Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-2Apprentissages, États et sociétés...Nouvelles techniques et transmiss...

Apprentissages, États et sociétés dans l’Europe moderne

Nouvelles techniques et transmission des savoir-faire à Rouen (milieu du XVIIIe siècle)

Alexandra Amiot
p. 331-341

Résumés

En 1755, François Gonin, un inventeur lyonnais, ouvre une manufacture à Rouen et entend transmettre ses découvertes en teinturerie, reconnues d’utilité publique, à des « élèves » ; il n’est pas question « d’apprentissage ». Même si l’État entend la diffuser, les maîtres teinturiers de Rouen sont farouchement hostiles à la nouvelle technique de Gonin car ils craignent pour leurs privilèges. La formation des « élèves » soulève une vague de contestation car ces ouvriers obtiennent la maîtrise systématiquement au terme de leur formation. L’enseignement proposé par Gonin ne s’adresse qu’à des ouvriers confirmés, c’est pourquoi on peut qualifier cette formation de « complémentaire » ; autrement dit, l’apprentissage traditionnel ne suffirait donc plus et les teinturiers protestent contre la remise en cause de leur savoir-faire, qui pourrait avoir des conséquences sur leur commerce.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Epstein 1998, p. 684. Effectivement, selon S.R. Epstein, la difficulté de déceler les innovations (...)
  • 2 Kaplan 2017, p. 26. Cf. également Grenier 2007, p. 179 ; Becchia 2012, p. 88-89.
  • 3 Sauf dérogation, les manufactures appartiennent à des maîtres faisant partie d’une communauté. C’e (...)
  • 4 Crowston 2008, p. 46.
  • 5 ADSM, 5 EP 138.
  • 6 ADSM, C 151. Dans plusieurs documents le concernant, François Gonin est considéré comme un « artis (...)
  • 7 ADSM, C 151.
  • 8 ADSM, C 151.

1Dans les communautés de métier, il est coutume de garder les savoir-faire secrets et de ne les transmettre qu’à des personnes choisies, notamment par le biais de l’apprentissage. C’est pourquoi les innovations techniques ne sont que difficilement décelables, car les informations ne doivent pas être diffusées hors des communautés1. Du point de vue de l’histoire de l’innovation technique, le milieu du XVIIIe siècle constitue une période charnière, qualifiée par Steven L. Kaplan et Sophus Reinert de « tournant économique »2. Dans les archives rouennaises, ce moment charnière est particulièrement visible avec la fondation de nombreuses manufactures. La ville connaît une période de frénésie de l’invention, qui fait que même le plus humble des ouvriers peut présenter à l’Académie le résultat de ses recherches et espérer, en cas de réussite, obtenir un privilège ou une compensation financière pour la diffusion du nouveau procédé. L’apprentissage dans les manufactures rouennaises au XVIIIe siècle n’a laissé que très peu de traces. Plus généralement, tout au long de l’époque moderne, l’apprenti des communautés de métier ou des manufactures3 est difficilement remarquable, dans le sens où toutes les communautés n’ont pas une égale considération envers leurs apprentis, et la pratique du contrat d’apprentissage écrit n’est pas systématique. Un édit royal promulgué en 1691 obligeait pourtant les maîtres et les apprentis à passer un contrat devant notaires, portant la signature des gardes du métier4 ; mais dans la pratique, cela est rarement le cas et de nombreux contrats relèvent encore au XVIIIe siècle des « conventions verbales »5. Néanmoins, dans les manufactures, tous les apprenants ne sont pas soumis à un contrat d’apprentissage et, avec l’ouverture de la teinturerie de François Gonin à Rouen, le statut « d’élève » apparaît. Pour diffuser ses innovations techniques, « l’artiste »6 Gonin a obtenu l’autorisation gouvernementale de former, contre rémunération, des ouvriers, ce qui a entraîné une vague de contestations de la part des maîtres teinturiers de la ville. « Le commerce en France ne demande que liberté et protection »7, et c’est dans cette optique que Gonin et ses « élèves » sont soutenus par le gouvernement, contre la « jalousie » des maîtres rouennais8.

L’effervescence des manufactures rouennaises au milieu du XVIIIe siècle

Entre les intérêts familiaux et le « bien public »

  • 9 Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016, p. 36.
  • 10 Hilaire-Pérez 2000, p. 20.
  • 11 Minard 1998, p. 316.

2Au cours de l'époque moderne, le savoir-faire est une connaissance qui relève du secret ; dans les règlements des métiers rouennais, aucune technique n’est clairement détaillée. Cette absence est révélatrice de deux réalités : les gardes du métier avaient le devoir de contrôler la diffusion des savoir-faire et l’absence de traces écrites permet une relative flexibilité dans la pratique. En effet, à force de pratiquer, les maîtres parviennent à perfectionner certaines techniques, parfois jusqu’à en inventer de nouvelles9. Dans l’imaginaire populaire, lorsque le maître découvre un nouveau procédé, il paraît naturel qu’il en fasse d’abord profiter sa famille, comme le démontre le système des privilèges, qui peuvent faire partie de l’héritage. Selon Liliane Hilaire-Pérez, le système économique français au XVIIIe siècle tient du « mercantilisme nuancé », qui n’aurait pas pour seul objectif celui du profit, mais celui « du service et de l’utilité pour tous »10. Pour Philippe Minard, la vague d’innovations du milieu du XVIIIe siècle doit beaucoup aux « tentatives libérales » de l’Intendant des Finances, Daniel Charles Trudaine11. Cependant, les idéaux gouvernementaux ne servent pas forcément les intérêts familiaux et locaux et on peut constater que le monde artisanal rouennais a des réticences à exposer ses techniques « pour le bien public ». Les commissaires du Conseil du Commerce présentent les aspirations libérales du gouvernement comme un idéal, car les principes économiques des Lumières n’auraient pas encore atteint le monde des artisans :

  • 12 ADSM, C 155.

On ne supposera pas dans un homme qui se plaint de sa fortune, qu’il soit touché du bien public au point de se dépouiller en sa faveur. Cet esprit patriotique est plus rare qu’on ne pense, que l’impuissance de tirer un parti avantageux de son secret est l’unique motif qui le fait agir12.

  • 13 ADSM, sous-série « Arts et Métiers » de la série C.
  • 14 Hilaire-Pérez 2000, p. 147 et Jorda 2006, p. 43.
  • 15 Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016, p. 36.
  • 16 C’est le sujet de la préface de la Description des Arts et Métiers, projet mené par l’Académie des (...)

3Les commissaires du Conseil du Commerce prennent bien soin d’effectuer des enquêtes approfondies sur ceux qui présentent leurs « inventions » ; leur formation, leurs mœurs, leur situation financière et familiale, tous les aspects de leur existence sont rigoureusement vérifiés afin de démasquer au plus vite l’homme malhonnête13. Depuis la Renaissance, et notamment au XVIIIe siècle, l’inventeur cherche à se démarquer de l’homme du métier, à faire reconnaître ses compétences14, toutefois, les artisans qui ont peu de moyens ont le plus souvent la possibilité de mettre au point seulement des « micro-inventions »15, qui ne seraient que de petites modifications de la pratique quotidienne de l’artisan. Au XVIIIe siècle, les découvertes majeures semblent difficilement être le fruit du travail d’un inventeur qui ignore les sciences16. C’est du moins ce que pensent Académiciens et inspecteurs des manufactures, particulièrement méfiants envers les inventeurs qui ont une situation modeste, comme le démontre le cas du passementier Sébastien Duclos, au bord de la faillite, en 1758 :

  • 17 ADSM, C 151.

Pourquoy importuner le Conseil et demander des récompenses, lors qu’en travaillant soy-mesme, et mettant à profit ses talents, on peut mettre l’abondance dans sa maison. Que ne fabrique-t-il luy-mesme les cotons qu’il sçait teindre, ou ne teint-il pour le public, s’il est certain de son opération. Ces deux objets luy sont également précieux. Il est étrangement suspect de luy voir abandonner ces avantages pour une récompense17.

  • 18 Article L du règlement de 1719 : « Aucunes veuves ni privilégiez ne pourront faire d’apprentis ni (...)

4Ainsi, on peut en déduire que ceux qui suivent un apprentissage classique auprès d’un maître modeste ne peuvent avoir accès qu’à des innovations mineures, d’autant plus qu’effectuer des expériences nécessite des fonds financiers importants. Enfin, comme c’est le cas pour les perruquiers-barbiers, les maîtres qui ont obtenu un privilège ne peuvent prendre un apprenti18, ce qui limite la transmission des nouvelles techniques à leurs propres enfants.

Les « grandes innovations »

  • 19 Hilaire-Pérez 2000, p. 134.
  • 20 ADSM, C 151.
  • 21 ADSM, C 151.
  • 22 Verley 1994, p. 22.
  • 23 Becchia 2012, p. 81.
  • 24 Ibidem.

5Près de la moitié des innovations entre 1750 et 1776 se font dans le domaine textile19. Les élans libéraux du gouvernement encouragent les inventeurs et la ville de Rouen, réputée pour son commerce textile depuis la période médiévale, est en effervescence au cours de la décennie 1750. Le secteur textile constitue la principale source d’émulation normande, notamment avec l’ouverture des manufactures de velours de coton de l’Anglais John Holker, de la manufacture de « rouge d’Andrinople » de Jean d’Haristoy et de ses associés, et de la teinturerie de François Gonin20. Parmi tous ces cas, je vais avant tout m’intéresser à celui de François Gonin qui, contrairement aux autres inventeurs, a demandé une autorisation au gouvernement pour pouvoir transmettre son nouveau procédé à des « élèves », contre rémunération, afin de rembourser les frais que lui ont coûtés les expérimentations. En revanche, dans le cas de Jean d’Haristoy la question de la transmission ne se pose pas car il a obtenu un privilège pour sa manufacture. La peur de la concurrence étrangère justifie le fait que les ministres ont ordonné à d’Haristoy et à ses associés de garder leurs techniques secrètes et « de ne laisser approcher personne de leurs ateliers »21 : ils n’ont donc pas la possibilité de former des apprentis. Au XVIIIe siècle, la limite entre l’atelier et la manufacture est mince. On reconnaît une « manufacture » au fait qu’elle regroupe plusieurs ateliers, voire plusieurs machines, mais les entreprises qui emploient plus d’une dizaine d’employés sont rares et certaines manufactures ne produisent pas plus que les ateliers traditionnels22. Dans la période entre 1750 et 1789, on peut néanmoins déjà relever « les indices d’une première mécanisation »23 ; en effet, l’État se montre particulièrement soucieux de l’assimilation des techniques venues de l’étranger, et surtout de l’Angleterre. En 1752, John Holker, un ancien manufacturier de Manchester, fonde la première manufacture de velours de coton du royaume à Rouen, dans le faubourg Saint-Sever24. Dans la mesure où le gouvernement encourage la diffusion de ces techniques, les restrictions qui sont valables pour la manufacture de d’Haristoy ne le sont pas pour celle d’Holker, bien au contraire : il doit former un maximum d’ouvriers, aptes à faire fonctionner dans les plus brefs délais la manufacture.

  • 25 Ouin-Lacroix 1850, p. 130.
  • 26 ADSM, C 151.
  • 27 ADSM, C 151.
  • 28 ADSM, C 151.
  • 29 Minard 1998, p. 223. Normalement, les inspecteurs des manufactures ne peuvent conserver une activi (...)
  • 30 Minard 1998, p. 223.

6Les techniques des teinturiers constituent un savoir-faire particulier car, en 1669, le ministre Colbert a entrepris de réglementer cette activité par l’application de statuts généraux. Ces règlements, dans lesquels sont détaillés tous les procédés de teinture, a favorisé les progrès de la teinturerie rouennaise25. Comme le secret de la teinture de d’Haristoy ne peut être diffusé, les artisans rouennais tentent encore de percer le secret du « rouge d’Andrinople » au cours de la décennie 1750. La teinture rouge, dont « l’inégalité est le défaut » et dont le résultat varie selon la qualité du coton26, fait l’objet de nombreuses recherches, comme le démontrent les expériences du passementier Duclos, du teinturier Alterac et de Vincent Caron27. En 1755, François Gonin, originaire de Lyon et issu d’une famille renommée dans le secteur de la teinturerie, effectue des expériences concluantes dans la ville d’Yvetot. Après avoir effectué de nouveaux essais auprès de l’académicien Hellot, des intendants des manufactures et des gardes teinturiers, passementiers et toiliers, le procédé de « l’artiste » Gonin est reconnu « d’utilité public », le 16 mai 1755 : « que les teintures en coton du Sr Gonin, dont il a fait des épreuves qui ont esté approuvées, soient connues et rendues publiques dans les fabriques de cette généralité pour le bien et l’avantage desdites fabriques »28. Gonin arrive en 1755 à Yvetot ; l’année même où John Holker devient « inspecteur général des manufactures étrangères », tout en conservant le droit de diriger sa manufacture29. Holker obtient cette fonction car, en 1754, il a fait parvenir au ministre Trudaine un Mémoire tendant à multiplier et perfectionner les fabriques de France, qui constitue un véritable programme d’industrialisation, à l’échelle de la Normandie au départ mais qui peut s’étendre à l’ensemble du royaume30. Ainsi, on peut supposer que, dès sa nomination, Holker a fait appel à Gonin afin de développer l’industrie rouennaise, mais également sa propre manufacture ; comme la production de velours français en est à ses débuts, Holker entend certainement trouver un procédé pour teindre le velours efficacement.

Une opposition virulente

7Dès 1755, les critiques à l’encontre de la technique de Gonin ne se font pas attendre, elles sont émises le jour même de l’expérience. Les gardes teinturiers, toiliers et passementiers ont été convoqués en tant qu’experts lors des essais devant l’académicien Hellot, et leur verdict est sans appel ; le teinturier lyonnais ne leur apprend rien de nouveau, comme le démontre le rapport des passementiers :

  • 31 ADSM, C 151.

Nous estimons que le sieur Gonin ne nous a rien apporté de nouveau dans toutes ses teintures, et qu’il n’est pas l’inventeur des mordants dont il s’est servi. Nombre de fabricants en ont fait usage avant luy. Le Sr Albert en 1749 a apporté aux fabricants l’employ du vitriol de Chypre pour toutes les couleurs qui portent au jaune et au vert, à l’égard des mordants pour toutes les couleurs qui sont garencées, scavoir le tartre et l’arsenic31.

  • 32 ADSM, C 151.
  • 33 ADSM, C 151.

8La présence de ces gardes est avant tout symbolique, car leurs critiques ne sont pas prises en compte. En effet, ils prétendent déjà connaître les méthodes de Gonin et, pourtant, aucun d’entre eux n’était jusqu’à lors parvenu à créer toutes les nuances de couleur réalisées par Gonin. Contrairement à d’Haristoy, Duclos ou Alterac32, Gonin n’a pas travaillé que sur le rouge ; avec son nouveau procédé il est parvenu à créer près de 26 teintes différentes, et à réaliser des dégradés. Face aux résultats de Gonin, la preuve de l’incompétence des teinturiers rouennais est accablante ; pour palier à leur ignorance, le Conseil du Commerce impose la pratique de la technique de Gonin et ordonne donc qu’un membre de chaque communauté de teinturerie, « intelligent et capable », soit nommé pour apprendre ce savoir-faire et pouvoir le transmettre aux autres membres de leur corporation. Pour démontrer que Gonin n’a définitivement rien à leur apprendre, les communautés ont refusé d’envoyer leur représentant33.

  • 34 ADSM, C 151.
  • 35 ADSM, C 151.
  • 36 Delécluse 1989, p. 34.
  • 37 Kaplan 2001, p. 41.
  • 38 Dardel 1966, p. 35. Cette constatation vaut tout aussi pour la généralité de Rouen que pour l’ense (...)

9Pour les commissaires du Conseil du Commerce, « il est aisé de voir que le mémoire des gardes teinturiers n’est dicté que par l’animosité qu’ils ont toujours eu contre le Sr Gonin »34 ; ce qui expliquerait pourquoi Gonin s’est installé à Yvetot et non à Rouen pour réaliser ses expériences. Ce n’est qu’à la demande du gouvernement en 1755 que Gonin s’est établi à Rouen. La ville compte trois communautés de teinturiers et les techniques présentées par Gonin empiètent sur les savoir-faire des deux professions ; les teinturiers sont donc contre cette innovation car ils craignent pour leur emploi et pour l’avenir de leur communauté. Les commissaires dénoncent « le désir qu’ils avoient de l’empêcher de former des élèves et d’augmenter le nombre des maîtres de leur communauté »35. En effet, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, « l’emploi est [encore] favorisé aux dépens du progrès technique »36, il n’est pas question de passer outre les règles des communautés, qui assurent une certaine protection aux artisans ; le système corporatif limite la concurrence au sein et en dehors de la communauté37. Même si, entre 1750 et 1755, la prospérité du commerce est à son « apogée »38, les teinturiers rouennais craignent que Gonin ne forme trop de nouveaux maîtres et rende le marché trop concurrentiel. En effet, dès 1756, Gonin obtient l’autorisation de former sept « élèves », qui obtiennent systématiquement leur lettre de maîtrise à la fin de leur formation, s’ils réussissent le chef-d’œuvre ; il ne forme pas de simples ouvriers, voués à travailler dans sa manufacture. En outre, dès 1757, les « teinturiers Gonin » sont fortement encouragés à former des apprentis :

  • 39 ADSM, C 151.

Je vous envoie, M., les échantillons des couleurs énoncées au procès-verbal imprimé à Rouen l’année dernière, et que vous avés désiré qu’ils furent déposés au bureau de votre communauté [de toiliers], pour servir de comparaison à l’avenir pour le chef-d’œuvre des enfans ou des compagnons que les veuves de ceux qui ont eu la maîtrise, par l’arrêt du Conseil du 21 décembre [1756]39.

  • 40 ADSM, C 151. Dans cette liste, ne sont pas pris en compte les teinturiers de Darnétal.

10Comme ils sont au fait des nouvelles techniques, il y a de fortes chances qu’ils accaparent cette main-d’œuvre peu onéreuse que constituent les apprentis. Par ailleurs, on peut constater que les « teinturiers Gonin » ne forment pas des « élèves » mais des « apprentis » ; le terme « d’élève » ne convient que pour ceux qui apprennent directement auprès de l’inventeur. La communauté des teinturiers est assez restreinte, comparée à d’autres corporations ; en 1756, il n’y a que 15 maîtres teinturiers à Rouen, dont deux veuves40. Indéniablement, la peur d’une concurrence trop nombreuse et la dévalorisation publique de leur savoir-faire ont poussé les gardes des métiers à minimiser la découverte de Gonin.

La teinturerie de François Gonin : une « école professionnelle » ?

Les « élèves des manufactures »

  • 41 Minard 1998, p. 120.
  • 42 Ibidem, p. 75.

11D’après l’étude de Philippe Minard sur les inspecteurs des manufactures, l’expression « élève des manufactures » apparaît en 1746 et désigne « un employé de l’administration, occupant le premier grade dans le corps [des inspecteurs] », qui reçoit un salaire annuel qui varie entre 500 et 600 livres et dont le temps d’apprentissage est d’environ deux ans et demi pour les 84 élèves recensés entre 1746 et 179141. Cependant, les « élèves » de Gonin ne sont pas formés en vue de devenir inspecteurs ; au terme de leur formation, il est prévu qu’ils obtiennent la maîtrise afin d’ouvrir des ateliers ou des manufactures, selon leurs moyens, où serait pratiquée la nouvelle technique. À la fin de leur apprentissage, les « élèves des manufactures » étudiés par Philippe Minard n’obtiennent pas la maîtrise, mais un poste d’inspecteur ; ce sont ni plus ni moins que des employés de l’État42.

  • 43 Bibliothèque patrimoniale de Rouen, fonds Coquebert de Montbret, ms. 212.
  • 44 ADSM, C 151.

12L’étude du Mémoire sur la fabrication des draps, fait et présenté par Le Leu le Jeune, élève des manufactures, à Monsieur de Persan, intendant du Commerce43 permet de connaître la façon dont sont formés les aspirants au poste d’inspecteur des manufactures. Après avoir passé des épreuves pratiques, la rédaction d’un mémoire constitue l’étape finale de la formation des « élèves de manufactures », qui prouve que les aspirants connaissent les différentes phases du processus de fabrication des draps. En effet, ils doivent démontrer qu’ils maîtrisent toutes les techniques afin d’être capables de juger la marchandise. Les inspecteurs des manufactures participent au développement des innovations car, d’après leur expérience, ils peuvent se permettre de conseiller les ouvriers, de leur recommander la pratique de certaines techniques afin d’améliorer la qualité de la production. Le 7 février 1758, après avoir assisté à des essais concluants de teinture noire, l’Intendant des Finances Trudaine exige de faire imprimer le procédé et d’en envoyer des exemplaires aux inspecteurs des manufactures, « afin qu’ils le fassent connoître aux fabriquants, et à ceux qui sont dans le cas de teindre en noir »44. Dans ce cas, les inspecteurs deviennent des intermédiaires qui permettent de s’assurer que, malgré les possibles réticences des corporations, les nouvelles techniques sont correctement pratiquées pour améliorer la qualité de la production.

Une formation efficace mais controversée

  • 45 ADSM, C 151. Il s’agit de Jean-Pierre Pavie, Jean-François Godebin, Amant Niel, François Alexandre (...)
  • 46 ADSM, C 151. Il s’agit de Georges et François Pavie, et de Pierre et Jean Godebin.
  • 47 ADSM, C 151.

13En 1756, François Gonin commence à former son premier groupe d’élèves45. Peu d’informations sont fournies concernant l’origine socio-professionnelle de ces ouvriers. Toujours est-il que, d’après le recensement des maîtres teinturiers qui a été effectué en 1756, on constate que deux teinturiers portent le nom de Pavie, et que deux autres maîtres portent le nom de Godebin46 ; ce qui signifie que Jean-Pierre Pavie et Jean-François Godebin proviennent très probablement de familles de teinturiers. Force est de constater que, parmi les sept élèves de Gonin, tous avaient auparavant mené à terme une formation chez un maître, ils connaissaient déjà tous au moins les bases de la teinturerie. Gonin ne forme pas « d’apprenti », dans le sens où il ne forme pas des enfants à sa technique car, en tant qu’inventeur, le gouvernement attend de lui qu’il transmette ses connaissances à un maximum d’ouvriers, et ce le plus rapidement possible. C’est pour cela que les teinturiers accusent Gonin de profiter des connaissances des ouvriers rouennais, « dont il tire[rait] lui-même des lumières en leur communiquant les siennes »47. En conclusion, cette formation accélérée, qui ne dure pas plus d’une année, est avant tout adaptée à des ouvriers expérimentés.

  • 48 ADSM, C 151.

14En 1757, les gardes teinturiers sont parvenus à mettre la main sur un acte notarié selon lequel Jean-Pierre Pavie et Jean-François Godebin se sont engagés à payer 1 200 livres à François Gonin, pour un an de formation dans sa manufacture. Les gardes teinturiers, qui affirment avoir trouvé « par hasard » ce document, dénoncent la fraude de Gonin. En effet, il était initialement prévu que « Gonin travaille gratuitement auxdites teintures, en présence de quelques maîtres de chacune des communautez qui sont intéressées à s’en servir, et leur montre la manière dont il fait »48. En faisant payer sa formation, il a agi contre la morale et le bon sens car, d’après les règlements des communautés, les teinturiers ne demandent aucun droit à leurs apprentis :

  • 49 ADSM, C 151.

Il faut que le Sr Gonin ait de grands droits ou présume beaucoup de son crédit pour mettre ainsi à contribution ceux qu’il veut initier à ses mystères ; jamais la communauté n’a rien exigé ni reçu de ses apprentifs, elle les reçoit sur le seul mérite du travail, quand ils sont en état de rendre service au public49.

  • 50 ADSM, C 137, C 138, C 141, C 142, C 144, C 146, C 148, C 150 et C 153. Dans la décennie 1760, la v (...)
  • 51 Lahalle 2006 ; Morvan-Becker 2010.
  • 52 ADSM, C 151.
  • 53 ADSM, C 151.
  • 54 ADSM, 5 EP 687.
  • 55 ADSM, C 141. Concernant les teinturiers, le rapport qui résulte de l’enquête de 1762 ne nous est p (...)

15Dans les rapports qui nous sont parvenus sur les communautés de Rouen de 1762, 6 métiers sur 23 font payer des droits aux apprentis, 4 demandent une participation financière pour le greffe, les gardes ou la confrérie et les 13 autres ne demandent aucun droit d’entrée50. Au XVIIIe siècle, rares sont les petits rouennais qui ont à payer leur scolarité ; les Ursulines, les Sœurs Grises, les Sœurs de la Providence, les Sœurs d'Ernemont et les Frères de la Doctrine Chrétienne tiennent des petites écoles gratuites et les cours prodigués au Collège Royal sont gratuits. En comparaison, l’école de dessin de Rouen qui est fondée en 1741, dont la raison d’être est la formation des techniciens mais également celle des artisans, est totalement gratuite51. Pourtant, Gonin n’agit pas illégalement, car il s’avère qu’il a obtenu l’autorisation du ministre Trudaine pour enseigner sa technique contre rémunération, alors qu’il perçoit déjà une pension de l’État ; cette décision étonne tellement un inspecteur des manufactures qu’il demande une confirmation au Conseil du Commerce52. Cependant, dans une lettre du 16 septembre 1757, Trudaine déplore le fait que Gonin fasse payer aussi cher son apprentissage, sans pour autant intervenir53. Même si la situation des apprentis rouennais au cours du XVIIIe siècle est difficile à cerner, on peut établir que, dans certaines corporations, les apprentis sont rémunérés ; par exemple, les apprentis tailleurs reçoivent un sou par semaine54. Aucun document n’indique que les élèves obtiennent une quelconque rémunération pendant leur formation. Imposer une nouvelle technique induit déjà de nombreux investissements, comme l’achat de nouvelles cuves et « des drogues et ingrédients » pour les teintures car, avec les méthodes traditionnelles, les teinturiers n’avaient pas le droit d’utiliser certains produits. On peut supposer que certains maîtres teinturiers ne sont pas totalement hostiles à la technique de Gonin, d’autant plus qu’elle est présentée comme étant plus économique, mais il demande une somme excessive pour son enseignement. À titre de comparaison, en 1762, les maîtres cordonniers demandent aux aspirants 500 livres pour obtenir la lettre de maîtrise, et ils vont jusqu’à demander 600 livres pour un compagnon qui veut devenir maître par suffisance55 ; cela reste tout même loin des 1 200 livres exigés par Gonin.

  • 56 Comme cela est exposé dans le règlement des cartiers (1726), cuisiniers-traiteurs (1735), imprimeu (...)
  • 57 Aux Archives départementales de Seine-Maritime, dans le fonds « Arts et Métiers » de la série C, o (...)

16En plus de faire payer son enseignement, les teinturiers reprochent à Gonin le fait qu’il puisse former plusieurs ouvriers à sa technique en même temps. Les gardes des métiers estiment que, pour qu’un apprenti soit bien formé, son maître doit pouvoir lui consacrer un maximum de temps. Dans certains métiers, le maître ne peut prendre un deuxième apprenti que sous certaines conditions56. Il semblerait que Gonin ne fasse pas travailler d’autres ouvriers que ses élèves ; dans un premier temps, sa manufacture a pour seul objectif de transmettre la nouvelle technique. D’un point de vue documentaire, aucun registre des admissions en maîtrise des teinturiers ne nous est parvenu pour la seconde moitié du XVIIIe siècle ; néanmoins, en comparant avec ce qu’il se pratiquait dans d’autres corporations, on peut établir le fait que l’accession à la maîtrise devait être difficile et onéreuse, notamment à cause du fait que les métiers rouennais connaissaient une période de fermeture, qui a atteint son paroxysme au cours de la décennie 175057. La formation de Gonin constitue donc une opportunité d’accéder à la maîtrise, en passant outre l’avis des gardes et des grandes familles du métier.

  • 58 ADSM, C 151. Voir la note 72 : Pavie avait l’intention de former des ouvriers, mais cela s’est avé (...)

17En 1758, un des anciens élèves de Gonin, Jean-Pierre Pavie, ouvre une teinturerie et John Holker fournit « une machine propre à donner l’apprêt aux velours de coton » ; il est parvenu à perfectionner la technique de Gonin en adaptant les teintures au velours. Pour transmettre sa nouvelle technique, il demande une pension de l’État car il entend former un groupe de quatre « élèves » gratuitement58. Évidemment, l’enseignement gratuit de nouveaux savoir-faire justifie la demande d’une pension. C’est pour cette raison que rares sont les manufacturiers à obtenir le droit de former des élèves, comme le démontre le cas de Jacques Morris et Jacques Hopper, deux teinturiers qui demandent à ouvrir une manufacture en 1762 :

  • 59 ADSM, C 151.

Pour ce qui est des conditions sous lesquelles il offre de former des élèves, je ne serois point disposé à les accepter, soit parce que le plus souvent les ouvriers qui ne font des élèves que parce que l’on les y a assujetti les forment mal, soit parce que les pensions qu’on demandera paroissent trop fortes et qu’il seroit mieux d’éviter d’en donner59.

  • 60 ADSM, C 151.

18Le prétexte économique est évident ; néanmoins, cette réserve à l’encontre de ces deux teinturiers anglais est étonnante, d’autant plus qu’à cette période, le savoir-faire anglais est particulièrement recherché. Morris et Hopper « ont travaillé toute leur vie dans le genre de la teinturerie » et d’après leurs connaissances, « ils ont trouvé le secret par le genre de leur aprest et la facilité du travail de leurs cuves de teindre en bleu et différentes autres couleurs les fils, cotons et autres étoffes fabriquées de ces deux matières »60. On peut alors émettre une hypothèse ; aux vues des difficultés que rencontre encore Gonin au cours de la décennie 1760 pour former sereinement ses élèves, il s’avère risqué d’autoriser une nouvelle fois des ouvriers à prendre des élèves, sous peine de provoquer une nouvelle vague de contestation chez les maîtres teinturiers.

Une difficile insertion

19Au cours du mois d’août 1756, les « élèves » sont prêts à se présenter au chef-d’œuvre, qui consiste à produire « des échantillons de toile de fil et de coton teints dans les vingt-sept couleurs principales et dans les différentes gradations qui leur ont été enseignées ». Après des épreuves concluantes, les élèves de Gonin obtiennent une lettre de maîtrise au mois de décembre 1756 dans le métier des teinturiers de soie, laines filées, toiles, fils et cotons ; c’est la communauté dont le savoir-faire a le plus de similarités avec la technique de Gonin, et pour les restrictions, ils doivent

  • 61 ADSM, C 151.

Se conformer pour le surplus aux statuts et règlements de cette communauté, de leur permettre de faire toutes les espèces de teintures en grand et bon teint et en petit teint, et d’avoir dans leurs ouvroirs et boutiques la cuve de bleu, soit à chaud soit à froid, comme s’ils n’étaient que de la seule et unique branche des teinturiers en soyes, laines filées, toiles, fils et cotons, en grand et bon teint61.

  • 62 L’organisation du métier des teinturiers en soies, laines et fils a été développée dans Ouin-Lacroi (...)
  • 63 ADSM, C 151.
  • 64 Becchia 2000, p. 93.
  • 65 Chassagne 1991, p. 40-41.

20Avant que la manufacture de Gonin ouvre ses portes, différentes sortes de tissus et différentes couleurs ne pouvaient se trouver dans un même atelier, ce qui explique pourquoi les teinturiers étaient séparés en trois communautés. Il y avait ceux qui travaillaient les tissus nobles et les teintures plus résistantes, autrement dit ceux qui pratiquaient le « grand et bon teint », et ceux qui travaillaient des tissus et des teintures de qualité moindre, le « petit teint » . Enfin, la troisième communauté rassemblait les teinturiers « en soies, laines et fils », dont les techniques étaient très proches de celles pratiquées par les teinturiers en « grand teint ». Les élèves de Gonin ont été intégrés à cette troisième communauté, ce qui signifie que, normalement, ils ne pouvaient pas pratiquer le « petit teint »62. Au mois d’avril 1757, quatre mois après l’obtention de leur maîtrise, les bienfaits des nouveaux procédés se font attendre car ils ne trouvent pas d’ouvrages. En effet, les maîtres passementiers et toiliers ne parviennent pas à trouver un accord : comme les « teinturiers Gonin » ne peuvent teindre qu’en grand teint, les maîtres ne veulent pas « avoir affaire à deux sortes de personne », en préférant conserver leurs alliances économiques avec les « anciens » teinturiers, dont le travail leur convient63. La pratique a dépassé la théorie ; en effet, s’il existait encore plusieurs communautés de teinturiers, il semblerait que, dans les faits, tous les teinturiers teignaient à la fois des étoffes en grand et en petit teint. Par ailleurs, parmi les manufactures d’Elbeuf, quelques draperies avaient leur propre laboratoire de teinture, alors que la ville comptait pourtant une communauté de teinturiers64 ; la teinturerie constitue une activité annexe du secteur textile, et c’est pour cela que sa pratique est autorisée pour les drapiers, toiliers ou passementiers. Interdire la pratique du petit teint aux « teinturiers Gonin » va donc à l’encontre du bon sens. C’est pourquoi, au mois de mai 1757, ils obtiennent finalement le droit de teindre en petit teint, mais ce n’est pas pour autant que les affaires reprennent. En 1749, les manufactures de d’Haristoy avaient également connu des débuts difficiles ; elles ne parvenaient pas à écouler leurs marchandises car les acheteurs ne souhaitaient pas bouleverser leurs réseaux commerciaux et car les consommateurs se méfiaient, du moins dans un premier temps, de ces « innovations »65.

  • 66 Verley 1994, p. 29.
  • 67 ADSM, C 151.
  • 68 ADSM, C 151.
  • 69 ADSM, C 151.

21En 1757, dès que les « teinturiers Gonin » arrivent sur le marché, les expressions « anciens » et « nouveaux maîtres » sont utilisées pour distinguer les teinturiers qui utilisent les méthodes traditionnelles de ceux qui ont été formés par Gonin. Néanmoins, d’un point de vue purement commercial, il est interdit aux « nouveaux maîtres » d’apposer d’autres marques que celles qui différencient le grand et le petit teint. Contrairement à la Grande-Bretagne, la pratique de la publicité est interdite en France au XVIIIe siècle, car ce serait une pratique qui encourage la concurrence déloyale66. En 1757, Dumesnil et Picard, deux teinturiers qui viennent d’être formés par Gonin, souhaitent ouvrir une calendre à Yvetot, et marquer leur étoffe d’un « plomb particulier », afin de distinguer leur travail de celui des autres teinturiers67. Le Conseil du Commerce affirme ne pas pouvoir accéder à cette requête ; en effet, l’objectif de la diffusion d’un savoir-faire innovant n’est pas d’introduire une concurrence déloyale, mais de stimuler le commerce, selon le principe que « l’émulation répondra toujours du succès des fabriques »68. L’interdiction pour les « teinturiers Gonin » de se démarquer des autres artisans est légitime car leur savoir-faire est censé être connu de tous les maîtres. Dès 1756, pas moins de 200 exemplaires du procès-verbal qui détaille les procédés de Gonin ont été imprimés69. Plus que pour s’imposer dans le marché rouennais, les teinturiers de la ville n’ont pas d’autres choix que de pratiquer les teintures de Gonin, afin de rester compétitifs au niveau national.

  • 70 ADSM, C 151.
  • 71 ADSM, C 151.
  • 72 ADSM, C 151.
  • 73 ADSM, C 151.
  • 74 ADSM, C 151.

22Malgré les pressions exercées par les teinturiers rouennais, Gonin persiste à transmettre ses connaissances, au moins jusqu’en 1765. En 1766, il est envoyé à Limoges sur ordre de Trudaine et à la demande de l’intendant de cette ville, M. Turgot, « soit pour la perfection des fabriques de papier et de carton […], soit pour l’établissement de la bonne teinture dont les principes sont presque entièrement ignorés »70. En effet, il est prévu qu’il instruise dans toutes les manufactures de papier et carton du royaume des ouvriers car, lorsqu’il était à Rouen, « il s’est amusé à faire faire […] une machine pour abattre le grain du papier et du carton »71. Progressivement, les plaintes des maîtres de métier se sont avérées moins virulentes, car Gonin est avant tout un inventeur prolifique, et pas seulement dans le domaine des teintures. Mais ce n’est pas pour autant que ses disciples n’ont pas eu des difficultés à s’intégrer dans les réseaux commerciaux, et ce pendant près d’une dizaine d’années après l’obtention de leur maîtrise. En 1757, M. Martin, qui détient une manufacture de passementerie, concède que Godebin et Pavie « paroissent être d’excellents ouvriers »72, et il avoue même ne plus utiliser que des cotons qu’ils ont teints. Comme les gardes des métiers ont été dépossédés de leur pouvoir de décision concernant « l’affaire Gonin », ils ont cherché à garder le contrôle du marché et des savoir-faire en empêchant les « nouveaux maîtres » de s’établir. En 1767, Jean-Pierre Pavie se plaint « [qu’]il ne luy a pas été possible de faire son établissement pour former des ouvriers propres aux branches de cette fabrique »73. Les gardes teinturiers sont tenaces ; en 1758, ils obligent même un « teinturier Gonin », M. Jouet, à fermer son commerce et à fuir hors de la ville, avec femme et enfants74. Enfin, François Gonin décide en 1766 de demander son admission chez les teinturiers de Rouen, qui lui est accordée, car il souhaite léguer sa manufacture à son fils. En effet, pour que son fils puisse résister aux pressions et maintenir la manufacture en activité, il n’a pas d’autre choix que de l’intégrer dans la communauté car le statut « d’artiste » et la pension qui l’accompagne ne sont pas transmissibles.

 

  • 75 Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016, p. 36.

23Dans les communautés de métier, les innovations sont souvent le résultat d’une pratique quotidienne, d’une connaissance accrue du savoir-faire. Ceux que l’on appelle traditionnellement les « apprentis » n’ont au mieux accès qu’aux « micro-inventions »75, celles que le maître est parvenu à mettre au point en pratiquant quotidiennement son savoir-faire. Au XVIIIe siècle, le rapport aux innovations évolue, notamment avec l’essor des manufactures. Le relatif libéralisme économique qui se met en place en France dès 1750, marqué par la nomination de Daniel Charles Trudaine comme Intendant des Finances, favorise les expériences techniques. Dans les manufactures, l’utilisation du terme « élève », et non « apprenti », inclut l’idée d’une formation qui serait hors du contrôle des corporations, du moins qui ne correspondrait pas aux critères traditionnels, car les « élèves » sont ceux qui apprennent directement auprès de l’inventeur. La formation assurée par Gonin met en lumière le fait que le savoir-faire des teinturiers est incomplet, et de ce fait, l’apprentissage auprès d’un maître ne suffit plus. L’inquiétude des teinturiers rouennais est grande car, en 1756, ils ne sont que 15 à pratiquer ce métier, et ils craignent que l’admission systématique à la maîtrise des élèves de Gonin n’augmente trop rapidement les effectifs de la communauté, que la concurrence n’en soit que plus rude. Dans ce cas, l’apprentissage des nouvelles techniques permet d’accéder automatiquement à la maîtrise, dans une période où les métiers se ferment ; cette formation constitue donc une véritable opportunité pour ceux qui ne font pas partie des grandes familles de teinturiers. Cependant, une fois formés, il s’avère difficile pour les « teinturiers Gonin » de s’insérer dans un réseau professionnel, marqué par les cloisonnements techniques imposés par les communautés de métier. Néanmoins, toutes les exactions des teinturiers récalcitrants n’ont pas entamé la marche du progrès car les expériences concernant les teintures ont perduré au moins jusqu’à la veille des événements révolutionnaires. Cette étude n’offre qu’un aperçu de la carrière d’inventeur de François Gonin ; retracer la totalité du son parcours, grâce à des études régionales, permettrait de comparer la façon dont furent accueillies localement les innovations en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, ainsi que la façon dont les métiers durent s’accommoder des nouveaux savoir-faire qui leur ont été imposés par le gouvernement.

Haut de page

Bibliographie

Archives

ADSM = Archives Départementales de Seine-Maritime

Ouvrages à caractère de source

Ouin-Lacroix 1850 = C. Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’Arts et Métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe Frères, 1850.

Études secondaires

Becchia 2000 = A. Becchia, La draperie d’Elbeuf : des origines à 1870, Rouen, 2000.

Becchia 2012 = A. Becchia, Modernités de l’Ancien Régime (1750-1789), Rennes, 2012.

Chassagne 1991 = S. Chassagne, Le coton et ses patrons : France, 1760-1840, Paris, 1991.

Crowston 2008 = C.H. Crowston, From school to workshop: pre-training and apprenticeship in Old Regime France, dans B. De Munck, S.L. Kaplan, H. Soly (dir.), Learning on the shop floor. Historical perspectives on apprenticeship, 2008, p. 46-64.

Dardel 1966 = P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIe siècle, Rouen, 1966.

Delécluse 1989 = J. Delécluse, Une polémique industrielle à la veille de la Révolution de 1789 : les marchands rouennais et l’activité textile face au traité de commerce avec l’Angleterre, Mont-Saint-Aignan, 1989.

Epstein 1998 = S.R. Epstein, Craft guilds, apprenticeship, and technological change in Preindustrial Europe, dans The Journal of Economic History, 58-3, 1998, p. 684-713.

Grenier 2007 = J.-Y. Grenier, Histoire de la pensée économique et politique de la France d’Ancien Régime, Paris, 2007.

Hilaire-Pérez 2000 = L. Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, 2000.

Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016 = L. Hilaire-Pérez, M. Thébaud-Sorger, Inventer, dans L. Hilaire-Pérez, F. Simon, M. Thébaud-Sorget (dir.), L’Europe des sciences et des techniques, XVe-XVIIIe siècle : un dialogue des savoirs, Rennes, 2016.

Jorda 2006 = H. Jorda, Les recompositions de l’artisanat : des corporations à la « première entreprise de France », dans Marché et Organisations, 1, 2006, p. 39-53.

Kaplan 2001 = S.L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, 2001.

Kaplan 2017 = S.L. Kaplan, Raisonner sur les blés : essais sur les Lumières économiques, Paris, 2017.

Lahalle 2006 = A. Lahalle, Les écoles de dessin au XVIIIe siècle : entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, 2006.

Minard 1998 = P. Minard, La Fortune du colbertisme : état et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998.

Morvan-Becker 2010 = F. Morvan-Becker, L’école gratuite de dessin de Rouen ou la formation des techniciens au XVIIIe siècle, thèse de doctorat, université de Paris VIII Saint-Denis, 2010.

Verley 1994 = P. Verley, Entreprises et entrepreneurs du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, Paris, 1994.

Haut de page

Notes

1 Epstein 1998, p. 684. Effectivement, selon S.R. Epstein, la difficulté de déceler les innovations dans les ateliers peut être généralement appliquée au cas européen : « Technological invention and innovation in the preindustrial economy are still poorly understood. This is partly because of the difficulty in identifying the small-scale and anonymous innovations that dominated technical progress at the time ».

2 Kaplan 2017, p. 26. Cf. également Grenier 2007, p. 179 ; Becchia 2012, p. 88-89.

3 Sauf dérogation, les manufactures appartiennent à des maîtres faisant partie d’une communauté. C’est pourquoi les conditions d’apprentissage sont les mêmes pour les enfants qui apprennent dans une manufacture ou dans une structure plus modeste. Comme le démontre le registre des placements des Enfants du Bureau des Pauvres Valides (ADSM, H DEPOT 2 G 1/13, 1719-1783), les enfants placés en atelier détiennent les mêmes contrats que les enfants placés en manufacture.

4 Crowston 2008, p. 46.

5 ADSM, 5 EP 138.

6 ADSM, C 151. Dans plusieurs documents le concernant, François Gonin est considéré comme un « artiste ».

7 ADSM, C 151.

8 ADSM, C 151.

9 Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016, p. 36.

10 Hilaire-Pérez 2000, p. 20.

11 Minard 1998, p. 316.

12 ADSM, C 155.

13 ADSM, sous-série « Arts et Métiers » de la série C.

14 Hilaire-Pérez 2000, p. 147 et Jorda 2006, p. 43.

15 Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016, p. 36.

16 C’est le sujet de la préface de la Description des Arts et Métiers, projet mené par l’Académie des Sciences (Voir Académie des Sciences, Description des Arts et Métiers, Paris, 1771, t. I, p. V-XV).

17 ADSM, C 151.

18 Article L du règlement de 1719 : « Aucunes veuves ni privilégiez ne pourront faire d’apprentis ni avoir aucun allouez, sous peine de cent livres d’amende et de nullité de l’apprentissage », dans Ouin-Lacroix 1850, p. 573.

19 Hilaire-Pérez 2000, p. 134.

20 ADSM, C 151.

21 ADSM, C 151.

22 Verley 1994, p. 22.

23 Becchia 2012, p. 81.

24 Ibidem.

25 Ouin-Lacroix 1850, p. 130.

26 ADSM, C 151.

27 ADSM, C 151.

28 ADSM, C 151.

29 Minard 1998, p. 223. Normalement, les inspecteurs des manufactures ne peuvent conserver une activité mercantile ; John Holker a donc obtenu une dérogation.

30 Minard 1998, p. 223.

31 ADSM, C 151.

32 ADSM, C 151.

33 ADSM, C 151.

34 ADSM, C 151.

35 ADSM, C 151.

36 Delécluse 1989, p. 34.

37 Kaplan 2001, p. 41.

38 Dardel 1966, p. 35. Cette constatation vaut tout aussi pour la généralité de Rouen que pour l’ensemble du royaume.

39 ADSM, C 151.

40 ADSM, C 151. Dans cette liste, ne sont pas pris en compte les teinturiers de Darnétal.

41 Minard 1998, p. 120.

42 Ibidem, p. 75.

43 Bibliothèque patrimoniale de Rouen, fonds Coquebert de Montbret, ms. 212.

44 ADSM, C 151.

45 ADSM, C 151. Il s’agit de Jean-Pierre Pavie, Jean-François Godebin, Amant Niel, François Alexandre père, Louis Dominique Alexandre fils, Noël Marin et Nicolas Dumont, tous bourgeois de Rouen.

46 ADSM, C 151. Il s’agit de Georges et François Pavie, et de Pierre et Jean Godebin.

47 ADSM, C 151.

48 ADSM, C 151.

49 ADSM, C 151.

50 ADSM, C 137, C 138, C 141, C 142, C 144, C 146, C 148, C 150 et C 153. Dans la décennie 1760, la ville de Rouen compte une centaine de métiers, mais seulement 23 rapports, chacun sur une communauté différente, nous sont parvenus.

51 Lahalle 2006 ; Morvan-Becker 2010.

52 ADSM, C 151.

53 ADSM, C 151.

54 ADSM, 5 EP 687.

55 ADSM, C 141. Concernant les teinturiers, le rapport qui résulte de l’enquête de 1762 ne nous est pas parvenu.

56 Comme cela est exposé dans le règlement des cartiers (1726), cuisiniers-traiteurs (1735), imprimeurs-libraires (1723), orfèvres (1759) et savetiers-carreleurs (1715). Les cartiers peuvent avoir un apprenti « repourvu » en plus du leur ; les cuisiniers-traiteurs, les imprimeurs-libraires et les orfèvres peuvent avoir un deuxième apprenti lorsque le premier entre dans son avant-dernière ou dernière année de formation ; les savetiers-carreleurs peuvent former un enfant du Bureau des Pauvres Valides en plus de leur apprenti. D’après la compilation de Ouin-Lacroix 1850, p. 586, 612, 680, 702 et 721.

57 Aux Archives départementales de Seine-Maritime, dans le fonds « Arts et Métiers » de la série C, on trouve de nombreuses plaintes d’apprentis, à qui il est attribué un chef-d’œuvre impossible à réaliser. En 1762, au cours d’une enquête sur les communautés de métiers, la majorité d’entre elles n’acceptent plus en maîtrise que des « enfants du métier » ; certaines communautés ont même totalement renoncé à former des apprentis.

58 ADSM, C 151. Voir la note 72 : Pavie avait l’intention de former des ouvriers, mais cela s’est avéré être un échec car il a sans cesse été empêché par les gardes teinturiers.

59 ADSM, C 151.

60 ADSM, C 151.

61 ADSM, C 151.

62 L’organisation du métier des teinturiers en soies, laines et fils a été développée dans Ouin-Lacroix 1850, p. 131

63 ADSM, C 151.

64 Becchia 2000, p. 93.

65 Chassagne 1991, p. 40-41.

66 Verley 1994, p. 29.

67 ADSM, C 151.

68 ADSM, C 151.

69 ADSM, C 151.

70 ADSM, C 151.

71 ADSM, C 151.

72 ADSM, C 151.

73 ADSM, C 151.

74 ADSM, C 151.

75 Hilaire-Pérez – Thébaud-Sorger 2016, p. 36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Amiot, « Nouvelles techniques et transmission des savoir-faire à Rouen (milieu du XVIIIe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 131-2 | 2019, 331-341.

Référence électronique

Alexandra Amiot, « Nouvelles techniques et transmission des savoir-faire à Rouen (milieu du XVIIIe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/6817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.6817

Haut de page

Auteur

Alexandra Amiot

Université de Rouen, alexandra.amiot@etu.univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search