Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le « jour d’après » : comment s’é...Introduction. Le « jour d’après »...

Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination

Introduction.
Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination (XVIe-XVIIIe siècle)

David Chaunu, Séverin Duc et Antoine Sénéchal
p. 5-12

Notes de l’auteur

Lors d’un précédent colloque organisé à Paris (juin 2017) portant sur l’expérience de la domination en Europe et aux Amériques, cinq problématiques avaient émergé : les spatialités, les temporalités, les sémiotiques, la démographie et l’extraction des ressources. À l’issue de cette rencontre riche en échanges et dont les actes ont été portés à publication, nous avons resserré la focale sur la notion de « jour d’après » lors d’un atelier de recherche à Rome (juin 2018) (Chaunu – Duc 2019). Les résultats font l’objet du présent dossier.
L’atelier s’est tenu grâce au concours de l’École française de Rome, de Sorbonne Université, de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), de Mondes Américains (UMR 8168) et du Centre de recherche sur le Brésil colonial et contemporain.

Texte intégral

  • 1 Massard-Guilbaud – Platt – Schott 2002 ; Pfister 2002.
  • 2 Foronda 2005.
  • 3 Cornette – Helvétius 2015.

1Notre définition du « jour d’après » est celle d’un court moment entre la fin d’un pouvoir et l’établissement d’un autre, un temps considéré généralement comme extraordinaire. Ses causes peuvent être économiques, sociales et/ou politiques mais aussi biologiques et/ou environnementales, depuis la peste jusqu’à la catastrophe naturelle1. Au cours de ces journées et de ces semaines sous tension, l’individu et le collectif agissent dans l’urgence, interprètent la situation au moyen ou à rebours de leurs codes et de leurs traditions propres. C’est le temps des réinventions, des opportunités et des dangers nouveaux, des vengeances et des violences2, des premières négociations, des compromis immédiats et des tentatives de rétablissement d’un ordre stable3.

  • 4 Foronda 2011 ; Terrel 2001.
  • 5 Baby 2012.
  • 6 Le Gac – Virgili 2017.
  • 7 D’Aron 1967 à Acciai 2017.
  • 8 Rouquet – Virgili 2018.
  • 9 Franzinelli 2016.
  • 10 Revel 1989.

2Le « jour d’après » pose une question historique chère aux philosophes : quelles sont les conditions et les limites d’un contrat politique voire social avant, pendant et après sa mise en discussion par Hobbes, Spinoza, Montesquieu ou Rousseau4 ? Ces derniers, comme tant d’autres, ne peuvent-ils pas être définis, en partie, comme des théoriciens du « jour d’après » ? En effet, à quoi sert le Léviathan ou le Contrat social, si ce n’est comme outil de conjuration du basculement vers la guerre civile ou la tyrannie d’un seul ? En outre, le temps court des transitions et des mutations (et pas seulement de régime5) est indissociable du temps plus long des dynamiques sociales et culturelles6. Pour autant, nous ne souhaitons pas recourir à la clé interprétative de « l’année zéro ». En d’autres termes, il est de grande nécessité de dépasser le narratif propre à la conclusion du deuxième conflit mondial7 et ce, d’autant plus que les spécialistes de la période ont déjà fait leur aggiornamento, en insistant, par exemple, sur la prolongation des violences collectives jusqu’à la fin des années 19408 ou sur les possibilités et les limites de l’amnistie, etc.9. En outre, nous avons souhaité inscrire ce dossier à la croisée d’une sociologie historique des crises sous l’Ancien Régime et d’une histoire politique de la conceptualisation et de l’institutionnalisation des pouvoirs. Par certains aspects, les contributions à ce dossier renouent avec le projet de la micro-histoire (dans sa réception par les historiens français) de faire une « histoire au ras du sol » de la crise politique à l’époque moderne10. La diversité des objets historiques abordés par les contributeurs permet de dégager la multiplicité des dynamiques des crises politiques d’Ancien Régime et des pratiques mobilisées tant par les acteurs disposant du pouvoir que par ceux qui en sont privés, dans une approche multi-située des contextes sociaux. En mobilisant des approches diverses (histoire du droit, anthropologie politique, histoire des institutions), ce dossier participe des développements de l’historiographie récente, travaillant à une meilleure articulation entre l’histoire politico-institutionnelle et l’histoire sociale des pouvoirs.

 

  • 11 « Pacification », Trésor de la langue France informatisé.
  • 12 Christias 2014 ; Crouzet 2016.

3Le premier article propose une réflexion épistémologique autour de la notion de « jour d’après » et ce, dans trois perspectives. Tout d’abord, le « jour d’après » est envisagé comme un « champ des possibles » pour les sociétés ; ensuite, comme un révélateur des « volontés d’ordre », d’« opérations de pacification » (au sens médiéval du terme : « action de faire cesser les différends entre particuliers » ou de « rétablissement de la paix publique »11) et de « déploiements d’un contrat politique ou social » ; enfin comme « soirs et lendemains », au sens d’un moment à venir, espéré, craint puis vécu, passé ou traumatisé. Naturellement, le séquençage du passé est le privilège des historien.ne.s. Dans le feu de l’action, pour que quelque chose devienne possible, il est nécessaire de s’affranchir des certitudes du passé, quitte à briser ce qu’il était prévu de conserver ou à détruire les plus zélés du changement. En ce sens, l’événement sécrète ses propres potentialités et ses propres limites, hors de toute programmation. Quand l’anticipation cède à l’action, qu’une résistance est offerte, commence un autre possible, entre ceux qui retiennent le « jour d’après » (selon un rapport « katéchontique » au temps, d’après la conception paulinienne du refus de l’abîme12) et ceux qui le forcent. Par ailleurs, la paix peut passer par la violence tandis que l’effondrement d’un régime rend possible la mue politique de l’ordre dirigeant et le renforcement de son emprise sociale. Finalement, le chemin proposé par les auteurs de cet article semble kafkaïen : la porte de sortie (le « jour d’après ») donne souvent sur l’intérieur (le « jour d’avant »).

 

4Les quatre contributions suivantes restituent la granularité de « jours d’après » survenus dans l’Europe continentale de la première modernité (début du XVIe siècle – milieu du XVIIe siècle) au sein de différents ensembles politiques et territoriaux, à savoir : le royaume de France, le duché de Bretagne, celui de Milan et l’Urbs. Dans chacun des cas, les événements analysés exposent l’éclosion de situations de fortes tensions, lors desquelles le précipice d’un lendemain défavorable et incertain guette les moindres décisions et actions prises dans une temporalité plus ou moins dilatée. Les auteurs interrogent à partir d’une chronologie fine et d’une analyse au ras des sources comment différents acteurs des sociétés française, bretonne, milanaise et romaine agirent afin de produire un lendemain favorable à leurs propres intérêts, à la fois individuels et collectifs.

5Les comportements précis de femmes et d’hommes figurant parmi les élites ou provenant des milieux populaires sont examinés. Dans les différents cas analysés, nous sommes confrontés à une poignée d’individus et non à de vastes ensembles. Leurs (ré)actions se firent dans un premier temps en accord avec les possibilités offertes par leur rang dans les hiérarchies sociale, politique et de genre établies. Néanmoins, la marge d’initiative demeurait ouverte par une situation exceptionnelle (une prise de pouvoir au sommet d’un royaume, une médiation pour favoriser la domination d’une puissance étrangère ou une peste particulièrement brutale). Cette marge fut-elle alors dépassée, quitte à transcender les limites des constructions sociales du rang, du genre ou de la race ? Les cas observés distinguent deux trajectoires principales. Selon un schème volontairement « héroïque » voire « prométhéen » ou non, certains individus œuvrèrent au « jour d’après » en s’affirmant comme des pivots et des médiateurs indispensables pour bâtir le lendemain sur des repères partagés par tradition ou obtenus par les négociations. D’autres agirent de telle sorte que se produisit une subversion majeure des cadres et des repères établis.

 

6L’étude de M. Nassiet passe au peigne fin la temporalité d’une prise de pouvoir d’une femme, Anne de Bretagne, lors d’une succession inattendue et a priori périlleuse pour ses droits d’héritage sur le trône de France et sur le duché de Bretagne. L’auteur explore le cas d’une femme de pouvoir qui parvint, grâce à une subtile stratégie combinant les atouts et les obligations de son rang et de son sexe, à se maintenir au sommet de la hiérarchie d’un lendemain ordonné auquel elle contribua activement. D’un veuvage potentiellement menaçant, la reine-duchesse parvint en quelques mois à peine à restaurer sa position de première femme de pouvoir du royaume de France et du duché de Bretagne.

7L’analyse proposée des réactions d’Anne depuis son veuvage le 7 avril 1498 pose la question du jeu des émotions et des sentiments dans l’agencement d’un « jour d’après ». C’est en effet à partir de sa surprise à l’égard du revirement émotionnel spectaculaire de la veuve que l’historien amorce son enquête serrée sur la reconquête du pouvoir politique qu’elle entreprit dans un entourage exclusivement composé d’hommes. Pour préparer cette reconquête, Anne aurait su alterner plusieurs postures : émotion convenue et attendue d’une veuve ; résolution et fermeté d’une héritière d’une principauté et d’épouse royale ; mise en scène d’une femme rompue aux arts de l’amour courtois. À aucun moment, elle ne semblait avoir dérogé à son rang. Comme l’explique l’historien, la légitimation d’un prince ou d’une princesse reposait sur l’habile manifestation de ses sentiments. Lorsque les sources ne se montrent pas trop avares en information à leur encontre, les émotions se définissent comme d’efficaces révélateurs des sursauts vécus par les sociétés de l’Ancien Régime, tout comme ils en constituaient des moteurs fondamentaux.

8Enfin, cet article amorce l’explicitation de l’intérêt historiographique de la focale du « jour d’après » pour restituer aux femmes des élites européennes – ici de la Renaissance – leur centralité dans un monde politique en mutation, mais dont les hiérarchies et les statuts de genre jouent en leur défaveur. L’éclairage porté sur une succession de moments-clés, du 7 avril 1498 jusqu’au cœur du mois d’août suivant, dévoile comment l’agency d’une femme de l’élite s’appuyait sur une maîtrise de la frontière poreuse et trouble entre la « sphère du privé » et la « sphère du public ». En ce sens, pour parvenir à leurs fins, les femmes de la haute noblesse savaient tout autant que les hommes disposer de ces deux sphères aux délimitations peu à peu instituées. L’ambiguïté de leur insertion dans l’espace public européen de l’époque moderne leur garantissait en même temps des modalités d’action singulières face aux perturbations survenues, ici une succession au trône de la plus puissante monarchie européenne qui remettait en jeu la fragile alliance entre celle-ci et la Bretagne. Peut-être était-ce la racine de leur influence et de leur pouvoir, dans un monde où leur minorité statutaire n’était pas remise en cause. La discrète entrevue du 11 ou 12 avril, mais ô combien décisive, entre Anne de Bretagne et Louis XII le prouverait.

 

  • 13 Voir par exemple Fonkenell – Zum Kolk 2019.

9La contribution de S. Téjédor analyse comment une autre femme de pouvoir de la Renaissance française, Catherine de Médicis, s’impliqua dans une transition politique délicate survenue en pleine crise du pouvoir royal et de l’identité religieuse du royaume. Figure controversée du pouvoir et de l’histoire de France, par son sexe, ses racines italiennes ou son rôle dans les exactions religieuses des années 1570, Catherine de Médicis fait aujourd’hui l’objet d’une attention historiographique renouvelée13. En 1560, la reine orienta le « jour d’après » la mort de son fils François II selon un projet qu’elle avait finement esquissé depuis des mois. L’aboutissement d’un tel projet semblait pourtant incertain, à l’aube des guerres de Religion et au cœur d’une crise dynastique. Des figures masculines aristocrates puissantes s’élevaient soit contre l’unité du royaume, soit en défaveur d’un pouvoir royal fort : le cardinal Charles de Lorraine et le duc de Guise d’une part ; Antoine de Bourbon, Louis Condé et le connétable de Montmorency d’autre part. Le pari effectué par la reine-mère était de restaurer un ordre social et politique mis à mal depuis l’irruption du protestantisme et après la paix concédée aux Habsbourg au Cateau-Cambrésis. Pour mener à bien cet objectif, elle devait puiser aux sources de légalité et de légitimité qui pouvaient encore faire consensus dans un royaume traversé par de multiples conflits. Ce fut cette quête qui l’amena à organiser et à théâtraliser un « jour d’après » que S. Téjédor décompose en trois actes principaux. Ici, la métaphore du spectacle n’est pas anodine : la domination a aussi affaire avec la pédagogie et la mise en scène du pouvoir, depuis la rhétorique à la répartition des rôles en passant par le cheminement dramatique des protagonistes.

10Cet article amorce dans le dossier une réflexion sur les conditions et les possibilités offertes aux acteurs d’une société donnée de restaurer l’ordre et la concorde après un bouleversement plus ou moins déstabilisateur et clivant. Trois possibilités s’ouvraient en général : mobiliser les répertoires traditionnels d’une société ou d’un territoire ; en importer depuis d’autres horizons ; engager une réforme apportant sa part d’innovations. L’originalité de la démarche entreprise par Catherine de Médicis, nous explique l’auteure, résidait dans son usage particulier de la culture européenne renaissante du pouvoir. La reine-mère opta pour la politique guidée par l’érasmisme et le néoplatonisme pour restaurer la concorde en France et affirmer la supériorité du souverain. Depuis le printemps 1560, elle s’était largement ouverte aux appels à la réconciliation et à la « tolérance » et épaulait le chancelier Michel de L’Hospital. La reine-mère organisa une première stratégie politique et courtisane dont l’objectif était d’instituer une régence capable, d’une part, de neutraliser la rivalité des princes de sang et les clivages religieux affectant la légalité et la légitimité du prince et, d’autre part, de promouvoir des débats politiques relatifs à la nature consultative ou à l’orientation souveraine plus verticale du pouvoir régalien.

11S. Téjédor interroge enfin les différentes sphères de manifestation d’un « jour d’après », depuis les coulisses du pouvoir (séances de Conseils restreints, entrevues secrètes, etc.) aux manifestations plus extérieures (deuil royal, États généraux de France, etc.). Le « jour d’après » se mesurait aux mises en scène et aux spatialisations des décisions et des événements. Celles-ci captaient également les tensions et les incertitudes générées autour de la perception collective d’un changement de premier ordre à venir. S. Téjédor analyse ici avec attention les lieux de la reprise en main du pouvoir par Catherine de Médicis ainsi que la théâtralisation de ses choix. La transition d’août à décembre 1560, depuis l’assemblée de Fontainebleau aux séances en petit comité des Conseils et à l’organisation des États généraux sur la place de l’Étape à Orléans, est éclairante à ce sujet.

 

12L’article proposé par M. Viganò s’intéresse au milieu masculin des élites milanaises du tournant des XVe et XVIe siècles. Il se focalise sur le parcours opportuniste de Gian Giacomo Trivulzio, aristocrate féodal, patricien urbain et condottiere de Milan (1440-1518). Il est aussi question d’une prise de pouvoir personnelle, mais celle-ci n’envisage pas l’établissement d’une autorité souveraine questionné par les études de M. Nassiet et de S. Téjédor. Les actions de Trivulzio participèrent à la fabrique d’une position de commutateur incontournable entre le pouvoir français conquérant la Lombardie, les élites féodales et/ou patriciennes et le popolo milanais. Tout le problème résidait dans le fait que Trivulzio était loin d’être l’unique candidat pour restaurer l’ordre régional sous la tutelle de la monarchie française. L’effondrement du pouvoir des Sforza n’avait pas créé de vide politique, mais formulé la nécessité vitale d’intermédiaires socio-politiques fiables. Les rivalités internes au Milanais, les appétits des puissances européennes (Valois, Habsbourg, Confédération helvétique) et les résurgentes tensions entre guelfes et gibelins (ou plutôt les clientèles des grands qui prenaient le nom de faction) s’engouffrèrent vite dans l’appel d’air occasionné par la destruction du stato sforzesco. En prétendant au rôle de pivot primordial, Trivulzio risquait en permanence de succomber aux logiques politiques qu’il contribuait à développer, au point de devenir un « straniero in patria ». Trivulzio risquait d’être la victime des nouveautés dont il était l’opérateur central.

13L’analyse de M. Viganò ouvre le dossier de la distinction problématique entre « dominés » et « dominants », entre « vaincus » et « vainqueurs » dans le contexte d’un « jour d’après ». De fait, Trivulzio n’appartenait ni aux unes ni aux autres : il circulait d’une situation à l’autre au gré des opportunités rencontrées. Pas même son attache aux guelfes ne pouvait être proclamée avec certitude. Comme souvent à la Renaissance, ce type de personnage n’était l’ami que de lui-même. L’historien revisite dans une chronologie serrée l’histoire milanaise, locale et internationale, en contournant les dichotomies évoquées (probablement trop simplistes) pour comprendre les affaires lombardes et plus généralement italiennes au seuil du XVIe siècle. L’historiographie a déjà démontré l’intérêt de resserrer l’étude autour d’une figure dont la singularité permettrait de mesurer autrement l’articulation des événements des guerres d’Italie, les restaurations de l’ordre suivant la tradition ou empruntant à des innovations prudentes, etc. Nous sommes ainsi invités à suivre la trace d’un médiateur et d’une figure de pouvoir qui se construisit dans l’entre-deux à partir des ressources qu’il était capable de concentrer et de redéployer : la qualité civique et militaire générée par sa fonction de condottiere particulièrement utile en temps de guerre car mobilisateur, notamment, de clientèles armées ; le statut nobiliaire, avec l’ascendance Visconti, légitimant son appartenance aux sphères supérieures milanaises et « étrangères » ; un sens des affaires commerciales et financières de par ses connivences avec le milieu des banquiers et marchands, à une époque où les coûts de la guerre s’accroissaient. Avec la conjoncture troublée de son temps, Trivulzio disposait d’opportunités favorables pour atteindre son zénith ; il mettait aussi en marche une dynamique qu’il ne pouvait pas maîtriser et qui finit par le faire tomber.

14Enfin, par une analyse d’un corpus épistolaire, dont de nombreuses composantes provenaient des échanges diplomatiques, M. Viganò restitue la sémiotique de la conscience trivulzienne de la mutation politique. Dans les années 1500-1510, toute une réflexion politique et philosophique se fixe sur sa trajectoire particulière pour en faire un paradigme interprétatif des mutazioni qui brisent la péninsule italienne. D’après l’historien, ce qui caractérisait le mieux Trivulzio était la considération ambiguë et insatisfaite que ses contemporains avaient de lui : « troppo guelfo per i ghibellini, troppo italiano per i francesi, troppo francese per i milanesi ».

 

15La contribution de S. Feci soulève une problématique différente de celle de M. Viganò : quelle histoire d’un « jour d’après » peut-on restituer et écrire à l’échelle des groupes sociaux et genrés, ici les femmes de l’Ancien Régime, quand celles-ci n’appartenaient pas aux élites des sociétés européennes et que les sources les concernant imposent plus de filtres que de dévoilements ? L’historienne interroge en ce sens les limites genrées de la grille d’analyse du « jour d’après ». L’idée d’un changement ou d’un lendemain significatif pour les femmes apparaît comme absconse dans la mesure où la domination genrée n’évolua pas en soi. Peut-on qualifier certains événements comme « féminins » (et en particulier lorsque les actrices sont issues du peuple) ? En cas de réponse positive, comment concevoir les régimes féminins en tant que tels et dans leur articulation aux mondes masculins dominants ? Pour dévoiler d’éventuels « jours d’après » significatifs pour des femmes du peuple, c’est-à-dire des changements nets et significatifs auxquels elles contribuèrent non pas en tant que sujettes passives mais en tant qu’actrices, il convient de partir à la recherche de leurs traces, en particulier dans la granularité et l’intimité du quotidien et de la famille, et de veiller à déconstruire les représentations socio-genrées dont elles pâtissaient et qui, le plus souvent, détournaient ou réduisaient au silence leurs actes et leurs intentions.

16L’auteure confronte deux événements a priori disjoints : l’un que l’on pourrait associer à l’histoire politique ; l’autre qui relèverait d’un fait-divers (des empoisonnements) ayant secoué un temps l’ordre établi à Rome. Tout d’abord, S. Feci souligne le tournant que représentèrent les profondes reconfigurations de la société romaine au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle. Ensuite, l’historienne analyse la découverte en janvier 1659 par les autorités romaines d’un réseau de femmes « empoisonneuses », dont la concoction mortelle (l’aqua tofana) était destinée à supprimer les maris (violents). Un complot étendu sur au moins cinq années aurait prospéré du fait du régime d’exception engendré par la peste à Rome (1656-1658). Enfin, la ligature ne peut être réalisée qu’à partir d’une minutieuse approche des archives. Leur parcours met en tension plusieurs sphères sociales, juridiques et politiques allant de l’intimité des foyers à la sociabilité féminine des quartiers romains et aux espaces juridiques et politiques publics (donc essentiellement masculins) de la cité. Il s’agit d’autant de fils d’une vaste affaire à dénouer.

17La recherche d’un tournant pour les femmes productrices, vendeuses ou acheteuses de l’aqua tofana s’inscrit premièrement dans la cellule familiale, à savoir le premier espace et le premier cadre de la domination genrée. À ce stade, les femmes peuvent être conçues comme les actrices et les auteures du changement survenu avec la mort d’un ou plusieurs hommes. Il s’agissait d’un gain de pouvoir informel cependant : pour être efficient, il ne pouvait s’exprimer au grand jour. Un second tournant, plus visible car mieux documenté par la sphère politique et juridique aux mains des hommes, peut ensuite être mis à jour. Il s’agit de la réponse organisée par les autorités pontificales face à ce complot percé à jour. Une mutation du statut juridique des femmes fut alors entreprise. Au cours de ce processus, les femmes ne furent que les « objets » des changements. En sorte que cet événement, dont tous les « jours d’après » pour Rome lors du second XVIIe siècle n’ont pas encore été percés à jour par l’historiographie, mit en jeu les femmes comme des actrices, « malgré elles » du moins discursivement, d’une transformation majeure des cadres et des pratiques structurant la société romaine. Ce lendemain leur échappait pourtant, car il avait été accaparé par les élites décisionnelles masculines. Et qui, à cette époque, allait attribuer un rôle catalyseur à des femmes, condamnées comme criminelles qui plus est ? Il n’en demeure pas moins qu’elles avaient espéré mettre fin à un certain ordre du monde, celui des hommes, de leurs abus et de leurs violences, quitte à les retourner contre eux et finalement, les subir à nouveau. Ici, le « jour d’après » travaille encore une fois la jointure entre émancipation, violence et conservation.

 

18Les deux derniers articles constituent le second volet du dossier. Ils replacent la clé heuristique du « jour d’après » dans une autre séquence chronologique (entre la seconde moitié du XVIIIe et le début du XIXe siècle) et interrogent tous deux la manière dont les communautés négocient, au lendemain d’une crise, les termes du pacte qui les lie aux autorités et fait advenir le pouvoir de ces dernières.

 

  • 14 Vidal 2009, p. 1024.
  • 15 Ruggiu 2018.

19L’article de F. Malègue s’inscrit dans le sillage des recherches sur l’histoire atlantique et impériale de la monarchie française, initiées en France par les travaux de Fr.-J. Ruggiu et C. Vidal, posant comme cadre d’analyse l’étude des « continuités ou discontinuités politiques, juridiques et administratives entre métropole et territoires d’outre-mer sous l’Ancien Régime afin de déterminer si le gouvernement de l’empire relevait seulement d’un absolutisme à distance et/ou du régime d’exceptionnalité qui caractériserait toute situation coloniale »14. L’auteure invite à fluidifier la frontière de l’océan Atlantique, pour non seulement embrasser l’Europe moderne (ici le royaume de France) dans ses prolongements ultramarins, mais aussi pour déterminer dans quelle mesure le « jour d’après » 1763 et la défaite traumatique contre la Grande-Bretagne ont constitué l’élément déclencheur de la mise en place d’un nouvel ordre politique et administratif au sein de l’empire colonial français. Si les territoires ultramarins conservaient une position ambigüe au sein de l’ensemble des territoires de la monarchie composite française depuis la période colbertienne, le choc de la guerre de Sept ans contribua à clarifier leur statut sociopolitique, en affirmant la nature coloniale de la relation qui les liait avec le royaume de France, entendu désormais comme une métropole, au sens contemporain du terme15.

  • 16 Dziembowski 1998.
  • 17 Ruggiu 2011 ; Røge 2008. Voir également, entre autres, Dewar 2010 ; Shovlin 2010 ; Godfroy 2011 ; (...)
  • 18 Frostin 2008 ; Burnard – Garrigus 2016.

20L’année 1763 et les conséquences impériales de la défaite ont déjà fait l’objet d’un nombre considérable de recherches. Les travaux d’E. Dziembowski ont mis en lumière l’impact considérable de la guerre de Sept Ans sur la culture politique française, participant de l’émergence d’un « nouveau patriotisme français » face à la puissance britannique16. Les débats sur l’économie politique ou les concessions territoriales à accorder à la Grande-Bretagne, précédant ou pendant la guerre de Sept Ans, ont refaçonné la pensée impériale de la monarchie sous le duc de Choiseul. Recentrée sur ses possessions dans la Caraïbe, aux Mascareignes et sur ses comptoirs indiens et africains, la monarchie française privilégia l’exploitation économique intensive de ces territoires et abandonna ses prétentions sur de vastes ensembles territoriaux qui étaient le lieu d’interactions avec des sociétés autochtones, comme en Inde ou en Amérique du Nord. Malgré des tentatives manquées au Sénégal (P. Røge), cette « no territory policy » (Fr.-J. Ruggiu) fut au cœur de l’idéologie impériale française jusqu’à la conquête de l’Algérie (1830)17. Devenues le cœur économique de l’empire, les colonies antillaises furent l’objet d’un vaste mouvement de réformes administratives, non sans résistance (en particulier à Saint-Domingue, la plus riche colonie de plantation sucrière au monde) des élites ultramarines18.

21C’est par la clé du recensement que F. Malègue ouvre au problème du « jour d’après » 1763, à travers le cas de la Martinique et de la période qui suit sa rétrocession anglaise à la France. Outil administratif ancien dans l’empire colonial français, le recensement fut réinvesti après 1763 par l’État monarchique comme un instrument permettant la mesure des forces vives de la colonie, traduisant ainsi la réaffirmation de l’utilité économique des territoires ultramarins. Cependant, un élan réformateur, qui visait à mieux administrer des territoires entièrement consacrés à l’exploitation économique, dont les productions devaient revenir à la métropole, caractérise le « jour d’après » 1763. Le titre de l’article pourrait dès lors être trompeur : si le recensement du « jour d’après » marqua un retour à la « normalité », les innovations administratives qui accompagnèrent le processus de comptage des hommes, des animaux et des biens inaugurèrent des lendemains où les nouveautés introduites par la monarchie administrative renforcèrent le contrôle des autorités sur les sociétés ultramarines.

  • 19 Scott 1998.

22La réactivation du recensement dans le cas de la Martinique post-1763 filtrait des préoccupations autrement plus immédiates et sensibles : la conquête anglaise de l’île en 1762 faisait peser de lourds soupçons sur la loyauté et le patriotisme des colons martiniquais, lesquels avaient accueilli le nouveau pouvoir avec un peu trop de chaleur. La capitulation rapide de la Martinique, l’attrait des élites locales pour le modèle impérial d’outre-Manche, la puissance politique de certaines familles de « grands Blancs » et les nouvelles revendications politiques de « l’Assemblée des États de la Martinique » ne manquèrent pas d’inquiéter les autorités françaises. F. Malègue montre comment le processus de recensement contribua néanmoins à un « jour d’après » réussi, où les négociations entre l’intendant et les élites martiniquaises permirent le rétablissement d’une autorité française renforcée dans ses capacités à gouverner la société. La création des commissaires de paroisse, élus par les habitants et prenant en charge le processus de dénombrement, met en avant le rôle de ces intermédiaires de l’autorité par lesquels le pouvoir se diffuse, par capillarité, au sein de la société. Si, par la suite, les recensements martiniquais ne manquent pas de témoigner de la défiance du pouvoir à l’égard des élites « créoles », les négociations qui président à la production du recensement permettent d’envisager cet objet administratif autrement que comme un outil de surveillance et de taxinomie de la société sous le regard de l’État19. Elle illustre, une fois de plus, de quelle manière les « jours d’après » peuvent s’apparenter à des champs de bataille, dont l’issue permet la conquête de nouvelles capacités publiques par les communautés ou par l’État.

 

23Après « l’outre-mer », c’est « outre-mont » que se clôt ce dossier, avec la contribution de Cl. Storti sur la perte des « libertés » du bourg lombard de Varèse au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. L’article s’inscrit dans une histoire légale et institutionnelle d’une « quasi città », confrontée à l’anéantissement de ses privilèges, entre l’empire de Marie-Thérèse d’Autriche, l’État de Milan et, plus tard, la République française du Directoire. Si le cœur de l’article étudie le « jour d’après » 1802 et la consulte de Lyon (Varèse connaît alors la perte de son autonomie confirmée par la promulgation de la constitution de la République italienne), Cl. Storti réfléchit sur la longue durée, de la confirmation des privilèges de Varèse en 1447 par Francesco Sforza jusqu’à l’évocation finale de la création de la province de Varèse en 1927. Ce « jour d’après » actionné par la France révolutionnaire n’est certes pas celui de l’interrègne, du vide ou de la violence, mais du démantèlement de l’ordre juridique séculaire, du brusque changement des rapports politiques d’une communauté au pouvoir souverain. Les élites de Varèse, notamment ses juristes, opposent la légitimité du temps et de la coutume à la nouveauté unifiante de la République française, victorieuse sur les champs de bataille et impérieuse dans le champ politique. Pour contrer les effets du « jour d’après », le support même du dialogue attendu avec la France renvoie à des pratiques d’Ancien Régime : la supplique et la plainte. Ces outils se révèlent inefficaces car frappés d’obsolescence en même temps que les traditionnelles règles du jeu. Avec l’ordre politique, les canaux de la négociation avaient changé. Sans capacité à se réinventer rapidement, les élites locales n’ont pu que subir les effets du recalibrage républicain. L’approche par le droit permet d’appréhender le « jour d’après » sous un angle double : d’une part, la confrontation des temporalités (le temps long de la tradition niée par le temps court du changement) ; d’autre part, le dialogue impossible, repoussé par principe, entre des cultures et des pratiques juridico-politiques considérées comme faisant parties du « jour d’avant » par les tenants d’une réinvention profonde du droit public intérieur et international européen.

Haut de page

Bibliographie

Acciai 2017 = E. Acciai et al., Oltre il 1945. Violenza, conflitto sociale, ordine pubblico nel dopo guerra europeo, Rome, 2017.

Aron 1967 = R. Aron, Histoire de l’épuration. De l’indulgence aux massacres, Paris, 1967.

Baby 2012 = S. Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975-1982), Madrid, 2012.

Burnard – Garrigus 2016 = T. Burnard, J. Garrigus, The plantation machine. Atlantic capitalism in French Saint-Domingue and British Jamaica, Philadelphie, 2016.

Chaunu – Duc 2019 = D. Chaunu, S. Duc (dir.), La domination comme expérience européenne et américaine à l’époque moderne, Bruxelles, 2019.

Christias 2014 = P. Christias, Platon et Paul au bord de l’abîme : pour une politique katéchontique, Paris, 2014.

Cornette – Helvétius 2017 = J. Cornette, A.-M. Helvétius, La mort des rois, Paris, 2017.

Crouzet 2016 = D. Crouzet, Charles Quint. Empereur d’une fin des temps, Paris, 2016.

Dewar 2010 = H. Dewar, Canada or Guadeloupe?: French and British perceptions of empire, 1760–1763, dans Canadian Historical Review, 91-4, 2010, p. 637-660.

Dziembowski 1998 = E. Dziembowski, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Oxford, 1998.

Fonkenell – Zum Kolk 2019 = G. Fonkenell, C. zum Kolk (dir.), Catherine de Médicis (1519-1589) : politique et art dans la France de la Renaissance. Colloque international de Blois et Chaumont (21-23 novembre 2019).

Foronda 2005 = F. Foronda (dir.), Coups d’États à la fin du Moyen Âge, Paris, 2005.

Foronda 2011 = F. Foronda, Du contrat ou de la structure proprement politique des sociétés politiques, dans F. Foronda (éd.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle, Paris, 2011, p. 5-13.

Franzinelli 2016 = M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, 1946. Colpo di spugna sui crimini fascisti, Milan, 2016.

Frostin 2008 = Ch. Frostin, Les Révoltes blanches à Saint-Domingue au XVIIe et XVIIIe siècles, Rennes, 2008 (2e éd.).

Godfroy 2011 = M.-F. Godfroy, La guerre de Sept Ans et ses conséquences atlantiques : Kourou ou l’apparition d’un nouveau système colonial, dans French Historical Studies, 32-2, 2009, p. 167-191.

Le Gac – Virgili 2017 = J. Le Gac, F. Virgili, L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, 2017.

Massard-Guilbaud – Platt – Schott 2002 = G. Massard-Guilbaud, H. Platt, D. Schott (dir.), Cities and catastrophes. Coping with emergency in European history, Francfort, 2002.

Pfister 2002 = C. Pfister, Le Jour d’après. Surmonter les catastrophes naturelles : le cas de la Suisse entre 1500 et 2000, Berne-Stuttgart-Vienne, 2002.

Revel 1989 = J. Revel, L’histoire au ras du sol, préface de G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, 1989.

Røge 2008 = P. Røge, «La clef de commerce». The changing role of Africa in France’s Atlantic empire, ca. 1760-1797, dans History of European Ideas, 34-4, 2008, p. 431-443.

Rouquet – Virgili 2018 = F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration, Paris, 2018.

Ruggiu 2011 = F.-J. Ruggiu, India and the reshaping of the French colonial policy (1759-1789), dans Itinerario, 35-2, 2011, p. 25-43.

Ruggiu 2018 = F.-J. Ruggiu, Des nouvelles France aux colonies. Une approche comparée de l’histoire impériale de la France de l’époque moderne, dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Débats, 2018 [http://journals.openedition.org/nuevomundo/72123].

Scott 1998 = J.C. Scott, Seeing like a state. How certain schemes to improve the human condition have failed, New Haven-Londres, 1998.

Shovlin 2010 = J. Shovlin, Selling American empire on the eve of the Seven Years War: The French propaganda campaign of 1755-1756, dans Past & Present, 206-1, 2010, p. 121-149.

Ternat 2015 = Fr. Ternat, Partager le monde. Rivalités impériales franco-britanniques, 1748-1756, Paris, 2015.

Terrel 2001 = J. Terrel, Les théories du pacte social. Droit naturel, souveraineté et contrat de Bodin à Rousseau, Paris, 2001.

Todd 2016 = D. Todd, Retour sur l’expédition d’Alger : les faux-semblants d’un tournant colonialiste français, dans Monde(s), 10, 2016, p. 205-222.

Vidal 2009 = C. Vidal, Francité et situation coloniale : nation, empire et race en Louisiane française (1699-1769), dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009, 5, p. 1019-1050.

 

Haut de page

Notes

1 Massard-Guilbaud – Platt – Schott 2002 ; Pfister 2002.

2 Foronda 2005.

3 Cornette – Helvétius 2015.

4 Foronda 2011 ; Terrel 2001.

5 Baby 2012.

6 Le Gac – Virgili 2017.

7 D’Aron 1967 à Acciai 2017.

8 Rouquet – Virgili 2018.

9 Franzinelli 2016.

10 Revel 1989.

11 « Pacification », Trésor de la langue France informatisé.

12 Christias 2014 ; Crouzet 2016.

13 Voir par exemple Fonkenell – Zum Kolk 2019.

14 Vidal 2009, p. 1024.

15 Ruggiu 2018.

16 Dziembowski 1998.

17 Ruggiu 2011 ; Røge 2008. Voir également, entre autres, Dewar 2010 ; Shovlin 2010 ; Godfroy 2011 ; Ternat 2015 ; Todd 2016.

18 Frostin 2008 ; Burnard – Garrigus 2016.

19 Scott 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Chaunu, Séverin Duc et Antoine Sénéchal, « Introduction.
Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination (XVIe-XVIIIe siècle) »
Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-1 | 2020, 5-12.

Référence électronique

David Chaunu, Séverin Duc et Antoine Sénéchal, « Introduction.
Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination (XVIe-XVIIIe siècle) »
Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/7266 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.7266

Haut de page

Auteurs

David Chaunu

Musée du quai Branly – Jacques Chirac, Centre Roland Mousnier (UMR 8596) – david.chaunu@hotmail.fr

Articles du même auteur

Séverin Duc

École française de Rome, Centre Roland Mousnier (UMR 8596) – severin.duc@protonmail.com

Articles du même auteur

Antoine Sénéchal

EHESS – Mondes américains (UMR 8168)/CRBC, Casa de Velázquez – antoine.senechal@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search