Navigation – Plan du site
Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)

Les églises réginales dans la Hongrie angevine

Gergely Kiss

Résumés

L’étude présente est le fruit d’un ensemble d’observations singulières qui ont surgi au cours de recherches portant sur le statut privilégié des églises royales en Hongrie au Moyen Âge. Fait surprenant, un groupe d’établissements ecclésiastiques reliés institutionnellement à la reine bénéficiait du privilège d’exemption. Ces établissements se répartissent en plusieurs types : on trouve parmi eux aussi bien des collégiales que des chapelles (ou paroisses), ainsi peut-être qu’une communauté de religieuses bénédictines. Le propos consiste à mettre à l’épreuve des sources l’hypothèse suivante : la conjonction entre le statut privilégié de ces églises et leur caractère réginal est-elle à l’origine de leur conformité par rapport au modèle que fournissaient les églises royales exemptes ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce travail de recherche a bénéficié du soutien de l’Office National du Développement de la Recherch (...)
  • 2 Kiss 2013 ; Kiss 2015.

1Les églises royales exemptes, que l’on assimilera à titre d’hypothèse aux églises réginales, ont fait l’objet de plusieurs études récentes1. Elles ont tenté d’appréhender entre autres l’évolution et les caractères particuliers du statut juridique de ces églises. Les deux éléments constitutifs de ce statut sont d’une part le caractère royal, d’autre part la juridiction de l’archevêque d’Esztergom2. L’objectif de la présente contribution est de déterminer si les églises de la reine se distinguaient ou non sur ce plan des églises du roi.

  • 3 À savoir : Clémence de Hongrie, épouse de Louis le Hutin et sœur de Charles Ier de Hongrie ; Cather (...)

2Pour les besoins du propos, je décrirai d’abord l’évolution du statut juridique des établissements en question. J’examinerai le rôle de leur personnel ainsi que les particularités de l’époque angevine, avant de détailler la situation de chaque église. Ce détour préliminaire est nécessaire pour une raison bien simple : les princesses angevines se greffèrent sur un paysage institutionnel préexistant qu’elles ne transformèrent que très timidement. Ceci pour une raison bien simple : en dehors de la reine-mère Élisabeth, la dernière épouse de Charles Ier, et de Marie, la fille de Louis Ier, la majorité vécut principalement hors du pays3.

Les prémices arpadiennes

  • 4 Il s’agit d’une charte du chapitre de Veszprém (1er août 1296) dans laquelle celui-ci accepte que c (...)
  • 5 Kiss 2013, p. 32.

3Le statut privilégié des églises royales, notamment l’exemption, remonte à l’époque des Árpáds. Les premiers éléments repérables, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, concernent le personnel ecclésiastique de la cour royale, notamment le prévôt de celle-ci. La notion d’« église royale » regroupait différents types d’institutions ecclésiastiques. À l’extrême fin du XIIIe siècle, elle fut employée en tant que synonyme de « chapelle royale » (ou réginale), laquelle jouissait de l’exemption de la juridiction de l’ordinaire et de la soumission immédiate à celle de l’archevêque d’Esztergom4. C’est dans ce contexte que, pour la première fois, la « chapelle (ou église) réginale » est indiquée comme une institution privilégiée5.

  • 6 Zsoldos 2005, p. 91-92.
  • 7 La curia désignait la cour officielle concentrant les fonctions administratives tandis que le domus(...)
  • 8 Zsoldos 2005, p. 120-121.

4À ce stade se pose la question de savoir ce qui distinguait celle-ci de son pendant masculin, si l’on peut dire, l’église royale. Les recherches portant sur les cours et les résidences des reines arpadiennes peuvent fournir des indices. Parmi les lieux d’établissement des chartes réginales et les lieux de résidence des reines, la zone appelée medium regni est largement surreprésentée. Les reines affectionnaient visiblement le triangle composé d’Esztergom, de Buda et de Székesfehérvár, au détriment des résidences plus rurales (Segesd, Vizsoly, ou Újhely)6. Et à l’intérieur de celui-ci, elles préféraient Buda, Visegrád et la Grande Île (Magna Insula, aujourd’hui Csepel). Parmi les officiers de la double cour des reines7 se trouvaient des clercs « spéciaux », chapelains et notaires (clericus specialis, capellanus, notarius). Certains accomplissaient des tâches administratives tandis que d’autres assuraient la célébration des offices divins8.

  • 9 Zsoldos 2005, p. 122.

5La cour réginale ne différait guère apparemment de celle du roi par ce double caractère de curia institutionnelle et d’aula résidentielle, qui faisait qu’elle comptait des clercs rendant un service à la fois administratif et spirituel. Au reste, la cour du roi servait de modèle à celle des reines, qui était une sorte d’annexe de la cour royale. Les deux cours se partageaient d’ailleurs pour une grande part le même personnel9. Malheureusement les sources se rapportant aux églises réginales et à leur statut juridique sont très sporadiques à l’époque arpadienne, contrairement au XIVe siècle qui bénéficie d’une abondance relative en termes de qualité comme de quantité. L’hétérogénéité des établissements révèle malgré tout une origine bien antérieure.

Les monastères féminins

  • 10 Jankovich 1959, p. 73 ; Györffy 1952-1953, p. 328. 1212 : Nagy et alii 1876-1891, vol. VIII, p. 15, (...)
  • 11 MNL DL 3443 ; Tasnádi Nagy 1878-1920, vol. II, p. 205 ; Lukcsics 1923, p. 12 et 14 ; MNL DL 5155. L (...)
  • 12 MNL DL 5155 ; Lukcsics 1923, p. 12, 81, n° 20, p. 88, n° 32, p. 21, 88, n° 34 ; MNL DL 11198 ; Frak (...)
  • 13  La transformation devint inévitable à cause de la vie scandaleuse que menaient les moniales. MNL D (...)
  • 14 Sur l’importance de ces listes rédigées entre 1389 et 1513, voir Kiss 2013, p. 33-38 et Kiss 2015, (...)
  • 15 MNL DF 237 361 ; MNL DF 279 024 ; Zimmermann – Werner 1892-1981, vol. III, n° 1448, Zusatz 1 (14 no (...)

6Les communautés monastiques, notamment féminines, sont très peu représentées parmi les établissements privilégiés. Des cinq couvents de moniales bénédictines de Hongrie, un seul semble avoir bénéficié d’une exemption : Apácasomlyó. Cette fondation royale du XIe siècle10 a connu une situation critique à partir du tournant des XIIIe et XIVe siècles. L’aide et la médiation de la famille royale, tout particulièrement celles de la reine Élisabeth, permirent à la communauté de se réorganiser dans les années 133011. Malgré la reprise du patronage royal, la tentative échoua. Après des désordres internes12, le monastère fut finalement transféré aux religieuses de Prémontré de Szeged en 1511-151213. L’accomplissement du transfert sous la juridiction de l’archevêque d’Esztergom, qui ignora celle de l’ordinaire, l’évêque de Veszprém, traduit le statut antérieur de l’établissement. Cet indice coïncide avec les informations fournies par les listes exhaustives répertoriant les établissements ecclésiastiques de toutes sortes soumis à la juridiction de l’archevêque d’Esztergom14. Curieusement, peut-être suite à une nouvelle transformation, le monastère d’Apácasomlyó y est répertorié parmi les paroisses15.

Les collégiales de Dömös et Óbuda

  • 16 Knauz et alii 1874-1999, vol. I, p. 209-210 ; Gárdonyi 1936, p. 13-14 ; Fraknói – Lukcsics 1896-189 (...)
  • 17  Theiner 1859-1860, vol. I, p. 476 ; Kristó et alii, 1990-, vol. VI, p. 335. Voir aussi Thoroczkay (...)
  • 18 Theiner 1859-1860, vol. I, p. 504. Voir Thoroczkay 2012, p. 426.
  • 19 Kiss 2013, p. 75-77 ; Kiss 2015, note 28.

7La collégiale de Dömös est une fondation relativement tardive des rois de Hongrie. Elle illustre la tradition archaïque selon laquelle des institutions ecclésiastiques rendant un service spirituel à la dynastie naissaient du réaménagement d’anciennes cours royales. Elle jouissait d’un statut d’exemption depuis le début du XIIIe siècle16. Cela ne l’empêcha pas de subir une marginalisation au début du XIVe siècle. Deux facteurs y contribuèrent : des perturbations économiques et militaires d’une part, la préférence des membres de la famille royale pour des résidences plus proches de Buda (medium regni), d’autre part. Dans ce déclin, les années 1320 constituent une rupture. La collégiale entra alors dans les préoccupations de Charles Ier d’Anjou et de sa sœur, Clémence d’Anjou, l’épouse de Louis X le Hutin. Le roi de Hongrie tenta de stabiliser la situation de la collégiale en la rattachant à celle d’Óbuda qui était une résidence réginale in statu nascendi17. Clémence fit conférer le bénéfice de prévôt au chapelain Simon18 – ce qui montre les relations étroites entre cette église royale et la princesse angevine. Ce lien ne parvint pas à entraver le déclin de la collégiale de Dömös, maintes fois transformée au cours du XVe siècle19.

  • 20 Kiss 2013, p. 79-80, en prenant en considération les critères d’exemption du bas Moyen Âge.
  • 21 Kiss 2013, p. 77-79.
  • 22 Le roi Charles Ier fut obligé jusqu’en 1323 de tenir sa cour à Timișoara / Temesvár pour des raison (...)
  • 23  DL 3551 ; Kristó et alii 1990-, vol. IV, p. 297 ; Kumorovitz 1966, p. 9 et note n° 4. Cf. : Szende(...)
  • 24 Kiss 2013, p. 121.
  • 25  Gerevich 1973, vol. II, p. 11 ; Bártfai Szabó 1935 p. 8-14 ; Knauz et alii 1874-1999, vol. II, p.  (...)
  • 26 Bossányi 1918, vol. I, t. 2, p. 381, 400, 411, 421 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. II, p. 128  (...)
  • 27  Theiner 1859-1860, vol. II, p. 5 ; Bossányi 1918, vol. II, n° 274-275 ; Kumorovitz 1966, p. 9-10 e (...)

8Fondée par le roi Pierre Orseolo vers 1040, la collégiale d’Óbuda, fait partie des établissements ecclésiastiques dont le statut d’exemption se stabilisa autour de 120020. De plus, la collégiale bénéficiait de la proximité immédiate de la résidence royale à partir des années 1210. L’invasion mongole a brusquement interrompu cet essor, détruisant les bâtiments de la collégiale21. Le sort d’Óbuda semblait scellé dans les années 1320, où la cour royale séjournait principalement à Visegrád, avant de revenir à Buda22 – deux places fortes construites pour raisons défensives après l’invasion mongole. C’est à ce moment-là que la reine Élisabeth intervint. À partir du milieu des années 1330, elle se lança dans un projet de reconstruction de l’ensemble que formaient le château royal et la collégiale d’Óbuda. L’ancienne église Saint-Pierre fut démolie et remplacée par une nouvelle basilique, dédiée à la Vierge. En 1343, un an après la mort de Charles Ier, son fils Louis Ier céda le castrum d’Óbuda à sa mère23. La veuve fit construire un complexe religieux comportant une chapelle privée (Saint-Jacques) intégrée au bâtiment de la forteresse24 et une collégiale25. Cette dernière fut achevée en 1348-1349, lorsqu’Élisabeth obtint du pape Clément VI une série d’indulgences pour la consécration de son église26. Toutefois, la présence de la reine provoqua des conflits avec les chanoines, qui aboutirent à la division de la ville d’Óbuda en deux secteurs en 1355, la partie appartenant à la collégiale se trouvant dès lors séparée de celle de la résidence réginale27. La collégiale ne fut néanmoins pas mise à l’écart après ce partage, comme le montre l’histoire juridique des chapelles évoquées plus loin.

Chapelles et églises paroissiales

  • 28 Kiss 2013, p. 86-87.

9Les listes dressées entre 1389 et 1513 répertorient, entre autres, des « chapelles-églises paroissiales ». Elles se composent d’une part des chapelles de fondation royale privée et d’autre part des chapelles résidentielles, caractéristiques des XIVe-XVe siècles28.

  • 29 Kiss 2013, p. 94-95 ; Szende 2009, p. 334.
  • 30 MNL DL 11384 ; Rupp 1868, p. 118-119 ; Györffy 1997.

10Parallèlement au développement de la résidence d’Óbuda, deux chapelles plus étroitement liées au roi, situées à Buda et Visegrád, connurent un vif essor. Ajoutées à la première, elles constituaient un véritable paysage résidentiel pour la reine Élisabeth, même si les deux dernières apparaissent comme des annexes de la résidence royale. La chapelle Saint-Martin de Buda était à l’origine une fondation royale, née de l’initiative des derniers souverains arpadiens – ou peut-être de celle de Charles Ier d’Anjou. Sa veuve a étendu son importance à l’intérieur du bâtiment appelé Kammerhof, qui lui servait de résidence. Elle sollicita elle-même du pape en 1349 des lettres d’indulgence pour cette chapelle29. Cependant, autant la résidence d’Óbuda croissait, autant la présence de la reine-mère se raréfiait à Buda. Ce déclin conduisit en 1382 le roi Louis Ier à transférer cette chapelle aux Ermites de Saint Paul de Budaszentlőrinc, qui conclurent ensuite en 1413 un échange avec Hermann de Cilli30. Preuve du relâchement des liens de la chapelle Saint-Martin avec la cour et de son recul, elle ne figure dans aucune liste d’institutions exemptes des années 1389-1513.

  • 31 Bossányi 1918, vol. II, n° 412 ; Kumorovitz 1963, p. 114-115 et note n° 49.
  • 32 Bunyitay et alii 1902-1912, vol. I, n° 411 ; Kiss 2013, p. 95-98.

11Une autre chapelle de Buda, dédiée à la Vierge, située dans le palais royal, remplissait le rôle de chapelle résidentielle depuis sa fondation en 1366. Née de la volonté commune du roi Louis Ier et de sa mère Élisabeth31, elle fut transformée par la suite en collégiale (Saint-Sigismond) par Sigismond de Luxembourg, ce qui confirme sa vocation de chapelle résidentielle du roi. Absente des listes de 1389-1513, elle était néanmoins exempte, d’après une source de 152832.

  • 33 Kiss 2013, p. 125-126.
  • 34  1338 : DF 207157 ; Erdélyi – Sörös 1902-1916, vol. VIII, p. 310 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vo (...)
  • 35 Kiss 2013, p. 127.

12Le transfert de la cour royale à Visegrád par Charles Ier d’Anjou en 1323 marque le point de départ de la création des chapelles-paroisses. Le problème est qu’on peine parfois à les distinguer des institutions ecclésiastiques préexistantes. La paroisse de la Vierge, antérieure à l’installation des Angevins à Visegrád, faisait partie des paroisses ayant occasionné de graves conflits de juridiction depuis la fin du XIIIe siècle entre l’évêque de Veszprém, l’archevêque d’Esztergom et le curé local. Ils débouchèrent sur une stabilisation de l’exemption de cette paroisse, qui était à l’origine une chapelle royale33. Elle resta en relations étroites avec la cour angevine de Hongrie. En 1325, le curé Jean est mentionné comme étant à la fois chapelain spécial du roi et de la reine34. Les répertoires des églises royales exemptes établis dans les années 1389-1513 mentionnent cette paroisse35.

  • 36 Kiss 2013, p. 126.
  • 37 Il n’est pas surprenant qu’elle soit décrite comme en ruines en 1424-1425. Lukcsics 1938, vol. I, p (...)
  • 38 Mészáros 2009, p. 51, doc. n° 60. Voir Érszegi 1992. L. Bernát Kumorovitz l’a localisée : Kumorovit (...)
  • 39  Mészáros 2009, p. 51, doc. n° 59 ; Bossányi 1918, vol. II, p. 251 et n. 1 ; Fraknói – Lukcsics 189 (...)

13La chapelle Saint-Jean-Baptiste, née autour de 1325, servait indiscutablement de chapelle résidentielle. Située dans le palais royal de Visegrád, elle était desservie par des membres de la chapelle royale – plusieurs comites capelle se recrutaient parmi les chapelains de Saint-Jean-Baptiste. Pourtant, elle n’est plus mentionnée à partir de la fin des années 1330. Sans doute d’autres institutions assumèrent-elles ses fonctions antérieures36. La chapelle Saint-Georges devint rapidement excentrée par la transformation du complexe palatial sous Sigismond de Luxembourg37. Enfin, une troisième chapelle, fondée par la veuve Élisabeth peu avant 1360, se trouvait dans la résidence réginale de Visegrád et reçut des indulgences en 136638 (voire en 136039). Cela montre la volonté d’Élisabeth de créer des institutions affectées à son propre service spirituel.

  • 40 Sasad était l’une des chapelles-paroisses qui entrèrent en conflit avec l’évêque de Veszprém avec l (...)
  • 41 Kiss 2013, p. 119-120 ; Kiss 2015, Tableau 2. Voir Szende 2009, p. 336-337.

14La petite ville actuelle de Segesd, dans le comitat de Somogy, était un centre de gouvernement séculier et ecclésiastique dès le début des l’époque arpadienne. Les fortifications avaient rendu possible l’aménagement d’un archidiaconé. Après les possessions royales et ducales, Segesd devint le centre de gestion des biens fonciers des reines par concession d’Étienne V (1270-1272). De ces mêmes années date la première mention de l’archidiaconé. Il renvoie sans aucun doute à une chapelle royale, dont le statut privilégié occasionna en 1216 une querelle de juridiction entre l’archevêque d’Esztergom et l’évêque de Veszprém : le premier a tenté de faire valoir ses prérogatives au détriment de l’ordinaire. Le tournant des XIIIe-XIVe siècles correspond à une période difficile, suivie d’une reconstruction soutenue activement par la famille royale. Cette reconstruction permettait aussi de rétablir le statut privilégié de l’église de Segesd. Il en sortit dans les années 1310-1320 une succession de litiges appelée « procès de dîme de Sasad »40. Signe de stabilisation de son statut privilégié, Sasad figure sur les listes de 1389-1513 répertoriant les églises royales exemptes41. La mention d’un « comitat de Segesd » – qui était un regroupement des biens fonciers de la reine permettant d’éviter toute référence à une circonscription – était en relation manifeste avec l’évolution de cette exemption.

Les chapelles-paroisses satellites (Fehéregyház, Galambok, Komár, Aranyos)

15Cette relation n’est pas aussi évidente à propos d’autres chapelles-paroisses de fondation royale. Celles-ci pouvaient malgré tout profiter, dans certains cas, de la médiation des institutions privilégiées déjà mentionnées. La construction de la résidence de la reine-mère Élisabeth à Óbuda influa fortement sur ce processus.

  • 42 L’abbaye bénédictine de Pécsvárad, qui obtint par donation royale une ancienne chapelle appelée éga (...)
  • 43 MNL DF 237414 ; Wenzel 1863-1874, vol. X, p. 248-250 ; Knauz et alii 1874-1999, vol. II, p. 390-391 (...)
  • 44 Le procès portait sur quatre paroisses : Segesd, Lövöld, Sasad et Örs. Bónis 1971 ; Jankovich 1959,(...)
  • 45 Gárdonyi 1936, vol. I, p. 104 ; Jankovich 1959, p. 67 ; Zolnay 1963, p. 85 ; Gerevich 1973, vol. II (...)
  • 46 Kiss 2013, p. 103-105 ; Kiss 2015, Tableau 2.

16L’église paroissiale de Fehéregyház – comme la désignent les sources à partir de la fin du XIIIe siècle – tire son origine de la chapelle d’une ancienne résidence royale42. Ensuite, bien que la date exacte de l’événement ne soit pas connue, elle fut incorporée à la collégiale d’Óbuda dont le prévôt devait assurer les offices divins. Fehéregyház passait ainsi sous le contrôle de la collégiale. Elle en tira visiblement profit à partir des environs de 1300. C’est à ce moment que l’incorporation et le statut privilégié se combinèrent. Fehéregyház est mentionnée parmi les paroisses (dites « églises royales et réginales ») qui refusèrent la juridiction de leur ordinaire en 1296 pour se placer sous celle de l’archevêque d’Esztergom43. Elle faisait également partie des paroisses attachées à l’exemption durant le « procès de dîme de Sasad » dans les années 1310 à 132044. Le développement de la résidence de la reine (veuve) Élisabeth à Óbuda opéra un changement décisif. Suite au partage d’Óbuda (1355) entre la collégiale et la reine, Fehéregyház devint la paroisse de la résidence réginale45. Elle avait d’ores et déjà le statut de son église-mère. L’incorporation accentua son exemption, attestée par des actes du XIVe siècle et les inventaires d’églises royales privilégiés dressés dans les années 1389-151346.

  • 47 Kiss 2013, p. 106 et 107 ; Kiss 2015, Tableau 2.
  • 48 Kiss 2013, p. 87.

17Deux autres églises du comitat de Zala partageaient la même situation. Galambok et Komár étaient à l’origine attachées à l’abbaye bénédictine de Zalavár. Des changements importants étaient survenus avec l’installation d’hospites. De plus, la présence des iobagiones castri de Zala, serviteurs du roi, contribua à donner un statut privilégié aux deux églises paroissiales. Les hôtes et les serviteurs appartenaient aux domaines royaux locaux, ce qui explique l’évolution du statut juridique des églises de Galambok et de Komár. Elles apparaissent dans l’acte de division d’Óbuda entre la collégiale et la reine Élisabeth. Cette dernière offrit alors ces domaines de Galambok et Komár à la collégiale en échange des secteurs de la ville cédées par la collégiale. Leur statut se trouva ainsi conforté, comme en témoigne leur présence sur les listes de 1389-151347. Dernier exemple de chapelles-paroisses satellites : l’église d’Aranyos, présente également sur les listes précédentes sans doute parce qu’elle fut annexée dès le milieu du XIIIe siècle au complexe réginal de Segesd48.

Les chapelles-paroisses dispersées (Keszi, Pápa, Lampertszász, Szőllős, Magna Insula)

  • 49 Bakács 1982, n° 474, 763 ; MNL DF 200221 ; Kumorovitz 1953, n° 552.
  • 50 Kiss 2013, p. 107-108 ; Kiss 2015, Tableau 2.

18D’autres chapelles-paroisses entretenaient des relations plus limitées, voire éphémères avec les reines. L’église de Keszi dispose d’un seul signe de ces liens : la sentence du procès de 1296 déjà mentionnée qui rétablit la juridiction de l’archevêque d’Esztergom sur les églises royales et réginales, en particulier sur celle d’Örs, Sasad, Csík, Keszi, Szentjakab et Fehéregyház. Cependant, les données des années 1330-1360 contredisent ce statut privilégié en (r)établissant la juridiction de l’ordinaire, l’évêque de Veszprém49. Les répertoires d’églises royales exemptes de 1389-1513 mentionnent Keszi. Difficile d’expliquer ces incohérences autrement que par la fragilité des liens avec la cour réginale50.

  • 51 Par exemple : MNL DL 87178 (1345) ; Kristó et alii 1990-, vol. V, p. 102 (1347) ; Kubinyi 1994, p.  (...)
  • 52  Kubinyi 1994, p. 84 ; Horváth 2010.
  • 53 Kiss 2013, p. 115-116 ; Kiss 2015, Tableau 2.

19Un cas similaire est celui de la paroisse de Pápa, fondée aux XIe–XIIe siècles sur un ensemble de possessions royales. Les relations étroites avec les rois et les reines, attestées à plusieurs reprises à l’époque arpadienne, se poursuivirent au XIVe siècle51. C’était crucial pour le maintien du statut juridique privilégié dont jouissait la paroisse de Pápa, même après le tournant des années 1300, où les domaines royaux furent donnés à la famille de Gara, qui en fit un véritable centre de ses seigneuries52. Malgré ces changements, Pápa comptait toujours parmi les églises royales exemptées selon les listes de 1389-1513, en référence probablement à sa fondation royale53.

  • 54 Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533 ; MNL DL 314 ; Fejér 1828-1844, vol. IV, t. 1, p. 455-457 ; Szent (...)
  • 55 MNL DF 209 901 ; Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533 ; Szűcs 1993, p. 10 et note n° 51.
  • 56 Kristó et alii 1990-, vol. VII, p. 602 ; Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533.
  • 57 MNL DL 56 614 ; Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533.
  • 58 MNL DL 10 817 ; Kumorovitz 1963, p. 112 et note n° 29 ; Kiss 2013, p. 109-110.
  • 59 Kiss 2013, p. 109-110 ; Kiss 2015, Tableau 2.

20La paroisse de Lampertszász (ou Beregszász) pose moins de problèmes. La communauté des hospites saxons obtint une charte de libertés en 1247 du roi Béla IV (1235-1270), qui lui accordait la libre élection du curé et la juridiction spirituelle de l’archevêque d’Esztergom54. Elle est également mentionnée en 1284 sur la liste des paroisses soustraites à la juridiction de l’évêque d’Eger, ordinaire du lieu55. Lampertszász est qualifiée par ailleurs de « ville réginale » en 133756. Le curé Michel répondit alors à l’ordre de l’archevêque d’Esztergom de citer à comparaître le curé de Szőllős, qui était une paroisse royale57. En 1418, le curé de Lampertszáz, Jean fut le témoin d’un acte dressé à Buda, dans la chapelle Sainte-Vierge réorganisée en collégiale Saint-Sigismond, qu’il signa en tant que comes capelle regis : son église-mère appartenait à la « chapelle royale », organisation d’églises exemptes étendue au royaume entier58. Il n’est donc point surprenant de voir la paroisse de Lampertszász sur les listes de 1389-151359.

  • 60 MNL DL 56 614 ; Tasnádi Nagy 1878-1920, vol. III, p. 322.
  • 61 MNL DF 209 901.
  • 62 Jankovich 1959, p. 72-73.
  • 63 Kiss 2013, p. 121-122 ; Kiss 2015, Tableau 2.

21J’ai déjà cité l’acte judiciaire de 1337 par lequel le curé de Szőllős fut cité par son homologue de Lampertszász, le curé Michel60. Cette même paroisse figure également en 1284 parmi les églises soustraites à la juridiction de l’évêque d’Eger61. De plus, il est manifeste que la communauté au service de laquelle la paroisse fut créée remontait à 1264, où des hôtes s’installèrent sur un domaine réginal62. Le statut privilégié de cette église se confirme par sa mention sur les listes de 1389-151363.

  • 64 Lieu connu aujourd’hui sous le nom Csepel-sziget (Île de Csepel), au sud de Buda, qui fait partie a (...)
  • 65 Kiss 2013, p. 112 ; Kiss 2015, Tableau 2.

22Pour terminer ce panorama, on exposera rapidement un exemple où le manque de conjonction avec une résidence royale ou réginale a clairement entravé la reconnaissance d’un statut privilégié. La Grande Île (Magna Insula64) faisait partie des complexes de domaines royaux et réginaux des alentours de Buda. Lorsque, après l’invasion mongole (1241-1242), la ville revêtit de plus en plus le caractère de résidence de la famille royale, nombre d’anciennes chapelles et paroisses établies sur des domaines royaux furent progressivement délaissées. Quelques-unes seulement (Keszi, Fehéregyház, Sasad, Örs) parvinrent à consolider leur statut privilégié grâce à leur position géographique favorable. Les églises paroissiales de la Grande Île se rangent dans la première catégorie. Malgré leur fondation sur des domaines royaux, elles ne purent résister à l’extension et au renforcement de la juridiction de l’évêque de Veszprém, leur ordinaire, dans la seconde moitié du XIIIe siècle. On comprend ainsi pourquoi les églises de Magna Insula ne figurent jamais sur les listes de 1389-151365.


  • 66 Voir Kiss 2015, paragraphe « La formation des prérogatives de l’archevêque d’Esztergom ».

23Quelle fut en définitive l’influence des princesses angevines de Hongrie sur l’évolution juridique des institutions ecclésiastiques privilégiées ? La notion d’« églises royales » regroupait depuis le tournant des XIIe-XIIIe siècles des institutions de diverse nature (abbayes bénédictines, collégiales, prieurés de Prémontré), auxquelles s’ajoute un autre facteur, à savoir leur identification aux chapelles royale et réginale, attestée pour la première fois en 1296. Le rôle des reines et des princesses dans cette évolution n’est guère facile à établir. Pour ce qui est de l’époque arpadienne, les sources ne sont pas suffisantes. Les princesses angevines impliquées dans ce processus sont peu nombreuses, on l’a constaté : seules Clémence de Hongrie et surtout Élisabeth, la dernière épouse de Charles Ier d’Anjou, se sont illustrées sur ce terrain. Néanmoins, on peut avancer qu’au XIVe siècle, la politique religieuse et résidentielle de la reine Élisabeth a permis une consolidation des institutions exemptes, notamment de celles qui – comme le monastère d’Apácasomlyó, la collégiale d’Óbuda, les chapelles-paroisses de Visegrád, Buda et Segesd – étaient reliées à des résidences nouvellement construites, ou à d’anciennes demeures héritées des Arpadiens. D’autres institutions bénéficièrent de la densification du paysage résidentiel de la reine-mère dans le medium regni. Ces institutions satellites, rattachées à celles du premier groupe, virent leur statut juridique se confirmer (Fehéregyház, Galambok, Komár, Aranyos), tandis que d’autres se trouvaient marginalisées par leur position géographique excentrée ou par l’incapacité de maintenir les relations avec la dynastie. Elles perdirent leur privilège en étant de nouveau soumises à la juridiction de l’ordinaire. Seuls résistèrent les rares institutions non reliées à une résidence réginale du medium regni, autrement dit disséminées dans le royaume, qui avaient encore des relations avec la reine-mère Élisabeth. Elles conservèrent leur statut même après les transferts de propriété survenus à la fin du XIVe siècle. La détermination des archevêques d’Esztergom à obtenir la reconnaissance de leurs prérogatives juridictionnelles joua enfin en leur faveur66.

24En définitive, l’évolution du statut privilégié des chapelles et paroisses royales ou réginales dispersées dans le royaume montre le poids de la tradition, puisque leur exemption remonte très certainement à l’époque des Árpáds. Mais c’est grâce à l’action d’Élisabeth qu’elles purent la pérenniser. Pour clore la question de l’influence des princesses angevines, on ne saurait trop souligner la part de la volonté qu’a eue Élisabeth de créer sa propre cour et ses propres résidences. Elle n’avait pas eu l’opportunité d’y parvenir sous le règne de son époux, Charles Ier d’Anjou. Mais après la mort de celui-ci, elle joua un rôle très actif en ce sens. Ses manœuvres diplomatiques et religieuses en Italie pour assurer le trône de Naples à son fils André, duc de Calabre, en 1343-1344 participaient du même élan que la construction de résidences réginales à Buda puis à Óbuda. Il continua lorsque la reine-mère se retira lentement des affaires angevines, comme en témoigne l’acte de partage de la ville d’Óbuda en 1355. Sa politique religieuse représente en tout cas un moment très favorable pour des institutions jusqu’alors passablement délaissées, qui purent jouir ainsi de leur statut privilégié pour de nombreuses décennies encore.

Les églises privilégiées à la fin du XIVe siècle ; encadré : les environs de Buda (© Béla Nagy).

Les églises privilégiées à la fin du XIVe siècle ; encadré : les environs de Buda (© Béla Nagy).
Haut de page

Bibliographie

Archives

MNL DF = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára, Mohács előtti gyűjtemény, Diplomatikai Fényképgyűjtemény [Archives Nationales de Hongrie, Collection Antemohácsiana, Département des photographies, Budapest]

MNL DL = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára, Mohács előtti gyűjtemény, Diplomatikai Oklevéltár [Archives Nationales de Hongrie, Collection Antemohácsiana, Département des chartes, Budapest].

Bibliographie

Bakács 1982 = I. Bakács, Iratok Pest megye történetéhez, 1002-1437 [Documents relatifs à l’histoire du comitat de Pest], Budapest, 1982 (Pest megy múltjából, 5)

Bártfai Szabó 1935 = L. Bártfai Szabó, Óbuda egyházi intézményei a középkorban [Les institutions ecclésiastiques d’Óbuda au Moyen Âge], Budapest, 1935.

Batthyany 1785-1827 = I. Batthyany (éd.), Leges ecclesiasticae regni Hungariae et provinciarum adiacentium, Albae-Carolinae-Claudiopoli, 1785-1827, vol. I-III. 

Bertalan – Altmann 1995 = V. Bertalan, J. Altmann, A középkori Óbuda [Óbuda au Moyen Âge], dans Cs. Kiss, F. Mócsy (dir.), Óbuda évszázadai, Budapest, 1995, p. 139-200.

Bossányi 1918 = Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, vol. I-II, Budapest, 1918.

Bónis 1971 = Gy. Bónis, A sasadi tizedper közjegyzői a XV. század derekán [Les notaires publics du procès de dîme de Sasad au milieu du XIVe siècle], Levéltári Közlemények, 42, 1971, p. 102-113.

Bunyitay et alii 1902-1912 = V. Bunyitay, R. Rapaics, J. Karácsonyi, F. Kollányi, J. Lukcsics (éd.), Egyháztörténeti emlékek a magyarországi hitújítás korából [Documents relatifs à l’histoire ecclésiastique de l’époque de la Réforme en Hongrie], vol. I-V, Budapest, 1902-1912.

Buzás – Mészáros 2008 = G. Buzás, O. Mészáros, A középkori Visegrád egyházainak régészeti kutatása [Recherches archéologiques sur les églises médiévales de Visegrád], Magyar Sion, 44, 2008, p. 71-104.

Buzás – Szőke 1992 = G. Buzás, M. Szőke, A visegrádi vár és királyi palota a 14-15. században [Le château et le palais royal de Visegrád aux XIVe-XVe siècles], dans J. Cabello (dir.), Castrum Bene. Várak a későközépkorban. Die Burgen im Spätmittelalter, Budapest, 1992, p. 132-145.

Erdélyi – Sörös 1902-1916 = L. Erdélyi, P. Sörös (dir.), A Pannonhalmi Szent-Benedek-rend története [Histoire de l’ordre de saint Benoît à Pannonhalma], vol. I-XII/B, Budapest, 1902-1916.

Érszegi 1992 = G. Érszegi, A Nagy Lajos-kori királyi kápolna kérdéséhez [Sur la chapelle royale à l’époque de Louis le Grand], dans J. Cabello, (dir.), Várak a későközépkorban. Die Burgen im Spätmittelalter (Castrum Bene 1990), Budapest, 1992, p. 94-100.

Fejér 1828-1844 = Gy. Fejér (éd.), Codex diplomaticus Regni Hungariae ecclesiasticus ac civilis, vol. I-XI, Buda, 1828-1844.

Fraknói – Lukcsics 1896-1898 = G. Fraknói, J. Lukcsics (éd.) Monumenta romana episcopatus Vespremiensis – A veszprémi püspökség római oklevéltára, vol. I-IV, Budapest, 1896-1898.

Gárdonyi 1936 = A. Gárdonyi (éd.), Budapest történetének okleveles emlékei [Recueil des chartes relatives à l’histoire de Budapest], vol. I (1148-1301), Budapest, 1936.

Gárdonyi 1937 = A. Gárdonyi, Az óbudai Fejéregyháza problémája [Le problème de Fejéregyház d’Óbuda], Történetírás, 1937, p. 3-23.

Gárdonyi 1944 = A. Gárdonyi, Magyarország középkori fővárosa [La capitale de la Hongrie médiévale], dans Századok, 78, 1944, p. 219-231.

Gerevich 1973 = L. Gerevich (dir.), Budapest története [Histoire de Budapest], vol. I-II, Budapest, 1973.

Györffy 1952-1953 = Gy. Györffy, A szávaszentdemeteri görög monostor XII. századi birtokösszeírása [La description des biens du monastère grec de Sremska Mitrovica / Szávaszentdemeter au XIIe siècle], dans A Magyar Tudományos Akadémia II. Osztályának Közleményei, 1, 1952, p. 352-362 et 2, 1953, p. 69-104.

Györffy 1987-1998 = Gy. Györffy (dir.), Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza [Topographie historique de la Hongrie à l’époque des Árpáds], vol. I-IV, Budapest, 1987-1998.

Györffy 1997 = Gy. Györffy, Pest-Buda kialakulása. Budapest története a honfoglalástól az Árpád-kor végi székvárossá alakulásig [La formation de Pest et de Buda. Histoire de Budapest de la conquête du bassin des Carpates à sa fonction de résidence du pouvoir à la fin de l’époque arpadienne], Budapest, 1997.

Horváth 2010 = R. Horváth, Pápától a pápáig. Garai-Szapolyai várbirtok változások Veszprém megyében a Mátyás-korban [De Pápa au pape. Changements des possessions castrales des familles Garai et Szapolyai dans le comitat de Veszprém sous le règne de Mathias Corvin], dans I. Hermann, B. Karlinszky (dir.), Megyetörténet. Egyház- és igazgatástörténeti tanulmányok a veszprémi püspökség 1009. évi adománylevele tiszteletére, Veszprém, 2010, p. 345-368.

Jankovich 1959 = M. Jankovich, Buda-környék plébániáinak középkori kialakulása és a királyi kápolnák intézménye [La formation des paroisses des alentours de Buda et l’institution des chapelles royales], Budapest régiségei, 19, 1959, p. 57-98,

Kiss 2013 = G. Kiss, Királyi egyházak a középkori Magyarországon [Les églises royales en Hongrie au Moyen Âge], Pécs, 2013.

Kiss 2015 = G. Kiss, Églises privilégiées et églises royales en Hongrie médiévale, dans Revue Mabillon, n. s. 26 [87], 2015, p. 29-57.

Knauz et alii 1874-1999 = F. Knauz, G. Dreska, G. Érszegi, A. Hegedüs, T. Neumann, K. Szovák, I. Tringli (éd.), Monumenta ecclesiae Strigoniensis, vol. I-IV, Esztergom-Budapest, 1874-1999.

Kollányi 1901 = F. Kollanyi (éd.), Visitatio capituli E. M. Strigoniensis anno 1397, dans Történelmi Tár, 1901, p. 71-106, 237-272.

Kristó et alii 1990- = Gy. Kristó et alii (éd.), Anjoukori oklevéltár. Documenta res Hungaricas tempore regum Andegavensium illistrantia, vol. I-, Budapest-Szeged, 1990-.

Kubinyi 1994 = A. Kubinyi, A középkori Pápa [Pápa au Moyen Âge], dans A. Kubinyi (dir.), Tanulmányok Pápa város történetéből a kezdetektől 1970-ig, Pápa, 1994, p. 75-124.

Kumorovitz 1953 = L.B. Kumorovitz, Veszprémi regeszták 1301-1387 [Relevés des documents relatifs à Veszprém 1307-1387], Budapest, 1953.

Kumorovitz 1963 = L.B. Kumorovitz, A budai várkápolna és a Szt. Zsigmond prépostság történetéhez [Contribution à l’histoire de la chapelle du château et de la collégiale Saint-Sigismond de Buda], Tanulmányok Budapest múltjából, 15, 1963, p. 109-151.

Kumorovitz 1966 = L.B. Kumorovitz, Idősb Erzsébet királyné építkezéseinek történetéhez [Contributions à l’histoire des constructions due à la reine Élisabeth], Tanulmányok Budapest múltjából, 17, 1966, p. 9-26.

Lukcsics 1923 = P. Lukcsics, A vásárhelyi apácák története [L’histoire des moniales de Vásárhely], Veszprém, 1923.

Lukcsics 1938 = P. Lukcsics (éd.), 15. századi pápák oklevelei [Les chartes des papes du XVe siècle], vol. I-II, Budapest, 1938.

Mályusz et alii 1951-2013 = E. Mályusz, I. Borsa, N.C. Tóth, T. Neumann, B. Lakatos (éd.), Zsigmondkori Oklevéltár [Les chartes du roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg], vol. I-XII, Budapest, 1951-2013.

Mészáros 2009 = O. Mészáros, A késő középkori Visegrád város története és helyrajza [Histoire et topographie de la ville de Visegrád au bas Moyen Âge], Visegrád, 2009.

Monumenta 1887-1891 = Monumenta Vaticana historiam regni Hungariae illustrantia. Vatikáni magyar okirattár, Series I, vol. I-VI, Budapest, 1887-1891.

Nagy et alii 1876-1891 = I. Nagy, I. Paúr, K. Ráth, D. Véghely, A. Ipolyi (éd.), Hazai okmánytár. Codex diplomaticus patrius, vol. I-VIII, Győr-Budapest, 1876-1891.

Rupp 1868 = J. Rupp, Buda-Pest és környékének helyrajzi története [Topographie historique des alentours de Buda et Pest], Pest, 1868 (réimpr. : Budapest, 1987).

Szende 2009 = L. Szende, Királynéi rezidenciák az Anjou-kori Magyarországon [Les résidences réginales en Hongrie à l’époque angevine], dans T. Körmendi, G. Thoroczkay (dir.), Auxilium historiae. Tanulmányok a hetvenesztendős Bertényi Iván tiszteletére, Budapest, 2009. p. 327-337.

Szentpétery – Borsa 1923-1987 = E. Szentpétery, I. Borsa (éd.), Regesta regum stirpis Arpadianae critico-diplomatica. Az Árpád-házi királyok okleveleinek kritikai jegyzéke, vol. I-II, Budapest, 1923-1987.

Szűcs 1993 = J. Szűcs, Sárospatak kezdetei és a pataki erdőuradalom [Les débuts de Sárospatak et les domaines forestiers de Patak], Történelmi Szemle, 35, 1993, p. 1-57.

Tasnádi Nagy 1878-1920 = Gy. Tasnádi Nagy (éd.), Codex diplomaticus Hungaricus Andegavensis. Anjoukori okmánytár, vol. I-VI, Budapest, 1878-1920.

Theiner 1859-1860 = A. Theiner (éd.), Vetera monumenta historica Hungariam sacram illustrantia, vol. I-II, Rome, 1859-1860.

Thoroczkay 2012 = G. Thoroczkay, A dömösi prépostság története alapításától I. Károly uralkodásának végéig [Histoire de la collégiale de Dömös de la fondation à la fin du règne de Charles Ier], dans Fons, 19, 2012, p. 409-433.

Wenzel 1863-1874 = G. Wenzel (éd.), Árpádkori új okmánytár. Codex diplomaticus Arpadianus continuatus, vol. I-XII, Pest-Budapest, 1863-1874.

Zimmermann – Werner 1892-1981 = Fr. Zimmermann, C. Werner (éd.), Urkundenbuch zur Geschichte der Deutschen in Siebenbürgen, vol. I-VII, Sibiu-Bucarest, 1892-1981.

Zolnay 1963 = L. Zolnay, « Opus castri Budensis ». A XIII. századi budai vár kialakulása [L’évolution du château de Buda au XIIIe siècle], dans Tanulmányok Budapest múltjából, 15, 1963, p. 43-107.

Zsoldos 2005 = A. Zsoldos, Az Árpádok és asszonyaik. A királynéi intézmény az Árpádok korában [Les Arpadiens et leurs épouses. L’institution réginale à l’époque arpadienne], Budapest, 2005 (Társadalom- és művelődéstörténeti tanulmányok, 36).

Haut de page

Notes

1 Ce travail de recherche a bénéficié du soutien de l’Office National du Développement de la Recherche et de l’Innovation (NKFIH NN 109690, MN 124763) ; l’auteur est membre du groupe de recherche MTA-DE « Lendület ». Magyarország a Középkori Európában Kutatócsoport.

2 Kiss 2013 ; Kiss 2015.

3 À savoir : Clémence de Hongrie, épouse de Louis le Hutin et sœur de Charles Ier de Hongrie ; Catherine, épouse d’Henri, duc de Schweidnitz ; Élisabeth, épouse du duc de Troppau, Bołesław ; Catherine et Hedwige, les deux filles de Louis Ier de Hongrie, la seconde étant devenue reine de la Pologne après son mariage avec Wladislas Jagellon ; Élisabeth, fille du frère de Charles Ier de Hongrie, Étienne d’Anjou, duc de Slavonie, qui épousa Philippe II de Tarente.

4 Il s’agit d’une charte du chapitre de Veszprém (1er août 1296) dans laquelle celui-ci accepte que certaines paroisses des alentours de Buda (Örs, Sasad, Csík, Keszi, Szentjakab, Fehéregyház) perçoivent la dîme due à l’archevêque d’Esztergom et se rendent au concile archiépiscopal. Parce qu’il fait allusion à toutes les églises royales et réginales, ce texte a valeur de règlement général : [...] cum iam dudum retroactis temporibus lis et controversia inter reverendum in Christro patrem et dominum nostrum B. episcopum et nos capitulum ecclesie Wesprimiensis ex una et discretos viros, videlicet Paulum de Urs, Mykounem de Sasad, Nicolaum de Chek, Johannem de Kazu, Dominicum de Sancto Jacobo et Petrum de Alba Ecclesia, ecclesiarum plebanos eiusdem dyocesis Wesprimiensis parte ex altera fuisset exorta et demum de novo suscitata super iure percipiendi decimas integras et visitacione concilii archiepiscopi Strigoniensis [...] cum ecclesia Strigoniensis hanc prerogativam ex privilegio et antiqua consuetudine prescripta habere dignoscatur, quod omnes ecclesie et capelle regales seu reginales, earumdem plebani et rectores plenas decimas in omnibus debeant percipere et habere et concilium archiepiscopi visitare [...]. MNL DF 237414 ; Knauz et alii 1874-1999, vol. II, n° 393.

5 Kiss 2013, p. 32.

6 Zsoldos 2005, p. 91-92.

7 La curia désignait la cour officielle concentrant les fonctions administratives tandis que le domus indiquait la cour résidentielle. Zsoldos 2005, p. 121-123.

8 Zsoldos 2005, p. 120-121.

9 Zsoldos 2005, p. 122.

10 Jankovich 1959, p. 73 ; Györffy 1952-1953, p. 328. 1212 : Nagy et alii 1876-1891, vol. VIII, p. 15, 133 ; Lukcsics 1923, p. 12, p. 53, n° 1, p. 77, n° 3, p. 78, n° 7 ; MNL DL 86886 ; Wenzel 1863-1874, vol. X, p. 260-262 ; Szentpétery – Borsa 1923-1987, n° 4154. Cette dernière charte fut transcrite la même année par l’archevêque d’Esztergom Lodomerius. Il précise qu’il confirme la disposition royale en tant que métropolitain. Lukcsics tenait ce document pour un faux. MNL DL 86885 ; Wenzel 1863-1874, vol. X, p. 275 ; Lukcsics 1923, p. 18, note 2, et p. 78, n° 8-9.

11 MNL DL 3443 ; Tasnádi Nagy 1878-1920, vol. II, p. 205 ; Lukcsics 1923, p. 12 et 14 ; MNL DL 5155. Le 21 septembre 1331, la reine Élisabeth prit la communauté sous sa tutelle et la plaça sous la protection de l’archevêque d’Esztergom. MNL DL 2682 ; Tasnádi Nagy 1878-1920, vol. II, p. 549-550 ; Lukcsics 1923, p. 12, n° 18, et p. 79, n° 14. Le 21 octobre 1332, le roi Charles Ier d’Anjou prit une disposition identique. Lukcsics 1923, p. 12, n° 18, et p. 80, n° 17 ; Fejér 1828-1844, vol. VIII, t. 3, p. 575.

12 MNL DL 5155 ; Lukcsics 1923, p. 12, 81, n° 20, p. 88, n° 32, p. 21, 88, n° 34 ; MNL DL 11198 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. III, p. 173.

13  La transformation devint inévitable à cause de la vie scandaleuse que menaient les moniales. MNL DL 2214 ; Lukcsics 1923, p. 35, 55-59, n° 8, p. 93, n° 52-55 ; MNL DL 22191. La disposition fut approuvée par le pape en 1512. Theiner 1859-1860, vol. II. p. 587 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. IV. p. 211-21 ; Lukcsics 1923, p. 94, n° 56 ; MNL DF 208243.

14 Sur l’importance de ces listes rédigées entre 1389 et 1513, voir Kiss 2013, p. 33-38 et Kiss 2015, notes n° 8-13. Il s’agit de deux bulles de Boniface IX (1389, 1400), d’un procès-verbal de visite du chapitre d’Esztergom (1397), d’une visite du vicaire de l’archevêque d’Esztergom Grégoire, évêque de Milkow (1449), d’une supplique de l’archevêque d’Esztergom (1454), des bulles de Pie II (1464) et de Léon X (1513). Références détaillées de ces documents à la note suivante. Apácasomlyó apparaît sur toutes ces listes, sauf sur celle de 1449.

15 MNL DF 237 361 ; MNL DF 279 024 ; Zimmermann – Werner 1892-1981, vol. III, n° 1448, Zusatz 1 (14 novembre 1389) ; Mályusz et alii 1951-2013, vol. I, n° 1221 ; Monumenta 1887-1891, vol. IV, p. 198-201 ; Visitatio capituli E. M. Strigoniensis anno 1397 : DF 237 946, fol. 17-52v ; Kollányi 1901 ; Batthyány 1785-1827, vol. III, p. 462-465, n° CX ; Lukcsics 1938, vol. II, n° 1340 ; MNL DF 249 044, DF 278 961, DF 279 024, DF 265 101 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. III, p. 173-174.

16 Knauz et alii 1874-1999, vol. I, p. 209-210 ; Gárdonyi 1936, p. 13-14 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. I, p. 35-36, et vol. IV, p. 305 ; MNL DF 230 073. Voir aussi Kiss 2013, p. 75-77 ; Thoroczkay 2012, p. 419.

17  Theiner 1859-1860, vol. I, p. 476 ; Kristó et alii, 1990-, vol. VI, p. 335. Voir aussi Thoroczkay 2012, p. 425.

18 Theiner 1859-1860, vol. I, p. 504. Voir Thoroczkay 2012, p. 426.

19 Kiss 2013, p. 75-77 ; Kiss 2015, note 28.

20 Kiss 2013, p. 79-80, en prenant en considération les critères d’exemption du bas Moyen Âge.

21 Kiss 2013, p. 77-79.

22 Le roi Charles Ier fut obligé jusqu’en 1323 de tenir sa cour à Timișoara / Temesvár pour des raisons de sécurité, en pleine guerre contre les oligarques. Après quoi il s’installa à Visegrád. Son fils Louis Ier quitta celle-ci en 1346 pour regagner Buda. Voir Szende 2009.

23  DL 3551 ; Kristó et alii 1990-, vol. IV, p. 297 ; Kumorovitz 1966, p. 9 et note n° 4. Cf. : Szende 2009, p. 335.

24 Kiss 2013, p. 121.

25  Gerevich 1973, vol. II, p. 11 ; Bártfai Szabó 1935 p. 8-14 ; Knauz et alii 1874-1999, vol. II, p. 635-639 ; MNL DL 68 720.

26 Bossányi 1918, vol. I, t. 2, p. 381, 400, 411, 421 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. II, p. 128 ; Theiner 1859-1860, vol. I, p. 764-765, 771 ; Kumorovitz 1963, p. 118-119. Voir aussi Bertalan – Altmann 1995, p. 182.

27  Theiner 1859-1860, vol. II, p. 5 ; Bossányi 1918, vol. II, n° 274-275 ; Kumorovitz 1966, p. 9-10 et note n° 5 ; Bertalan – Altmann 1995, p. 145 ; Gárdonyi 1944, p. 224.

28 Kiss 2013, p. 86-87.

29 Kiss 2013, p. 94-95 ; Szende 2009, p. 334.

30 MNL DL 11384 ; Rupp 1868, p. 118-119 ; Györffy 1997.

31 Bossányi 1918, vol. II, n° 412 ; Kumorovitz 1963, p. 114-115 et note n° 49.

32 Bunyitay et alii 1902-1912, vol. I, n° 411 ; Kiss 2013, p. 95-98.

33 Kiss 2013, p. 125-126.

34  1338 : DF 207157 ; Erdélyi – Sörös 1902-1916, vol. VIII, p. 310 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. II, p. 88 ; 1343 : Mészáros 2009, p. 47, doc. n° 2-4.

35 Kiss 2013, p. 127.

36 Kiss 2013, p. 126.

37 Il n’est pas surprenant qu’elle soit décrite comme en ruines en 1424-1425. Lukcsics 1938, vol. I, p. 744 ; Buzás – Mészáros 2008, p. 91-102 ; Mészáros 2009, p. 49 ; Kiss 2013, p. 127.

38 Mészáros 2009, p. 51, doc. n° 60. Voir Érszegi 1992. L. Bernát Kumorovitz l’a localisée : Kumorovitz 1963, p. 150-151. Voir aussi Buzás – Szőke 1992, p. 133 ; Mészáros 2009, p. 52 ; Kiss 2013, p. 126-127.

39  Mészáros 2009, p. 51, doc. n° 59 ; Bossányi 1918, vol. II, p. 251 et n. 1 ; Fraknói – Lukcsics 1896-1898, vol. II, p. 90. Voir Kiss 2013, p. 126.

40 Sasad était l’une des chapelles-paroisses qui entrèrent en conflit avec l’évêque de Veszprém avec le soutien de l’archevêque d’Esztergom. Bónis 1971 ; Jankovich 1959, p. 84-85.

41 Kiss 2013, p. 119-120 ; Kiss 2015, Tableau 2. Voir Szende 2009, p. 336-337.

42 L’abbaye bénédictine de Pécsvárad, qui obtint par donation royale une ancienne chapelle appelée également Fehéregyház, offre un possible parallèle. Une autre abbaye bénédictine, Zalavár a incorporé également deux chapelles appartenant à des résidences royales. Gerevich 1973, vol. I, p. 264 ; Bertalan – Altmann 1995, p. 140-141 ; Jankovich 1959, p. 87.

43 MNL DF 237414 ; Wenzel 1863-1874, vol. X, p. 248-250 ; Knauz et alii 1874-1999, vol. II, p. 390-391 ; Gárdonyi 1936, vol. I, 301-303 ; Gárdonyi 1937, p. 14.

44 Le procès portait sur quatre paroisses : Segesd, Lövöld, Sasad et Örs. Bónis 1971 ; Jankovich 1959, p. 84-85.

45 Gárdonyi 1936, vol. I, p. 104 ; Jankovich 1959, p. 67 ; Zolnay 1963, p. 85 ; Gerevich 1973, vol. II, p. 12.

46 Kiss 2013, p. 103-105 ; Kiss 2015, Tableau 2.

47 Kiss 2013, p. 106 et 107 ; Kiss 2015, Tableau 2.

48 Kiss 2013, p. 87.

49 Bakács 1982, n° 474, 763 ; MNL DF 200221 ; Kumorovitz 1953, n° 552.

50 Kiss 2013, p. 107-108 ; Kiss 2015, Tableau 2.

51 Par exemple : MNL DL 87178 (1345) ; Kristó et alii 1990-, vol. V, p. 102 (1347) ; Kubinyi 1994, p. 78.

52  Kubinyi 1994, p. 84 ; Horváth 2010.

53 Kiss 2013, p. 115-116 ; Kiss 2015, Tableau 2.

54 Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533 ; MNL DL 314 ; Fejér 1828-1844, vol. IV, t. 1, p. 455-457 ; Szentpétery – Borsa, vol. I, n° 867.

55 MNL DF 209 901 ; Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533 ; Szűcs 1993, p. 10 et note n° 51.

56 Kristó et alii 1990-, vol. VII, p. 602 ; Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533.

57 MNL DL 56 614 ; Györffy 1987-1998, vol. I, p. 533.

58 MNL DL 10 817 ; Kumorovitz 1963, p. 112 et note n° 29 ; Kiss 2013, p. 109-110.

59 Kiss 2013, p. 109-110 ; Kiss 2015, Tableau 2.

60 MNL DL 56 614 ; Tasnádi Nagy 1878-1920, vol. III, p. 322.

61 MNL DF 209 901.

62 Jankovich 1959, p. 72-73.

63 Kiss 2013, p. 121-122 ; Kiss 2015, Tableau 2.

64 Lieu connu aujourd’hui sous le nom Csepel-sziget (Île de Csepel), au sud de Buda, qui fait partie aujourd’hui du territoire de Budapest.

65 Kiss 2013, p. 112 ; Kiss 2015, Tableau 2.

66 Voir Kiss 2015, paragraphe « La formation des prérogatives de l’archevêque d’Esztergom ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les églises privilégiées à la fin du XIVe siècle ; encadré : les environs de Buda (© Béla Nagy).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/3665/img-1.png
Fichier image/png, 635k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gergely Kiss, « Les églises réginales dans la Hongrie angevine », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3665 ; DOI : 10.4000/mefrm.3665

Haut de page

Auteur

Gergely Kiss

Université de Pécs, Hongrie, gpetit.gergely@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals