Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le « jour d’après » : comment s’é...Varèse après la perte de ses « li...

Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination

Varèse après la perte de ses « libertés » (1766-1802)

Claudia Storti
p. 85-94

Résumés

En juin 1766, lorsque Marie-Thérèse d’Autriche cède à François III duc de Modène le bourg de Varèse contre la volonté de ses habitants, ceux-ci s’aperçoivent qu’une nouvelle conception du pouvoir de l’État à l’égard des gouvernés se fait jour. Depuis le temps du seigneur Bernabò Visconti (1385), les citoyens de Varèse s’étaient prévalus des doctrines juridiques du consensus. Ces revendications resurgissent en 1802 au temps de la République italienne, dans les jours suivants l’introduction du système départemental, lorsque Varèse est annexée au département du Lario sous administration de Côme. Au miroir de deux épisodes de défense des libertés communautaires se reflète le changement du droit public intérieur et international européen déterminé par la pleine affirmation du pouvoir absolu des États et de la prévalence des principes de l’« équilibre ».

Haut de page

Texte intégral

Notes préliminaires

  • 1 Brambilla 1874, vol. 2, p. 5-14.

1Je ne vais pas parler de la grande histoire mais de celle d’un bourg de l’Italie du Nord, de ses habitants et de son territoire et de sa juridiction, entre les XVIIIe et XIXe siècles. L’acteur de cette histoire est Varèse, une jolie petite ville dans les Préalpes lombardes, située au nord de Milan, sur la frontière, d’un côté, de la Confédération helvétique et de l’autre, du Piémont (c’est-à-dire, dans la période que je vais examiner, le royaume de Sardaigne)1. Le contexte institutionnel était marqué par le pluralisme de l’Ancien Régime : Varèse était une « quasi città », libre et séparée au prix de plusieurs siècles de négociations avec les souverains de Milan et de son État : les Visconti, les Sforza, la France des Valois, l’empire des Habsbourg d’Espagne et d’Autriche.

  • 2 La bibliographie à ce propos est immense. Je me limiterai à renvoyer aux études des plus éminents (...)

2J’utiliserai la micro-histoire comme une « loupe » pour chercher à tester les conséquences politiques et sociales du triomphe de la conception monopolistique de l’État au début du XIXe siècle et surtout après la Consulte de Lyon de 1802. Face aux tendances de plus en plus centralisatrices et uniformisatrices de l’État de l’époque moderne – dont le royaume de France avait été un précurseur dès le Moyen Âge – quelques corps municipaux ou ruraux italiens avaient réussi à ménager leurs atouts et leurs points forts, afin de conserver et garantir pour eux-mêmes les privilèges d’une organisation particulière et autonome. Face à la structure institutionnelle des États d’Ancien Régime, ces formes d’autonomie avaient contribué à perpétuer les caractères du pluralisme2.

3Pourquoi donc ouvrir un dossier d’histoire locale, lorsque le thème général est centré sur les plus remarquables ou, parfois, plus effroyables crises sociales et institutionnelles auxquelles les sociétés humaines ont dû faire face au cours de leur histoire ? J’ai choisi de concentrer mon propos sur les réactions d’une société qui venait de perdre son statut d’autonomie, de primauté sur son territoire, et les conséquences sur les relations aussi bien à l’intérieur de l’État qu’à l’extérieur, avec les pays voisins, en particulier la Suisse : en d’autres termes, sur la réaction d’une communauté au moment où elle prend conscience de la perte soudaine de « sa voix » et de « son rôle constitutionnel » dans l’organisation de l’État.

4Dans cette perspective locale, le contraste entre gouvernants et gouvernés ne généra pas le chaos, parce que la majorité du peuple de Varèse avait, sinon souhaité, du moins accepté la domination française. En conséquence, il n’y eut ni violence ni mesures de répression. Toutefois, après la consolidation du nouveau régime politique républicain sous la domination de la France, l’anéantissement de l’ordre juridique qui, jusqu’à cet événement, avait organisé leur corps politique et les fonctions de leurs corps intermédiaires, fut d’abord perçu par les habitants de Varèse, pour ainsi dire, comme un mauvais rêve.

5Face à la désintégration des règles qui avaient régi la conception générale de l’ordre de l’État pendant des siècles et à l’établissement du nouvel ordre républicain napoléonien, la communauté s’efforça d’entamer, suivant la tradition, des négociations pour marquer son mécontentement, pour exposer les raisons économiques, sociales et internationales qui auraient dû justifier la conservation de son statut exceptionnel et pour expliquer, toujours suivant la tradition, les bases du nouveau « contrat » qu’elle entendait conclure avec la République italienne. Il s’agît d’un « jour d’après » centré sur le droit et sur la réaffirmation de l’argumentaire caractéristique de « l’éventail » ou du faisceau interprétatif du « droit public intérieur » d’Ancien Régime. On les rencontre dans les opinions exprimées par les juristes dans les allégations/conseils (consilia) et dans les arrêts des tribunaux dès le XVe siècle.

  • 3 Storti 2010 ; Storti 2011 ; Storti 2012 ; Storti 2015.

6Varèse voulait défendre son « statut d’autonomie » et le « rôle constitutionnel » qu’elle avait su défendre pendant les siècles de l’époque moderne. Les argumentations de ses défenseurs étaient fondées avant tout sur le caractère efficace des privilèges de liberté et de séparation dont la communauté avait joui jusqu’à ce moment-là ; et aussi sur les théories relatives au consensus et au droit des gouvernés à réagir et à se révolter contre les gouvernants (légitimes ou conquérants) tyrans et injustes énoncées dès le XIVe siècle etélaborées surtout entre les XVIe et XVIIIe siècles dans les traités sur la justice (de justitia et iure) et sur le droit des gens de l’époque moderne et de l’âge des révolutions3.

  • 4 Voir infra note 41.

7En creux de tout cela, il y avait une équivoque due, peut-être, à la force d’inertie de l’expérience institutionnelle du passé et générée par l’incompréhension absolue du nouvel ordre public et constitutionnel bientôt instauré : les citoyens de Varèse voulaient reproduire les mécanismes bien rodés de la négociation qui, dans le droit public de l’État moderne, avaient été fondés sur le rapport « contractuel » entre l’État et les corps intermédiaires ; mais ils n’étaient pas à même de s’apercevoir que cet ordre était définitivement révolu, après l’explicitation de la politique de la France en direction desdites Républiques sœurs4.

Les précédents entre Moyen Âge et époque moderne

  • 5 Le texte a été publié par Sharf 2012, p. 108-111.
  • 6 Borri 1891, p. 132-158.

8Depuis un privilège du duc Francesco Sforza en 14475, après la brève parenthèse de l’inféodation de la ville à Facino Cane pendant les guerres qui suivirent la mort du duc Gian Galeazzo Visconti6, les citoyens de Varèse s’étaient prévalus des doctrines juridiques du consensus et avaient revendiqué plusieurs fois leur droit de négocier leur condition juridique et d’accepter ou de refuser d’être cédés à d’autres souverains. Le status de « liberté » de Varèse avait été sanctionné en 1538 par l’empereur Charles Quint :

  • 7 Borri 1891, p. 185-205 ; Adamollo-Grossi 1933, p. 44v-45r (texte en bas de page), Gênes, 31 juin 1 (...)

Ut dicta communitas Varisii cum aliis personis et locis supra connumeratis, nullum habeant superiorem mediatum nec immediatum recognoscere, nisi serenissimum Imperatorem et Maiestatis Suae in dicto Statu successorem7.

  • 8 Adamollo-Grossi 1933, p. 44v-45r (texte en bas de page), Gênes, 31 juin 1538.
  • 9 Storti 2007, p. 74.
  • 10 Giampaolo 1976.
  • 11 Bossi 1562, p. 637, n. 290. Le seigneur Bernabò Visconti gouverne Milan entre 1354 et 1378. Sur le (...)

9Selon les termes des clauses du diplôme, qui fut toujours confirmé par les successeurs de l’empereur, la communauté de Varèse était exemptée non seulement de n’importe quelle sorte d’inféodation, mais était aussi qualifiée de « terre séparée », c’est-à-dire directement dépendante de l’Empire8, quoique ses habitants n’obtinrent pas le titre de sujets limités (subditi limitati) comme ceux de la Valsesia9 ou ceux du bourg de Maccagno sur le lac Majeur10. Même le très célèbre juriste et pénaliste du XVIe siècle Egidio Bossi cita Varèse comme exemple d’une organisation juridique particulière et libre dans son traité de Principe et privilegiis ejus. Celui qui possédait le bourg de Varèse ne pouvait le céder à aucune autre autorité, si Varèse n’y concédait : Et ideo Bernabos Vicecomes, qui habuit Varisium in feudum, non potuit obtinere reluctantibus ipsis11.

  • 12 Chittolini 1990 ; Chittolini 2010, en part. p. 230-231, 238-240 ; Del Tredici 2013, en part. p. 17 (...)
  • 13 Statuta burgi et castellantiæ de Varisio.

10Suivant la définition, désormais classique, de l’historiographie moderne, Varèse était une « presque-ville12 ». Bien qu’elle fût comprise dans les limites de la campagne (contado) de Milan, son assemblée élective votait les lois et les provisions d’intérêt commun, était compétente en matière de juridiction criminelle et civile, avait ses bureaux pour l’administration et la contribution et était réglée par ses propres statuts et coutumes, subsidiaires aux/ou coordonnés par les ordonnances de l’État de Milan suivant les règles du droit commun13.

11Grâce à cet ensemble « d’outils » et de protections juridiques et grâce à la cohésion de ses habitants, Varèse résista pendant les deux siècles suivants aux changements et à n’importe quelle tentative de cession ou d’inféodation. Mais demeure un épisode qui mérite d’être rappelé, parce qu’il révèle des aspects qui acquirent une grande importance au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : il s’agit d’un événement de 1703. Le gouvernement de l’État de Milan, soumis à ce moment-là à Philippe V, avait entrepris des négociations pour céder Varèse à un noble de Gênes, le duc Luc Spinola. Cette cession avait été subordonnée aux privilèges mentionnés ci-dessus, c’est-à-dire à la condition que les peuples fussent « contents » (i popoli ne fossero contenti).

  • 14 Adamollo-Grossi 1933, p. 84r. Il s’agissait très probablement du grand-père de Giorgio Giulini (17 (...)
  • 15 Adamollo-Grossi 1933, p. 84.

12Les négociations avaient été menées en secret et le communiqué officiel ne fut publié qu’en décembre 1702 : entre-temps, contre la défense du bourg (le scritture in Jure ed in difesa della libertà) rédigée par l’avocat Giorgio Giulini14, les partisans du duc Spinola avaient cherché à obtenir le soutien d’au moins une partie de la communauté. Le jour où l’assemblée devait débattre et voter l’inféodation, en janvier 1703, les plus influentes personnalités de Varèse furent convoquées à Milan sur quelques prétextes, avec l’évident objectif d’éviter qu’ils ne prennent part à l’assemblée. Pourtant, cela n’empêcha pas l’assemblée de voter contre l’inféodation. Peu après, lorsque Philippe V ratifia par ordonnance la décision de ne pas inféoder Varèse, des célébrations furent organisées dans toute la ville15.

  • 16 Adamollo-Grossi 1933, p. 133r-135r, en part. p. 134r.
  • 17 Adamollo-Grossi 1933, p. 133r-134v.

13Par la suite, ce fut sous le règne de Marie-Thérèse d’Autriche, dans les années 1760, que la conception des pouvoirs de l’État changea rapidement. Une nouvelle tentative d’inféodation de Varèse fut entreprise en 1765, sous la forme d’une inféodation temporaire (tantimodo tempore circumscriptum […] eius vita durante et non ultra16) au duc de Modène François III d’Este et à sa femme Thérèse, comtesse de Castelbarco. Comme par le passé, pour empêcher sa cession et conserver sa condition privilégiée au sein de l’Empire, la ville, avant de se rendre, fit appel à la justice de l’impératrice et à tous les moyens de négociation possibles, allant jusqu’au recours devant Sa Majesté Marie-Thérèse d’Autriche par l’envoi d’une supplique17.

  • 18 Borri 1891, p. 311-317 inc. Altezza serenissima.
  • 19 Duc 2016.

14Dans cette supplique, on soulignait avant tout le « regret général » et la confiance en une prochaine réintégration dans ses pleines libertés au sein de l’État de Milan, ces droits étant fondés sur les instruments du droit public et sur la contribution séculaire, non seulement en argent et en travail, mais aussi grâce à « l’intelligence » des citoyens18. Le document contenait la liste de toutes les conséquences économiques et sociales de l’inféodation, qui pèseraient non seulement sur les citoyens, mais aussi sur le nouveau seigneur, si Varèse eût été privée de ses tribunaux et de ses liaisons directes avec les Suisses et si le montant de l’imposition fiscale et de la franchise des taxes indirectes sur les ventes et achats des produits de consommation aux frontières n’eut été recyclé dans le territoire du bourg. On envisageait aussi le risque d’un dépeuplement lié à l’émigration, qui avait eu des précédents, notamment sous la domination française au début du XVIe siècle19.1874

15Le contenu de cet acte est fondamental, non seulement pour l’argumentaire juridique déployé par le bourg, mais aussi en raison de la perception que la communauté avait de son propre rôle et de sa contribution à la richesse de l’État, à une période charnière où elle prenait conscience du changement de paradigme dans la conception de la puissance publique de l’État et des rapports entre gouvernants et gouvernés. Il offre donc une clé pour la compréhension des événements dont je parlerai ensuite.

  • 20 Borri 1891, p. 339-366.
  • 21 La séquence des dispositions de Joseph II dans Promemoria 1787, p. 139r-144r, en part. n. 14-28, p (...)

16En 1765, toutefois, les mécanismes juridiques dont une communauté libre avait été à même de disposer par une tradition séculaire ne permettaient plus de garantir son autonomie. En réponse à l’appel des habitants de Varèse, le Sénat de Milan ratifia sans appel l’inféodation du bourg le 14 juin 1766 et la ville fit son acte de soumission au duc François III20. La réintégration de Varèse sous le gouvernement de l’État de Milan eut lieu, comme l’acte d’inféodation l’avait prévu, à la mort du duc de Modène en 178021. Quelques années plus tard, les réformes judiciaires, administratives et tributaires introduites par l’empereur Joseph II, sans avoir consulté et obtenu le consentement des communautés « libres », provoquèrent de fortes réactions parmi les habitants de Varèse.

  • 22 Promemoria 1787, nr. 29, p. 144r.
  • 23 Promemoria 1787, nr. 5, p. 141r-v.
  • 24 Promemoria 1787, nr. 6-13, p. 141v-142v.
  • 25 Promemoria 1787, nr. 1, p. 139r-v : « di barricata agli Stati Svizzeri, ed a sollievo de’ terrieri (...)
  • 26 Promemoria 1787, nr. 3, p. 140r-v.

17En 1787, un document anonyme intitulé Mémoire pour l’éminent Bourg de Varèse (Promemoria per l’insigne Borgo di Varese) fut imprimé et tout de suite censuré par le gouvernement. Les imprimeurs firent l’objet de très graves poursuites judiciaires (travagli). On pourrait le définir comme une sorte de cahier de doléances où l’auteur constatait que les réformes avaient tout simplement produit un désordre absolu (Frattanto qui tutto è in disordine)22. La dérive centralisatrice, introduite au nom de l’utilité générale de l’Empire et de l’État de Milan23, avait dépouillé les citoyens de leurs prérogatives judiciaires, administratives et fiscales, c’est-à-dire des droits préalables et indispensables à leur mission de production de la richesse pour eux-mêmes et pour le pays24. Cette mission était définie, par exemple, par la redevance fiscale, par le soutien et le secours à un nombre élevé de sujets indigents et dépourvus de moyens de subsistance25, par l’exécution des obligations découlant des traités entre l’Empire ou l’État de Milan et les Suisses26.

  • 27 « per la conservazione di un Paese che ha tanta relazione al rimanente dello Stato, ed alle regie (...)
  • 28 Storti 2007.

18En sus des observations déjà présentées dans la supplique de 1765-1766, il y avait des considérations à caractère géopolitique et militaire relatives à l’importance de la localisation de Varèse sur deux frontières et les restrictions et les conséquents dommages qu’elle avait subis, non seulement dans ses relations avec l’intérieur de l’État, mais aussi avec la Confédération helvétique et le royaume de Sardaigne27. Même ce dernier argument était tiré de la « boîte à outil » ou panoplie des arguments servant traditionnellement à la défense juridique du pluralisme. Comme je l’ai déjà remarqué, il avait été largement utilisé face à l’État de Milan par les Valsésiens pour obtenir et défendre pendant des siècles leur statut juridique de sujets limités28.

Entre République cisalpine et République italienne

19Le problème de la défense de son autonomie administrative et juridictionnelle se posa à nouveau pour Varèse dix ans après la Révolution française : celle-ci – comme il est inutile de le rappeler – introduisit une nouvelle conception du rôle de l’État dans ses rapports avec les citoyens et dans les rapports entre gouvernement central et administrations communales et périphériques. L’expansionnisme français provoquait donc des changements radicaux dans le fragile système de l’équilibre européen.

  • 29 Le territoire de l’Italie du Nord fut divisé en onze départements, parmi lesquels le département d (...)
  • 30 Roberti 1947, vol. 2, p. 208-243 ; Brambilla 1874, vol. 1, p. 294 ; Giampaolo 1977, p. 18 ; Id. Ca (...)
  • 31 Rimostranza 1802, p. 139r-141v, en part. p. 140r. Luigi Villa, qui avait été avocat-fiscal sous le (...)
  • 32 Costituzione Repubblica Cisalpina, art. 3, p. 7 : « La Repubblica Cisalpina conserva, e tramanda a (...)

20Après la première conquête des territoires de l’Italie du Nord lors de la guerre victorieuse contre l’empire des Habsbourg et la proclamation de la première République cisalpine à la fin du mois de juin 179729, Varèse fut érigée en préfecture du département du Verbano, un des onze qui furent institués pour réorganiser l’administration judiciaire et administrative de la nouvelle République conformément au modèle français30. Suivant les historiens, Varèse devait son nouveau rôle à « Bonaparte, profond connaisseur de la position géographique de chaque pays et de ses rapports industriels et commerciaux avec le bien général et particulier31 ». Dans tous les cas, on devine que le bourg, jusqu’ici, devait à la République une reconnaissance éternelle, celle-ci lui ayant rendu sa liberté, conformément au texte de l’article 3 de la Constitution de l’An V32.

  • 33 Statuti e Ordinamenti, publiés dans Borri 1891, p. 82-86 ; Garancini 1977, p. 273-274.
  • 34 Giampaolo 1977, p. 18-19.
  • 35 Rimostranza 1802, p. 140r ; Giampaolo 1977, p. 11-21.

21Toutefois, un an plus tard, le département du Verbano fut supprimé et son territoire englobé et incorporé dans celui du département de l’Olona, avec Milan comme capitale. Ce changement aurait également pu être tolérable pour Varèse, parce qu’il correspondait, somme toute, à sa tradition institutionnelle33. Le désastre arriva au mois de mai 1801, quand le département de l’Olona fut divisé et Varèse incorporé au département du Lario, sous la préfecture de Côme, une commune que Varèse considérait comme sa pire ennemie depuis plusieurs siècles34. Varèse perdit définitivement son rôle de préfecture pour devenir un simple chef-lieu de district35 et ses séculaires et coutumiers rapports juridiques, administratifs et commerciaux avec Milan furent annulés.

22Cette mesure fut confirmée par la Consulte de Lyon, qui se déroula entre le 11 et le 26 janvier 1802, laquelle s’acheva par la promulgation de la constitution de la République italienne en remplacement de la République Cisalpine.

Le « jour d’après » de la Consulte de Lyon

  • 36 Sur les provisions de Melzi d’Eril en matière départementale : Roberti 1947, vol. 2, p. 222. Il fa (...)

23Le « jour d’après » des Varésiens fut vécu comme une deminutio capitis : ils envoyèrent une nouvelle pétition (Rimostranza dei Cittadini di Varese, c’est-à-dire une Plainte des Citoyens de Varèse) au préfet du département du Lario et au gouvernement de la République italienne en la personne de son vice-président Melzi d’Eril36. La Rimostranza dénonçait l’affront subi par la transformation du bourg en district, privé de son autonomie et relégué sous le gouvernement, l’administration et la juridiction de son ennemie, la ville de Côme, avec laquelle Varèse n’avait jamais entretenu de relations au cours des siècles antérieurs. Varèse avait perdu son tribunal civil, sa cour criminelle, son fisc et les bureaux tributaires, ses liens avec les plus hautes cours judiciaires et administratives de Milan, laquelle était bien connectée et accessible. Enfin, le bourg avait également perdu son assemblée représentative, qui auparavant décidait de toutes les questions d’intérêt commun.

  • 37 Storti 2002, p. 147-165 ; Storti 2011, p. 171-195 ; Chittolini 2010, p. 230-231.

24Mais au-delà de tous ces effets institutionnels et pratiques, listés en détail, le texte de la Rimostranza nous permet de percevoir la profonde désillusion politique et idéologique que la réforme avait entraînée. En effet, au sein de la nouvelle organisation départementale, un appareil bureaucratique et centralisé s’était substitué à l’ancienne organisation séculaire d’une communauté libre autogérée, caractéristique d’un corps intermédiaire au sein d’une société pluraliste et qui avait résisté, en bien ou en mal, aux réformes et aux tentatives de réforme de l’empire des Habsbourg sous Marie-Thérèse puis sous Joseph II37.

25Si l’on y regarde de plus près, ce n’était pas seulement l’ancien droit public qui avait été supprimé, mais aussi les rapports de force et d’équilibre au sein des communautés et les liens avec les pouvoirs sociaux, religieux et économiques qui avaient garanti la cohésion de la société locale. Cette cohésion, à son tour, s’était réalisée et perpétuée soit par la participation de la population à l’assemblée représentative qui délibérait les lois et décidait des questions d’intérêt commun, soit par le contrôle social plus ou moins informel exercé par une variété de lieux de pouvoir, surtout par les moyens du prestige et de l’autorité dont disposaient certains « hommes publics ».

  • 38 Sur les réformes de l’administration et de la justice, à l’intérieur de la complexe réforme de l’É (...)
  • 39 Ces mots de Talleyrand sont cités par Martin 2009, p. 92. Les rapports entre la Grande Nation fran (...)
  • 40 Mannoni 1994.

26En réalité et derrière les formules rhétoriques, la cohésion de la communauté locale avait déjà été mise à l’épreuve au cours des années précédentes, alors que la politique extérieure et militaire de la France à l’égard de l’Italie était demeurée hésitante, notamment en ce qui concernait le royaume de Sardaigne et l’Empire38. Les changements de la politique de la Grande Nation et de son Directoire, à l’égard desdites Républiques sœurs, transforma bientôt ces dernières en « fantômes de Républiques39 ». Devant l’incertitude quant au futur de l’Europe et de l’Italie, différents courants d’opinion s’étaient structurés à Varèse, débattant des principes de liberté et d’égalité affirmés par la Révolution française (ou plutôt des interprétations italiennes de ces principes)40. Plusieurs initiatives politiques y avaient été prises ou avaient vu les habitants de Varèse s’engager auprès de ceux de Milan : d’un côté, bon nombre de Milanais avaient leurs résidences d’été à Varèse où ils se réfugièrent pendant les guerres et les conflits fréquents de cette période ; de l’autre, pour les citoyens de Varèse, Milan était le principal pôle d’attraction économique, mais aussi culturel et intellectuel.

  • 41 Costa 2012, p. 815.

27Dans l’Ancien Régime, le concept juridique de liberté ne désignait jamais l’individu – c’est évident – mais seulement la communauté. Chaque individu exerçait sa liberté par le moyen de sa participation à la vie politique et juridique de la communauté locale. Par l’intermédiaire de représentants, chacun participait aux décisions déterminant les rapports entre la communauté et le pouvoir supérieur de l’État, sous la forme, on l’a plusieurs fois rappelé, de la négociation des droits et des obligations41. Le « jour d’après » le changement de régime opéré par la Consulte de Lyon de janvier 1802, à laquelle Napoléon avait convié, en théorie, tous les représentants des Italiens pour exprimer la volonté de leur nation, marqua la fin de cette conception contractuelle des rapports entre corps politiques et État. On ne doutait pas que le pouvoir avait changé de main mais, au fond, l’attitude était encore caractérisée par une recherche de confrontation avec le gouvernement central. Ce qu’on n’acceptait pas et qui était très difficile à considérer comme possible, avant même d’être légitime, c’était qu’une décision prise loin et « d’en haut » puisse subordonner Varèse au pouvoir indésirable du département du Lario sans la consultation et le consensus de ses citoyens.

  • 42 « Quest’armi, o bravi difensori della patria, vi assicurano d’oggi in avanti il primo naturale diri (...)
  • 43 Vovelle cité par Mazauric 2001, p. 2.

28Paradoxalement, après la victoire de l’armée française contre le royaume de Sardaigne et l’Empire puis la conquête de l’Italie du Nord, l’exportation des principes de liberté et d’égalité entre les hommes – que quelques citoyens de Varèse avaient souhaités voir introduits42 – avait abouti à la prévalence de l’égalité des corps politiques devant l’État. Le principal résultat fut l’anéantissement de l’inégalité des corps intermédiaires qui, jusqu’à cette période, avait assuré la liberté à quelques-uns d’entre eux, comme Varèse et ses citoyens. Il s’agissait surtout, je le répète, de la liberté de décider de son propre destin : le cas de Varèse en 1703, dont j’ai parlé précédemment, montre que cette liberté pouvait être exercée même en l’absence des autorités locales. Cependant, pour la communauté de Varèse, l’égalité s’était concrétisée, de manière médiocre, par son assimilation aux communautés les plus « insignifiantes » : la ville et ses citoyens n’avaient même pas eu la liberté de choisir43.

  • 44 Rota 1959, p. 149.

29En d’autres termes, le « jour d’après » la Consulte de Lyon, un nouveau rapport entre gouvernants et gouvernés vit le jour et ce nouveau rapport était considéré comme injuste par les citoyens44. Tous les anciens repères institutionnels, administratifs, sociaux, économiques et commerciaux étaient anéantis : tout d’abord, suppression du pouvoir décisionnel de l’assemblée ; ensuite, disparition des juges et des administrateurs indispensables à la conduite rapide des affaires quotidiennes et pour le règlement des conflits ; enfin, déplacement du centre de gravité de Milan, auquel Varèse était liée par des siècles de relations et d’échanges, vers la toujours détestée et inaccessible Côme.

  • 45 Pour une belle fresque sur les espoirs des Milanais : Rota 1959, p. 16. Sur les promesses de Napol (...)

30En outre, un mythe s’écroulait pour les patriotes qui avaient cru en la France pour qu’elle restaure la destinée nationale (per una riabilitazione del destino nazionale)45 et pour tous ceux, y compris une partie des habitants de Varèse, qui avaient cru dans les idéaux de liberté proclamés par la Révolution française. Cependant, les citoyens de Varèse choisirent, non pas de recourir au chaos de la violence et de la sédition, mais de suivre, comme ils l’avaient toujours fait par le passé, les voies de l’ordre et de la négociation.

Enjeux de la négociation pour restaurer un « nouvel » ordre « ancien »

31Pour Varèse, les événements de 1787 et de 1802 furent deux moments d’élaboration de manifestes similaires, pour deux « jours d’après » tout à fait différents du point de vue du contexte historique et institutionnel, quoique étroitement liés l’un à l’autre. Il s’agissait d’abord d’un changement « constitutionnel », redéfinissant les paradigmes de l’État dans une version absolutiste et monopolistique, depuis longtemps préparée au temps des Lumières par des souverains réformateurs, qui visait par conséquent à l’anéantissement (graduel, inéluctable mais d’une façon inconcevable dans l’immédiat) des autonomies et de leur pouvoir de négocier le contrat politique.

  • 46 Irti 1993, p. 174.

32Dans les deux cas, les citoyens de Varèse avaient confié aux juristes la tâche de combattre le nouvel ordre afin de défendre les principes fondamentaux de leur ordre juridique coutumier et d’élaborer des stratégies discursives visant à la conservation d’un système institutionnel qu’ils jugeaient indispensable, soit pour leur propre prospérité, soit pour être à même de contribuer à celle plus générale de l’État, à laquelle ils étaient convaincus d’avoir contribué pendant des siècles. Les juristes jouèrent le rôle de médiateur dans les rapports entre droit et pouvoir, afin de limiter les prétentions de l’État46, lesquelles étaient essentiellement fondées sur des arguments juridiques et celui de la prospérité générale que l’État même visait ou prétendait atteindre, imposant des règles administratives contraires à la tradition.

  • 47 Adamollo-Grossi, p. 83v-84r et infra., n. 13.
  • 48 inc. Altezza serenissima, et infra, n. 17.
  • 49 Promemoria 1787 et infra, n. 21.

33Vincenzo Dandolo, « défenseur » des citoyens de Varèse, rendit public le 20 juillet 1802 la Plainte des Citoyens de Varèse, citée plus haut, pour contester l’assujettissement du bourg au département du Lario. Il ne s’agit pas d’une coïncidence si ce document était largement inspiré des textes pour la défense des libertés de l’avocat Giorgio Giulini de 170347, du « traité sur la liberté » inséré dans l’acte de soumission à François III d’Este48 et du « rappel » à l’empereur Joseph II de 178749.

34La rédaction de la défense de Dandolo fut motivée par le gouvernement qui demanda à être informé des maux, des droits et des attentes des habitants de la ville (dei nostri mali, [de]i nostri diritti, [de]i nostri interessi), lesquels, de leur côté, étaient affectés et désolés. Ils ne comprenaient pas pourquoi le gouvernement les abandonnait et les soumettait à une punition aussi insupportable. Ils étaient abasourdis devant l’anéantissement de tous leurs droits, que les siècles, la justice et l’intérêt national leurs avaient apportés :

  • 50 Promemoria 1787, p. 139.

Mentre afflitti e desolati tutti li buoni cittadini della comune di Varese andavano cercando come si fossero meritati l’abbandono totale del governo ed una insopportabile punizione ; mentre attoniti vedevano essi distrutti tutti in un punto quei diritti che i secoli, la giustizia, e l’interesse nazionale avevano loro accordati50.

  • 51 Rimostranza 1802, p. 140, 148 sub 1802 et 149v.

35Le juriste exposa les nombreux troubles que le nouvel ordre républicain causait aux citoyens de Varèse, qu’il s’agisse de l’exercice de pouvoirs jugés arbitraires par des juges et des fonctionnaires de la préfecture de Côme, auxquels ils étaient présentement assujettis, ou bien des dépenses, dangers et pertes de temps (dispendio, pericolo, perdita di tempo)51 occasionnés par l’absence de rapports antérieurs avec la ville de Côme, notamment de communications routières efficaces.

  • 52 Gioia 1804, en part. p. 163 et suiv., Massetto 2017, vol. 2, p. 1515-1590, en part. p. 1551 et sui (...)
  • 53 Sofia 1988, p. 165-166 (Rapporto del prefetto del Rubicone, Vincenzo Brunetti, a Melzi d’Eril) : « (...)

36Tout cela correspondait à ce que les tenants de l’économie et de l’arithmétique politique (il suffit de relire, par exemple, Melchiorre Gioia) allaient reprocher aux réformateurs et à des réformes introduites dans la plus complète ignorance des coutumes et des caractères de la société et de l’économie locale52. L’argumentaire renvoyait également à des objections soulevées par les fonctionnaires les plus haut placés, qui déploraient le sort réservé aux anciennes communautés locales – petites villes, bourgs, communes rurales – qui avaient été liées entre elles par un usage séculaire et des relations bien développées et qui avaient été démembrées et dispersées par les réformes républicaines en des regroupements difficilement intelligibles et, plus encore, coûteux et inefficaces53.

  • 54 Rimostranza 1802, p. 141r.

37Les arguments avancés par le juriste ne s’arrêtaient pas à l’examen de l’impact immédiat du nouvel ordre. Dans une accumulation de remarques relatives à l’état émotionnel des sujets – surprise, désarrois, avilissement, désespoir, sentiments d’humiliation et d’harcèlement – il alla jusqu’à qualifier d’injuste et de funeste au pays le pouvoir qui avait mis en œuvre une réforme aveugle et insouciante des traditions, de la prospérité et des exigences de ses sujets/citoyens (un’autorità ingiusta e funesta)54.

  • 55 Rimostranza 1802, p. 141r.

38Ces mots conservaient encore, dans ces années-ci, un sens précis pour tous ceux qui avaient quelques notions de droit et en particulier pour les juristes, encore formés au droit commun et aux principes qui justifiaient la rébellion contre les tyrans. Ils conservaient également un sens pour ceux qui croyaient que les institutions publiques avaient pour fonction de réaliser le bonheur des hommes et des peuples (felicità degli uomini) et qui avaient adhéré aux raisons de la Déclaration d’Indépendance des colonies britanniques de l’Amérique du Nord en 177655.

  • 56 Ibid.
  • 57 À l’égard d’une requête à l’Empire en 1825 : Brambilla 1874, vol. 2, p. 343.

39D’ailleurs, ces juristes savaient bien que la réaction contre une autorité « injuste et funeste », c’est-à-dire tyrannique, aurait pu provoquer une opposition violente et une rébellion « légitime », sinon à l’intérieur face à l’État, du moins devant l’opinion publique internationale, suivant les principes du droit des gens. Sauf si – selon les conclusions de la Plainte de Vincenzo Dandolo – le gouvernement décidait immédiatement de revenir sur ses pas et de réparer, conformément à la justice, les catastrophes et les violences qu’il avait exercé à l’égard de son peuple étouffé et avili (oppresso e avvilito)56. Ce qui, comme nous le savons a posteriori, n’arriva qu’en 1927 avec l’institution de la province de Varèse57.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Adamollo – Grossi 1933 = G.A. Adamollo, L. Grossi, Cronaca di Varese. Memorie cronologiche, A. Mantegazza (dir.), Varèse, Tipografia Arcivescovile dell'Addolorata, 1933.

Assemblee 1917 = C. Montalcini, A. Alberti (dir.), Assemblee della Repubblica Cisalpina, vol. I, Bologne, Zanichelli, 1917, rist. an. 1968.

Borri 1891 = L. Borri, Documenti Varesini, raccolti, annotati e volgarizzati, Varèse, Macchi e Brusa, 1891. 

Bossi 1562 = E. Bossi, Tractatus de principe et privilegiis ejus, dans Tractuts varii, Lyon, apud Antonium de Antoniis, ex Typographia Iacobi Faure, 1562, p. 594-669. 

Brambilla 1874 = L. Brambilla, Varese e il suo circondario, Varèse, Ubicini, 1874.

Carteggi 1958 = I carteggi di Francesco Melzi d’Eril duca di Lodi. La Vicepresidenza della Repubblica Italiana, Milan, Museo del Risorgimento e raccolte storiche, 1958.

Giampaolo 1958 = L. Giampaolo, Cartografia varesina, Varèse, Toscana, 1958.

Gioia 1804 = M. Gioia, Sul dipartimento del Lario. Discussione economica, Milan, presso Pirotta e Maspero, 1804.

Giulini 1760 = G. Giulini, Memorie spettanti alla storia, al governo, ed alla descrizione della città, e della campagna di Milano, ne’ secoli bassi, Milan, nella stamperia di Giambattista Bianchi, 1760.

Promemoria 1787 = Promemoria per l’Insigne Borgo di Varese, Varese, Stamperia Motta e Pedemonti, 1787, dans Adamollo-Grossi 1933, p. 139r-144r.

Rimostranza 1802 = Rimostranza dei Cittadini di Varese trasmessa il 20 luglio 1802 al Prefetto del Lario al Ministro dell’Interno [Luigi Villa] ed al Vice Presidente [Francesco Melzi d’Eril], dans Adamollo – Grossi 1933, p. 139r-141v.

Statuta burgi et castellantiae de Varisio (1347), dans Adamollo-Grossi 1933, p. 15v-32r.

Études secondaires

Black 2009 = J. Black, Absolutism in Renaissance Milan: Plenitude of power under the Visconti and the Sforza, 1329-1535, Oxford, 2009.

Chittolini 1990 = G. Chittolini, «Quasi città». Borghi e terre in area lombarda nel tardo medioevo, dans Società e storia, XLVII, 1990, p. 3-26.

Chittolini 2010 = G. Chittolini, Urban population, urban territories, small towns: Some problems of the history of urbanization in Northern and Central Italy (13th-16th centuries), dans Power and persuasion. Essays on the art of state building in honour of W.P. Blockmans, Turnhout, 2010, p. 227-241.

Costa 2012 = P. Costa, Compte-rendu d’A. Torre, Luoghi. La produzione di località in età moderna e contemporanea, dans Quaderni Fiorentini, 41, 2012, p. 809-817.

Del Tredici 2012 = F. Del Tredici, Lombardy under the Visconti and the Sforza, dans A. Gamberini, I. Lazzarini, The Italian Renaissance State, Cambridge, 2012, p. 156-176.

De Francesco 2015 = A. De Francesco, An unwelcome sister republic, dans J. Oddens, M. Rutjes, E. Jacobs (dir.), The political culture of the sister republics, Amsterdam, 2015, p. 211-218.

Di Renzo Villata 2013 = M.G. di Renzo Villata, Bossi, Egidio, dans I. Birocchi, E. Cortese, A. Mattone, M.N. Miletti (dir.), Dizionario Biografico dei Giuristi Italiani, Bologne, 2013, vol. I, p. 317-319.

Duc 2016 = S. Duc, Il Prezzo delle guerre lombarde. Rovina dello Stato, distruzione della ricchezza e disastro sociale (1515-1535), dans Storia Economica, 19-1, 2016, p. 219-248.

Garancini 1977 = G. Garancini, La corte d’estate, dans Varese, vicende e protagonisti, vol. III, Bologne, 1977, p. 273-274.

Giampaolo 1939 = L. Giampaolo, Storia breve di Maccagno Inferiore, già feudo imperiale, corte regale degli imperatori, terra per sé e di Maccagno Superiore, Varèse, 1939 [rééd. 1962 et 1976].

Giampaolo 1977 = L. Giampaolo, Varese dalla Repubblica cisalpina alla prima guerra mondiale, dans Varese, vicende e protagonisti, vol. III, Bologna, 1977, p. 11-21. 

Higonnet 1988 = P. Higonnet, Sisters Republics. The Origins of French and American Republicanism, Harvard, 1988.

Irti 1993 = N. Irti, Testimonianza. La storia del diritto e i suoi diversi destinatari. La storia del diritto nelle Facoltà di Giurisprudenza, dans L’insegnamento della storia del diritto medievale e moderno: strumenti, destinatari, prospettive. Atti dell’incontro di studio Firenze, 6-7 novembre 1992, Milan, 1993, p. 171-176.

Mannoni 1994 = S. Mannoni, Une et indivisible: storia dell’accentramento amministrativo in Francia, Milan, 1994. 

Martin 2009 = V. Martin, Du modèle à la pratique, ou des pratiques aux modèles : la diplomatie républicaine du Directoire, dans P. Serna (dir.), Républiques sœurs. Le Directoire et la Révolution atlantique. Actes du colloque de Paris, 25 et 26 janvier 2008, Rennes, 2009, p. 87-100.

Massetto 2017 = G.P. Massetto, Melchiorre Gioia e il diritto penale, in Scritti di storia giuridica di Gian Paolo Massetto, Milan, 2017, vol. II, p. 1515-1590.

Mazauric 2001 = C. Mazauric, Compte-rendu de M. Vovelle, Les républiques-sœurs sous le regard de la Grande nation (1795-1803). De l’Italie aux portes de l’Empire ottoman, l’impact du modèle républicain français, dans Annales historiques de la Révolution française, 323, 2001, p. 148-150.

Roberti 1947 = M. Roberti, Milano capitale napoleonica. La formazione di uno Stato moderno 1796-1814, Milan, 1947, vol. II, p. 208-243. 

Rota 1959 = E. Rota, Milano napoleonica, dans Storia di Milano, vol. XIII. L’età napoleonica, Milan, 1959, p. 3-352.

Sharf 2012 = P.F. Scharf, Fonti per la storia del territorio varesino e comense, 1, Varèse, 2012.

Sofia 1988 = F. Sofia, Una scienza per l’amministrazione. Statistica e pubblici apparati tra età rivoluzionaria e restaurazione, vol. I, Rome, 1988. 

Storti 2001 = C. Storti Storchi, Autonomie e centralizzazione: Como, Varese e il diritto del Trecento visconteo, dans C. Storti Storchi, Scritti sugli statuti lombardi, Milan, 2007, p. 461-485.

Storti 2002 = C. Storti Storchi, «Acciò che le cause passino più consultamente e con minor rechiamo». Nodi della giustizia nei primi anni del dominio di Luigi XII a Milano, dans L. Arcangeli (dir.), Milano e Luigi XII. Ricerche sul primo dominio francese in Lombardia (1499-1512), Milan, 2002, p. 147-165, et dans C. Storti Storchi, Scritti sugli statuti lombardi, Milan, 2007, p. 487-512.

Storti 2007 = C. Storti Storchi, Consuetudini e statuti: un itinerario sul fondamento delle autonomie tra prassi e scienza giuridica nella Lombardia nord-occidentale tra Verbano e Valsesia, dans F. Ferri (dir.), Gli statuti del Verbano, Varèse, 2007, p. 27-86. 

Storti 2010 = C. Storti, Foedus amicitia e societas: Alberico Gentili fra tradizione e innovazione, dans Alberico Gentili (San Ginesio 1552-Londra 1608). Atti dei convegni nel quarto centenario della morte. 2. San Ginesio, 11-12-13 settembre 2008, Oxford e Londra, 5-6 giugno 2008, Napoli L’Orientale, 6 novembre 2007, Milan, 2010, p. 333-376.

Storti 2011 = C. Storti, Progetti di riforma istituzionale: Milano nell’età di Luigi XII, dans G. Dilcher, D. Quaglioni (dir.), Gli inizi del diritto pubblico. 3. Verso la costituzione del diritto pubblico tra medioevo e modernità, Bologne, 2011, p. 171-195. 

Storti 2012 = C. Storti, Empirismo e scienza: il crocevia del diritto internazionale nella prima metà dell’Ottocento, dans L. Nuzzo, M. Vec (dir.), Constructing international law. The birth of a discipline, Francfort, 2012, p. 51-145.

Storti 2020 = C. Storti, Early Italian Scholars of ius gentium, dans G. Bartolini (dir.), A History of International Law in Italy, Oxford, 2020, p. 19-47.

Valsecchi 1959 = F. Valsecchi, Dalla pace di Aquisgrana alla pace di Lodi, dans Storia di Milano, vol. XII L’età delle riforme (1706-1796), Milan, 1959, p. 322-378. 

Vovelle 2000 = M. Vovelle, Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation (1795-1803). De l’Italie aux portes de l’Empire ottoman, l’impact du modèle républicain français, Paris, 2000.

Haut de page

Notes

1 Brambilla 1874, vol. 2, p. 5-14.

2 La bibliographie à ce propos est immense. Je me limiterai à renvoyer aux études des plus éminents historiens du droit et aux manuels de Adriano Cavanna, Paolo Grossi et Antonio Padoa Schioopa.

3 Storti 2010 ; Storti 2011 ; Storti 2012 ; Storti 2015.

4 Voir infra note 41.

5 Le texte a été publié par Sharf 2012, p. 108-111.

6 Borri 1891, p. 132-158.

7 Borri 1891, p. 185-205 ; Adamollo-Grossi 1933, p. 44v-45r (texte en bas de page), Gênes, 31 juin 1538, en part. p. 45r.

8 Adamollo-Grossi 1933, p. 44v-45r (texte en bas de page), Gênes, 31 juin 1538.

9 Storti 2007, p. 74.

10 Giampaolo 1976.

11 Bossi 1562, p. 637, n. 290. Le seigneur Bernabò Visconti gouverne Milan entre 1354 et 1378. Sur le juriste E. Bossi : Di Renzo Villata 2013.

12 Chittolini 1990 ; Chittolini 2010, en part. p. 230-231, 238-240 ; Del Tredici 2013, en part. p. 172, 174-176.

13 Statuta burgi et castellantiæ de Varisio.

14 Adamollo-Grossi 1933, p. 84r. Il s’agissait très probablement du grand-père de Giorgio Giulini (1714-1780), très connu pour ses Mémoires (Giulini 1760). Il était membre du collège des jurisconsultes de Côme et vicaire général de l’État de Milan. Il fut nommé sénateur.

15 Adamollo-Grossi 1933, p. 84.

16 Adamollo-Grossi 1933, p. 133r-135r, en part. p. 134r.

17 Adamollo-Grossi 1933, p. 133r-134v.

18 Borri 1891, p. 311-317 inc. Altezza serenissima.

19 Duc 2016.

20 Borri 1891, p. 339-366.

21 La séquence des dispositions de Joseph II dans Promemoria 1787, p. 139r-144r, en part. n. 14-28, p. 142v-144r.

22 Promemoria 1787, nr. 29, p. 144r.

23 Promemoria 1787, nr. 5, p. 141r-v.

24 Promemoria 1787, nr. 6-13, p. 141v-142v.

25 Promemoria 1787, nr. 1, p. 139r-v : « di barricata agli Stati Svizzeri, ed a sollievo de’ terrieri delle colline, e valli intermedie abitate da un considerevole numero di sudditi dello Stato che non ritraggono dalle loro terre sufficiente alimento onde poter essere soccorsi nel Borgo con trovare su questo mercato il bisognevole alle loro indigenze ».

26 Promemoria 1787, nr. 3, p. 140r-v.

27 « per la conservazione di un Paese che ha tanta relazione al rimanente dello Stato, ed alle regie Finanze, attesa la sua situazione, tanto per rapporto agli Stati Svizzeri, che di sua Maestà Sarda » (Promemoria 1787, nr. 30, p. 139r-144r, in part. nr. 30, p. 144r).

28 Storti 2007.

29 Le territoire de l’Italie du Nord fut divisé en onze départements, parmi lesquels le département du Verbano qui avait comme chef-lieu Varèse. Le corps législatif aurait pu modifier les frontières des départements, mais on garantissait aux communautés la conservation de leur actuelle circonscription (loro attuale circoscrizione) : Costituzione della Repubblica Cisalpina, Milan, 12 messidor an V (30 juin 1797), dans Assemblée 1917, p. 3‑30, en part. nr. 4-6, p. 7 et sur le département du Verbano, chef-lieu Varèse, p. 69.

30 Roberti 1947, vol. 2, p. 208-243 ; Brambilla 1874, vol. 1, p. 294 ; Giampaolo 1977, p. 18 ; Id. Cartografia varesina, Tav. Varese nel Dipartimento del Lario.

31 Rimostranza 1802, p. 139r-141v, en part. p. 140r. Luigi Villa, qui avait été avocat-fiscal sous les Habsbourg, fut nommé ministre de l’Intérieur par Napoléon Bonaparte le 25 février 1802, fonction qu’il occupa jusqu’au mois de mars 1803 lorsqu’il tomba malade. Sur son rôle dans la réorganisation de la République italienne : Sofia 1988, p. 164-165 et p. 252-264, avec référence à Carteggi 1958, vol. 1, nr. 197, Milan, 26 avril 1802, Melzi a Marescalchi, Allegato. Nota dei soggetti finora stati nominati, su Villa ministero dell’Interno, nominato da Bonaparte, en part. p. 261-262 ; Milan, 18 juin 1802, Melzi a Marescalchi, p. 437-440, en part. p. 438.

32 Costituzione Repubblica Cisalpina, art. 3, p. 7 : « La Repubblica Cisalpina conserva, e tramanda ai posteri il sentimento di eterna riconoscenza verso la repubblica francese, cui è debitrice della ricuperata libertà. »

33 Statuti e Ordinamenti, publiés dans Borri 1891, p. 82-86 ; Garancini 1977, p. 273-274.

34 Giampaolo 1977, p. 18-19.

35 Rimostranza 1802, p. 140r ; Giampaolo 1977, p. 11-21.

36 Sur les provisions de Melzi d’Eril en matière départementale : Roberti 1947, vol. 2, p. 222. Il faut noter que, suivant le décret de Melzi d’Eril du 6 mai 1802, la sous-préfecture du département du Lario était installée à Sondrio, ce qui constitua une autre source d’indignation pour Varèse (p. 224-225). Sur l’administration des communes, art. 74 du décret du 6 mai 1802 (p. 228). Voir, en général, sur l’histoire de Milan après la constitution de la République italienne et sur la figure et le rôle de Vincenzo Melzi d’Eril : Rota 1959, p. 151.

37 Storti 2002, p. 147-165 ; Storti 2011, p. 171-195 ; Chittolini 2010, p. 230-231.

38 Sur les réformes de l’administration et de la justice, à l’intérieur de la complexe réforme de l’État de l’Empereur Joseph II : Valsecchi 1959 ; Giampaolo 1977.

39 Ces mots de Talleyrand sont cités par Martin 2009, p. 92. Les rapports entre la Grande Nation française et les Républiques sœurs ont fait l’objet d’un vif et célèbre débat historiographique dont je ne citerai que quelques-unes des œuvres les plus originales : Higonnet 1988 ; Vovelle 2000 ; Mazauric 2001 ; De Francesco 2015 (à voir également pour sa bibliographie).

40 Mannoni 1994.

41 Costa 2012, p. 815.

42 « Quest’armi, o bravi difensori della patria, vi assicurano d’oggi in avanti il primo naturale diritto dell’Uomo, la sempre dolce e cara libertà recataci dalle invincibili armi Francesi , e dal loro prode condottiero Bonapoarte. I popoli tutti del Verbano apprendano da voi una volta a rendersi degli dell’essere sublime di Uomo e de’ suoi preziosi attributi. Abbastanza abbiamo incurvato il collo sotto il giogo dei tiranni. E’ tempo di ergere la nostra fronte, e di ritornare nel primiero nostro augusto carattere d’Uomini liberi. Ma la libertà non è, Cittadini, il solo diritto che per natura necessariamente competa all’uomo. Tutti siamo uomini: dunque siamo tutti uguali […] Contadini, Artigiani, Uomini d’ogni sorta, Voi siete Sovrani. Ma che dissi? No, voi siete eguali al primo re della terra! » (Discorso recitato dal cittadino Biondi dans Brambilla 1874, vol. 1, p. 342-342 ; le discours ne porte pas de date, mais il fut prononcé après la constitution de la Garde nationale). Sur la constitution du Club des Innovateurs (Club degli Innovatori) en 1794 et sur les manifestations antifrançaises de 1796 : Giampaolo 1977, p. 11-15.

43 Vovelle cité par Mazauric 2001, p. 2.

44 Rota 1959, p. 149.

45 Pour une belle fresque sur les espoirs des Milanais : Rota 1959, p. 16. Sur les promesses de Napoléon du 15 mai 1796 : « Voi sarete liberi, voi non sarete né Francesi, né Tedeschi », voir p. 31. Sur la reconquête de 1800, p. 121-130.

46 Irti 1993, p. 174.

47 Adamollo-Grossi, p. 83v-84r et infra., n. 13.

48 inc. Altezza serenissima, et infra, n. 17.

49 Promemoria 1787 et infra, n. 21.

50 Promemoria 1787, p. 139.

51 Rimostranza 1802, p. 140, 148 sub 1802 et 149v.

52 Gioia 1804, en part. p. 163 et suiv., Massetto 2017, vol. 2, p. 1515-1590, en part. p. 1551 et suiv.

53 Sofia 1988, p. 165-166 (Rapporto del prefetto del Rubicone, Vincenzo Brunetti, a Melzi d’Eril) : « Amministrazioni dipartimentali dispendiose attraversanti la marcia degli affari; Municipalità distinte e variate in classi; Rappresentanze e interessi del Dipartimento spezzati, e per le pretese delle indiscrete Comuni pregiudicata l’intera Provincia; Disposizioni della pubblica istruzione vincolate al giudizio della moltitudine di sua natura ignorante; fazioni militari caricate alla nazione e alle Comuni con soverchio mal proporzionato dispendio non corrispondente al servigio; Sistema giudiziario assorbente la sesta parte della diretta, di mole sproporzionato ed enorme; Tribunali d’appello mal scelti e scissi; Preture prodigate ed inette ».

54 Rimostranza 1802, p. 141r.

55 Rimostranza 1802, p. 141r.

56 Ibid.

57 À l’égard d’une requête à l’Empire en 1825 : Brambilla 1874, vol. 2, p. 343.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Storti, « Varèse après la perte de ses « libertés » (1766-1802) »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-1 | 2020, 85-94.

Référence électronique

Claudia Storti, « Varèse après la perte de ses « libertés » (1766-1802) »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/7602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.7602

Haut de page

Auteur

Claudia Storti

Università degli Studi di Milano – claudia.storti@unimi.it

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search