Navigation – Plan du site
L’empreinte domestique du travail, XVIe-XXIe siècle
Autour du pouvoir domestique

Commis et secrétaires : l’empreinte domestique des administrations d’Ancien Régime

Nicolas Schapira
p. 115-128

Résumés

Contre le récit implicite de l’historiographie selon lequel les bureaux peuplés de commis du siècle des Lumières ont remplacé les secrétaires particuliers de la Renaissance au cours du processus de bureaucratisation de la monarchie, l’article met en évidence leur coprésence dans l’administration royale tout au long de l’Ancien Régime, ainsi que l’empreinte domestique de l’ensemble de ce personnel. Il s’attache ensuite à cerner les enjeux de cette empreinte domestique persistante, en s’appuyant en particulier sur l’étude du personnel du ministère des affaires étrangères au XVIIIe siècle. L’analyse révèle à la fois des logiques budgétaires, mais aussi des pratiques sociopolitiques qui reposent sur le couple formé par le maître et son domestique de plume – commis ou secrétaire. L’article montre aussi la divergence des destins au XVIIIe siècle, quand les commis commencent à s’ériger en corps, ce qui est impossible pour les secrétaires qui restent avant tout attachés à leur maître.

Haut de page

Texte intégral

1La démarche proposée ici consiste à rapprocher deux types de personnels administratifs restés étrangement séparés dans l’historiographie : les secrétaires particuliers et les commis – les premiers étant sans contredit des domestiques, les seconds figurant au contraire une émancipation aux multiples conséquences par rapport à l’univers domestique. L’historiographie les voit se succéder : le secrétaire est avant tout associé au XVIe siècle, tandis que les commis sont l’un des symboles de la modernisation de l’État, de l’avènement de la bureaucratie rationnelle du temps de Louis XIV et plus encore des Lumières. Or cette histoire implicite mérite révision. Les secrétaires, qui apparaissent dans les administrations princières et royales entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle restent bien présents dans celles-ci jusqu’à la fin de l’Ancien régime et au-delà ; les commis qu’ils côtoient à partir du XVIe siècle sont largement engagés dans le même type de dépendance personnelle qu’eux, et ceci jusqu’en plein siècle des Lumières.

2Qu’est-ce qui se joue dans cette cohabitation au long cours de deux types de personnels ? Et comment faut-il interpréter cette empreinte domestique des administrations d’Ancien Régime ? On verra que cette prégnance des rapports domestiques ramène le regard sur le travail administratif comme exercice du pouvoir, contre la vision très dépolitisée de la question de la bureaucratie qui est majoritairement celle de l’historiographie de l’État moderne. On a choisi, après un bref retour sur l’historiographie du secrétaire de la Renaissance, de faire porter la réflexion avant tout sur le XVIIIe siècle, pour mettre en évidence la longue durée du phénomène domestique dans l’administration.

Un siècle des secrétaires ?

  • 1 Bolzoni 1980 ; Fiorato 1989 ; Nigro 1991 ; Cavaillé 2002 ; Biow 2002 ; Gorris Camos 2008.
  • 2 Du Tronchet 1569, préface, n. p.

3Le XVIe siècle passe pour avoir été l’âge d’or du secrétaire, conseiller privilégié du prince, et support essentiel de la réflexion sur la politique au temps de Machiavel, lui-même secrétaire de la République de Florence1. Cette vision repose sur l’existence d’une douzaine de traités italiens consacrés à cette fonction, parus entre 1560 et 1630, qui exaltent la gloire passée des secrétaires, regrettant qu’au temps des secrétaires humanistes ait succédé l’âge de fer de scribes tâcherons étroitement dépendants de leurs patrons sous l’effet d’un appesantissement de la bureaucratie. L’historiographie, y compris à propos du cas de la France, reprend sans distance le récit proposé dans ces traités, alors qu’il demande à être interrogé. Si l’on examine les théorisations françaises de l’activité du secrétaire, moins nombreuses et moins visibles que la série de traités italiens, c’est une tout autre réalité qui apparaît. En premier lieu, ces traités distinguent tous ce qu’ils appellent les « véritables » secrétaires – ceux qui travaillent pour un personnage public – au sein d’un bien plus vaste ensemble de domestiques de plume, « car il n’y a si petit Gentil-homme qui ne traine plus de secrétaires que de cuisiniers »2, comme l’écrit Étienne Du Tronchet, qui revendique le titre de secrétaire de Catherine de Médicis dans la préface de son recueil épistolaire où il exalte cette fonction.

  • 3 Michaud 1967 ; Bautier 1986 ; Guyotjeannin 1993.
  • 4 Cité dans Gorochov 1999, p. 252. Voir aussi Matz 1999 ; Fabris 2005, p. 287 ; Contamine 2009.
  • 5 Lapeyre – Scheurer 1978.
  • 6  Hoffmann 2009, p. 71.

4Une telle distinction renvoie bien à la profusion des secrétaires, et plus encore à la grande variété de leurs positions. On sait que les notaires-secrétaires du roi émergent à partir du règne de Philippe Le Bel de l’ensemble des clercs et scribes chargés jusque là de la rédaction des actes3. Parmi ces notaires-secrétaires se distinguent progressivement des « clercs du secret » affectés directement au service du souverain, en particulier pour la rédaction des lettres closes, qui ne passaient pas par le sceau du chancelier, et qui étaient notamment utilisées pour la correspondance politique. Les secrétaires du roi sous Philippe Le Bel et ses descendants sont des personnages socialement modestes, que le roi rétribue par des gages (peu élevés) et des bénéfices ecclésiastiques. Ils prennent de l’envergure sous Charles V qui institue le premier collège des notaires et secrétaires du roi en le dotant de beaux privilèges, et plus encore à partir de Louis XI. Au XVe siècle, on voit aussi apparaître dans la documentation des secrétaires de prince – tel Jacques de Nouvion, régent à la faculté des arts en 1403, rétribué 100 Livres tournois par le duc d’Orléans qui lui verse en outre 40 écus d’or « pour l’aider à faire sa théologie »4. À l’aube de la Renaissance, les secrétaires forment déjà un personnel assez différencié socialement : à côté des secrétaires du roi, désormais bien repérables dans les sources, pourvus d’un office anoblissant, et qui tendent à former des dynasties de serviteurs de l’État5, on devine des secrétaires au statut et à la fortune bien moins établis, mais qui profitent eux aussi de l’essor des administrations princières et seigneuriales. Au XVIe siècle, cette expansion et cette différenciation sociale s’accentue : les secrétaires particuliers d’aristocrates ont une puissance sociale et des possibilités d’avancement bien supérieures à celles de personnages plus modestes, à l’exemple d’un secrétaire de Montaigne qui aurait emporté un livre des Essais pour le vendre à son compte6. Cette distinction correspond aussi à l’importance nouvelle de ces officiers de finance que sont les secrétaires du roi dans le dispositif monarchique, redoublée dans la seconde moitié du XVIe siècle par l’apparition en leur sein des secrétaires d’État qui deviennent les plus proches collaborateurs du monarque. Ces nouvelles réalités sociopolitiques stimulent la plume d’auteurs qui font eux-mêmes partie de l’appareil d’État (mais dans des positions plus modestes que les secrétaires du roi) ou qui aspirent à y trouver leur place, et démontrent par leur réflexion sur les secrétaires leur bonne connaissance de l’administration monarchique. On voit donc ici combien le modèle du secrétaire humaniste conseiller du prince qui aurait disparu par la suite est décalé par rapport à la présence complexe des secrétaires dans la société et dans les appareils de pouvoir à la Renaissance.

5Ce modèle colore néanmoins implicitement toute l’histoire des secrétaires sous l’Ancien Régime : le secrétaire cultivé et courtisan, apte à conseiller le prince, serait une figure typique du XVIe siècle. À partir du XVIIe siècle, les secrétaires seraient des personnages mineurs, ou dont la puissance serait d’origine douteuse – des figures archaïques en tout cas dans le monde nouveau d’États en voie de bureaucratisation où les fonctions dignes d’intérêt pour l’historien sont celles de ministre ou de commis.

Commis et secrétaires dans les histoires de la monarchie administrative

  • 7 Michaud 1975, p. 11-14 ; Mosser 1978 ; Azimi 1987 ; Pinet 1993 ; Martin 1997 ; Félix 1997, p. 83-8 (...)
  • 8 Antoine 2003.
  • 9 Weber 2003.
  • 10 Sarmant – Stoll 2010 ; Drévillon 2011 ; Félix 1997.

6Dans ces études7, les commis sont comptés, leurs tâches sont scrutées, et plus encore l’organisation des bureaux dans lesquels ils évoluent. Soit la somme de Michel Antoine sur l’histoire du contrôle général des finances, Le Cœur de l’État8. Le récit chronologique des réorganisations au sommet de l’administration, placées sous le sceau du naturel, de la continuité et des progrès de la rationalité, est ainsi confirmé par les mises au point sur les effectifs des bureaux à telle période, dont la croissance signale la puissance inédite acquise par l’administration par rapport à la période antérieure. En sus de cette croissance des effectifs, en quoi consiste la modernité des bureaux et des commis qui les peuplent ? La ligne générale est d’inspiration wébérienne9. En premier lieu, la spécialisation des bureaux et la hiérarchisation des personnels qui s’amorce en leur sein actent un processus de division du travail, qui témoigne de l’augmentation de l’activité des services de l’État, et d’une rationalisation des tâches. En deuxième lieu, le personnel des bureaux, qui reste longtemps en poste, et auquel une véritable carrière dans l’administration est désormais offerte, est le principal facteur d’une continuité du service de l’État par-delà les changements de ministre. Cette continuité – c’est là un troisième aspect de ces analyses – est également assurée par la routinisation des tâches administratives : toutes les études mettent l’accent sur la mise en place de règlements et de procédures qui témoignent d’un effort de rationalisation et débouchent sur une grande régularité et une grande uniformité du travail. La vision produite est celle d’un appareil administratif qui s’autonomise par rapport aux détenteurs du pouvoir, et qui se révèle d’une grande efficacité – une vision teintée d’autorité Grand siècle ou de bonne gestion du temps des Lumières suivant la période envisagée10. Notons que les commis forment une pièce essentielle de la démonstration. Les simples commis permettent de toucher la hiérarchisation – ils sont en bas de l’échelle, donc il y en a une, ils sont obscurs, mais on les voit quand même – et la routinisation – ils effectuent des tâches répétitives et inintéressantes. Les premiers commis, avec leurs longues carrières et leur grande compétence, incarnent l’autonomisation d’une administration qui peut désormais fonctionner sans ministres.

  • 11 Drévillon 2011, p. 541.
  • 12 Sarmant – Stoll 2010, p. 308.
  • 13 Ibid., p. 397.

7Les études les plus récentes insistent certes sur la persistance des rapports de clientèle au sein de cette administration11. Voilà qui éloigne du modèle wébérien, mais sans rien changer au tableau général : le recrutement du personnel des bureaux peut bien être réalisé sur une base familiale ou clientélaire, cela n’affecte pas la qualification de leur travail. D’abord, par leur présence, les commis opèrent plutôt une déclientélisation du fonctionnement du gouvernement. La conclusion d’une analyse de la correspondance entretenue par les premiers commis au temps de Louis XIV est à cet égard significative : « Le réseau bureaucratique des premiers commis complète ainsi le réseau administratif et clientélaire propre aux ministres. »12 Dans cette vision des choses, quand les ministres sont du côté de la clientèle, les premiers commis incarnent la bureaucratie, comme si les rapports de ces derniers avec leurs correspondants étaient dépourvus de toute dimension clientélaire. La monarchie administrative, de par son caractère encore embryonnaire, aurait atteint une sorte de point d’équilibre, de perfection dans l’efficacité : parce qu’elle est seulement en voie de bureaucratisation, elle n’a pas les défauts bien connus de la bureaucratie13.

  • 14 Félix 1997.
  • 15 Meyer 1997.
  • 16 Ibid., p. 318.
  • 17 Samoyault 1971 ; Antoine 1975, p. 20.

8Une telle histoire de la monarchie administrative est une histoire sans secrétaires. Leur présence est notée, mais traitée comme une matière inerte ; elle n’est pas mise en mouvement dans le raisonnement, focalisé sur les commis. Par exemple, l’article classique de Joël Félix sur les commis du contrôle général des finances au XVIIIe siècle évoque les secrétaires au milieu des commis, mais sans jamais s’arrêter sur eux14. Jean Meyer, auteur de la partie de l’Histoire de la fonction publique en France consacrée au XVIIIe siècle, utilise la notion de « fonctionnaire » pour montrer l’autonomisation d’un monde de serviteurs de l’État homogène sur le plan social uni par des liens professionnels et des réseaux d’interconnaissance, et acteurs de premier plan de la prise de décision gouvernementale, malgré leur position en apparence subordonnée15. L’étude est étayée par la présentation de nombreux cas qui permettent d’observer l’enchevêtrement et le cumul des fonctions exercées par ce personnel. Or, presque tous les personnages évoqués ont été à un moment donné secrétaire particulier. Jean Meyer évoque même le « milieu des secrétaires privés » comme l’une des pépinières de ces « fonctionnaires ou para-fonctionnaires » qui font l’objet de son étude16. Mais le rôle propre des secrétaires dans le pouvoir monarchique n’en est pas pour autant analysé : ils sont implicitement assimilés aux commis. Autre phénomène remarquable dans les études sur la bureaucratie d’Ancien Régime : la compréhension du statut ou du travail des commis n’est jamais replacée dans l’histoire longue des secrétaires. Et lorsque leur rôle est thématisé, ce n’est pas par référence aux secrétaires du XVIe siècle, mais plutôt en établissant un lien avec l’avenir : les secrétaires préfigureraient les cabinets ministériels du futur17. Il n’est donc pas sans enjeu d’essayer de construire un récit qui prenne en compte sur la longue durée la coprésence des secrétaires et des commis.

Naissance des commis

  • 18 Furetière 1690.

Commis : Celuy à qui le Supérieur a donné quelque emploi, quelque charge, quelque maniement ou recouvrement à faire. Les Secretaires d’Etat, les financiers ont des commis dans leurs bureaux. Des Commis aux portes, aux douanes […] Les Greffiers ont des commis dans les Greffes. Les commis au Greffe du Conseil et dans les Parlements sont des Officiers titulaires […] Les marchands appellent quelque fois commis, leurs facteurs, pour leur donner un nom honorable18.

  • 19 Lassalmonie 2002 ; Michaud 1975 ; Félix 1997.
  • 20 Hamon 1999.

9La notion renvoie d’une part à un emploi subordonné (mais susceptible d’honorer dans l’univers marchand en ce qu’il tient ordinairement à l’État) qu’il a été possible de déléguer, et de l’autre à un ensemble de fonctions qui ont en commun le maniement de l’argent (commerce, finances, douanes), même s’il y a aussi des commis dans certaines institutions judiciaires. De fait, au sein de l’administration royale, c’est semble-t-il plutôt auprès des secrétaires des finances que l’on trouve précocement des commis, dès Louis XI, et peut-être même avant19. On tient là un fil originel de différenciation avec les secrétaires : l’activité du commis se situe à l’origine plutôt du côté des maniements des deniers. De fait, une partie des commis des officiers de finance de la Renaissance alternent tâches d’écriture dans des bureaux et missions pour apporter ou recueillir des deniers dans le cadre du service de leur patron. Autre cas de figure : le commis exerce en totalité les fonctions financières, dans le cadre de l’extraordinaire des guerres ou de charges du trésor, à la place de son patron, et partage avec lui les revenus de l’office20. Mais l’office de secrétaire du roi dans l’administration royale a dès le XVIe siècle une tonalité financière, et par ailleurs les commis effectuent aussi des tâches épistolaires qui ne distinguent guère leur fonction de celles des secrétaires particuliers. Ce n’est donc pas la spécificité des tâches du commis qui explique leur multiplication dans l’administration, et comme les secrétaires d’État n’ont pas cessé d’employer des secrétaires, on ne peut pas non plus considérer simplement que « commis » est le nom donné aux secrétaires employés dans les bureaux.

  • 21 Ibid., p. 61.
  • 22 C’est là une lecture possible du règlement de 1588 précisant que chaque secrétaire d’Etat aura sou (...)

10La distinction entre les secrétaires et les commis ne tiendrait-elle pas dès lors plutôt à un mode de rémunération différent ? Au XVIe siècle, l’appareil du pouvoir mobilise des secrétaires qui sont des officiers (les secrétaires du roi) gagés sur le Trésor et tout un personnel domestique de « commis », « clercs », « scribes » « secrétaires » ou « écrivains » rémunérés sur les deniers propres des officiers qui les employaient, ces officiers étant cependant parfois défrayés par le roi pour ce type de dépense de personnel21. Il est dès lors possible que l’emploi du terme de « commis » pour désigner certains des premiers collaborateurs des secrétaires d’État ou grands officiers de finance ait représenté, à partir de la fin du XVIe siècle, une stabilisation de la prise en charge de leur rémunération par les caisses royales22. La désignation d’une partie des employés comme commis signifie que le roi se donne les moyens financiers de rémunérer directement une partie des employés de ses plus hauts serviteurs. Lesdits employés n’en demeurent pas moins fondamentalement des domestiques, au même titre que ceux qui, avec le titre de secrétaires particuliers, sont gagés, nourris et logés sur la cassette personnelle du grand officier.

11Si l’on se projette maintenant un siècle plus tard, au temps de Louis XIV, le personnel administratif chargé de tâches d’écriture est composé de secrétaires particuliers, de commis qui sont des employés associés à des bureaux et gagés par le roi, et d’un personnel subalterne de « clercs » et « écrivains », gagés soit par les commis et secrétaires, dont ils sont les domestiques, soit par les ministres.

Le cas du personnel du ministère des affaires étrangères au XVIIIe siècle

  • 23 Samoyault 1971, p. 29.

12Le ministère des affaires étrangères constitue un bon point d’observation de la situation respective des commis et des secrétaires dans les administrations du XVIIIe siècle du fait que la documentation sur le sujet y est abondante et surtout variée. Notre point de départ est à nouveau historiographique. La difficulté à faire une place spécifique aux secrétaires dans la description des administrations de cette époque se lit dans l’ouvrage pourtant remarquable que Jean-Pierre Samoyault a consacré aux Bureaux du secrétariat d’État des affaires étrangères sous le règne de Louis XV. Cette étude comporte un volet relatif à l’organisation du travail au sein du ministère, et un autre consacré à une étude sociale du personnel très nourrie, et achevée par un précieux répertoire biographique dans lequel les commis côtoient les secrétaires. Le premier chapitre, intitulé « Le département politique », débute ainsi : « Avant d’entreprendre l’étude de ces bureaux, il convient d’examiner tout d’abord une classe d’employés au statut souvent mal défini, placés entre le secrétaire d’État et ses bureaux, ceux que l’on appelle les “secrétaires” »23. Que les « bureaux » constituent le périmètre ou l’objet adéquat pour saisir le fonctionnement de l’administration ne fait pas débat, si bien que la question des secrétaires est nécessairement marginale. On n’est donc pas surpris de lire que leur nombre et leur rôle iraient en s’amenuisant au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle, alors même que cette affirmation est constamment contredite par les faits, tels qu’ils sont présentés dans l’étude elle-même ; Jean-Pierre Samoyault note bien la reconstitution incessante de couples ministre/secrétaire prenant l’essentiel des décisions au détriment des commis, à moins que l’un ou l’autre des principaux commis ne cumule la fonction de secrétaire particulier du ministre avec un poste de premier commis. Mais, de ces faits, aucune conclusion n’est tirée sur le rôle réel des secrétaires dans l’administration du ministère.

Quand les commis tentent de s’ériger en corps

  • 24 AAE, 264QO/1, fol. 66, mémoire du 10 avril 1742.

13Il se passe pourtant quelque chose de nouveau au XVIIIe siècle dans cette administration : les commis tentent de s’ériger en corps. On les voit porter des requêtes collectives, par exemple pour jouir du droit de commitimus (qui permet de choisir le tribunal dans lequel faire juger ses procès) au motif qu’ils sont solidaires du secrétaire d’État, ce qui ne leur permet pas d’aller suivre leurs procès privés en province. Du fait de cette solidarité, leur lieu est bien celui de la cour, où ils doivent avoir une place marquée. Un autre mémoire porte ainsi sur leur logement dans la ville de Fontainebleau lorsque le roi est au château24. Autre document : un arrêt du conseil d’État jugeant que les commis de la marine sont justiciables, non du bailli de Versailles, mais de la prévôté de l’hôtel – c’est-à-dire de la juridiction de la cour. La présence de cet arrêt dans les archives du ministère des affaires étrangères montre comment le corps tend à se former en transcendant les divisions entre différents secrétariats d’État.

  • 25 AAE, 264QO/1 « Organisation et Réglemens du Ministère des Affaires Etrangeres 1547 à 1806 ».
  • 26  Deloye – Schapira 2018.

14Les documents qui viennent d’être évoqués émanent d’un seul volume d’archives qui correspond à ce que l’on pourrait appeler un dossier pour une histoire immédiate de l’administration du ministère25. Il a en effet été constitué dès la première moitié du XVIIIe siècle. On y trouve aussi des listes de commis, des organigrammes, des projets de réforme des bureaux. L’auteur de ce volume est Louis-Nicolas Le Dran, premier commis responsable du dépôt des affaires étrangères en activité entre 1711 et 1762. L’entrelacement de ces documents dans une opération d’archivage construit fortement la présence des bureaux dans le paysage administratif tout en effaçant celle des secrétaires, qui brillent par leur absence dans cette documentation. La longue histoire de l’emploi de secrétaire, sa définition comme rapport singulier à un maître ont empêché l’émergence de revendications collectives des secrétaires dont on aurait pu trouver des traces dans ces archives. Et la logique d’affirmation des commis n’est sans doute pas étrangère à l’absence des secrétaires dans les organigrammes des bureaux rassemblés ou rédigés par Le Dran et ses successeurs comme dans les premières histoires qu’on leur doit, et qui ont été ensuite reprises par les historiens ultérieurs du ministère26.

  • 27 Ministère des Relations extérieures 1984-1985 ; Samoyault 1971.
  • 28  AAE, 266/QO 23, fol. 272 r/v.

15Les secrétaires sont en revanche extrêmement présents dans un autre type de source : les centaines de dossiers de demandes de pension d’employés du ministère au XVIIIe siècle, qui contiennent des requêtes parfois longuement argumentées en forme de biographie ainsi que des récapitulatifs de carrière établis par l’administration27. On mesure alors leur foisonnement dans les lieux de pouvoir au XVIIIe siècle : secrétaires particuliers des ministres, des ambassadeurs bien sûr, mais aussi de personnages au statut moins établi. Ainsi Desfranches, agent de Vergennes chargé de négocier en 1775 une alliance générale entre la France et les cantons suisses, explique-t-il, dans un mémoire présenté au ministre pour se faire rembourser des frais de ses missions, qu’il a dû embaucher « un secrétaire à gages », nourri et logé chez lui, qui devait être « un homme de toute confiance », employé « presque toute la journée entière, fêtes & dimanches » et qu’il rémunérait 6 L par jour « avec quelques gratifications », ce qui montait à 2400 L par an. Desfranches, à l’en croire, a aussi embauché ponctuellement d’autres scribes à qui il dictait ou faisait mettre au propre mémoires et lettres, tant pour la cour de France que pour la Suisse28. Ces secrétaires-là ne figurent sur aucun organigramme, et pourtant tout exercice d’une mission politique engendrait un ou des emplois de ce type.

  • 29 AAE, 266 QO/63, fol. 355-368.
  • 30 Samoyault 1971, p. 31-32.
  • 31  AAE, P8951, Comptabilité, Finances du ministère, vol. 1, fol. 79, 82, 203, 350, 354.
  • 32 AAE 266 QO/58, fol. 241.

16Deuxième enseignement : la quasi-totalité des premiers commis ont été secrétaire au début de leur carrière. Par exemple, Claude Gérard Semonin (1723-20 Messidor an II), premier commis du dépôt des affaires étrangères à partir de 1772, a été secrétaire de l’ambassadeur de France en Suisse de 1747 à 1749. Il repart avec la même qualité, mais un autre maître, à Gênes de 1753 à 1761, année où il devient premier secrétaire du duc de Praslin, ministre des affaires étrangères. Il obtient en 1763 le poste de consul général à Lisbonne, avant de parvenir au poste de premier commis29. Les belles carrières dans les bureaux passent ainsi par des emplois de secrétaire particulier d’aristocrates ou de ministres. La trajectoire inverse ne s’observe pas : quand on est commis – plus encore premier commis – on ne devient ni ne redevient secrétaire. C’est là sans doute un hommage à la sécurité que procure un poste de commis : niveau de rémunération intéressant (en particulier pour les premiers commis) et pension de retraite assignée sur le trésor royal. En revanche certains d’entre eux cumulent en fait cet emploi et celui de secrétaire d’un ministre, soit qu’ils jouent ce rôle en raison de la confiance particulière que leur accorde leur maître, soit que celui-ci ait gratifié d’une place de commis son secrétaire particulier. Une autre fonction vient brouiller la distinction entre commis et secrétaire : celle de « secrétaire des affaires étrangères » créée en 1747 afin d’assurer la liaison entre les bureaux et le ministre30. Elle est, sur le plan statutaire, assimilable à un emploi de commis : son détenteur figure par exemple sur des états de paiement trimestriel du personnel des bureaux31. Si l’on examine les détenteurs successifs de cette place sous Louis XV, on s’aperçoit qu’elle est d’abord occupée par des commis. Puis en 1761, le nouveau ministre, le duc de Praslin, en gratifie son secrétaire particulier, qui n’exerce pas la fonction mais la « gère » : il touche les appointements (importants) et en délègue l’exercice à un commis32. En 1766, la place échoit à un personnage qui transforme ce poste en celui de premier secrétaire particulier du ministre.

  • 33 AAE, 266QO/23, Lettre au duc d’Aiguillon du 29 décembre 1773, fol. 358. Sur Deshaizes, voir aussi M (...)

17Cet entremêlement des fonctions fait douter que les commis incarnent mieux que les secrétaires la continuité de l’institution ou la compétence acquise dans le service au long cours de l’État. Le même doute pointe à l’examen de trajectoires d’individus qui ont été toute leur carrière durant employés comme secrétaires. Lorsque le cardinal de Bernis, ambassadeur de France à Rome, ancien ministre des affaires étrangères en 1757-1758, écrivait à ses successeurs des années 1770 différents mémoires pour leur réclamer le paiement de la pension, puis une abbaye pour son protégé l’abbé Deshaises, celui-ci exerçait les fonctions de grand vicaire (pour son archevêché d’Albi), et de premier secrétaire d’ambassade. Il était son secrétaire particulier depuis son ambassade de Venise en 1752, l’avait servi en cette qualité durant son ministère, et avait été son conclaviste en 1769, chargé à cette occasion de « négocier l’affaire importante de l’élection du pape avec divers cardinaux et avec le pape actuel lui-même », comme l’écrit Bernis dans une lettre à d’Aiguillon où il ajoute : « sa sainteté honore d’une estime particulière l’abbé Deshaises au sortir du conclave. »33 L’étendue des missions confiées à ce personnage par un acteur de premier plan de l’action monarchique durant 30 ans peut être à bon droit regardée comme un facteur de la continuité de l’État des Lumières, quand bien même il est resté attaché sa vie durant au même maître, qui n’était pas le roi.

Vers la formation d’un corps des secrétaires ?

18Une lettre adressée au duc de Choiseul par son secrétaire permet de situer à la fin du XVIIIe siècle les différences entre commis et secrétaires, et l’influence du statut des premiers sur les seconds. La requête date de 1780 : Jacques Prudhomme vient de quitter son emploi, et il se plaint de l’insuffisance du montant de la pension qui lui est faite. On apprend d’abord qu’à la pension de 1000 L qu’entend lui verser Choiseul aurait dû s’ajouter un revenu ancien sur lequel il ne peut plus compter en réalité : un bénéfice (« l’entrepôt de Metz ») que lui avait procuré la sœur du ministre, mais qu’il a dû céder à son frère (qui en était le cobénéficiaire) car il n’avait pas les moyens de le gérer. Prudhomme explique en outre que trois ans auparavant le duc lui avait déclaré l’avoir couché sur son testament pour une pension de 3600 L égale à son traitement d’alors. Une fratrie au service d’une autre, un effort pour établir des serviteurs de longue date : voilà qui inscrit fortement Prudhomme dans l’univers des relations domestiques, d’autant que l’on apprend, dans un passage crucial de la lettre, que les relations entre les deux familles remontent loin.

  • 34 AAE, 266QO/58, fol. 242.

Vous dites, Monseigneur, que je suis du double plus heureux qu’un capitaine d’infanterie à qui on ne donne que 500 L pour retraite. Mais je n’ai pas cet état, ni les honneurs qui y sont attachés ; il n’a cependant tenu qu’à moi de l’avoir. Monsieur le comte de Choiseul qui m’a donné à vous m’avoit offert auparavant, (j’étais alors à Lunéville dans les gardes du corps du roi de Pologne) une lieutenance dès qu’il a eu le régiment de Boulonnois. Je l’ai remercié, parce que mon Père n’étant plus dans l’état aisé où je l’avois vu, n’auroit pas pu me soutenir dans un régiment. J’ai refusé également l’offre de votre généreux parent de subvenir à la modique paye de lieutenant avec promesse de m’advancer34.

19Lieutenant ou secrétaire particulier : le choix par défaut – rapporté à un accident dans le parcours du père de Prudhomme – marque nettement la différence de considération attachée à chacun de ces emplois. Mais Prudhomme n’en conteste pas moins le raisonnement implicite de son maître (la pension du secrétaire n’est pas si indigente puisqu’elle est supérieure à celle que procure un état pourtant bien plus considéré) en rétorquant que :

  • 35 Ibid.

L’usage est de donner en retraite aux sujets qui ont travaillé sous les ministres des pensions plus fortes que celles accordées aux militaires. C’est en vertu de cet usage que des sujets que j’ai vus entrer dans votre secrétariat, et qui ne sont pas restés dans leurs bureaux, ont eu en retraite des pensions considérables, et même les deux secrétaires de Monsieur le cardinal de Bernis qui n’avoit été que deux ans ministre, en ont obtenu de très fortes à sa retraite. M. Pathiot secrétaire particulier de Monsieur le Maréchal de Belleisle a été gratifié pareillement et d’autres que je pourrais nommer35.

  • 36 AAE, 266QO/4, fol. 16.

20Dans ce passage, un effort est fait pour assimiler les secrétaires à un corps en suggérant la force d’un usage dépassant la relation singulière du patron et de son domestique. De même, en avril 1675, l’ancien secrétaire du duc de Praslin, Bailly, écrit à Vergennes pour réclamer une pension en arguant que « tous les secrétaires des ministres retirés en ont obtenus, et l’on a toujours considéré ces retraites comme une justice parce que quoy qu’ils fussent personnellement attachés au ministre qui les avoit choisis, ils étoient véritablement au service du Roy et employés à ses affaires. »36

  • 37 AAE, 266QO/58, fol. 242 v.

21Est-ce à dire que les statuts de commis et de secrétaire sont devenus équivalents à la fin du XVIIIe siècle ? On en est loin : les requêtes de secrétaire, jusque dans les années 1780, restent avant tout des lettres de domestiques, engagés dans une relation particulière avec leur maître, quand les commis, à l’appui de leurs demandes relatives à leurs pensions, invoquent systématiquement les services rendus au public. Par ailleurs, quand les commis obtiennent – sauf accident – une pension royale, il n’en va pas de même des secrétaires particuliers, qui restent sur ce point dépendants de la volonté de leur maître. La précarité de leur condition leur fait-elle systématiquement rechercher une place de commis ? La lettre de Prudhomme, sur ce point aussi, est éclairante. Dans le souci de manifester sa fidélité ancienne à son maître, Prudhomme rappelle en effet un épisode de sa carrière qui s’est déroulé en 1766. À cette date, le duc de Praslin, qui devient ministre de la Marine, est remplacé par Choiseul. Le premier emmène avec lui son secrétaire particulier, Baily, qui « gérait » la place de secrétaire des affaires étrangères, laquelle devient vacante. Prudhomme, selon ses dires, l’aurait réclamée à Choiseul qui aurait déclaré être d’accord pour l’en gratifier, en y mettant une condition : Prudhomme ne serait plus considéré comme domestique du ministre s’il faisait ce choix. Un autre passage de la lettre laisse penser que Prudhomme était alors en semi-disgrâce auprès de Choiseul, et il est probable que ce dernier avait, au moment où Prudhomme s’est mis sur les rangs, déjà élu celui qu’il destinait à la place de secrétaire des affaires étrangères, et qui allait de fait devenir son collaborateur privilégié dans les années suivantes. D’où le choix difficile devant lequel le ministre place Prudhomme, lequel se montre doublement fidèle, en renonçant sagement à une place qui ne lui était vraisemblablement pas destinée pour rester secrétaire particulier, au second rang donc, derrière l’élu de Choiseul. Dans sa requête, Prudhomme explicite ce à quoi il pense au juste avoir renoncé : « Si je ne vous eusse pas préféré, votre successeur dans ce département m’auroit vraisemblablement chassé, mais avec une pension. »37 Voilà qui relativise à nouveau la différence entre commis (ou « secrétaire des affaires étrangères ») et secrétaires particuliers : les premiers aussi pouvaient être chassés, mais avec pension. Il n’en reste pas moins que Prudhomme a bien fait le choix de rester secrétaire particulier, ce qui indique que la capacité d’action dont il jugeait pouvoir disposer dans un tel cadre domestique restait très précieuse pour lui : espérait-il accéder à un poste plus prestigieux ou plus rémunérateur en restant attaché à un ministre qui était alors au sommet de la faveur ?

  • 38 AAE, 266QO/58, fol. 253 r/v.
  • 39 AAE, 266QO/58, fol. 250-251.

22Le duc de Choiseul, par sa brève réponse, a confirmé dans ces grandes lignes le récit de Prudhomme38. Il loue la valeur de son travail, l’ancienneté de ses services… mais lui reproche de l’avoir quitté – une justification implicite de la modicité de la pension versée, qu’il fait augmenter de 200 L. En 1785, le duc de Choiseul meurt ruiné et les pensions ne sont plus versées à ses anciens serviteurs. Cette situation suscite une nouvelle démarche de Prudhomme, qui demande une pension au roi sur l’état des affaires étrangères39. Il obtient effectivement une retraite de 1200 L « en récompense de dix-neuf années de services en qualité de secrétaire de feu M. le duc de Choiseul tant dans ses ambassades à Rome et à Vienne que pendant son ministère dans les Departements des affaires etrangeres, de la guerre et de la marine », précise le brevet. Ce document omet les onze années de service au temps de la retraite du duc, lesquelles figuraient dans la requête de Prudhomme : la pension n’est accordée que pour la période où le maître du secrétaire servait le roi. La retraite a été obtenue par l’entremise de la veuve de Choiseul, du duc de Chatelet son fils (et exécuteur testamentaire), et de Durival, directeur du bureau des pensions au ministère depuis 1770, celui-là même qui avait obtenu la place de secrétaire des affaires étrangères que Prudhomme guignait en 1766.

23Prudhomme adresse à Durival un mot de remerciements très chaleureux pour son intervention, non sans déplorer cependant la modicité de sa pension, jusque dans la chute qui révèle un certain talent d’écriture :

  • 40 Lettre de Prudhomme à Durival, AAE, 266QO/58, fol. 257.

Mais les Rois sont maîtres de leurs grâces, et les ministres sont les interprètes des volontés des souverains. Aussi je me tais, et n’ai garde de me frotter contre un pot de fer, moi qui ne suis qu’une C… comme dit Figaro. C’est ce qui est prouvé par ma situation (agréable comme vous savés après trente années passées près d’un grand homme sans contredit, et libéral, excepté envers ceux qu’il voulait se conserver)40.

L’empreinte domestique des administrations d’Ancien Régime

24Plusieurs logiques rendent compte de cette imbrication active des commis et des secrétaires, qui ne peut être simplement comprise comme la coprésence de l’ancien et du moderne. La première de ces logiques est budgétaire : l’État continue à ne pas rémunérer directement tous ceux qui le servent, même si les hauts responsables tentent de plus en plus de faire prendre en charge la rémunération de leurs employés par le trésor royal, ce qui rencontre l’intérêt des petits agents – des appointements sur le trésor sont plus sûrs et/ou plus honorables que des gages. Du point de vue de l’organisation du travail, les secrétaires particuliers correspondent au besoin du haut personnel politique de disposer d’employés qui les suivent partout, quand les commis sont davantage fixés dans les fameux « bureaux ».

  • 41 Rousseau 2012, tome II, livre XII, p. 845.
  • 42 Lettre de Voltaire à Bertrand René Pallu du 7 octobre 1736, citée dans Paillard 2008, p. 10.

25Mais l’essentiel est sans doute ailleurs : dans le souci des hommes de pouvoir de disposer avec les secrétaires d’un personnel ostensiblement domestique. En ce sens les secrétaires, disponibles, soumis et fidèles, manifestent bien le statut social – et politique – du maître : leur dépendance signale son pouvoir et son autorité. C’était là une fonction essentielle de la domesticité en général, mais en son sein, le secrétaire rendait plus spécifiquement visible la stature politique de son patron. La présence du secrétaire au côté de son maître connote la gravité officielle ; Jean-Jacques Rousseau, à la toute fin des Confessions, relate la visite délibérément très cérémonielle que vient lui faire le bailli de Nidau, pour compenser l’hostilité des autorités de Berne à son égard. Rousseau note qu’il arrive revêtu de son costume officiel, « dans son carrosse avec son secrétaire »41. « Je me sers d’un secrétaire ; je me donne des airs d’intendant »42 écrit Voltaire en 1736, sculptant gaiement sa figure de businessman des lettres, auquel le rabaisse – sacre de l’écrivain oblige – l’un de ses adversaires :

  • 43 Ibid., Lettre de louis Mannory à Voltaire, vers le 10 janvier 1647.

Je savais bien que les fermiers généraux avaient chacun un secrétaire, je n’en avais encore vu à aucun poète, quoique j’aie eu l’honneur de vivre avec beaucoup d’entre eux. Il vous était réservé, monsieur, de mettre les choses sur le bon pied et d’assimiler la littérature à la finance43.

  • 44 Maza 1983, p. 299 et suiv.

26Louis Mannory signale (malgré lui) la puissance de Voltaire – l’envergure publique de son personnage – en dénonçant l’usage ostentatoire que ce dernier fait d’un tel domestique de plume. Cette fonction-là du secrétaire pourrait bien avoir survécu à ce que Sara Maza appelle la « domestication » des serviteurs : quand, à partir du XIXe siècle, ces derniers se trouvent confinés dans l’espace domestique et ne sont plus utilisés pour représenter leurs maîtres44.

  • 45  AAE, 264QO/1, fol. 93, mémoire du 23 décembre 1768.

27Cette logique symbolique est aussi une logique pratique, à deux niveaux : elle prend corps dans la relation de travail entre le maître et le secrétaire ; elle intervient aussi dans le fonctionnement des bureaux. Car, à leur tour, les secrétaires importent au sein de l’ensemble du personnel cette structure domestique de l’exercice du pouvoir, en contrôlant les commis, voire en marginalisant certains d’entre eux par leur propre travail. Les secrétaires rappellent sans cesse dans les bureaux que le pouvoir n’est pas là ou pourrait n’être plus là, que la distribution du pouvoir est bien le fait du maître. D’où l’hostilité des commis à partir du moment où ils ont les moyens d’exister comme corps, ce qui rend possible de trouver des traces de cette hostilité. Ainsi les commis des affaires étrangères, mis en cause dans une affaire de divulgation du chiffre de la correspondance du ministère en 1768, en rejettent-ils la faute sur des secrétaires, et expriment à cette occasion leur mécontentement face à l’intense présence de ces derniers dans les bureaux45.

  • 46 Marin 1981 ; Chartier 1998.

28La dimension domestique du personnel politique jouait aussi un rôle crucial dans un certain nombre d’actions politiques courantes qui reposaient sur le couple formé par le maître et son domestique de plume. Les secrétaires des ministres, comme ceux des Grands, étaient des personnages publics sous l’Ancien Régime : leurs noms étaient connus, leurs déplacements observés, leurs missions commentées, leurs propos recueillis. Toutefois, hormis les cas où ils étaient officiellement chargés d’une mission ou d’une négociation, qui supposait un pouvoir écrit où leur statut était établi, les secrétaires, précisément parce qu’ils étaient des domestiques, n’avaient pas un statut clair de représentant ; ils étaient plutôt une incarnation de leur maître, l’instrument de sa capacité à se trouver en plusieurs lieux au même moment. Lorsqu’un secrétaire portait une lettre ou un message oral, il était en lui-même un message : de l’investissement du maître dans la relation avec le destinataire, ou bien au contraire, selon le contexte, il pouvait figurer son absence. Les secrétaires « représentaient » de fait au double sens que Louis Marin a analysé46 : ils rendaient présent l’absence de leur maître ; ils étaient eux-mêmes en représentation, car leur présence ne cessait pas de signifier l’absence de leur patron, et ils avaient alors à incarner le mieux possible cette absence.

  • 47 Jouhaud 1991, p. 111-118.
  • 48 Blanquie 1995.

29Un autre ensemble de tactiques reposait sur le jeu subtil autour de la main écrivant les lettres des hommes de pouvoir. Certains secrétaires imitaient à la perfection l’écriture de leurs maîtres. Dans le cas de Richelieu, comme l’a montré Christian Jouhaud, il est aujourd’hui rigoureusement impossible de distinguer la main du ministre de celles de ses secrétaires, notamment parce qu’il existait plusieurs écritures « authentiques » du cardinal, dont l’emploi (par les secrétaires) variait en fonction du destinataire des lettres47. Le soin accordé par le cardinal à donner à lire sa « propre » écriture à chacun de ses correspondants correspondait d’abord à un souci très partagé d’établir une confiance dans le commerce épistolaire ; recevoir une lettre de la propre main de son correspondant garantissait au destinataire non seulement l’authenticité de la missive, mais aussi l’engagement de son auteur dans la relation avec lui ; c’était donc aussi un moyen de se faire mieux obéir. Cette pratique soutenait aussi la réputation d’un Richelieu omniprésent grâce à son activité de travailleur infatigable. Enfin, la dissimulation de sa véritable écriture, cachée sous les multiples mains de ses secrétaires, consonnait aussi avec le style d’un pouvoir qui se pensait et se donnait comme insaisissable ; il n’est pas interdit de penser que la divulgation de l’existence de telles pratiques entretenait l’aura politique du cardinal au faîte de son pouvoir. En outre l’incertitude ainsi créée (une première question « qui a réellement écrit cette lettre ? » en amenant une deuxième « dans quel état d’esprit s’adresse-t-on à moi ? ») engageait ou enfonçait le destinataire dans la dépendance au cardinal. D’autres acteurs politiques jouaient ostensiblement de la possibilité de manifester plus ou moins de considération ou de confiance à leurs interlocuteurs par le même moyen, comme le montre la correspondance de Condé pendant la Fronde, telle que l’a analysée Christophe Blanquie48.

30Enfin, les secrétaires doublaient volontiers par des courriers personnels ceux que leurs maîtres leur avaient chargés d’envoyer : c’était là un moyen de faire passer des messages qui ne pouvaient être explicites dans la lettre « officielle » signée du maître – cet usage offrant du reste aux secrétaires la possibilité de cultiver pour leur propre compte des relations de patronage.

 

  • 49 Descimon – Jouhaud 1996.

31Quand certains commis forment progressivement corps, les secrétaires restent solidaires de leurs maîtres. Les premiers n’en ont pas moins continué à travailler dans le cadre de logiques domestiques et à mener des actions de secrétaire. À s’efforcer de tenir sous le même regard commis et secrétaires, on les trouve bien plus rapprochés qu’opposés. Au reste, les commis ne peuvent incarner la modernité bureaucratique qu’à condition d’oublier la longévité de bien des carrières de secrétaires. La structure de travail et de pouvoir formée par le maître et son secrétaire a donc connu une grande longévité, et a prospéré jusque sous la monarchie administrative. C’est là sans doute un effet du basculement, au temps des cardinaux-ministres, de l’« État d’offices » construit par les Valois, et qui tendait à produire une administration indépendante de la personne du roi, vers l’« État de finances » privilégiant les commissaires et les commis – un effet du tour de vis fiscal et de l’inflexion autoritaire du régime, joint au renforcement d’une conception patrimoniale du pouvoir qui s’affermit sous Louis XIV49. Les secrétaires d’État se conçoivent comme les serviteurs personnels du monarque, et les commis comme les serviteurs des ministres : c’est le triomphe de l’idéologie domestique, choix royal.

  • 50 Pour une mise au point récente sur la question, voir Cosandey – Descimon 2002.

32La réflexion sur la signification politique des différents types de personnel employés par la monarchie s’est focalisée sur l’opposition entre officiers et commissaires, ainsi que sur l’invention ou le développement de nouvelles catégories de serviteurs de l’État, les fonctionnaires et les commis50. Introduire les secrétaires dans le tableau fait d’abord voir des choix de politique budgétaire sur le long terme, là où l’on aurait tendance à n’envisager que la recherche de l’efficacité de l’action gouvernementale : choix d’un État maigre, qui délègue la rémunération d’une partie de ses agents à leurs supérieurs. Cela rend aussi visible l’usage symbolique, par la monarchie, du rapport entre différents types de personnel. La mise en avant des commis à partir des années 1660 apparaît bien comme une manière de faire du neuf avec du vieux : la modernisation autoritaire est passée par l’emploi massif de domestiques de plume – des secrétaires – mais a donné à ce personnel le visage du « commis », qui connote sans doute la rationalisation en même temps que la hiérarchisation dans le travail, gage d’efficacité, comme on sait.

  • 51 Villeroy 1868, p. 28.

33Les secrétaires révèlent aussi des inflexions au sein même du gouvernement domestique. La montée en puissance des secrétaires du roi et la naissance des secrétaires d’État sous les derniers Valois peuvent être interprétées comme les prémices de l’« État de finances ». C’est ainsi que le magistrat et jurisconsulte Jean Papon, auteur d’un traité du secrétaire en 1578, sans doute voyait les choses, lui qui critiquait nettement les pratiques dont ce personnel était le support. En revanche, pour les autres théoriciens du secrétaire, restés aux portes de l’État d’offices, les secrétaires du roi étaient bien d’abord des officiers, magnifiés par leur fonction publique, laquelle illustrait en retour le souverain qu’elle entourait. Dans un long mémoire rédigé peu de temps après sa disgrâce en 1588, Nicolas de Neufville, sieur de Villeroy, ancien secrétaire d’État de Charles IX et Henri III (et futur ministre d’Henri IV), s’attache à réfuter les accusations colportées contre lui, tant par les ligueurs que par les politiques, ce qui l’amène à critiquer une réforme d’Henri III, ordonnant aux secrétaires d’État d’exécuter sans discussion les placets signés du roi, alors qu’auparavant « ils estoient responsables des expeditions qu’ils faisoient, et n’eussent osé en signer une contraire ausdites ordonnances et reglemens du Roy, sans courir le hasard d’un chastiment et reproche »51. Selon Villeroy, le roi Charles IX, prédécesseur d’Henri III, ne :

  • 52 Ibid., p. 29-30.

Disoit jamais non à ceux qui luy demandoient quelque chose, ains il commandoit leur placet estre baillé à l’un de ses secrétaires, qui estoit tenu d’en refuser à la partie l’expedition, ou à celuy qui avoit parlé pour elle, si la demande estoit trouvée contraire aux ordonnances et reglemens de Sadite Majesté52.

34Vérifier la conformité des actes du roi avec ses lois : ce n’est plus du tout cette conception de la charge de secrétaire d’État qui sera mise en avant sous Louis XIV. À la fin du XVIIIe siècle, le fait pour les commis de parvenir à faire corps les inscrivait sans doute moins que leurs devanciers dans des logiques domestiques. Mais ils n’en restaient pas moins dépendants de leur patron, et éventuellement du secrétaire particulier de ce dernier.

  • 53 Marin 1988.

35Le noyau opérationnel formé par le maître et son secrétaire particulier a perduré, voire prospéré au sein de l’administration des XVIIe et XVIIIe siècles. L’emploi de secrétaire prenait d’abord sens au sein d’une société où la domesticité était investie de la fonction de manifester le statut social des (plus ou moins) puissants. Mais la structure de pouvoir constituée par le maître et le secrétaire offrait surtout l’avantage de n’être pas formalisée en des règles fixes, ni stabilisée par son inscription nette dans une organisation plus large du travail. Pour reprendre une notion clé des analyses de Louis Marin, le secrétaire était un agent essentiel de la mise en réserve de la force, et de l’imprévisibilité de sa libération53. Ce dispositif était plus largement générateur de la confiance des hommes de pouvoir dans leur propre capacité d’action, du fait qu’ils disposaient avec les secrétaires d’un personnel capable d’assurer leur projection dans des lieux où ils n’étaient pas. La capacité de circulation de ces personnages fidèles au sein des lieux de pouvoir dans le cadre des missions qui leur étaient confiées, leur travail permanent d’information, était un solide facteur d’assurance face aux incertitudes de la vie politique. Si la prise en compte du phénomène domestique permet de réaliser une histoire du travail qui intègre pleinement la question du pouvoir, on voit aussi combien il est important que les thèmes, les questions, les outils de l’histoire du travail pénètrent les études consacrées à l’histoire de l’administration.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AAE = Archives des Affaires Étrangères, Nantes

Études à caractère de source

Du Tronchet 1569 = Lettres missives et familières d’Estienne Du Tronchet, Secretaire de la Royne, mère du Roy…, Ambroise Drovart, Paris, 1569, préface, n.p.

Furetière 1690 = Antoine Furetière, Dictionnaire universel…, A. et R. Leers, La Haye-Rotterdam, 1690.

Masson 1878 = F. Masson (éd.), Mémoires et lettres de François Joachim de Bernis (1715-1758), Plon, Paris, 1878, 2 tomes.

Paillard 2008 = C. Paillard, Jean-Louis Wagnière secrétaire de Voltaire. Lettres et documents, Voltaire Foundation, Oxford, 2008.

Rousseau 2012 = J-J. Rousseau, Les Confessions, éd. Raymond Trousson, Imprimerie Nationale, Genève-Paris, 2012.

Villeroy 1868 = Mémoires de Villeroy, éd. Auguste Poirson, Didier, Paris, 1868.

Études secondaires

Antoine 1975 = Michel Antoine, L’entourage des ministres aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans M. Antoine et al., Origines et histoire des cabinets ministériels en France, Genève, 1975, p. 15-21.

Antoine 2003 = M. Antoine, Le Cœur de l’État : surintendance, contrôle général et intendance des finances 1552-1791, Paris, 2003.

Azimi 1987 = V. Azimi, Un modèle administratif de l’ancien régime : les commis de la ferme générale et de la régie générale des aides, Paris, 1987.

Bautier 1986 = R-H. Bautier, Le personnel de la chancellerie royale sous les derniers capétiens, dans F. Autrand (dir.), Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, 1986, p. 91-115.

Biow 2002 = D. Biow, Doctors, ambassadors, secretaries, humanism and professions in Renaissance Italy, Chicago-Londres, 2002.

Blanquie 1995 = C. Blanquie, Entre courtoisie et révolte : la correspondance de Condé (1648-59), dans Histoire Économie Société, XIV, 1995, p. 427-443.

Bolzoni 1980 = L. Bolzoni, Il segretario neoplatonico, dans A. Prosperi (dir.), La Corte e il «Corteggiano», vol. II, Rome, 1980, p. 133-169. 

Brossault 1999 = C. Brossault, Les Intendants de Franche-Comté 1674-1790, Paris, 1999.

Cavaillé 2002 = J-P. Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Acetto. Religion, morale et politique au XVIIe siècle, Paris, 2002, p. 335-339.

Chartier 1998 = R. Chartier, Pouvoirs et limites de la représentation. Marin, le discours et l’image, dans Id., Au Bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, 1998, p. 173-190.

Contamine 2009 = Ph. Contamine, Maître Jean de Rinel (vers 1380-1449), notaire et secrétaire de Charles VI puis de Henry [VI] pour son royaume de France, l’une des « plumes » de “l’union des deux couronnes”, dans P. Bouet et al. (dir.), De part et d’autre de la Normandie médiévale. Recueil d’études en hommage à François Neveux, Caen, 2009, p. 115-134.

Cosandey – Descimon 2002 = F. Cosandey, R. Descimon, L’absolutisme en France : histoire et historiographie, Paris, 2002.

Deharbe 2010 = K. Deharbe, Le Bureau des finances de la généralité de Lyon XVIe-XVIIIe siècle. Aspects institutionnels et juridiques, Paris, 2010.

Deloye – Schapira 2018 = J. Deloye, N. Schapira, L’histoire au dépôt. Archivage et histoire au sein du ministère des Affaires étrangères (1720-1804), dans M.P. Donato, A. Saada (dir.), Pratiques d’archives à l’époque moderne, Europe, mondes coloniaux, Paris, 2019, p. 159-181.

Descimon – Jouhaud 1996 = R. Descimon, Ch. Jouhaud, La France du premier XVIIe siècle 1594-1661, Paris-Belin, 1996, p. 184-188.

Drévillon 2011 = H. Drévillon, Les rois absolus (1629-1715), Paris, 2011.

Fabris 2005 = C. Fabris, Étudier et vivre à Paris au Moyen Âge. Le collège de Laon (XIVe-XVe siècles), Paris, 2005.

Félix, 1997 = J. Félix, Les commis du contrôle général des finances au XVIIIe siècle, dans L’administration des finances sous l’Ancien Régime, Paris, 1997.

Fiorato 1989 = A.C. Fiorato, Grandeur et servitude du secrétaire : du savoir théorique à la collaboration politique, dans Id. (dir.), Culture et professions en Italie (XVe-XVIIe siècles), Paris, 1989, p. 133-184.

Gorochov 1999 = N. Gorochov, Entre la cour et l’école : les étudiants au service de l’État en France à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVsiècle), dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, Paris, 1999.

Gorris Camos 2008 = R. Gorris Camos (dir.), “Il segretario è come un angelo”. Trattati, raccolte epistolari, vite paradigmatiche, Fasano, 2008.

Guyotjeannin 1993 = O. Guyotjeannin et al., Diplomatique médiévale, Turnhout, 1993, 3e éd. 2006.

Hamon 1999 = P. Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999.

Hoffmann 2009 = G. Hoffmann, La carrière de Montaigne, Paris, 2009.

Jouhaud 1991 = C. Jouhaud, La Main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Paris, 1991.

Lapeyre – Scheurer 1978 = A. Lapeyre, R. Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII : 1461-1515. Notices personnelles et généalogies, Paris, 1978, 2 vol.

Lasconjarias 2010 = G. Lasconjarias, Un air de majesté. Gouverneurs et commandants dans l’Est de la France au XVIIIe siècle, Paris, 2010.

Lassalmonie 2002 = J.-F. Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur. Politique financière de Louis XI, Paris, 2002.

Marin 1981 = L. Marin, Le Portrait du roi, Paris, 1981.

Marin 1988 = L. Marin, Pour une théorie baroque de l’action politique, dans G. Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, éd. F. Marin et M-O. Perulli, Paris, 1988, p. 7-65.

Martin 1997 = F-O. Martin, L’Administration provinciale à la fin de l’Ancien Régime, 1988, Paris, 1997.

Matz 1999 = J-M. Matz, Les chanoines d’Angers au temps du roi René (1434-1480) : serviteurs de l’État ducal et de l’État royal, dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 105-116.

Maza 1983 = S.C. Maza, Servants and masters in eighteenth-century France. The uses of loyalty, Princeton, 1983.

Meyer 1997 = J. Meyer, Le XVIIIe siècle de 1714 à 1789, dans M. Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique, Paris, 1993, tome 2, p. 277-355.

Michaud 1967 = H. Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle (1515-1589), Paris, 1967.

Michaud 1975 = H. Michaud, L’entourage des grands officiers et les « cabinets » des secrétaires d’État au XVIe siècle, dans M. Antoine et al., Origines et histoire des cabinets ministériels en France, Genève, 1975.

Ministère des Relations extérieures 1984-1985 = Ministère des Relations extérieures, Les archives du ministère des Relations extérieures depuis les origines. Histoire et guide suivis d’une étude des sources de l’histoire des Affaires étrangères dans les dépôts parisiens et départementaux, Paris, 1984-1985.

Monnier 2004 = F. Monnier, Ce que nous ignorons du contrôle général des finances, dans Id. (dir), Histoire institutionnelle, économique et financière : questions de méthode (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 2004, p. 49-63.

Mosser 1978 = F. Mosser, Les Intendants des finances au XVIIIe siècle. Les Lefèvre d’Ormesson et le « département des impositions » (1715-1777), Genève, Droz, 1978.

Nigro 1991 = S. Nigro, Il Segretario, dans R. Villari (dir.), L’Uomo barocco, Rome, 1991, p. 91-108.

Pénicaut 2004 = E. Pénicaut, Faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle. Michel Chamillart Ministre et secrétaire d’État de la guerre de Louis XIV, Paris, 2004.

Pinet 1993 = M. Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, Paris, 1993, tome II : Du XVIe au XVIIIe siècle.

Samoyault 1971 = J.-P. Samoyault, Les bureaux du secrétariat d’État des Affaires Étrangères sous Louis XV, Paris, 1971.

Sarmant – Stoll 2010 = Th. Sarmant, M. Stoll, Régner et gouverner. Louis XIV et ses ministres, Paris, 2010.

Thuillier 1999 = G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, 1999.

Weber 2003 = M. Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme ; suivi d’autres essais, trad. et éd. J.-P. Grossein, Paris, 2003.

 

Haut de page

Notes

1 Bolzoni 1980 ; Fiorato 1989 ; Nigro 1991 ; Cavaillé 2002 ; Biow 2002 ; Gorris Camos 2008.

2 Du Tronchet 1569, préface, n. p.

3 Michaud 1967 ; Bautier 1986 ; Guyotjeannin 1993.

4 Cité dans Gorochov 1999, p. 252. Voir aussi Matz 1999 ; Fabris 2005, p. 287 ; Contamine 2009.

5 Lapeyre – Scheurer 1978.

6  Hoffmann 2009, p. 71.

7 Michaud 1975, p. 11-14 ; Mosser 1978 ; Azimi 1987 ; Pinet 1993 ; Martin 1997 ; Félix 1997, p. 83-84 ; Brossault 1999 ; Hamon 1999, p. 49-59 ; Thuillier 1999 ; Monnier 2004 ; Pénicaut 2004 ; Lasconjarias 2010 ; Deharbe 2010.

8 Antoine 2003.

9 Weber 2003.

10 Sarmant – Stoll 2010 ; Drévillon 2011 ; Félix 1997.

11 Drévillon 2011, p. 541.

12 Sarmant – Stoll 2010, p. 308.

13 Ibid., p. 397.

14 Félix 1997.

15 Meyer 1997.

16 Ibid., p. 318.

17 Samoyault 1971 ; Antoine 1975, p. 20.

18 Furetière 1690.

19 Lassalmonie 2002 ; Michaud 1975 ; Félix 1997.

20 Hamon 1999.

21 Ibid., p. 61.

22 C’est là une lecture possible du règlement de 1588 précisant que chaque secrétaire d’Etat aura sous ses ordres « un commis et six clercs » qui ne pourront recevoir de gage et de pension que du roi (voir à ce sujet Félix 1997).

23 Samoyault 1971, p. 29.

24 AAE, 264QO/1, fol. 66, mémoire du 10 avril 1742.

25 AAE, 264QO/1 « Organisation et Réglemens du Ministère des Affaires Etrangeres 1547 à 1806 ».

26  Deloye – Schapira 2018.

27 Ministère des Relations extérieures 1984-1985 ; Samoyault 1971.

28  AAE, 266/QO 23, fol. 272 r/v.

29 AAE, 266 QO/63, fol. 355-368.

30 Samoyault 1971, p. 31-32.

31  AAE, P8951, Comptabilité, Finances du ministère, vol. 1, fol. 79, 82, 203, 350, 354.

32 AAE 266 QO/58, fol. 241.

33 AAE, 266QO/23, Lettre au duc d’Aiguillon du 29 décembre 1773, fol. 358. Sur Deshaizes, voir aussi Masson 1878, tome 2, p. 358, 361, 363-66. En 1752, Deshaises est bien secrétaire particulier, Bernis disposant à Venise également d’un secrétaire d’ambassade, Brun.

34 AAE, 266QO/58, fol. 242.

35 Ibid.

36 AAE, 266QO/4, fol. 16.

37 AAE, 266QO/58, fol. 242 v.

38 AAE, 266QO/58, fol. 253 r/v.

39 AAE, 266QO/58, fol. 250-251.

40 Lettre de Prudhomme à Durival, AAE, 266QO/58, fol. 257.

41 Rousseau 2012, tome II, livre XII, p. 845.

42 Lettre de Voltaire à Bertrand René Pallu du 7 octobre 1736, citée dans Paillard 2008, p. 10.

43 Ibid., Lettre de louis Mannory à Voltaire, vers le 10 janvier 1647.

44 Maza 1983, p. 299 et suiv.

45  AAE, 264QO/1, fol. 93, mémoire du 23 décembre 1768.

46 Marin 1981 ; Chartier 1998.

47 Jouhaud 1991, p. 111-118.

48 Blanquie 1995.

49 Descimon – Jouhaud 1996.

50 Pour une mise au point récente sur la question, voir Cosandey – Descimon 2002.

51 Villeroy 1868, p. 28.

52 Ibid., p. 29-30.

53 Marin 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Schapira, « Commis et secrétaires : l’empreinte domestique des administrations d’Ancien Régime », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-1 | -1, 115-128.

Référence électronique

Nicolas Schapira, « Commis et secrétaires : l’empreinte domestique des administrations d’Ancien Régime », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/6052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.6052

Haut de page

Auteur

Nicolas Schapira

Université Paris Nanterre CHISCO/Grihl – nschapira@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals