Navigation – Plan du site
Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)

Propos introductif

Marie-Madeleine de Cevins, Gergely Kiss et Jean-Michel Matz

Texte intégral

  • 1 Z. Kordé et I. Petrovics (dir.), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Diplo (...)
  • 2 Un programme collaboratif européen est aujourd’hui à l’étude.

1L’idée d’un travail collectif consacré aux princesses angevines à la fin du Moyen Âge a éclos au tournant des années 2010, dans le sillage de la publication d’un volume d’actes issu de la « dynamique angevine »1. Le projet devait prendre initialement la forme d’un colloque international. Des contraintes à la fois matérielles, institutionnelles et plus encore scientifiques – la dispersion des corpus documentaires et l’état embryonnaire des connaissances – en ont retardé l’organisation. Elles ont fait apparaître simultanément la nécessité d’inscrire cette entreprise dans un cadre taillé à sa mesure2. Pour engager la réflexion, il convenait de réunir sans tarder quelques matériaux inédits. Telle est la vocation de ce dossier. Modeste par son format, il rassemble des personnages, des espaces et des situations dont la variété fournit un premier aperçu des perspectives offertes par le propos.

  • 3 Faute de place, nous renvoyons aux travaux cités dans Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du (...)
  • 4 Inédite à ce jour, la thèse doctorale de Marion Chaigne – assortie d’une copieuse bibliographie (t (...)

2Dans le prolongement des nombreuses recherches menées depuis plus d’un siècle sur l’exercice féminin du pouvoir au Moyen Âge3, on voudrait élucider le rôle des princesses (mères, épouses, filles, sœurs... de princes) des deux dynasties d’Anjou issues du rameau capétien dans les processus d’élaboration d’une conscience lignagère et de transmission d’un patrimoine dynastique – le vocable « patrimoine » incluant ici éléments matériels (palais, livres, objets et œuvres d’art) et immatériels (légendes, croyances, représentations)4. Par leur action dans la sphère privée (familiale ou amicale) comme sur la scène publique, ces femmes ont-elles renforcé ou distendu la cohésion de pays ou territoires longtemps disjoints et culturellement bigarrés ? Quelle a été leur part dans la construction, le développement et la perpétuation de ce que l’on serait tenté d’appeler l’identité angevine – une identité héritée et constamment enrichie sinon renouvelée, ce qui conduit à interroger chemin faisant ses fondements institutionnels aussi bien que matériels, idéologiques et religieux – ?

3Plusieurs terrains et modes d’action peuvent être distingués : les réformes politiques, administratives et institutionnelles (touchant à l’organisation curiale, à la chancellerie et ses usages, etc.), notamment celles qui ont infléchi le pouvoir des princesses (e. g. pendant la minorité des princes ou rois en devenir) ; l’exaltation symbolique du lignage angevin et les diverses activités de représentation déployées à la cour et au dehors ; son exaltation religieuse, par la promotion du culte des saints dynastiques ou particulièrement prisés par les Angevins, par la fréquentation des lieux de pèlerinages associés à la maison d’Anjou, par l’adhésion aux courants religieux exprimant les exigences spirituelles de certains de ses représentants (fussent-ils considérés alors comme dissidents) ; l’élaboration d’une culture matérielle spécifique (résidences, vêtements, parures…), par préservation mais aussi acquisition et valorisation, l’hôtel des princesses constituant à cet égard un observatoire privilégié ; l’impulsion donnée par les princesses angevines à la vie intellectuelle (productions propres, commandes d’œuvres ou de copies, lectures et bibliothèques princières) et artistique, grâce à un mécénat qui investit les champs tant religieux que profane, et que l’on confrontera à celui que pratiquaient les représentants masculins de la dynastie à fleur de lys.

4L’objectif n’est donc nullement de réécrire l’histoire des femmes d’autorité dans l’Occident tardo-médiéval en l’enrichissant d’exemples puisés dans le vivier angevin. La participation des princesses d’Anjou à la prise des décisions suprêmes, leur autonomie matérielle et leur stature morale au sein de la dynastie ne seront abordées qu’en tant qu’elles délimitent étroitement leur terrain d’action, et non pour alimenter une réflexion générale sur le pouvoir au féminin. De la même manière, la place de ces femmes dans la construction territoriale de l’« empire angevin » restera hors de nos préoccupations : déjà entrevue au colloque La diplomatie dans les territoires angevins, elle résulte de stratégies diplomatiques et matrimoniales sur lesquelles les princesses avaient peu de prise. Mais on mettra en relief les connexions interpersonnelles ou réseaux d’influence qui ont pu, en stimulant la circulation des courants de pensée et des habitus, resserrer par la via femina les blocs épars de la « diagonale angevine ».

5Les neuf contributions présentées ici portent successivement sur les première et seconde maisons d’Anjou. Elles suivent, dans le premier cas, une progression géographico-chronologique, des comtés d’Anjou et Provence jusqu’au royaume de Hongrie, en passant par le royaume sicilien. Tandis que le profil de certaines princesses en ressort finement ciselé, d’autres n’y sont portrayées qu’à grands traits. Plutôt que le résultat de divergences méthodologiques, ces contrastes reflètent avant tout l’inégale conservation des sources d’un espace à l’autre et selon les périodes – la documentation hongroise étant de très loin la plus sporadique.

6L’École française de Rome accompagne depuis bientôt un quart de siècle l’essor des études angevines. Nous lui adressons nos plus vifs remerciements.

Haut de page

Notes

1 Z. Kordé et I. Petrovics (dir.), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Diplomacy in the countries of the Angevin dynasty in the thirteenth-fourteenth centuries, Rome-Szeged, 2010.

2 Un programme collaboratif européen est aujourd’hui à l’étude.

3 Faute de place, nous renvoyons aux travaux cités dans Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du cinquième colloque international de Montpellier (24-27 novembre 1999), Montpellier, 2001, ainsi que dans M. Gaude-Ferragu et C. Vincent-Cassy (dir.), « La dame de cœur ». Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des XIVe-XVIIe siècles, Rennes, 2016.

4 Inédite à ce jour, la thèse doctorale de Marion Chaigne – assortie d’une copieuse bibliographie (t. II, p. 82-126) – a posé de solides jalons sur le gouvernement des duchesses de la seconde maison d’Anjou. Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), Université de Paris IV-Sorbonne, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Madeleine de Cevins, Gergely Kiss et Jean-Michel Matz, « Propos introductif », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3643 ; DOI : 10.4000/mefrm.3643

Haut de page

Auteurs

Marie-Madeleine de Cevins

Université Rennes 2 – Tempora (EA 7468) – Institut Universitaire de France, marie-madeleine@decevins.fr

Gergely Kiss

Université de Pécs, Hongrie, gpetit.gergely@gmail.com

Articles du même auteur

Jean-Michel Matz

Université d’Angers – CERHIO FRE 2004, jean-michel.matz@univ-agners.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals