Navigation – Plan du site

AccueilNuméros135-2Le commerce de l’alun en Occident...Le commerce des aluns dans la doc...

Le commerce de l’alun en Occident au XIVe-XVe siècle

Le commerce des aluns dans la documentation comptable : l’exemple du fonds Salviati

Matthieu Scherman
p. 505-512

Résumés

L’importance du commerce des aluns dans les flux méditerranéens et entre la Méditerranée et les territoires de l’Europe du Nord-Ouest se perçoit, paradoxalement, dans les petites quantités qui peuvent se trouver dans les différents documents ayant trait à la marchandise. Les Italiens, et parmi eux les Florentins, sont nombreux à trafiquer dans le commerce des aluns. Les sources issues de la pratique marchande ont comme avantage d’apporter une connaissance qualitative au commerce des aluns, mais elles ne peuvent pas donner une pesée globale, ni caractériser des évolutions en raison de la faiblesse numérique des comptabilités retrouvées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nightingale 1995, p. 210 ; Mainoni 1975, p. 346 ; Tognetti 2004 ; p. 40, 53-54.
  • 2 Pour une vue générale de l’alun dans l’économie de Florence, Goldthwaite 2009, p. 16-17, 131-132, (...)
  • 3 Le fonds a fait l’objet d’une enquête financée par l’ANR, sous la direction de Mathieu Arnoux et J (...)

1L’importance du commerce des aluns dans les flux méditerranéens et entre la Méditerranée et les territoires de l’Europe du Nord-Ouest se perçoit, paradoxalement, dans le petit nombre de transactions qui peuvent se trouver dans les différents documents ayant trait à la marchandise. En effet, dans les documents produits par les marchands, les aluns se retrouvent fréquemment, mais de manière irrégulière. Ils apparaissent ainsi dans l’inventaire d’un « pepperer » de Londres en 1361, dans la documentation du marchand milanais Marco Serraineri ou encore des documents siennois1. Les Italiens, et parmi eux les Florentins, sont nombreux à trafiquer des aluns2. Pour apporter d’autres éléments à l’analyse des aluns, les comptabilités issues des archives Salviati sont exceptionnelles par la qualité de la conservation. Le fonds Salviati est composé de plusieurs séries et il constitue un observatoire appréciable du commerce de l’alun. Comme de nombreuses familles du patriciat florentin, les Salviati ont commencé par investir le domaine de l’industrie textile en établissant un partenariat dans un atelier de l’art de la laine. Cet atelier et les successifs disposent d’une comptabilité quasi complète pour tout le XVe siècle et au-delà. Par la suite ils ont fondé des agences à Florence et Pise puis à Londres et Bruges. Pour Londres, la comptabilité est aussi quasi complète de 1445, date de l’ouverture officielle de l’agence, à 1465, sa fermeture3.

  • 4 Dans l’inventaire des archives, tous les registres sont indiqués comme étant de la compagnie Franc (...)
  • 5 Sur la présence des Neroni dans la péninsule Ibérique, Soldani 2010, p. 410-415.

2Un autre avantage du fonds est qu’il est constitué de registres de plusieurs familles florentines, notamment celle des Neroni. Il n’a pas encore été possible de déterminer les raisons de la présence de ces registres dans le fonds Salviati, mais les deux familles sont liées par un mariage : l’union a été scellée en 1457 entre Averardo Salviati et Maddalena Neroni, fille de Francesco di Nerone. Cela doit expliquer, en partie, la présence de dix registres parmi ceux des compagnies Salviati. D’ailleurs, l’un d’eux couvre l’activité du beau-père et du gendre dans la même compagnie : « Francesco di Nerone e Averardo Salviati » de Florence. Les autres livres concernent les activités de l’agence de Pise4. Le mariage a donc permis de conserver les informations d’une partie non négligeable des affaires commerciales et financières d’une importante famille florentine qui, comme les Salviati, est active dans le commerce des draps. Les Neroni sont aussi organisés autour d’ateliers de laine et de soie à Florence, tout comme des agences bancaires à Florence et à Pise. Ils sont bien intégrés aux échanges du sud de la Méditerranée5, notamment avec la péninsule Ibérique, beaucoup de transactions concernant les laines originaires de la région de Valence, de San Matteo, étant enregistrées dans les comptes. Les registres comptables démontrent que leur insertion dans le commerce des aluns est régulière et ils informent sur d’autres modes d’organisation des transactions. Ce sont donc deux réseaux qui sont renforcés mutuellement par cette union. Averardo, alors âgé de vingt-quatre ans, a été envoyé en Angleterre pour compléter l’équipe trois années après l’ouverture officielle, en 1448. Son séjour dans les climats froids s’achève définitivement en 1456. Il tient les rênes des compagnies Salviati, avec ses neveux, pendant de longues années, et meurt en 1486. Il n’est donc pas étonnant que cela soit lui qui unisse les deux aires géographiques de compétences des deux familles, le nord de l’Europe et la Méditerranée.

  • 6 Delumeau 1962a.
  • 7 Pour l’époque moderne, Bottin 2014.

3Pour ces raisons, l’ensemble de l’immense documentation conservée offre un observatoire inégalé pour tout ce qui touche à l’histoire économique et sociale. Les sources issues de la pratique marchande ont comme avantage d’apporter une connaissance qualitative au commerce des aluns, mais elles ne peuvent pas donner une pesée globale, ni caractériser des évolutions en raison de la faiblesse numérique des comptabilités retrouvées. En ce sens, elles ne peuvent rivaliser avec les sources institutionnelles tels les registres de douanes ou encore les sources administratives de la papauté6. Il ne sera donc pas question dans l’article d’une quelconque tentative de mesurer les oscillations de la vente du produit, mais d’utiliser les comptes pour retracer les mécanismes des échanges. Toutes ces indications, dans les lettres, dans les registres judiciaires et bien sûr dans les comptabilités donnent des éclairages sur les parcours, les prix, les échéances de paiement ou encore les intermédiaires de ce type de commerce7. Ces archives permettent de mettre en lumière différents types d’acteurs et de sociétés ; elles rendent compte des étapes menant du grand commerce à celui de détail, de proximité. Par l’exemple de l’alun, ce sont les structures économiques qui sont mises au jour.

Un commerce sporadique

  • 8 Sur l’utilisation dans l’industrie textile, Franceschi 2012. Pour le fonds Salviati, les registres (...)
  • 9 Archivio Salviati (AS), registre (reg.) 353 bis.
  • 10 Sur la qualité des types d’alun, Balard 1978, p. 772 sq. Usodimare est une famille de la noblesse (...)
  • 11 AS, reg. 222, fol. 37v et 40r.

4Par son insertion dans l’industrie textile, la famille Salviati a un intérêt direct dans le commerce de l’alun, matière indispensable au secteur8. Les membres de la famille connaissaient le produit, même s’il ne rentrait par dans les transactions les plus habituelles. Les données recueillies dans la documentation comptable au cours du XVe siècle témoignent d’un commerce des aluns occasionnel, en rien comparable avec les transactions entourant les laines. Dans le grand livre E de l’agence de Florence couvrant la période 1467-1488, dix-huit comptes impersonnels sont dédiés à des laines, huit pour des cuirs et seulement deux pour l’alun9. Ce dernier y est seulement l’objet de quelques grosses transactions. Les Salviati achètent plutôt de petites quantités qu’ils redistribuent. Par exemple, dans le livre des « ricordanze » de l’agence de Florence, on trouve mentionné un achat effectué en 1435 d’un sac d’alun de « sorta », de qualité moyenne, d’un poids de 201 livres auprès du Génois Baldassare Usodimare10. En 1438, Piero Salviati achète pour un poids de 2 000 livres d’alun à Pise. Les deux cargaisons sont vendues à la même compagnie de teinturiers, celle de Serafino Cieffini11.

5Il s’agit peut-être là d’une première indication sur la façon dont des acteurs ponctuels rentrent sur un marché réputé monopolistique et dans lequel s’insère une compagnie marchande. Les ventes sont très irrégulières mais elles semblent répondre aux besoins particuliers d’un client régulier, ici un teinturier enregistré de nombreuses fois dans le registre pour l’achat de teintures. Les Salviati serviraient de la sorte d’intermédiaires avec les fournisseurs d’alun plus réguliers.

6Les livres de l’agence de Pise montrent, pour leur part, que les marchands florentins sont aussi intéressés par ce produit occasionnellement et de manière tout aussi irrégulière. Les Salviati apparaissent encore comme intermédiaires entre des familles, comme celles rivales des Pazzi et Médicis. Ils sont aussi intermédiaires pour la compagnie Francesco di Nerone de Pise en 1461 pour le compte de qui ils vendent de l’alun à un marchand siennois.

  • 12 Carlomagno 2009, p. 51-52, 249-263, 372.
  • 13 Weber 2013, p. 597-619 ; Wright 2010, p. 175-91 ; Apellániz 2015, p. 125-145, 131 (je remercie Céd (...)
  • 14 AS, reg. 276, fol. 223r.

7Durant le XVe siècle, une seule opération est vraiment d’importance, à savoir celle menée pour de l’alun de Tolfa, entre 1473 et 1474, avec Rinaldo Altoviti à Marseille12. Il s’agit donc plus ici de repérer les pratiques du commerce de l’alun à travers une entreprise n’ayant des intérêts que sporadiques dans ce commerce. Les transactions permettent à la fois de suivre le processus industriel, notamment l’utilisation de l’alun dans la confection des draps, mais aussi de mettre en évidence la circulation de la matière première. Une autre branche de la famille semble avoir des intérêts bien plus importants dans ce domaine. En 1442, Bernardo Salviati, le correspondant de Cosimo Médicis à Rhodes, est bénéficiaire du monopole de l’exploitation de l’alun dans les territoires dépendants de l’ordre des Hospitaliers en Méditerranée, et il obtient un nouveau contrat en 1453. Toutefois, il s’agit d’une concession qui n’implique en rien une production sur un sol peu propice à ce type de gisement13. D’ailleurs, ce sont les Salviati de Pise qui se chargent d’acheter pour leur cousin Bernardo de l’alun en 1450, un alun acheté encore à un Génois, Maffeo Le Chavele, installé dans le port florentin14.

  • 15 Ibid., fol. 11r et 93r.

8Dans ce même registre, deux autres entrées concernent de l’alun. Entre octobre 1447 et février 1450, 139 sacs d’alun, de la cannelle et du gingembre sont vendus à Pise pour le compte de Nicolà Capponi de Florence15. Le prix de vente oscille entre 24 et 27 florins les 1 000 livres d’alun. Ces variations sont dues aux modes de paiement : 24 florins lorsque les transactions sont faites au comptant et 27 lorsqu’ils sont payés à temps donc à crédit, ici quatre mois, ou si un troc monétarisé, c’est-à-dire donner une valeur monétaire à des biens échangés contre d’autres biens, est mis en place. Au comptant, les sommes sont versées en général une semaine après les achats d’alun. Mais les informations permettent surtout de comprendre la circulation de l’alun sur le territoire. Même s’il manque une étape, car il n’est pas indiqué comment l’alun est arrivé à Pise, il est possible de percevoir, à travers la fréquence de l’acquisition par des voituriers, la vente de matière première en petites quantités aux alentours de Pise. Falcuccio et Giuliano da Cascina « vetturali » sont les acquéreurs de la plus grande partie des sacs.

9Ces sacs d’alun sont aussi vendus contre des teintures, et c’est là que tout le système mis en place par l’entreprise est mis au jour. Les Salviati de Pise vendent selon la pratique du troc monétarisé de l’alun à un teinturier qui en contrepartie a teint des draps achetés de Pandolfo Benvenuti. Ces draps sont ensuite vendus en retour au commettant Nicolà Capponi. Par cet échange, les Salviati reçoivent du gingembre, gingembre acquis aussi par Pandolfo Benvenuti contre des draps « bianchetti » qui finissent par parvenir à Florence. L’utilisation par une pluralité d’acteurs de l’alun est confirmée par le compte qui voit des épiciers-apothicaires parmi les acquéreurs.

  • 16 Ibid., fol. 165r.
  • 17 Carlomagno 2009, p. 56-58, et AS, reg. 276, fol. 57r.

10Il est intéressant de constater qu’une fois les 139 sacs vendus, une autre entrée d’alun est enregistrée. Il faut donc s’interroger sur le temps des transactions. Entre la fin de l’année 1449 et 1450, de l’alun est vendu par les Salviati de Pise pour le compte la compagnie Villani et le produit a été consigné par un autre opérateur de Florence, Mariotto Lippi. Il est toujours difficile de savoir d’où l’alun provient. Les acheteurs sont pour une partie les mêmes que précédemment : on retrouve notamment le voiturier Giuliano da Cascina16. Les Salviati de Pise jouent finalement le rôle de grossistes, rôle permis par leurs capacités financières et leur organisation entrepreneuriale qui rendent possible l’achat de grosses quantités et, surtout, de les entreposer pendant plusieurs mois. D’ailleurs, en février 1448, l’agence de Pise commence à s’agrandir et les Salviati achètent un entrepôt, en plus de l’habitation occupée depuis 143817.

  • 18 Jacopo di Giovanni Ghori serait-il le fils de Giovanni di Goro, un orfèvre qui était l’un des tech (...)
  • 19 Pour retracer le fil de l’opération, AS, reg. 353 bis, fol. 97r, 64r, 211r.

11Jamais les Salviati ne cessent par la suite de faire des affaires ponctuelles avec cette matière première. Quelques exemples illustreront la place et la complexité du commerce des aluns. En 1487, les agences Salviati de Pise et de Florence font une opération commune avec de l’alun de Piombino pour 2 000 cantares, environ 10 000 kilogrammes. Le prix est exprimé en lires par cantare, £ 4 s. 10. Ces aluns sont achetés à la « casa del sale » à Jacopo Ghori au nom de Filippo di Francesco Cavalcanti, le commettant18. Ce sont ceux de l’agence de Pise qui se sont chargés de transiter les aluns de la « casa del sale » au navire, « a orlo di nave »19.

  • 20 Ibid., fol. 128r, 112r, 244r, et reg. 358, fol. 31r.
  • 21 Sur les galées florentines, Mallett 1967. On peut voir dans les « ricordanze » de l’agence de Pise (...)
  • 22 Sur la volonté entravée des papes de faire de l’alun de Tolfa un monopole, Boisseuil 2014.

12En 1488, l’agence de Florence continue les opérations autour de l’alun, toujours de Piombino, pour une quantité supérieure, 2 580 cantares, soit toute une cargaison d’un bateau20. Les aluns, obtenus par l’intermédiaire de l’agence de Pise, sont chargés sur un navire anglais, le navire Antonas, barré par un certain Tomaso Barrett depuis Piombino, au plus proche donc des lieux de production, en direction de Londres. Ils se sont mis d’accord avec un autre Cavalcanti, Luca. C’est l’occasion de les assurer pour le voyage de Piombino à Londres à 12 %. L’assurance est bien évidemment contractée sur le marché de Florence21. L’affaire se conclut lors de la raison sociale suivante et cela apporte des éléments complémentaires pour comprendre toutes les relations qui naissent des échanges commerciaux. Les aluns, conditionnés en 733 sacs, sont troqués aux Frescobaldi de Londres contre des marchandises anglaises, des draps et des peaux de veaux embarqués à Southampton. Il s’agit en fait du cousin germain de ces Salviati, Girolamo, car son père est marié à leur tante Albiera. Les Salviati ont quitté le nord-ouest de l’Europe depuis la fin des années 1460, mais ce n’est pas pour autant que leurs affaires cessent avec cette région. Il s’agit donc de l’alun de Piombino ou de l’Monterodtondo et non de Tolfa qui est envoyé en Angleterre par des opérateurs toscans22.

  • 23 Pour les intérêts des Spannocchi dans l’alun, Ait 2006, 2007 et Boisseuil 2014.
  • 24 Boisseuil 2014.
  • 25 AS, reg. 364, fol. 168r, dans la rubrique « dare », « f. cinquantacinque s. viii d. xi di sugello (...)
  • 26 Pour une synthèse sur le cas espagnol, Igual Luis 2014.

13Enfin, un dernier exemple issu de la documentation de l’agence de Florence montre encore leurs capacités à s’insérer sur ce marché concurrentiel en fonction des opportunités. En 1491, ils acquièrent en association avec Chimenti Sernigi et Simon da Ricasoli des aluns originaires de Massa Marittima, en Maremme. Les quantités sont importantes, 5 250 cantares à £ 5 par cantare pour un paiement en dix-huit mois. Le compte renseigne sur tous les mécanismes mis en place pour concrétiser l’opération : l’alun a été acheté par Simon da Ricasoli auprès des Spannocchi de Sienne et convoyé dans des petites barques depuis le port de Talamone23. La pratique de faire transiter les aluns par ce port semble une constante chez les Spannocchi24. Les aluns sont vendus par l’association en péninsule Ibérique, au prix de £ 5 s. 12 et les paiements échelonnés sur dix-huit mois aussi. Les Salviati sont accompagnés en cela par un courtier, un certain Luigi Saldoci25. Grâce à une entrée dans la rubrique « dare » du compte des aluns, on peut voir que les marchandises sont envoyées à Valence, quatre marchands espagnols en sont les acquéreurs26.

  • 27 Je remercie Didier Boisseuil de m’avoir transmis les transcriptions des actes, Archivio di Stato d (...)
  • 28 ASF, Notarile antecosimiano, 1019, Matteo di Gaspero Andreucci.

14Simon Ricasoli est un habitué des transactions portant sur l’alun. Plusieurs contrats notariés des années 1480 et 1490 témoignent de son activité. De 1484 à 1487, il loue fréquemment des bateaux provenant de la péninsule Ibérique, des basques notamment, pour que le produit soit acheminé de Talamone ou Piombino vers les régions du nord-ouest de l’Europe, dans les ports normands, anglais ou flamands27. En 1492, au même moment que l’achat d’alun opéré par les Salviati, Ricasoli est encore en affaire avec les Spannocchi pour acquérir une quantité considérable d’alun de Massa : 30 000 cantares à livrer en cinq fois jusqu’en 1494. Le déroulement de la vente est similaire : le produit est acheminé à Talamone par des petites embarcations28.

  • 29 AS, reg. 364, fol. 310r, 307r.

15Pour les Salviati, les transactions liées à leur cargaison prise en association avec Ricasoli et Sernigi étant terminées en novembre 1492, ils se procurent une autre cargaison importante d’aluns, de Campiglia cette fois, de 5 000 cantares en septembre 1493. Pour le chargement, les Salviati de Florence et de Pise vont directement se fournir auprès d’un associé de l’alunière, Tomaso di ser Bonifazio Marinai « e compagnia di la lumiera di Champiglia ». Le même procédé a été mis en place : les aluns ont été embarqués à « l’orlo » de petites barques jusqu’à la tour ou jusqu’au port, Porto Baratti29.

Autres entreprises, pratiques similaires

  • 30 Pour une vue d’ensemble de la famille, cf. Jacks – Caferro 2001.
  • 31 Beinecke Library, Spinelli Archives, Family papers I, boîte 114, lettre du 30 janvier 1497 (1498 n (...)
  • 32 Goldthwaite 2009, p. 71.

16Une source différente renseigne sur la circulation des aluns en Méditerranée occidentale. À la fin du XVe siècle, Alessandro Capponi est mentionné concernant de l’alun dans les correspondances conservées dans les archives Spinelli, autre grande famille de marchands-banquiers florentins30. Dans la lettre adressée à Giovan Battista Spinelli, de passage à Paris en 1498, un certain Antonio, situé à Lyon, décrit une affaire d’alun bien mal engagée en raison d’un produit moins bon par rapport à son déchargement dans le port d’Aigues-Mortes. C’est pourquoi Alessandro Capponi promet une contrepartie lors d’une prochaine opération31. Cela permet de suivre les différents parcours du produit et de montrer que d’autres familles, à l’image de Salviati, font un commerce épisodique de la matière première. Les Capponi ont donc un intérêt particulier aux échanges d’alun d’autant qu’ils ont investi dans les alunières de Campiglia32.

  • 33 AS, reg. 22, fol. 94r.
  • 34 Ibid., fol. 160r.

17La comptabilité des Neroni apporte aussi des informations sur les aluns. Pour la raison sociale couvrant la période 1460-1465, trois comptes d’alun sont enregistrés pour l’année 1460 : une cargaison d’alun vendue au détail en association avec Batista da Cascina à Naples, une autre vendue en commission pour Agnolo di Nerone, très impliqué dans le commerce avec le Levant, enfin de l’alun d’Ischia vendu pour Antonio Zen de Venise. Les aluns transitent pour partie par Venise avant d’être redistribués dans la région toscane. C’est le cas pour ceux acquis en commun avec Batista da Cascina. Le fournisseur est Antonio Zen, Vénitien installé à Pise, qui vend aussi des savons « gaetani » à l’association commerciale tandis qu’un navire vénitien transporte la marchandise33. La cargaison d’alun de « roccho » d’Agnole di Nerone est vendue en Toscane, à Empoli, à Florence, à Pise, notamment deux sacs pour les Salviati, ou encore à Lucques34. L’alun d’Ischia d’Antonio Zen est aussi vendu sur le territoire toscan.

  • 35 AS, reg. 19.
  • 36 Sur les teintures, Cardon 2003.
  • 37 AS, reg. 23, fol. 250r.

18Le registre des « ricordanze » de l’agence de Pise pour les années 1458-1460 donnent des détails intéressants sur les formes prises par le commerce35. Les Neroni vendent aussi au comptant ou à temps et pratiquent des prix différenciés selon les clients, les quantités vendues et les modalités de paiement. Il est ainsi possible grâce aux précisions données dans ce type de document de se faire une idée des discussions serrées entres les contractants, qui sont avant tout des épiciers et des teinturiers de Florence et d’Empoli mais aussi des voituriers, qui doivent probablement vendre leurs marchandises dans les alentours de Pise, à l’image des ambulants. On a donc une structure de redistribution de l’alun similaire à celle mise en place par les Salviati. Par exemple, un teinturier, Lorenzo d’Antonio à Empoli, se fournit de tous les éléments nécessaires à son activité auprès des Neroni : il leur achète de la guède, de la garance de Cortone et à trois reprises, au moins, de l’alun36. Une première fois le 14 juin 1459 au prix de 50 florins le millier à payer dans les trois mois, puis le 8 août pour 52,5 florins le millier à régler en quatre mois. Lors de la troisième opération, le 17 octobre 1459, les marchands florentins n’hésitent pas à faire des bénéfices qui pourraient sembler faciles. Ils achètent le même jour à Giovanni et Filippo Villani six sacs pour une pesée totale de 2 225 livres pour 45,5 florins le millier et revendent au teinturier les mêmes six sacs à 50 florins le millier, sans, à première vue, avoir effectué une opération de stockage, de mise en sac ou autre pour la marchandise. Son cas se rapproche de celui du teinturier Serafino mentionné précédemment. D’ailleurs, en 1461, Serafino achète aussi des aluns aux Neroni, mais à la compagnie Francesco di Neroni et Averardo Salviati de Florence37.

19Les capacités financières des grands marchands leur permettent d’acheter de grosses quantités et de les écouler par plus petites quantités. En décembre 1459, ils se procurent auprès de Bastiano da Foligno plus de 45 000 livres d’alun de la meilleure qualité à 40 florins le millier, en ayant réussi à ne pas s’acquitter des frais jusqu’aux entrepôts.

20On voit ici encore une fois la question du stockage de ces matières premières dans l’attente des ventes. Les capacités financières de ces grands marchands leur permettent de considérer le temps comme une ressource, les quantités pouvant s’écouler lentement au fil des demandes car ils ont les moyens d’attendre et de veiller au maintien de la qualité de la matière première durant son stockage. Pour eux aussi les quantités sont variables, et ils se procurent parfois de plus petites quantités, semblant ainsi répondre à des demandes ponctuelles de clients.

  • 38 Carlomagno 2009, II, p. 180, et AS, reg. Stella, fol. 144r.
  • 39 AS, reg. 19, fol. 19r, 29r, 31r, 37r et 41r.
  • 40 Ibid., fol. 27r.

21Un mois plus tard, en janvier 1460, les Neroni se procurent au détail 21 sacs d’alun pour près de 6 400 livres à 48 florins le millier, à payer dans les deux mois. Le même jour, ils achètent auprès d’un Génois d’une grande famille installé à Pise, Azzolino Spinola, 22 sacs à 48 florins le millier à payer aussi dans les deux mois. Le prix élevé de la vente est reporté sur les clients puisque, quelques jours plus tard, un sac est vendu à la compagnie florentine des Partini, installée à Pise, pour 54 florins le millier, la vente se faisant au comptant. Ces deux dernières opérations ont été conclues grâce à l’intermédiation d’un courtier, Pantaleone Pantaleoni, qui leur fait aussi acquérir de la laine de San Matteo, mettant de la sorte en contact deux grandes compagnies. D’ailleurs, Pantaleone a aussi été utilisé par les Salviati38. Nombreux sont les courtiers enregistrés dans les comptes des Neroni lors des ventes pour des acteurs de la production comme les teinturiers, les épiciers mais aussi les voituriers. Ainsi, Meo di Paliano intervient à de nombreuses reprises pour garantir la solvabilité des opérations39. L’importance des courtiers est aussi illustrée par leur absence : il est parfois précisé que les transactions sont effectuées sans leur intermédiaire40.

  • 41 Sur les Génois dans le commerce des aluns, Basso 2014 ; Heers 1954.
  • 42 AS, reg. 19, fol. 94r.

22La présence des Génois est confirmée puisqu’en mai 1459 : les marchands florentins reçoivent à Pise depuis Livourne de « Lorenzo Lomi e compagnia » des aluns convoyés sur un navire basque de Giovanni da Medina et envoyés par le Génois Bandinello Sauli41. La cargaison est dirigée dès le lendemain vers Florence grâce à une petite embarcation de Jacopo di Silvestro. On passe donc du commerce maritime au commerce fluvial et, là encore, les modalités du transport de la matière sont précisées grâce à la documentation comptable42. Les autres opérations enregistrées permettent de comprendre que le navire basque transite de l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Sardaigne.

23Dernier exemple qui met en lumière à la fois la complémentarité et l’utilité du grand commerce pour l’ensemble des sociétés, mais aussi les possibilités offertes aux plus petits pour négocier les produits. À plusieurs reprises, un charretier se procure des aluns par l’intermédiaire du même courtier. Giuliano di Jacopo da Cascina achète deux sacs d’alun pour 5 florins la centaine le 9 juin 1459 en obtenant une tare de 9 livres car les sacs étaient mouillés. La même opération se déroule avec les mêmes protagonistes les 16 et 22 juin. La tare est de 10 livres pour le 22 et il est précisé qu’il doit payer sa dette à son retour, raison pour laquelle on peut avancer qu’il va vendre le produit dans les environs. En effet, le 30 juin 1459, avec le même courtier, Meo di Paliano, pour le même prix et pour une tare de 12 livres, les sacs devant être encore plus mouillés, « melle », le charretier achète deux sacs d’alun.

24Il est frappant de retrouver beaucoup de noms déjà enregistrés dans la documentation Salviati. Les Génois toujours présents, les mêmes noms de compagnies florentines, comme celle des Villani, mais aussi les mêmes pratiques d’achats en gros pour fournir le territoire en alun. Il serait intéressant de savoir l’étendue de la clientèle de ce Giuliano da Cascina, qui se fournit aussi bien chez les Salviati que les Neroni. Les comptes font passer de la dimension macro-économique à la dimension micro et ils mettent en évidence les conditionnements nécessaires à la vente des marchandises.

25Un autre aspect peut être approché par les comptabilités : le processus industriel, ou en tout cas l’utilisation de l’alun, notamment dans la préparation des peaux.

Les utilisations de l’alun

  • 43 AS, reg. 313, fol. 160r.
  • 44 AS, reg. 322, fol. 14r. Sur le marché international du cuir à Pise, Tognetti 1999a.
  • 45 AS, reg. 276, fol. 14r ; reg. 278, fol. 104r.

26Les écritures comptables, en plus de lever le voile sur la matière première, éclairent son utilisation. Les « allude », des peaux d’agneaux traités par l’alun ou toutes les peaux spécifiquement décrites comme étant tannées avec de l’alun, sont un objet intéressant pour comprendre l’utilisation et la circulation de l’alun. Des ballots d’« allude » sont enregistrés dans les comptes des Salviati de Florence et de Pise. Il s’agit là aussi de faibles quantités, mais de produits qui sont pratiquement toujours présents dans les différents exercices. En 1440, l’agence de Florence se charge de vendre une douzaine d’« allude » pour le compte de Lionardo di Colto dei Colti de Pise43. Elles sont vendues à des cordonniers et autres travailleurs du cuir. Des petites quantités de cuirs tannés dans l’alun sont ainsi vendues par l’agence de Florence pour l’agence de Pise à des tanneurs en 145344. Il s’agit d’une autre façon d’écouler l’alun sur le territoire toscan. En 1467, l’agence de Pise se charge de la vente de 124 douzaines d’« allude » pour le compte de la compagnie Pazzi de Barcelone. Ces ventes leur permettent d’opérer sur un autre marché, et pratiquement toutes les marchandises sont ainsi vendues en commission pour le compte d’autrui – à une seule reprise il s’agit de leur cargaison propre45.

  • 46 AS, reg. 278, fol. 46r.
  • 47 Ibid., fol. 277r.
  • 48 AS, reg. 277, fol. 116r.

27L’origine catalane du produit est prépondérante dans les comptes, avec des « allude » de Barcelone et Perpignan, mais aussi de Valence. En 1456, les Salviati de Pise parlent spécifiquement d’« allude de Perpignan » vendus pour le compte d’une autre compagnie florentine installée en Catalogne, celle de Niccolò Strozzi46. On le voit aussi avec l’envoi par Lopo Sanchez, Catalan, de quatre balles d’« allude » par le navire de Michele Piazza47. Ces échanges sont intéressants pour réfléchir à la circulation des marchandises à l’intérieur de la Méditerranée, ce qui pourrait être l’objet de recherches futures. En 1452, les Salviati de Pise se chargent de la vente de la marchandise du Génois Guaspare Cattaneo, marchandise arrivée grâce aux galées « di Francia »48.

  • 49 AS, reg. 20, fol. 8r ; reg. 19, fol. 6r, 208r.
  • 50 AS, reg. 22, fol. 25r, 170r.

28De nouveau pour cet objet, les registres des Neroni apportent un autre éclairage sur des pratiques similaires. Analysons un compte d’« allude » vendues par les Neroni de Pise à des peaussiers entre 1456 et 1458 pour le compte de la compagnie Nicodemo Spinelli de Venise. Le compte des « ricordanze » met en évidence le soin apporté à ces marchandises pour ne pas qu’elles s’abîment, le loyer de l’entrepôt y est indiqué ainsi que le fait d’avoir dû les faire recouvrir plusieurs fois49. Comme les Salviati, les Neroni se chargent aussi d’écouler les cuirs provenant de Catalogne. En effet, le grand livre D contient aussi des comptes d’« allude », produits obtenus de la compagnie Filippo Pierozzi de Barcelone et, en 1461, un Catalan attend le produit de la vente, Bernardo Spitale 50. Certaines de ces peaux sont d’ailleurs bloquées à La Spezia, autre port qui voit arriver les marchandises traitées avec de l’alun.

29La diversité des acteurs présents sur ce marché et des destinations, les différentes adaptations au fil des ans se perçoivent au fil de ces exemples issus de la pratique marchande. Ils donnent une vision vivante de l’activité intense sur les quais des ports ; ce petit monde grouillant autour des différentes cargaisons entre les dockers, les intermédiaires, les voituriers et, bien évidemment, les grands marchands et leurs commis. Les cas étudiés montrent l’importance pour la conclusion des transactions des courtiers spécialisés et de tous les intermédiaires qui sont généralement dans l’ombre, mais que les comptes enregistrent. Tout cela est clairement décrit grâce aux différentes écritures que nécessite la partie double. Les transactions liées à l’alun ont toutes trait aux matières premières des minières de la Toscane, et l’alun de Tolfa ne semble pas faire partie des marchandises qu’ils échangent le plus. Les marchands jouent ainsi le rôle de redistributeurs des produits locaux dans la région, mais aussi sur des marchés plus lointains, comme on l’a vu avec l’exemple de l’alun de Piombino envoyé en Angleterre.

30Les aluns font donc partie des marchandises objets des transactions de ces deux grandes compagnies. Elles semblent s’y insérer par petites touches oscillant entre les achats en grosses quantités et celles plus petites au gré des besoins de la clientèle. Les cargaisons les plus importantes sont espacées et il semble que ces marchands florentins attendent l’écoulement de la marchandise, qui prend plusieurs années, pour faire une nouvelle commande.

31Les écritures comptables renseignent sur les multiples flux d’allers-retours nécessaires au fonctionnement des économies. Ainsi, l’alun est envoyé dans la péninsule Ibérique, de laquelle sont renvoyées par la suite des peaux dont le processus de production a nécessité l’utilisation de la matière première. On peut voir ainsi la complémentarité des économies européennes, et plus généralement de la Méditerranée dans son ensemble, et leur intégration industrielle.

32Plusieurs marchés de l’alun se repèrent grâce aux comptabilités de ces deux compagnies florentines. Le marché de gros qui fait intervenir toutes les grandes compagnies marchandes, en particulier toutes les compagnies toscanes, mais aussi un marché au détail dans lequel sont mis en relation les grandes compagnies avec les acteurs de la production du territoire toscan. Il ne s’agit là que de quelques exemples qui pourraient se multiplier. Ils prouvent le bien-fondé d’une recherche sur les documents comptables, recherche qui doit nécessairement être collective, pluridisciplinaire et, compte tenu de la multiplicité des acteurs, internationale et, pour l’Italie, inter-régionale.

Haut de page

Notes

1 Nightingale 1995, p. 210 ; Mainoni 1975, p. 346 ; Tognetti 2004 ; p. 40, 53-54.

2 Pour une vue générale de l’alun dans l’économie de Florence, Goldthwaite 2009, p. 16-17, 131-132, 233-234, et Boisseuil 2005.

3 Le fonds a fait l’objet d’une enquête financée par l’ANR, sous la direction de Mathieu Arnoux et Jacques Bottin : https://salviati.hypotheses.org.

4 Dans l’inventaire des archives, tous les registres sont indiqués comme étant de la compagnie Francesco di Neroni et Averardo Salviati. Or, ce n’est pas le cas : seul le dernier, qui est d’ailleurs renseigné dans l’inventaire comme relevant de l’agence de Pise, est de la compagnie Francesco di Neroni et Averardo Salviati de Florence. Dernièrement sur les Neroni, Cardoso 2019.

5 Sur la présence des Neroni dans la péninsule Ibérique, Soldani 2010, p. 410-415.

6 Delumeau 1962a.

7 Pour l’époque moderne, Bottin 2014.

8 Sur l’utilisation dans l’industrie textile, Franceschi 2012. Pour le fonds Salviati, les registres de la Bottega d’arte della lana du XVe siècle, Arnoux 2021.

9 Archivio Salviati (AS), registre (reg.) 353 bis.

10 Sur la qualité des types d’alun, Balard 1978, p. 772 sq. Usodimare est une famille de la noblesse féodale active depuis de nombreux siècles dans le commerce oriental, p. 505-506, 523-524.

11 AS, reg. 222, fol. 37v et 40r.

12 Carlomagno 2009, p. 51-52, 249-263, 372.

13 Weber 2013, p. 597-619 ; Wright 2010, p. 175-91 ; Apellániz 2015, p. 125-145, 131 (je remercie Cédric Quertier pour cette dernière indication). Soldani-Duran i Duelt 2012, p. 257-270, 13-14. Pour les indications sur le sol, je remercie Didier Boisseuil.

14 AS, reg. 276, fol. 223r.

15 Ibid., fol. 11r et 93r.

16 Ibid., fol. 165r.

17 Carlomagno 2009, p. 56-58, et AS, reg. 276, fol. 57r.

18 Jacopo di Giovanni Ghori serait-il le fils de Giovanni di Goro, un orfèvre qui était l’un des techniciens chargés de l’alunière d’Accesa ? Boisseuil 2014.

19 Pour retracer le fil de l’opération, AS, reg. 353 bis, fol. 97r, 64r, 211r.

20 Ibid., fol. 128r, 112r, 244r, et reg. 358, fol. 31r.

21 Sur les galées florentines, Mallett 1967. On peut voir dans les « ricordanze » de l’agence de Pise couvrant la période 1484-1489 la fréquence du recours aux navires anglais pour les échanges avec l’Angleterre. AS, reg. 302, exemple fol. 41r, 77v. Pour le compte des aluns, AS, reg. 353 bis, fol. 128r et, pour l’assurance où est enregistré le nom du bateau, fol. 112r. Sur le marché des assurances à Florence, Ceccarelli 2012.

22 Sur la volonté entravée des papes de faire de l’alun de Tolfa un monopole, Boisseuil 2014.

23 Pour les intérêts des Spannocchi dans l’alun, Ait 2006, 2007 et Boisseuil 2014.

24 Boisseuil 2014.

25 AS, reg. 364, fol. 168r, dans la rubrique « dare », « f. cinquantacinque s. viii d. xi di sugello per loro a Luigi Saldoci sensale, fatolo creditore al quaderno di chaxa a c. 137 e sono per senserie di cantari 5250 d’alumi fatoci vendere a più Ispagnoli, a uscita c. 114, alla chaxa avere in questo c. 169 ». Il a donc été payé en comptant car la caisse est créditée.

26 Pour une synthèse sur le cas espagnol, Igual Luis 2014.

27 Je remercie Didier Boisseuil de m’avoir transmis les transcriptions des actes, Archivio di Stato di Firenze (ASF), Notarile antecosimiano, 18577, Piero di Giovanni da San Casciano, fol. 9r (24 juillet 1484), fol. 64v-65r (26 août 1485), fol. 84v (avril 1486), et 18580, fol. 6r (04 juin 1487).

28 ASF, Notarile antecosimiano, 1019, Matteo di Gaspero Andreucci.

29 AS, reg. 364, fol. 310r, 307r.

30 Pour une vue d’ensemble de la famille, cf. Jacks – Caferro 2001.

31 Beinecke Library, Spinelli Archives, Family papers I, boîte 114, lettre du 30 janvier 1497 (1498 n. s.) : « La cosa delli allumi sarebbe stati avanti ma i disegni nostri furono buoni ma gl’alumi non erono come ci fu detto in Aghuamorte così resto la cosa; Alixandro Caponi mi promesse faciendo uno contro partito. »

32 Goldthwaite 2009, p. 71.

33 AS, reg. 22, fol. 94r.

34 Ibid., fol. 160r.

35 AS, reg. 19.

36 Sur les teintures, Cardon 2003.

37 AS, reg. 23, fol. 250r.

38 Carlomagno 2009, II, p. 180, et AS, reg. Stella, fol. 144r.

39 AS, reg. 19, fol. 19r, 29r, 31r, 37r et 41r.

40 Ibid., fol. 27r.

41 Sur les Génois dans le commerce des aluns, Basso 2014 ; Heers 1954.

42 AS, reg. 19, fol. 94r.

43 AS, reg. 313, fol. 160r.

44 AS, reg. 322, fol. 14r. Sur le marché international du cuir à Pise, Tognetti 1999a.

45 AS, reg. 276, fol. 14r ; reg. 278, fol. 104r.

46 AS, reg. 278, fol. 46r.

47 Ibid., fol. 277r.

48 AS, reg. 277, fol. 116r.

49 AS, reg. 20, fol. 8r ; reg. 19, fol. 6r, 208r.

50 AS, reg. 22, fol. 25r, 170r.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Scherman, « Le commerce des aluns dans la documentation comptable : l’exemple du fonds Salviati »Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 135-2 | 2023, 505-512.

Référence électronique

Matthieu Scherman, « Le commerce des aluns dans la documentation comptable : l’exemple du fonds Salviati »Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 135-2 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/12933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.12933

Haut de page

Auteur

Matthieu Scherman

Laboratoire ACP – Université Gustave Eiffel, matthieu.scherman@univ-eiffel.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search