Navigation – Plan du site
L’empreinte domestique du travail, XVIe-XXIe siècle
Apprentissage et domesticité

Les « Garzoni » vénitiens entre apprentissage, service domestique et travail salarié

Anna Bellavitis
p. 77-86

Résumés

Dès le XIIIe siècle, la République de Venise promulgua des lois pour réglementer apprentissage et service domestique, en imposant l’enregistrement des contrats auprès de magistratures spécifiques. En dépit des différences, apprentissage et service sont souvent rapprochés, voire assimilés, aussi bien dans la législation que dans les contrats. L’analyse d’un échantillon de contrats du XVIe et du XVIIe siècle met en lumière les multiples tâches de « service » imposées aux apprentis, de même que les différentes significations du verbe « servir » selon les métiers et selon le sexe de l’apprenti.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Monde publiait, le 18 novembre 2014, un article dont le titre était : L’apprentissage : l’étern (...)

1L’apprentissage, sujet central de l’histoire du travail et plus généralement de l’histoire sociale d’Ancien Régime, fait l’objet d’un regain d’intérêt de la part des historiens depuis quelques années. Cette nouvelle vague d’études s’insère à la fois dans un débat renouvelé sur les corps de métier et sur leur rôle dans les évolutions des économies européennes, mais aussi dans « l’éternel retour » de l’apprentissage dans le débat public à une époque de crise économique et de chômage des jeunes diplômés1.

  • 2 Cf. sur ce débat : Epstein 2008 ; Ogilvie 2008.
  • 3 Lanaro 2006 ; Trivellato 2008.

2Parler de l’apprentissage dans l’Europe moderne signifie d’abord parler de corps de métier : la littérature sur le sujet est particulièrement abondante dans l’historiographie européenne et au-delà de l’Europe et les discussions autour de la fonction sociale et économique des guildes ont été très vives ces dernières années. Sans trop nous y attarder, rappelons simplement les termes de ce débat, qui oppose une interprétation des guildes comme structures de privilèges, tendant à retarder l’évolution économique, à une lecture moins négative qui souligne la capacité de ces institutions de s’adapter aux conjonctures ainsi que leur rôle dans la transmission des savoirs techniques, par le biais de l’apprentissage2. La « réévaluation » des corps de métier occupe une place importante dans le cas de la République de Venise. L’historiographie a en effet pendant longtemps insisté sur le rôle négatif de ces institutions qui, pour garder leur monopole, auraient interdit toute innovation et auraient donc été parmi les causes de la crise et de la marginalisation de l’économie italienne à partir du XVIIe siècle. Désormais, non seulement le topos de la crise italienne a été largement critiqué, d’une part dans sa chronologie – et cela déjà depuis les travaux de Fernand Braudel –, mais le mot même de « crise » a été questionné, en y ajoutant notamment l’adjectif « relative » et l’opposant ainsi à une crise « absolue ». Relative donc par rapport aussi bien aux formes et temporalités des économies d’Europe septentrionale et relative aussi par rapport à la situation particulièrement prospère de l’Italie de la Renaissance. Cette remise en question générale a été tout particulièrement bienvenue dans le cas de la République de Venise. Elle s’est appuyée sur des recherches consacrées aux manufactures en dehors de la capitale et notamment sur la Terre ferme vénitienne qui, en se fondant sur le concept de « district industriel », ont mis en évidence un processus de délocalisation industrielle au cours de l’époque moderne. Elle s’est aussi fondée sur de nouvelles recherches concernant les secteurs les plus traditionnels de l’économie vénitienne du luxe, comme la soie et le verre. Ces travaux, qui occupent l’espace de la recherche depuis désormais quelques décennies, ont montré la capacité d’adaptation, d’ouverture et d’innovation des corps de métier urbains. La responsabilité du déclin économique vénitien au XVIIIe siècle a alors été transférée sur la politique d’État, qui aurait privilégié la défense des productions traditionnelles commercialisées par l’élite marchande patricienne3.

La législation sur l’apprentissage et sur le service domestique dans la Venise médiévale et moderne

  • 4 https://garzoni.hypotheses.org.
  • 5 Bellavitis – Frank – Sapienza 2017 ; Colavizza – Cella – Bellavitis 2019.
  • 6 Epstein 1998.
  • 7 Epstein 2008.

3L’apprentissage à Venise à l’époque moderne fait actuellement l’objet d’un projet de recherche international, financé par les agences nationales française et suisse de la recherche (ANR/FNS)4. Le projet GAWS : Garzoni. Apprenticeship, Work, Society in Early Modern Venice (universités de Lille et de Rouen et École Polytechnique Fédérale de Lausanne en collaboration avec Archivio di Stato di Venezia et Université Ca’ Foscari de Venise) se propose de constituer une base de données à partir d’environ 55 000 contrats d’apprentissage (Accordi dei garzoni) enregistrés, de 1575 à 1772, auprès de la Giustizia Vecchia, la magistrature qui contrôlait les corporations. Les premiers résultats du projet, ainsi que l’étude de la législation dans ce domaine, particulièrement abondante dans le cas de la Venise médiévale et moderne, montrent que l’institution de l’apprentissage était un outil flexible, qui pourrait avoir joué un rôle majeur dans la capacité de l’économie vénitienne à s’adapter aux conjonctures5. Sur la question de l’apprentissage, on rappellera brièvement que le débat a été rouvert en 1998 par un article de Steven Epstein6, qui en réaffirmait la valeur comme moyen de transmission des compétences, dans une société où l’école ne formait qu’une petite minorité des jeunes. Epstein mettait aussi l’accent sur la flexibilité des règlements corporatifs qui adaptaient, selon les conjonctures économiques, le nombre d’apprentis par maître, les règles d’admission au métier ainsi que la durée de la période d’apprentissage. Surtout, il insistait sur l’importance de la stipulation d’un contrat comme assurance, pour les apprentis, contre les débordements et les mauvais comportements des maîtres et, pour les maîtres, contre la fuite des apprentis7.

  • 8 Dans une très vaste bibliographie, cf. en dernier, sur le cas italien, Martinat 2018.

4Les pages qui suivent se basent sur un échantillon de 354 contrats datant pour la plupart des dernières décennies du XVIe siècle et des premières décennies du XVIIe comprenant dans le texte le verbe « servir ». La République de Venise a fixé, dès le XIIIe siècle, des normes spécifiques pour réglementer le service domestique et l’apprentissage à l’intérieur de la ville : il s’agissait de règlements distincts, promulgués par des magistratures différentes. Par ailleurs, la durée de l’apprentissage et les modalités d’admission au métier faisaient aussi l’objet de règlements spécifiques dans chaque corporation. Cependant, aussi bien les textes des lois que les actes de la pratique montrent assez clairement que les frontières entre apprentissage et service domestique étaient parfois incertaines : dans les deux cas, il s’agissait de relations de dépendance dans le monde du travail, qui prévoyaient le plus souvent la cohabitation avec les maîtres et qui concernaient, toujours dans le cas des apprentis, et très souvent dans le cas des domestiques, des jeunes gens8.

  • 9 Romano 1996, ch. 2, citation à la p. 59.
  • 10 Archivio di Stato di Venezia (dorénavant ASVE), Compilazione Leggi, Prima serie, busta 301.

5Un rappel rapide de cette législation permettra de donner un aperçu de son évolution au Moyen Âge et à l’époque moderne. Depuis le XIIIe siècle et jusqu’en 1541, les relations entre maîtres et serviteurs étaient règlementées par les Capisestiere, remplacés, en 1541, par les Censori, une magistrature créée en 1517 pour punir les délits de corruption lors des élections. Le nouveau règlement (Capitolare) de 1541 imposait des normes beaucoup plus strictes et des peines plus sévères à l’égard des domestiques et a été considéré, par Dennis Romano, comme « part of a larger program by the patrician government to reform and discipline the city »9. Plusieurs mesures visaient les comportements des serviteurs, en punissant par des peines corporelles assez lourdes leurs agissements violents ou déplacés (par exemple les insultes à l’égard des maîtres), et même en en interdisant les rassemblements en groupe de plus de quatre personnes. Le vol et la fuite, ou l’incitation au vol ou à la fuite des servantes, de la part des domestiques de sexe masculin, de même que l’introduction frauduleuse d’hommes ou de femmes dans les maisons des maîtres pour « forniquer », faisaient l’objet de chapitres spécifiques et étaient aussi sévèrement punis. Une autre série de normes fixait les salaires et la durée des contrats des servantes, nourrices et gondoliers et interdisait aux maîtres d’embaucher des domestiques qui ne pouvaient pas prouver, par un « bulletin », que le contrat avec le maître précédent s’était terminé10.

  • 11 Ibid., f° 278 r-v, 1541, 23 septembre.

6C’est justement pour connaître et contrôler les déplacements des serviteurs d’un patron à un autre qu’avait été imposé, dès le XIIIe siècle, l’enregistrement des contrats de service domestique11 :

  • 12 « Che alcuno sia di che condition esser si voglia non possa accordarsi con alcun Nobile, Cittadin (...)

Que personne, de n’importe quelle condition, ne puisse s’accorder avec aucun noble, citoyen ou autre habitant de cette ville comme gondolier (de poupe ou de proue), domestique, économe, ou n’importe quel autre charge ou service pour moins de six mois continus ; et les servantes, femmes de chambre, cuisinières et n’importe quelle autre femme pour moins d’une année continue, et les nourrices pour tout le temps de l’allaitement et du sevrage des enfants, sous peine de perdre le salaire restant et en plus pour les hommes de recevoir trois traits de corde et payer cinq ducats aux dénonciateurs, ou aux magistrats et s’ils ne le peuvent pas de rester quatre mois en prison, et pour les femmes d’être fouettées de Saint Marc jusqu’au Rialto et de rester six mois en prison, selon leur condition, et de payer cinq ducats, comme ci-dessus, et ils ne peuvent pas demander congé, ni partir, si la cause n’est pas connue et seulement avec l’autorisation du Magistrat des très illustres messieurs. Les accords des serviteurs, bateliers et servantes doivent être faits et enregistrés au Bureau des mêmes très illustres messieurs les Censeurs ; avec la déclaration explicite que si un noble, citoyen ou autre personne prendra à son service un serviteur ou servante sans enregistrer auprès du dit Bureau le dit accord, il ne doit pas être condamné, celui ou celle dont le contrat n’est pas enregistré, à payer à son patron la somme dont celui-ci prétendrait être créditeur, ni avant, ni après son départ : et les patrons ne pourront pas citer en justice ni faire condamner pour n’importe quel méfait, délit ou vol commis dans leurs maisons aucun serviteur ou servante dont l’accord ne serait pas enregistré auprès du susdit très illustre Magistrat. Ils doivent rester libres de toute peine qu’ils pourraient ainsi mériter12.

  • 13 Ibid., f° 276r-v, 1529, 11 mars.

7L’enregistrement des contrats devait aussi servir à protéger les serviteurs des « patrons méchants », des « cattivi patroni et patrone », qui les licencieraient avant la fin du contrat sans payer le salaire dû13 ou qui les battraient de manière excessive – qualifiée de « malhonnête » puisque les coups aux domestiques et aux apprentis étaient autorisés, mais dans certaines limites – pour les pousser à s’en aller avant la fin du contrat et ne pas avoir à payer leur salaire, une attitude que la loi qualifiait de « mauvaises fantaisies » :

  • 14 « Dechiarando che se i diti fanti over fantesche fussero batudi per mal modo, over rotti in alcuna (...)

En déclarant que si lesdits servants ou servantes étaient battus de manière excessive, ou blessés dans leur corps ou avaient reçu des coups malhonnêtes, messiers les capisestiere aient la liberté de faire payer par les patrons leur salaire en entier et de condamner les patrons pour leur délit14.

8Les modalités d’enregistrement des contrats, aussi bien des domestiques que des apprentis, se modifièrent dans le temps et ce sont entre autres ces modifications qui compliquent et rendent incertaine la frontière entre service et apprentissage.

  • 15 Lazzarini 1960 ; Romano 1996 ; Dal Borgo 2017.

9La première loi qui oblige les maîtres des métiers à enregistrer les contrats d’apprentissage auprès de la Giustizia Vecchia, la magistrature responsable du contrôle des corporations, date de 1291 ; celle de 1396 étendait cette obligation aux contrats de service domestique et une loi de 1444 imposa l’enregistrement des contrats d’apprentissage de tous les métiers – sauf ceux de l’Art de la soie, qui étaient enregistrés auprès des Consoli dei mercanti – et des contrats de service domestique des marchands et artisans auprès de la Giustizia Vecchia, alors que les contrats de service domestique des patriciens et des citoyens de Venise devaient être enregistrés auprès des Capisestiere15. Promulguées à des moments différents, ces lois ont eu comme résultat une uniformisation du statut d’une partie des jeunes travailleurs de la ville, à l’exclusion, du moins selon les textes de ces lois, des servants et servantes de plus haut niveau. Il est important de souligner que l’apprentissage s’est trouvé à la fois déclassé au rang d’un service quelconque, et isolé de son lien théoriquement constitutif avec l’organisation corporative, mais aussi assimilé à un travail salarié et non pas à une formation. La loi de 1444 est, par ailleurs, particulièrement significative, dans la mesure où elle sous-entend que les serviteurs des marchands et des artisans travaillent aussi dans la boutique, puisque leurs contrats doivent être enregistrés auprès de la magistrature qui contrôle l’apprentissage et les corps de métier et, en même temps, que la frontière entre apprentis et salariés est tout sauf claire.

10En effet, si la vie quotidienne de l’apprenti incluait aussi des tâches de service domestique, il est moins évident de constater qu’il allait de soi que les servantes (massare) d’un maître artisan aient un rôle dans la production de la boutique. C’est ce qui apparaît dans une loi de 1579 au sujet des miroitiers :

  • 16 « Et parimenti niun maistro specchier possi tener piu di homeni quattro lavoranti a lavorar seco s (...)

Et de la même manière aucun maître miroitier ne puisse avoir plus de quatre hommes qui travaillent avec lui sous peine de payer, chaque fois, et pour chaque homme ou travailleur en trop, dix ducats. Et si des servantes y travaillent, elles doivent être comprises dans le nombre des quatre travailleurs susdits, et la même peine soit appliquée, comme susdit16.

11Le nombre d’apprentis et de salariés qui pouvaient travailler en même temps dans une boutique artisanale était généralement précisé dans les normes corporatives, et pouvait varier selon les conjonctures économiques : cette loi interdisait de dépasser le nombre de quatre salariés ou apprentis dans les boutiques des miroitiers mais « si des servantes y travaillent », il fallait les inclure dans ce nombre. Dans ce texte, artisans salariés et servantes étaient de fait compris dans le même lot, ce qui signifie, concrètement, qu’ils étaient tous impliqués dans la production de la boutique.

Servant.e.s et apprenti.e.s

  • 17 Bellavitis 2008.
  • 18 ASVE, Compilazione Leggi, Prima Serie, busta 301, f° 109 et suiv., 1611, 16 octobre.

12Les sources, comme la littérature historique, mettent en relief beaucoup de similitudes et dans certains cas une véritable confusion entre les conditions d’apprenti et de domestique, qui dépendent surtout, me semble-t-il, du fait que la condition réelle de l’apprenti tendait à ressembler à celle du domestique, c’est-à-dire à être plus contraignante et moins ouverte à des évolutions et à des possibilités de carrière que ce qui était théoriquement prévu par le système corporatif (ou par l’image que nous en avons). L’apprentissage ne garantissait pas une carrière dans la corporation et, le plus souvent, dans les villes italiennes, et ceci dès le Moyen Âge, ce n’était pas la famille du garçon ou de la fille qui payait le maître ou la maîtresse pour son enseignement, mais l’apprenti recevait un salaire à la fin du contrat, ce qui ressemble beaucoup à ce qui se passait pour les domestiques qui, en dépit de règles apparemment très contraignantes, ne recevaient fréquemment un salaire qu’à la fin du contrat. Les testaments des maîtres qui lèguent à leurs domestiques des salaires jamais payés17 prouvent aussi que parfois, et même souvent, les domestiques, logés et nourris par les maîtres, ne recevaient en fait aucun salaire, une impression confirmée par des lois qui limitaient le délai légal durant lequel les domestiques pouvaient demander le payement de leurs salaires auprès des héritiers de leurs maîtres, et qui font penser qu’il s’agissait d’une pratique courante18.

  • 19 Bellavitis 2006.

13Les registres Accordi dei Garzoni de la Giustizia Vecchia contiennent surtout des contrats d’apprentissage mais aussi des contrats de service domestique, et pas seulement ceux stipulés par des marchands et artisans, en dépit de la norme, citée, de 1444. En choisissant comme critère de recherche le mot « servir » on a pu relever, dans la base de données en cours de constitution dans le cadre du projet ANR/FNS GAWS : Garzoni. Apprenticeship, Work, Society in Early Modern Venice, 354 contrats pour les années 1575-1665 (sur 38 574 contrats enregistrés à la date du 3 février 2018). Le « filtre » choisi donne une distribution pratiquement égale de contrats de filles (173) et de contrats de garçons (181), alors que, dans l’ensemble, les contrats de filles constituent environ 7 % du total19. La première conclusion à laquelle on arrive est que les relations de « service » concernent beaucoup plus les filles que les garçons, mais nous allons voir que ce verbe « servir » se décline de manière très différente selon le sexe de l’apprenti.e.

  • 20 ASVE, Giustizia Vecchia, Accordi dei Garzoni, reg. 154, f° 117, 1592, 17 février.
  • 21 Ibid., reg. 156, f° 32v, 1594, 27 mai.
  • 22 Ibid., reg. 154, f° 11, 1591, 17 mai.
  • 23 Ibid., reg. 151, f° 88, 1575, 8 octobre.
  • 24 Ibid., reg. 164, f° 234, 1627, 7 janvier.
  • 25 Ibid., reg. 158, f° 103, 1598, 5 mai.
  • 26 Ibid., reg. 151, f° 138, 1576, 16 janvier.
  • 27 Molà 2000, Della Valentina 2012, Rauch 2009.

14Sur les 173 contrats de filles, 128, donc les trois quarts, sont des contrats uniquement de service domestique, du moins en apparence, utilisant des mots comme massera (servante), et des expressions du type « servir in casa et far tutto quel che sarà bisogno che lecito sia » (servir à la maison et faire tout ce qui sera nécessaire et qui soit licite). Les métiers des maîtres et des maîtresses ne sont pas toujours précisés et dans quelques cas les noms et les appellations (magnifico ou clarissimo) font penser qu’il s’agit de membres du patriciat. Les autres contrats de filles de cet échantillon contiennent des formules doubles, comme : « art du mercier et servir », « tisser et servir », « coudre des capes et servir », « fabriquer des boutons et servir », etc. Il s’agit en somme, dans moins d’une trentaine de cas, de contrats d’apprentissage qui prévoient explicitement une part de service domestique. Par exemple, Maria, du feu Zuane, s’engage à « travailler au métier de graveur sur cuivre et servir à la maison et faire tout ce qui sera nécessaire »20, Graciosa, fille de Domenico s’engage à « dans le métier d’imprimeur et à servir à la maison et faire tout ce qui sera nécessaire et qui soit licite »21, alors que Orsola est embauchée par un mercier et s’engage à « servir à la maison et faire tout ce qui sera nécessaire comme servante et pour le métier »22. Veronica fille de Mathio Symonato, âgée de onze ans, originaire du territoire de Vicence, s’engage à « servir à la maison dans les services nécessaires de même que dans le métier de fileur, à l’exclusion de l’actionnement du moulin à filer la soie »23, Caterina di Gioanni doit servir et ourdir les draps de soie24, Menega du feu Luca Nanin doit servir et tisser des capes25, alors que Margarita di Giacomo s’engage à servir et à tisser les lacets pour son maître cordonnier26. Des métiers hautement spécialisés, comme la filature de la soie, sont donc exercés par des jeunes filles, dont on peut se demander si elles avaient la possibilité de franchir au moins en partie les étapes de la carrière corporative dans l’Art de la soie qui, à l’époque, n’était pas encore formellement interdite aux femmes, alors que leur contrat n’avait pas été enregistré auprès des magistrats responsables de la corporation27.

  • 28 ASVE, Giustizia Vecchia, Accordi dei Garzoni, reg. 151, f° 116v, 1575, 1er décembre.
  • 29 Bellavitis 2006.

15D’autre part, l’apprentissage de la couture et de « tout ce qu’une femme doit savoir faire » apparaissent aussi dans les contrats de service domestique, et par exemple la magnifica madonna Laura Soranzo s’engage à apprendre à sa servante à broder les ourlets des mouchoirs, et à lui donner un salaire progressif, qui augmente d’année en année28. Le cas d’une autre patricienne, la magnifica madonna Andriana Morosini, qui s’engage à enseigner à sa servante le filage de la soie, qui est son « activité et négoce », est encore plus intéressant29.

  • 30 Krausman Ben-Amos 1991.
  • 31 Mendelson – Crawford 1998, p. 96-97.

16La confusion entre service, travail salarié et apprentissage était donc sans doute plus importante pour les jeunes filles que pour les garçons, et ceci pas seulement à Venise. À Bristol, au XVIe siècle, les contrats d’apprentissage des filles n’étaient que 3 % du total et les 2/3 concernaient le gouvernement de la maison et la couture : il s’agissait de contrats dans lesquels la maîtresse de maison, souvent épouse d’un artisan, s’engageait à éduquer la fille à la housewifery. En 1617-18, sur 100 contrats d’apprentissage de filles, 35 étaient des contrats de service domestique, dans 50 autres l’apprentissage d’un métier textile et le service domestique figuraient dans le même contrat et seulement dix contrats étaient des contrats d’apprentissage dans le textile sans obligation de service domestique30. Dans les sources anglaises, les mots apprentissage et service domestique sont souvent utilisés de manière indifférente et des parcours féminins d’apprentissage débouchent facilement sur des embauches comme domestiques31.

  • 32 Zucca Micheletto 2014, p. 97.
  • 33 Ibid.

17Les systèmes d’assistance aux pauvres prévoyaient l’enseignement d’un métier aux jeunes gens, mais, pour les filles, non seulement la variété des métiers disponibles était beaucoup moins grande que pour les garçons, mais une partie de l’apprentissage comprenait le gouvernement de la maison et les tâches domestiques. À l’Hôpital de la Charité de Turin, par exemple, les filles alternaient le travail artisanal et l’accomplissement des tâches ménagères : « ranger une chambre, faire le lit, la cuisine, les linges, le pain, la couture et toute autre chose que les servantes et les mères de famille doivent savoir pour le service de la maison »32. Il ne s’agissait pas seulement de veiller au bon fonctionnement de l’institution, ni d’obligations comparables à celles qui étaient imposées aux soldats dans les casernes ou aux matelots dans les navires, il s’agissait d’apprendre un métier, celui de servante, et un rôle, celui de mère de famille. Les autres apprentissages, le filage, la couture, la broderie, étaient à la fois une possibilité de travail futur, mais venaient aussi compléter la formation de la bonne mère de famille33.

  • 34 « Madonna Gnese vedoa l’anno 1647 il mese di zugno consegnò alla scola della signora Antonia mogli (...)

18Une supplique vénitienne de 1665 met l’accent sur la perméabilité des conditions de domestique et d’apprentie, quand il s’agit des savoirs « féminins » : une femme avait confié sa fille de six ans à une maîtresse qui devait lui apprendre la couture et le tricot pendant quatre ans, mais, au bout de la première année, elle n’avait plus donné de ses nouvelles, alors qu’elle s’était engagée à payer les frais pour l’entretien de la fille. Les maîtres demandèrent alors à être remboursés, car la fille, qui, à la fin des quatre années prévues par le contrat, était restée chez eux comme domestique, et qui donc n’avait fait aucune « carrière » comme guchiadora, était partie en exigeant son salaire34.

Les Garzoni : apprentis, domestiques et salariés

  • 35 ASVE, Giustizia Vecchia, Accordi dei Garzoni, reg. 157, f° 154v, 1597, 3 juillet.
  • 36 Ibid., reg. 154, f° 59, 1591 16 septembre.

19Les contrats de garçons de la base de données Garzoni qui comprennent le verbe « servir » sont 181. Parmi ceux-là, 73 peuvent être qualifiés de contrats de service domestique, car ils ne présentent aucune autre spécification qui puisse renvoyer à d’autres types de travail. Les domestiques de sexe masculin s’engagent à servir en ville et en dehors, notamment dans les villas de la Terre ferme, un s’engage aussi à « menar l’orbo », c’est-à-dire à guider l’aveugle35. En 1591, Piero di Marco di Maroni, originaire du territoire de Bergame, s’engage à servir et à exercer le métier de cuisinier pendant deux ans, à la maison et en dehors et « jusqu’au voyage du Levant ». Dans ce cas, il s’agit d’un métier spécialisé, qui va nettement au-delà du simple service domestique, et qui est récompensé, à la fin du contrat, par un salaire de 48 ducats, l’un des plus élevés de notre échantillon36.

  • 37 Ibid., reg. 157, f° 76, 1596, 9 décembre.
  • 38 Ibid., reg. 167, f° 116v, 1645, 8 mars.
  • 39 Ibid., reg. 170, f° 82, 1656 30 décembre.

20Dans 34 cas, les jeunes hommes sont embauchés pour « servir » sur des bateaux, le plus souvent des barques de transport (burchi, peate), mais parfois aussi des « navires ». Les bateliers étaient organisés en deux corps de métier, les burchieri et les peateri, réunissant essentiellement des patrons de bateaux de transport. Les salaires des jeunes hommes qui s’engagent sur des bateaux sont les plus élevés de notre échantillon : à la fin du XVIe siècle ils peuvent arriver jusqu’à l’équivalent de quatorze ducats par année, comme dans le contrat de Checo Boscarato, quondam Beneto, dix-huit ans, qui s’engage pour quatre années comme « marin » sur un bateau qui transporte du vin, pour un salaire global de 56 ducats37 et, au milieu du XVIIe siècle, cette rémunération peut s’élever jusqu’à 27 ducats par année, comme dans le contrat de Marin de Zorzi, d’âge « majeur », qui reçoit 54 ducats pour « servir sur un burchio » pendant deux ans38. C’est un salaire élevé, même en tenant compte de l’inflation. Il n’y pas de contrats de gondoliers, ce qui ne surprend pas, la gondole étant un status symbol, réservé aux patriciens ou aux citoyens les plus en vue. Ceci dit, comme pour les contrats des jeunes femmes, des noms patriciens apparaissent parmi les patrons : un Piero Malipiero, par exemple, qui engage Antonio Sisidi, treize ans, comme « mousse » sur son navire39. Un tel contrat n’aurait aucune raison de se trouver dans les registres de la Giustizia Vecchia : ce n’est ni un contrat d’apprentissage, ni un contrat de service d’un marchand ou d’un artisan, mais ni plus ni moins qu’un véritable contrat de travail.

  • 40 Ibid., reg. 159, f° 28, 1599, 2 janvier.
  • 41 Ibid., reg. 154, f° 17, 1591, 31 mai.

21Dans les autres cas, le « service » ne concernait pas, ou pas uniquement, la maison, mais la boutique ou l’entrepôt d’un artisan, le cabinet d’un chirurgien ou une manufacture de cire. Le verbe « servir » est en fait, dans plusieurs cas, synonyme de relation de travail : Giacomo, fils de Serafin Carrara de Bergame, s’engage en 1599 avec le marchand Zuan Battista de Grigis, originaire de la Carnia, pour une période de quatre années et contre un salaire de 40 ducats. Nous ne connaissons pas la spécialisation de ce De Grigis, absent au moment de l’enregistrement du contrat, mais celui qui le remplace, et qui s’engage en son nom à lui apprendre « son art », est un marchand de malvoisie40. Dans d’autres cas, le verbe « servir » s’applique à un travail de soin : c’est le cas du contrat de Valerio, le fils du feu Zuanbattista da Cologna, de vingt ans, qui s’engage à travailler chez un barbier chirurgien, et à « servir les malades » et « à faire tout ce qui sera nécessaire et qui soit licite », une expression que l’on trouve fréquemment dans les contrats de service domestique, comme on a pu le voir41.

22D’autre part, le verbe « servir » apparaît fréquemment dans d’autres sources sur l’apprentissage, comme les suppliques et les procès de la Giustizia Vecchia, pour qualifier le temps passé par l’apprenti chez un maître. « J’ai servi pendant quatre années », « comme le font les autres garzoni », affirme un jeune homme qui dénonce à la Giustizia Vecchia son maître – qui est peut-être son oncle, puisqu’ils portent le même nom – car il n’a pas enregistré son contrat, ce qui lui empêche de s’inscrire à la guilde des charcutiers :

1719, 7 août. Très illustres et très excellents Giustizieri Vechi.
Moi, Zuane Musitelli, fils de Vincenzo Bergamasco, j’ai servi Domino Maffio Musitelli maître charcutier pendant quatre années mais puisqu’aucun accord n’a été enregistré auprès de ce très excellent magistrat, je vous supplie d’admettre la sousdite déclaration qui prouve que je peux être inscrit dans le corps de métier susdit selon les formalités habituelles : la vérité est que moi, Zuane Musitelli, j’ai servi pendant quatre années comme apprenti D. Maffio Musitelli charcutier, en commençant le premier août 1715 et jusqu’à aujourd’hui, en logeant chez lui comme le font les autres apprentis.

  • 42 « 1719, 7 agosto. Illustrissimi et Eccellentissimi Giustizieri Vechi. Ho servito io Zuane Musitell (...)

23Le 18 août, Zuanne Musitelli obtient gain de cause : après avoir entendu trois témoins, les magistrats imposent qu’il soit inscrit à la corporation, ayant montré « le bulletin d’usage pour ses quatre années de service »42.

  • 43 ASVE, Giustizia Vecchia, busta 94, reg. 74, f° 23, 1623, 20 juin.
  • 44 Ibid., f° 38, 1623, 11 août.
  • 45 Ibid., f° 84v, 1624, 14 mars.

24Les mots et les verbes qui indiquent une relation de « service » sont aussi fréquemment utilisés dans des rapports de travail que l’on ne peut pas exactement qualifier d’apprentissage ni de « service domestique ». C’est la période passée à travailler comme « facteur », « dans sa boutique et dans ses négoces, aussi bien dans la teinturerie que dans le commerce et dans d’autres affaires de sa maison » qui est qualifiée de « service » par ser Gioseffo Segala, qui affirme « avoir servi pendant cinq années » D. Francesco Fedrigazzi et demande à être payé43. De même, Piero Casser demande a ser Pasin, commerçant de fruits et légumes, le payement de ses salaires pour l’avoir « servi » dans sa boutique pendant quatre années et 23 jours44, ainsi que Nicolo’ Cafeti, qui a « servi » comme « jeune de boutique » pendant trente années sans salaire et demande aux héritiers de son maître de le payer45.

Choix des mots et perméabilité des statuts

  • 46 Bellavitis 2006.

25La polysémie de la notion même de « service » est sans doute ici en cause mais il est probablement assez arbitraire d’identifier comme relations de « service » des rapports de travail très différents les uns des autres : le choix des mots pourrait en grande partie dépendre du rédacteur de l’acte. Le discours est évidemment différent pour les contrats qui concernent explicitement le service domestique ou pour les contrats d’apprentissage contenant des clauses de service, pouvant aller jusqu’à l’obligation de s’occuper de la fille du maître, comme dans le cas d’une jeune apprentie de treize ans, engagée auprès d’un tisserand de soie46. Les contrats des filles, d’une durée de quatre à sept ans, prévoient en général que le salaire (de trois à cinq ducats l’an) sera versé à la fin de l’engagement. Les salaires des garçons sont plus variés. Certains sont assez élevés, pouvant dépasser, comme on l’a dit, les vingt ducats par an, d’autres, et notamment ceux de jeunes garçons engagés comme domestiques, sont équivalents à ceux des filles dans la même condition. Le pourcentage, on l’a vu, est extrêmement faible, moins de 1 %, et il pourrait probablement augmenter si on utilisait d’autres critères, en incluant par exemple le mot massara, qui signifiait « servante » et qui apparaît de temps en temps aussi dans les exemples cités. Mon intention toutefois n’était pas de chercher les contrats de service domestique mais plutôt de mettre en lumière des « relations de service » dans plusieurs contextes et notamment à l’intérieur de relations de travail ou de formation différentes du service domestique tout court. Ce n’est pas seulement la polysémie du mot « servir » qui est alors en cause, mais aussi celle du mot « garzoni », qui, à l’évidence, désignait non seulement les apprentis, mais aussi les « garçons de boutique » et les jeunes hommes qui s’engageaient sur des bateaux. On parvient aussi à une autre conclusion, qui concerne plus précisément la source utilisée : en dépit de règlements en apparence très précis, les « accords » enregistrés dans la série de la Giustizia Vecchia sont aussi bien des contrats d’apprentissage ou de service domestique que des contrats de travail.

Haut de page

Bibliographie

Bellavitis 2006 = A. Bellavitis, Apprentissages masculins, apprentissages féminins à Venise au XVIe siècle, dans Histoire Urbaine, 15, 2006, p. 49-73. 

Bellavitis 2008 = A. Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, 2008.

Bellavitis 2012 = A. Bellavitis, Apprendiste e maestre a Venezia tra Cinque e Seicento, dans Archivio Veneto, 3, 2012, no spécial Donne, lavoro, economia a Venezia e in Terraferma tra medioevo ed età moderna, dir. A. Bellavitis, L. Guzzetti, p. 127-144.

Bellavitis – Frank – Sapienza 2017 = A. Bellavitis, M. Frank, V. Sapienza (dir.), Garzoni. Apprendistato e formazione tra Venezia e l’Europa in età moderna, Mantoue, 2017.

Colavizza – Cella – Bellavitis 2019 = G. Colavizza, R. Cella, A. Bellavitis, Apprenticeship In Early Modern Venice, dans M. Prak, P. Wallis (dir.), Apprenticeship in early modern Europe, Cambridge, 2019.

Dal Borgo 2017 = M. Dal Borgo, La legislazione veneziana in materia di apprendistato, dans Bellavitis – Frank – Sapienza 2017, p. 15-27.

Della Valentina 2012 = M. Della Valentina, Il setificio salvato dalle donne: le tessitrici veneziane nel Settecento, dans A. Bellavitis, N.M. Filippini, T. Plebani (dir.), Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna, Vérone, 2012, p. 321-335.

Epstein 1998 = S.R. Epstein, Craft guilds, apprenticeship and technological change in Premodern Europe, dans The Journal of Economic History, 58, 1998, p. 684-713.

Epstein 2008 = S.R. Epstein, Craft guilds in the pre-modern economy: a discussion, dans The Economic History review, 61-1, 2008, p. 155-174.

Epstein 2008 = S.R. Epstein, Craft guilds, the theory of the firm, and the European economy, 1400-1800, dans Id., M. Prak (dir.), Guilds, innovation and the European economy, 1400-1800, Cambridge, 2008, p. 52-80.

Krausman Ben-Amos 1991 = I. Krausman Ben-Amos, Women apprentices in the trades and crafts of early modern Bristol, dans Continuity and Change, 6-2, 1991, p. 227-252.

Lanaro 2006 = P. Lanaro (dir.), At the center of the old world. Trade and manufacturing in Venice and the mainland (1400-1800), Toronto, 2006.

Lazzarini 1960 = V. Lazzarini, Antichi ordinamenti veneziani a tutela del lavoro dei garzoni, dans Id., Proprietà e feudi, offizi, garzoni, carcerati in antiche leggi veneziane, Rome, 1960, p. 61-75.

Martinat 2018 = M. Martinat, L’apprendistato, dans R. Ago (dir.), Storia del Lavoro in Italia. L’età moderna. Trasformazioni e risorse del lavoro tra associazioni di mestiere e pratiche individuali, Rome, 2018, p. 79-102.

Mendelson – Crawford 1998 = S. Mendelson, P. Crawford, Women in Early Modern England 1550-1720, Oxford, 1998.

Molà 2000 = L. Molà, Le donne nell’industria serica veneziana del Rinascimento, dans L. Molà, R.C. Mueller, C. Zanier (dir.), La seta in Italia dal Medioevo al Seicento. Dal baco al drappo, Venise, 2000, p. 423-459.

Ogilvie 2008 = S. Ogilvie, Rehabilitating the Guilds: a reply, dans Economic History Review, 61-1, 2008, p. 175-182.

Rauch 2009 = S. Rauch (dir.), Le mariegole delle arti dei tessitori di seta. I Veluderi (1347-1474) e i Samitari (1370-1475), Venise, 2009.

Romano 1996 = D. Romano, Housecraft and statecraft. Domestic service in Renaissance Venice, 1400-1600, Baltimore-Londres, 1996.

Trivellato 2008 = F. Trivellato, Guilds, technology and economic change in Early Modern Venice, dans S.R. Epstein, M. Prak (dir.), Guilds, innovation and the European economy, 1400-1800, Cambridge, 2008, p. 199-231.

Zucca Micheletto 2014 = B. Zucca Micheletto, Temps pour travailler, temps pour éduquer : le travail des pauvres dans les institutions de charité (Turin, XVIIIe siècle), dans C. Maitte, D. Terrier (dir.), Les temps du travail. Normes, pratiques, évolutions (XIVe-XIXe siècle), Rennes, 2014, p. 80-99.

Haut de page

Notes

1 Le Monde publiait, le 18 novembre 2014, un article dont le titre était : L’apprentissage : l’éternel retour ; http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/11/17/apprentissage-l-eternel-retour_4524916_1698637.html.

2 Cf. sur ce débat : Epstein 2008 ; Ogilvie 2008.

3 Lanaro 2006 ; Trivellato 2008.

4 https://garzoni.hypotheses.org.

5 Bellavitis – Frank – Sapienza 2017 ; Colavizza – Cella – Bellavitis 2019.

6 Epstein 1998.

7 Epstein 2008.

8 Dans une très vaste bibliographie, cf. en dernier, sur le cas italien, Martinat 2018.

9 Romano 1996, ch. 2, citation à la p. 59.

10 Archivio di Stato di Venezia (dorénavant ASVE), Compilazione Leggi, Prima serie, busta 301.

11 Ibid., f° 278 r-v, 1541, 23 septembre.

12 « Che alcuno sia di che condition esser si voglia non possa accordarsi con alcun Nobile, Cittadin o altro habitante in questa città o per poppiero, o di mezo, spenditore, cameriero, o in qual si voglia carico, o servitio per meno de mesi sei continui; et le massere, cameriere, cuoche et sia qual si voglia altra donna per meno di anno uno continuo, et le nene per tutto il tempo, che si doveranno lattare et dislatare le creature lattanti, sotto pena di perder il salario, che avanzasse, e di più alli huomini di esserli dati tre tratti di corda e pagar ducati cinque alli denontianti, o ministri et non essendo habili di star mesi quattro in prigion serrata, et per le donne di esser frustate da S. Marco a Rialto et di star per mesi sei in pregione secondo le condition loro et di pagar ducati 5 come di sopra, ne possino inanzi feniti li mesi sei domandar licenza, ne partirsi, se non conosciuta la causa con licenza del Magistrato di Sue Sig. Illustriss. li quali accordi de servitori, barcaroli et massere debbano esser fatti et notati nell’Officio de medesimi illustriss. Signori Censori; con espressa dechiaratione che se alcun nobile, cittadino, o altro sia che si voglia pigliarà al suo servitio alcuno delli sudetti servitori, o massare senza notare in esso Officio il detto espresso accordo, non debbi esser sottoposto quello, o quella che non fosse accordato a pagar al suo patrone quanto egli pretendesse di andar quovis modo creditori cosi prima, come doppo il suo partire: ne al Magistrato predetto poter querellare, né procurare il castigo loro per qual si sia misfatto, delitto, o latrocinio, che havessero commesso in casa sua, niuna colpa eccetuata per la quale cadaun di sudetti servitori e massare, che come sopra non fossero descritti et accordati nel sudetto Illustriss. Magistrato debbano restar dalla Giustitia liberi da qual si sia pena che per quelli meritassero » ; Ibid., f° 176r-v, 1631, 7 février.

13 Ibid., f° 276r-v, 1529, 11 mars.

14 « Dechiarando che se i diti fanti over fantesche fussero batudi per mal modo, over rotti in alcuna parte della persona over havera battiture disoneste siano in liberta de signori capi de sextier farli pagar tutto el suo salario integraliter, et condennarli pro qualitatem delicti », Ibid., f° 265, 1503, 31 juillet.

15 Lazzarini 1960 ; Romano 1996 ; Dal Borgo 2017.

16 « Et parimenti niun maistro specchier possi tener piu di homeni quattro lavoranti a lavorar seco sotto pena di ducati 10 per cadaun homo o lavorante tenirà di piu, et per cadauna volta, et se massare lavoreranno, s’intendino comprese nel numero di lavoranti 4 preditti, la qual pena sia applicata come di sopra », ASVE, Giustizia Vecchia, busta 5, reg. 13, f° 87.

17 Bellavitis 2008.

18 ASVE, Compilazione Leggi, Prima Serie, busta 301, f° 109 et suiv., 1611, 16 octobre.

19 Bellavitis 2006.

20 ASVE, Giustizia Vecchia, Accordi dei Garzoni, reg. 154, f° 117, 1592, 17 février.

21 Ibid., reg. 156, f° 32v, 1594, 27 mai.

22 Ibid., reg. 154, f° 11, 1591, 17 mai.

23 Ibid., reg. 151, f° 88, 1575, 8 octobre.

24 Ibid., reg. 164, f° 234, 1627, 7 janvier.

25 Ibid., reg. 158, f° 103, 1598, 5 mai.

26 Ibid., reg. 151, f° 138, 1576, 16 janvier.

27 Molà 2000, Della Valentina 2012, Rauch 2009.

28 ASVE, Giustizia Vecchia, Accordi dei Garzoni, reg. 151, f° 116v, 1575, 1er décembre.

29 Bellavitis 2006.

30 Krausman Ben-Amos 1991.

31 Mendelson – Crawford 1998, p. 96-97.

32 Zucca Micheletto 2014, p. 97.

33 Ibid.

34 « Madonna Gnese vedoa l’anno 1647 il mese di zugno consegnò alla scola della signora Antonia moglie de me Zuanne Torre Chiara sua figliola per imparar la professione dell’inguchiar, quale all’hora era di età de anni sei in circa et patuì il doverla tenere per anni quattro, onde venisse a finire l’anno 1651 il mese di zugno. Doveva in conformità del suo obligo farli le spese di vito, questa la spesò solo il primo anno et li altri tre ultimi fu necessitata sustentarla et mantenerla di vito la detta mia consorte del nostro. Et a benché più volte dappoi et nel tempo che è stato giudicato dali ecc.mi censori che detta Chiara habbi noi servito per massara che fu finiti li detti anni quattro et anco partita dalla nostra casa gli sii stata addimandata la sodisfattione dovutaci quale entendiamo ricevere in ragione solamente de d.ti quaranta all’anno che è quel meno possiamo pretendere così alla detta Chiara hora fatta adulta et di sue ragione come alla ditta donna Gnese madre ne havendo mai havuto noi la dita sodisfattione anzi detta Chiara havendo preteso il suo sallario di haverci servito quello gli è stato adiudicato per la summa de d. 28 per anni 3 e mezo, con far riserva a noi marito et moglie per le pretese spese di vito avvanti il giudice compensate, che però addimando io Zuanne sudetto daver quelle restar sentenziate simul et in solidum in d.ti 25 per parte et a bon conto delle dette spese fatte alla ditta Chiara » , ASVE, Giustizia Vecchia, Domande e risposte in causa, busta 52, 1655, 9 septembre ; Bellavitis 2012.

35 ASVE, Giustizia Vecchia, Accordi dei Garzoni, reg. 157, f° 154v, 1597, 3 juillet.

36 Ibid., reg. 154, f° 59, 1591 16 septembre.

37 Ibid., reg. 157, f° 76, 1596, 9 décembre.

38 Ibid., reg. 167, f° 116v, 1645, 8 mars.

39 Ibid., reg. 170, f° 82, 1656 30 décembre.

40 Ibid., reg. 159, f° 28, 1599, 2 janvier.

41 Ibid., reg. 154, f° 17, 1591, 31 mai.

42 « 1719, 7 agosto. Illustrissimi et Eccellentissimi Giustizieri Vechi. Ho servito io Zuane Musitelli figlio di Vincenzo Bergamasco Domino Maffio Musitelli Capo Maestro Salumier il corso d’Anni quatro ne essendo seguito di cio accordo in questo Eccellentissimo Magistrato, suplico la pietà di Vostre Eccellenze per l’admissione dell’infrascritto Capitolo, con la prova del quale possi esser descritto nell’Arte sudetta con le solite formalità: che la verità fu ch’io Zuanne Musitelli ho servito Anni quatro per Garzon D. Maffio Musitelli Salumier principianti a p.mo Agosto 1715 sino al presente a loco et foco come fanno gl’altri Garzoni », ASVE, Giustizia Vecchia, Processi, busta 92, 1719, 18 août.

43 ASVE, Giustizia Vecchia, busta 94, reg. 74, f° 23, 1623, 20 juin.

44 Ibid., f° 38, 1623, 11 août.

45 Ibid., f° 84v, 1624, 14 mars.

46 Bellavitis 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Bellavitis, « Les « Garzoni » vénitiens entre apprentissage, service domestique et travail salarié », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-1 | -1, 77-86.

Référence électronique

Anna Bellavitis, « Les « Garzoni » vénitiens entre apprentissage, service domestique et travail salarié », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/5986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.5986

Haut de page

Auteur

Anna Bellavitis

GRHis Université de Rouen Normandie/Institut Universitaire de France – anna.bellavitis@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals