Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le « jour d’après » : comment s’é...Conclusions. Que faire du « jour ...

Le « jour d’après » : comment s’établit une nouvelle domination

Conclusions.
Que faire du « jour d’après » ?

Guillemette Crouzet, Jacobo Grajales et Pascal Montlahuc
p. 95-102

Texte intégral

1Regroupant les points de vue d’un antiquisant, d’un politiste et d’une historienne du monde colonial à l’époque contemporaine, ce texte considère le « jour d’après » comme un outil heuristique dans les mains de l’historien.ne, comme une passerelle vers les sciences sociales (notamment la science politique), enfin comme une clé d’analyse des mondes coloniaux aux époques moderne et contemporaine. Les remarques qui suivent ont fait l’objet d’une écriture collective à partir de textes initialement proposés par P. Montlahuc (première section), J. Grajales (deuxième section) et G. Crouzet (troisième section).

Le « jour d’après » comme outil heuristique

2Les contributions réunies dans ce dossier ne se conforment à aucune définition du « jour d’après » et chacune accorde une ampleur et une valeur différentes aux moments désignés par cette appellation. Cette souplesse épistémologique se justifie d’abord par le fait que la durée du « jour d’après » et l’articulation entre un « jour d’avant », un « jour J » et un « jour d’après » varient immanquablement en fonction du thème historiographique mis en exergue, de la période abordée, de la société étudiée, de l’échelle d’analyse privilégiée ou encore du groupe social concerné. Si la possibilité de situer une articulation historique ramassée autour d’une scansion « jour d’avant-jour d’après » diffère selon qu’un.e préhistorien.ne, un.e antiquisant.e, un.e médiéviste, un.e moderniste ou un.e contemporanéiste qui travaillent sur la France, l’Italie, la Chine ou l’île de Pâques s’y confronte, c’est parce que les contours de ce que l’on peut qualifier de « jour d’après » dépendent des documents disponibles, des biais discursifs et méthodologiques que leur maniement implique, enfin de l’approche de celui/celle qui les interroge. De même, la variété des échelles d’analyse implique que le/la micro-historien.ne et l’historien.ne du global puissent ne pas situer le « jour d’après » (même lié à un événement identique) au même moment, et ce, bien que ces deux courants historiographiques se plaisent parfois à scruter des moments décalés vis-à-vis de « jours d’après » plus « canoniques », c’est-à-dire bien souvent européo-centrés et focalisés sur l’histoire politique. L’existence, la date et la durée des « jours d’après » sont donc propres à chaque cas et dépendent des lunettes épistémologiques chaussées afin de les scruter : historien.ne.s de l’économie, du droit, de la religion, du politique, etc., chacun.e détermine ses « jours d’après ».

  • 1 Pour un bilan commode sur ce point, qu’il n’est pas question de traiter en profondeur ici : Dosse  (...)

3Cet effort relativiste doit-il, pour autant, conduire à vider la notion de toute substance ? Les discussions tenues lors de la rencontre romaine ont rappelé que le caractère traumatisant d’un événement peut venir conférer une forme d’épaisseur à l’idée de basculement vers un « jour d’après », sans pour autant résoudre tous les problèmes que pose le maniement d’une notion indissociable du problème de la continuité, de la rupture et de l’événement, dont on sait les innombrables débats qu’il a suscité dans l’historiographie1. La remise en cause de « l’idole événement », entreprise par Fr. Simiand puis poursuivie par l’École des Annales, pourrait en effet conduire à douter de la pertinence de « jours d’après » qui ne seraient finalement que la partie vaporeuse de l’écume braudélienne des événements. Toutefois, les communications réunies dans ce dossier, en privilégiant les études de cas et les dossiers qui relèvent pour partie de la micro-histoire et qui attirent le regard vers l’« exceptionnel normal », rappellent que l’utilisation du « jour d’après » peut faire saillir des réalités historiques et/ou des constructions discursives qui s’intègrent ou, au contraire, modifient les structures du temps long.

  • 2 Nora 1974.

4De ce point de vue, l’outil heuristique du « jour d’après » participe de ce « retour de l’événement » naguère identifié par P. Nora2, qui ne concerne plus tant le débat sur le statut de l’événement vis-à-vis de la structure que la discussion sur ce que les acteurs et sources du temps considèrent et/ou construisent eux-mêmes comme événement. Les historien.ne.s peuvent donc parfois, en interrogeant les sources à l’aune de leurs propres préoccupations, comprendre et décrire un événement comme étant d’une intensité suffisamment haute et d’une complexité assez prégnante pour être qualifié de « jour J », l’existence de ce « jour J » étant une condition sine qua non à l’existence d’un « jour d’après ». D’autre part, la force de l’événement peut rendre explicites les non‑dits de la domination routinière : quand un pouvoir entre en crise profonde, il tend moins au sursaut et à la réforme profonde qu’au repli sur ses fondamentaux, ses fidèles et son ontologie. En d’autres termes, le « jour d’après » contribue à mettre à nu le pouvoir.

5Ce « jour d’après » serait donc la conséquence d’un événement d’une temporalité brève et qui tire sa substance d’une intensité élevée. Toutefois, la variété des approches évoquée plus haut implique également une grande diversité de seuils d’intensité auxquels un événement (semblable ou différent) peut être associé, en fonction des acteurs et des contextes (le mariage d’un notable dans un village aura autant, voire plus d’importance pour ledit village qu’une bataille remportée par François Ier pour le royaume de France), des conservateurs de la mémoire (témoins, chroniqueurs, annalistes, archivistes, etc.) et, enfin, des historien.ne.s qui l’étudient. Surgit alors une autre interrogation : qui qualifie le « jour d’après » ? Est-il perçu comme tel par les acteurs du temps, par l’historien.ne ou par le truchement de celui/celle-ci, qui fait parler les acteurs historiques en ce sens ? Les réflexions de M. Viganò à propos de la conscience d’une éventuelle mutation politique chez les acteurs du temps, telle qu’elle se donne à voir au sein du corpus épistolaire de Gian Giacomo Trivulzio dans le Milan de la fin du XVe et du début du XVIe siècles, le montrent : la multiplicité des situations rend vaine toute tentative de généralisation, mais il est certain que certains événements peuvent être qualifiés, dès leur avènement, de tournant historique, comme ce fut, par exemple, le cas du 11 septembre 2001. Cela s’applique également à des échelles plus modestes et à des fins parfois très précises, par exemple afin de tirer profit, sur le moment comme dans une postérité courte, d’une rupture que l’on peut exagérer, voire aller jusqu’à « créer » dans un but politique. Ainsi le rappelle S. Téjédor, qui souligne que le « jour d’après » la mort de François II fut un événement en partie orchestré (ou du moins monté en épingle) par Catherine de Médicis afin de protéger, pour ne pas dire restaurer, l’unité du royaume de France, alors gravement menacée.

6Il faut également rappeler que l’historien.ne ne peut percevoir toutes les ramifications et conséquences d’un événement – c’est-à-dire savoir qu’il fut un « jour J » suivi d’un « jour d’après » – qu’en ayant connaissance de ce qui se déroulera par la suite : en ce sens, le « jour d’après » naît aussi avec l’historien.ne, qui a le recul nécessaire pour le « labelliser » comme tel et qui y applique sa lecture, par essence personnelle, faisant par conséquent du « jour d’après » un événement à la fois singulier et construit. Par exemple, la volonté de M. Nassiet de souligner l’importance du rôle politique joué par la veuve Anne de Bretagne en 1498 l’encourage à mettre en exergue les émotions exprimées par cette dernière, qui sut jouer des frontières poreuses entre sphères « privée » et « publique ». Or c’est précisément cette exhumation émotive qui permet à l’auteur de faire saillir des sursauts politiques qui seraient, autrement, restés moins visibles, et qui n’auraient pas nécessairement été identifiés comme autant de « jours d’après » potentiels. De plus, le fait même de pouvoir comparer plusieurs « jours d’après », comme l’ont aussi proposé Cl. Storti et S. Téjédor, illustre parfaitement que, comme tout autre objet historique, le « jour d’après » est une construction des acteurs du temps autant que des historien.ne.s modernes. Partant de là, si aucune source contemporaine des événements n’identifie de changement d’une intensité haute, mais que l’historien sait qu’un « jour » (le plus souvent, un moment) en est venu, plus ou moins progressivement, à marquer une évolution majeure et ramassée sur un temps relativement court, peut-on parler d’une séquence historique « jour d’avant-jour J-jour d’après » ? La question reste ouverte, puisque le rôle de l’historien.ne est aussi de proposer des systèmes interprétatifs surplombants qui furent peu évidents aux yeux des acteurs du temps (et pour cause), que la profondeur historique seule vient révéler. À cet égard, la fonction de l’historien.ne est aussi de mettre à jour la stratification des narrations à travers les siècles, et (donc) à travers les opérations de sélection et de filtrage opérées successivement par les acteurs de l’événement, par les auteurs qui le relatent sur le moment comme après coup, et/ou par les archivistes qui en conservent la trace.

  • 3 Hartog 2003.

7Manier l’outil heuristique du « jour d’après » soulève enfin la question du rapport au temps. Au‑delà d’éventuelles compressions temporelles que les sources peuvent donner à voir dans le cas d’événements présentés comme des « moments où tout bascule », le « jour d’après » offre parfois l’occasion de discuter de certaines mutations relatives aux « régimes d’historicité »3, c’est‑à‑dire au rapport des sociétés à leur temps (le plus souvent présent), ce rapport pouvant se modifier en cas de crises que le recours au « jour d’après » vient mettre en lumière. Fr. Hartog est par exemple revenu sur l’exemple paradigmatique de la Révolution française, postulant que, depuis Cicéron, « l’histoire est pourvoyeuse d’exemples et de leçons, de modèles passés qui permettent de comprendre le présent et de prévoir l’avenir ». Cette conception changea lorsqu’en 1789 :

  • 4 Payen 2005 pour les deux citations (à propos de Hartog 2003).

S’instaure une conception « moderne » de l’histoire comme processus et progrès, issue des Lumières et tournée vers l’avenir. Désormais le passé est dépassé, « par position et par principe », et c’est le futur qui éclaire l’histoire passée et donne son sens à l’avenir4.

8Sans qu’un seul jour de 1789 ne soit évidemment responsable de ce changement, la recomposition de la société occasionnée par des événements ramassés et d’une intensité très élevée a contribué à modifier le rapport au temps et justifie qu’on parle d’un « avant » et d’un « après » : il faudrait sans doute, dans cette perspective, réfléchir plus en profondeur à l’idée de « nouvel ordre ancien » formulée par Cl. Storti, qui évoque le cas de Varèse, bourg du nord de la Lombardie confrontée à la perte de son autonomie en 1766 (du fait des Autrichiens) et en 1802 (à cause des Français) et qui chargea des juristes de la ville de conserver les principes de base d’un ordre juridique coutumier, soit une tentative de revenir à une antériorité juridique dans un contexte politique qui était, lui, fondamentalement nouveau.

9Le « jour d’après » constitue donc un outil heuristique fécond qui peut être mobilisé hors des frontières de l’histoire moderne, à condition de tenir compte de la diversité des situations documentaires, des traditions historiographiques et des régimes d’historicité, ainsi qu’en prenant soin d’en souligner les apports autant que les biais, les imprécisions et les limites. Hors des strictes frontières de l’histoire, certains des questionnements portant sur le maniement du « jour d’après » se posent également pour d’autres sciences sociales, telles la sociologie ou la science politique.

Le « jour d’après » au regard de la science politique

10Les travaux rassemblés dans ce dossier présentent pour le lecteur politiste un très grand intérêt méthodologique et épistémologique. Loin de tomber dans le biais courant de la tabula rasa, la réflexion sur les ruptures qui nous est donnée à lire articule de façon très fine une attention aux différentes temporalités, à l’enchevêtrement d’éléments de rupture et de continuité, et réinscrit des bouleversements conjoncturels dans une analyse plus générale de la formation de l’ordre politique.

  • 5 Sewell 2005.

11Un premier point, méthodologique, est à souligner. P. Montlahuc a rappelé plus haut à quel point une réflexion sur le « jour d’après » permet de saisir l’événement dans sa fabrique sociale, sans le réduire à une rupture objective mais en le replaçant dans ses conditions de production et les représentations qui le produisent. Les contributions rassemblées ici prêtent ainsi une attention particulière à une forme d’analyse que W.H. Sewell appellerait « eventful »5. Tout en bâtissant sur les acquis des Annales, et notamment de l’analyse braudélienne de la temporalité, Sewell appelle à une prise en compte sérieuse de l’événement comme brique fondamentale de la vie sociale. Ceci le conduit à montrer que, bien que les structures forgées par l’histoire déterminent le présent, les événements transforment la structure de la causalité, les conséquences d’un événement devenant les causes du suivant, et transformant ainsi potentiellement les soubassements des pouvoirs et des rapports de force. Tout l’enjeu étant de penser conjointement la formidable permanence du monde social, mais aussi la violence de ses transformations.

12Les conceptions diverses du « jour d’après » adoptées par les auteur.e.s des articles replacent, dans un esprit voisin de celui défendu par Sewell, l’événement dans ses temporalités structurelle et conjoncturelle, montrant à la fois ce qu’il doit au poids du passé, mais aussi sa capacité à transformer les configurations en place. La comparaison des différentes échelles et fenêtres temporelles adoptées par les auteur.e.s le montre bien. Que l’on adopte une vision très micro, centrée sur un moment très bref à l’instar de M. Nassiet ou S. Téjédor, ou une échelle plus large embrassant les événements d’une vie, comme le fait M. Viganò, le regard sur le « jour d’après » fournit un point de vue privilégié sur la production de la causalité, c’est‑à‑dire sur la façon dont structures, conjonctures et événements sont travaillés par l’action des individus.

  • 6 Giddens 1986.
  • 7 Bourdieu 2000.
  • 8 Dobry 2009.
  • 9 Baczko – Dorronsoro 2017.

13Cette perspective n’a pas uniquement un intérêt méthodologique. Elle permet par ailleurs d’éclairer des questionnements théoriques importants des sciences sociales, ayant notamment trait à la théorie de l’action. En effet, un très grand nombre de théories sociologiques – aussi diverses que celles d’A. Giddens6 et de P. Bourdieu7 – analysent l’action comme étant doublement déterminée par un jeu de contraintes et de ressources. La science politique a mis l’accent sur la façon dont les crises et les ruptures politiques sont des moments de reconfiguration brutale de ces jeux de ressources et contraintes. Une révolution, une crise politique ou une guerre redistribuent de façon parfois radicale les ressources des acteurs, créent de nouvelles contraintes pour l’action et en lèvent d’autres8. Ces contraintes sont à la fois matérielles – circuler dans l’espace par exemple – et cognitives – l’horizon des possibles. Les travaux de ce dossier remettent ce cadre de pensée sur le métier, à partir de ce qu’A. Baczko et G. Dorronsoro appellent l’analyse de l’économie générale des capitaux au sein d’une société9. Dans l’analyse de ces deux auteurs, qui s’intéresse aux guerres civiles contemporaines mais qui pourrait tout aussi bien servir à penser des phénomènes guerriers à l’époque moderne, les guerres civiles sont des moments de très forte variation dans les capitaux sociaux que les acteurs d’une société détiennent. On songe immédiatement aux capitaux guerriers – la capacité à utiliser la violence –, mais on pourrait également penser aux capitaux politiques – l’appartenance à des réseaux de pouvoir – ou identitaires – la définition de l’individu comme appartenant à tel ou tel groupe social.

  • 10 Elias 1974.

14La question des capitaux identitaires résonne particulièrement avec les questionnements portant sur les situations coloniales, et sur leur problématisation en termes d’« encounters ». Les moments de rupture apparaissent ainsi comme des périodes où les ressources attachées à des labellisations sociales changent brutalement. On peut, par exemple, penser à la redéfinition de la catégorie des « Blancs » en deux sous-catégories distinctes, abordée par la contribution de F. Malègue. Les Créoles et les Européens apparaissent ainsi comme deux groupes ayant accès à des capitaux différents et définis de façon identitaire. Les moments de création et de négociation du contenu de ces catégories identitaires nous renseignent à la fois sur les logiques de l’affrontement et de la rupture, mais aussi sur celles de la formation de l’autorité politique. Tout ceci rejoint un constat plus général des contributions : les ruptures mises en exergue ici constituent moins des moments où des nouveaux acteurs émergeraient soudainement, que des réagencements des rapports de pouvoir et des configurations d’acteurs. Bien souvent, les individus ou les groupes qui parviennent à tirer profit du jeu sont alors ceux qui ont la capacité à gérer le mouvement. De cette façon-là, l’approche des auteurs sur la question du pouvoir est, comme le soulignent notamment les travaux de N. Elias, éminemment relationnelle10.

15Un problème épistémologique récurrent dans l’idée de rupture est celle de sa périodisation. Historien.ne.s, sociologues et politistes rencontrent sans cesse la même difficulté : comment nommer l’enchevêtrement de logiques de permanence et rupture qui se jouent dans les dynamiques de changement ? Les contributions rassemblées dans ce dossier abordent cette question de façon ingénieuse, en mettant souvent l’accent sur l’articulation des échelles. Une rupture qui peut être radicale observée à une échelle donnée ne l’est pas forcément lorsqu’elle est vue depuis une autre échelle (cf. supra). C’est notamment ce que montrent les contributions qui s’inspirent de la micro-histoire (M. Nassiet, Cl. Storti, S. Téjédor) pour proposer des récits extrêmement détaillés et situés de conjonctures de rupture. Vues comme des articulations d’échelles et des temporalités distinctes, les ruptures dont il est question ici apparaissent avant tout comme des moments de réagencement dans l’ordre politique. La façon dont l’autorité se construit et se transforme va donc bien au‑delà du regard sur l’événement, celui-ci étant plutôt un analyseur des logiques sous‑jacentes à la formation du pouvoir. Les travaux réunis permettent de dépasser la problématisation spontanée de la rupture comme un simple changement dans les détenteurs du pouvoir.

  • 11 Lund 2016.
  • 12 Lund 2016.
  • 13 Sikor – Lund 2009.

16Une piste fructueuse pour restituer cette complexité nous est fournie par l’économie politique, qui souligne le lien intrinsèque entre la formation de l’autorité politique et la définition de la propriété11. Ainsi, l’analyse du recensement français sur ses possessions coloniales antillaises (F. Malègue) met au cœur de l’analyse ce rapport entre propriété et autorité. L’autorité légitime est celle qui est reconnue comme ayant la prérogative de fixer les droits de propriété12. En retour, la reconnaissance par les acteurs de la prérogative d’un pouvoir colonial à dire les droits, constitue l’un des ressorts fondamentaux de l’affirmation de cette autorité13. Reste qu’une telle reconnaissance est évidemment conflictuelle et précaire.

17Une réflexion sur les échelles et les temporalités nous conduit forcément à l’idée de circonscrire l’événement à l’intérieur de limites temporelles. Les ruptures apparaissent spontanément comme des moments soudains, avec un début et une fin. Or, un point commun de la plupart des contributions de ce dossier est une attention fine à ce que l’on pourrait appeler la construction sociale de la rupture, mais aussi à son indispensable corollaire, la construction sociale du retour à la normale. La mise en scène d’une légitimité dynastique dans les relations entre le royaume de France et le duché de Bretagne (M. Nassiet) et la maîtrise de la temporalité de l’organisation de la succession par Catherine de Médicis (S. Téjédor) fournissent des illustrations très claires de la façon dont rupture et retour à la normale sont le produit d’un travail cognitif qui génère des ressources de pouvoir.

18On l’aura compris, ce dossier, qui présente à n’en pas douter un grand intérêt pour les spécialistes des périodes et aires géographiques directement abordées, instaure également des dialogues avec d’autres sciences sociales que l’histoire, en formulant une réflexion originale et novatrice sur les transformations de l’ordre politique dans des moments de rupture. Le cas des espaces coloniaux aux époques moderne et contemporaine permet ainsi d’en rendre compte.

Le « jour d’après » : le cas des espaces-temps impériaux et coloniaux

19Le présent dossier participe au recalibrage et à la complexification du concept même de « jour d’après » : il en envisage les limites autant que les possibles. Les lignes qui suivent, à la lumière d’exemples provenant du champ de spécialité de l’auteure, l’histoire impériale et coloniale, entendent nourrir la réflexion autour du concept de « jour d’après » qu’il faut, selon nous, envisager sous l’angle d’une « hybridité ». Le jour « d’après » ne peut se comprendre sans le jour « d’avant » et sans prendre en compte une temporalité en opposition de laquelle il est construit et se construit. C’est donc en intégrant à la réflexion « le jour d’avant » que « le jour d’après » peut apparaître dans toute son épaisseur épistémologique. Certaines contributions touchant aux mondes coloniaux ont démontré que le « jour d’après » trouve une concrétisation dans la volonté des puissances européennes de détruire le « jour d’avant », donc l’ordre ancien précédant « le temps » impérial colonial. Si le « jour d’après » existe dans les mondes impériaux et coloniaux, c’est sans doute précisément dans le néant ou le vide qu’il crée, pour faire surgir, de ce qui est devenu quasiment une table‑rase, du nouveau, aussi appelé « ordre colonial ». Les études du dossier ont également bien analysé les acteurs du « jour d’après », ceux qui exercent et par qui s’exerce la violence. Le « jour d’après » nous a alors semblé un concept permettant d’interroger les imaginaires et émotions de ces acteurs en contexte impérial et colonial.

  • 14 Wagner 2007 ; Condos 2017.

20À la lumière de récents développements de l’historiographie anglo-saxonne portant sur les empires, on pourrait donc avancer que les « anxieties of Empire » seraient à l’origine de la volonté de détruire l’ordre et le temps anciens, ou pré‑coloniaux. Les travaux de K. Wagner et de M. Condos, à titre d’exemples, ont démontré, depuis une dizaine d’années, qu’une peur profonde se trouverait à la source du déploiement de la violence coloniale14. La peur de l’autre, la peur d’être dépassé numériquement par les populations locales, la peur de voir l’autorité coloniale remise en question, la peur encore d’être attaqué par des populations regardées comme barbares et sauvages étaient constitutives de ces « anxiétés coloniales ». Les analyses de ces historiens ont remis en question, à travers une approche culturelle, l’idée de « domination coloniale » et celle d’un ordre colonial puissant et incontesté, ancré spatialement et temporellement. C’est dans le déploiement d’une violence permanente, cherchant à tuer et à détruire certaines identités existantes pour mieux façonner des sujets coloniaux que le « jour d’après » a trouvé une matérialisation. Modernisation, progrès, ordre, justice, ou encore réforme, tels sont les mots sous lesquels le « jour d’après » a pu être décrit et la violence coloniale, constante et omniprésente, être justifiée.

  • 15 Scott 1985.

21Cette problématique des « anxieties of empire » nous conduit de fait à une autre observation : le « jour d’après », du moins celui qui peut être pensé par le pouvoir colonial, n’existe pas ou plutôt peine à exister. Songeons ici par exemple aux soulèvements sur la North West Frontier des Indes, aux Mau Mau du Kenya ou encore à la décolonisation des Indes et à sa partition. Dans le monde colonial, le « jour d’après » semble ainsi être constamment contesté à travers les outils, identifiés par J. C. Scott, tels que les « weapons of the weak », et les stratégies de résistance mises en place par les populations locales15. Dans l’espace‑temps postcolonial, le « jour d’après » revêt de plus une signification importante. Il incarne véritablement un horizon d’attente et de possibles. « L’après » dans le monde postcolonial est le temps de la libération du joug colonial, de la liberté retrouvée et de la reconstruction à venir. Le discours célèbre prononcé le 14 août 1947 par Jawaharlal Nehru, « A tryst with destiny », illustre bien l’importance de cet espoir d’un « après » où pouvait renaître une Inde divisée par trois siècles de colonisation britannique, tant par l’East India Company dès le XVIIIe siècle que par le Gouvernement des Indes d’après 1858. Du « jour d’avant », on ne pouvait retenir que le joug et les ténèbres qui s’étaient abattus sur une Inde éternelle. Sous la plume de Nehru, le « jour d’après » devenait un horizon d’attente possible et « global » pour toutes les nations colonisées du monde, capables de suivre l’exemple de l’Inde désormais décolonisée :

  • 16 Nehru 1983, p. 25-26, p. 25-26.

Long years ago, we made a tryst with destiny, and now the time comes when we shall redeem our pledge, not wholly or in full measure, but very substantially. At the stroke of the midnight hour, when the world sleeps, India will awake to life and freedom. A moment comes, which comes but rarely in history, when we step out from the old to the new, when an age ends, and when the soul of a nation, long suppressed, finds utterance. It is fitting that at this solemn moment we take the pledge of dedication to the service of India and her people and to the still larger cause of humanity16.

  • 17 Bayly 1996.

22Sortant d’autre part de la dichotomie entre l’avant et l’après, certains articles révèlent le caractère « hybride » du « jour d’après ». Il a en effet été avancé, et il nous semble fondamental de mettre cette dimension en valeur, que le « jour d’après » se nourrit de l’ordre ancien et l’absorbe afin de trouver une légitimité et donc d’exister. Il est important de rappeler ici que l’historiographie a bien montré comment les puissances impériales et coloniales établirent leur domination en utilisant les structures existantes. Comme l’a magistralement démontré Ch.A. Bayly, le gouvernement de l’East India Company aux Indes intégra pleinement à sa machine les structures de l’empire moghol, et notamment son puissant service d’information et de renseignements17. On songera également aux cartes fabriquées par des officiers coloniaux, guidés par les populations locales, à l’usage pour cartographier les espaces coloniaux des cartes, de cartes vernaculaires.

  • 18 Parker 2014.
  • 19 Chakrabarty 2009.
  • 20 Pour un aperçu de ce genre de travaux : Crosby 1972 et Davis 2002.

23Enfin, il s’agit de souligner qu’une dimension du « jour d’après » n’a pas été abordée dans ce dossier : l’histoire de l’environnement. De même que les changements climatiques et les catastrophes naturelles du monde précolonial conditionnèrent les équilibres socio-politiques (que l’on pense aux crises multiples du XVIIe siècle18), nous savons que l’impérialisme eut un impact environnemental considérable. Bouleversant les écosystèmes, entraînant un important transfert d’espèces et de micro-organismes, polluant des espaces sensibles, transformant l’usage des terres et des paysages, reposant sur un pillage systématique des ressources, les impérialismes contribuèrent, dès le XVIe siècle, à faire entrer le monde dans l’anthropocène19. S’il y eut bien un « après » dont on tend seulement depuis quelques décennies à comprendre les implications dramatiques, c’est aussi et surtout en matière environnementale qu’il est nécessaire de le signifier20. Un bien long « jour d’après » qui ne fait peut-être que commencer à faire sentir ses effets…

Haut de page

Bibliographie

Baczko – Dorronso 2017 = A. Baczko, G. Dorronsoro, Pour une approche sociologique des guerres civiles, dans Revue française de science politique, 67-2, 2017, p. 309-327.

Bayly 1996 = Ch.A. Bayly, Empire and information: Intelligence gathering and social communication in India, 1780-1870, Cambridge, 1996.

Bourdieu 2000 = P. Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, 2000.

Chakrabarty 2009 = D. Chakrabarty, The climate of history: four theses, dans Critical Inquiry, 35‑2, 2009, p. 197–222.

Condos 2017 = M. Condos, The insecurity state: Punjab and the making of colonial power in British India, 1849-1935, Cambridge, 2017.

Crosby 1972 = A. W. Crosby, The Columbian exchange: Biological and cultural consequences of 1492, Westport (CT), 1972.

Davis 2002 = M. Davis, Late Victorian holocausts: El Nino Famines and the making of the third world, New York, 2002.

Dobry 2009 = M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, 2009.

Dosse 2010 = Fr. Dosse, L’événement, dans Chr. Delacroix et al. (dir.), Historiographies, vol. II. Concepts et débats, Paris, 2010, p. 744-756.

Elias 1974 = N. Elias, La société de cour, Paris, 1974.

Giddens 1986 = A. Giddens, The constitution of society: Outline of the theory of structuration, Cambridge, 1986 [1984].

Hartog 2003 = Fr. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, 2003.

Lund 2016 = Ch. Lund, Rule and rupture: State formation through the production of property and citizenship, dans Development and Change, 47-6, 2016, p. 1199-1228.

Nora 1974 = P. Nora, Le retour de l’événement, dans J. Le Goff, P. Nora (dir.), Faire de l’Histoire. vol. I, Paris, 1974, p. 210-227.

Parker 2014 = G. Parker, Global crisis. War, climate change and catastrophe in the seventeenth century, New Haven, 2014.

Payen 2005 = P. Payen, Compte-rendu de Fr. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, dans Anabases, 1, 2005 [en ligne].

Scott 1985 = J.C. Scott, Weapons of the weak. Everyday forms of peasant resistance, New Heaven, 1985.

Sewell 2005 = W.H. Sewell Jr, Logics of history: social theory and social transformation. Chicago, 2005.

Sikor – Lund 2009 = Th. Sikor, Ch. Lund, Access and property. A question of power and authority, dans Development & Change, 40-1, 2009, p. 1-22.

Wagner 2007 = K. Wagner, Thuggee-banditry and the British in early nineteenth-century India, Basingstoke, 2007.

Haut de page

Notes

1 Pour un bilan commode sur ce point, qu’il n’est pas question de traiter en profondeur ici : Dosse 2010.

2 Nora 1974.

3 Hartog 2003.

4 Payen 2005 pour les deux citations (à propos de Hartog 2003).

5 Sewell 2005.

6 Giddens 1986.

7 Bourdieu 2000.

8 Dobry 2009.

9 Baczko – Dorronsoro 2017.

10 Elias 1974.

11 Lund 2016.

12 Lund 2016.

13 Sikor – Lund 2009.

14 Wagner 2007 ; Condos 2017.

15 Scott 1985.

16 Nehru 1983, p. 25-26, p. 25-26.

17 Bayly 1996.

18 Parker 2014.

19 Chakrabarty 2009.

20 Pour un aperçu de ce genre de travaux : Crosby 1972 et Davis 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillemette Crouzet, Jacobo Grajales et Pascal Montlahuc, « Conclusions.
Que faire du « jour d’après » ? »
Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-1 | 2020, 95-102.

Référence électronique

Guillemette Crouzet, Jacobo Grajales et Pascal Montlahuc, « Conclusions.
Que faire du « jour d’après » ? »
Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/7671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.7671

Haut de page

Auteurs

Guillemette Crouzet

Université de Warwick (département d’Histoire), Newton Postdoctoral Fellow – g.crouzet@warwick.ac.uk

Jacobo Grajales

Université de Lille, CERAPS (Lille/CNRS), Institut Universitaire de France – jacobo.grajaleslopez@univ-lille.fr

Pascal Montlahuc

Université de Paris, UMR 8210 ANHIMA – pascal.montlahuc@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search