Navigation – Plan du site

AccueilNuméros135-1VariaL’écriture « en réseau »

Varia

L’écriture « en réseau »

Réflexions sur la fonction « socio-stylistique » de la correspondance de Sidoine Apollinaire
Luciana Furbetta
p. 171-189

Résumés

L’article se propose de réfléchir à la présence d’une conscience stylistique au sein de l’élite dans la société gauloise du Ve siècle apr. J.-C. à travers l’exemple de la correspondance de Sidoine Apollinaire. Les lettres proposées et analysées dans cette étude visent en particulier à montrer dans quelle mesure le style de Sidoine et de ses correspondants peut être considéré comme le résultat, l’expression et le vecteur même d’une forme de construction et de représentation sociopolitique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ces pages reprennent avec une mise à jour le contenu de l’intervention présentée et discutée lors de l’atelier « L’écriture latine en réseaux / Scritture latine in rete. Les réseaux socio-stylistiques en transition : de l’Antiquité tardive à l’époque ottonienne », organisé par Anna Bellettini, Fulvio Delle Donne, Monique Goullet, Benoît Grévin et Clémence Revest à l’École française de Rome les 21 et 22 mai 2015. Je remercie Annick Stoehr-Monjou pour sa relecture et ses suggestions.

Texte intégral

  • 1 Cette formulation renvoie aux dynamiques d’un réseau qui, par sa nature, met en communication et ra (...)

1Dans cette contribution, nous réfléchirons sur la présence d’une conscience stylistique au sein de l’élite dans la société gauloise du Ve siècle apr. J.-C. à travers l’exemple de la correspondance de Sidoine Apollinaire. Notre étude vise surtout à montrer dans quel mesure le style de cet auteur et de ses correspondants peut être considéré comme le résultat, l’expression et le vecteur même d’une forme de construction et de représentation sociopolitique1. Dans ce cadre, les textes ici évoqués permettent de saisir la création d’un échange épistolaire miroir d’un modus stylistique distinctif et partagé, qui à son tour devient un modèle à suivre, chargé d’une valeur non seulement esthétique, mais surtout politique et culturelle.

  • 2 Loyen 1943, chap. VII-VIII, a résumé par cette formule tous les traits et reprises tirés de la Bibl (...)
  • 3 Gualandri 1979 (voir surtout p. 77), 2020.
  • 4 Nous suivons le modèle proposé par Banniard 1992a et 2020 afin d’étudier les procédés de communicat (...)

2Afin d’introduire la réflexion sur les caractéristiques et la fonction de l’écriture d’après Sidoine et ses sodales, on peut évoquer les mots d’André Loyen, qui, dans son étude Sidoine Apollinaire et l’esprit précieux en Gaule aux derniers jours de l’Empire, avait envisagé un mélange d’alexandrinisme (caractérisé par la préciosité, l’étalage d’habilité et le lusus), d’asianisme, d’une préciosité issue de la formation scolaire de l’époque, ainsi que d’une sensibilité à « l’orientalisme biblique2 ». Le style de Sidoine apparaît donc à la fois tortueux et alambiqué : un « patchwork » rassemblant les particularités de divers genres stylistiques. En ce qui concerne son opus épistolaire, la difficulté de définir le style des lettres d’une manière spécifique a été soulignée par Isabella Gualandri, qui pour sa part a mis en lumière sa structure très raffinée tissée de reprises textuelles, qui montrent une inclination à amplifier l’élaboration littéraire propre à la prose d’art3. On ne peut trouver chez Sidoine de véritable réflexion théorique, ni de définitions précises des genres littéraires, mais plutôt une exploitation et une amplification de procédés rhétoriques, d’images et de clichés en guise de summa modelée d’après la tradition littéraire. Il faut donc se demander si l’on peut envisager une « question » ainsi qu’une « conscience4 » linguistique et stylistique chez Sidoine et quelles sont les traces et les indices dans son ouvrage – s’il y en a – des exigences et de la survie d’une communauté aristocratique en termes de communication « concrète », réelle (pas seulement fictive).

Sidoine, l’échange épistolaire « en réseau » et la recherche d’un style partagé

Sidoine maître de style et ses sodales

  • 5 Cette définition remonte notamment à Roberts 1989, auquel on renverra pour la description des trait (...)
  • 6 Ennode de Pavie, Lettres, II, 11, 3 (éd. Gioanni) nous donne une définition éclairante : quondam sc (...)
  • 7 Furbetta 2013 et 2016.
  • 8 L’importance des correspondances dans l’étude des dynamiques et des comportements sociaux a été mis (...)

3Les lettres (comme le recueil des carmina) de Sidoine sont le miroir du haut niveau de formation littéraire qu’il a reçue et montrent souvent les traits distinctifs du jeweled style, caractérisé par une préciosité marquée, la poikilia, ainsi que par la création d’un code de communication crypté et sophistiqué5. Cependant leur valeur n’est pas limitée à l’étalage d’habilité ou aux jeux littéraires entre amis, car ces lettres sont le témoignage et, en même temps, le modèle, d’une « socio-stylistique ». L’écriture épistolaire se fait lieu de mémoire et de conservation de la latinité et de sa survie dans les cercles aristocratiques, lesquels font du beau style un moyen de distinction sociale, un titre de noblesse, un fondement d’identité6. Dans ce cadre, la lettre acquiert une double dimension pour sa fonction pratique, concrète, en tant que moyen d’échanger des informations et pour sa valeur littéraire en tant que lettre d’art. La publication du recueil épistolaire – reflet soit du sermo absentium et d’otium litteratum, soit d’échanges sur des questions pratiques7 – permet en fait une plus large diffusion et contribue à la création d’un « monument » de l’éclat de la latinité visant à la continuité culturelle avec le passé8.

  • 9 Son fils Apollinaris (cf. Sidoine Apollinaire, Lettres, III, 13 ; IV, 6), sa femme Papianilla (cf. (...)
  • 10 Cf. les epistulae IV, 16 ; V, 15 ; VIII, 10 de Sidoine, en réponse aux missives que lui envoya Ruri (...)
  • 11 À ce propos, il suffit de citer l’exemple de Faustus de Riez, destinataire des lettres I, 1 et I, 2 (...)
  • 12 Ruricius de Limoges, Lettres, II, 26 ; 27 et 41.
  • 13 Mathisen 1999, 2014.
  • 14 Dans ce contexte, la lettre devient un lieu d’échange soit sur des questions pratiques, soit sur de (...)

4En ce qui concerne la circulation privée des lettres et les caractéristiques du milieu de l’auteur, l’œuvre épistolaire de Sidoine témoigne de l’existence d’un échange avec des membres de sa famille9, ainsi qu’avec ses amis, en particulier Constantius (destinataire et censor du Ier et du VIIe livre), Firminus (destinataire et censor du IXe livre), Faustus de Riez (cf. epist. IX, 3 et 9 de Sidoine) et Ruricius de Limoges. Ce dernier est au cœur d’échanges très intenses avec Sidoine10 mais aussi avec des sodales liés à d’autres réseaux, en contact entre eux11. De plus, il est destinataire et correspondant d’Apollinaris, le fils de Sidoine12. La simple observation des « dossiers » qui sont au cœur de ces recueils épistolaires13 permet de saisir les dynamiques d’échange et de circulation des textes et d’étudier la création parallèle et la superposition de micro-réseaux au sein d’un même milieu, où les liens de famille et les rapports d’amitié sont souvent entremêlés en fonction aussi du statut, des tâches et d’intérêts politiques14.

  • 15 Callu 2001, p. 284.
  • 16 Sur la centralité de la figure d’Apollinaris et les lettres qui lui sont adressées, cf. Mascoli 201 (...)
  • 17 Apollinaris est vraisemblablement un cousin d’Alcimus Avitus (cf. Hecquet-Noti 2005) et il est le d (...)
  • 18 Pietri – Heijmans 2013, p. 1634-1649 ; Settipani 1991.

5L’écriture épistolaire contribue ainsi à la création d’une mémoire familiale et sociale par le biais des thèmes et contenus échangés. L’éloge des capacités littéraires et l’attention aux questions de style sont au cœur du procédé d’élaboration d’un code de communication spécifique. Ils contribuent à la formation d’un élitisme culturel. La recherche, la création et la conscience d’un « communautarisme linguistique15 » et stylistique constitue au niveau idéologique et culturel une sorte de macro-réseau. La rencontre de cette double perspective de l’échange épistolaire est incarnée tout d’abord par Sidoine puis par son fils Apollinaris16, qui joue un rôle clef dans la construction et la survie de la mémoire et de l’exemplarité de Sidoine comme maître de style et qui est au cœur des contacts entre le cercle des Aviti (étant correspondant et ami d’Avit de Vienne)17 et celui de Ruricius, lié à la gens Anicii18. Ruricius et Avit considèrent Apollinaris comme le seul capable de déchiffrer, interpréter et transmettre les écrits du père, car il a lui-même été formé à sa doctrine. Les lettres qui lui sont adressées concernent toutes les caractéristiques du style de Sidoine, que Ruricius et Avit essayent de comprendre à fond pour l’intérioriser et l’utiliser. Ces échanges témoignent d’une réflexion sur le style de l’évêque de Clermont, sur la beauté de la forma du discours et leur fonction réelle à l’intérieur du cercle même de l’auteur. Un exemple très clair est la lettre 26 du deuxième livre de la correspondance de Ruricius, qui demande à Apollinaris de devenir son maître et de lui expliquer la disciplina affectatae artis de Sidoine dans un texte (qu’il ne mentionne pas) qu’il ne peut comprendre à cause de l’obscuritas dictorum :

2. Sollium enim nostrum domnum patremque communem, quem transcribendum sublimitati vestrae dedisse me dixeram, legendum recepi. Cuius lectio sicut mihi antiquum restaurat affectum, ita prae obscuritate dictorum non accendit ingenium, quamlibet ipsum post tam longi temporis spatium caritatis igniculum scintillis suis inter oblivionis favillas utcumque relucentem, nonnumquam et suspiriosis flatibus excitemus, et interdum dulcibus nobis fletibus irrigemus, quo tamen ille imbre perfusus, quanto magis inficitur, tanto magis incenditur, quia per lacrimarum copiam desideriorum atque affectuum crescit flamma, non deficit.

3. Hunc ergo, si Dominus piae definitioni vestrae tribuetur fautor, effectum vobis praesentibus percensere festino et effici discipulus de magistro, quia non me pudet etiam in hac aetate nec piget discipuli arripere industriam, dummodo affectatae artis consequar disciplinam. Prius enim quilibet debet discere quam docere, quia praepropere doctoris usurpat supercilium, nisi discipuli susceperit ante famulatum.

  • 19 « 2. J’ai en effet reçu à lire un ouvrage de notre Monseigneur et père commun Sollius, un ouvrage q (...)

4. Quid enim iustius quam ut ipse sis paterni interpres eloquii, qui universa quae ille conscripsit non tam de codicis membrana quam de cordis potes pagina proferre ? Cuius vos esse filios non solum generositate prosapiae, verum etiam et eloquentiae flore, et omni virtutum genere comprobatis, quae bona vobis non tam doctrina contulit, quam natura, quia rivus de fonte prorumpens licet fluendo proficiat et plenitudinem currendo conquirat, auctori tamen unde sumit vocabulum, debet et meritum. Quem si divina clementia usque ad hoc tempus superesse voluisset, sicut iam tum de vestra imitatione laetabatur, ita nunc de perfectione gauderet, cum spem ad rem cerneret pervenisse, nec sibi invideret aequalem, quem optaverat esse meliorem19.

  • 20 Pour un commentaire de la lettre on renverra à Neri 2009, p. 328-331.
  • 21 Sur cette lettre, les rapports entre Avit et Apollinaris et l’importance de Sidoine comme modèle da (...)
  • 22 Voir le témoignage de Grégoire de Tours à propos des lettres de Ferreolus d’Uzès : Libri historioru (...)
  • 23 À ce sujet Gioanni 2001 et 2003.
  • 24 Gualandri 1979, chap. 2.
  • 25 Le contenu des missives – même s’il est parfois simplement centré sur l’échange des salutations et (...)
  • 26 La complexité de la langue et de la construction syntaxique utilisées ainsi que l’opacité des lettr (...)
  • 27 Pour le rôle central de l’exercice littéraire comme composante d’une forme élitiste d’otium, voir L (...)

6Apollinaris peut déchiffrer la dictio paternelle parce qu’il a les mêmes formation, sensibilité, habileté et capacité que Sidoine, et parce qu’il a pu apprécier le style de son père. Ruricius exprime cette conviction avec des mots qui renvoient à la définition topique de l’eloquentia ; on reconnaît dans ce texte le flos eloquentiae, l’abondance assimilée au fleuve (cf. § 3), et surtout l’obscuritas qui se concrétise dans la structure de la phrase et les choix lexicaux, ainsi que dans le sens caché de l’ensemble. Dans ce passage affleure l’admiration de Ruricius, qui admet avoir besoin d’être encore éduqué à la compréhension des écrits de Sidoine20. On peut rapprocher cette lettre des louanges de Sidoine et de son fils par Avit de Vienne. Ce dernier met en valeur les capacités d’Apollinaris soit dans les missives qu’il lui a adressées, soit dans la lettre 43 Peiper ( = 39 Malaspina – Reydellet) dont l’évêque Euphrasius est le destinataire et qui porte porte sur l’œuvre poétique d’Avit qui doit être jugée par Apollinaris. La lettre montre dans le même temps la deminutio topique de son ouvrage et l’évocation de la facundia de Sidoine à laquelle Apollinaris est bien habitué (si autem post flumina fontium paternorum, ut potius reor, paupertatem venae tenuissimo rore manantem abiecerit, sine verecundia mea suaque impietate sufficiet me reprehensionis suae censuram hinc tantummodo intellexisse, si taceat)21. Les exemples des lettres de Ruricius et d’Avit nous éclairent sur l’existence d’une conscience de partager un style parfois crypté, ainsi que sur la réflexion sur le style à utiliser et sur sa fonction dans la communication d’un message. L’affirmation d’un mos Sidonianus22 passe ainsi par une réflexion collective lancée par les hommes les plus liés à la figure de l’évêque. Ainsi, le choix du style devient une opération élitiste, ancrée dans les goûts et les exigences des derniers grands cercles gallo-romains. Cela se concrétise dans un choix social avec la création d’une forme de « socio-stylistique ». Le vecteur en est la « langue de pourpre » – dont l’exemple le plus probant sera plus tard la correspondance d’Ennode de Pavie23 – langue propre à la lettre d’art et qui constitue un monument de la romanité. Que le message porte sur des questions politiques liées aux rapports avec les barbares, sur les devoirs de la charge épiscopale et sur les questions propres à l’Église, il est donc souvent véhiculé par le labor limae et le filtre de la littérature24. Si les lettres sont souvent modelées sur les auctoritates du genre épistolaire (Pline le Jeune surtout et Symmaque, cf. infra) dont l’imitation est bien identifiable par le public, le texte maintient toujours sa fonction pratique visant à informer sur le quotidien. L’étalage d’habilité littéraire et la préciosité – les deux caractéristiques de l’échange des vers et des écrits entre érudits – ne sont pas l’expression d’une « déconcrétisation » du message25, d’un simple divertissement, ou le signe d’une correspondance fictive, mais ils font partie d’un nouveau code de communication, qui privilégie la préciosité et l’obscuritas au lieu de la perspicuitas26. La valeur de l’amitié épistolaire est au cœur de l’échange des lettres, mais, d’après Sidoine (à la suite de Symmaque, cf. infra), elle acquiert les traits de l’amitié aristocratique et littéraire, nourrie des études et des plaisanteries érudites. Elle s’enracine soit dans l’exercice poétique (qui naît de l’otium entre savants27), soit dans les louanges de la capacité littéraire et poétique des amis destinataires.

La centralité de l’écriture

  • 28 À ce propos on peut rappeler qu’au-delà des reprises ou d’échos dans les lettres de Ruricius, d’Avi (...)

7Les échanges continus et croisés montrent en fait la centralité de l’écriture dans la construction d’un réseau qui s’identifie avec (et grâce à) un même code de communication. Un code modelé sur l’antique pompa sermonis revitalisée, dont la correspondance de Sidoine est le modèle le plus important pour la forma, le contenu et la fonction concrète de la lettre, en tant que moyen de communication efficace (et non uniquement fictive). L’imitatio du style de Sidoine et de sa manière de composer est justifiée par sa perfection esthétique28, mais surtout par la valeur socio-politique que la lettre revêt au sein de son entourage et, plus généralement, des élites. La correspondance de Sidoine s’impose comme modèle de style et ses épigones s’interrogent sur le code stylistique qu’il a utilisé afin de le comprendre et l’imiter. Tout cela témoigne d’une conscience stylistique et de la recherche d’un style ; d’un style qui doit avoir une spécificité au niveau linguistique et narratif et qui ne peut pas être simplement un mélange ou une somme de la tradition littéraire ancienne.

  • 29 Banniard 1992b (surtout p. 422). Sur les choix linguistiques et stylistiques dans les lettres de Si (...)

8D’ailleurs, la réflexion sur le style et sur l’importance de la langue et de la culture latines pour construire l’identité d’une élite apparaît à plusieurs reprises au cœur des lettres de Sidoine, lequel fait souvent allusion à l’existence d’une variété de styles issus des tendances esthétiques de différentes écoles. Derrière les louanges adressées à ses sodales, et au-delà des clichés littéraires exploités dans les lettres, on peut tracer, comme fil rouge, une réflexion cohérente. Michel Banniard29 a souligné que Sidoine n’est pas le seul à relancer la « cause des belles-lettres », car dans les épîtres ne manquent pas les références aux ouvrages de ses correspondants, les louanges de la culture de ses amis, ainsi que la conscience que la langue latine littéraire d’apparat et de haut niveau est le moyen d’autoreprésentation de tout un réseau qui fonde sa propre identité et sa distinction sociale sur l’étalage du beau style et sur la maîtrise d’un langage caractérisé par la préciosité du lexique et de la syntaxe. Si l’on parcourt la correspondance, on constate que les goûts littéraires partagés et une même formation scolaire sont les fondements les plus forts du soutien entre pairs. Sidoine en personne explicite cette idée dans la première lettre du quatrième livre :

1. Soror mihi quae uxor tibi : hinc inter nos summa et principalis necessitudo, et ea quidem patruelis, non germana fraternitas, quae plerumque se purius fortius, meracius amat. Nam facultatum inter germanos prius lite sopita iam qui nascuntur ex fratribus nihil invicem controversantur, et hinc saepe caritas in patruelibus maior, quia desistit simultas a divisione nec cessat affectus a semine. Secundus nobis animorum nexus accessit de studiorum parilitate, quia idem sentimus, culpamus, laudamus in litteris et aeque nobis quaelibet dictio placet improbaturque. […]

  • 30 « 1. Ta femme est ma cousine germaine ; de là entre nous les liens d’une affection très grande et t (...)

5. Igitur quia nos ut affinitas, ita studia iunxerunt, precor, quoquo loci es, amicitiae iura inconcussa custodias longumque tibi etsi sede absumus, adsimus affectu ; cuius intemeratae partes, quantum spectat ad nos, a nobis in aevum, si quod est vitae reliquum, perennabuntur30.

9À cette lettre fait pendant par exemple la lettre IV, 17 (adressée au comte Arbogast) :

  • 31 Sur l’usage et la valeur de barbarbarismus chez Sidoine : Condorelli 2001.
  • 32 « 1. Votre ami Eminentius m’a apporté, Monseigneur, la lettre que vous avez vous-même dictée, une l (...)

1. Eminentius amicus tuus, domine maior, obtulit mihi quas ipse dictasti litteras litteratas et gratiae trifariam renidentis cultu refertas. Quarum utique virtutum caritas prima est, quae te coegit in nobis vel peregrinis vel iam latere cupientibus humilia dignari ; tum verecundia, cuius instinctu dum inmerito trepidas, merito praedicaris ; tertia urbanitas, qua te ineptire facetissime allegas et Quirinalis impletus fonte facundiae potor Mosellae Tiberim ructas, sic barbarorum familiaris, quod tamen nescius barbarismorum31, par ducibus antiquis lingua manuque, sed quorum dextera solebat non stilum minus tractare quam gladium32.

  • 33 Pour l’usage de ces deux définitions, cf. supra n. 1.
  • 34 Sur la présence, la description et les rapports politiques et idéologiques avec les barbares dans l (...)
  • 35 Par exemple dans la lettre VIII, 2, à Johannes, l’un des derniers défenseurs de la culture, part. § (...)

10L’importance sociopolitique de l’amitié littéraire est liée à sa fonction de soutien de la « propagande » en faveur de la valeur politique et culturelle de l’élite et de sa survie, et à la défense de la pureté de la langue, vecteur d’identité latine. Dans ce cadre, la superposition milieux/réseaux33 vise souvent à s’opposer à la dégradation de toute la société, en vue de la préservation de l’usage correct des compétences langagières. On en a un exemple dans la lettre V, 5 adressée à Syagrius, qui, Burgundionum Solon, a appris la langue germanique (cf. § 1-2) en mettant ses compétences au service de la cause de barbares (cf. § 2-3). Dans ce cas spécifique, le reproche de Sidoine (masqué derrière des félicitations très ironiques) est entièrement centré sur le choix de Syagrius, qui consacre son talent à la collaboration avec les Burgondes. L’équivalence noblesse-romanité-belles-lettres est explicite et la lettre, par sa publication, acquiert les traits d’une prise de distance « publique » de la part de Sidoine à l’égard de ceux qui, comme Syagrius, sont forcés par les événements à collaborer avec les barbares. Dans la lettre, après les louanges du style, le discours aboutit à l’extériorisation du point de vue politique/idéologique de l’auteur34. Le résultat le plus évident de cette équivalence est le suivant : style et dignité sociale équivalent à la recherche de la pureté de la langue, marque de distinction, de supériorité et moyen d’autoreprésentation. La maîtrise de la langue et sa perfection sont les reflets nécessaires d’une excellence morale et sociale : de fait, Sidoine souligne souvent l’engagement de ses amis dans la défense de la langue latine et de la romanité35. Michel Banniard a étudié l’occurrence de la crainte de la perte du beau latin exprimée dans les lettres et les passages textuels où la recherche et l’exploitation de la purpura, de la pompa sermonis et du beau style comme expressions de l’identité culturelle du réseau sont les plus évidentes. Sidoine est très clair sur ce point, en particulier dans sa lettre II, 10. La lettre est datée (selon la chronologie établie par André Loyen) autour de 469-470 et adressée à Hesperius, ancien collègue d’études. Sidoine lui envoie les vers qu’il a composés pour la cathédrale de Lyon (bâtie par l’évêque Patiens). Dans le texte, on retrouve l’idée de l’amitié fondée sur la même formation, sur l’amour pour les belles-lettres, sur l’image de la robigo qui doit être éliminée pour préserver l’elegantia opposée au manque de culture et aux barbarismes langagiers :

  • 36 L’image revient en guise de Ringkomposition à la fin même de la lettre, au § 6, igitur incumbe, neq (...)
  • 37 « 1. Ce que j’aime en toi, c’est que tu aimes les lettres et, en toutes occasions, je m’efforce d’h (...)

1. Amo in te quod litteras amas et usquequaque praeconiis cumulatissimis excolere contendo tantae diligentiae generositatem, per quam nobis non solum initia tua verum etiam studia nostra commendas. Nam cum videmus in huiusmodi disciplinam iuniorum ingenia succrescere, propter quam nos quoque subduximus ferulae manum, copiosissimum fructum nostri laboris adipiscimur. Illud appone, quod tantum increbruit multitudo desidiosorum36 ut, nisi vel paucissimi quique meram linguae Latiaris proprietatem de trivialium barbarismorum robigine vindicaveritis, eam brevi abolitam defleamus interemptamque : sic omnes nobilium sermonum purpurae per incuriam vulgi decolorabuntur37.

  • 38 Banniard 1992, p. 415-416.
  • 39 Un réseau dont le « centre » est évidemment Sidoine pour son statut et sa valeur politique (en tant (...)
  • 40 Ruricius de Limoges, Lettres, I, 3, 3. Ita et tenerorum adhuc acies sensuum ignorantiae nubilo, qua (...)
  • 41 Ibid., § 1, Recepi apices unianimitatis tuae, tam gratia quam eloquentia, tam amore pariter quam le (...)
  • 42 Ibid., § 1, Accepi per Paterninum paginam vestram, quae plus melliis an salis habeat incertum est. (...)
  • 43 Sicuti in ieiuno atque otioso caespite magis strenuitas cultoris apparet, cum aut rebellionem gleba (...)
  • 44 Sidoine Apollinaire, Lettres, VIII, 10, 2. Nam moris est eloquentibus viris ingeniorum facultatem n (...)

11Dans ce paragraphe, au-delà de la crainte et du reproche de perdre la pureté de la langue dans l’usage quotidien38, on trouve aussi une déclaration qui n’est pas dépourvue de valeur « théorique ». Le verbe decoloro ne présente pas d’autres occurrences similaires et semble s’opposer à l’idée de « la couleur de la langue » : c’est une image qui renvoie aux colores rhetorici en faisant allusion par antithèse à l’incuria du choix lexical, qui ternit et altère la langue. Toute la première partie de la lettre est donc bien calibrée en fonction d’une réflexion qui touche le destinataire : un grammairien et rhéteur de Clermont, l’un des défenseurs de la langue et de la culture, que Sidoine loue aussi dans son epista IV, 22 comme vir magnificus, gemma amicorum litterarumque. Hesperius est l’un des hommes de culture lettrés, qui font partie du réseau39 ; il est en contact avec la famille de Ruricius en tant que grammairien, maître d’un fils de l’évêque de Limoges, et il est le destinataire des lettres I, 3 ; 4 et 5, dans lesquelles Ruricius tisse un éloge du style d’Hesperius en reprenant largement des passages des lettres de Sidoine. La lettre I, 3 de Ruricius montre en effet des emprunts aux images contenues dans l’epistula II, 10 de Sidoine40, tandis que l’incipit de la lettre I, 441 de Ruricius rappelle celui de l’epistula IV, 16 de Sidoine42 et le § 2 rappelle l’epistula VIII, 10 de Sidoine43 : à savoir deux missives que Ruricius reçoit de la part de Sidoine44.

L’amitié littéraire et les louanges du style

  • 45 Amherdt 2001, p. 95-96.
  • 46 Sidoine compose une épitaphe (voir la lettre IV, 11) pour Claudianus Mamertus, dans laquelle on ret (...)
  • 47 Amherdt 2001, p. 96, a de plus mis en valeur comment, avec la publication de la lettre de Claudien, (...)
  • 48 Ibid., § 1, nec Frontonianae gravitatis, aut ponderis Apuleiani fulmen aequiperem, cui Varrones, ve (...)
  • 49 Pour un commentaire de la lettre : Amherdt 2001, p. 107-165.
  • 50 Neri 2011a, p. 18-22.
  • 51 Sidoine Apollinaire, Lettres, IX, 3, 5, in vobis tropologicum genus ac figuratum limatisque plurifa (...)
  • 52 Sur l’ouvrage qui n’est pas mentionné par Sidoine, Neri 2011b.

12Les louanges du style des amis, disséminées dans les lettres de Sidoine et de ses sodales, témoignent aussi de la persistance de plusieurs courants stylistiques et portent plus explicitement une réflexion stylistique collective d’ensemble, sans aboutir à une véritable théorisation. Le style fleuri – marque distinctive de l’élite – dont la prose de Sidoine est le modèle indéniable entre souvent en contact avec une tendance archaïsante et érudite. Le micro-dossier (cf. les lettres IV, 2 et 3) inséré dans le quatrième livre de Sidoine montre la combinaison de plusieurs clichés qui sont exploités ailleurs par l’auteur : à savoir l’éloge du style et de l’ouvrage du correspondant, la variété et la somme des savoirs qu’il maîtrise, l’exemplarité du destinataire pour tout le réseau intellectuel. Ce dernier est engagé, à son tour, dans la diffusion du souvenir des mérites littéraires de ses membres, comme le mettent en évidence les lettres évoquant la circulation des livres et des ouvrages à l’intérieur de ces cercles. La lettre que l’évêque de Clermont reçoit de la part de Claudianus Mamertus (lettre IV, 2) est le seul texte inclus dans le recueil qui n’a pas été composé par Sidoine. David Amherdt a bien souligné l’importance de l’opération littéraire représentée par ce choix lors de la publication du recueil45, alors que cet ami est déjà décédé46. Avec l’éloge de l’ouvrage De statu animae (dont il est le dédicataire) et du talent littéraire de Claudianus Mamertus, Sidoine fait de ce dernier un modèle à suivre pour le style, la défense de la culture et la compétence encyclopédique47. Le style de Claudianus Mamertus est décrit par Sidoine dans sa réponse (voir la lettre IV, 3), où il loue la prose archaïsante de son ami, qui dépasse les modèles de Fronton, d’Apulée, de Varron et de Pline le Jeune48. Le choix d’une prose archaïsante se concrétise dans la formule nova ibi verba, quia vetusta, quibusque conlatus merito etiam antiquarum litterarum stilus antiquaretur (ibid., § 3). Toutefois, le style de Claudianus Mamertus n’est pas dépourvu de préciosité et d’harmonie, qui ressortent du mélange de continuata maturitas et de gravitas ainsi que de la dulcedo. La richesse de l’ensemble correspond à une simplicité de la forme (cf. ibid., § 4) et la difficulté du contenu est éclairée par le declamatione conspicuum (cf. ibid., § 2)49. Un éloge du De statu animae est aussi présent dans la lettre V, 2, où Sidoine demande à Nymphidius de lui rendre le livre qu’il lui avait prêté pour en faire une transcription (cf., ibid. § 2), car l’ouvrage de Claudianus Mamertus est au cœur d’échanges entre amis du même réseau. Ceux-ci partagent non seulement les mêmes goûts et tendances esthétiques, mais aussi un intérêt pour la philosophie et, évidemment, pour la querelle théologique sur l’incorporéité ou la corporéité de l’âme née entre Claudianus Mamertus et Faustus de Riez. Les écrits et le style de Faustus sont de même au cœur de la réflexion de Sidoine, qui lui adresse les epistulae IX, 3 et 9. Ces lettres montrent des caractéristiques très proches de celles de l’epistula IV, 3 : la medietas qui caractérise le style de Faustus50 et que la critique a considérée comme éloignée de la pompa des lettres de Sidoine et de Ruricius, est définie par l’évêque de Clermont dans le § 5 de l’epist. IX, 3 comme un style métaphorique et figuré, remarquable pour son lexique élégant et varié51. Sidoine déclare retenir le style de Faustus comme modèle et poursuit en énumérant les qualités de ses prédications (ibid.). À cette lettre fait pendant l’epistula IX, 9, dans laquelle Sidoine introduit un long éloge d’un ouvrage de Faustus52 et met l’emphase sur la multiplicité des aspects de l’ouvrage, qui se concrétisent dans un art du dosage des tons et des images exploitées en vue de la présentation des sujets traités. Ces louanges du style de Faustus sont concentrées dans le § 10 de la lettre :

legimus opus operosissimum, multiplex, acre, sublime, digestum titulis exemplisque congestum, bipertitum sub dialogi schemate, sub causarum themate quadripertitum. Scripseras autem plurima ardenter, plura pompose ; simpliciter ista nec rustice ; argute illa nec callide ; gravia mature, profunda sollicite, dubia constanter, argumentosa disputatorie, quaedam severe, quaepiam blande, cuncta moraliter lecte, potenter eloquentissime.

  • 53 L’adjectif le plus rare est plurifarius, lequel a la même signification que multiplex et multifariu (...)
  • 54 Itaque per tanta te genera narrandi toto latissimae dictationis campo secutus nil in facundia ceter (...)

13Le terme clef dans ce paragraphe est multiplex, qui fait écho à plurifarius53, utilisé par Sidoine dans la lettre IX, 3, 5 (cet adjectif fait toujours référence à l’ouvrage de Faustus, cf. supra) et à multifarius, utilisé dans la lettre IV, 3, 4 pour connoter les caractéristiques du De statu animae de Claudianus Mamertus. Tous ces adjectifs à valeur technique servent à souligner en même temps l’élaboration de la structure et de la forme des écrits et la multiplicité des images et du sermo déployés. Le style métaphorique de Faustus rassemble dans sa diversité toutes les caractéristiques des genera dicendi et constitue aux yeux de Sidoine un unicum qui dépasse par sa perfection tous les styles (ainsi Sidoine dans la lettre IX, 9, 11)54.

  • 55 Sidoine Apollinaire, Lettres, IV, 16 et VIII, 10. Dans cette dernière lettre, Sidoine loue le style (...)
  • 56 Pontius Leontius est un ami cher à Sidoine : dans son carm. 22, il loue le burgus de Pontius situé (...)

14À côté de ces exemples, on trouve aussi des témoignages d’une tendance plus large à user d’un style pinguis et fleuri que Sidoine partage avec d’autres lettrés, comme Ruricius55 et Lampridius. Ce dernier faisait partie du cercle des lettrés du milieu bordelais, auquel appartenait aussi Pontius Leontius, ami et hôte de Sidoine56. Lampridius composa par exemple litteras plenas nectaris, florum, margaritarum (cf. Sidoine Apollinaire, Lettres, VIII, 9, 1) et il est apprécié pour sa poikilia et sa versatilité : les vertus louées le sont d’une manière très proche de celle utilisée pour tisser l’éloge de Claudianus Mamertus et de Faustus de Riez. En particulier, Lampridius maîtrise toutes les formes littéraires, pratiquées en suivant d’une manière étroite les règles et les caractéristiques de chaque genre, cf. Sidoine Apollinaire, Lettres, VIII, 11, 6 :

  • 57 « Ajoutons à cela que, selon les exigences de l’ouvrage qu’il avait entrepris, il savait nuancer l’ (...)

huc, ut arreptum suaserat opus, ethicam dictionem pro personae, temporis, loci qualitate variabat, idque non verbis qualibuscumque, sed grandibus, pulchris, elucubratis. In materia controversiali fortis et lacertosus ; in satirica sollicitus et mordax ; in tragica saevuus et flebilis ; in comica urbanus multiformisque ; in fescennina vernans verbis […]57.

15Les termes et les images plus ou moins standardisés, utilisés pour définir et décrire la grandeur culturelle et littéraire de tous ces membres du réseau de Sidoine, visent à souligner, au niveau stylistique, la poikilia, le principe d’adaptabilité des tons aux contenus différents et la somme des savoirs maîtrisés par ces derniers représentants et défenseurs de la culture latine. Dans les lettres de Sidoine, l’amplificatio des louanges topiques des amis complète l’autre composante qui caractérise et nourrit l’amitié littéraire : à savoir la fama obtenue grâce à l’approbation des sodales qui partagent – au-delà des différentiations individuelles – le goût pour un style précieux. La conscience de refléter à travers son style les goûts de ses pairs et de les traduire dans l’écriture en les perpétuant est presque toujours présente ; Sidoine l’explicite, par exemple, dans sa lettre VIII, 16, 5 :

  • 58 « Il me suffit que mon style plaise à mes amis. Dans ceux-ci cependant je comprends deux catégories (...)

dictio mea, quod mihi sufficit, placet amicis. In quibus tamen utrumque complector, sive non fallunt examine seu caritate falluntur, deumque, quod restat, in posterum quaeso, ut secuturi aut fallantur similiter aut censeant58.

Sidoine : style et « conscience » du style

  • 59 Sidoine peut bien être classé parmi les auteurs considérés par Paolo Cugusi comme : « epistolografi (...)
  • 60 Sur le lexique et les images utilisés : Santelia 2000.

16Les textes que nous avons rappelés témoignent de la présence d’une réflexion sur le style commun aux lettrés du milieu de Sidoine et d’une forme de « conscience » linguistique. Le style et l’autoreprésentation identitaire et culturelle sont au cœur des rapports sociaux, et on peut se demander si l’affirmation de cette conscience du style fut créée et « promue » par Sidoine en personne en suivant un projet/parcours littéraire et culturel partagé par ses sodales, ou si elle fut le résultat (à un niveau formel) d’un courant esthétique reposant sur la prestigieuse formation scolaire gallo-romaine des élites. À ce sujet, dans la correspondance de Sidoine émergent des indices utiles pour éclairer sa conception de l’écriture épistolaire et du rôle qui lui revient. En effet, il fait plusieurs fois référence à sa manière de composer59 ainsi qu’aux procédés de révision et de publication de ses écrits60.

Sidoine et sa réflexion sur le style

17La lettre I, 1 est un exemple éclairant de la capacité de Sidoine à introduire en filigrane dans le texte une réflexion théorique sur le style, qu’il combine soit avec les clichés génériques imposés par l’urbanitas entre lettrés et par les officia « imposés » par le code de la religio amicitiae, soit à l’explicitation de la valeur de l’écriture comme exhibition, expression et « voix » de son cercle littéraire et amical :

Sidonius Constantio suo salutem.

1. Diu praecipis, domine maior, summa suadendi auctoritate, sicuti es in his quae deliberabuntur consiliosissimus, ut, si quae mihi litterae paulo politiores varia occasione fluxerint, prout eas causa, persona, tempus elicuit, omnes retractatis exemplaribus enucleatisque uno volumine includam, Quinti Symmachi rotunditatem, Gai Plinii disciplinam maturitatemque vestigiis praesumptuosis insecuturus.

  • 61 « Sidoine à son cher Constantius. 1. Depuis longtemps vous me pressez, Monseigneur – avec la plus g (...)

2. Nam de Marco Tullio silere melius puto, quem in stilo epistulari nec Iulius Titianus sub nominibus inlustrium feminarum digna similitudine expressit ; propter quod illum ceteri quique Frontonianorum utpote consectaneum aemulati, cur veternosum dicendi genus imitaretur, oratorum simiam nuncupaverunt. Quibus omnibus ego immane dictu est quantum semper iudicio meo cesserim quantumque servandam singulis pronuntiaverim temporum suorum meritorumque praerogativam61.

18La déclaration des modèles suivis par Sidoine nous permet de saisir le fil du parcours stylistique indiqué par l’auteur à son public. Tout d’abord, Sidoine semble indiquer les caractéristiques empruntées à ses auctores, il privilégie la structure et l’ordre confiés au livre et donc à l’ouvrage épistolaire en tant qu’unité (comme Pline le Jeune) et le style adopté s’inspire des lettres de Symmaque, de Cicéron et de Fronton. La série des noms des auctores évoqués ne suit donc pas un ordre chronologique, mais reflète plutôt un ordre d’importance. Sidoine précise que ses lettres sont composées varia occasione et distinguées par leur sujet. Le rapprochement avec le modèle plinien – apprécié et suivi pour sa disciplina et sa maturitas – sert à souligner soit la stratégie adoptée au niveau de la structure, de la sélection et de l’élaboration des lettres choisies et publiées, soit le rôle actif de son entourage. Ce dernier est dans le même temps sujet et objet des lettres : c’est l’approbation des sodales qui encourage et justifie la publication même de la correspondance en tant qu’expression vivante d’éclat culturel. Pour tous ces aspects, le rapprochement avec le modèle plinien est d’autant plus évident si on songe à la première lettre du recueil, cf. Pline le Jeune, Lettres, I, 1 :

1. Frequenter hortatus es, ut epistulas, si quas paulo curatius scripsissem, colligerem publicaremque. Collegi non servato temporis ordine (neque enim historiam componebam), sed ut quaeque in manus venerat.

  • 62 « 1. Souvent tu m’as engagé à réunir les lettres que j’aurais écrites avec un peu plus de soin et à (...)

2. Superest ut nec te consilii nec me paeniteat obsequii. Ita enim fiet ut eas quae adhuc neglectae iacent requiram et si quas addidero non supprimam62.

  • 63 Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 18 ; VIII, 1 et 16 ; IX, 1. Pour le commentaire de la lettre I, (...)

19La citation presque ad verbum de Pline est un choix qui caractérise les lettres programmatiques de Sidoine63 et souligne l’image de l’auteur discipulus Plinii, bien explicitée par Sidoine même dans sa lettre IV, 22 :

2. Res quidem digna quam tu iuberes sed non minus digna quam faceres. Namque et antiquitus, cum Gaius Cornelius Gaio Secundo paria suasisset, ipse postmodum quod iniunxit arripuit, idque ab exemplo nunc me melius aggredieris, quia et ego Plinio ut discipulus assurgo et tu vetusto genere narrandi iure Cornelium antevenis, qui saeculo nostro si revivisceret teque qualis in litteris et quantus habeare conspicaretur, modo verius Tacitus esset.

3. Itaque tu molem thematis missi recte capessis, cui praeter eloquentiam singularem scientiae ingentis magna opportunitas. Cotidie namque per potentissimi consilia regis, totius sollicitus orbis, pariter eius negotia et iura, foedera et bella, loca, spatia, merita cognoscis. Unde quis iustius sese ad ista succinxerit, quam ille, quem constat gentium motus, legationum varietates, facta ducum, pacta regnantum, tota denique publicarum rerum secreta didicisse, quique praestanti positus in culmine non necesse habet vel supprimere verum vel concinnare mendacium ?

  • 64 « 2. L’entreprise certes mérite que tu prennes la peine de faire des suggestions, mais elle ne méri (...)

5. Praecipue gloriam nobis parvam ab historia petere fixum, quia per homines clericalis officii temerarie nostra, iactanter aliena, praeterita infructuose, praesentia semiplene, turpiter falsa, periculose vera dicuntur64.

  • 65 Cugusi 1990. Sur l’épître de Sidoine, voir aussi Condorelli 2003, pour le commentaire de la lettre (...)

20Dans cette lettre (adressée à Léon et datée de 476-477), Sidoine déclare ne pas vouloir s’adonner à l’écriture de l’Histoire. Il en n’a pas la capacité, ni la force, car seulement celui qui est proche des puissants peut avoir une réelle connaissance des événements, peut les comprendre à fond et donc les raconter sans s’exposer aux critiques. Au-delà de la question politique et diplomatique qui contraint Sidoine, après l’invasion d’Euric, à s’abstenir de tout engagement comme historien, l’auteur introduit dans la lettre une double comparaison entre soi-même et Pline le Jeune, entre son destinataire Léon et Tacite, qui à son tour représente le vetus genus narrandi. Cette recusatio a été analysée par Paolo Cugusi qui a montré l’exploitation de la part de Sidoine de Cicéron, Lettres ad familiares, V, 12 et de Pline le Jeune, Lettres, V, 8 en soulignant la superposition des loci des deux hypotextes, qui sont exploités ailleurs par Sidoine65. La reprise de la lettre V, 8 de Pline joue également à notre avis un rôle clef dans le cadre de la réflexion sur le style menée par Sidoine. Dans cette lettre, Pline donne une définition du style oratoire et de l’histoire en soulignant la distinction entre les deux genres ; cette distinction touche l’écriture épistolaire même, car Pline affirme dans le cadre programmatique de sa lettre I, 1 (cf. supra) qu’il n’a pas donné un ordre chronologique à ses lettres, ni à ses livres : neque enim historiam componebam. Entre l’art oratoire et l’historiographie, il y a multa communia, mais si toutes les deux visent à la narratio, le style oratoire, au contraire de l’historiographie, nécessite ossa, musculi, nervi et elle est ancrée dans le quotidien :

9. Quid, si huic oneri novum accesserit ? Habet quidem oratio et historia multa communia, sed plura diversa in his ipsis, quae communia videntur. Narrat illa, narrat haec, sed aliter : huic pleraque humilia et sordida et ex medio petita, illi omnia recondita, splendida, excelsa conveniunt.

10. Hanc saepius ossa, musculi, nervi, illam tori quidam et quasi iubae decent ; haec vel maxime vi, amaritudine, instantia, illa tractu et suavitate atque etiam dulcedine placet ; postremo alia verba, alius sonus, alia constructio.

  • 66 Pline le Jeune, Lettres, V, 8, 9-11 : « 9. Qu’en sera-t-il si à ce fardeau vient s’en ajouter un au (...)

11. Nam plurimum refert, ut Thucydides ait, ktêma sit an ἀγώνισµα : quorum alterum oratio, alterum historia est. His ex causis non adducor ut duo dissimilia et hoc ipso diversa quod maxima, confundam misceamque, ne tanta quasi colluvione turbatus ibi faciam quod hic debeo ; ideoque interim veniam, ut ne a meis verbis recedam, advocandi peto66.

  • 67 Par exemple Cicéron, L’orateur, 9, 31 ; 20, 66 et 69 ; Quintilien, Institution oratoire, X, 1, 31-3 (...)
  • 68 Cugusi 1983, p. 207-239. À cet égard Sidoine est un « héritier » de Pline le Jeune, car il développ (...)
  • 69 Ibid., p. 218-219.
  • 70 Cela a été démontré surtout par Gibson 2013a, 2013b.
  • 71 Maturitas en particulier est un mot utilisé par Cicéron pour indiquer la perfection de l’ars dicend (...)

21Cette distinction stylistique se traduit par un dosage différent dans le lexique utilisé, la structure de la phrase et, plus généralement dans l’elocutio. Le fait que les caractéristiques de l’historiographie soient attribuées aux styles épistolaire et oratoire et vice versa, en les entremêlant, est au cœur d’autres lettres pliniennes, où l’auteur rappelle des motifs déjà exploités par Cicéron et Quintilien67. La recusatio de Sidoine a donc ses racines dans une réflexion qui porte sur la distinction des genres et sur le statut propre de la lettre en tant qu’ouvrage littéraire. Cette distinction remonte à Cicéron, le modèle par excellence (comme d’ailleurs Sidoine le déclare dans son sa lettre I, 1) et à Pline le Jeune ; elle s’enrichit d’éléments nouveaux, de réflexions éparses dans le tissu des textes du recueil sans une réelle théorisation68. Le lien entre cette affirmation de Pline dans sa lettre V, 8 (renvoyant à l’art oratoire) et le genre épistolaire apparaît clairement dans la lettre VII, 9, 8 : volo epistulam diligentius scribas, nam saepe in oratione quoque non historica modo, sed prope poetica descriptionum necessitas incidit, et pressus sermo, purusque ex epistulis petitur. La lettre est donc un moyen utile d’apprendre le sermo pressus et purus : un sermo Latinus qui peut être utilisé dans l’art oratoire. Le genre épistolaire n’a pas une réelle autonomie, mais il est vu en fonction d’autres genres et, dans ce cas spécifique, en fonction de l’acquisition d’une maîtrise et de l’exhibition d’un sermo élégant et poli69. La perception des limites entre style oratoire et historiographie, ainsi que l’utilité et le rôle de l’écriture épistolaire au sein des domaines de l’art oratoire « convergent » chez Pline le Jeune dans l’utilisation d’une sorte de style spécifique destiné à l’écriture épistolaire, qui ne prévoit pas les sujets et les tons de la narration historique. Sidoine pour sa part semble relire les déclarations de Pline en parsemant ses lettres de réflexions sur l’objet et la fonction de la missive ; dans ce cadre, l’actualité historique devient plusieurs fois le sujet et l’objet de ses écrits, mais toujours en vue de l’information et de la transmission du message, sans trop étendre la narration. À ce propos, Sidoine revient sur la nécessité de respecter la brevitas (par exemple la lettre VI, 11, 2), de conclure la lettre sans mélanger les tons (voir l’epistula IX, 16, 4), de s’adapter au statut du destinataire en respectant le πρέπον et l’urbanitas ; il reprend aussi l’idée que la prose épistolaire est caractérisée par une dictio mascula peu incline à la mollitia de la poésie et du lusus (cf. les lettres VIII, 16, 2 ; IX, 13, 2, v. 19). Les lettres de Pline le Jeune semblent donc un modèle non seulement pour la structure des livres de la correspondance de Sidoine70, mais aussi pour l’idée de la lettre en soi, pour ses caractéristiques en tant que genre et pour son statut littéraire. Dans ce sens, Sidoine suit la disciplina et la maturitas du modèle plinien comme un discipulus71, même si la lettre revêt chez lui une fonction centrale en tant que moyen de communiquer avec ses sodales sur des sujets variés, au premier rang desquels l’actualité.

Usage « social » de la lettre et dosage du style

  • 72 Sur l’importance de la lettre de recommandation au niveau pratique/politique, l’usage et l’élaborat (...)
  • 73 Voir Shanzer 2001.
  • 74 Pour une vue d’ensemble sur la correspondance de Symmaque, voir Callu 1972 (cf. l’introduction et, (...)
  • 75 À ce sujet, voir les analyses proposées dans les études de Condorelli 2015 et Fascione 2019b, 2020.
  • 76 Garzya 1985 et supra n. 25.
  • 77 Furbetta 2013, 2016.

22Si Sidoine se montre discipulus de Pline avant tout pour le genre épistolaire, par les parallèles thématiques et les similarités de tons et de sujets, Symmaque s’avère être l’auctor le plus important pour la fonction et l’usage « social » de la lettre, ainsi que pour le style adopté dans son épistolaire. Sidoine mentionne ce modèle dans son epistula I, 1 juste après Pline. Les lettres de Symmaque reflètent la centralité de l’échange épistolaire ; chez lui, la lettre est un moyen d’affirmer l’appartenance à un cercle aristocratique héritier de la Romanitas, d’exprimer sa solidarité envers les membres du Sénat (qui demeure à la tête du pouvoir administratif), de s’identifier comme élément d’un milieu porteur de valeurs et d’intérêts communs. Dans ce sens, mutatis mutandis, l’idée et la fonction de la communication épistolaire chez Symmaque rassemblent et, en même temps, amplifient les caractéristiques de la correspondance de Pline le Jeune. À travers la recommandation, par exemple, les boni peuvent se reconnaître en exprimant leurs intérêts et leur auctoritas grâce à l’intégration de leur protégés aux beneficia partagés72. À travers l’échange des faveurs, des cadeaux, ainsi que des plaisanteries, l’ordo entretient les contacts et perpétue l’entraide en répondant aux conventions sociales, au πρέπον et à l’urbanitas73. L’élite affirme et perpétue ainsi sa supériorité, sa cohésion et impose sa présence active dans la vie politique et administrative, en faisant de l’écriture épistolaire un moyen de communication propre à exprimer ses valeurs et ses nécessités : l’exercice du beau style dévient une marque et un étalage de supériorité intellectuelle et morale. La valeur – même au niveau idéologique – de la correspondance de Symmaque dépasse largement la « construction littéraire » exploitée dans les livres de Pline le Jeune et devient un modèle qui s’affirme dans les cercles érudits74. L’influence de l’exemple de Symmaque dans les lettres de Sidoine75 peut donc être saisie à un niveau plus profond par rapport aux échos et reprises de Pline et elle est bien ancrée, d’un côté dans toutes les expressions de l’amitié littéraire entre lettrés, de l’autre dans l’usage de la missive pour échanger entre collègues évêques faveurs et recommandations. Ce dernier aspect occupe chez Sidoine beaucoup plus de place : d’après son ouvrage, la « déconcrétisation » (qui caractérise globalement la correspondance tardo-antique en Orient comme en Occident76) coexiste avec l’exploitation d’un échange épistolaire concret, miroir de l’actualité politique, diplomatique et sociale77.

  • 78 Fortunatianus, Ars rhetorica, III, 10-12. La définition de rotundus (et rotunditas) appliquée au st (...)
  • 79 Aulu-Gelle, Les Nuits antiques, XVII, 20, 4 ; XVI, 1, 1 (il renvoie à Musonius) : audiebamus et, qu (...)
  • 80 Par exemple, d’après Aulu-Gelle, pour renvoyer au style de Cicéron (cf. Gell. N. A. I, 4, 4).
  • 81 Prudence, Contre Symmaque, I, 632-637 : O linguam miro verborum fonte fluentem / Romani decus eloqu (...)
  • 82 Symmaque, Lettres, I, 32 = Ausone, Lettres, 12 Green. La lettre est composée par Ausone qui loue le (...)
  • 83 L’utilisation des clausules dans la prose de Symmaque a été étudiée par Havet 1892 (cf. aussi Badal (...)

23Toutefois, dans sa lettre I, 1, Sidoine ne porte à l’attention de son public l’importance de Symmaque que comme modèle de style par la rotunditas qui le caractérise et que Sidoine recherche. Ce terme de la tradition rhétorique apparaît par exemple dans l’ars rhetorica de Fortunatianus pour définir l’aptum, la structure et la musicalité, l’harmonie des parties du discours. Le mot fait référence au rythme de la structure de la phrase en opposition à la tortuosité ou à l’excès78. La rotunditas qui caractérise en général les laudationes, les vituperationes ainsi que l’oratoire judiciaire n’empêche pas la brevitas79 ; elle est aussi souvent combinée à la gravitas, au plaisir qui dérive de la sententia bien structurée et elle est attribuée à l’agmen orationis80. Ces caractéristiques se retrouvent dans la prose de Symmaque, qui était fort appréciée notamment pour sa brevitas, la richesse de ses sententiae fleuries, la fluidité du rythme, le mouvement poétique, comme en témoignent les louanges de Prudence – qui rappelle sa fluiditas81 –et d’Ausone82. Ce dernier souligne la poikilia de sa prose et son caractère adaptable, la richesse de son style fleuri et les sophisticae Isocratis conclusiones. Cette définition fait allusion à la fluidité des périodes et des phrases des textes d’Isocrate, et vraisemblablement aux clausules rythmées qui y sont exploitées et qui caractérisaient la prose de Symmaque83. Le mot rotunditas choisi par Sidoine semble donc résumer finement la complexité stylistique du modèle en faisant écho à la réflexion théorique ancienne.

  • 84 Haverling 1990.
  • 85 Goldlust 2010, p. 385, définit le genus pingue et floridum comme « retractatio macrobienne du genus (...)
  • 86 Macrobe, Saturnalia, V, 1, 13 : Sed haec quidem inter se separata sunt. Vis autem videre quem ad mo (...)
  • 87 Galand-Hallyn 1994, p. 383.
  • 88 Roberts 1989, p. 122-147, part. p. 125-132.
  • 89 Sur l’importance de la réflexion macrobienne sur les genera dicendi dans les Saturnalia pour la poé (...)
  • 90 On peut souligner qu’une autre composante est la présence des archaïsmes épars dans les textes de S (...)
  • 91 Sur l’importance de toute la théorisation grecque et latine sur le style et les genres littéraires (...)

24Dans ce sens, la définition du style de Symmaque permet de dévoiler – au fil de l’intertextualité – une réflexion cachée dans la section programmatique de la lettre I, 1 grâce à la mémoire en filigrane de Macrobe, Saturnalia, V, 1, 7 : copiosum in quo Cicerone dominatur, breve in quo Sallustius regnat, siccum quod Frontoni adscribitur, pingue et floridum in quo Plinius Secundus quondam et nunc nullo veterum minor noster Symmachus luxuriatur. Sed apud unum Maronem haec quattuor genera reperies. Ici, Symmaque et Pline le Jeune sont mentionnés en lien avec la distinction des genera dicendi et leurs caractéristiques. Gerd Haverling a noté que floridum est utilisé normalement comme synonyme de medium et que la signification de pinguis peut être éclairée par Saturnalia, V, 1, 15 (ecce dicendi genus nusquam alibi deprehendes, in quo nec praeceps brevitas nec infrunita copia, nec ieiunia siccitas nec laetitia pinguis), où Macrobe cite Virgile, Géorgiques, 1, 84-93 comme exemple du mélange harmonieux des styles84. L’adjectif laetus, combiné à pinguis, souligne la beauté ; d’après Macrobe, le genus pingue et floridum ressemble donc au genus medium traditionnel, qui produit une impression de fertilité sans excès de richesse85. Selon Macrobe, le style adopté par Pline le Jeune et surtout par Symmaque s’inscrit dans ce contexte : un style dont les caractéristiques font partie du pulcherrimum temperamentum réalisé par Virgile86. Le temperamentum – dont parle aussi Augustin, La doctrine chrétienne, IV, 12, 27 – est un trait spécifique « englobant », un bon « dosage », une expression de l’art de la nuance : « d’une élocution plus souple, et apte à reproduire précisément les niveaux les plus infimes de la pensée, du sentiment et de l’imagination dans leur infinie diversité, dans leur poikilia87 ». Le temperamentum macrobien, au lieu d’indiquer un autre style, semble plutôt spécifier et individualiser les virtutes – dans ce cas spécifique la poikilia – du style pinguis et floridus, qui est un enrichissement du genus medium. Ce dernier avait gagné progressivement en autonomie en devenant le style doux et fleuri, utilisé dans le cadre du genus demonstrativum – d’ailleurs suspect à Augustin88. Sur cette base théorique, le dosage qui caractérise les vers de Virgile est le nouveau paradigme stylistique indiqué par Macrobe, dont un exemple concret d’application est précisément la prose de Symmaque, qui suit lui-même les traces de Pline le Jeune89. La déclaration de Sidoine semble donc s’inscrire de manière « programmatique » dans une réflexion qui fait écho au texte des Saturnalia et où Symmaque devient l’exemple à suivre pour la poikilia et le mélange entre prose et poésie90, entre des tons et des formes propres aux vers de Virgile. L’application systématique par Pline le Jeune des procédés rhétoriques de la lettre d’art, combinée à la varietas et à la prose métrique de Symmaque, sont ainsi les jalons de l’enrichissement du genus medium : le genus pingue et floridum, dont la qualité principale était le temperamentum, trait distinctif de l’esthétique tardo-antique, trouve dans la formulation macrobienne une sorte de summa « théorique91 » et une application à l’exemple de Symmaque (pour la prose en général) et à la suite de ce dernier chez Sidoine. Toutefois, si pour Macrobe le style est encore un choix personnel de l’auteur, considéré comme la part individuelle de l’écriture, en revanche, chez Sidoine il devient expression et vecteur d’une construction sociopolitique, un code stylistique partagé, dont l’usage fait partie d’une véritable stratégie de distinction sociale. Ce code stylistique se caractérise par la préciosité de la langue et se concrétise dans un mode de communication restrictif, exclusif aux personnes et lettrés capables de lire ces épîtres et de décoder entièrement leur sens et le message qu’elles véhiculent.

  • 92 Sur cette question et sur les indices épars dans les lettres de Sidoine qui documentent les étapes (...)

25Les belles-lettres permettent la survie de l’amitié, reflet de la caritas entre sodales, dans une conversion chrétienne de la fonction et de l’échange épistolaire. Une forme d’amitié qui devient elle-même construction sociale, âme et vecteur d’une intégration dans des cercles plus ou moins étendus qu’unissent buts et fonctions communs et qui donnent naissance à une culture de réseaux : ce milieu fait de la lettre un moyen utile consacré à son autoprésentation et son autoreprésentation, à travers lequel il est possible de réfléchir sur le style et de le définir afin de s’y reconnaître comme continuateur de la romanité. Dans ce cadre, le recueil épistolaire de Sidoine devient un ouvrage qui acquiert les traits d’une construction sociale, où le travail de réécriture personnelle et le soin de la forme des lettres d’art expriment la recherche d’un code de communication précieux et sont le miroir d’une élite capable de l’utiliser et de l’apprécier. Le processus de révision, correction et publication du recueil92 devient un manifeste et un monument de latinité, de continuité avec le passé, de distinction. Cette dernière est corroborée par les louanges des correspondants et personnages qui font partie du même cercle et qui partagent les mêmes expériences politiques. La publication du recueil naît de la demande d’un milieu érudit et, si le modèle pour cette construction littéraire est Pline le Jeune, les premiers jalons de cet élitisme littéraire et stylistique et de la fonction sociale de la lettre sont seulement posés par Symmaque, l’autre modèle majeur ; Sidoine, pour sa part, met en place une « standardisation » des procédés rhétoriques. L’utilisation massive des métaphores, des topoi et des figures dans les lettres est d’ailleurs adaptée aux nouvelles exigences pratiques de la communication : la présence de dossiers et d’échanges qu’on peut reconstruire à partir des recueils de Ruricius et des sodales témoignent que cet apparat rhétorique – au-delà de la récriture en vue de la publication – sert à l’échange concret d’informations et de lien dans ces réseaux.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Callu 1972 = Symmaque, lettres, éd. J. P. Callu, I, livres I-II, Paris, 1972.

Geisler 1887 = E. Geisler, Loci similes auctorum Sidonio anteriorum, dans C. Luetjohann (éd.), Gai Sollii Apollinaris Sidonii Epistulae et Carmina, Berlin, 1887 (MGH AA, VIII), p. 351-416.

Ennode de Pavie, Lettres = Ennode de Pavie, Lettres, éd. S. Gioanni, I, livres I-II, Paris, 2006.

Green 1991 = R. P. H. Green (éd.), The works of Ausonius, Oxford, 1991.

Loyen 1970 = Sidoine Apollinaire, Lettres, éd. A. Loyen, 2 vol. , Paris, 1970.

Malaspina – Reydellet = Avit de Vienne, Lettres, intro. et éd. E. Malaspina, trad. M. Reydellet, Paris, 2016.

Mondin 1995 = Decimo Magno Ausonio, Epistole, éd. L. Mondin, Venise, 1995.

Neri 2009 = Ruricio di Limoges, Lettere, éd. M. Neri, Pise, 2009.

Neri 2011a = M. Neri, Dio, l’anima e l’uomo : l’epistolario di Fausto di Riez, Rome, 2011.

Peiper = Alcimi Ecdicii Aviti Viennensis episcopi opera quae supersunt, éd. R. Peiper, Berlin, 1883.

Pietri – Heijmans 2013 = L. Pietri, M. Heijmans, Ruricius 1, dans Prosopographie de la Gaule chrétienne (314-614), II, Paris, 2013 (Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 4).

ThlL = Thesaurus linguae Latinae, Leipzig, 1900-

Zehnacker 2009 = Pline le Jeune, Lettres, éd. H. Zehnacker, I-III, Paris, 2009.

Zehnacker 2011 = Pline le Jeune, Lettres, éd. H. Zehnacker, IV-VI, Paris, 2011.

Études secondaires

Amherdt 2001 = D. Amherdt, Sidoine Apollinaire, le quatrième livre de la correspondance : introduction et commentaire, Berne-Berlin, 2001.

Amherdt 2004 = D. Amherdt, Ausone et Paulin de Nole, correspondance : introduction, texte latin, traduction et notes, Berne, 2004.

André 2006 = J.-M. André, La survie de l’otium litteratum chez Sidoine Apollinaire : culture et lyrisme, dans L. Castagna (dir.), Quesiti, temi, testi di poesia tardolatina : Claudiano, Prudenzio, Ilario di Poitiers, Sidonio Apollinare, Draconzio, Aegritudo Perdicae, Venanzio Fortunato, corpus dei Ritmi Latini, Francfort-sur-le-Main, 2006, p. 63-86.

Badalì 1966 = R. Badalì, Premessa ad uno studio sulla natura delle clausole simmachiane, dans Rivista di cultura classica e medioevale, 8, 1966, p. 38-52.

Banniard 1992a = M. Banniard, Viva voce. Communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Occident latin, Paris, 1992.

Banniard 1992b = M. Banniard, La rouille et la lime : Sidoine Apollinaire et la langue classique en Gaule au Ve siècle, dans De Tertullien aux Mozarabes, I, Antiquité tardive et christianisme ancien (IIIe-VIe siècle), Paris, 1992, p. 413-427.

Banniard 2020 = M. Banniard, Viva voce. Comunicazione scritta e comunicazione orale nell’Occidente latino dal IV al IX secolo. Edizione italiana con una retractatio dell’autore, a cura di L. Cristante e F. Romanini con la collaborazione di J. Gesiot e V. Veronesi, Trieste, 2020.

Bruggisser 1993 = Ph. Bruggisser, Symmaque ou le rituel épistolaire de l’amitié littéraire : recherches sur le premier livre de la correspondance, Fribourg, 1993.

Callu 2001 = J.-P. Callu, Être Romain après l’Empire (475-512), dans A. Barzanò, C. Bearzot, F. Landucci et al. (dir.), Identità e valori fattori di aggregazione e fattori di crisi nell’esperienza politica antica, Rome, 2001, p. 283-297.

Caltabiano 1996 = M. Caltabiano, Litterarum lumen : ambienti culturali e libri tra il IV e il V secolo, Rome 1996.

Coffman McDermott 1936 = W. Coffman McDermott, The ape in Roman literature, dans Transactions and proceedings of the American philological association, 67, 1936, p. 148-167.

Condorelli 2001 = S. Condorelli, Una particolare accezione di barbarismus in Sidonio Apollinare, dans U. Criscuolo (éd.), Mnemosynon, studi di letteratura e di umanità in memoria di D. Gagliardi, Naples, 2001, p. 323-338.

Condorelli 2003 = S. Condorelli, Sidonio Apollinare e la recusatio del genere storiografico (epist. IV 22), dans V. Viparelli (dir.), Tra strategie retoriche e generi letterari : dieci studi di letteratura latina, Naples, 2003, p. 51-67.

Condorelli 2015 = S. Condorelli, L’inizio della fine : l’epistola IX, 1 di Sidonio Apollinare tra amicitia ed istanze estetico-letterarie, dans Bolletino di studi latini, 45-2, 2015, p. 489-511.

Cugusi 1983 = P. Cugusi, Evoluzione e forme dell’epistolografia latina nella tarda repubblica e nei primi due secoli dell’Impero con cenni di epistolografia preciceroniana, Rome, 1983.

Cugusi 1990 = P. Cugusi, Un’epistola recusatoria di Sidonio, dans Bolletino di studi latini, 20-2, 1990, p. 375-380.

Di Marco 1995 = M. Di Marco, La polemica sull’anima tra « Fausto di Riez » e Claudiano Mamerto, Rome, 1995.

Fascione 2019a = S. Fascione, Gli « altri » al potere : Romani e barbari nella Gallia di Sidonio Apollinare, Bari, 2019.

Fascione 2019b = S. Fascione, Simmaco e la difesa della Romanitas nell’ottavo libro delle Epistole di Sidonio Apollinare, dans Koinonia, 43, 2019, p. 363-374.

Fascione 2020 = S. Fascione, Principi identitari e inclusione del « diverso » : Sidonio lettore di Simmaco, dans Bolletino di studi latini, 50-1, 2020, p. 204-211.

Flamant 1977 = J. Flamant, Macrobe et le néo-platonisme latin à la fin du IVe siècle, Leyde, 1977.

Fo 2002 = A. Fo, Arginare la decadenza da « minore » : Sidonio Apollinare, dans S. Ronchey (dir.), La decadenza, Palerme, 2002, p. 154-190.

Fortin 1959 = E. L. Fortin, Christianisme et culture philosophique au cinquième siècle : la querelle de l’âme humaine en Occident, Paris, 1959.

Furbetta 2013 = L. Furbetta, Tra retorica e politica : formazione, ricezione ed esemplarità dell’epistolario di Sidonio Apollinare, dans S. Gioanni, P. Cammarosano (dir.), La corrispondenza epistolare in Italia, II, Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV) / Les correspondances en Italie, II, Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire dans les chancelleries italiennes (Ve-XVe siècle), Trieste, 2013, p. 23-65.

Furbetta 2015 = L. Furbetta, La lettre de recommandation en Gaule (Ve-VIIe siècle) entre tradition littéraire et innovation, dans A. Bérenger, O. Dard (dir.), Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, Metz, 2015, p. 347-368.

Furbetta 2016 = L. Furbetta, Gioco letterario e realtà : l’esempio dell’epistolario di Sidonio Apollinare, dans P. Cammarosano, B. Dumézil, S. Gioanni, L. Vissière (dir.), Art de la lettre et lettre d’art : épistolaire politique III, Trieste, 2016, p. 9-47.

Furbetta 2020 = L. Furbetta, Inter facundiae paternae delicias : interferenze mnemoniche, testi e intertesti sidoniani nell’opera di Avito di Vienne : sulle orme del « modello » ? dans A. Di Stefano, M. Onorato (dir.), Lo specchio del modello : orizzonti intertestuali e Fortleben di Sidonio Apollinare, Naples, 2020, p. 311-360.

Galand-Hallyn 1994 = P. Galand-Hallyn, Le reflet des fleurs : description et métalangage poétique d’Homère à la Renaissance, Genève, 1994.

Garzya 1985 = A. Garzya, L’epistolografia letteraria tardoantica, dans C. Giuffrida, M. Mazza (dir.), Le trasformazioni della cultura nella tarda antichità : atti del convegno tenuto a Catania (Università degli studi, 27 sett.-2 ott. 1982), I, Rome, 1985, p. 347-373.

Gibson 2013a = R. K. Gibson, Pliny and the Letters of Sidonius : from Firminus and Fuscus to Constantius and Clarus, dans Arethusa, 46-2, R. K. Gibson, R. Rees (dir.), Pliny the Younger in the late Antiquity, 2013, p. 335-355.

Gibson 2013b = R. K. Gibson, Reading the Letters of Sidonius by the book, dans J. A. van Waarden, G. Kelly (dir.), New Approaches to Sidonius Apollinaris, Louvain, 2013, p. 195-219.

Gibson 2020 = R. K. Gibson, Sidonius’ correspondence, dans G. Kelly, J. A. van Waarden (dir.), The Edinburgh companion to Sidonius Apollinaris, Édimbourg, 2020, p. 373-392.

Gioanni 2001 = S. Gioanni, Fonctions culturelles, sociales et politiques de l’Amicitia épistolaire dans la correspondance d’Ennode de Pavie jusqu’à la fin de l’année 503, dans Lalies, 21, 2001, p. 165-181.

Gioanni 2003 = S. Gioanni, Les élites italiennes et l’affirmation de l’autorité au VIe siècle : le témoignage d’Ennode de Pavie, dans E. D’Angelo (dir.), Atti della seconda Giornata ennodiana, Naples, 2003, p. 37-52.

Gioanni 2004 = S. Gioanni, Communication et préciosité : le sermo épistolaire de Sidoine Apollinaire à Avit de Vienne, dans Comunicazione e ricezione del documento cristiano in epoca tardoantica : XXXII incontro di studiosi dell’antichità cristiana, Rome, 2004, p. 515-544.

Gioanni 2009 = S. Gioanni, La lux Romana dans la correspondance d’Ennode de Pavie (473-521) : l’écriture éblouissante de la romanité après la chute de l’Empire romain d’Occident, dans R. Delmaire, J. Desmulliez, P.-L. Gatier (dir.), Correspondances : documents pour l’histoire de l’antiquité tardive. Actes du colloque international, université Charles-de-Gaulle-Lille 3 (20-22 novembre 2003), Lyon, 2009, p. 293-310.

Goldlust 2010 = B. Goldlust, Rhétorique et poétique de Macrobe dans les Saturnales, Turnhout, 2010.

Gualandri 1979 = I. Gualandri, Studi su Sidonio Apollinare, Milan, 1979.

Gualandri 2020 = I. Gualandri, Sidonius’ Intertextuality, dans G. Kelly, J. A. van Waarden (dir.), The Edinburgh companion to Sidonius Apollinaris, Édimbourg, 2020, p. 279-316.

Hanaghan 2019 = M. P. Hanaghan, Reading Sidonius’ Epistles, Cambridge, 2019.

Haverling 1990 = G. Haverling, Symmachus and the genus pingue et floridum in Macr. Sat. 5,1,7, dans Eranos, 88, 1990, p. 107-120.

Havet 1892 = L. Havet, La prose métrique de Symmaque et les origines métriques du cursus, Paris, 1892.

Hecquet-Noti 2005 = N. Hecquet-Noti, Faut-il lire senem Arcadium dans la lettre 51 d’Avit de Vienne ? Étude sur le lien familial entre Avit de Vienne et Sidoine Apollinaire, dans Museum Helveticum, 62-3, 2005, p. 148-161.

Kaufmann 1995 = F.-M. Kaufmann, Studien zu Sidonius Apollinaris, Francfort-sur-le-Main-Berlin-New York-Berne-Paris-Vienne, 1995.

Köhler 1995 = H. Köhler, C. Sollius Apollinaris Sidonius, Briefe Buch I : Einleitung, Text, Übersetzung, Kommentar, Heidelberg, 1995.

La Penna 1995 = A. La Penna, Gli svaghi letterari nella nobiltà gallica nella tarda antichità : il caso di Sidonio Apollinare, dans Maia, 47, 1995, p. 3-34.

Loyen 1943 = A. Loyen, Sidoine Apollinaire et l’esprit précieux en Gaule aux derniers jours de l’Empire, Paris, 1943.

Mascoli 2001 = P. Mascoli, Gli Apollinari : per la storia di una famiglia tardoantica, Bari, 2010.

Mathisen 1981 = R. W. Mathisen, Epistolography, literary circles and family ties in late Roman Gaul, dans Transactions of the American philological association, 111, 1981, p. 95-109.

Mathisen 1998 = R. W. Mathisen, The Codex Sangallensis 190 and the transmission of the classical tradition during late Antiquity and the early Middle Ages, dans International journal of the classical tradition, 5-2, 1998, p. 163-194.

Mathisen 1999 = R. W. Mathisen, Ruricius of Limoges and friends : a collection of letters from Visigothic Gaul, Liverpool, 1999.

Mathisen 2014 = R. W. Mathisen, La création et l’utilisation de « dossiers » dans les lettres de Sidoine Apollinaire, dans R. Poignault, A. Stoehr-Monjou (dir.), Présence de Sidoine Apollinaire, Clermont-Ferrand, 2014, p. 205-214.

Mathisen 2018 = R. W. Mathisen, The « Publication » of Latin letter collections in late Antiquity, dans G. M. Müller (dir.), Zwischen Alltagskommunikation und literarischer Identitätsbildung : Studien zur lateinischen Epistolographie in Spätantike und Frühmittelalter, Stuttgart, 2018, p. 63-84.

Mathisen 2020 = R. W. Mathisen, Sidonius’ people, dans G. Kelly, J. A. van Waarden (dir.), The Edinburgh companion to Sidonius Apollinaris, Édimbourg, 2020, p. 29-165.

Matthews 1974 = J. F. Matthews, The Letters of Symmachus, dans J. W. Binns (dir.), Latin literature of the fourth century, Londres-Boston, 1974, p. 58-99.

Mratschek 2016 = S. Mratschek, The letter collection of Sidonius Apollinaris, dans C. Sogno, B. K. Storin, E. J. Watts (dir.), Late antique letter collections : a critical introduction and reference guide, Oakland (Calif.), 2016, p. 309-336.

Mratschek 2020 = S. Mratschek, Sidonius’ social world, dans G. Kelly, J. A. van Waarden (éd.), The Edinburgh companion to Sidonius Apollinaris, Édimbourg, 2020, p. 214-236.

Neri 2011b = M. Neri, Sidonio Apollinare (epist. 9,9,10) e la possibile attribuzione del De ratione fidei a Fausto di Riez, dans Bolletino di studi latini, 41-2, 2011, p. 531-542.

Pelttari 2020 = A. Pelttari, The rhetor Sapaudus and conflicting literary models in Sidonius Apollinaris and Claudianus Mamertus, dans A. Di Stefano, M. Onorato (dir.), Lo specchio del modello : orizzonti intertestuali e Fortleben di Sidonio Apollinare, Naples, 2020, p. 191-210.

Polara 1972 = G. Polara, La fortuna di Simmaco della tarda antichità al secolo XVII, dans Vichiana, 1, 1972, p. 41-59.

Risselada 2013 = R. Risselada, Applying text linguistics to the Letters of Sidonius, dans J. A. van Waarden, G. Kelly (dir.), New approaches to Sidonius Apollinaris, Louvain, 2013, p. 273-303.

Roberts 1989 = M. Roberts, The jeweled style : poetry and poetics in late Antiquity, Ithaca-Londres, 1989.

Salzman – Roberts 2011 = M. R. Salzman, M. Roberts (éd.), The Letters of Symmachus, book I, Atlanta, 2011.

Santelia 2000 = S. Santelia, Sidonio Apollinare ed i bybliopolae, dans Invigilata lucernis, 22, 2000, p. 217-239.

Schwitter 2015 = R. Schwitter, Umbrosa lux. Obscuritas in den lateinischen Epistolographie der Spätantike, Stuttgart, 2015.

Settipani 1991 = Ch. Settipani, Ruricius Ier, évêque de Limoges, et ses relations familiales, dans Francia, 18, 1991, p. 195-222.

Shanzer – Wood 2002 = D. Shanzer, I. Wood, Avitus of Vienne : letters and selected prose, Liverpool, 2002.

Shanzer 2001 = D. Shanzer, Bishops, letters, fast, foods, and feast in later Roman Gaul, dans R. W. Mathisen, D. Shanzer (dir.), Society and culture in late Antique Gaul : revisiting the sources, Ashgate, 2001, p. 217-236.

Sherwin-White 1966 = N. A. Sherwin-White, The Letters of Pliny : a historical and social commentary, Oxford, 1966.

Stoehr-Monjou 2018 = A. Stoehr-Monjou, Le rôle du poète dans la Gaule du Ve siècle : le public de Sidoine Apollinaire, dans Invigilata Lucernis, 40, 2018, p. 135-167.

Van Waarden – Kelly 2020 = J. A. van Waarden, G. Kelly, Prose rhythm in Sidonius, dans G. Kelly, J. A. van Waarden (dir.), The Edinburgh companion to Sidonius Apollinaris, Édimbourg, 2020, p. 462-475.

Vogt-Spira 2009 = G. Vogt-Spira, Les Saturnales de Macrobe : une poétique implicite, dans P. Galand-Hallyn, V. Zarini (dir.), Manifestes littéraires dans la latinité tardive poétique et rhétorique, Paris, 2009, p. 263-277.

Haut de page

Notes

1 Cette formulation renvoie aux dynamiques d’un réseau qui, par sa nature, met en communication et rassemble plusieurs sujets liés par la même formation littéraire et les mêmes intérêts politiques, ainsi que par la parenté. Dans ce cadre, les deux termes, milieu et réseau, souvent utilisés dans nos pages, ne sont pas équivalents et soulignent l’interaction entre d’une part des individus liés par la famille et la parenté et qui font partie de cercles bien définis du point de vue social et géographique (à savoir un milieu) et d’autre part des personnes appartenant à d’autres cercles, pas forcément proches les uns des autres, qui partagent le même statut social, qui sont également engagés dans la vie politique et avec lesquels l’échange épistolaire permet la mise en place et le maintien d’un réseau actif, capable de se coordonner afin de promouvoir ses objectifs et de protéger ses intérêts et ses valeurs.

2 Loyen 1943, chap. VII-VIII, a résumé par cette formule tous les traits et reprises tirés de la Bible, les modèles chrétiens et les métaphores empruntées au langage biblique.

3 Gualandri 1979 (voir surtout p. 77), 2020.

4 Nous suivons le modèle proposé par Banniard 1992a et 2020 afin d’étudier les procédés de communication par le biais de témoignages épars dans les écrits.

5 Cette définition remonte notamment à Roberts 1989, auquel on renverra pour la description des traits les plus significatifs de l’esthétique tardoantique.

6 Ennode de Pavie, Lettres, II, 11, 3 (éd. Gioanni) nous donne une définition éclairante : quondam scedulam quae ipsi remanere potuit ostrum mihi nobilitatis ingessit. Sur ces motifs et sur l’interprétation de ostrum nobilitatis comme « métaphore sociale de l’éloquence latine » : Gioanni 2004, p. 523 ; 2009.

7 Furbetta 2013 et 2016.

8 L’importance des correspondances dans l’étude des dynamiques et des comportements sociaux a été mise en valeur notamment par Mathisen 1981. À propos des destinataires des lettres et carmina, voir Stoehr-Monjou 2018. Pour une étude d’ensemble sur les correspondants de Sidoine et les réseaux que l’on peut retracer d’après les échanges épistolaires, voir Kaufmann 1995, p. 275-356, et surtout Mathisen 2020, avec des cartes montrant les articulations de la géographie épistolaire sidoinienne, les liens entre les sodales, ainsi que les principaux épistoliers en contact avec l’auteur.

9 Son fils Apollinaris (cf. Sidoine Apollinaire, Lettres, III, 13 ; IV, 6), sa femme Papianilla (cf. ibid., V, 16), son beau-frère Ecdicius (cf. ibid., II, 1 ; III, 3), ses oncles paternels Simplicius et Apollinaris (cf. ibid. IV, 4 et 12) ; à Simplicius sont envoyées aussi les lettres III, 11 ; IV, 7 ; V, 4, et à Apollinaris les lettres IV, 6 ; V, 3 et 6), son oncle Thaumastus (cf. ibid. V, 7).

10 Cf. les epistulae IV, 16 ; V, 15 ; VIII, 10 de Sidoine, en réponse aux missives que lui envoya Ruricius (à savoir : Ruricius de Limoges, Lettres, I, 8 ; 9 et 16).

11 À ce propos, il suffit de citer l’exemple de Faustus de Riez, destinataire des lettres I, 1 et I, 2 de Ruricius, auquel il envoie les epistulae 8-14 (sur ces lettres : Neri 2011a, p. 136-146). Faustus est à son tour correspondant et guide spirituel de Sidoine (cf. supra) et, entre autres, ami de Magnus Felix (cf. Faustus de Riez, Lettres, 6). Ce dernier aussi fait partie de l’entourage des lettrés liés à Sidoine : Magnus est le dédicataire du recueil poétique de Sidoine (à savoir des carmina 9-24) et il est aussi le destinataire des lettres II, 3 ; III, 4 et 7 ; IV, 5 et 10 de l’auteur.

12 Ruricius de Limoges, Lettres, II, 26 ; 27 et 41.

13 Mathisen 1999, 2014.

14 Dans ce contexte, la lettre devient un lieu d’échange soit sur des questions pratiques, soit sur des thèmes philosophiques et/ou doctrinaux, ou devient le support d’une prédication brève (à ce sujet : Gioanni 2004, p. 535 et suiv.). Dans tous les cas, les dynamiques internes aux réseaux sont partagées par des individus liés entre eux à un double niveau : personnel/familial et politique/culturel. Pour rester sur l’exemple de Faustus de Riez (lié à Ruricius et à Sidoine), on soulignera qu’il est en contact épistolaire avec Graecus, collègue évêque de Marseille (cf. Faustus de Riez, Lettres, 7) chargé de régler (avec Faustus lui-même, Épiphane de Pavie, Basilius d’Aix et Léontius d’Arles) les conditions de la paix avec le roi Euric en 476 et destinataire des lettres VI, 8 ; VII, 2 ; 7 et 10 (11) ; IX, 4 de Sidoine. De même, dans l’epist. 3, Faustus aborde la question de la corporéité de l’âme ; un centre d’intérêt partagé avec Claudianus Mamertus, auteur du De statu animae dédié à Sidoine (cf. Sidoine Apollinaire, Lettres, IV, 2). À ce sujet voir : Fortin 1959 ; Di Marco 1995.

15 Callu 2001, p. 284.

16 Sur la centralité de la figure d’Apollinaris et les lettres qui lui sont adressées, cf. Mascoli 2010, p. 23-33.

17 Apollinaris est vraisemblablement un cousin d’Alcimus Avitus (cf. Hecquet-Noti 2005) et il est le destinataire des lettres 24 Peiper ( = 21 Malaspina – Reydellet) ; 36 Peiper ( = 32 Malaspina – Reydellet) ; 51 Peiper ( = 48 Malaspina – Reydellet) et 52 Peiper ( = 49 Malaspina – Reydellet) d’Avit en personne.

18 Pietri – Heijmans 2013, p. 1634-1649 ; Settipani 1991.

19 « 2. J’ai en effet reçu à lire un ouvrage de notre Monseigneur et père commun Sollius, un ouvrage que j’avais déclaré avoir confié à Votre Altesse à recopier. Sa lecture, de même qu’elle renouvelle en moi l’ancienne affection, de même, en raison de l’obscurité des dires, elle n’enflamme pas mon esprit, bien que, après une si longue période, avec le murmure des soupirs nous allumions ce petit feu de l’amour qui, même étincelant, brille parfois à travers les cendres de l’oubli, et cependant nous le baignons de larmes pour nous douces. Pourtant, inondé par cette pluie, plus il s’en imprègne, plus il brûle, car à travers les larmes abondantes, la flamme du désir et de l’affection grandit au lieu de diminuer. 3. C’est pourquoi, si le Seigneur est favorable à notre affectueuse détermination, je m’empresse de revoir cette œuvre que Sollius lui-même a créée en votre présence et de m’en faire disciple au lieu de maître, car je n’éprouve ni honte ni gêne, même à mon âge, à devenir un disciple zélé pourvu que j’apprenne la technique de son art affecté. En effet, chacun doit plutôt apprendre avant d’enseigner, car il s’arroge avec trop de hâte le froncement de sourcils d’un maître, s’il n’a pas d’abord servi comme disciple. 4. Quoi de plus juste que ce soit toi qui sois l’interprète de l’éloquence de ton père, toi qui peux citer tous les ouvrages qu’il a écrits non tant à partir de la feuille de parchemin d’un codex qu’à partir de la page de ton cœur ? Tu prouves que tu es son fils, non seulement par la noblesse du lignage, mais aussi par le style fleuri de l’éloquence et toutes sortes de vertus, biens qu’a conférés non tant la doctrine que la nature, car un ruisseau qui coule d’une source, bien que dans son cours il s’élargisse et acquière de la plénitude, doit aussi des mérites à sa source, d’où il tient son nom. Et si la divine clémence avait voulu qu’il restât en vie jusqu’à ce jour, de même qu’il se réjouissait alors que vous l’imitiez, de même maintenant il se réjouirait de votre perfection, voyant que son espérance était arrivée à son terme, et ne regrettant pas d’être égal à celui qu’il avait voulu meilleur que lui. » (trad. pers.).

20 Pour un commentaire de la lettre on renverra à Neri 2009, p. 328-331.

21 Sur cette lettre, les rapports entre Avit et Apollinaris et l’importance de Sidoine comme modèle dans les épîtres d’Avit et de Ruricius, voir Furbetta 2013, p. 41-53. Pour le commentaire de la lettre d’Avit, on renverra à Shanzer – Wood 2002, p. 340-342. Pour une étude du Fortleben de Sidoine et de l’admiration de son style dans son entourage, en particulier d’après les œuvres d’Avit de Vienne, voir Furbetta 2020 (avec bibliographie).

22 Voir le témoignage de Grégoire de Tours à propos des lettres de Ferreolus d’Uzès : Libri historiorum, VI, 7.

23 À ce sujet Gioanni 2001 et 2003.

24 Gualandri 1979, chap. 2.

25 Le contenu des missives – même s’il est parfois simplement centré sur l’échange des salutations et de dons entre amis – est, en fait, toujours l’expression concrète de la nécessité de maintenir la cohésion du cercle et de renforcer les liens entre sodales, qu’il s’agisse d’hommes politiques, d’Église, d’évêques ou tout simplement de lettrés engagés dans le siècle.

26 La complexité de la langue et de la construction syntaxique utilisées ainsi que l’opacité des lettres s’opposent à la perspicuitas, qui était notamment l’une des virtutes elocutionis. La communication épistolaire devient de plus en plus limitée et la lettre acquiert les traits d’un texte crypté qui peut être décodé seulement par qui partage la même modalité de communication et maîtrise bien la langue. Cette caractéristique ne se limite pas à la dimension littéraire et stylistique : elle a une implication politique, puisque la lettre maintient ainsi toujours sa fonction informative. Le texte peut être décodé par qui comprend et utilise le même code littéraire, mais surtout par qui connaît les événements qu’elle évoque. La lettre est donc souvent codée soit au niveau de la langue et du style (via la préciosité et les images utilisées), soit au niveau du contenu, et elle est ainsi vouée à un cercle restreint. Les exemples les plus éclairants sont les lettres VII, 6 et VIII, 9 analysées par Fo 2002, qui a mis en lumière la portée polémique, critique envers Euric, des vers envoyés à Lampridius qui sont insérés dans la lettre VIII, 9 : un message caché compréhensible seulement de l’ami savant, qui connaît bien les événements, qui est pourvu de la même culture que Sidoine et qui peut donc saisir les jeux intertextuels cachés. En ce qui concerne l’obscuritas (à laquelle concourt la superposition des métaphores et le tissage des hypotextes), on renverra à Gioanni 2004, qui rappelle que l’obscuritas revêt pour les chrétiens une valeur positive car la parole de Dieu, par sa nature, peut être porteuse de sens à plusieurs niveaux et avoir de multiples degrés de signification. À ce sujet voir en particulier, Schwitter 2015.

27 Pour le rôle central de l’exercice littéraire comme composante d’une forme élitiste d’otium, voir La Penna 1995 ; André 2006.

28 À ce propos on peut rappeler qu’au-delà des reprises ou d’échos dans les lettres de Ruricius, d’Avit de Vienne, ou dans le témoignage de Grégoire de Tours, il y a une trace matérielle très faible de l’utilisation des lettres de Sidoine, limitée à une sélection des missives les plus représentatives pour le style et les sujets traités. L’index du manuscrit St Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 190 (seul témoin de la correspondance de Ruricius, de Didier de Cahors, ainsi que du recueil complet des lettres de Faustus de Riez) présente une liste d’une sélection d’epistulae de Sidoine (à savoir : III, 2 ; 8 et 10 ; IV, 21 ; 23 et 25 ; V, 2 ; 4 ; 7 ; 15 et 16 ; VI, 1, 4 ; 10 et 12 ; VII, 1 ; 5 et 13 ; VIII, 10 ; 12 et 14 ; IX, 7 ; 9 et 12). Ces lettres ne sont pas conservées in extenso car le codex n’en donne que les références et Ralph Mathisen, qui a étudié le manuscrit, envisage un noyau d’écrits conservés grâce au cercle de Ruricius et aux archives de Limoges (cf. Mathisen 1998 ; 1999, p. 63-76). L’utilité de cet index est limitée à la sélection des missives vraisemblablement choisies comme exemples pour des sujets spécifiques et reprises comme modèle plusieurs fois par d’autres auteurs liés entre eux par des liens familiaux et sociaux. Ce sont des lettres comportant des louanges du destinataire (III, 2 ; V, 2 ; VI, 1 et 12 ; VII, 1 et 13 ; VIII, 14 ; IX, 7), des lettres de recommandation (III, 10 ; IV, 23), des lettres descriptives (II, 1 ; III, 8 ; IV, 21), des lettres à sujet politique/d’actualité, ou encore qui portent sur des questions judiciaires (V, 7 ; VI, 4 et 10), des lettres centrées sur des questions de politique ecclésiastique (IV, 25 ; VII, 5), ainsi que des lettres à sujets variés (V, 4 ; 15, 16 ; VIII, 10 et 12 ; IX, 7 ; 9 et 12).

29 Banniard 1992b (surtout p. 422). Sur les choix linguistiques et stylistiques dans les lettres de Sidoine, voir plus récemment Risselada 2013.

30 « 1. Ta femme est ma cousine germaine ; de là entre nous les liens d’une affection très grande et toute naturelle et cette fraternité non de frères mais de cousins qui se traduit généralement par une amitié plus pure, plus forte, plus vraie. Les contestations d’intérêts entre fils d’un même père s’étant apaisées auparavant, ceux qui naissent de ces frères n’ont plus aucun motif de discussion entre eux ; aussi la tendresse entre cousins germains est-elle souvent plus grande, car l’inimitié qui résulte du partage des biens a une fin, tandis que l’affection qui naît de la parenté ne subit pas d’éclipse. Un second lien affectif entre nous a résulté de la ressemblance de nos goûts : nous avons les mêmes opinions en littérature, nous blâmons, nous louons les mêmes choses et, quel que soit le genre de style, nous sommes d’accord pour l’approuver ou le condamner. […] 5. Donc, puisque les études comme la parenté nous ont unis, respecte, je t’en prie, en quelque lieu que tu sois, les droits inébranlables de notre amitié, et même si nous sommes longtemps loin de toi par la résidence, soyons l’un près de l’autre par l’affection ; dans la mesure où cela me regarde, elle continuera, grâce à mes soins, à jouer son rôle pour toujours sans aucune atteinte pour le reste de mon existence ». Les lettres de Sidoine sont citées et traduites d’après l’édition Loyen 1970.

31 Sur l’usage et la valeur de barbarbarismus chez Sidoine : Condorelli 2001.

32 « 1. Votre ami Eminentius m’a apporté, Monseigneur, la lettre que vous avez vous-même dictée, une lettre de lettré, pleine de raffinements d’une élégance qui brille de trois manières. De ces qualités la première à coup sûr est l’affection, qui vous a poussé à trouver des mérites à de faibles talents dans notre personne, étrangère pourtant et soucieuse de rester cachée désormais ; la seconde est la modestie, grâce à laquelle on célèbre à bon droit votre valeur, tandis qu’elle vous fait trembler bien à tort ; la troisième est l’urbanité, qui vous fait prétendre de manière fort plaisante que vous ne dites que des sottises, quand, abreuvé aux sources de l’éloquence latine, le riverain de la Moselle que vous êtes parle la langue du Tibre, vivant certes au milieu des barbares, mais ignorant les barbarismes, égal par votre langue et par votre bras aux anciens capitaines, mais à ceux dont la main droite savait manier la plume non moins que l’épée. » (trad. Loyen 1970).

33 Pour l’usage de ces deux définitions, cf. supra n. 1.

34 Sur la présence, la description et les rapports politiques et idéologiques avec les barbares dans la correspondance de Sidoine, voir Fascione 2019a (avec bibliographie).

35 Par exemple dans la lettre VIII, 2, à Johannes, l’un des derniers défenseurs de la culture, part. § 2, qui (scil. aequaevi vel posteri) te docente formati institutique iam sinu in medio sic gentis invictae, quod tamen alienae, natalium vetustorum signa retinebunt : nam iam remotis gradibus dignitatum, per quas solebat ultimo a quoque summus quisque discerni, solum erit posthac nobilitatis indicium litteras nosse ; cf. aussi Gualandri 1979, p. 27-28.

36 L’image revient en guise de Ringkomposition à la fin même de la lettre, au § 6, igitur incumbe, neque apud te litterariam curam turba depretiet imperitorum, quia natura comparatum est ut in omnibus artibus hoc sit scientiae pretiosior pompa, quo rarior. Michel Banniard a souligné l’importance de l’exercice continu de l’orthoépie et interprété la référence à la lima oris comme la recherche d’une diction normée visant à perfectionner la langue orale. Dans ce contexte, on peut souligner la valeur technique des images insérées par Sidoine : par exemple, la iunctura « vitia oris » rappelle Quintilien, Institution oratoire, I, 1, 13 ; XI, 3, 30, où elle fait référence aux défauts de diction (cf. Banniard 1992, p. 424-425).

37 « 1. Ce que j’aime en toi, c’est que tu aimes les lettres et, en toutes occasions, je m’efforce d’honorer avec une surabondance de louanges la noblesse d’une telle passion, qui met en valeur à nos yeux non seulement tes premiers essais mais aussi nos propres études. Quand nous voyons en effet le talent des jeunes grandir à son tour pour se consacrer à la formation littéraire à cause de laquelle nous avons nous aussi « soustrait notre main à la férule », nous retirons une très ample récompense de nos efforts. Ajoute à cela que la foule des paresseux s’est tellement accrue que si un petit nombre au moins d’entre vous ne défend pas le bon usage, dans l’emploi judicieux des mots latins, contre la rouille des barbarismes grossiers, nous aurons à déplorer bientôt sa décadence et sa disparition, tant les parures du beau langage s’altéreront toutes par la négligence de la masse. » (trad. Loyen 1970).

38 Banniard 1992, p. 415-416.

39 Un réseau dont le « centre » est évidemment Sidoine pour son statut et sa valeur politique (en tant qu’évêque du diocèse de Clermont et pour son rôle dans la gestion de questions ecclésiastiques), ainsi que pour sa double qualité de membre de l’aristocratie locale et de maître de style et lettré à imiter pour des hommes liés au cercle de Ruricius et de sa famille, lesquels perpétuent, à leur tour, la tradition culturelle romaine. Dans ce cadre, Sidoine est au cœur de l’échange croisé entre les membres du cercle soit d’une manière active avec ses écrits, soit comme destinataire, soit comme « sujet/objet » des missives de ses amis, souvent centrées sur la réflexion et les louanges de son style.

40 Ruricius de Limoges, Lettres, I, 3, 3. Ita et tenerorum adhuc acies sensuum ignorantiae nubilo, quasi crassitate scabrosae rubiginis obsessa, nisi adsidua doctoris lima purgetur, nequit sponte clarescere. Pour un commentaire de ces lettres de Ruricius et les parallèles avec Sidoine, voir Mathisen 1999, ad loc. ; Neri 2009, ad loc. (surtout p. 183).

41 Ibid., § 1, Recepi apices unianimitatis tuae, tam gratia quam eloquentia, tam amore pariter quam lepore, tam sale quam melle respersas, in quibus nec dulcedini deesset aliquid nec sapori.

42 Ibid., § 1, Accepi per Paterninum paginam vestram, quae plus melliis an salis habeat incertum est. Ceterum eloquii copiam hanc praefert, hos olet flores, ut bene appareat non vos manifesta modo verum furtiva quoque lectione proficere.

43 Sicuti in ieiuno atque otioso caespite magis strenuitas cultoris apparet, cum aut rebellionem glebarum tenacium repetita saepius impressione vomeris domat aut ariditatem nimiam stercoris aspersione fecundat, ut fructuum copiam, quam soli natura negat, industria producat ; ita et tu egestatem epistulae meae eloquentiae tuae ubertate ditasti, ut possit esse, si eam suppresseris, te loquente, laudabilis ; si vero protuleris, incutiat et mihi de falsa laude et tibi de iudicii errore verecundiam.

44 Sidoine Apollinaire, Lettres, VIII, 10, 2. Nam moris est eloquentibus viris ingeniorum facultatem negotiorum probare difficultatibus et illic stilum peritum quasi quendam fecundi pectoris vomerem figere, ubi materiae sterilis argumentum velut arida caespitis macri glaeba ieiunat. Scaturrit mundus similibus exemplis : medicus in desperatione, gubernator in tempestate cognoscitur ; horum omnium famam praecedentia pericula extollunt, quae profecto delitescit, nisi ubi probetur invenerit.

45 Amherdt 2001, p. 95-96.

46 Sidoine compose une épitaphe (voir la lettre IV, 11) pour Claudianus Mamertus, dans laquelle on retrouve l’éloge des qualités de l’ami.

47 Amherdt 2001, p. 96, a de plus mis en valeur comment, avec la publication de la lettre de Claudien, Sidoine suit l’exemple de Symmaque, lequel avait inséré dans ses livres la lettre de son père Avianius (Symmaque, Lettres, I, 2), ainsi qu’une lettre d’Ausone (ibid., I, 32 = Ausone, Lettres, 12 Green). Sur l’importance de Symmaque comme modèle pour Sidoine, cf. infra.

48 Ibid., § 1, nec Frontonianae gravitatis, aut ponderis Apuleiani fulmen aequiperem, cui Varrones, vel Atacinus vel Reatinus, Plinii, vel avunculus vel Secundus, compositi in praesentiarum rusticabuntur.

49 Pour un commentaire de la lettre : Amherdt 2001, p. 107-165.

50 Neri 2011a, p. 18-22.

51 Sidoine Apollinaire, Lettres, IX, 3, 5, in vobis tropologicum genus ac figuratum limatisque plurifariam verbis eminentissimum, quod vestra quam sumpsimus epistula ostendit.

52 Sur l’ouvrage qui n’est pas mentionné par Sidoine, Neri 2011b.

53 L’adjectif le plus rare est plurifarius, lequel a la même signification que multiplex et multifarius ; dans ce contexte, il est utilisé seulement par Sidoine (cf. ThlL, X, 1, 2466, 39-442) dans les lettres IX, 3, 5 ; VI, 11, 2 (nam prudentiae satis obviat epistulari formulae debitam concinnitatem plurifario sermone porrigere). Dans cette dernière lettre, plurifarius qualifie le sermo, qui pourtant ne doit pas s’opposer à la brevitas propre à l’écriture épistolaire.

54 Itaque per tanta te genera narrandi toto latissimae dictationis campo secutus nil in facundia ceterorum, nil in ingeniis facile perspexi iuxta politum.

55 Sidoine Apollinaire, Lettres, IV, 16 et VIII, 10. Dans cette dernière lettre, Sidoine loue le style de Ruricius en soulignant : § 1, nam stilum vestrum quanta comitetur vel flamma sensuum vel unda sermonum [...] Et quamquam in epistula tua servet caritas dulcedinem, natura fecundiam, peritia disciplinam, in sola materiae tamen electione peccasti.

56 Pontius Leontius est un ami cher à Sidoine : dans son carm. 22, il loue le burgus de Pontius situé non loin de Bordeaux et où il a été invité.

57 « Ajoutons à cela que, selon les exigences de l’ouvrage qu’il avait entrepris, il savait nuancer l’expression des caractères suivant la qualité de la personne, du temps, du lieu et cela non pas avec des mots quelconques, mais en termes élevés, beaux, soigneusement étudiés. En matière de controverse, il avait de la vigueur et du nerf ; dans la satire, il se montrait opiniâtre et mordant ; dans la tragédie, dramatique et pathétique ; dans la comédie, spirituel et divers ; dans les vers fescennins, fleuri dans son style » (trad. Loyen 1970).

58 « Il me suffit que mon style plaise à mes amis. Dans ceux-ci cependant je comprends deux catégories : ceux qui ne cherchent pas à me tromper dans leur examen critique et ceux qui se trompent par amitié pour moi ; aussi reste-t-il pour l’avenir à prier Dieu que ceux qui viendront après nous ou se trompent pareillement ou jugent de la même manière » (trad. Loyen 1970).

59 Sidoine peut bien être classé parmi les auteurs considérés par Paolo Cugusi comme : « epistolografi militanti » (voir Cugusi 1983, chap. I). Pour un cadre d’ensemble sur l’ouvrage épistolaire : Mratschek 2016 et 2020 ; Hanaghan 2019 (avec bibliographie) ; Gibson 2020.

60 Sur le lexique et les images utilisés : Santelia 2000.

61 « Sidoine à son cher Constantius. 1. Depuis longtemps vous me pressez, Monseigneur – avec la plus grande force de persuasion, car vous êtes du meilleur conseil sur les points qui donneront matière à discussion – de réunir en un volume, après avoir révisé et corrigé les originaux, toutes les lettres qui seraient, parmi celles qui ont coulé de ma plume en diverses occasions, un peu plus châtiées en raison du sujet, de la personne ou de la circonstance qui les ont provoquées, pour suivre de mes pas présomptueux les traces de Symmaque dans son style périodique et celles de Pline le Jeune dans sa science et sa perfection. 2. Je pense qu’il vaut mieux en effet ne pas parler de Cicéron, que Julius Titianus lui-même, écrivant sous le nom de femmes illustres, n’a pu reproduire, dans le style épistolaire, avec une suffisante ressemblance ; et c’est pourquoi tous les autres disciples de Fronton, comme il est naturel à des rivaux de la même école, l’ont appelé le singe des orateurs, pour la raison qu’il imitait un genre d’expression suranné. Quant à moi, je me suis toujours senti considérablement inférieur à tous ceux-là et j’ai toujours professé, d’autre part, qu’il fallait laisser à chacun le bénéfice de son temps et de ses mérites » (trad. Loyen 1970).

62 « 1. Souvent tu m’as engagé à réunir les lettres que j’aurais écrites avec un peu plus de soin et à les publier. Je les ai réunies sans respecter la chronologie (car ce n’est pas une œuvre historique que je voulais composer), mais dans l’ordre où elles me sont tombées sous la main. 2. Il reste à souhaiter que nous n’ayons pas à regretter, toi, de m’avoir donné ce conseil, et moi de l’avoir suivi. Car il en résultera que je vais rechercher les lettres auxquelles je n’ai pas encore prêté attention, et que j’éviterai de détruire celles que j’y aurai ajoutées » (trad. Zehnacker 2009).

63 Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 18 ; VIII, 1 et 16 ; IX, 1. Pour le commentaire de la lettre I, 1 de Sidoine : Köhler 1995, p. 99-119 ; Furbetta 2016, p. 10-13.

64 « 2. L’entreprise certes mérite que tu prennes la peine de faire des suggestions, mais elle ne mérite pas moins que tu prennes toi-même la chose en main. N’est-ce point un fait connu que dans les temps anciens aussi, Tacite, après avoir donné à Pline le Jeune de semblables conseils, se saisit bientôt lui-même de la maison qu’il avait suggérée ? Or si, respectueux de ce précédent, tu te lances maintenant dans cette entreprise, tu le feras mieux que moi, car je n’ai pas, pour ma part, d’autres prétention que d’être un disciple de Pline, tandis que toi, dans le style ancien du récit historique, tu viens à bon droit avant Tacite… qui, s’il revivait dans notre siècle et pouvait voir quel écrivain tu es, quelle réputation est la tienne, mériterait aujourd’hui plus que jamais son nom de Tacite. 3. Aussi est-ce bien à toi de prendre en charge la tâche que tu m’as assignée, toi qui peux ajouter à une rare éloquence l’important avantage de vastes informations. Admis chaque jour dans les conseils d’un roi très puissant, inquiet de ce qui se passe dans le monde entier, tu as connaissance à la fois de ses affaires et de ses lois, de ses traités et de ses guerres, des lieux, des distances, des mérites respectifs. Qui, dans ces conditions, serait mieux armé pour une telle œuvre que l’homme qui, de toute évidence, est au courant des migrations des peuples, de la diversité des ambassades, des exploits des généraux, des traités entre les souverains, en un mot de tous les secrets de la politique, et qui, placé à un poste de commandement, ne juge pas nécessaire d’étouffer la vérité ou de déguiser le mensonge ? 5. Principalement en ce qui concerne l’histoire, je suis persuadé que nous ne pouvons, nous, en tirer qu’une mince gloire : pour les membres du clergé en effet, il y a de la témérité à parler de nos propres affaires, de la vantardise à parler de celles d’autres ; nous dévoilons le passé infructueusement, le présent incomplètement ; il y a, pour nous, de la honte à dire des choses fausses, du danger à dire la vérité » (trad. Loyen 1970).

65 Cugusi 1990. Sur l’épître de Sidoine, voir aussi Condorelli 2003, pour le commentaire de la lettre plinienne : Sherwin-White 1966, p. 333-335.

66 Pline le Jeune, Lettres, V, 8, 9-11 : « 9. Qu’en sera-t-il si à ce fardeau vient s’en ajouter un autre ? Un discours et un ouvrage d’histoire ont sans doute nombre de caractéristiques communes, mais ils ont bien plus de divergences dans les caractéristiques mêmes qui paraissent communes. L’un est narratif, l’autre aussi, mais différemment : l’un est adapté pour des sujets le plus souvent ordinaires, ternes et tirés de la vie courante, l’autre pour des sujets toujours rares, éclatants, sublimes. 10. L’un doit généralement avoir de l’os, du muscle, du nerf, l’autre, peut-on dire, des bourrelets et presque un panache. L’un plaît peut-être avant tout par la force, l’âpreté, la véhémence, l’autre par l’ampleur, la douceur et même la grâce. Il y a enfin des différences dans le vocabulaire, dans les sonorités, dans la structure. 11. Le plus important, en réalité, est selon le mot de Thucydide, de distinguer un bien durable d’une production d’apparat ; il s’agit, dans un cas, du discours, dans l’autre, d’un ouvrage d’histoire. Voilà les raisons pour lesquelles je ne me laisse pas convaincre de confondre et mélanger deux genres dissemblables et que suffit à séparer leur importance ; je veux éviter d’aller, égaré dans ce que j’appellerais un tel bourbier, mettre ici ce que je devrais mettre là. Et c’est pourquoi je sollicite pour l’instant – je ne vais pas renoncer à mon vocabulaire habituel – une dispense d’audience » (trad. Zehnacker 2011).

67 Par exemple Cicéron, L’orateur, 9, 31 ; 20, 66 et 69 ; Quintilien, Institution oratoire, X, 1, 31-34.

68 Cugusi 1983, p. 207-239. À cet égard Sidoine est un « héritier » de Pline le Jeune, car il développe sous les yeux de son public ses réflexions et déclarations sur le style et la valeur de l’écriture épistolaire, mais d’une manière détournée, sans aboutir à une véritable réflexion systématique.

69 Ibid., p. 218-219.

70 Cela a été démontré surtout par Gibson 2013a, 2013b.

71 Maturitas en particulier est un mot utilisé par Cicéron pour indiquer la perfection de l’ars dicendi (cf. ThlL, VIII, 494, 74-84 ; 495,1-4) ; Sidoine l’emploie pour définir le style du De statu animae de Claudianus Mamertus (cf. les epistulae IV, 3, 5 ; V, 2, 2) et l’écriture (cf. l’epistula IX, 16, 3).

72 Sur l’importance de la lettre de recommandation au niveau pratique/politique, l’usage et l’élaboration des clichés littéraires dans la correspondance de Sidoine par rapport à la tradition littéraire, en particulier le modèle de Symmaque, voir Furbetta 2015.

73 Voir Shanzer 2001.

74 Pour une vue d’ensemble sur la correspondance de Symmaque, voir Callu 1972 (cf. l’introduction et, pour le style, p. 25-29) ; Matthews 1974 ; Salzman – Roberts 2011, p. xliv-lxviii.

75 À ce sujet, voir les analyses proposées dans les études de Condorelli 2015 et Fascione 2019b, 2020.

76 Garzya 1985 et supra n. 25.

77 Furbetta 2013, 2016.

78 Fortunatianus, Ars rhetorica, III, 10-12. La définition de rotundus (et rotunditas) appliquée au style figure en particulier chez Hor. Ars 323 ; Macrobe, Saturnalia, VII, 5, 1 (avec référence à la prose grecque ; à ce sujet voir aussi par exemple Sidoine Apollinaire, Poèmes, 23, 237).

79 Aulu-Gelle, Les Nuits antiques, XVII, 20, 4 ; XVI, 1, 1 (il renvoie à Musonius) : audiebamus et, quoniam vere atque luculente dictum verbisque est brevibus et rotundis vinctum, perquam libenter memineramus. On peut souligner que chez Macrobe, Saturnalia, V, 1, 5 (oratorum autem non simplex nec una natura est, sed hic fluit et redundat, contra ille breviter et circumcise dicere adfectat ; tenuis quidam et siccus et sobrius amat quandam dicendi frugalitatem, alius pingui et luculenta et florida oratione lascivit), luculentus accompagne les adjectifs pinguis et floridus (cf. infra).

80 Par exemple, d’après Aulu-Gelle, pour renvoyer au style de Cicéron (cf. Gell. N. A. I, 4, 4).

81 Prudence, Contre Symmaque, I, 632-637 : O linguam miro verborum fonte fluentem / Romani decus eloquii, cui cedat et ipse / Tullius, has fundit dives facundia gemmas ! / Os dignum aeterno tinctum quod fulgeat auro, / si mallet laudare deum, cui sordida monstra / praetulit et liquidam temeravit crimine vocem.

82 Symmaque, Lettres, I, 32 = Ausone, Lettres, 12 Green. La lettre est composée par Ausone qui loue le style de Symmaque, son destinataire : ille floridus tui sermonis afflatus deposita lectione vanescit et testimonii pondus prohibet inesse dulcedini. Hoc me velut aerius bracteae fucus aut picta nebula non longius quam dum videtur oblectat, chamaeleontis bestiolae vice, quae de subiectis sumit colorem. Aliud sentio ex epistula tua. Le texte est conservé dans les deux recueils ; pour les rapports entre Ausone et Symmaque à la lumière des lettres composées par ce dernier cf. Bruggisser 1993, p. 135-330, pour un commentaire de cette epistula : Salzman – Roberts 2011, p. 74-77 ; Green 1991, p. 625-627 ; Mondin 1995, p. 186-197 (dans son édition la lettre est la no 14). Pour une vue d’ensemble sur le rapport entre Ausone et Symmaque et une analyse globale de leur correspondance, voir Amherdt 2004. Sur le Fortleben des textes de Symmaque, voir Polara 1972.

83 L’utilisation des clausules dans la prose de Symmaque a été étudiée par Havet 1892 (cf. aussi Badalì 1966) ; pour la présence des clausules dans les lettres de Sidoine et ses choix par rapport à la tradition littéraire, voir Van Waarden – Kelly 2020.

84 Haverling 1990.

85 Goldlust 2010, p. 385, définit le genus pingue et floridum comme « retractatio macrobienne du genus medium, le genus pingue et floridum est donc lui-même l’image, non pas d’une moyenne pondérée entre différents genres de style, mais d’une parole poétique dont les pouvoirs sont en droits illimités et qui s’adapte à point nommé à son objet ».

86 Macrobe, Saturnalia, V, 1, 13 : Sed haec quidem inter se separata sunt. Vis autem videre quem ad modum haec quattuor genera dicendi Vergilius ipse permisceat et faciat unum quoddam ex omni diversitate pulcherrimum temperamentum ?

87 Galand-Hallyn 1994, p. 383.

88 Roberts 1989, p. 122-147, part. p. 125-132.

89 Sur l’importance de la réflexion macrobienne sur les genera dicendi dans les Saturnalia pour la poétique et l’esthétique tardoantique : Vogt-Spira 2009.

90 On peut souligner qu’une autre composante est la présence des archaïsmes épars dans les textes de Symmaque (et de son père, cf. Symmaque, Lettres, I, 2). Si l’usage des archaïsmes chez Sidoine est souvent limité à l’emploi de termes isolés (cf. Gualandri 1979, p. 163-172), il fait néanmoins allusion dans la même lettre I, 1, 2 au modèle des lettres de Fronton, auquel il fait parfois des emprunts (cf. l’index des loci similes rédigé par Geisler 1887). L’allusion est insérée dans une praeteritio dans laquelle Sidoine déclare renoncer à rivaliser tant avec l’incomparable Cicéron (l’oratorum princeps, cf. Sidoine Apollinaire, Lettres, V, 13, 3) qu’avec Titianus, oratorum simia et les consectanei de Fronton (sur la valeur ironique de l’image de la simia, voir Coffman McDermott 1936). La référence aux représentants de l’école archaïsante, à mi-chemin entre moquerie et polémique, marque une prise de distance de Sidoine à l’égard de ces médiocres épistoliers, qui ne peuvent pas se comparer à Fronton et encore moins à Cicéron, l’auctor par excellence. Pour un commentaire de ces lignes de la première epistula, voir Köhler 1995, p. 108-111, et pour une étude sur les choix de Sidoine par rapport à la tendance archaïsante d’auteurs qui lui sont proches, voir Pelttari 2020.

91 Sur l’importance de toute la théorisation grecque et latine sur le style et les genres littéraires et les sources de Macrobe : Flamant 1977, p. 260-271.

92 Sur cette question et sur les indices épars dans les lettres de Sidoine qui documentent les étapes de composition, de révision, de circulation interne au cercle des amis lettrés, ainsi que sa décision de diffuser son exemplaire, indices qui reflètent le processus de publication des recueils tardo-antiques, voir Santelia 2000 ; Mathisen 2014 (avec bibliographie). Pour une vue d’ensemble : Caltabiano 1996, p. 103-131 ; Mathisen 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciana Furbetta, « L’écriture « en réseau » »Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 135-1 | 2023, 171-189.

Référence électronique

Luciana Furbetta, « L’écriture « en réseau » »Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 135-1 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/11868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.11868

Haut de page

Auteur

Luciana Furbetta

Università degli Studi di Ferrara – furbylux@yahoo.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search