Navigation – Plan du site

AccueilNuméros135-1VariaLe Fragmentum Pragense (Národní K...

Résumés

Cet article est consacré à un fragment manuscrit de la Bibliothèque nationale de Prague (VII A 16/9) transmettant des portions du livre III des Ab Urbe condita de Tite-Live. La première partie analyse le fragment dans ses aspects paléographiques et codicologiques et reconstruit virtuellement la physionomie originaire du volume. La deuxième partie retrace son histoire. Le manuscrit provient de l’entourage du duc de Naples Jean III (928-968) et peut être comparé à d’autres livres de sa bibliothèque, dont la dispersion semble avoir été assez précoce. Avant le XVsiècle, le manuscrit fut démembré et partiellement transféré en Allemagne. Deux bifolia furent réemployés à Erfurt dans la reliure d’un incunable qui appartint un siècle plus tard à un bibliophile silésien, et qui a été acquis en 1625 par la bibliothèque des Jésuites à Prague. Cet épisode de translation du manuscrit livien de Naples vers l’Allemagne est, dans la troisième partie, placé dans le cadre plus large des phénomènes de migration des livres en écriture bénéventaine de l’Italie du Sud vers les bibliothèques allemandes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent article, centré sur les aspects matériels du manuscrit et les phénomènes de réutilisation qu’il a subis, doit être considéré comme la première partie d’un « diptyque », dont la seconde partie sera consacrée aux aspects plus proprement philologiques, ainsi qu’à l’histoire de sa transmission. Je tiens à exprimer ma gratitude envers Ernesto Stagni (université de Pise), Jérémy Delmulle (IRHT, Paris), Renata Modráková (Národní Knihovna, Prague) et Marta Filippini (Université pontificale grégorienne, Rome), pour l’aide qu’ils m’ont apportée à divers titres.

Texte intégral

  • 1 Truhlář 1905, p. 477-478.
  • 2 On renvoie ici à l’édition Titi Livi Ab Urbe condita (éd. Ogilvie).

1L’actuel manuscrit VII A 16 de la Bibliothèque nationale de Prague, décrit comme Fragmenta diversorum codicum Latinorum minora sous le no 1224 du catalogue de Josef Truhlář (1905)1, est un volume composite constitué de fragments de manuscrits hétérogènes du point de vue de l’âge et de la provenance. Il se compose de dix unités codicologiques indépendantes, assemblées à l’époque moderne. L’U. C. IX, qui nous intéresse ici, consiste en deux folia non reliés qui, une fois replacés dans leur ordre d’origine, se révèlent contenir un fragment de Tite-Live, Ab Urbe condita, III, 35.7 (Comitiorum illi habendorum) – 40.4 (magnas excitari)2.

  • 3 Lowe 1929, pl. XLVII.
  • 4 Pour l’U. C. IX (en écriture bénéventaine), la bibliographie est rassemblée dans la base de données (...)
  • 5 www.manuscriptorium.com/apps/index.php ?direct =record&pid =AIPDIG-NKCR__VII_A_16_9__1I120M5-cs.

2La description très succincte de ces folios dans le catalogue de Truhlář (Duo folia membran. cod. saec. XI-XII characteribus langobardicis exarati), et le fait que seule une reproduction partielle ait existé jusqu’à ces dernières années3, ont fait que seuls quelques spécialistes s’y sont intéressés4. Aujourd’hui, la mise à disposition des photographies couleur des deux feuillets sur le site Manuscriptorium de la Bibliothèque nationale de Prague offre la possibilité d’un nouvel examen codicologique et d’une collation complète5. Comme nous le verrons, l’analyse de certains aspects matériels du manuscrit permet de replacer ces fragments dans leur contexte d’origine et de proposer quelques considérations spécifiques sur les pratiques d’écriture qui caractérisaient ce dernier. Il est donc utile, tout d’abord, de donner une description des folios dans leur état actuel et de reconstituer virtuellement leur faciès d’origine.

Reconstruction de la physionomie originelle du manuscrit

3La réutilisation de ces parchemins (nous verrons plus loin dans quel contexte) a modifié leur aspect original, rendant difficile la visualisation de leur état antérieur. Ces difficultés tiennent principalement à trois facteurs :

– Les feuillets ont été coupés dans leur partie supérieure sans tenir compte du texte, lequel s’en trouve mutilé par endroits. Sur la base des lacunes textuelles constatées, il est possible de quantifier l’étendue de la coupe, et donc de calculer la taille d’origine de chaque feuillet (cf. ci-dessous).

– Les deux feuillets originaux ont été pliés en deux lors de leur réutilisation, de sorte que ce qui était à l’origine deux folia constitue désormais deux bifolia. La numérotation actuelle (selon laquelle ont été prises les photographies disponibles en ligne) a été effectuée après cette opération de pliage. Ainsi, pour lire le texte dans sa continuité, il faut lire les folios dans l’ordre suivant : 1v-2r ( = recto du fol. 1 original), 2v-1r ( = verso du fol. 1 original), 4v-3r ( = recto du fol. 2 original), 3v-4r ( = verso du fol. 2 original). Le pliage des feuillets a également entraîné une déformation de la mise en page originale du texte. Celle-ci était à l’origine en deux colonnes. Or, le pliage des feuillets individuels ne correspond pas à l’intercolonne. Il en résulte que le texte d’une colonne se trouve divisé de part et d’autre du pli. Cette situation peut être représentée par le schéma suivant, dans lequel la ligne verticale continue représente la limite originale entre la colonne de gauche et celle de droite, la ligne verticale en pointillés représente le pliage actuel du feuillet (fig. 1).

– Outre les coupures du parchemin (qui ont causé la perte irréparable de certaines parties du texte) et les plis (qui ont rendu illisibles certaines zones d’écriture), les deux feuillets ont été gravement endommagés par l’humidité et d’autres facteurs, de sorte que l’encre est presque effacée en de nombreux endroits. Ce problème est particulièrement sensible aux fol. 1r et 4v car, comme nous le verrons, ces feuillets ont ensuite été contrecollés sur un autre support, ce qui a compromis la lisibilité de l’encre.

Figure 1 – Comparaison entre la mise en page originale et la mise en page actuelle du manuscrit.

Figure 1 – Comparaison entre la mise en page originale et la mise en page actuelle du manuscrit.
  • 6 On renvoie ici à la numérotation des paragraphes dans l’édition Titi Livi Ab Urbe condita (éd. Ogil (...)

4En tenant compte de ces difficultés, il est possible de reconstituer le contenu de ces pages avec une certaine approximation. On peut le schématiser de la manière suivante6 :

5Fol. 1 original :

  • fol. 1v : […] 35.7 (Comitiorum illi habendorum) – 36.2 (Idus tum maie) ;
  • fol. 2r : […] 36.3 (insignem fecere) – 36.7 (crudeliterque consulebatur) ;
  • fol. 2v : […] 36.8 (-lasset habeo ad quem venerat) – 37.4 (magistratu rei publicae) ;
  • fol. 1r : […] 37.5 (*3 homines quia id populare) – 38.2 (libertas indignaba-).

6Fol. 2 original :

  • fol. 4v : […] 38.3 (passim vagatum) – 38.8 (quidnam incidisset cur) ;
  • fol. 3r : […] 38.9 (senatorem raroque) – 38.13 (proditam a patribus plebs) ;
  • fol. 3v : […] 39.1 (-tur ventum in curiam esse) – 39.7 (libertate sua vindicanda) ;
  • fol. 4r : […] 39.8 (iuris in civitate relinquerint) – 40.4 (certamini magnas exci-).
  • 7 Lowe 1929, pl. XLVII.

7Qu’il y ait une continuité textuelle entre les deux feuillets (c’est-à-dire entre les actuels fol. 1r et fol. 4v) permet d’établir qu’ils se suivaient dans le manuscrit original, et formaient donc probablement le bifolium central d’un cahier7.

  • 8 L’ampleur des lacunes (mesurée en caractères, espaces exclues) est la suivante : fol. 2r = 105 ; fo (...)
  • 9 Mon calcul corrige légèrement la reconstruction de Lowe 1929, pl. XLVII, lequel affirmait que trois (...)

8Lorsqu’il est possible de lire les derniers mots d’un folio et les premiers mots du suivant (ou les derniers mots d’une colonne et les premiers mots de la colonne suivante), il est également possible de mesurer la quantité de texte perdu en raison de la coupure du parchemin dans sa partie haute. En moyenne, une lacune correspond à 126/127 caractères (espaces incluses)8. Le nombre moyen de caractères par ligne (calculé à partir des valeurs des vingt-neuf lignes conservées dans le fol. 2r) est de 33 : 126/127 caractères devaient donc occuper un peu moins de quatre lignes d’écriture (33 × 4 = 132). On en conclut que la coupe a entraîné la perte des quatre premières lignes de chaque feuillet9. Ceci rend possible la reconstitution de la mise en page originale du volume. Sur chaque page, le texte était disposé en deux colonnes, chacune comprenant trente-trois lignes.

  • 10 Je m’écarte à nouveau de la reconstruction de Lowe 1929, pl. XLVII ; il supposait que la marge infé (...)

9Connaître la quantité de texte perdu nous donne également une idée de la taille du manuscrit. La largeur devait être de 33 cm (les feuillets « étroits » mesurent actuellement 10,5 cm, les feuillets « larges », 22,5 cm). La hauteur actuelle est de 33,5 cm. En considérant qu’il manque la marge supérieure et les quatre premières lignes d’écriture, et si l’on admet une certaine symétrie dans la mise en page entre les parties supérieure et inférieure du feuillet, la portion de parchemin découpée devait avoir une hauteur d’environ 8 cm (autant que ce qu’occupent actuellement les quatre dernières lignes d’écriture et la marge inférieure de chaque feuillet). Nous aurions donc un feuillet de 33 × 41,5 cm10.

  • 11 La meilleure description de l’écriture se trouve dans Lowe 1929, pl. XLVII ; cf. également Newton 2 (...)

10L’écriture est une minuscule bénéventaine très régulière et claire, différente de celle utilisée dans les manuscrits de l’abbaye du Mont-Cassin11. Il s’agit d’une écriture extrêmement élégante et aérée, caractérisée par la largeur et la régularité des lettres, ainsi que par l’absence de clair-obscur. Certaines lettres présentent une morphologie particulière. Les phénomènes les plus caractéristiques sont : l’utilisation d’un a oncial inversé en fin de ligne, réalisé de telle sorte que la panse descend sous la ligne d’écriture (fol. 3r, l. 6 à partir du bas, qua ; fol. 3v, l. 4, ola- ; fol. 3v, l. 4, roga- ; fol. 3v, l. 11 à partir du bas, superbiam ; fol. 3v, dernière ligne, vindicanda) ; le ductus particulier du r à la fin des mots, avec un deuxième trait formant une courbe haute vers le haut et se terminant par un long trait diagonal (fol. 3v, l. 2 à partir du bas, experirentur et fortior ; fol. 3v, dernière ligne, dolor) ; la ligature -nt en fin de mot, faite comme une sorte de nζ (fol. 2v, l. 8, haberent ; fol. 2r, l. 9, optinerent ; fol. 2r, l. 10, spectarent ; fol. 3r, l. 10, coheant ; fol. 3r, l. 13, redierant ; fol. 3r, l. 14, cesserant ; fol. 3r, l. 15, erant) ; parallèlement à cela, la ligature et, réalisée non pas comme & mais comme une sorte de eζ avec un trait supérieur sinueux (fol. 2v, l. 2, peniteret ; fol. 2v, l. 11, et ; fol. 2v, l. 8 à partir du bas, et ; fol. 3r, l. 8, det ; fol. 3v, l. 13, et). Les mots sont régulièrement séparés par des espaces, les majuscules sont réalisées comme des lettres capitales, les signes de ponctuation sont ceux en usage dans la minuscule bénéventaine.

  • 12 Sur la nature élitiste de cet objet : Cavallo 1974, p. 378-379 ; Granier 2009, p. 176.

11Le format imposant, les marges très larges, totalement dépourvues de gloses et de marques de lecture (du moins dans la partie conservée), l’espace interlinéaire et intercolonnaire abondant, l’écriture ordonnée et harmonieuse, font penser à un livre de luxe : un manuscrit copié dans un scriptorium de haut niveau où le parchemin était abondant et où se trouvaient des copistes professionnels ; le manuscrit ne fut sans doute pas utilisé dans un contexte scolaire ou monastique, mais probablement produit pour un personnage illustre12.

Le contexte de production du manuscrit : la bibliothèque du duc Jean III de Naples (928-968)

  • 13 Frugoni 1978 ; Cavallo 1974, p. 376-379 ; Villa 2019, p. 225-230 ; sur la culture napolitaine du Xe(...)

12Le contexte de production du manuscrit a depuis longtemps été identifié par les paléographes. Il provient très probablement de la bibliothèque du duc Jean III de Naples (928-968), souverain éclairé connu pour la monumentale renovatio librorum qu’il mit en œuvre en mémoire de sa défunte épouse Théodora, à une époque non précisée entre 951 et 96813.

  • 14 Alors que le texte de l’Historia est transmis par un grand nombre de manuscrits et en différentes r (...)

13L’entreprise est bien connue et fait l’objet d’une riche bibliographie. Elle est évoquée par l’archiprêtre Léon dans le prologue de sa version latine du Roman d’Alexandre attribué au Pseudo-Callisthène (également connue sous le nom d’Historia de preliis Alexandri Magni)14.

  • 15 Je me rallie à la correction proposée par Waitz 1847, p. 692, acceptée par Landgraf 1885, p. 28, et (...)

Post cuius [scil. Theodorae uxoris] transitum praefatus Johannes, excellentissimus consul et dux, vir eius et Deo amabilis, statuit mente sua ordinem scripturarum inquirere et praeclare ordinare. Primum vero libros quos in sua dominatione invenit renovavit atque meliores effecit15 ; deinde anxie inquirens sicut philosophus quoscumque audire vel habere potuit, sive rogando seu precando, multos et diversos libros accumulavit et diligenter scribere iussit. Maxime ecclesiasticos libros, Vetus scilicet atque Novum Testamentum, funditus renovavit atque composuit. Inter quos historiographiam videlicet vel chronographiam, Joseppum vero et Titum Livium atque Dyonisium, caelestium virtutum optimum predicatorem, atque ceteros quam plurimos et diversos doctores, quos enumerare nobis longum esse videtur, instituit.

  • 16 Cassiodori Institutiones, p. 55.
  • 17 Bien que Frugoni 1978, p. 139, affirme que l’œuvre était « diffusa certamente nell’Italia meridiona (...)

14Il est intéressant de noter que le choix de Léon de mentionner côte à côte Tite-Live et Flavius Josèphe comme exemples de la richesse de la bibliothèque du duc s’inscrit dans la lignée de programmes éducatifs encore sensiblement inchangés par rapport au modèle de Vivarium, puisque ce fut en effet Cassiodore qui consacra ces deux auteurs comme piliers de l’enseignement de l’histoire romaine pour de nombreuses générations (Cassiodori Institutiones, I.17.1 : ut est Ioseppus, paene secundus Livius16). Un autre aspect intéressant est la mention de Dyonisium, caelestium virtutum optimum predicatorem, qui fait allusion au De coelesti hierarchia du Pseudo-Denys l’Aréopagite, probablement dans la traduction latine de Jean Scot Erigène, car elle fournit la preuve de la circulation de cette traduction dans la région napolitaine à une époque antérieure aux premiers témoins directs d’Italie méridionale (XIe siècle)17.

  • 18 Lowe 1929, pl. XLVIII. Bibliographie disponible dans BMB (sigle MCB – 123).
  • 19 Après Lowe 1929, pl. XLVIII, des similitudes graphiques ont été relevées par Cavallo 1974, p. 378, (...)
  • 20 Lowe 1929, pl. XLVII.

15Par ailleurs, c’est précisément la mention de Flavius Josèphe à côté de Tite-Live qui renforce l’hypothèse de l’appartenance du Tite-Live de Prague à la bibliothèque du duc Jean. Nous conservons, en effet, un exemplaire du De bello Iudaico de ce dernier qui présente des similitudes frappantes avec le Tite-Live : Mont-Cassin, AA, 123, U. C. I, fol. 1-19218. Les fortes similitudes entre les deux manuscrits ont été relevées depuis longtemps, notamment en ce qui concerne leur écriture, très éloignée de la bénéventaine « cassinienne », qui se stabilise vers le milieu du Xe siècle19. Ils partagent les ligatures très particulières eζ (et) et nζ (nt), la forme de l’a oncial inversé en fin de ligne avec panse pendante, la réalisation particulière du r en fin de mot, les signes de ponctuation et en général l’aspect aéré de l’écriture. Ces similitudes sont si prononcées qu’elles ont amené Lowe à affirmer que « both mss. were produced at the same time, probably at the same scriptorium and possibly by the same scribe20 ». Certains aspects du système abréviatif (sur lesquels nous reviendrons ci-dessous) permettent, d’ailleurs, de dater le Flavius Josèphe à la deuxième moitié du Xe siècle : une période cohérente avec l’attribution à la cour du duc Jean III.

  • 21 Ibid.

16Certaines caractéristiques matérielles, telles que le format et la mise en page, permettent d’ailleurs d’établir que les deux manuscrits non seulement proviennent du même scriptorium mais sont, pour ainsi dire, des « volumes frères » (« sister volumes », selon Lowe21) : ils reflètent probablement une production en série qui correspondrait au projet ordonné et cohérent de renovatio librorum. Ce deuxième aspect, c’est-à-dire les similitudes de format et de mise en page, peut être évalué plus en détail maintenant que le faciès original du Tite-Live a été plus soigneusement reconstruit. Comme nous l’avons vu, il mesurait 33 × 41,5 cm et offrait une mise en page sur deux colonnes avec trente-trois lignes par colonne. Le Flavius Josèphe (qui n’a subi aucune coupure) mesure 32 × 42 cm, et dispose le texte en deux colonnes de trente-trois lignes chacune. L’espace séparant les colonnes est, dans les deux cas, de 2,5 cm. Les marges mesurent, dans les deux cas, 4 cm. En résumé, ces manuscrits présentent un format pratiquement identique.

  • 22 Lowe 1929, pl. XLIX. Bibliographie dans BMB (sigle VLA – 3317). Fiche descriptive de A. M. Adorisio (...)

17Le rapprochement de ces deux volumes et leur appartenance commune à la bibliothèque napolitaine du duc Jean III permettent de les associer à d’autres livres qui présentent des caractéristiques graphiques et codicologiques similaires. Au premier rang de ceux-ci, du moins du point de vue paléographique, se trouve le manuscrit Cité du Vatican, BAV, Vat. lat. 3317. Mutilé au début et à la fin, il contient le commentaire de Servius sur les Bucoliques, les Géorgiques et l’Énéide (ce dernier sous une forme très partielle)22.

  • 23 Newton 2020, p. 126.
  • 24 Lowe 1929, pl. XLIX ; Cavallo 1974, p. 318.
  • 25 Lowe 1914, p. 195 et 217-218 ; Lowe 1929, pl. XLVIII et XLIX.

18Dans l’écriture, « of enormous finesse and spidery grace23 », on retrouve la même forme de r que dans le Tite-Live et le Flavius Josèphe (par exemple au fol. 89r, l. 15, en fin de ligne, par) et le même a oncial inversé avec panse pendante en fin de ligne. Le copiste partage avec le responsable du Flavius Josèphe une réalisation atypique de la ligature li, avec le i penché vers la gauche sous la ligne (celle-ci n’est pas attestée dans le fragment de Tite-Live, où le i en ligature est toujours droit). Les similitudes sont telles qu’elles suggèrent que les trois manuscrits proviennent du même scriptorium24. La présence de l’abréviation t2 pour -tur, également visible dans le Flavius Josèphe (mais pas dans le fragment de Tite-Live), permet de dater les trois manuscrits de la seconde moitié du Xe siècle25.

19En ce qui concerne la mise en page, le volume servien présente, exactement comme Tite-Live et Flavius Josèphe, trente-trois lignes par page. Mais, contrairement à ce que l’on observe sur ces deux derniers, les lignes sont disposées en une seule colonne. Les marges mesurent 4 cm (exactement comme le Tite-Live et le Flavius Josèphe), mais le Servius se distingue par sa taille plus modeste, puisqu’il ne mesure « que » 25 × 32 cm (contre 33/32 × 41/42 cm pour les deux autres).

  • 26 Lowe 1929, pl. XXXI. Bibliographie dans BMB (sigle NAN – 5) ; fiches descriptives dans Tarquini 200 (...)
  • 27 Lowe 1929, pl. XLV. Bibliographie dans BMB (sigle NAN – 6) ; fiches descriptives dans Virgilio 1981 (...)

20On a également envisagé de rattacher à la même bibliothèque deux autres volumes écrits dans une écriture similaire et pour lesquels un lien avec Naples peut être établi sur d’autres bases (en particulier, en raison de questions de conservation que nous aborderons dans la section suivante). Un Virgile avec un commentaire de Servius : Naples, BN, Vind. Lat. 5 (28 × 36 cm, disposition en deux colonnes avec trente-sept lignes par page)26, et un Virgile sans commentaire mais avec une précieuse iconographie : Naples, BN, Vind. Lat. 6 (21 × 32,5 cm, disposition en une seule colonne avec trente-sept lignes par page)27.

  • 28 P. Vergilius Maro, Bucolica. Georgica, p. 15-17, surtout p. 107, n. 42, pour des erreurs conjonctiv (...)
  • 29 Ibid., p. 16 ; Stok – Ramires 2021, p. 57-65.

21En ce qui concerne le texte de Virgile, il n’est pas surprenant que ces manuscrits soient apparentés les uns aux autres et relèvent d’une même branche sud-italienne de la tradition, communément appelée « Longobarda »28. Plus significatives sont les affinités textuelles, déjà relevées, entre le commentaire servien du Vind. Lat. 5 et celui du Vat. lat. 3317, lequel, pour des raisons paléographiques, peut être rattaché à Naples et aux livres du duc Jean29.

22D’un point de vue graphique, les deux Virgiles semblent être légèrement antérieurs aux manuscrits cités jusqu’à présent, car, contrairement à ceux-ci, ils utilisent toujours le même signe d’abréviation (t avec un tilde horizontal droit) pour -ter et -tur, alors que, à partir du milieu du Xe siècle, une distinction consciente commence à être faite entre deux signes d’abréviation différents (t avec tilde = -ter ; t2 = -tur).

23Si l’on admet que ces deux Virgiles faisaient également partie de la bibliothèque constituée par le duc Jean entre 951 et 968, la date légèrement plus haute et les divergences graphiques partielles par rapport au groupe [Tite-Live + Flavius Josèphe + Servius] nous obligent à réfléchir à la manière dont se sont opérées la collecte et la renovatio des volumes. Il ne s’agit probablement pas d’une opération ponctuelle réalisée en une seule fois, mais plutôt d’une « politique de longue haleine » poursuivie par le duc au fil des ans, impliquant des copistes de différentes générations, dont la formation n’était pas entièrement uniforme.

  • 30 Nous conservons, par exemple, des manuscrits de l’Antiquité tardive copiés dans le scriptorium du C (...)
  • 31 Sur ces alliances : Berto 2001. Les documents relatifs à ce complexe jeu politique ont été réunis p (...)
  • 32 Les informations sur tous ces personnages et leurs généalogies sont disponibles dans les notices qu (...)

24Cette expansion « chronologique » de la renovatio de Jean III avait sans doute également un pendant « spatial » sur lequel il convient d’insister davantage. Le texte du prologue de Léon, qui n’a pas été lu avec toute l’attention requise, est assez clair à ce sujet. Les exemplaires à copier furent recherchés d’abord in sua dominatione, c’est-à-dire dans le duché napolitain (dans la bibliothèque capitulaire et dans les différentes bibliothèques monastiques de la ville et des environs, dépositaires de livres anciens, parfois conservés)30, puis auprès de tous ceux qui étaient connus pour posséder des volumes : quoscumque audire vel habere potuit. Il est donc nécessaire de retracer les alliances politiques multiples – et souvent fragiles – que Jean conclut au long de son règne, afin d’identifier ces amis auprès desquels, rogando vel precando, il obtint les livres nécessaires à sa propre refondation intellectuelle31 : parmi ceux-ci, de puissants seigneurs locaux, tels que les princes Aténolf II de Capoue et Landolf II de Bénévent, et le duc Docibile II de Gaète ainsi que d’importantes figures ecclésiastiques comme l’abbé Léon de San Vincenzo al Volturno. Il faut également rappeler les liens familiaux de l’épouse de Jean, Théodora (à la mémoire de laquelle la nouvelle bibliothèque fut dédiée), avec les élites romaines, puisqu’elle était fille de la sœur de Marotia, senatrix Romanorum, et donc petite-fille du gloriosissimus dux Théophylacte et cousine d’Alberic de Rome32. Nul doute que Jean III ait pu se procurer par leur intermédiaire des volumes pour sa bibliothèque personnelle. Il s’agissait d’une opération de grande envergure. Il n’est d’ailleurs pas certain que les copies aient toutes été réalisées dans un seul scriptorium à Naples.

  • 33 Gesta episcoporum Neapolitanorum, p. 434, l. 37-38. La position du manuscrit cassinien dans le stem (...)

25On peut supposer un modèle napolitain pour le Flavius Josèphe (Mont-Cassin, AA, 123) car nous savons qu’un siècle avant Jean III cet ouvrage était déjà présent dans la bibliothèque des ducs : Jean Diacre rapporte en effet dans les Gesta episcoporum Neapolitanorum que tres Flabii Ioseppi codices (non identifiés à ce jour) avaient été donnés à la bibliothèque épiscopale par le duc Serge I (840-864)33. Pour d’autres textes, les modèles provenaient probablement de l’extérieur du duché.

  • 34 Perriccioli 2012.
  • 35 Stok – Ramires 2021, p. 57-65. Le seul autre représentant indépendant de cette famille est Oxford, (...)
  • 36 Billanovich 1986, p. 4-8 (p. 204-208 dans la réimpr. de 2004). Je consacrerai bientôt une contribut (...)

26En ce qui concerne la copie grecque du Pseudo-Callisthène sur laquelle se base la traduction latine de Léon, le modèle provenait de Constantinople. Pour le Virgile Vind. lat. 6, il a été démontré qu’il ne dérive pas directement d’un exemplaire de l’Antiquité tardive (comme on le croyait auparavant) mais très probablement d’un manuscrit perdu du VIIIe siècle lié à la cour d’Arichis II de Bénévent34 : un livre provenant d’une région située au-delà des confins du duché de Naples, mais avec laquelle Jean III entretenait des relations politiques suivies. Pour le commentaire de Servius, les deux copies appartenant à Jean (Vat. lat. 3317 et Vind. lat. 5) sont étroitement liées, et dérivent d’un antigraphe commun perdu, mais relevant lui-même d’une branche de la tradition bien identifiée (appelée σ), dont le seul représentant indépendant (outre l’hyparchétype Vat. lat. 3317 – Vind. lat. 5) est un volume du XIe siècle en bénéventaine du type « Bari »35. Même pour le Tite-Live (comme G. Billanovich l’avait deviné, et comme j’essaierai de le démontrer ailleurs), le modèle est très probablement à rechercher en dehors de la sphère napolitaine, probablement à Rome ou dans la région du Latium36.

27Il ne faut donc pas imaginer une entreprise de copie à grande échelle qui aurait eu lieu à Naples, mais plutôt une série de copies coordonnées, réalisées sur commande et se produisant dans différents centres d’écriture du Centre-Sud de l’Italie. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de postuler a priori une homogénéité graphique totale dans les manuscrits de la bibliothèque ducale.

28Cette hypothèse change, en partie, la perspective dans laquelle l’enquête sur la bibliothèque de Jean a été menée jusqu’à présent. Si l’on admet un « polycentrisme » de l’entreprise de copie et, partant, une certaine hétérogénéité graphique dans cette campagne de renovatio librorum, rien n’empêche a priori de rattacher à la bibliothèque ducale du Xe siècle d’autres livres d’origine méridionale, qui ne présentent pas de similitudes graphiques et codicologiques avec ceux vus jusqu’ici, mais dont la nature de livres de luxe suggère qu’ils ont été produits pour des mécènes de haut rang.

  • 37 Lowe 1929, pl. XLII. Bibliographie dans BMB (sigle MUS – 337). Pour le lien avec Vivarium : Troncar (...)
  • 38 L’hypothèse selon laquelle cette note serait autographe est, d’ailleurs, peu probable. Pour autant (...)
  • 39 Cassiodori Institutiones, I.31.2, p. 78-79 : Quod si vobis non fuerit Graecarum litterarum nota fac (...)

29Je pense, par exemple, au fameux Dioscoride de Munich (BSB, Clm 337), célèbre pour ses illustrations, copié au Xe siècle dans un scriptorium de Campanie, et dont on soupçonne à raison qu’il pourrait dériver d’une copie cassiodorienne37. Ce manuscrit (20 × 24,5 cm, mise en page sur deux colonnes avec trente lignes par page) présente également de larges marges presque entièrement vierges, de sorte qu’il ne semble pas avoir été destiné à un milieu scolaire mais plutôt à un illustre mécène. Le fait qu’au fol. 3r, dans la marge supérieure, quelqu’un ait apposé le nom IOANNES en grandes majuscules (en sens inverse de l’écriture) ne suffit évidemment pas pour y reconnaître une note de possession du duc napolitain38. Toutefois, l’origine campanienne est avérée, et la datation renvoie bien aux années de règne de Jean III ; un tel volume aurait parfaitement sa place dans une bibliothèque inspirée (comme nous l’avons vu pour les textes historiques) par celle de Vivarium, puisque Dioscoride lui-même figurait parmi les auctores médicaux recommandés par Cassiodore à ses moines39.

  • 40 Bibliographie dans BMB (sigles VLA – 335 et VLA – 356). L’étude fondamentale est celle de Blow 1984
  • 41 On le voit dans le mot cavete, dans la note O clerici cavete vos a mulieribus, au fol. 113r du Vat. (...)

30Enfin, l’imposant recueil des épîtres de saint Jérôme, aujourd’hui divisé en deux volumes (Cité du Vatican, BAV, Vat. lat. 355 et 356), présente une certaine ressemblance avec les livres du duc Jean40. Dans les marges de ce recueil, on trouve des annotations de Lorenzo Valla, mais aussi d’un lecteur anonyme du haut Moyen Âge qui utilise une bénéventaine présentant le même a oncial inversé en fin de ligne déjà observé dans le groupe [Flavius Josèphe + Tite-Live + Servius]41. Cette forme, vraiment particulière et absente des autres écritures bénéventaines contemporaines, pourrait suggérer que ce livre provient du même scriptorium où furent réalisés les trois autres manuscrits. Les similitudes de format et de mise en page sont également frappantes (en particulier avec la paire Flavius Josèphe + Tite-Live), puisque le saint Jérôme mesure 32,5 × 40,5 cm, a des marges d’environ 4 cm, une mise en page sur deux colonnes avec trente et une lignes par page et un espace entre les colonnes de 2,5 cm. Il s’agit d’un livre monumental, et le récit de Léon selon lequel le duc commanda (en plus des historiens) maxime ecclesiasticos libros s’impose immédiatement à l’esprit.

  • 42 Cassiodore, Institutiones, I.31.2, p. 79 : post haec [scil. Dioscoride] legite Hippocratem atque Ga (...)
  • 43 La rare bibliographie sur ce manuscrit est rassemblée dans BMB (sigle GLH – 3). Une notice descript (...)
  • 44 Cilento 1969.

31Il est plus difficile de rattacher à ce milieu d’autres manuscrits napolitains du Xe siècle. Citons le corpus de textes médicaux contenant des traductions latines d’Hippocrate et de Galien (que Cassiodore range parmi les auteurs de référence42) actuellement à Glasgow (bibliothèque universitaire, Hunter 404 [V.3.2])43. Son écriture diffère de celle du groupe de manuscrits examinés jusqu’à présent, et il est également de taille inférieure (18 × 28 cm), avec un texte sur une seule colonne, de larges marges et des initiales décorées. Les notes de lecture qu’il porte suggèrent une destination scolaire (peut-être pour la lecture à haute voix), et donc plutôt le studium de la cathédrale, déjà florissant au Xe siècle44.

  • 45 Lowe 1929 pl. XLI. Bibliographie dans BNB (sigle VLA – 5007). Celui-ci appartint au XVe siècle à un (...)

32À cette institution (plutôt qu’à une bibliothèque laïque) appartenait également le codex unicus des Gesta episcoporum Neapolitanorum (la principale chronique ecclésiastique locale), Cité du Vatican, BAV, Vat. lat. 5007. Ses premiers feuillets (fol. 1r-100v) furent écrits en onciale au IXe siècle, mais il fut ensuite poursuivi et terminé au Xe siècle par deux copistes différents faisant usage de l’écriture bénéventaine (fol. 100v-130r et fol. 130r-v), qu’on a proposé d’identifier avec les auteurs des sections finales de l’œuvre, à savoir Jean Diacre et Pierre Sous-Diacre45. Le manuscrit présente des caractéristiques graphiques et codicologiques différentes de celles des livres du duc Jean III : il est de dimensions plus réduites (14,5 × 20,5 cm), présente une mise en page sur une seule colonne avec dix-huit lignes par page et une écriture beaucoup moins régulière et contrôlée (« the forms are somewhat irregular », selon Lowe).

  • 46 Dans cette perspective, on peut partager l’opinion de A. Pratesi, selon lequel on ne peut pas parle (...)
  • 47 Dans le cadre de la culture graphique napolitaine du Xe siècle, on ne peut pas inclure avec certitu (...)

33De ce qui précède émerge donc un panorama graphique très hétérogène, au sein duquel le groupe [Flavius Josèphe + Tite-Live + Servius] constitue le seul noyau identifiable de manuscrits présentant une certaine unité graphique et codicologique46. Il s’agit d’un échantillon minimal et non représentatif, qui permet de se faire une idée de la production de livres à destination de l’élite, mais auquel on ne saurait réduire une réalité très complexe et diversifiée47.

La dispersion de la bibliothèque du duc Jean III et le sort de ses livres

  • 48 Sur le palais ducal de Naples : Arthur 2002, p. 41-42.

34On ignore quel fut le sort de la bibliothèque de Jean III. Le palais ducal était situé dans la zone appelée Monterone, correspondant à peu près au site actuel de l’université Federico II (corso Umberto). Mais il ne reste rien du bâtiment médiéval, et aucune source ne permet de reconstituer le processus de dispersion du patrimoine livresque qui y était conservé48.

  • 49 Tristano 1998, p. 9-18.
  • 50 Lowe 1929, pl. XXXI et XLV ; et donc également Tristano 1998, p. 248 (à propos de Vind. lat. 5) et (...)
  • 51 Vecce 2002, p. 53.
  • 52 Tristano 1998, p. 216.

35Certains volumes sont probablement restés à Naples et ont suivi des trajectoires que nous pouvons en partie retracer. C’est le cas des deux Virgiles aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de Naples (Vind. lat. 5 et Vind. lat. 6) : ils appartinrent dans les premières décennies du XVIe siècle à Antonio Seripando († 1531) qui les laissa en héritage à son frère Girolamo, lequel, à son tour, les légua au monastère augustinien de San Giovanni a Carbonara. Ils en furent retirés en 1718 pour être envoyés à Vienne avant d’être finalement rendus à la Bibliothèque nationale de Naples en 1918. Comme on le sait, une grande partie des manuscrits de Seripando passés à San Giovanni a Carbonara avaient été acquis en 1521 de la bibliothèque de l’humaniste calabrais Aulo Giano Parrasio49. Les deux Virgiles ont notamment été rattachés à ce legs « parrasien »50. Cette hypothèse peut toutefois être réfutée avec certitude pour le Vind. lat. 5. Il a en effet été relevé que, sur tous les livres hérités de Parrasio, Seripando apposa la note Antonii Seripandi et amicorum ex Iani Parrhasii testamento ; cette note les distingue d’un nombre important de volumes présentant la formule Antonii Seripandi et amicorum. Cette différence indique « l’esistenza di un originario fondo Seripando, nettamente distinto da quello di Parrasio51 ». Or, le Vind. lat. 5 fait partie du premier groupe : la note de possession se trouve au fol. 64v, et ne mentionne pas le testament de Parrasio. De son côté, le Vind. lat. 6, mutilé en plusieurs endroits par la chute de feuillets, ne porte aucune note de propriété, de sorte qu’il ne peut être identifié qu’à titre hypothétique avec le Virgilio in carta de coryo enregistré dans l’inventaire des livres de Parrasio dressé en 152152. Quoi qu’il en soit, le fait que les deux volumes réapparaissent à Naples dans les premières décennies du XVIe siècle permet de penser qu’ils n’ont jamais quitté Naples après la mort du duc Jean.

  • 53 Inguanez 1941, p. 43 ; l’item Josephus sine principio inc. Legem istorie cum passionibus et sermoni (...)
  • 54 Lowe 1929, pl. XLVIII ; Newton 1999, p. 100 ; Stok – Ramires 2021, p. 27.

36D’autres livres ont quitté Naples très tôt et ont été transférés à la bibliothèque du Mont-Cassin, refondée par l’abbé Aligerne en 949 après les années d’« exil » à Teano et à Capoue. Le Flavius Josèphe encore conservé dans cette abbaye (Mont-Cassin, AA, 123) figure sans équivoque dans le catalogue établi sur l’ordre du pape Paul II (1464-1471)53. Il est probable qu’il se trouvait au Mont-Cassin déjà dans les premières décennies du XIe siècle, puisqu’il fut annoté par un copiste cassinien dont la main peut être identifiée dans d’autres volumes de l’abbaye et sur l’identité duquel nous reviendrons sous peu54.

  • 55 Orsini 1587, fol. 5r ; Tarquini 2002, p. 99.
  • 56 Ottaviano 2011, p. 532-533.
  • 57 Abbamonte 2008, p. 347. Outre les copies humanistes du milieu romain, pour le seul commentaire des (...)
  • 58 Abbamonte 2012, p. 146-155.
  • 59 Cossu 2022, p. 205, n. 101.
  • 60 Cette opinion est rapportée dans Brown 2000, p. 401 et n. 26. Pour la datation du manuscrit cassini (...)

37Le Vat. lat. 3317 de Servius est arrivé à la bibliothèque Vaticane en 1602 à la suite d’un legs de Fulvio Orsini. La préface de l’édition du commentaire de Servius par Orsini lui-même (Rome, 1587) et plusieurs de ses lettres nous apprennent que le livre lui avait été donné par Paul Manuce par l’intermédiaire de son fils Aldo en 156255. L’hypothèse déjà avancée selon laquelle il aurait également été utilisé par Ange Politien vers 1484 peut être facilement réfutée56, bien qu’on la trouve encore mentionnée dans la bibliographie récente. Il est en effet très probable que le manuscrit se trouvait à Rome au XVe siècle, car un certain nombre d’apographes attribuables à la région romaine en ont été tirés à cette époque57, et parce qu’il fut certainement utilisé à Rome par Pomponius Laetus pour ses commentaires virgiliens58. Cependant, avant son arrivée à Rome, il avait probablement été conservé au Mont-Cassin. Il porte, en effet, les mêmes marques de lecture caractéristiques que les manuscrits Mont-Cassin, AA, 5, 123 et 374, que l’on peut aujourd’hui attribuer à un lecteur illustre : elles sont de la main de Laurent d’Amalfi, moine au Mont-Cassin jusqu’en 1029 et compilateur d’un célèbre florilège d’auteurs anciens, devenu archevêque d’Amalfi sous le nom de Léon II59. Plusieurs facteurs amènent à dater les annotations du Vat. lat. 3317 des années où Laurent résidait dans le monastère cassinien, ce qui oblige à postuler que le manuscrit séjourna dans la bibliothèque de cette abbaye dans les années 1020. On pourrait d’ailleurs faire remonter davantage la date de son arrivée au Mont-Cassin, en se ralliant à l’opinion de F. Newton selon laquelle le manuscrit fut annoté, avant Laurent, par un autre lecteur, à identifier avec le copiste de Mont-Cassin, AA, 402, manuscrit contenant un corpus de glossaires réalisé au Mont-Cassin sous l’abbé Aligerne (950-985)60.

38Cette reconstruction amène également à réfléchir sur la date de la dispersion de la bibliothèque du duc de Naples, qui a dû se produire assez tôt. Le terminus ante quem doit être placé dans les années 1020, date à laquelle Laurent d’Amalfi avait déjà accès aux Vat. lat. 3317 et Mont-Cassin, AA, 123 ; et l’on peut même remonter à la seconde moitié du siècle précédent si l’on admet que Vat. lat. 3317 se trouvait déjà au Mont-Cassin sous Aligerne. Jean étant mort en 968, le patrimoine livresque qu’il avait laborieusement constitué ne résista pas longtemps à une dispersion qui commença sans doute dès la génération suivante.

  • 61 Leccisotti 1960. Sur la période de sa régence : Galdi 2017.
  • 62 Chronica monasterii Casinensis, p. 172 ; Newton 1999, p. 19 et n. 99.

39Il est d’ailleurs fort probable que certains des manuscrits napolitains rassemblés par le duc Jean III soient passés au Mont-Cassin dès les dernières décennies du Xe siècle, puisque l’abbé Aligerne, qui dirigea l’abbaye pendant plus de trente ans (948-985), à l’époque cruciale de sa reconstruction (immobilière et culturelle), était napolitain de naissance et d’ascendance61. Les codices plurimos ac diversos qu’il fit réaliser selon le chroniqueur Léon d’Ostie furent probablement copiés sur les manuscrits qui avaient survécu à la destruction de l’abbaye en 883 et à l’incendie du siège de Teano en 89962. Mais certains livres purent également provenir de Naples, peut-être par l’intermédiaire de Capoue, siège temporaire des moines de l’abbaye de saint Benoît, dont les princes entretenaient des relations étroites, sinon toujours cordiales, avec Naples.

  • 63 Manfredi 1992, p. 108 et 118 ; Gargan 2010, p. 240, n. 48.
  • 64 Manfredi 1992, p. 117-121.
  • 65 Beccaria 1956, p. 222-223.
  • 66 Baglio – Ferrari – Petoletti 1999.

40Quant aux autres manuscrits napolitains soupçonnés d’avoir appartenu à la bibliothèque du duc Jean, leur histoire ne peut être retracée que de façon partielle. Le recueil d’épîtres de saint Jérôme, Vat. lat. 355 et 356, porte la note de possession Iste liber est S. Martini, probable référence à la chartreuse napolitaine de San Martino fondée en 132563. On peut supposer que le travail d’annotation de Lorenzo Valla (par l’intermédiaire duquel le manuscrit entra à la bibliothèque Vaticane entre 1475 et 1481) fut réalisé à Naples dans les années 144064. Le Dioscoride de Munich (Clm 377), en revanche, est arrivé en son lieu de conservation actuel par l’intermédiaire d’une longue lignée de possesseurs dont le premier fut le Florentin Marcello Virgilio Adriani († 1521)65. On ignore comment ce dernier entra en possession du manuscrit, mais les spoliations de volumes cassiniens par des intellectuels florentins sont attestées dès le début du XIIIe siècle66. On peut donc supposer que ce manuscrit, comme le Servius et le Flavius Josèphe, trouva également le chemin du monastère bénédictin, pour en être dans un second temps retiré par l’un des visiteurs florentins qui, entre le XIIIe et le XVe siècle, s’emparèrent des trésors de l’abbaye. Le silence des catalogues cassiniens n’invalide pas cette hypothèse, car le seul inventaire systématique dont nous disposions est celui qui fut dressé pour Paul II, et certains manuscrits médiévaux avaient déjà quitté l’abbaye.

Vicissitudes et réutilisation du Tite-Live de Jean III : de Naples à Prague, via Erfurt

  • 67 Lowe 1929, pl. XLVII.

41Mais comment les deux feuillets de Tite-Live sont-ils arrivés à Prague ? L’état actuel des parchemins, soumis au découpage et au pliage, avait déjà permis à Lowe de deviner le sort qui leur avait été réservé : « the two leaves […] were evidently used to reinforce some binding that was not so wide, hence the fold in the middle of the column67 ». Le découpage et le pliage suggèrent que les deux feuillets furent détachés du manuscrit original et repliés dans la reliure d’un volume plus petit.

  • 68 Tous les journaux cités ci-dessous sont disponibles sur Google Books. Les conventions graphiques ut (...)

42Cette intuition est confirmée par un certain nombre d’éléments extérieurs qu’il faut passer en revue pour reconstituer l’histoire du manuscrit. Plusieurs articles de journaux de l’automne 1861 font état de la découverte de ces feuillets dans un incunable de la Bibliothèque nationale de Prague, par le scriptor Rudolf Glaser. Je rapporte ci-dessous les trois témoignages repérés sur la découverte du fragment, afin qu’ils puissent être lus synoptiquement et ensuite analysés d’un point de vue « philologique » (c’est-à-dire généalogique) pour en retirer des informations utiles68.

43(α) Dans les Sitzungsberichte der Königlichen Böhmischen Gesellschaft der Wissenschaften in Prag, 2, 1861, dans la « Historische Section » du 11 novembre, Konstantin Höfler communique aux participants :

[die] Fund zweier Pergamentblätter, welche bei den neuen Catalogisierung der Incunabeln der Universitätsbibliothek vom Hrn. Scriptor Glaser entdeckt worden waren, und die der Redner einer näheren Untersuchung unterzogen hatte. Sie stellen sich als zusammenhängende Theile des III. Buches der Historien des Titus Livius heraus. Über das Alter der Handschrift, die sich ergebenden Lesearten nachdem auch der früher angeklebte Theil der Pergamentblätter seitdem abgelöst und lesbar gemacht worden, ist bereits ausführlich an die k. k. Akademie der Wissenschaften berichtet worden.

44(β) Un autre compte rendu de la même séance se trouve dans Bohemia. Unterhaltungsblätter für gebildete Stände, 269, 1861, p. 2555, col. 1-2 :

Dann machte er [scil. Konstantin Höfler] die Versammlung auf höchst wichtige Pergamenblätter aufmerksam, die Hr. Scriptor Dr. Glaser bei der von dem Bibliothekar Dr. Hanus angeordneten Katalogisierung der Incunabeln der Universitätsbibliothek in einem Incunabel des Jahr 1486 gefunden und welche der Redner einer näheren Prüfung hatte. Er wies zuerst nach, dass die Vergleichung mit einem merowingischen Vocabular der Münchner Bibliothek, dessen Alphabet Prof. Dr. Kelle excerpirt, unwiderleglich die Fragmente in das merowingische Zeitalter (spätestens VIII Jahrhundert) versetze ; dass eine weitere Untersuchung derselben sie als Livianisch dargethan habe, und wenn sie auch nicht Reste der verlorenen Bücher der Historien des Titus Livius enthielten, doch der ersten Decade (Buch III. 36-39) des Livius angehörten, und mannigfaltige Varianten enthielten ; dass endlich ihr Alter das der bisher bekannten Codices der ersten Decade bei weitem überrage, und sie ebenso eine Zierde des Manuscriptenschages der Universitätsbibliothek bildeten als ein sprechenden Zeugnis der daselbst herrschenden Thätigkeit.

45(γ) La même information apparaît sous une forme plus synthétique dans Die Glocke. Illustrierte Zeitung, 152, 1861, p. 7, col. 1 :

Der Universitätsscriptor Glaser in Prag hat in einem Incunabel der prager Universitätsbibliothek mehre Fragmentblätter gefunden, welche bis in das merowingische Zeitalter, also wenigstens in das achte Jahrhundert, hinaufreichen und Bruchstücke des Livius (Buch III. 35-39) enthalten.

  • 69 En raisonnant en termes purement stemmatiques, on peut exclure soit que α dérive exclusivement de β (...)

46Les similitudes formelles entre les comptes rendus α et β, dans le vocabulaire et la structuration du discours, nous incitent à penser qu’ils ont été composés sur la base d’une source commune69, idéalement identifiable au procès-verbal de séance rédigé pendant l’assemblée elle-même, ou au texte original lu par l’orateur.

47Le compte rendu γ contient toutes les informations du compte rendu β (y compris la datation erronée de l’écriture au VIIIe siècle) mais ne présente pas une erreur propre à ce dernier, à savoir l’information sur le contenu des folios, qui ne correspond pas à III.36-39 (β) mais à III.35-39 (γ). Cette information ne pouvant être retrouvée qu’en consultant directement le fragment, l’absence de cette erreur en γ permet d’exclure que γ dépende exclusivement de β et d’établir qu’il remonte probablement à la même source que α et β. Les témoignages des trois récits ont donc une valeur égale.

  • 70 Des éléments bibliographiques sur tous ces personnages sont aisément accessibles en ligne et on n’o (...)
  • 71 Il est difficile d’identifier avec certitude le manuscrit utilisé par Höfler pour la comparaison. L (...)

48De la lecture de ces trois récits nous pouvons tirer quelques informations importantes sur la découverte des deux feuillets de parchemin. Celle-ci est attribuée à Rudolf Glaser, alors scriptor de la Bibliothèque nationale de Prague, qui était engagé dans une campagne de réorganisation et de catalogage des incunables, ordonnée par le directeur de la bibliothèque, Ignác Jan Hanuš (en fonction de 1860 à 1869)70. Les feuillets se trouvaient à l’intérieur d’un incunable de 1486 et étaient partiellement collés sur un autre support car il fallut décoller une partie du parchemin (« der früher angeklebte Theil der Pergamentblätter ») pour les lire. Une fois décollés, les feuillets furent soumis pour inspection à Konstantin Höfler, alors professeur d’histoire à la Karls-Universität de Prague. Höfler déclare avoir entrepris une analyse plus détaillée du manuscrit et l’avoir comparé avec un glossaire (« Vocabular ») de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, déjà étudié par son collègue Johann Kelle, qui était également présent à la session de la Königlichen Böhmischen Gesellschaft der Wissenschaften, comme le révèle la liste des participants donnée dans α71.

  • 72 Fiche descriptive disponible sur le site de la Bibliothèque nationale de Prague : aleph.nkp.cz/F/ ? (...)

49Encouragé par cette abondance d’informations, j’ai parcouru les incunables de la Bibliothèque nationale de Prague datés de 1486 pour tenter d’identifier le volume dont les feuillets liviens furent extraits. Grâce à l’aide de Mme Renata Modráková (Národní Knihovna), j’ai pu identifier ce livre avec Inc. 41. B. 1 : un exemplaire des Sermones Discipuli de tempore et de sanctis cum promptuario exemplorum et miraculis Beatae Mariae Virginis du prédicateur dominicain Johannes Herolt († 1468), imprimé à Bâle par Nicolaus Kessler le 2 mars 148672.

  • 73 La comparaison des taches présentes sur les fol. 1r-v et 4r-v avec les taches observables sur les c (...)

50L’identification est certaine pour plusieurs raisons. Les contreplats portent clairement les traces des portions de parchemin autrefois collées aux planches de bois qui correspondent aux actuels fol. 1r et 4v du manuscrit qui nous intéresse ici. L’adhérence prolongée des parchemins aux planches de bois a eu pour effet de laisser sur les planches des décharges d’encre : décharges dans lesquelles on peut facilement reconnaître le contour de la fine minuscule bénéventaine de notre Tite-Live. La taille des taches visibles sur les contreplats après le retrait des gardes correspond à celle des feuillets « étroits » du manuscrit, tandis que la taille des pages de l’incunable correspond à peu près à celle des feuillets « larges ». Ainsi, nous pouvons facilement deviner comment chaque feuillet était positionné dans la reliure : les feuillets « étroits » actuels (fol. 1 et 4) étaient collés sur les contreplats, tandis que les feuillets « larges » actuels (fol. 2 et 3) constituaient les gardes proprement dites73. Ceci explique également les raisons du pliage du parchemin et de la coupe : le pliage a été pratiqué lorsque les feuillets du manuscrit livien ont été réutilisés pour la reliure de ce livre. Une fois les gardes collées aux contreplats, elles furent à leur tour recouvertes d’une contre-garde en papier, laquelle fut partiellement détachée et retirée en 1861, lorsque les gardes ont été retirées pour être stockées indépendamment dans la section « manuscrits » de la bibliothèque.

  • 74 Je transcris l’annotation à partir des photographies de l’incunable qui m’ont été aimablement fourn (...)

51La partie encore préservée de la contre-garde de papier est très importante pour notre démonstration. Sur la partie subsistante de la contre-garde antérieure se trouve une note manuscrite de Rudolf Glaser (le scriptor de la bibliothèque qui découvrit les feuillets de Tite-Live) qui nous informe précisément de la présence des parchemins liviens dans la reliure de cet incunable, apportant une confirmation définitive à la reconstruction proposée ici. Le texte est le suivant74 : « In diesem Codex wurden am 9 Nov. 1861 als Vorsetzblätter zwei Fragmente eines alten Livius (9o Jh.) gefunden, die heraus genommen nur für sich als Manuscript aufbewahrt worden. » Cette note permet d’approfondir les circonstances de la découverte. D’une part, elle fixe précisément la date de la découverte au 9 novembre (donc deux jours avant la réunion de la Gesellschaft au cours de laquelle elle a été annoncée publiquement, le 11 novembre). De l’autre, elle présente une divergence substantielle par rapport aux comptes rendus β et γ au sujet de la datation des feuillets, fixée par Glaser au IXe siècle et par Höfler au VIIIe siècle. Cette incohérence doit sans doute être attribuée à l’excès d’optimisme de Höfler, ou peut-être à un choix délibéré de la part de ce savant, qui aura exagéré l’ancienneté du fragment afin de donner plus de résonance à l’événement lorsqu’il en a communiqué la découverte à ses collègues. Quoi qu’il en soit, les deux dates sont erronées puisque, comme nous l’avons vu, le manuscrit date certainement du milieu du Xe siècle.

  • 75 La rare bibliographie disponible sur ces personnages est principalement en tchèque, et presque tota (...)
  • 76 Cette note, à peine visible dans la reproduction en ligne, est plus lisible sur la planche de Lowe  (...)
  • 77 Un seul de ses livres présente des fragments de parchemin dans la reliure : Das Leyden und die Mart (...)

52Pour tenter de déterminer quand et par qui les deux folios liviens ont été collés dans l’incunable de Prague, on peut tenter de retracer, dans la mesure du possible, l’histoire du livre et de ses utilisateurs. Nous connaissons les noms d’au moins deux possesseurs de l’incunable. Grâce à une note de possession (fol. 1r, Collegii Caesarei Societatis Jesu Pragae ex liberalitate M. D. Johannae Prusskowsky), nous savons qu’il appartenait au XVIIe siècle à la bibliothèque du collège jésuite de Prague (le Clementinum), où il était entré en 1625 à la suite d’un don de la noble Johanka Pruskovská, laquelle l’avait en son temps hérité de la bibliothèque de son mari Oldřich Desiderius Pruskovský († 1618), un intellectuel et bibliophile silésien actif à la cour des empereurs Rodolphe II et Matthias II75. C’est à lui, à son épouse ou à un autre lecteur de langue tchèque que l’on pourrait attribuer la note figurant sur le fol. 2r, dans la marge de droite, d’une écriture large et flottante, dont les deux premiers mots sont lisibles : « Pane Boze » (« Mon Dieu »)76. Cependant, comme nous allons le voir, il est très improbable que Pruskovský lui-même ait été responsable de l’insertion des feuillets de parchemin dans la reliure de l’incunable. De plus, s’il était un grand collectionneur d’imprimés, il ne semble pas qu’il ait possédé de manuscrits médiévaux77.

53L’opération remonte probablement à une période antérieure. La manière dont les feuillets ont été insérés dans la reliure suggère en effet qu’ils étaient présents dès la confection initiale de celle-ci. Ils ont en effet pénétré dans le dos du livre, ce qui explique qu’ils aient subi le pliage encore visible aujourd’hui. L’application de la reliure sur le corps du livre a provoqué l’usure du parchemin au niveau des nerfs, de sorte que les feuillets de parchemin présentent aujourd’hui des trous à l’endroit où ils adhéraient aux nerfs. À moins que la reliure originale n’ait été défaite et refaite par quelqu’un à une date ultérieure, spécifiquement pour ajouter les gardes de parchemin (une opération tout à la fois peu pratique et peu économique), il faut admettre que les feuillets ont été insérés comme gardes au moment où la reliure actuelle fut réalisée. Cela permet de faire un pas décisif dans la reconstitution des vicissitudes du fragment livien.

  • 78 Les informations et la bibliographie le concernant sont réunies dans la base de données EBDB (ident (...)
  • 79 Les données fondant la démonstration de cette affirmation sont réunies dans le tableau donné en ann (...)
  • 80 Les exemplaires conservés des ouvrages imprimés par Kessler sont systématiquement enregistrés dans (...)

54Mme Renata Modráková m’informe que l’incunable, bien qu’imprimé à Bâle, a été relié à Erfurt dans l’atelier du relieur connu sous le nom de « Dicker Hund » ou « Hund nach links » (pseudonymes dus aux cachets caractéristiques représentant un chien rampant ou assis), actif dans les décennies 1490-152078. Cette divergence entre le lieu d’impression (Bâle, Nicolaus Kessler) et le lieu de reliure (Erfurt, « Dicker Hund ») n’est pas en soi surprenante. D’une part, nous connaissons d’autres livres reliés dans le même atelier, et aucun d’entre eux n’a été imprimé à Erfurt79. D’autre part, nous possédons des livres imprimés par Kessler à Bâle, et la plupart d’entre eux ont des reliures contemporaines (de la fin du XVe siècle) réalisées ailleurs par des artisans clairement identifiables et connus des spécialistes de l’histoire de la reliure80. On peut donc raisonnablement supposer que l’incunable fut imprimé à Bâle et immédiatement envoyé à Erfurt (soit par l’imprimeur lui-même, soit par l’acheteur, soit par d’autres) pour y être relié.

  • 81 La liste qui suit est certainement partielle, étant basée sur des descriptions de différentes époqu (...)
  • 82 Raffel 2007, p. 179, no 365.
  • 83 Raffel 2007, p. 227-228, no 506.
  • 84 Fiche descriptive dans la base de données INKA.
  • 85 Schunke 1962, p. 235 ; Stevenson 1886, p. 292.

55D’autres incunables reliés dans l’atelier de « Dicker Hund » présentent dans leur reliure des feuillets de garde provenant de manuscrits médiévaux81 : Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek, Inc. 153 (imprimé à Hagenau, 1498), dans lequel on trouve des feuillets provenant d’un manuscrit liturgique en gothique du XIVe siècle82 ; Inc. 162 (imprimé à Hagenau, 1499), pour lequel furent utilisés des feuillets provenant de deux manuscrits différents, l’un en gothique du XVe siècle, l’autre en caroline du XIIe siècle83 ; et Bamberg, SB, Inc. Typ. D.VII.12 (imprimé à Bâle, 1500), contenant des feuillets d’un manuscrit du début du XIVe siècle84. Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un incunable, on y ajoutera Cité du Vatican, BAV, Stamp. Pal. IV. 296 [lat. 1202] (imprimé à Erfurt, 1501), dans la reliure duquel se trouve un feuillet d’un livre liturgique du XIIe ou du XIIIe siècle85. Sans aller jusqu’à supposer une utilisation systématique des manuscrits médiévaux de la part de ce relieur, il est néanmoins possible d’affirmer que dans certains cas, il eut bien recours à des fragments de volumes médiévaux tombés en désuétude pour réaliser ses reliures. Il est donc parfaitement plausible que ce soit à lui que l’on doive l’insertion des feuillets de Tite-Live dans l’incunable aujourd’hui à Prague.

56Doit-on donc se tourner vers Erfurt et l’Allemagne centrale pour retrouver la trace du Tite-Live napolitain, déjà démembré à la fin du XVe siècle ? Quant aux voies et à la chronologie de l’arrivée du manuscrit dans la région, on en est réduit aux hypothèses, et il faut se contenter de procéder par élimination.

  • 86 Sur cette légende : Ullman 1944, p. 64-65, et surtout Lehmann 1959, p. 281-285.
  • 87 Lehmann 1959, p. 283 : « Was Nikolaus sah, können Liviusfolianten gewesen sein, ohne daß man dabei (...)
  • 88 Rizzo 1973, p. 123 ; Casamassima 1964, p. 567-568.

57Tout d’abord, on peut rapidement rappeler, et facilement écarter, la légende répandue parmi les humanistes florentins du XVe siècle relative à l’existence d’un exemplaire complet de Tite-Live (contenant toutes les décades de son œuvre) en litterae Langobardae, conservé dans une bibliothèque cistercienne non spécifiée en Allemagne ou au Danemark86. Ce manuscrit mystérieux et fuyant a enflammé les espoirs de Niccolò Niccoli et de Poggio Bracciolini, mais de nombreux doutes planent (aujourd’hui comme hier) sur son existence réelle. Même si cette légende avait un très faible fondement de vérité (ce qui est possible87), il est loin d’être certain que ce manuscrit était en écriture bénéventaine car, comme on le sait, la formulation litterae Langobardae à l’époque humaniste n’indique pas de manière univoque et exclusive la minuscule bénéventaine, pouvant de fait renvoyer à différents types d’écriture « pré-carolines »88.

  • 89 Sur cette donation : Villa 2019, p. 230-231 ; Petoletti 2019, p. 562.
  • 90 Schramm – Mütherich 1962, p. 150 ; Pecere 1986, p. 235, n. 248 ; Ferrari 1991, p. 109, n. 26 ; Stop (...)
  • 91 CLA VIII. 1028. De nouveaux fragments (provenant du Bibl. 18) ont été signalés par Tischler 2000.
  • 92 La bibliographie sur ce manuscrit est rassemblée dans BMB (sigle BGB – 34) et dans Stoppacci 2017, (...)

58Nous pouvons également exclure un lien entre les folios de Tite-Live disponibles à Erfurt au XVe siècle et la mention de deux manuscrits de Tite-Live dans le groupe de livres que Jean Philagathos, évêque de Plaisance et abbé de Nonantola, assembla et offrit à la fin du Xe siècle à l’empereur Otton III de Saxe, et qui furent ensuite hérités par Henri II et légués en 1007 à la bibliothèque du chapitre de Bamberg89. Ces deux livres ont été identifiés et sont toujours conservés à Bamberg : SB, Class. 35a et Class. 3490. Il s’agit de manuscrits d’origine italienne, mais aucun des deux n’est en bénéventaine. Le premier (Class. 35a), dont il ne reste aujourd’hui que quelques fragments, était un manuscrit en onciale de la quatrième décade, produit en Italie au Ve siècle ; transféré à Bamberg, il fut démembré au XVe siècle et servit à renforcer les reliures d’autres volumes (aujourd’hui tous à la Staatsbibliothek : Bibl. 18, Bibl. 41, Patr. 4 et Theol. 99)91. Le second (Class. 34) est un manuscrit mutilé de la première décade, copié en caroline au IXe siècle en Italie centrale (peut-être à San Salvatore al Monte Amiata), mais utilisé au Xe siècle par un lecteur qui y laissa plusieurs annotations en bénéventaine92. Aucun de ces manuscrits n’a de lien (si ce n’est au niveau textuel) avec les folios de Tite-Live maintenant à Prague.

  • 93 Un bilan à jour des connaissances sur sa bibliothèque, avec la bibliographie antérieure, peut être (...)
  • 94 Lehmann 1928, p. 5-95. Ce catalogue révèle que l’historiographie était presque totalement absente d (...)
  • 95 Lehmann 1928, p. 100-220.

59D’autres pistes peuvent également être écartées. Il est peu probable que le Tite-Live napolitain soit arrivé à Erfurt par l’intermédiaire du médecin allemand Amplonius Rating de Berka († 1435), collectionneur et bibliophile, qui se constitua une riche bibliothèque personnelle, qu’il donna en 1412 au Collegium Porta Coeli (ou Collegium Amplonianum) d’Erfurt, et qui est aujourd’hui en grande partie conservée à l’Universitätsbibliothek de cette même ville93. Nous possédons un catalogue de cette collection compilé en 1412 par Rating lui-même et comprenant 633 manuscrits : aucun d’entre eux ne transmet Tite-Live94. D’autre part, il est a priori peu probable qu’un bibliophile tel que Rating, entré en possession d’un volume aussi ancien et précieux que le Tite-Live napolitain du Xe siècle, l’ait délibérément démembré ou transmis à d’autres. À partir de 1407, nous disposons également de plusieurs catalogues de la bibliothèque de l’université d’Erfurt, mais ces catalogues ne mentionnent aucun manuscrit médiéval susceptible d’être identifié avec notre Tite-Live95.

  • 96 On peut approcher l’étude des bibliothèques monastiques d’Erfurt pour les époques médiévale et huma (...)
  • 97 Theele 1920 ; Eifler 2017.
  • 98 Schwenke 1920 ; Eifler 2011.

60L’enquête sur les bibliothèques monastiques de la ville au XVe siècle est plus difficile, car nous ne possédons pas la documentation nécessaire à une reconstitution complète des fonds pour toutes ces institutions96. Pour le Peterskloster bénédictin, fondé vers 1060 et siège d’une école prestigieuse, où une attention particulière était portée à l’historiographie, nous ne disposons que d’un catalogue de 178397. La bibliothèque médiévale de l’abbaye n’est reconstituée que rétrospectivement sur la base des manuscrits encore conservés aujourd’hui. Aucun des livres recensés en 1783 ne peut être identifié avec le Tite-Live dont sont issus les folios qui nous intéressent. De plus, il est difficile d’imaginer que les manuscrits de l’abbaye devenus inutiles aient été démembrés et le parchemin vendu à des relieurs « extérieurs », puisque l’abbaye elle-même disposait au XVe siècle d’un florissant atelier de reliure, réceptacle naturel des manuscrits tombés en désuétude98.

  • 99 Paasch 1998.
  • 100 Lehmann 1928, p. 232-593. Nemes 2022 offre un état des connaissances sur les livres de la chartreus (...)
  • 101 Lehmann 1928, p. 594-600.

61De l’Augustinerkloster, fondé en 1266 et siège d’une école principalement orientée vers la philosophie et la théologie, nous n’avons pas de catalogue99. Les livres de ce cloître sont aujourd’hui dispersés dans plusieurs bibliothèques allemandes (par exemple à Erfurt, Berlin, Wolfenbüttel). Les manuscrits du haut Moyen Âge sont très rares, et aucun d’entre eux n’est comparable au Tite-Live examiné. De même, pour le monastère dominicain (le Predigerkloster) construit au XIIIe siècle, nous n’avons pas de catalogue médiéval. Pour la chartreuse du Salvatorberg, fondée en 1372, il existe deux inventaires du XVe siècle ; aucun d’eux ne livre la moindre trace d’un manuscrit de Tite-Live100. Pas davantage de traces dans le catalogue de la bibliothèque du monastère des Servantes de Marie (le Marienknechtskloster) établi lors de sa fondation en 1485101. La documentation relative aux autres institutions monastiques de la ville est trop lacunaire pour permettre l’enquête.

Pour une contextualisation plus large : les transferts de manuscrits en bénéventaine d’Italie du Sud vers l’Allemagne

62La réutilisation des feuillets de Tite-Live à Erfurt au XVe siècle ne peut donc pas être mise en relation avec des épisodes connus et circonscrits de la tradition. En définitive, il n’est donc pas possible de cerner la provenance des feuillets de parchemin que l’artisan « Dicker Hund » a découpés et collés dans la reliure de l’incunable arrivé ultérieurement à Prague. La présence des feuillets dans cette région peut plutôt être analysée dans le cadre plus large du transfert et de la réutilisation des manuscrits d’Italie du Sud en Allemagne entre Moyen Âge et Humanisme.

  • 102 Butzmann 1952, p. 116-119. Pour l’origine napolitaine : Cavallo 1974, p. 383. Bibliographie dans BM (...)
  • 103 Milde 1972, p. 78.
  • 104 Les données suivantes découlent d’une enquête sur les manuscrits actuellement conservés à Bénévent, (...)

63Les manuscrits en bénéventaine conservés aujourd’hui (intacts ou en fragments) dans les bibliothèques allemandes ne sont guère nombreux. Et très peu sont ceux qui transmettent des textes classiques. Un célèbre manuscrit de Lucain (Wolfenbüttel, HAB, 52.5 Aug. 4o [3561]), copié en écriture bénéventaine à Naples au XIe siècle, ayant appartenu à Seripando et arrivé à Wolfenbüttel par des voies que l’on peut partiellement reconstituer102, a été jugé être « die einzige Handschrift eines antiken Autors in beneventanischer Schrift, die sich heute in Deutschland befindet103 ». Cette affirmation doit certainement être nuancée. Nous avons en effet quelques autres exemples de manuscrits de textes anciens en bénéventaine conservés dans des bibliothèques allemandes104. Outre le Dioscoride de Munich (Clm 337), déjà mentionné, qui arriva dans son lieu de conservation actuel via Florence et une longue série de propriétaires italiens et étrangers (cf. n. 65), il convient de mentionner au moins deux fragments de textes « classiques » en écriture bénéventaine réutilisés dans des reliures de production allemande :

  • 105 Lehmann 1944, p. 38-41 ; Lowe 1929, pl. XXXIII. La bibliographie plus récente est rassemblée dans B (...)

– Munich, BSB, Clm 6437 : fragments d’un manuscrit produit à Capoue à la fin du IXe ou au début du Xe siècle, contenant les Fabulae de Hygin ; peut-être enregistré dans un inventaire de la cathédrale de Freising au XIIe siècle, démembré et réutilisé au XVIe siècle pour relier un volume contenant les protocoles du chapitre de la même ville (Munich, Erzbischöfliches Ordinariat, Archiv, 934). On ignore quand et comment il est arrivé en Bavière105.

  • 106 Kloos 1971. La bibliographie plus récente est citée dans BMB (sigle BGA – 246). Pour l’appartenance (...)

– Bamberg, Staatsarchiv, A 246, no 21 : fragments d’un manuscrit du IXe siècle en bénéventaine, contenant les Historiae adversus paganos d’Orose ; peut-être transféré à Bamberg au Xe siècle et ayant appartenu à Otton III, puis démembré et réutilisé au XVe siècle pour renforcer la reliure d’un registre du chapitre cathédral de cette ville106.

Si l’on étend la recherche aux manuscrits qui ne transmettent pas des classiques, la liste s’allonge considérablement. Il existe tout d’abord des livres intacts en écriture bénéventaine transmettant des textes médiévaux :

  • 107 Une riche bibliographie sur ce manuscrit est rassemblée dans BMB (sigle BGB – 61).

– Bamberg, SB, Patr. 61 (HJ IV 15), un témoin fondamental des Institutiones de Cassiodore, copié au Mont-Cassin au VIIIe siècle, puis propriété d’Otton III et d’Henri II, qui en fit don à la bibliothèque capitulaire de Bamberg en 1007107.

  • 108 Tedeschi 2014. Bibliographie dans BMB (sigle KAL – 229).

– Karlsruhe, BLB, Aug. Perg. CCXXIX, recueil encyclopédique centré sur Isidore (mais pas seulement), copié dans le monastère de Santo Stefano in Lucana (province de Chieti) au début du IXe siècle, transféré à Reichenau vers 822, et de là à Karlsruhe en 1805108.

  • 109 Ferrari 1991, p. 110 ; l’hypothèse que le manuscrit soit idiographe a été formulée par Petrucci 199 (...)

– Bamberg, SB, Can. 1 (P III 20), le codex unicus transmettant le corpus des ouvrages politiques d’Auxilius et d’Eugenius Vulgarius, réalisé à Capoue au Xe siècle (peut-être sous la supervision d’Auxilius lui-même), acquis par Léon de Verceil et donné en 988 à Otton III, puis arrivé à Bamberg avec tous ses livres en 1007109.

  • 110 Bloch 1986, p. 115.

– Munich, BSB, Clm 4623, l’autographe du Chronicon monasterii Casinensis de Léon d’Ostie, produit au Mont-Cassin au XIe siècle, probablement emporté en 1137 par l’abbé Engelschalk de Benediktsbeuern et enregistré dans un catalogue de cette abbaye du XIIIe siècle ; ultérieurement transféré à Munich en 1803110.

  • 111 Palma 1980, p. xxxi et 9 ; Speciale 1994, p. 74, n. 105. La bibliographie ultérieure est rassemblée (...)

– Leipzig, UB, Hänel 6 (olim 3503), contenant une partie des Etymologiae d’Isidore et l’Epitome Iuliani, produit au Mont-Cassin à l’époque de Didier sur commande de l’abbé Augustin de Casamari (près de Veroli) et appartenant à ce monastère (bénédictin puis cistercien). Il appartint ensuite à la bibliothèque de la basilique de Santa Croce in Gerusalemme à Rome (bibliothèque Sessoriana), composée en grande partie de livres provenant de monastères cisterciens : il figure dans le catalogue Ferrari (1664), ainsi que dans des catalogues ultérieurs. En 1821, il fut volé avec d’autres manuscrits sessoriens ; en 1825, le libraire romain G. B. Petrucci le vendit à Gustav Friedrich Hänel, par l’intermédiaire duquel il entra dans la bibliothèque de l’Universitätsbibliothek de Leipzig en 1878111.

– Il faut enfin ajouter le manuscrit perdu de la traduction de l’Historia de preliis Alexandri Magni qui donna origine à la tradition allemande, déjà florissante au XIe siècle (cf. n. 14). Comme la traduction fut réalisée à Naples au Xe siècle, et qu’elle est dédiée au duc Jean III, il faut admettre que l’original ou une copie de celui-ci (qui constituerait l’archétype de la tradition) avait quitté très tôt Naples pour rejoindre l’espace allemand.

  • 112 La liste suivante se fonde sur les données recueillies lors des recensements de Lowe et Brown (cf. (...)

64En second lieu, nous disposons de manuscrits à usage liturgique (Bibles, missels, bréviaires, passionnaires, etc.), intacts ou fragmentaires, conservés dans les bibliothèques allemandes, dont les déplacements ne se laissent suivre que très partiellement, en raison de la difficulté d’identifier ces livres dans les catalogues et dans d’autres sources externes112. Ils sont conservés à : Aix-la-Chapelle (un bréviaire), Augsbourg (un fr. de graduel, un fr. de lectionnaire, tous deux dans une reliure), Berlin (une Bible, un missel, un évangéliaire), Cologne (un fr. biblique dans une reliure), Göttingen (un fr. de passionnaire dans une reliure), Heidelberg (un fr. avec commentaire sur l’Évangile de Jean dans une reliure, un fr. de missel dans une reliure), Iéna (un homiliaire), Leipzig (un homiliaire), Munich (un homiliaire, un passionnaire), Ratisbonne (un fr. de passionnaire dans une reliure), Trèves (un fr. hagiographique, un fr. patristique de provenance inconnue), Wolfenbüttel (un sacramentaire).

  • 113 Sur ces séjours : Houben 1989, 1989a.

65Au total, une trentaine de manuscrits d’origine sud-italienne ont abouti en Allemagne. Comme on peut le déduire des données rassemblées, les canaux de migration étaient multiples. Il n’y a pas eu (pour autant que nous le sachions) de transfert massif de volumes. Les mouvements de livres étaient occasionnels et souvent liés à des personnages importants. Parmi les principaux importateurs de livres en provenance d’Italie du Sud figurent les empereurs saxons. Et si l’on évoque souvent la bibliothèque d’Otton III, constituée grâce aux dons de divers intellectuels de premier plan de l’Italie du Xe siècle, il faut également tenir compte des divers voyages des empereurs eux-mêmes en Italie du Sud, notamment lorsque l’on sait qu’ils firent étape et séjournèrent dans des centres culturels importants tels que Bénévent, Capoue, Salerne et Naples113.

  • 114 Documenté per le diplôme que Otton II délivrera en faveur du fidelis Nancilinus à Naples en novembr (...)
  • 115 Annales Sangallenses, p. 82 ; Herimanni chronicon, p. 120. Cette information est mise en discussion (...)
  • 116 Granier 2018, p. 127.
  • 117 Les vicissitudes de ces manuscrits ont été reconstruites par G. Billanovich dans divers articles, a (...)

66En ce qui concerne Naples, et la possibilité que des manuscrits napolitains aient été saisis et transférés en Allemagne, éventuellement comme butin, il faut mentionner au moins le séjour d’Otton II en 981114 et le siège de la ville par Henri II en 1022115. Quant à l’épisode de 981, on ignore comment il fut vécu par le duc de Naples de l’époque, Serge III (petit-fils de Jean III, donc potentiellement héritier de sa bibliothèque), et si ce dernier réserva à l’empereur « un’accoglienza amichevole, o se si sia trattato di un’occupazione subíta116 ». Nous connaissons cependant l’intérêt que les empereurs saxons portaient à l’œuvre de Tite-Live : la première décade fut copiée en 976 par Rathier pour Otton Ier et la quatrième décade offerte à Otton III par Jean Philagatos117. Le transfert d’un manuscrit de Tite-Live de la bibliothèque ducale de Naples vers l’Allemagne en l’une ou l’autre de ces circonstances est une hypothèse tout à fait raisonnable : elle retient d’autant plus l’attention, si l’on garde à l’esprit la valeur symbolique que pouvait revêtir un tel livre, avec son format imposant, son aspect solennel (presque archaïsant) et son aura royale. Il ne s’agit toutefois que d’une hypothèse.

  • 118 Sur cet aspect : Cossu 2022, p. 174-175, n. 16, et p. 177, n. 29.
  • 119 Newton 1999, p. 104-105.
  • 120 L’un de ces pèlerins allemands au Mont-Cassin fut aussi un poète assez doué : Russo 2022, p. 352-35 (...)

67Une autre possibilité est que le Tite-Live de Jean III ait été transféré au Mont-Cassin avec d’autres manuscrits de sa bibliothèque (Servius, Flavius Josèphe), et que ce soit de là qu’il ait ultérieurement pris la route des régions allemandes. De nouveau, les catalogues médiévaux cassiniens ne fournissent aucune preuve de la présence du manuscrit dans l’abbaye, mais cela peut être imputable à la nature partielle de la documentation disponible (cf. ci-dessus). Si le Tite-Live napolitain se trouvait au Mont-Cassin au XIe siècle, il a pu partir vers l’Allemagne par de nombreux canaux. On connaît bien l’amitié historique entre les moines de l’abbaye et les empereurs saxons, qui reposait en dernière analyse sur une alliance « anti-lombarde », et qui fut encouragée par la politique agressive du prince Pandolf IV de Capoue118. On sait d’autre part que deux intellectuels allemands devinrent abbés du Mont-Cassin : Richer (1038-1055) et Frédéric de Lorraine (1057-1058, qui devint le pape Étienne IX)119. Il ne faut pas oublier non plus l’important flux de pèlerins qui partaient d’Allemagne pour visiter la Terra sancti Benedicti, rapportant au-delà des Alpes des textes et des livres de dévotion, sans que leur curiosité se soit nécessairement arrêtée à ceux-ci120.

  • 121 Bartoli Langeli 2000, p. 125.

68« Le vie della tradizione sono infinite121 », a-t-on dit. Sentence dramatiquement vraie, et peut-être décourageante pour ceux qui ont fait de l’étude de la tradition textuelle leur profession. Mais constatation, en même temps, stimulante, parce qu’elle invite à parcourir cette infinité de chemins pour se mouvoir librement dans le champ de l’Histoire. C’est ce à quoi nous nous sommes attachés ici, à une modeste échelle, en reconstruisant les vicissitudes de ce manuscrit malmené de Tite-Live, qui, de la fondation de Rome (Ab Urbe condita) nous a conduits à la splendeur de la Naples ducale de Jean III (Xe siècle), à l’aureum saeculum du Mont-Cassin (XIe siècle), aux imprimeries de Bâle, aux cercles de l’université d’Erfurt (XVe siècle), à la bibliothèque d’un collectionneur silésien méconnu du XVIIe siècle, jusqu’aux cercles scientifiques de la Prague du XIXe siècle.

  • 130 Cette liste, certainement partielle, est construite sur la base de divers répertoires. Les bases de (...)

Tableau 1 – Incunables reliés par « Dicker Hund » (Erfurt) actuellement connus130.

  • 122 Sprandel-Krafft 2000, p. 81, no 49.
  • 123 Geiß 2002, p. 152, no 93.
  • 124 Ibid., p. 154, no 121.
  • 125 Ibid., p. 174, no 382.
  • 126 Sprandel-Krafft 2000, p. 81, no 49.
  • 127 Raffel 2007, p. 179, no 365.
  • 128 Ibid., p. 227-228, no 506.
  • 129 Hubay 1970, p. 120, no 611.
Cote Contenu Lieu Imprimeur Date Identifiant
Wolfenbüttel,
HAB, Inc. Qu H 44.1
Gregorius Papa, Regula Pastoralis Cologne Ulrich Zell ca 1470 EBDB : k004245
ISTC : ig00436000
Borm : 1192
Würzburg,
UB, I.t.q. 24
Bible Venise Octavianus Scotus 1480 INKA : 48002621122
ISTC : ib00570000
Dresden,
LB, 2o Inc. 276.2 Ex. (2o Op. Var. 42)
Franciscus Petrarca, Opera Latina Bâle Johann Amerbach 1486 ISTC : ip00365000123
Gießen,
UB, Ink. B 3480
Franciscus Petrarca, Opera Latina Bâle Johann Amerbach 1486 ISTC : ip00365000124
Wittenberg,
Sem. Nordhausen A 170
Franciscus Petrarca, Opera Latina Bâle Johann Amerbach 1486 ISTC : ip00365000125
Wolfenbüttel,
HAB, Inc. Qu H 75.2
Honorius Augustodunensis, Expositio in Cantica canticorum Cologne Johann Guldenschaff 1490 EBDB : k004241
ISTC : ih00322000
Borm : 1377
Darmstat,
ULB, Inc. II/354
Petrus de Alliaco, Concordantia astronomiae cum theologia Augsburg Erhard Ratdolt 1490 EBDB : k000720
ISTC : ia00471000
Bamberg,
SB, Inc. typ. D.I.32
S. Brant, Expositiones omnium titulorum legalium Bâle Michael Furter 1490 EBDB : k004902
ISTC : ib01078000
Wolfenbüttel,
HAB, Inc. 88 Quodl. 2o
Publius Terentius Afer, Comoediae Venise Bonetus Locatellus 1492 EBDB : k006351
ISTC : it00089750
Borm : 2557
Bamberg,
SB, Inc. typ. D.IV.21
Bartolus de Saxoferrato, Super prima parte Infortiati Venise Baptista de Toris 1493 INKA : 50000424
ISTC : ib00236500
Bamberg,
SB, Inc. typ. D.IV.23
Bartolus de Saxoferrato, Super prima parte Digesti novi Venise Baptista de Toris 1493 INKA : 50000413
ISTC : ib00220000
Bamberg,
SB, Inc. typ. D.IV.20
Bartolus de Saxoferrato, Super prima parte Codicis Venise Baptista de Toris 1493 EBDB : k004901
INKA : 50000404
ISTC : ib00197000
Wolfenbüttel,
HAB, Inc. E 167 2o Helmst. (2)
Gregorius Ariminensis, In secundo libro sententiarum Petri Lombardi expositio Milan Ulrich Scinzenzeler 1494 EBDB : k002931
ISTC : ig00482000
Borm : 1206
Bamberg,
SB, Inc. typ. D.IV.24
Bartolus de Saxoferrato, Consilia, quaestiones et tractatus Venise Baptista de Toris 1495 INKA : 50000397
ISTC : ib00213000
Stuttgart,
WLB, Inc., fol. 7059
Marsilius Ficinus, Epistolae Venise Matteo Capcasa 1495 EBDB : k004900 INKA : 10003497
ISTC : if00154000
Würzburg,
UB, I.t.q. XXXXVIII angeb. 2
Stella clericorum Cologne Heinrich Quentell 1496 INKA : 48002621126
ISTC : is00783000
Stuttgart,
WLB, Inc., fol. 14069 (HB)
Raimundus de Sebunda, Theologia naturalis sive Liber creaturarum Strasbourg Martin Flach 1496 EBDB : k004899
INKA : 10007741
ISTC : ir00033000
Wolfenbüttel,
HAB, Inc. 171.13 Quodl.
Jakob Locher, Panegyrici ad Maximilianum […] Strasbourg Johann Grüninger 1497 EBDB : k006682
ISTC : il00264000
Borm : 1702
Darmstadt,
ULB, Inc. VI/19
Avicène, Canon medicinae Lyon Johannes Trechsel 1498 EBDB : k002092
ISTC : ia01428000
Weimar,
HAAB, Inc. 153
Pelbartus de Themeswar, Stellarium coronae Beatae Mariae Virginis Hagenau Heinrich Gran 1498 INKA : 12000456127
ISTC : ip00258000
Wolfenbüttel,
HAB, Inc. 499.1 Theol. 2
Gabriel Biel, Sacri canonis missae expositio Tübingen Friedrich Meynberger 1499 EBDB : k010763
ISTC : ib00660000
Borm : 505
Weimar,
HAAB, Inc. 162
Paulus Wann, Sermones de tempore Hagenau Heinrich Gran 1499 INKA : 12000611128
ISTC : iw00007000
Bamberg,
SB, Inc. typ. D.VII.12
Sebastian Brant, Expositiones sive declarationes omnium titulorum legalium Bâle Michael Furter 1500 INKA : 50000650
ISTC : ib01079000
Neuburg an der Donau,
SB, Inc. 355
Jodocus Trutfetter, Breviarium dialecticum Erfurt Wolfgang Schenck 1500 ISTC : ij00222100129

Figure 2 – Prague, Národní Knihovna, ms. VII A 16/9, fol. 2v.

Figure 2 – Prague, Národní Knihovna, ms. VII A 16/9, fol. 2v.

Figure 3 – Prague, Národní Knihovna, Inc. 41. B. 1, contreplat antérieur.

Figure 3 – Prague, Národní Knihovna, Inc. 41. B. 1, contreplat antérieur.
Haut de page

Bibliographie

Ouvages à caractère de source

Annales Sangallenses = Annales Sangallenses, éd. I. von Arx, Hanovre, 1826 (MGH, SS, 1).

Cassiodori Institutiones = Cassiodori senatoris Institutiones, éd. R. A. B. Mynors, Oxford, 1961.

Chronica monasterii Casinensis = Die Chronik von Montecassino. Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, Hanovre, 1980 (MGH, SS, 34).

Gesta episcoporum Neapolitanorum = Gesta episcoporum Neapolitanorum, éd. G. Waitz, Hanovre, 1878 (MGH, SS rer. Lang. saec. VI-IX), p. 424-435.

Herimanni chronicon = Herimanni Augiensis chronicon, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1844 (MGH, SS, 5).

Historia de preliis (éd. Pfister) = Der Alexanderroman des Archipresbyters Leo, éd. F. Pfister, Heidelberg, 1913.

Historia de preliis (éd. Bergmeister) = Die Historia de preliis Alexandri Magni (der lateinische Alexanderroman des Mittelalters) : Synoptische Edition der rezensionen des Leo Archipresbyter und der interpolierten Fassungen J1, J2, J3, (Buch 1. Und 2.), éd. H. J. Bergmesiter, Meisenheim, 1975.

Pietro Suddiacono, L’opera agiografica = Pietro Suddiacono napoletano, L’opera agiografica, éd. E. D’Angelo, Florence, 2002.

Titi Livi Ab Urbe condita (éd. Ogilvie) = Titi Livi Ab Urbe condita : I, libri I-V, éd. R. M. Ogilvie, Oxford, 1974.

P. Vergilius Maro, Bucolica. Georgica = P. Vergilius Maro, Bucolica, éd. S. Ottaviano ; Georgica, éd. G. B. Conte, Berlin-Boston, 2013.

Études secondaires

Abbamonte 2008 = G. Abbamonte, Gli studi lessicografici negli ambienti accademici di Roma e Napoli nella seconda metà del Quattrocento, dans M. Deramaix, P. Galand-Hallyn, G. Vagenheim, J. Vignes (dir.), Les académies dans l’Europe humaniste : idéaux et pratiques, Genève, 2008, p. 339-368.

Abbamonte 2012 = G. Abbamonte, Diligentissimi uocabulorum perscrutatores. Lessicografia ed esegesi dei testi classici nell’umanesimo romano di XV secolo, Pise, 2012.

Arnaldi 1970 = G. Arnaldi, Latinitatis Italicae medii aevi inde ab a. CDLXXVI usque ad a. MXXII lexicon imperfectum, Turin, 1970.

Arnaldi 1970a = G. Arnaldi, Qualche osservazione sulle origini « spontanee » dell’università di Bologna, dans La Cultura, 8, 1970, p. 572-582.

Arthur 2002 = P. Arthur, Naples, from Roman town to city-state, Londres, 2002.

Baglio – Ferrari – Petoletti 1999 = M. Baglio, M. Ferrari, M. Petoletti, Montecassino e gli umanisti, dans G. Avarucci, R. M. Borraccini Verducci, G. Borri (dir.), Libro, scrittura, documento della civiltà monastica e conventuale nel Basso Medioevo (secoli XIII-XV) : atti del convegno dell’Associazione italiana dei paleografi e dei diplomatisti. Fermo, 17-19 settembre 1997, Spolète, 1999, p. 183-238.

Bartoli Langeli 2000 = A. Bartoli Langeli, Gli autografi di frate Francesco e di frate Leone, Turnhout, 2000.

Beccaria 1956 = A. Beccaria, I codici di medicina del periodo presalernitano (secoli IX, X e XI), Rome, 1956.

Berto 2001 = L. A. Berto, Giovanni, duca di Napoli, dans Dizionario biografico degli Italiani, LV, Rome, 2001, p. 530-532.

Billanovich 1986 = G. Billanovich, La biblioteca papale salvò le Storie di Livio, dans Studi petrarcheschi, 3 (nouv. série), 1986, p. 1-115 (réimpr. dans Billanovich 2004, I, p. 201-304).

Billanovich 2004 = G. Billanovich, Itinera. Vicende di libri e di testi, M. Cortesi (dir.), 2 vol. , Rome, 2004.

Bloch 1986 = H. Bloch, Montecassino in the Middle Ages, I, Cambridge-Rome, 1986.

Blow 1984 = J. Blow, Codex vaticanus latinus 355 + 356 and the text of Jerome’s letters in south Italy, dans Monastica, IV, Scritti raccolti in memoria del XV centenario della nascita di S. Benedetto (480-1980), Mont-Cassin, 1984, p. 69-83.

Böhmer – Uhlirz 1956 = J. F. Böhmer, M. Uhlirz, Regesta Imperii, II, Sächsisches Haus 919-1024, iii, Die Regesten des Kaiserreichs unter Otto III, 980 (983)-1002, Graz-Cologne, 1956.

Boitani 1997 = P. Boitani et al., Alessandro nel Medioevo occidentale, Rome, 1997.

Borm 1990 = W. Borm, Incunabula Guelferbytana. Blockbücher und Wiegendrucke der Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Wiesbaden, 1990.

Brown 2000 = V. Brown, « Where have all the grammars gone ? » The survival of grammatical texts in Beneventan script, dans M. De Nonno, P. De Paolis, L. Holtz (dir.), Manuscripts and tradition of grammatical texts from Antiquity to the Renaissance, Cassino, 2000, p. 389-414.

Brown 2012 = V. Brown, Beneventan discoveries : collected manuscript catalogues, 1978-2008, Toronto, 2012.

Buillon – Pfeil 2009 = T. Bouillon, B. Pfeil, Amplonius Rating de Berka und seine Büchersammlung. Bedeutung, Geschichte und Perspektiven der Bibliotheca Amploniana, dans Mitteilungen des Vereins für die Geschichte und Altertumskunde von Erfurt, 70 (nouv. série 17), 2009, p. 31-53.

Butzmann 1952 = H. Butzmann, Über eine beneventanische Lukan-Handschrift, dans Zentralblatt für Bibliothekswesen, 66, 1952, p. 108-120.

Capasso 2008 (1892) = B. Capasso, Monumenta ad Neapolitani ducatus historiam pertinentia, R. Pilone (dir.), 5 vol. , Salerne, 2008 (Naples, 1892).

Casamassima 1964 = E. Casamassima, Per una storia delle dottrine paleografiche dall’umanesimo a Jean Mabillon, dans Studi medievali, 5-2, 1964, p. 525-578.

Cassandro 1969 = G. Cassandro, La fine del ducato, dans Storia di Napoli, II, Alto Medioevo, i, Naples, 1969, p. 307-352.

Cavallo 1974 = G. Cavallo, La trasmissione dei testi nell’area beneventano-cassinese, dans Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, La cultura antica nell’Occidente latino dal VII all’XI secolo, Spolète, 1975, p. 357-414.

Cavallo 1992 = G. Cavallo, Forme e ideologia della committenza libraria tra Oriente e Occidente, dans Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, Committenti e produzione artistico-letteraria nell’alto medioevo occidentale, Spolète, 1992, p. 617-643.

Cavallo 2009 = G. Cavallo, Le influenze bizantine nei secoli IX e X tra Campania e Lazio. Qualche aspetto, dans K. Herbers, J. Johrendt (dir.), Das Papsttum und das vielgestaltige Italien. Hundert Jahre Italia pontificia, Berlin-New York, 2009, p. 69-83.

Cherubini – Pratesi 2010 = P. Cherubini, A. Pratesi, Paleografia latina : l’avventura grafica del mondo occidentale, Cité du Vatican, 2010.

Chiesa 2005 = P. Chiesa, Leo Archipresbyter, dans P. Chiesa, L. Castaldi (dir.), La trasmissione dei testi latini del Medioevo, II, Florence, 2005, p. 421-432.

Cilento 1969 = N. Cilento, La cultura e gli inizi dello studio, dans Storia di Napoli, II, Alto Medioevo, ii, Naples, 1969, p. 521-640.

Cilento 1969a = N. Cilento, I monasteri e la « colonizzazione » monastica, dans Storia di Napoli, II, Alto Medioevo, i, Naples, 1969, p. 655-668.

CLA = E. A. Lowe et al. (dir.), Codices Latini Antiquiores : a paleographical guide to Latin manuscripts prior to the ninth century, 11 vol. et 1 suppl., Oxford, 1934-1971.

Collins 2000 = M. Collins, Medieval herbals : the illustrative traditions, Londres-Toronto, 2000.

Cossu 2022 = A. Cossu, Laurent d’Amalfi († 1049), annotateur et florilégiste : le cas du manuscrit Montecassino, Archivio dell’Abbazia, 374, dans Scriptorium, 76, 2022, p. 171-225.

Damian-Grint 2010 = P. Damian-Grint, Chronicon ducum et principum Beneventi, Salerni et Capuae et ducum Neapolis, dans G. R. Dunphy (dir.), The encyclopedia of the medieval chronicle, I, Leyde-Boston, 2010, p. 328.

EBDB = EinbandDatenbank (www.hist-einband.de/de).

Eifler 2011 = M. Eifler, Die Bibliothek und Einbandwerkstatt des Erfurter Petersklosters im 15. und ersten Viertel des 16. Jahrhunderts. Eine Bestandsaufnahme, dans Einbandforschung, 29, 2011, p. 7-28.

Eifler 2017 = M. Eifler, Die Bibliothek des Erfurter Petersklosters im späten Mittelalter. Buchkultur und Literaturrezeption im Kontext der Bursfelder Klosterreform, Cologne-Weimar-Vienne, 2017.

Ferrari 1991 = M. Ferrari, Manoscritti e testi fra Lombardia e Germania nel secolo X, dans W. Berschin (dir.), Lateinische Kultur im X. Jahrhundert. Akten des I. Internationalen Mittellateinerkongresses. Heidelberg, 12.-15.IX.1988 ( = Mittellateinisches Jahrbuch, 24-25), Stuttgart, 1991, p. 105-115.

Freudenberg 1858 = J. Freudenberg, Zwei neuentdeckte Fragmente aus einer Handschrift der ersten Decade des Livius, dans Neue Jahrbücher für Philologie und Paedagogik, 77, 1858, p. 439-442.

Frugoni 1978 = A. Frugoni, La biblioteca di Giovanni III duca di Napoli (dal Prologus dell’arciprete Leone al Romanzo di Alessandro), dans Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’università di Roma, 9, 1969, p. 161-171 (réimpr. sous le titre Certamina et victoriae Alexandri regis, dans C. Frugoni (dir.), La fortuna di Alessandro Magno dall’Antichità al Medioevo, Florence, 1978, p. 133-141).

Galdi 2017 = A. Galdi, Alle origini dell’Aureum Saeculum desideriano : Montecassino tra i secoli X-XI, dans MEFRM, 129-2, 2017, p. 439-465.

Gargan 2010 = L. Gargan, Per la biblioteca di Lorenzo Valla, dans L. C. Rossi (dir.), Le strade di Ercole : itinerari umanistici e altri percorsi. Seminario internazionale per i centenari di Coluccio Salutati e Lorenzo Valla (Bergamo, 25-26 ottobre 2007), Florence, 2010, p. 227-257.

Geiß 2002 = J. Geiß, Zentren der Petrarca-Rezeption in Deutschland (um 1470-1525) : Rezeptionsgeschichtliche Studien und Katalog der lateinischen Drucküberlieferung, Wiesbaden, 2002.

Geiß 2015 = J. Geiß, Katalog der mittelalterlichen Handschriften der Universitäts- und Landesbibliothek Bonn, Berlin-Boston, 2015.

Glauche 1979 = G. Glauche, Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, IV-2, Bistum Freising, Munich, 1979.

Gorman 2007 = M. M. Gorman, Codici manoscritti dalla Badia Amiatina nel secolo XI, dans C. Prezzolini, M. Marrocchi (dir.), La Tuscia nell’alto e pieno medioevo : fonti e temi storiografici « territoriali » e « generali ». In memoria di Wilhelm Kurze. Atti del Convegno internazionale di studi. Siena, Abbadia San Salvatore, 6-7 giugno 2003, Florence, 2007, p. 15-102.

Granier 2009 = T. Granier, La culture lettrée des élites princières et ducales de l’Italie méridionale latine, VIIIe-XIe siècle, dans F. Bougard, R. Le Jan, R. McKitterick (dir.), La culture du haut Moyen Âge : une question d’élites ?, Turnhout, 2009, p. 171-186.

Granier 2018 = T. Granier, Sergio III, duca di Napoli, dans Dizionario biografico degli Italiani, XCII, 2018, p. 127-129.

Holtz 1990 = L. Holtz, La main de Franciscellus Mancinus et le fonds ancien de San Severino e Sossio de Naples, dans Scriptorium, 44-2, 1990, p. 217-258.

Houben 1989 = H. Houben, II principato di Salerno e la politica meridionale dell’Impero d’Occidente, dans H. Houben, Tra Roma e Palermo : aspetti e momenti del Mezzogiorno medioevale, Galatina, 1989, p. 31-54.

Houben 1989a = H. Houben, Gli imperatori tedeschi e il ducato di Gaeta, dans H. Houben, Tra Roma e Palermo : aspetti e momenti del Mezzogiorno medioevale, Galatina, 1989, p. 55-65.

Hubay 1970 = I. Hubay, Incunabula aus der staatlichen Bibliothek Neuburg/Donau in der Benediktinerabtei Ottobeuren, Wiesbaden, 1970.

Inguanez 1941 = M. Inguanez, Catalogi codicum casinensium antiqui : saec. VIII-XV ( = Miscellanea Cassinese, 19), Mont-Cassin, 1941.

INKA = Inkunabelkatalog (www.inka.uni-tuebingen.de).

ISTC = Incunabula Short Title Catalogue (data.cerl.org/istc).

Kloos 1971 = R. M. Kloos, Bamberger Orosius-fragmente des 9. Jahrhunderts, dans J. Autenrieth, F. Brunhölzl (dir.), Festschrift Bernhard Bischoff zu seinem 65. Geburtstag dargebracht von Freunden, Kollegen und Schülern, Stuttgart, 1971, p. 178-197.

Krause – Marwinski 1998 = F. Krause, F. Marwinski, Handbuch der historischen Buchbestände in Deutschland, XIX, Thüringen. A-G, Hildesheim, 1998.

Kwakkel – Newton 2019 = E. Kwakkel, F. Newton, Medicine at Monte Cassino : Constantine the African and the oldest manuscript of his Pantegni, Turnhout, 2019.

Landgraf 1885 = G. Landgraf, Die Vita Alexandri Magni des Archipresbyter Leo (Historia de preliis), Erlangen, 1885.

Lapidge 2012 = M. Lapidge, Hilduinus Sancti Dionysii Parisiensis abbas, dans P. Chiesa, L. Castaldi (dir.), La trasmissione dei testi latini del Medioevo, IV, Florence, 2012, p. 315-348.

Leccisotti 1960 = T. Leccisotti, Aligerno, dans Dizionario biografico degli Italiani, II, 1960, p. 381-382.

Lehmann 1928 = P. Lehmann, Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, II, Bistum Mainz, Erfurt, Munich, 1928.

Lehmann 1944 = P. Lehmann, Fragmente, Munich, 1944.

Lehmann 1959 = P. Lehmann, Auf der Suche nach alten Texten in nordischen Bibliotheken, dans Zentralblatt für Bibliothekswesen, 54, 1937, p. 261-285 (réimpr. dans P. Lehmann, Erforschung des Mittelalters, I, Stuttgart, 1959, p. 280-306).

Lowe 1914 = E. A. Lowe, The Beneventan script : a history of the south Italian minuscule, Oxford, 1914.

Lowe 1929 = E. A. Lowe, Scriptura Beneventana : facsimiles of south Italian and Dalmatian manuscripts from the sixth to the fourteenth century, Oxford, 1929.

Lowe-Brown 1980 = E. A. Lowe, V. Brown, The Beneventan Script : a history of the south Italian minuscule, Second edition, II, Handlist of Beneventan Mss., Rome, 1980.

Ludscheidt – Paasch 2000 = M. Ludscheidt, K. Paasch, Bücher und Bibliotheken in Erfurt. Beiträge des gleichnamigen wissenschaftlichen Symposiums der Neuen Erfurter Bibliotheksgesellschaft und des Fördervereins der Bibliothek des Evangelischen Ministeriums im Augustinerkloster am 15. und 16. September 2000 […], Erfurt, 2000.

Mainoldi 2005 = E. S. N. Mainoldi, Iohannes Scottus Eriugena, dans P. Chiesa, L. Castaldi (dir.), La trasmissione dei testi latini del medioevo, II, Florence, 2005, p. 186-264.

Mallet – Thibaut 1984 = J. Mallet, A. Thibaut, Les manuscrits en écriture bénéventaine de la bibliothèque capitulaire de Bénévent, I, Manuscrits 1-18, Paris, 1984.

Manfredi 1992 = A. Manfredi, Nuove postille autografe di Lorenzo Valla alle Epistole di s. Girolamo (Vaticano lat. 355-356), dans Italia medioevale e umanistica, 35, 1992, p. 105-121.

Milde 1972 = W. Milde, Pergament und grüne Farbe. Bemerkungen zu den grünen Bindebändern des Herzogs August von Braunschweig-Wolfenbüttel, zu einer beneventanischen Lucanhandschrift und zum Vergilius Augusteus, dans G. Keil, P. Assion, W. F. Daems, H. U. Roehl (dir.), Fachprosa-Studien. Beiträge zur mittelalterlichen Wissenschafts- und Geistesgeschichte Berlin, Berlin, 1982, p. 76-83.

Nemes 2022 = B. J. Nemes, Bibliotheca Cartusiae Erfordiensis. Dokumentation über den überlieferten Buchbestand der Erfurter Kartause, 2022, en ligne : 10.6094/UNIFR/224431.

Newton 1999 = F. Newton, The scriptorium and library at Montecassino, 1058-1105, Oxford, 1999.

Newton 2020 = F. Newton, Beneventan (south Italian/Longobardic) script, dans F. T. Coulson, R. G. Babcock (dir.), The Oxford handbook of Latin palaeography, Oxford, 2020, p. 121-142.

Orofino 2009 = G. Orofino, La miniatura altomedievale in Italia meridionale : Montecassino, Benevento, Capua, Napoli (VIII-X secolo), dans A. Putaturo Donati Murano, A. Perriccioli Saggese (dir.), La miniatura in Italia, I, Dal tardoantico al Trecento con riferimenti al Medio Oriente e all’Occidente europeo, Cité du Vatican, 2009, p. 72-82.

Orsini 1587 = F. Orsini, Notae ad. M. Catonem, M. Varronem, L. Columellam de re rustica […]. Iunius Philargyrius in Bucolica & Georgica Virgilij. Notae ad Servium in Bucol. Georg. & Aeneid. Virg. […], Rome, apud Georgium Ferrarium, 1587.

Ottaviano 2011 = S. Ottaviano, Servius chez Ange Politien, dans B. Méniel, M. Bouquet, G. Ramires (dir.), Servius et sa réception de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, 2011, p. 507-537.

Paasch 1998 = K. Paasch, Die Bibliothek der Augustiner-eremiten in Erfurt, dans Augustiniana, 48, 1998, p. 345-393.

Palma 1980 = M. Palma, Sessoriana. Materiali per la storia dei manoscritti appartenuti alla biblioteca romana di S. Croce in Gerusalemme, Rome, 1980.

Pecere 1986 = O. Pecere, La tradizione dei testi latini tra IV e V secolo attraverso i libri sottoscritti, dans A. Giardina (dir.), Società romana ed impero tardoantico, IV, Tradizione dei classici, trasformazioni della cultura, Rome, 1986, p. 19-81 et p. 210-246.

Pellegrin 2010 = E. Pellegrin et al., Les manuscrits classiques latins de la Bibliothèque Vaticane, III, 2e partie, Fonds Vatican latin, 2901-14740, Cité du Vatican-Paris, 2010.

Perriccioli 2012 = A. Perriccioli, Un modello beneventano per il Virgilio altomedievale di Napoli (ms. ex Vind. 58 lat. 6), dans California Italian Studies, 3-1, 2012, p. 1-11.

Petoletti 2019 = M. Petoletti, Le migrazioni dei testi classici nell’alto medioevo : il ruolo dell’Italia settentrionale, dans Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, Le migrazioni nell’alto medioevo, Spolète, 2019, p. 551-584.

Petrucci 1998 = A. Petrucci, Dal manoscritto antico al manoscritto moderno, dans P. D’Iorio, N. Ferrand (dir.), Genesi, critica, edizione, Pise, 1998, p. 3-13.

Pfeil 2013 = B. Pfeil, 1412-2012 : 600 Jahre « Bibliotheca Amploniana » in Erfurt. Anmerkungen zu einem Jubiläum, dans Mitteilungen des Vereins für die Geschichte und Altertumskunde von Erfurt, 74 (nouv. série 21), 2013, p. 69-94.

Raffel 2007 = E. Raffel, Die Inkunabeln : Klassik Stiftung Weimar Herzogin Anna Amalia Bibliothek, Wiesbaden, 2007.

Reeve 1996 = M. D. Reeve, The place of P in the stemma of Livy 1-10, dans C. A. Chavannes-Mazel, M. M. Smith (dir.), Medieval manuscripts of the Latin classics : production and use. Proceedings of the Seminar in the history of the book to 1500, Leiden 1993, Los Altos Hills (Calif.)-Londres, 1996, p. 74-90.

Rizzo 1973 = S. Rizzo, Il lessico filologico degli umanisti, Rome, 1973.

Russo 2022 = A. Russo, Poesia e politica delle reliquie a Montecassino nell’XI sec. Due carmi per santa Scolastica (BHL 7519-20), dans MEFRM, 134-2, 2022, p. 339-362.

Schipa 1883 = M. Schipa, Il ducato di Napoli, capitolo IX : offese musulmane, iii, Giovanni III, trentesimo duca (928-968), dans Archivio storico per le province napoletane, 18-1, 1893, p. 264-277.

Schramm – Mütherich 1962 = P. E. Schramm, F. Mütherich, Denkmale der deutschen Könige und Kaiser, I, Ein Beitrag zur Herrschergeschichte von Karl dem Großen bis Friedrich II (768-1250), Munich, 1962.

Schunke 1962 = I. Schunke, Die Einbände der Palatina in der Vatikanischen Bibliothek, II, Cité du Vatican, 1962.

Schwenke 1920 = P. Schwenke, Die Buchbinderei des Petersklosters, dans J. Theele (dir.), Die Handschriften des Benediktinerklosters S. Petri zu Erfurt : Ein bibliotheksgeschichtlicher Rekonstruktionsversuch, Leipzig, 1920, p. 38-45.

Sickel 1886 = T. von Sickel, L’itinerario di Ottone II nell’anno 982 : stabilito colla scorta de’ diplomi, dans Archivio della Società romana di storia patria, 9, 1886, p. 294-325.

Speciale 1994 = L. Speciale, Una cellula ed i suoi libri : i SS. Vincenzo ed Anastasio alle Tre Fontane e Casamari, dans Arte medievale, 8-2 (2e série), 1994, p. 47-76.

Sprandel-Krafft 2000 = L. Sprandel-Krafft, Die spätgotischen Einbände an den Inkunabeln der Universitätsbibliothek Würzburg : Eine Dokumentation, Würzburg, 2000.

Stagni 2010 = E. Stagni, « E a Pisa le condusseno » : fonti pisane sui saccheggi del 1135 e del 1137 e sulla « leggenda amalfitana » delle « Pandette fiorentine », dans Rassegna del Centro di cultura e storia amalfitana, 39-40 (nouv. série), 2010, p. 53-110.

Stevenson 1886 = E. Stevenson, Inventario dei libri stampati palatino-vaticani, I, Rome, 1886.

Stewing – Kästner 2018 = F.-J. Stewing, S. Kästner, Dem Vergessen entrissen ! Spätmittelalterliche Bücherschätze aus Duderstädter Sammlungen. Von Butterbriefen, Aderlass und Seelenheil, Duderstadt, 2018.

Stok – Ramires 2021 = F. Stok, G. Ramires, La tradizione manoscritta del commento di Servio alle Bucoliche, Pise, 2021.

Stoppacci 2017 = P. Stoppacci, Gerberto d’Aurillac e Tito Livio : interventi autografi nel ms. Bamberg, Staatsbibliothek, Class. 35, dans Segno e Testo, 15, 2017, p. 265-290.

Stotz 1998 = P. Stotz, Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters, IV, Formenlehre, Syntax und Stilistik, Munich, 1998.

Tarquini 2002 = B. M. Tarquini, I codici grammaticali in scrittura beneventana, Mont-Cassin, 2002.

Tedeschi 2014 = C. Tedeschi, Un centro scrittorio nell’Abruzzo franco : il ms. Aug. perg. 229 e il monastero di S. Stefano in Lucana, dans Bullettino dell’Istituto storico italiano per il medioevo, 116, 2014, p. 1-23.

Tischler 2000 = M. M. Tischler, Neue Fragmente der spätantiken Bamberger Livius-Handschrift (CLA VIII. 1028 Addenda), dans Scriptorium, 54-2, 2000, p. 268-280.

Theele 1920 = J. Theele, Die Handschriften des Benediktinerklosters S. Petri zu Erfurt : Ein bibliotheksgeschichtlicher Rekonstruktionsversuch, Leipzig, 1920.

Tristano 1998 = C. Tristano, La biblioteca di un umanista calabrese : Aulo Giano Parrasio, Rome, 1988.

Troncarelli 2001 = F. Troncarelli, Medicina e memoria : osservazioni sul codice Monacense 337, dans Cassiodorus, 6-7, 2000-2001, p. 151-171.

Truhlář 1905 = J. Truhlář, Catalogus codicum manu scriptorum Latinorum qui in c. r. Bibliotheca publica atque Universitatis Pragensis asservantur, I, Prague, 1905.

Ullman 1944 = B. L. Ullman, The post mortem adventures of Livy, dans University of North Carolina Extension Bulletin, 34-4, 1944, p. 39-53 (réimpr. dans B. L. Ullman, Studies in the Italian Renaissance, Rome, 1955, p. 55-79.

Vecce 2002 = C. Vecce, Postillati di Antonio Seripando, dans G. Abbamonte, L. Gualdo Rosa, L. Munzi (dir.), Parrhasiana II. Atti del II seminario di studi su manoscritti medievali e umanistici della Biblioteca nazionale di Napoli, Napoli, 20-21 ottobre 2000 ( = A. I. O. N : annali dell’Istituto universitario orientale di Napoli, dipartimento di studi del mondo classico e del Mediterraneo Antico. Sezione filologico-letteraria, 24), Naples, 2002, p. 53-64.

Villa 2009 = C. Villa, La protervia di Beatrice : studi per la biblioteca di Dante, Florence, 2009.

Villa 2019 = C. Villa, Appunti per la storia della tradizione di Livio in età carolingia e ottoniana, dans G. Baldo, L. Beltramini (dir.), A primordio Urbis : un itinerario per gli studi liviani, Turnhout, 2019, p. 221-235.

Virgilio 1981 = Virgilio, mostra di manoscritti e libri a stampa, S. Acanfora Quintavalle (dir.) ( = Quaderni della Biblioteca nazionale di Napoli, 5-5), Naples, 1981.

Virgilio 1996 = Virgilio e il chiostro, manoscritti di autori classici e civiltà monastica (Montecassino, 8 luglio-8 dicembre 1996), M. Dell’Omo (dir.), Rome, 1996.

Wacek 1816 = F. A. Wacek, Die Freyherrn Proskowsky von Proskau als Dynasten von Stara, dans Archiv für Geographie, Historie, Staats- und Kriegskunst, 7, 1816, p. 275-278.

Waitz 1847 = G. Waitz, Über eine Bamberger Handschrift des Jordanis, Paulus u.s.w., dans Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 9, 1847, p. 673-703.

West-Harling 2020 = V. West-Harling, Rome, Ravenna and Venice, 750-1000 : Byzantine heritage, imperial present, and the construction of city identity, Oxford, 2020.

Haut de page

Notes

1 Truhlář 1905, p. 477-478.

2 On renvoie ici à l’édition Titi Livi Ab Urbe condita (éd. Ogilvie).

3 Lowe 1929, pl. XLVII.

4 Pour l’U. C. IX (en écriture bénéventaine), la bibliographie est rassemblée dans la base de données BMB (bmb.unicas.it) (sigle PHU – 16). Il y a presque trente ans, Reeve 1996, p. 78, n. 17, citant la planche de Lowe 1929, se demandait encore : « Has anyone looked at the text of the other three pages ? ». La réponse était négative.

5 www.manuscriptorium.com/apps/index.php ?direct =record&pid =AIPDIG-NKCR__VII_A_16_9__1I120M5-cs.

6 On renvoie ici à la numérotation des paragraphes dans l’édition Titi Livi Ab Urbe condita (éd. Ogilvie). Les points de suspension entre crochets indiquent les lacunes textuelles dues au découpage de la partie supérieure du parchemin. Entre parenthèses je transcris le premier et le dernier mot lisible de chaque page. Lorsque ces mots ne sont précédés d’aucune marque, cela signifie qu’il s’agit des premiers mots de la première ligne conservée. Lorsque les mots sont précédés d’un astérisque et d’un chiffre, cela signifie qu’ils ne se trouvent pas sur la première ligne conservée de la page mais qu’ils sont les premiers mots lisibles, les mots précédents étant illisibles en raison de la disparition de l’encre ; le chiffre associé à l’astérisque indique la ligne sur laquelle se trouvent ces mots (par exemple, « *3 mot » signifie que ce mot se trouve sur la troisième ligne actuelle de la page, et qu’il est le premier lisible sur cette page).

7 Lowe 1929, pl. XLVII.

8 L’ampleur des lacunes (mesurée en caractères, espaces exclues) est la suivante : fol. 2r = 105 ; fol. 2v = 117 ; fol. 1r = lacune impossible à quantifier puisque les premiers mots du folio sont illisibles ; fol. 4v = 128 ; fol. 3r = 145 ; fol. 3v = 123 ; fol. 4r = 143. La moyenne est précisément de 126,5. Les variations des valeurs sont dues probablement à l’utilisation irrégulière des abréviations dans les portions perdues du texte, ainsi qu’à la compression variable de l’écriture.

9 Mon calcul corrige légèrement la reconstruction de Lowe 1929, pl. XLVII, lequel affirmait que trois lignes manquent sur chaque page. Puisque Lowe ne donne pas les valeurs sur lesquelles il fonde sa reconstruction, son calcul ne peut pas être vérifié.

10 Je m’écarte à nouveau de la reconstruction de Lowe 1929, pl. XLVII ; il supposait que la marge inférieure du parchemin avait également été coupée, et envisageait par conséquent que la hauteur originale des feuilles était de 47,5 cm (là encore sans fournir de preuves).

11 La meilleure description de l’écriture se trouve dans Lowe 1929, pl. XLVII ; cf. également Newton 2020, p. 124.

12 Sur la nature élitiste de cet objet : Cavallo 1974, p. 378-379 ; Granier 2009, p. 176.

13 Frugoni 1978 ; Cavallo 1974, p. 376-379 ; Villa 2019, p. 225-230 ; sur la culture napolitaine du Xe siècle, Cilento 1969.

14 Alors que le texte de l’Historia est transmis par un grand nombre de manuscrits et en différentes rédactions, le prologue de Léon a eu une transmission très limitée : Chiesa 2005. En effet, il est uniquement transmis par le manuscrit Bamberg, SB, Hist. 3 (E.III.14), réalisé par le copiste Igi pour l’évêque Arnulf de Halberstadt († 1023) en utilisant un antigraphe provenant d’Italie méridionale, et par deux manuscrits du XIIe siècle (Paris, BNF, NAL 310 ; Munich, BSB, Clm. 23489), souvent considérés (sans arguments décisifs) comme descripti du Bambergensis. Parmi ceux-ci, le manuscrit de Munich contient le texte du prologue dans son intégralité, tandis que le manuscrit parisien omet le § 2 (qui nous intéresse ici). Un autre témoin, indépendant de ceux-ci, Londres, Lambeth Palace Library, 342 (XIIIe siècle), est mutilé au début et ne transmet donc pas le prologue. L’édition de référence du prologue est Historia de preliis (éd. Pfister), p. 44-46 ; le texte publié dans Boitani 1997, p. 16-21, est une réimpression de celui de Pfister ; on peut aussi consulter Historia de preliis (éd. Bergmeister), p. 2a-3a.

15 Je me rallie à la correction proposée par Waitz 1847, p. 692, acceptée par Landgraf 1885, p. 28, et Capasso 2008 (1892), I, p. 476, et pourtant rejetée par Pfister (Historia de preliis, p. 5 et 46) et par les éditeurs ultérieurs. La leçon des manuscrits (effectus) n’est pas admissible : quelle que soit la manière dont on la comprend, elle compromet la syntaxe de la phrase. La langue de Léon, surtout dans le prologue, est de bonne tenue et se conforme généralement aux normes du latin. Il n’est donc pas satisfaisant, à mon avis, d’interpréter effectus comme une forme elliptique pour effectus est, qui serait le parfait (avec sens actif) d’un verbe déponent (efficior) apparemment non attesté ailleurs. C’est ainsi qu’expliquent effectus Pfister (Historia de preliis, p. 5, n. 1, et p. 135, dans l’index), Cavallo (1974, p. 377 ; 1992, p. 637 ; 2009, p. 72) et Arnaldi (1970, p. 190 ; 1970a, p. 578, « effectus sta per effecit ») ; cette explication est reprise dans la traduction de Boitani 1997, p. 21, où meliores effectus est traduit comme un parfait indicatif actif (« fece migliorare »). Quelques exemples de transition de la diathèse active à la diathèse déponente en latin médiéval sont rassemblés par Stotz 1998, p. 338-342, mais ni efficior ni aucun autre composé de facio n’apparaît parmi eux. D’un point de vue méthodologique, l’emendatio est légitime car toute la tradition dérive d’un archétype perdu, transféré de Naples en Allemagne à la fin du Xe siècle ; le texte de cet archétype est également corrompu en d’autres endroits, et il est corrigé par les éditeurs à l’aide des différentes rédactions « dérivées » de l’œuvre (Chiesa 2005, p. 424 et n. 13).

16 Cassiodori Institutiones, p. 55.

17 Bien que Frugoni 1978, p. 139, affirme que l’œuvre était « diffusa certamente nell’Italia meridionale nel X sec. », les plus anciens témoins sud-italiens conservés sont : Munich, BSB, Clm 14137, copié par Othlon de Saint-Emmeran lors de son séjour au Mont-Cassin (vers 1049-1050) ; et Mont-Cassin, AA, 221, écrit au Mont-Cassin à l’époque de l’abbé Didier (bibliographie dans BMB, sigle MCB – 221). Sur la transmission de la traduction de Jean Scot Erigène : Mainoldi 2005, p. 244-250. La traduction antérieure de Hilduin de Saint-Denis n’a pas (pour autant que nous puissions le savoir) circulé en Italie du Sud (Lapidge 2012, p. 316-319) ; il est donc peu probable que Léon se réfère à celle-ci.

18 Lowe 1929, pl. XLVIII. Bibliographie disponible dans BMB (sigle MCB – 123).

19 Après Lowe 1929, pl. XLVIII, des similitudes graphiques ont été relevées par Cavallo 1974, p. 378, et Newton 2020, p. 124.

20 Lowe 1929, pl. XLVII.

21 Ibid.

22 Lowe 1929, pl. XLIX. Bibliographie dans BMB (sigle VLA – 3317). Fiche descriptive de A. M. Adorisio dans Virgilio 1996, p. 178. D’autres descriptions peuvent être consultées dans Tarquini 2002, p. 98-100 ; Pellegrin 2010, p. 250-251 ; Stok – Ramires 2021, p. 27-28.

23 Newton 2020, p. 126.

24 Lowe 1929, pl. XLIX ; Cavallo 1974, p. 318.

25 Lowe 1914, p. 195 et 217-218 ; Lowe 1929, pl. XLVIII et XLIX.

26 Lowe 1929, pl. XXXI. Bibliographie dans BMB (sigle NAN – 5) ; fiches descriptives dans Tarquini 2002, p. 62-65, Virgilio 1981, p. 20, et Stok – Ramires 2021, p. 29.

27 Lowe 1929, pl. XLV. Bibliographie dans BMB (sigle NAN – 6) ; fiches descriptives dans Virgilio 1981, p. 19-20, et Virgilio 1996, p. 176-177.

28 P. Vergilius Maro, Bucolica. Georgica, p. 15-17, surtout p. 107, n. 42, pour des erreurs conjonctives prouvant l’affinité de ces témoins.

29 Ibid., p. 16 ; Stok – Ramires 2021, p. 57-65.

30 Nous conservons, par exemple, des manuscrits de l’Antiquité tardive copiés dans le scriptorium du Castrum Lucullanum, siège de l’activité d’Eugippe aux Ve et VIe siècles, qui fut démoli en 902. Holtz 1990, p. 229, no 44, mentionne : Bamberg, SB, Patr. 87 (B.IV.21) ; Turin, BNU, G.V.15 + Milan, BA, H 78 sup. ; Cité du Vatican, BAV, Vat. lat. 3375. Cherubini – Pratesi 2010, p. 120-121, n. 37, mentionnent en plus : Mont-Cassin, AA, 150 ; Paris, BNF, lat. 9533 (dont l’attribution au Castrum Lucullanum est toutefois douteuse) ; à ceux-ci on peut ajouter, toujours à titre hypothétique, Rome, BNC, Sess. 13 (2093). L’hypothèse, formulée par B. Capasso et souvent évoquée dans la bibliographie plus récente, selon laquelle le Chronicon ducum et principum Beneventi, Salerni et Capuae et ducum Neapolis (transmis par trois manuscrits d’Italie centrale des Xe-XIIe siècles dont aucun ne fait usage de l’écriture bénéventaine : Rome, BNC, 529 ; Vienne, ÖNB, 580 ; Bruxelles, BR, 3897-3919 ; cf. P. Damian-Grint 2010) aurait été rédigé dans le monastère de San Severino e Sossio au milieu du Xe siècle est infondée. D’autres monastères napolitains anciens, encore actifs au Xe siècle, sont mentionnés par Cilento 1969a et Arthur 2002, p. 69-74 ; nous ne savons pratiquement rien de leurs bibliothèques.

31 Sur ces alliances : Berto 2001. Les documents relatifs à ce complexe jeu politique ont été réunis par Schipa 1883.

32 Les informations sur tous ces personnages et leurs généalogies sont disponibles dans les notices qui leurs sont dédiées dans le Dizionario Biografico degli Italiani. Un arbre généalogique de la famille de Théophylacte se trouve dans West-Harling 2020, p. 129.

33 Gesta episcoporum Neapolitanorum, p. 434, l. 37-38. La position du manuscrit cassinien dans le stemma codicum de cet ouvrage n’a pas été déterminée par les éditeurs jusqu’à présent. Un bon point de départ pour explorer la tradition latine de Flavius Josèphe et la bibliographie correspondante est le site legejosephum.ch.

34 Perriccioli 2012.

35 Stok – Ramires 2021, p. 57-65. Le seul autre représentant indépendant de cette famille est Oxford, BL, Canon. Class. lat. 50. (S. C. 18631).

36 Billanovich 1986, p. 4-8 (p. 204-208 dans la réimpr. de 2004). Je consacrerai bientôt une contribution spécifique à la transmission de la première décade en Italie centrale et méridionale, en complément de la présente enquête.

37 Lowe 1929, pl. XLII. Bibliographie dans BMB (sigle MUS – 337). Pour le lien avec Vivarium : Troncarelli 2001. L’hypothèse de son appartenance à la bibliothèque du duc Jean III est avancée par G. Orofino dans la description du manuscrit dans Virgilio 1996, p. 174-175 ; Orofino 2009, p. 77 ; Collins 2000, p. 153.

38 L’hypothèse selon laquelle cette note serait autographe est, d’ailleurs, peu probable. Pour autant que nous puissions les évaluer, les compétences graphiques du duc n’étaient pas très développées. Nous conservons un document signé par lui, avec son nom en caractères grecs (selon une pratique en usage dans la Naples médiévale) : ιοαννεc κονcουλ εθ δουξ cουβ ( = Ioannes consul et dux subscripsi) : Capasso 2008 (1892), II-2, p. 13-15, et pl. IV. La signature de cette charte, datée du 3 novembre 951, présente un ductus incertain et lent, indice d’une formation graphique assez élémentaire.

39 Cassiodori Institutiones, I.31.2, p. 78-79 : Quod si vobis non fuerit Graecarum litterarum nota facundia, in primis habetis Herbarium Dioscoridis, qui herbas agrorum mirabili proprietate disseruit atque depinxit.

40 Bibliographie dans BMB (sigles VLA – 335 et VLA – 356). L’étude fondamentale est celle de Blow 1984.

41 On le voit dans le mot cavete, dans la note O clerici cavete vos a mulieribus, au fol. 113r du Vat. lat. 355, marge droite. Sur les différentes strates d’annotations : Manfredi 1992. Les notes en bénéventaine dans les marges du manuscrit sont beaucoup plus nombreuses que ce que ce dernier rapporte (p. 107).

42 Cassiodore, Institutiones, I.31.2, p. 79 : post haec [scil. Dioscoride] legite Hippocratem atque Galienum Latina lingua conversos.

43 La rare bibliographie sur ce manuscrit est rassemblée dans BMB (sigle GLH – 3). Une notice descriptive est disponible sur le site de l’University Library of Glasgow : collections.gla.ac.uk/#/details/ecatalogue/296774. Sur les notes de lecture : Kwakkel – Newton 2019, p. 145.

44 Cilento 1969.

45 Lowe 1929 pl. XLI. Bibliographie dans BNB (sigle VLA – 5007). Celui-ci appartint au XVe siècle à un certain Bartolomeo, « connestabile » de Bénévent, probablement responsable des nombreuses annotations en écriture humaniste disséminées dans les marges, qui révèlent un intérêt marqué pour l’histoire du duché de Bénévent : Mallet – Thibaut 1984, p. 15, n. 6. Pour l’hypothèse de son caractère partiellement autographe : Pietro Suddiacono, L’opera agiografica, p. xxxiii, n. 5, et lxxi.

46 Dans cette perspective, on peut partager l’opinion de A. Pratesi, selon lequel on ne peut pas parler d’une véritable typologie « napolitaine » de la minuscule bénéventaine (Cherubini – Pratesi 2010, p. 309), bien que d’illustres paléographes, tels que G. Cavallo, F. Magistrale et F. Newton, aient utilisé cette notion.

47 Dans le cadre de la culture graphique napolitaine du Xe siècle, on ne peut pas inclure avec certitude le célèbre manuscrit florentin des Pandette (Florence, BML, s. n.), copié à Constantinople au VIe siècle en onciale et annoté entre le IXe et le XIe siècle par divers copistes de l’Italie méridionale, qui utilisent des minuscules bénéventaines (la très riche bibliographie sur cette insigne monument de l’histoire du droit est rassemblée dans BMB, sigle FIL – 1000). L’hypothèse selon laquelle le célèbre « Maestro dell’aceto », responsable de certaines annotations en bénéventaine, aurait été actif à Naples (Villa 2009, p. 9 ; ead. 2019, p. 229) est aujourd’hui considérée comme peu probable, tandis que la possibilité d’un séjour du manuscrit dans le siège archiépiscopal d’Amalfi est jugée plus vraisemblable (Stagni 2010).

48 Sur le palais ducal de Naples : Arthur 2002, p. 41-42.

49 Tristano 1998, p. 9-18.

50 Lowe 1929, pl. XXXI et XLV ; et donc également Tristano 1998, p. 248 (à propos de Vind. lat. 5) et p. 216 (à propos de Vind. lat. 6), avec une riche bibliographie plus récente.

51 Vecce 2002, p. 53.

52 Tristano 1998, p. 216.

53 Inguanez 1941, p. 43 ; l’item Josephus sine principio inc. Legem istorie cum passionibus et sermonibus sanctorum correspond certainement à notre manuscrit, mutilé au début et commençant par les mots legem istorie. Au moment de la rédaction du catalogue, l’U. C. I (Flavius Josèphe) avait déjà été reliée avec l’U. C. suivante, qui contient précisément des textes hagiographiques.

54 Lowe 1929, pl. XLVIII ; Newton 1999, p. 100 ; Stok – Ramires 2021, p. 27.

55 Orsini 1587, fol. 5r ; Tarquini 2002, p. 99.

56 Ottaviano 2011, p. 532-533.

57 Abbamonte 2008, p. 347. Outre les copies humanistes du milieu romain, pour le seul commentaire des Bucoliques, un précoce apographe du Vat. lat. 3317 est le manuscrit Wolfenbüttel, HAB, 7.10 Aug. 2o (2091), copié en écriture gothique en Italie à la fin du XIIIe siècle : Stok – Ramires 2021, p. 30 (description et bibliographie) et p. 59 et 64 (démonstration de la dérivation de Vat. lat. 3317). Les difficultés de localisation de cet apographe, dont le lieu de copie ne peut pas être déterminé avec précision, le rendent peu utile pour raisonner sur la trajectoire du Vat. lat. 3317.

58 Abbamonte 2012, p. 146-155.

59 Cossu 2022, p. 205, n. 101.

60 Cette opinion est rapportée dans Brown 2000, p. 401 et n. 26. Pour la datation du manuscrit cassinien, voir la bibliographie rassemblée dans BMB (sigle MCB – 402). Le fait que le Vat. lat. 3317 ne soit identifiable avec aucune des pièces du catalogue cassinien établi pour le pape Paul II est compatible avec l’idée qu’il avait quitté le Mont-Cassin (pour Rome) dans la seconde moitié du XVe siècle (cf. notes précédentes).

61 Leccisotti 1960. Sur la période de sa régence : Galdi 2017.

62 Chronica monasterii Casinensis, p. 172 ; Newton 1999, p. 19 et n. 99.

63 Manfredi 1992, p. 108 et 118 ; Gargan 2010, p. 240, n. 48.

64 Manfredi 1992, p. 117-121.

65 Beccaria 1956, p. 222-223.

66 Baglio – Ferrari – Petoletti 1999.

67 Lowe 1929, pl. XLVII.

68 Tous les journaux cités ci-dessous sont disponibles sur Google Books. Les conventions graphiques utilisées en allemand à l’époque sont conservées dans les transcriptions. Les trois témoignages sont étiquetés α, β et γ pour faciliter le raisonnement dans les paragraphes suivants. Deux autres fragments de la première décade découverts en 1857 par G. Eckertz à Cologne dans la reliure d’un volume liturgique de l’abbaye cistercienne de Schweinheim n’ont rien à voir avec le bifolium de Prague : Freudenberg 1858. Ces fragments sont aujourd’hui conservés à Bonn, ULB, S 189, et datent du XVe siècle : Geiß 2015, p. 344.

69 En raisonnant en termes purement stemmatiques, on peut exclure soit que α dérive exclusivement de β, soit que β dérive exclusivement de α, puisque chacun contient des informations absentes dans l’autre.

70 Des éléments bibliographiques sur tous ces personnages sont aisément accessibles en ligne et on n’offrira pas ici de renvois systématiques.

71 Il est difficile d’identifier avec certitude le manuscrit utilisé par Höfler pour la comparaison. Le seul « glossaire » en bénéventaine conservé à la BSB de Munich est le Dioscoride susmentionné (Clm 337), mais il ne semble pas que J. Kelle et K. Höfler l’aient jamais étudié. Kelle, germaniste surtout intéressé par l’histoire de la langue allemande, avait publié divers textes tirés de manuscrits munichois, mais aucun ne peut être rapproché du fragment de Tite-Live.

72 Fiche descriptive disponible sur le site de la Bibliothèque nationale de Prague : aleph.nkp.cz/F/ ?func =direct&doc_number =000040080&local_base =STT. L’œuvre est recensée dans la base de données ISTC. Sur Nicolaus Kessler, cf. la fiche disponible en ligne sur le site de l’université de Bâle : ub.unibas.ch/itb/druckerverleger/nicolaus-kessler/.

73 La comparaison des taches présentes sur les fol. 1r-v et 4r-v avec les taches observables sur les contreplats de l’incunable permet également d’établir la position exacte de chaque feuille : le fol. 1r était collé au contreplat antérieur et n’était donc pas visible, tandis que le fol. 1v était la partie « exposée » du parchemin ; le fol. 4r était collé au contreplat postérieur, tandis que le fol. 1v était « exposé ».

74 Je transcris l’annotation à partir des photographies de l’incunable qui m’ont été aimablement fournies par la Národní Knihovna de Prague. Ici aussi, je reproduis les conventions graphiques utilisées par Glaser.

75 La rare bibliographie disponible sur ces personnages est principalement en tchèque, et presque totalement inaccessible dans les bibliothèques italiennes et françaises. Une brève biographie de Pruskovský en allemand figure dans Wacek 1816, p. 277-278.

76 Cette note, à peine visible dans la reproduction en ligne, est plus lisible sur la planche de Lowe 1929. L’hypothèse d’un autographe est cependant rendue improbable par la comparaison de cette écriture avec celle de Pruskovský, que l’on retrouve dans certains ex-libris d’autres volumes de sa bibliothèque (avec la formule Sum ex libris Ulrici Desideri Pruskowsky, suivie d’éventuelles indications sur les circonstances de l’achat) conservés à la Národní Knihovna de Prague ; ils sont tous accessibles en ligne à partir du catalogue de la bibliothèque : aleph.nkp.cz/F/.

77 Un seul de ses livres présente des fragments de parchemin dans la reliure : Das Leyden und die Marter zweyerhundert Mönchen in S. Petri a Cardegna Kloster, Benedicter Ordens d’Alfonso Chacón, imprimé à Augsbourg en 1607 (en ligne : aleph.nkp.cz/F/ ?func =direct&doc_number =000074569&local_base =STT). Des fragments d’un livre liturgique en minuscule caroline sont visibles dans la reliure, mais on ne peut pas déterminer s’ils ont été ajoutés par Pruskovský lui-même ou par d’autres.

78 Les informations et la bibliographie le concernant sont réunies dans la base de données EBDB (identifiant w000112) : hist-einband.de/de/werkstattdetails.html ?entityID =500813s. Une liste partielle des incunables dont il réalisa la reliure (tous conservés aujourd’hui dans des bibliothèques allemandes) y est également disponible.

79 Les données fondant la démonstration de cette affirmation sont réunies dans le tableau donné en annexe.

80 Les exemplaires conservés des ouvrages imprimés par Kessler sont systématiquement enregistrés dans la base de données numérique INKA. Les fiches descriptives contiennent également des informations sur les reliures des différents exemplaires. Certains d’entre eux ont des reliures postérieures (non originales) et ne peuvent donc servir à étayer notre raisonnement. Parmi les incunables dont la reliure est contemporaine (fin du XVe siècle) et qui sont attribuables à des ateliers d’artisans connus, seul un petit nombre a été relié à Bâle.

81 La liste qui suit est certainement partielle, étant basée sur des descriptions de différentes époques, parfois sommaires. Il est possible que d’autres reliures du même artisan contiennent des feuillets de garde issus de manuscrits médiévaux mais que ceux-ci ne soient pas mentionnés dans les descriptions disponibles. Dans certains cas, « Dicker Hund » utilisa également, comme gardes pour ses reliures, des feuilles de papier provenant d’autres incunables tombés en désuétude (en l’occurrence des almanachs, qui étaient évidemment inutiles une fois écoulée l’année à laquelle ils se référaient) : un cas est cité par Stewing – Kästner 2018, p. 50-52.

82 Raffel 2007, p. 179, no 365.

83 Raffel 2007, p. 227-228, no 506.

84 Fiche descriptive dans la base de données INKA.

85 Schunke 1962, p. 235 ; Stevenson 1886, p. 292.

86 Sur cette légende : Ullman 1944, p. 64-65, et surtout Lehmann 1959, p. 281-285.

87 Lehmann 1959, p. 283 : « Was Nikolaus sah, können Liviusfolianten gewesen sein, ohne daß man dabei an verlorene Bücher denken müßte. »

88 Rizzo 1973, p. 123 ; Casamassima 1964, p. 567-568.

89 Sur cette donation : Villa 2019, p. 230-231 ; Petoletti 2019, p. 562.

90 Schramm – Mütherich 1962, p. 150 ; Pecere 1986, p. 235, n. 248 ; Ferrari 1991, p. 109, n. 26 ; Stoppacci 2017.

91 CLA VIII. 1028. De nouveaux fragments (provenant du Bibl. 18) ont été signalés par Tischler 2000.

92 La bibliographie sur ce manuscrit est rassemblée dans BMB (sigle BGB – 34) et dans Stoppacci 2017, p. 267, n. 8. Son éventuelle provenance de Monte Amiata a été suggérée par Gorman 2007, p. 34-35, sur la base d’une intuition de B. Bischoff.

93 Un bilan à jour des connaissances sur sa bibliothèque, avec la bibliographie antérieure, peut être trouvée dans Buillon – Pfeil 2009, et Pfeil 2013.

94 Lehmann 1928, p. 5-95. Ce catalogue révèle que l’historiographie était presque totalement absente des intérêts de Rating, lesquels étaient tournés vers la médecine, les sciences naturelles et la philosophie.

95 Lehmann 1928, p. 100-220.

96 On peut approcher l’étude des bibliothèques monastiques d’Erfurt pour les époques médiévale et humaniste à partir des volumes Ludscheidt – Paasch 2000, et Krause – Marwinski 1998.

97 Theele 1920 ; Eifler 2017.

98 Schwenke 1920 ; Eifler 2011.

99 Paasch 1998.

100 Lehmann 1928, p. 232-593. Nemes 2022 offre un état des connaissances sur les livres de la chartreuse.

101 Lehmann 1928, p. 594-600.

102 Butzmann 1952, p. 116-119. Pour l’origine napolitaine : Cavallo 1974, p. 383. Bibliographie dans BMB (sigle WBH – 52).

103 Milde 1972, p. 78.

104 Les données suivantes découlent d’une enquête sur les manuscrits actuellement conservés à Bénévent, recensés par E. A. Lowe et V. Brown dans diverses contributions. Outre Lowe – Brown 1980, il faut tenir compte des manuscrits découverts ultérieurement par V. Brown et répertoriés dans une série d’articles parus dans divers numéros de Mediaeval Studies (1978, 1988, 1994, 1999 et 2008), aujourd’hui rassemblés dans le volume Brown 2012. En outre, il est utile de consulter le catalogue de la collection de microfilms rassemblée par V. Brown, acquise par la Ohio State University et disponible en ligne : epigraphy.osu.edu/collections/vbc-microfilm.

105 Lehmann 1944, p. 38-41 ; Lowe 1929, pl. XXXIII. La bibliographie plus récente est rassemblée dans BMB (sigle MUS – 6437). Pour la possible mention dans l’inventaire de Freising : Glauche 1979, p. 697.

106 Kloos 1971. La bibliographie plus récente est citée dans BMB (sigle BGA – 246). Pour l’appartenance à la bibliothèque d’Otton III : Ferrari 1991, p. 109 et n. 26.

107 Une riche bibliographie sur ce manuscrit est rassemblée dans BMB (sigle BGB – 61).

108 Tedeschi 2014. Bibliographie dans BMB (sigle KAL – 229).

109 Ferrari 1991, p. 110 ; l’hypothèse que le manuscrit soit idiographe a été formulée par Petrucci 1998, p. 6-7. Bibliographie dans BMB (sigle BGB – 1).

110 Bloch 1986, p. 115.

111 Palma 1980, p. xxxi et 9 ; Speciale 1994, p. 74, n. 105. La bibliographie ultérieure est rassemblée dans BMB (sigle LEU – 6).

112 La liste suivante se fonde sur les données recueillies lors des recensements de Lowe et Brown (cf. n. 104). Lorsqu’il s’agit de fragments, on l’indique par l’abréviation « fr. ».

113 Sur ces séjours : Houben 1989, 1989a.

114 Documenté per le diplôme que Otton II délivrera en faveur du fidelis Nancilinus à Naples en novembre 981 : Böhmer – Uhlirz 1956, no 956e, p. 415-416 ; Sickel 1886.

115 Annales Sangallenses, p. 82 ; Herimanni chronicon, p. 120. Cette information est mise en discussion par Cassandro 1969, p. 307-308, et cependant considérée vraisemblable par Galdi 2017, p. 542, n. 132.

116 Granier 2018, p. 127.

117 Les vicissitudes de ces manuscrits ont été reconstruites par G. Billanovich dans divers articles, aujourd’hui réunis dans Billanovich 2004.

118 Sur cet aspect : Cossu 2022, p. 174-175, n. 16, et p. 177, n. 29.

119 Newton 1999, p. 104-105.

120 L’un de ces pèlerins allemands au Mont-Cassin fut aussi un poète assez doué : Russo 2022, p. 352-356.

121 Bartoli Langeli 2000, p. 125.

130 Cette liste, certainement partielle, est construite sur la base de divers répertoires. Les bases de données suivantes ont été utilisées : EBDB, INKA, ISTC. On a aussi utilisé le catalogue Borm 1990. Cette liste n’inclut pas les livres imprimés après 1500. Les items sont listés dans l’ordre chronologique.

122 Sprandel-Krafft 2000, p. 81, no 49.

123 Geiß 2002, p. 152, no 93.

124 Ibid., p. 154, no 121.

125 Ibid., p. 174, no 382.

126 Sprandel-Krafft 2000, p. 81, no 49.

127 Raffel 2007, p. 179, no 365.

128 Ibid., p. 227-228, no 506.

129 Hubay 1970, p. 120, no 611.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Comparaison entre la mise en page originale et la mise en page actuelle du manuscrit.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/12289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 2 – Prague, Národní Knihovna, ms. VII A 16/9, fol. 2v.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/12289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 3 – Prague, Národní Knihovna, Inc. 41. B. 1, contreplat antérieur.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/12289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriano Russo, « Le Fragmentum Pragense (Národní Knihovna, VII A 16/9) de Tite-Live »Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 135-1 | 2023, 209-234.

Référence électronique

Adriano Russo, « Le Fragmentum Pragense (Národní Knihovna, VII A 16/9) de Tite-Live »Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 135-1 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/12289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.12289

Haut de page

Auteur

Adriano Russo

École française de Rome – adriano.russo@efrome.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search