Navigation – Plan du site
Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)

Les filles des rois arpadiens de Hongrie comme instruments d’une politique dynastique

Attila Zsoldos

Résumés

On ne dispose que de connaissances fragmentaires sur les princesses arpadiennes. Cela tient d’une part aux particularités des sources, d’autre part à la place particulière qu’occupaient ces princesses à l’intérieur de la dynastie. Un trait commun de leur destinée réside dans le fait qu’elles devaient quitter très tôt leur pays natal suite au mariage contracté avec tel ou tel prince étranger. Cette coutume faisait que les princesses ne vivaient à la cour royale hongroise que pendant les quelques années où elles étaient élevées auprès de leur mère, la reine, une période que les sources gardent dans une obscurité quasi totale. Quelques-unes seulement eurent un parcours différent et vécurent dans le royaume de Hongrie même à l’âge adulte, situation qui résultait toujours de circonstances exceptionnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme « lignage » (en latin : genus, generatio) désigne dans l’historiographie hongroise tous l (...)
  • 2 Les chroniques hongroises mentionnent l’implantation du lignage des Héder : Chronici Hungarici com (...)
  • 3 Les données sont fournies par les tables généalogiques de Pál Engel. Engel 2001, « Héder nem » [li (...)
  • 4 Les données sont fournies par Kristó – Makk – Engel 1994, p. 61-65.

1L’un des constats que l’on rencontre particulièrement souvent dans la médiévistique hongroise est celui selon lequel les sources médiévales existantes n’offrent qu’une vue très restreinte de l’univers féminin. Ces banalités se fondent, naturellement, sur des réalités. Prenons au hasard un lignage, celui des Héder1, arrivé de Styrie2 au cours du XIIe siècle. Parmi leurs membres repérables entre 1150 et 1531, on identifie 127 hommes et seulement 28 femmes. La situation est à peine meilleure s’agissant des épouses : elles sont 40, contre 120 maris, et sans compter parmi ces derniers ceux qui ont embrassé la carrière ecclésiastique3. Le phénomène est attesté aussi chez les Arpadiens, la première dynastie royale de Hongrie : on connaît 61 hommes et 42 femmes appartenant à celle-ci entre le milieu du IXe au début du XIVe siècle4. Ces chiffres traduisent un rapport relativement favorable, lié certainement au rang royal de ce lignage, mais on ignore le nom de la majorité de ces femmes.

  • 5 Gréal 2007.
  • 6 Theodorici de Apolda, Liber I, c. 1.
  • 7 1342 : Fejér 1828-1844, vol. IX/1, p. 49.

2Le caractère fragmentaire des données disponibles sur les princesses arpadiennes ne résulte pas seulement des lacunes documentaires. Il tient à un autre facteur, à savoir la position que les filles occupaient au sein de la dynastie. À toutes époques et dans toute l’Europe centrale, à elle devaient quitter très tôt leur patrie dès lors qu’elles avaient été fiancées à un prince étranger. Le choix de leur époux était déterminé par les besoins dynastiques, sans laisser aucune place aux sentiments. Au reste, il en était de même pour les membres masculins de la dynastie. Une fois les négociations politiques terminées, la princesse devait quitter sa terre natale, même si elle était encore enfant. (Élisabeth5, canonisée peu après sa mort, en est un bon exemple : cette fille d’André II (1205-1235) a été envoyée à l’âge de quatre ans auprès de son futur mari, en Thuringe6, pour y apprendre les moeurs et la langue du lieu (pro informandis moribus et idiomate), ainsi que l’explique un récit7. Les princesses arpadiennes ne vivaient à la cour royale de Hongrie que durant leur petite enfance, passée auprès de leur mère, la reine. Et cette première période de leur existence demeure presque toujours invisible dans les sources.

L’éducation des princesses arpadiennes

  • 8 1185 : Wenzel 1863-1874, vol. I, p. 78.
  • 9 Wertner 1892, p. 357, 394.
  • 10 Makk 1989, p. 119-120.
  • 11 Concernant le cortège de la princesse, voir : Vajay 1978 ; Vajay 1984.
  • 12 Le mot hongrois « ispán » (en latin : comes) désignait initialement les officiers royaux qui gérai (...)
  • 13 Archív mesta Košic, Scheutzlichov inventár, fol. lxvi : Littere Bele regis pro Margareta nutricis (...)
  • 14 Wertner 1892, p. 498.
  • 15  1295 : Wenzel 1863-1874, vol. X, p. 181. La charte est une forgerie, d’après Zsoldos 1999, p. 191- (...)
  • 16 Étienne s’intitula « roi junior » (iunior rex) pour la première fois en 1262, lorsqu’il obligea so (...)
  • 17  1278 : Zsoldos 2008, p. 114-115 (n° 178a-b).
  • 18  Le nom de la princesse est transmis seulement par cette charte. Elle est maintenant considérée com (...)
  • 19 Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. I, p. 299-300.
  • 20 Zsoldos 2008, p. 114, n° 177.

3Les enfants de la famille royale – garçons ou filles – étaient confiés à une nourrice. Une charte de Béla III (1172-1196) mentionne pour la première fois, sans la nommer, une nourrice de la fille du roi (nutrix filie nostre). En 1185, elle et ses proches reçurent une donation en récompense de ses services8. Bien que la charte n’indique pas le nom de la princesse qui bénéficia des soins de cette nourrice, on peut supposer qu’il s’agit de Marguerite, née en 11759. Elle fut mariée à l’empereur byzantin Isaac II l’année de la délivrance de cette charte10. Le roi jugea sans doute opportun de récompenser la nourrice de sa fille au moment où son service prenait fin. Inversement, la nourrice de Yolande, une autre fille d’André II, nommée Ève, accompagna sa maîtresse encore adolescente en Aragon lorsqu’elle épousa le roi d’Aragon Jacques Ier (1213-1276)11. On a très peu d’informations sur les nourrices suivantes des Arpadiens. Un inventaire des archives de la ville de Košice / Kassa établi vers 1505 garde la mémoire d’un acte du roi Béla IV (1235-1270) qui, en 1243 a fait établir à l’intention de la nourrice de son fils Étienne, nommée Marguerite, une charte mentionnant les biens de Gene, ispan12 de Buda13. Cette notice laconique et tardive ne précise pas si la nourrice avait joué un rôle auprès des autres enfants de la famille royale. Le duc Étienne étant né en 123914, la chronologie indiquée est plausible et fait penser que cette Marguerite avait allaité l’enfant. On en sait un peu plus sur la dernière nourrice connue pour l’époque arpadienne. La femme en question, nommée Menna d’après une fausse charte15, appartenait à la cour d’Élisabeth, épouse du futur roi Étienne V (1270-1272), quand il n’était encore que « roi junior »16. Plusieurs sources rapportent qu’elle nourrit au sein (lactavit) plusieurs enfants du « roi junior » et de son épouse. Une charte connue seulement indirectement17 fait mention de la princesse Marguerite18 et du futur roi Ladislas IV (1272-1290), tandis que la fausse charte évoquée précédemment cite le nom de Marie, future épouse du roi angevin de Sicile. Le fait que Menna ait rempli la fonction de nourrice auprès de plusieurs enfants du couple royal indique qu’elle donnait satisfaction. Elle put rester à la cour même après les périodes d’allaitement. Il est très probable que la nourrice de Ladislas IV que le procès-verbal de canonisation de Marguerite, fille de Béla IV, mentionne sans la nommer (nutrix domini regis) n’est autre que cette Menna19. Cette hypothèse se trouve confortée par la carrière de l’un des fils de cette nourrice, Georges, récensé comme citoyen de Buda et officier de la reine Isabelle, épouse de Ladislas IV20.

  • 21 De sancto Gerhardo episcopo Morosenensi et martyre regni Ungarie, c. 5, éd. E. Madzsar, dans Szent (...)
  • 22 Perić et alii 2006, p. 136.
  • 23 1272 : Mutumerius prepositus Scypisiensis doctor ducis Ladizlay karissimi filii nostri. DF 264117.
  • 24 Ainsi, en 1234 : didascalus [ducis]. Wenzel 1863-1874, VI, p. 546 ; en 1240 : Smičiklas 1904-1934, (...)
  • 25 Ainsi, en 1248 : Smičiklas 1904-1934, vol. IV, p. 352-354 ; en 1268 : Wagner – Lindeck-Pozza 1955- (...)

4Au fil des années, les chemins des fils et des filles de la famille royale se séparaient. Pour les premiers les nourrices étaient remplacées par des précepteurs, recrutés dans le milieu des clercs lettrés. Le futur évêque de Cenad / Csanád, Gérard, avait été le précepteur du duc Émeric, fils du fondateur de la monarchie chrétienne, le roi (saint) Étienne Ier (1000-1038)21. D’autres ecclésiastiques érudits apparaissent également dans le rôle d’éducateurs de tel ou tel duc : Bernard de Pérouse auprès du duc Émeric, fils de Béla III (puis roi de 1196 à 1204)22, ou le prévôt de la collégiale de Szepes, Mutmer, qui fut le précepteur du premier des fils d’Étienne V, Ladislas23. Les princes arpadiens étaient aussi et surtout initiés à l’équitation, à la chasse, au maniement des armes, qui constituaient le vrai savoir pour l’élite séculière24. Quelques jeunes gens ayant à peu près le même âge que les princes et issus de l’aristocratie étaient élevés en même temps qu’eux au XIIIe siècle et sans doute auparavant – ce dont ils tiraient évidemment avantage par la suite, lorsque le prince arpadien devenait roi25.

  • 26 Györffy 1993, p. 193-201.
  • 27 1263 : Fejér 1828-1844, vol. IV/3, p. 158.

5De l’éducation des princesses on ne sait en revanche pratiquement rien. Une chronique de l’époque arpadienne aurait été rédigée, selon l’hypothèse émise par un historien, pour satisfaire la curiosité historique de la fille de Béla IV, Marguerite26. Le seul témoignage qui livre quelques éléments à ce propos est d’authenticité douteuse. Il s’agit d’une charte (plus exactement d’un extrait) datée au début du XIXe siècle par son éditeur, György Fejér, de 1263, mais aujourd’hui perdue. Elle rapporte que le fils ainé de Béla IV, le « roi junior » Étienne, avait récompensé la fille du comte de ses fauconniers parce qu’elle avait battu sa propre fille (non nommée) à la course et au saut27. Si la date fournie par Fejér est exacte, il peut s’agir de n’importe quelle des trois filles aînées d’Étienne – Catherine, Marie ou Marguerite. Cela montrerait que les princesses arpadiennes grandissaient, comme leurs frères, en compagnie de filles du même âge et avaient les mêmes amusement quotidiens.

  • 28 Zsoldos 2005, p. 107.
  • 29 1269 : Wenzel 1863-1874, vol. VIII, p. 239-240. Sur la datation et l’authenticité de la charte, vo (...)

6La personne qui joua le rôle le plus important dans l’éducation de Marie de Hongrie, fille d’Étienne V et future épouse de Charles II d’Anjou, a été identifiée : il s’agit d’Agnès, la veuve d’un aristocrate hongrois, probablement rattachée à la cour de la reine Élisabeth, et que l’on aurait tort par conséquent de considérer comme la nourrice de Marie28. Contrairement à la nourrice Yolande, elle accompagna la princesse jusqu’à Naples mais retourna ensuite en Hongrie29.

Mariages lointains et mariages au pays

  • 30 En 1274, on connaît ainsi l’une des possessions du prince André, fils cadet d’Étienne V, qui avait (...)
  • 31 Le duc Étienne, fils de Béla IV avait déjà à l’âge de trois ans un maître des mines royales (magis (...)
  • 32 Une des filles d’André II est devenue reine en Aragon, et celle d’Étienne V nommé Marie devint (co (...)
  • 33 L’événement fut consigné par le chanoine de Vyšehrad continuateur de Cosmas de Prague. Canonici Wi (...)
  • 34 1269 : Nagy et alii 1876-1891, vol. VIII, p. 96-97. Sur la datation de la charte, voir Szentpétery (...)

7Alors que des biens et revenus étaient affectés aux princes arpadiens30 – qu’ils soient fils, frères ou cousins du roi régnant –, ce qui leur permettait de constituer une cour autour d’eux31, rien n’était prévu pour l’entretien des princesses, qui vivaient par conséquent à la cour de la reine jusqu’à leurs noces. Une fois mariées, elles se retrouvaient souvent hors de Hongrie, mais pas forcément très loin de leur terre natale. Dans les 29 cas connus, elles épousèrent des souverains byzantins (ou d’autres despotes balkaniques), polonais, bohémiens, russes, allemands ou encore le doge de Venise (ou son fils) ; seulement deux s’unirent à la dynastie d’un royaume ou d’une principauté considéré comme éloigné de la Hongrie32. Cela confirme au passage que les alliances des Arpadiens se focalisèrent sur l’Europe centrale. On ignore quelle était la fréquence des visites que faisaient les princesses angevines ainsi expatriées à leurs proches, les exemples documentés étant très espacés dans le temps. En 1137, Adélaïde, la fille d’Álmos, frère du roi Coloman (1096-1116), qui avait épousé le prince bohémien Soběslav (1125-1140), rentra en Hongrie pour assister à la fête d’Étienne Ier, canonisé en 1083 et considéré comme le fondateur de la dynastie33. Son déplacement montre qu’une fois mariées, les princesses arpadiennes n’en oubliaient pas leur identité dynastique. En 1268, quand le roi Béla fut informé de la victoire de ses troupes contre les Serbes qui attaquaient le royaume, trois de ses filles déjà mariées étaient présentes à la cour, auprès des ambassadeurs byzantins, bulgares, bohémiens, tatares et français34.

  • 35 Wertner 1892, p. 171-174 ; Karácsonyi 1995, p. 637-638.
  • 36 1135 : [predium] Paztuh, ubi erat regalis curia, dedit rex Ladislaus comiti Lamperto cum sorore su (...)
  • 37 Wertner 1892, p. 142.
  • 38 La sœur du roi Ladislas ne doit pas être confondue avec la Sophie déjà mentionnée. Wertner 1892, p (...)
  • 39 Wertner contestait l’idée que Sophie aurait été la fille du roi Coloman. Wertner 1892, p. 218-219. (...)
  • 40 Chronici Hungarici compositio saeculi XIV, c. 158. Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. I, (...)

8Les rares princesses arpadiennes qui restèrent en Hongrie à l’âge adulte étaient celles mariées à des membres de l’aristocratie hongroise. L’une des filles de Béla Ier (1060-1063), dont on ignore le nom, était sans aucun doute l’épouse d’un aristocrate hongrois, Lampert, du lignage de Hontpázmány35. Le mariage fut conclu sur ordre du frère de la princesse, le (saint) roi Ladislas Ier (1077-1095)36. Ses trois sœurs avaient épousé des princes étrangers37. On ne sait rien d’elle, sinon qu’elle était déjà morte au moment où Lampert fonda le monastère de Bzovík / Bozók, entre 1124 et 1131, l’acte de fondation mentionnant une autre épouse, Sophie38. Une autre Sophie39, l’unique fille connue du roi Coloman, vécut également en Hongrie, probablement parce qu’elle aussi avait épousé un Hongrois. Un chroniqueur note en tout cas que les aristocrates du royaume jetèrent leur dévolu sur son fils, Saul, de père inconnu, dans l’hypothèse où le roi Étienne II (1116-1131) viendrait à mourir sans héritier40.

  • 41 Wertner 1903.

9Mais il n’est pas impossible qu’elle ait été originellement l’épouse d’un prince étranger, et qu’elle soit rentrée avec son fils dans son pays natal après la mort de son époux – comme l’avait fait Marguerite, sœur ainée d’André II, dans les années 122041.

  • 42 1208 : bone memorie Margareta, quondam uxor bone memorie Andree comitis de Symichio, amita carissi (...)
  • 43 Annales Posonienses (année 1186), p. 127.
  • 44 Wertner 1892, p. 353.
  • 45  1424 : [dictas possessiones] per dominum Andream regem, patrem Bele regis quarti fideli suo Merkur (...)
  • 46 Zsoldos 2011, p. 283 et 329.
  • 47 Simonis de Keza Gesta Hungarorum, c. 94 : Myurk de Chakan cum Venceslao et Iacobo fratribus suis, (...)
  • 48 Wernert 1904 ; Engel 2001, « Gyanur rokonsága » s.v. [La parentèle de Gyanur] ; Neumann 2009.

10Dans deux autres cas, une fille issue de la dynastie arpadienne s’est mariée avec un Hongrois. Plusieurs sources en mentionnent une troisième, mais on ignore si elles portent sur la même princesse. La charte délivrée en 1208 par le pape Innocent III, connue depuis longtemps, rapporte que Marguerite, tante du roi André II et épouse d’André, ispán du comitat de Somogy, avait un fils nommé Andronicus42. Cette Marguerite doit être la fille du roi Géza II (1141-1162), grand-père d’André II, dont l’une des filles épousa un Byzantin43. Cela expliquerait le choix du nom grec d’Andronicus44. Il est possible qu’une fois rentrée en Hongrie après la mort de son mari byzantin, elle ait épousé André et ait malgré tout donné à leur fils un nom grec, par imprégnation culturelle en quelque sorte. Mais une charte datée de 1413 et présentée à l’occasion d’un procès intenté en 1424 autour de plusieurs domaines situés au nord-est de la Hongrie explique que ces terres avaient été concédées par « le roi André, père du roi Béla IV […] à Mercure de Moravie, à qui il avait donné en mariage une de ses parentes, dame Marguerite ». Ces terres revinrent au descendant direct de ce Mercure, engagé dans le procès45. Comment expliquer que l’époux de Marguerite soit ici différent ? André et Mercure étaient, d’après d’autres documents, tous deux des barons tenant des offices importants au tournant des XIIe et XIIIe siècles46. Simon de Kéza connaissait l’histoire du mariage de Mercure, présenté dans sa chronique comme comme le grand-père d’un aristocrate nommé « Miurk de Csákány »47 ; et la généalogie de leurs descendants est connue48. Il est étonnant que d’autres sources ne mentionnent pas la fille de Géza II que l’un des récits nomme Marguerite, possiblement la tante d’André II (amita). Rien ne montre qu’une autre proche (consanguinea) du roi s’appelait également Marguerite. On peut supposer en définitive que Géza II avait bien une fille nommée Marguerite, qui s’est mariée trois fois : avec un Byzantin, puis après être rentrée en Hongrie avec André, et enfin avec Mercure.

  • 49 1260 : Marsina 1971-1987, vol. II, p. 464.
  • 50 Wertner 1892, p. 380–384.

11Le troisième exemple de princesse arpadienne mariée à un Hongrois est tout aussi mystérieux. Une charte de 1260 rapporte qu’Élisabeth, mère de Bökény, fils de Bökény – un autre membre du lignage Hontpázmány –, était la fille de la sœur d’André II (filia sororis regis Andree esse dinosscebatur)49, donc la petite-fille de Béla III50. Les sources ne donnent pas cependant l’identité du père d’Élisabeth, ni la raison pour laquelle un membre de la famille royale lui a été donné en mariage.

Dans la nasse des intérêts dynastiques

  • 51 Legenda Beatae Margaritae, c. 16, p. 690-692 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. I, p. 172, 176, (...)
  • 52 Király 1979, p. 111-115 ; Klaniczay 1994, p. 172-173 ; Klaniczay 2002, p. 279.
  • 53 Moravcsik 1984, p. 327 (original grec et traduction hongroise).
  • 54 Karácsonyi 1910, p. 6.

12On est mieux renseigné sur trois autres princesses arpadiennes qui vécurent à l’âge adulte en Hongrie. L’une d’elles est la fille de Béla IV, la célèbre (sainte) Marguerite, qui entra chez les Dominicaines et refusa le mariage malgré l’insistance de son père, par piété51. En dépit de son opposition délibérée aux obligations découlant de son appartenance à la famille royale, elle-même ne parvint pas à se soustraire entièrement à la politique de la dynastie. Elle fut contrainte de s’impliquer dans le conflit (détaillé plus loin) qui éclata entre son père et son frère, en tant que conciliatrice bénéficiant de la confiance des deux parties52. La fille d’Étienne V nommée Élisabeth, également religieuse, vécut comme sa tante au couvent des Dominicaines de l’Île Marguerite (aujourd’hui incorporée à Budapest). Contrairement à Marguerite, elle aspirait davantage à la vie séculière qu’à la vie cloîtrée. Si l’on en croit le chroniqueur byzantin Georgios Pachimérès, lorsqu’Élisabeth rendit visite à sa soeur Catherine, épouse du roi de Serbie Étienne Dragutin (1276-1282), elle connut l’amour charnel53. Et elle n’opposa aucune résistance quand son frère, le roi Ladislas IV, ordonna son enlèvement de force du couvent de l’Île Marguerite pour la marier à un noble bohémien. La lettre de l’archevêque d’Esztergom Lodomerius dit sans doute vrai lorsqu’entre autres scandales, le prélat évoque cette affaire en qualifiant la princesse de non tam sancti, quam antimonialis54. Pourtant, après les années qu’elle passa au milieu des religieuses dominicaines, la vie d’Élisabeth ne faisait en définitive que reprendre le cours habituel de l’existence d’une princesse arpadienne.

  • 55 Il s’agit d’un district situé entre les cours des rivières Drina, Save et Kolumbara, au nord de la (...)
  • 56 Sur la vie de Rostislav, voir Font s. p.
  • 57 1273 : Smičiklas 1904-1934, vol. VI, p. 36 ; 1271 : Nagy – Véghely – Nagy 1886-1890, vol. I, p. 58
  • 58 Zsoldos 2007, passim.
  • 59 1271 : Nagy – Véghely – Nagy, 1886-1890, vol. I, p. 58.
  • 60 Chronicon Posoniense, c. 70, p. 43 ; Jakubovich 1922-1923.

13Examinons pour finir l’exemple d’Anne, une autre fille de Béla IV. Son parcours débuta de façon ordinaire, avant de prendre un un tour plus singulier. Son père la maria avec le prince russe Rostislav Mihailovitch, qu’il soutenait en 1245 en vue de s’emparer de la Galicie, principauté limitrophe de la Hongrie. Si ces projets avaient abouti, Anne aurait connu sans l’existence d’épouse des princes de Galicie. Mais Rostislav fut battu par son rival, un autre prince russe, ce qui obligea Anne et son mari à rentrer en Hongrie. Béla IV chargea ensuite Rostislav de relancer l’expansion hongroise au nord des Balkans, en lui confiant (dès 1247 et au plus tard à partir de 1254) le gouvernement du territoire de Mačva / Macsó55, déjà sous influence hongroise. De là, il progressa vers l’ouest, en Bosnie, et momentanément vers le sud-est, en Bulgarie du Nord. Après la mort de Rostislav en 126256, les fils nés de son épouse Anne héritèrent de ses provinces : Michel obtint la Bosnie et Béla reçut Mačva. Quant à Anne, a contrario des usages de l’époque, elle chercha le moyen de s’immiscer dans les affaires politiques. Le litige entre son père et son frère qui éclata dans les années 1260 lui en fournit l’occasion. Même si les causes exactes de ce conflit ne sont pas connues avec certitude, il semble que Béla IV ait pris alors des mesures qu’Étienne considérait comme empiétant sur ses droits d’héritier au trône. C’est ainsi qu’il obligea son père à lui concéder le gouvernement de la partie orientale du royaume de Hongrie. Anne s’engagea manifestement aux côtés de son père dans ce conflit qui menaçait la paix à l’intérieur de la dynastie et du royaume. Quand en 1264-1265 le différend dégénéra en une guerre civile meurtrière, elle n’hésita pas à rejoindre l’armée de son père, qui mena une action surprise aboutissant à la mise en captivité de la famille d’Étienne57. Une fois la paix rétablie, Anne se retira vraisemblablement sur les biens de Hongrie méridionale qu’elle avait obtenus de son père. Lorsqu’en 1270 Étienne succéda à Béla IV après la mort de celui-ci, Anne n’attendit pas le couronnement de son frère pour se réfugier à Prague, à la cour d’Ottokar II (1257-1278), lequel avait épousé la fille d’Anne. Celle-ci y emporta une partie du trésor royal de Hongrie et ne revint au pays qu’après la mort d’Étienne V58. Ce n’est peut-être pas tant son frère dont elle craignait la vengeance que sa belle-sœur : celle-ci écrit dans l’une des chartes dressées en son nom qu’Anne était « comme une vipère très féroce » (quasi vippera ferocissima) 59. Après 1272, Anna vécut sur ses terres méridionales, jusqu’à sa mort autour de 1275-1276. Elle fut enterrée une première fois à Sremska Mitrovica / Szenternye, après quoi ses restes furent transférés à Esztergom pour rejoindre ceux de son père et de sa mère60.


14L’exemple des deux soeurs d’Étienne V montre que, qu’elles aient aspiré à prendre part aux affaires (comme Anne) ou bien aient au contraire tenté d’y échapper (comme Marguerite), la politique faisait toujours irruption d’une certaine manière dans la vie des princesses arpadiennes. Les filles des Arpadiens devaient payer, tôt ou tard, le prix du prestige de leur naissance. Marie de Hongrie, la fille d’Étienne V qui épousa l’Angevin Charles II d’Anjou, en constitue une autre illustration.

Traduit du hongrois par G. Kiss et révisé par M.-M. de Cevins.

Haut de page

Bibliographie

Archives

MNL DF = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára, Mohács előtti gyűjtemény, Diplomatikai Fényképgyűjtemény [Archives Nationales de Hongrie, Collection Antemohácsiana, Département des photographies, Budapest].

MNL DL = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára, Mohács előtti gyűjtemény, Diplomatikai Oklevéltár [Archives Nationales de Hongrie, Collection Antemohácsiana, Département des chartes, Budapest].

Bibliographie

Annales Posonienses = Annales Posonienses, éd. E. Madzsar, dans Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. I, p. 119-127.

Canonici Wissegradensis continuatio 1851 = Canonici Wissegradensis continuatio, éd. R. Köpke, Hannovre, 1851 (Monumenta Germaniae Historica Scriptores in folio, 9), p. 132-148.

Chronici Hungarici compositio saeculi XIV = Chronici Hungarici compositio saeculi XIV, éd. A. Domanovszky, dans Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. I, p. 217-505.

Chronicon Posoniense = Chronicon Posoniense, éd. A. Domanovszky, dans Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. II, p. 7-51.

Engel 2001 = P. Engel, Magyarország világi archontológiája 1301-1457Középkori magyar genealógia (Magyar Középkori Adattár) [L’archontologie séculière du royaume de Hongrie – Généalogie médiévale hongroise (Base de données de la Hongrie médiévale], Budapest, 2001 (CD-ROM).

Fejér 1828-1844 = Gy. Fejér (éd.), Codex diplomaticus Regni Hungariae ecclesiasticus ac civilis, vol. I-XI, Buda, 1828-1844.

Font 2001 = M. Font, Koloman the Learned, King of Hungary, Szeged, 2001.

Font s. p. = M. Font, Rosztyiszlav herceg IV. Béla udvarában [Le prince Rostislav à la cour de Béla IV] (sous presse).

Fraknói – Lukcsics 1896-1898 = G. Fraknói, J. Lukcsics (éd.), Monumenta romana episcopatus Vespremiensis – A veszprémi püspökség római oklevéltára, vol. I-IV, Budapest, 1896-1898.

Gombos 1937-1938 = F. A. Gombos (éd.), Catalogus fontium historiae Hungaricae aevo ducum et regum ex stirpe Arpad descendentium ab anno Christi DCCC usque ad annum MCCCI, vol. I-III, Budapest, 1937-1938.

Gréal 2007 = Sainte Élisabeth de Hongrie : Documents et sources, Trad. J. Gréal, Paris, 2007.

Györffy 1993 = Gy. Györffy, Krónikáink és a magyar őstörténet. Régi kérdések – új válaszok [Nos chroniques et l’ancienne histoire des Magyars. Questions anciennes – réponses nouvelles], Budapest, 1993.

Jakubovich 1922-1923 = E. Jakubovich, Kún Erzsébet nőtestvére [la sœur d'Élisabeth la Commune], dans Turul, 37, 1922-1923, p. 20-25.

Karácsonyi 1910 = J. Karácsonyi, A mérges vipera és az antimoniális. Korkép Kun László király idejéből [La vipère féroce et l’antimoniale. Tableau de l’époque de Ladislas le Couman], dans Századok 44, 1910, p. 1-24.

Karácsonyi 1995 = J. Karácsonyi, A magyar nemzetségek a XIV. század közepéig [Les lignages hongrois jusqu’au milieu du XIVe siècle], Budapest, 1995 (réédition).

Király 1979 = I. Király, Árpádházi Szent Margit és a sziget [Sainte Marguerite l’Arpadienne et l’Île du même nom], Budapest, 1979.

Klaniczay 2002 = G. Klaniczay, Holy rulers and blessed princesses. Dynastic cults in medieval central Europe, Cambridge, 2002.

Klaniczay – Klaniczay 1994 = T. Klaniczay, G. Klaniczay, Szent Margit legendái és stigmái [Les légendes et les stigmates de sainte Marguerite], Budapest, 1994.

Kristó – Engel – Makk 1994 = Gy. Kristó, P. Engel, F. Makk (dir.), Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [Encyclopédie historique de la Hongrie du haut Moyen Âge (IXe-XIVe siècles)], Budapest, 1994.

Legenda Beatae Margaritae = Legenda Beatae Margaritae de Hungaria, éd. C. Bőle, dans Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. II, p. 686-709.

Makk 1972 = F. Makk, Megjegyzések II. Béla történetéhez [Notes sur l’histoire de Béla II], dans Acta Universitatis Szegediensis de Attila József nominatae. Acta Historica 40, 1972, p. 31-49.

Makk 1989 = F. Makk, The Árpáds and the Comneni. Political relations between Hungary and Byzantium in the 12th Century, Budapest, 1989.

Mályusz 1971 = E. Mályusz, Az V. István-kori gesta [Les gesta de l’époque d’Étienne V], Budapest, 1971.

Marsina 1971-1987 = R. Marsina (éd.), Codex diplomaticus et epistolaris Slovaciae, vol. I-II, Bratislava, 1971-1987.

Moravcsik 1984 = Gy. Moravcsik (éd.), Az Árpád-kori magyar történet bizánci forrásai. Fontes Byzantini historiae Hungaricae aevo ducum et regum ex stirpe Árpád descendentium, Budapest, 1984.

Nagy et alii 1876-1891 = I. Nagy, I. Paúr, K. Ráth, D. Véghely, A. Ipolyi (éd.), Hazai okmánytár. Codex diplomaticus patrius, vol. I-VIII, Győr-Budapest, 1876-1891.

Nagy – Véghely – Nagy 1886-1890 = I. Nagy, D. Véghely, Gy. Nagy (éd.), Zala vármegye története. Oklevéltár [Histoire du comitat de Zala. Chartes], vol. I-II, Budapest, 1886-1890.

Neumann 2009 = T. Neumann, Egy morva „herceg” és egy Árpád-házi hercegnő leszármazottai. (A Gyánúr-fiak eredete és rövid története) [Les descendants d’un « prince » morave et d’une princesse arpadienne (Origines et brève histoire des fils de Gyánúr)], dans Acta Universitatis Szegediensis. Acta Historica, 130, 2009, p. 15-32.

Patek 1993 = F. Patek, Az Árpádok és Anjouk családi összeköttetése [Les liens familiaux des dynasties arpadienne et angevine], dans Századok, 52, 1918, p. 449-495.

Pauler 1899 = Gy. Pauler, A magyar nemzet története az Árpádházi királyok alatt [L’histoire de la nation hongroise sous les rois arpadiens], vol. I-II, Budapest, 1899 (réédition : Budapest, 1984).

Perić et alii 2006 = O. Perić, D. Karbić, M. Matijević Sokol, J. R. Sweeney (éd.), Thomae archidiaconi Spalatensis historia Salonitanorum atque Spalatinorum pontificum. Archdeacon Thomas of Split : History of the Bishops of Salona and Split. Budapest – New York, 2006 (Central European Medieval Texts, 4).

Simonis de Keza = Simonis de Keza gesta Hungarorum, dans Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. I, p. 129–194.

Smičiklas 1904-1934 = T. Smičiklas (éd.), Codex diplomaticus regni Croatiae, Dalmatiae et Slavoniae, vol. I-XV, Zagreb, 1904-1934.

Szentpétery – Borsa 1923-1987 = E. Szentpétery, J. B. Borsa (éd.), Az Árpád-házi királyok okleveleinek kritikai jegyzéke. Regesta regum stirpis Arpadianae critico-diplomatica, vol. I-II/4, Budapest, 1923-1987.

Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999 = E. Szentpétery, K. Szovák, L. Veszprémy (éd.), Scriptores rerum Hungaricarum tempore ducum regumque stirpis Arpadianae gestarum, vol. I–II, Budapest, 1999 (rééd.).

Szűcs 1973 = J. Szűcs, Társadalomelmélet, politikai teória és történetszemlélet Kézai Simon Gesta Hungarorumában [Théorie sociale, politique et vision historique dans les Gesta Hungarorum de Simon de Kéza], dans Századok, 107, 1973, p. 569-643, 823-878.

Theodorici de Apolda = Theodorici de Apolda, Vitae Sancti Elisbethae de Thuringia, dans Gombos 1937-1938, vol. III, n° 2343.

Tóth 2008 = S. Tóth, A Hont-Pázmány nemzetség premontrei monostorai [Le lignage Hont-Pázmány et ses monastères de l’ordre de Prémontré], éd. T. Rostás, [s. l.,] 2008.

Vajay 1978 = Sz. de Vajay, De l’acculturation médiévale à travers le destin d’une famille transplantée : les ancêtres hongrois et la descendence catalane du comte Dionis, dans Actes de la IIa Assemblea d’Estudis sobre el Comtat de Besalú, Olot, 1978, p. 231-263.

Vajay 1984 = Sz. de Vajay, Dominae reginae milites. Árpád-házi Jolánta magyarjai Valencia visszavétele idején [Dominae reginae milites. Les Magyars de Yolande de la maison d’Árpád à la reprise de Valence], dans É. H. Balázs, E. Fügedi, F. Maksay (dir.), Mályusz Elemér emlékkönyv, Budapest, 1984, p. 395-414.

Wagner – Lindeck-Pozza 1955-1999 = H. Wagner, I. Lindeck-Pozza (éd.), Urkundenbuch des Burgenlandes und der angrenzenden Gebiete der Komitate Wieselburg, Ödenburg und Eisenburg, I-V, Graz-Cologne-Vienne, 1955-1999.

Wenzel 1863-1874 = G. Wenzel (éd.), Árpádkori új okmánytár. Codex diplomaticus Arpadianus continuatus, vol. I-XII, Pest-Budapest, 1863-1874.

Wertner 1892 = M. Wertner, Az Árpádok családi története [L’histoire familiale des Árpádiens], Nagybecskerek, 1892.

Wertner 1903 = M. Wertner, Margit császárné fiai [Les fils de l’impératrice Marguerite], Századok 37, 1903, p. 595-611.

Wertner 1904 = M. Wertner, Újabb nemzetségi kutatások III. Gatal nemzetsége és a Gyanur-fiak [Nouvelles recherches de lignages III. Le lignage Gatal et les fild de Gyanur], dans Turul, 22, 1904, p. 134-138.

Zsoldos 1999 = A. Zsoldos, Két hamis oklevélről [Au sujet de deux fausses chartes], dans Történelmi Szemle, 41, 1999, p. 191-208.

Zsoldos 2005 = A. Zsoldos, Az Árpádok és asszonyaik. A királynéi intézmény az Árpádok korában [Les Arpadiens et leurs épouses. L’institution réginale à l’époque arpadienne], Budapest, 2005 (Társadalom- és művelődéstörténeti tanulmányok, 36).

Zsoldos 2007 = A. Zsoldos, Családi ügy. IV. Béla és István ifjabb király viszálya az 1260-as években [Une affaire familiale. Le conflit de Béla IV et du roi junior Étienne dans les années 1260], Budapest, 2007.

Zsoldos 2008 = Az Árpád-házi hercegek, hercegnők és a királynék okleveleinek kritikai jegyzéke. Regesta ducum, ducissarum stirpis Arpadianae necnon reginarum Hungariae critico-diplomatica. Manuscriptis Emerici Szentpétery adhibitis et completis critice digessit Attila Zsoldos, Budapest, 2008.

Zsoldos 2011 = A. Zsoldos, Magyarország világi archontológiája 1000-1301 [Archontologie séculière de la Hongrie 1000-1301], Budapest, 2011.

Haut de page

Notes

1 Le terme « lignage » (en latin : genus, generatio) désigne dans l’historiographie hongroise tous les descendants mâles d’un ancêtre commun, ce qui décrit un cercle de parenté bien plus large que la notion moderne de « famille ». Leurs membres n’entretenaient pas forcément des relations entre eux.

2 Les chroniques hongroises mentionnent l’implantation du lignage des Héder : Chronici Hungarici compositio saeculi XIV, c. 39, p. 296 ; Simonis de Keza, c. 80, p. 189. Pour ce qui est de l’interprétation de ces chroniques, voir Mályusz 1971, p. 70-74.

3 Les données sont fournies par les tables généalogiques de Pál Engel. Engel 2001, « Héder nem » [lignage des Héder], tableaux n° 1 à 6.

4 Les données sont fournies par Kristó – Makk – Engel 1994, p. 61-65.

5 Gréal 2007.

6 Theodorici de Apolda, Liber I, c. 1.

7 1342 : Fejér 1828-1844, vol. IX/1, p. 49.

8 1185 : Wenzel 1863-1874, vol. I, p. 78.

9 Wertner 1892, p. 357, 394.

10 Makk 1989, p. 119-120.

11 Concernant le cortège de la princesse, voir : Vajay 1978 ; Vajay 1984.

12 Le mot hongrois « ispán » (en latin : comes) désignait initialement les officiers royaux qui géraient des institutions variées, appelées « ispánság[ok] » (comitatus) de façon générique. Les « ispánság[ok] » comprenaient un territoire ou un groupe de gens déterminés, qu’il s’agisse d’un château-fort ou de différents groupes de serviteurs royaux.

13 Archív mesta Košic, Scheutzlichov inventár, fol. lxvi : Littere Bele regis pro Margareta nutricis Stephani filii Bele super bona Gene comitis Budensis. Datum 1243. MNL DF 287451.

14 Wertner 1892, p. 498.

15  1295 : Wenzel 1863-1874, vol. X, p. 181. La charte est une forgerie, d’après Zsoldos 1999, p. 191-192.

16 Étienne s’intitula « roi junior » (iunior rex) pour la première fois en 1262, lorsqu’il obligea son père à lui remettre le gouvernement de la partie orientale du royaume de Hongrie.

17  1278 : Zsoldos 2008, p. 114-115 (n° 178a-b).

18  Le nom de la princesse est transmis seulement par cette charte. Elle est maintenant considérée comme la fille d’Étienne V qui épousa ensuite Jacques Sventslav, despote de Bulgarie. 1270 : Smičiklas 1904-1934, vol. V, p. 570 ; Zsoldos 1999, p. 197-198.

19 Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. I, p. 299-300.

20 Zsoldos 2008, p. 114, n° 177.

21 De sancto Gerhardo episcopo Morosenensi et martyre regni Ungarie, c. 5, éd. E. Madzsar, dans Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. II, p. 488.

22 Perić et alii 2006, p. 136.

23 1272 : Mutumerius prepositus Scypisiensis doctor ducis Ladizlay karissimi filii nostri. DF 264117.

24 Ainsi, en 1234 : didascalus [ducis]. Wenzel 1863-1874, VI, p. 546 ; en 1240 : Smičiklas 1904-1934, vol. IV, p. 102 ; en 1256 : magister […] ducis. Marsina 1971-1987, vol. II, p. 381.

25 Ainsi, en 1248 : Smičiklas 1904-1934, vol. IV, p. 352-354 ; en 1268 : Wagner – Lindeck-Pozza 1955-1999, vol. I, p. 346.

26 Györffy 1993, p. 193-201.

27 1263 : Fejér 1828-1844, vol. IV/3, p. 158.

28 Zsoldos 2005, p. 107.

29 1269 : Wenzel 1863-1874, vol. VIII, p. 239-240. Sur la datation et l’authenticité de la charte, voir : Patek 1918, p. 453-455 ; Szentpétery – Borsa 1923-1987, n° 1902 ; Mályusz 1971, p. 27 ; Szűcs 1973, p. 846.

30 En 1274, on connaît ainsi l’une des possessions du prince André, fils cadet d’Étienne V, qui avait alors 8 ans. Szentpétery – Borsa 1923-1987, vol. II/2–3, p. 111-112.

31 Le duc Étienne, fils de Béla IV avait déjà à l’âge de trois ans un maître des mines royales (magister tavernicorum) – c’est-à-dire un trésorier du roi. Ladislas IV avait, à quatre ans, un officier de bouche (magister dapiferorum). Zsoldos 2011, p. 74 et 71.

32 Une des filles d’André II est devenue reine en Aragon, et celle d’Étienne V nommé Marie devint (comme on sait) reine de Naples.

33 L’événement fut consigné par le chanoine de Vyšehrad continuateur de Cosmas de Prague. Canonici Wissegradensis continuatio 1851, p. 143.

34 1269 : Nagy et alii 1876-1891, vol. VIII, p. 96-97. Sur la datation de la charte, voir Szentpétery – Borsa 1923-1987, n° 1604. Les filles qui y sont mentionnées sont : Constance (épouse de Lev, futur prince de Galicie), Cunégonde (épouse de Boleslas V, duc de Cracovie), et Yolande (épouse de Boleslas, prince de Kalisz).

35 Wertner 1892, p. 171-174 ; Karácsonyi 1995, p. 637-638.

36 1135 : [predium] Paztuh, ubi erat regalis curia, dedit rex Ladislaus comiti Lamperto cum sorore sua, quam dederat ei in uxorem. Marsina 1971-1987, vol. I, p. 71.

37 Wertner 1892, p. 142.

38 La sœur du roi Ladislas ne doit pas être confondue avec la Sophie déjà mentionnée. Wertner 1892, p. 171-172 ; Pauler 1899, vol. I, p. 474, n. 427. Point de vue divergent : Tóth 2008.

39 Wertner contestait l’idée que Sophie aurait été la fille du roi Coloman. Wertner 1892, p. 218-219. L’historiographie actuelle le contredit. Makk 1972, p. 35-36 ; Font 2001, p. 78.

40 Chronici Hungarici compositio saeculi XIV, c. 158. Szentpétery – Szovák – Veszprémy 1999, vol. I, p. 444.

41 Wertner 1903.

42 1208 : bone memorie Margareta, quondam uxor bone memorie Andree comitis de Symichio, amita carissimi in Christo filii nostri illustris regis Ungarie. Fejér 1828-1844, vol. III/1. 57.

43 Annales Posonienses (année 1186), p. 127.

44 Wertner 1892, p. 353.

45  1424 : [dictas possessiones] per dominum Andream regem, patrem Bele regis quarti fideli suo Merkur de Moravia, cui dominam Margaretham consanguineam suam tradidisset, perpetuo collatas extitisse. MNL DL 43617.

46 Zsoldos 2011, p. 283 et 329.

47 Simonis de Keza Gesta Hungarorum, c. 94 : Myurk de Chakan cum Venceslao et Iacobo fratribus suis, de ducibus Moravae habentes originem, regni Hungariae novi sunt incolae, affinitate Belae regi quarto coniunguntur. Simonis de Keza, p. 192. Le nom « Miurk » est une variation de Mercure (Mercurius) ; la localité de Csákány qui est mentionnée comme la possession de Miurk, est aujourd’hui Donnerskirchen, en Autriche.

48 Wernert 1904 ; Engel 2001, « Gyanur rokonsága » s.v. [La parentèle de Gyanur] ; Neumann 2009.

49 1260 : Marsina 1971-1987, vol. II, p. 464.

50 Wertner 1892, p. 380–384.

51 Legenda Beatae Margaritae, c. 16, p. 690-692 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. I, p. 172, 176, 183-184, 191, 202, 220.

52 Király 1979, p. 111-115 ; Klaniczay 1994, p. 172-173 ; Klaniczay 2002, p. 279.

53 Moravcsik 1984, p. 327 (original grec et traduction hongroise).

54 Karácsonyi 1910, p. 6.

55 Il s’agit d’un district situé entre les cours des rivières Drina, Save et Kolumbara, au nord de la Serbie actuelle, et dont les frontières méridionales sont inconnues.

56 Sur la vie de Rostislav, voir Font s. p.

57 1273 : Smičiklas 1904-1934, vol. VI, p. 36 ; 1271 : Nagy – Véghely – Nagy 1886-1890, vol. I, p. 58.

58 Zsoldos 2007, passim.

59 1271 : Nagy – Véghely – Nagy, 1886-1890, vol. I, p. 58.

60 Chronicon Posoniense, c. 70, p. 43 ; Jakubovich 1922-1923.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Attila Zsoldos, « Les filles des rois arpadiens de Hongrie comme instruments d’une politique dynastique », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3661 ; DOI : 10.4000/mefrm.3661

Haut de page

Auteur

Attila Zsoldos

Académie hongroise des Sciences, Centre des sciences humaines, Institut d’histoire, zsoldos.attila@btk.mta.hu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals