Navigation – Plan du site
L’empreinte domestique du travail, XVIe-XXIe siècle
Autour du pouvoir domestique

Pouvoir domestique à l’ambassade

Les rapports maître-secrétaire dans la diplomatie au début du XIXe siècle à partir du cas de Charles Alquier et Louis Beer
Juliette Deloye
p. 137-151

Résumés

À partir d’une étude de cas, cet article propose une contribution à l’histoire sociale de la diplomatie en tentant de comprendre la présence de la domesticité dans le travail diplomatique à une période, celle du Consulat et de l’Empire, où les secrétaires particuliers d’ambassadeur, des domestiques, sont censés avoir laissé la place aux secrétaires d’ambassade, agents officiels de la diplomatie. Une approche par les pratiques de l’écrit révèle pourtant que les secrétaires privés n’ont pas disparu et peuvent assurer la tenue de la correspondance politique. Le rôle du maître – l’ambassadeur – est déterminant dans la distribution du travail à l’ambassade. Le rapport domestique, thématisé par le patron lui-même comme un rapport amoureux, lui permet d’exercer son pouvoir de distinction au sein de l’ambassade et de faire fonctionner la structure maître-secrétaire comme une structure de pouvoir. On saisit ainsi la persistance des rapports domestiques dans les administrations modernes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis Beer est présent dans l’historiographie alsacienne. Au début du XXe siècle, l’érudit A-M-P. (...)
  • 2 Elle est conservée aux archives départementales du Haut-Rhin sous la cote 10J20.

1Aux yeux de l’histoire institutionnelle du ministère des Affaires étrangères, Louis Beer, secrétaire particulier d’ambassadeur au tournant du XIXe siècle, n’est visible nulle part1. Dans la correspondance politique conservée aux archives du ministère, point de lettre signée de son nom ; il ne figure pas non plus dans les registres de comptabilité et les organigrammes, et n’a pas fait l’objet de la constitution d’un dossier individuel de carrière. Invisible à première vue, Louis Beer n’est pourtant pas absent des archives du ministère : son écriture y est omniprésente. Né en 1777 à Ribeauvillé en Alsace, ce fils d’une famille de petite noblesse fut secrétaire de l’ambassadeur Charles Alquier à Munich, Madrid et Naples entre 1798 et 1806, puis gouverneur de la principauté de Bénévent jusqu’en 1815. Ses postes successifs l’ont tenu éloigné des siens et ont suscité une correspondance avec sa famille2. Ce sont ces 185 lettres familiales autographes et signées qui ont permis d’identifier la graphie de Louis Beer puis de la reconnaître dans le dossier de carrière d’Alquier et dans la correspondance politique des différents pays où il a officié, conservés aux archives des Affaires étrangères.

  • 3 Pour un bilan récent, voir Andro – Brassart 2017.
  • 4 Kawa 1996 ; Moullier 2004 ; Margairaz 2005.
  • 5 Haehl 2006 ; Samoyault 1971 ; Bruley 2012.
  • 6 Martin 2011.
  • 7 Lentz 2005 ; 2015 ; Bruley – Lentz 2014 ; Belissa – Martin 2006 ; Waresquiel 2015.
  • 8 L’histoire du ministère sous le Consulat et l’Empire avait toutefois suscité des travaux dans les (...)
  • 9 Fiorato 1989 et Nigro 1991, cités dans Schapira 2014.
  • 10 Schapira 2003, 2004 et 2014.
  • 11 Schapira 2014, p. 12.
  • 12 Baillou 1962 ; Samoyault 1971; Haehl 2006.
  • 13 Kawa 1996 ; Moullier 2004 ; Cohen 2017 ; Thoral 2006.

2Le bicentenaire de la Révolution française a suscité un renouvellement de l’histoire de l’administration sous la Révolution et l’Empire3 dans lequel les secrétaires particuliers d’ambassadeurs demeurent toutefois peu présents. Ils subissent peut-être les effets cumulés de ce qui fut longtemps deux lacunes historiographiques, à savoir l’histoire du ministère des Affaires étrangères d’une part, et celle des secrétaires d’autre part. Alors que le fonctionnement du ministère de l’Intérieur a bénéficié de plusieurs travaux de fond dans les années 19904, celui du ministère des Affaires étrangères – pourtant balisé pour l’époque moderne et le XIXe siècle5 – a suscité moins de travaux pour la période révolutionnaire. Le ministère des Affaires étrangères est désormais bien identifié pour la période républicaine6, alors que les études sur le Consulat et l’Empire ont davantage placé leur focale sur les relations internationales, la diplomatie ou encore des figures de ministres7 plutôt que sur le ministère lui-même8. L’intérêt des historiens modernistes pour les secrétaires – ceux de la Renaissance exceptés 9 – est lui aussi récent10, notamment parce que les secrétaires « résistent au schéma de la genèse de l’État moderne »11, tandis que les travaux sur les administrations insistent sur l’émergence des commis, symboles de la modernité de l’État et incarnations de l’autonomisation de l’administration face au pouvoir politique12. Ainsi, l’historiographie de la Révolution et de l’Empire met-elle en valeur la figure de l’employé de l’État13 plutôt que celle du secrétaire censé avoir disparu avec le développement de la fonction publique.

  • 14 Pour une synthèse, voir Bély  1990 ; et pour des études de cas, Jouhaud 1994 et Marin 2005.
  • 15 Martin 2011, vol. II, p. 338.
  • 16 Jouhaud 1994.
  • 17 Martin 2011, vol. II, p. 338.
  • 18 Ibid., p. 338-339.
  • 19 Whitcomb 1979, p. 8.

3Cette figure de l’employé est incarnée au ministère des Affaires étrangères par les commis, et dans les postes à l’étranger, par les secrétaires d’ambassade ou de légation. Ces secrétaires jouent un rôle politique et culturel important dès l’Ancien Régime14, mais leur envoi auprès des ambassadeurs est devenu systématique à partir de 179215. Avant la Révolution, la frontière entre secrétaire particulier d’ambassadeur et secrétaire d’ambassade est incertaine et n’est établie par aucun règlement, même si les acteurs semblent avoir conscience de la différence entre les deux statuts16. Les règlements de la première république insistent quant à eux sur la nécessité de faire des agents du ministère des Affaires étrangères des fonctionnaires publics. Bien que le ministre Lebrun préconise en 1793 de choisir comme secrétaires de légation « ceux dont le caractère pourra s’accorder avec celui du ministre » (c’est-à-dire le ministre plénipotentiaire ou l’ambassadeur), ce qui témoigne de l’importance de la relation interpersonnelle dans le travail, le secrétaire de légation n’est pas un domestique mais un agent de l’État, choisi et payé par le gouvernement17. En théorie, « les ambassadeurs n’ont plus le droit de se payer des secrétaires privés »18. Pourtant, ces derniers continuent de peupler les ambassades sous la Révolution et pendant la période napoléonienne. Absents des organigrammes qui représentent l’institution, ils ne sont pas faciles à identifier. Leur existence se révèle parfois au détour d’une dépêche, dans laquelle un diplomate adresse au ministre la composition de son ambassade pour obtenir davantage de moyens ou au contraire les déclarer suffisants : il mentionne alors la présence – mais non l’identité – de son secrétaire particulier. C’est le cas de Verninac, ministre plénipotentiaire à Berne en 1801, ou du général Clarke, ministre plénipotentiaire à Florence en 180219.

  • 20 Loriga 2007 ; Revel 1995.
  • 21 Cette correspondance est conservée aux ADHR, sous la cote 10J20/3.

4C’est cette coexistence entre deux types de secrétaires, l’un agent de l’État, l’autre domestique dans un univers où il n’y a en principe plus de domestique – pour le travail diplomatique s’entend – que nous voudrions interroger et par là, la présence de la domesticité dans la modernité administrative. La mise au jour de la présence domestique dans une ambassade à l’époque napoléonienne a été réalisée par l’étude du ministère des Affaires étrangères sous l’angle des pratiques individuelles – et particulièrement, des pratiques de l’écrit – plutôt qu’à partir d’une définition préconstruite de la catégorie des « employés ». La compréhension du rapport spécifique que cette étude révèle entre l’institution et le social s’effectue par l’observation fine de trajectoires biographiques et la prise en compte des relations entre les individus20. Or de manière assez surprenante, la correspondance d’Alquier à Beer renferme un discours amoureux du maître à son secrétaire et à travers ce discours, une thématisation par le patron du rapport domestique, d’habitude plutôt thématisé par les serviteurs21. Après avoir caractérisé la présence domestique de Beer dans les ambassades d’Alquier, on tentera de comprendre la nature de leur rapport domestique, pour enfin saisir comment il permet à Alquier d’exercer un pouvoir sur Beer mais aussi de faire fonctionner la structure maître-secrétaire comme une structure de pouvoir.

Louis Beer, un domestique à l’ambassade

  • 22 Jouhaud 1994, p. 324.
  • 23 Martin 2011, p. 339.
  • 24 En 1793, les ministères sont supprimés et remplacés par des commissions. Le département des Affair (...)
  • 25 AAE, Personnel, Édits, lois et ordonnances, arrêtés et décrets, Organisation et règlement du minis (...)
  • 26 Ibid., « Idées générales sur la formation du département des affaires étrangères, mai 1793 », 264Q (...)
  • 27 Alquier vient d’apprendre la défaite de Bonaparte à Aboukir. AAE, Correspondance politique, Bavièr (...)

5Louis Beer a vingt ans lorsqu’il entre au service d’Alquier en juillet 1798. Cet ancien avocat et député s’apprête à prendre son premier poste d’ambassadeur à Munich. Les deux hommes entrent donc ensemble, si ce n’est dans la carrière, du moins dans la diplomatie. Dans la carrière, Beer n’y entre jamais vraiment, sa présence y est informelle. Un autre secrétaire, officiel, est en poste dans chaque ambassade où exerce Alquier. La pratique d’Ancien Régime de se faire accompagner par un secrétaire privé ne disparaît donc pas brutalement avec la Révolution. À l’hiver 1632, le comte de Noailles proposait à Chapelain de l’emmener à Rome comme secrétaire d’ambassade. Quelques mois plus tard, alors qu’il s’apprêtait à partir, Chapelain refusa le poste après avoir appris que Noailles avait décidé « qu’il n’aurait pas droit au titre de secrétaire d’ambassade et qu’il devrait s’occuper de ses affaires domestiques »22. Un siècle et demi plus tard, les secrétaires de la première république sont, eux aussi, pleinement conscients de la différence de statut entre secrétaire d’ambassade et secrétaire privé23. Le 3 floréal an 8 (23 avril 1800), un arrêté des consuls organise le personnel du département des relations extérieures24 selon quatre grades25 : ambassadeur, ministre plénipotentiaire, secrétaire de légation 1re classe, secrétaire de légation 2e classe. Dans cet arrêté, les secrétaires particuliers sont absents. Pour en trouver la trace dans les textes normatifs du ministère, il faut remonter au mémoire du ministre Lebrun en mai 1793 : « Les secrétaires particuliers des ministres et autres agents ne seront pas considérés comme attachés au département et ne pourront expédier aucune lettre officielle quelle que soit la durée de leurs services, ils ne pourront obtenir du département aucune récompense.26 » Définis par la négative, les secrétaires particuliers sont caractérisés par une double absence de statut et de reconnaissance financière vis-à-vis du ministère. Leur existence est malgré tout reconnue, mais pour mieux encadrer leurs pratiques et leurs carrières. Bien que la compétence dans l’écriture, notamment épistolaire, soit un de leurs attributs premiers, les secrétaires particuliers des ambassadeurs ne peuvent écrire de lettres diplomatiques en leur nom, ce qui les distingue des secrétaires d’ambassade. Ils écrivent pourtant (s’entend, physiquement) au ministère : « Je vous demande pardon du griffonnage et des fautes du secrétaire, mais nous sommes si pressés et si tristes. », ajoute Alquier au bas d’une dépêche écrite par Beer au ministre27. Ce passage pourrait indiquer que l’utilisation des services d’un secrétaire particulier n’est pas illégitime aux yeux du ministère, bien qu’elle ne soit pas officielle. Toutefois, Alquier ne précise pas qu’il s’agit de son secrétaire particulier. Il exerce enfin un pouvoir symbolique sur son secrétaire, qui n’est mentionné que pour servir d’excuse à l’ambassadeur.

  • 28 AAE, Personnel, Édits, lois et ordonnances, arrêtés et décrets, « Idées générales sur la formation (...)
  • 29 AAE, Correspondance politique, Naples, vol. 129, folio 373.
  • 30 Bourdieu 1977.
  • 31 Notons que notre analyse ne révèle aucune part de calcul ou de stratégie de la part de l’ambassade (...)

6À l’opposé, les secrétaires d’ambassade occupent une place précise dans la hiérarchie du ministère qui leur attribue des appointements. Les premiers secrétaires de légation peuvent correspondre avec le ministre de manière autonome en complément de la correspondance de l’ambassadeur et disposent d’une fonction de représentation28. Ils font officiellement partie de l’ambassade : dans une lettre du 8 prairial 12 (28 mai 1804), Alquier adresse au ministre ses félicitations à propos du couronnement de l’Empereur et ajoute que son secrétaire d’ambassade Lefebvre se joint à lui dans ce faire-part29. Mais Louis Beer, qui travaille depuis cinq ans auprès d’Alquier et qui en outre écrit cette lettre, n’est pas nommé. L’acte d’écriture ramène ici le secrétaire privé à une condition de scribe, à un moment où il multiplie les démarches auprès du ministère pour obtenir le titre officiel de secrétaire d’ambassade. Les rapports de pouvoir institutionnel et domestique s’entremêlent ici. Beer obéit à son maître dans le cadre d’un rapport domestique, Alquier utilise les services domestiques d’un homme de plume, mais cela, dans le cadre d’une lettre officielle – où l’on voit que la fidélité, souvent associée à la domesticité, n’est pas absente de sa propre relation au ministre. L’institution, comme le maître qui la représente, exercent un pouvoir symbolique30 sur le secrétaire en faisant fi de son existence officielle. Beer n’est pas un employé du ministère, et pourtant il le sert. L’interpénétration entre l’institutionnel et l’informel apparaît comme un phénomène dont Alquier, qui est à la fois un ambassadeur dans une hiérarchie officielle (vis-à-vis du ministre et de Lefebvre) et un maître dans le domaine de la domesticité (pour Louis Beer) peut user31. Son envoi apparaît comme une lettre de l’institution à l’institution, bien qu’il utilise pour cela les moyens de la domesticité, qui a pour propriété de se rendre invisible.

Voilà tout à l’heure 5 ans que nous y sommes [à Naples], et j’y ai eu, et j’y ai encore trop de chagrins, pour m’y plaire, surtout fatigué comme je le suis d’un travail stérile qui ne me met pas en vue, tandis que les autres récoltent à cœur que veux tu d’honneur, d’avantages matériels, et de sécurité pour l’avenir !
[26 vendémiaire 14 – 18 octobre 1805]

7Cet extrait d’une lettre de Beer à son père condense les éléments constitutifs de la domesticité : la disponibilité temporelle, l’invisibilité du travail et sa nature qui produisent de l’incertitude par rapport aux possibilités d’avancement et au statut, enfin la rémunération, liée au maître et considérée par Beer comme désavantageuse par rapport à ceux qui occupent les postes officiels. Car c’est bien par comparaison avec les agents officiels que Louis Beer perçoit une différence injuste.

8La pluriactivité enfin caractérise le domestique. Dans une lettre du 5 nivôse an 7 (25 décembre 1798), Beer, tombé sous le coup de la conscription, donne à son frère quelques conseils dans le cas où celui-ci viendrait à le remplacer auprès d’Alquier. On peut y lire en miroir les tâches qu’il effectue pour son maître :

Voici à quoi il faut t’appliquer d’avantage, mon cher Charles : 1°. À prendre ce qu’on appelle l’esprit des affaires. […] Quand Papa aura à écrire, à travailler, ne t’y refuse pas, prie le de te faire travailler. Tu ne conçois pas combien cela me fait suer, avec mon peu d’attention, et la maudite habitude de ne jamais être là où l’on devrait être. 2° les formes et usages de bureau ; format, écriture, style des lettres de toute genre, tenue des registres, faire les enveloppes – ris donc – Surtout une belle main. […]

  • 32 ADHR, 10J20, lettre non classée n26.

Puis Servir à table ; je t’en supplie, fais-le dès à présent. On se fait une habitude à la gaucherie. Je ne m’en peux pas défais. Puis, prie Papa de t’acheter à Strasbourg l’histoire des traités de paix par Koch. Lis les traités, l’histoire. La géographie à fond ; c’est chose principale. […] Ne néglige pas les cartes dans l’étude de la géographie. Vois beaucoup la société […]. Apprends à parler une demi heure sans rien dire ; de ces mots techniques. Du reste ton silence est parfait32.

  • 33 Rousseau 1959, p. 311.
  • 34 AAE, Mémoires et documents, France, vol. 2186, folio 131.

9Cet extrait propose un vade-mecum du secrétaire particulier d’ambassadeur, qui exerce des tâches très variées, présentées dans un ordre dont il est, malgré l’utilisation de connecteurs (c’est Beer qui souligne « puis »), difficile de déceler une logique : le service à table est inséré au milieu du travail d’écriture et de l’étude de l’histoire des traités de paix. Ce désordre incarne bien la multiplicité des tâches du domestique, dont on ne peut dire laquelle est plus importante. La première qualité du secrétaire énoncée par Beer relève de l’aptitude au travail, et semble caractéristique du labeur du domestique qui, par son attention, doit tendre à connaître parfaitement, si ce n’est anticiper, les besoins du patron dans le travail. Cela s’acquiert par l’habitude. La deuxième compétence est celle de l’écriture telle qu’on la pratique dans les bureaux, qui font office de référence : l’agent informel, le domestique, pour faire bien son travail, doit imiter celui des employés. Le « style » des lettres peut renvoyer à une manière d’écrire, mais il est plus probable qu’Alquier dictait ses lettres à son secrétaire. Beer précise en effet à son frère dans une autre missive, qu’il lui fallait apprendre à écrire sous la dictée. Le style renvoie donc plutôt à la forme des lettres, dont Beer témoigne qu’elles peuvent relever de registres variés. Tandis que Rousseau, secrétaire officiel d’ambassade à Venise, se distinguait de l’Abbé de Binis, secrétaire particulier de l’ambassadeur Montaigu, en ce que ce dernier employait l’Abbé de Binis « pour écrire dans son cabinet les lettres particulières »33, Beer suggère que son travail d’écriture est diversifié. La référence aux bureaux manifeste qu’il ne saurait se réduire aux lettres privées. Nous n’avons pas retrouvé la correspondance personnelle d’Alquier. Toutefois, les « dépêches particulières » qu’il envoie au ministre des Affaires étrangères sont toujours de sa propre main. Cela déplace l’opposition entre ce qui relève du domestique et ce qui relève de l’institutionnel vers une opposition entre ce qui relève du particulier et ce qui relève de la diplomatie, à une période où les rapports entre le public et le privé sont en train de se déplacer – ce qui relève du privé gagnant du terrain sur ce qui est public. Ainsi, l’ambassadeur écrit lui-même ce qui relève du particulier, et ne le laisse pas faire au secrétaire. La tenue de la correspondance implique aussi une fabrication pratique du courrier. La présentation du travail de réalisation des enveloppes est l’occasion pour Louis Beer d’exprimer sa complicité avec son frère. Il s’attend à ce que Charles trouve cela ridicule, tout en exprimant combien c’est important. Troisièmement, le secrétaire particulier fait le service à table. Si le domestique de plume est souvent situé en haut de la hiérarchie des domestiques, le service à table rapporte Beer à une condition d’homme à tout faire. Serviteur, il doit aussi connaître l’histoire des traités et la géographie, c’est-à-dire le savoir utile à la diplomatie. Dans ses Conseils à un élève du ministère des Relations extérieures imprimés par épreuves en 1812 pour le seul usage du ministère, le garde des archives d’Hauterive ne dit pas autre chose et conseille lui aussi la lecture de Koch34. Ces élèves à qui d’Hauterive destine ses conseils sont les futurs secrétaires d’ambassade (les agents officiels). Les compétences de Beer semblent donc proches de celles d’un agent officiel. C’est ce que laisse entendre la dernière recommandation qu’il fait à son frère, non sans une certaine ironie, sur la vie et la prise de parole en société, qui fait référence au travail de représentation des agents diplomatiques.

  • 35 Naples, le 4 complémentaire an 12 (21 septembre 1804). ADHR, 10J20/3, n15.
  • 36 Naples, le 1er vendémiaire an 13 (23 septembre 1804). ADHR, 10J20/3, n14.

10On sait aussi par quelques lettres d’Alquier qu’il demandait à son secrétaire d’effectuer pour lui des commissions. Ces lettres existent car Louis Beer, alors qu’il était en poste à Naples, effectua en 1804 un voyage à Paris. Alquier, resté en Italie, en a profité pour lui demander quelques commissions chez ses commerçants habituels. Elles sont variées : confection de bottes, achats de tissus, de fromages, mais aussi abonnements à des journaux : « Vous savez bien que mes journaux d’affection sont : le moniteur, le publiciste, le journal des débats, et celui de Paris. »35 On lit dans cette requête la complicité des deux hommes dans ces lectures politiques et littéraires, qu’ils partagent peut-être. D’autres commissions impliquent enfin une plus grande responsabilité, puisqu’Alquier demande à Beer de vendre certains de ses meubles : « Je ne veux point résister à votre volonté puisque vous vous constituez mon tuteur, et je trouve fort sage votre résolution sur mes meubles. »36 Cette commission implique la confiance du maître, qu’il exprime pleinement à son secrétaire en subvertissant dans le discours l’asymétrie de leur relation. On verra qu’Alquier use souvent de ce procédé. Homme à tout faire, Beer exerce des tâches domestiques tout en possédant des compétences variées reconnues par son maître, qui l’a choisi et lui fait confiance.

Fragment d’un discours amoureux : le rapport domestique

11On connaît les déclarations de l’attachement des secrétaires à leur patron, mais c’est plus rare et surprenant de la part d’un maître. Or dans la correspondance qu’il lui adresse, Alquier n’a de cesse d’exprimer à Beer son amour pour lui. Il est compliqué pour l’historien de savoir si un sentiment exprimé a réellement été éprouvé, d’autant qu’une correspondance entre deux personnes complices est faite d’implicites qu’il n’est pas aisé, pour un tiers lecteur, de comprendre. On peut en revanche tenter de saisir ce qui se joue dans le discours d’Alquier, dans ses déclarations d’amour à son secrétaire. Leur histoire met au jour la complexité des rapports domestiques, puisqu’ici le maître produit un discours à l’inverse d’une domination sans réserve sur son secrétaire. La situation d’un domestique vis-à-vis du patron qui lui fournit un travail et le gage produit certes une relation de dépendance, mais le cas de Beer indique que le domestique apprécié de son maître est lui aussi difficilement remplaçable. C’est ce qu’exprime Alquier à Beer tel que celui-ci le rapporte à son père le 30 vendémiaire an 7 (21 octobre 1798) :

  • 37 C’est Beer qui souligne.

J’ai reçu hier, mon cher père, votre lettre. Aussitôt après l’avoir lue, j’allai chez le ministre lui dire que j’étais dans le cas de le quitter, résolu, comme je l’étais de ne jamais flétrir mon existence par une bassesse quelconque. […] Je ne vous ai pas épousé, me dit-il ; mais un des vrais chagrins que j’aurais eu dans ma vie, serait celui de me séparer de vous. Il continua à me dire bien des choses flatteuses, et me conseilla de vous répondre, quand ma fièvre serait passée, que s’il y avait une déclaration à faire, vous la fissiez, et qu’on s’y prît alors comme on voudrait. Qu’il ne me laisserait partir que dans le cas d’une nécessité absolue37.

  • 38 Munich, 26 pluviôse an 7 (14 février 1799). ADHR, 10J20, lettres non classées, n28.
  • 39 Bénévent le 17 décembre 1806. ADHR, 10J20/1, n90.

12Lorsqu’il écrit cette lettre, Beer est tombé sous le coup de la loi Jourdan votée le 5 septembre précédent, il doit quitter Alquier pour effectuer son service militaire. Il y a ici deux situations d’énonciation à démêler. La première est celle des propos rapportés dans la lettre, ceux d’Alquier à Beer. Le secrétaire est entré au service de l’ambassadeur (« le ministre ») en juillet 1798, soit trois mois seulement avant les faits. Très tôt dans leur relation, Alquier exprime un attachement fort qu’il ne démentira jamais dans ses écrits, en suggérant un parallèle entre le lien d’un maître à son secrétaire et celui de deux époux. La fidélité est bien une valeur commune à ces deux types d’union, et le parallélisme laisse aussi entendre que le lien du maître au secrétaire est indestructible, sauf en cas de « nécessité absolue ». Aux yeux d’Alquier, qui veut garder son secrétaire, la conscription n’est pas une condition suffisante à leur séparation. Réciproquement, des lettres de Beer à son père évoquent aussi un lien marital : « Nous sommes de nouveau on ne peut pas mieux ensemble, après les scènes les plus violentes »38, écrit-il à propos d’Alquier. Il se remémore aussi les « moments où il existait de petites brouilleries de ménage entre Mr A. et [lui] »39. Le vocabulaire employé et la nature des scènes décrites font songer aux relations conjugales et témoignent de la force du lien qui unit les deux hommes. Ces extraits rappellent aussi que le secrétaire particulier est une personne attachée à une autre, et non un individu subalterne dans une hiérarchie. Cela se traduit dans l’organisation du travail : le secrétaire particulier suit l’ambassadeur de poste en poste, tandis que le secrétaire d’ambassade est attaché à un poste et est donc, pour l’ambassadeur, remplaçable. Mais gardons aussi à l’esprit que les propos de l’ambassadeur sont ici rapportés par Louis Beer à son propre père. Dans la lettre ayant trait à la conscription, sa posture est celle de celui qui obéit à la loi – et aussi à son père – par devoir et non parce qu’il ne serait pas apprécié de son maître. En même temps, il se montre lucide quant aux compliments d’Alquier, qu’il appelle des flatteries. Il apparaît donc en homme mesuré, quand Alquier prétendait que seule la fièvre pouvait expliquer l’acte de Beer – accepter la conscription – qu’il jugeait déraisonnable. Finalement, Beer donne à lire la dépendance d’Alquier à son égard, ce qui peut aussi être un moyen de suggérer subtilement – car sans le dire vraiment, et en le présentant comme étant contre sa volonté – à son père que le déclarer à la municipalité comme apte à entrer dans l’armée, ce serait décevoir un ambassadeur.

  • 40 18 novembre 1804. ADHR, 10J20/3, n5.
  • 41 3 octobre 1804. ADHR, 10J20/3, n6.

13La correspondance d’Alquier à son secrétaire confirme ce discours affectueux. En 1804, lors du séjour de Beer à Paris, son maître lui conjure de revenir au plus vite à Naples : « Mde Moulin écrit que vous lui avez dit le 7 vendémiaire, que vous ne comptiez partir que dans 6 semaines ou deux mois. Mais, mon enfant, vous perdez la tête. Il faut absolument que vous reveniez ; j’ai plus d’affaires que jamais40. » On lit combien son secrétaire est indispensable à Alquier, qui insiste sur l’écart entre ce que fait Beer – rester à Paris – et ce qui est pensable pour celui à qui son secrétaire est indispensable. Son secrétaire, et non pas n’importe quel secrétaire : « Un rude homme, c’est votre remplaçant Maussin ! Vous n’avez pas idée de cette espèce là41. », écrit encore Alquier. Tous les secrétaires ne se valent donc pas. Alquier, qui aime avoir des gens à lui, a délibérément élu Beer. C’est son portrait élogieux qui se dessine en miroir, dans ce discours qui est une incitation, pour le bon secrétaire, à revenir vite auprès de son maître. L’expression de sa dépendance est donc une manière modérée d’exercer un pouvoir, celui d’exiger le retour de son secrétaire. Alquier lui écrit encore :

Adieu, mon très indocile, très brouillon, très bavard, et pourtant très cher de Béer. Vous savez bien que la seule chose qui tienne, et qui dure chez moi, c’est de vous aimer. Adieu, puisque ma fatale destinée est de vous être attaché, je vous embrasse de tout mon cœur. Votre maitre. A.
[1er vendémiaire 13 – 23 septembre 1804]

14Alquier use avec Beer d’une tendre ironie, qui révèle leur complicité et complexifie l’asymétrie de la relation domestique. Pour Alquier, exprimer les défauts de son secrétaire, c’est exprimer par contraste son attachement d’autant plus grand qu’il est inébranlable malgré ces défauts. Pour le définir, il utilise le vocabulaire de la passion tragique, celle qui est fatale, c’est-à-dire, celle qu’il ne contrôle pas, celle qui fait qu’il n’est plus son propre maître. On peut noter la répétition et la persistance de ces propos d’Alquier dans le temps long, et ajouter que pour Alquier, écrire sa passion, qu’elle soit réelle ou non, c’est écrire que le maître n’est pas toujours le maître (de lui-même, ou de son secrétaire). Ce jeu de subversion de la hiérarchie est constitutif de la posture d’Alquier dans ses lettres.

15Cet amour passionnel se décline en amour filial. On a eu l’occasion de le lire, le maître utilise le vocatif « mon enfant » pour désigner Beer. Alquier, qui a vingt-cinq ans de plus que lui, a connu Beer lorsque celui-ci avait vingt ans. Il l’a formé et a vécu avec lui pendant huit ans, aussi la figure du père peut se superposer à la figure du maître. Dès sa rencontre avec Alquier, Beer écrit d’ailleurs à son frère que l’ambassadeur était comme un père pour lui :

  • 42 C’est Beer qui souligne. Paris, 28 messidor an 6 (16 juillet 1798). ADHR, 10J20, lettres non class (...)

Je pars pour Munich, mon cher Charles, avec le Citoyen Alquier notre ambassadeur. Je dois mettre à la tête des événements heureux de ma vie, la rencontre de cet homme aimable et instruit. […] Tu vois que c’est un père. J’ai été assez heureux pour lui plaire un peu. Il m’a dit encore : Je prendrai près de 400 volumes avec moi, et mes livres seront nos livres. […] Nous étudierons ensemble. J’en fus enchanté42.

16À son père, il ajoute :

  • 43 Paris, 28 messidor an 6 (16 juillet 1798). ADHR, 10J20, lettres non classées, n16.

Je trouvai en lui un homme infiniment honnête, instruit, même lettré. […] Il est père de famille et a 4 enfants ; j’avoue que cette circonstance (sa famille ne l’accompagne pas) m’a fait plaisir ; car l’humeur des jeunes Français et la mienne, malheureusement trop susceptible, ne cadrent pas43.

  • 44 30 vendémiaire an 7, 21 octobre 1798. ADHR, 10J20, lettres non classées, n21.
  • 45 Albano, le 5 septembre 1806. ADHR, 10J20/3, no 2.

17Il n’est pas question de mesurer la présence paternelle d’Alquier auprès de Beer, dont le vrai père demeure important malgré la distance. Exprimer à son père l’amour filial de l’ambassadeur peut être un moyen pour Beer de le réconforter dans une situation d’éloignement. Toutefois, on lit que le lien qui unit Alquier à son secrétaire est fondé sur un terrain savant. Au début de leur relation, Alquier partage ses livres avec son secrétaire, ce qui le ravit. Le rythme ternaire (« honnête, instruit, même lettré ») renforce le caractère élogieux de ce portrait quand l’usage du « même » suggère que la rencontre avec un homme savant était, pour Beer, inespérée. Il déclare en effet ailleurs que « la plupart des agents diplomatiques » sont « de franches bêtes »44. Si Alquier a probablement instruit son jeune serviteur, ce n’est pas exactement ce qui est rapporté : « Nous étudierons ensemble » rappelle que les deux hommes, bien qu’Alquier soit plus âgé, découvrent en même temps le travail diplomatique. De plus, cette affinité partagée se poursuit bien au-delà de la période de formation de Louis Beer, puisqu’ils continuent à échanger des livres lorsqu’ils vivent séparés, une fois Beer installé à Bénévent. Dans le discours d’Alquier, l’ambassadeur nivelle toujours l’asymétrie de leur relation. Ce qui ne l’empêche pas d’exprimer une fierté toute paternelle devant l’avancement de son secrétaire : « Les détails […] sur tout ce qui constitue votre place, m’ont fait grand plaisir, et je vois que vous êtes, et que vous serez bien sous tous les rapports. […] Je le sais, et j’en suis heureux, comme David doit l’être des beaux tableaux de Gérard et de Girodet. » lui écrit-il le 20 octobre 180645. Par la comparaison que fait Alquier entre sa propre position et celle du peintre David, maître de Gérard et Girodet, il s’attribue une part dans la réussite et les qualités de Louis Beer. La référence aux peintres suggère d’ailleurs si ce n’est un goût, du moins des connaissances partagées de leurs œuvres avec Beer. Ce qui apparaît là, ce sont les bénéfices, pour le maître, du succès de son secrétaire.

18Sur ce terrain savant qui les rassemble, leur intérêt pour le Vésuve tient une place toute particulière. Féru de naturalisme depuis sa jeunesse, Beer se réjouit du spectacle des éruptions du volcan et profite de son séjour à Naples pour en réaliser l’ascension. En 1804, il est à Paris et manque une éruption, ce qui donne à Alquier l’occasion de le charrier :

  • 46 Sans date – vers fructidor an 12. ADHR, 10J20/3, n17.

Vous serez bien étonné d’apprendre, mon cher Béer, que dans la nuit de votre départ, il y a eu une éruption au Vésuve, qu’elle dure encore, et que depuis trois jours je jouis de cet étonnant spectacle. […] Combien j’ai regretté que vous soyez parti deux jours trop tôt. Mais enfin quand vous arriverez, je prierai pour qu’on recommence. […] Imaginez donc, que c’est à minuit, dans le moment où nous étions si occupés, que cette aventure est arrivée. Pendez-vous. Je vous prie de ne pas oublier que le Sieur Durant ancien secrétaire d’ambassade à Naples, soutenait que le Vésuve était éteint, et que jamais on n’entendrait parler de lui. Vous devriez bien écrire dans le moniteur contre ce naturaliste46.

19On lit la passion d’Alquier pour le volcan, partagée avec Beer. Alquier insiste sur le fait que son secrétaire a manqué l’éruption de peu, comme pour lui reprocher d’être parti, ou plutôt, comme l’indique la prière que cela « recommence », pour lui donner envie de revenir. Le comble, raconte Alquier à la manière d’un coup de théâtre, c’est que Beer n’était pas encore parti lorsque l’éruption a commencé, mais que, tous deux passionnés par le volcan, étaient occupés à autre chose. Était-ce au travail de l’ambassade ? À la préparation du voyage ? Ou à une activité qui n’était pas du travail, comme le suggère ironiquement « Pendez-vous », qui indique que les regrets, la repentance, ne sauraient suffire à sanctionner le défaut d’attention mutuel qu’ils ont eu à cet instant ? Ajoutons qu’Alquier se saisit de cette situation pour dénigrer aux yeux de Beer l’ancien secrétaire d’ambassade Durant. Il affirme que dans le domaine du naturalisme, Beer, convaincu d’une éruption prochaine, en sait plus que ce secrétaire, ce qui par extension, laisse entendre que Beer ferait bien l’affaire comme agent officiel.

20Quelques jours après, Alquier poursuit dans une autre lettre son récit du spectacle de l’éruption du Vésuve, et ajoute :

  • 47 22 fructidor an 12 (9 septembre 1804). ADHR, 10J20/3, n16.

J’ai bien une autre chose à vous conter. Il y a 6 jours, qu’au milieu d’un orage épouvantable, le tonnerre est tombé deux fois dans ma maison. Le premier coup attaqua ma chambre à coucher à l’angle de l’ouest. […] Deux minutes après, un second coup de foudre pénétra dans la chambre de Mr Catalano […]. Dans cette pièce, étaient réunis Mde Catalano, sa fille, qu’elle avait sur ses genoux, sa femme de chambre, une vieille femme […] et un laquais. […] Le tonnerre entre par une porte, il passe sous la chaise de la femme de chambre, l’enlève à deux ou trois pieds, pénètre sous ses vêtements, lui roussit la peau jusqu’au creux de l’estomac, lui brûle le poil, et ne lui fait d’autre mal, qu’une brulure assez forte, annoncée par une tâche bleue en bout de pied. […] Nous courûmes tous aux cris épouvantables de ces femmes, et nous vîmes encore fumant, mais point embrasés, les vêtements de la femme de chambre. Vous voyez que les événements qui arrivent à Naples depuis votre départ, ne sont pas des plaisanteries. Engagez toutes les femmes que vous verrez, à se faire couper le poil, afin qu’un coup de tonnerre ne vienne pas le lui brûler, ce qui est toujours désagréable47.

  • 48 Bénévent le 24 janvier 1810. ADHR, 10J20/1, n122.

21Ce récit est encore un lieu où les rôles du maître et du secrétaire s’inversent : ordinairement, c’est au secrétaire à tenir au courant son maître de ce qui se passe en son absence, et moins le contraire. En outre, c’est une parodie du genre : on tient généralement son patron informé de ce qui se passe d’important. Ce récit comique révèle un autre terrain de l’amitié entre Alquier et Beer. Outre les plaisanteries partagées, la complicité qui les unit face au monde qui les entoure, ce qui apparaît ici, c’est qu’ils aiment s’écrire et se lire. Du moins, Alquier aime-t-il donner à lire à Beer ses récits, ses histoires, et on peut penser qu’il en va de même pour Beer : « Voilà une de ces digressions qui me feraient appeler par Mr Alquier le héros de la parenthèse. », écrit-il à son père48. Les deux hommes aiment se raconter des histoires, c’est un ferment de leur relation.

  • 49 22 fructidor an 12 (9 septembre 1804), ADHR, 10J20/3, n16.
  • 50 1er vendémiaire an 13 (23 septembre 1804), ADHR, 10J20/3, n14.
  • 51 Albano, 20 octobre 1806, ADHR, 10J20/3, n3.

22On en voit poindre un autre à la fin de ce récit, c’est leur rapport aux femmes. À Naples, Beer est très épris de la fille d’un marchand. Après l’avoir épousée clandestinement contre l’avis du père, celui-ci envoie sa fille au couvent. Alquier, mis dans la confidence par son secrétaire et le voyant malheureux, le soutient à la fois moralement (« Dépêchez-vous, mon enfant, à vous guérir […] de votre amour »49) et dans ses actions pour maintenir le contact pourtant défendu avec sa bien-aimée. Lors du séjour de Beer à Paris, Alquier se charge de leur transmettre mutuellement leur correspondance : « J’ai fait remettre l’incluse à la recluse.50 », lui écrit-il. Ou encore « Voici la lettre du couvent ; c’est la lave de ce Vésuve là. L’autre va toujours son train»51. L’ambassadeur qui adopte sans cesse un ton complice, multiplie les jeux de mots et se saisit de tout pour faire une allusion à ce qui le rapproche de son secrétaire, ici le Vésuve. Notons aussi qu’en s’occupant du courrier de Beer, Alquier accomplit un acte qui relève normalement des tâches d’un secrétaire. Tantôt secrétaire de son secrétaire, Alquier n’a de cesse de jouer à renverser les rôles, de subvertir, dans le discours, la hiérarchie qui existe entre Beer et lui :

Lorsque vous avez la bonté de vous fâcher contre moi, et de vous offenser de mon silence, mon cher ami, vous me faites beaucoup plus d’honneur que je ne mérite. Ne savez-vous pas que j’ai la fibre molle, que je suis un trainard, un paresseux, un loir, un crétin ? […] Je vous aimerai toute ma vie, je vous regrette tous les jours, je n’ai que vous, que vous seul pour ami, et sans aucune exception vous êtes le meilleur être que j’aye jamais trouvé : je vous place enfin dans la liste très brève des exceptions que je fais à mon bien juste mépris pour l’espèce humaine.
[1er juin 1807]

23Alquier use toujours de cette ironie tendre exprimée entre autres à travers un oxymore (la bonté de se fâcher) qui annule d’emblée la fâcherie. Malgré ces procédés discursifs qui interdisent de penser que Beer se soit franchement fâché contre son maître, l’écriture de ce renversement du rapport d’autorité n’est pas neutre et a tout au moins une valeur symbolique. Alquier se dénigre et s’insulte, certes ironiquement, sous les yeux et à destination de son secrétaire. Le sujet de la fâcherie vient de ce qu’Alquier n’aurait pas assez écrit. C’est un procédé d’écriture classique à toute correspondance qui consiste à écrire sur l’absence de lettre pour susciter l’écriture du destinataire. On y lit encore l’expression d’une affection, qui passe par un renversement de la situation ordinaire entre maître et secrétaire.

24Ainsi, la correspondance d’Alquier à Beer est une façon pour le maître d’avoir un regard réflexif sur sa propre position sociale, comme maître mais aussi, comme père, et comme mortel. C’est ce que suggèrent enfin les lettres qu’Alquier écrit à leur séparation :

  • 52 ADHR, 10J20/3, n1.

Je n’ai pas eu, mon ami, le courage de vous parler de la douleur que j’éprouve en me séparant de vous, sans doute pour toujours. Depuis que votre départ est décidé, j’ai, vingt fois, voulu vous serrer dans mes bras, mais nous nous serions inutilement attendris […]. Je vous réunis dans mon cœur à mes enfants, et ma tendresse vous confond avec eux. Je compte sur votre amitié, pendant ma vie, et après ma mort, car j’aime à léguer ma mémoire à vos souvenirs. […] Si je meurs avec connaissance, et ayant la tête libre, je bénirai votre souvenir et votre nom. […]. Adieu, pour la vie52.
[5 septembre 1806]

 

  • 53 ADHR, 10J20/3, sans numéro.

Charles est reparti pour joindre son corps à Vérone. […] Son frère est à l’école de Fontainebleau. Me voilà condamné à ne pas parler la même langue que mes deux fils, et n’avoir jamais une idée commune avec eux. Je serai pendant les quelques heures qui me restent à vivre le plus malheureux des hommes ! Lorsque je recule d’effroi devant le silence et la solitude qui doivent porter mes derniers jours, je vous le jure du fond de mon cœur, c’est à vous que je pense. Il y a une chose que j’aurais pu faire et que je n’ai pas faite ! j’en suis rongé de douleur53.
[1er juin 1807]

25Le moment de la séparation est propice à l’effusion et à l’épanchement. Quelque chose se termine, ce qui offre l’occasion de penser à l’après. Dans cette perspective, le secrétaire est ce qui donne du sens au travail du patron, jusqu’après sa mort. Formé à la diplomatie par Alquier, il est la trace terrestre du travail de son maître, gardien vivant de sa mémoire. De là, la comparaison entre Beer et les fils d’Alquier, entrés tous deux dans l’armée et non dans la diplomatie. Le secrétaire demeure seul interlocuteur privilégié du maître, qui l’a élu et a besoin de le considérer sous l’angle de l’élection : c’est le constat que l’on peut faire à la lumière de l’étude de sa correspondance. L’ambassadeur aime son secrétaire comme un mari aime sa femme, comme un père aime son fils, comme un maître aime son disciple et lui donne tour à tour tous ces rôles. L’écriture, lieu de la réflexivité, suscite la projection dans l’avenir, mais aussi, au moment d’une séparation, un retour sur le passé. Le regret final exprimé par Alquier dans cet extrait, on peut en faire l’hypothèse, tient au poste officiel dans la diplomatie qu’il n’a pu obtenir à son secrétaire. En dépit de cet aveu d’impuissance, qui s’inscrit dans un discours constant de subversion de la hiérarchie, une discordance s’observe entre ce discours et l’exercice effectif du pouvoir par Alquier.

Pouvoir domestique : le maître en son ambassade

  • 54 Munich, le 8 vendémiaire an 7 (29 septembre 1798), ADHR, 10J20, lettres non classées, n20.
  • 55 Munich, le 6 frimaire an 7 (26 novembre 1798), ADHR, 10/20, lettres non classées, n23. 
  • 56 ADHR, 10J20, lettres non classées, n28.

26En choisissant d’avoir un secrétaire à lui, fidèle, Alquier exerce le pouvoir d’élection et de distinction au sein de l’ambassade, et fait ainsi fonctionner la structure maître-secrétaire comme une structure de pouvoir. Cette élection, traduite par le discours amoureux dans les lettres que lui envoyait son maître, Beer a pu la lire comme une promesse d’avancement. Tout juste entré au service d’Alquier, il écrit à son père : « Je n’ai qu’à me louer de l’amitié du ministre. Il m’aime et fait de moi plus de cas que je ne mérite. […] Il m’a déjà dit plusieurs fois des choses qui me font espérer beaucoup »54. Deux mois plus tard, il ajoute : « [le ministre] prendra toujours intérêt à moi et à mon avancement55. » Certes, tout au long de sa correspondance familiale, Beer tente de rassurer ses parents ; toutefois, cela fait bien partie des devoirs du maître que d’établir un secrétaire fidèle. Cet avancement, dans un premier temps, Beer l’imagine dans la diplomatie : « Je suis très occupé. J’étudie mon métier », écrit-il à son père le 26 pluviôse an 7 (14 février 1799)56. On se souvient qu’à la fin du mois de décembre, Beer conseillait à son frère, pour le remplacer, d’étudier les traités, l’histoire, la géographie. « [M]on métier » peut donc renvoyer à celui qu’il est en train d’exercer, secrétaire particulier, ou à celui auquel il aspire, secrétaire d’ambassade. En tous les cas, son travail de secrétaire particulier d’ambassadeur nécessite des notions dans la science des relations entre les États, ce qui est une compétence partagée avec les secrétaires officiels.

27De là découle peut-être l’ambiguïté sur le statut de Beer dans les ambassades. Dès le début de sa carrière, il écrivait à son père :

  • 57 ADHR 10J20/1, sans numéro.

La règle de ma conduite a été jusqu’ici, et sera toujours celle-ci : j’ai été plus flatté d’entendre dire voici un petit jeune homme qui vaudrait mieux à la place de secrétaire de légation, qu’à la sienne, que de m’entendre nommer secrétaire de légation quand je ne l’étais pas. Il faut être bien ce qu’on est, et ne pas se dire ce qu’on n’est pas57.
[12 germinal VII – 1er avril 1799]

28Il a été estimé – par Alquier, ou par d’autres individus ayant affaire à l’ambassade – que Beer avait les compétences nécessaires à un secrétaire de légation, et par-là, aurait mérité cette place. Beer semble l’approuver. Il est aussi suggéré que Beer possédait si bien ces compétences, qu’on – des individus ayant affaire à l’ambassade, par exemple – l’a confondu avec un secrétaire de légation ; à moins que cette confusion n’émane d’Alquier et soit de la flatterie. Beer ne l’accepte pas et invoque la concordance entre le titre qu’on lui assigne et sa position sociale. Il craint pour sa réputation, qui serait salie si on lui faisait porter un titre qui ne lui revenait pas. Ajoutons que lorsqu’il écrit à son père, Beer adopte toujours une posture mesurée. Toutefois, une lettre que lui adresse Édouard Lefebvre, secrétaire d’ambassade à Naples auprès d’Alquier, en poste en même temps que lui, confirme que Beer restait bien à sa place :

  • 58 ADHR, 10J20/3, n11.

Vous savez, mon cher Beer, si je vous ai toujours aimé ; je n’ai jamais assez de vous rendre justice. Tout autre à ma place, vous eut cherché noise et n’eut pu vous souffrir au poste où vous étiez. J’ai toujours trouvé que vous vous y conduisiez à une mesure parfaite, et j’ai jugé de là que vous feriez bien votre chemin. Je ne me rappelle pas d’avoir été votre ennemi un quart d’heure pendant les 4 années que nous avons passées ensemble, et c’était là ce qui désolait votre patron qui souvent ne vous accablait de caresses et de préférences que dans la vue d’exciter en moi des mouvements de jalousie dont je n’étais pas capable58.

29Lorsqu’il écrit cette lettre le 20 avril 1808, Lefebvre est rappelé en France suite à la fin des négociations dont il était en charge avec Rome, tandis que Beer est gouverneur de Bénévent depuis 1806. Cela fait donc deux ans que les deux hommes, après avoir passé quatre ans ensemble, sont séparés. Ce que Lefebvre écrit sont des souvenirs. Il laisse entendre que la place de secrétaire particulier faisait de Beer un concurrent potentiel au secrétaire officiel. Suite au départ du secrétaire Durant en 1802, une place de secrétaire d’ambassade s’était libérée à Naples. Beer avait tenté de l’obtenir, mais c’est Lefebvre qui obtint le poste. Les années suivantes, Beer poursuivit ses démarches pour tenter d’obtenir un titre officiel, celui de second secrétaire d’ambassade, une place qui légitime son travail sans porter atteinte à celle de Lefebvre. Si Beer a pu exprimer un sentiment d’injustice par rapport aux agents officiels, les rares mentions nominatives qu’il fait à son père des secrétaires d’ambassade sont exemptes de toute expression de jalousie, et l’amour que Lefebvre lui déclare dans sa lettre laisse entendre que cela était réciproque. La mise en concurrence entre les deux hommes, Lefebvre l’impute à Alquier, avec qui il semble avoir eu des bonnes relations par ailleurs, plutôt qu’à Beer.

  • 59 AAE, Correspondance politique, Espagne, vol. 660, folio 98, 3 brumaire an 9 (25 octobre 1800).

30Cette confusion exprimée par Beer et cette jalousie potentielle manifestée par Lefebvre trouvent leur fondement dans la personne d’Alquier d’une part, qui distribuait comme il l’entendait le travail à l’ambassade, et dans les tâches qu’effectuait Beer d’autre part, qui révèlent qu’il possédait bien les compétences d’un secrétaire officiel. Le règlement du ministère prévoyait par exemple que les secrétaires d’ambassade puissent tenir une correspondance directe avec le ministre, indépendamment de celle de l’ambassadeur. En pratique, dans les ambassades d’Alquier, c’est rarement le cas. On ne trouve aucune lettre de ce type pour son ambassade à Munich, et seulement 12 (16 % de la correspondance conservée) dans la correspondance de son ambassade à Madrid. Elles ne suivent pas la numérotation des dépêches de l’ambassadeur et semblent élaborées de manière autonome par le secrétaire de légation, Jacob : « J’ai cru devoir ajouter cette note à la lettre faite par le citoyen Jacob »59 griffonne Alquier à la fin d’une dépêche, dans un geste qui vient cependant briser l’autonomie qu’il énonce. En outre, ces lettres sont toujours contresignées, donc contrôlées par l’ambassadeur, ce qui nuance fortement l’autonomie du secrétaire de légation. À Naples enfin, le secrétaire Lefebvre ne rédige ses propres lettres qu’en l’absence de l’ambassadeur, son statut de premier secrétaire lui permettant en effet d’assurer l’intérim. Dans les ambassades d’Alquier, le secrétaire officiel ne tient donc pas de correspondance autonome avec le ministre, parallèlement à celle de l’ambassadeur.

  • 60 N. Schapira cite toutefois le contre-exemple du secrétaire de Montaigne étudié par George Hoffmann (...)
  • 61 N. Schapira donne l’exemple du secrétaire du comte de Guines, Tort, qui attendait d’avoir plusieur (...)

31En revanche, le secrétaire officiel effectue un travail de copie, souvent considéré comme subalterne car a priori éloigné d’un travail intellectuel et autonome60. Cette tâche n’est pas laissée au secrétaire particulier, elle est partagée. Sur l’ensemble des correspondances d’Alquier à Munich, Madrid et Naples, 60,5 % des copies sont de la main de Louis Beer, et 39 % sont de celle du secrétaire de légation (une copie est de la main d’Alquier). Le secrétaire de légation n’a pas de secrétaire que le nom : il occupe certes un poste officiel, il n’est pas un domestique attaché à une personne, mais il exerce, par exemple, des tâches de copiste. Ces dernières lui permettent peut-être justement d’organiser son temps comme il l’entend61, ce qui expliquerait qu’il soit moins sollicité pour l’écriture des dépêches originales. En effet, sur les 304 dépêches qu’Alquier a adressé au ministère lors des trois ambassades qui nous intéressent, 88 % sont de la main de Louis Beer et seulement 11,5 % sont de celle du secrétaire de légation (0,5 % par Alquier). Il est probable que l’ambassadeur dictait ces dépêches, ce qui nécessitait une disponibilité temporelle plus propre au domestique. 

  • 62 Grihl 2016, p. 239.

32L’analyse des correspondances diplomatiques d’Alquier met au jour l’exercice de son pouvoir dans son ambassade : c’est lui qui choisit qui écrit quoi. Or, Alquier affectionnait particulièrement Beer, et Lefebvre accusait Alquier d’avoir des préférences pour son secrétaire particulier. En faisant travailler Beer à la correspondance diplomatique, Alquier montre en effet sa préférence à son secrétaire fidèle plutôt qu’aux employés. Il expose aussi les compétences de Beer, propres à un travail officiel à l’ambassade. Dès lors, le secrétaire particulier a pu lui aussi trouver dans ce travail une possibilité d’action, qui consistait à mettre en avant ses compétences dans le travail, et ainsi à lutter contre sa désignation sociale, dans un cadre d’obéissance à son maître62.

33Alquier est en effet un soutient dans cette tentative d’officialisation, et un acteur du brouillage dans les statuts des secrétaires. En 1803, suite à la nomination de Lefebvre, Beer tente d’obtenir le titre de second secrétaire d’ambassade. Alquier bouleverse, dans le discours, la hiérarchie officielle du ministère, lorsqu’il écrit à Beer :

  • 63 ADHR, 10J20/3, n4.

On a écrit au grand serpent [Talleyrand], à votre sujet, des bureaux du ministère, et l’idée qu’il se fait déjà de la suprématie, m’amuse beaucoup. Cela est très bête, car il devrait bien savoir que mon despotisme est très niveleur, et que le premier ne sera plus grand que le second. Vous permettez cette franchise là, mon gentilhomme ? Au surplus bénissez ce despotisme là, car il sera votre ressource et votre sauvegarde63.
[2 vendémiaire 13 – 25 septembre 1803]

34Le ton complice de cet extrait reflète celui qui domine dans la correspondance des deux hommes et qui complexifie la nature du rapport domestique. En témoigne la manière dont celui qui est censé donner les ordres demande à son secrétaire une permission (« vous permettez »). Alquier s’amuse aussi, sous les yeux de son secrétaire, du ministre lui-même, en le désignant par un surnom – le serpent peut renvoyer à l’ingratitude – et en dénigrant sa vision du pouvoir. La hiérarchie entre premier et second secrétaire d’ambassadeur est prévue par les règlements du ministère, or Alquier prétend décider lui-même s’il y a un premier et un second dans son ambassade. Il se positionne contre la hiérarchie en vigueur et la renverse dans les mots par l’utilisation d’un quasi-oxymore, le « despotisme niveleur », où le pouvoir absolu devient partisan de l’égalité. Il joue ainsi de sa position à l’intersection entre l’institutionnel et le domestique. L’ambassadeur se fait maître, ce qui réintroduit de la domesticité dans le rapport avec le secrétaire d’ambassade. C’est au nom de cette domesticité – inexistante aux yeux du ministère – qu’Alquier peut décider à la place de Talleyrand. La hiérarchie ministérielle et au-delà, spirituelle, se trouve brouillée, puisqu’en demandant à Beer de « bénir » son despotisme, Alquier se compare, ironiquement, au plus grand de tous les maîtres. L’écriture est donc l’occasion pour l’ambassadeur de réfléchir sur sa position, mais il se contredit lui-même dans son discours. Tout en subvertissant la hiérarchie ministérielle, il exerce le pouvoir de sa position dans la hiérarchie domestique en affirmant finalement qu’il constitue la seule ressource de son secrétaire. En cela, il exerce sur lui un pouvoir. Il fait aussi primer le rapport domestique sur la hiérarchie ministérielle et le pouvoir de la structure domestique face à l’institution. Tout cela témoigne de la persistance des rapports domestiques dans les administrations modernes.

35Beer avait donc de quoi nourrir des attentes. Une promesse de nomination au poste de second secrétaire d’ambassade lui parvient même en février 1803, mais elle est démentie et invalidée un mois plus tard : il semble qu’elle n’ait jamais été signée. Selon Beer, le premier consul ne voulait pas qu’il y ait deux secrétaires officiels à Naples. Une fois l’annonce démentie, il écrit à son frère :

  • 64 Naples, 29 messidor an 11 (30 juin 1803). ADHR, 10J20/1, n33.

Représente-toi ma honte. Le bon ambassadeur s’était fait une si grande joie qu’il l’avait raconté à Dieu et au monde, maintenant je passe pour un âne prétentieux malgré ma modération. […] On m’écrit qu’Alquier sera Sénateur dans trois mois, et qu’ensuite on pensera certainement à moi : mais je n’attends plus rien. Alquier m’a promis que lorsqu’il serait au Sénat, il revendiquerait pour moi une sous-préfecture et il l’espère l’obtenir : ce serait le mieux, car il n’y a pas de stabilité dans la diplomatie, et pas de pain assuré64.

  • 65 Rome, 7 avril 1806. ADHR, 10J20/1, n80.

36L’empressement que semble avoir mis Alquier dans l’annonce de l’officialisation de son secrétaire peut indiquer autant une joie sincère que le profit qu’il en tire en tant que maître. Beer, déçu, ne lui ôte pourtant pas sa confiance : c’est la diplomatie comme carrière, et non son maître, qui a perdu tout crédit à ses yeux. En 1806, un arrêté met définitivement fin à ses espoirs : seuls les auditeurs du conseil d’État peuvent désormais occuper les places de secrétaires de légation. « L’excellent Mr A. est le seul que le nouveau règlement ait beaucoup affecté. Il regrette de n’avoir pu faire davantage pour moi [...] », écrit Beer à son père65. L’avancement du secrétaire semble donc avoir été un moteur de leur relation de fidélité. Finalement, Alquier ne peut obtenir à Beer un poste officiel dans la diplomatie, ni de sous préfecture (il n’a jamais été sénateur). Cette discordance entre la frustration de Beer et les « préférences » que lui accorde Alquier persuade que ces dernières, tout en relevant de l’exercice d’un pouvoir du maître, étaient peut-être aussi la seule chose qu’il ait réellement eu à lui offrir.

 

  • 66 Moullier 2004, p. 95.

37L’échec d’Alquier à obtenir un poste dans la diplomatie à son secrétaire est peut-être moins à mettre sur son compte qu’à rapprocher de la conception du corps diplomatique qui se définit alors, et qui peut être apparentée à la construction de nombreux corps de l’État à cette période. Ainsi au sein des employés du ministère de l’Intérieur étudiés par Igor Moullier, « les profils “administratifs” prédominent parmi les chefs de bureau. […] Les cas de protection ou de patronage sont rares »66. Toutefois, les efforts de Beer et d’Alquier n’ont pas été tout à fait vains. En 1806, Beer quitte son maître pour être gouverneur de Bénévent, et entrer ainsi au service de Talleyrand, qui en était le prince. Cet emploi honorable constitue une ascension, mais jamais à la hauteur des aspirations de Beer. Il conserve en outre des éléments constitutifs de la domesticité, tels que les gages, la disponibilité temporelle, la pluriactivité. L’engagement de Beer par Talleyrand montre que dans l’obéissance à Alquier, il a su incarner le domestique que l’on veut à son service, c’est-à-dire, celui qui possède les compétences d’un agent officiel, tout en étant fidèle à son patron.

  • 67 Revel 2006, p. 69.
  • 68 Whitcomb 1979, p. 8.

38À partir d’une étude de cas, notre projet était de contribuer à reconstituer « un espace des possibles […] à l’intérieur d’une configuration donnée »67, derrière la tendance générale la plus visible, ici la professionnalisation de la diplomatie via le développement d’un corps de fonctionnaires au tournant du XIXe siècle. Il est d’autant plus difficile de déduire de ce cas une règle que la fonction de secrétaire consiste à invisibiliser son propre travail. Cela complique l’identification des secrétaires dans les archives et donc la possibilité d’opérer des comparaisons. Les quelques dépêches de diplomates dispersées dans les archives faisant état de la présence de secrétaires particuliers dans leurs ambassades ouvrent toutefois la voie pour de tels travaux68. Finalement, l’analyse micro permet bien d’éclairer, à travers l’expérience d’un individu, un ensemble social : la préférence d’Alquier pour le secrétaire qu’il a choisi, plutôt que pour les agents officiels, et le besoin du maître de se le représenter comme tel dans l’exercice réflexif de l’écriture, témoigne plus que tout de la persistance domestique dans les administrations modernes.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AAE = Archives des Affaires étrangères, La Courneuve (Paris).

ADHR = Archives départementales du Haut-Rhin, Colmar.

Études à caractère de source

Rousseau 1959 = J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1959, vol. 1.

Études secondaires

Andro – Brassart 2017 = G. Andro, L. Brassart, Administrer sous la Révolution et l’Empire, dans Annales historiques de la Révolution française, 389, 2017, p. 3-18.

Baillou 1962 = J. Baillou, Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, Paris, 1962.

Belissa – Martin 2006 = M. Belissa, J.-C. Martin, Repenser l’ordre européen (1795-1802) : De la société des rois aux Droits des nations, Paris, 2006.

Bély 1990 = L. Bély, Espions et ambassadeurs : Au temps de Louis XIV, Paris, 1990.

Bourdieu 1977 = P. Bourdieu, Sur le pouvoir symbolique, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1977, 32-3, p. 405-411.

Bruley 2012 = Y. Bruley, Le Quai d’Orsay impérial : Histoire du Ministère des Affaires étrangères sous Napoléon III, Paris, 2012.

Bruley – Lentz 2014 = Y. Bruley, T. Lentz, Diplomaties au temps de Napoléon, Paris, 2014.

Cohen 2017 = D. Cohen, Commis et fonctionnaires, entre service du public et droits de l’individu, de 1792 à l’an IV, dans Annales historiques de la Révolution française, 389, 2017, p. 101-118.

Fiorato 1989 = A.C. Fiorato, Grandeur et servitude du secrétaire : du savoir théorique à la collaboration politique, dans Id. (dir.), Culture et professions en Italie (XVe-XVIIe siècles), Paris, 1989, p. 133-184.

Grihl 2016 = Grihl, Écriture et action, XVIIe-XIXe siècle : une enquête collective, Paris, 2016.

Haehl 2006 = M. Haehl, Les Affaires étrangères au temps de Richelieu. Le secrétariat d’État, les agents diplomatiques (1624-1642), Bruxelles, 2006.

Jouhaud 1994 = C. Jouhaud, Sur le statut d’homme de lettres au XVIIe siècle. La correspondance de Jean Chapelain (1595-1674), dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49-2, 1994, p. 311-347.

Kawa 1996 = C. Kawa, Les ronds-de-cuir en Révolution : les employés du ministère de l’Intérieur sous la première République, 1792-1800, Paris, 1996.

Lentz 2005 = T. Lentz (dir.), Napoléon et l’Europe : regards sur une politique, Paris, 2005.

Lentz 2015 = T. Lentz, Napoléon diplomate, Paris, 2015.

Loriga 2007 = S. Loriga, Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, 2007.

Margairaz 2005 = D. Margairaz, François de Neufchâteau : biographie intellectuelle, 2005.

Marin 2005 = L. Marin, Pour une théorie baroque de l’action politique. Les Considérations politiques sur les coups d’État de Gabriel Naudé, dans A. Cantillon et al. (dir.), Politiques de la représentation, Paris, 2005.

Martin 2011 = V. Martin, La diplomatie en Révolution : structures, agents, pratiques et renseignements diplomatiques : l’exemple des agents français en Italie (1789-1796), thèse de doctorat, université de Paris 1, 2011.

Moullier 2004 = I. Moullier, Le ministère de l’Intérieur sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814). Gouverner la France après le 18 brumaire, thèse de doctorat, université de Lille 3, 2004.

Nigro 1991 = S. Nigro, Il Segretario, dans R. Villari (dir.), L’Uomo barocco, Rome, 1991, p. 91-108.

Revel 1995 = J. Revel, L’institution et le social, dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, 1995, p. 63-84.

Revel 2006 = J. Revel, Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Paris, 2006.

Samoyault 1971 = J.-P. Samoyault, Les Bureaux du Secrétariat d’État des affaires étrangères sous Louis XV : administration, personnel, Paris, 1971.

Schapira 2003 = N. Schapira, Un professionnel des Lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart, une histoire sociale, Paris, 2003.

Schapira 2004 = N. Schapira, Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au XVIIe siècle, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-1, 2004, p. 36-61.

Schapira 2013 = N. Schapira, Trajectoire d’auteur, trajectoire de secrétaire. Livre et stratégie dans la société du XVIIe siècle, dans D. Ribard, N. Schapira, On ne peut pas tout réduire à des stratégies : pratiques d’écritures et trajectoires sociales, Paris, 2013, p. 123-143.

Schapira 2014 = N. Schapira, Les secrétaires particuliers dans la France d’Ancien Régime, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, EHESS, 2014.

Thoral 2006 = M-C. Thoral, Naissance d’une classe sociale : les fonctionnaires de bureau, du Consulat à la Monarchie de Juillet. Le cas de l’Isère, dans Revue d’histoire du XIXe siècle. Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, 32, 2006, p. 93-110.

Waresquiel 2015 = E. de Waresquiel, Talleyrand : le prince immobile, Paris, 2015.

Whitcomb 1979 = E.A. Whitcomb, Napoleon’s diplomatic service, Durham, 1979.

Haut de page

Notes

1 Louis Beer est présent dans l’historiographie alsacienne. Au début du XXe siècle, l’érudit A-M-P. Ingold consacre un certain nombre de travaux à « Louis de Beer ». Si la famille avait bien été anoblie avant la Révolution, Louis Beer refuse ensuite de porter la particule jusqu’à la fin de sa vie. Grâce aux ouvrages d’Ingold, on a retenu de Beer qu’il fut gouverneur de Bénévent. C’est pourquoi on trouve aussi son nom dans certaines biographies de Talleyrand, prince de Bénévent.

2 Elle est conservée aux archives départementales du Haut-Rhin sous la cote 10J20.

3 Pour un bilan récent, voir Andro – Brassart 2017.

4 Kawa 1996 ; Moullier 2004 ; Margairaz 2005.

5 Haehl 2006 ; Samoyault 1971 ; Bruley 2012.

6 Martin 2011.

7 Lentz 2005 ; 2015 ; Bruley – Lentz 2014 ; Belissa – Martin 2006 ; Waresquiel 2015.

8 L’histoire du ministère sous le Consulat et l’Empire avait toutefois suscité des travaux dans les années 1960-70 : Baillou 1962 ; Whitcomb 1979.

9 Fiorato 1989 et Nigro 1991, cités dans Schapira 2014.

10 Schapira 2003, 2004 et 2014.

11 Schapira 2014, p. 12.

12 Baillou 1962 ; Samoyault 1971; Haehl 2006.

13 Kawa 1996 ; Moullier 2004 ; Cohen 2017 ; Thoral 2006.

14 Pour une synthèse, voir Bély  1990 ; et pour des études de cas, Jouhaud 1994 et Marin 2005.

15 Martin 2011, vol. II, p. 338.

16 Jouhaud 1994.

17 Martin 2011, vol. II, p. 338.

18 Ibid., p. 338-339.

19 Whitcomb 1979, p. 8.

20 Loriga 2007 ; Revel 1995.

21 Cette correspondance est conservée aux ADHR, sous la cote 10J20/3.

22 Jouhaud 1994, p. 324.

23 Martin 2011, p. 339.

24 En 1793, les ministères sont supprimés et remplacés par des commissions. Le département des Affaires étrangères devient la Commission des Relations extérieures. En 1795, le Directoire rétablit les ministères mais le nom de Relations extérieures est conservé jusqu’en 1814.

25 AAE, Personnel, Édits, lois et ordonnances, arrêtés et décrets, Organisation et règlement du ministère des affaires étrangères, « Arrêté des consuls 3 floréal VIII concernant le personnel politique », 264QO/1, folio 328.

26 Ibid., « Idées générales sur la formation du département des affaires étrangères, mai 1793 », 264QO/1, folio 130.

27 Alquier vient d’apprendre la défaite de Bonaparte à Aboukir. AAE, Correspondance politique, Bavière, folio 263, 20 septembre 1798.

28 AAE, Personnel, Édits, lois et ordonnances, arrêtés et décrets, « Idées générales sur la formation du département des affaires étrangères, mai 1793 », 264QO/1.

29 AAE, Correspondance politique, Naples, vol. 129, folio 373.

30 Bourdieu 1977.

31 Notons que notre analyse ne révèle aucune part de calcul ou de stratégie de la part de l’ambassadeur Alquier ; elle décrit ses actions à l’interaction entre deux structures de pouvoir.

32 ADHR, 10J20, lettre non classée n26.

33 Rousseau 1959, p. 311.

34 AAE, Mémoires et documents, France, vol. 2186, folio 131.

35 Naples, le 4 complémentaire an 12 (21 septembre 1804). ADHR, 10J20/3, n15.

36 Naples, le 1er vendémiaire an 13 (23 septembre 1804). ADHR, 10J20/3, n14.

37 C’est Beer qui souligne.

38 Munich, 26 pluviôse an 7 (14 février 1799). ADHR, 10J20, lettres non classées, n28.

39 Bénévent le 17 décembre 1806. ADHR, 10J20/1, n90.

40 18 novembre 1804. ADHR, 10J20/3, n5.

41 3 octobre 1804. ADHR, 10J20/3, n6.

42 C’est Beer qui souligne. Paris, 28 messidor an 6 (16 juillet 1798). ADHR, 10J20, lettres non classées, n16. 

43 Paris, 28 messidor an 6 (16 juillet 1798). ADHR, 10J20, lettres non classées, n16.

44 30 vendémiaire an 7, 21 octobre 1798. ADHR, 10J20, lettres non classées, n21.

45 Albano, le 5 septembre 1806. ADHR, 10J20/3, no 2.

46 Sans date – vers fructidor an 12. ADHR, 10J20/3, n17.

47 22 fructidor an 12 (9 septembre 1804). ADHR, 10J20/3, n16.

48 Bénévent le 24 janvier 1810. ADHR, 10J20/1, n122.

49 22 fructidor an 12 (9 septembre 1804), ADHR, 10J20/3, n16.

50 1er vendémiaire an 13 (23 septembre 1804), ADHR, 10J20/3, n14.

51 Albano, 20 octobre 1806, ADHR, 10J20/3, n3.

52 ADHR, 10J20/3, n1.

53 ADHR, 10J20/3, sans numéro.

54 Munich, le 8 vendémiaire an 7 (29 septembre 1798), ADHR, 10J20, lettres non classées, n20.

55 Munich, le 6 frimaire an 7 (26 novembre 1798), ADHR, 10/20, lettres non classées, n23. 

56 ADHR, 10J20, lettres non classées, n28.

57 ADHR 10J20/1, sans numéro.

58 ADHR, 10J20/3, n11.

59 AAE, Correspondance politique, Espagne, vol. 660, folio 98, 3 brumaire an 9 (25 octobre 1800).

60 N. Schapira cite toutefois le contre-exemple du secrétaire de Montaigne étudié par George Hoffmann, qui corrigeait fautivement des choses que son maître lui dictait et orientait les réflexions de son maître. Schapira 2014, p. 149.

61 N. Schapira donne l’exemple du secrétaire du comte de Guines, Tort, qui attendait d’avoir plusieurs dépêches à copier pour y consacrer une pleine matinée, et organisait donc lui-même son travail. Schapira 2014, p. 149.

62 Grihl 2016, p. 239.

63 ADHR, 10J20/3, n4.

64 Naples, 29 messidor an 11 (30 juin 1803). ADHR, 10J20/1, n33.

65 Rome, 7 avril 1806. ADHR, 10J20/1, n80.

66 Moullier 2004, p. 95.

67 Revel 2006, p. 69.

68 Whitcomb 1979, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Deloye, « Pouvoir domestique à l’ambassade », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-1 | -1, 137-151.

Référence électronique

Juliette Deloye, « Pouvoir domestique à l’ambassade », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/6111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.6111

Haut de page

Auteur

Juliette Deloye

Université de Strasbourg, ARCHE/GRIHL – juliette.deloye@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals