Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134-1La construction d’un marché d’imp...

La construction d’un marché d’imprimeurs

Mobilités et relations économiques dans l’Italie du Nord incunable
Catherine Rideau-Kikuchi
p. 193-217

Résumés

Les premières décennies de l’imprimerie européenne voient les débuts de la structuration de la production et la commercialisation des livres imprimés. L’Italie du Nord est un cas d’étude intéressant de ces phénomènes, étant une région densément et précocement pourvue en centres typographiques. Cet article vise à analyser la construction d’un marché du livre dans cette région, en s’inspirant de travaux de sociologie économique. En partant du point de vue des producteurs, ce travail s’appuie sur de premiers dépouillements archivistiques, un traitement quantitatif des informations de l’ISTC et l’utilisation de la bibliographie abondante sur le sujet. Cela permet de mettre au jour un système interconnecté régional de la production du livre imprimé, dont les acteurs sont conscients des différentes échelles. En Italie du Nord, se construit progressivement un réseau économique dense, favorisant la circulation des hommes, des livres et de l’information les concernant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie très sincèrement les relecteurs de cet article : les discussions avec Pierre Verschuer (...)
  • 2 Les travaux menés par le projet 15c Booktrade et le colloque conclusif du projet : Dondi 2020.
  • 3 En particulier les travaux menés par le projet EMoBookTrade sur la formation des prix aux XVIe et (...)
  • 4 Walsby 2020.
  • 5 En particulier les deux premiers chapitres dans Nuovo 2013.
  • 6 Santoro – Segatori 2013. On se réfèrera en particulier à Montecchi 2013.

1Du moment où la technique sort du secret de l’atelier de Gutenberg, le développement de l’imprimerie européenne est marqué par la nécessité de répondre à une demande existante et très dynamique à la fin du Moyen Âge, mais également de conquérir sans cesse de nouveaux publics, de nouveaux lectorats1. Les presses allemandes, italiennes, puis européennes, s’inquiètent de diffuser leurs exemplaires de la façon la plus adéquate en fonction de leurs publications. La question de la construction d’un marché du livre en lien avec le développement de cette nouvelle industrie se pose donc dès les premières années. La question est au cœur de recherches récentes : que ce soit pour observer les circulations des éditions incunables à l’échelle de l’Europe2, pour s’intéresser au processus de formation des prix au XVIe siècle3, ou encore pour comprendre les transformations du marché du livre français4. Les études concernant les premières années de l’imprimerie ont permis de mettre en évidence les réseaux commerciaux qui se développent très rapidement5, de même que les mobilités qui s’y déploient6.

  • 7 Jeggle 2014.
  • 8 Margairaz – Minard 2006.

2Le terme de marché est sujet à débat dans l’étude des sociétés anciennes, souvent utilisé sans réflexion conceptuelle préalable, ou alors au contraire rejeté pour cause d’anachronisme. Depuis quelques années, le terme est cependant au cœur d’un grand nombre de réflexions économiques et historiques qui permettent de sortir d’un cadre néo-classique extrêmement contraignant. On peut en effet considérer le marché comme un ensemble de configurations sociales qui mettent en relation une offre et une demande concernant des produits qui sont suffisamment interchangeables pour se concurrencer. Il ne s’agit pas forcément d’une structure autorégulée – les pouvoirs publics peuvent y jouer un rôle déterminant – ni à l’équilibre7. Comme y invitent Dominique Margairaz et Philippe Minard8, il s’agit d’historiciser la notion de marché, en sortant de la fiction d’un libre jeu de l’offre et de la demande qui aboutirait à un prix d’équilibre, mais en s’intéressant au contraire au marché comme structure de relations dynamiques, articulée à des formes sociales et politiques, dans un espace géographique et social donné. Dans cette optique, on peut s’intéresser aux processus qui permettent l’émergence d’un marché, même imparfait aux yeux de la théorie économique classique.

  • 9 Bernardi – Verna 2001 ; Braunstein 2003.
  • 10 Par exemple, le reçu de 1480 du libraire padouan Domenico Gillio pour des livres envoyés par Anton (...)
  • 11 Pour l’espace qui nous occupe, on citera en particulier les privilèges accordés à Venise et Milan, (...)

3Dans le cas de l’imprimerie du XVe siècle, le concept de marché peut nous aider à comprendre comment les producteurs de livres, imprimés à plusieurs centaines d’exemplaires par édition et relativement standardisés, ont organisé leur activité économique dans l’optique explicite et indispensable d’offrir des livres à la vente en rencontrant une demande de la part d’un lectorat dans des lieux variés. On se retrouve ici dans le cadre d’une véritable industrie, telle qu’elle a été définie par Philippe Braunstein, Catherine Verna et Philippe Bernardi entre autres : une activité productrice quantitativement importante, régulière, de qualité constante et avec une distribution commerciale de grande échelle9. Comprendre les débuts de l’imprimerie comme une industrie permet de penser la manière dont cette activité productrice articule à la fois la standardisation et la quantité de sa production avec la recherche de publics adéquats et divers, à une échelle bien plus large que ce qui pouvait se pratiquer dans la production manuscrite. Ces cadres se construisent dans les premières décennies de l’imprimerie européenne : les livres produits nécessitent souvent des interventions manuscrites, et ce pendant longtemps, mais la reproduction mécanique induit une forme de standardisation ; les prix sont fluctuants mais très vite certains producteurs fixent les prix de vente à leur distributeurs, avant de les annoncer via des catalogues10 ; si la distribution par des réseaux personnels et informels continuent de jouer un rôle dans les premières années, les imprimeurs et libraires mettent en place des réseaux de commercialisation propres à plus ou moins grande distance. Partout en Europe, les presses se développent dans un cadre règlementaire très fluctuant, parfois intégrées dans des corporations, parfois se développant en dehors du système des métiers organisés, recevant notamment des privilèges de la part des autorités11 : les différentes solutions élaborées cherchent à concilier le développement de nouvelles techniques, leur contrôle économique et politique et la protection de l’activité locale. Ces évolutions posent les bases des relations économiques liées au livre, même si ces cadres restent extrêmement mouvants.

  • 12 On se situe donc dans une situation non pas de risque, calculable ou mesurable, mais d’incertitude (...)
  • 13 Grenier 1996, p. 148 Voir également sur la question de l’incertitude auxquels font face les produc (...)

4L’incertitude dans laquelle les acteurs produisent et vendent des livres est particulièrement forte en raison du caractère nouveau de l’industrie12, mais on pourrait argumenter que cette incertitude est caractéristique de toutes les situations de marchés. En reprenant les analyses de Harrison White, un marché peut être vu comme une structure de rôles des producteurs, qui s’observent les uns les autres pour faire face à l’incertitude économique. Ces acteurs doivent gérer à la fois l’anticipation de la demande, de la production de leurs concurrents sur le marché, pour pouvoir ajuster leur propre production ; ils doivent également anticiper la manière dont les stocks s’écouleront, la demande dans des espaces différents et communiquant imparfaitement. À partir de ces observations et de ces anticipations, chaque producteur recherche une niche différenciée de celle des autres afin de sécuriser sa part du marché, selon un processus assez erratique. Cette conception nous semble féconde pour aborder le cas de l’imprimerie européenne dans ses premières décennies13. Nous aborderons ici le marché du point de vue des producteurs, laissant de côté les acheteurs : en effet, nous faisons l’hypothèse qu’observer les acteurs économiques, dans leur choix d’activité et les relations qu’ils tissent entre eux, permet d’éclairer les logiques de développement de l’imprimerie, en sortant de l’effet d’attraction des grands centres typographiques tel que Venise. Ce choix entraîne nécessairement des points aveugles et la question des acheteurs devra être intégrée dans une étude ultérieure.

  • 14 En particulier l’Incunabula Short Title Catalogue (ISTC) et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke (GW) (...)
  • 15 Les archives vénitiennes ont été largement mobilisées dans l’historiographie et ont été notamment (...)
  • 16 Sorbelli – Tavoni 2004.
  • 17 Je tiens à remercier ici d’une part les archivistes qui m’ont aidée lors de ces séjours en archive (...)

5Pour cela, nous allons puiser dans deux types de gisements. Tout d’abord, les informations concernant les imprimés produits à l’époque incunable, qui ont été largement catalogués et répertoriés pour la période incunable14. L’Incunabula Short Title Catalogue en particulier permet une approche quantitative systématique sur les éditions conservées, quasi exhaustivement répertoriées. Les informations contenues dans les colophons permettent de documenter les lieux et les dates d’activité des producteurs de livres, malgré d’inévitables lacunes. Un traitement quantitatif sera affiné par l’utilisation des archives de différents centres d’Italie du Nord. Il serait illusoire de prétendre à l’exhaustivité en la matière. Les archives vénitiennes seront mobilisées, même si elles ne constituent pas le cœur de ce travail15. Nous nous sommes également appuyé sur le travail de recensement et d’édition des archives bolonaises16 : l’édition partielle des documents permet de les utiliser dans le cadre d’un travail comparatif. Enfin, les archives de différents centres de la région, principalement à Milan, Brescia et Trévise, ont été mobilisées17. Beaucoup des sources citées ici sont déjà connues dans la bibliographie : leur consultation directe a visé à approfondir les analyses qui peuvent leur être appliquées. Certaines en revanche n’étaient à notre connaissance pas repérées dans la bibliographie existante : dans ce cas, nous le mentionnons en note.

  • 18 La période incunable, allant des débuts de l’imprimerie européenne jusqu’à la fin de l’année 1500, (...)

6Il s’agit d’examiner l’imprimerie incunable dans le cadre d’un espace régional18. L’Italie du Nord élargie à la Toscane forme un espace relativement homogène. Avec 91 centres typographiques connus, il s’agit de l’une des régions où l’imprimerie s’est le plus densément diffusée en Europe, même si beaucoup de ces lieux n’accueillent des presses que pour un temps très court. Les différentes villes sur lesquelles se centre cette étude (Venise, Bologne, Milan, Brescia et Trévise) ont été choisies pour des raisons d’équilibre entre les types de villes productrices dans la région : ces villes sont des centres de production de taille variée, aux relations économiques diverses, et présentes dans des territoires politiques différents, soit en position de ville intégrée à un État territorial soit comme ville capitale. Nous avons souhaité également décentrer le regard des grands centres tels que Venise, afin de restituer les logiques commerciales à l’œuvre dans la région, sans présupposer une simple relation de dépendance ou d’attraction de la part des autres centres typographiques.

  • 19 La fluctuation des règlementations dans la région a fait l’objet d’un travail précédent : voir Kik (...)
  • 20 Concernant l’attention à l’échelle réduite pour comprendre le fonctionnement historique des marché (...)

7En nous appuyant sur ces sources et sur la vaste bibliographie existante, nous nous attacherons donc à comprendre la manière dont les producteurs mettent en œuvre leur production et leur commercialisation, se mettent en relation les uns avec les autres et s’adaptent dans un espace social, économique et géographique donné, en prenant garde à faire varier les échelles dans le cadre de cet espace. Nous ne partirons pas de la question des prix, et nous n’aborderons qu’à la marge la question de l’implication des pouvoirs publics, qui ont des attitudes très diverses vis-à-vis de l’imprimerie en Italie du Nord et dont l’impact sur la structuration des échanges liés au livre se fait surtout sentir à partir du XVIe siècle19. Cet article vise à examiner l’émergence d’un marché « au ras du sol », à partir des sources témoignant des décisions des producteurs et de leurs ajustements20.

Articuler les échelles de marché

  • 21 Notamment Ornato 1997.
  • 22 Pour une mise au point récente sur le sujet, on se permet de renvoyer à la première partie de Kiku (...)

8Le premier défi, auquel les producteurs de livres imprimés doivent faire face, est l’adéquation entre leur production et les attentes du public, un public plus vaste et donc moins connu que dans le cadre du livre manuscrit21. La production d’une édition donnée nécessitait un capital important – pour l’établissement des presses et pour l’approvisionnement continu en matières premières, en particulier en papier – tandis que le profit était incertain et s’étalait sur plusieurs mois voire plusieurs années22. Pour limiter les risques et augmenter la rentabilité, les producteurs de livres s’appuient donc bien souvent sur des échelles de marché diverses, en fonction de leurs capacités à activer un réseau commercial à plus ou moins grande échelle et en lien avec le type de textes imprimés.

  • 23 Canova 2005, p. 377-378, cité dans Nuovo 2013, p. 262.
  • 24  Item quod Benedictus predictus debeat fideliter et arbitrio boni viri opus predictum vendere et ve (...)
  • 25 Rogledi Manni 1980 ; Squassina 2015.
  • 26 Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCCXXXIII.
  • 27 Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCCXCI, doc CCCXCII, entre autres.
  • 28 Pour une mise au point sur le systèmes des privilèges, voir Nuovo – Coppens 2005, chapitre 4 « Il (...)

9La recherche d’une variété d’échelles de marché est rendue explicite dans plusieurs types de sources, dans lesquels les acteurs semblent bien conscients de la diversité des opérations commerciales que cela implique. En 1483, quand Bernardino Benali imprime le Supplementum Chronicarum de Giacomo Filippo Foresti, le contrat que l’auteur et l’imprimeur concluent disjoignent nettement deux marchés : la Lombardie, où seul l’auteur peut vendre ou donner des exemplaires notamment à travers les réseaux de son monastère, et le marché vénitien, réservé à l’imprimeur23. Les contrats passés à Bologne, ville universitaire, témoignent également de la conscience de s’appuyer sur le marché urbain, comme tremplin pour conquérir ensuite d’autres marchés. En 1499, un accord liant Filippo Beroaldo et l’imprimeur et libraire Benedetto d’Ettore pour l’impression d’Apulée avec les notes de Beroaldo stipule que celui-ci doit enseigner publiquement cette œuvre pour qu’elle soit vendue à Bologne, ce qui assure la demande locale ; mais l’imprimeur s’engage également à la vendre et à la faire vendre à Bologne et en dehors24. Avec le temps, les imprimeurs tirent parti des différents outils législatifs à leur disposition pour diversifier leurs marchés, en particulier des privilèges. Le cas des privilèges vénitiens et milanais est bien connu grâce aux études respectives d’Erika Squassina et de Teresa Rogledi Manni25. Mais ce système est également recherché dans des centres de taille un peu plus modeste, comme Bologne. En 1496, Benedetto d’Ettore demande et obtient un privilège du duc de Milan pour les œuvres de Pic de la Mirandole qu’il a imprimées à Bologne, privilège qui lui permet d’avoir le monopole de la vente de ces textes sur le territoire du duché de Milan pendant deux ans26. Au début du XVIe siècle, cet imprimeur et d’autres à Bologne demandent des privilèges pontificaux, a priori valables dans toute la Chrétienté, mais qui ont sans doute un poids plus important dans les États pontificaux27. La recherche de ces privilèges, limités dans l’espace et le temps, n’a de sens que parce que ce monopole offre une base solide à l’articulation de différents marchés dans la région et en Europe28. Il faut cependant souligner que les privilèges ne concernent qu’un nombre très restreint d’éditions à cette date. On compte par exemple 110 privilèges à Venise pour la période incunable pour plus de 3 500 éditions : certains de ces privilèges portent sur plus d’une édition, mais ce dispositif reste très minoritaire, même si certains acteurs en tirent abondamment parti.

10L’articulation des marchés locaux et transnationaux, des grandes et des petites villes, nécessite de la part des producteurs une attention particulière à la nature de leurs publications. Dans le cas de l’édition d’Apulée à Bologne en 1499 réalisée par Benedetto d’Ettore, l’articulation du marché local et extérieur peut s’opérer aisément par la nature du texte, susceptible d’intéresser aussi bien l’université locale – avec le public captif des étudiants de Beroaldo – mais également les autres universités européennes. Il est cependant peu probable que le marché rural ou des petites villes alentour soit le cœur de cible de la stratégie commerciale. De la même manière, le privilège demandé par Benedetto d’Ettore en 1507 concerne des œuvres de droit qui peuvent intéresser un marché européen, mais en particulier le Studium romain et les humanistes de la Curie, tandis que le privilège de 1496 demandé à Milan couvre l’impression des œuvres de Pic de la Mirandole, qui peuvent intéresser un public d’universitaires mais également plus largement l’élite lettrée milanaise, d’où l’intérêt d’une telle concession. Le marché local reste important à sécuriser, mais les livres ont souvent besoin d’être distribués dans de multiples centres afin de pouvoir être écoulés, d’où l’importance de garantir leur vente dans d’autres espaces à travers le système des privilèges.

  • 29 Braunstein 1981 ; Lowry 1981 ; Lowry 1988.
  • 30 Notamment Lattanzio – Varanini 2018 et en particulier Mainoni – Barile 2018, ainsi que Figliuolo 2 (...)

11De nombreux travaux ont insisté sur l’importance du commerce international dans le développement de l’imprimerie : celui-ci est en effet un facteur fondamental du succès des grandes entreprises libraires en Italie. Le développement de ces réseaux allie à la fois des réseaux propres et ad hoc au livre imprimé, et la reprise de certains canaux de commercialisation hérités du grand commerce généraliste : que l’on pense en particulier au lien fort entre les pays germaniques et l’Italie du Nord, qui a pu se reposer sur l’établissement de liens commerciaux de longue date entre les élites marchandes des deux régions29. Pour autant, ces grands réseaux commerciaux qui permettent de commercialiser les livres à travers l’Europe ne sont pas exclusifs de réseaux commerciaux et productifs à plus courte distance. L’histoire économique italienne de ces dernières années a permis de mettre en évidence l’importance de l’échelle infrarégionale ou locale pour les grandes compagnies commerciales généralistes, en dehors du cas de l’imprimerie. Ils ont souligné que les « centres économiques mineurs », « marchés intermédiaires » ou les « marchés subrégionaux » contribuent profondément au dynamisme de l’économie italienne des derniers siècles du Moyen Âge30.

  • 31 Pour une mise au point sur ce cas, voir Nuovo 2013, p. 315-320. On se réfèrera en particulier à Co (...)
  • 32 Noakes 1981.
  • 33 Salzberg 2014.
  • 34 Notamment Trovato 1998.

12Dans le cadre de l’imprimerie, le marché local et rural est rapidement investi par les imprimeurs à travers notamment les libraires ambulants, dont certains documents comme le journal des presses de Ripoli en Toscane permettent de voir le rôle31. À partir de cette source et de ce cas particulier, Susan Noakes avait développé une thèse estimant que le succès d’une entreprise typographique repose essentiellement sur la capacité de développer un réseau de colporteurs32. Elle permet de redonner sa place aux imprimés de basse qualité, les éphémères, qui souffrent d’un bien plus grand taux de disparition et qui pourtant ont joué un rôle important dans le développement de l’imprimerie italienne, comme l’ont montré depuis d’autres travaux33. Cette thèse repose sur l’étude d’un exemple très particulier et ne peut pas être généralisée. Elle a par ailleurs trop tendance à évacuer la question de l’implantation des boutiques fixes et la capacité des acteurs à atteindre un marché compatible avec le type de livres qui se vendaient34. Ceci étant, cette étude de cas permet de penser l’articulation de l’échelle locale au marché du livre. Plutôt que d’insister uniquement sur les colporteurs, nous préfèrerions plutôt souligner l’importance du développement d’un réseau dense, comportant certes des colporteurs, mais aussi et surtout des libraires dans des villes de petite ou moyenne taille, qui permettent d’articuler des marchés locaux et régionaux, de taille et d’importance variables et facilitant l’adaptation en fonction du programme éditorial. Ce phénomène s’observe aisément à travers les sources qui permettent de montrer que les acteurs recherchent une stabilisation de ces marchés dès les premières années de l’imprimerie italienne et y compris de façon indépendante des grands pôles.

  • 35 À titre de comparaison, voir Coq 1986 ; Coq 1987 ; Ruzzier – Hermand – Ornato 2012.
  • 36 Trovato 1998, p. 82.
  • 37 Kikuchi 2014.
  • 38 Par exemple des heures à l’usage de Rome imprimées à Vérone en 1481 : ISTC ih00357600 (ce numéro f (...)
  • 39 Par exemple un bréviaire bénédictin imprimé à Brescia en 1489 : ISTC ib01129400.
  • 40 Par exemple l’ouvrage de Pietro Paolo Vergerio, De ingenuis moribus, imprimé à Brescia en 1485 : I (...)
  • 41 Par exemple un Esope moralisé imprimé à Brescia en 1489 : ISTC ia00127500.
  • 42 En 1483 : ISTC iv00089000 et iv00090000.

13Certains imprimeurs adaptent leur production au marché local, sans viser prioritairement une exportation sur longue distance. On peut le voir notamment à travers la langue adoptée, le latin permettant de viser un marché universitaire et savant à vaste échelle, tandis que les livres en vernaculaire pouvaient être achetés par l’élite urbaine ou rurale de la péninsule, donc à une échelle plus locale ou régionale35. Sur les 802 éditions incunables florentines recensées par l’ISTC, seules 159 sont en latin. Comme le soulignait déjà Paolo Trovato, les imprimeurs florentins tendent à imprimer de petits livres populaires, en comptant sur la bonne alphabétisation des centres urbains de la région36. D’autres types de production visent également un marché local de façon très nette : Ferrare imprime une proportion particulièrement forte d’œuvres d’auteurs contemporains (35 éditions sur les 106 éditions incunables), et plus spécifiquement d’auteurs locaux, tels que Savonarole ou Battista Guarini37. Ces tendances existent, même si on constate également dans beaucoup de cas individuels une volonté de relative diversification des publications et donc des publics, pour les risques sur le long terme. Ainsi l’imprimeur Bonino Bonini, qui imprime à Brescia, Venise et Vérone notamment, produit aussi bien des livres d’heures38, des bréviaires39, que des ouvrages humanistes contemporains40, des poètes latins41, des œuvres ou le De Re militari de Roberto Valturio en latin et en italien42, chacun pouvant toucher des publics assez larges et divers.

  • 43 Nuovo 2013 Voir également le travail récent de Lorenz Böninger qui a mis à jour le réseau commerci (...)
  • 44 Menato – Carpanè 1992, p. 256.
  • 45 ASBO, Archivio Notarile, rogiti di Nicolo Beroladi, f. 16, 1a, n° 9, cité dans Sorbelli – Tavoni 2 (...)
  • 46 di Paola 1986.
  • 47 De la même façon, Paolo Veneziani fait l’hypothèse que le départ de Bernardo Misinta en 1492 de Br (...)

14La recherche d’un ancrage local sur le terrain peut se traduire de différentes manières. Le réseau commercial très dense mis en place en Toscane par Peter Ugelheimer pour le compte de l’entreprise vénitienne de Nicolas Jenson illustre cette attention au niveau local, faisant intervenir des libraires et des colporteurs pour la distribution à une échelle très fine43. Grâce à ce réseau commercial, les livres produits à Venise pouvaient ensuite trouver un public non seulement dans les grandes villes, mais également dans les petites villes voire dans les zones rurales toscanes. Cela se traduit également par des partenariats plus étroits entre deux ateliers ou deux boutiques, sans toutefois que l’on puisse encore véritablement parler de filiales, qui se développent à partir du début du XVIe siècle. Le fonctionnement des grandes compagnies typographiques vénitiennes, qui mettent en place un système de double boutique en Terre Ferme rentre dans ce cadre44, mais ils ne sont pas les seuls. À Bologne en 1474, Francesco dal Pozzo conclut un contrat avec Pietro Torelli, imprimeur, pour qu’il fonde une typographie à Parme. Francesco promet de donner chaque mois à Pietro 2 ducats et demi pour son salaire et son entretien, en échange de livres imprimés45. Francesco dal Pozzo recevait en 1474 un bénéfice à Parme, ce qui explique sans doute cette volonté d’étendre son activité dans cette ville46. Cette tentative ne semble pas avoir été couronnée de succès, mais d’autres liens entre Parme et Bologne sont attestés par l’activité d’Andrea Portilia qui quitte Parme juste après sa première édition en 1472 pour imprimer à Bologne, avant de réimprimer à Parme en 1478, d’après les éditions cataloguées dans l’ISTC47. Ces relations étroites, de collaboration ou de dépendance, entre deux ateliers ou boutiques ne se limitent donc pas à Venise et concerne également les producteurs dans des centres plus modestes.

  • 48 Archivio di Stato di Brescia (ASBr), Not. Brescia, filz. 87, i ; voir Mazzoldi 1973, p. 32.
  • 49 Nova – Cinquepalmi 2012, p. 14-15.
  • 50 ASBO, Archivio Notarile, atti di Paolo Fronti, f 5, 7 février 1475, cité dans Sorbelli – Tavoni 20 (...)
  • 51 Cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc LXII.

15Sur le plan de la commercialisation, les réseaux de représentants et de facteurs permettent de s’affranchir des sauts de puces locaux et mettent en connexion des aires régionales plus distantes. Les imprimeurs vénitiens développent très tôt des réseaux de procuratores, qui tissent des relations d’affaire à l’échelle de la région. Entre autres nombreux cas, Giuliano Montino vend des livres pour le compte des imprimeurs vénitiens Johann de Cologne et Johann Manthen à un libraire de Brescia en 148048. Il est peut-être membre d’une famille importante dans le district de Brescia et jouait le rôle d’agent libraire et de médiateur, notamment pour le commerce de papier49. Les grandes entreprises typographiques vénitiennes n’ont pas non plus l’apanage de ces configurations. Les imprimeurs bolonais sont également intégrés dans les réseaux marchands de Toscane jusqu’au Vénétie et au Piémont. En 1475, Matteo Moretti nomme un procurateur à Padoue pour régler un conflit avec l’imprimeur Giovanni Wurster à Bologne50. En 1475, Lazzaro della Pena, membre d’une des compagnies typographiques bolonaises, demande à Baldassare Azzoguidi en 1475 de retirer des livres à Padoue auprès de Domenico de Mantoue51. La circulation de ces représentants ou procurateurs est d’une importance cruciale pour la mise en place du commerce du livre. Ces réseaux permettent justement d’articuler différentes échelles de marchés locaux ou subrégionaux nécessaires pour le succès de l’entreprise.

La mobilité professionnelle des imprimeurs

16L’articulation des échelles de marché et la nécessité de ne pas penser les débuts de l’imprimerie seulement dans le cadre du grand commerce international permet également de repenser les mobilités des producteurs de livres eux-mêmes. Celles-ci témoignent d’un choix délibéré des producteurs de livres de changer de lieu de production, selon des logiques qu’il nous est parfois difficile de retracer précisément. Essayer de les comprendre nous permet cependant de mieux appréhender ces ajustements que les producteurs ont jugé utiles ou nécessaires dans le cadre de ce marché en construction ; cela permet également de mieux comprendre l’ancrage géographique de ce marché, qui se déploie à travers des pôles interdépendants, non seulement par la circulation des livres, mais aussi par la circulation des acteurs économiques. L’Italie du Nord est particulièrement propice à cette observation. Alors que Philippe Nieto avait montré que seuls 9 % des producteurs de livres signant une édition en Europe avant 1500 étaient actifs dans deux villes ou plus, cette proportion est bien plus importante en Italie du Nord, comme nous allons le voir.

17Pour faire cette étude, nous pouvons passer par les éditions survivantes, dont les colophons comportent souvent un lieu, une date et le nom du ou des imprimeurs ayant participé à leur production. Pour les éditions ne comportant pas ces informations, les décennies de travaux bibliographiques sur les éditions incunables ont souvent abouti à une identification probable. En l’état, nous connaissons avec une assez grande précision quels imprimeurs ont été actifs dans quelle ville durant la période incunable en Europe.

  • 52 Trévise comporte des imprimeurs d’origines très diverses, comme le sont d’ailleurs les imprimeurs (...)
  • 53 Kikuchi à paraître.

18En s’arrêtant sur les imprimeurs actifs dans les villes étudiées (Venise, Milan, Bologne, Florence, Ferrare, Trévise et Brescia) et de leurs autres lieux d’activité, une première constatation s’impose : l’Italie du Nord étendue jusqu’à la Toscane est un espace géographique où se concentrent les circulations d’acteurs qui y commencent leur activité et y restent. Même s’ils changent de lieu d’impression, y compris à plusieurs reprises, ils restent dans leur grande majorité à l’intérieur de ce cadre géographique. Cette situation est d’autant plus frappante que beaucoup d’imprimeurs de la région n’en sont pas originaires : ils continuent pourtant d’y exercer et de s’y déplacer parfois à plusieurs reprises52. Ce schéma de circulation inclut les imprimeurs florentins, qui sont effectivement davantage tournés vers le nord, la région émilienne, Venise et Milan, que vers le sud, ce qui justifie que nous prenions en compte la Toscane dans notre région d’étude. Les déplacements au sein de cet espace se font d’autant plus facilement que les législations sont souples et que les cités sont généralement favorables à l’implantation d’artisans très qualifiés, en particulier porteurs d’une nouvelle technique. Les corporations dans lesquelles les imprimeurs sont insérés, comme à Florence, Gènes ou Ferrare, ou encore les législations ad hoc comme à Bologne53 ne semblent pas freiner leur mobilité.

  • 54 Cette approche s’inscrit dans la lignée de celle adoptée par Philippe Nieto, en suivant un type de (...)

19La série de cartes que nous avons réalisée pour examiner les mobilités des imprimeurs actifs dans chacune des villes étudiées permet d’essayer de dégager quelques principes structurant ces mobilités, ou au contraire d’écarter certains phénomènes54. Ces cartes ne représentent pas l’origine des acteurs concernés (leur ville d’origine n’est donc pas prise en compte dans la représentation de ces circulations), mais seulement les lieux d’activité, dont les éditions conservées témoignent. Chaque carte représente donc les autres lieux d’activité des imprimeurs actifs dans une ville donnée.

Fig. 1 – Mobilité professionnelle des 235 imprimeurs actifs à Venise avant 1500

Fig. 1 – Mobilité professionnelle des 235 imprimeurs actifs à Venise avant 1500

Fig 2 – Mobilité professionnelle des 98 imprimeurs actifs à Milan avant 1500

Fig 2 – Mobilité professionnelle des 98 imprimeurs actifs à Milan avant 1500
  • 55 Lanaro 1999, p. 36.

20Tout d’abord, on peut se demander jusqu’à quel point cet espace économique se trouve structuré par les grands pôles typographiques. Venise et dans une moindre mesure Milan, par leur dynamisme et le développement de leurs réseaux commerciaux, exercent une forme d’attraction pour les imprimeurs de la région (fig. 1 et 2), qu’il faut cependant nuancer et qui s’exerce différemment en fonction des villes. Si on s’intéresse aux circulations professionnelles des imprimeurs qui ont exercé à Trévise, on constate que ce petit centre typographique est un lieu de passage et de transition, dont les réseaux de circulations sont nettement happés par l’influence vénitienne. Sur les 15 imprimeurs connus ayant signé une édition avant 1500, 10 ont exercé dans une autre ville que Trévise (fig. 3) – on rappelle que la moyenne européenne est de 9 %. Parmi ces 10 imprimeurs, tous sont passés par Venise et certains ont beaucoup circulé en Terre Ferme vénitienne, à l’image de Pierre Maufer, qui imprime à Padoue et Vérone, ou encore Gérard de Lisa, qui passe par Cividale et Udine. L’emprise vénitienne sur ce centre à moins de 40 km de Venise est évidente. Les imprimeurs de cette ville ont par ailleurs des durées d’activité très courtes, cinq années au maximum et plus souvent une ou deux années. La ville fonctionne véritablement comme un sas d’entrée ou de sortie du pôle vénitien : de nombreux imprimeurs actifs dans la ville viennent de Venise ou au contraire y partent au bout d’un temps court. Les liens économiques entre des deux centres typographiques sont très étroits. Certains imprimeurs actifs à Trévise, comme Hermann Liechtenstein ou Johann Herbort, sont des partenaires ou des employés des grandes compagnies vénitiennes ; d’autres encore comme Pierre Maufer ont collaboré avec de nombreux imprimeurs vénitiens. Cette situation est peu surprenante si on la replace dans l’économie générale du territoire vénitien. Trévise est en effet dans l’orbite directe de Venise, sans économie autonome et sans aire d’influence territoriale qui lui soit propre55.

Fig. 3 – Mobilité professionnelle des 15 imprimeurs actifs à Trévise avant 1500

Fig. 3 – Mobilité professionnelle des 15 imprimeurs actifs à Trévise avant 1500

21Cependant, même à Trévise, on voit apparaître des connexions avec d’autres aires géographiques. Certains imprimeurs ayant exercé à Trévise se retrouvent également en Émilie Romagne, comme Dionisio Bertocchi qui est actif à Trévise, Vicence et Venise, mais aussi Bologne, Reggio Emilia et Modène, ou encore Pierre Maufer qui, après avoir fait le tour de la Terre ferme vénitienne, se rend à Modène puis à Crémone. Ces individus passent alors de l’aire politique vénitienne à celle milanaise, ferraraise ou pontificale.

  • 56 Carocci 2014, p. 83.
  • 57 Balsamo 1983 ; Nuovo 1998.

22Les limites du pouvoir d’attraction vénitien apparaissent plus nettement dans le cas des imprimeurs actifs à Bologne ou Ferrare. Les villes émiliennes semblent relativement autonomes de l’aire d’influence vénitienne. Bologne est un centre typographique assez développé, qui compte 62 imprimeurs avant 1500 dont 20 (soit moins d’un tiers) ont exercé dans d’autres villes, dont 9 à Venise (fig. 4). Les mobilités ne reflètent que très partiellement les fortes relations économiques que la ville a développé à la fin du Moyen Âge avec Venise et Milan56. La ville de Bologne ne sert en aucun cas de point de passage pour deux-tiers des imprimeurs, qui sont pour beaucoup stabilisés assez durablement dans la ville. Celle-ci offre en effet des conditions très favorables à l’installation durable de presses : l’université est une grande consommatrice de livres et protège les imprimeurs, tout en leur fournissant des compétences utiles pour l’établissement des éditions. Les imprimeurs bolonais actifs ailleurs se trouvent largement dans la région émilienne, mais se dispersent également vers la Toscane, le Milanais et la Vénétie. De même à Ferrare, centre comptant seulement 11 imprimeurs actifs avant 1500, seuls 3 d’entre eux ont été actifs dans une autre ville, et aucun à Venise (fig. 5). Contrairement à Bologne, cette situation s’explique sans doute par la présence d’un ou deux acteurs très installés, et d’autres acteurs actifs pendant de courtes durées, mais qui ne parviennent pas à démarrer une activité suffisamment pérenne même pour s’installer ailleurs. Cette situation masque également des relations très actives entre Venise et Ferrare, qui ont été déjà largement étudiées dans le cadre du commerce du livre, même si elles ne sont pas exclusives de relations avec d’autres villes57.

Fig. 4 – Mobilité professionnelle des 62 imprimeurs actifs à Bologne avant 1500

Fig. 4 – Mobilité professionnelle des 62 imprimeurs actifs à Bologne avant 1500

Fig. 5 – Mobilité professionnelle des 11 imprimeurs actifs à Ferrare avant 1500

Fig. 5 – Mobilité professionnelle des 11 imprimeurs actifs à Ferrare avant 1500

23Ces différents exemples soulignent que si Venise se trouve parfois sur la route d’imprimeurs actifs un peu partout dans la région, les autres centres typographiques pris isolément ne se trouvent jamais dans son orbite exclusive, ce qui est sans doute la trace de réseaux bien moins polarisés que ce qu’on aurait pu imaginer. Les réseaux commerciaux d’échelle infrarégionale semblent souvent primer sur l’attraction des grands centres.

  • 58 Lanaro 1999.

24On pourrait également imaginer que l’insertion dans un État territorial est déterminante pour l’organisation des circulations des imprimeurs, ceux-ci sont pris dans la sphère d’influence de la capitale, comme dans le cas de Trévise et de Venise. Cette hypothèse est contredite par la situation d’autres villes d’imprimerie dans le Domaine vénitien. La situation de Brescia, intégrée tardivement au Domaine vénitien en 1426, contraste avec celle de Trévise. Sur les 25 imprimeurs actifs avant 1500, 12 ont imprimé dans au moins une autre ville, ce qui représente une proportion importante, mais déjà un peu moins massive qu’à Trévise, et parmi eux, 6 seulement sont passés par Venise (fig. 6). Leurs lieux d’activité se répartissent un peu partout dans la région, de l’environnement proche en passant par le Milanais (notamment Crémone toute proche), Ferrare, ou même la Toscane, dans le cas de Heinrich de Cologne qui imprime à Lucques et Sienne. Brescia avait reçu des privilèges commerciaux au moment de son intégration au Domaine vénitien, en raison du dynamisme de son commerce. Elle est insérée politiquement dans l’orbite vénitienne, mais se trouve également dans le réseau productif et commercial de Milan et de Gênes58. Cette position de carrefour entre plusieurs espaces économiques et plusieurs réseaux commerciaux se retrouve largement dans les circulations des imprimeurs qui y ont exercé. De la même façon à Florence, les imprimeurs actifs dans la ville n’ont que rarement été actifs dans une autre ville de Toscane (fig. 7).

Fig. 6 – Mobilité professionnelle des 25 imprimeurs actifs à Brescia avant 1500

Fig. 6 – Mobilité professionnelle des 25 imprimeurs actifs à Brescia avant 1500

Fig. 7 – Mobilité professionnelle des 33 imprimeurs actifs à Florence avant 1500

Fig. 7 – Mobilité professionnelle des 33 imprimeurs actifs à Florence avant 1500
  • 59 Goldthwaite 2009, p. 116.
  • 60 Par exemple le fait que Nicolas Jenson et son partenaire Peter Ugelheimer construisent un réseau d (...)
  • 61 Notamment Epstein 2000, p. 101 ; Franceschi – Molà 2014, p. 406.

25Cette situation confirme également la constitution de liens économiques spécifiques au livre : dans le cadre du commerce généraliste, Florence entretient des liens forts avec l’Italie centrale59, ce qui ne transparait pas ici ; au contraire Florence s’est rattachée aux réseaux du livre d’Italie du Nord, notamment grâce à des relations fortes avec les entreprises typographiques vénitiennes60. Inversement, parmi les 14 % des imprimeurs milanais actifs ailleurs (14 sur 98), tous sauf un se retrouvent sur l’axe padan. Pourtant, les relations de Milan avec la Toscane et la région émilienne étaient très développées et le duché faisait largement la promotion du commerce transrégional par des accords avec les États voisins61.

26Comme les réseaux commerciaux que nous avons abordés plus haut, la lecture de ces cartes suggère que les réseaux de circulation et de commerce infrarégionaux entre des villes moyennes voire de petites villes comptent autant si ce n’est davantage que ceux du grand commerce. Les circulations des imprimeurs de certaines villes révèlent l’influence vénitienne dans la Terre Ferme la plus proche, mais aussi la concurrence d’autres circuits, qui sont liés à l’histoire politique d’annexion et d’intégration dans les États territoriaux, ainsi qu’à des dynamiques régionales, à la construction sur le long terme de réseaux commerciaux en Italie et à plus moyen terme de réseaux spécifiques au livre imprimé. Ces déplacements signalent l’attractivité de villes de taille extrêmement modeste, qui sont autant de marchés locaux à conquérir pour les imprimeurs. La circulation des producteurs de livres confirme ce que les réseaux commerciaux et les productions laissaient déjà entendre, à savoir que l’Italie du Nord est un espace économique constitué d’échelles imbriquées de marchés de taille extrêmement variable, mais attractifs.

  • 62 Fattori 2004 Pietro Villa imprime sans doute à Brescia en société avec Georg d’Augsbourg : Montecc (...)
  • 63 Pro Magistro Paulo teutonicho, Paulo quondam Joannis de Alemanea stampatore librorum habitator Man (...)
  • 64 Mazzoldi 1973, p. 31.
  • 65 Nuovo 2003, p. 25‑26.
  • 66 ASBO, Archivio Comunale, Ufficio delle bollette, Denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bol (...)
  • 67 ASBO, Notarile, Stefano Bargellini, n° 61, 2 novembre 1481, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc (...)
  • 68 Montecchi 2013.

27En effet, alors que les déplacements que nous avons représentés ici ne concernent que les installations qui ont donné lieu à des impressions, les archives permettent de les remettre dans un contexte plus général de mobilité des premiers imprimeurs dans la région. On trouve ainsi en 1472 un contrat entre Pietro Villa, impliqué dans l’imprimerie de Brescia, et deux imprimeurs allemands, Paul Butzbach et Georg d’Augsbourg, ainsi qu’à leur associé Cosma Bogioni, tous les trois actifs à Vérone depuis 147162. En 1474, Paul Butzbach, alors présent à Mantoue63, demande un sauf conduit aux autorités brescianes et se présente devant la cour de Brescia et le podestat  : il demande l’intervention de la justice pour obtenir que Cosida, veuve de Cristoforo Villa, lui rende les caractères typographiques qu’il avait loué à Pietro Villa 20 mois auparavant64. Cette affaire judiciaire montre le réseau qui se tisse dans les premières années de l’imprimerie entre les différents centres régionaux mineurs, ici entre Brescia, Mantoue et Vérone, à travers la circulation d’acteurs qui d’ailleurs n’hésitent pas à s’installer ici ou là et à saisir la justice locale pour faire valoir leurs droits. Plusieurs autres affaires comparables mettant en présence des associations et des circulations d’imprimeurs entre Brescia, Ferrare ou encore Mantoue. Ainsi, à Ferrare, Heinrich de Harlem et Frederich de Hollande, imprimeurs actifs à Padoue, viennent s’installer en 1477, par l’intermédiaire de Giovanni de Hollande déjà sur place, avec circulation de matériel typographique entre les deux villes65. Les archives de Bologne permettent également de toucher du doigt ces circulations. Ainsi en 1477, Heinrich de Cologne arrive dans la ville avec sa femme, son fils et ses employés66 ; Heinrich était sans doute passé par Brescia auparavant, puisque son testament de 1481 nous apprend qu’il avait réalisé un contrat de mariage en 1477 dans cette ville67. Giorgio Montecchi avait abordé ces déplacements des imprimeurs, en faisant l’hypothèse que ceux-ci témoignaient en réalité d’une conception régionale ou subrégionale de l’activité68 : ces individus ne sont pas à la recherche d’une implantation durable en un lieu donné, mais bien de la construction d’une insertion régionale, à la fois personnelle et professionnelle. Cette hypothèse nous semble particulièrement fructueuse.

28Ces déplacements constituent des indices de la manière dont le marché du livre, au sens de mise en relation d’une offre et d’une demande, se structure au cours des trois dernières décennies du XVe siècle : celui-ci est en partie polarisé par quelques grands centres, mais de petites villes constituent également des lieux attractifs pour les imprimeurs, qui espèrent y trouver une demande à laquelle ils pourront répondre. À travers des déplacements parfois multiples, ces acteurs qui ne sont pour beaucoup pas originaires de la région, construisent une implantation durable à l’échelle de l’Italie du Nord, même si elle peut apparaître chaotique à première vue. Ceci étant, ces déplacements témoignent également de l’instabilité de ce marché, qui nécessite des ajustements de la part des acteurs – à savoir en l’occurrence des changements de lieux d’activité. Ce sont des décisions que les producteurs doivent prendre à partir des informations dont ils disposent, ce qui pose la question de la manière dont cette information peut circuler dans cet espace.

Espace de circulation de l’information

  • 69 Sur le rôle crucial des intermédiaires, voir également la mise au point épistémologique dans Jeggl (...)
  • 70 Sur le marché du livre plus spécifiquement, voir Nuovo 2003, p. 277-280.

29Les relations d’affaires des acteurs sont autant d’intermédiaires et jouent un rôle essentiel dans les décisions économiques que nous avons pu observer à l’échelle de l’Italie du Nord69. Ces partenaires, investisseurs, représentants ou procurateurs sont des maillons qui permettent de réduire la distance entre le lieu de production et le lieu de commercialisation ou bien entre les lieux où se situent les deux parties contractantes. Ce sont des éléments d’un réseau de relations interpersonnelles ; ils facilitent le déroulement de transactions et font circuler l’information d’un lieu à l’autre70. Dans le contexte de la construction de la nouvelle industrie du livre, leur rôle est donc essentiel, car les producteurs ont besoin d’informations sur la demande du public, sur l’état de la concurrence dans les différents centres où ils veulent produire ou commercialiser leurs livres, sur les partenariats possibles avec les libraires locaux… Cette information circule bien sûr par d’autres biais que les simples relations d’affaires : des réseaux plus informels, des contacts pris dans les milieux universitaires et lettrés voire dans la sphère politique permettent aux producteurs d’affiner leur connaissance de l’état de l’offre et de la demande dans l’espace de l’Italie du Nord.

  • 71 Abordant la question des logiques propres aux acteurs bien que souvent sur des objets différents, (...)

30Reprenant toujours l’approche de Harrison White sur les marchés de producteurs, on peut en effet considérer que les producteurs de livres dans l’espace de l’Italie du Nord s’observent mutuellement, à l’échelle locale mais aussi dans un rayon plus vaste, grâce aux réseaux denses qui sont mis en place dès les premières années de l’imprimerie, à mesure que les acteurs tissent des liens personnels et professionnels dans la région. Cette observation leur permet d’ajuster leurs productions, mais également d’opérer des changements plus drastiques, comme le choix de partir s’installer dans un autre lieu. Cette information est tout sauf parfaite : elle repose sur un réseau déterminé et limité d’intermédiaires et de remontées. Il ne faudrait donc pas interpréter les circulations des producteurs de livres comme des mouvements erratiques et aléatoires, mais bien comme des choix, qui reposent sur une rationalité propre et des choix pragmatiques sur la base de l’information disponible71.

  • 72 Pour des exemples de recherche d’exemptions fiscales, voir Nuovo 2013, p. 266-267.
  • 73 Marco Menato et Lorenzo Carpanè soulignent que les crises vénitiennes ont pu favoriser le développ (...)
  • 74 Veneziani 1986.

31Dans certains cas, les décisions de départ reposent sur des observations faites, sur le terrain, de la situation du marché productif, devenu trop saturé, et l’estimation d’une situation plus favorable ailleurs. Les taxations représentent un élément objectif qui peut entraîner certains individus à déplacer leur activité pour pouvoir toucher plus facilement et à moindre coût un public donné, même si nous n’en avons pas encore trouvé d’exemple pour l’Italie du Nord72. En revanche, il semble bien que la concurrence croissante à Venise pousse certains imprimeurs à fermer boutique, ceux-ci irrigant la Terre Ferme et plus largement l’Italie du Nord73. La situation de Brescia est également intéressante de ce point de vue. Après la peste de 1478, la production connaît un rebond dû notamment à l’arrivée d’imprimeurs formés à Venise comme les Britannico, Mis à part une poignée individus bien implantés, les durées d’activités dans les années 1480 sont courtes ; parmi ces imprimeurs, Cesare de Parme (1492) et Gabriele di Pietro (1481) partent ensuite s’installer ailleurs. Le marché du livre à Brescia semble en effet être monopolisé par la famille Britannico, qui concentre entre ses mains une part importante du marché du livre savant, bénéficiant notamment du soutien d’un des membres de la famille, professeur de grammaire et rhétorique, Giovanni Britannico, tandis que ses deux frères Giacomo et Angelo sont respectivement typographe et libraire-éditeur – au sens où il s’occupe de la vente des livres et de leur financement. Bernardo Misinta et Battista Farfengo sont dans une position dominée économiquement par rapport à l’entreprise des Britannico ; ils subissent cette situation ou collaborent avec eux. Toujours est-il que jusqu’aux premières années du XVIe siècle, l’entreprise des Britannico paraît solidement installée et tue dans l’œuf la concurrence ou la pousse à partir, alors que les Britannico eux-mêmes avaient opéré ce type de déménagement pour s’installer dans un univers moins concurrentiel que Venise où ils ont été formés74.

  • 75 C’est l’expression qu’utilise l’ambassadeur Gerardo Colla pour parler d’Antonio Planela dans sa le (...)
  • 76 Gerardo Colla écrit : « Lavea domandato che niuno li poteso veniri fin a X anni, lo consiglio si g (...)
  • 77 Lowry 1994, p. 273.
  • 78 Valdarfer imprime son premier livre à Milan en 1474 et continue à y imprimer jusqu’en 1488 ; Rogle (...)

32Dans certains cas, des intermédiaires peuvent explicitement favoriser l’arrivée de certains imprimeurs. Le cas le plus célèbre est celui des débuts de l’imprimerie milanaise. Le duc, par l’intermédiaire de son ambassadeur à Venise Gerardo Collo, parvient à débaucher de la Sérénissime deux imprimeurs successivement en 1470 et 1471. Il s’agit dans le premier cas d’Antonio Planela, docteur, qui se voit offrir un privilège de cinq ans, et dans l’autre cas de Panfilo Castaldi, lauréat en médecine et en arts libéraux. Dans les deux cas, ce ne sont pas de simples artisans, mais des « hommes de bien75 » ; Antonio Planela a visiblement négocié les termes de son arrivée à Milan, ce qui suppose des échanges d’informations de part et d’autres, l’ambassadeur jouant ici très explicitement le rôle de broker76. De façon plus implicite, Christopher Valdarfer, imprimeur allemand actif à Venise entre 1470 et 1472 et qui a su très vite obtenir des patrons pour ses éditions77, les a également suivi en 1473, sans doute attiré par les bonnes conditions que pouvait offrir le duché milanais78.  Les autorités milanaises cherchent activement à stabiliser des imprimeurs et n’hésitent sans doute pas à diffuser largement l’information selon laquelle Milan accueille et favorise les nouveaux imprimeurs.

  • 79 Par exemple les Fables d’Ésope, imprimées à Reggio Emilia en 1497 : ISTC ia00104000 ; les œuvres p (...)
  • 80 Par exemple un Lexicon Graeco-latinum imprimé à Vicence en 1483, à Reggio Emilia en 1497 puis à Mo (...)
  • 81 Selon les travaux de la Nouvelle Économie Géographique et en particulier Krugman 1991, les activit (...)

33L’observation des stratégies éditoriales des imprimeurs lors de leurs déplacements permet parfois de comprendre la manière dont ceux-ci s’adaptent et anticipent la demande et leur accès aux réseaux de commercialisation. Certains imprimeurs conservent un programme éditorial diversifié mais sans modification notable au fur et à mesure de leurs déplacements. L’imprimeur Dionisio Bertocchi semble imprimer de façon assez constante des œuvres destinées à un public lettré intéressé par des œuvres de l’Antiquité gréco-latine79 ou à l’apprentissage du grec80, que ce soit pendant son séjour à Bologne, Modène, Reggio Emilia, Trévise, Venise ou Vicence. Ce type de publication est assez générique pour pouvoir toucher une fraction du public local tout en se vendant à l’importation, d’où que les imprimeurs soient. Cela implique que l’accès aux circuits commerciaux de moyenne et grande distance et que les coûts de transport ne soient pas un frein81. Cette question, très importante dans les études de géographie économique, est cependant difficile à évaluer dans notre cas, mais l’ampleur des déplacements des imprimeurs laisserait entendre que ces coûts de transport ne sont pas significativement différents d’une ville à l’autre.

  • 82 Par exemple n° ISTC im00425000, im00514000, ip00053000.
  • 83 ISTC ib00297250 et id00036300.
  • 84 Par exemple ISTC ia00024000.
  • 85 Par exemple Tite Live en 1480 : ISTC il00241000 ; les Elegantiolae d’Agostino Dati en 1481 : ISTC (...)
  • 86 Par exemple ISTC is00152000 et ia00190500.
  • 87 Ce point mériterait d’être approfondi, notamment par l’étude des éditions et de leurs paratextes. (...)

34Cependant, même dans le programme de Dionisio Bertocchi, on peut voir apparaître certaines inflexions : ses éditions ciblant plus ouvertement un public universitaire sont plutôt imprimées à Venise, où l’accès à des réseaux de distribution européen était sans doute à la fois plus aisé et moins coûteux82. On observe parfois des changements plus radicaux. L’imprimeur Francesco de Cennis, actif à Florence en 1485, puis à Pescia, à côté de Lucques, change drastiquement son programme éditorial : alors qu’il avait imprimé deux ouvrages de littérature en italien à Florence83, il imprime une série de huit éditions de droit et de jurisprudence à Pescia84, pour Bastiano et Rafael de Orlando qui financent entre 1486 et 1492 des éditions de ce type dans la ville. La même chose se produit avec Johann de Legnano, qui finance des éditions très diversifiées à Milan allant des classiques latins en passant par des ouvrages de grammaire85 ; mais lorsqu’il finance des éditions à Pavie entre 1497 et 1500, il s’agit exclusivement d’ouvrages de droit86. La cohérence de certaines de ces séries de publications laisse penser à une demande spécifique d’investisseurs ou de la communauté locale qui nous échappe en partie, mais qui semble particulièrement dynamique87. Cette explication nous paraît cependant importante pour comprendre les installations de certains imprimeurs dans des centres de taille très réduite pour quelques années seulement. Alors que les grands centres pouvaient apparaître comme trop concurrentiels, les petites villes offraient d’autres opportunités et d’autres garanties pour une activité typographique : un contact, un partenaire local désireux de financer une série de publications… Ces occasions ponctuelles pouvaient garantir l’accès à un marché de niche ou à certains réseaux commerciaux.

  • 88 Lozzi 1884 ; Tamani 1997.
  • 89 Tamani 1986.
  • 90 Tamani 1986, p. 65.
  • 91 Notamment ASBr, Curia Pretoria, b. 18, Atti, 1474-1476, fol. 19v et suivantes. Ces documents n’ont (...)
  • 92 ASBr, Curia Pretoria, b. 20, Atti, 1476-1489, fol. 168r et suivantes, et fol. 270r. Ces documents (...)
  • 93 Tamani 1986.
  • 94 Busi 1997.

35Enfin, les circonstances personnelles jouent un rôle important ; les calculs économiques ne sont pas seuls dans la balance et les conditions sociales ou politiques peuvent entraîner des mobilités plus ou moins choisies. Un cas extrême de mobilité sous contrainte est représenté par les imprimeurs juifs actifs dans la région. Le cas de Gershom Soncino est bien connu et bien étudié dans l’historiographie88. Sa situation de juif non converti et maître imprimeur l’amène à déménager à plusieurs reprises son entreprise, avant de finir par émigrer dans l’empire Ottoman à la fin de sa vie. La famille Soncino avait par ailleurs une intrication importante de relations en Lombardie et en Vénétie, qui contribue sans aucun doute à la mobilité de Gershom89. Il imprime à Soncino entre 1488 et 1490, à Naples en 1490, avant de s’installer à Brescia où il imprime sept éditions entre 1490 et 1494. Son choix de s’installer à Brescia a été considéré comme étrange par les historiens, dans la mesure où la ville était sujette à une recrudescence de prêches anti-juifs après l’affaire de meurtre rituel de Simon de Trente en 147590. Cependant, comme les archives de la Curia Pretoria en témoignent, l’attitude des pouvoirs publics à la suite de cette affaire avait semblé plutôt favorable à la communauté juive91. Peut-être était-ce pour cette raison que Gershom choisit de s’installer sur le territoire vénitien, à Brescia. Pourtant, dès le début des années 1480, la situation semble se durcir : on voit apparaître des accusations contre des juifs qui couvriraient leur rouelle, la réaffirmation de l’interdiction de l’usure92... Gershom Soncino doit finalement partir en 1494. Les prêches de Bernardin de Feltre, qui arrive dans la ville à Noël de 1493, ont dû avoir des conséquences et la situation avait dû changer assez soudainement : le conseil de Brescia demande à la Sérénissime d’expulser les juifs en raison d’une croissance jugée trop importante de leur communauté, après l’expulsion de la couronne espagnole93. Soncino cherche ensuite à s’installer à Venise, sans succès94, puis se dirige alors vers Barco, Fano et Pesaro. Bien que témoignant d’une moins grande mobilité, l’imprimeur Abraham ben Hayyim suit un parcours comparable : d’abord actif à Ferrare en 1477, on le retrouve ensuite à Bologne en 1482, avant d’imprimer à Soncino en 1488, pour le libraire Joshua Solomon Soncino. Cette dernière installation témoigne sans doute de la connaissance qu’Abraham ben Hayyim avait de l’existence d’une imprimerie hébraïque dans la ville dirigée par l’oncle de Gershom depuis le début des années 1480. Cette présence a certainement dû informer sa décision de se rendre dans la ville pour mettre ses compétences au service d’une entreprise bien implantée. Plus largement, ces mobilités sont sans doute facilitées par l’existence de réseaux diasporiques extérieurs à l’imprimerie, dont nous n’avons cependant que peu de traces.

  • 95 Cerutti 2012.

36L’emprise des circonstances est bien entendu plus grande chez certains acteurs caractérisés par une condition d’extranéité et d’incertitude (pour reprendre les termes de Simona Cerutti95) qui entraîne une précarité bien plus grande. Cependant, pour la majorité des imprimeurs indépendants que nous avons vus, même s’ils ne sont pas originaires de la région, la décision de partir semble tenir davantage de l’adaptation à une situation concurrentielle. Quand la situation devient difficile, quand le marché local semble saturé ou quand les circonstances individuelles sont incertaines, certains réduisent le volume de leur production quand d’autres vont tenter leur chance ailleurs. Dans le contexte d’une industrie nouvelle, encore très instable, les acteurs peuvent faire feu de tout bois pour s’adapter et choisir leur nouveau lieu d’installation. Certains peuvent choisir l’imitation comme solution, le départ vers une ville où on connait déjà quelqu’un, même si le marché local semble peu développé, ou encore se fonder sur des informations qui lui sont parvenues permettant d’évaluer les chances de succès de l’entreprise.

  • 96 On pourrait comparer cette approche des choix économiques à celle proposée par Greif 1998. Dans so (...)
  • 97 Voir notamment Orléan 1987, sur le fait que le risque est modélisable et calculable, tandis que l’ (...)
  • 98 Il s’agit en ce sens de mécanismes plus fluides et moins exclusifs que ceux décrits pour les march (...)

37À la lumière de ces différents éléments, il semble que l’on peut comprendre les décisions des acteurs comme visant non pas tant à maximiser leur profit, mais plutôt à réduire l’incertitude96, dans le cadre d’un marché dont les normes sont encore peu fixées, dont les équilibres locaux sont très précaires et dont les équilibres régionaux ou internationaux ne sont qu’une vue de l’esprit. Les choix éditoriaux comme les choix de changer de lieux de production, sont alors facilités par les réseaux d’interconnaissance et la circulation des intermédiaires, qui jouent un rôle essentiel dans les prises de décision. Celles-ci reposent non pas sur une appréhension totale du nouveau marché, mais sur un réseau d’interconnaissance et de circulation de l’information nécessairement partiel portant permettant d’anticiper la situation dans d’autres lieux97. Ces réseaux d’interconnaissance peuvent s’appuyer sur des réseaux diasporiques ou les nations installées sur place, mais prennent également des chemins moins institutionnalisés98. Ce faisant, les acteurs qui ajustent les modalités de leur activité contribuent à mettre en place les cadres du nouveau marché, faisant circuler avec eux des pratiques commerciales et de production, et transformant, même par une brève installation, les équilibres géographiques de l’industrie.

Capital social, marché et mobilités

  • 99 Voir les réflexions de Grenier 1996 ; Guerreau 2001 ; Godelier 1973. Voir également les nuances ap (...)

38Ce serait une erreur de croire qu’armés d’informations, certes partielles mais précieuses, les acteurs seraient ensuite libres de tirer leurs propres conclusions et d’ajuster leur activité économique en conséquence. La capacité d’ajustement des acteurs dans le cadre d’un marché est toujours déterminée par leur position et par le capital dont ils disposent99. Là encore, le libre jeu de l’offre et de la demande est un modèle trompeur pour penser les mécanismes de marché : la capacité d’action et de réaction des acteurs doit être pensée en lien étroit avec les ressources dont ils bénéficient et qu’ils ont accumulé dans leurs interactions économiques et sociales précédentes.

  • 100 Nieto 2010.

39La mobilité des producteurs de livres offre un observatoire de ces logiques. Celle-ci a pu longtemps être interprétée comme un signe d’instabilité de ces individus, parfois qualifiés d’imprimeurs itinérants, partant sur les routes, leurs presses sur le dos. Une telle mythologie romantique a été largement remise en cause d’abord par le constat de l’absence de mobilité pour une grande majorité d’acteurs100. Même dans les cas avérés de mobilités, il faut garder à l’esprit que partir d’un lieu pour s’installer à nouveau ailleurs nécessite des ressources : la propriété de son matériel notamment, mais également la capacité à réactiver des relations professionnelles et sociales dans ce lieu différent. Les acteurs faisant faillite pour cause d’un mauvais choix commercial disparaissent des sources car ils n’ont pour la plupart pas le capital économique pour amortir l’absence de rentabilité d’une édition. Pour cette raison, les acteurs qui se déplacent pour continuer à imprimer ne sont sans doute pas les plus précaires à de nombreux points de vue et réutilisent dans leur déplacement les ressources de leur position dans le marché du livre.

  • 101 Retière 2003.
  • 102 Programme d’observation du changement social 1986, cité dans Retière 2003, p. 123.
  • 103 Dans ce cadre, nous entendons les réseaux sociaux à la fois comme des structures influençant les a (...)

40Au-delà du capital économique, les ressources dont les producteurs de livres bénéficient se construisent dans la durée, dans leur insertion dans les réseaux personnels et professionnels. On pourrait rapprocher ce capital social constitué au fur et à mesure de leur activité du « capital d’autochtonie » développé notamment par Jean-Noël Retière et qui désigne les ressources sociales disponibles dans une localité déterminée, construit par recoupements de différents modes de sociabilité locale (voisinage, travail, loisirs, etc.) ; ce capital social peut ensuite servir de tremplin pour les individus101. Dans le cas des imprimeurs italiens, leur ancrage est souvent de plus courte durée, mais ils ont été amené à construire un capital d’autochtonie par leur activité et leur vie sociale sur place ; ces réseaux peuvent ensuite être déployés en cas de changement de situation et éclairer le choix du déplacement de l’activité. En ce sens, la localité agit bien non pas comme un espace délimité par des frontières bien déterminées, mais comme un système d’actions que les individus peuvent utiliser, ce qui est le cas ici102. Nous ne pouvons observer que des traces de ces phénomènes : les indices principaux concernent les relations que les acteurs nouent, et qui sont des indices du réseau social que les individus peuvent construire et dont ils peuvent par la suite tirer des ressources, des informations, de nouvelles opportunités103. Ces traces permettent cependant de nuancer l’opposition entre mobilité et stabilité, et permet de replacer l’activité économique des acteurs dans ce marché du livre où ils cherchent à stabiliser leur position.

  • 104 En particulier Veneziani 1986 ; Signaroli 2009.
  • 105 On sait notamment qu’il est proche du riche médecin et collectionneur Tommaso Lamberti à Brescia : (...)
  • 106 Notamment Archivio di Stato di Venezia (ASVE), Consiglio di dieci, Deliberazioni, Miste, Registri, (...)

41Le cas le plus simple à constater est celui d’imprimeurs revenant dans leur ville d’origine pour s’y établir, après une activité ailleurs. C’est particulièrement le cas des Britannico, originaires de Palazzolo dans la région de Brescia, et qui s’installent à Brescia après la peste, utilisant toutes les ressources politiques et sociales locales qu’ils ont à disposition pour devenir la principale imprimerie de la ville104. Dans d’autres cas, la mobilité est largement le fruit des relations tissées dans le lieu d’activité de départ. C’est le cas pour Bonino Bonini : exerçant dans les années 1480 dans différentes villes du Domaine vénitien. Son activité a du lui permettre d’accéder à des contacts au sein de l’élite locale et vénitienne105 : il devient espion au service de Venise, part pour la France, exerce son activité d’imprimeur là-bas, tout en recevant des émoluments du Conseil des Dix106, puis retourne à Trévise.

42Ce type de ressources dont disposent les acteurs peut s’accumuler, au fur et à mesure d’une carrière et au fil des déplacements. Si une analyse systématique est ici encore difficile à réaliser, on s’attachera à deux exemples plus détaillés pour illustrer ce phénomène.

  • 107 Cité dans Rogledi Manni 1980, p. 37.
  • 108 « Magistro Lodovigo fo de ser Michel da Parma cartaro a Santo Bugole de Triviso, Anibal de ser Phi (...)
  • 109 « … che li instrumenti io Bertolamio ho comprati da m° Piero Franzioxo siano de la compagnia, la q (...)
  • 110 Virgile, Opera, Trévise, Petrus Maufer et Bartholomaeus Confalonerius, 1482, n° ISTC iv00181000.

43Prenons d’abord le cas de l’imprimeur Annibal Fosio de Parme. En 1476, celui-ci débute son apprentissage à Milan auprès de Christopher Valdarfer, l’ancien imprimeur vénitien que nous avons déjà mentionné107. On ne lui connait pas d’édition propre avant 1485 à Venise. Pourtant, un contrat trévisan le fait apparaître dans la création d’une compagnie d’imprimeurs, en 1482, en association avec le papetier Lodovico de Parme, Pellegrino de’Pasquali de Bologne et Bartolomeo de Confaloneri de Salo108. Fosio et Pellegrino représentent ensemble un tiers de l’association, reçoivent un salaire et sont les typographes de la compagnie ; Confaloneri est l’investisseur et a acheté le matériel typographique à Pierre Maufer, un imprimeur d’origine française qui a beaucoup circulé dans la région109 ; Lodovico de Parme fournit le papier nécessaire. L’impression concernée est un Virgile avec commentaire de Servius, qui paraît le 13 novembre 1482110.

  • 111 Voir la déclaration d’estimi de Francesco Rolandello de 1477 : « Item la mita per indiviso con la (...)
  • 112 « Che io Bertholamio debia haver da la compagnia Virgili cum Servo 50 zoè cinquanta et questo per (...)
  • 113 Notamment Dondi – Harris 2013 ; Dondi – Harris 2014.
  • 114 ASVE, Miscellanea, Atti diversi, b 151, 2 juillet 1486, cité dans Predelli 1886.
  • 115 ISTC ip00485000.
  • 116 ISTC it00188000.

44Cette association est particulièrement intéressante car elle rassemble un large spectre économique et social autour du projet d’impression. Lodovico de Parme est locataire de la papeterie détenue pour moitié par Francesco de Rolandello, un des personnages les plus éminents de la scènes littéraire trévisane111. Bartolomeo de Confaloneri est le plus installé parmi les imprimeurs en présence : il est actif à Trévise depuis 1478 et le contrat stipule qu’il doit avoir des exemplaires pour les vendre « à Padoue et en d’autres endroits », ce qui suggère qu’il a un réseau commercial propre112. De son côté, Peregrinus de Pasqualibus se transporte très rapidement de Trévise à Venise en 1484. Ce contrat ouvre de nombreuses portes au jeune Annibal Fosio, qui une fois son apprentissage terminé, est parvenu à conclure une association avec des papetiers et imprimeurs bien implantés à Trévise, sas d’entrée de la capitale typographique vénitienne. Sa première édition signée à Venise en 1485 est d’ailleurs en association avec Bartolomeo de Confaloneri et un autre imprimeur, Marino Saraceno, qui devient un partenaire régulier. En 1486, il conclut un contrat avec Marino Saraceno et Francesco de’ Madi, un des plus importants libraires de la ville113, pour l’impression de la Summa d’Antoine de Florence114 ; si cette édition ne voit jamais le jour, il imprime pour Francesco de’Madi deux autres ouvrages scolastiques, le livre IV des Sentences de Pierre Lombard115 et les Quaestiones de duodecim quodlibet de Thomas d’Aquin116. À Venise, Fosio collabore également avec Bartolomeo de Blavis, originaire du duché milanais, ce que son apprentissage à Milan a pu favoriser.

  • 117 ASVE, Giudici del Proprio, Testimoni, b. 5, fol. 55, 21 juin 1532. Ce document n’a à notre connais (...)
  • 118 ASVE, Giudici del Proprio, Mobili, b. 2, fol. 75 et suivantes, 30 juillet 1529. Les plus de 800 vo (...)

45Le passé vénitien de son maître d’apprentissage Valdarfer, l’ancrage régional de ses partenaires trévisans, notamment dans le domaine papetier et lettré, la présence d’imprimeurs originaires du Milanais dans la région, tous ces différents éléments ont pu lui servir de ressources dans ses déménagements successifs de Milan à Trévise et de Trévise à Venise, l’aidant dans la construction de son parcours et orientant sans doute en partie la direction de ses déplacements. Il termine sa carrière comme libraire bien installé à Venise, expert reconnu du métier auprès des autorités, même s’il ne signe plus d’édition à partir de 1488. En 1532, on retrouve Annibal da Parma librarius, cité auprès des juges du Proprio vénitiens pour examiner la vente d’une boutique de livres dans le cadre d’une succession117. Il s’agit sans doute du même Anibale librarius qui estime un stock de livres avec une série de collègues imprimeurs et libraires pour la restitution de la dot de Maria, veuve du libraire Antonio Constantini118.

46Le cas de Dionisio Bertocchi permet également de comprendre la manière dont l’accumulation progressive des ressources sociales peut être mobilisée dans une activité qui se déploie dans de multiples lieux, contribuant ici à la communication des marchés locaux dans le cadre d’un marché régional du livre.

  • 119 Dionysius de Bertochis de Bononia librorum impressor, ASVE, Notarile, Testamenti, b. 734, n° 48, v (...)
  • 120 Dionisius de Regio, habitator ad presens in civitate Bononie, ASBO, Archivio Comunale, ufficio del (...)

47L’origine exacte de Bertocchi est incertaine : il est désigné comme « de Bologne » ou « bolonais » à Venise et dans de nombreux colophons119, et comme « de Reggio » à Bologne120. Bertocchi commence son activité à Vicence entre 1481 et 1483, avant d’imprimer à Trévise en 1482, à Venise entre 1484 et 1494, à Bologne entre 1485 et 1487, à Reggio Emilia à partir de 1496, Modène à partir de 1499 et 1500. Pour autant qu’on puisse en juger d’après les éditions survivantes, ses périodes d’activité entre Vicence et Trévise, entre Venise et Bologne, et Reggio Emilia et Modène se recoupent en partie. À Vicence, il collabore avec Johann de Reno, qui est actif depuis 1473 dans la région (à Padoue, Sant’Orso puis Vicence). Comme Annibal Fosio, il travaille à Trévise puis à Venise avec Peregrinus de Pasqualibus, également originaire de la région de Bologne. Dionisio Bertocchi est typiquement un imprimeur que ses collaborations amènent vers Venise, par le biais de villes transitoires telle que Trévise.

  • 121 Il est décrit comme librarius et stampator librorum forensis : ASBO, Archivio Comunale, ufficio de (...)
  • 122 ASBO, Archivio Notarile, b. 3, n° 387, 6 décembre 1487, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc. CCL (...)
  • 123 ASVE, Collegio, Notatorio, reg. 14, image 139, 21 août 1492. Voir la transcription dans la base de (...)
  • 124 Nuovo 1998, p. 41.

48Pourtant, on sait qu’il réside avec sa famille à Bologne à partir du 11 octobre 1486 : il déclare sa venue aux autorités, accompagné avec sa femme, ses enfants et ses serviteurs121. Il y passe un accord avec l’imprimeur bolonais Bazaliero Bazalieri et le libraire Benedetto di Ettore le 6 décembre 1487122. Durant ces années, il semble tirer partie de ses ancrages multiples, entre la Vénétie et la région émilienne pour développer son activité. Ses collaborations vénitiennes l’amènent en 1492 à imprimer les statuts vénitiens en latin et italien, une édition sous privilège au bénéfice de son traducteur Francesco Ghiberto, qui choisit Bertocchi pour exécuter l’impression123. Il développe également ses relations personnelles avec d’autres imprimeurs et libraires dans la région, à l’image d’André Belfort à Ferrare, qui se déclare débiteur à la place de Bertocchi pour une transaction de froment dans la ville.124.

  • 125 ISTC ic00964000.
  • 126 Ricciardi 1986.

49Après 1494, Bertocchi quitte définitivement Venise, pour établir son activité dans la région émilienne, entre Reggio et Modène. En 1497, il poursuit sa collaboration avec un autre membre de la famille bolonaise Bazalieri, Marcus Antonius, pour une édition à Reggio Emilia d’un lexique greco-latin125. Durant cette période, il développe un programme éditorial latin et grec, qui met en lumière son entente avec l’élite intellectuelle locale. En 1499, il conclut en effet une société typographique avec Simone Bombasi, Benedetto Manzi et Lodovico da Ponte, qui est alors bénéficiaire d’une chaire publique de grec et de latin à Reggio, ce qui offre aux imprimeurs des débouchés immédiats126.

50À chaque nouvelle étape sur son parcours, Dionisio Bertocchi tisse de nouvelles relations avec les acteurs locaux, imprimeurs, libraires, investisseurs ou lettrés. Il s’agit sans doute ici d’un processus cumulatif, par lequel Bertocchi réussit à chaque déplacement à accéder à de nouvelles ressources sociales et économiques. Les déplacements de cet imprimeur constituent une ressource dont il parvient à jouer, notamment en maintenant une forme d’ubiquité. Dans une période de forte instabilité économique pour le nouveau commerce, ces déplacements sont sans doute aussi des moyens de palier l’incertitude, de s’adapter à des situations largement imprévisibles, et parfois de se replier sur des marchés plus locaux, des partenariats et des protections politiques plus assurées. Loin d’être synonyme d’instabilité, le parcours de Dionisio Bertocchi témoigne des multiples possibilités offertes par les réseaux commerciaux et personnels denses de l’Italie du Nord, et de la manière dont les acteurs du livre pouvaient les mettre à profit dans la construction de leur position économique. Mais cela ne peut se comprendre que si l’on considère que ces mouvements et ces déplacements sont en même temps intimement liés à la stabilité acquise dans certains lieux stratégiques pour les acteurs, ou à la stabilité de leurs propres réseaux sociaux et commerciaux développés au cours de leur carrière et dans le cadre de l’émergence de ce marché du livre.

Conclusion

  • 127 Nuovo – Coppens 2005 ; Nuovo 2013 ; Nuovo 2014.
  • 128 Kikuchi 2018a.
  • 129 Veneziani 1986, p. 21.
  • 130 ASBr, Archivio Communale, Polizze d’Estimo, b. 27A, 1534.
  • 131 Mazzoldi 1973, p. 39.
  • 132 Lanaro 1999, p. 80.

51Le cas de Dionisio Bertocchi préfigure en partie les entreprises typographiques qui se développent au XVIe siècle, notamment étudiées par Angela Nuovo. Leur force repose sur une structure polycentrique, organisée en filiale, et dirigée par des membres de la famille. L’entreprise, transmise aux générations suivantes, devient dynastique127. À Venise, cette dynamique s’accompagne d’une concentration importante du commerce entre les mains de quelques compagnies, qui ont une puissance économique importante et rassemble autour d’elles des collaborations avec de très nombreux imprimeurs de plus faible calibre128. À l’échelle de l’Italie du Nord, des évolutions se font également sentir. On observe une concentration de l’activité dans un plus petit nombre de villes, et inversement une moindre mobilité des acteurs, ou, en tout cas, une mobilité polarisée par les grands centres typographiques et moins vers des villes de petite ou de moyenne taille. Dans certains centres, le poids des grandes compagnies d’envergure européenne se fait davantage sentir. Le cas de Brescia est ainsi particulièrement révélateur : en perte de dynamisme au XVIe siècle, notamment en raison des guerres d’Italie qui ravagent la région129, les entreprises locales perdent de leur poids et semblent passer dans l’aire d’influence de grands acteurs vénitiens. La déclaration d’estime de Benedetto Britannico, détenteur de la principale entreprise typographique de la ville, en 1533, reconnait ainsi une dette importante à l’égard de Lucantonio Giunta à Venise, mais également de Giacomo Giunta, le neveu de Lucantonio, qui gère une filiale de l’entreprise familiale à Lyon130. En 1537, on trouve une reconnaissance de dette de Ludovico Britannico pour une livraison de papier qui n’a pas été effectuée à Lucantonio Giunta131. Cette situation va de pair avec une relative recentralisation des circuits économiques généraux dans l’État vénitien, notamment après la défaite d’Agnadel132, mais s’inscrit dans le cas de l’imprimerie dans un contexte de transformation plus large du système de production et de commerce du livre. Les cadres économiques se stabilisent, les modalités de transaction, de collaboration, de construction du réseau commercial s’uniformisent en Italie et dans une certaine mesure en Europe. Comme secteur industriel désormais mieux établi, la production et le commerce du livre connaissent ainsi de profondes restructurations et il n’y aurait plus de sens à l’étudier dans le cadre strict de l’Italie du Nord, à mesure que les ramifications européennes se consolident, que les législations nationales et religieuses se renforcent, le tout institutionnalisant des cadres pour un marché du livre à l’échelle européenne.

52La proposition que nous avons faite dans cet article s’appuie sur de premiers dépouillements, un traitement quantitatif des informations de l’ISTC et l’utilisation de la bibliographie abondante sur le sujet. Elle nécessitera sans aucun doute d’être affinée par des études de cas plus précises, en particulier en prenant en considération non seulement le point de vue des producteurs, mais également celui des consommateurs. Sur cette première base, il nous semble cependant que l’utilisation des réflexions sur le marché de la sociologie économique a de nombreux avantages. Cela permet d’aborder les relations économiques documentées dans les débuts de l’imprimerie non pas seulement comme une collection de cas locaux, mais comme un système interconnecté, une construction collective d’un nouvel espace économique et social autour de la production d’un bien industriel qu’est le livre imprimé. La mise en relation des acteurs, les partenariats qu’ils tissent à différentes échelles et leur mobilité témoignent de leur profonde conscience des échelles de marchés différentes, de la nécessité de les lier correctement avec leur production. Ils témoignent également de la manière dont, à l’échelle de l’Italie du Nord, se construit progressivement un réseau économique dense, favorisant la circulation des hommes, des livres et de l’information les concernant. Cette circulation reste certes imparfaite, mais permet une conception régionale de l’ancrage de ces producteurs de livres, qui tirent partie de différents types de réseaux, bien moins phagocytés par le pôle vénitien ou milanais que ce que l’on aurait pu croire au premier abord. Les acteurs ont leur logique propre, visant à limiter l’incertitude dans ce marché du livre qu’ils construisent et perçoivent ; en réinvestissant leurs ressources sociales et économiques cumulées au fil de leur carrière, certains – mais pas tous – parviennent à saisir des opportunités et à adapter les modalités de leur production. Il semble donc qu’il est possible de penser l’Italie du Nord comme un marché de producteurs, où les uns et les autres s’observent à travers une circulation de l’information imparfaite, et ajustent leur production en fonction de leurs anticipations, mais également en fonction de leurs positions respectives et des ressources dont ils disposent. De ce fait, ce modèle permet de penser comment chaque producteur contribue à l’émergence du marché, en étant dans le même temps en partie contraint ou guidé par cette structure préexistante. Les conséquences pour le public et les acheteurs, l’impact que les différents groupes de lecteurs peuvent avoir sur ce marché, restent encore à approfondir et permettra d’enrichir notre compréhension des débuts de l’imprimerie européenne.

Haut de page

Bibliographie

Archives

ASBO, Archivio Notarile, b. 3, coll. 7/8, 22 mai 1499.

ASBO, Archivio Notarile, rogiti di Nicolo Beroladi, f. 16, 1a, n° 9.

ASBO, Archivio Notarile, b. 3, n° 387, 6 décembre 1487.

ASBO, Archivio Notarile, atti di Paolo Fronti, f 5, 7 février 1475.

ASBO, Archivio Notarile, atti di Stefano Bargellini, n°61, 2 novembre 1481.

ASBO, Archivio Comunale, Ufficio delle bollette, Denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bologna, 30 août 1477.

ASBO, Archivio Comunale, ufficio delle bollette, denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bologna, 11 octobre 1486.

ASBO, Archivio Comunale, ufficio delle bollette, denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bologna, 27 juillet 1486.

ASBr, Archivio Communale, Polizze d’Estimo, b. 27A, 1534.

ASBr, Curia Pretoria, b. 18, Atti, 1474-1476, fol. 19v et suivantes, et fol. 130r et suivantes.

ASBr, Curia Pretoria, b. 20, Atti, 1476-1489, fol. 168r et suivantes, et fol. 270r.

ASBr, Notarile Brescia, filz. 87, i.

ASMi, Carteggio Sforzesco, Potenze estere, Venezia, b. 356, 30 avril 1470.

ASTV, Estimi, b. 78, fasc. 1.

ASTV, Notarile 1a seria b. 269, 25 février 1482.

ASVE, Collegio, Notatorio, reg. 14, image 139, 21 août 1492.

ASVE, Consiglio di dieci, Deliberazioni, Miste, Registri, b. 27, image 287, 16 juin 1497 ; image 399, 6 avril 1498.

ASVE, Consiglio di dieci, Deliberazioni, Miste, Registri, b. 28, image 103, 18 avril 1499 ; image 165, 24 octobre 1499.

ASVE, Giudici del Proprio, Testimoni, b. 5, fol. 55, 21 juin 1532.

ASVE, Giudici del Proprio, Mobili, b. 2, fol. 75 et suivantes, 30 juillet 1529.

ASVE, Notarile, Testamenti, b. 734, n° 48, vers 1485.


Ouvrages à caractère de source

Agostino Dati, Elegantiolae, Milan, Antonio Zarotto pour Giovanni Legnano, 1481, N° ISTC id00070200.

Albericus de Rosate, Super secunda parte Digesti veteris, Pavie, Francesco de Guaschis de Stradella for Giovanni Legnano, 1499, n° ISTC ia00190500.

Book Privileges in Venice, http://emobooktrade.unimi.it/db/public/frontend/index.

Breviarium Benedictinum, Brescia, Bonino Bonini, 1489, n° ISTC ib01129400.

Catulle, Tibulle, Properce, Stace, Carmina, Vicence, Giovanni de Reno et Dionisio Bertocchi, 1481, n° ISTC ic00323000

Dante, Credo che Dante fece quando fu accusato per eretico all’inquisitore, Florence, Francesco Cenni, avant 1485, n° ISTC id00036300.

Ésope, Aesopus moralisatus, Brescia, Bonino Bonini, 1489, n° ISTC ia00127500.

Ésope, Fabulae, Reggio Emilia, Dionisio Bertocchi, 1497, n° ISTC ia00104000.

Felinus Sandeus, Super titulo « De fide instrumentorum », Pavia, Michele Garaldia pour Giovanni Legnano, 1497, n° ISTC is00152000. 

Feo Belcari, Rappresentazione di Abramo e Isacco, Florence, Francesco Cenni, vers 1485, n° ISTC ib00297250.

Francescus de Accoltis, Super titulo De accusationibus inquisitionibus et denunciationibus, Pescia, Laurentius et Francesco Cenni pour Bastiano et Raphaele Orlandi, 1486, n° ISTC ia00024000.

Horae ad usum Romanum, Vérone, Bonino Bonini, 1481, n° ISTC ih00357600.

Incunabula Short Title Catalogue, https://data.cerl.org/istc.

Johann Mesue, Opera medicinalia, Venise, pour Dionisio Bertocchi, 1484, n° ISTC im00514000.

Johannes Crastonus, Lexicon Graeco-latinum, Modène, Dionisio Bertocchi, 1499-1500, n° ISTC ic00961000.

Johannes Crastonus, Lexicon Graeco-latinum, Reggio Emilia, Dionisio Bertocchi et Marcantonio de’Bazalieri, 1497, n° ISTC ic00964000.

Johannes Crastonus, Lexicon Graeco-latinum, Vicence, Dionisio Bertocchi, 1483, n° ISTC ic00959000.

Niccolo Perotto, Rudimenta grammatices, Antonio Zarotto pour Giovanni Legnano, 1485, n° ISTC ip00320300.

Niccolo Tedeschi, Lectura super V libri Decretalium, Venise, Dionisio Bertocchi et Gabriele Medico, 1491-1493, n° ISTC ip00053000.

Pierre Lombard, Sententiarum libri IV, Venise, Annibale Fosio et associés, pour Francesco de Madi, 1486, n° ISTC ip00485000.

Pietro Paolo Vergerio, De ingenuis moribus, Brescia, Bonino Bonini, 1485, n° ISTC, iv00133600.

Richard de Middleton, Commentum super quarto libro Sententiarum Petri Lombardi, Venice, Dionisio Bertocchi, 1489, n° ISTC im00425000.

Roberto Valturio, De re military, Vérone, Bonino Bonini, 1483, n° ISTC iv00089000 et iv00090000.

Sorbelli – Tavoni 2004 = A. Sorbelli, M.G. Tavoni (éd.), Corpus chartarum Italie ad rem typographicam pertinentium ab arte inventa ad ann. MDL, Rome, 2004.

Thomas d’Aquin, Quaestiones de duodecim quodlibet, Venice, Annibale Fosio et Marino Saraceno pour Francesco de Madi, 1486, n° ISTC it00188000.

Tite Live, Historiae Romanae decades, Milan, Antonio Zarotto pour Giovanni Legnano, 1480, n° ISTC il00241000 

Virgile, Opera, Trévise, Pierre Maufer et Bartolomeo Confalonieri, 1482, n° ISTC iv00181000.


Études secondaires

Balsamo 1983 = L. Balsamo, Commercio librario attraverso Ferrara fra 1476 e 1481, dans La Bibliofilia, LXXXV, 1983, p. 277-298.

Bernardi – Verna 2001 = P. Bernardi, C. Verna, Travail et Moyen Âge : un renouveau historiographique, dans Cah. d’Histoire Rev. d’histoire Crit., 83, 2001, p. 27-46.

Böninger 2020 = L. Böninger, Da Vespasiano da Bisticci a Franz Renner e Bartolomeo Lupoto. Appunti sul commercio librario tra Venezia, la Toscana e Genova (ca. 1459-1487), dans C. Dondi (dir.), Printing r-evolution and society 1450-1500. Fifty years that changed Europe, Venise, 2020.

Boyer 2009 = R. Boyer, Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché, dans Ann. Hist. Sci. Soc., 64-3, 2009, p. 665-693.

Braunstein 1981 = P. Braunstein, Les Allemands et la naissance de l’imprimerie vénitienne, dans Rev. Détudes Ital., 27-4, 1981, p. 381-389.

Braunstein 2003 = P. Braunstein, Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, 2003.

Brumana 1991 = A. Brumana, Nota su Bonino Bonini, dans Comment. dell’Ateneo Brescia, CXC, 1991, p. 95-121.

Burt 1995 = R. Burt, Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur, dans Rev. Fr. Sociol., 36-4, 1995, p. 599-628.

Busi 1997 = G. Busi, Gershom Soncino a Venezia. Cronaca di una disillusione. L’Attività editoriale di Gershom Soncino, 1502-1527, Soncino, 1997, p. 13-29.

Canova 2005 = A. Canova, Nuovi documenti mantovani su Ambrogio da Calepio e sulla stampa del suo Dictionarium, dans M. Mencaroni Zoppetti, E. Gennaro (dir.), Società, cultura, luoghi al tempo di Ambrogio da Calepio, Bergame, 2005, p. 355-384.

Carocci 2014 = S. Carocci, Lo Stato pontificioLo Stato del Rinascimento in Italia 1350-1420, Rome, 2014, p. 69-85.

Cerutti 2012 = S. Cerutti, Étrangers : étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Montrouge, 2012.

Conto 1989 = A. Conto, La stampa a Treviso nel secolo XVI. Appunti per un catalogo, dans Atti E Mem. DellAteneo Treviso, 7, 1989, p. 137-166.

Conway 1999 = M. Conway, The « Diario » of the Printing Press of San Jacopo di Ripoli 1476-1484 : Commentary and Transcription, Florence, 1999.

Coq 1986 = D. Coq, Les « politiques éditoriales » des premiers imprimeurs parisiens et lyonnais (1470-1485), dans B. Dunn-Lardeau (dir.), Legenda aurea. Sept siècles de diffusion, Bellarmin, 1986, p. 171-181.

Coq 1987 = D. Coq, Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : publics et politiques éditoriales, dans Gutenberg-Jahrb., 62, 1987, p. 59-72.

Coquery – Menant – Weber 2006 = N. Coquery, F. Menant, F. Weber, Écrire, compter, mesurer : Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006.

Dalla Santa 1915 = G. Dalla Santa, Il tipografo dalmata Bonino de Boninis, “confidente” della reppublica di Venezia, decano della cattedrale di Treviso (ca. 1454-1528), dans Nuovo Arch. Veneto, 15-30, 1915, p. 174-205.

Dallai Belgrano 1989 = N. Dallai Belgrano, L’arte dei librari a Genova tra il 1450 ed il 1546, dans La Berio, 19-2, 1989, p. 5-46.

di Paola 1986 = P. di Paola, Dal Pozzo, Francesco, dans Dizionario biografico degli Italiani, 32, Rome, 1986.

Dondi 2020 = C. Dondi (dir.), Printing R-Evolution and Society 1450-1500. Fifty Years that Changed Europe, Venise, 2020, https://edizionicafoscari.unive.it/en/edizioni4/libri/978-88-6969-333-5/chaptersList

Dondi – Harris 2013 = C. Dondi, N. Harris, Best selling titles and Books of hours in a Venetian bookshop of the 1480’s: the Zornale of Francesco de Madiis, dans La Bibliofilia, 115-1, 2013, p. 63-82.

Dondi – Harris 2014 = C. Dondi, N. Harris, Exporting books from Milan to Venice in the fifteenth century: evidence from the Zornale of Francesco de’ Madiis, dans La Bibliofilia, 116, 2014, p. 121-148.

Epstein 2000 = S.R. Epstein, Freedom and growth: the rise of states and markets in Europe 1300-1700, Londres/New York, 2000.

Fattori 2004 = D. Fattori, Nuovi documenti sull’introduzione della stampa a Verona e sulla Compagnia di Giovanni da Colonia, dans La Bibliofilia, 106-2, 2004, p. 117-134.

Fazio 1992 = I. Fazio, Picola scala per capire i mercati, dans Meridiana, 14, 1992, p. 107-121.

Figliuolo 2013 = B. Figliuolo, I mercanti fiorentini e il loro spazio economico: un modello di organizzazione capitalistica, dans Arch. Stor. Ital., 171-4 (638), 2013, p. 639-664.

Franceschi – Molà 2014 = F. Franceschi, L. Molà, Stati regionali e sviluppo economico, Lo Stato del Rinascimento in Italia 1350-1420, Roma, 2014, p. 401-420.

Fulin 1882 = R. Fulin, Documenti per servire alla storia della tipografia veneziana, dans Arch. Veneto, 23, 1882, p. 84-212.

Godelier 1973 = M. Godelier, Horizon, trajets marxistes en anthropologie, Paris, 1973 (Bibliothèque d’anthropologie, 8).

Goldthwaite 2009 = R.A. Goldthwaite, The economy of Renaissance Florence, Baltimore, 2009.

Granovetter 1985 = M. Granovetter, Economic action and social structure: the problem of embeddedness, dans Am. J. Sociol., 91-3, 1985, p. 481-510.

Greif 1998 = A. Greif, Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge, dans Annales, 53-3, 1998, p. 597-633.

Greif 2006 = A. Greif, Institutions and the path to the modern economy: lessons from medieval trade, New York, 2006.

Grenier 1996 = J.-Y. Grenier, L’économie d’Ancien Régime : un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, 1996.

Grossetti 2008 = M. Grossetti, Réseaux sociaux et ressources de médiation dans l’activité économique, dans Sci. Société, 73, 2008, p. 83-105.

Guerreau 2001 = A. Guerreau, Avant le marché, les marchés : en Europe, XIIIe-XVIIIe siècle (note critique), dans Ann. Hist. Sci. Soc., 56-6, 2001, p. 1129-1175.

Jeggle 2014 = C. Jeggle, Interactions, networks, discourses and markets, commercial networks and European cities 1400-1800, 2014, p. 45-64.

Kikuchi 2014 = C. Kikuchi, La production incunable vénitienne et le milieu du livre : une approche quantitative et comparative, dans Gaz. Livre Médiév., 61, 2014, p. 36-54.

Kikuchi 2018a = C. Kikuchi, Concurrence et collaboration dans le monde du livre vénitien, 1469-début du XVIe siècle, dans Ann. Hist. Sci. Soc., 73-1, 2018, p. 185-212.

Kikuchi 2018b = C. Kikuchi, La Venise des livres, 1469-1530, Ceyzérieu, 2018.

Kikuchi à paraître = C. Kikuchi, Réglementer un nouveau métier ? L’imprimerie en Italie à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, dans C. Bourlet, R. Carvais, A. Sousa Melo, J. Petrowiste (dir.), Formes et typologie des réglementations des métiers, à paraître.

Knight 1921 = F.H. Knight, Risk, uncertainty and profit, Rochester, 1921.

Krugman 1991 = P. Krugman, Increasing returns and economic geography, dans J. Polit. Econ., 99-3, 1991, p. 483-499.

Lanaro 1999 = P. Lanaro, I mercati nella Repubblica Veneta: economie cittadine e stato territoriale (secoli XV-XVIII), Venise, 1999.

Lattanzio – Varanini 2018 = F. Lattanzio, G.M. Varanini (dir.), I centri minori italiani nel tardo Medioevo. Cambiamento sociale, crescita economica, Florence, 2018 (Collana di studi e ricerche. Centro di studi sulla civiltà del tardo Medioevo).

Lin 2001 = N. Lin, Social capital. A theory of social structure and action, Cambridge, 2001.

Lowry 1981 = M. Lowry, The social world of Nicholas Jenson and John of Cologne, dans La Bibliofilia, 83, 1981, p. 193-218.

Lowry 1988 = M. Lowry, Venetian capital, German technology and Renaissance culture in the late fifteenth century, dans Renaiss. Stud., 2, 1988, p. 1-13.

Lowry 1994 = M. Lowry, Cristoforo Valdarfer, tra politici veneziani e cortigiani estensi, dans A. Quondam (dir.), Il Libro a corte, Roma, 1994, p. 273-284.

Lozzi 1884 = C. Lozzi, Annali tipografici del Soncino compilati dal Conte G Manzoni, dans Il Bibliof., 5, 1884, p. 45-46.

Mainoni – Barile 2018 = P. Mainoni, N.L. Barile, Mercati sub-regionali e flussi di traffico nell’Italia bassomedievale, dans F. Lattanzio et G.-M. Varanini (dir.), I centri minori italiani nel tardo Medioevo. Cambiamento sociale, crescita economica, Florence, 2018 (Collana di studi e ricerche. Centro di studi sulla civiltà del tardo Medioevo), p. 81-112.

Margairaz – Minard 2006 = D. Margairaz, P. Minard, Le marché dans son histoire, dans Rev. Synthèse, 127, 2006, p. 241-252.

Mazzoldi 1973 = L. Mazzoldi, I primi librai bresciani, dans Comment. DellAteneo Brescia, 172, 1973, p. 29-44.

Menato – Carpanè 1992 = M. Menato, L. Carpanè, La tipografia nel Veneto (Venezia esclusa). Nota bibliografica, dans M. Santoro (dir.), La Stampa in Italia nel Cinquecento, Rome, 1992, p. 255-276.

Montecchi 2013 = G. Montecchi, Circolazione libraria e mobilità dei primi tipografi in area medio padana, dans M. Santoro, S. Segatori (dir.), Mobilità dei mestieri del libro tra Quattrocento e Seicento, Pise/Rome, 2013, p. 245-254.

Needham 1999 = P. Needham, Venetian Printers and Publishers in the Fifteenth Century, Anatomie bibliologiche, Florence, 1999, p. 157-200.

Nieto 2010 = P. Nieto, Cartographie de l’imprimerie au XVe siècle. Un exemple d’application de la base bibliographique ISTC à la recherche en histoire du livre, dans P. Aquilon, T. Claerr (dir.), Le Berceau du livre imprimé : autour des incunables, Turnhout, 2010, p. 329-357.

Noakes 1981 = S. Noakes, The development of the book market in late Quattrocento Italy : printers’ failure and the role of the middleman, dans J. Mediev. Renaiss. Stud., 11, 1981, p. 23-55.

Nova – Cinquepalmi 2012 = G. Nova, G. Cinquepalmi, Carta e cartai a Brescia, Brescia, 2012.

Nuovo 1998 = A. Nuovo, Il Commercio librario a Ferrara tra XV e XVI secolo: la bottega di Domenico Sivieri, Florence, 1998.

Nuovo 2003 = A. Nuovo, Il Commercio librario nell’Italia del Rinascimento, Milan, 2003.

Nuovo 2013 = A. Nuovo, The Book Trade in the Italian Renaissance, Leiden-Boston, 2013.

Nuovo 2014 = A. Nuovo, Da Trino a Venezia a Lione. Le imprese librarie dei mercanti trinesi, dans M. Balboni (dir.), Trino e l’arte tipografica nel XVI secolo: dal marchesato del Monferrato all’Europa al mondo, Novare, 2014, p. 137-146.

Nuovo 2017 = A. Nuovo, The price of books in Italy (XV-XVI centuries), dans I prezzi delle cose nell’età preindustriale, Florence, 2017, p. 107-128.

Nuovo – Coppens 2005 = A. Nuovo, C. Coppens, I Giolito e la stampa nell’Italia del XVI secolo, Genève, 2005.

Orléan 1987 = A. Orléan, Anticipations et conventions en situation d’incertitude, dans Cahiers d'économie politique, 13-1, 1987, p. 153-172.

Ornato 1997 = E. Ornato, Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval (XIIIe-XVe siècles). Quelques considérations générales, dans La Face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vue par Ezio Ornato, ses amis, ses collègues, Rome, 1997, p. 97-116.

Pasero 1928 = C. Pasero, Sguardo generale alle prime tipografie bresciane, dans La Bibliofilia, 30, 1928, p. 61-66.

Pettas 1973 = W.A. Pettas, The cost of printing a Florentine incunable, dans La Bibliofilia, 75, 1973, p. 67-86.

Pettas 2013 = W.A. Pettas, The Giunti of Florence: a Renaissance printing and publishing family a history of the Florentine firm and a catalogue of the editions, New Castle, 2013.

Predelli 1886 = R. Predelli, Contratto per la stampa di un libro, dans Arch. Veneto, 32-16, 1886, p. 190-192.

Programme d’observation du changement social 1986 = Programme d’observation du changement social, L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, Paris, 1986.

Retière 2003 = J.-N. Retière, Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, dans Politix, n° 63-3, 2003, p. 121-143.

Ricciardi 1986 = R. Ricciardi, Da Ponte, Ludovico, Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1986.

Rogledi Manni 1980 = T. Rogledi Manni, La tipografia a Milano nel XV secolo, Florence, 1980.

Ruzzier – Hermand – Ornato 2012 = C. Ruzzier, X. Hermand, E. Ornato, Les stratégies éditoriales à l’époque de l’incunable : le cas des anciens Pays-Bas, Turnhout, 2012.

Salzberg 2014 = R. Salzberg, Ephemeral city. Cheap print and urban culture in Renaissance Venice, Manchester, 2014.

Santoro – Segatori 2013 = M. Santoro, S. Segatori (dir.), Mobilità dei mestieri del libro tra Quattrocento e Seicento, Pise-Rome, 2013.

Signaroli 2009 = S. Signaroli, Maestri e tipografi a Brescia (1471-1519). L’impresa editoriale dei Britannici fra istituzioni civili e cultura umanistica nell’Occidente della Serenissima, Brescia, 2009.

Sorbelli – Tavoni 2004 = A. Sorbelli, M.G. Tavoni (éd.), Corpus chartarum Italie ad rem typographicam pertinentium ab arte inventa ad ann. MDL, Rome, 2004.

Squassina 2015 = E. Squassina, Privilegi librari nella Reppubblica di Venezia (1469-1545), Thèse de doctorat, Università degli Studi di Udine, Udine, 2015.

Tamani 1986 = G. Tamani, La tipografia ebraica a Brescia e a Barco nel sec. XV, dans E. Sandal (dir.), I Primordi della stampa a Brescia 1472-1511, Padoue, 1986, p. 61-80.

Tamani 1997 = G. Tamani (dir.), L’attività editoriale di Gershom Soncino, 1502-1527, Soncino, 1997 (Actes du congrès, Soncino, 17 septembre 1995).

Tomè 2017 = P. Tomè, Rolandello, Francesco, dans Dizionario biografico degli Italiani, 88, Rome, 2017.

Trovato 1998 = P. Trovato, Il libro in Toscana nell’età di Lorenzo, dans L’Ordine dei tipografi : lettori, stampatori, correttori tra Quattro e Cinquecento, Rome, 1998, p. 49-89.

Veneziani 1986 = P. Veneziani, La tipografia a Brescia nel XV secolo, Florence, 1986.

Walsby 2020 = M. Walsby, Les étapes du développement du marché du livre imprimé en France du XVe au début du XVIIe siècle, dans Rev. d'histoire mod. contemp., n° 67-3-3, 2020, p. 5-29.

White 1981 = H.C. White, Where Do Markets Come From?, dans Am. J. Sociol., 87-3, 1981, p. 517-547.

White – Godart – Corona 2008 = H.C. White, F. Godart, V. Corona, Produire en contexte d’incertitude. La construction des identités et des liens sociaux dans les marchés, dans Sci. Société, 73, 2008, p. 17-40.

Haut de page

Notes

1 Je remercie très sincèrement les relecteurs de cet article : les discussions avec Pierre Verschueren, Étienne Anheim, Jean-Yves Grenier ainsi que la lecture très précise des deux rapporteurs ou rapportrices ont permis d’approfondir cette étude, de préciser et d’amender les analyses présentées ici. Les insuffisances restent évidemment les miennes.

2 Les travaux menés par le projet 15c Booktrade et le colloque conclusif du projet : Dondi 2020.

3 En particulier les travaux menés par le projet EMoBookTrade sur la formation des prix aux XVIe et XVIIe siècle, en particulier Nuovo 2017 ainsi que les études menées actuellement par Renaud Milazzo. Voir sa communication « Les prix des livres à Lyon et Anvers au XVIe siècle : concurrence ou consensus », dans le cadre de la journée d’études Le monde économique et social du livre en Italie et en Europe. Un espace transnational européen ?, Rome, 28-29 mai 2019.

4 Walsby 2020.

5 En particulier les deux premiers chapitres dans Nuovo 2013.

6 Santoro – Segatori 2013. On se réfèrera en particulier à Montecchi 2013.

7 Jeggle 2014.

8 Margairaz – Minard 2006.

9 Bernardi – Verna 2001 ; Braunstein 2003.

10 Par exemple, le reçu de 1480 du libraire padouan Domenico Gillio pour des livres envoyés par Antonio Moreto, publié dans Fulin 1882, p. 395-401.

11 Pour l’espace qui nous occupe, on citera en particulier les privilèges accordés à Venise et Milan, le statut des libraires de Gènes en 1472 (édité dans Dallai Belgrano 1989) ou encore le statut des cartolai de Ferrare en 1473 (Nuovo 1998, p. 15).

12 On se situe donc dans une situation non pas de risque, calculable ou mesurable, mais d’incertitude face à une situation inconnue, telle que définie dans Orléan 1987 et avant lui par Knight 1921.

13 Grenier 1996, p. 148 Voir également sur la question de l’incertitude auxquels font face les producteurs sur un marché : White 1981 ; White – Godart – Corona 2008.

14 En particulier l’Incunabula Short Title Catalogue (ISTC) et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke (GW), tous deux en ligne ; le travail effectué pour l’ISTC peut être considéré comme recensant plus de 90% des éditions survivantes.

15 Les archives vénitiennes ont été largement mobilisées dans l’historiographie et ont été notamment abondamment dépouillées dans un travail précédent. Kikuchi 2018b.

16 Sorbelli – Tavoni 2004.

17 Je tiens à remercier ici d’une part les archivistes qui m’ont aidée lors de ces séjours en archives, mais également l’École française de Rome qui m’a donné les moyens de réaliser ce travail en archives durant l’année 2017-2018. Cette année m’a été extrêmement précieuse pour pouvoir entamer ce nouveau projet de recherche, en raison du temps que j’ai pu y consacrer et des conditions financières qui m’ont permis de passer plusieurs semaines en archives. La stabilité qui m’a été offerte à partir de 2018 par mon recrutement comme maîtresse de conférence à l’université de Versailles Saint-Quentin m’a permis de finaliser cet article sereinement, sans course à la publication, et ce malgré les conditions de travail profondément dégradées dans l’université française, dues à un manque criant de recrutement pérenne. On ne dira jamais assez combien ces circonstances matérielles pèsent sur l’avancée et le renouvellement de la recherche. Les bonnes conditions et les opportunités dont j’ai bénéficié ne devraient pas être réservées à une minorité mais offerte largement aux chercheurs et chercheuses, car ce sont elles qui permettent de réaliser des recherches de long terme pour le bénéfice de la collectivité.

18 La période incunable, allant des débuts de l’imprimerie européenne jusqu’à la fin de l’année 1500, reste une construction historiographique arbitraire. Cette périodisation bénéfice cependant d’un recensement d’éditions quasi-exhaustif (dans le cadre de l’ISTC), ce qui permet des analyses précises et bien plus difficiles pour la période suivant. Pour éclairer des phénomènes plus larges, nous effectuerons quelques incursions au tout début du XVIe siècle.

19 La fluctuation des règlementations dans la région a fait l’objet d’un travail précédent : voir Kikuchi à paraître.

20 Concernant l’attention à l’échelle réduite pour comprendre le fonctionnement historique des marchés, et notamment la question des médiateurs, formant un réseau de relations et d’échanges personnels, voir notamment Fazio 1992.

21 Notamment Ornato 1997.

22 Pour une mise au point récente sur le sujet, on se permet de renvoyer à la première partie de Kikuchi 2018a Sur les coûts et les délais de rentabilité, voir en particulier : Pettas 1973.

23 Canova 2005, p. 377-378, cité dans Nuovo 2013, p. 262.

24  Item quod Benedictus predictus debeat fideliter et arbitrio boni viri opus predictum vendere et vendi facere tam Bononie quam extra Bononiam, secundum pretium constituendum et imponendum per et inter ipsos sotios : Archivio di Stato di Bologna (ASBO), Archivio Notarile, b. 3, coll. 7/8, 22 mai 1499, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCCLVI. Benedetto semble avoir une activité de vente de livre, de relieur et d’imprimeur.

25 Rogledi Manni 1980 ; Squassina 2015.

26 Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCCXXXIII.

27 Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCCXCI, doc CCCXCII, entre autres.

28 Pour une mise au point sur le systèmes des privilèges, voir Nuovo – Coppens 2005, chapitre 4 « Il sistema dei privilegi librari nel XVI secolo ». Parmi les travaux récents, on citera en particulier Squassina 2015.

29 Braunstein 1981 ; Lowry 1981 ; Lowry 1988.

30 Notamment Lattanzio – Varanini 2018 et en particulier Mainoni – Barile 2018, ainsi que Figliuolo 2013.

31 Pour une mise au point sur ce cas, voir Nuovo 2013, p. 315-320. On se réfèrera en particulier à Conway 1999.

32 Noakes 1981.

33 Salzberg 2014.

34 Notamment Trovato 1998.

35 À titre de comparaison, voir Coq 1986 ; Coq 1987 ; Ruzzier – Hermand – Ornato 2012.

36 Trovato 1998, p. 82.

37 Kikuchi 2014.

38 Par exemple des heures à l’usage de Rome imprimées à Vérone en 1481 : ISTC ih00357600 (ce numéro fait référence à l’identifiant dans la base ISTC).

39 Par exemple un bréviaire bénédictin imprimé à Brescia en 1489 : ISTC ib01129400.

40 Par exemple l’ouvrage de Pietro Paolo Vergerio, De ingenuis moribus, imprimé à Brescia en 1485 : ISTC, iv00133600.

41 Par exemple un Esope moralisé imprimé à Brescia en 1489 : ISTC ia00127500.

42 En 1483 : ISTC iv00089000 et iv00090000.

43 Nuovo 2013 Voir également le travail récent de Lorenz Böninger qui a mis à jour le réseau commercial de l’imprimeur Franz Renner vers Florence, Lucques et Gènes : Böninger 2020.

44 Menato – Carpanè 1992, p. 256.

45 ASBO, Archivio Notarile, rogiti di Nicolo Beroladi, f. 16, 1a, n° 9, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc XLV.

46 di Paola 1986.

47 De la même façon, Paolo Veneziani fait l’hypothèse que le départ de Bernardo Misinta en 1492 de Brescia pour Crémone, sur le territoire milanais, avait pour but d’y ouvrir une filiale pour le compte des Britannico, la famille contrôlant en grande partie la production de livre à Brescia à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle : Veneziani 1986, p. 109.

48 Archivio di Stato di Brescia (ASBr), Not. Brescia, filz. 87, i ; voir Mazzoldi 1973, p. 32.

49 Nova – Cinquepalmi 2012, p. 14-15.

50 ASBO, Archivio Notarile, atti di Paolo Fronti, f 5, 7 février 1475, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc. L.

51 Cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc LXII.

52 Trévise comporte des imprimeurs d’origines très diverses, comme le sont d’ailleurs les imprimeurs vénitiens, dont seule une minorité est originaire de Vénétie. Brescia au contraire bénéficie d’un bassin local important : plusieurs d’imprimeurs sont originaires du district de Brescia, à l’image d’Angelo et Giacomo Britannico, originaires de Palazzolo, de Bartolomeo Zani originaire de Portese, de Battista da Farfengo originaire de Farfengo. Mais Brescia accueille également des Allemands (comme Georg von Butzbach), des Français (comme Stazio Gallo), ou des individus en provenance du duché milanais (comme Cesare da Parma). De la même manière, on trouve parmi les imprimeurs bolonais une assez grande variété d’Italiens originaires de Bologne (comme Matteo Crescentini ou Sigismondo de’Libri), de Reggio Emilia (comme Ugo Ruggeri ou Pasquino Fontanesi) ou de Vénétie (Francesco et Giacomo Ragazzoni), une part non négligeable d’« Allemands » au sens large, en provenance du sud des pays germaniques, de Flandre ou même de Hongrie.

53 Kikuchi à paraître.

54 Cette approche s’inscrit dans la lignée de celle adoptée par Philippe Nieto, en suivant un type de représentation un peu différent, sans présumer des routes de circulation effectives des imprimeurs, mais en tenant simplement compte des lieux d’activité différents. Les cartes qui suivent proposent d’étudier séparément les imprimeurs actifs dans telle ou telle ville, et les répartis spatialement, dans les autres villes d’exercice. Un même imprimeur peut donc être compté plusieurs fois s’il a plus d’un autre lieu d’activité connu. Par exemple, Dionisio Paravisini imprime à Milan, Côme et Crémone ; il sera donc compté à la fois parmi les imprimeurs actifs à Come et à Crémone dans la carte concernant les imprimeurs milanais.

55 Lanaro 1999, p. 36.

56 Carocci 2014, p. 83.

57 Balsamo 1983 ; Nuovo 1998.

58 Lanaro 1999.

59 Goldthwaite 2009, p. 116.

60 Par exemple le fait que Nicolas Jenson et son partenaire Peter Ugelheimer construisent un réseau dense en Toscane et que la famille Strozzi finance une édition de l’imprimeur vénitien : Nuovo 2003, p. 38 ; Nuovo 2013 ; ou encore le fait que Lucantonio Giunta émigre à Venise tout en conservant des liens avec l’entreprise libraire florentine dirigée par son frère (Pettas 2013).

61 Notamment Epstein 2000, p. 101 ; Franceschi – Molà 2014, p. 406.

62 Fattori 2004 Pietro Villa imprime sans doute à Brescia en société avec Georg d’Augsbourg : Montecchi 2013, p. 251 Pietro Villa était sans doute un prêtre originaire de Brescia, qui finance des éditions dans les premiers temps de l’imprimerie dans la ville, à partir de 1473 : Pasero 1928, p. 62.

63 Pro Magistro Paulo teutonicho, Paulo quondam Joannis de Alemanea stampatore librorum habitator Mantue : ASBr, Curia Pretoria, b. 18, Atti, 1474-1476, fol. 130r et 130v. 

64 Mazzoldi 1973, p. 31.

65 Nuovo 2003, p. 25‑26.

66 ASBO, Archivio Comunale, Ufficio delle bollette, Denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bologna, 30 août 1477, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc XCVI.

67 ASBO, Notarile, Stefano Bargellini, n° 61, 2 novembre 1481, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc CLXXV.

68 Montecchi 2013.

69 Sur le rôle crucial des intermédiaires, voir également la mise au point épistémologique dans Jeggle 2014.

70 Sur le marché du livre plus spécifiquement, voir Nuovo 2003, p. 277-280.

71 Abordant la question des logiques propres aux acteurs bien que souvent sur des objets différents, on renvoie à Coquery – Menant – Weber 2006, un volume dans lequel il s’agit d’instaurer un dialogue sur « les conditions sociales et intellectuelles de la mise en œuvre d’un calcul économique » (p. 12). Il s’agit de « comprendre les contraintes objectives, la façon dont elles sont perçues et le poids des règles intériorisées… pour resituer la cohérence du raisonnement explicitement tenu… ou l’absence d’un tel raisonnement » (p. 20).

72 Pour des exemples de recherche d’exemptions fiscales, voir Nuovo 2013, p. 266-267.

73 Marco Menato et Lorenzo Carpanè soulignent que les crises vénitiennes ont pu favoriser le développement de l’imprimerie en Terre Ferme : Menato – Carpanè 1992, p. 257.

74 Veneziani 1986.

75 C’est l’expression qu’utilise l’ambassadeur Gerardo Colla pour parler d’Antonio Planela dans sa lettre au duc de Milan : « uno homine da bene qual voria vener a star a Milano et fare de le libri a stampa », Archivio di Stato di Milano (ASMi), Carteggio Sforzesco, Potenze estere, Venezia, b. 356, 30 avril 1470.

76 Gerardo Colla écrit : « Lavea domandato che niuno li poteso veniri fin a X anni, lo consiglio si gravo a concederli tanto tempo, hora io lo conducto a quinque anni », ASMi, Carteggio Sforzesco, Potenze estere, Venezia, b. 356, 30 avril 1470.

77 Lowry 1994, p. 273.

78 Valdarfer imprime son premier livre à Milan en 1474 et continue à y imprimer jusqu’en 1488 ; Rogledi Manni 1980, p. 20.

79 Par exemple les Fables d’Ésope, imprimées à Reggio Emilia en 1497 : ISTC ia00104000 ; les œuvres poétiques de Catulle, Tibulle, Properce, Stace, imprimée à Vicence en 1481 : ISTC ic00323000.

80 Par exemple un Lexicon Graeco-latinum imprimé à Vicence en 1483, à Reggio Emilia en 1497 puis à Modèle en 1499-1500 : ISTC ic00959000, ic00964000, ic00961000.

81 Selon les travaux de la Nouvelle Économie Géographique et en particulier Krugman 1991, les activités économiques mobiles se regroupent quand les coûts de transport sont suffisamment bas.

82 Par exemple n° ISTC im00425000, im00514000, ip00053000.

83 ISTC ib00297250 et id00036300.

84 Par exemple ISTC ia00024000.

85 Par exemple Tite Live en 1480 : ISTC il00241000 ; les Elegantiolae d’Agostino Dati en 1481 : ISTC id00070200 ; les Rudimenta grammatices de Niccolo Perotto en 1485 : ISTC ip00320300.

86 Par exemple ISTC is00152000 et ia00190500.

87 Ce point mériterait d’être approfondi, notamment par l’étude des éditions et de leurs paratextes. L’utilisation de la base TEXT-inc sera pour cela particulièrement précieuse.

88 Lozzi 1884 ; Tamani 1997.

89 Tamani 1986.

90 Tamani 1986, p. 65.

91 Notamment ASBr, Curia Pretoria, b. 18, Atti, 1474-1476, fol. 19v et suivantes. Ces documents n’ont à notre connaissance pas encore été étudiés.

92 ASBr, Curia Pretoria, b. 20, Atti, 1476-1489, fol. 168r et suivantes, et fol. 270r. Ces documents n’ont à notre connaissance pas encore été étudiés.

93 Tamani 1986.

94 Busi 1997.

95 Cerutti 2012.

96 On pourrait comparer cette approche des choix économiques à celle proposée par Greif 1998. Dans son analyse, la recherche de la limitation du risque est plus importante que la maximisation du profit.

97 Voir notamment Orléan 1987, sur le fait que le risque est modélisable et calculable, tandis que l’incertitude ne l’est pas, ce qui nécessite la prise en compte des « conventions » pour comprendre les décisions économiques. Dans notre cas, les conventions régissant l’organisation du commerce du livre imprimé sont largement en construction durant ces premières décennies.

98 Il s’agit en ce sens de mécanismes plus fluides et moins exclusifs que ceux décrits pour les marchands Maghribi par Avner Greif dans Greif 1998, p. 611-619.

99 Voir les réflexions de Grenier 1996 ; Guerreau 2001 ; Godelier 1973. Voir également les nuances apportées par Robert Boyer à l’ouvrage de Greif 2006 dans Boyer 2009, p. 14.

100 Nieto 2010.

101 Retière 2003.

102 Programme d’observation du changement social 1986, cité dans Retière 2003, p. 123.

103 Dans ce cadre, nous entendons les réseaux sociaux à la fois comme des structures influençant les actions des acteurs, dans la lignée notamment des travaux de Granovetter 1985, et comme une construction par laquelle les acteurs peuvent accumuler des ressources sociales, qu’ils peuvent ensuite utiliser pour améliorer leur position, dans la lignée des travaux de Burt 1995 et Lin 2001. Les deux approches nous semblent ici complémentaires. Voir en particulier Grossetti 2008.

104 En particulier Veneziani 1986 ; Signaroli 2009.

105 On sait notamment qu’il est proche du riche médecin et collectionneur Tommaso Lamberti à Brescia : Brumana 1991, p. 106.

106 Notamment Archivio di Stato di Venezia (ASVE), Consiglio di dieci, Deliberazioni, Miste, Registri, b. 27, image 287, 16 juin 1497 : Bonino de boninis explorator nostro in Lugduno, ab quo habita fuerint toto hoc superiore tempore, et in dies habentur optima et fidelissima servitio, dari debeant et mandentur de present per cameram huius consilii ducati centum accipiendi. Les décisions des rétributions et récompenses accordées à l’imprimeur se poursuivent dans b. 27, image 399, 6 avril 1498 ; b. 28, image 103, 18 avril 1499 ; b. 28, image 165, 24 octobre 1499. Voir à ce sujet Dalla Santa 1915.

107 Cité dans Rogledi Manni 1980, p. 37.

108 « Magistro Lodovigo fo de ser Michel da Parma cartaro a Santo Bugole de Triviso, Anibal de ser Philippo da Fosio, et da Parma, al presente, stampador a Trevixo, Pelegrino de ser Batista de’ Pasquali de Bologna et stampador ut supra e magistro Bertholamio del quondam ser Zuan de’ Confaloneri da Salo stampador », Archivio di Stato di Tréviso (ASTV), Notarile 1a seria b. 269, 25 février 1482. Je tiens à remercier très chaleureusement Mathieu Scherman pour m’avoir transmis non seulement la référence mais également la transcription intégrale de cet acte.

109 « … che li instrumenti io Bertolamio ho comprati da m° Piero Franzioxo siano de la compagnia, la qual habia a pagar tutti insieme come io son ubligado a pagar come apar per instrumento. ».

110 Virgile, Opera, Trévise, Petrus Maufer et Bartholomaeus Confalonerius, 1482, n° ISTC iv00181000.

111 Voir la déclaration d’estimi de Francesco Rolandello de 1477 : « Item la mita per indiviso con la sorella de la mia doria ut Supra una posta de follo da carte in luogo dicto sancta maria pizola […] Tien quello Lodovigo da parma cartaro », ASTV, Estimi, b. 78, fasc. 1. Ce document à notre connaissance n’avait pas été étudié dans le cadre de travaux sur l’imprimerie. La famille Rolandello est originaire d’Allemagne, installée à Trévise depuis le début du XVe siècle. Francesco reçoit la couronne de « roi des poètes » des mains de l’empereur Frédéric III en 1468 ; il est chancelier de la commune de Trévise en 1471, devient précepteur des enfants du doge Andrea Vendramin en 1477. Il écrit de nombreux textes poétiques, mais également des ouvrages de grammaires : Tomè 2017. Il fait par ailleurs partie des premiers soutiens de l’imprimerie trévisane, avec son neveu l’humaniste Girolamo Bologni et d’autres lettrés qui collaborent à des éditions imprimées à Trévise entre 1470 et 1484 : Conto 1989, p. 138.

112 « Che io Bertholamio debia haver da la compagnia Virgili cum Servo 50 zoè cinquanta et questo per esser stado a Padoa et in altri logi fina questo zorno », ASTV, Notarile 1a seria b. 269, 25 février 1482.

113 Notamment Dondi – Harris 2013 ; Dondi – Harris 2014.

114 ASVE, Miscellanea, Atti diversi, b 151, 2 juillet 1486, cité dans Predelli 1886.

115 ISTC ip00485000.

116 ISTC it00188000.

117 ASVE, Giudici del Proprio, Testimoni, b. 5, fol. 55, 21 juin 1532. Ce document n’a à notre connaissance pas été étudié.

118 ASVE, Giudici del Proprio, Mobili, b. 2, fol. 75 et suivantes, 30 juillet 1529. Les plus de 800 volumes sont estimés par l’imprimeur Giovanni Tacuino (Joannes Tacuinus), Bartolomeo librarius, Jacomo librarius et Anibale librarius. Ce document n’a à notre connaissance pas été étudié.

119 Dionysius de Bertochis de Bononia librorum impressor, ASVE, Notarile, Testamenti, b. 734, n° 48, vers 1485. Quand une origine est mentionnée dans les colophons, c’est généralement celle-là qui est utilisée.

120 Dionisius de Regio, habitator ad presens in civitate Bononie, ASBO, Archivio Comunale, ufficio delle bollette, denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bologna, 27 juillet 1486, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCLXV. Les mêmes fluctuations se retrouvent dans les colophons de ses éditions. Ces mentions laissent d’ailleurs penser qu’il n’est pas citoyen de Bologne, contrairement à ce qui est mentionné dans Needham 1999.

121 Il est décrit comme librarius et stampator librorum forensis : ASBO, Archivio Comunale, ufficio delle bollette, denunzie di coloro che venivano ad abitare in Bologna, 11 octobre 1486, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc CCLXI.

122 ASBO, Archivio Notarile, b. 3, n° 387, 6 décembre 1487, cité dans Sorbelli – Tavoni 2004, doc. CCLXV.

123 ASVE, Collegio, Notatorio, reg. 14, image 139, 21 août 1492. Voir la transcription dans la base de données “Book Privileges in Venice”, http://emobooktrade.unimi.it/db/public/frontend/index, ID 109.

124 Nuovo 1998, p. 41.

125 ISTC ic00964000.

126 Ricciardi 1986.

127 Nuovo – Coppens 2005 ; Nuovo 2013 ; Nuovo 2014.

128 Kikuchi 2018a.

129 Veneziani 1986, p. 21.

130 ASBr, Archivio Communale, Polizze d’Estimo, b. 27A, 1534.

131 Mazzoldi 1973, p. 39.

132 Lanaro 1999, p. 80.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mobilité professionnelle des 235 imprimeurs actifs à Venise avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-1.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig 2 – Mobilité professionnelle des 98 imprimeurs actifs à Milan avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-2.png
Fichier image/png, 115k
Titre Fig. 3 – Mobilité professionnelle des 15 imprimeurs actifs à Trévise avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-3.png
Fichier image/png, 127k
Titre Fig. 4 – Mobilité professionnelle des 62 imprimeurs actifs à Bologne avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-4.png
Fichier image/png, 121k
Titre Fig. 5 – Mobilité professionnelle des 11 imprimeurs actifs à Ferrare avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-5.png
Fichier image/png, 378k
Titre Fig. 6 – Mobilité professionnelle des 25 imprimeurs actifs à Brescia avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-6.png
Fichier image/png, 119k
Titre Fig. 7 – Mobilité professionnelle des 33 imprimeurs actifs à Florence avant 1500
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/10489/img-7.png
Fichier image/png, 123k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rideau-Kikuchi, « La construction d’un marché d’imprimeurs », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 134-1 | 2022, 193-217.

Référence électronique

Catherine Rideau-Kikuchi, « La construction d’un marché d’imprimeurs », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 134-1 | 2022, mis en ligne le 21 juillet 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/10489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.10489

Haut de page

Auteur

Catherine Rideau-Kikuchi

Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay, laboratoire DYPAC - catherine.kikuchi@uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search