Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-2VariaUne fonction administrative. Le c...

Varia

Une fonction administrative. Le cardinal Rinaldo d’Este et la protection des affaires de France en cour de Rome (1645-1648)

Bertrand Marceau
p. 371-388

Résumés

À l’intersection de l’histoire politique, diplomatique et religieuse, la question des cardinaux protecteurs a été renouvelée par la définition de leur fonction hybride majeure, pointant la spécificité de Rome non seulement comme leur lieu de résidence et d’action, mais encore comme le point d’aboutissement épistolaire et informatif d’une vaste correspondance offrant un matériau abondant : ce fut le cas dès les premières années de la protection de France exercée par le cardinal Rinaldo d’Este. Dès la fin des années 1640, il fut un rouage quasi administratif de la politique française sous la conduite de Mazarin, tout en conservant sa qualité d’étranger. La raison d’être de sa charge était la plasticité de la fonction entre les différents pouvoirs étatiques et ecclésiastiques, avec sa place soit formelle (dans les institutions), soit informelle (dans les réseaux familiaux, aristocratiques ou religieux).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Faber 2004.
  • 2 Andenna 2013.
  • 3 Thomson 1972.

1Héritage de la Grèce et de la Rome antiques d’abord, et du christianisme ancien ensuite, la protection (ou le protectorat) désignait à l’époque moderne la représentation des intérêts d’une institution (clientèle générale ou publique) aussi bien que d’un individu (clientèle particulière ou privée). Intégrant une dimension hagiographique dès le Moyen Âge, la protection se référa à l’intercession opérée par les saints auprès du Dieu unique, et par les défenseurs de l’Église qu’étaient le pape et l’empereur1. Bien après la réforme grégorienne, cette protection prit sa forme institutionnelle au temps de François d’Assise, avec le premier cardinal protecteur portant explicitement ce titre2. Au-delà des Franciscains, qui bénéficièrent d’une ébauche de juridiction administrative3, la protection devint ainsi un moyen politico-institutionnel de contrôler la masse irréfragable des ordres religieux à la fin du Moyen Âge. Toutefois, les bouleversements politiques et religieux induits en Europe occidentale par le Grand Schisme d’Occident, par la guerre de Cent Ans et par la Grande Peste, rendirent plus complexes encore les relations entre, d’une part, des proto-États assis sur des bases administratives, militaires et fiscales nouvelles (Angleterre, France ou Castille), et, d’autre part, la papauté, dont la compétence universelle se heurtait à la matérialité des frontières politiques, à la pluralité linguistique, à la construction de cultures antithétiques et à la division religieuse reposant sur des identités communautaires, spirituelles ou liturgiques locales.

  • 4 Wodka 1938.
  • 5 Wilkie 1974.
  • 6 González Cuerva 2018.
  • 7 Bély 2011.
  • 8 Pour une bibliographie récente, voir Berti 2018.
  • 9 Voir les nombreux ouvrages de Paolo Prodi, en particulier Prodi 1982.
  • 10 Au milieu d’une bibliographie foisonnante, Visceglia 2013 et Giannini 2013.
  • 11 Poncet 2011.
  • 12 Poncet 2002.
  • 13 Poncet 2011, p. 177.
  • 14 Molnar – Pizzorusso – Sanfilippo 2017.
  • 15 Serra 2018.

2À partir de cette institution purement ecclésiastique se noua la mutation de la protection, celle des États devenant au XVe siècle un enjeu prégnant des relations internationales4, dans la mesure où le cardinal protecteur devint le référent consistorial à même d’agir depuis Rome sur un territoire étranger. Cette situation posa rapidement un problème de souveraineté. Le cas anglais, dont la protection fut interrompue brutalement par l’Acte de Suprématie d’Henri VIII en 1534, illustra à la fois l’intérêt de la fonction et ses limites en cas de dissension irrémédiable entre Rome et le souverain protégé5. Pour les États qui, après les Réformes protestantes et les guerres de religion, demeurèrent catholiques, ce fut donc à Rome que se joua une part notable de ces nouveaux rapports internationaux, marqués à l’époque moderne par la rivalité entre les Habsbourg de Vienne et de Madrid6 et les Valois-Bourbons de Paris et de Versailles7. Les cardinaux protecteurs avaient pour principale mission la préconisation ou présentation des impétrants, tant séculiers que réguliers, aux principaux bénéfices ecclésiastiques en consistoire secret. Présidé par le souverain pontife, le consistoire secret, généralement mensuel, était un moyen de contrôle partiel des promotions ecclésiastiques (à la suite d’une élection ou d’une nomination) aux évêchés, archevêchés, cardinalats et principaux monastères, soit au principal maillage territorial de la catholicité. Par la préconisation d’abord (annonce en consistoire par le protecteur de la proposition dans le consistoire suivant), puis par l’approbation (vérification des pièces traitées par l’auditeur du protecteur) et enfin par la proposition du bénéficiaire (lecture du rapport et consultation formelle des cardinaux, puis approbation pontificale en consistoire), le cardinal protecteur encadrait le processus d’attribution aux bénéfices entre la puissance catholique représentée et le Saint-Siège. Dans ce cadre, Rome était un lieu privilégié des multiples échanges réunissant cardinaux, ambassadeurs et nobles8. Entre le pôle du sacré et le pôle du pouvoir autour desquels les sociétés européennes s’organisaient9, la papauté moderne formait un cadre médiateur dont les linéaments politiques et religieux sont connus, en général10 ou dans le cas de la France11, dont la protection prit une acuité particulière au XVIIe siècle12. Ainsi, « le protecteur est sans conteste un ministre du roi »13 de France. Ce développement d’institutions propres au Saint-Siège et aux États demeurés catholiques s’incarna particulièrement dans la Ville par la constitution d’églises proto-nationales, suivant un étroit maillage territorial14. Outre les églises nationales, les cardinaux protecteurs s’appuyaient et pouvaient mobiliser d’importantes confraternités de laïcs, conférant à Rome une place spécifique dans les capitales européennes, du fait de la masse des étrangers arrivant sans cesse dans l’Urbs15.

  • 16 Sanfilippo – Tusor 2019.
  • 17 Par commodité typographique, il sera appelé simplement Rinaldo ci-après.
  • 18 Turchi 2012.
  • 19 À l’inverse de certaines études, par exemple sur la vie du cardinal A. Barberini connue jour par j (...)
  • 20 Larochelle 1999, p. 55. Pour une actualisation à la fois épistémologique et bibliographique des te (...)
  • 21 Guarino – Mancini 1998 ; Pecori 2010.
  • 22 ASMo, CD, CRE 9-15. Voir notamment Dallari 1927, p. 261.
  • 23 Outre la correspondance éditée de Mazarin, on en trouvera la part inédite notamment dans les archi (...)
  • 24 Turchi 2012, p. 279, n. 48.

3À l’intersection de l’histoire des relations internationales et de l’histoire religieuse, de l’histoire de la péninsule italienne et de l’histoire européenne, la question de la protection a été renouvelée par la définition des cardinaux protecteurs occupant une fonction hybride majeure16, pointant enfin la spécificité de Rome non seulement comme leur lieu de résidence et d’action (politique, diplomatique, sociale et religieuse), mais encore comme le point d’aboutissement épistolaire et informatif d’une vaste correspondance. Cette correspondance impliquait des relais locaux (romains et italiens), européens et ultra-marins, et favorisait la circulation d’objets rares : cette question historiographique réserve encore des champs moins explorés. Certes, le périmètre exact de la protection des États ou des nations tenait largement au contexte de tensions inter-étatiques et inter-communautaires inextricables dont la conséquence la plus claire était, au XVIIe siècle, l’état de guerre quasi permanent en Europe. Dans ce contexte géopolitique précaire, il demeure un point méconnu : comment et pourquoi s’opérait le choix du cardinal protecteur en cour de Rome au cours du Seicento, soit le siècle central de la réorganisation politique et diplomatique provisoirement achevée par les traités westphaliens ? Quelles étaient les capacités du protecteur à son entrée en fonction ? Ce sont ici les quatre premières années du cardinal Rinaldo I d’Este17, protecteur des affaires de France en cour de Rome (1645-1672), qui ont été choisies pour objet du présent article : en explicitant d’abord l’entrée en fonction du protecteur, puis le traitement des bénéfices consistoriaux et ensuite la pluralité de ses missions. Cela permettra d’esquisser enfin la dimension internationale de la protection, qu’il est loisible de dégager à partir de son exemple, sans négliger les apories propres à toute étude de cas et en se bornant au début du protecteur, avant la tempête de la Fronde. Ce choix s’explique par des raisons à la fois archivistiques, puisque la matière inédite de la chancellerie de Rinaldo demeure particulièrement abondante à l’Archivio di Stato di Modena (à l’inverse d’autres archives de la protection aujourd’hui disparues), et historiographiques, dans la mesure où Laura Turchi, dans un article aussi copieux qu’érudit paru en 2012, a bien mis en lumière les premières années de Rinaldo entre Habsbourg et Bourbons18. Il n’est pas question toutefois de proposer une reconstitution exhaustive de ces années19, mais de montrer le mécanisme administratif de la protection. Mécanisme administratif et partiellement bureaucratique, au sens de la « distribution hiérarchique du pouvoir », de la délégation successive de commandements, de la référence à un droit spécifique, de l’organisation « du territoire en unités administratives englobées sous l’emprise d’un centre métropolitain », ou encore de l’existence d’un personnel spécialisé20. Cette protection fut mise en jeu immédiatement au profit d’un cardinal plus connu alors pour le développement de ses collections d’art (sur un mode limité toutefois, en comparaison de son frère Francesco I d’Este21) que pour le service bureaucratique de la France. Dans cette perspective, les fonds sollicités ici seront essentiellement les buste 10 et 13 de la chancellerie de Rinaldo, parmi les milliers de lettres conservées entre autres à Modène22. Ces deux ensembles forment une part significative de la correspondance active et passive de Rinaldo avec les princes étrangers et hors de la péninsule italienne de 1644 à sa mort en 1672, soit principalement les lettres échangées avec la cour de France. En raison de la masse des sources, la dimension politique de la protection, qui se lit notamment dans la correspondance avec Mazarin23, sera écartée ici au profit de la dimension administrative, rarement abordée jusqu’à présent. Pourquoi s’activer au service des Bourbons alors que Rinaldo avait grandi dans celui des Habsbourg, en avait obtenu le chapeau de cardinal et avait été rétribué par des pensions ecclésiastiques assignées par le monarque espagnol Philippe IV24, dont les sommes étaient souvent plus alléchantes, irriguées par l’or américain ? L’hypothèse principale de travail est que la fonction de protection n’était pas adventice et changea la carrière cardinalice de Rinaldo.

L’entrée en fonction du protecteur

  • 25 Pastor 1931, p. 716, n. 5.
  • 26 Biagini 2018.
  • 27 Fosi 2016 ; Sanfilippo – Tusor 2019, p. 79-98.
  • 28 Wodka 1938, p. 104.

4Dès l’abord, le cas de Rinaldo se place exactement à l’interface des alliances pro-espagnole ou pro-française de la maison d’Este au XVIIe siècle. Le fait qu’il ait eu la charge de protecteur de France a fait généralement oublier qu’il dut les débuts de sa carrière à la monarchie espagnole. En octobre 1636, un bref d’Urbain VIII pour Francisco d’Este, duc de Modène et frère de Rinaldo, fit ressortir le fait que le duc avait déjà, à ce moment, demandé le chapeau cardinalice pour son frère25. Né en 1618, Rinaldo avait commencé sa carrière par le service militaire de l’Espagne, avant d’embrasser la carrière ecclésiastique. Sa prime jeunesse fut marquée entre autres par l’annus horribilis de 1630, l’irruption de la peste décimant la population du duché26. La famille ducale fut forcée de quitter provisoirement Modène jusqu’à la chute du pic de mortalité. Venue de la Lombardie, la peste frappa Modène au printemps 1630, comme de nombreuses villes du nord de la péninsule italienne. Installée depuis une génération, la nouvelle cour de Modène fut désorganisée, mais se releva dans l’ombre de la monarchie espagnole et de l’Empire selon la politique volontariste de Francesco I d’Este. Attesté par le bref du même Urbain VIII de juin 1639, l’appui de l’empereur Ferdinand III permit la nomination de Rinaldo au cardinalat le 16 décembre 1641, et non pas celui de Louis XIII ou de son principal ministre, Richelieu. À cette date, Rinaldo fut créé cardinal dans le même consistoire (avant-dernière création de cardinaux sous Urbain VIII Barberini) que Francesco Maria Machiavelli, parent des Barberini ; Ascanio Filomarino, archevêque de Naples ; le vénitien Marcantonio Bragadino, évêque de Vicenza ; le génois Ottaviano Raggi ; le trésorier Pier Donato Cesi ; le dominicain Vincenzo Maculano ; Francesco Peretti Montalto, dernier reliquat de la famille de Sixte Quint ; les romains Girolamo Verospi, Giulio Gabrielli et Virginio Orsini ; et enfin Jules Mazarin, sur la recommandation de la France. Rinaldo fut loin d’être le seul de ce consistoire à jouer un rôle de protecteur : Virginio Orsini fut cardinal protecteur de Pologne (1650-1676), du Portugal (1652-1676), substitut du protecteur de France (jusqu’en 1666), co-protecteur de France (1666-1672) et enfin protecteur de France (1672-1676) à la mort de Rinaldo27. Les ambitions et l’activité inlassable d’Orsini firent d’ailleurs de lui l’un des rares concurrents de Rinaldo : Virginio se pensait d’autant plus légitime dans les questions françaises que son parent le cardinal Alessandro Orsini († 1626), de la même branche noble des Bracciano, avait lui aussi été protecteur de France (1616-1621)28 sous Louis XIII.

  • 29 Poncet 1996, p. 437.
  • 30 Bergin 1996, p. 568.
  • 31 Sur cette alliance ancienne et le rôle des protecteurs Ippolito d’Este et son neveu Luigi, voir la (...)
  • 32 Poncet 2011, p. 815.

5Dans ce cadre, le trait décisif fut le passage de l’engagement espagnol au service de la France, qui expliqua le choix de Rinaldo comme protecteur de France. Il fut installé au cœur du triangle Modène-Rome-Paris, dans le contexte opportuniste de reprise de l’alliance entre la maison d’Este et la France, et après la chute de la famille Barberini en 1644 et la révocation par Mazarin de la protection du cardinal Antonio Barberini29 : neveu du pape Urbain VIII Barberini, frère puîné du cardinal Francesco Barberini, le cardinal francophile Antonio dut quitter la protection de France, qu’il occupa de 1636 à 1644 au milieu d’autres fonctions, et ne retrouva des fonctions favorables à la France que progressivement, étant nommé grand aumônier de France en 1651, accédant au titulus de la Trinité-des-Monts en 1653 ou étant établi archevêque de Reims en 1657/166730. Le choix de Rinaldo remettait au goût du jour le premier modèle, au XVIe siècle, des deux cardinaux protecteurs Ippolito et Luigi d’Este, qui suivaient eux-mêmes une entente plus ancienne entre Ferrare et la France, au temps de Renée de France, fille cadette de Louis XII, épouse d’Ercole II d’Este et duchesse consort de Ferrare et de Modène31. Si le choix de Rinaldo avait donc en apparence les caractères de l’occasion saisie, pour succéder à Antonio Barberini, plutôt que du plan longuement mûri, il ne faisait en réalité que recoudre un tissu ancien en temps de troubles. Alors que son père, Alfonso III d’Este, ancien duc de Modène (1628-1629), était mort en mai 1644, et que son frère Francesco I d’Este régnait en tant que duc de Modène (1629-1658) à la suite de la résignation de son père entré au couvent, Rinaldo fut nommé le 13 décembre 1645 protecteur des affaires de France, suivant le brevet de nomination signalé par Olivier Poncet à l’Archivio di Stato di Modena32. Ce brevet fut porté à Rinaldo en février 1646 par Henri Arnauld, abbé de Saint-Nicolas en mission dans la péninsule italienne au service de Mazarin, afin de tourner les cours italiennes contre la monarchie espagnole ; selon le récit de son neveu Antoine Arnauld :

  • 33 Arnauld 1838, p. 228-229.

Nous prîmes le chemin de Modène. Nous trouvâmes aussi à Reggio un carrosse du duc de Modène. Si nous avions été bien reçus dans les autres cours, nous le fûmes encore mieux en celle-ci, d’autant plus que M. de Saint-Nicolas portoit au cardinal d’Est [sic] le brevet du roi pour la protection de France à Rome. C’étoit un prince d’un fort grand mérite et bien digne du nom della casa d’Este, si célébrée par tout ce qu’il y a eu de plus beaux esprits en Italie. Le duc son frère ne lui cédoit en rien33.

  • 34 Pastor 1932, p. 46, n. 1.
  • 35 Bulgarelli – Conforti – Curcio 1999.

6Dès ce mois de février 1646, Rinaldo rendit visible à tous le service de la France, faisant enlever de son palais romain les armes impériales et faisant appliquer, à côté des armes pontificales, les seules armes françaises. Ce changement fit grande impression à Rome et fut relevé par Federigo Savelli, représentant de l’empereur Ferdinand III34, puisque les Habsbourg perdaient un cardinal dans le Sacré Collège. Ce fut le début de l’émancipation de Rinaldo, alors que son frère jouait un rôle fondamental dans la restauration de l’antique splendeur de la maison d’Este et dans la reconstruction de l’identité de la maison, quelques décennies après le transfert de la capitale de Ferrare à Modène. La dévolution de 1598 avait opéré en effet une scission définitive en faveur de transferts à la fois politiques, culturels, architecturaux et spatiaux de Ferrare à Modène35.

  • 36 Coville 1914, p. 101.
  • 37 Pastor 1932, p. 27, n. 4.

7Pourquoi le choix de Rinaldo ? Sa nomination en 1645 s’inscrivit dans une période de fortes tensions entre Mazarin et Innocent X : les rapports houleux entre la France et le Saint-Siège, qui ne l’étaient certes pas pour la première fois, et qui dans les dernières années du ministériat de Richelieu avaient même été agités par la question du schisme, trouvaient de nouveaux développements avec l’élection d’Innocent X. L’attitude des Barberini lors du conclave ayant mené ce nouveau pape, favorable à la monarchie espagnole, à la tiare pontificale, provoqua notamment la colère de la cour de France. Une fois Antonio Barberini écarté par décision personnelle de Mazarin, qui ne pouvait s’attaquer directement au souverain pontife, il ne restait que peu de possibilités à Paris pour trouver un protecteur parmi les cardinaux disponibles. Le protectorat ne pouvait être attribué à Francesco Maria Farnese, frère du duc de Parme, Odoardo I, car si le nouveau cardinal Farnese avait été créé en novembre 1644, il n’avait pas été publié en consistoire avant le 4 décembre 1645 et la cour de France rechignait à payer les Farnese ; les autres cardinaux des grandes principautés italiennes n’étaient pas entièrement fidèles à la France, à l’image du cardinal Giancarlo de’ Medici36. Avant que ne lui fût attribuée la protection de France, Rinaldo était, par ses origines et son statut, un cardinal déjà bien intégré à la cour pontificale et à la société romaine. À peine élu pape, Innocent X le récompensa, par exemple, en lui accordant les bénéfices vacants qui avaient appartenu à son oncle le cardinal Alessandro d’Este. En décembre 1644, il assista dans le Palazzo Vecchio du Vatican, de conserve avec les cardinaux Medici, Barberini, Colonna et Orsini, au banquet qui suivit la bénédiction par Innocent X du mariage de Costanza Maidalchini avec le prince Niccolò Ludovisi dans la chapelle Sixtine37. Nièce du pape, cette dernière était la fille d’Olimpia Maidalchini et de Pamphilio Pamphili, second mari d’Olimpia et frère du souverain pontife. Rinaldo fréquentait ici la famille d’Innocent X, dont la belle-sœur joua un rôle notable, probablement plus important que les deux cardinaux-neveux, auxquels le pape n’avait pas renoncé, par attachement à la conception selon laquelle le népotisme et l’institution du cardinal-neveu demeuraient les moyens les plus commodes de dominer la cour romaine et de gouverner l’État pontifical. Mais Rinaldo était loin d’être le seul dans ce cas.

  • 38 Sanfilippo – Tusor 2019, p. 101-116.

8Il importe ici de souligner la souplesse de l’attachement à telle ou telle nation ou à tel ou tel État, et donc le caractère plastique de la fonction de protecteur. La maison d’Este en général, et Rinaldo en particulier, illustrait particulièrement bien la politique de bascule pro-espagnole ou pro-française qui structurait l’équilibre des pouvoirs dans la péninsule italienne depuis la fin du XVe siècle, notamment depuis les débuts de la protection étatique française avec le cardinal Jean Balue38. En ce sens, le choix de Rinaldo était un marqueur parmi d’autres des volontés géopolitiques de la France dans la péninsule, en dépit de son frère Francesco. Si l’action de Rinaldo servant les intérêts du roi de France fut indubitable, le caractère en partie circonstanciel de sa protection était à l’arrière-plan, la chose remarquable étant moins le passage du service des Habsbourg à celui des Bourbons que la fidélité continue à la France à partir de décembre 1645. À rebours des relectures téléologiques figeant une structure dans le déterminisme de ce qui est réellement advenu, la réflexion sur l’obéissance sans faille démontrée pendant plus de vingt ans par un cardinal non régnicole peut se comprendre par ses débuts mêmes. En rassemblant les matériaux des premières années de Rinaldo, L. Turchi a montré la sphère d’émancipation, pour ne pas dire d’autonomie, de la logique de la maison d’Este, constituée par Rinaldo. Malgré l’opposition de son frère Francesco I d’Este :

  • 39 Turchi 2012, p. 304.

Rinaldo non rinunciò alla sua qualifica di protettore: tale decisione diede inizio ad un periodo di tensioni col fratello, che sfociarono presumibilmente nella nomina del cardinale a vescovo di Reggio, alla fine del 1650. Il periodo successivo al trattato di protezione del 1649 è meritevole di una ricostruzione a parte, atta a chiarire le complesse relazioni che intercorsero fra i due Estensi e il cardinale ministro39.

9C’est restituer ainsi la figure de Rinaldo à la place qui fut la sienne, c’est-à-dire à l’interface de son duché d’origine (Modène), du royaume protégé (Paris) et de son appartenance au Sacré Collège (Rome) au moment du rééquilibrage de la géopolitique italienne entre monarchie espagnole en recul et France mazarine en pleine expansion, malgré les troubles de la Fronde. Selon les termes d’Olivier Poncet :

  • 40 Poncet 2011, p. 275.

Avec Rinaldo d’Este, la charge de protecteur connut enfin une remarquable stabilité, à peine entamée par les prétentions incessantes et fortement revendicatives du cardinal Virginio Orsini. Premier protecteur à mourir en charge (1672) depuis François de Joyeuse, le cardinal d’Este constitue sans aucun doute le meilleur exemple de ce qu’était l’étendue de l’action d’un protecteur en cour de Rome au service de la France40.

10Le choix fut donc motivé par la rénovation de l’axe traditionnel de Paris à Modène.

Les bénéfices consistoriaux

  • 41 Dans le cas de la France, voir les cardinaux référents dans Wodka 1938, p. 41-45. L’ensemble de la (...)
  • 42 Le volume concernant les années 1645-1648 est conservé dans AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19 (...)
  • 43 En février 1645, la nomination en consistoire secret de Girolamo Codebò, évêque de Montalto, le fu (...)
  • 44 En mars 1647, Rinaldo rapporta le cas du dominicain Terence O’Brien, nommé évêque de Calama à la s (...)
  • 45 Rmus D. cardinalis Estensis preconizavit ecclesiam Vazatensis, dans AAV, Arch. Concist., Acta Came (...)
  • 46 Referente Rmo D. cardinali Estensi Sanctitas Sua Ecclesie Vazantensis vacante per obitum Henrici M (...)
  • 47 Voir sur cet évêque Gauchat 1960, p. 360 ; Bergin 1996, p. 321, n. 28 et 667-668.
  • 48 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 128v.

11Depuis les travaux fondateurs de J. Wodka, la fonction la plus visible et souvent la plus étudiée des cardinaux protecteurs est leur rôle de présentation aux bénéfices consistoriaux41. Alors que sous Innocent X les consistoires se tenaient généralement un lundi sur deux, soit dans l’Aula Clementina du palais apostolique du Vatican soit dans l’Aula Paulina du palais du Quirinal, Rinaldo n’assistait qu’à certains consistoires, souvent au printemps et à l’automne. Selon les minutes du registre des provisions consistoriales42, cela permit toutefois à Rinaldo de préconiser puis de proposer les noms des candidats à une petite trentaine de bénéfices, principalement des évêchés français (comme Bazas, Tréguier, Dol, Coutances, Orléans, Saint-Flour, Rodez, Lavaur ou Vannes) et des abbayes françaises (comme Prémontré, Saint-Méen ou la Sainte-Trinité de Mauléon), mais aussi de quelques évêchés italiens (comme Montalto43) ou extra-européens (comme Guelma44). Lors de la succession de l’évêché de Bazas par exemple, vacant par la mort d’Henri Litolfi-Moroni, Rinaldo préconisa Samuel Martineau le lundi 9 avril 164645 puis le proposa le lundi 23 avril 164646, favorisant ce chanoine de Notre-Dame de Paris, proche du Carmel, devenu soutien de Mazarin47. En son absence, c’était généralement le cardinal Virginio Orsini qui agissait au nom de Rinaldo en consistoire, comme en juillet 1648 à l’occasion de la confirmation en consistoire secret de Denis Largentier, nommé par Louis XIV à l’abbaye de Villeneuve48.

  • 49 Ibid., fol. 72r.
  • 50 Van Dijk 1984, p. 260-264.
  • 51 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 72r-v. Le tout sans aucun égard pour le généralat pré (...)

12Les bénéfices préconisés ou proposés étaient d’importance fort variable, comme le montre l’exemple de deux propositions d’abbayes en consistoire le même lundi 18 octobre 1646 : d’abord la mort d’Henri d’Escoubleau de Sourdis, abbé commendataire de plusieurs bénéfices monastiques, donna lieu à la succession mineure de l’abbaye de Sablonceaux, de l’ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin, au diocèse de Saintes, à la réserve habituelle d’une pension de 3 000 livres tournois pro persona nominata et sur proposition de Rinaldo49 ; ensuite le même protecteur conclut une affaire beaucoup plus importante, celle de l’abbaye de Prémontré, chef de l’ordre éponyme, au diocèse de Laon, qui était à la tête d’un réseau monastique important dans l’ancienne Lotharingie : plus de trois ans après la mort en décembre 1642 du cardinal de Richelieu, qui s’était imposé à la tête de Prémontré sans jamais obtenir les bulles de confirmation d’Urbain VIII, et plus de onze ans après la mort en août 1635 de Pierre Gosset, dernier abbé régulier de Prémontré50, l’abbaye de Prémontré retrouvait une direction régulière par la confirmation en consistoire secret d’Augustin Le Scellier, élu abbé général de Prémontré51.

  • 52 ASMo, CD, CRE 10. A. d’Autriche à R. d’Este, Paris, 22 février 1646, fol. 1r.
  • 53 Ibid., fol. 1r.
  • 54 Bergin 1996, p. 598.
  • 55 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 73v-74r.

13Dès son entrée en charge comme protecteur, Rinaldo reçut les ordres de Paris touchant les évêchés et les abbayes dont la nomination par brevet appartenait au roi de France et la confirmation par bulles relevait du souverain pontife, selon le cadre défini par le concordat de Bologne en 1516. Quoique le monde monastique féminin échappât pour la plus grande part au droit de nomination royale, les bénéfices masculins constituaient un ensemble religieux, social et économique massif jusqu’à la Révolution française : il était donc crucial que le protecteur fût immédiatement actif. Dès février 1646, la régente Anne d’Autriche recommanda chaudement au nouveau protecteur Anthime-Denis Cohon, dont les qualités de prédicateur étaient notables, mais qui était aussi connu pour les oppositions qu’il avait suscitées dans ses divers emplois : « Io do principio a raccomandarvi li vescovi di questo reame del signore Cohon, in favore del quale io mi prometto »52 les meilleures suites. Créature de la régente, dont les intérêts lui tenaient à cœur, Cohon fut la première personne que la reine nomma à son fils mineur pour un évêché du duché de Bretagne, dont les revenus relevaient de sa dot à l’instar d’autres reines de France. Bien informée, la reine notait qu’avant que le cardinal Alessandro Bichi ne partît de Rome, il avait fait taxer le montant des bulles de confirmation à 2 000 ducats, et la reine demandait subséquemment que le nouveau cardinal protecteur obtînt le tout gratis : « Ho desiderato, ch’egli aspetti gli offici, che voi potete fare a suo favore per ottenere la grazia tutta intiera. A tal effetto, voi rappresentarete a S. Santità ch’egli è di mia casa »53. Tonsuré en 1610 et ordonné prêtre en 1619, il était prédicateur du roi en 1621, impressionnant Richelieu et son entourage. D’abord évêque de Nîmes (1633-1644), Cohon dut toutefois quitter son évêché en raison de son impopularité et il fut promptement transféré à Dol (1644-1648), avant de retourner à Nîmes (1657-1670)54. Nommé évêque grâce à la faveur de Richelieu, il fut aussi impopulaire à Nîmes qu’à Dol. En 1648, Cohon quitta Dol pour Paris, où il soutint le cardinal Mazarin pendant la Fronde, ce qui lui valut sa seconde nomination à Nîmes en 1655. De ce processus complexe et parfois contradictoire, Rinaldo était informé en détail. En novembre 1646, par exemple, le registre des minutes du consistoire confirmant Cohon à l’évêché de Dol sur proposition de Rinaldo, précisait que le nouveau bénéfice lui incombait avec les points habituels généraux (dispositions du concile de Trente) ou particuliers (réserve d’un prieuré tenu en commende), mais aussi avec la charge des réparations de la cathédrale et de la maison épiscopale55.

  • 56 Phénomène déjà mis en évidence dans Mollat – Samaran 1905, p. 32.
  • 57 Poncet 2011, p. 496-502 et passim.

14En consistoire, Rinaldo dut donc obtenir non seulement l’expédition des bulles, mais encore leur gratis, qui était sinon une constante, du moins une demande régulière pour de nombreux titulaires de bénéfices dont la France demandait la confirmation à Rome : loin d’être une seule question religieuse ou canonique, le travail du protecteur consistait donc à diminuer le poids de la fiscalité pontificale dans un pays fidèle à Rome, poids particulièrement élevé depuis que la papauté d’Avignon avait considérablement relevé au XIVe siècle à la fois le nombre et la proportion des bénéfices soumis au fisc de la Chambre apostolique, générant en retour de multiples stratégies d’évitement dans le clergé de France56 et induisant de nouvelles négociations politiques et diplomatiques entre la France et le Saint-Siège57. En septembre 1646, Rinaldo put témoigner auprès de la reine de France du bon succès de l’expédition des bulles de Cohon :

  • 58 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à A. d’Autriche, s.l., 30 septembre 1646, fol. 1r.

Posso finalmente dire alla M.V. che la spedizione delle bolle del Sr di Cohon si fare nella forma, che si è desiderata, essendo concorsi questi signori cardinali a servir’al desiderio di V.M. Non le ho significato prima d’ora quello, ch’intorno a ciò è passato, differando a farlo finche mi fosse concesso di darle parte del successo58.

  • 59 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à A. d’Autriche, [Rome], 28 janvier 1647, fol. 1r.
  • 60 Bergin 1996, p. 673-674.
  • 61 Ibid., p. 79-81 et 678.
  • 62 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 90r-v.
  • 63 « Et reservatione pensionis annus librarum duarum millium Turonensium pro persona nominata ». Ibid(...)

15En s’assurant de la bonne marche des affaires consistoriales touchant la France à Rome, Rinaldo contribuait à sécuriser les choix de la régence d’Anne d’Autriche, à qui il détaillait, par exemple, en janvier 1647 les bulles de l’évêché de Saint-Flour, dont l’expédition était en cours, en faveur de Jacques de Montrouge, conformément aux ordres royaux : « Agli interessi et alla pronta spedizione delle bolle del signore di Montrouge, supplico umilmente V.M. di credere che si assiterà da me con tanta premura e sollecitudine, con tanta riverenza »59. Nommé évêque de Saint-Flour le 31 octobre 1646 et recevant ses bulles le 8 avril 1647, l’impétrant était une fois de plus un homme de la régente, conseiller du roi et aumônier ordinaire de la reine, selon la prosopographie de l’épiscopat français dressée par Joseph Bergin60. À Rome, Rinaldo prenait donc la suite des cardinaux Bichi et Grimaldi, homme-lige de Mazarin. Il traitait ainsi les affaires des évêques bien pourvus de pensions et de bénéfices monastiques, à l’image de Charles de Noailles, issu de la bonne noblesse militaire limousine et auvergnate, évêque de Saint-Flour vieillissant nommé par Louis XIV à l’évêché de Rodez61, à qui le consistoire d’avril 1647 confirmait, sur le rapport de Rinaldo, sa translation avec la conservation de ses abbayes tenues en commende, dont celle des chanoines réguliers de Saint-Gérald-lès-Limoges et celle des cisterciens de Valette62. Les arrangements financiers conçus en France pouvaient ainsi être validés à Rome sous le contrôle du protecteur, comme les 2 000 livres tournois de pension annuelle pris sur le brevet de Charles de Rosmadec, nommé à l’évêché de Vannes, pension confirmée par le consistoire secret de juillet 164763. Les bénéficiaires de ces pensions étaient des hommes proches de la couronne, à l’instar de Gabriel Naudé, entré au service de Mazarin et servi, entre autres, par une pension de 1 500 livres prise sur les revenus de l’abbaye cistercienne de Villeneuve, au diocèse de Nantes : le vieux moine Blaise Bouguier, qui résignait en faveur de son jeune confrère Denis Largentier, se réservait une pension sur son bénéfice et Mazarin en profitait pour grever l’abbaye d’une charge supplémentaire en faveur de son protégé érudit et bibliophile. La lettre royale adressée en mars 1648 à Innocent X précisait ainsi que l’abbaye demeurait régulière :

  • 64 AAV, Arch. Concist., Processus Consist. 49, fol. 881.

À la charge neantmoins de la somme de quinze cens livres de pension au proffit de Me Gabriel Naudé, clerc du diocese de Paris, et outre de la somme de trois mil livres aussy de pension que ledict Bouguier s’est reservé, à prendre lesdictes pensions par lesdicts Naudé et Bouguier par chacun an leur vie durant sur les fruictz et revenus de ladicte abbaye, franches et quittes de toutes decimes et autres charges et impositions ordinaires et extraordinaires64.

16Après l’enquête du nonce en France Niccolò Guidi di Bagno et après le passage en consistoire, les bulles de confirmation étaient ensuite expédiées de Rome sans tarder le 16 mai 1648.

  • 65 Poncet 2011, p. 125-159.
  • 66 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este au duc de La Rochefoucauld, s.l., 15 avril 1547, fol. 1r.
  • 67 Bergin 1996, p. 650.
  • 68 Prodi 1992.

17Dans le système bénéficial, les questions religieuses et spirituelles voisinaient toujours avec les questions économiques et sociales. Ainsi, la demande du gratis des bulles n’était pas que le fait des prélats du premier cercle de la régente et appartenait aux demandes générales de Paris. Rinaldo se coula ainsi rapidement dans le moule administratif attendu par la cour de France. Cette rapidité de l’entrée en fonction confirmait explicitement la place centrale de Rinaldo dans les rapports franco-romains, et implicitement le caractère administratif de sa fonction : Rinaldo était un agent de la France à Rome. La soumission du protecteur aux intérêts de son roi ne signifiait pas toutefois que le processus consistorial ne fût pas respecté dans sa procédure minutieuse, formalisée juridiquement et parfois d’une rare lenteur65. Écrivant au duc François V de La Rochefoucauld en avril 1647 en faveur de son fils Louis, nommé évêque de Lectoure, Rinaldo promit une solution rapide : « Comme je sçay d’avoir dans moy-mesme une passion extreme pour vous servir en la personne de monsieur vostre fils et en ce qui regarde l’expedition de l’evesché de Lectoure, aussi suis-je asseuré d’y avoir employé et d’estre prompt à y employer derechef tous mes soings et tous mes efforts »66. Nommé évêque de Lectoure le 2 mai 1646, Louis de La Rochefoucauld en réalité ne reçut ses bulles de confirmation que le 11 octobre 164967, malgré le fait que non seulement il n’avait jamais résidé à Lectoure, contrairement aux décrets du concile de Trente sur la résidence épiscopale, mais encore n’y avait même jamais posé le pied. Aucune des lettres de Rinaldo ne laissait transparaître un quelconque zèle trop religieux là où il était attendu de lui une application fonctionnelle. Rinaldo était donc un véritable agent du Saint-Siège. En ce sens se comprend dès les premières années de Rinaldo le double caractère de sa fonction : au service de l’État protégé et au service de l’Église centralisée, sans schizophrénie aucune, mais avec une certaine souplesse. Dès lors apparaît la raison fondamentale de la nécessité d’un protecteur en sus de l’ambassadeur : l’action de l’ambassadeur était bornée par le service de son souverain, quand celle du protecteur avait la souplesse de la double fidélité typique de la pluralité des droits d’Ancien Régime, qui peut se comprendre dans la perspective tracée par Paolo Prodi sur les évolutions de la souveraineté et de l’autorité du pape, qui se sépara des transformations luthériennes et zwingliennes en promouvant la double obédience du fidèle et du sujet68.

La pluralité de la protection

  • 69 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este au duc de Guise, s.l., 2 mars 1646, fol. 1r.
  • 70 Hugon 2011, p. 32-41.

18Au-delà de la question bénéficiale, le sens de la protection apparaît beaucoup plus large, et ce dès les premières années de Rinaldo comme protecteur de France. Outre les bénéfices consistoriaux, le protecteur pouvait et devait agir dans les autres cours romaines, dont les arcanes et les lenteurs nécessitaient un appui constant, non seulement afin de maîtriser les procédures en elles-mêmes, mais encore afin d’être un représentant, officiel ou discret, dans les affaires les plus diverses. En mars 1646, Rinaldo s’engageait auprès du duc Henri II de Guise, habitué des conjurations politiques et proche de Gaston d’Orléans du fait du mariage de ce dernier avec Marguerite de Lorraine, à employer tous ses efforts dans son affaire particulière au tribunal de la Rote, « come [sic] sera tousjours d’un extreme contentement, quand il plaira à Vostre Excellence de me donner les occasions de luy rendre le service que je luy dois, et je la prie de tout mon cœur à ne laisser jamais s’escouler les opportunités qu’elle en aura »69. D’une rare assiduité auprès du sexe féminin, le duc de Guise cherchait alors à faire casser son mariage avec Honorine de Glimes Glimberghe, comtesse de Bossu et veuve du comte éponyme, auprès de la Rote, tribunal d’appel soit du diocèse de Rome, soit de l’État pontifical, soit des diocèses extérieurs. À l’appui de cette demande d’annulation, qui visait à lui permettre d’en épouser une autre, Henri II de Guise arrivait à Rome et n’avait pas peu besoin de l’appui du protecteur, qui toutefois ne réussit pas plus que les autres à résoudre le cas dans le sens demandé par ledit duc. En dépit de la faveur d’Innocent X et d’Olimpia Maidalchini, le duc de Guise n’obtint pas gain de cause, car protection contre protection, la comtesse son épouse jouissait à l’inverse de celle du monarque espagnol, dans la mesure où elle était sujette de Philippe IV, souverain des Pays-Bas. Cette affaire se déroulait au moment même où le duc de Guise, soutenu par Rinaldo, par le cardinal Grimaldi et par l’ambassadeur François du Val, marquis de Fontenay-Mareuil, était logé au palais Barberini en septembre 1647 et s’apprêtait à recevoir les demandes des révoltés de Naples qui cherchaient son appui, révoltés avec lesquels la France entretenait des rapports contradictoires du fait de l’opposition entre le soulèvement populaire, l’attitude de la noblesse napolitaine qui avait les faveurs de Mazarin, et le parti pro-espagnol70.

  • 71 Deregnaucourt et al. 2014.
  • 72 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à une dame de Guise, s.l., 21 mai 1646, fol. 1r.
  • 73 Hugon 2011, p. 37-38.
  • 74 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à la duchesse de Lorraine, s.l., 28 juin 1646, fol. 1r.

19C’était expressément en sa qualité de protecteur que Rinaldo était au service de la maison des Guise-Lorraine, alliée à la France. Le rôle de cette maison était indispensable au cœur de la Dorsale catholique étudiée jadis par René Taveneaux et mise en perspective naguère comme axe de reconquête sur des terres devenues protestantes71. Écrivant à l’une des membres de la maison de Guise en mai 1646, Rinaldo indiqua ainsi que « l’honneur qu’il pleut à Sa Majesté de me faire, me commandant de luy rendre mon très humble service en qualité de protecteur de France en ceste cour, me fut d’autant plus agreable que dès lors je conneu de pouvoir quelquefois esperer les occasions de servir à V. Excellence et à toute la maison de Guise »72. C’était bien avant que le duc de Guise ne débarquât à Naples en novembre 1647, mais le fondement était le même : soutenir les prétentions des grandes maisons aristocratiques, assises sur un imaginaire anthropologique qui n’était pas périmé en pleine époque baroque73. Par ricochet, l’ancien espace lotharingien, occupé principalement par le duché de Lorraine, dont le duc Charles IV était lié plus souvent aux opposants à la politique ministérielle de Richelieu puis de Mazarin qu’à ces derniers, était l’objet des sollicitudes de Rinaldo. En juin 1646, Rinaldo écrivait ainsi à Nicole de Lorraine, qui n’était plus la duchesse de Lorraine en titre et qui n’était plus l’épouse du duc depuis son remariage avec Béatrix de Cusance, que « ha S.A.V. con tanta costanta d’animo sofferte le ingiurie della fortuna, che per questo medesimo rispetto si è fatta la grandezza della sua condizione più considerabile »74, suivant en cela la politique française préparant la réunion du duché à la couronne de France.

  • 75 Pizzorusso 2018.
  • 76 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, [Rome], 21 mai 1646, fol. 1r. Cf. aussi Poncet 2011, p. 281
  • 77 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, [Rome], 7 janvier 1647, fol. 1r.
  • 78 Daher 2002.
  • 79 Amorim 2005.
  • 80 Windler 2018.
  • 81 Schefer 1890, p. V.

20En sus de ces fonctions, Rinaldo jouait un rôle d’appui dans les autres congrégations romaines. Au premier rang d’entre elles, la congrégation de la Propagande75 était l’objet des attentions de Rinaldo, qui devait y pousser les intérêts des missionnaires favorisés, envoyés, soutenus ou financés par la France. En mai 1646, Rinaldo appuya par exemple le consul français en Perse selon le compte rendu adressé à Brienne : « Questi eminentissimi miei signori cardinali della congregatione de Propanganda Fide mi fanno instanza di servire alli ministri di S. Maestà per l’infrascritte due negotii »76, dont l’affaire de l’envoi d’un consul catholique français en Perse, qui aurait été selon lui d’un grand intérêt pour la chrétienté entière et la réunion des Arméniens à l’Église romaine. D’après Rinaldo, il aurait fallu en informer l’évêque de Babylone, qui se trouvait en ce moment à Paris et qui était un relais majeur des missions levantines. Ensuite était développée la question des aumônes pour les missions capucines orientales, soit le financement nécessaire au déploiement des religieux français dans le Proche-Orient, en passant par le préfet des Missions à Paris et par l’envoi du provincial Arcangelo ou Archange des Fossés († 1670). Ce dernier, ancien officier noble des armées royales, devait diriger la mission capucine, comme indiqué par l’ordre envoyé en décembre 1646 de Paris et arrivé en janvier 1647 à Rome : « L’ordine che S. Maestà s’è degnata inviarmi con sua lettera delli 6 del passato a favore de’provinciali de Cappuccini, accioché la congregatione de Propaganda Fide approvi, che le missioni sianno governate da loro senza l’intervento del padre Arcangeli de Fossé o d’altro particolare »77. Dans ce contexte, le réseau familial d’A. des Fossés n’était pas négligeable, puisqu’il était le cousin du baron de Césy, longtemps ambassadeur de France à Constantinople, et le frère d’un chevalier de l’ordre de Malte. Il était enraciné dans le milieu missionnaire capucin implanté en France dans le dernier quart du XVIe siècle, au temps des guerres de la Ligue et de leur cardinal protecteur, le puissant Giulio Antonio Santori. Par Césy, A. des Fossés s’insérait dans ce réseau d’informations qui circulaient de la Sublime Porte à Paris en passant par Venise, Gênes et Rome. En recourant à Rinaldo, il ajoutait seulement un relais de plus dans le réseau qui soutenait la politique expansionniste de la France par le moyen des missions qui allaient de la Perse au Brésil. Car les missions capucines non seulement avaient besoin d’un appui politique, mais encore répondaient spécifiquement au vœu de la monarchie française, à l’image des religieux capucins envoyés par la régence de France en 1611 dans le Maranhão78, dans le contexte de rivalité missionnaire brésilienne à la fois politique (avec les Portugais et les Espagnols) et religieuse (avec les Franciscains79). Cet appui pouvait se révéler décisif lorsque les oppositions missionnaires étaient exacerbées, comme dans l’empire safavide et à Ispahan notamment. La capitale safavide hébergeait en effet au XVIIe siècle un grand nombre d’ordres religieux opposés les uns aux autres dans cette métropole multiculturelle80, la France poussant particulièrement la mission capucine en Perse, dont la maison d’Este entendait parler depuis la fin du XVIe siècle81. Pour connecter ce réseau international venant du Caire ou d’Ispahan, et jouer le rôle d’interface avec la congrégation de la Propagande, Rinaldo était la personne idoine en tant que cardinal protecteur de France appuyant les desseins politico-religieux de Paris.

La dimension internationale de la protection

  • 82 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, s.l., 27 août 1646, fol. 1r.

21Dans le contexte des négociations préparant les traités westphaliens de 1648, l’action de Rinaldo dépassait largement les bornes du royaume de France. Il défendit par exemple les Capucins du Saint Empire, et notamment ceux de Clèves, en même temps qu’il s’occupa en août 1646 des affaires du Prince-Électeur de Trèves Philipp Christoph von Sötern sur la recommandation de Brienne, « toccante agl’interessi de P.P. Cappuccini e l’altra […], nel quale si compiace S.M. d’incaricarmi, ch’io assista con efficacia agli affari del Sr Elettore di Treviri »82. Ancien luthérien converti au catholicisme et défenseur des intérêts français pendant la guerre de Trente Ans, Sötern avait en effet été le motif officiel de l’entrée en guerre en mai 1635 de la France, qui était alors passée de la guerre couverte à la guerre ouverte, du fait de l’envahissement par les Espagnols en mars 1635 de Trèves et de l’arrestation subséquente de son prince-archevêque. Quoique dans le cas de Trèves les tentatives françaises de détachement du Saint Empire ne débouchassent sur aucun résultat tangible, on remarque dans les cas persan et impériaux le même rôle joué à Rome par Rinaldo, afin qu’il appuyât à la fois les intérêts politiques officiels de la France et les poussées plus indirectes à travers les missionnaires français, dont les Capucins étaient, avec les Jésuites, l’un des fers de lance dans un mouvement propre de Contre-Réforme catholique. Alors même que la fixation des frontières confessionnelles en 1648 était encore particulièrement incertaine, Rinaldo occupait une place significative dans le dispositif institutionnel de la France à Rome.

  • 83 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, s.l., 28 octobre 1646, fol. 1r.
  • 84 Mochi Onori – Schütze – Solinas 2007, p. 339-344.

22En octobre 1646 encore, Rinaldo discutait avec Brienne un décret de la Diète du Saint Empire, et plus particulièrement la situation générale des catholiques dans l’Empire : « All’avviso, che si hebbe ultimamente delle molestie et aggravi preparati alla religione cattolica nella Rezia in esecuzione de’ decreti emanati dalla Dieta de’ 28 luglio anche contro l’accordato colla Francia, non ha potuto dimeno N.S. di non risentirsi e di non procurare con ogni ardore il rimedio »83. C’était ici un écho des tractations préludant à la signature des traités de Westphalie, Rinaldo se faisant le relais de l’inquiétude pontificale, évoquée « nell’ultima congregatione de Propaganda Fide tenuta », le défaut de la France alliée à certains princes protestants pouvant compromettre, du point de vue de Rome, la conclusion d’une paix générale favorable au catholicisme. Peu après la petite guerre de Castro (1642-1644)84, la papauté, sinon désarmée du moins en recul, se trouvait dépendante des États et Rinaldo confirmait aussi cette position aux diplomates français.

  • 85 Russell 2010.

23À l’intérieur du Sacré Collège, et en dépit du caractère traditionnellement minoritaire du parti français face au poids des Habsbourg depuis l’empereur Charles Quint au moins, Rinaldo n’était pas esseulé. Outre les cardinaux francophiles dès longtemps comme Antonio Barberini ou Girolamo Grimaldi Cavalleroni, ancien nonce en France, et par opposition aux cardinaux résolument hispanophiles comme Federico Sforza, Rinaldo pouvait compter sur de nouveaux cardinaux. Ces mouvements attestaient de l’évolution des rapports de force européens vers la fin de la guerre de Trente Ans. Ainsi Jan Kazimierz (appelé Giancasimiro dans la péninsule ou Jean Casimir en France), cardinal de la dynastie Wasa85, indiqua dès le mois de juin 1646 qu’il servirait la France. Dans les archives de Rinaldo figurent les deux lettres de Kazimierz adressées à la cour de France, dans lequel le tout récent cardinal, créé par Innocent X lors du consistoire du 28 mai 1646, qui n’était pas encore venu à Rome recevoir son chapeau, écrivait :

  • 86 ASMo, CD, CRE 10. J. Kazimierz à Louis XIV, Rome, 15 juin 1646, et J. Kazimierz à A. d’Autriche, s (...)

La puissante inclination que j’ay tousjours eu pour la grandeur de la France et les faveurs que j’ay reçeu pendant le sejour que j’y ay fait, sont les motifs de l’offre que je fais à V. M. de mon très humble service. La nouvelle dignité de cardinal qu’il a pleu au pape de me conferer ces jours passés m’ayant mis dans un estat, auquel peut-estre seray-je assez heureux pour n’estre pas tout à faict inutil [sic] au bien de vos affaires en ceste cour86.

  • 87 Sur l’importance du protecteur de Pologne, généralement un Italien, voir notamment le cas des card (...)
  • 88 ASMo, CD, CRE 10. J. Kazimierz à un destinataire inconnu, Rome, 17 juin 1646, fol. 1r.

24Ce service s’inscrivait à court terme dans le basculement de la Pologne, et rappelait sur le temps long les liens anciens entre les deux royaumes de France et de Pologne. Ces liens avaient été affermis par l’élection d’Henri III, futur roi de France, comme souverain de Pologne en 1573-1574, malgré l’abandon du trône polonais par le frère puîné de Charles IX à la mort de ce dernier. En 1646, le mariage de Louise-Marie de Mantoue, de la branche des Gonzague-Nevers possessionnés en France, avec le roi polonais Władisław IV, prolongeait les intérêts communs par-delà le Saint Empire romain germanique, du fait de la place aussi complexe que centrale de la Pologne dans les équilibres géopolitiques européens87. Afin de soutenir ensemble les deux couronnes, le lien du sang ainsi créé était mis en avant par Kazimierz en juin 1646 : « Mentre rappresento alla M. del rè et regina di Francia l’espressione della mia ossequiesa osservanza, et il desiderio che ho di corrispondere a gli oblighi che la congiunzione del sangue e la mia propria inclinazione m’impongono »88.

  • 89 ASMo, CD, CRE 10. J. Kazimierz à Louis XIV, Rome, 15 juin 1646, fol. 1r.

25Après avoir soutenu les Habsbourg, Władisław IV, représentant du prince chrétien à qui le cardinal jésuite Bellarmin avait dédié en 1619 son De officio principis Christiani, opéra dans les années 1640 un retournement d’alliance, dont le mariage négocié avec Mazarin était le signe visible aux yeux des cours européennes. Kazimierz écrivait en ce sens explicitement au jeune Louis XIV que c’était « un effect de gratitude que celuy que je luy rends et que les anciennes alliances de la Pologne avec la France, et les dernieres obligations qu’elle a à V. M. de luy avoir donné une reyne exigeoient de moy ceste reconnoissance »89. Quoiqu’il ne fût pas noté dans les archives de Rinaldo si ces copies de lettres étaient arrivées par la voie polonaise, ou plus probablement par la voie française, elles figuraient dans le dossier de sa protection au titre de la connaissance des rapports avec un nouvel allié en cour de Rome. Contrairement aux espoirs que beaucoup avaient placés dans Kazimierz, ce dernier ne vint jamais à Rome et résigna le cardinalat depuis Varsovie en novembre 1647, en raison des problèmes dynastiques de sa maison. Sans héritier en effet, Władisław IV mourut en mai 1648, peu avant que la démission du cardinalat de son demi-frère et cousin Kazimierz ne fût entérinée par le pape Innocent X dans le consistoire du 6 juillet 1648. Kazimierz devint roi de Pologne et grand-duc de Lituanie (1648-1668). Mort en décembre 1672 à l’abbaye Saint-Martin de Nevers, Kazimierz ne joua pas le rôle d’appui (en tant que cardinal) espéré par la cour de France, mais cela n’empêcha pas le développement des liaisons franco-polonaises au temps de la reine Louise-Marie de Mantoue. L’alliance franco-polonaise trouva en effet à Rome un lieu d’exercice propice, bien après Rinaldo encore, et reposait sur un fondement durable.

  • 90 Pastor 1932, p. 48.
  • 91 Edigati 2018, p. 187.

26Si le travail autour du cardinalat de Kazimierz n’eut qu’un résultat éphémère, celui en faveur des frères Francesco et Antonio Barberini trouva en revanche son aboutissement favorable en septembre 1646, quand, suite aux pressions exerçées par Mazarin, Innocent X fit appeler de manière improvisée Rinaldo et le cardinal Grimaldi pour leur déclarer qu’il entendait gracier les cardinaux Barberini, qui pouvaient derechef aller en Avignon et retrouver tout ce qui leur avait été confisqué90. Devant un pape interloqué par le recul des Espagnols, Rinaldo accompagnait ici le succès des opérations militaires françaises dans la péninsule italienne, avant même que les troupes françaises ne débarquassent en face de l’île d’Elbe. En effet, malgré l’adoption d’une politique favorisant la pacification par Mazarin, la principauté de Piombino assignée au prince Niccolò Ludovisi fut conquise en octobre 1646 par les Français et occupée quatre ans91. Cet ensemble de pressions poussa le pape à la clémence en rétablissant les Barberini dans leurs offices, donnant lieu à une lettre triomphante de Louis XIV. Informé par Rinaldo et par Grimaldi, le roi écrivit pour remercier le pape d’avoir pardonné aux cardinaux Barberini :

  • 92 AAV, Segr. Stato, Francia 89, fol. 16v-17r. Louis XIV à Innocent X, Paris, 20 octobre 1646.

Eux et nostre très cher et bien amé cousin le prince Thadée [Taddeo Barberini], prefect de Rome, leur frere, en la possession et jouissance de tous leurs biens, offices, beneffices, charges et dignités […]. Neantmoins, nous serons tousjours très contents qu’elle tienne la balance juste et departe son affection et ses graces à tous esgalement, et nous ne la rechercherons jamais d’aucune chose qui puisse prejudicier à la qualité de pere commun, souhaittans que pour la paix generale et pour les necessités de la Chrestienté […], en consideration de laquelle nous nous disposons aussy à apporter toutte sorte de facilité, et nous remettans à la vive voix de nosdits cousins les cardinaux d’Est et Grimaldi, et du Sr abbé de Saint-Nicolas92.

  • 93 Dandelet 2001 et Dandelet – Marino 2007.

27La balance dont il était question était l’équilibre que le roi de France assignait au pape entre les Bourbons et les Habsbourg dans la péninsule, cet équilibre étant pensé en réalité comme les prémices de la (re)conquête par laquelle la France mazarine escomptait bien sinon expulser, du moins diminuer largement la présence des Espagnols dans ladite péninsule93.

  • 94 Guerra 2011.
  • 95 Pastor 1932, p. 46-47.
  • 96 Biancardi 2011.
  • 97 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 69v.
  • 98 Sur cette succession immédiate, lire Dib 1947, p. 155.

28Le service de la France incluait la défense de son honneur, ou de ce qui était pensé comme tel dans le Seicento, par le cardinal protecteur. Lorsque Juan Alfonso Enríquez de Cabrera, nouvel ambassadeur espagnol près le Saint-Siège, annonça publiquement ne pas vouloir saluer le protecteur de France, et se rendit en avril 1646 accompagné de sa suite pour rendre visite au cardinal Marcello Lante, doyen du Sacré Collège, Rinaldo sortit intentionellement ce jour-là, malgré les objurgations d’Innocent X. Se rencontrant Piazza del Gesù, les deux suites en vinrent violemment aux mains, affrontement dans lequel les Espagnols eurent le dessous, à la suite des préparatifs minutieux de Rinaldo. En effet ce dernier, qui n’était pas le premier cardinal de sa maison à posséder une connaissance véritable des opérations militaires, plus encore que son lointain parent Ippolito I d’Este († 1520), premier cardinal de la maison d’Este dont Enrica Guerra a montré l’évolution d’un « ragazzino che ama la caccia » à « un guerrierio vittorioso »94, avait conservé le souvenir de son éducation militaire et avait notamment pris soin d’engager nombre de gens armés. Grâce à la médiation du pape, l’incident fut rapidement contenu, mais symbolisa la dimension internationale de la protection de France, à défendre par des armes qui n’étaient pas que spirituelles, le cas échéant : Mazarin envoya alors des compliments particulièrement élogieux à Rinaldo95. À la veille de la Fronde, Mazarin renouait avec des visées expansionnistes loin du royaume, et s’inscrivait dans les chimères anciennes de la monarchie française96, quand Charles VIII franchissait les Alpes avec l’armée la plus importante que les péninsulaires avaient vue au XVe siècle. Dans cette perspective, Rinaldo fut tôt mobilisé au service du réseau francophile indispensable appuyant la politique mazarine. Du fait de l’importance croissante de la France dans la gestion des affaires internationales de la chrétienté, Rinaldo traitait par conséquent de bénéfices extérieurs au royaume protégé (fig. 1), par exemple au Proche-Orient : ainsi en septembre 1646 Rinaldo rapportait-il en consistoire le cas de Youssef Alib el-Akouri (ou Joseph Accurensis), évêque de Saïda (ou Sidon), devenu patriarche des Maronites de Syrie97 à la suite de la mort de Georges Amira (ou Omaira)98. Logiquement, et pendant son mandat de protecteur, Rinaldo devint tour à tour le chef ou l’un des principaux chefs du parti français.

Fig. 1 – Le monde de Rinaldo, cardinal protecteur de France sous Mazarin.

Fig. 1 – Le monde de Rinaldo, cardinal protecteur de France sous Mazarin.

B. Marceau.

 

  • 99 Pecori 2010, p. 36, n. 4.
  • 100 Selon les termes de Cavicchioli 2010, p. 49.
  • 101 Cont 2009.

29En conclusion, il apparaît que si les cardinaux protecteurs étaient dès longtemps médiateurs et intercesseurs entre l’administration curiale, les impétrants aux bénéfices ecclésiastiques et leurs promoteurs, ils acquirent progressivement une compétence de gestion administrative, devenue routinière au XVIIe siècle. Les premières années de la protection de Rinaldo montrent que cette institution était devenue une interface incontournable de gestion de l’État pontifical et de l’État français : soit non pas une fonction personnelle, mais un rouage administratif dans les rapports entre les deux puissances étatiques, et avec les autres pouvoirs souverains, intégrant le contrôle des réseaux ecclésiastiques transnationaux et représentant différentes entités (villes, ordres, confraternités et personnes) en cour de Rome. Interface entre l’Église et l’État, la protection était indispensable du fait de l’absence de séparation des deux raisons, religieuse et politique. Dès ses débuts, Rinaldo mettait en valeur la dimension profondément romaine de sa fonction, comme cela apparaissait clairement dans une lettre à son frère Francesco I, duc de Modène, en mai 1645 : « Si hanno tra le mani molte materie importantissime. Non ha principe della Cristianità che non habbia qua o ministri, o corrispondenti, et al quale non spettino o tutti, o in gran parrte, o in alcuna, gli affari de’ quali si tratta »99. Rinaldo illustra le caractère protéiforme de la protection, qui se fonda à l’origine sur son duché, mais qui l’en détacha progressivement. Finalement éloigné de Modène, dont le duché ne s’était que lentement remis de la dévolution de 1598 puis de la mort prématurée de Francisco I en 1658, « riconosciuto come figura cardine per la costruzione dell’identità della casata nel Seicento e della nuova capitale Modena »100, Rinaldo n’influença toutefois qu’indirectement le devenir du duché : ce dernier ne retrouva une véritable stabilité institutionnelle et politique qu’en 1694, avec la mort de Francesco II d’Este101 et les premières années de son neveu homonyme, le cardinal Rinaldo II d’Este devenu duc Rinaldo I d’Este.

  • 102 Voir par exemple la correspondance abondante de Domenico Claudi pour les années 1647-1648 dans ASM (...)

30Si la fonction la plus visible du protecteur était son rôle actif dans la congrégation consistoriale, sa place dans le Sacré Collège ou son action dans la congrégation de la Propagande, c’était le périmètre bien plus large de la protection qui faisait la spécificité de cette charge. Ce fut le cas de Rinaldo, et cela dès ses débuts : la fonction de protecteur changea sa carrière. Il était en copie de tous les échanges entre le pape et le roi de France. Informé par ses propres hommes, comme son l’agent des Este qui depuis Rome lui envoyait au moins un bulletin hebdomadaire et jusqu’à plusieurs bulletins journaliers102, la carrière de Rinaldo connut un tournant notable à partir de 1645. En tant qu’agent principal de Louis XIV, Rinaldo conduisit le parti français avec ses compatriotes italiens et francophiles comme le cardinal Grimaldi, ou avec les représentants du roi dans la péninsule comme Le Tellier, Valençay ou Gueffier.

  • 103 Faber 2005.

31A contrario du cardinal Scipione Borghese, dont les protections multiples étaient intimement liées à sa qualité de cardinal-neveu du pape Paul V Borghese et aux évolutions de la politique pontificale103, la carrière de Rinaldo fut une protection institutionnelle unique : seulement les affaires de France à Rome, ce qui représentait en soi une charge importante à l’âge classique. Créé cardinal par Urbain VIII, apprécié par Alexandre VII d’une part et plus encore par Clément IX et Clément X, Rinaldo rendit service à l’ensemble des élites du royaume de France. Dès la fin des années 1640, il fut un rouage quasi administratif de la politique française, tout en conservant sa qualité d’étranger. La raison d’être de sa charge était la plasticité de la fonction à l’intersection des différents pouvoirs étatiques et ecclésiastiques, avec sa place soit formelle (dans les institutions), soit informelle (dans les réseaux familiaux, aristocratiques ou religieux). Certes, la protection était donnée à qui occupait déjà une solide surface politique, religieuse et financière, afin de valoriser ensuite la fonction institutionnelle supplémentaire de protection. Et sauf à être peu efficace, il était probablement impossible d’incarner et de valoriser la fonction de protection sans les caractéristiques antécédentes. Mais s’il entrait nombre de considérations personnelles dans l’exercice de la protection, l’essentiel résidait dans le caractère administratif de la protection, dont l’intitulé officiel ne disait qu’imparfaitement le rôle de relais essentiel de la France absolutiste à Rome.

Haut de page

Bibliographie

Archives

ASMo = Archivio di Stato di Modena.

ASMo, CD, CRE = Archivio di Stato di Modena, Cancelleria ducale, Cancelleria di Rinaldo d’Este.

AAV = Archivio Apostolico Vaticano.

Ouvrage à caractère de source

Arnauld 1838 = A. Arnauld, Mémoires de l’abbé Arnauld, contenant quelques anecdotes de la cour de France depuis 1634 jusqu’à 1675, dans J.-F. Michaud, J.-J.-F. Poujoulat (dir.), Mémoires du cardinal de Richelieu sur le règne de Louis XIII, depuis 1610 jusqu’à 1638, t. III, Ed. du commentaire analytique du Code civil, Paris, 1838 (Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France), p. 109-368.

Schefer 1890 = C. Schefer (éd.), Estat de la Perse en 1660 par le P. Raphaël du Mans, supérieur de la mission des Capucins d’Ispahan, Ernest Leroux, Paris, 1890 (Publications de l’École des langues orientales vivantes. IIe série, 20).

Études secondaires

Amorim 2005 = M.A. Amorim, Os Franciscanos no Maranhão e Grão Pará. Missão e Cultura na Primeira Metade de Seiscentos, Lisbonne, 2005.

Andenna 2013 = C. Andenna, Il cardinale protettore. Centro subalterno del potere papale e intermediario della comunicazione con gli ordini religiosi, dans Id., G. Blennemann, K. Herbers, G. Melville (dir.), Die Ordnung der Kommunikation und die Kommunikation der Ordnungen, t. II, Stuttgart, 2013 (Schriften der Villa Vigoni), p. 229-260.

Bély 2011 = L. Bély, Histoire de la diplomatie et des relations internationales des Temps modernes : un état de la recherche en France, dans R. Sabbatini, P. Volpini (dir.), Sulla diplomazia in età moderna. Politica, economia, religione, Milan, 2011, p. 19-34.

Bergin 1996 = J. Bergin, The making of the French episcopate, 1589-1661, New Haven-Londres, 1996.

Berti 2018 = M. Berti, Europe in Rome/Rome in Europe: diplomacy as a network of cultural exchanges, dans F. Ramel, C. Prévost-Thomas (dir.), International relations, music and diplomacy. Sounds and voices on the international stage, Cham, 2018 (The Sciences Po Series in International Relations and Political Economy), p. 23-41.

Biagini 2018 = D. Biagini, La peste a Modena nel 1630 attraverso lo studio dei registri parrochiali e dei resti umani, Modène, 2018 (Quaderni del ducato, 12).

Biancardi 2011 = S. Biancardi, La chimera di Carlo VIII (1492-1495). Presentazione di Giancarlo Andenna, Novare, 2011.

Bulgarelli – Conforti – Curcio 1999 = M. Bulgarelli, C. Conforti, G. Curcio (dir.), Modena 1598. L’invenzione di una capitale, Milan, 1999.

Cavicchioli 2010 = S. Cavicchioli, La difficile successione a Francesco I d’Este. Appunti su un quarantennio di storia collezionistica familiare (1658-1694), dans Paragone, 91, 2010, p. 49-64.

Cont 2009 = A. Cont, Sono nato principe libero, tale voglio conservarmi: Francesco II d’Este (1660-1694), dans Memorie Scientifiche, Giuridiche, Letterarie. Accademia Nazionale di Scienze Lettere e Arti di Modena, ser. 8, t. 12-2, 2009, p. 407-459.

Coville 1914 = H. Coville, Étude sur Mazarin et ses démêlés avec le pape Innocent X (1644-1648), Paris, 1914 (Bibliothèque de l’École des hautes études, 210).

Daher 2002 = A. Daher, Les singularités de la France équinoxiale. Histoire de la mission des pères capucins au Brésil (1612-1615), Paris, 2002 (Les géographies du monde, 5).

Dallari 1927 = U. Dallari, Inventario sommario dei documenti della Cancelleria ducale Estense (Sezione generale) nel R. Archivio di Stato di Modena, dans Atti e Memorie della R. Deputazione di S.P. per le Provincie Modenesi, s. VII, vol. IV, 1927, p. 225-273.

Dandelet 2001 = T.J. Dandelet, Spanish Rome, 1500-1700, New Haven-Londres, 2001.

Dandelet – Marino 2007 = T.J. Dandelet, J.A. Marino (dir.), Spain in Italy. Politics, society, and religion, 1500-1700, Leyde-Boston, 2007 (The Medieval and Early Modern Iberian World, 32).

Deregnaucourt et al. 2014 = G. Deregnaucourt, Y. Krumenacker, P. Martin, F. Meyer (dir.), Dorsale catholique, jansénisme, dévotions : XVIe-XVIIIe siècles. Mythe, réalité, actualité historiographique, Paris, 2014 (Actes académiques).

Dib 1947 = P. Dib, Un patriarche maronite qui ne l’a jamais été, dans Revue des sciences religieuses, 21, 1947, p. 149-155.

Edigati 2018 = D. Edigati, Per una storia dei rapporti fra Principato di Piombino e Chiesa nell’età dei Ludovisi e dei Boncompagni, dans Id., E. Tavilla (dir.), Giurisdizionalismi. Le politiche ecclesiastiche negli stati minori della penisola italiana in età moderna, Rome, 2018 (Spiritualia et temporalia, 3), p. 185-224.

Faber 2004 = M. Faber, Gubernator, Protector et Corrector. Zum Zusammenhang der Entstehung von Orden und Kardinalprotektoraten von Orden in der lateinischen Kirche, dans Zeitschrift für Kirchengeschichte, 115, 2004, p. 19-44.

Faber 2005 = M. Faber, Scipione Borghese als Kardinalprotektor. Studien zur römischen Mikropolitik in der frühen Neuzeit, Mayence, 2005 (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz. Abteilung für Abendländische Religionsgeschichte, 204).

Fosi 2016 = I. Fosi, Una famiglia romana e il Portogallo nel Seicento: note e documenti dall’Archivio Orsini, dans N. Alessandrini, S. Bastos Mateus, M. Russo, G. Sabatini (dir.), Scrigni della memoria. Arquivos e Fundos Documentais para o estudo das Relações Luso-Italianas, Lisbonne, 2016 (Série monográfica Alberto Benveniste, 8), p. 73-92.

Fosi 2018 = I. Fosi, Fra protezione, circolazione, scambio: il cardinale Virginio Orsini (1615-1676), dans G. Braun (dir.), Diplomatische Wissenskulturen der Frühen Neuzeit. Erfahrungsräume und Orte der Wissensproduktion, Berlin-Boston, 2018 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 136), p. 265-290.

Gauchat 1960 = P. Gauchat, Hierarchia catholica medii et recentioris ævi sive summorum pontificum, S.R.E. cardinalium, ecclesiarum antistitum series, t. IV, Padoue, 1960 (éd. or. 1935).

Giannini 2013 = M.C. Giannini (dir.), Papacy, religious orders, and international politics in the sixteenth and seventeenth centuries, Rome, 2013 (I libri di Viella, 159).

González Cuerva 2018 = R. González Cuerva, La historia global de la diplomacia desde la monarquía hispana, dans Chronica Nova, 44, 2018, p. 21-54.

Guarino – Mancini 1998 = S. Guarino, G. Mancini, Il collezionismo minore di casa d’Este: il caso del cardinale Rinaldo (1618-1672), dans J. Bentini (dir.), Sovrane passioni. Studi sul collezionismo estense, Milan, 1998, p. 165-186.

Guerra 2011 = E. Guerra, L’educazione militare del cardinale Ippolito I d’Este, dans M. Ferrari, F. Ledda (dir.), Formare alle professioni. La cultura militare tra passato e presente, Milan, 2011, p. 101-115.

Hugon 2011 = A. Hugon, Naples insurgée. De l’évènement à la mémoire (1647-1648), Rennes, 2011 (Histoire).

Larochelle 1999 = G. Larochelle, Bureaucratie, dans A. Akoun, P. Ansart (dir.), Dictionnaire de sociologie, Paris, 1999 (Dictionnaires Le Robert/Seuil), p. 55-58.

Mochi Onori – Schütze – Solinas 2007 = L. Mochi Onori, S. Schütze, F. Solinas (dir.), Barberini e la cultura europea del Seicento, Rome, 2007.

Mollat – Samaran 1905 = G. Mollat, C. Samaran, La fiscalité pontificale en France au XIVe siècle, Paris, 1905 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 96).

Molnar – Pizzorusso – Sanfilippo 2017 = A. Molnar, G. Pizzorusso, M. Sanfilippo (dir.), Chiese e nationes a Roma: dalla Scandinavia ai Balcani. Secoli XV-XVIII, Rome, 2017 (Bibliotheca Academiæ Hungariæ – Roma. Studia, 6).

Pastor 1931 = L. von Pastor, Storia dei Papi dalla fine del medio evo, t. XIII, Rome, 1931.

Pastor 1932 = L. von Pastor, Storia dei Papi dalla fine del medio evo, t. XIV, p. I, Rome, 1932.

Pecori 2010 = L. Pecori, Il ruolo del cardinale Rinaldo nelle vicende collezionistiche di casa d’Este: alcuni episodi, dans S. Cavicchioli (dir.), Il principe e le cose. Studi sulla corte estense e le arti nel Seicento, Bologne, 2010 (Biblioteca delle arti), p. 35-46.

Pizzorusso 2018 = G. Pizzorusso, Governare le missioni, conoscere il mondo nel XVII secolo. La congregazione ponticifia De Propaganda Fide, Viterbe, 2018.

Platania 2003 = G. Platania, Polonia e Curia Romana. Corrispondenza del Lucchese Tommaso Talenti, segretario intimo del re di Polonia, con Carlo Barberini, protettore del regno (1681-1693), Viterbe, 2003.

Poncet 1996 = O. Poncet, Antonio Barberini (1608-1671) et la papauté. Réflexions sur un destin individuel en cour de Rome au XVIIe siècle, dans MEFRIM, 108, 1996, p. 407-442.

Poncet 2002 = O. Poncet, The cardinals protectors of the crown in the Roman Curia during the first half of the seventeenth century: the case of France, dans G. Signorotto, M.A. Visceglia (dir.), Court and politics in papal Rome, 1492-1700, Cambridge, 2002, p. 158-176.

Poncet 2011 = O. Poncet, La France et le pouvoir pontifical (1595-1661). L’esprit des institutions, Rome, 2011 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 347).

Prodi 1982 = P. Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime: la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982 (Saggi, 228).

Prodi 1992 = P. Prodi, Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1992 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico, 15).

Russell 2010 = S. Russell, John Casimir Wasa (1609-1672), Cardinal and Prince of Poland: Problems of precedence and primogeniture for Innocent X, dans M. Hollingsworth, C.M. Richardson (dir.), The possessions of a cardinal: politics, piety, and art, 1450-1700, University Park, 2010, p. 249-308.

Sanfilippo – Tusor 2019 = M. Sanfilippo, P. Tusor (dir.), Gli angeli custodi delle monarchie. I cardinali protettori delle nazioni nell’età moderna (‘500-‘700), Viterbe, 2019 (Studi di storia delle istituzioni ecclesiastiche, 7).

Serra 2018 = A. Serra, Roma, un laboratorio delle identità? Comunità nazionali, dinamiche associative e linguaggio devozionale tra XVI e XVIII secolo, dans S. Cabibbo, A. Serra (dir.), Venire a Roma, restare a Roma. Forestieri e stranieri fra Quattro e Settecento, Rome, 2018, p. 271-289.

Thomson 1972 = W.R. Thomson, The earliest cardinals-protectors of the franciscan order: a study of in administrative history, 1210-1261, dans Studies in Medieval and Renaissance History, 9, 1972, p. 21-80.

Turchi 2012 = L. Turchi, Fra Modena, Roma e Parigi: i primi anni di cardinalato di Rinaldo d’Este, protettore di Francia (1618-1672), dans E. Fumagalli, G. Signorotto (dir.), La corte estense nel primo Seicento. Diplomazia e mecenatismo artistico, Rome, 2012 (I libri di Viella, 147), p. 263-304.

Van Dijck 1984 = L. van Dijck, Pour une histoire du généralat prémontré de Richelieu, dans Analecta Præmonstratensia, 60-3/4, 1984, p. 256-288.

Visceglia 2013 = M.A. Visceglia, The international policy of the papacy: critical approaches to the concepts of universalism and italianità, peace and war, dans Id. (dir.), Papato e politica internazionale nella prima età moderna, Rome, 2013 (I libri di Viella, 153), p. 17-62.

Wilkie 1974 = W.E. Wilkie, The cardinal protectors of England: Rome and the Tudors before the reformation, New York-Londres, 1974.

Windler 2018 = C. Windler, Missionare in Persien. Kulturelle Diversität und Normenkonkurrenz im globalen Katholizismus (17.-18. Jahrhundert), Cologne-Weimar-Vienne, 2018.

Wodka 1938 = J. Wodka, Zur Geschichte der nationalen Protektorate der Kardinäle an der römischen Kurie, Innsbruck-Leipzig, 1938 (Publikationen des ehemaligen Österreichischen historischen Instituts in Rom, 4-1).

Haut de page

Notes

1 Faber 2004.

2 Andenna 2013.

3 Thomson 1972.

4 Wodka 1938.

5 Wilkie 1974.

6 González Cuerva 2018.

7 Bély 2011.

8 Pour une bibliographie récente, voir Berti 2018.

9 Voir les nombreux ouvrages de Paolo Prodi, en particulier Prodi 1982.

10 Au milieu d’une bibliographie foisonnante, Visceglia 2013 et Giannini 2013.

11 Poncet 2011.

12 Poncet 2002.

13 Poncet 2011, p. 177.

14 Molnar – Pizzorusso – Sanfilippo 2017.

15 Serra 2018.

16 Sanfilippo – Tusor 2019.

17 Par commodité typographique, il sera appelé simplement Rinaldo ci-après.

18 Turchi 2012.

19 À l’inverse de certaines études, par exemple sur la vie du cardinal A. Barberini connue jour par jour. Mochi Onori – Schütze – Solinas 2007, p. 253-264.

20 Larochelle 1999, p. 55. Pour une actualisation à la fois épistémologique et bibliographique des termes d’administration et de bureaucratie dans le contexte ecclésiastique, la notion de bureaucratie précisant les caractéristiques du gouvernement ecclésial et pointant l’écart entre l’acte administratif et l’institutionnalisation (progressive) générée par la régularité dudit acte, voir la notice collective intitulée « Administration/Bureaucratie » et rédigée par Pierre Chastang, Florent Cygler, Sylvain Destephen, Arnaud Fossier, Dominique Iogna-Prat, Bertrand Marceau, Dominic Moreau et Laura Pettinaroli, à paraître dans L’Église : un dictionnaire critique, sous la direction de Dominique Iogna, Frédéric Gabriel et Alain Rauwel.

21 Guarino – Mancini 1998 ; Pecori 2010.

22 ASMo, CD, CRE 9-15. Voir notamment Dallari 1927, p. 261.

23 Outre la correspondance éditée de Mazarin, on en trouvera la part inédite notamment dans les archives du Ministère des Affaires étrangères à La Courneuve et à l’Archivio di Stato di Modena (CD, CRE 14). À partir de cette correspondance, je prépare une nouvelle contribution sur la dimension politique de la protection de Rinaldo et ses rapports avec Mazarin.

24 Turchi 2012, p. 279, n. 48.

25 Pastor 1931, p. 716, n. 5.

26 Biagini 2018.

27 Fosi 2016 ; Sanfilippo – Tusor 2019, p. 79-98.

28 Wodka 1938, p. 104.

29 Poncet 1996, p. 437.

30 Bergin 1996, p. 568.

31 Sur cette alliance ancienne et le rôle des protecteurs Ippolito d’Este et son neveu Luigi, voir la thèse en cours de Jean Senié intitulée Entre l’aigle, les lys et la tiare. Les relations des cardinaux d’Este avec le royaume de France (environ 1530 – environ 1590), entre diplomatie et affirmation de soi, université Paris-Sorbonne, et l’article de J. Sénié dans ce volume, intitulé Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este.

32 Poncet 2011, p. 815.

33 Arnauld 1838, p. 228-229.

34 Pastor 1932, p. 46, n. 1.

35 Bulgarelli – Conforti – Curcio 1999.

36 Coville 1914, p. 101.

37 Pastor 1932, p. 27, n. 4.

38 Sanfilippo – Tusor 2019, p. 101-116.

39 Turchi 2012, p. 304.

40 Poncet 2011, p. 275.

41 Dans le cas de la France, voir les cardinaux référents dans Wodka 1938, p. 41-45. L’ensemble de la procédure est détaillé dans Poncet 2011, p. 171-180.

42 Le volume concernant les années 1645-1648 est conservé dans AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, 317 fol. La suite des informations provient de ce volume, dont les informations à la fois sont à la source de et corroborent celles de Gauchat 1960.

43 En février 1645, la nomination en consistoire secret de Girolamo Codebò, évêque de Montalto, le fut sur le rapport de Rinaldo, à la suite de la translation d’Orazio Giustiniani à l’évêché de Nocera Umbra. AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 30r.

44 En mars 1647, Rinaldo rapporta le cas du dominicain Terence O’Brien, nommé évêque de Calama à la suite de la translation d’Edmund O’Dwyer à l’évêché de Limerick. Ibid., fol. 88v-89r. Cf. Gauchat 1960, p. 128.

45 Rmus D. cardinalis Estensis preconizavit ecclesiam Vazatensis, dans AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol 61r.

46 Referente Rmo D. cardinali Estensi Sanctitas Sua Ecclesie Vazantensis vacante per obitum Henrici Maronii Litolphi [sic] ultimi illius episcopi ad nominationem Regis Christianissimi providit de persona Samuelis Marimbeau [sic], illumque eidem Ecclesiæ in episcopum præfecit, et pastorem curamque committendo cum retentione compatibilium et decreto […]. Absolvens cum clausulis, Ibid., fol. 62r.

47 Voir sur cet évêque Gauchat 1960, p. 360 ; Bergin 1996, p. 321, n. 28 et 667-668.

48 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 128v.

49 Ibid., fol. 72r.

50 Van Dijk 1984, p. 260-264.

51 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 72r-v. Le tout sans aucun égard pour le généralat prétendu de Richelieu, puisque le registre mentionnait bien le bénéfice comme vacan. per obitum Petri Gosseti, ultimi illius abbatis.

52 ASMo, CD, CRE 10. A. d’Autriche à R. d’Este, Paris, 22 février 1646, fol. 1r.

53 Ibid., fol. 1r.

54 Bergin 1996, p. 598.

55 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 73v-74r.

56 Phénomène déjà mis en évidence dans Mollat – Samaran 1905, p. 32.

57 Poncet 2011, p. 496-502 et passim.

58 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à A. d’Autriche, s.l., 30 septembre 1646, fol. 1r.

59 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à A. d’Autriche, [Rome], 28 janvier 1647, fol. 1r.

60 Bergin 1996, p. 673-674.

61 Ibid., p. 79-81 et 678.

62 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 90r-v.

63 « Et reservatione pensionis annus librarum duarum millium Turonensium pro persona nominata ». Ibid., fol. 97r-v.

64 AAV, Arch. Concist., Processus Consist. 49, fol. 881.

65 Poncet 2011, p. 125-159.

66 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este au duc de La Rochefoucauld, s.l., 15 avril 1547, fol. 1r.

67 Bergin 1996, p. 650.

68 Prodi 1992.

69 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este au duc de Guise, s.l., 2 mars 1646, fol. 1r.

70 Hugon 2011, p. 32-41.

71 Deregnaucourt et al. 2014.

72 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à une dame de Guise, s.l., 21 mai 1646, fol. 1r.

73 Hugon 2011, p. 37-38.

74 ASMo, CD, CRE 10. R. d’Este à la duchesse de Lorraine, s.l., 28 juin 1646, fol. 1r.

75 Pizzorusso 2018.

76 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, [Rome], 21 mai 1646, fol. 1r. Cf. aussi Poncet 2011, p. 281.

77 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, [Rome], 7 janvier 1647, fol. 1r.

78 Daher 2002.

79 Amorim 2005.

80 Windler 2018.

81 Schefer 1890, p. V.

82 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, s.l., 27 août 1646, fol. 1r.

83 ASMo, CD, CRE 13. R. d’Este à Brienne, s.l., 28 octobre 1646, fol. 1r.

84 Mochi Onori – Schütze – Solinas 2007, p. 339-344.

85 Russell 2010.

86 ASMo, CD, CRE 10. J. Kazimierz à Louis XIV, Rome, 15 juin 1646, et J. Kazimierz à A. d’Autriche, s.l., s.d., fol. 1r.

87 Sur l’importance du protecteur de Pologne, généralement un Italien, voir notamment le cas des cardinaux Virginio Orsini et Carlo Barberini, respectivement protecteurs de Pologne de 1650 à 1676 et de 1681 à 1704, dans Fosi 2018 et Platania 2003.

88 ASMo, CD, CRE 10. J. Kazimierz à un destinataire inconnu, Rome, 17 juin 1646, fol. 1r.

89 ASMo, CD, CRE 10. J. Kazimierz à Louis XIV, Rome, 15 juin 1646, fol. 1r.

90 Pastor 1932, p. 48.

91 Edigati 2018, p. 187.

92 AAV, Segr. Stato, Francia 89, fol. 16v-17r. Louis XIV à Innocent X, Paris, 20 octobre 1646.

93 Dandelet 2001 et Dandelet – Marino 2007.

94 Guerra 2011.

95 Pastor 1932, p. 46-47.

96 Biancardi 2011.

97 AAV, Arch. Concist., Acta Camerarii 19, fol. 69v.

98 Sur cette succession immédiate, lire Dib 1947, p. 155.

99 Pecori 2010, p. 36, n. 4.

100 Selon les termes de Cavicchioli 2010, p. 49.

101 Cont 2009.

102 Voir par exemple la correspondance abondante de Domenico Claudi pour les années 1647-1648 dans ASMo, Ambasciatori Roma 261.

103 Faber 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le monde de Rinaldo, cardinal protecteur de France sous Mazarin.
Crédits B. Marceau.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Marceau, « Une fonction administrative. Le cardinal Rinaldo d’Este et la protection des affaires de France en cour de Rome (1645-1648) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-2 | 2019, 371-388.

Référence électronique

Bertrand Marceau, « Une fonction administrative. Le cardinal Rinaldo d’Este et la protection des affaires de France en cour de Rome (1645-1648) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/5871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.5871

Haut de page

Auteur

Bertrand Marceau

École française de Rome, marceau.bertrand@gmail.com

Articles du même auteur

  • Défendre à Rome l’autonomie de l’ordre ecclésiastique au début du règne de Henri III (1574-1575)
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search