Navigation – Plan du site
Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)

De Luxembourg à Oradea. Histoire de la reine Béatrice de Hongrie

Renáta Skorka

Résumés

L’histoire de Béatrice, fille d’Henri de Luxembourg et de la duchesse de Brabant Marguerite, née en 1305 et épouse de Charles Ier (ou Charles-Robert) d’Anjou de 1318 à 1319, illustre bien comment les fiançailles et les mariages interdynastiques servaient les intérêts des grandes puissances au cours du Moyen Âge. L’étude présente les événements qui donnèrent un rôle central à la jeune Béatrice dans la politique des Angevins de Naples tout d’abord, puis de Hongrie. Si la volonté souveraine de son père, de son frère et de son époux déterminèrent le cours de son existence, des circonstances imprévues décidèrent du lieu de ses obsèques. Béatrice est la première des reines de Hongrie dont la cathédrale d’Oradea (Várad) a accueilli la sépulture définitive. Ce choix royal a contribué à l’essor du culte de l’Arpadien Ladislas à l’époque angevine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les recherches de l’auteur ont été soutenues par le Groupement de Recherches « Lendület » sur l’Hi (...)
  • 2 Engel 1987, p. 613.
  • 3 Ibid., p. 614.

1L’église de la collégiale dédiée à la Vierge Marie et fondée à Székesfehérvár par le roi de Hongrie (saint) Étienne Ier (1001-1038), consacrée en 1038, servit traditionnellement de lieu de couronnement des rois de Hongrie au cours du Moyen Âge1. Durant cette période, de nombreux souverains ainsi que leurs proches choisirent également cette basilique comme lieu de sépulture. Elle reçut tout d’abord le cercueil du prince Émeric, fils de saint Étienne, lequel y trouva à son tour le repos éternel. Le choix du lieu de sépulture résultait d’une décision personnelle dans la mesure où la cérémonie funéraire, contrairement à celle du couronnement, n’était pas régie par des règles inscrites dans la tradition. Des 37 rois de Hongrie qui moururent entre 1038 et 1543, seulement 15 furent ensevelis à Székesfehérvár. C’est seulement après 1490 que la collégiale devint le lieu de sépulture habituel des souverains2. Quant à leurs proches parents – épouses et enfants –, seulement une douzaine y avaient assurément leur tombeau3.

  • 4 Kerny 1989, p. 159. Pour ce qui est de la sépulture supposée de saint Ladislas à Somogyvár, voir S (...)
  • 5 Bácsatyai 2015, p. 273-280, 282-285.

2Le second lieu funéraire traditionnel des rois de Hongrie au Moyen Âge est la cathédrale d’Oradea (Vàrad). Y fut d’abord déposée la dépouille du roi (saint) Ladislas Ier (1077-1095). Il avait fait transférer le siège épiscopal de Biharia (Bihar) à Oradea et fut vénéré plus tard comme fondateur de l’évêché4. La cathédrale abrita un certain temps le corps du roi André II (1205-1235), qui rejoignit ensuite sa deuxième épouse, Yolande de Courtenay, ensevelie dans l’abbatiale cistercienne d’Igriș (Egres)5.

  • 6 Kerny 2006, p. 475.
  • 7 Kerny 1989, p. 164.
  • 8 Fedeles 2012, p. 171 ; Kerny 1987, p. 355.
  • 9 Kerny 1987, p. 355.

3Le plus illustre souverain enterré à Oradea est Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie (1387-1437) et empereur germanique (1433-1437). Sa dépouille fut transportée en 1437 du lieu de sa mort (Znojmo, en Croatie) jusqu’à Oradea en vertu des dernières volontés qu’il avait exprimées en 14066. Il est généralement admis que Sigismond souhaitait être inhumé auprès de sa première épouse, Marie, la fille de Louis Ier d’Anjou (1342-1382). Il est incontestable qu’elle vouait un culte particulier à saint Ladislas, tout comme Sigismond, élevé en Hongrie. La figure du saint en armure se retrouvait sur les florins d’or frappés par la reine, et en 1383 son buste apparut sur l’envers de son double sceau7. De plus, outre Sigismond, Marie se rendit en pèlerinage à Oradea peu avant sa mort prématurée en 13958. En 1419, Sigismond, conformément au rite de purification, y envoya sa deuxième épouse, Barbe (ou Barbara) de Cilli, accusée d’adultère9.

4Bien avant la promotion active du culte à saint Ladislas par les Angevins de Hongrie, qui se poursuivit sous Sigismond, la sœur de son grand-père, Jean de Luxembourg (1310-1346), Béatrice († novembre 1319), fut enterrée dans la cathédrale d’Oradea. Son lieu de sépulture a pu renforcer l’attachement de Sigismond à celle-ci. La comtesse de Luxembourg, deuxième épouse de Charles (ou Charles-Robert) Ier d’Anjou (1301-1342), trouva la mort après un séjour d’un peu plus d’un an dans le royaume magyar. C’est son époux qui décida de l’ensevelir à Oradea, inaugurant ainsi la série des reines de Hongrie dont la dépouille a été accueillie, initialement et définitivement, dans la cathédrale.

  • 10 Sa première épouse, Marie († 1317), ainsi que ses deux fils mineurs, Charles († 1321) et Ladislas (...)

5Tel est le point de départ de notre analyse. Elle s’intéressera d’abord aux événements ayant précédé l’arrivée de Béatrice en Hongrie puis aux circonstances de sa venue. On tentera enfin de comprendre pourquoi Charles Ier, qui fit ensevelir à Székesfehérvár tous ses proches disparus de son vivant10, ainsi que lui-même, choisit Oradea en 1319 pour abriter la tombe de son épouse.

De fiançailles en fiançailles

  • 11 Schwennicke 1998, tableau n° 82.
  • 12 Hönsch 1996, p. 15.
  • 13 Wenck 2015. p. 140-145.
  • 14 Schötter 1865, p. 49.

6Béatrice vit le jour en 1305 comme troisième enfant du comte Henri de Luxembourg et de son épouse Marguerite, duchesse de Brabant11. Son père, élu roi des Romains en 1308 sous le nom d’Henri VII (1308-1313), était le premier représentant de la maison des Luxembourg à occuper le trône impérial. Aussitôt après son élection royale, Henri envisagea même d’obtenir son couronnement impérial, ce qui ne s’était pas produit depuis 122012. Les tentatives de restauration du pouvoir de l’empereur, le plus illustre souverain séculier de l’Occident médiéval, divisaient alors les provinces italiennes. Elles inspiraient notamment de profondes craintes aux Angevins qui dirigeaient alors le royaume de Naples13. Le roi Robert Ier le Sage (1309-1343), oncle du roi de Hongrie Charles Ier, était connu à la fois pour son hostilité envers le pouvoir impérial et pour la convoitise que suscitaient en lui, comme chez l’empereur, les riches cités d’Italie du Nord. La cour pontificale installée à Avignon depuis 1309 accordait elle aussi une grande importance au conflit qui couvait entre les deux souverains. Le pape Clément V (1305-1314), diplomate talentueux, avisé et inventif, s’efforça de maintenir l’illusion de l’indépendance du Saint-Siège, en dépit de la prédominance française du collège des cardinaux, en jouant sur le fait que la nouvelle résidence de la Curie appartenait officiellement à l’Empire. Le pape avait même soutenu en catimini l’élection impériale d’Henri de Luxembourg contre Charles de Valois, le frère de Philippe IV le Bel (1285-1314)14. Clément V étant simultanément l’allié des Angevins de Naples, il proposa en 1310, de servir de médiateur entre Henri, qui avançait à marche forcée sur Rome, et Robert, déterminer à empêcher la restauration de l’autorité impériale.

  • 15 Wenck 2015, p. 147-148.
  • 16 Wenck 2015, p. 148-149.
  • 17 Clémence était la fille de Rodolphe Ier de Habsbourg, roi des Romains, l’épouse de Charles Martel (...)
  • 18 Wenck 2015, p. 149.

7L’alliance entre Angevins et Luxembourg projetée par Clément V pour affaiblir le roi de France ne servit finalement pas ses desseins. Les fiançailles de la cadette d’Henri de Luxembourg, Béatrice, qui avait alors cinq ans, avec le duc de Calabre, Charles, fils de Robert âgé de douze ans, aurait dû sceller l’accord prévu, selon l’arrangement élaboré par le pape15. Robert ajouta au projet de fiançailles d’autres revendications, qu’il fit exposer à Henri par ses ambassadeurs envoyés à Avignon durant l’été 1310 : une somme à prélever sur la dot de Béatrice, et surtout le royaume d’Arles, c’est-à-dire la partie de la Bourgogne appartenant à l’Empire qui lui permettait de sécuriser la route vers Rome16. Cette demande de Robert n’était pas une invention de sa part : les Angevins avaient revendiqué dès 1281 une partie du royaume d’Arles, notamment le comté de Provence, en tant que dot de Clémence de Habsbourg17. Mais le pape prit conscience qu’un royaume angevin établi aux marges sud-est de la France menaçait les intérêts des Valois plus que ceux de l’Empire. Clément V n’eut donc pas d’autre choix de se retirer du projet d’alliance entre Luxembourg et Angevins. De plus, Henri rechignant à payer la somme exigée par Robert18, la première tentative de mariage de Béatrice échoua en 1310.

  • 19 Sur la descente d’Henri en Italie et sur son couronnement (daté par erreur du 29 juin 1311), voir (...)
  • 20 Nicolaus Botrontinensis 1843, p. 107.
  • 21 Böhmer 1844, p. 301, n° 482.

8Henri n’avait aucune intention de renoncer pour autant à la couronne impériale. Une deuxième tentative matrimoniale suivit. En janvier 1311, il se faisait couronner roi d’Italie à Milan. La nouvelle provoqua des soulèvements anti-impériaux, attisés par Naples et par la France, dans toute la Lombardie. Le siège de Crémone et de Brescia retarda l’avancée d’Henri vers la Ville éternelle. Contraint de réprimer continuellement l’opposition armée, il resta plusieurs mois à Gênes et à Pise et n’arriva à Rome avec son escorte qu’au bout de dix-huit mois19. Le temps écoulé profita sans aucun doute aux Angevins. Robert eut l’opportunité d’imposer à Rome, déchirée par la guerre civile, une trêve entre les Orsini et leurs rivaux, les Colonna. Il confia à son frère cadet, Jean, prince de Duras, la défense de la ville. Nicolas, évêque titulaire de Butrint (en Albanie) accompagnait Henri de Luxembourg sur décision de Clément V. Le prélat observe dans son récit que, dès le début du printemps de 1312, les nouvelles arrivées de Rome incitèrent le roi Henri, alors à Pise, à envoyer des ambassadeurs à Jean de Duras. D’après les notations de Nicolas, leur mission ne se bornait pas à convaincre le prince Jean de laisser Henri agir librement à Rome. Ils devaient accomplir, avec les pleins pouvoirs, le projet de mariage du fils de Robert avec la fille d’Henri (cum plena potestate et auctoritate perficiendi et complendi parentelam inter dicti Roberti filium et filiam regis Romanorum)20. Cette mention négligée jusqu’à présent par l’historiographie montre la détermination d’Henri à effectuer l’union qui scellerait l’alliance entre Luxembourg et Angevins. On sait que les ambassadeurs impériaux envoyés à Robert vinrent retrouver Henri, à Rome depuis quelques jours à peine, le 18 mai. La lettre signée du roi de Naples le 12 mai qu’ils lui apportèrent atteste que les Angevins n’avaient pas encore renoncé au mariage des deux enfants. Robert y programmait l’arrivée de Béatrice pour septembre 1312 et ajoutait seulement une condition : que la fillette, âgée de sept ans, réside auprès de son futur époux, le duc de Calabre, sur le territoire napolitain21. Si le mariage échoua, c’est en raison des événements survenus à Rome à la fin de mai et au début de juin 1312.

  • 22 Böhmer 1844, p. 301, n° 483.
  • 23 Böhmer 1844, p. 303, n° 495.
  • 24 Böhmer 1844, p. 304, n° 504 et 505, p. 306 n° 525, p. 310, n° 562.
  • 25 Nicolaus Botrontinensis 1843, p. 125.
  • 26 Böhmer 1844, p. 310, n° 563, p. 311 n° 564.
  • 27 Schötter 1865, p. 137.

9Le prince de Duras, nommé à la tête de la cité, s’appuya sur les forces militaires napolitaines et le parti hostile à la domination des Orsini. Il bloqua à Henri VII l’accès à la basilique Saint-Pierre22. Mi-juin, lorsque le pape ordonna une trêve d’un an entre les belligérants, Henri renonça au lieu traditionnel du sacre impérial et se contenta d’une cérémonie de couronnement à l’extérieur du Vatican, célébrée le 29 juin 1312, au palais du Latran. Henri ne croyant plus à l’alliance avec les Angevins de Naples, il profita du répit laissé par la trêve pour procurer en quelques jours un nouvel époux à sa fille Béatrice. Le 6 juillet, il déclarait officiellement que ses émissaires étaient parvenus à conclure un traité avec Frédéric II d’Aragon (1296-1337). Celui-ci, il convient de le rappeler, régnait entre autres sur le « royaume de Trinacrie », centré à Palerme, depuis 1296, où les « vêpres siciliennes » avaient mis fin à la domination angevine sur l’île de Sicile. Henri de Luxembourg espérait trouver en lui un allié de poids face aux Angevins. C’est pour sceller ce rapprochement qu’il consentit à fiancer sa fille au fils de Frédéric d’Aragon, Pierre, âgé comme Béatrice de sept ans23. Après quoi il quitta Rome et se retira en Toscane, dans les cités qui lui étaient fidèles, Arezzo et Pise, attendant la fin de la trêve pour attaquer Robert24. À la fin de l’année 1312, il contracta la malaria. Les médecins eux-mêmes perdirent espoir, rapporte l’évêque de Butrint (medici desperabant de imperatore)25. Lorsque la trêve expira en juin 1313, Henri repartit en campagne mais il retomba malade pendant le siège de Sienne et mourut le 24 août. Conformément au traité de 1312, les armées impériales et celles de Trinacrie étaient prêtes à faire leur jonction pour attaquer Naples dès juin26. Béatrice avait pris la route pour Palerme avec sa grand-mère Béatrice d’Avesnes pour y être accueillie comme convenu par Frédéric d’Aragon et s’installer à sa cour. Le cortège se trouvait à Bâle quand leur parvint la nouvelle de la mort d’Henri27. Le projet de campagne contre Naples, tout comme l’alliance aragonaise, s’effondra et Béatrice de Luxembourg se trouva à nouveau privée de fiancé. Rentrée au Luxembourg, elle fut confiée avec sa sœur Marie à sa grand-mère. Cinq ans plus tard, au début de l’été 1318, des ambassadeurs dépêchés par son frère Jean, devenu roi de Bohême, l’informèrent de l’existence d’un nouveau prétendant issu lui aussi de la maison d’Anjou.

Les événements ayant précédé l’arrivée de Béatrice de Luxembourg en Hongrie

  • 28 Engel 2003.
  • 29 Engel 2003, p. 340-341 ; Engel 1989, p. 91.
  • 30 Il y a des circonstances dans les années 1301-1310 où le roi, pour sa sécurité personnelle, évita (...)

10Le séjour de Béatrice de Luxembourg en Hongrie (1318-1319) se situe pendant la phase que Pál Engel considérait comme celle de la réunification du royaume (1310-1323)28. Elle se caractérise par la guerre civile menée par le roi contre les oligarques qui prétendaient exercer un pouvoir souverain dans leurs provinces, constituées de domaines fonciers souvent étendus à plusieurs comitats. L’une des particularités de cette réorganisation du royaume tient au fait – souligné par les chercheurs – que le terrain d’action du roi, au sens géographique, se restreignait de facto aux régions méridionales du pays, notamment au comitat de Požega (Pozsega), et aux comitats contournant la Transylvanie. Ces contraintes motivèrent le transfert, au printemps de 1315, de la résidence royale de Buda à Lipova (Lippa) puis à Timişoara (Temesvár), dont Charles Ier ne s’éloignait qu’en cas de nécessité. Le roi pouvait certes effectuer en toute sécurité de courts séjours dans d’autres secteurs du royaume, comme Buda et ses alentours, ainsi que la Sépusie29. Charles ne pouvait s’étonner de cette situation, lui qui, arrivé en Hongrie en 1301, mit près de dix ans à obtenir son couronnement selon le rite traditionnel hongrois, en 1310, après avoir déjà organisé deux cérémonies de couronnement30.

  • 31 Engel 2003, p. 348.
  • 32 Ibid., p. 326.
  • 33 Officier royal chargé par le roi d’exercer les fonctions publiques dans un comitat.
  • 34 Sur les détails de la campagne de 1317 contre Borsa le Chauve, voir Eugol 2003, p. 344.
  • 35 Engel ne mentionne ni l’archevêque de Kalocsa, ni l’évêque de Győr. Leur présence est attestée par (...)
  • 36 Sur l’implication de ces personnages, voir ibid.
  • 37 Concernant la campagne de 1317 contre Matthieu Csák, voir Engel 2003, p. 346.

11Pál Engel fait de 1317 une année charnière du point de vue des luttes contre les oligarques : « fin 1317, le sort du futur du royaume se décida réellement » 31, après quoi la levée des obstacles à l’exercice incontesté du pouvoir royal aurait été inéluctable32. L’un des temps forts de la guerre civile menée sur plusieurs fronts en 1317 fut la campagne dirigée par Dózsa de Debrecen, ispán33 du comitat de Szabolcs, contre les rebelles commandés par Borsa le Chauve. Une bataille décisive se livra à Debrecen, où Dózsa vainquit solennellement Borsa, qui avait pourtant la force du nombre. En juin, Charles rejoignit Dózsa avec son armée et ils marchèrent sur la résidence de Borsa située à Adorján, au bord de la rivière Berettyó. Ils l’occupèrent à la fin du mois. Les terres de Borsa passèrent à Dózsa de Debrecen, chef de guerre victorieux, qui fut nommé entre-temps juge royal de cinq comitats – Bihor (Bihar), Szabolcs, Satu Mare (Szatmár), Zemplén et Szolnok –, pendant que le roi se dirigeait vers l’ouest pour livrer bataille contre l’oligarque le plus menaçant, Matthieu Csák34. L’armée engagée en septembre 1317 contre ce dernier apparaît comme de rang plus élevé que celle dirigée par Dózsa. Se trouvaient en effet aux côtés de Charles d’Anjou son cousin, le prétendant au trône impérial Frédéric de Habsbourg (1314-1330), ainsi qu’une grande partie des prélats hongrois – Thomas et Ladislas de Jánk, archevêques d’Esztergom et de Kalocsa, les évêques Nicolas (évêque de Győr)35, Jean (de Nitra/Nyitra), Ladislas (de Pécs) et Étienne (de Veszprém) – et des barons – Démétrius de Nekcse, grand argentier du roi (magister tavernicorum), Lampert Hermán, grand juge de la cour royale (iudex curie regiae)36, les comtes Philippe Druget (ispan de Spiš/Szepes), Doncs (de Zvolen/Zólyom), Thomas de Szécs (d’Arad) ainsi que Paul de Jánk, châtelain d’Óbuda et de Szeged. Les troupes de Charles, traversant le Danube vers Esztergom, s’avancèrent jusqu’à la rivière Vág et firent leur jonction avec celles de Frédéric de Habsbourg à Šintava (Sempte). De là, ils changèrent de direction et se mirent à assiéger Komárno (Komárom), dont Charles s’empara au milieu d’octobre. L’autre point d’ancrage de Matthieu Csák, Visegrád, fut occupé presque simultanément par le roi, ce qui conduisit Matthieu et Charles à signer la paix dans le camp de Komárno. Ce traité confirmait les avancées territoriales du roi de Hongrie et imposait à Matthieu un serment de fidélité à Charles, en lui laissant néanmoins les biens de l’évêché de Nitra37. Même si les événements évoqués constituent seulement un fragment des conflits menés cette année-là, 1317 semblait placée sous une bonne étoile aux yeux de Charles. Les événements de l’année suivante montrent toutefois qu’il avait conscience – a contrario de l’analyse qu’en font les historiens aujourd’hui – de ce que la partie n’était pas gagnée. L’arrivée en Hongrie de Béatrice s’inscrit dans ce contexte.

  • 38 Knauz 1874-1999, vol. II, p. 744-746.
  • 39 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 170-181.

12Les négociations entre prélats qui eurent lieu à Kalocsa, dans la basilique archiépiscopale, à la fin du mois de février 1318 constituent un événement majeur des années 1310-1320 et marquent un revirement inattendu dans le règne de Charles. Presque tous les évêques et les deux archevêques de Hongrie y prirent part. La charte issue de leurs discussions exprime la volonté des prélats hongrois de renforcer leurs liens mutuels (inter nos firmare foedera unionis). Ils y déclarent ensuite leur intention unanime d’agir contre les usurpateurs et les dévastateurs des biens ecclésiastiques, quels que soient leur état, condition ou dignité (cuiuscunque status, conditionis, preeminentiae et dignitatis existant). D’une même voix et autorité, ils disent vouloir employer l’excommunication contre ceux qui exigent des paysans des domaines ecclésiastiques des redevances, services ou autres charges. Ils s’accordent pour entretenir des relations par écrit entre eux, en raison de la distance qui sépare leurs résidences et les empêche de se réunir régulièrement. Ceux qui retiendraient leurs ambassadeurs, enlèveraient ou ouvriraient leurs lettres encourraient également l’excommunication38. L’assemblée des prélats se prolongea jusqu’au début de mars : le 3 mars, Jean, évêque de Nitra, publiait à Kalocsa une longue plainte dans laquelle il énumérait les préjudices et les dommages que l’un des plus puissants oligarques du royaume, Matthieu Csák, avait commis pendant des années au détriment de ses biens et prérogatives épiscopaux. La charte se termine par la mention de l’excommunication de Matthieu et de l’interdit jeté sur ses terres, sanctions fulminées par le consensus des prélats assemblés dans la cathédrale Saint-Paul de Kalocsa39. Des indices montrent qu’outre la confirmation de leur union et les sanctions contre Matthieu Csák, l’assemblée de Kalocsa avait également pour objectif d’obtenir la convocation de l’assemblée générale du royaume (congregatio generalis).

  • 40 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 163-164.
  • 41 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 165.
  • 42 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 169.

13Les prélats réunis à Kalocsa informèrent le roi, alors à Timişoara, de leurs intentions en lui dépêchant les évêques Ivánka (évêque d’Oradea) et Ladislas (de Pécs). Les deux émissaires auraient dû rentrer à Kalocsa le 22 mars 1318, emportant la lettre patente datée du 14 mars dans laquelle le roi ordonnait aux ordres du royaume de se présenter à la « congrégation générale » prévue à Rákos le 1er juillet40. Le 15 mars, les deux évêques remirent au roi une autre charte dans laquelle Charles, au vu de la décision prise en février par les prélats, ordonnait à ses ispans, juges, châtelains et à tous leurs sujets de restituer les biens et droits ecclésiastiques spoliés à leurs propriétaires légitimes41. Ladislas de Jánk, frère mineur devenu archevêque de Kalocsa en 1317, reçut le pouvoir de faire publier la convocation à l’assemblée générale du royaume le 20 avril 1318, ainsi que de demander à l’évêque de Transylvanie de se rendre à ladite congrégation, et d’inciter d’autres ecclésiastiques à se retrouver à Apostag le 1er juillet pour débattre entre eux au temps convenu (habito prius inter nos tractatu preavio et maturo)42.

  • 43 Skorka 2015, p. 368.
  • 44 Notamment Thomas, archevêque d’Esztergom, les évêques Jean de Nitra, Martin d’Eger, Augustin de Za (...)
  • 45 Zsoldos 2013, p. 216 ; Skorka 2015, p. 368.

14L’agitation des prélats en 1318 avait pour cible le souverain lui-même – sans exclusive certes puisque l’alliance prévoyait des sanctions sans distinction de rang, dignité ou office, on l’a vu. Le roi de Hongrie avouait par la charte du 15 mars les abus commis en son nom par ses officiers contre les ecclésiastiques. Sachant que Charles devait largement son trône aux prélats du royaume, de même que son prédécesseur André III (1290-1301), l’union entre prélats nouée à Kalocsa pesait lourdement sur sa stabilité politique43. Parmi eux, six signataires avaient pris part au deuxième (1309) puis au troisième couronnement de Charles44, dont Jean, déjà au siège de Nitra sous le règne du dernier roi de la dynastie arpadienne, ainsi que l’archevêque d’Esztergom Thomas, qui présidait les prélats. Ce dernier était le neveu de Lodomerius, grande figure intellectuelle du haut clergé sous André III, et sans doute son continuateur en matière politique45.

  • 46 Concernant les assemblées générales réunies sous André III, voir Gerics 1987, p. 299.

15En dehors des spoliations des biens d’Église et de la violation des prérogatives ecclésiastiques, que reprochaient les prélats assemblés à Charles, leur ancien protégé, en février-mars 1318 ? La plainte rédigée le 14 mars par l’évêque de Nitra Jean fournit la réponse. Outre les abus de pouvoir (factum potentiale) commis par Matthieu Csák, elle évoque le manque ou l’absence de « congrégations générales ». Le fait que les prélats réclament du roi la convocation de l’assemblée du royaume, sur leur conseil, traduit clairement leur intention de renforcer leur influence, notamment en imposant au roi le respect de l’usage des « congrégations générales » appliqué sous André III46. Si les prélats jugeaient utile d’agir ainsi au début de 1318, donc après les succès militaires de l’année 1317, c’est à cause du déroulement de la campagne contre Matthieu Csák qui avait précédé.

  • 47 Niederstätter 2004, p. 123.
  • 48 Sur l’itinéraire de Charles, voir Engel 2003, p. 361-374, notamment p. 364.

16En effet, les opérations menées en 1317 contre le plus redoutable des oligarques, à laquelle participèrent les armes à la main les deux archevêques de Hongrie et quatre évêques, de même que (on l’a dit) de nombreux barons et ispans ainsi que Frédéric de Habsbourg en personne, permirent à l’Angevin et à ses partisans de prendre les châteaux-forts de Komárno et de Visegrád. Mais la participation de Frédéric avait été presque symbolique. Depuis 1314, les Habsbourg connaissaient de graves difficultés dans leurs propres provinces, notamment la sanglante défaite essuyée en 1315 par le duc Léopold, frère cadet de Frédéric, à Morgarten contre les cantons suisses, et surtout la rivalité qui opposait Frédéric de Habsbourg à Louis Ier de Bavière (1314-1347) depuis la double élection impériale de 1314. Frédéric mit en gage les bijoux de son épouse et fit même détacher, selon certains commentateurs, la décoration en perles des robes de celle-ci pour financer ses campagnes47. Dans ces conditions, la victoire militaire contre Matthieu Csák ne pouvait qu’être partielle. Le traité conclu avec l’oligarque – un armistice plutôt qu’une paix durable – confirmait l’emprise de Csák sur Nitra et les biens de l’évêché, contre les intérêts de l’évêque Jean. Charles renonça à transférer sa résidence dans le cœur du royaume (medium regni) alors qu’il venait de récupérer deux forteresses danubiennes qui protégeaient Buda. Le 27 novembre 1317, bien après le traité de Komárno, on le trouve toujours à Timişoara48. C’était là que l’ambassade des prélats fédérés à Kalocsa vint le rencontrer en mars de l’année suivante, pour lui présenter les revendications exposées plus haut.

  • 49 Loserth 1875, p. 364. Sur la campagne de Jean en 1315, voir Kristó 1988, p. 42-45.
  • 50 Niederstätter 2004, p. 123-124.
  • 51 Schötter 1865, p. 214.

17Les événements de l’année 1317 et les prétentions de l’alliance de Kalocsa incitaient Charles à accéder à la demande des prélats de convoquer une assemblée : celle-ci déciderait probablement d’une nouvelle intervention militaire contre Matthieu Csàk, honni des prélats. Un deuxième front s’ouvrirait probablement grâce à l’intervention de Jean de Luxembourg, qui avait déjà lancé une campagne contre Csák en mai 1315 suite aux dévastations, pillages et massacres commis par ce dernier en Moravie. Charles ne lui porta pas secours, en dépit de ses promesses (rex quoque Carolus Ungariae regi Bohemiae ex altero latere in audiutorium non venit, ut promiseret)49. Par la suite, jusqu’en mai 1318, une alliance avec le roi de Bohême n’était pas envisageable : les aristocrates tchèques mécontents de Jean de Luxembourg venaient d’offrir au tournant des années 1317-1318 la couronne de Bohême aux Habsbourg, à Frédéric ou à son frère cadet50. Jean demanda de l’aide à Louis de Bavière, qui servit de médiateur entre les aristocrates bohémiens et Jean de Luxembourg. Le traité conclu à Tauss le 23 avril 1318 permit enfin de stabiliser la situation51.

  • 52 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 203.
  • 53  Nec longo post per nuntios solempnes regis Karoli haec tenella puella in metis Moraviae et Ungaria (...)

18Le roi de Hongrie passa une grande partie du mois suivant dans le comitat de Bihar : il rencontra Dózsa de Debrecen, vainqueur de Borsa le Chauve, pour préparer l’invasion de la Transylvanie. Il était à Oradea (Várad) le 19 mai. Trois émissaires du roi, Thomas de Szécsény – qui avait combattu en 1317 à Visegrád –, son cousin Simon du lignage de Kacsics, et un interprète nommé Étienne partirent ensuite de Bihar en direction de la Bohême. Ils proposèrent à Jean de Luxembourg une alliance hungaro-tchèque, que devait sceller le mariage de Charles avec l’une des sœurs cadettes de Jean. Enthousiaste, celui-ci dépêcha des ambassadeurs au Luxembourg en leur ordonnant de faire venir ses deux sœurs. D’après le récit de Pierre, abbé de Zbraslav (en allemand Königsaal), Béatrice et Marie de Luxembourg arrivèrent à Prague le 20 juin, d’où elles se rendirent avec la cour à Zbraslav pour assister aux festivités en l’honneur de Venceslas II, fondateur de l’abbaye cistercienne du lieu (dies anniversarium fundatoris illius loci). Les émissaires hongrois y furent également invités. La charte de donation de Charles datée du 27 juillet 1319 indique en effet que Thomas de Szécsény séjourna longtemps en Bohême (in regnum Bohemiae diutius commorando) et avait négocié le mariage entre le roi de Hongrie et la sœur du roi de Bohême52. Pierre, témoin oculaire des événements, précise que les princesses n’avaient pas encore 14 ans. De fait, Béatrice en avait 13 et sa sœur un de plus. Les ambassadeurs hongrois examinèrent leur visage, leur allure et leur démarche et se décidèrent pour la cadette. Le jour même, 23 juin, Béatrice fut conduite devant le maître-autel du sanctuaire et fiancée au roi angevin par le biais de son représentant. Le récit ajoute qu’un peu plus tard, la frêle princesse fut remise aux ambassadeurs du roi de Hongrie à la frontière de la Moravie et de la Hongrie53, à une date inconnue.

Couronnement et funérailles

  • 54 MNL DL 36430. La charte délivrée à Buda le 29 juin dans laquelle Étienne, évêque de Veszprém, tran (...)
  • 55 Engel 2003, p. 349.
  • 56 MNL DL 40374.
  • 57  Kristó 1990-2015, vol. V, p. 87, n° 200.
  • 58 Gerics 1987, p. 299.

19Charles eut l’occasion de présenter aux prélats l’alliance conclue avec le roi de Bohême le 23 juin 1318, avant l’assemblée convoquée pour le 1er juillet à Rákos. Début juin, le roi de Hongrie était toujours à Timişoara ; mais le 29 juin, il se trouvait à Buda. Ce jour-là, il retira à l’évêque de Veszprém Étienne le village de Szentendre, dans le comitat de Pilis, l’Île de la Chèvre et une terre de deux charruées nommée Vácréve, ainsi que d’autres revenus appartenant jusqu’alors à l’évêché de Veszprém, pour les rattacher au château de Visegrád. En contrepartie, il cédait à l’évêque des serviteurs royaux du comitat de Zala54. Manifestement, le roi se préparait à la « congrégation générale » : cet échange de biens donnait l’illusion aux prélats coalisés que l’exil du roi à Timişoara prendrait bientôt fin, et que le souverain transférerait sa résidence dans le medium regni – ce qui n’arriva finalement qu’en 1323. On ignore si l’assemblée prévue fut réellement tenue pendant l’été 1318 : aucun décret n’a subsisté55 ; dès le 4 juillet, l’évêque de Győr Nicolas publiait un acte depuis Szombathely56 ; le 8 juillet, l’évêque d’Eger Martin faisait de même à Eger57. Pál Engel tenait pour probable la convocation de cette diète. József Gerics aussi, qui la considérait comme une répétition de l’assemblée de 1298 dans la mesure où ni les barons, ni le roi n’y étaient présents58. On ne peut exclure que les deux prélats précédents, membres de l’alliance de Kalocsa, aient été absents de la « congrégation générale », ce qui indiquerait un relâchement de la coalition au début de l’été.

  • 59 Loserth 1875, p. 400.
  • 60 MNL DL 76246.
  • 61 Seuls les lieux de séjour de Charles sont connus mais ils sont probablement identiques à ceux de B (...)
  • 62 Iohannis Długossi 1711, p. 975.

20Charles passa quant à lui les mois d’août et septembre aux confins occidentaux du royaume, où il comptait réformer le gouvernement des comitats. Ce projet requérait le soutien de l’armée royale pour contrer d’éventuelles résistances. L’arrivée en Hongrie de Béatrice n’eut probablement lieu qu’après la visite du roi à Vienne en octobre 1318. L’abbé de Zbraslav Pierre situe le couronnement de Béatrice pendant la semaine de la Saint-Martin (infra octavas Beati Martini episcopi coronatur), autrement dit entre les 12 et 17 novembre59. On sait d’après une charte délivrée le 29 novembre 1318 que Charles ordonna la dissolution de l’armée féodale pour le 15 du même mois60. Le couronnement de la reine fut sans doute célébré avant cela, en présence d’une partie de l’armée. Après quoi le couple royal se rendit à Timişoara durant la première quinzaine de décembre. Il y resta la majeure partie de l’année suivante61. C’est à Timişoara que la reine publia la seule et unique charte connue d’elle, le 1er mars 1319. Elle ordonnait aux notaires royaux de ne pas lever la redevance d’un ferton (ferto) dans neuf villages appartenant aux moniales dominicaines de l’Île aux Lièvres car le roi, sur les demande et intercession de la reine (quia nos a domino nostro rege karissimo pia peticione petendo et impetrando), avait consenti à accorder cette exemption aux religieuses. Le séjour du couple royal à Timişoara débuta sous les meilleurs auspices : Béatrice donna à Charles un héritier en octobre. Mais il mourut peu après. Puis, au début de novembre, la reine s’éteignit à son tour, des suites de l’accouchement (in partu periclitatione)62.

  • 63 Marcius 1867, p. 112.

21La composition de chroniques du milieu du XIVe siècle rapporte que les obsèques de la reine Béatrice de Luxembourg, fille du roi des Romains et sœur du roi de Bohême, eurent lieu à Oradea, l’année même de son mariage (quae in revolutione eiusdem anni obdormivit in Domino)63. S’il se trompe sur ce dernier point, le chroniqueur précise que Béatrice fut inhumée dans la cathédrale d’Oradea. Il ajoute que la première épouse de Charles, Marie, duchesse de Galicie, avait été ensevelie quant à elle à Székesfehérvár, dans la basilique de la Vierge. Comment expliquer alors que le tombeau de Béatrice ait été placé à Oradea ?

  • 64 Eodem anno ecclesiam beatae Virginis Albensem, quae frequenter incendio vastabatur, incepit rex te (...)
  • 65 Sur la reconstruction en style gothique de la basilique de Székesfehérvár, voir Biczó 2011, p. 139 (...)

22L’auteur rapporte cette décision aux événements ayant précédé la disparition de la reine Béatrice. Le roi avait ordonné de couvrir d’une couverture de plomb l’église de la Vierge de Székesfehérvár, qui avait été souvent la proie des incendies, de la décorer de voûtes majestueuses et de la consolider par des colonnes robustes64. Il n’est donc pas exclu que ces travaux importants, la première reconstruction gothique de la collégiale mariale de Székesfehérvár65, aient conduit Charles à organiser à Oradea la cérémonie funéraire de la reine, en rupture avec les usages de l’époque arpadienne, par ailleurs flous en matière funéraire ; d’autant qu’Oradea était plus proche de Timişoara – dont on se souvient que le roi ne la quittait que lorsqu’il ne pouvait pas faire autrement. Ainsi Charles Ier posa-t-il, bon gré mal gré, la pierre angulaire du culte de saint Ladislas par les Angevins de Hongrie.

                   (Traduit du hongrois par G. Kiss et révisé par M.-M. de Cevins)

Haut de page

Bibliographie

Archives

MNL DF = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára, Mohács előtti gyűjtemény, Diplomatikai Fényképgyűjtemény [Archives Nationales de Hongrie, Collection Antemohácsiana, Département des photographies, Budapest]

MNL DL = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára, Mohács előtti gyűjtemény, Diplomatikai Oklevéltár [Archives Nationales de Hongrie, Collection Antemohácsiana, Département des chartes, Budapest].

Bibliographie

Bácsatyai 2015 = D. Bácsatyai, Az egresi ciszterci monostor korai történetének kérdései [Questions sur la première phase de l’histoire de l’abbaye cistercienne d’Egres], dans Századok, 149, 2015, p. 263-299.

Biczó 2011 = P. Biczó, A székesfehérvári Szűz Mária-prépostsági templom déli oldalának régészeti feltárása [Les fouilles archéologiques du côté méridional de l’église de la collégiale de la Vierge à Székesfehérvár], dans T. Kerny, A. Smohay (dir.), Károly Róbert és Székesfehérvár, Székesfehérvár, 2011, p. 139-170.

Böhmer 1844 = J. Fr. Böhmer (éd.), Regesta Imperii inde ab anno 1246 usque ad annum 1313, Stuttgart, 1844.

Dümmerth 1982 = D. Dümmerth, Az Anjou-ház nyomában (Utazások múltban és jelenben) [À la recherche des Angevins (Voyages dans le passé et le présent)], Budapest, 1982.

Engel 1987 = P. Engel, Temetkezések a középkori székesfehérvári bazilikában (Függelék : a székesfehérvári koronázások) [Funérailles dans la basilique de Székesfehárvár (Annexe : les couronnements de Székesfehérvár], dans Századok, 121, 1987, p. 613-637.

Engel 1989 = P. Engel, Die Güssinger im Kampf gegen die ungarische Krone, dans H. Dienst, I. Lindeck-Pozza (dir.), Die Güssinger Beiträge zur Geschichte der Herren von Güns/Güssing und ihrer Zeit (13/14. Jahrhundert), Eisenstadt, 1989, p. 85-114.

Engel 2003 = P. Engel, Az ország újraegyesítése. I. Károly küzdelmei az oligarchák ellen (1310–1323) [La réunification du royaume. Les luttes de Charles Ier contre les oligarques (1310–1323)], dans Id., Honor, vár, ispánság. Válogatott tanulmányok, Budapest, 2003, p. 320-408.

Fedeles 2012 = T. Fedeles, « Ad visitandumque sepulchrum sanctissimi regis Ladislai ». Várad kegyhelye a késő középkorban [« Ad visitandumque sepulchrum sanctissimi regis Ladislai ». Le lieu de pèlerinage d’Oradea au bas Moyen Âge], dans D. Bagi, T. Fedeles, G. Kiss (dir.), « Köztes Európa » vonzásában. Ünnepi tanulmányok Font Márta tiszteletére, Pécs, 2012, p. 163-182.

Fejér 1829-1844 = G. Fejér (éd.), Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis, I-XI, Buda, 1829-1844.

Gerics 1987 = J. Gerics, A korai rendiség Európában és Magyarországon [Les ordres politiques anciens en Europe et en Hongrie], Budapest, 1987.

Hönsch 1996 = J. K. Hönsch, Kaiser Sigismund. Herrscher an der Schwelle zur Neuzeit 1368-1437, München, 1996.

Iohannis Długossi 1711 = Iohannis Długossi seu Longini Historiae Polonicae Libri XII, Francofurti, 1711

Kerny 1987 = T. Kerny, Szent László-kultusz a Zsigmond-korban [Le culte de saint Ladislas à l’époque de Sigismond], dans L. Beke, E. Marosi, T. Wehli (dir.), Művészet Zsigmond király korában 1387–1437, Budapest, 1987, p. 353-363.

Kerny 1989 = T. Kerny, Királyi temetkezések a váradi székesegyházban [Funérailles royales dans la cathédrale d’Oradea], dans Ead. (dir.), Váradi kőtöredékek. Szobortöredékek, építészeti faragványok, síremlékek az egykori Biharvármegyei és Nagyváradi Múzeum gyűjteményéből, Budapest, 1989, p. 159-167.

Kerny 2006 = T. Kerny, Zsigmond király temetése és temetkező helye [Les obsèques et le lieu de sépulture du roi Sigismond], dans I. Takács (dir.), Sigismundus rex et imperator. Művészet és kultúra Luxemburgi Zsigmond korában 1387-1437. Kiállítási katalógus, Budapest, 2006, p. 475-480.

Kiesewetter 1999 = A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295). Das Königreich Neapel, die Grafschaft Provence und der Mittelmeerraum zur Ausgang des 13. Jahrhunderts, Husum, 1999.

Knauz 1874-1999 = F. Knauz et alii (éd.), Monumenta ecclesiae Strigoniensis, I–III, Esztergom, 1874-1924, IV, réimpr. Esztergom-Budapest, 1999.

Kristó 1988 = Gy. Kristó, Az Anjou-kor háborúi [Les guerres de l’époque angevine], Budapest, 1988.

Kristó 1990-2015 = Gy. Kristó et alii (éd.), Anjou-kori Oklevéltár [Recueil des chartes de l’époque angevine], t. I-XV, XVII, XIX, XXIII-XXXII, XXXIV, XXXVIII, Szeged-Budapest, 1990-2015.

Loserth 1875 = J. Loserth (éd.), Die königsaaler Geschichts-quellen mit den Zusätzen und der Fortsetzung des Domherrn Franz von Prag, Vienne, 1875.

Marcius 1867 = Marci chronica de gestis Hungarorum ab origine gentis, éd. Fr. Toldy, Pest, 1867.

Nicolaus Botrontinensis 1843 = Nicolai Botrontinensis relatio de Henrici septimi imperatoris itinere Italico, éd. J. Fr. Böhmer, Fontes Rerum Germanicarum, I, Stuttgart, 1843, p. 69-137.

Niederstätter 2004 = A. Niederstätter, Österreichische Geschichte 1278–1411. Die Herrschaft Österreich. Fürst und Land im Spätmittelater, Vienne, 2004.

Schötter 1865 = J. Schötter, Johann, Graf von Luxemburg und König von Böhmen, Luxembourg, 1865.

Schwennicke 1998 = D. Schwennicke, Europäische Stammtafel. (Neue Folge), I/1, Die Kaiser und Könige aus dem Hause Luxemburg), Francfort-sur-le-Main, 1998.

Skorka 2015 = R. Skorka, Fehérvár az interregnum időszakában [Székesfehérvár pendant l’interrègne], dans E. Bekő, K. Orosz (dir.), In Medio regni Hungariae. Régészeti, művészettörténeti és történeti kutatások « az ország közepén », Budapest, 2015, p. 361-373.

Solymosi 2012 = L. Solymosi, Egy tévedés nyomában. Szent László király somogyvári temetésének legendája [À la recherche d’une erreur. La légende de la sépulture du roi saint Ladislas à Somogyvár], dans P.-A. Illés, A. Juhász-Laczik (dir.), Örökség és küldetés. Bencések Magyarországon, I-II, Budapest, 2012, I, p. 151–171.

Wenck 2015 = C. Wenck, Clemens V. und Heinrich VII. Die Anfänge des französischen Papsttums, Paderborn, 2015 (rééd.).

Zsoldos 2013 = A. Zsoldos, A magyar király és főpapjai a vienne-i zsinat évtizedében [Le roi et le haut clergé de Hongrie dans la décennie du concile de Vienne], dans M. Maróth (dir.), Peritia Linguarum. A vienne-i zsinat és a nyelvek oktatása, Piliscsaba, 2013, p. 213-224.

Haut de page

Notes

1 Les recherches de l’auteur ont été soutenues par le Groupement de Recherches « Lendület » sur l’Histoire économique de la Hongrie Médiévale rattaché au Centre des Études de Sciences Humaines de l’Académie des Sciences de Hongrie, programme n° LP2015-4/2015 (MTA BTK « Lendület » Középkori Magyar Gazdaságtörténeti Kutatócsoport, LP2015-4/2015) et projet « L’atlas historique de villes de Hongrie » (Magyarország városainak történeti atlasza, n° K 116594).

2 Engel 1987, p. 613.

3 Ibid., p. 614.

4 Kerny 1989, p. 159. Pour ce qui est de la sépulture supposée de saint Ladislas à Somogyvár, voir Solymosi 2012.

5 Bácsatyai 2015, p. 273-280, 282-285.

6 Kerny 2006, p. 475.

7 Kerny 1989, p. 164.

8 Fedeles 2012, p. 171 ; Kerny 1987, p. 355.

9 Kerny 1987, p. 355.

10 Sa première épouse, Marie († 1317), ainsi que ses deux fils mineurs, Charles († 1321) et Ladislas († 1329), furent ensevelis à Székesfehérvár. Engel 1987, p. 614.

11 Schwennicke 1998, tableau n° 82.

12 Hönsch 1996, p. 15.

13 Wenck 2015. p. 140-145.

14 Schötter 1865, p. 49.

15 Wenck 2015, p. 147-148.

16 Wenck 2015, p. 148-149.

17 Clémence était la fille de Rodolphe Ier de Habsbourg, roi des Romains, l’épouse de Charles Martel et la mère de Charles Ier de Hongrie. Sur la prise du comté de Provence par les Angevins, voir Kiesewetter 1999, p. 59.

18 Wenck 2015, p. 149.

19 Sur la descente d’Henri en Italie et sur son couronnement (daté par erreur du 29 juin 1311), voir Dümmerth 1982, p. 142-143.

20 Nicolaus Botrontinensis 1843, p. 107.

21 Böhmer 1844, p. 301, n° 482.

22 Böhmer 1844, p. 301, n° 483.

23 Böhmer 1844, p. 303, n° 495.

24 Böhmer 1844, p. 304, n° 504 et 505, p. 306 n° 525, p. 310, n° 562.

25 Nicolaus Botrontinensis 1843, p. 125.

26 Böhmer 1844, p. 310, n° 563, p. 311 n° 564.

27 Schötter 1865, p. 137.

28 Engel 2003.

29 Engel 2003, p. 340-341 ; Engel 1989, p. 91.

30 Il y a des circonstances dans les années 1301-1310 où le roi, pour sa sécurité personnelle, évita de quitter sa résidence. Ainsi, en 1310, le voïvode de Transylvanie Ladislas proposa à Charles, qui résidait alors à Buda, de lui restituer la Sainte Couronne, indispensable à un « vrai » couronnement royal, s’il venait en Transylvanie avant le 1er juillet. Charles déclina l’offre. Skorka 2015, p. 369.

31 Engel 2003, p. 348.

32 Ibid., p. 326.

33 Officier royal chargé par le roi d’exercer les fonctions publiques dans un comitat.

34 Sur les détails de la campagne de 1317 contre Borsa le Chauve, voir Eugol 2003, p. 344.

35 Engel ne mentionne ni l’archevêque de Kalocsa, ni l’évêque de Győr. Leur présence est attestée par le manuscrit des Archives Nationales de Hongrie, MNL DL 50657.

36 Sur l’implication de ces personnages, voir ibid.

37 Concernant la campagne de 1317 contre Matthieu Csák, voir Engel 2003, p. 346.

38 Knauz 1874-1999, vol. II, p. 744-746.

39 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 170-181.

40 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 163-164.

41 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 165.

42 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 169.

43 Skorka 2015, p. 368.

44 Notamment Thomas, archevêque d’Esztergom, les évêques Jean de Nitra, Martin d’Eger, Augustin de Zagreb, Benoît de Cenad/Csanád et Nicolas de Győr.

45 Zsoldos 2013, p. 216 ; Skorka 2015, p. 368.

46 Concernant les assemblées générales réunies sous André III, voir Gerics 1987, p. 299.

47 Niederstätter 2004, p. 123.

48 Sur l’itinéraire de Charles, voir Engel 2003, p. 361-374, notamment p. 364.

49 Loserth 1875, p. 364. Sur la campagne de Jean en 1315, voir Kristó 1988, p. 42-45.

50 Niederstätter 2004, p. 123-124.

51 Schötter 1865, p. 214.

52 Fejér 1828-1844, vol. VIII/2, p. 203.

53  Nec longo post per nuntios solempnes regis Karoli haec tenella puella in metis Moraviae et Ungariae reverenter suscipitur. Loserth 1875, p. 400.

54 MNL DL 36430. La charte délivrée à Buda le 29 juin dans laquelle Étienne, évêque de Veszprém, transcrit le même échange de biens confirme le lieu d’émission de la charte royale précédente. Fejér 1828-1844, vol. VIII/7, p. 121-122.

55 Engel 2003, p. 349.

56 MNL DL 40374.

57  Kristó 1990-2015, vol. V, p. 87, n° 200.

58 Gerics 1987, p. 299.

59 Loserth 1875, p. 400.

60 MNL DL 76246.

61 Seuls les lieux de séjour de Charles sont connus mais ils sont probablement identiques à ceux de Béatrice. Au cours de l’année 1319, le roi séjourna manifestement à Timişoara du 3 au 24 janvier, du 8 mars au 13 juillet, puis du 2 octobre au 27 décembre. Engel 2003, p. 365.

62 Iohannis Długossi 1711, p. 975.

63 Marcius 1867, p. 112.

64 Eodem anno ecclesiam beatae Virginis Albensem, quae frequenter incendio vastabatur, incepit rex tegere plumbeis tegumentis, et cum gloriosa testudine decorare, insuper etiam columpnis firmissimis stabilire. Ibid.

65 Sur la reconstruction en style gothique de la basilique de Székesfehérvár, voir Biczó 2011, p. 139-140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renáta Skorka, « De Luxembourg à Oradea. Histoire de la reine Béatrice de Hongrie », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3663 ; DOI : 10.4000/mefrm.3663

Haut de page

Auteur

Renáta Skorka

Académie des sciences de Hongrie, skorka.renata@btk.mta.hu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals