Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le « jour d’après » : comment s’é...Compter les hommes, ou la normali...

Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination

Compter les hommes, ou la normalité retrouvée ?

Les recensements comme outils de la reprise en main impériale (Antilles françaises, 1763)
Fanny Malègue
p. 73-83

Résumés

Cet article interroge la manière dont l’État royal a fait procéder à un recensement de la population de la Martinique et des autres îles antillaises au lendemain de la guerre de Sept Ans. À partir d’une analyse fine du processus de recensement et des discussions, des négociations et des tractations qui ont eu lieu au moment de la levée des chiffres, il expose l’incidence qu’a eu l’occupation britannique de l’île de la Martinique sur les pratiques administratives françaises. Il défend l’idée que cette pratique du recensement a participé pleinement de l’important mouvement de réforme né après la défaite en 1763 et que cet outil a été adapté à la situation particulière de la sortie de guerre aux Antilles. La réforme du recensement, d’abord appliquée en Martinique, puis ensuite élargie à l’ensemble de l’empire, trouve ses racines dans un moment délicat de reprise en main territoriale et impériale.

Haut de page

Texte intégral

1Le 5 décembre 1763, le marquis de Fénelon, gouverneur, et Lemercier de la Rivière, intendant de la Martinique, rendent une ordonnance qui prescrit la tenue du recensement annuel de la colonie et des territoires qui en dépendent. En préambule de l’ordonnance, ils affirment que :

  • 1 Ordonnance de Fénelon et de Lemercier de la Rivière : « Ordonnance de MM. les Général et Intendant (...)

L’intention où nous sommes de procurer à cette Colonie, les secours en tout genre qui pourront dépendre de nous, ne pouvant être pleinement remplie, qu’autant que nous serons parfaitement instruits de tout ce qui concerne l’état et la fortune de chaque Habitant, il est indispensable que nous ayons sous les yeux un tableau exact et fidèle de leurs Biens et Possessions, tant en Esclaves qu’en Bestiaux, et des productions de leurs cultures1.

  • 2 Des « Instructions données par Mrs de la Compagnie des Isles de l’Amérique aux commis et écrivains (...)
  • 3 Butel 2002, p. 19-69.
  • 4 La littérature sur cette question demeure assez mince et datée, et ce, malgré l’existence d’une vé (...)
  • 5 « Édit du roi portant révocation de la Compagnie des Indes occidentales », daté de décembre 1674, (...)

2Cette ordonnance n’a, en essence, rien d’exceptionnel puisque l’on retrouve des exigences similaires dès 16352, pour les « isles françoises de l’Amérique », formulation alors commune pour désigner les territoires colonisés par différentes compagnies à charte pour le compte de la Couronne de France3. Dès les années 1660, l’envoi annuel d’un recensement de la population devient une exigence tacite entre les administrateurs locaux, gouverneurs et intendants en poste aux colonies et l’administration centrale, qui rappelle et précise cependant régulièrement ses attentes, au gré des réformes administratives ou fiscales4. L’édit de décembre 16745, qui révoquait le privilège de la Compagnie des Indes occidentales et plaçait de fait l’ensemble des colonies américaines sous l’administration directe de l’État, paracheva d’ancrer cette habitude administrative du dénombrement comme outil de pilotage du colonial.

  • 6 Nous employons ici le terme d’empire pour désigner l’ensemble des territoires sous souveraineté fr (...)
  • 7 Meyer et al. 1991, p. 277-324.

3Derrière la formulation convenue, zélée et routinière des deux administrateurs de la Martinique, se cache pourtant des inquiétudes liées à la situation particulière de l’empire colonial français en cette fin d’année 17636. Lorsque Fénelon et Lemercier de la Rivière prennent la plume, pour appeler au décompte de la population, des bêtes, des moyens de production et de défense de la Martinique, le traité de Paris du 10 février 1763 qui marque la fin de la guerre de Sept Ans, est signé depuis moins d’un an7. Les administrateurs, qui reviennent sur l’île durant le mois de juin 1763, alors qu’elle avait été occupée par les Anglais durant la guerre, ordonnent ainsi très rapidement la tenue d’un nouveau recensement.

  • 8 Comme par exemple chez Haudrère 1997 ou Pluchon 1991.
  • 9 Sur ce point voir : Riley 1986.
  • 10 Havard – Vidal 2003, p. 664.
  • 11 Tarrade 1972.

4Les années qui suivent la fin de la guerre de Sept Ans, furent longtemps considérées par l’historiographie comme celles du crépuscule du premier empire colonial français8. La guerre, qui éclate en 1756 tant en Europe que dans l’espace atlantique, a non seulement provoqué d’importantes difficultés financières9, mais son issue défavorable conduit à une grave crise politique qui appelle de profondes réformes. Le Canada, perdu au profit de la couronne britannique, représentait la colonie la plus importante de l’empire, tant géographiquement que démographiquement. Après 1763, seules demeurent des colonies insulaires, dans les Antilles et aux Mascareignes, ainsi que des comptoirs sur les côtes africaines et indiennes10. Le contexte économique est cependant favorable : la production de marchandises coloniales et leur commerce, arc‑boutés sur la traite négrière et l’esclavage, connaissent une hausse spectaculaire au tournant du XVIIIe siècle11. Il s’agit pour la couronne et ses administrateurs impériaux de mettre à profit cette conjoncture en réformant et restructurant l’empire afin que se maintienne la domination coloniale française outre-mer, capitale tant d’un point de vue diplomatique qu’économique. Loin d’être à l’agonie et une fois la domination impériale rétablie sur les territoires occupés par l’Angleterre pendant la guerre (la Guadeloupe tombe dès 1759 tandis que la Martinique est prise en 1762), l’État colonial se réapproprie, parmi d’autres, un outil mobilisé de longue date, le recensement, dont le processus est remanié et centralisé afin d’en faire un véritable outil de la réforme impériale. Cet outil joue un rôle particulièrement important dans cette reprise en main, puisqu’il est un des leviers administratifs les plus importants dont dispose Versailles pour gérer ces territoires lointains.

  • 12 Notamment Gardey 2008 et Goody 1979.
  • 13 Par exemple Desrosières – Didier 2014.
  • 14 Calloway 2006, p. 3-18.

5Si l’historiographie a déjà bien établi le rôle performatif et ostentatoire que peut endosser l’énumération et la quantification12, il s’agira ici de réfléchir au rôle du dénombrement dans ce contexte particulier des lendemains de la guerre de Sept Ans. Nombre de travaux ont souligné l’importance des opérations de recensement dans l’exercice de la gouvernementalité13. Nous nous proposons ici de prolonger cette approche en analysant la fabrique du recensement pour comprendre le moment social et politique que peut représenter celui du dénombrement dans la diversité des résistances, des usages et des discussions auxquels il a donné lieu. Comment, d’une part, la pratique du recensement permet de gérer les conséquences et les suites d’un conflit perdu par la couronne française ? Pourquoi mobiliser si rapidement un tel outil alors que les opérations militaires viennent à peine de s’achever et que troupes et administrateurs sont encore occupés par les suites de la guerre ? En retour, en quoi le contexte particulier du moment post-1763 modifia durablement et profondément le processus de recensement pratiqué dans l’empire colonial français ? Nous nous proposons d’analyser en somme, au prisme de la pratique du recensement, l’influence qu’a pu avoir cette expérience du « jour d’après » dans l’empire colonial français et sa gestion, en rejetant le postulat d’une lente et inexorable agonie de l’empire, au profit de son voisin britannique, qui serait contenue dans les termes mêmes du traité de 176314. La situation martiniquaise constitue un excellent point d’observation puisque la couronne française recouvre sa souveraineté sur l’île à l’issue de la guerre. Les mesures qui y sont prises, à la suite de l’occupation anglaise de l’île, concernant le processus du recensement sont généralisées aux autres colonies insulaires de la Caraïbe tandis que le procédé de réforme né au lendemain de la guerre de Sept Ans est réactivé et sera réutilisé par la suite pour gérer et réformer l’empire au gré des événements politiques, économiques et sociaux rencontrés durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Recensement et réforme : réinventer l’empire après la défaite

  • 15 Charbonneau – Legare 1967 ; Vilquin 1975.

6Nous l’avons dit, l’injonction formulée par Fénelon et Lemercier de la Rivière en janvier 1763, n’est pas nouvelle. Elle a lieu, en revanche, à une période charnière tant pour l’empire français que pour son administration. Le recensement a été introduit dans les colonies françaises bien avant la prise en main de ces espaces par le pouvoir royal. Ce sont les compagnies à charte qui initient cette pratique, certainement influencées par une pratique ancienne de la comptabilité et un maniement fréquent du tableau comme outil. Alors que Colbert et Vauban avait renouvelé et régénéré la pratique du recensement15, on assiste à une intensification des usages locaux et à un renforcement des problématiques liées au recensement dans les années qui suivent la fin de la guerre de Sept Ans, après 1763. Le recensement semble ainsi avoir été l’un des outils favoris de la réforme impériale, alors que la guerre s’achevait de manière défavorable.

7L’immédiateté du recours au recensement n’a rien d’un hasard : au lendemain de la guerre, les questions démographiques et de population sont plus que jamais cruciales. Dans la Caraïbe, l’économie de plantation est soutenue par l’arrivée permanente de captifs amenés des côtes africaines, l’esclavage étant particulièrement meurtrier, notamment à Saint-Domingue. D’autre part, la manne que représente la production et le commerce colonial attire un grand nombre de migrants métropolitains, désireux d’y bâtir une fortune, en cultivant et exportant du sucre ou du café. Mais l’augmentation de la population libre de couleur, ainsi que celle du déséquilibre numérique important entre population libre blanche et population esclave noire, créé un contexte de tensions raciales qui tend à s’exacerber à mesure qu’augmente la production et l’exportation au départ des îles.

8Dans un tel contexte, les administrateurs coloniaux, qui avaient cessé d’expédier des recensements pendant la guerre, réactivent cette pratique, aux Antilles et en Guyane. Les comptoirs indiens et africains n’étant pas considérés comme des espaces d’habitation pérennes pour les sujets du roi de France sont soumis à un régime administratif sensiblement différent et ne sont pas alors recensés comme de véritables colonies. Dans les 119 articles d’une ordonnance du 24 mars 1763, portant règlement sur l’administration générale des colonies et spécifiant précisément les fonctions de chacun des administrateurs de la couronne, expédiée par le roi, tant à Saint-Domingue, qu’en Martinique, en Guadeloupe et à Sainte-Lucie, on ne trouve nulle mention d’une demande d’envoi annuel d’un recensement. Il est en revanche précisé dans les fonctions relevant de l’intendant que :

  • 16 « Ordonnance du 24 mars 1763 portant règlement sur l’administration générale des colonies », FR AN (...)

Toutes les matières concernant […] l’agriculture, les encouragements à donner pour en accélérer les progrès, la population de la colonie et les moyens d’y rendre les vivres abondantes et à meilleur prix, la faveur à donner au travail des blancs en réduisant les nègres aux seuls travaux des habitations seront absolument du ressort de l’Intendant, et le Gouverneur n’en prendra connaissance que pour savoir comme premier Chef de la Colonie en quel état elle se trouve16.

  • 17 Dupâquier – Vilquin 1977, p. 100.

9La charge de la levée d’un recensement semble donc déjà bien inscrite comme une pratique routinière, sans qu’il n’y ait pour autant besoin que le monarque rappelle les modalités et visées d’un tel processus dans l’ordonnance. Le roi mentionne d’ailleurs bien souvent le devoir de faire prospérer la population des colonies dans les mémoires et instructions qui accompagnent la prise de poste de nouveaux administrateurs, sans toutefois là encore qu’il soit fait mention explicite de la nécessité de recenser l’île concernée chaque année. Le ministre de la Marine ne manquait pourtant pas, en cas de lacune, de rappeler à l’ordre ses administrateurs coloniaux17. Dès les derniers mois de l’année 1763, les différents administrateurs coloniaux s’attachent ainsi à faire procéder à un recensement des îles sous leur juridiction, sans même que le roi n’ait eu à nouveau à le réclamer.

  • 18 Notamment les documents contenus dans le carton FR ANOM COL A-8.
  • 19 Une série d’arrêts du Conseil du roi, pour chaque île prescrit la levée d’une imposition exception (...)

10Le recensement n’est pas le seul levier de réforme mobilisé. Dans un premier temps, aux lendemains même de la signature du traité de paix, la correspondance entre l’administration centrale métropolitaine et les différentes administrations coloniales nous laisse entrevoir des préoccupations tout autres18. Il s’agit surtout de parer à l’urgence qu’a engendré la perte du Canada et de la Louisiane, de s’assurer du départ des troupes d’occupation britanniques et de gérer le déplacement des populations et des réfugiés ainsi que de nourrir et loger les troupes encore présentes sur place. Différentes ordonnances sont prises en ce sens, afin notamment de négocier au mieux les surcoûts occasionnés localement et de parvenir à un retour au fonctionnement normal de l’État et de la levée des impôts19. Nulle surprise donc de voir les administrateurs procéder à des dénombrements sur la base desquels les assiettes fiscales sont déterminées. L’ordonnance locale en Martinique qui fait suite à la décision du roi de lever une imposition extraordinaire mentionne ainsi à l’article XX et suivant :

  • 20  Ordonnance de Fénelon et de Lemercier de la Rivière : « Ordonnance de MM. les Général et Intendant (...)

Tous les nègres des villes et bourgs autres que ceux attachés à la culture de la terre, soit qu’ils soient ouvriers, journaliers ou domestiques, seront taxés à raison de 6 livres par tête ; et sera à cet effet suivi le dernier dénombrement qui en a été fourni, jusqu’à ce que nous ayons pu en faire un nouveau. […] Les nègres des habitants cultivateurs du manioc et autre culture de cette espèce seront taxés à 9 livres par tête, et ce, sur le dernier dénombrement, ainsi qu’il est dit dans l’article précédent20.

  • 21 « Ordonnance du 31 juillet portant établissement de neuf corvettes ou paquebots par an destinés à (...)

11Dans le même temps et en l’espace de quelques mois, fleurissent des projets, ordonnances, édits et mémoires, tantôt neufs, tantôt anciens, mais jamais mis en œuvre auparavant, pour réformer l’administration des îles à sucre françaises. L’ensemble correspond à une véritable remise en ordre et rationalisation de la politique et de l’administration impériale. L’exemple le plus flagrant est peut-être celui de l’ordonnance du 31 juillet 1763 qui vise à établir un véritable service de courrier par bateau pour desservir l’ensemble des colonies de la Caraïbe, à un rythme fixe et régulier21. Il est aussi notable de constater qu’en dehors des arrêts concernant l’imposition, la plupart des actes émanant du pouvoir souverain s’adressent désormais à l’ensemble des « colonies », sans faire la distinction, comme auparavant entre les Îles du Vent et les Îles sous le Vent ou entre la « Terre Ferme » (dont il ne reste en fait que la Guyane) et les « Isles ».

12Les innovations et bouleversements sont donc nombreux en cette année 1763, signe du véritable sursaut impérial causé par la défaite. Le retour à la pratique ancienne et routinière du recensement n’est pas surprenant. Cependant, si l’on observe plus finement le processus de dénombrement utilisé au lendemain de la guerre de Sept Ans, on constate que la tenue du recensement, pour l’année 1763 ou 1764, participe pleinement de cet élan réformateur et cristallise les tensions nées de l’occupation britannique de certaines îles.

Recensement, négociations et résistances : le cas de la Martinique

  • 22 Sur l’attitude des colons antillais face aux Anglais pendant la guerre de Sept Ans : Frostin 1973, (...)
  • 23 Tournerie 1992, p. 34.
  • 24 Blet 1946, p. 292-293. Sur la révolte des colons blancs de 1717 : Petitjean Roget 1966.
  • 25 FR ANOM COL C8A-65, fol. 143, fol. 187, fol. 209 ; FR ANOM COL C8A-66, fol. 9, fol. 38, fol. 51.
  • 26 Lettre de Fénelon au ministre de la Marine, le duc de Choiseul, datée du 27 novembre 1763, FR ANOM (...)
  • 27 Cornevin et Cornevin 1990, p. 223-224.

13Le « jour d’après » est d’autant plus crucial en Martinique que l’occupation britannique de l’île, due à une capitulation militaire rapide et à un soutien fort des planteurs, est traumatique. Comme en Guadeloupe, la fidélité des colons martiniquais, prompts à capituler face aux Anglais et s’étant plutôt bien accommodés au régime britannique, est dès lors remise en doute par le pouvoir central22. L’occupation britannique, bien que brève (elle ne dura que 17 mois), avait pu être perçue comme un soulagement par ceux-ci : elle actait la fin d’un long blocus maritime et marquait la disparition du rigide Exclusif français, ce qui laissait augurer un regain bénéfique de leurs intérêts commerciaux23. Le marquis de Fénelon, qui prend le poste de gouverneur de la Martinique le 11 juillet 1763, après la remise de l’île, ne manque d’ailleurs pas de faire remarquer que la défaite en 1762 est à imputer aux « grands Blancs » de l’île et notamment les Dubuc, dont l’un des membres, petit-fils du meneur de la révolte du Gaoulé (1717), Jean-Baptiste Dubuc, est nommé premier commis du bureau des colonies au ministère de la Marine, au lendemain de la guerre24. La correspondance que Fénelon adresse au ministre, regorge dès son arrivée d’observations et de renseignements sur le caractère, l’attitude ou « l’esprit frondeur » des Dubuc, tant en Martinique qu’à Paris25. En réalité, la chambre d’agriculture s’étant proclamée « Assemblée des États de la Martinique26 », bafouant de fait l’autorité de l’intendant tout juste de retour sur l’île, le gouvernement tant local que métropolitain s’inquiète des velléités de réforme politique des planteurs27.

  • 28 « Ordonnance du 24 mars 1763 », FR ANOM COL A-8.
  • 29 « Ordonnance des Administrateurs, portant établissement de syndics dans les paroisses », 17 juin 1 (...)
  • 30 « Ordonnance de MM. les Général et Intendant, sur les fonctions des Commissaires des Paroisses », (...)

14Le moment du recensement va permettre aux autorités locales de désamorcer, du moins temporairement, la situation. Le roi par l’ordonnance du 24 mars 1763 avait accordé aux intendants des colonies les mêmes autorités qu’à ceux des généralités du royaume, ce qui de fait impliquait la mise en place d’officiers municipaux, élus dans chaque paroisse sur le modèle des marguilliers ou des syndics en métropole, pour pourvoir au logement des troupes, à la mise en place des corvées et à la fourniture de voitures et de bestiaux, mais aussi à la levée des dénombrements28. La mesure est appliquée dès le mois de juin à Saint-Domingue, à la suite d’une ordonnance des administrateurs, qui soulignent que « cet établissement nous procurera en même temps les moyens de donner aux habitants de cette colonie une marque de la confiance que nous avons en leur zèle, en leur abandonnant la nomination des sujets qu’ils croiront les plus propres à remplir ces fonctions29. » La mesure est appliquée plus tardivement en Martinique, le 19 octobre 176330. En préambule de l’ordonnance il est y stipulé que :

  • 31 Ibid.

Le maintien de l’ordre et de la police publique ayant exigé de nous l’établissement des Commissaires particuliers des Paroisses, nous avons cru devoir confier ces fonctions à ceux que les habitants avaient eux-mêmes choisis parmi eux, pour les remplir sous le gouvernement anglais ; mais voulant rendre aujourd’hui nos intentions plus publiques, de façon que personne n’en puisse prétendre cause d’ignorance, nous, etc., avons ordonné et ordonnons ce qui suit31.

  • 32 FR ANOM COL C8A-114, fol. 65.
  • 33 Blet 1946, p. 292-293.

15En réalité, il semblerait que ces représentants que s’étaient choisis eux-mêmes les planteurs sous le régime anglais n’aient jamais véritablement cessé d’exercer leur autorité localement. Les administrateurs parviennent à judicieusement utiliser les nouvelles prérogatives données à l’intendant pour l’administration des paroisses, afin de maintenir en place ces hommes, dans l’espoir certain de voir se tarir leurs revendications de représentation politique aux colonies, mais aussi en métropole. Les noms des commissaires élus et de leurs lieutenants en Martinique sont par la suite transmis au ministère, dès le 23 août 1763, avec la copie d’une commission en blanc de commissaire commandant d’une paroisse délivrée par les administrateurs32. Si l’administration en métropole ne semble pas avoir révoqué la nomination de certains commissaires, la présence d’une telle liste, pour la Martinique seule, et non dans les autres colonies, témoigne des inquiétudes nées de l’occupation britannique. Les commissaires nommés semblent être des individus connus et fortement ancrés dans le territoire sur lequel ils exercent leur fonction et disposer d’une indéniable clientèle, au moins localement : c’est le cas du commissaire de la paroisse de Tartane, qui appartient, lui aussi, à la famille Dubuc, Dubuc du Gallion. Fénelon souligne par la suite son inquiétude quant au réseau familial tentaculaire des Dubuc en insistant sur le fait que cette famille « est héréditairement ennemie du gouvernement, parce qu’elle est anglaise, républicaine, et antipathique de toute autorité33 ».

  • 34 « Instructions de M. l’Intendant, pour MM. les commissaires des paroisses, sur la façon dont ils d (...)

16De l’exceptionnalité de la situation martiniquaise à la fin de la guerre de Sept Ans va ainsi naître une importante réforme du processus de recensement, qui tend à se rigidifier et à être davantage réglementé. Entre le 29 juillet 1763 et le mois de décembre de la même année, les administrateurs de la Martinique ne rendent pas moins de cinq ordonnances regardant le recensement et son organisation, tandis que les administrateurs de Saint-Domingue n’en rendent qu’une seule. L’article III des instructions données par l’intendant aux commissaires des paroisses pour la levée du recensement vient corroborer cette idée : « Les habitants ou autres particuliers domiciliés dans les bourgs seront tenus d’ajouter à la suite de leurs noms, de même qu’à la suite des noms de leur femme et enfants, s’ils sont créoles ou européens34. »

  • 35 « Ordonnance de MM. les Général et Intendant, concernant les Recensemens », 5 décembre 1763, dans (...)

17Fait remarquable, pour la première fois depuis l’instauration d’un recensement dans l’empire colonial français, la colonne du tableau indiquant la population des « blancs » est divisée en deux, entre créoles et européens, soulignant là encore la défiance des autorités face aux colons. La même ordonnance détaille, pas à pas, le processus de recueil des données, qui est profondément remanié et institutionnalisé : les chiffres doivent être établis sur la base des recensements de l’année précédente, auxquels on doit retrancher les morts et ajouter les naissances ou les nouvelles arrivées de l’année. Les habitants doivent se déplacer eux-mêmes pour déposer, signer et certifier leurs dénombrements auprès des commissaires. Les fraudes et manquements sont quant à eux punis d’une amende de 500 livres et de la confiscation des esclaves non-déclarés, mesure reprise d’une déclaration du roi datant de 1730, mais jamais véritablement appliquée avant 1763, et les planteurs qui refuseraient de soumettre leurs déclarations sont qualifiés de « désobéissants et délinquants », et menacés « d’y être contraints de corps35 ».

  • 36 Sur l’impact de la défaite dans le royaume de France : Dziembowski 2015, particulièrement le chapi (...)

18Le vent de réforme qui souffle sur l’administration coloniale dès la fin de la guerre de Sept Ans est tangible dans le processus même du recensement, mais aussi dans ses usages. On procède au moment du dénombrement à différentes opérations administratives. Les habitants ne fournissent alors plus qu’un seul document à l’administration locale, un aveu de dénombrement, qui est ensuite utilisé à différentes fins : gestion de la voirie, découpage du territoire, compte-rendu de l’activité économique, tableau général annuel de la colonie demandé par le roi, élaboration de différentes assiettes fiscales, etc. Le dénombrement n’a plus pour unique but de constituer un tableau général de la population, du bétail, des moyens de défense, de subsistance et de production de la colonie. L’application de cet instrument de gouvernement au lendemain d’une guerre traumatique pour l’empire change grandement son sens36. Le processus de recensement, réactivé avec une extrême rapidité, se fait l’écho des tensions nées de la guerre et de son échec, et déborde la simple énumération. Le ministre de la Marine envoie ses commentaires en retour et utilise, comme auparavant, le tableau envoyé pour piloter à distance les colonies. Mais le recensement devient aussi un outil de contrôle des planteurs et de négociation entre le pouvoir royal et la société coloniale, dans une période de transition et de sortie d’un régime martial et d’occupation par une puissance impériale rivale.

Le signe d’un retour à la paix ?

  • 37 FR ANOM DPPC G1-499, fol. 35.
  • 38 Gauthier 2004.
  • 39 Le manuscrit est conservé sous la cote FR ANOM COL C8A-64, fol. 64.
  • 40 Dewar 2010.
  • 41 Herencia 2013.
  • 42 Lettre du Brigadier William Rufane au comte d’Egremont, Secretary of State for the Southern Depart (...)
  • 43 Lettre du Brigadier William Rufane au comte d’Egremont, Secretary of State for the Southern Depart (...)

19Le recensement de la Martinique, a finalement lieu, entre le début du mois de décembre 1763 et le 25 février 1764, date à laquelle l’intendant Lemercier de la Rivière expédie le tableau récapitulatif à Versailles. Il écrit : « J’ai l’honneur de vous envoyer le recensement de la Martinique fait pour cette année courante. Je désire que vous soyez content de cet ouvrage et voici quelques observations qui me paroissent convenir à en démontrer la sincérité37. » Lemercier de la Rivière se trouve alors dans une délicate position. Initialement conseiller au Parlement de Paris, il est nommé intendant des Îles du Vent en 1759 par le duc de Choiseul. Il est en poste en Martinique lorsqu’éclate la guerre de Sept Ans, durant laquelle il est chassé de l’île, lorsque celle-ci se livre aux Britanniques, le 27 mai 176238. Il parvient à publier un Mémoire sur la Martinique39, qui lui permet d’être nommé, en septembre de la même année, intendant de la Martinique. Il se révèle être un actif partisan de l’échange, au traité de Paris, des colonies continentales d’Amérique contre les colonies insulaires40. Proche des physiocrates, Lemercier de la Rivière devient un ardent protagoniste de la politique de réforme impériale voulue par Choiseul41. L’envoi du recensement s’avère être pour lui un moment privilégié pour défendre sa préférence pour les îles sucrières, alors qu’il rencontre de conséquentes difficultés face aux planteurs depuis son retour en Martinique, notamment du fait de sa politique fiscale. Outre son zèle à fournir les bons chiffres, Lemercier souligne l’existence d’un recensement effectué par l’administration anglaise. Les archives britanniques relatives à l’occupation de la Martinique durant la guerre de Sept Ans contiennent en effet plusieurs documents attestant de la tenue d’un « recensement » en 1762, ordonné en juin 176242, et envoyé en métropole le 19 juillet43. Lemercier joint à son courrier un bref tableau et différents calculs comparant les chiffres du recensement anglais avec les chiffres de son recensement :

Le gouvernement anglois intéressé a bien connoître cette colonie et redouté dans cette isle en a fait faire un recensement au commencement de l’année dernière, et par les raisons que je viens dire on doit le croire aussi exact qu’il étoit possible de l’espérer. J’ai dans les mains ce recensement, je l’ai comparé avec le mien et je trouve [suit un tableau comparatif des chiffres de la population esclave (adultes, enfants et sur-âgés) ainsi que du bétail, donnant pour].

20Il s’agit ici pour l’intendant, d’une part de souligner la plus grande exactitude du recensement conduit sous son autorité mais aussi de mettre en avant les progrès effectués sous son administration et de rappeler au ministre combien le douloureux choix des « Isles » fut judicieux et ouvre des potentialités.

  • 44 FR ANOM DPPC G1-470bis, fol. 36 et fol. 37.
  • 45 FR ANOM DPPC G1-509.
  • 46 FR ANOM DPPC G1-497, fol. 32bis.
  • 47 FR ANOM DPPC G1-498, fol. 87 et fol. 88.
  • 48 En 1758 (FR ANOM DPPC G1-506, fol. 9 et fol. 9bis), en 1759 (FR ANOM DPPC G1-506, fol. 10) et en 1 (...)
  • 49 Voir par exemple ce qu’en dit Wells 1975.

21Il est, d’autre part, remarquable de noter que les occupants britanniques parvinrent à recenser l’île en si peu de temps de présence effective. Les envois de recensements depuis les colonies caribéennes, ininterrompus depuis 1731, s’étaient pourtant taris, très tôt dans les années 1750 et ce, avant même que n’éclate officiellement la guerre, signe que la guerre larvée était venue assez tôt enrayer la machine administrative coloniale. Le dernier recensement de la Martinique remontait ainsi à 175544, tout comme pour Saint-Domingue45 et à 1753 pour la Guadeloupe46 et la Dominique47. Seule l’île de Sainte-Lucie semble parvenir à être recensée pendant la guerre48. Il est probable que pour cette île, comme pour les britanniques en Martinique, les circonstances aient pressé et facilité la tâche aux autorités. À Sainte-Lucie, il fallait pour les Français asseoir leur domination sur une île qui avait été neutre depuis 1748, tandis qu’il était crucial pour les Anglais de connaître au mieux les forces et potentiels de la précieuse colonie martiniquaise. Dans les deux cas, même si la guerre faisait encore rage, nulle expédition ne mettait en danger ces nouvelles conquêtes et les structures administratives, nouvellement importées dans le cas de Sainte-Lucie, ou déjà existantes pour la Martinique, semblaient assez fortes pour permettre au recensement d’aboutir. Il est notable de constater que les sources anglaises mentionnent le terme français de « recensement » pour désigner cette pratique, que la régularité, l’ancienneté et la routinisation semblaient distinguer nettement de celle d’un census dans l’espace britannique49.

  • 50 « Lettre du Ministre à MM. de Belsunce et de Clugny, sur l’établissement d’une Imprimerie », 19 ja (...)

22En dehors de ces deux cas notables, rares sont donc les recensements qui sont conduits en période de guerre et ce, même après les réformes de 1763. Le papier, importé de métropole ou de la Terre Ferme, manque bien souvent. Les colons de Saint-Domingue s’en plaignent d’ailleurs dès 1763 et utilisent l’argument de la fastidieuse fabrication à la main du recensement pour faire plier le roi, auparavant farouchement opposé à l’installation d’une presse aux colonies50.

  • 51 On trouve par exemple un « State of the parish of Rivière aux Loups » daté du 20 janvier 1789, TNA (...)
  • 52 « Tableau de l’administration des îles sous le Vent », par Le Brasseur, 1782, FR ANOM COL C9A-151b (...)

23Plus problématique encore, l’absence de liaison maritime fiable en temps de guerre annihile de fait toute possibilité de transmettre les recensements à l’administration centrale. Les tableaux, jamais cryptés, représentent un enjeu non négligeable en période de guerre puisqu’ils mentionnent explicitement le nombre d’hommes pouvant porter armes et les munitions disponibles. L’administration anglaise, qui a conservé dans un fonds dédié les documents pris à bord des navires semble avoir profité de la négligence de son homologue française, puisqu’on y trouve plusieurs recensements coloniaux français51. Malgré les tentatives d’instauration d’un service de courrier régulier dès 1763 (qui n’aboutira, sous une forme moins ambitieuse, qu’en 1786), Joseph-Alexandre Le Brasseur, intendant de Saint-Domingue au début des années 1780, écrit encore en 1782 que « de nombreux courriers n’ont été que trop souvent noyés ou assassinés52 ».

  • 53 « Ordonnance du 24 mars 1763 », FR ANOM COL A-8.

24L’attitude de Lemercier en 1764, tout comme la somme de ces constats liés à la fabrique des recensements tend à nous indiquer que le recensement est une pratique qui relève d’un temps de paix. L’ordonnance du 24 mars 1763 est cruciale car elle place définitivement la responsabilité des questions regardant la population – et donc de son recensement – sous la seule tutelle de l’intendant53, distinguant de fait la période qui précède la guerre de Sept Ans, de celle qui la suit. Si auparavant les recensements pouvaient être menés par des capitaines de milice ou sur la base des quartiers de milice, le « jour d’après » 1763 est celui du basculement du recensement entre les mains de l’intendant, dans la sphère purement administrative. La gestion des milices est alors détachée du processus de recensement. Ce changement majeur s’incarne dans la matérialité même des tableaux expédiés à Versailles : au lieu d’une simple liste de compagnies ou de quartiers de milice avec les effectifs et (parfois) le détail de leur foyer, on envoie désormais un grand tableau, en un seul feuillet qui, d’un coup d’œil, permet de saisir l’ensemble de la colonie. En imposant le référentiel administratif de la paroisse pour recenser plutôt que celui du quartier de milice (même si ces entités se recoupent bien souvent), les autorités transforment le recensement en une véritable carte en chiffres, commode pour l’administration civile mais rapidement inefficiente en temps de guerre. Les colonnes du tableau ne permettent pas en effet la mise à jour des données inscrites, ce qui est en revanche possible avec une liste. Les temps de guerre sont donc ceux du retour à une comptabilité plus primitive pour gérer l’urgence (listes de morts et de disparus, d’hommes disponibles, registres courants de nourriture et de matériel). Le recensement devient de fait après 1763 l’un des processus du retour à la normalité administrative, une fois achevée l’exceptionnalité de la loi martiale et le temps de la diplomatie. Sa tenue marque le temps du « jour d’après » administratif, où une guerre d’encre et de papier, entre les différentes puissances impériales, succède à la guerre effective.

 

25Par la suite et ce, jusqu’à la fin du premier empire colonial, les pouvoirs, qu’ils soient monarchique, révolutionnaire ou impérial, utilisent cet outil une fois la guerre terminée ou un territoire réincorporé sous domination coloniale française. Le recensement marque dès lors le retour aux processus administratifs que la machine coloniale enrayée par la guerre avait arrêté. Les lendemains de la guerre de Sept Ans sont cruciaux à plusieurs égards. D’une part, à l’échelle de l’empire, où la perte de la Nouvelle-France résonne comme une véritable déflagration. Le « jour d’après » est celui d’un sursaut impérial : la multiplication des réformes à l’échelle de l’empire et de l’ensemble des colonies, pour certaines voulues depuis plusieurs décennies, démontre la vigueur de l’empire colonial français en pratique et ce, malgré l’absence de théorisation explicite de celui-ci, comme dans le cas britannique. L’application d’un même processus de recensement identique sur l’ensemble des territoires coloniaux où séjournent durablement des sujets du roi de France participe de cette dynamique. La reprise en main qui caractérise ce moment particulier vise à permettre de « re-faire empire ».

26D’autre part, la situation particulière des îles à sucre, et notamment de la Martinique, occupée pendant la guerre, a entraîné une modification profonde des modalités de fabrication du recensement et de ses usages. Le recensement devient un outil de surveillance et de négociation avec les colons du fait de la mobilisation de nouveaux acteurs pour sa fabrique. Ce modèle se diffuse assez rapidement dans l’empire dans les années qui suivent 1763, du fait de la place croissante qu’occupe la Martinique. L’île devient progressivement la colonie de référence d’un point de vue administratif, éclipsant la perle des Antilles qu’est Saint-Domingue, enferrée administrativement dans des démêlés liés aux conseils supérieurs. Ainsi, lorsque Tobago revient dans le giron impérial français en 1781, l’administration est calquée sur le modèle martiniquais. L’île joue dès lors un rôle d’administration centrale coloniale et lorsque le « jour d’après » la conquête arrive en 1784, le recensement de l’île est fait sur le modèle martiniquais inauguré en 1763.

27La pratique du recensement, après 1763, demeure cantonnée aux temps de paix : on ne trouve plus aucun recensement dans les espaces directement concernés par un conflit. À rebours, la levée des dénombrements devient l’un des leviers préférés de la couronne pour gérer les « jours d’après » et réformer les espaces nouvellement conquis ou réunis à l’empire. L’application de ces énumérations annuelles semble coïncider de fait avec la (ré)imposition de la souveraineté et la (ré)affirmation de la colonialité sur ces espaces. La mise en tableau de la société coloniale, au sein de colonnes correspondant à des catégories précises et non perméables sur le papier, témoigne ainsi d’un processus de rigidification des catégories après les licences et la fluidité sociale, raciale et hiérarchique que des troubles et événements militaires ont pu causer.

Haut de page

Bibliographie

Archives

FR ANOM = Archives Nationales d’Outre-Mer, Aix-en-Provence, France.

TNA = The National Archives, Kew, Royaume-Uni.

Ouvrages à caractère de source

Durand-Molard 1807 = M. Durand-Molard, Code de la Martinique, Saint-Pierre, Jean-Baptiste Thounens, 1807.

Moreau de Saint-Méry 1785 = M. L.-É. Moreau de Saint-Méry, Loix et constitutions des colonies françoises de l’Amérique sous le vent, Paris, chez l’Auteur, rue Plâtrière, n° 12 ; chez Moutard, Imprimeur-Libraire de la Reine, rue des Mathurins ; chez Barrois l’aîné, Quai des Augustins ; chez Mequignon jeune, Libraire au Palais, à l’Écu de France ; chez les Frères Labotieres ; chez D’Espilly, Libraire, 1785.

Vauban 1686 = S. le Prestre, marquis de Vauban, Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples, Paris, Veuve d’A. Chrestien, 1686.

Études secondaires

Aguilera 2015 = M. Aguilera, Les administrateurs comme agents de la catégorisation des sociétés coloniales. Pratiques et usages des recensements de population, dans J.-Ph. Luis (dir.), L’État dans ses colonies. Les administrateurs de l’empire espagnol au XIXe siècle, Madrid, 2015, p. 41-58.

Banks 2002 = K. Banks, Chasing empire across the sea: Communications and the state in the French Atlantic, 1713-1763, Montréal, 2002.

Blet 1946 = H. Blet, Histoire de la colonisation française, t. 1, Naissance et déclin d’un empire : des origines à 1789, Paris, 1946.

Bourdelais 2004 = P. Bourdelais, The French population censuses: Purposes and uses during the 17th, 18th and 19th centuries, dans The History of the Family, 9-1, 2004, p. 97-113.

Burnard 2007 = T. Burnard, Empire matters? The historiography of imperialism in early America, 1492-1830, dans History of European Ideas, 33-1, 2007, p. 87‑107.

Butel 2002 = P. Butel, Histoire des Antilles françaises : XVIIe-XXe siècle, Paris, 2002.

Calloway 2006 = C.G. Calloway, The scratch of a pen: 1763 and the transformation of North America, Oxford, 2006.

Charbonneau – Legare 1967 = H. Charbonneau, J. Legare, La population du Canada aux recensements de 1666 et 1667, dans Population, 22-6, 1967, p. 1031-1054.

Cooper – Stoler 1997 = F. Cooper, A.L. Stoler, Tensions of empire. Colonial cultures in a bourgeois world, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1997.

Cornevin – Cornevin 1990 = M. Cornevin, R. Cornevin, La France et les français outre-mer, Paris, 1990.

Desrosières – Didier 2014 = A. Desrosières, E. Didier, Prouver et gouverner : une analyse politique des statistiques publiques, Paris, 2014.

Dewar 2010 = H. Dewar, Canada or Guadeloupe?: French and British perception of empire, 1760-1763, dans The Canadian historical review, 91-4, 2010, p. 637-660.

Dubé 2005 = A. Dubé, S’approprier l’Atlantique : quelques réflexions autour de Chasing empire across the sea, de Kenneth Banks, dans French colonial history, 6, 2005, p. 33-44.

Dupâquier – Vilquin 1977 = J. Dupâquier, E. Vilquin, Le pouvoir royal et la statistique démographique dans Pour une histoire de la statistique, t. 1. Contributions/Journées d’études sur l’histoire de la statistique (23-25 juin 1976, Vaucresson), Paris, 1977, p. 93-100.

Dziembowski 2015 = E. Dziembowski, La guerre de Sept Ans, 1756-1763, Paris, 2015.

Frostin 1973 = Ch. Frostin, Histoire de l’autonomisme colon de la partie française de St Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles : contribution à l’étude du sentiment américain d’indépendance, Lille, 1973.

Gardey 2008 = D. Gardey, Écrire, calculer, classer : comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, 2008.

Gauthier 2004 = F. Gauthier, Le Mercier de la Rivière et les colonies d’Amérique, dans Revue française d’histoire des idées politiques, 20-2, 2004, p. 37-59.

Goody 1979 = J. Goody, La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, 1979.

Haudrère 1997 = P. Haudrère, L’empire des rois : 1500-1789, Paris, 1997.

Havard – Vidal 2003 = G. Havard, C. Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, 2003.

Herencia 2013 = B. Herencia, Enquête sur l’entrée de Lemercier de la Rivière dans le cercle de Quesnay, dans Cahier d’économie politique, 64-1, 2013, p. 135-155.

Houllemare 2014 = M. Houllemare, La fabrique des archives coloniales et la naissance d’une conscience impériale (France, XVIIIe siècle), dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 61-2, 2014, p. 7-31.

Meyer et al. 1991 = J. Meyer, J. Tarrade, A. Rey-Goldzeiguer, J. Thobie, Histoire de la France coloniale, t. 1, Des origines à 1914, Paris, 1991.

Petitjean Roget 1966 = J. Petitjean Roget, Le Gaoulé : la révolte de la Martinique en 1717, Fort-de-France, 1966.

Pluchon 1991 = P. Pluchon, Histoire de la colonisation française. Le premier empire colonial : des origines à la Restauration, Paris, 1991.

Pritchard 2004 = J.S. Pritchard, In search of empire: the French in the Americas, 1670-1730, Cambridge, 2004.

Riley 1986 = J.C. Riley, The Seven Years War and the Old Regime in France, Princeton, 1986.

Ruggiu 2018 = F.-J. Ruggiu, Des nouvelles France aux colonies : une approche comparée de l’histoire impériale de la France de l’époque moderne, dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], mis en ligne le 14 juin 2018.

Tarrade 1972 = J. Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime. L’évolution du régime de « l’Exclusif » de 1763 à 1789, Paris, 1972.

Tournerie 1992 = J.-A. Tournerie, Un projet d’école royale des colonies en Touraine au XVIIIe siècle, dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 99-1, 1992, p. 33-60.

Vidal 2008 = C. Vidal, La nouvelle histoire atlantique en France : Ignorance, réticence et reconnaissance tardive, dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], mis en ligne le 24 septembre 2008.

Vilquin 1975 = É. Vilquin, Vauban, inventeur des recensements, dans Annales de démographie historique, 1975, p. 207-257.

Wilson 2004 = K. Wilson, A new imperial history. Culture, identity and modernity in Britain and the Empire, 1660–1840, Cambridge, 2004.

Wells 1975 = R.V. Wells, Population of the British colonies in America before 1776. A survey of census data, Princeton, 1975.

Haut de page

Notes

1 Ordonnance de Fénelon et de Lemercier de la Rivière : « Ordonnance de MM. les Général et Intendant, concernant les Recensemens », 5 décembre 1763, dans Durand-Molard 1807, t. 2, p. 278-279.

2 Des « Instructions données par Mrs de la Compagnie des Isles de l’Amérique aux commis et écrivains associés aux dites isles pour la Compagnie », datées du 7 mars 1635, ordonnent d’effectuer un recensement de la population, avant même le début de l’implantation effective aux Antilles, FR ANOM COL F3-26.

3 Butel 2002, p. 19-69.

4 La littérature sur cette question demeure assez mince et datée, et ce, malgré l’existence d’une véritable historiographie concernant les recensements dans les autres empires coloniaux de l’époque moderne. Voir sur les recensements dans les colonies françaises : Dupâquier – Vilquin 1977 ; Bourdelais 2004, p. 98-99 ; sur les recensements dans les autres empires, par exemple, dans l’empire espagnol : Aguilera 2015.

5 « Édit du roi portant révocation de la Compagnie des Indes occidentales », daté de décembre 1674, FR ANOM COL A-24, fol. 120v.

6 Nous employons ici le terme d’empire pour désigner l’ensemble des territoires sous souveraineté française, en métropole et outre-mer. Si un débat s’est développé par le passé sur l’existence même d’un véritable empire colonial français à la période moderne (par exemple chez Banks 2002 ; Pritchard 2004), de nombreux chercheurs (Dubé 2005 ; Vidal 2008 ; Houllemare 2014 ; Ruggiu 2018) ont depuis démontré l’existence de celui-ci, en soulignant les spécificités inhérentes à la période moderne, appelant ainsi à un élargissement et une redéfinition du terme d’empire comme une entité à la fois dynamique et contingente, dans le sillage de la new imperial history britannique (voir Cooper – Stoler 1997 ; Wilson 2004 ; Burnard 2007).

7 Meyer et al. 1991, p. 277-324.

8 Comme par exemple chez Haudrère 1997 ou Pluchon 1991.

9 Sur ce point voir : Riley 1986.

10 Havard – Vidal 2003, p. 664.

11 Tarrade 1972.

12 Notamment Gardey 2008 et Goody 1979.

13 Par exemple Desrosières – Didier 2014.

14 Calloway 2006, p. 3-18.

15 Charbonneau – Legare 1967 ; Vilquin 1975.

16 « Ordonnance du 24 mars 1763 portant règlement sur l’administration générale des colonies », FR ANOM COL A-8, fol. 48, art. 85.

17 Dupâquier – Vilquin 1977, p. 100.

18 Notamment les documents contenus dans le carton FR ANOM COL A-8.

19 Une série d’arrêts du Conseil du roi, pour chaque île prescrit la levée d’une imposition exceptionnelle pour subvenir aux dépenses de l’année 1763. On consultera par exemple un « Arrêt du 9 avril 1763 qui ordonne la levée sur tous les habitants de la Martinique indistinctement d’une somme de 750 111 livres argent des Isles pour fournir aux dépenses à faire pendant la présente année 1763 », FR ANOM COL A-8, fol. 12.

20  Ordonnance de Fénelon et de Lemercier de la Rivière : « Ordonnance de MM. les Général et Intendant, concernant la levée d’une somme de 750,000 livres, argent des îles, sur la colonie de la Martinique, pendant les six derniers mois de l’année 1763 », 29 juillet 1763, dans Durand-Molard 1807, t. 2, p. 199-211.

21 « Ordonnance du 31 juillet portant établissement de neuf corvettes ou paquebots par an destinés à aller dans les colonies pour y porter les ordres de sa Majesté et en rapporter les différentes lettres et paquets concernant le Service », FR ANOM COL A-8, fol. 28.

22 Sur l’attitude des colons antillais face aux Anglais pendant la guerre de Sept Ans : Frostin 1973, p. 630-640.

23 Tournerie 1992, p. 34.

24 Blet 1946, p. 292-293. Sur la révolte des colons blancs de 1717 : Petitjean Roget 1966.

25 FR ANOM COL C8A-65, fol. 143, fol. 187, fol. 209 ; FR ANOM COL C8A-66, fol. 9, fol. 38, fol. 51.

26 Lettre de Fénelon au ministre de la Marine, le duc de Choiseul, datée du 27 novembre 1763, FR ANOM COL C8A-65 fol. 209.

27 Cornevin et Cornevin 1990, p. 223-224.

28 « Ordonnance du 24 mars 1763 », FR ANOM COL A-8.

29 « Ordonnance des Administrateurs, portant établissement de syndics dans les paroisses », 17 juin 1763, dans Moreau de Saint-Méry 1785, t. 4, p. 594-601.

30 « Ordonnance de MM. les Général et Intendant, sur les fonctions des Commissaires des Paroisses », 19 octobre 1763, dans Durand-Molard 1807, t. 2, p. 264-267.

31 Ibid.

32 FR ANOM COL C8A-114, fol. 65.

33 Blet 1946, p. 292-293.

34 « Instructions de M. l’Intendant, pour MM. les commissaires des paroisses, sur la façon dont ils doivent recevoir les déclarations des habitants pour leurs dénombrements », décembre 1763, dans Durand-Molard 1807, t. 2, p. 276-278.

35 « Ordonnance de MM. les Général et Intendant, concernant les Recensemens », 5 décembre 1763, dans Durand-Molard 1807, t. 2, p. 278-279.

36 Sur l’impact de la défaite dans le royaume de France : Dziembowski 2015, particulièrement le chapitre 13 « La paix humiliante qui vient terminer une guerre honteuse’ », p. 489-532 et le chapitre 14 « Après le déluge », p. 532‑590.

37 FR ANOM DPPC G1-499, fol. 35.

38 Gauthier 2004.

39 Le manuscrit est conservé sous la cote FR ANOM COL C8A-64, fol. 64.

40 Dewar 2010.

41 Herencia 2013.

42 Lettre du Brigadier William Rufane au comte d’Egremont, Secretary of State for the Southern Departement, datée du 2 juin 1762 : « I have ordered an exact recensement to be taken on the number of inhabitants, free negroes, mulattos, and slaves, with the state of their plantations, etc, etc, but the commissaries who are charged with this detail have not yet been able to accomplish it. I shall lose no time, on opportunity to transmit it to your lordship, that you may for a more certain opinion of the strength and value of this important conquest », TNA, CO/166/2/30, fol. 99-102.

43 Lettre du Brigadier William Rufane au comte d’Egremont, Secretary of State for the Southern Departement, datée du 19 juillet 1762 : « I have the honour to send your lordship the recensement of this island, with some representations wich Mr Maclean, receiver general and collector has made to me, relative to trade upon which he desires to receive instruction », TNA, CO/166/2/41, fol. 127-128. Le recensement est conservé à part, sous la cote TNA, EXT 1/233, fol. 128a.

44 FR ANOM DPPC G1-470bis, fol. 36 et fol. 37.

45 FR ANOM DPPC G1-509.

46 FR ANOM DPPC G1-497, fol. 32bis.

47 FR ANOM DPPC G1-498, fol. 87 et fol. 88.

48 En 1758 (FR ANOM DPPC G1-506, fol. 9 et fol. 9bis), en 1759 (FR ANOM DPPC G1-506, fol. 10) et en 1760 (FR ANOM DPPC G1-506, fol. 11).

49 Voir par exemple ce qu’en dit Wells 1975.

50 « Lettre du Ministre à MM. de Belsunce et de Clugny, sur l’établissement d’une Imprimerie », 19 janvier 1763, Moreau de Saint-Méry 1785, t. 4, p. 533-534.

51 On trouve par exemple un « State of the parish of Rivière aux Loups » daté du 20 janvier 1789, TNA, CO/10/2, fol. 99, ou encore un « Recensement général de la Paroisse de Rivière du Loup, dans le district des Trois Rivières » pour l’année 1784, TNA, CO/10/2, fol. 96.

52 « Tableau de l’administration des îles sous le Vent », par Le Brasseur, 1782, FR ANOM COL C9A-151bis.

53 « Ordonnance du 24 mars 1763 », FR ANOM COL A-8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Malègue, « Compter les hommes, ou la normalité retrouvée ? »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-1 | 2020, 73-83.

Référence électronique

Fanny Malègue, « Compter les hommes, ou la normalité retrouvée ? »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/7558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.7558

Haut de page

Auteur

Fanny Malègue

École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut National d’Études Démographiques (INED) – fanny.malegue@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search