Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-2Apprentissages, États et sociétés...L’apprentissage du métier de dore...

Apprentissages, États et sociétés dans l’Europe moderne

L’apprentissage du métier de doreur à Barcelone (1650-1834)

Julien Lugand
p. 309-317

Résumés

Les riches fonds d’archives conservés à Barcelone permettent de reconstituer assez précisément les conditions de l’apprentissage au métier de doreur sur un temps long, de la création d’une confrérie des peintres et doreurs en 1599 jusqu’à sa refonte complète dans le contexte de la révolution industrielle et des premières lois libérales en 1834. Ce corpus de sources est certes hétérogène par sa nature car il s’agit de statuts réglementaires, de contrats d’apprentissages, de délibérations de la confrérie ou encore de procès. Mais il donne une vision éclairante de cette étape de la formation, permettant notamment d’étudier les règles imposées aux apprentis ou aux maîtres et la nature des formes d’engagement. Bien plus que la transmission d’un savoir, c’est la recherche de la rentabilisation de cette phase par les maîtres – dont il faut rappeler qu’ils ne sont pas payés – qui apparaît et que la législation tente, tout au long de cette période, de limiter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lugand 2017, p. 14-58.

1À Barcelone, du XVIe siècle au XIXsiècle, le métier de doreur fut encadré et contrôlé par une confrérie1. D’abord unis aux peintres avec lesquels ils avaient fondé un collège en 1599, les doreurs créèrent leur propre communauté de métier en 1650. Suivant la tradition, l’on devenait maître en franchissant plusieurs étapes définies par les statuts, allant de l’apprentissage à la maîtrise en passant par le compagnonnage. Les nombreuses sources conservées permettent de reconstituer assez précisément la première phase de cette formation concernant : les règles imposées aux maîtres et aux apprentis ; les modalités de l’apprentissage ; l’âge des apprentis et la durée moyenne de leur formation ; leurs origines géographiques et sociales ; le contenu et le déroulé de cette formation.

L'apprentissage : règles et conditions

  • 2 Ibidem, p. 75-97.

2C’est en 1599 que les statuts du collège des peintres et doreurs rendirent, pour la première fois, l’apprentissage obligatoire à tout candidat souhaitant passer la maîtrise2. Les réglementations qui suivirent (1650, 1744, 1764, 1818, 1834), ajoutées à plusieurs requêtes faites par les maîtres auprès des juges de l’Audience royale de la ville de Barcelone, constituent le cadre juridique donné à cette étape de la formation. Autant le dire rapidement, ces sources ne mentionnent que des principes très simples : la durée, la possibilité pour l’apprenti de changer d’atelier ou d’interrompre, provisoirement ou définitivement, sa formation.

  • 3 Anson Navarro 1987, p. 493.
  • 4 Buchón Cuevas 2012, p. 201.
  • 5 AHCB, Gremis especials, 12-2.

3La durée obligatoire resta de quatre années tout au long de la période (1599-1834) – durée que l’on retrouve également chez les doreurs de Saragosse3 ou de Valence4. À Barcelone, à deux reprises (1596 et 1744), les maîtres souhaitèrent que ce temps soit porté à cinq ans, ce qui leur fut refusé. Les quatre années devaient être effectuées de manière continue auprès d’un seul maître et il était en outre impossible pour l’apprenti de changer d’atelier et aux maîtres de les accueillir dans ce cas. Ce ne fut qu’à partir de 1744 que la réglementation permit, après autorisation du maître et des consuls, qu’un apprenti puisse changer d’atelier5.

  • 6 C’est le cas, en 1694, du doreur Joan Moxi attaqua en justice le père d’un apprenti parti avant le (...)
  • 7 Nous n’avons relevé que deux demandes, qui furent à chaque fois acceptées, le 30 novembre 1785, un (...)
  • 8 AHCB, Gremis especials, 12-2.

4Les cas documentés d’interruption d’apprentissage sont extrêmement rares et il ne fait aucun doute que la réalité d’abandon dut être bien supérieure à ce que nous révèlent les archives. Lorsqu’il s’agissait d’un abandon définitif de l’apprenti, c’était la justice qui tranchait si un contrat notarié, qui prévoyait toujours une clause financière pour cette situation, avait été signé6. Lorsqu’il s’agissait d’une interruption provisoire, due à des circonstances exceptionnelles, et que l’apprenti respectait le protocole en avisant les consuls, la confrérie faisait preuve de clémence – cette situation restait rare de toute façon7. Mais les obligations ne revenaient pas qu’aux apprentis puisque à partir de 1744, la réglementation imposa aux maîtres de déclarer les apprentis et de leur délivrer un brevet à l’issue de leur formation8.

  • 9 « Item […] que tots los aprenents de daurador quant entranse assentassen en un llibre que axis qua (...)
  • 10 « E mes fonch proposat que ningun confrare puga pendrer ningun aprendiz menos que al cap de dos me (...)
  • 11 « Que en adelante qualquiera maestro dorador, y pintor retablero que domitiere algun aprendiz […] (...)
  • 12 AHCB, Gremis general.
  • 13 « Que de algun temps a esta part se observa de que alguns individuos prenen aprenents sens denunci (...)
  • 14 « A propuesta del propio consul quedo aprobado que se haga doble libro quedando el uno en poder de (...)
  • 15 Ibidem.
  • 16 AHCB, Gremis especials, 12-2.

5Longtemps la confrérie demanda aux maîtres qu’ils déclarent les apprentis qu’ils venaient d’engager, mais ce n’est qu’en 1744 que la réglementation rendit cette déclaration obligatoire. À chaque problème qu’un maître rencontrait avec son apprenti ou encore lors du passage de la maîtrise – alors que le candidat était dans l’incapacité de prouver avoir effectué son apprentissage –, les confrères en rappelaient l’importance. Le 27 octobre 16989, alors qu’un candidat n’avait pu se présenter à l’examen car il ne pouvait produire ce brevet, les maîtres décidèrent qu’il fallait acquérir un registre où seraient inscrits les noms des maîtres et de leurs apprentis, ainsi que la date d’entrée dans la formation, ce qui permettrait de juger objectivement du respect du temps. La décision fut unanimement approuvée et le registre devait être commencé dans un délai d’un mois. Il n’en fut rien puisque quarante ans après, le 5 juin 174410, les maîtres faisaient le même constat – la confrérie entamait un procès avec un candidat qui venait d’être refusé à la maîtrise car il ne pouvait prouver avoir accompli les quatre années de sa formation. Ils invoquèrent à nouveau le besoin pour la confrérie d’avoir un registre où les apprentis seraient déclarés dans les deux mois suivant leur entrée dans l’atelier et ils modifièrent, la même année, les statuts en ce sens, imposant que le maître payât une taxe à la confrérie lors de la déclaration et qu’une amende lui soit infligée s’il ne le faisait pas dans un délai d’un mois11. Une nouvelle fois cela resta un vœu pieux. Alors que le 6 septembre 178812, une ordonnance royale rappelait aux communautés de métier l’obligation de déclarer les apprentis, les maîtres constataient, le 17 novembre 179913, que nombre d’entre eux ne l’étaient toujours pas. Le 10 février 183114, ils proposaient d’acheter cette fois deux registres – l’un pour le premier consul, l’autre pour la confrérie –, afin d’y inscrire le nom des apprentis, ce qu’ils ne firent pas davantage. Ce n’est qu’en 1833 qu’ils se décidèrent finalement à en rédiger un – on conserve quelques folios où sont recensés les apprentis entrés dans les ateliers entre 1801 et 181915. Pourquoi mirent-ils près de deux siècles à accepter ce principe de la déclaration ? La première raison était législative : sans cette déclaration, aucun document n’engageait le maître, qui était libre de renvoyer l’apprenti quand il le souhaitait. La seconde explication était financière car cette déclaration était doublée, depuis 175716, d’une taxe de trois livres annuelle dont le maître devait s’acquitter pour chaque apprenti déclaré. Les maîtres n’étant pas payés pour cette formation, l’idée de payer était, pour eux, inconcevable.

  • 17 Il s’agit d’une attestation devant notaire du doreur Joseph Vassiana concernant Francisco Mas, en (...)

6Ce ne fut qu’au début du XIXe siècle que les contrats d’apprentissage mentionnèrent qu’à l’issue de la formation, un brevet serait délivré à l’apprenti. C’était l’assurance, pour ce dernier, de prouver sa formation notamment lors du passage de la maîtrise pour lequel ce document était exigé. Deux attestations seulement nous sont parvenues17 et l’on peut penser que, dans la majorité des cas, lorsque l’apprenti était fils, gendre ou neveu de maître, cette attestation prenait la forme d’une simple confirmation orale devant les autres confrères lors du passage de la maîtrise, ce qui permettait de limiter les coûts en évitant la rédaction d’un acte.

Les formes d’apprentissage

7Il apparaît que l’apprentissage suivait trois formes différentes. La première consistait, suivant la tradition artisanale, en une transmission du métier au sein de l’atelier familial. Le maître formait son fils, gendre ou neveu, sans que cela nécessite la rédaction d’un acte, ne laissant aucune trace dans les sources. La deuxième et la troisième forme procédaient du contrat, de l’engagement entre le maître et les représentants de l’apprenti, selon deux modalités : la rédaction d’un acte devant notaire ou le contrat oral.

L’apprentissage familial

  • 18 Nous n’avons découvert qu’une seule attestation concernant l’apprentissage d’un fils chez son père (...)

8L’apprentissage familial au sein de l’atelier du père, de l’oncle ou du beau-père fut, si l’on se réfère aux « dynasties » de confrères recensés tout au long de la période, un cas diffusé. C’était une conséquence des structures artisanales d’exercice du métier et des statuts réglementaires favorisant les membres des familles de maîtres. Ce type d’apprentissage n’était, par définition, pas documenté, puisqu’il ne nécessitait pas le recours à un acte officiel18.

L’acte notarié

  • 19 AHCB, Gremis especials, 24-2, f° 47-48.
  • 20 AHCB, Gremis especials, 12-1.
  • 21 AHPB, 1180/10, fol. 187v-188, 213r-v, 221r-v, 256r-v, 260r-v, 309r-v, 310r-v, 311r-v.

9Le recours au notaire pour rédiger un contrat d’apprentissage n’était pas automatique, tant s’en faut. Nous n’avons rassemblé, pour l’ensemble de la période étudiée, que quarante contrats d’apprentissage et ce corpus est, en outre, inégalement réparti dans le temps car 65 % des contrats découverts datent du XIXe siècle. C’est le reflet d’un procédé qui resta longtemps minoritaire, comme le prouvent les requêtes répétées des consuls de la confrérie qui, dès 163619 et à nouveau en 174420, demandèrent que l’acte notarié devienne obligatoire sous peine d’amende. Les statistiques montrent que c’est seulement à partir de 1814 que le recours au notaire devint systématique, alors que la déclaration des apprentis devenait obligatoire – les deux procédures sont intimement liées : entre le 26 juin et le 29 octobre 1814, ce furent près de quatorze contrats qui furent passés devant le notaire de la confrérie21.

Fig. 1 – Répartition par siècle des 40 contrats d’apprentissage rassemblés.

Fig. 1 – Répartition par siècle des 40 contrats d’apprentissage rassemblés.
  • 22 González Segarra 2003, p. 104-108.

10Pourquoi un tel changement ? Parce que le Roi, en 1814, avait rétabli dans la Monarchie Hispanique les communautés de métier supprimées en 1810. Les maîtres devaient montrer l’exemple, eux qui venaient de vivre quatre années (1810-1814) sans la protection qu’apportait la confrérie. Ils voyaient finalement d’un œil différent les garanties que pouvaient amener des actes officiels – qu’il s’agisse de statuts, de contrats d’apprentissage ou de maîtrises –, aussi coûteux et contraignants soient-ils. À Malaga, où Sebastián González Segarra n’a découvert, pour la première moitié du XVIIIe siècle, qu’un seul contrat d’apprentissage de peintre et aucun contrat de doreurs, arrive à la même conclusion : ce sont le coût et les contraintes de l’engagement notarié qui expliquent pourquoi maîtres et apprentis y recouraient aussi peu22.

Portrait-robot de l’apprenti

11La confrontation de ces contrats permet cependant de formuler plusieurs remarques. La première concerne l’âge moyen de l’apprenti lorsqu’il débute sa formation – entre quatorze et quinze ans pour 49 % d’entre eux – treize ans étant l’âge le plus bas, vingt le plus élevé. Une autre remarque concerne la durée de cette formation – quatre années pour la majorité des contrats découverts, ce qui correspond à ce qu’imposait la réglementation dès 1599.

Fig. 2 – Âge de l’élève lors de son entrée en apprentissage.

Fig. 2 – Âge de l’élève lors de son entrée en apprentissage.

Fig. 3 – Durée de l’apprentissage.

Fig. 3 – Durée de l’apprentissage.

12Les contrats nous renseignent aussi sur l’origine géographique et sociale des apprentis. Une grande majorité d’entre eux était issue de Barcelone (72 %) tandis qu’une minorité venait du reste de la Catalogne (28 %). Faut-il y voir l’efficacité du protectionnisme de la confrérie ou bien le manque d’attractivité de cette ville comme lieu de formation des doreurs ? Il est difficile de le dire, mais en favorisant les enfants et gendres de maîtres, la mobilité n’était pas incitée. Et l’on retrouve dans l’origine sociale des apprentis un autre reflet de ce monde fermé puisque, sur quarante apprentis, un seul d’entre eux (Magi Torrabruna, 1647) est issu d’une classe sociale plus élevée – son père était notaire – les autres étant tous enfants d’artisans.

Fig. 4 – Origine géographique des apprentis.

Fig. 4 – Origine géographique des apprentis.

Fig. 5 – Origine sociale des apprentis.

Fig. 5 – Origine sociale des apprentis.

13Deux dernières remarques, enfin, sur la typologie de ces contrats notariés. La première concerne la forme. Si l’on compare un contrat du début du XVIIe siècle, après que l’apprentissage eût été rendu obligatoire par les statuts de 1599, à ceux passés en 1815, on constate une simplification importante. Aux tournures notariales, rappels des clauses financières, garanties de tierces personnes, promesses d’aider la famille du maître en « toutes choses honnêtes et licites » contre le gîte et le couvert, se substitua lentement un contrat court, rappelant seulement le nom du maître, de l’apprenti, son origine, son âge, la durée et l’engagement à délivrer un brevet à l’issue de la formation. La seconde remarque concerne le fond, c’est-à-dire le contenu qui, des plus anciens contrats découverts à ceux des années 1830, n’est jamais détaillé. Il n’y eut aucune évolution de ce point de vue : tout au long de la période, le contrat d’apprentissage fut seulement un engagement juridique, sans contenu technique ou artistique.

L’accord verbal

  • 23 AHCB, Gremis especials, 24-2, fol. 47-48.
  • 24 Requête des années 1744-1752, AHCB, Gremis especials, 12-2.
  • 25 Ibidem.

14Autre forme d’engagement, l’accord verbal (de paraules) entre le maître et les représentants légaux de l’apprenti tient du paradoxe tant ce fut celui auquel les confrères eurent le plus recours, et qu’ils dénoncèrent le plus, dans le même temps, lors des conseils. Dès le 7 octobre 163623, alors même que l’apprentissage n’était imposé que depuis 1599, les consuls regrettaient que la majorité des engagements se fassent de cette manière. Ils rappelaient que cela rendait impossible tout recours, concernant notamment le respect du temps d’apprentissage, puisque l’accord n’avait laissé aucune trace. Ils demandaient que les maîtres recourent systématiquement à l’acte notarié dans les dix jours suivant l’entrée de l’apprenti dans l’atelier – recommandation qui ne fut jamais suivie. L’accord oral resta majoritaire puisqu’en 1744, parmi les arguments justifiant la modification des statuts, les confrères mentionnaient à nouveau le cas de ces nombreux apprentis rentrés dans des ateliers sans acte officiel et qui en sortaient tout aussi officieusement24. Pourquoi cette préférence donnée à l’accord verbal ? Les raisons sont nombreuses : l’économie que représente le fait de ne pas rédiger un acte officiel ; de ne pas avoir à s’acquitter de la taxe de 3 livres par apprenti, devenue obligatoire en 175725 ; la possibilité de se défaire facilement d’un mauvais élève – ou de partir sans crainte de l’atelier ; de pouvoir prendre un apprenti temporairement, pour des périodes plus courtes que celle prévue par les statuts.

La rentabilité

15À la lecture de ce corpus documentaire, on devine en effet que c’était la rentabilité l’unique but poursuivi par les maîtres – dont il faut rappeler qu’ils n’étaient pas payés – lors de l’embauche d’un apprenti. Deux sujets, souvent abordés lors des réunions de la confrérie – la limitation du nombre d’apprentis et le fait que les maîtres doivent ou non les loger et les nourrir –, en apportent la preuve.

  • 26 AHCB, Gremis especials, 12-2.
  • 27 « Seguidament fonch proposat que respecte los abusos que hi ha a sostreure los uns als altres los (...)
  • 28 AHCB, Gremis municipals, b. 20.
  • 29 Ibidem.
  • 30 Ibidem.

16La lecture des délibérations montre qu’il y eut une volonté permanente de la confrérie de limiter le nombre d’apprentis. Consciente du déficit de formation que représentait le fait d’en accueillir plusieurs dans le même atelier et se plaignant de ce que beaucoup de maîtres le faisaient, les confrères souhaitèrent, dès 1744, limiter leur nombre et imposer une taxe sur chaque apprenti, acquittée par le maître. Elle ne fut finalement mise en place qu’en 175726. Le sujet ne fut plus abordé jusqu’au 5 août 1781, lorsque les confrères décidèrent finalement de statuer en limitant le nombre d’apprentis à un par atelier27, ce qu’entérinèrent les autorités de la ville dès le 14 août 178128. Cela ne résolut pas le problème car, le 10 novembre 178929, les confrères constataient que plusieurs maîtres avaient encore deux apprentis. Certains sollicitèrent immédiatement des juges un régime d’exception qui leur fut refusé (12 août 1790)30, aucun argument ne pouvant justifier leur demande ; ils devaient se plier aux statuts. Pourquoi les maîtres décidèrent-ils de légiférer aussi strictement sur le sujet alors qu’ils se contentèrent, sur bien d’autres, d’en rester à de simples recommandations ? Plus que la volonté de protéger les apprentis et de leur garantir une formation d’un bon niveau, il s’agissait d’empêcher la création de grands ateliers où un maître, entouré de nombreux apprentis, répondrait à de nombreuses commandes, ce qui aurait déséquilibré le marché.

  • 31 Il s’agit des procès entre la confrérie et Rafael Bornio, ACA, Real Audiencia de Cataluña, Pleitos (...)
  • 32 ACA, Real Audiencia de Cataluña, Pleitos civiles, 312, Passim.
  • 33 Ibidem.

17Quelques témoignages de compagnons ou d’anciens apprentis recueillis lors de deux procès que connut la confrérie au milieu du XVIIIe siècle31 montrent à quel point la rentabilisation de l’apprentissage était inscrite dans les mentalités des maîtres qui en « autorisèrent » certains à résider et manger dans leur propre maison. Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, et conformément au schéma artisanal, la tradition voulait que le maître hébergeât l’apprenti, le nourrissant et le logeant, ce dernier s’engageant en contrepartie à le servir ainsi que sa famille « en toutes choses honnêtes et licites ». Par le coût qu’il représentait, et puisque les maîtres n’étaient pas rémunérés, on comprend que l’hébergement ait été au cœur de la négociation avec la famille lors de l’embauche de l’apprenti. Un témoin convoqué par les juges lors du procès qui opposa la confrérie à un candidat refusé à la maîtrise (1756), expliqua que lorsque celui-ci : « Entra comme apprenti chez son maître […] il fut convenu [entre le doreur et ses parents] qu’il devrait manger pendant un moment chez ses parents et j’ai pu constater qu’il le fit pendant près de deux ans et quelques mois »32. Il semble que la coutume se soit répandue tout au long du XVIIIe siècle, car un autre témoin expliqua que lorsqu’il était entré comme apprenti, vers 1750, il avait été convenu entre le maître et son père qu’il mangerait et dormirait chez ses parents durant les quatre années de sa formation33. Un autre compagnon rappela que, dans son cas, l’accord avait prévu qu’il soit nourri et logé chez ses parents durant la première moitié du temps de sa formation (deux ans et demi), tandis qu’il passerait les deux années et demie suivantes chez son maître.

  • 34 « Que se ha experimentat de alguns temps a esta part que alguns individuos tenen aprenents y perme (...)

18Il s’agissait, pour les confrères, soit d’économiser les frais liés à l’hébergement pour toute la durée de l’apprentissage, soit de prendre les apprentis chez eux à la moitié de leur formation, alors qu’ils devenaient « rentables » car ils savaient déjà travailler. D’autres avaient, cependant, un profil encore plus étonnant tel un compagnon de 51 ans (!) qui expliqua qu’étant marié lorsqu’il avait fait son apprentissage cinq ans auparavant, non seulement son maître l’avait autorisé à dormir et manger chez lui, mais en plus il l’avait payé. Le principe était semble-t-il, répandu, le témoin citant d’autres cas. S’agissait-il d’apprentis ? Certes, ils se désignaient comme tels, mais leur âge, le fait qu’ils soient salariés, cela laissait plutôt deviner un arrangement avec la loi, lorsqu’on sait la rentabilité qu’attendaient les maîtres de leurs élèves. Ce procédé dut prendre de l’ampleur puisque, le 29 janvier 176034, la confrérie décida, en raison « de nombreux excès », d’interdire aux apprentis de dormir et manger en dehors de la maison de leur maître. Il faut y voir, comme pour la question de la limitation de leur nombre par atelier, le souhait des confrères de ne pas voir se développer de véritables entreprises où des apprentis effectueraient des travaux pour les maîtres sans que ces derniers soient contraints d’être présents à leur côté. Ce n’est qu’en 1834, avec la promulgation de nouveaux statuts, que la confrérie autorisa à nouveau les apprentis qui le souhaitaient, à manger et dormir en dehors de la maison de leur maître.

Quelle formation ?

  • 35 AHCB, Arxiu Veguer, XXXVI-197, Passim.
  • 36 « Posa que la despesa que fa un amo a un apranent en la present ciutat, segons us y costum desta c (...)

19Si le croisement de la documentation permet de reconstituer les contraintes, les obligations des maîtres et des apprentis, les accommodements permanents avec les règles, il est cependant extrêmement difficile d’avoir une vision précise du contenu de l’apprentissage. On l’a dit, les quelques contrats rassemblés étaient des actes juridiques, qui ne livraient aucune information sur le sujet et, de tous les procès et conflits que nous avons découverts, seul celui qui opposa le doreur Joan Moxi à son ancien apprenti Pere Blanxart en 169435, apporte quelques éléments de réponse. Si la rentabilité qu’attendait un maître de son apprenti y est clairement rappelée, tout ce qui peut concerner le déroulement et le contenu de la formation était beaucoup plus brièvement évoqué. Pere Blanxart avait quitté l’atelier du doreur Joan Moxi au bout de trois années, soit un an avant l’échéance prévue. Le maître demandait l’application des clauses et garanties négociées lors de la signature du contrat. Les témoignages du maître et de l’apprenti retranscrits dans les minutes du procès montrent que l’enseignement de la pratique et la rentabilité de l’embauche étaient, dans l’esprit des doreurs, deux notions intimement liées. Le maître commençait en effet par justifier sa demande d’indemnisation par le coût journalier d’un apprenti, rappelant qu’il était : « Établi que la dépense que représente un apprenti pour un maître, dans cette ville [Barcelone], est estimée à dix-huit deniers par jour soit vingt-sept livres six sous et sept deniers pour une année »36. Le père de l’apprenti s’opposait à cette demande, rappelant que si son fils « s’en était allé de la maison de Joan Moxi, c’est parce que ce dernier ne voulait pas lui apprendre à incarner, colorer et étoffer ». Le maître niait, en expliquant que l’apprentissage de la dorure répondait à des règles. Preuve de la qualité de l’enseignement qu’il avait délivré, le maître rappelait que :

  • 37 «  Que en lo temps que dit Pere Blanxart estave en la casa de esta part treballant molt be del off (...)

À l’époque où Pere Blanxart était dans son atelier, il pratiquait tellement bien le métier de doreur eu égard au temps de formation qu’il avait reçu, qu’en deux occasions ledit Moxi lui avait donné l’autorisation d’aider et travailler deux doreurs différents, qui étaient Bernat Colubran et un dénommé Urgellés de Mataro, lequel Bernat Colubran lui versa comme salaire 3 livres 10 sous pour chaque mois de travail effectué en plus des dépenses, tandis que ledit Urgellés versa au dit Blanxart 4 livres de salaire pour le mois durant lequel il l’aida en plus des frais de nourriture et boissons37.

20Ce procès montrait à quel point le coût de l’apprenti – la boisson et la nourriture – restait un argument central ; que l’on n’hésitait pas à le « prêter » à des confrères, dès lors que l’activité baissait – chose étonnante tant l’engagement, écrit ou oral, semblait lier l’apprenti à son maître. Ce procès ne révélait rien d’exceptionnel et le procédé perdura à en juger par le procès-verbal du conseil de la confrérie du 1er mai 1744. Les maîtres étaient réunis car ils avaient décidé que Rafael Bornio, qui n’avait pas accompli les quatre années d’apprentissage imposées par les statuts, ne passe pas la maîtrise. Celui-ci leur avait intenté un procès, rappelant qu’il avait été apprenti dans plusieurs ateliers de la ville :

  • 38 « Fonch resolt que tots los individuos prestassen lo jurament a cerca de no haver tingut en sa cas (...)

Il fut résolu que tous les confrères, sous serment, déclarent s’ils ont eu le dit Rafael Bornio comme apprenti dans leur atelier […] [ce à quoi il apparaît que celui-ci a été] trois mois et quelques jours chez Joseph Tarroja, un mois chez Onofre Boet, quelques jours chez Joan Ribas, un mois chez Pere Rigalt, un mois chez Anton Parera, un jour chez Agusti Viladomat, deux mois et demi chez Anton Carbonell38.

  • 39 « Posa que lo mes primeros del offici de daurador consisteix en encarnar y estofar, los quals cosa (...)
  • 40 « Por acordarse haver visto el dibujo que vulgaramente se llama cogullo que hizo Juan Prat oy maes (...)
  • 41 « Lo que digo el testigo saber per acordarse bien haverlo ohido a dezir en diferentes ocasiones a (...)
  • 42 Le plus ancien examen de maîtrise que nous ayons découvert, celui de Ramon Pinos le 6 février 1662 (...)
  • 43 « En lo temps se li voldra donar la mestria de llapis o altre cosa consemblant lo que li serà orde (...)
  • 44 « Fonch proposat que respecte que sempre hi ha al estiguetas sobre las tentativas per raho dels di (...)
  • 45 AHCB, Gremis especials, 12-3.

21Près de sept maîtres différents l’avaient accueilli comme apprenti pour des durées allant d’un jour à un peu plus de trois mois, et il avait été certainement payé, ce qui allait à l’encontre de la réglementation. Si l’on peut douter de la qualité de la formation sur des périodes aussi variables, on ne peut, en outre, qu’émettre des hypothèses s’agissant des techniques et procédés enseignés. Comme dans toute formation artisanale, l’enseignement était certainement progressif, et les tâches allaient en s’élevant techniquement, des gestes les plus simples – préparer la colle, dépoussiérer et enduire les supports –, aux techniques les plus difficiles. Ce qui est particulièrement intéressant chez les doreurs, c’est la place centrale qu’occupait le dessin dans leur formation. En 1694, lors du procès précédemment cité, le doreur rappelait que « les compétences du métier de doreur les plus difficiles à atteindre sont incarner et étoffer, celles que l’on enseigne et apprend en dernier et qui ne peuvent être apprises sans que d’abord l’on sache dessiner […] qu’à de nombreuses reprises [le maître] avait insisté qu’il s’applique à dessiner [ce que l’apprenti] ne fit pas »39. En 1758, lors d’un autre procès, cette fois entre un prétendant à la maîtrise et la confrérie40, un peintre, convoqué comme témoin rappelait que « l’enseignement du dessin faisait partie de l’apprentissage au métier et qu’il avait vu plusieurs maîtres doreurs l’enseigner à leurs apprentis en vue de l’examen »41. Ces deux témoignages, rares, démontraient cependant la place essentielle qu’occupait le dessin dans la formation des doreurs et expliquaient le rôle central qu’il avait lors de l’examen de maîtrise. Car ce n’est qu’après l’exécution d’un dessin (tentativa) jugé recevable par les confrères, que le candidat à la maîtrise pouvait accéder à la seconde étape de l’examen – où, en plus de la dorure et la polychromie d’une sculpture et d’une frise, il devait exécuter un second dessin (mestria). Ce qui est paradoxal, c’est que les statuts de la confrérie n’évoquèrent le dessin dans ce protocole d’examen que tardivement – en 1744 alors même qu’il était exigé dans les faits dès la création de la confrérie en 165042 – et sans donner de détail particulier43 concernant la technique ou l’iconographie. C’est certainement pour pallier cette absence de précisions que les doreurs décidèrent, le 7 novembre 178544, de conserver un ensemble de vingt-quatre dessins de maîtrise afin de permettre aux candidats de se faire une idée de l’exercice attendu, du niveau d’exigence technique souhaité, et aux maîtres d’avoir un modèle de comparaison lors de l’examen. De vingt-quatre, ce corpus s’est enrichi de manière permanente, comme le prouvent les cent quarante-trois dessins de maîtrise (passanties) qui nous sont parvenus45, rassemblés dans un recueil conservé aux archives de la ville de Barcelone, constituant un corpus unique, à notre connaissance, s’agissant des confréries de doreurs dans la monarchie hispanique.

22Ainsi, s’il fallait résumer l’apprentissage du métier de doreur à Barcelone sur cette période de plus de deux siècles (1599-1834), c’est naturellement la place centrale accordée à la pratique du dessin qu’il faudrait retenir – centrale, bien que tue par les sources. Mais c’est aussi la continuité d’un système corporatiste – durée de temps imposée, rentabilité attendue, contenus théoriques absents, contraintes juridiques en la seule faveur des maîtres – preuves d’une vision très artisanale du métier qui resta éloigné des grandes évolutions théoriques que connurent la majorité des activités artistiques dans la Monarchie Hispanique tout au long du XVIIIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Archives

ACA = Arxiu de la Corona d’Aragó

AHCB = Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona

AHPB = Arxiu Històric de Protocols de Barcelona

Études secondaires

Ansón Navarro 1987 = A. Ansón Navarro, El gremio de doradores de Zaragoza (1675-1820), dans Homenaje a D. Federico Balaguer Sánchez, Zaragoza, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1987, p. 485-511.

Buchón Cuevas 2012 = A.M. Buchón Cuevas, Pintar la escultura: apuntes sobre doradores de los siglos XVII y XVIII en Valencia, dans Ars Longa, 21, 2012, p. 197-214.

González Segarra 2003 = S. González Segarra, Pintores y doradores malagueños, 1700-1747. Talleres y aprendices, dans Isla de Arriarán: revista cultural y científica, 21, 2003, p. 103-122.

Lugand 2017 = J. Lugand, La confrérie des doreurs de Barcelone (1599-1834), mémoire inédit d’Habilitation à diriger des recherches, EPHE-PSL, 2017.

Haut de page

Notes

1 Lugand 2017, p. 14-58.

2 Ibidem, p. 75-97.

3 Anson Navarro 1987, p. 493.

4 Buchón Cuevas 2012, p. 201.

5 AHCB, Gremis especials, 12-2.

6 C’est le cas, en 1694, du doreur Joan Moxi attaqua en justice le père d’un apprenti parti avant le terme de sa formation. Le procès se réfère en permanence au contrat d’apprentissage signé devant notaire. Le maître obtint gain de cause. Cf. AHCB, Arxiu Veguer, XXXVI-197.

7 Nous n’avons relevé que deux demandes, qui furent à chaque fois acceptées, le 30 novembre 1785, un apprenti qui avait servi deux ans dans l’armée, AHPB, 1090/20, fo 376v-377 ; le 6 juin 1773, un autre expliquait avoir dû travailler pour aider sa famille dans le besoin, AHPB, 1090/8, fol. 221-v.

8 AHCB, Gremis especials, 12-2.

9 « Item […] que tots los aprenents de daurador quant entranse assentassen en un llibre que axis quant voldran demanar la plassa se sabra ab certesa si hauran cumplert lo temps que disposan las ordinacions […]tots los collegiats del present collegi presents y esdevenidors los quals tenen y tindran aprenent o aprenents en les cases hajen de participar als senyors consols peraque sien escrits en un llibre que ells tindran per este effecte continuant quin die hauran entrat y asso se haje de fer dins un mes », AHPB, 902/4, f° 218v-219.

10 « E mes fonch proposat que ningun confrare puga pendrer ningun aprendiz menos que al cap de dos mesos que tindra lo tal aprenent le denuncio als consols del present comu a fi de acentar lo en un llibre », AHPB, 1001/19, fol. 33v.

11 « Que en adelante qualquiera maestro dorador, y pintor retablero que domitiere algun aprendiz […] pague al comun […] onse libras, y quatre sueldos […] en el termino de un mes […] y en caso que dentro el termino de un mes no habra denunciado a los consules […] el auto de aprendisatje caigue el tal maestro en pena de dies libras por cada vez ». Ibidem.

12 AHCB, Gremis general.

13 « Que de algun temps a esta part se observa de que alguns individuos prenen aprenents sens denunciarlos als consols ni ferse lo acte de aprenentatge […] de aqui al devant qualsevol individuo que prenguia aprenent dega denunciarlo als consols dins lo termini de vuit dias, y firmar lo acte de aprenentatge dins dos mesos y que conclos dit aprenentatge se dega esciuren en lo llibre de fadrins », AHPB, 1090/34, fol. 151v-152v.

14 « A propuesta del propio consul quedo aprobado que se haga doble libro quedando el uno en poder del consul primero y el otro en la arca de la cofadria en el cual se noten todos los jovenes que quieran ser aprendices doradores con espression del dia, mes y aňo de su entrada y que las diez pesetas que pagan de entrada queden a fabor del gremio », AHCB, Gremis especials, 12-1.

15 Ibidem.

16 AHCB, Gremis especials, 12-2.

17 Il s’agit d’une attestation devant notaire du doreur Joseph Vassiana concernant Francisco Mas, en date du 25 novembre 1681, AHPB 833/5, f° 387-v ; de celle, datant du 14 décembre 1805, concernant Manuel Pi qui s’était formé auprès de Valentin Soler, AHCB, Gremis especials, 12-1.

18 Nous n’avons découvert qu’une seule attestation concernant l’apprentissage d’un fils chez son père, celle que rédigea Joan Bornio, fils du doreur Rafael Bornio, lorsqu’il souhaita intégrer la confrérie le 23 août 1787. Rappelons que son père fut pendant plus de 10 ans (1743-1756) en procès avec la confrérie qui lui avait refusé la maîtrise. Il y a tout lieu de penser qu’il s’agissait d’une représaille puisque nous n’avons retrouvé, pour la période, aucun autre document de ce type, AHCB, Gremis especials, 12-1.

19 AHCB, Gremis especials, 24-2, f° 47-48.

20 AHCB, Gremis especials, 12-1.

21 AHPB, 1180/10, fol. 187v-188, 213r-v, 221r-v, 256r-v, 260r-v, 309r-v, 310r-v, 311r-v.

22 González Segarra 2003, p. 104-108.

23 AHCB, Gremis especials, 24-2, fol. 47-48.

24 Requête des années 1744-1752, AHCB, Gremis especials, 12-2.

25 Ibidem.

26 AHCB, Gremis especials, 12-2.

27 « Seguidament fonch proposat que respecte los abusos que hi ha a sostreure los uns als altres los aprenents que deliberen […] que ningun mestre puga tenir de aqui al devant mes que un aprenent fins y atant sien tres mesos antes de acabar lo aprenentatge […] que en esta resolucio no sien compresos los que actualment ne tenen dos », AHPB, 1090/16, fol. 159-160.

28 AHCB, Gremis municipals, b. 20.

29 Ibidem.

30 Ibidem.

31 Il s’agit des procès entre la confrérie et Rafael Bornio, ACA, Real Audiencia de Cataluña, Pleitos civiles, 22 039 : Causa del síndico del gremio de doradores de Barcelona contra Rafael Bornió, dorador, vecino de la ciudad de Barcelona, 1746 et Joseph Sahun, ACA, Real Audiencia de Cataluña, Pleitos civiles, 312 : Causa del síndico del gremio de doradores de Barcelona contra Josep Sahun, joven dorador natural de Barcelona, 1757.

32 ACA, Real Audiencia de Cataluña, Pleitos civiles, 312, Passim.

33 Ibidem.

34 « Que se ha experimentat de alguns temps a esta part que alguns individuos tenen aprenents y permetent en per sos fins que dits aprenents vagen a menjar y dormir a fora de casa sua, de redundan molts inconvenients, y es contra lo que se ha acostumat practicar […] e lo dit consell general […] delibera que de aqui en avant ningun daurador puga tenir aprenent, sino es que mengia y dormia en casa sua, baix pena de deu lliuas per cada vegada que fara lo contrari », AHPB, 1013/26, f° 95v-96v.

35 AHCB, Arxiu Veguer, XXXVI-197, Passim.

36 « Posa que la despesa que fa un amo a un apranent en la present ciutat, segons us y costum desta ciutat, se estima divuit diners per quiscun die, y es ver […] que la despesa de un any a raho de divuit diners per quiscun die importa la quantitat de vint y set lliures set sous y sis ». Ibidem.

37 «  Que en lo temps que dit Pere Blanxart estave en la casa de esta part treballant molt be del offici de daurador per lo temps que havia estat per apranent de dit offici, de tal manera que en dos ocasions diffarents dit Moxi dona llicencia a dit Blanxart, per ajudar a treballar del offici de daurador a dos dauradors diffarents, qui foren Bernat Colubran y a tal Urgellés de Mataro, al qual Blanxart, dona Bernat Colubran 3# 10 sous per quiscun mes, que li ajuda a treballar per raho de son selari, a mes de la despesa, y lo dit Urgellés li dona a dit Blanxart 4# de salari per un mes que li ajuda a treballar del dit offici, a mes de que lo dit Urgellés feu tambe la despesa de menjar y beurer per lo espay de dit mes al dit Blanxart », Ibidem.

38 « Fonch resolt que tots los individuos prestassen lo jurament a cerca de no haver tingut en sa casa per aprenent del dit offici de daurador a Rafel Burnio […] en casa Joseph Tarroja ha treballat tres mesos y alguns dias, en casa Onofre Boet un mes, en casa Joan Ribas, uns dias, en casa Pere Rigalt, un mes, en casa Anton Parera un mes, en casa Agusti Viladomat, un dia, y en casa Anton Carbonell, dos mesos y mitg », AHPB, 1001/19, fol. 33.

39 « Posa que lo mes primeros del offici de daurador consisteix en encarnar y estofar, los quals cosas son las ultimas que se acostuman a ensenyar y apendrer en dit offici, los quals babilitats nos poden apendrer sens que primerament se sapia de dibuxar, y es ver. Posa que dita esta part de Joan Moxi insta, per moltissimas vegades, al dit Père Blanxart, de que se aplicas en dibuxar, y es ver ; Posa que cessa esser ver consta ni constar puga que lo dit Pere Blanxart se aja aplicat en dibuxar ni que sapia de dibuxar, ni que de una ni altre cosa consta ni constar puga, y es ver », AHCB, Arxiu Veguer, XXXVI-197.

40 « Por acordarse haver visto el dibujo que vulgaramente se llama cogullo que hizo Juan Prat oy maestro dorador de esta ciudad por haversele enseňado el mismo Prat a el testigo al tiempo y ocasion que queria entrar y conseguia la maestria de dorador », ACA, Real Audiencia de Cataluňa, Pleitos civiles, 312 : Causa del síndico del gremio de doradores de Barcelona contra Josep Sahun, joven dorador natural de Barcelona, 1757.

41 « Lo que digo el testigo saber per acordarse bien haverlo ohido a dezir en diferentes ocasiones a diferentes mahestros doradores de esta ciudd todo assi […] y en otra manera haver visto por haversele enseňado el dibuixo que vulgrament se llama cugullo […] haver visto los demas examenes que para ser mahestros deven hazer despues del primer dibuxo, llamado cogullo, los pretendientes la maestria de dorador por haverseles enseňado aquellos algunos de dichos maestros doradores ». Ibidem, 26 juillet 1756.

42 Le plus ancien examen de maîtrise que nous ayons découvert, celui de Ramon Pinos le 6 février 1662, mentionne pour la première étape de l’épreuve, « un dibuix acolorit » ainsi que « un cogullo », AHPB, 763/4, fol. 147-148.

43 « En lo temps se li voldra donar la mestria de llapis o altre cosa consemblant lo que li serà ordenat fer per los mestres ques trobaran en lo examen de aquell », article 7, AHCB, Gremis Especial 12-2.

44 « Fonch proposat que respecte que sempre hi ha al estiguetas sobre las tentativas per raho dels dibuxos que fans los que muntan als examens que per esto si los aparse presentan vint y quatre dibuxos pera que los que pugran als examens ne prenguian un de aquells que vullia lo pretensor pues per estos se podra conexer satisficiencia que no era antes dable, y que por asegurarse della mols dels individuos demanaban al pretensor lo que los aparexiu gastant ab esto molt temps per asegurarse de la suficiencia que queda ab esto subanat. Y fonch resolt a pluralitat de veus que facia com diu la proposicio rubricanse los dibuxos », AHPB, 1090/20, fol. 347r-v.

45 AHCB, Gremis especials, 12-3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Répartition par siècle des 40 contrats d’apprentissage rassemblés.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/6772/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 2 – Âge de l’élève lors de son entrée en apprentissage.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/6772/img-2.png
Fichier image/png, 148k
Titre Fig. 3 – Durée de l’apprentissage.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/6772/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 4 – Origine géographique des apprentis.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/6772/img-4.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 5 – Origine sociale des apprentis.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/6772/img-5.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Lugand, « L’apprentissage du métier de doreur à Barcelone (1650-1834) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-2 | 2019, 309-317.

Référence électronique

Julien Lugand, « L’apprentissage du métier de doreur à Barcelone (1650-1834) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/6772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.6772

Haut de page

Auteur

Julien Lugand

Université de Perpignan Via Domitia – CRESEM EA7397, julien.lugand@univ-perp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search