1999 = P. Portone, Il cardinale gentiluomo: contributo critico per una biografia del principe Luigi d’Este, dans Schifanoia, 19, 1999, p. 97-122.

Rodocanachi 1896 = E. Rodocanachi, Une protectrice de la Réforme en Italie et en France, Renée de France, duchesse de Ferrare, Paris, 1896.

Seni 1902 = F.S. Seni, La villa d’Este in Tivoli, Rome, 1902.

Spagnoletti 2003 = A. Spagnoletti, Le dinastie italiane nella prima età moderna, Milan, 2003.

Taddei 2017 = E. Taddei, Die Este, Herzöge von Ferrara, als Vasallen des Reiches?, dans Id., M. Schnettger, R. Rebitsch (dir.), «Reichsitalien» in Mittelalter und Neuzeit. «Feudi imperiali italiani» nel Medioevo e nell’Età Moderna, Innsbruck, 2017, p. 61-78. 

Troncarelli 1974 = F. Troncarelli, Canani, Giulio, dans Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1974, p. 716-720.

Turias 2004 = O. Turias, Renée de France, duchesse de Ferrare, duchesse de Lorraine, témoin de son temps (1510-1575), thèse de doctorat, université de Tours, 2004. 

Vester 2008 = M.A. Vester, Jacques de Savoie-Nemours. L’apanage du Genevois au cœur de la puissance dynastique savoyarde au XVIe siècle, Genève, 2008.

Visceglia 2001 = M.A. Visceglia (dir.), La nobiltà romana in età moderna. Profili istituzionali e pratichi sociali, Rome, 2001.

Visceglia 2003 = M.A. Visceglia , Cardinali della Controriforma: affetti ed eredità, dans C. Ossola, M. Verga, M.A. Visceglia (dir.), Religione, cultura e politica nell’Europa dell’età moderna. Studi offerti a Mario Rosa dagli amici, Florence, 2003, p. 191-211.

Zum Kolk 2007 = C. Zum Kolk, Les difficultés des mariages internationaux : Renée de France et Hercule d’Este, dans I. Poutrin, M.-K. Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe, XVe-XVIIIe siècles, Rosny-sous-Bois, 2007, p. 102-119.

Haut de page

Notes

1 Papagna 2016, p. 108-116 ; Visceglia 2001.

2 Sur les bénéfices ecclésiastiques des cardinaux, voir Hallman 1985.

3 Les trois autres filles d’Ercole d’Este et de Renée de France, c’est-à-dire Lucrezia, épouse de Francesco Maria della Rovere, Eleonora et une autre Lucrezia d’Este, moniale, jouent un rôle mineur dans les querelles. De même, l’héritage d’Eleonora d’Este, morte en 1581, ne fait que reproduire sur un mode mineur des tensions apparues au moment de la mort de Renée de France. Les documents du litige entre Alfonso et Luigi d’Este sont regroupés en ASMo, Casa e Stato, b. 408.

4 Sur la formation et la préservation de lignées ecclésiastiques, voir Bergin 1982 ; Bergin 1984.

5 Campori – Solerti 1888, p. 10-15 ; Pacifici 1920, p. 338-340 et 351-356 ; Pacifici 1951, p. 38-34 ; Chiappini 2001, p. 307 et 311.

6 Cyril Grange développe une réflexion sur l’intérêt d’étudier les transmissions à l’échelle transnationale (Grange 2018).

7 Plusieurs approches croisant les méthodes de l’histoire sociale ou de l’histoire du genre ont permis de renouveler les problématiques. Parmi une riche bibliographie, voir Bellavitis 2008 ; Ago – Borello 2008 ; Dousset 2009 ; Haddad 2009 ; Borello 2016.

8 Piccialuti 1999.

9 Il faut toutefois mentionner des exceptions notables comme l’important livre d’Agostino Paravicini Bagliani sur les testaments des cardinaux du XIIIe siècle (Parivicini Bagliani 1980).

10 Visceglia 2003.

11 Ibid., p. 191-193.

12 Elliot 1992.

13 Pour les Guise, la thèse d’Éric Durot montre les liens qui se nouent entre les Lorrains et les Este grâce au mariage d’Anne d’Este avec François de Guise (Durot 2012, p. 56-67). Cependant, l’auteur n’évoque qu’en passant l’imbrication des clientèles italiennes et françaises et les enjeux patrimoniaux qu’implique ce type d’alliance. La thèse de Christiane Coester développe plus amplement cette question de l’union des deux familles (Coester 2007, p. 87-100 et 120-123). Pour une vue d’ensemble sur la dynastie des Genevois-Nemours, voir Perrillat 2006, p. 50-82. Le cas le plus proche est celui de Louis de Gonzague, duc de Nevers et frère du duc de Mantoue. Ariane Boltanski a étudié la dissémination des biens du duc mais s’intéresse moins aux difficultés de l’articulation entre les biens français et italiens et à la fragilisation que cela peut entraîner pour la famille des Gonzaga (Boltanski 2006, p. 33-47 et 132-141).

14 Sur la maison de Savoie, voir Perillat 2006 ; Merlotti 2009.

15 Frigo 2000. Voir aussi Blum 2014.

16 Nassiet 2000 ; Spagnoletti 2003.

17 Geevers – Marini 2015 ; Duindam 2015 ; Duindam 2019.

18 Nous n’avons pu consulter la thèse de Giulia Vidori soutenue à Oxford le 10 janvier 2019 sous la direction de Nicholas Davidson. Elle s’intitule Negotiating power in sixteenth-century Italy? Ippolito II d’Este between Rome, France and Ferrara. Le résumé de la thèse souligne la volonté de l’auteur de reprendre la carrière d’Ippolito II d’Este à partir des sources des archives d’État de Modène. Ce travail d’archives doit permettre de mettre en évidence les différents rôles d’Ippolito II d’Este et les tensions qui peuvent survenir dans le service de la France, de la Papauté et du duché de Ferrare. Signalons également la thèse en cours d’Alexandra Favalli, portant sur l’implication des États du nord de l’Italie, à savoir le duché de Savoie, le duché de Mantoue, le duché de Ferrare mais aussi le duché de Toscane, dans les guerres de Religion françaises. Ce travail se propose, entre autres, de renouveler la compréhension de la politique d’Alfonso II d’Este vis-à-vis du royaume de France.

19 ASMo, Casa e Stato, b. 148, Ippolito d’Este à Ercole d’Este, 30 janvier 1547 : « L’assicuro ben che io sono et saro per dar sempre ad esso Sr Don Luigi et questo et tutto quel che vorrà l’Extia Vostra. Ma le prometto ben anco che s’ella mi s’oppone in questo la mi rompe et mi guasta tutti i disegni, et tutti gli ordini a che erano et havevo di già dricciato et incaminato tutte le mie cose. Oltre che in questo non mi ero anco induto senon a fare il medesimo con pto Vescovo che’l Rmo Carl nostro Zio di bo. me., havea voluto già far con un suo fratello ». Voir aussi Ibid., Ippolito d’Este à Ercole d’Este, Rueil-Malmaison, 1er mai 1547.

20 Pour le récit de la confrontation entre les deux hommes et l’adolescent, suffisamment violente pour que Luigi d’Este ait à souffrir pour le restant de ses jours d’un déplacement oculaire, voir Pacifici 1930, p. 66.

21 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito II d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 27 décembre 1559 ; Alfonso II d’Este à Luigi d’Este, Ferrare, 3 janvier 1560.

22 Ibid., Ippolito II d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 26, 28 janvier 1560 et 1er février 1560.

23 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 54, Alfonso Vercelli à Ippolito d’Este, Amboise, 25 février et Paris, 28 février 1560. Voir Ibid., minute, Alfonso II d’Este à Alfonso Vercelli, Ferrare, 2 avril 1560.

24 Pacifici 1932, p. 270. 

25 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 15 février 1560 : « De le cose di quà non ho che dire le altro, senon che il Carl di Trento ha di nuovo stretto un parentado con questi Tedeschi nipoti di N.Sre, havendo presa una sorella loro per un suo nipote. Et per quanto ha detto a me, ha havuta intentioni del capello per un’altro nipote suo et la medisima ha S.Sta data ancora al Sor Federico Gonzaga, di modo che noi soli verremo a restar esclusi di questo favore, se non si trova via da far mutar oppinione al Sor Don Luigi. Pero quanto piu posso pongo la cosa in consideratione di V.Ecca. » Ippolito d’Este ajoute dans une lettre du 20 avril 1560 (Ibid.) : « Ho dipoi visto quanto ella mi scrive ne la cosa del Sr Don Luigi, l’inclination del quale credero purtroppo facilemente che sia volta più a la via secolare, che a l’ecclesiastica ».

26 Ibid., Id. à Id., Rome, 25 mars 1560. La misogynie circonstancielle d’Ippolito II d’Este vise en particulier Renée de France, encore présente à la cour de Ferrare, tenue pour responsable du projet de faire de Luigi d’Este un aristocrate français. Vincenzo Pacifici se risque à une explication psychologique de l’attitude de Luigi d’Este en avançant que le rejet par la duchesse de Ferrare de l’institution ecclésiale a pu marquer son fils au point de la lui faire prendre en aversion (Pacifici 1932, p. 274). Voir aussi ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 54, Alfonso Vercelli à Ippolito d’Este, Paris, 28 février 1560.

27 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Amboise, 24 février 1560. Voir aussi, ASMa, AG, b. 652, Ercole Strozzi à Guglielmo Gonzaga, Amboise, 29 mars 1560. Pour une description détaillée des projets matrimoniaux, voir Pacifici 1932, p. 271-276.

28 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 20 avril 1560 : « Nel qual caso le dico ben, che quanto a me non vorrei, che v’entrasse, perche non crederei che potessi mai succcederne bene alcuno ne a esso, ne a Casa nostra, ma quando pur si mova per altri rispetti, a me par che quanto al pretesto che è possa addure del modo di spendere non vi si possa fondar molto sopra, se vorra considerar che io proprio in età piu matura mi son trovato ne la profession medesima con manco entrata di quella che havera esso, senza appoggio, et con poca speranza, dove è potuto in vita mia promettersi di me tutto quel che possa d’amorevolissimo padre, et dopo me essere sicuro haver tanto, che si potrà tener contento. Parendomi ancora che si possa metter in consideratione, che non ha causa di risolversi a la via del secolo per il commodo presente, perche havendo a pigliar quella Dama, gli bisognerà pur differir a goder la maggiore parte di quelle facultà doppo la morte de la madre, con la quale piacesse a Dio, che io potesse cambiar la mia complessione, che lo farei volentieri, oltre che mi pare, che il mutar professione in tempo di pace sia poco laudabile. »

29 Portone 1999, p. 105-106. 

30 Vincenzo Pacifici en propose un récit pathétique (Pacifici 1932, p. 276) : « Parvero due transfughi dal mondo, certo due vinti, legati dallo sconforto in un acerbo dolore. Renata in continuo urto con Alfonso per la segreta eresia, si preparava a tornare nel suo castello di Francia, e non ebbe forza in quel momento per deviar Luigi dalla via segnatali dal destino. Non lo potè per quell’affetto materno che allontana i figli dalle prove, patite, del dolore: ella sapeva quale prezzo d’angosce costi opporsi alle neccessità dello stato! » 

31 Nous sommes loin de la logique d’indépendance défendue un siècle plus tôt par Giacomo Trotti. ASMo, Carteggio Ambasciatori, Milano, b. 5, Giacomo Trotti à Ercole I d’Este, 28 novembre 1488, cité dans Marco Folin, Rinascimento estense…, p. 306 : « Io, et qualuncha altro cognosca li cardinali, deveria meritamente più tosto volere essere Signore de uno mediocre castello che cardinale, perchè sono como famigli del papa, et tanto pono quanto vole il papa ».

32 Sur Giulio Canani, voir Troncarelli 1974. Sur l’inexistence d’un réseau ferrarais à la Curie, voir Folin 2001, p. 289-290.

33 Sur Ippolito II d’Este en tant qu’archevêque de Milan, voir les études essentielles de Giannini 2001 ; Giannini 2012 ; Giannini 2018. On lira aussi avec profit l’étude de Marcora 1959. En 1581, Charles Borromée demande à Luigi d’Este de lui faire parvenir « alcuni instrumenti libre et altre scritture pertinente a questa mensa archiepiscopalis ». ASMo, Carteggio con principi esteri, b. 1338, Charles Borromée à Luigi d’Este, Milan, 24 septembre 1581.

34 ASMo, Carteggio con principi esteri, b. 1300, Pie IV à Luigi d’Este, Rome, 18 juin 1560, reproduite dans Pacifici 1932, p. 277.

35 ASMo, Carteggio con principi esteri, b. 1560, François II à Luigi d’Este, Blois 7 juin 1560 : « tant pour ce qu’il est tres necessaire qu’estant votre maison si prochaine et alliee de l’estat des pappes quelle est, il y en ait tousjours ung qui en porte le chappeau ».

36 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Luigi d’Este, Rome, 22, 26 et 27 février 1561. La lettre est utilisée dans Pacifici 1920, p. 288 et Pacifici 1932, p. 280-281.Voir aussi ASMo, Carteggio fra principi esteri, b. 1300, Pie IV à Luigi d’Este, Rome, 28 février 1561 : « Per accompagnar la beretta vi habbiamo scritto un Breve, et hora per salutarvi più a la domestica vi scrivemo la presente, la quale servirà ancora per dirvi che per la certezza che havemo de le virtù et honorate qualità vostre, speramo che voi sarete d’altretanto presidio et sostegno a le cose de la Religione et de la Fede quanto il presente grado è d’honore et d’ornamento a voi. Et noi in quel che potremo di mano in mano non mancheremo di mostrarvi ogni di più certi segni del paterno amore et benivolenza nostra. » ; Ibid., « Breve pontificio di participazione del Cardinalato conferito al Principe Luigi d’Este, Rome, 28 février 1561 ; Ibid., Pie IV à Alfonso d’Este, Rome, 7 avril 1561.

37 ASMo, Casa e Stato, b. 150, Ippolito d’Este à Alfonso d’Este, lieu illisible, 24 août 1561.

38 Campori – Solerti 1888, p. 12. Une copie du brevet du roi en faveur de Luigi d’Este se trouve en ASMo, Casa e Stato, b. 410. Dans ce dossier se trouve aussi un mémoire détaillant le fonctionnement du concordat de Bologne à travers l’exemple du devenir des bénéfices de Jean du Bellay après sa mort.

39 En 1570, Ippolito d’Este est archevêque de Narbonne et abbé commendataire des quatorze abbayes (Notre-Dame de Breteuil, Prémontré, Saint-Georges de Boscherville, Notre-Dame de Longpont, Saint-Médard de Soissons, Notre-Dame de Chaalis, Notre-Dame de la Lyre, Pontigny, Saint-Mesmin de Micy, Saint-Laumer de Blois, Saint-Chinian, Fontfroide, Boulbonne, Saint-Orens de Larreule)

40 ASMo, Casa e Stato, b. 390, copie d’un brevet de Charles IX, Saint-Maur-des-Fossés, 21 juin 1566 : « Luy aiant fait entendre Monsor le Caral de Ferrare protecteur des affaires de sa Maiesté et de l’Eglise Gallicane auprès de Notre Sainct Père le Pape et du St. Siège apostolique que à l’occasion de son viel aage et indisposition de la personna a cause de maladie des gouttes dont il se trouve souvant travaillé et empesché de cheminer, il luy est malaisé de vacquer et entendre si ordinairement qu’il est requis à l’exercice della dite protection. Et ayant sadite Majesté entendu le bon tesmognaige que luy a ordinairement rendu ledit S. Caral et aultre notables personages ses ministres et serviteur per de la grande suffisance et integrite de Mons.or le Caral Vitelli camarlingue dudite St Siège et de la singulier affection qu’il porte au service de ceste couronne avec désir de s’y employer de tout son povoir et en toute occasion selon l’ouverte demonstration que luy et ceulx de sa maison en ont par cy devant faicte. ». Voir aussi BNF, Fr. 16074, « Demandes du cardinal de Ferrare au Roy avec les responces en marge », fol. 234r. Le projet tourne court puisque le cardinal Vitelli meurt le 19 novembre 1568.

41 Campori – Solerti 1888, p. 12.

42 ASMo, Casa e Stato, b. 152, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Tivoli, 24 septembre 1567 : « Ma m’inscresce molto più che si puo dire che quietato una cosa ne sia un’altra di peggior digestione. Il Verceli m’ha rimesso copia d’una lettera che esso S. gli scrisse della quale ho voluto similmente mandar copia a V.Extia, onde si vede assai chiara ch’il detto Carle in quel suo voler andar in Francia non havea maggior fine di questi benedetti miei bene, volendo havergli et riconoscergli da ogni altro più che da me la qual cosa V.Extia puo imaginarsi quanto mi sia spiacciuta ». Sur cet épisode voir, Pacifici 1920, p. 338-340 et Pacifici 1951, p. 12-13.

43 ASMo, Casa e Stato, b. 164, Luigi d’Este à Ippolito d’Este, Ferrara, 18 juin 1569.

44 ASMo, Casa e Stato, b. 152, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, 5 mars 1569.

45 Sur les idéaux chevaleresques dans la Ferrare renaissante, voir Alhaique Pettinelli 1983.

46 ASMo, Casa e Stato, b. 409, lettre patente de Charles IX, Montceau, 11 janvier 1570 : « Pour ces causes et aultres bonnes et justes considerations a ce nous mouvans vous avons des a present commis et depputté commectons et depputtons par ces presentes procureur vicaire et coadjuteur de notredit cousin le Cardinal de Ferrare sa vye durant et de son consentement exprez au gouvernement et administration de ladite Charge et protection de nosdites Affaires et de notredit Royaulme en court de Rome ».

47 Ibid., copie d’un brevet de Charles IX, Paris, 22 avril 1571 : « aujourd’hui XXII.me jour d’Avril 1571, le Roy estant a Paris, pour le trés grand desir que a Sa Mte que le S. Loys Carl d’Est son cousin soit en toutes occasions qui se presenteront a l’advenir pourveu en l’eglise ainsi que requiert la dignite et merites de sa personne prochaine de sang a sad. Mate, et aussi en partie de recongnoissance des grands et notables services que non seullement led. Sr Cardl mais aussi toute la maison de Ferrare a de tout temps faictz et faict ordinairement en ceste couronne. Sad. Mate veult, promect, et accorde aud. Sr Cardl que advenant sa vie durant le trespas de Monsieur Carl de Ferrare son oncle, tous les evesches, archevesches, abbayes, prieures, et autres benefices que tient en ce Royaume et pays de l’obeissance de Sa Mate presens et advenir que vacqueront par led. trespas soient reserves aud. Sr Carl d’Est pour en estre luy seul et non autre pourveu par le St. Siege a la nomination, priere et requête de Sad. Madte. Laquelle a ceste fin enjoinct trés expressement a tous ses secretaires d’estat qu’ilz n’ayent a faire aucune expedition des benefices susd. au prejudice de ceste presente grace. Et là où il seroit faict aucune desd. expeditions par surprinse inadvertance o autrement sad. Mate l’a des apresent comme pour lors declaires nulle et de nul effect. Exceptant et reservant toutesfois des dessusd. benefices d’archevesches, evesches, abbayes, prieures, et autres ceulx qui sont es terres et domaines et seigneuries dont joyssent la Royne sa mere, et Messeigneurs les ducs d’Anjou et d’Allencon ses freres. »

48 ASMo, Casa e stato, b. 409, Charles IX à Pie V, Blois, 18 octobre 1571.

49 ASMo, Casa e stato, b. 409. La lettre est reproduite dans Campori – Solerti 1888, p. 13.

50 ASMo, Casa e Stato, b. 152, Ippolito d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 9 février 1572 : « Scrissi mercordi a V.Eccza che per le prime le havrei fatto intendere la risolutione mia nelle cose del Sr Carle da Este cosi havendo io inteso di poi più a pieno dal Manzuoli con quanta sincerità, et prontezza egli mostra hora di muoversi verso di me, con tutto che l’esperienza del passato havesse pur potuto lasciarmi in qualche dubitatione, che gli effetti non havessero poi da riuscir conformi. Nondimeno non potendo io se non pensare ch’egli habbia pur caro d’esser creduto in questa parte, poi che afferma le cose con tanta asseveranza, et vedendo anche la comprobatione che me ne fa V.Eccza mi son risoluto di mettere in perpetua oblivione tutto il passato, et pigliar quella miglior opinione et speranza di contentezza dell’animo, et del procedere del detto Sr Carle per l’avenire ch’io potessi haverne. »

51 Sur cet épisode, voir le récit qu’en donne Pacifici 1920, p. 355. Le cardinal d’Este envoie Gian Pietro Tolomei en ce début du mois de décembre 1572 pour s’assurer que Charles IX ne revienne pas sur les promesses et les brevets accordés à Luigi d’Este. ANG 1975, p. 354, Anton Maria Salviati à Tolomeo Galli, Paris, 16 décembre 1572.

52 Sur la transmission des bénéfices français à Luigi d’Este, voir ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 60, Taddeo Bottone à Alfonso II d’Este, Paris, 9 janvier 1573 : « Et dopo haver basciato le mani al Re per nome di V.Ecca et condolutomi della perdita di Monsor Illmo et Rmo Cardinale di Ferrara, tanto devoto et fedel servitore a S.Mta et alla Corona di Franza, lo ringraciai in nome di V.Ecc.a di tanto favore et beneficio conferito nella persona di Monsor Illmo d’Este ; et che V.Ecca ne teneria per sempre viva memoria et gli n’havria obligo eterno, non altramente se la colatione fosse stata fatta nella persona propria di V.Ecca. Al che mi fù rispose di S.Mta che in vero le rincresceva infinitamente della morte del Rmo Cardinale di Ferrara, suo parente, come le si conveniva, et che di già haveva accordato a Monsor Illmo d’Este il tutto come ad uno del suo sangue proprio ».

53 Le marquisat de Ferrare a été élevé en duché par le pape Paul II en 1471 ; celui-ci dépend donc des États pontificaux. Les territoires de Modène et de Reggio, du ressort du Saint-Empire romain germanique, ont été constitués en duché en 1452 par Frédéric III. Le 21 décembre 1530, à Cologne, le duc de Ferrare, Alfonso I d’Este, obtient la souveraineté sur Modène et Reggio. Pacifici 1920, p. 11-12 et 18 ; Taddei 2017, p. 70-71. Avant cela, le 8 avril 1530, à Mantoue, Alfonso I d’Este est investi par Charles Quint du comté de Carpi. Ce dernier l’érige en principauté en 1535 et Ercole II en est investi à nouveau. Sur le coût du soutien de Charles Quint, voir Guerzoni 2000, p. 213-215. En revanche, les ducs demeurent les vassaux du souverain pontife pour le fief de Ferrare.

54 ASMo, Casa e Stato, b. 389. Outre l’original cette busta contient plusieurs copies du document. Il est reproduit dans Seni 1902, p. 237-244.

55 Ibid., p. 238.  

56 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Châlons-en-Champagne, 27 novembre 1573 ; Paris, 7 avril 1574 ; Paris, 29 avril 1574 ; BAV, Urb. Lat. 1044, fol. 65v, avis de Rome, 15 mai 1574 ; ASMo, Casa e Stato, b. 164, Luigi d’Este à Francesco d’Este, Lyon, 4 septembre 1574 ; Ibid., Luigi d’Este à Ercole Tassone, Lyon, 4 septembre 1574. Sur ce procès voir, Pacifici 1920, p. 356 ; Pacifici 1951, p. 35-36. Voir désormais Angiolini 2000, p. 417-418.

57 ASMo, Casa e Stato, b. 405, « Petitioni del Sor N.Sre fatte in Tivoli », 28 juillet 1577. Voir aussi Ibid., « Copia della scrittura venuta con le lettere del Mazetto et del Biscia », 4 novembre 1577. Sur le corps d’officier d’Ippolito d’Este et de Luigi d’Este en charge de percevoir les taxes, voir Guerzoni 2008, p. 63. Ippolito d’Este en hérite selon le testament de son père rédigé le 28 août 1533. ASMo, Casa e Stato, b. 325, « Originale del testamento secondo del duca Alfonso I, 28 agosto 1533 ». Sur le processus de répartition patrimoniale, et ses conséquences négatives sur les finances des ducs de Ferrare, voir Guerzoni 1998, p. 67-68.

58 ASMo, Casa e Stato, b. 405, Bologne, 27 avril 1579.

59 Campori – Solerti 1888, p. 14-15.

60 Sur Renée de France, voir Belligni 2011.

61 Coester 2007, p. 205-210.

62 ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 61, Alessandro Fiaschi à Alfonso II d’Este, Paris, 18 février 1575.

63 ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 64, Anne d’Este à Luigi d’Este, Paris, 28 avril 1577.

64 AN, J 934, no 15. Le mariage est enregistré le 21 août 1528 par la Chambre des Comptes de Paris (AN, P 2304, fol. 751r). Sur le mariage, voir Braun 1988, p. 153. Sur l’ensemble des documents concernant le mariage, voir Turias 2004, p. 498.

65 ASMo, Casa e Stato, b. 429, Ferrare, 28 décembre 1528. Sur Gisors, voir aussi BNF, Fr. 4584, p. 241 et 246 ; BNF, Fr. 5503, fol. 104-105r ; Ibid., Dupuy 554, fol. 45r-v ; Ibid., Cinq-cents de Colbert 53, fol. 239r. Alfonso I d’Este obtient l’usufruit des vicomtés de Caen, de Bayeux, et de Falaise, ainsi que les droits de nominations afférents, afin de recouvrer les sommes qu’il a engagées auprès de la France. BNF, Fr 3002, fol. 11r-16v, Rouen, 19 novembre 1528. La vicomté de Vire revient aussi aux Este par ce mariage. ASMo, Casa e Stato, b. 328, « Patti nuziali di Renata di Francia ».

66 Morice 1746, col. 1373-1375, « Remontrance de Renée de France à Charles IX du 6 septembre 1568 ». Voir Zum Kolk 2007, p. 104-108. En revanche, contrairement à ce qu’avance l’auteur, ces documents n’ont pas disparu et une version se trouve dans ASMo, Casa e Stato, b. 327, « Double de remonstrance au Roy par Madame de Ferrare ».

67 Sur la prestation de serment d’Ercole II d’Este, voir AN, P//16, 866, no 286, 2 septembre 1528. Le jeune duc évoque la patente lui conférant l’administration des biens de sa femme dans une lettre à son père. ASMo, Casa e Stato, b. 76, Ercole II d’Este à Alfonso I d’Este, Saint-Germain, 28 août 1528.

68 Rodocanachi 1896, p. 540-541 ; Coester 2007, p. 211-213.

69 ASMo, Carteggio ambasciatori, Francia, b. 61, Alessandro Fiaschi à Alfonso II d’Este, Paris, 1er juin 1575 et Ibid., Alessandro Fiaschi à Antonio Montecatino, Saint-Dié, 11 mars 1577. Voir également ASMo, Casa e Stato, b. 163, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Rome, 13 juillet 1577.

70 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Meudon, 3 juin 1576.

71 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 61, Alessandro Fiaschi à Luigi d’Este, Paris, 25 mai 1576.

72 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 63, Instructions à Annibale Milano : « Sopra la proposta di Madama Eccma di Nemurs, si dice che essendo cosa certa che ne in Francia, ne in qualunque altro luoco del mondo S.E. puo pretendere ragionevolmente attione alcuna nelli diretti della transattione fatta per Madame Serenissima Renea di b. m. era S.M benefisio solo di detta Madama di Nemurs, e danno evidisentissimo di S. Altezza, non essendo stata emologata detta transattione nel Parlamento come è neccessario. »

73 Le duc envoie une lettre à son frère au mois de juin 1576 où il essaie de lui faire accroire de sa bonne volonté. Alfonso II d’Este cherche surtout à empêcher que son frère ne rompe avec ses agents. ASMo, Casa e Stato, b. 83, minute, Alfonso II d’Este à Luigi d’Este, Ferrare, 26 juin 1576.

74 ASMo, Casa e Stato, b. 439, « Testament de Renée de France » : « Item madicte dame legue a mondict seigneur don Loys d’Este apres les legz cy dessus payez et acquictez, l’un des chasteaulx, manoirs et preclostures de Gisors ou de Vernon, et au cas que le proces touchant ladicte emologation fust jugé au proffict de mad. Dame le chasteau et habituation de Gien. L’un des troys de ses chasteaulx au cheoix et option de mond. Seigneur don Lois, et oultre la somme de deux mil escus d’or de rente a prandre sur tous et chascuns ses biens spetiallement sur les contez de Gisors et de Gyen a son cheoix et au prorata, et jusques a la concurance des deux mils escuz de rente cy dessus. »

75 ASMo, Casa e Stato, b. 162, Luigi d’Este à Alfonso II d’Este, Paris, 12 août 1576 et la feuille jointe de l’accord. Le duc s’en réjouit dans une lettre du 4 septembre 1576 où il demande à son frère de lui faire parvenir au plus vite l’accord. ASMo, Casa e Stato, b. 83, minute, Alfonso II d’Este à Luigi d’Este, Ferrare, 4 septembre 1576.

76 AN, MC, Et. 106, fol. 253r-256v, ici fol. 253r-v, « accord entre Alfonso II d’Este et Luigi d’Este », 24 novembre 1576 : « auroit fait délivrance audit Seigneur Cardinal des deux mils escuz de rente portez par le testament de ladite feue dame duchesse de Ferrare leur dicte mère et ce a la raison de soixante trois solz tournois […]. Et si auroit ledit Seigneur Alexandre de Fiaschi audit nom pour demeurer quicte desdits deux mil escuz de rente ceddé et transporté audit Seigneur Illme et Reverendme Cardinal ce acceptant six milz trois cens livres tournois de rente et revenu annuel a les avoir et prendre et percevoir par chacun an sur tous et chacuns biens delaissez par ladite feue dame duchesse de Ferrare leur dite mère. Et spéciallement sur le peaiges port et travers de Vernon et diquel peaige et travers jusques a la convenance desdits VIm trois cens livres tournoies de rente et revenu. » Sur le rachat du péage par Jean de La Bruyère, voir Déléage 1933, p. 57.

77 AN, MC, Et. 106, fol. 260r-262r, 24 novembre 1576 ; Ibid., fol. 163r-v, 26 novembre 1576 ; fol. 164r-v, 26 novembre 1576 ; 187r-188r, 7 décembre 1576.

78 Ibid., fol. 160r-168r, 7 décembre 1576 ; 189r-192v, 7 décembre 1576.

79 ASMo, Carteggio ambasciatori, b. 75, minute, Luigi d’Este à Pietro Rotati, Tivoli, 23 juillet 1582 : « Sento che va tutta via inanzi la lite di Madama di Nemours col Sor Duca di Ferrara et voi non me ne scrivete niente che pure devreste credere che essendomi questi fratello et sorella m’importi assai di sapere tutto quel che succeda quando non ci havesse altro interesse, pero da poi inanzi mi avisarete minutissimamente quanto succedera che haverete diversi strade da certificarvi d’ogni progresso che tutti i miei Avocati ve ne sapranno dare benissima informatione et il Presidente Renard ancora. » Pietro Rotato veille dès lors à lui donner un compte rendu détaillé des démarches judiciaires. Ibid., Pietro Rotato à Luigi d’Este, Paris, 28 septembre 1582.

80 ASMo, Carteggio fra principi esteri, Turin, b. 1458, Anne d’Este à Alfonso II d’Este, Paris, 28 février 1583 et 22 septembre 1583. Voir Vester 2008, p. 224-225. L’auteur insiste sur les efforts de Jacques de Nemours pour maintenir de bonnes relations avec le duc de Ferrare. Voir aussi Coester 2007, p. 213.

81 Magoni 2001, p. 207-212.

82 Le texte de la bulle Prohibitio alienandi et infeudandi civitates et loca Sanctae Romanae Ecclesiae se trouve dans Bullarum 1862, p. 560-564.

83 La bulle a aussi des conséquences financières dont sont conscients les ducs de Ferrare. À la fin du XVIe siècle, plus des deux tiers des rentrées fiscales des Este proviennent des territoires situés à l’Est du duché, ceux-là mêmes qui sont susceptibles d’être récupérés par le Pape ; Folin 2001, p. 346. Ainsi, à titre d’exemple, en 1556, 65 % des recettes fiscales du duché proviennent de Ferrare contre, respectivement, 9,87 % et 8,02 % pour Modène et Reggio Emilia ; Guerzoni 2000, p. 200.

84 Contini 1998, p. 113-120 ; Contini 2000, p. 78.

85 Emich 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-2 | 2019, 357-370.

Référence électronique

Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/5754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.5754

Haut de page

Auteur

Jean Sénié

École Normale Supérieure, Centre Roland Mousnier (UMR 8596), jean.senie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search