Navigation – Plan du site
L’empreinte domestique du travail, XVIe-XXIe siècle
Le domestique est partout !

Le « nom de domestique » est un « mot vague »

Débats parlementaires sur la domesticité pendant la Révolution française
Raffaella Sarti
p. 39-52

Résumés

Aujourd’hui, le terme « domestique » apparaît démodé et plutôt « politically incorrect » ; cependant, quand on parle des domestiques on pense à des personnes qui font un travail défini, quoique comprenant plusieurs tâches. Il s’agit du résultat d’une longue évolution qui a vu le domestique se transformer en travailleur (plus souvent travailleuse) après avoir été (considéré) pendant des millénaires comme un partenaire subordonné dans une relation de pouvoir et/ou un « outil » utilisé par le maître pour accomplir des tâches quelconques, selon la définition d’Aristote. Les débats qui eurent lieu pendant la Révolution française furent très importants à cet égard. Mon article analysera ces débats révolutionnaires sur le statut et la définition des domestiques, et montrera qu’ils contribuent à transformer la domesticité de condition en métier, quoique la transformation ne soit jamais tout à fait accomplie.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Corine Maitte et Nicolas Schapira pour leurs commentaires ainsi que pour la révision du français, pour laquelle je remercie aussi Anouck Vecchietti. Tous les italiques sont dans les textes originaux, sauf mention contraire.

Texte intégral

La domesticité : condition, métier ou quoi d’autre ?

  • 1 Aristote, La Politique I (A), 1253b et 1254a ; Sarti 2015, surtout p. 29-36 et 48-51.

1Aujourd’hui, le terme « domestique » apparaît démodé et « politically incorrect » ; cependant, quand on parle des domestiques, on pense à des personnes qui font un travail défini, quoique comprenant plusieurs tâches. Il s’agit du résultat d’une longue évolution qui a vu le domestique se transformer en travailleur (plus souvent en travailleuse) après avoir été considéré pendant des millénaires comme le partenaire subordonné dans une relation de pouvoir et/ou un « outil vivant » utilisé par le maître pour accomplir des tâches quelconques, selon la définition d’Aristote, reprise par beaucoup d’auteurs jusqu’au XIXe siècle1.

  • 2 Pour une discussion de ce problème et des différentes approches, voir Sarti 2005.
  • 3 Gutton 1981, p. 11.
  • 4 Fairchilds 1984, p. 2-3.
  • 5 Sabattier 1984, p. 17-20.
  • 6 Bernard – Stevens 2009, p. 8.
  • 7 Delleaux 2015.
  • 8 Conesa 2017.
  • 9 Maitte – Rygiel 2017.

2Pratiquement tous les historien(ne)s qui étudient l’histoire de la domesticité doivent se confronter avec le problème de ses contours flous2. Ainsi, pour ne citer que quelques exemples relatifs à la France, Gutton écrivait que les termes domestiques et domesticité « sous l’ancien régime sont fort ambigus […] Domestique a en effet, jusqu’à la fin de l’époque moderne, une acception très large »3 ; Fairchilds parlait des termes domestique et serviteur comme des « umbrella terms » « that covered people from a wide variety of social backgrounds, incomes and occupations »4 ; Sabattier posait la question : « la condition domestique : une ou multiple ? »5 ; selon Bernard et Stevens, « entre les 17e et 19e siècles, la sémantique du mot ‘domestique’ a fort évolué. […] Au 18e siècle, plusieurs définitions coexistent encore, mais reflètent mal les différents statuts au sein du groupe. La domesticité est une catégorie sociale foncièrement hétérogène ! »6 ; Delleaux, en traitant des domestiques agricoles de la France du Nord, souligne que « ce groupe n’est pas homogène et qu’il existe de fait en son sein une hiérarchie »7 ; Conesa, à propos du Roussillon, écrit que « les domestiques occupent des positions, des fonctions et des devenirs incertains »8 ; Maitte et Rygiel affirment que « si l’on admet que près de 10 % de la population totale des villes d’ancien régime peut être constituée de domestiques de toutes sortes, on conçoit que c’est la première activité laborieuse de bien des cités. Pourtant, la modeste servante à tout faire des maîtres-artisans n’a pas grand-chose à voir avec le maître d’hôtel aristocratique, si ce n’est bien souvent leur origine “foraine” »9. Le ou la domestique n’existait pas sur le plan sociologique. Au contraire, pouvaient être définis comme domestiques des individus très différents entre eux en ce qui concerne l’âge, le sexe, l’éducation, le revenu, les tâches accomplies, le prestige, la couche sociale, etc.

  • 10 Sarti 2014.
  • 11 La bibliographie sur la Révolution française est surabondante. Pour des raisons d’espace, je ne fe (...)

3Aujourd’hui, il y a un intérêt renouvelé des historien(ne)s pour l’histoire du travail en général et du service domestique en particulier, et ce pour plusieurs raisons, parmi lesquelles les transformations contemporaines du travail liées au « progrès » technologique, à la robotisation, et à la « globalisation », ainsi qu’à la précarisation des emplois, au chômage et au « retour » inattendu de la domesticité, voire même de l’esclavage10. Les débats parlementaires qui eurent lieu pendant la Révolution française offrent un point de vue particulièrement intéressant sur cette histoire11. Cet article analysera ces débats révolutionnaires sur le statut et la définition des domestiques, tout en montrant qu’ils contribuèrent à faire évoluer la conception de la domesticité de condition en métier, quoique la transformation ne soit jamais tout à fait accomplie.

L’omniprésence de la domesticité et du service sous l’Ancien Régime

  • 12 Encyclopédie 1755, vol. V, p. 29, Article « Domestique ».

DOMESTIQUE, s. m. (Hist. mod.) est un terme qui a un peu plus d’étendue que celui de serviteur. Ce dernier signifie seulement ceux qui servent pour gages, comme valets de pié [sic], laquais, porteurs, &c. au lieu que le mot domestique comprend toutes les personnes qui sont subordonnées à quelqu’un, qui composent sa maison, & qui vivent ou sont censées vivre avec lui, comme secrétaires, chapelains, &c.
Quelquefois le mot domestique s’étend jusqu’à la femme & aux enfans [sic].
domestiques, (Jurisp.) Ce terme pris dans un sens étendu, signifie tous ceux qui demeurent chez quelqu’un & en même maison ; ainsi dans ce sens tous les officiers du roi & des princes, qu’on appelle commensaux, & ceux des évêques, sont en quelque façon domestiques.
Mais on n’entend ordinairement par le terme de domestique, que des serviteurs12.

  • 13 Voir surtout Sarti 2005.
  • 14 Matthieu 20:28 ; voir aussi Marc 10:45.
  • 15 Sarti 2005.

4Ces définitions, tirées de l’Encyclopédie, de toute évidence ne définissaient pas beaucoup : d’une part, elles décrivaient une superposition partielle, voire une confusion, entre domestiques et serviteurs, d’autre part, elles étendaient les limites de la domesticité bien au-delà de la cohabitation, la subordination étant bien le point commun de toutes les acceptions du terme. Mais ce n’était pas du tout une spécificité, si on considère que les sociétés de l’époque donnaient souvent une représentation d’elles-mêmes comme constituées de réseaux des relations de dépendance et service, au point qu’on pouvait affirmer que tout le monde servait13. Ne lisait-on pas dans l’Évangile que Jésus « n’est pas venu pour être servi, mais pour servir »14 ? Le Pape ne se présentait-il pas comme Servus Servorum Dei ? Ne signait-on pas les lettres en se déclarant humble serviteur de la personne à laquelle on s’adressait15 ?

5Mais si les domestiques servaient, beaucoup parmi ceux qui pouvaient être considérés comme tels (qui étaient aussi nombreux que différents) pouvaient être en même temps maîtres d’autres personnes, exactement comme on peut être (et souvent on est) en même temps fils et père, fille et mère. Et parfois la position réciproque entre deux personnes pouvait changer selon les circonstances. Être domestique était une condition, et une condition non pas absolue, mais relative à celle d’autres individus.

6Dans les sociétés d’Ancien Régime, au regard de l’importance attachée à la distinction des groupes sociaux et à la fixation des positions des individus, l’ubiquité ainsi que la relativité et l’instabilité des relations maître/domestique pourraient apparaître surprenantes, voire incohérentes. Or cela tient au contraire au fait que les rapports maître/domestique étaient fondateurs de ces sociétés – on pourrait même dire qu’ils jouaient un rôle générateur. Le rapport maître/domestique était à la fois rapport de pouvoir (le plus simple et élémentaire rapport de pouvoir), rapport de commandement/obéissance, rapport de protection/fidélité, ainsi que rapport de service et de travail dans la mesure où il impliquait la mise à la disposition du maître de toute la capacité de travail du domestique pour effectuer n’importe quelle tâche, plutôt qu’une tâche définie.

  • 16 Aristote, La Politique I (A), 1253b, 1254a et 1254b, 1255b, 1259a ; Sarti 2015, surtout p. 29-36.
  • 17 Sarti 2015, p. 48-51, 58-66.

7Beaucoup d’auteurs assimilaient le pouvoir du roi au pouvoir du chef de famille, la nation à une grande maison, et représentaient toute la société comme structurée selon des rapports hiérarchiques. Nombre d’entre eux se référaient (directement ou indirectement) à Aristote, selon lequel il y avait trois types de relations domestiques – mari-femme, parents-enfants et maître-doulos (esclave, serviteur, domestique) – qui étaient toutes asymétriques et hiérarchiques quoique à un degré différent, le pouvoir restant toujours dans les mains du chef de famille, à la fois mari, père et maître. Mais si, d’une part, ce modèle familial fut relancé pendant plus d’un millénaire, d’autre part, comme je viens de l’expliquer, maints auteurs d’Ancien Régime l’ont étendu à l’État, en assimilant le roi au chef de famille. Au contraire, selon Aristote, les hiérarchies domestiques étaient complètement différentes des relations au sein de la polis, qui étaient celles d’hommes libres et égaux entre eux, exerçant en tant que citoyens le pouvoir comme magistrats pendant des périodes limitées. La coexistence de ces deux systèmes – le système domestique hiérarchique et le système politique égalitaire – était possible, selon le philosophe grec, parce que seuls les chefs de famille jouissaient du droit de cité et accédaient à la polis, femmes, enfants et douloi en étant exclus16. Tout en assimilant les relations politiques aux relations domestiques, beaucoup d’auteurs d’Ancien Régime étendaient le champ des relations maître/serviteur bien au-delà de la famille, ce qui rendait les bornes de la domesticité plus floues que dans le modèle aristotélicien. Les lois reflétaient souvent ces idées et les pratiques sociales révélaient en effet fréquemment des relations hiérarchiques, bien que conflictuelles, même si on trouve aussi, dans les sociétés d’Ancien Régime, des idées différentes, ainsi que des espaces d’égalité et de pratiques égalitaires. C’est pour cela que maintes relations sociales, à nos yeux très différentes les unes des autres, pouvaient toutes être décrites et même vécues comme des relations maître/domestique17.

  • 18 Robert 1957, ad vocem ; Rosanvallon 1992 ; Sonenscher 2011 [1989], p. 70.
  • 19 Sarti 2005, p. 56.

8Il est intéressant de noter que, dans ce contexte flou, où il ne semble pas possible d’établir des distinctions claires entre celui qui est domestique et celui qui ne l’est pas, on distinguait néanmoins entre gage et salaire, le gage étant le payement de la personne (donc la rémunération des domestiques), le salaire le payement pour un travail déterminé18. Donc, si d’une part en étudiant la domesticité sous l’Ancien Régime on finit par étudier toute la société, parfois avec une sensation de chaos et désordre19, d’autre part on s’aperçoit que les acteurs distinguaient différents usages des notions de maître et de domestique, dont le sens dépendait du contexte : ce sont donc les contextes qu’il faut reconstruire au cas par cas, si on veut les comprendre.

  • 20 Sarti 2015, surtout p. 231-246.

9De plus, comme je l’ai souligné dans Servo e Padrone, o della (In)dipendenza, étant donné que le rapport maître/domestique est en premier lieu un rapport de pouvoir, on se tromperait si on l’imaginait se déroulant selon un schéma fixe et figé une fois pour toutes. Certes, lois et instructions visaient à assurer l’obéissance des domestiques, cependant chaque relation maître/domestique, en elle-même et en ce qui concerne l’extension du pouvoir du maître (et aussi de celui du domestique), me semble plus correctement décrite à la fois comme le résultat instable et provisoire d’une véritable microphysique foucaldienne des pouvoirs et comme le champ de négociations et de confrontations individuelles et collectives continues20.

10La nature indéfinie et conflictuelle de la domesticité se révèle très clairement lorsqu’on établit et qu’on cherche à appliquer des lois visant à la réguler, voire à en changer certains aspects. Il faut alors souvent détailler qui sont les personnes auxquelles la loi fait référence ; et il y a parfois des réactions de la part des personnes considérées. De ce point de vue, le grand laboratoire politique, législatif, social, et culturel représenté par la Révolution française est particulièrement intéressant.

Maîtres et domestiques : les débats pendant la Révolution française

  • 21 Les débats révolutionnaires sur la domesticité ont été analysés par les historien(ne)s e de la dom (...)

11Si on admet que l’inégalité était au cœur des sociétés d’Ancien Régime – quoique avec une importance différente selon les cas et malgré la présence de notions et de pratiques d’égalité –, la force de rupture des principes révolutionnaires de liberté et d’égalité est immédiatement évidente. En même temps, il est clair que le domestique se trouve dans une position délicate. Protagoniste d’une relation cruciale dans les sociétés d’Ancien Régime, il peut représenter tout ce que la Révolution refuse : l’inégalité, le manque de liberté… Il semblerait donc logique que liberté et égalité dussent être valides pour les domestiques aussi, ou même, surtout et avant tout pour les domestiques. Toutefois, la réalité fut beaucoup plus compliquée. Quand les révolutionnaires durent se confronter à la mise en place des principes de liberté, égalité, fraternité, les choses leur apparurent souvent sous une autre lumière. Les domestiques n’avaient-ils pas renoncé à leur propre liberté pour se mettre au service d’un maître ? Devaient-ils donc jouir du droit de cité ? Devaient-ils jouir du droit de vote21 ? Les discussions sur ce sujet révèlent les incertitudes sur la condition des domestiques : victimes d’une société injuste ou protagonistes volontaires de leur asservissement ? En même temps, ces discussions montrent les difficultés, voire l’impossibilité d’établir qui étaient concrètement les domestiques.

12C’est ce qui se passa au sein du Comité chargé de préparer la Constitution. Les soupçons contre les domestiques prévalurent, mais on discuta beaucoup de la façon de les distinguer. Ainsi, le rapport du Comité sur le droit de vote présenté le 29 septembre 1789 par Jacques-Guillaume Thouret à l’Assemblée nationale, proposa d’une part l’exclusion des domestiques, de l’autre révéla immédiatement la nécessité d’expliquer de quoi on parlait lorsqu’on mentionnait la domesticité, ou, à dire vrai, dans cette première formulation, l’état servile :

  • 22 AP, tome IX, p. 204.

Le comité propose que les qualités nécessaires pour entrer, à titre de citoyen actif, dans l’assemblée primaire de son canton, soient : […] 5e de n’être pas pour le moment, dans un état servile (1), c’est-à-dire, dans des rapports personnels, trop incompatibles avec l’indépendance nécessarire [sic] à l’exercice des droits politiques22.

  • 23 Ibid., note 1.

13La note 1 expliquait que « L’état servile, exclu ici, ne peut pas s’entendre, sous aucun rapport, des anciens main-mortables, dont la servitude a d’ailleurs été abolie par le décret de l’Assemblée nationale du 4 août dernier »23.

  • 24 Ibid., p. 589. Sur les secrétaires, voir Schapira 2004 et 2007.
  • 25 AP, tome IX, p. 590.

14Le principe proposé par le Comité fut accepté. Les efforts visèrent ensuite à l’améliorer. On discuta s’il valait mieux dire « N’être pas dans une condition servile » ou plutôt la formulation « N’être pas dans un état de domesticité ». Le 27 octobre, Jérôme Pétion de Villeneuve exprima son opinion : « Par domestique, on entend les commensaux, tels que les instituteurs, secrétaires, bibliothécaires, etc., et par serviteur, celui qui vaque à des œuvres serviles. Celui-ci ne peut être élu ; mais cette exclusion ne doit pas s’étendre aux commensaux »24. Mirabeau aussi souligna la distinction entre « domesticité » et « état servile »25. Selon Bertrand Barrère de Vieuzac, il fallait éviter le mot domestique, très commun :

  • 26 Ibid.

Le nom de domestique, plus rapproché de l’expression vulgaire [en comparaison avec le mot serviteur à gages], est un mot vague dont l’acception est trop étendue. Domesticité et domestiques comprennent, en effet, dans l’idiome des lois, une foule de citoyens respectables que votre intention n’est pas de priver de l’exercice des droits politiques. Les domestiques sont ceux qui vivent dans la même maison et mangent à la même table sans être serviteurs26.

  • 27 Ibid.

15Il souligna que « diverses ordonnances du royaume » traitaient des domestiques et donnaient « une grande latitude au mot domestique ». De plus, il précisa que « chez le Roi, ce mot comprend une infinité de personnes distinguées qui ont des charges ou des emplois considérables », tandis que « chez les autres citoyens, il comprend une foule de personnes dignes d’égards, telles que des instituteurs, des secrétaires, etc. ». À son avis, il fallait donc « employer d’autres expressions que celles de domesticité et restreindre la condition sous un rapport plus exact ». Selon lui, « la classe des individus » qui devaient « être exclus de la représentation politique » était celle des serviteurs à gages « parce que les serviteurs à gages n’ont pas une volonté propre, libre et indépendante, telle qu’elle est nécessaire pour l’exercice du droit de cité ». Mais la notion des serviteurs à gages ne devait elle-même pas être très claire, s’il jugeait nécessaire de la décrire en détail : « Il faut que l’exclusion de la loi frappe expressément sur [sic] les serviteurs à gages, ce qui comprendra les individus attachés aux personnes des citoyens, aux valets de service, aux valets laboureurs et aux valets vignerons ». Il avait le souci de ne pas confondre ces serviteurs avec certains agriculteurs : « Mais il faut bien distinguer de cette classe les fermiers particuliers et les colons partiaires. Ces hommes utiles et nécessaires, qui exercent le premier des arts, ne peuvent pas être compris parmi ces hommes dépendants, dont la volonté n’est pas libre »27.

  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

16Le Marquis de Foucault précisa que « les vignerons, les colons, les métayers » devaient être exclus seulement s’ils étaient à gages de quelqu’un28. Selon Regnaud de Saint-Jean-d’Angély, la définition de « serviteurs à gages » était elle aussi insuffisante : « dans plusieurs provinces, beaucoup d’habitants des campagnes rendent des services momentanés et reçoivent une rétribution en nature ; ils ne sont pas pour cela des serviteurs », disait-il. Il fallait donc préciser qu’on parlait seulement de « celui qui est payé annuellement en argent et qui est nourri chez celui qui le paye »29. Une autre personne, dont le nom ne fut pas noté dans les actes parlementaires, proposa d’employer la définition de « domesticité servile »30, tandis que de la Ville-au-Bois, en considération du fait que les ordonnances royales excluaient « de plusieurs fonctions civiles les serviteurs et domestiques indéfiniment », se déclara contre la distinction entre serviteurs et domestiques, suggérant de les exclure tous les deux31.

  • 32 Ibid. À la fin de la discussion, Camus, « pour concilier les divers opinions », avait proposé la fo (...)

17Mais enfin, après toute la discussion, l’Assemblée nationale ne distingua pas entre domestiques et serviteurs à gages : tout au contraire, on les assimila, le réquisit approuvé étant de « n’être pas dans un état de domesticité, c’est-à-dire serviteur à gages »32.

18Plusieurs aspects de la discussion sont intéressants. En premier lieu, l’effort pour identifier les domestiques en le distinguant des serviteurs. Comme on l’a vu, on cherche à tracer une ligne de démarcation invoquant différents critères :
– distinction, dignité, commensalité (entendue comme proximité aux maîtres) et/ou respectabilité contre état servile ;
– possession d’une volonté propre, libre et indépendante contre manque d’une telle volonté ;
– charges et emplois considérables, tâches intellectuelles (instituteurs, secrétaires, bibliothécaires) contre service à la personne du maître ainsi qu’activités manuelles inférieures, en ville et à la campagne (valets de service, valets laboureurs, valets vignerons) ;
– individus travaillant dans le secteur agricole comme conducteurs des fonds propres ou loués (fermiers particuliers, colons partiaires, vignerons) contre individus travaillant à la campagne au service d’autrui ;
– individus avec un domicile propre contre individus payés en argent et domiciliés chez celui qui les paye.

  • 33 AP, tome XII, p. 260-262. Voir aussi Collection 1789-1794, p. 138-140 : Lettres-Patents du Roi sur (...)

19L’ampleur ainsi que la variété des cas considérés et, encore plus, le fait qu’en fin de compte l’effort de définition échoua, confirment l’indétermination et l’ubiquité de la notion de domesticité à l’époque. L’adoption de la version décrite n’impliqua pas, toutefois, que la question était désormais résolue. Quelques mois plus tard, le 20 mars 1790, Target proposa des spécifications qui impliquaient une notion de domesticité plus restreinte. Sa proposition fut approuvée : « Ne seront réputés domestiques ou serviteurs à gages, les intendants ou régisseurs, les ci-devant feudistes, les secrétaires, les charretiers ou maîtres-valets de labour, employés par les propriétaires, fermiers ou métayers, s’ils réunissent d’ailleurs les autres conditions exigées »33.

20La décision ne fut pas acceptée par tout le monde sans réactions. Le 12 juin 1790, une délégation de « gens de maison » se présenta à l’Assemblée nationale pour faire don de 3000 livres d’argent et d’autres biens à la patrie. L’un d’entre eux fut autorisé à prendre la parole devant l’Assemblée nationale. Son discours nous permet d’avoir un aperçu sur le point de vue des quelques individus qui s’identifiaient avec les exclus par le fait d’être domestiques ou serviteurs à gages. Une première raison d’intérêt est précisément qu’ils ne sont décrits, dans les actes parlementaires, ni comme domestiques ni comme serviteurs, mais comme « gens de maison ». Peut-être eux-mêmes se présentèrent-ils comme tels, tout en cherchant à échapper ainsi, grâce à ce distinguo linguistique, à l’exclusion prévue par la loi ? Nous ne le savons pas. En tout cas, en parlant devant l’Assemblée, ils ne nièrent pas leur appartenance aux exclus, révélant aussi leur déception. Le profil des exclus dessiné par leur discours est celui des personnes nées à la campagne et forcées par la pauvreté à abandonner leurs villages pour se mettre au service des riches en ville. Il ne s’agit donc pas d’une foule indéfinie d’individus différents, mais au contraire d’un groupe social et économique plutôt bien défini. Voilà le discours :

  • 34 Adresse 1790 ; voir aussi AP, tome XVI, p. 201.

Si des motifs que nous respectons, vous ont déterminés à séparer les Gens de Maison de la chose publique, nos cœurs sauront toujours franchir la barrière que votre sagesse a cru poser entre nous et les Citoyens. Nous le sentons, & notre patriotisme en est moins humilié : il est difficile de concilier l’exercice de la liberté avec le régime de la domesticité. La nécessité a établ [sic] une dépendance qu’une certaine classe d’hommes ne peut éviter ; mais, nés dans le sein de la Patrie, libres dans le choix de nos occupations, nous regarderons comme un moment heureux celui où nous pourrons voler à son secours. Ce seroit [sic] du moins nous faire injure que de présumer que l’avilissement & la dégradation des sentiments fussent toujours le partage des Gens de Maison. N’avons-nous pas nos parens [sic], une Patrie ? Ne sommes-nous pas François ? Et quand vous préparez si glorieusement la régénération de l’Empire, pourrions-nous ne pas respecter une Constitution qui peut un jour nous protéger ? Hélas ! sous un régime moins désastreux pour les habitants des campagnes, la moitié d’entre nous habiterait encore ses humbles foyers, cultiverait encore l’héritage de ses pères. Les riches, ayant moins de ressources, auraient eu moins de fantaisies. Les Habitans [sic] des Campagnes, moins pressés par l’impôt, ne seroient [sic] pas venus dans la Capitale échanger leur misère contre un genre de service qui humilie l’homme beaucoup plus qu’il ne l’enrichit. Votre sagesse, Nosseigneurs, fera cesser ce genre de désordre34.

  • 35 Sarti 2015, p. 117-123.
  • 36 AP, tome XVI, p. 375-378.

21Il s’agit d’un discours très raffiné ; malheureusement l’auteur reste pour le moment inconnu ; celui qui le présenta à l’Assemblée nationale était peut-être Jean Visse, un domestique engagé à l’époque dans des projets ambitieux visant à améliorer la condition des domestiques35. Une semaine après, le 19 juin 1790, l’Assemblée nationale décréta l’abolition de la noblesse héréditaire ainsi que des titres, armoiries, livrées et de toute espèce de distinction entre les Français. Selon le député Noailles, l’abolition des livrées visait à rendre leur dignité à une « classe de citoyens jusqu’à présent avilie »36. En effet, le décret pourrait sembler un premier pas vers la « régénération » invoquée dans le discours des gens de maison. Si la livrée signalait en public l’appartenance du serviteur à la maison du maître, exaltant la relation asymétrique entre eux, son abolition plaçait les serviteurs et les maîtres sur un plan plus égalitaire. Et, puisque la relation maître/domestique était à la fois un rapport de pouvoir et une relation de travail, l’abolition des livrées contribuait à faire pencher la balance du côté de la relation de travail.

  • 37 AP, tome XVIII, p. 41.

22En même temps, on continuait à discuter sur la définition des domestiques afin d’établir qui pouvait être inclus parmi les citoyens actifs. Le 12 août 1790, l’Assemblée répéta que « les intendants ou régisseurs, les ci-devant féodistes, les secrétaires, les charretiers ou maîtres valets de labour employés par les propriétaires, fermiers ou métayers, ne sont pas réputés domestiques ou serviteurs à gages », tout en ajoutant que « il en est de même des bibliothécaires, des instituteurs, des compagnons-ouvriers, des garçons marchands et des commis aux écritures »37. Les frontières de la domesticité devenaient un peu moins floues : selon la loi, beaucoup de ceux qui traditionnellement appartenaient à la frange supérieure de la domesticité n’en faisaient désormais plus partie, ainsi que divers types de travailleurs employés à la campagne, dans les ateliers artisans, les boutiques et les bureaux. La notion de domesticité, en outre, s’en trouvait restreinte, au moins en partie, à ses couches inférieures et « improductives ».

  • 38 AP, tome XXII, p. 169-190, Décret et instruction de l’Assemblée nationale du 13 janvier 1791, sur (...)
  • 39 AP, tome XXII, p. 170 ; sur cette taxe en France voir Sarti 2015, p. 145-147 ; sur d’autres pays S (...)

23La contribution mobilière, établie le 13 janvier 1791, allait dans la même direction. Elle comprenait cinq impôts connexes, parmi lesquels se trouvait la taxe sur les domestiques38. Tout en prévoyant les malentendus auxquels le terme domestique pouvait donner lieu, l’article 11 du décret expliquait que l’on n’aurait pas compté « les apprentis et compagnons d’arts et métiers, les domestiques de charrue et autres destinés uniquement à la culture ou à la garde et au soin des bestiaux, ni les domestiques au-dessus de l’âge de soixante ans »39.

  • 40 AP, tome XXVII, p. 78.
  • 41 Ibid., p. 79.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.

24Néanmoins, tout cela ne signifie pas l’abolition complète, par les députés français, de la notion « traditionnelle » de domesticité, c’est-à-dire la notion aux bornes très floues incluant même des personnes qui faisaient partie des élites sociales, comme le montre la discussion du 9 juin 1791 sur l’électorat passif et l’incompatibilité entre les fonctions législatives et différentes autres fonctions publiques40. Pétion de Villeneuve proposa que cette incompatibilité « soit étendue à toutes les personnes de la domesticité du roi »41. Thouret expliqua qu’elles n’étaient pas comprises dans le projet d’article « parce que nous n’avons pas, dans ce moment, d’expression technique à leur appliquer ». La réalité était en train de changer, et le langage n’avait pas encore de mots appropriés : « avant que la maison du roi soit organisée, avant de connaître ce que ces individus seront dans le nouvel ordre des choses qui se prépare, on ne pourrait les désigner que par une circonlocution extrêmement vague »42. Selon Malouet, il fallait « réduire l’amendement aux officiers servants et domestiques dans la maison du roi »43 ; d’André affirma que « toute personne qui non seulement est en état de domesticité mais qui est dans la dépendance immédiate soit du roi, soit d’un particulier, doit être exclue de la législature »44. Thouret chercha à limiter l’exclusion, ne proposant l’incompatibilité que pour les « officiers servant domestiquement dans la maison du roi »45 : si les discussions autour de la citoyenneté active avaient abouti à ce que les couches supérieures de la domesticité d’Ancien Régime soient sorties du champ de celle-ci, en discutant de l’électorat passif et des incompatibilités, une définition large, voire étendue vers le haut plutôt que vers le bas, s’est imposée. Tandis que d’André répétait qu’il fallait « prononcer l’exclusion du Corps législatif contre toute personne qui se trouve aux gages d’une autre »46, Roederer nous offre même une définition de « la pure domesticité » : « toute personne attachée à un service personnel et individuel, caractérisant la pure domesticité, ne doit pas être éligible au Corps législatif ». Toutefois, il ajouta que « il résulterait de l’opinion de M. d’André l’exclusion d’un très grand nombre de citoyens qui ont, à la vérité, des gages payés par des particuliers, mais qui cependant sont absolument indépendants dans leurs opinions, comme ils le sont dans leur propriété », c’est-à-dire « les chefs d’ateliers, les commis, les directeurs de manufactures », même par exemple, les « ci-devant gentilshommes » qu’il avait à ses gages dans ses verreries et qui étaient « des citoyens recommandables, d’honnêtes chefs de famille, des hommes très industrieux, très dignes d’estime publique, citoyens actifs, propriétaires domiciliés ». Implicitement, donc, il faisait référence à la définition plus restreinte de la domesticité approuvée pour définir les exclus du droit de voter. Enfin, il proposa de rendre « inéligible tout homme attaché au service personnel et individuel d’un autre »47. D’André était d’accord : « c’est la même chose, car le menuisier du roi n’est pas dépouillé du titre de citoyen actif ». Regnaud de Saint-Jean-d’Angély, faisant la synthèse du débat, demanda que l’on adopte, sauf rédaction, le principe « que nul homme aux gages et aux ordres habituels d’un autre, ne puisse être élu à la législature »48. L’amendement fut adopté, mais la rédaction fut un peu différente : « tous ceux qui seront aux gages et aux ordres habituels d’un autre, s’ils sont élus membres du Corps législatif, seront tenus d’opter »49. Ces discussions, allant du menuisier du roi aux chefs d’atelier, nous confirment encore une fois l’indétermination de la notion de domesticité et la difficulté de la délimiter.

  • 50 Voir aussi Constitution du 3 septembre 1791, titre III, chapitre I, section II, article 2 : « Arti (...)
  • 51 AP, tome XXVII, p. 151 : « Art. 7. Les percepteurs et receveurs des contributions directes, les pr (...)

25Environ trois mois après ces débats, la constitution préparée fut finalement approuvée par l’Assemblée nationale (3 septembre 1791). Parmi les conditions nécessaires pour être citoyen actif, il y avait celle de ne pas être dans un état de domesticité, tandis que parmi les conditions d’éligibilité, la condition de n’être pas domestique n’était pas mentionnée. L’éligibilité était cependant réservée aux citoyens actifs, ce qui, bien sûr, excluait les domestiques50. De plus, l’article dont on vient de parler avait été inclus, avec quelques changements, dans le décret du 13 juin 1791, sanctionné le 17 juin, sur l’organisation du Corps législatif51.

  • 52 Journée du 10 août.
  • 53 AP, tome XLVIII, p. 29 ; Sarti 2015, p. 134.

26Moins d’un an après l’approbation de la Constitution, l’insurrection du 10 août 1792 obligea l’Assemblée législative, élue à l’automne précédent, à suspendre le roi et à organiser des élections pour la Convention, un nouvel organe représentatif chargé de préparer un autre texte constitutionnel. Aujourd’hui encore, certains affirment que l’élection de la Convention se fit au suffrage universel masculin52. En effet, dans le décret du 10 août appelant l’élection, il n’y a aucune exclusion des domestiques. Mais l’Assemblée, dès le lendemain, revint sur le sujet. Tandis que l’abolition de la distinction entre citoyens actifs et passifs était confirmée, l’exclusion des domestiques était réintroduite53.

  • 54 AP, tome XLVIII, p. 319.
  • 55 AP, tome XLIX, p. 25.

27Ainsi, il y eut des protestations de la part de ceux qui se considéraient comme injustement inclus parmi les domestiques. Le 17 août, l’Assemblée, discutant une plainte portée par un sieur Vivier, « conducteur des messageries », souligna « que tous les agents des administrations sont des fonctionnaires publics dont il importe de ne pas avilir le caractère en le plaçant, contre le texte de la loi, dans la classe des domestiques… »54. Quelques jours plus tard, le 27 août 1792, deux habitants de la municipalité de Port-au-Pecq dénoncèrent le fait que « dans l’assemblée primaire de cette commune un grand nombre de citoyens ont été privés de leurs droits, sous prétexte qu’étant attachés à des maisons de commerce, on devait les considérer comme en état de domesticité »55. Une fois de plus, l’Assemblée chercha à clarifier :

  • 56 Ibid., p. 35.

L’Assemblée nationale […] déclare qu’aucun citoyen ne doit être exclu des assemblées politiques pour cause de domesticité, s’il n’est attaché au service habituel des personnes ; invite, en conséquence, les assemblées primaires à ne contester l’admission et le droit de suffrage d’aucun de ceux dont les travaux ordinaires s’appliquent à l’industrie, au commerce et à l’agriculture, si d’ailleurs ils réunissent les conditions exigées par les lois56.

  • 57 Ibid., p. 73.
  • 58 AP, tome L, p. 671-672, Pétition des domestiques.

28Mais il y eut aussi des domestiques qui proposèrent une véritable reformulation de la notion même de domesticité. Ainsi le jour après, le 28 août, « une nombreuse députation de domestiques à gages est admise à la barre et réclame la jouissance des droits des citoyens »57. « Hélas ! Par quelle fatalité, législateurs, en rendant actifs les citoyens qui ont atteint l’àge [sic] de 21 ans, excluez-vous formellement ceux qui exercent une industrie infiniment délicate ? », demandèrent-ils dans leur pétition58. Ils ne manquaient pas, notamment, de contester la (prétendue) différence entre les ouvriers des manufactures et eux, et décrivaient le domestique comme un artisan domicilié chez son employeur :

  • 59 Ibid.

Les mêmes sophismes qu’on accumule contre nous seraient également péremptoires contre les nombreux ouvriers qui exploitent la manufacture d’un millionnaire. La nature, notre mère commune, nous rend serviteurs les uns des autres. Un homme vaut un homme. […] Un domestique est un artisan domicilié avec l’ordonnateur de ses travaux59.

  • 60 « Rédigé par Anacharsis Clootz [sic]. Suivent 27 signatures », AP, tome L, p. 672 : ni les 27 sign (...)
  • 61 AP, tome XLIX, p. 463, Adresse du sieur Picho, au nom de tous les citoyens qui sont en état de dom (...)

29Souscrite par vingt-sept personnes, la longue pétition n’était pas l’œuvre d’un domestique, mais de Jean-Baptiste de Cloots du Val-de-Grâce, mieux connu sous le nom d’Anacharsis Cloots (ou Clootz), un baron allemand qui avait embrassé la cause révolutionnaire et auquel l’Assemblée Législative venait de conférer le titre de citoyen français. Utopiste cosmopolite, Cloots se présentait comme « l’orateur du genre humain » et proposa la République universelle du genre humain. Toutefois, même sa pétition passionnée et argumentée avec soin ne convainquit pas l’Assemblée d’inclure les domestiques parmi les citoyens actifs.60 Mais certains domestiques ne se résignaient pas. Quelques jours après, le 8 septembre 1792, les actes parlementaires enregistraient la lecture de l’adresse d’un sieur Picho qui « au nom de tous les citoyens qui sont en état de domesticité », demandait « que l’égalité des hommes soit entière et que la classe nombreuse des gens de service puisse […] jouir de tous les droits inaliénables et imprescriptibles de l’homme »61.

  • 62 Sarti 2015, p. 116-128, 135-137.
  • 63 Ibid., p. 137-154.

30Même si les requêtes des domestiques ne furent pas acceptées, le climat politique était en train de changer, probablement aussi grâce à l’activisme d’une partie d’entre eux62 : la conviction s’affirmait que, dans un état libre, il n’était pas possible qu’il y eût des formes de dépendance personnelle empêchant la liberté de choix63. À ce propos, le rapport sur le projet de la constitution girondine dont seule la déclaration des droits aurait été approuvée était particulièrement important. Comme l’expliquait Condorcet en le présentant le 15 février 1793,

  • 64 AP, tome LVIII, p. 595.

La dépendance qui ne permet pas de croire qu’un individu obéisse à la volonté propre, pourrait sans doute être un motif légitime d’exclusion ; mais nous n’avons pas cru qu’il fût possible de supposer l’existence d’une telle dépendance sous une Constitution vraiment libre […]. Les relations sociales qui supposeraient une telle humiliation ne peuvent subsister parmi nous. Enfin, puisque le code entier de nos lois consacre l’égalité civile, ne vaut-il pas mieux que l’égalité politique y règne aussi toute entière, et serve à faire disparaître ce qui reste de cette dépendance, au lieu de la consacrer en quelque sorte dans nos lois nouvelles64 ?

  • 65 Sarti 2015, p. 137-145.

31Parmi les nombreux projets de constitution envoyés à la Convention pour contribuer, avec un effort et un enthousiasme émouvant, à l’élaboration du nouveau texte constitutionnel, nombre d’entre eux témoignaient d’une nouvelle attitude envers les domestiques65. Pierre Claude François Daunou, par exemple, n’interpréta pas le rapport maître-domestique comme un rapport de pouvoir, voire de domination, mais seulement comme un contrat de travail :

  • 66 AP, tome LXII [tome 57], p. 343-350, Vues rapides sur l’organisation de la République par P. C. F. (...)

Où les lois de la nature sont reconnues et respectées, là l’état de domesticité ne suppose pas une puissance domestique, mais il ne consiste que dans un contrat ou dans une longue suite de contrats, par lesquels deux hommes échangent les travaux de l’un contre quelque propriété de l’autre, ce qui ne peut influer sur le mode de leur existence sociale66.

32Antoine-Joseph Thorillon, dans un document soumis à la Convention, se demandait en quoi le domestique différait d’un journalier, d’un artisan, d’un artiste et pourquoi il devait être plus esclave qu’eux. À son avis, la loi devait être l’expression de la volonté générale, si une classe d’hommes n’y contribuait pas, elle ne pouvait lui être soumise.

  • 67 AP, tome LXII [tome 57], p. 582-598, Idées ou bases d’une nouvelle déclaration des droits de l’hom (...)

Des domestiques. Il en existe pourtant encore une [exception] qui me blesse ; c’est celle concernant ces citoyens qui travaillent dans l’intérieur des maisons et que le domus des latins nous a fait appeler domestiques. Je voudrais bien savoir, en bonne logique, si le citoyen qui fait mes travaux intérieurs, moyennant sa nourriture et une paye, ou moyennant une paye pour tout, comme il y en a beaucoup, est plus mon esclave que le journalier, l’artisan et l’artiste qui, moyennant une paye, me font un habit, une pendule, cultivent mon champ, bâtissent ma maison, font mon portrait ? Ces derniers qui donnent au vice les traits de la vertu ne sont-ils pas esclaves de l’or qui en est le prix ? Les juristes qui écrivent mes mensonges et les débitent, ne sont-ils pas plus esclaves que l’homme simple et pur qui reste chez moi, tant que nous nous convenons ? Il faut tous nous entr’aider ; si je vieillis dans l’ombre du cabinet, il convient que quelqu’un prépare mes restaurants. Et cet homme de qui dépend ma vie et ma fortune, ne serait point appelé à participer à l’activité publique, comme ceux qui s’occupent de nos plaisirs ou de nos affaires privées ou publiques ! Cela résiste à la raison et blesse l’égalité en droit […] Je soutiens donc que si l’égalité en droit n’est point une chimère, on n’imprime plus l’idée d’esclavage sur le front de personne, tel métier, profession, art ou service qu’il fasse. La loi étant le résultat de la volonté générale, on ne pourra plus la présumer, si une classe d’homme ne concourait pas. Si la loi n’est pas l’ouvrage de ma volonté directe ou par mes délégués, je ne dois point y être soumis67.

  • 68 AP, tome LXIII, p. 498.

33Au fur et à mesure que l’idée de l’égalité parmi les hommes se renforçait, le rapport entre le maître et le domestique, induisant la dépendance personnelle du second et donc sa privation des droits politiques, apparaissait comme de plus en plus inacceptable. Mais si on introduisait l’égalité politique entre maître et domestique, que restait-il de la domesticité ? En fait, elle devenait un simple rapport de travail entre deux personnes égales grâce à l’échange d’un service contre une rémunération. Les requêtes pour un changement législatif dans ce sens se multiplièrent : le 28 avril 1793, fut lue à la Convention une « adresse d’un grand nombre de citoyens pour demander qu’on détruise ce que la domesticité peut avoir de servile, afin de ne pas priver du droit de citoyen un grand nombre d’individus, dont le service, réduit à ce qu’il peut avoir d’utile, ne doit plus être un motif de proscription »68.

34Sollicité par toutes ces requêtes et annoncé par ces débats, un changement radical allait enfin être introduit. Le jour suivant, le 29 avril 1793, le député Jean-Denis Lanjuinais, au nom du comité chargé d’analyser les projets de constitution soumis à la Convention, proposa le décret suivant relatif à la citoyenneté :

  • 69 Ibid., p. 565.

La domesticité ne doit pas exclure des droits politiques. Il existe, il est vrai, entre le maître et le domestique un certain rapport de dépendance ; mais il est volontaire et instantané. Le domestique et le maître, quoique inégaux en talents, en propriété, peuvent l’être en liberté et en vertu, si l’éducation publique a fait connaître à tous leurs droits et leurs devoirs. Partout où le domestique est moins libre que le maître, il y a abus dans le gouvernement (1). Dans l’ordre social bien réglé, nous sommes tous libres, quoique nous dépendions tous plus ou moins directement les uns des autres69.

  • 70 Ibid., p. 200-215, surtout p. 205, Ire partie, ch. III., art. 3.

35Quelques jours avant, le 24 avril, Saint-Just avait présenté à la Convention un projet encore plus radical. Un des articles affirmait en fait que « la loi ne reconnaît pas de maître entre les citoyens ; elle ne reconnaît point de domesticité. Elle reconnaît un engagement égal et sacré de soins entre l’homme qui travaille et celui qui le paie »70. C’était une perspective véritablement révolutionnaire, qui mettait les serviteurs et les maîtres sur le même plan, effaçant ainsi leur identité plurimillénaire et transformant l’un et l’autre, simplement, en hommes d’égale dignité liés par un échange : travail contre le payement de ce même travail. L’accent mis sur la liberté qui avait animé la première phase de la Révolution avait éveillé la méfiance envers les serviteurs, à cause de leur « choix » de renoncer à leur liberté pour servir un maître. Le déplacement progressif de la discussion politique vers l’égalité – ainsi que les changements de la manière de penser la dépendance – contribua à l’élaboration de nouvelles façons de concevoir la relation maître-domestiques, jusqu’à en proposer l’effacement par la loi.

  • 71 AP, tome LXV, p. 579-580.
  • 72 Sarti 2015, p. 203-204.
  • 73 AP, tome LVII, p. 143-145, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, p. 144, article 18.
  • 74 AP, tome VIII, p. 422-424, Déclaration des droits de l’homme en société présentée à l’Assemblée na (...)
  • 75 L’esclavage fut aboli à Saint-Domingue en août-septembre 1793 et dans toutes les colonies français (...)
  • 76 Discours de Jean-Baptiste Bo, prononcé les 13 pluviôse, 17 ventôse et 8 floréal an II, et imprimé (...)

36L’élimination des Girondins facilita l’approbation rapide, le 24 juin, d’un nouveau texte constitutionnel « jacobin » qui ne prévoyait aucune exclusion à l’égard des domestiques. De plus, l’article 18 de la Déclaration des droits, repris de l’article 19 de celle « girondine » approuvée le 29 mai71, inclut aussi la proposition de Saint-Just, quoique avec quelque variation non négligeable72 : « Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n’est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît point de domesticité ; il ne peut exister qu’un engagement de soins et de reconnaissance entre l’homme qui travaille et celui qui l’emploie »73. La première phrase, proposée par l’Abbé Sieyès déjà en 178974, interdisait l’esclavage (qui à l’époque était encore légal dans les colonies françaises75) ; la deuxième imposait par loi la suppression de la domesticité telle qu’elle avait été connue pendant des siècles. Désormais, on pouvait dire que le domestique était un citoyen comme les autres, « qui loue son travail et son temps, comme un journalier loue ses heures, comme les hommes à possession vendent leurs conseils »76. S’agissait-il de l’aube d’un nouveau monde ?

 

37Non, il ne s’agissait pas de l’aube d’un nouveau monde. La Constitution, à propos de la citoyenneté, établissait ce qui suit :

  • 77 Constitution 1793. Voir aussi AP, vol. 66, p. 283 (11 juin 1793).

De l’état des citoyens. Article 4. – Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis ; – Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année – Y vit de son travail – Ou acquiert une propriété – Ou épouse une Française – Ou adopte un enfant – Ou nourrit un vieillard ; – Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l’humanité – Est admis à l’exercice des Droits de citoyen français77.

  • 78 AP, vol. 66, p. 283 (11 juin 1793). Sur ce sujet, Verjus 1997, p. 224-235 ; Verjus 1998.
  • 79 Sarti 2015, p. 155 sq.

38Tandis que dans les premières versions de l’article, on ne parlait pas de domicile, la version définitive accueillit la proposition de Thuriot : « Je demande qu’on substitue au mot réside le mot domicilié ; car pour être domicilié, il faut avoir loué l’appartement ou avoir acheté la maison où on loge ». La proposition visait à limiter la masse d’ouvriers et domestiques qui jouissaient du droit de vote : « Je pense – expliquait-il – qu’il faut déterminer l’état de l’individu, car un homme riche pourrait occuper un grand nombre d’ouvriers ou de domestiques pour voter en sa faveur, et vous devez prévenir cet abus »78. En fait, les domestiques souvent n’avaient pas de domicile, car ils habitaient auprès des maîtres, n’ayant pas de maison, ni de propriété, ni louée. En plus, comme on le sait, la Constitution de 1793 n’entra jamais en vigueur. Les Constitutions suivantes réintroduisirent l’exclusion de tous les domestiques de la citoyenneté – qui deviendront citoyens en 1848, mais souffriront des limitations dans l’exercice de leurs droits jusqu’aux années Trente du XXe siècle. Des asymétries humiliantes entre le maître et les domestiques continuèrent donc d’exister pendant longtemps, comme celle prévue par l’article 1781 du Code Civil de 1804, selon laquelle « le maître est cru sur son affirmation pour la quotité des gages, pour le payement du salaire de l’année échue, et pour les à-comptes donnés pour l’année courante »79.

39Mais si la démocratisation de la domesticité échoua largement, il n’en fut pas de même avec les efforts faits pour la circonscrire. Certes, la notion de domesticité reste ambiguë, mais les personnes qui, pendant la Révolution, furent pour ainsi dire « émancipées » de la domesticité n’y feront généralement pas retour. La notion de domesticité ne s’appliqua plus qu’aux couches inférieures « improductives » des services aux personnes et à la maison (même si son extension resta conflictuelle). Tandis que, sous l’Ancien Régime, une multitude de relations sociales étaient décrites et vécues comme des relations maître-domestique, à partir de l’époque révolutionnaire, la domesticité fut de plus en plus confinée à la maison. De relation au cœur de la société, elle devint une relation marginale, quoique statistiquement fréquente. Si, pendant des siècles, le domestique avait été le travailleur par excellence, de plus en plus les travailleurs se distinguèrent des domestiques, et la Révolution contribua à ce phénomène, ce qui rend parfois difficile d’imaginer combien de relations « domestiques » pouvaient exister sous l’Ancien Régime, non seulement dans le périmètre de la maison, auquel on les associe aujourd’hui, mais aussi en dehors.

40Les débats parlementaires sur le suffrage nous ont donné l’occasion de saisir les bornes ambiguës de la domesticité sous l’Ancien Régime et les efforts pour les définir pendant la Révolution qui toutefois ne s’adressaient qu’aux domestiques hommes. Comme on le sait, la Révolution avait fait naître bien des espoirs aussi parmi les femmes. Un dialogue imaginaire en nous donne un aperçu.

Maîtresse : Dépêche-toi que je dois aller à une académie privée de la noblesse.

Femme de chambre : Un moment de patience, citoyenne…

Maîtresse : Citoyenne ? À moi ?

Femme de chambre : Quoi ? Est-ce que ce nom vous offense ?

Maîtresse : Beaucoup, parce que je suis une dame et je veux [être appelée] très illustre [Madame]

  • 80 La Sferza 1798 et, avec quelques variations, in Giornale de’ Patrioti d’Italia, in De Felice 1962, (...)

Femme de chambre : Je suis républicaine et rien d’autre, vous me payez et je vous sers, et nous sommes égales80.

  • 81 Sarti 1997. La féminisation de la domesticité est due à plusieurs raisons, à partir du fait que de (...)
  • 82 Sarti 2015, p. 218-222.
  • 83 Ibid., p. 203-212.

41Cet extraordinaire dialogue entre la femme de chambre démocratique et la maîtresse aristocratique fut publié dans deux journaux italiens en 1798. Il transposait au féminin la transformation révolutionnaire des relations maître-domestique, à savoir la réalisation de l’égalité entre la femme de chambre et sa maîtresse grâce au remplacement des relations de dépendance personnelle par un échange de services contre payement entre deux personnes égales en tant que citoyennes. C’était un programme destiné à l’échec le plus complet : la réalité était le contraire de la fiction. En France ainsi qu’en Italie, la maîtresse et la femme de chambre ne furent pas unies par l’égale jouissance de droits de cité, mais au contraire unies par l’exclusion de la citoyenneté pendant encore un siècle et demi, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale : l’égalité entre les deux femmes appartenant à des classes différentes ne signifiait pas qu’elles avaient les mêmes droits, mais au contraire, qu’elles en étaient toutes les deux dépourvues. Et si la domesticité au XIXe siècle se féminisa81, la dépendance et le manque de liberté deviennent plus genrés qu’auparavant, plus exclusivement associés aux femmes : dans un sens, il y eut une féminisation de la dépendance82. De plus, les femmes de chambre comme les autres femmes domestiques ne furent pas, pendant très longtemps, considérées comme de véritables travailleuses. N’en va-t-il pas encore en partie de même aujourd’hui ? Ce n’est pas un hasard si un des slogans du mouvement international des domestic workers qui s’est développé depuis quelques années est « domestic work is work »83. Au fond, ce manque de reconnaissance des travailleuses domestiques comme de véritables travailleuses peut s’interpréter comme une manifestation de l’extrême survie, ou si l’on préfère évolution, des rapports de mise au service et de dépendance sur lesquels se penchaient les débats révolutionnaires décrits ici.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Adresse 1790 = Adresse des gens de maison à l’Assemblée Nationale, dans la Séance du 12 Juin imprimé par ordre de l’Assemblée Nationale, Paris, Baudoin, Imprimeur de l’Assemblée Nationale, s. d.

AP = Archives Parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises. Première série, 1787 à 1799, Paris, P. Dupont, puis CNRS, 1867-…

Aristote, La politique, http://perseus.uchicago.edu/perseus-cgi/citequery3.pl?dbname=GreekFeb2011&query=Arist.%20Pol.&getid=0.

Collection 1789-1794 = Collection générale des décrets rendus par l’Assemblée nationale, et sanctionnés ou acceptés par le Roi, IIe partie, Paris, Baudoin, Imprimeur de l’Assemblée Nationale, s. d.

Collection 1792 = Collection des Décrets de l’Assemblée Nationale Constituante, Rédigée, suivant l’ordre des matières, par M. Arnoult, membre de cette Assemblée, tome I, Dijon, Imprimerie de P. Causse, 1792.

Constitution 1793 = Constitution du 24 juin 1793, https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-constitutions-dans-l-histoire/constitution-du-24-juin-1793.

Encyclopédie 1755 = Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. V, Paris, chez Briasson, David l’Aîné, Le Breton, Durand, 1755.

Journée du 10 août 1792 = http://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_du_10_ao%C3%BBt_1792 (consulté en mars 2018).

La Sferza 1798 = Dialogo tra la cameriera democratica e la padrona aristocratica, dans La Sferza repubblicana, ossia Giornale del cittadino Costa, Milano, 14 août 1798.

Études secondaires

Avenel 1865 = G. Avenel, Anacharsis Cloots, l’orateur du genre humain, Paris, 1865.

Bernard – Stevens 2009 = B. Bernard, X. Stevens, La domesticité au siècle des Lumières. Une approche comparative, Bruxelles, 2009.

Bevilacqua 2012 = A. Bevilacqua, Conceiving the republic of mankind: the political thought of Anacharsis Cloots, dans History of European Ideas, 382, 2012, p. 550-569.

Cheneval 2004 = F. Cheneval, Der kosmopolitische Republikanismus: Erläutert am Beispiel Anacharsis Cloots, dans Zeitschrift für philosophische Forschung, 58, 2004, p. 373-396.

Conesa 2017 = M. Conesa, Les domestiques ruraux entre jeux d’échelles, structures agraires et changement social : analyse comparée de deux territoires de la province du Roussillon à l’époque moderne, dans Mundo Agrario, 18, 2017, e067, publication en ligne : http://www.mundoagrario.unlp.edu.ar/article/view/MAe067/9047.

De Felice 1962 = R. De Felice (dir.), I giornali giacobini italiani, Milano, 1962.

Delleaux 2015 = F. Delleaux, La mobilité professionnelle des domestiques au service des grandes exploitations agricoles en France du Nord au XVIIIe siècle (Artois, Flandre, Hainaut), dans Histoire et Sociétés Rurales, 44, 2015, p. 7-26.

Fairchilds 1984 = C. Fairchilds, Domestic enemies. Servants and their masters in old regime France, Baltimore-Londres, 1984.

Gross 2008 = J.-P. Gross, Domesticité, travail et citoyenneté en l’an II, 12 août 2008, publication en ligne : http://revolution-francaise.net/2008/08/12/252-domesticite-travail-citoyennete-an-ii.

Gross 2009 = J.-P. Gross, L’émancipation des domestiques sous la Révolution française, dans M. Belissa, Y. Bosc, F. Gauthier (dir.), Républicanismes et droit naturel, Paris, 2009, p. 175-187.

Guerra 2018 = A. Guerra, Anacharsis Cloots et la rivoluzione senza frontiere, dans Nuova Rivista Storica, 102, 2018, p. 1063-1090.

Gutton 1981 = J.-P. Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France de l’ancien régime, Paris, 1981.

Krampl 2017 = U. Krampl, « S’adresser à M. le Clerc, Huissier, rue S. Honoré… » (1780) ou les intermédiaires de l’intermédiaire. Presse d’annonces et emploi domestique à Paris à la fin de l’Ancien Régime, dans MEFRIM, 129-1, 2017, URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3357

Labbé 1999 = F. Labbé, Anacharsis Cloots, le Prussien francophile : un philosophe au service de la Révolution française et universelle, Paris-Montréal, 1999.

Maitte – Rygiel 2017 = C. Maitte, Ph. Rygiel, Mobilités et travail, dans Historiens et géographes, 438, 2017, https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01646233/document

Maza 1983 = S.C. Maza, Servants and masters in eighteenth-century France. The uses of loyalty, Princeton, 1983.

Monnier 2006 = R. Monnier (dir.), Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française, Paris, 2006.

Mortier 1995 = R. Mortier, Anacharsis Cloots ou l’utopie foudroyée, Paris, 1995.

Petitfrère 1986 = C. Petitfrère, L’œil du maître. Maîtres et serviteurs, de l’époque classique au romantisme, Bruxelles, 1986.

Petitfrère 1988 = C. Petitfrère, Liberté, égalité, domesticité, dans M. Vovelle, G. Chianéa (dir.), Les droits de l’Homme et la conquête des libertés : des lumières aux révolutions de 1848, Grenoble, 1988, p. 249-256.

Robert 1957 = P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, vol. 3, Casablanca-Paris, 1957.

Rosanvallon 1992 = P. Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, 1992.

Sabattier 1984 = J. Sabattier, Figaro et son maître. Les domestiques au XVIIIe siècle, Paris, 1984.

Sarti 1997 = R. Sarti, Notes on the feminization of domestic service. Bologna as a case study (18th-19th centuries), dans A. Fauve-Chamoux, L. Fialová (dir.), Le phénomène de la domesticité en Europe, XVIe-XXe siècles, dossier dans Acta Demographica, XIII, 1997 (Praha, Ceská Demografická Sociologický Ústav av CR, 1997), p. 125-163.

Sarti 1999 = R. Sarti. Comparir con «equipaggio in scena». Servizio domestico e prestigio nobiliare (Bologna, fine XVII-inizio XX secolo), dans Cheiron, 16, 1999, p. 133-169.

Sarti 2005 = R. Sarti, Who are servants? Defining domestic service in Western Europe (16th-21st centuries), dans S. Pasleau, I. Schopp (dir.), avec la collaboration de R. Sarti, Proceedings of the servant project, Liège, 2005, 5 vol., vol. 2, p. 3-59.

Sarti 2014 = R. Sarti, Historians, social scientists, servants, and domestic workers: fifty years of research on domestic and care work, dans International Review of Social History, 59, 2014, p. 279-314 (= Ead., dans D. Hoerder, E. van Nederveen Meerkerk, S. Neunsinger [dir.], Towards a global history of domestic and caregiving workers, Leiden, 2015, p. 25-60).

Sarti 2015 = R. Sarti, Servo e padrone, o della (in)dipendenza. Un percorso da Aristotele ai nostri giorni, vol. I, Teorie e dibattiti, dans Quaderni di Scienza & Politica, 2, 2015, p. 1-248.

Schapira 2004 = N. Schapira, Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au XVIIe siècle, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51, 2004, p. 36-61.

Schapira 2007 = N. Schapira, Les secrétaires particuliers sous l’Ancien Régime. Les usages d’une dépendance, dans Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 40, 2007, p. 111-125.

Soboul 1980 = A. Soboul, Anacharsis Cloots. L’orateur du genre humain, dans Annales historiques de La Révolution française, 52, 1980, p. 29-58.

Sonenscher 2011 = M. Sonenscher, Work and wages. Natural law, politics and the eighteenth-century French trades, Cambridge, 2011 (1re éd. 1989).

Tiano 1999 = A. Tiano, Les pratiques publiques d’exclusion depuis la Révolution française. La fin des exclusions est proche, Paris, 1999.

Verjus 1997 = A. Verjus, Les femmes, épouses et mères de citoyens ou de la famille comme catégorie politique dans la construction de la citoyenneté (1789-1848), thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1997.

Verjus 1998 = A. Verjus, Vote familialiste et vote familial. Contribution à l’étude du processus d’individualisation des femmes dans la première partie du XIXe siècle, dans Genèses, 31, 1998, p. 29-47.

Haut de page

Notes

1 Aristote, La Politique I (A), 1253b et 1254a ; Sarti 2015, surtout p. 29-36 et 48-51.

2 Pour une discussion de ce problème et des différentes approches, voir Sarti 2005.

3 Gutton 1981, p. 11.

4 Fairchilds 1984, p. 2-3.

5 Sabattier 1984, p. 17-20.

6 Bernard – Stevens 2009, p. 8.

7 Delleaux 2015.

8 Conesa 2017.

9 Maitte – Rygiel 2017.

10 Sarti 2014.

11 La bibliographie sur la Révolution française est surabondante. Pour des raisons d’espace, je ne ferai référence qu’à quelques ouvrages touchant les thèmes analysés dans cet article.

12 Encyclopédie 1755, vol. V, p. 29, Article « Domestique ».

13 Voir surtout Sarti 2005.

14 Matthieu 20:28 ; voir aussi Marc 10:45.

15 Sarti 2005.

16 Aristote, La Politique I (A), 1253b, 1254a et 1254b, 1255b, 1259a ; Sarti 2015, surtout p. 29-36.

17 Sarti 2015, p. 48-51, 58-66.

18 Robert 1957, ad vocem ; Rosanvallon 1992 ; Sonenscher 2011 [1989], p. 70.

19 Sarti 2005, p. 56.

20 Sarti 2015, surtout p. 231-246.

21 Les débats révolutionnaires sur la domesticité ont été analysés par les historien(ne)s e de la domesticité ainsi que par les historien(ne)s de la Révolution, voir Gutton 1981, p. 217-218 ; Maza 1983, p. 305-314 ; Fairchilds 1984, p. 229-244 ; Petitfrère 1986, p. 189-199 ; Petitfrère 1988 ; Rosanvallon 1992 ; Verjus 1997, vol. I, p. 224-235 ; Verjus 1998 ; Tiano 1999, p. 45 ; Monnier 2006, passim ; Gross 2008 et 2009. La reconstruction de ces débats dans Sarti 2015, p. 74-112 est particulièrement détaillée, mais tandis que j’y ai surtout analysé l’exclusion des domestiques de la citoyenneté, je vais ici surtout étudier la définition des domestiques.

22 AP, tome IX, p. 204.

23 Ibid., note 1.

24 Ibid., p. 589. Sur les secrétaires, voir Schapira 2004 et 2007.

25 AP, tome IX, p. 590.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid. À la fin de la discussion, Camus, « pour concilier les divers opinions », avait proposé la formulation suivante : « N’être pas serviteurs, domestique à gage, sans domicile personnel ».

33 AP, tome XII, p. 260-262. Voir aussi Collection 1789-1794, p. 138-140 : Lettres-Patents du Roi sur un Décret de l’Assemblée Nationale, contenant divers dispositions relatives aux Administrations de Département & de District, & à l’exercice de la Police, Paris, 20 avril 1790, article VII.

34 Adresse 1790 ; voir aussi AP, tome XVI, p. 201.

35 Sarti 2015, p. 117-123.

36 AP, tome XVI, p. 375-378.

37 AP, tome XVIII, p. 41.

38 AP, tome XXII, p. 169-190, Décret et instruction de l’Assemblée nationale du 13 janvier 1791, sur la contribution mobilière, avec les modèles y annexés, p. 169-170, 174-175.

39 AP, tome XXII, p. 170 ; sur cette taxe en France voir Sarti 2015, p. 145-147 ; sur d’autres pays Sarti 1999 et Sarti 2005, p. 15-17.

40 AP, tome XXVII, p. 78.

41 Ibid., p. 79.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Voir aussi Constitution du 3 septembre 1791, titre III, chapitre I, section II, article 2 : « Article 2. – Pour être citoyen actif, il faut : […] N’être pas dans un état de domesticité, c’est-à-dire de serviteur à gages » ; section III, articles 3 et 4 : « Article 3. – Tous les citoyens actifs, quel que soit leur état et profession ou contribution, pourront être élus représentants de la Nation ». « Article 4. – Seront néanmoins obligés d’opter, les ministres et les autres agents du pouvoir exécutif révocables à volonté, les commissaires de la trésorerie nationale, les percepteurs et receveurs des contributions directes, les préposés à la perception et aux régies des contributions indirectes et des domaines nationaux, et ceux qui, sous quelque dénomination que ce soit, sont attachés à des emplois de la maison militaire et civile du Roi. Seront également tenus d’opter les administrateurs, sous-administrateurs, officiers municipaux, et commandants des gardes nationales ».

51 AP, tome XXVII, p. 151 : « Art. 7. Les percepteurs et receveurs des contributions directes, les préposés à la perception des contributions indirectes, les vérificateurs, inspecteurs, directeurs, régisseurs et administrateurs de ces contributions ; les commissaires à la trésorerie nationale, les agents du pouvoir exécutif, révocables à volonté ; ceux qui, à quelque titre que ce soit, sont attachés au service domestique de la maison du Roi, et ceux qui, pour des services de même nature, reçoivent des gages et traitements des particuliers, s’ils sont élus membres du Corps législatif, seront tenus d’opter ». Voir aussi Collection 1793, p. 479.

52 Journée du 10 août.

53 AP, tome XLVIII, p. 29 ; Sarti 2015, p. 134.

54 AP, tome XLVIII, p. 319.

55 AP, tome XLIX, p. 25.

56 Ibid., p. 35.

57 Ibid., p. 73.

58 AP, tome L, p. 671-672, Pétition des domestiques.

59 Ibid.

60 « Rédigé par Anacharsis Clootz [sic]. Suivent 27 signatures », AP, tome L, p. 672 : ni les 27 signatures ni les noms des signataires sont publiés dans les Actes Parlementaires. La bibliographie sur Cloots est désormais plutôt riche : Avenel 1865 (p. 402-409 sur la Pétition) ; Soboul 1980 ; Mortier 1995 ; Labbé 1999 ; Cheneval 2004 ; Bevilacqua 2012 ; Guerra 2018, etc.

61 AP, tome XLIX, p. 463, Adresse du sieur Picho, au nom de tous les citoyens qui sont en état de domesticité. Pour le moment je n’ai pas trouvé d’autres renseignements sur ce sieur Picho.

62 Sarti 2015, p. 116-128, 135-137.

63 Ibid., p. 137-154.

64 AP, tome LVIII, p. 595.

65 Sarti 2015, p. 137-145.

66 AP, tome LXII [tome 57], p. 343-350, Vues rapides sur l’organisation de la République par P. C. F. Daunou…, p. 347.

67 AP, tome LXII [tome 57], p. 582-598, Idées ou bases d’une nouvelle déclaration des droits de l’homme, de celle de ses devoirs et d’une nouvelle Constitution pour la République française […], par Antoine-Joseph Thorillon, p. 593-594.

68 AP, tome LXIII, p. 498.

69 Ibid., p. 565.

70 Ibid., p. 200-215, surtout p. 205, Ire partie, ch. III., art. 3.

71 AP, tome LXV, p. 579-580.

72 Sarti 2015, p. 203-204.

73 AP, tome LVII, p. 143-145, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, p. 144, article 18.

74 AP, tome VIII, p. 422-424, Déclaration des droits de l’homme en société présentée à l’Assemblée nationale par M. l’abbé Sieyès, art. 5 : « Tout homme est seul propriétaire de sa personne. Il peut engager ses services, son temps, mais il ne peut pas se vendre lui-même. Cette première propriété est inaliénable ». Voir aussi le projet Harmand, AP tome LVII [tome 57], p. 275-276 (17 avril 1793).

75 L’esclavage fut aboli à Saint-Domingue en août-septembre 1793 et dans toutes les colonies françaises le 4 février 1794. Il fut réintroduit par Napoléon en 1802.

76 Discours de Jean-Baptiste Bo, prononcé les 13 pluviôse, 17 ventôse et 8 floréal an II, et imprimé à Castres, an II, cité par Gross 2008 et Grosse 2009, p. 180.

77 Constitution 1793. Voir aussi AP, vol. 66, p. 283 (11 juin 1793).

78 AP, vol. 66, p. 283 (11 juin 1793). Sur ce sujet, Verjus 1997, p. 224-235 ; Verjus 1998.

79 Sarti 2015, p. 155 sq.

80 La Sferza 1798 et, avec quelques variations, in Giornale de’ Patrioti d’Italia, in De Felice 1962, p. 471-472 (« Padrona: Sbrigati maledetta che devo andare ad un’accademia privata di nobiltà. Cameriera: Un momento di pazienza cittadina… Padrona: A me cittadina? Cameriera: Che? forse vi offende questo nome? Padrona: Moltissimo, perché io son dama e voglio dell’illustrissima […]. Cameriera: Io sono repubblicana e non altro, voi mi pagate ed io vi servo, e siamo eguali »).

81 Sarti 1997. La féminisation de la domesticité est due à plusieurs raisons, à partir du fait que de nombreuses activités qui disparaissent ou « migrent » hors de la maison sont des activités masculines.

82 Sarti 2015, p. 218-222.

83 Ibid., p. 203-212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaella Sarti, « Le « nom de domestique » est un « mot vague » », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-1 | -1, 39-52.

Référence électronique

Raffaella Sarti, « Le « nom de domestique » est un « mot vague » », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/5937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.5937

Haut de page

Auteur

Raffaella Sarti

Università degli Studi di Urbino Carlo Bo, raffaella.sarti@uniurb.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals