Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le « jour d’après » : comment s’é...« Les Utopiens croient donc à une...

Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination

« Les Utopiens croient donc à une vie future »

Temporalités, actions et possibilités du « jour d’après » (Méditerranée et Atlantique, XVIe-XVIIIe siècles)
David Chaunu, Séverin Duc et Antoine Sénéchal
p. 13-24

Résumés

Cet article déplie les temporalités, les rythmes, les actions et les possibilités du « jour d’après » dans les sociétés d’Ancien Régime, en Méditerranée et en Atlantique. Dans son déroulement réel et/ou perçu, le « jour d’après » signifie moins un « vide » qu’un champ des possibles qui peut aller jusqu’à la prédation interhumaine. Face au risque d’effondrement du contrat social ou, du moins, du consensus à vivre ensemble selon certaines règles, les volontés d’ordre dialoguent avec les opérations de pacification et les redéploiements d’un contrat politique ou social renouvelé. Or, au fil des siècles de l’époque moderne, les élites de pouvoir ne font plus seulement face à des populations animées du désir de retour en arrière au nom de la coutume, mais également à de possibles et plus ou moins conflictuels réagencements des catégories du social (genre, classe, ordre, race, etc.).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Reinhard 2015 ; Sallmann 2011.
  • 2 Gruzinski 2004 ; Hugon – Merle 2016.
  • 3 Bercé 2013.
  • 4 Hébrard – Verdo 2013.
  • 5 Hirschfeld 1997 ; Wiencek 2003.
  • 6 More 2017.

1Avec la clé du « jour d’après », il est possible de pénétrer un espace-temps composite et connecté : entre 1500 et 1800, l’Europe occidentale, du bassin méditerranéen au monde atlantique en émergence, de l’achèvement du processus de Reconquista au sud de la péninsule Ibérique jusqu’à l’enclenchement des expériences révolutionnaires atlantiques1. À l’ère de la première mondialisation, les innovations, les transferts et les réemplois sont d’autant plus nombreux entre les mondes européens et américains que les différents régimes en place disposent d’outillages juridiques, de langages politiques et de pratiques de pouvoir, sinon identiques, du moins largement comparables2. Au sein de cet espace politique large mais cohérent, au fil des siècles de l’époque moderne, les élites de pouvoir ne font plus seulement face à des populations animées du désir de retour en arrière contre les « novelletés » et au nom de la coutume3. Sous fond de désir d’égalité politique, parmi ceux qui ne disposent pas du pouvoir souverain (l’éventail est large), la volonté d’en finir avec les sociétés structurées par les privilèges, notamment en France, travaille les hiérarchies sociales et la distribution des ressources. Aux Amériques, quand bien même il se conjugue aussi avec la question de la souveraineté, l’enjeu est plus complexe encore : il s’agit d’élites créoles qui « se font État », selon la formule chère à Antonio Gramsci, afin de conserver leur domination exclusive sur les populations autochtones ou déportées d’Afrique. Par conséquent, elles sont très loin d’être aussi révolutionnaires socialement qu’elles le sont politiquement4. Le cas de George Washington, libérateur mais aussi planteur, est paradigmatique des potentialités, des limites et des mises en narration laudatives et progressistes du « jour d’après »5. En d’autres termes, s’il y a toujours un « après », cela ne signifie pas, nécessairement, un « meilleur ». Contrairement aux Utopiens auxquels Thomas More attribue en 1516 la liberté et la foi en la Providence6, les limites du « jour d’après » dans l’ici-bas se conjuguent, dans l’ordinaire des sociétés d’Ancien Régime, à l’espérance d’une « vie d’après ». Interroger les dynamiques de changement c’est donc aussi questionner les processus de conservation.

Le « jour d’après » : un champ des possibles

  • 7 White 2012.
  • 8 Vo-Ha 2017.
  • 9 Voir l’approche novatrice de Wachtel 1971 sur la « vision des vaincus » péruviens.
  • 10 Une cité-État soumise au pouvoir aztèque qui fit de l’invasion des forces de Cortés une opportunit (...)
  • 11 Diaz del Castillo 1877, p. 202-203.
  • 12 Las Casas 2006.

2Au sens strict, le « jour d’après » est un champ des possibles pour ceux qui prennent le pouvoir et pour ceux qui le perdent, pour les vainqueurs et les vaincus, pour ceux qui profitent des interstices ouverts et ceux qui en pâtissent, au soir d’un régime et à l’aube d’un autre. Existe-t-il alors nécessairement une phase de chaos absolu dans les « jours d’après » vécus par les sociétés anciennes ? Ou bien un entre-deux complexe, entre ordre et chaos ? Loin d’imposer un ordre nouveau radicalement étranger aux sociétés dominées, conquises et/ou absorbées, les nouveaux détenteurs du pouvoir développent un agencement ad hoc ou non des circuits de la domination et y appliquent une riche panoplie de solutions et d’instruments pour contrôler, intégrer, pacifier, médiatiser, faire adhérer et soumettre durablement les populations. De telles expériences furent nombreuses, notamment lors des processus de projection européenne dans le monde depuis la fin du XVe siècle, où les entre-deux et les « middle ground[s] »7 se multiplièrent et se singularisèrent. Le « jour d’après », ce peut être aussi la désintégration et la reconstruction du corps politique dont les actes de reddition et de capitulation constituent, entre autres sources, une clé pour analyser ces moments décisifs8 : l’enjeu étant de fonder, dès le premier jour, une domination légitime et (r)établir une société ordonnée, stable et prospère, dévolue au service fidèle des nouveaux maîtres. La façon dont les contemporains ont pu concevoir le « jour d’après » a fort à faire avec leur rapport au changement. Cette approche critique est d’autant plus nécessaire lorsque des protagonistes aux origines très contrastées vivent un événement a priori commun9. Les études portant sur les perceptions et les représentations amérindiennes des conquêtes européennes amorcées en 1492 ont illustré les écarts majeurs dans la considération des changements, des ruptures, des cataclysmes ou tout autre « jour d’après ». Que l’on s’en tienne, par exemple, aux témoignages contrastés du massacre de Cholula (1519) dans la production hybride du Lienzo de Tlaxcala10 (seconde moitié du XVIe siècle) et des récits castillans de Bernal Diaz del Castillo11 et de Bartolomé de las Casas12. Trois univers variés, tous nés de la conquista espagnole de l’Empire aztèque, intègrent un fait selon leurs propres codes, signes et enjeux. En ce sens, faire advenir le changement est indissociable de ses définitions cosmogoniques, éthiques, politiques et pratiques.

  • 13 Stuber 2003, p. 174.
  • 14 D’après Fournel – Zancarini 2014, l’absence de majuscule permet de rendre compte de l’instabilité (...)
  • 15  Fournel – Zancarini 2009 ; pour la notion de « fortune », Buttay 2008.
  • 16 Zancarini 2010.
  • 17 Duc 2019a.
  • 18 Grajales 2016, pour sa modélisation complexe et mobile de la formation d’un État par la violence, (...)
  • 19 Boucheron 2013, pour un point de vue médiéval de la peur en politique, ressentie et instillée.
  • 20 Buttay 2008 ; Guicciardini 1971, livre X, chap. 16.
  • 21 Guicciardini 1971, livre XVI, chap. 8.
  • 22 Guicciardini 1971, livre I, chap. 6.
  • 23 Guicciardini 1971, livre XIV, chap. 14.
  • 24 Lancre – Jacques-Lefèvre 1610.

3Travaillant sur le savant bernois Albrecht von Haller, Martin Stuber montre comment, au temps des Lumières, la catastrophe dite aujourd’hui « naturelle » migre progressivement de l’herméneutique du châtiment divin vers l’analyse d’un phénomène susceptible de recevoir une explication scientifique13. Avec ou sans Providence, les « jours d’après » des sociétés d’Ancien Régime supposent que « les choses peuvent changer » voire qu’« on peut changer les choses ». Par exemple, la notion de mutazione hante les Italiens de la Renaissance. Obsédés par l’instabilité politique des états14 péninsulaires, Niccolò Machiavelli et Francesco Guicciardini vont pousser leur réflexion à la lisière du désenchantement qui prend parfois le nom de Fortuna15. Dans son Histoire d’Italie, le second recourt à l’expression mutazione/mutation à plus de soixante reprises, qu’elle soit « de l’état », « des choses », « de la fortune » ou sans aucun complément16. D’année en année, de décennie en décennie de conflictualités, Guicciardini postule une interconnexion des processus d’instabilité dans la péninsule italienne. Une fois la dynamique enclenchée, le « champ de forces et de luttes17 » auto-produirait de la mutation : conquêtes multiples, prédations organisées, effondrements intérieurs, coups de forces, prises de pouvoir, condamnations à morts, bannissements, cohortes d’exilés18, etc. Le détenteur du pouvoir est assiégé par la peur du déséquilibre et du renversement de son stato19. S’il a tiré profit de l’instabilité, il peut tout aussi bien l’éprouver à ses dépens. Les affaires du monde ne répondent à aucune linéarité : les positions sont réversibles sur la « roue de fortune » qui, sans frein, peut tourner brutalement, atterrer le plus puissant d’aujourd’hui ou élever le perdant d’hier20. Ce qui est (au sens propre, l’état) ne sera bientôt plus21, car la « subita mutazione » a affaire, intrinsèquement, avec la « violenza grande »22. De guerre en guerre, de mutation en mutation, chaque « jour d’après » rejoue les précédents et se fait le théâtre de violences expiatoires et cathartiques. La verticalité, la mobilité, la brutalité, la prédation et la fatalité font loi23. L’avant et l’après semblent se fondre dans un changement permanent, dans la mutabilité et l’inconstance de toute chose24.

  • 25 Hartog 2003.
  • 26 Crouzet 1990 ; Minois 2009 ; Urfé 2011-2016.

4Quand, où, comment et qui commence le « jour d’après » ? Épistémologiquement, selon la période historique, l’articulation avant/pendant/après est toujours en variation, d’autant qu’elle est autant une construction documentaire qu’une réalité historique. Il est toute une différence entre l’événement et sa mise en discours. Il est ici fortement question des acquis du Linguistic Turn : le « jour d’après » est aussi un événement reconstruit sur la sensation de l’évidence qu’il s’est passé quelque chose. Cependant, qui en décide et qui le fait ? Qui s’y refuse ? Qui le qualifie et le met à l’écrit ? Tantôt les protagonistes peuvent espérer le « jour d’après » (la mort du tyran, des hérétiques, etc.) pour ensuite le réaliser ou toujours le repousser jusqu’au seul et unique terminus ad quem : le Jugement dernier, dernier moment d’un temps linéaire25. Discursivement, il est aussi possible de répondre aux aspirations pressantes des élites et/ou des populations par une démonstration de changement. L’Âge d’or développé par Henri IV et son entourage fonctionne sur le thème de l’Éternel retour, fiché sur une temporalité cyclique conjurant les guerres civiles, les périls de religions et donc l’angoisse eschatologique26. Ailleurs, le « jour d’après » peut être une reconstruction postérieure, notamment par l’historien.ne. Les strates interprétatives se multiplient sur l’événement, qu’elles soient anticipatrices ou postérieures, laudatives ou péjoratives : la Révolution française, rupture de la chaîne des temps ou lendemains qui chantent « Ah ! ça ira, ça ira, ça ira » ? Enfin, si aucune source n’identifie de changement de haute intensité, peut-on, a posteriori, parler de « jour d’après » ?

5Il n’en demeure pas moins que, sous l’action de quelque groupe, de quelque événement interne et/ou externe, une perturbation se produit dans un ordre supposé stable. Or, ceux qui détiennent le pouvoir s’entendent généralement pour envisager la société comme un corps dont les composantes sont hiérarchisées et disposent de propriétés homéostatiques27. Face à eux, le mouvement de bascule peut être impulsé par un coup de force intérieur, une révolte de masse, une sédition militaire, une répression mal graduée, une conquête extérieure, une catastrophe naturelle, une épidémie, etc. Les « mouvements » observés témoignent du redéploiement des positions sur la carte du pouvoir : la nouveauté signifierait moins la création de nouveaux acteurs que leur réagencement. Dans un système de pouvoir assimilable à un champ de forces et de luttes, l’enjeu est la coalition de pouvoirs pour obtenir un centre de gravité. Si, pour s’imposer au centre du jeu, il faut s’allier avec ceux qui le détiennent, et prendre leur idiome, cela peut-être tactiquement opérant. Nous pensons ici, entre autres, aux élites des territoires conquis, des gentiluomini di Lombardia pendant les guerres d’Italie aux caciques tlaxcaltèques de Cortés28. En somme, le « jour d’après » serait autant la capacité à susciter le changement des forces qu’à s’en rendre maître.

  • 29 Boucheron 2004 ; Boucheron 2008.
  • 30 Canetti 1966.

6Patrick Boucheron pose le problème en termes d’hydraulique du pouvoir : imposer sa force sur les inévitables flots, les réorienter, les réunir, les diviser29, etc. L’attitude la plus efficace est fonction des objectifs assignés au « jour d’après » : qu’ils soient immédiats (en finir avec un groupe déterminé et son exercice du pouvoir que l’on peut délégitimer en l’appelant « tyrannie ») ou de plus long terme (créer les conditions d’une nouvelle répartition des ressources, d’une réforme du système juridique, etc.). Pour ce faire, des « cristaux de masse30 » sont nécessaires, au sens de groupements compacts de basculement d’un état/État. Ils naissent par la volonté de certains chefs charismatiques ou selon un procédé d’auto-organisation reposant sur des structures préexistantes au changement (corporations, factions, milice civique, etc.). Au pouvoir, ils constituent des instances provisoires de gouvernement qui suggèrent une transition vers autre chose ou bien une institutionnalisation des charges extraordinaires jusqu’à ce que les conditions permettent un « retour à la normale ». Bien souvent, ce « jusqu’à ce que » ne constitue plus que l’horizon d’attente d’un extraordinaire normalisé, l’outil de mise en tension et en soumission d’une société rétive au changement.

  • 31 Guicciardini 1971, livre I, chap. 15.
  • 32 Guicciardini 1971, livre V, chap. 10 ; livre XI, chap. 2.
  • 33 Guicciardini 1971, livre I, chap. 19.

7Moment de transition, le « jour d’après », c’est aussi un imaginaire du vide (le sede vacante pontifical saisit le mot lui-même) propice à l’anomie et au désordre : le pacte social de non-agression ne s’effondrerait-il pas avec le groupe de pouvoir qui le détenait jusqu’alors ? Très proche de nous, comme pour exorciser une angoisse latente, le genre américain du film catastrophe ne relie-t-il pas régulièrement l’assassinat d’un policier au cours d’une émeute à des scènes de pillage des magasins d’alimentation par une multitude débridée ? Ici, nous sommes proches de ce que l’on peut appeler la polémique du vide, laquelle s’articule à une morale et une transcendance de l’ordre : lors du changement, il n’y aurait plus « law » ni « order ». Rapportée à l’époque qui nous intéresse, pour Guicciardini, la « mutazione dello stato » ne peut que signifier « disordine »31. En amont, une cité désordonnée serait sujette à la mutation, de par son impossibilité à faire advenir une « forma perfetta del governo » en raison de la défiance des grands et du peuple32. En aval, la mutation signifierait la mise à sac du camp de l’armée et la dispersion des troupes33. Dans ses possibilités et son actualisation, le changement serait synonyme, donc, de violence et de chaos.

  • 34 Crouzet 1990.

8Du point de vue de ceux qui veulent le « jour d’après », les vecteurs d’impossibilité doivent être anéantis. L’assassinat du garde comme du prêtre durant les guerres de Religion serait une re-prise de pouvoir sur soi mais aussi sur les autres, un rituel d’inversion des positions, une désacralisation manifeste34. Doit-on ici distinguer les violences « politiques » de celles « sociales » et interpersonnelles ? Les mobiles sont-ils aussi distincts qu’on veut le dire ? Y aurait-il une bonne et une mauvaise violence du changement ? S’il était possible de trancher, cela signifierait qu’une éthique structure le « jour d’après ». En réalité, le redéploiement des forces ouvre des interstices au sein desquels des individus et des groupes pénètrent pour satisfaire des intentions indifférentes. Des fenêtres d’opportunités sont ouvertes par le moment lui-même : meurtres par vengeance, prédations matérielles (sacs, vols, pillages, incendies, etc.) et physique (rapt, viols, réduction en esclavage, etc.).

  • 35 Le film La Route (2009) traduit parfaitement l’effroi du vacuum de contrat social, un vide qui est (...)
  • 36 Nous remercions Jacobo Grajales de cette remarque qu’il développe dans les conclusions de ce dossi (...)
  • 37 Chamayou 2010.

9Par conséquent, il n’existe jamais de vide de pouvoir : aucun « jour d’après » ne constitue un pur vacuum. Il est conglomérat de potentialités de pouvoir, fut-il prédateur. En revanche, le contrat social peut se retrouver vidé de sa substance organisatrice et de sa puissance protectrice. Dans ce « vide contractuel », les pouvoirs sont réagencés brutalement. Anthropologiquement, les positions sont réparties entre les proies et les prédateurs, dans un jeu de signes qui sollicite la déshumanisation et l’animalisation de l’Autre35. Pragmatiquement, il est question de redistribution des ressources, de jeu de contraintes, de transformation des règles, de recours à des capitaux identitaires de violence et donc d’intermédiaires aptes à la maîtrise de ces capitaux36. Chemin faisant, deux fils rouges peuvent être tissés : d’une part, la question de l’appartenance à une communauté et, d’autre part, le régime de la propriété. Par contrefeux, des communautés préexistantes ou auto-organisées peuvent « faire front » et empêcher la résurgence de la chasse aux hommes et aux femmes37. Enfin, la mise en suspens de l’ordre juridique, l’absence physique des personnages les plus liés au régime précédent et la fragilité de la nouvelle autorité obligent les individus et les groupes à faire des choix qui, d’ordinaire, ne leur reviennent pas nécessairement, notamment pour établir les bases d’un nouveau « vivre ensemble ».

Volontés d’ordre, opérations de pacification et déploiements d’un contrat politique ou social

  • 38 Schapira – Ribard 2013 ; Hermant 2016, p. 8.
  • 39 Hermant 2016, p. 8.

10Loin d’être uniquement le moment de la déstabilisation, de la perte des repères et du désordre, le « jour d’après » annonce aussi des projets de restauration ou d’instauration de l’ordre, de la conciliation, de l’équilibre et de la paix. Le « jour d’après » orienté vers une telle quête révèle autant qu’il teste les sociétés européennes d’Ancien Régime. S’y dévoilent les possibles et les (dys)fonctionnements des sociétés organisées ou aspirant à le devenir. Le retour à l’ordre, ou son engendrement, correspond à une entreprise délicate et incertaine qui n’est jamais jouée d’avance. Celle-ci engage à la fois l’efficacité des normes et des pratiques établies ou à venir et l’initiative des hommes et des femmes. L’agency des acteurs se manifeste dans leur faculté d’innovation, d’obéissance ou d’adaptation pour (r)établir l’ordre38. Sa quête est fondamentalement déstabilisante et insécurisante. Les acteurs se trouvent souvent confrontés à leurs propres limites, à celles de leurs idées et de leur habitus. Les rugosités et les frictions entre les normes et les pratiques, entre les devoirs et les ambitions et entre la corporation et l’individuation ponctuent chaque étape de « progression » ou de « régression »39. Une telle quête se déroule dans un contexte et une situation précise. Ses enjeux et ses défis varient selon l’existence préalable d’un ordre (et sa représentation a posteriori) perturbé ou dénaturé, selon l’existence d’un ordre étranger, plus ou moins inconnu, ou selon l’irruption d’un nouvel ordre.

  • 40 Domínguez Ortiz – Vincent 2003 ; Vincent 2006 ; Poutrin 2012 ; Glesener 2017.

11Prenons le cas hispanique. Du premier achèvement de la conquête de l’émirat de Grenade en 1492 à la révolte des Alpujarras (1568-1571) et aux expulsions des populations moriscas (1609-1614), et même jusqu’aux réintégrations hypothétiques du XVIIIe siècle, les autorités laïques et ecclésiastiques s’unirent et se désunirent afin de restaurer un ordre politique, social et religieux compatible avec les orientations nouvelles des Couronnes unies de Castille et d’Aragon, de l’empire de Charles Quint puis de la monarchie hispanique des Habsbourg (puis des Bourbon)40. L’adhésion à cet ordre renouvelé emprunta presque autant de chemins qu’il y avait de protagonistes engagés dans cet épisode. Comme l’illustre ce long épisode historique, restaurer l’ordre et la stabilité constitue une épreuve constante et un défi primordial pour les sociétés et les gouvernements de l’Europe moderne, y compris pour ses expansions ultramarines.

  • 41 Coste – Guillaume 2014.
  • 42 On pourra lire, par exemple, les textes fondateurs du débat publiés dans la revue Past & Present à (...)
  • 43 La bibliographie sur le « déclin » espagnol depuis le tournant des XVIe et XVIIe siècles étant trè (...)
  • 44 D’après Rabb 1975. Lire également sur ce point historiographique la synthèse introductive de Bened (...)
  • 45 Sallmann 2011.
  • 46 Gruzinski 2004.
  • 47 Gardons à l’esprit que l’exclusivité de l’évolution historique de l’Europe ne fait pas l’unanimité (...)
  • 48 Parmi une bibliographie sans cesse augmentée : Elliott 1989 ; Fuchs 2001 ; Gruzinski 2001 ; Kamen  (...)

12Depuis le milieu du XXe siècle, les avancées historiographiques ont enrichi continuellement notre connaissance et notre analyse des crises, des troubles et des révoltes41. On a d’abord pensé qu’elles marquèrent surtout le XVIIe siècle42, voire qu’elles affectèrent plus en profondeur certaines puissances et sociétés (ibériques, germaniques, etc.) à cause d’un prétendu « déclin43 » ou d’une longue guerre dévastatrice (la guerre de Trente Ans). En fait, elles affectèrent l’ensemble de la période comprise entre 1500 et 1800, au point de constituer un élément commun à toute l’Europe, depuis ses espaces domestiques jusqu’à ses espaces ultramarins44. Les facteurs de désordre et de perturbations ne manquent pas ; les expansions européennes depuis le XVe siècle désenclavent le monde connu ; les legs du passé sont relus et révisés. Une nouvelle étape de (re)définition du soi et de l’Autre s’inaugure dans un monde européen étendu à l’Atlantique. Un nouveau décloisonnement du monde45, ou globalisation selon les historiographies46, accélère et intensifie les contacts entre les sociétés du monde, maximisant les circulations, les échanges et les emprunts entre celles-ci. L’Europe aurait alors engagé un parcours spécifique qui lui offrirait de plus amples ressources et possibilités afin de constituer son ordre et de le répandre au sein et hors de ses frontières47. À ce titre, l’évolution des sociétés et des pouvoirs ibériques constitue une large focale d’études48.

  • 49 Hazard 1989.
  • 50 Needham 2004 ; p. 73 ; Pomeranz 2010.
  • 51 Bulst – Descimon – Guerreau 1996 ; Dedieu 2010 ; Hermant 2016, p. 19.

13Renaissance, Réformes et Lumières furent autant d’événements que d’auto-représentations culturels et intellectuels qui (dé)stabilisent le quotidien des Européens dit modernes. Au sein et hors d’Europe, les mondes nouveaux et renouvelés sont des testeurs par excellence de l’ordre pensé et pratiqué. Ils peuvent aussi engendrer des innovations et des remises en question fécondes. Le second XVIIe siècle, ou le tournant de 1680 à 1715 selon Paul Hazard, accueillerait un changement majeur et décisif des mentalités européennes. D’autres conceptions de l’ordre sont envisagées49, tandis que les avancées scientifiques épaulent des technologies et des conceptions du pouvoir nouvelles, comblant ainsi les décalages européens face aux cultures scientifiques asiatiques notamment50. Dans l’empire colonial français par exemple, la crise de la conscience européenne et le développement d’une nouvelle conception de l’ordre du monde, en partie délestée de la lecture religieuse, suscite, par-delà le discours de l’émancipation de l’individu, le développement des technologies raciales du pouvoir. Il s’agit également d’un moment où la figure du monarque prend un ascendant supplémentaire en tant que promoteur social et orchestrateur des réseaux. Les logiques sociétales et politiques des XVIe et XVIIe siècles sont partiellement remises en question à la lumière de ces changements51.

  • 52 Rabb 1975.
  • 53 Clavero Salvador 1986 ; Hespanha 1989 ; Broggio – Paoli 2011.
  • 54 On se référera, entre autres, aux études classiques : Elias 1985 et Elias 2002.
  • 55 Elliott 1992.
  • 56 Schaub 2001.
  • 57 Garavaglia – Schaub 2005.
  • 58 Tocqueville 1967, p. 140, cité dans Wenzel 2011.
  • 59 Garavaglia – Schaub 2005 ; Wenzel 2011.
  • 60 Clavero Salvador 1996 ; Castellano – Dedieu 1998. Et également Imizcoz Beunza 2009.

14D’après Theodore K. Rabb, la recherche permanente de l’ordre et de la stabilité constituerait l’une des caractéristiques principales de l’époque moderne52. Il s’agit d’une réalité et d’un projet aussi polysémiques que sont plurielles et complexes les morphologies sociales et les formations politiques53, malgré le renforcement constant de l’homogénéisation des mœurs, des codes et des pratiques sous l’Ancien Régime54. Sous couvert d’une hiérarchisation verticale et singulière, les sociétés évoluent dans le cadre d’une pluralité juridique fonctionnelle55, même si elle est conflictuelle56, contradictoire ou inaboutie dans certains de ses processus57. Les voies potentielles de la conciliation, de la restauration de l’ordre et du droit, ainsi que du retour à la paix étaient toujours multiples pour un individu, un corps social ou une autorité. Paradoxalement, la plasticité et la souplesse demeurent constantes, comme le rappelle Alexis de Tocqueville : « [l]’Ancien Régime est là tout entier : une règle rigide, une pratique molle ; tel est son caractère »58. Non seulement, plusieurs alternatives au règlement des troubles et des conflits sont incluses au sein des processus juridiques et politiques établis59, mais d’autres alternatives élargissent le spectre des possibilités : la grâce, le pardon, l’amitié, la charité, l’administration domestique ou encore le traditionnel système du don et du contre-don60, etc.

  • 61 On s’appuie ici sur l’analyse proposée par Schaub 2016.
  • 62 Foronda 2011 ; Genet 2011 ; Zúñiga 2013.
  • 63 Hermant 2016, p. 39-41.

15Parmi toutes les alternatives possibles pour instaurer ou restaurer l’ordre et la conciliation, trois grandes orientations constituent des solutions prisées voire nécessaires pour asseoir la légalité et la légitimité des démarches dans le cadre d’un retour ou d’une entrée dans la sphère de la politique et de l’autorité61. Sans grande surprise, la force et la violence figurent en premier lieu : des solutions pensées et pensables, surtout appréciées. Ensuite, l’administration des peuples par le droit s’impose comme une voie nécessaire, dans des sociétés plurielles fortement structurées, hiérarchisées et agencées par l’univers juridique, ses normes et ses pratiques. Afin de prendre en compte le « jeu collectif » que représente la volonté d’ordre et de conciliation, il est indispensable, enfin, d’engager des négociations et des compromis pour gagner l’adhésion et la conviction de tous, ou du moins du plus grand nombre, en suivant des procédures très variées62. L’articulation des rapports entre les institutions et les acteurs, les vainqueurs et les vaincus ou entre les « puissants » et les « faibles » ménage presque toujours des interstices au sein desquels le contournement et la subversion du pouvoir rendent tolérables l’ordre nouveau ou réinstauré63. Ces solutions attendues ou envisageables ne peuvent triompher sans un usage fin et approprié de la communication, du discours et de la représentation. Lors d’un « jour d’après », le temps est compté. Son écoulement et ses différentes perceptions marquent les échanges entre les institutions et les acteurs impliqués dans l’instauration ou la restauration de l’ordre, conditionnant les équilibres sociaux au soir et au lendemain du « jour d’après ».

Soirs et lendemains du « jour d’après »

16La notion de « jour d’après » permet d’interroger l’évènement politique comme moment-test pour les sociétés modernes, dont les structures et les conditions de stabilité sont mises à l’épreuve. Le « jour d’après » peut s’appréhender comme un événement matriciel, potentiellement constitutif de nouvelles sociétés et d’imaginaires sociopolitiques réinventés au soir de la bataille, lorsque le champ des possibles se referme, quand les autorités (r)établies contemplent le corps social éprouvé. Ce faisant, c’est l’impact socioculturel des crises politiques, psychologiques, sociales ou environnementales au sein des cultures politiques d’Ancien Régime qu’il s’agit d’interroger. En somme, au soir du « jour d’après », dans quelle mesure de nouvelles sociétés adviennent-elles des bouleversements récents ?

  • 64 Benigno – Scuccimara 2007.
  • 65 Balandier 1951.
  • 66 Fradera 2008 ; Spieler 2009 ; Vidal 2009 ; Ruggiu 2018.

17Coups de force intérieurs, catastrophes environnementales, conquêtes, révoltes, séditions, guerres civiles, révolutions : tous ces moments et ces états instables d’exception informent, peu ou prou, les structures – en apparence immuables – des sociétés modernes, au moment du retour à la norme et à l’ordre64. L’hypothèse basse se situe dans un réagencement pragmatique des sujets du prince, nécessaire à la résorption de la guerre civile, tandis que la nouvelle autorité qui se construit au soir du « jour d’après » rétablit une stabilité en assurant la pérennité du corps social. Cette solution continuiste permettant le retour à des temps apaisés n’est dès lors possible qu’en s’assurant la collaboration des systèmes locaux d’autorité : si la violence (physique ou symbolique) a pu s’exercer à l’encontre des meneurs, les temps nouveaux qui s’annoncent permettent aussi un renforcement de la domination des élites, anciennes ou nouvelles, reconduites par la clémence du prince ou portées au pouvoir par celui-ci. Pour sa part, l’hypothèse haute traverse l’Atlantique. La comparaison entre « jours d’après » de la métropole et « jours d’après » ultramarins, et leurs conséquences sur le corps social, peut s’avérer fructueuse, en ce qu’elle questionne fortement la dichotomie entre norme et exception au sein de l’espace politique de l’Europe moderne. La problématique des sociétés nouvelles n’a jamais été aussi sensible que dans les espaces américains où l’expansion des Européens, aidée par la circulation planétaire des agents pathogènes, n’a pas seulement servi de « laboratoire » de l’autorité et de nouveaux outils de l’administration et du maintien de l’ordre. Selon nous, le concept de laboratoire politique ultramarin constitue un raccourci facile qui occulte les nombreux éléments de continuité entre les royaumes européens et leurs possessions d’outre-mer. Malgré les auxiliaires indigènes et la collaboration des caciques qui permettent une continuité des structures de la domination sociale, les « jours d’après » américains constituèrent la matrice de nouvelles sociétés coloniales65, nées de la rencontre forcée entre Européens, Amérindiens et Africains, et qui furent caractérisées par de nouveaux régimes d’exceptionnalité inconnus des espaces domestiques européens66.

  • 67 Goody 1979 ; Scott 1998 ; Desrosières 2008.

18La formation de sociétés nouvelles se joue au moment du réagencement des peuples par l’autorité, c’est-à-dire au soir du « jour d’après ». Le rétablissement des technologies de l’État (impôt, conscription, recensement, cadastre, cartographie, archives, etc.) marque non seulement le retour à la normalité retrouvée, mais aussi la reconstitution d’un corps social unifié (ou redéfini autour de nouveaux critères d’unité), sous le commandement d’un pouvoir qui peut de nouveau manifester sa capacité à lire, à mesurer, donc à mieux gouverner la société. Signe du retour à l’ordre, ces outils permettent la connaissance de la multitude sociale, alimentent le sentiment d’un pouvoir réaffirmé et puissant après des temps troublés67, au risque de l’auto-suggestion et de l’illusion d’une autorité restaurée. Mais le déploiement de ces technologies dit aussi de quoi sera fait le lendemain pour les hommes et les femmes. Le rétablissement de l’autorité est le moment d’un réagencement partiel ou avancé de la société nouvelle, dont ces outils forment les ressorts. Avec la violence ordalique, la justice du prince sépare l’ivraie du bon grain, écarte les bons des mauvais sujets. Qu’il s’agisse d’une répression par le haut (les purges politiques, l’exil physique ou symbolique des Grands qui ont trahi, etc.) ou par le bas (les chasses à l’homme, l’exécution des « meneurs », l’extermination de groupes séditieux, l’élimination de « foyers » d’hérésie, etc.), le retour à l’ordre convoque ces technologies pour informer le corps social, le purifier, le régénérer : identification des personnes et des groupes sensibles, création de nouvelles catégories statutaires souvent adossées à la fiscalité, etc. Leur rétablissement conduit à redessiner la relation que la société va entretenir avec les nouvelles autorités rétablies. Un processus duquel les groupes sociaux ont d’ailleurs parfaitement conscience, au regard des attaques dont font l’objet ces outils lors des troubles. Les esclaves de Saint-Domingue qui s’enfuient des plantations des maîtres avec les feuillets de recensement en poche, font écho à l’entrée en révolution des paysans français qui, au moment de la « Grande Peur » de l’été 1789, brûlent les terriers où étaient conservés la mémoire écrite des privilèges seigneuriaux.

  • 68 Corrigan – Sayer 1985.
  • 69 Jouanna 1989 ; Thompson 2015.
  • 70 Lemarchand 2014.

19Le retour à l’ordre se veut aussi une manifestation sans cesse réaffirmée d’un rétablissement des hiérarchies anciennes ou de l’élaboration de nouvelles. Le soir du « jour d’après » est une scène sur laquelle est théâtralisé le rétablissement du pouvoir et de ses appuis par lesquels l’autorité innerve et se répand par capillarité au sein du corps social. La nouvelle autorité à la recherche du consensus est productrice de signes et de pratiques (notamment juridiques), qui sanctionnent ou reconduisent les hiérarchies sociales, statutaires, raciales ou de genre sur lesquelles reposent la Cité terrestre éprouvée par les troubles, déchirée par la guerre civile ou renversée par la plèbe révoltée68. Le terrain de l’enquête embrasse les cultures politiques d’Ancien Régime, lesquelles, confrontées à la possibilité de l’anéantissement de la communauté des hommes, ont été réinventées en maintenant inlassablement la fiction du retour aux temps immémoriaux, qu’il s’agisse d’un Âge d’or aristocratique que nous avons évoqué plus haut ou de son pendant populaire : l’appel à la coutume69. En étudiant ce que le « jour d’après » fait ou ne fait pas aux sociétés, ce sont les caractéristiques de la paradoxale « révolution conservatrice permanente »70, caractérisant ladite modernité politique occidentale (ni tout à fait sortie de la féodalité, ni complètement orientée vers le progrès selon le programme des révolutions libérales de la fin de la période), qu’il devient possible d’observer.

  • 71 Duc 2019a.
  • 72 Braddick 2009.

20Il est fructueux enfin d’interroger le soir du « jour d’après » comme moment d’une redéfinition des critères et des enjeux du consentement autour d’une autorité (r)établie. Un « jour d’après » qui réussit prend fin lorsque la multitude éprouvée consent, après la terreur, à reformer un corps social autour d’une autorité qui a gagné sa légitimité à commander et à être obéie. Cela n’exclut pas de solliciter, en parallèle, des technologies suggestives de soumission. En Milanais, en 1525-1526, les capitaines de Charles Quint obtiennent le serment de fidélité des sujets après quatre mois de négociations mais aussi d’intimidation71. Élément de définition du sujet en tant qu’individu soumis à un processus d’assujettissement, le consentement de la société politique à être gouvernée forme le moment clé de la résorption de la crise. Souvent implicitement formulée par un retour à l’ordre, l’action de consentir marque aussi la redéfinition du rapport entre la société politique et l’autorité, et donc la formation d’une nouvelle société, transformée par une nouvelle cartographie du pouvoir et par un nouveau rapport à celui-ci. Le consentement est aussi une notion problématique, face à l’impossibilité pour l’historien.ne de sonder les cœurs et les consciences. Depuis longtemps, la critique du concept d’État moderne a montré que les colonnes chiffrées de la comptabilité monarchique ne suffisent plus à établir empiriquement le passage de la prédation captatrice à un état de fiscalité accepté72. Il existe un décalage insurmontable entre l’harmonie de la métaphore organiciste au cœur des représentations du corps social à l’époque moderne et la réalité d’une société en permanence confrontée à la guerre de tous contre tous : s’il est plus aisé de montrer la volonté de convaincre de la part du pouvoir, peut-on affirmer que les sujets revenus dans le rang ont-été convaincus ? Plus modestement, un « soir d’après » réussi ne serait-il pas un retour à des formes de dissidences acceptables des communautés, sous la surveillance traditionnelle des uns et des autres et, surtout à partir du XVIIIe siècle, de la maille policière ? Nous sommes loin des rives d’Utopie.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Diaz del Castillo 1877 = B. Diaz del Castillo, Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne (1575), D. Jordanet (trad.), Paris, Lahure, 1877.

Guicciardini 1971 = F. Guicciardini, Storia d’Italia (1561), S. Seidel-Menchi (éd.), Turin, Einaudi, 1971.

Lancre – Jacques-Lefèvre 1610 = P. de Lancre, N. Jacques-Lefèvre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons, Paris, chez Jean Berjon, 1610.

Las Casas 2006 = B. de las Casas, Brevísima relación de la destrucción de las Indias (1552), J.M. Martínez Torrejón (éd.), Antioquia, Editorial Universidad de Antioquia, 2006.

More 2017 = T. More, L’Utopie ou Le traité de la meilleure forme de gouvernement (1516), S. Goyard-Fabre et M. Delcourt (trad.), Paris, Flammarion, 2017.

Tocqueville 1967 = A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution (1859), J.-P. Mayer (éd.), Paris, Gallimard, 1967.

Urfé 2011-2016 = H. d’Urfé, L’Astrée. Parties I et II (1607-1610), D. Denis (dir.), Paris, Honoré Champion, 2011-2016.

Études secondaires

Acciai et al. 2017 = E. Acciai et al., Oltre il 1945. Violenza, conflitto sociale, ordine pubblico nel dopo guerra europeo, Rome, 2017.

Álvarez-Ossorio Alvariño – García García 2004 = A. Álvarez-Ossorio Alvariño, B. García García (dir.), La Monarquía de las Naciones: patria, nación y naturaleza en la monarquía de España. IV Seminario Internacional de Historia, Madrid del 17 al 19 de diciembre de 2003, Madrid, 2004.

Arcangeli 2003 = L. Arcangeli, Gentiluomini di Lombardia. Ricerche sull’aristocrazia padana nel Rinascimento, Milan, 2003.

Aron 1967 = R. Aron, Histoire de l’épuration. De l’indulgence aux massacres, Paris, 1967.

Baby 2012 = S. Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975-1982), Madrid, 2012.

Balandier 1951 = G. Balandier, La situation coloniale : approche théorique, dans Cahiers internationaux de sociologie, 11, 1951, p. 44-79.

Bénat-Tachot – Gruzinski – Jeanne 2013 = L. Bénat-Tachot, S. Gruzinski, B. Jeanne (dir.), Les processus d’américanisation. Dynamiques spatiales et culturelles, Paris, 2013.

Benedict 2005 = P. Benedict, Introduction, dans P. Benedict, M.P. Gutmann (dir.), Early Modern Europe. From crisis to stability, Newark, 2005, p. 11-24.

Benigno – Scuccimara 2007 = F. Benigno, L. Scuccimara, Il governo dell’emergenza. Poteri straordinari e di guerra in Europa tra XVI e XX secolo, Rome, 2007.

Bercé 2013 = Y.-M. Bercé, Révoltes et révolutions dans l’Europe moderne, Paris, 2013.

Bertrand 2011 = R. Bertrand, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe siècles, Paris, 2011.

Bertrand – Planas 2011 = M. Bertrand, N. Planas (dir.), Les sociétés de frontière. De la Méditerranée à l’Atlantique (XVIe-XVIIIe siècles), Madrid, 2011.

Boucheron 2004 = P. Boucheron, Techniques hydrauliques et technologies politiques : histoires brèves d’ingénieurs au service du duc de Milan à la fin du XVe siècle, dans MEFRM, 116-2, 2004, p. 803-819.

Boucheron 2008 = P. Boucheron, Léonard et Machiavel, Lagrasse, 2008.

Boucheron 2013 = P. Boucheron, Conjurer la peur. Sienne, 1338 : essai sur la force politique des images, Paris, 2013.

Braddick 2009 = M. Braddick, The Early Modern English state and the question of differentiation from 1550 to 1700, dans Comparative Studies in Society and History, 381, 2009, p. 92-111.

Broggio – Paoli 2011 = P. Broggio, M.P. Paoli, Introduzione, dans Id. (dir.), Stringere la pace. Teorie e pratiche della conciliazione nell’Europa moderna (secoli XV-XVIII), Rome, 2011, p. 9-28.

Bulst – Descimon – Guerreau 1996 = N. Bulst, R. Descimon, A. Guerreau (dir.), L’État ou le roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (XIVe-XVIIe siècles), Paris, 1996.

Buttay 2008 = F. Buttay, Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, 2008.

Canetti 1966 = E. Canetti, Masse et puissance, Paris, 1966.

Cardim et al. 2014 = P. Cardim et al., Polycentric monarchies: How did Early Modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony?, Eastbourne, 2014.

Castellano – Dedieu 1998 = J.L. Castellano, J.-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1998.

Chamayou 2010 = G. Chamayou, Les chasses à l’homme, Paris, 2010.

Chaunu – Duc 2019 = D. Chaunu, S. Duc (dir.), La domination comme expérience européenne et américaine à l’époque moderne, Bruxelles, 2019.

Clavero Salvador 1986 = B. Clavero Salvador, Tantas personas como estados. Por una antropología de la historia europea, Madrid, 1986.

Clavero Salvador 1996 = B. Clavero Salvador, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, 1996.

Corrigan – Sayer 1985 = P. Corrigan, D. Sayer, The Great Arch. English state formation as cultural revolution, Oxford-New York, 1985.

Coste – Guillaume 2014 = L. Coste, S. Guillaume (dir.), Élites et crises du XVIe au XXIe siècle. Europe et Outre-mer, Paris, 2014, p. 101-111.

Cornette – Helvétius 2017 = J. Cornette, A.-M. Helvétius, La mort des rois, Paris, 2017.

Crouzet 1990 = D. Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (v. 1525-v. 1610), 2 vol., Seyssel, 1990.

Dedieu 2010 = J.-P. Dedieu, Après le roi. Essai sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, 2010.

Desrosières 2008 = A. Desrosières, Gouverner par les nombres : L’Argument statistique II, Paris, 2008.

Domínguez Ortiz – Vincent 2003 = A. Domínguez Ortiz, B. Vincent, Historia de los moriscos: vida y tragedia de una minoría, Madrid, 2003 (1978).

Duc 2014 = S. Duc, Les Milanais face à l’effondrement du duché de Milan (1500-1560), dans Coste – Guillaume 2014, p. 101-111.

Duc 2019a = S. Duc, La Guerre de Milan. Conquérir, gouverner et résister dans l’Europe de la Renaissance (1515-1530), Ceyzérieu, 2019.

Duc 2019b = S. Duc, L’Art européen de la chasse à l’homme. Prédatocratie, violences et domination au temps des guerres d’Italie (1500-1530), dans Politika, en ligne [à paraître].

Elias 1985 = N. Elias, La société de cour, Paris, 1985 (1969).

Elias 2002 = N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, 2002 (1939).

Elliott 1989 = J.H. Elliott, Spain and its world, 1500-1700: Selected essays, New Haven, 1989.

Elliott 1992 = J.H. Elliott, A Europe of composite monarchies, dans Past & Present, 137-1, 1992­, p. 48-71.

Foa 2015 = J. Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, 2015.

Foronda 2005 = F. Foronda (dir.), Coups d’États à la fin du Moyen Âge, Paris, 2005.

Foronda 2011 = F. Foronda, Du contrat ou de la structure proprement politique des sociétés politiques, dans Id. (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle, Paris, 2011, p. 5-13.

Fournel – Zancarini 2009 = J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, La Grammaire de la république. Langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Genève, 2009.

Fournel – Zancarini 2014 = J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Le laboratoire florentin, dans N. Machiavel, Le Prince, Paris, 2014, p. 1-66.

Fradera 2008 = J.M. Fradera, L’esclavage et la logique constitutionnelle des empires, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63-3, 2008, p. 533-560.

Franzinelli 2016 = M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, 1946. Colpo di spugna sui crimini fascisti, Milan, 2016.

Fuchs 2001 = B. Fuchs, Mimesis and empire: The New World, Islam and European identities, Cambridge, 2001.

Garavaglia – Schaub 2005 = J.C. Garavaglia, J.-F. Schaub, Introduction, dans Id. (dir.), Lois, justice, coutume. Amérique et Europe latines (16e-19e siècles), Paris, 2005, p. 9-14.

Gaudin 2013 = G. Gaudin, Penser et gouverner le nouveau monde au XVIIe siècle : l’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, 2013.

Genet 2011 = J.-P. Genet, Du contrat à la constitution, dans F. Foronda (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle, Paris, 2011, p. 687-705.

Gibson 1952 = C. Gibson, Tlaxcala in the sixteenth century, New Haven, 1952.

Glesener 2017 = T. Glesener, Se (re)faire musulman. L’accès des pauvres itinérants aux droits de la conversion (Espagne, XVIIIe siècle), dans Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, 64-2, 2017, p. 129-135.

Goody 1979 = J. Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, 1979.

Goody 2010 = J. Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, 2010 (2006).

Grajales 2016 = J. Grajales, Gouverner dans la violence. Le paramilitarisme en Colombie, Paris, 2016.

Gruzinski 2001 = S. Gruzinski, Les mondes mêlés de la Monarchie catholique et autres “connected histories”, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 56-1, 2001, p. 85-117.

Gruzinski 2004 = S. Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, 2004.

Hartog 2003 = F. Hartog, Les régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, 2003.

Hazard 1989 = P. Hazard, La crise de la conscience européenne : 1680-1715, Paris, 1989 (1932).

Hébrard – Verdo 2013 = V. Hébrard, G. Verdo, Las Independencias hispanoamericanas. Un objeto de historia, Madrid, 2013.

Hermant 2016 = H. Hermant, Introduction. Le pouvoir contourné. Réflexion sur l’institutionnalisation et la cohésion des sociétés modernes, dans H. Hermant (dir.), Le pouvoir contourné. Infléchir et subvertir l’autorité à l’Âge moderne, Paris, 2016, p. 7-41.

Hespanha 1989 = A.M. Hespanha, Vísperas del Leviatán: instituciones y poder político (Portugal, siglo XVII), Madrid, 1989.

Hirschfeld 1997 = F. Hirschfeld, George Washington and slavery, Columbia, 1997.

Hobsbawm 1954 = E.J. Hobsbawm, The general crisis of the European economy in the 17th century, dans Past & Present, 5-1, 1954, p. 33-53.

Hugon – Merle 2016 = A. Hugon, A. Merle, Soulèvements, révoltes, révolutions dans l’Empire des Habsbourg d’Espagne, Madrid, 2016.

Imizcoz Beunza 2009 = J.M. Imizcoz Beunza, Redes, grupos, clases. Una perspectiva desde el análisis relacional, dans S. Molina Puche, A. Irigoyen López (dir.), Territorios distantes, comportamientos similares. Familias, redes y reproducción social en la Monarquía Hispánica (siglos XIV-XIX), Murcie, 2009, p. 45-87.

Jouanna 1989 = A. Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris, 1989.

Kamen 2003 = H. Kamen, Spain’s road to empire. The making of a world power 1492-1763, Londres, 2003.

Le Gac – Virgili 2017 = J. Le Gac, F. Virgili, L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècles, Paris, 2017.

Lemarchand 2014 = L. Lemarchand, Paris ou Versailles ? La monarchie absolue entre deux capitales, 1715-1723, Paris, 2014.

Lockhart 1992 = J. Lockhart, The Nahuas after the conquest. A social and cultural history of the Indians of Central Mexico, sixteenth trough eighteenth centuries, Stanford, 1992.

Maltby 2009 = W. Maltby, The rise and fall of the Spanish Empire, Basingstoke, 2009.

Marcus 1977 = R. Marcus, La conquête de Cholula : conflit d’interprétations, dans Ibero-Amerikanisches Archiv, 3-2, 1977, p. 193-213.

Massard-Guilbaud – Platt – Schott 2002 = G. Massard-Guilbaud, H. Platt, D. Schott (dir.), Cities and catastrophes. Coping with emergency in European History, Francfort, 2002.

Minois 2009 = G. Minois, L’âge d’or : histoire de la poursuite du bonheur, Paris, 2009.

Needham 2004 = J. Needham (dir.), Science and civilization in China, II-7, Cambridge, 2004.

O’Connell – Dursteler 2016 = M. O’Connell, E. Dursteler (dir.), The Mediterranean world: From the fall of Rome to the rise of Napoleon, Baltimore, 2016.

Parker 2013 = G. Parker, Global crisis: War, climate change and catastrophe in the seventeenth century, New Haven, 2013.

Pfister 2002 = C. Pfister, Le Jour d’après. Surmonter les catastrophes naturelles : le cas de la Suisse entre 1500 et 2000, Berne-Stuttgart-Vienne, 2002.

Pomeranz 2010 = K. Pomeranz, Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, 2010 (2000).

Poutrin 2012 = I. Poutrin, Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, Paris, 2012.

Rabb 1975 = T.K. Rabb, The struggle for stability in Early Modern Europe, Oxford, 1975.

Reinhard 2015 = W. Reinhard, Die Unterwerfung der Welt. Globalgeschichte der europäischen Expansion, 1415–2015, Munich, 2015.

Rouquet – Virgili 2018 = F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration, Paris, 2018.

Ruggiu 2018 = F.-J. Ruggiu, Des nouvelles France aux colonies : une approche comparée de l’histoire impériale de la France à l’époque moderne, dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Débats, 2018, en ligne.

Sallmann 2011 = J.-M. Sallmann, Le grand désenclavement du monde, 1200-1600, Paris, 2011.

Schapira – Ribard 2013 = N. Schapira, D. Ribard (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies, Paris, 2013.

Schaub 2001 = J.-F. Schaub, Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640) : le conflit de juridictions comme exercice de la politique, Madrid, 2001.

Schaub 2016 = J.-F. Schaub, Formation européenne de la modernité politique, dans G. Calafat (dir.), Les transitions de la modernité : épistémologie et historiographie d’un changement d’époque, Paris, Collège de France (31/06/2016), en ligne.

Scott 1998 = J.C. Scott, Seeing like a state. How certain schemes to improve the human condition have failed, New Haven-Londres, 1998.

Spieler 2009 = M. Spieler, The legal structure of colonial rule during the French Revolution, dans The William and Mary Quarterly, 66-2, 2009, p. 365-408.

Stuber 2003 = M. Stuber, Divine punishment or object of research? The resonance of earthquakes, floods, epidemics and famine in the correspondence network of Albrecht von Haller, dans Environment and History, 9-2, 2003, p. 173-193.

Tausin 1914 = H. Tausin, Les Devises des villes de France. Leur origine, leur historique, avec les descriptions des armoiries, Paris, 1914, p. 128-130.

Terrel 2001 = J. Terrel, Les théories du pacte social. Droit naturel, souveraineté et contrat de Bodin à Rousseau, Paris, 2001.

Thompson 2015 = E.P. Thompson, Les usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre (XVIIe-XIXe siècle), Paris, 2015.

Trevor Ropper 1959 = H.R. Trevor Ropper, The general crisis of th 17th Century, dans Past & Present, 161, 1959, p. 31-64.

Vidal 2009 = C. Vidal, Francité et situation coloniale : nation, empire et race en Louisiane française (1699-1769), dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 64-5, 2009, p. 1019-1050.

Vincent 2006 = B. Vincent, El río morisco, Valence-Saragosse-Grenade, 2006.

Vo-Ha 2017 = P. Vo-Ha, Rendre les armes. Le sort des vaincus XVIe-XVIIe siècles, Ceyzérieu, 2017.

Wachtel 1971 = N. Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, 1530-1570, Paris, 1971.

Wenzel 2011 = É. Wenzel, La paix par la justice. Les modes alternatifs de règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime, dans Broggio – Paoli 2011, p. 509-519.

White 2012 = R. White, Le Middle Ground. Indiens, Empires et Républiques dans la Région des Grands Lacs, 1650-1815, Toulouse, 2012 (1991).

Wiencek 2003 = H. Wiencek, An imperfect god: George Washington, his slaves, and the creation of America, New York, 2003.

Zancarini 2010 = J.-Cl. Zancarini, Machiavel et Guicciardini. Guerre et politique au prisme des guerres d’Italie, dans Laboratoire italien, 10, 2010, en ligne.

Zúñiga 2013 = J.-P. Zúñiga, Introduction, dans Iîd. (dir.), Negociar la obediencia. Autoridad y consentimiento en el mundo ibérico en la Edad moderna, Churriana de la Vega, 2013, p. 1-10.

 

Haut de page

Notes

1 Reinhard 2015 ; Sallmann 2011.

2 Gruzinski 2004 ; Hugon – Merle 2016.

3 Bercé 2013.

4 Hébrard – Verdo 2013.

5 Hirschfeld 1997 ; Wiencek 2003.

6 More 2017.

7 White 2012.

8 Vo-Ha 2017.

9 Voir l’approche novatrice de Wachtel 1971 sur la « vision des vaincus » péruviens.

10 Une cité-État soumise au pouvoir aztèque qui fit de l’invasion des forces de Cortés une opportunité pour s’extraire de la domination de Tenochtitlán (avec les « guerres fleuries » de 1504, 1515 et 1518) et dont le Codex (Lienzo) exprimait iconographiquement tout un programme de négociation politique en vue de s’inscrire dans l’empire universel de Charles Quint. Au lendemain du « ralliement » aux forces de Cortés, la cité amérindienne conserva une population et une identité autochtones fortes. Lire à ce propos les études liminaires de Gibson 1952, Marcus 1977 et Lockhart 1992.

11 Diaz del Castillo 1877, p. 202-203.

12 Las Casas 2006.

13 Stuber 2003, p. 174.

14 D’après Fournel – Zancarini 2014, l’absence de majuscule permet de rendre compte de l’instabilité créatrice et de la matière vivante de l’état italien de la Renaissance qui est un réservoir de puissance et repose moins sur des institutions que des groupes de pouvoir dotés d’une volonté. Duc 2019a applique cette réflexion à la Lombardie du premier XVIe siècle au sein de laquelle « l’aptitude du pouvoir princier à l’extraction de ressources fiscales, matérielles, humaines et symboliques conditionne l’accroissement de sa force, le renforcement de ses positions et l’affaiblissement des concurrents. On peut donc acquérir un stato, le conserver, le défendre, l’accroître ou le perdre ».

15  Fournel – Zancarini 2009 ; pour la notion de « fortune », Buttay 2008.

16 Zancarini 2010.

17 Duc 2019a.

18 Grajales 2016, pour sa modélisation complexe et mobile de la formation d’un État par la violence, du gouvernement dans la violence et des formes de « transitions », en Colombie, lors du dernier du XXe siècle.

19 Boucheron 2013, pour un point de vue médiéval de la peur en politique, ressentie et instillée.

20 Buttay 2008 ; Guicciardini 1971, livre X, chap. 16.

21 Guicciardini 1971, livre XVI, chap. 8.

22 Guicciardini 1971, livre I, chap. 6.

23 Guicciardini 1971, livre XIV, chap. 14.

24 Lancre – Jacques-Lefèvre 1610.

25 Hartog 2003.

26 Crouzet 1990 ; Minois 2009 ; Urfé 2011-2016.

27 « Homéostasie », Trésor de la langue française informatisé : « Tendance de l’organisme à maintenir ou à ramener les différentes constantes physiologiques (température, débit sanguin, tension artérielle, etc.) à des degrés qui ne s’écartent pas de la normale ».

28 Arcangeli 2003 ; Bénat-Tachot – Gruzinski – Jeanne 2013 ; Coste – Guillaume 2014 dont Duc.

29 Boucheron 2004 ; Boucheron 2008.

30 Canetti 1966.

31 Guicciardini 1971, livre I, chap. 15.

32 Guicciardini 1971, livre V, chap. 10 ; livre XI, chap. 2.

33 Guicciardini 1971, livre I, chap. 19.

34 Crouzet 1990.

35 Le film La Route (2009) traduit parfaitement l’effroi du vacuum de contrat social, un vide qui est en réalité le théâtre de la prédatocratie (réalisation : J. Hillcoat ; scénario : J. Penhall, d’après l’œuvre de C. McCarthy). Sur la notion de « prédatocratie », voir Duc 2019b.

36 Nous remercions Jacobo Grajales de cette remarque qu’il développe dans les conclusions de ce dossier.

37 Chamayou 2010.

38 Schapira – Ribard 2013 ; Hermant 2016, p. 8.

39 Hermant 2016, p. 8.

40 Domínguez Ortiz – Vincent 2003 ; Vincent 2006 ; Poutrin 2012 ; Glesener 2017.

41 Coste – Guillaume 2014.

42 On pourra lire, par exemple, les textes fondateurs du débat publiés dans la revue Past & Present à ces débuts : Hobsbawm 1954 et Trevor Ropper 1959. Consulter également l’essai d’histoire globale de Parker 2013.

43 La bibliographie sur le « déclin » espagnol depuis le tournant des XVIe et XVIIe siècles étant très riche et controversée, retenons ici l’analyse classique et synthétique de Maltby 2009, dont le propos essaye d’éclaircir les différentes crises traversées par la Monarchie catholique et les principaux « jours d’après » manqués ou déstabilisateurs (le moment Olivares, l’après Olivares et les paix européennes du milieu du siècle, la succession de Philippe IV de Habsbourg, etc.). L’optique du « jour d’après » serait ainsi une focale historiographique pertinente pour mesurer les faits et déconstruire les discours de l’échec, du déclin et de la crise de la Monarchie catholique au cours du XVIIe siècle.

44 D’après Rabb 1975. Lire également sur ce point historiographique la synthèse introductive de Benedict 2005.

45 Sallmann 2011.

46 Gruzinski 2004.

47 Gardons à l’esprit que l’exclusivité de l’évolution historique de l’Europe ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Lire par exemple les réflexions critiques issues des études anthropologiques ou ethnographiques (Goody 2010 ; Bertrand 2011 ; O’Connell – Dursteler 2016 ; Chaunu – Duc 2019).

48 Parmi une bibliographie sans cesse augmentée : Elliott 1989 ; Fuchs 2001 ; Gruzinski 2001 ; Kamen 2003 ; Álvarez-Ossorio Alvariño – García García 2004 ; Bertrand – Planas 2011 ; Gaudin 2013 ; Cardim et al. 2014.

49 Hazard 1989.

50 Needham 2004 ; p. 73 ; Pomeranz 2010.

51 Bulst – Descimon – Guerreau 1996 ; Dedieu 2010 ; Hermant 2016, p. 19.

52 Rabb 1975.

53 Clavero Salvador 1986 ; Hespanha 1989 ; Broggio – Paoli 2011.

54 On se référera, entre autres, aux études classiques : Elias 1985 et Elias 2002.

55 Elliott 1992.

56 Schaub 2001.

57 Garavaglia – Schaub 2005.

58 Tocqueville 1967, p. 140, cité dans Wenzel 2011.

59 Garavaglia – Schaub 2005 ; Wenzel 2011.

60 Clavero Salvador 1996 ; Castellano – Dedieu 1998. Et également Imizcoz Beunza 2009.

61 On s’appuie ici sur l’analyse proposée par Schaub 2016.

62 Foronda 2011 ; Genet 2011 ; Zúñiga 2013.

63 Hermant 2016, p. 39-41.

64 Benigno – Scuccimara 2007.

65 Balandier 1951.

66 Fradera 2008 ; Spieler 2009 ; Vidal 2009 ; Ruggiu 2018.

67 Goody 1979 ; Scott 1998 ; Desrosières 2008.

68 Corrigan – Sayer 1985.

69 Jouanna 1989 ; Thompson 2015.

70 Lemarchand 2014.

71 Duc 2019a.

72 Braddick 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Chaunu, Séverin Duc et Antoine Sénéchal, « « Les Utopiens croient donc à une vie future » »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-1 | 2020, 13-24.

Référence électronique

David Chaunu, Séverin Duc et Antoine Sénéchal, « « Les Utopiens croient donc à une vie future » »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/7267 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.7267

Haut de page

Auteurs

David Chaunu

Musée du quai Branly – Jacques Chirac, Centre Roland Mousnier (UMR 8596) – david.chaunu@hotmail.fr

Articles du même auteur

Séverin Duc

École française de Rome, Centre Roland Mousnier (UMR 8596) – severin.duc@protonmail.com

Articles du même auteur

Antoine Sénéchal

EHESS – Mondes américains (UMR 8168)/CRBC, Casa de Velázquez – antoine.senechal@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search