Navigation – Plan du site
L’empreinte domestique du travail, XVIe-XXIe siècle

Introduction : l’empreinte domestique du travail dans la longue durée

Corine Maitte et Nicolas Schapira
p. 5-14

Texte intégral

1Salariat et domesticité ont souvent été considérés comme exclusifs l’un de l’autre, la domesticité fonctionnant bien souvent comme un repoussoir pour le libre travailleur gagnant son pain dans un rapport consenti et négocié à son patron. Il n’est que d’écouter la protestation indignée adressée au Conseil du roi par les ouvriers relieurs en 1723, alors qu’un nouveau règlement leur imposait une amende de 50 livres en cas de départ sans préavis :

  • 1 Chauvet 1959, p. 161.

Les plus vils domestiques jouissent en France de la liberté ; ils sortent de chez leurs maistres quand il leur plait. Tout est libre sous l’heureux empire de nos rois, il n’y a que les suppliants qu’on veuille enchaîner pour ainsi dire à leurs maistres1.

  • 2 Exemple cité par Kaplan 1979 : en octobre 1746, les garçons serruriers parisiens refusent d’aller (...)

2On aurait pu citer de nombreuses protestations de ce genre, qu’il s’agisse des querelles autour des billets de congé ou de celles autour des bureaux de placement des communautés2. On voit ici comment les compagnons se définissent par opposition aux esclaves et aux domestiques, englobés dans un même lexique de l’asservissement et de la déchéance sociale. Dans la pratique, le champ de la domesticité était, on le sait, très large, à la ville comme à la campagne. Si le life-cycle servant a été mis en évidence depuis longtemps par les historiens anglais, l’Europe du sud n’était pas incluse dans ce modèle. L’article de Matteo Di Tullio dans ce numéro propose, à ce propos, un très intéressant panorama de la situation lombarde. Il montre bien que dans l’Italie du nord du XVIe siècle, la domesticité rurale est une pratique très largement mise en œuvre par les familles, et pas seulement les plus pauvres, pour envoyer leurs jeunes, garçons et filles, servir dans d’autres agrégats domestiques. Ce système sert à tous, jeunes, familles, communautés. Du reste, la spécialisation des domestiques dans la garde des troupeaux leur donne un certain pouvoir au sein des exploitations.

  • 3 Ibidem.

3Mais si les ouvriers d’Ancien Régime tenaient beaucoup à se distinguer des univers domestiques, c’est parce que la proximité est restée longtemps bien réelle, malgré la différence statutaire : en particulier, l’effort patronal, réglementaire, policier pour fixer les compagnons dans les ateliers est producteur de formes de dépendances proches de celles que l’on rencontre dans les univers domestiques. Steve Kaplan avait justement noté, en 1979, comment le modèle de la subordination imprégnait toute l’action réglementaire qui assimile systématiquement, tout au long du XVIIIe siècle, travail et domesticité3. Il rappelait par exemple les propos de l’avocat général Séguier parlant de l’autorité domestique du maître sur le compagnon, garant de la stabilité de l’ordre social. C’est donc un idéal assez largement repris dans le droit, pour qui le louage de service est la forme dominante des rapports de travail, et dont essayent de se distinguer compagnons et autres ouvriers.

4Tel est le point de départ de notre réflexion : la distinction juridique entre travail domestique et travail libre non seulement n’épuise pas la variété des relations de travail, mais dresse une frontière qui est en fait tout sauf infranchissable. C’est ce sur quoi insiste dans ce numéro Raffaella Sarti en mettant en évidence l’ampleur toujours impressionnante du champ de la domesticité à la fin du XVIIIe siècle. À travers son analyse des très riches débats révolutionnaires sur la citoyenneté des domestiques, elle montre combien la question de leur définition est alors toujours vive.

La longue persistance des rapports domestiques au travail ?

5Cette imbrication est bien attestée pour le Moyen Âge, comme le notait il y a plus de vingt ans Alessandro Stella dans un numéro de Médiévales consacré aux « Dépendances » :

  • 4 Stella 1996b.

Servantes, garçons de ferme ou de boutique, apprentis et autres alloués fournissent du travail, quotidien et sans horaires, en échange de l’entretien, et le cas échéant d’un petit quelque chose de plus. Libres juridiquement, ils ne sont pas pour autant affranchis d’une dépendance personnelle envers le maître dans l’atelier ou aux champs, et envers lui et sa famille à l’intérieur du foyer. Et le fait d’être mineur rallonge la chaîne des dépendances4.

  • 5 Bernardi 2009 ; Casarino 1982 ; Luciano 1993 ; Franceschi 1996 ; Bellavitis 2006 ; Laudani 2006 ; (...)

6Dans un ordre d’idée proche, les travaux de Philippe Bernardi ont bien prouvé que la clarté des statuts et des hiérarchies corporatives était plus une construction historiographique qu’une réalité des relations de travail des XIVe et XVe siècles, comme l’ont également montré les nombreuses recherches sur les formes complexes du travail des jeunes et de l’apprentissage en Italie et en France entre Moyen Âge et Temps modernes5. Dans ce numéro, Anna Bellavitis montre notamment comment apprentissage et service sont fréquemment associés dans la législation vénitienne comme dans les termes des contrats aux XVIe et XVIIe siècles, dans le prolongement de pratiques antérieures.

  • 6 Castel 1995.
  • 7 Ibidem, p. 153 citant Geremek.

7De fait, pour la période moderne également, l’idée longtemps prégnante que la dépendance personnelle serait un legs du passé a été remise en cause. Le livre déjà ancien de Robert Castel, les Métamorphoses de la question sociale, peut être pris comme un jalon commode, du fait de son ambition large et synthétique6. Certes, dans cet ouvrage, la dépendance personnelle est bien ce qui connote un ancien régime du travail par rapport à l’avènement du salariat, mais R. Castel repousse celui-ci très tard, au-delà de la Révolution française. En s’appuyant sur les travaux anciens de Boris Geremek, il affirme qu’avant cela, « Le salariat est plutôt une forme de location de sa personne plutôt que de vente de sa force de travail »7, à la ville, comme à la campagne. Il évoque notamment à l’appui de sa démonstration le cas des « cottiers » anglais qui, certains jours, sont des serfs acquittant la corvée et les autres des salariés rétribués ; il aurait pu tout aussi bien parler des corvéables français ou italiens :

  • 8 Ibidem, p. 150-152.

Le même homme, évidemment, travaille de la même manière le lundi, le mardi ou un autre jour. Autrement dit son activité salariée ne se distingue pas dans sa forme de son activité servile. Elle est aussi une mise à disposition de sa personne8.

  • 9 Steinfeld 1991 ; 2001 ; Hay 1998 ; 2000 ; Hay – Craven 2004 ; Deakin – Wilkinson 2005.
  • 10 Hay 2000, p. 228 : des servant in husbandry, la législation a été étendue par les courts aux « ski (...)
  • 11 Hay – Craven 2004, p. 66.
  • 12 Stanziani 2014, p. 158. 

8Même si le travail de R. Castel a été très discuté, et critiqué, depuis plusieurs années, l’insistance sur les liens de dépendance personnelle au travail est très présente dans l’historiographie. En Angleterre, de nombreux travaux, ceux de Douglas Hay, de Robert Steinfeld, parmi bien d’autres9, montrent que les statuts inaugurés au XIVe siècle, connus sous le terme général de « Masters & Servants Acts », repris, mis en ordre, amplifiés au XVIe siècle par le « Statute of Artificers and Apprentices » de 1562-1563, n’ont cessé, à la fois par de nouveaux Acts et par la jurisprudence, de s’étendre à des catégories initialement non concernées par cette législation10 et de se durcir envers les « servants » au cours du XVIIIe siècle : accroissement des peines d’emprisonnement pour rupture de contrat, sévérité accrue aussi contre le vol – qui criminalisent certaines pratiques ouvrières. Après 1797, les magistrats sont aussi de plus en plus réticents à reconnaître le droit des « domestic servants » à protester auprès d’eux pour cause de mauvais traitements ou de gages impayés11. Les nouveaux « Masters & Servants Acts », écrit Alessandro Stanziani, n’étaient pas les vestiges des âges féodaux, mais une réponse au nouveau contexte industriel du XIXe siècle12.
En ce qui concerne la France, Stanziani souligne également que :

  • 13 Il cite notamment Domat 1835 ; Pothier 1861.
  • 14 Sonenscher 1989, p. 75.

Au XVIIIe siècle encore, le travail est considéré comme une prestation de service13. De plus, la jurisprudence ne donne aucune distinction claire entre le louage de service (le travail) et le louage d’une chose. De même, le contrat d’apprentissage et celui de domesticité supérieure à un an prévoient la mise à disposition de tout le temps de la personne engagée au profit de son employeur14.

  • 15 Cottereau 2002.
  • 16 Comme le rappelle Stanziani 2014, d’une part toutes les justices prudhommales n’ont pas été l’obje (...)
  • 17 Stanziani 2010.
  • 18 Polanyi 1983.
  • 19 Dewerpe 1985. En ce qui concerne la longue persistance de la proto-industrie en France, voir Terri (...)

9Certes, la révolution française sépare, au terme de vifs débats, les domestiques et les autres sur le plan juridique et politique, comme le montre ici Raffaella Sarti, mais il n’est cependant pas dit qu’elle ouvre, dans la pratique, uniquement sur une professionnalisation des domestiques de maison, une clarification des statuts et un « bon droit » des ouvriers pour reprendre la formule choc d’Alain Cottereau15. L’argumentation selon laquelle le louage d’ouvrage prévaudrait dans les juridictions prudhommales sur le louage de service n’est pas entièrement convaincante et fait en tous cas l’objet d’intenses discussions16. Alain Dewerpe suggérait en 2010 que les deux récits contradictoires, celui qui parle d’autonomie ouvrière, et celui qui, au contraire, insiste sur la persistance des contraintes et des dépendances – de type domestiques serions-nous tentés d’ajouter – pourraient bien être révélateurs de réalités elles-mêmes contradictoires17. En tous cas, le fameux désencastrement (Polanyi)18 du politique et du professionnel, du professionnel et du domestique semble, dans bien des univers et des lieux de travail, beaucoup plus une illusion d’optique qu’une réalité ou une hypothèse féconde. Cela est d’autant plus vrai en Italie, où l’atelier domestique et la proto-industrie ont été très largement choisis comme véritable « modèle de développement » alternatif à la concentration usinière, comme l’a également montré Dewerpe19. Mais en France également, la condition des apprentis après la Révolution française, ici analysée par Claire Lemercier, reste très imprégnée de domesticité et révèle ainsi un monde social où les patrons restent à bien des égards des maîtres. Les décisions prudhommales, très favorables aux patrons en général, lorsqu’elles prennent le parti des apprentis, le font au nom du péril moral auxquels ils sont exposés et non pour les défendre d’une exploitation excessive – le patron est bien sommé de se comporter comme un père, et les prud’hommes agissent eux-mêmes comme tels.

10C’est bien pour cela que nous avons voulu poursuivre l’enquête au-delà de la révolution française, en faisant le lien avec les travaux des analystes actuels du travail dont certains n’hésitent pas à parler « des nouvelles formes de servitude ». C’est le cas de la psychologue du travail Pascale Molinier qui s’explique sur l’emploi du terme en 2006 :

  • 20 Molinier 2006, p. 274-275.

Pourquoi parler en termes de servitude ? Nos enquêtes mettent en évidence une volonté de la part des dirigeants de soumettre l’ensemble des salariés toutes catégories confondues, de juguler et d’annihiler les formes de subversion collectives – volonté de soumission qui a toujours été présente concernant le contrôle social des OS, mais qui s’est aujourd’hui étendue aux cadres et autres professions très qualifiées. Au point que l’on puisse parler d’une nouvelle condition, la condition de cadre, en référence à la condition des bonnes à tout faire20.

  • 21 Haraway 1991.

11En 1991 déjà, Donna Haraway écrivait que les travailleurs avaient été, selon elle, « féminisés », qu’ils soient des hommes ou des femmes21. Être féminisé signifie ici être rendu extrêmement vulnérable, flexible, déqualifié, isolé, exploité comme une réserve de main-d’œuvre que l’on peut appeler et révoquer, être vu moins comme des travailleurs que comme des serviteurs, dont la journée n’est pas strictement limitée, dont la disponibilité est permanente, le tout dans une instabilité organisée de l’emploi et des collectifs et une destruction de la protection sociale. Le cas des secrétaires travaillant en université ou en hôpital, ici analysé par Christelle Avril, semble emblématique d’une condition qui reste encore très marquée, par-delà les différences de statuts, par l’empreinte domestique résultant d’abord de leur disponibilité temporelle totale – qui les attache littéralement toute la journée à leur bureau. En outre, il s’avère qu’elles effectuent un ensemble de tâches proprement domestiques en devançant souvent les besoins de leurs supérieurs et que leur carrière dépend aussi largement de ces relations de subordination personnelle ; une situation que les récentes réformes de l’organisation du travail n’ont fait qu’accentuer.

12Ces formes de renouvellement de la question domestique au travail nous semblent créer un lien entre l’histoire du travail et l’histoire sociale des institutions. L’historiographie de l’État moderne a en effet elle aussi été fortement travaillée par l’idée que modernité administrative rime avec sortie de la domesticité. La bureaucratisation de l’État, dans la lignée des travaux de Max Weber, tiendrait en effet à l’installation d’un personnel permanent autonomisé par rapport aux patrons de la politique, et dont le travail est clairement hiérarchisé dans le cadre de bureaux aux fonctionnements spécifiques – rationnels… – qui assurent une continuité de l’État par-delà les changements politiques.

  • 22 Rowlands 2002 ; Sarmant – Stoll 2010, p. 308 ; Drévillon 2011, p. 541.
  • 23 Gardey 2015.

13Cette vision de la construction de l’État résiste au constat pourtant bien établi que le recrutement des commis des administrations du XVIIIe et du XIXe siècle fait une large place à la reproduction familiale d’une part, et à la fidélité personnelle au patron d’autre part22. C’est ce que souligne, par exemple, Delphine Gardey dans un livre récent à propos du personnel de l’Assemblée nationale au XIXe siècle, une partie de ce personnel étant employé en sus comme domestiques particuliers de parlementaires23. Mais si la vision de la rationalisation administrative perdure pourtant, c’est bien parce que le domestique est renvoyé là encore à un legs du passé négligeable. Le personnel policier, dans une administration moderne s’il en fut (Vincent Denis), et le rapprochement entre deux types de personnel, les commis et les secrétaires (Nicolas Schapira), qui semblent séparés par la frontière du lien domestique, permettent ici de retravailler ce que la persistance des rapports domestiques fait à ces univers de travail.

Regarder le travail à travers les rapports domestiques

  • 24 Nous renvoyons aux travaux collectifs, notamment Fauve-Chamoux 2004 ; Pasleau – Schopp – Sarti 200 (...)
  • 25 Bellavitis – Martini – Sarti 2016.

14Il est clair, d’après ce qui précède, que notre propos ne porte pas sur les « domestiques » en général, servants, laquais ou autres chambrières. C’est un thème qui a désormais été très largement développé de part et d’autre des Alpes et de l’Atlantique par une historiographie abondante qui a renouvelé considérablement le thème du service domestique dans la très longue durée, selon une perspective d’histoire globale et d’histoire du genre24. Cette historiographie a contribué à rendre visible la grande présence jusqu’à aujourd’hui de la domesticité, qu’elle tend cependant à constituer en domaine séparé dans l’histoire du travail. La contribution de Raffaella Sarti ici même montre bien comment la question de la domesticité sous la Révolution française engage une représentation qui englobe de nombreux secteurs du monde du travail. Elle invite à féconder l’histoire du travail par une histoire large de la domesticité. Même si c’est là une question qui rôde toujours quand il est question des domestiques, cette enquête ne porte pas non plus sur les formes de travail productif domestique, entendu au sein de la famille, au cœur d’un précédent numéro des MEFRIM25. Il porte sur la présence de formes de rapports domestiques dans des mondes du travail où l’on n’est pas en principe domestique, toute la difficulté, nous allons y revenir, étant justement de préciser ce que l’on entend par là.

15Pour étudier le phénomène des relations domestiques au travail dans la longue durée, nous proposons d’introduire la notion « d’empreinte domestique » qui permet d’associer des mondes sociaux anciens, où domestique est une catégorie juridique, et nos sociétés contemporaines, même s’il ne s’agit précisément pas de se limiter au domaine du service de la maison. C’est pourquoi nous suggérons de définir cette notion à l’aide des critères suivants :
– des formes de rémunération associées à la domesticité – gages, temporalité indéfinie du paiement, formes de pécules ou de dot –, et aussi des formes de rémunérations dont tout ou partie est en nature, du moins pour les périodes anciennes ;
– une disponibilité temporelle extensible et potentiellement sans limites de l’employé ;
– plus incertain car il existe de nombreuses spécialisations des domestiques de maison, une certaine incertitude dans la définition des tâches (pluriactivité, non-spécialisation versus spécialisation ?) ;
– un jeu de relations individuelles qui produit de l’incertitude sur le statut.

16Le projet de ce dossier est donc d’examiner comment les rapports domestiques imprègnent les rapports au travail dans de très nombreux secteurs. Ainsi, on lira dans ce numéro les contributions de Giulio Ongaro sur le travail militaire, de Romain Grancher sur le monde des pêcheurs, celle de Laurence Croq et Nicolas Lyon-Caen sur les commis de boutiques d’Ancien Régime, celle de Vincent Denis sur la police au temps des Lumières, ou encore celle de Matteo di Tullio sur la paysannerie de la Renaissance. Une des vertus de cette démarche est de décloisonner les recherches sur des secteurs professionnels généralement étudiés séparément. Poser la question de la domesticité en dehors de la chronologie implicite qui la place dans un rapport d’antériorité par rapport à des formes « plus modernes » d’organisation du travail nous semble ouvrir plusieurs perspectives : cela invite à une observation fine des relations sociales au travail, par rapport à une histoire des statuts, des grands régimes de travail. La perspective proposée élargit la gamme des phénomènes à observer pour apprécier pleinement la complexité des relations professionnelles. Cela permet également de reposer la question de l’évolution sur la longue durée des relations employeurs-employés. Que voit-on des relations de travail lorsqu’on envisage les rapports domestiques comme une donnée finalement constante, quoique constamment changeante, et en cela cadre à la fois de contrainte, mais aussi d’action ?

17« Domestique » a une double acception tout au long de la période considérée : il renvoie à la fois à un statut et au cadre familial. Même si le rapport du maître à ses serviteurs est pensé comme celui d’un père vis-à-vis de ces enfants, les deux notions ne doivent pas être confondues : être domestique et travailler en famille sont deux réalités différentes. Les prendre en compte toutes les deux dans l’analyse vise à embrasser une large palette de rapports sociaux qui interfèrent avec le statut ou le contrat pour cerner ce qu’est réellement une situation de travail. La cellule familiale comme unité de travail est assurément un cadre de contraintes, cependant elle peut également être plus protectrice pour femmes et enfants. De même que la proximité au statut de domestique de maints emplois peut aussi être un cadre d’action pour les salariés, les employés ou les apprentis.

  • 26 Darnton 1985 ; Farge 1986 et 2016. Voir également la synthèse récente de Bellavitis 2016.

18On pense à certains rapports de genre au travail et notamment à la question des éventuelles différences entre hommes et femmes dans la dimension domestique des emplois. Certes, cette longue permanence des femmes dans le cadre des rapports domestiques au travail a été un élément de leur dépendance, de leur non-reconnaissance, de leur « sous-qualification » déclarée. Mais en même temps, les liens domestiques ont pu donner à certaines un pouvoir réel, au cœur du travail, quoique non statutaire : c’est le cas, par exemple, des femmes de maîtres artisans dont le pouvoir effectif va bien au-delà de la dépendance inscrite dans l’ordre sexué, même s’il n’est pas formalisé dans un statut – les travaux d’Arlette Farge ou de Robert Darnton y ont insisté il y a déjà longtemps26.

  • 27 Ménétra 1982.

19L’empreinte domestique offre parfois la possibilité de jouer avec la complexité des statuts individuels – en témoigne l’autobiographie de Jacques-Louis Ménétra, parangon de l’ouvrier à statut27. Or, lorsqu’il mène son tour de France, son statut n’est en fait pas évident à démêler : l’idée même du tour implique qu’il est compagnon, mais il y a ces lettres de maîtrise que sa grand-mère lui aurait achetées. Ce flou sur son statut est peut-être à relier avec la richesse des relations individuelles au travail qu’il décrit longuement dans son manuscrit, et notamment ses bonnes fortunes amoureuses avec des filles ou des femmes de maître susceptibles de lui ouvrir des horizons professionnels. Alors que l’empreinte domestique est le plus souvent associée à l’absence de toute possibilité de « carrière », on perçoit ici comment, au contraire, les liens domestiques peuvent être bien plus importants dans l’espoir de promotion de Ménétra que le seul statut, qu’il possède déjà, sans pouvoir en fait l’actualiser.

  • 28 Hay 2000, p. 238.
  • 29 Caracausi 2014.
  • 30 Ogilvie 2007.
  • 31 Epstein – Prak 2008.

20Cela nous amène aussi à réfléchir en termes de cycle de vie : en quoi, comment et à quels moments, les apprentis laissent-ils définitivement derrière eux le statut de domestique, s’ils le laissent ? Il semble évident que pour bien des jeunes placés dans les univers de travail, la condition domestique reste prégnante, indice de la double subordination qu’on veut leur imposer en tant que jeune et personnel peu/pas qualifié. Douglas Hay rappelle d’ailleurs que les motivations économiques des « Masters & Servants Acts » – éviter la hausse des salaires –, sont intrinsèquement liées à la question du pouvoir sur les jeunes : il s’agit aussi de mettre au pas les « manières licencieuses des jeunes » et de les garder sous contrôle jusqu’à vingt-quatre ans : « le souci de la subordination a été et continue à être central dans les lois “master and servant” »28. De même, Andrea Caracausi montre que dans bien des situations en Italie, la mise au travail de très jeunes enfants, sous la responsabilité de femmes, est d’abord un apprentissage de la discipline bien plus qu’un apprentissage technique ou même qu’un travail productif29. À l’inverse, les privilèges dont jouissent les fils de maîtres sont bien connus : l’historiographie critique des corporations a vu dans les facilités particulières que leur offraient certains règlements un signe manifeste de la « fermeture » des corps de métiers et des logiques de reproduction sociale dominante30. L’historiographie « révisionniste » a au contraire tenté de montrer que le phénomène n’était pas aussi généralisé qu’on l’avait cru31. L’une comme l’autre présupposent un idéal de sortie des rapports domestiques, alors même que le monde des métiers en est parcouru de part en part. Notre démarche permet de poser globalement la question des possibilités d’action que les rapports domestiques pouvaient malgré tout aussi donner à certains jeunes. Au-delà du cas des fils de maîtres, la position de « jeune » n’engendrait-elle pas aussi parfois des relations filiales ou amoureuses éventuellement avantageuses sur le plan professionnel ?

  • 32 Schapira 2014.

21Enfin, notre démarche invite à enquêter sur la présence de formes de rémunération de la relation domestique dans des univers professionnels non domestiques. Ainsi un maître était supposé protéger ses serviteurs de confiance, voire assurer leur promotion ; c’est le cas de secrétaires particuliers que leurs maîtres pourvoyaient – au bout d’un certain temps, et souvent pour les garder à leur service – d’un office, ou à qui ils versaient une pension lorsqu’ils ne pouvaient plus travailler32. Cette pratique est au cœur de la contribution de Juliette Deloye, qui étudie les enjeux du déploiement d’affection d’un ambassadeur pour son secrétaire particulier dans le cadre d’une relation de travail qui ne débouche cependant pas, malgré qu’il en ait, sur l’établissement du secrétaire. De telles pratiques existaient-elles ailleurs que dans les rapports domestiques stricto sensu ? Si la réponse est positive, quelle place leur faire dans l’histoire longue des relations de travail, la notion de « paternalisme » n’épuisant sans doute pas tous les enjeux de telles pratiques ?

La question du pouvoir domestique au travail

22Un autre enjeu nous a paru ressortir fortement de cette enquête : les rapports domestiques au travail invitent à considérer pour elle-même la question du pouvoir dans le travail, qui n’est envisagée en général que comme le moyen pour le patron de contraindre l’ouvrier à exécuter des tâches de la manière la plus profitable pour lui – fait fondamental en effet. Or, l’empreinte domestique attirant l’attention sur la dépendance personnelle, la soumission, l’obéissance au cœur de la relation de travail, invite à s’intéresser à d’autres usages du pouvoir par le patron, ainsi qu’à la répartition et la circulation du pouvoir au travail.

  • 33 Moulinié 1999.

23Un jalon important de notre réflexion a été un article de Véronique Moulinié qui porte sur une usine d’aujourd’hui, où aucun rapport domestique n’est bien sûr inscrit dans les statuts, mais où s’observe une intense circulation du pouvoir à travers des rapports personnels33. L’enquête analyse l’intensité des discours – et des affects – mobilisé par l’ensemble du personnel, du haut en bas de l’échelle autour de la question de qui commande qui. La hiérarchie explicite, d’emblée très fortement présente dans les gestes et les mots – les hommes commandent les femmes, mais les hommes sont eux-mêmes strictement hiérarchisés en grands/moyens/petits chefs – se révèle n’être qu’apparente ; certaines femmes – simples ouvrières donc – détiennent un réel pouvoir – jusqu’à celui de faire renvoyer des chefs (masculins, donc). Leur pouvoir d’action est essentiellement fondé sur les liens individuels imbriqués dans les rapports de travail : c’est notamment le cas de celles qui sont épouses – ou maîtresses – des chefs. Véronique Moulinié montre de manière très précise les instruments et les mécanismes de fabrication de micro-pouvoirs qui ne sont nullement tenus pour dérisoires, ni par l’ethnologue ni par les enquêtés ; l’auteure considère alors le travail comme traversé de part en part par cette « passion hiérarchique ». Le pouvoir ici n’est plus seulement ce qui permet une bonne discipline de travail, ou un meilleur rendement du capital, c’est le cœur de l’activité professionnelle en tant qu’activité relationnelle qui, du reste, déborde le lieu de l’usine et le temps du travail. Le domestique, dans cet article, c’est aussi la part que prennent les femmes dans la vie des valeurs qui organisent les conduites dans l’entreprise. 

24Dans ce numéro, V. Mouliné déplace sa réflexion sur le terrain de l’accident du travail. On voit bien ce qu’elle apporte à la problématique des rapports domestiques au travail : on pourrait presque dire que, sous sa plume, l’entreprise est une organisation domestique, pas exactement au sens d’une grande famille, plutôt au sens d’organisation très autonome où les normes générales composent avec le pouvoir des ouvriers et des ouvrières dans la définition et le respect des valeurs qui y ont cours.

  • 34 Foucault 1976.

25Nous serions tentés de prolonger la réflexion en qualifiant de « rapports domestiques » l’ensemble des liens individuels évoqués dans ce dossier en tant qu’ils interviennent dans des rapports de pouvoir au sein d’un lieu ou d’un univers de travail salarié. Ceux-ci peuvent être inscrits dans une hiérarchie instituée et prendre la forme d’une dépendance personnelle ou bien être liés à des relations individuelles nouées dans le cadre du travail ou lui préexistant et articulées à la hiérarchie officielle. Notre démarche invite donc à redéfinir le travail en y faisant entrer la question de l’exercice du pouvoir. Ce pouvoir doit être envisagé d’après les réflexions de Michel Foucault sur la « microphysique du pouvoir », comme divisé, multiplié, circulant. Notre question n’est donc pas l’« autorité » ou « Comment se faire obéir ? » mais, au plus large, la place des rapports individuels – domestiques – comme rapports de pouvoir dans les univers de travail34.

  • 35 Molinier 2006.

26Ce n’est pas là une approche très développée : on la trouve peu chez les historiens du travail qui préfèrent le plus souvent poser la question de la remise en cause de la domination par des actions collectives. Il en va de même en sociologie du travail. D’où l’interrogation : comment penser ensemble les actions collectives étudiées de longue date et les rapports de pouvoir liés à des rapports individuels qui interviennent toujours dans le cadre d’une collectivité et se structurent au sein d’une organisation collective du travail et des affects liés au travail ? Même les recherches autour de la souffrance, des abus, du harcèlement au travail ne posent pas vraiment cette question. Ainsi, chez Pascale Molinier, il n’y a finalement que peu/pas de description des rapports de pouvoir. C’est une organisation du travail aliénante qui est responsable de la souffrance, on n’y trouve ni petits chefs ni rapports interindividuels, même si, à lire certains exemples proposés par cette auteure, la question affleure dans les situations exposées35.

  • 36 Bourdieu 1993.

27La misère du monde, livre collectif dirigé par Pierre Bourdieu, fait une grande place aux rapports entre individus dans le travail36. Par exemple, l’article intitulé Le souffre-douleur analyse la situation complexe d’un ouvrier d’entreprise devenu alcoolique : on le relègue à des tâches subalternes, il devient l’employé des autres, qui le protègent cependant, tout en se moquant de lui. Ses collègues et lui sont bien pris dans une situation de pouvoir – qui exige une analyse en termes d’exercice du pouvoir. Autre cas : une cadre persécutée par son patron parce qu’elle n’a pas voulu avoir de rapports sexuels avec lui. Le patron couche avec toutes ses salariées, dans ce qui est présenté comme une quête de pouvoir. Le rapport du patron à son entreprise d’une part, de la femme cadre à son patron et à l’entreprise, sont analysés avec une attention très fine aux micro-pouvoirs.

28Cependant, la question de la dépendance dans les rapports de travail et plus généralement la question du « pouvoir domestique » n’est pas thématisée comme telle. Bourdieu et ses collaborateurs évoquent plutôt une « misère de position », qui s’éprouve dans les « interactions sociales à l’intérieur de ces microcosmes sociaux, bureau, atelier, petite entreprise, voisinage et aussi famille étendue », par opposition à une « misère de condition ». Ils y voient une évolution récente liée à la multiplication des espaces sociaux : une affirmation qui peut laisser sceptique et donne au contraire envie de réfléchir à l’articulation, dans la longue durée, entre des formes d’organisations collectives des salariés et ces rapports individuels de pouvoir. C’est à quoi s’attachent ici tout particulièrement les articles de M. Di Tullio, G. Ongaro, N. Schapira, V. Denis, J. Deloye, C. Avril, V. Moulinié…

29Ainsi, il nous semble possible d’avancer, grâce à ce thème, vers la saisie de dimensions de l’expérience du travail qui ne sont pas vraiment mises en évidence, pour des périodes anciennes comme pour aujourd’hui, et de saisir les multiples relations de pouvoir qui traversent les lieux de travail, en posant la question de l’articulation des rapports individuels de pouvoir avec les formes collectives et officielles d’organisation de tels rapports.

Haut de page

Bibliographie

Balois-Proyart 2014 = J.-C. Balois-Proyart, Anatomie du procès-verbal : les justices de paix, une source pour l’histoire du travail (Paris, années 1790-années 1830), dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 61-4/4, 2014, p. 32-64.

Bellavitis 2006 = A. Bellavitis, Apprentissages masculins, apprentissages féminins à Venise au XVIe siècle, dans Histoire urbaine, 15-1, 2006, p. 49-73.

Bellavitis 2016 = A. Bellavitis, Il lavoro delle donne nelle città d’Europa moderne, Rome, 2016.

Bellavitis – Martini – Sarti 2016 = A. Bellavitis, M. Martini, R. Sarti (dir.), Familles laborieuses. Rémunération, transmission et apprentissage dans les ateliers familiaux de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine en Europe (dossier), dans MEFRIM, 129-1, 2016.

Bernardi 2009 = P. Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, 2009.

Bourdieu 1993 = P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, 1993.

Caracausi 2014 = A. Caracausi, Beaten children and women’s work in Early Modern Italy, dans Past and Present, 222, 2014, p. 95-128.

Caracausi 2016 = A. Caracausi, The price of an apprentice: contracts and trials in the woollen industry in sixteenth century Italy, dans MEFRIM, 129-1, 2016 (en ligne).

Casarino 1982 = G. Casarino, Maestri e garzoni nella sociétà genovese fra XV e XVI secolo, vol. IV: I giovani e l’apprendistato. Iniziazione e addestramento, Genova, 1982 (Quaderni del centro di studio Sulla storia della tecnica del CNR, 9).

Castel 1995 = R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, 1995.

Chassagne 1998 = S. Chassagne, Le travail des enfants au XVIIIe et XIXe siècles, dans E. Becchi, D. Julia (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, II, Paris, 1998, p. 224-270.

Chauvet 1959 = P. Chauvet, Les ouvriers du livre en France des origines à la Révolution française, Paris, 1959.

Cottereau 2002 = A. Cottereau, Droit et bon droit. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, XIXe siècle), dans Annales. Histoire, Sciences sociales, 57-6, 2002, p. 1521-1557.

Crebouw 1986 = Y. Crebouw, Salaires et salariés agricoles en France, des débuts de la révolution aux approches du XXe siècle, thèse, université de Lille, 1986.

Crebouw 1996 = Y. Crebouw, Droit et obligations des journaliers et des domestiques, droits et obligations des maîtres, dans J.-C. Farcy, R. Hubscher, La moisson des autres : les salariés agricoles aux XIXe et XXe siècles, Paris, 1996, p. 81-200.

Darnton 1985 = R. Darnton, Le grand massacre des chats : attitudes et croyances dans l’ancienne France, Paris, 1985.

De Munck – Kaplan – Soly 2007 = B. De Munck, S. Kaplan, H. Soly (dir.), Learning on the shop floor, New York-Oxford, 2007.

Deakin – Wilkinson 2005 = S. Deakin, F. Wilkinson, The law of the labor market: industrialization employement, and legal evolution, Oxford, 2005.

Dewerpe 1985 = A. Dewerpe, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord (1800-1880), Rome, 1985.

Domat 1835 = J. Domat, Les lois civiles dans leur ordre naturel, première édition 1697, reproduite dans Œuvres, Paris, 1835, vol. 1.

Drévillon 2011 = H. Drévillon, Les rois absolus (1629-1715), Paris, 2011.

Epstein – Prak 2008 = S. Epstein, M. Prak (dir.), Guilds, innovation, and the European economy, 1400-1800, Cambridge, 2008.

Farge 1986 = A. Farge, La vie fragile : violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIsiècle, Paris, 1986.

Farge 2016 = A. Farge, La révolte de Mme Montjean : l’histoire d’un couple d’artisans au siècle des Lumières, Paris, 2016.

Fauve-Chamoux 2004 = A. Fauve-Chamoux (dir.), Domestic service and the formation of European identity. Understanding the globalization of domestic work, 16-21th centuries, Bern, 2004.

Foucault 1976 = M. Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ; Histoire de la sexualité, I : La volonté de savoir, Paris, 1976.

Franceschi 1996 = F. Franceschi, Les enfants au travail dans l’industrie textile florentine des XIVe et XVe siècles, dans Médiévales, 30, 1996, p. 69-82.

Gardey 2015 = D. Gardey, Le linge du Palais Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique, Lormont, 2015.

Haraway 1991 = D. Haraway, Simians, cyborgs, and women: the reinvention of nature, Londres, 1991.

Hay 1998 = D. Hay, Patronage, paternalism, and welfare: masters, workers, and magistrates in eighteenth-century England, dans International Labor and Working-Class History, 53, 1998, p. 27-48.

Hay 2000 = D. Hay, Master and servant in England: using the law in the eighteenth and nineteenth centuries, dans Willibald Steinmetz (dir.), Private law and social inequality in the industrial age. Comparing legal cultures in Britain, France, Germany and the United States, Oxford, 2000, p. 227-264.

Hay – Craven 2004 = D. Hay, P. Craven, Masters, servants and magistrates in Britain and the Empire, 1562-1955, Chapel Hill, 2004.

Hoerder – Van Nederveen Meerkerk – Neunsinger 2015 = D. Hoerder, E. van Nederveen Meerkerk, S. Neunsinger (dir.), Towards a global history of domestic and caregiving workers, Leiden-Boston (Mass.), 2015.

Kaplan 1979 = S. Kaplan, Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1815, dans Revue Historique, t. CCLXI, 1979, p. 17-79.

Kaplan 1993 = S. Kaplan, L’apprentissage au XVIIIe siècle : le cas de Paris, dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 40-3, 1993, p. 436-479.

Laudani 2006 = S. Laudani, Apprenties ou jeunes salariées ?, dans Histoire urbaine, 15-1, 2006, p. 13-25.

Luciano 1993 = M. Luciano, Andare a bottega. Adolescenza e apprendistato nelle arti (sec. XVI-XVII), dans O. Niccoli (dir.), Infanzie. Funzioni di un gruppo liminale dal mondo classico all’età Moderna, Florence, 1993, p. 231-251.

Martinat 2011 = M. Martinat, Travail et apprentissage des femmes à Lyon au XVIIIe siècle, dans MEFRIM, 123-1, 2011, p. 11-24.

Ménétra 1982 = Journal de la ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au 18e siècle, présenté par Daniel Roche, Paris, 1982.

Molinier 2006 = P. Molinier, Les enjeux psychiques du travail : introduction à la psychodynamique du travail, Paris, 2006.

Moulinié 1999 = V. Moulinié, Le pouvoir hiérarchique. Une ethnographie du pouvoir en usine, dans Terrains, 21, 1999, p. 129-142.

Ogilvie 2007 = S. Ogilvie, Can we rehabilitate the guilds? A sceptical re-appraisal, dans CWPE 0745, 2007 (en ligne).

Pasleau – Schopp – Sarti 2005 = S. Pasleau, I. Schopp (dir.), avec la collaboration de Raffaella Sarti, Proceedings of the servant project, Liège, 2005, 5 vol.

Polanyi 1983 = K. Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, 1983 (1re éd. originale 1944).

Pothier 1861 = R. Pothier, Traité du contrat de louage, Paris, 1861.

Prak – Wallis 2018 = M. Prak, P. Wallis (dir.), Apprenticeship in Early Modern Europe, Cambridge, 2018.

Rowlands 2002 = G. Rowlands, The dynastic state and the army. Royal service and private interests under Louis XIV, 1661-1701, Cambridge, 2002.

Sarmant – Stoll 2010 = T. Sarmant, M. Stoll, Régner et gouverner. Louis XIV et ses ministres, Paris, 2010.

Sarti 2014 = R. Sarti, Historians, social scientists, servants, and domestic workers: fifty years of research on domestic and care work, dans International Review of Social History, 59-2, 2014, p. 279-314.

Schapira 2014 = N. Schapira, Les secrétaires particuliers dans la France d’Ancien Régime, mémoire inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches, 2014.

Sonenscher 1989 = M. Sonenscher, Works and wages. Natural law, politics and the 18th century France trades, Cambridge, 1989.

Stanziani 2010 = A. Stanziani, Le travail contraint en Asie et en Europe, XVIIe-XXe siècles, Paris, 2010.

Stanziani 2014 = A. Stanziani, Bondage. Labor and rights in Eurasia from the sixteenth to the early twentieth centuries, New York-Oxford, 2014 (International Studies in Social History, 24).

Steinfeld 1991 = R. Steinfeld, The invention of free labor: the employement relation in English and American law and culture, 1350-1870, Chapel Hill, 1991. 

Steinfeld 2001 = R. Steinfeld, Coercion, contract, and free labor in the nineteenth century, Cambridge, 2001. 

Stella 1996a = A. Stella (dir.), Les dépendances au travail, dans Médiévales, 30, 1996.

Stella 1996b = A. Stella, Travail, famille, maison : formes et raisons du placement dans les sociétés traditionnelles, dans Médiévales, 30, 1996, p. 35-44.

Terrier 1996 = D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, 1996.

Haut de page

Notes

1 Chauvet 1959, p. 161.

2 Exemple cité par Kaplan 1979 : en octobre 1746, les garçons serruriers parisiens refusent d’aller se faire inscrire au bureau de la communauté en disant « qu’ils n’étoient pas des laquais ».

3 Ibidem.

4 Stella 1996b.

5 Bernardi 2009 ; Casarino 1982 ; Luciano 1993 ; Franceschi 1996 ; Bellavitis 2006 ; Laudani 2006 ; Caracausi 2016. Pour la France : Kaplan 1993 ; Chassagne 1998 ; Martinat 2011. Et pour une vue d’ensemble : De Munck – Kaplan – Soly 2007 ; Prak – Wallis 2018.

6 Castel 1995.

7 Ibidem, p. 153 citant Geremek.

8 Ibidem, p. 150-152.

9 Steinfeld 1991 ; 2001 ; Hay 1998 ; 2000 ; Hay – Craven 2004 ; Deakin – Wilkinson 2005.

10 Hay 2000, p. 228 : des servant in husbandry, la législation a été étendue par les courts aux « skilled workers and even unskilled labourers working by the day or week and to pieceworkers and domestic servants and even to tradesmen ».

11 Hay – Craven 2004, p. 66.

12 Stanziani 2014, p. 158. 

13 Il cite notamment Domat 1835 ; Pothier 1861.

14 Sonenscher 1989, p. 75.

15 Cottereau 2002.

16 Comme le rappelle Stanziani 2014, d’une part toutes les justices prudhommales n’ont pas été l’objet d’enquête, loin de là ; d’autre part, une part plus importante des conflits est l’affaire des juges de paix, notamment en milieu rural où la présence des domestiques reste extrêmement forte. Voir aussi Balois-Proyart 2014 ; sur les domestiques et ouvriers agricoles, voir Crebouw 1986 et 1996.

17 Stanziani 2010.

18 Polanyi 1983.

19 Dewerpe 1985. En ce qui concerne la longue persistance de la proto-industrie en France, voir Terrier 1996.

20 Molinier 2006, p. 274-275.

21 Haraway 1991.

22 Rowlands 2002 ; Sarmant – Stoll 2010, p. 308 ; Drévillon 2011, p. 541.

23 Gardey 2015.

24 Nous renvoyons aux travaux collectifs, notamment Fauve-Chamoux 2004 ; Pasleau – Schopp – Sarti 2005. Pour une bibliographie récente et complète, nous renvoyons à Sarti 2014 ; Hoerder – Van Nederveen Meerkerk – Neunsinger 2015.

25 Bellavitis – Martini – Sarti 2016.

26 Darnton 1985 ; Farge 1986 et 2016. Voir également la synthèse récente de Bellavitis 2016.

27 Ménétra 1982.

28 Hay 2000, p. 238.

29 Caracausi 2014.

30 Ogilvie 2007.

31 Epstein – Prak 2008.

32 Schapira 2014.

33 Moulinié 1999.

34 Foucault 1976.

35 Molinier 2006.

36 Bourdieu 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corine Maitte et Nicolas Schapira, « Introduction : l’empreinte domestique du travail dans la longue durée », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-1 | -1, 5-14.

Référence électronique

Corine Maitte et Nicolas Schapira, « Introduction : l’empreinte domestique du travail dans la longue durée », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/5875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.5875

Haut de page

Auteurs

Corine Maitte

Laboratoire ACP, université de Paris-Est Marne-la-Vallée – corine.maitte@u-pem.fr

Articles du même auteur

Nicolas Schapira

Laboratoire CHISCO, université de Paris Nanterre/Grihl – nschapira@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals