Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Pour une histoire de la théologie...Pour une histoire de la théologie...

Pour une histoire de la théologie dans la compagnie de Jésus

Pour une histoire de la théologie dans la Compagnie de Jésus

Jean-Pascal Gay
p. 103-106

Texte intégral

Pour une histoire culturelle de la théologie

  • 1 Entre autres nombreux travaux, il faut mentionner ici ceux de Paola Vismara, Emanuele Colombo, Vin (...)

1L’histoire de l’activité théologique de l’époque moderne, si elle a connu des renouvellements importants1 demeure un champ marginal tant dans le champ historique dans son ensemble qu’au sein de celui de l’histoire religieuse. L’écart est patent entre les travaux portant sur l’histoire de la théologie et la place que cette dernière a occupée bien au-delà de l’époque médiévale dans l’activité culturelle et intellectuelle des sociétés européennes comme dans leur vie économique et sociale.

  • 2 Voir notamment Broggio – Cantù 2011.
  • 3 Gierl 1997.

2L’histoire religieuse française, en particulier, conserve une certaine réticence à l’égard de l’objet théologique. Ce dernier est investi, soit dans le cadre traditionnel d’une « histoire des idées », soit par les marges de l’objet lui-même, en particulier dans le cadre d’une analyse de ce qu’on pourrait appeler l’envers moderne de la théologie que constituent le discours spirituel ou les débats sur les fondements religieux du politique. La situation est bien sûr différente pour les historiographie allemande ou italienne. En Italie, le matériau théologique, dont le caractère déterminant pour le gouvernement des corps et des âmes n’a cessé de demeurer une évidence, a maintenu la théologie comme source pour une « autre » histoire que l’histoire religieuse. Sans que la nécessité de se tourner vers l’histoire des savoirs soit explicitée, cela a tout de même conduit en Italie à une attention particulière aux conditions de production de la théologie2. En Allemagne, pour ainsi dire à l’inverse, la Kirchengeschichte n’a jamais désinvesti l’étude des théologies modernes ; cela étant cette étude de la théologie est aussi restée longuement enclavée, jusqu'à ce que de rares historiens de la culture et des savoirs, comme Martin Gierl, s’intéressent aux théologiens, aux modes de production et de communication du savoir théologique3.

  • 4 Langlois 1994 ; Laplanche 1994 ; Julia 2000.
  • 5 En 2010, Dominique Julia affirme encore la nécessité d’un réinvestissement qui ne s’est pas encore (...)

3Dans le cas de l’historiographie française, l’excentrement de l’histoire religieuse, et l’affirmation d’une coupure relative avec l’histoire culturelle après le moment des mentalités qui est aussi celui d’un apogée de l’histoire religieuse, notamment pour la période moderne, ont rejoint la méfiance de l’historiographie française du religieux à l’égard des productions savantes, pour conduire à une situation de double clivage historiographique dont les études rassemblées dans ce dossier essaient de sortir : un certain isolement de l’histoire de la théologie par rapport à l’histoire des autres savoirs d’une part, mais aussi, de l’autre, un isolement méthodologique. Si depuis les années 1990 et 2000, et les appels dans un certain nombre de bilans historiographiques, à un réinvestissement de l’objet-théologie en histoire religieuse4, les travaux sur la théologie se sont multipliés en France, surtout dans les dix dernières années5. ceux-ci demeurent marqués par une certaine distance avec les problématiques et les méthodes de l’histoire des savoirs.

4Or, les méthodes et les problématiques de l’histoire culturelle sont l’outil nécessaire d’un passage indispensable d’une histoire de la théologie à une histoire de l’activité théologique c’est-à-dire à une histoire culturelle de la théologie. À cette fin, il s’agit non seulement de traiter la théologie comme un savoir, mais aussi, en refusant pratiquement, car elle est porteuse d’un anachronisme majeur, la dichotomie entre théologie et science, d’utiliser les méthodes et les problématiques qui ont émergé en histoire des sciences pour les appliquer à l’histoire de la théologie.

La Compagnie de Jésus, laboratoire pour une histoire culturelle de la théologie

  • 6 Fabre – Romano 1999, p. 255.

5Compte tenu de la conjoncture historiographique, une étude centrée sur l’activité théologique dans la Compagnie de Jésus paraît une porte d’entrée intéressante et opportune pour proposer une histoire culturelle de la théologie à l’époque moderne. En effet, d’une part la Compagnie de Jésus apparaît comme à la fois singulière et caractéristique des évolutions propres à la théologie moderne. Du point de vue de l’histoire des idées théologiques, tout d’abord, il existe une théologie qu’on peut qualifier de proprement jésuite – et qui, pour partie, est revendiquée comme telle. Et cette théologie jésuite est au cœur des évolutions majeures de la théologie à l’époque moderne, qu’elles concernent la morale ou le rapport entre ordre naturel et ordre surnaturel au cœur de la définition du politique. D’autre part, les recherches menées à Paris autour du Groupe de Recherche sur les Missions ibériques modernes ou du séminaire sur l’histoire de l’ancienne Compagnie animé par Pierre-Antoine Fabre et Antonella Romano, ont permis de réintégrer l’objet jésuite dans l’histoire moderne en regardant la Compagnie de Jésus comme un « laboratoire d’études » de la modernité et en prenant pour question centrale « moins celle de la compréhension de l’histoire de la Compagnie, que celle de la compréhension de notre modernité via la Compagnie »6. L’histoire jésuite s’est désenclavée et elle est sortie des cadres stricts d’une histoire religieuse classique centrée sur les institutions, les groupes et les pratiques. Cette perspective générale a rejoint et nourri l’expansion des études jésuites en Europe et dans le reste du monde. En nourrissant l’histoire sociale, l’histoire culturelle, l’histoire des sciences ou l’histoire de l’expansion européenne, l’étude de l’ancienne Compagnie a été renvoyée à ses contextes, amenant souvent à relativiser sinon l’originalité et la spécificité du projet jésuite, du moins sa capacité à inscrire efficacement cette originalité dans la réalité sociale.

6Le fait est, cependant, que cette stratégie du désenclavement n’a pour le moment guère été appliquée à ce qu’on pourrait appeler le cœur du fonctionnement et de la définition culturelle du corps jésuite. En revenant à un objet à la fois central et dont les enjeux identitaires sont majeurs pour les jésuites de la période moderne, il paraît possible de radicaliser cette stratégie en l’appliquant au centre intellectuel, et pour partie institutionnel, de la Compagnie de Jésus que constitue l’activité théologique. L’autre horizon de cette stratégie de désenclavement historiographique est de parvenir en retour à un désenclavement de l’histoire de la théologie elle-même.

  • 7 Entre autres Romano 1999 et 2016.

7Le choix de l’activité théologique permet enfin de situer ce travail dans un contexte historiographique qui a déjà acculturé à d’autres objets qu’à la théologie des problématiques qu’il semble essentiel de lui appliquer. Les travaux d’Antonella Romano, en particulier, ont mobilisé l’exemple jésuite dans le cadre d’une histoire historienne des sciences reposant sur l’étude des sociabilités scientifiques jésuites et des réseaux européens et globaux de la production savante7. Ceux de Stéphane Van Damme sur les pratiques de l’écrit et la place des jésuites dans la constitution d’un espace intellectuel lyonnais ont souligné l’importance du lien entre « éclosion de nouvelles formes de sociabilité savantes » et de « nouvelles pratiques de communication écrite au cours du XVIIe siècle ».

8En se concentrant sur un long XVIIe siècle (du généralat de Everard Mercurian [1565-1572] à celui de Tirso Gonzalez de Santalla [1687-1705]), c’est-à-dire en se concentrant la période de pleine implication de la Compagnie dans la culture théologique du catholicisme confessionnalisé, ce dossier propose d’explorer prioritairement plusieurs questions : la place que joue la théologie dans les carrières à l’intérieur du groupe jésuite ; le fonctionnement des sociabilités théologiennes dans l’ordre et autour de l’ordre ; le rôle qu’y joue Rome, non seulement et non pas tant comme lieu de définition de l’orthodoxie, mais comme centre de sociabilité et de carrières théologiennes ; la publicisation et l’utilisation des savoirs théologiens ; ainsi que le rapport entre pratiques théologiques et autres pratiques savantes.

9Les articles de ce dossier permettent de mettre en évidence l’importance du texte théologique (et en particulier des débats entre les théologiens, ou entre les théologiens et d’autres acteurs du monde savant) lui-même comme source pour une autre histoire religieuse mais aussi la nécessité d’entrer dans le texte théologique comme un texte problématique que la seule contextualisation ne suffit pas à rendre signifiant. Une des lignes de travail a clairement été d’essayer de suivre les problèmes historiques auquel le théologien se confronte et cherche à résoudre en les formulant et qu’il donne ainsi à voir à l’historien. C’est un des biais par lequel il est possible de passer de la théologie au théologien.

Le savoir théologique : lieu et enjeu de l’historiographie jésuite

10En retour, l’intégration de l’objet théologique à une étude renouvelée de l’ancienne Compagnie de Jésus devrait permettre de revenir sur plusieurs questions concernant l’histoire de la Compagnie proprement dite.

  • 8 Romano 2005.

11Rencontre-t-on dans le cas de la théologie le lien signalé par Antonella Romano entre l’activité scientifique jésuite et « un rapport au monde, composante [de l’]universalisme », dans lequel l’activité d’ensemble de la Compagnie est saisie et qui constitue un espace essentiel pour comprendre l’articulation et les tensions entre activité missionnaire et activité scientifique 8? Aborder la place de la théologie dans la culture jésuite permet d’interroger les modalités de construction des cultures collectives jésuites et leur pluralité. Plusieurs questions se posent ici : d’une part celle de l’échelle de ces processus de constructions identitaires, entre idéal universaliste et unité de modèle d’un côté, et revendications d’unités nationales et structures d’inculturation locale et notamment provinciales de l’autre ? D’autre part celle de la nature et de l’histoire de l’habitus jésuite et de la place qu'y occupe ce qu’on pourrait qualifier de « théologie identitaire ». L’attachement à des doctrines reconnues comme proprement jésuites (comme le molinisme pour la théologie de la grâce), ou faisant l’objet de débats engageant la Compagnie en tant que telle (comme le probabilisme en théologie morale), semble bien s’affirmer sur le siècle, mettant en évidence des glissements dans les modes d’autodéfinition de l’ordre.

  • 9 McCoog 2004 ; Fabre – Rurale 2017.

12Le choix du XVIIe permet aussi d’engager une approche diachronique de ces questions, en raison du contraste violent entre les différents généralats qui se succèdent. L’historiographie récente a réaffirmé le caractère central des généralats comme temps d’interrogation et de réaffirmation de l’institution jésuite9. Le généralat d’Acquaviva apparaît comme un temps de tensions autour de l’identité du groupe et de tensions fortement travaillée par l’évolution des modes de gouvernement ; celui d’Oliva apparaît lui à bien des égards comme un temps de défense de l’« identité » jésuite et en particulier de la conviction d’une tradition théologique propre à l’ordre, face à la montée de l’antijésuitisme et à la méfiance de certains milieux romains et, sous Innocent XI, du pape lui-même. Le généralat décisif de Gonzalez apparaît au contraire comme un moment de tentative de réforme mais aussi de redéfinition de la Compagnie, menée de manière presque exogène ou tout au moins en acceptant et en instrumentalisant des tensions internes à l’Ordre lui-même. Gonzalez s’appuie dans son entreprise de critique et de reconstruction sur des réseaux vraisemblablement caractérisés idéologiquement par un mélange de cartésianisme et d’antiprobabilisme, pour partie préexistants à son accession au généralat et pour partie construits dans sa propre action. Ce lien pose à nouveau également la question de l’interaction entre centres culturels à l’intérieur de la Compagnie de Jésus. La théologie peut être un des lieux où se fait voir la complexité du rapport centre/périphérie dans cette institution « romaine » et la nécessité de substituer à ce schéma une analyse des relations entre des centralités complémentaires mais aussi potentiellement conflictuelles dans la Compagnie.

  • 10 Voir les conclusions de Pierre-Antoine Fabre sur ce point.

13Dans cette nécessité d’une histoire serrée se joue donc la possibilité de réinterroger l’histoire de la Compagnie à partir de l’histoire de ses théologiens et des différentes fonctions et rôles qu’y joue la théologie comme savoir10.

14Avec les perspectives méthodologiques qui sont propres à chacun des auteurs de ce dossier, et dans la diversité des objets qu’ils abordent, ce qui transparaît n’est pas seulement l’intérêt de la théologie comme source pour aborder l’histoire moderne de la Compagnie, mais bien véritablement son caractère de lieu historique proprement dit, appelant cette diversité d’approches pour une histoire qui engage bien plus que le religieux.

Haut de page

Bibliographie

Broggio – Cantù 2011 = P. Broggio, F. Cantù (dir.), Teologia e teologi nella Roma dei Papi (XVI-XVII secolo), dans Roma Moderna, 18, 2011.

Fabre – Rurale 2017 = P.-A. Fabre, Fl. Rurale (dir.), The Acquaviva project. Claudio Acquaviva’s Generalate (1581-1615) and the emergence of Modern Catholicism, Leyde, Boston, 2017.

Fabre – Romano 1999 = P.-A. Fabre, A. Romano (dir.), Les Jésuites dans le monde moderne. Nouvelles Approches, dans Revue Historique, 120-2/3, 1990, p. 247-491.

Gierl 1997 = M. Gierl, Pietismus und Aufklärung. Theologische Polemik und die Kommunikationsreform der Wissenschaft am Ende des 17. Jahrhunderts, Göttingen, 1997.

Julia 2000 = D. Julia, Sources nouvelles, sources revisitées. Le traitement des sources dans l’historiographie religieuse du XXe siècle, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, 86, 2000, p. 409-436.

Julia 2010 = D. Julia, L’historiographie religieuse en France depuis la Révolution Française, dans P. Büttgen, C. Duhamelle (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 2010, p. 9-56.

Langlois 1994 = C. Langlois, Un historien devant la théologie, dans Histoire et théologie. Actes de la Journée d’études de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, Paris, 1994, p. 15-31.

Laplanche 1999 = F. Laplanche, Histoire et théologie : difficultés et chances d’un dialogue, dans Histoire et théologie. Actes de la Journée d’études de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, Paris, 1994, p. 161-172.

Lehner 2016 = U. Lehner, R.A. Muller, A.G. Roeber (dir.), The Oxford Handbook of Early Modern Theology 1600-1800, Oxford, 2016.

McCoog 2004 = T. McCoog (dir.), The Mercurian project. Forming Jesuit culture 1573-1580, Saint-Louis, 2004.

Romano 1999 = La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’un culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome, 1999.

Romano 2005 = A. Romano, Les Jésuites entre apostolat missionnaire et activité scientifique (XVIe-XVIIIe siècles), dans Archivum Historicum Societatis Iesu, 74, 2005, p. 213-236.

Romano 2016 = Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (16e-17siècles), Paris, 2016.

 

Haut de page

Notes

1 Entre autres nombreux travaux, il faut mentionner ici ceux de Paola Vismara, Emanuele Colombo, Vincenzo Lavenia, Paolo Broggio, Franco Motta, Stefania Tutino, Jean-Louis Quantin, Harald Braun, Ulrich Lehner, Sylvio de Franceschi. La parution en 2016 d’un Oxford Handbook of Early Modern Theology (Lehner 2016) signale l’attention nouvelle dans la théologie moderne fait l’objet dans divers champs.

2 Voir notamment Broggio – Cantù 2011.

3 Gierl 1997.

4 Langlois 1994 ; Laplanche 1994 ; Julia 2000.

5 En 2010, Dominique Julia affirme encore la nécessité d’un réinvestissement qui ne s’est pas encore vraiment actualisé (Julia 2010).

6 Fabre – Romano 1999, p. 255.

7 Entre autres Romano 1999 et 2016.

8 Romano 2005.

9 McCoog 2004 ; Fabre – Rurale 2017.

10 Voir les conclusions de Pierre-Antoine Fabre sur ce point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pascal Gay, « Pour une histoire de la théologie dans la Compagnie de Jésus »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-1 | 2020, 103-106.

Référence électronique

Jean-Pascal Gay, « Pour une histoire de la théologie dans la Compagnie de Jésus »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/7003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.7003

Haut de page

Auteur

Jean-Pascal Gay

Université catholique de Louvain – jpgay@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search