Navigation – Plan du site
Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)

Princesse au pouvoir, femme de pouvoir ? L’action politique de Marie de Blois d’après le Journal du chancelier Jean Le Fèvre (1383-1388)

Jean-Michel Matz

Résumés

En 1382, Louis Ier d’Anjou entreprend la conquête du Royaume de Naples où il meurt en septembre 1384. D’abord comme lieutenante générale en tant qu’épouse, puis comme régente (au nom de son jeune fils Louis II) en tant que veuve, Marie de Blois doit donc gouverner les territoires angevins (duché d’Anjou, comtés du Maine, de Guise et de Roucy, de Provence et de Forcalquier) pour assurer la pérennité de cette dynastie d’autant plus fragile qu’elle est contestée dans ses domaines méridionaux. Son action politique peut être suivie dans le détail jusqu’en 1388 grâce au journal tenu par le chancelier Jean Le Fèvre. Il permet de voir d’abord comment Marie de Blois parvient à s’imposer dans ces différentes terres en fonction de leur statut juridique. Le journal dévoile ensuite les insignes et les marques de l’exercice du pouvoir de cette princesse énergique et la manière dont elle use de la mise en scène de la majesté.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Femme, genre, pouvoir

Keywords :

Woman, gender, power
Haut de page

Texte intégral

Et que peut on dire de la vaillant et sage duchese d’Anjou ? […] O com grandement fait à louer ceste dame en toutes vertus ! En sa jeunesse fu de si souveraine beauté que elle passa toutes autres dames, et de très parfaictes chasteté et sagece en son parfait aage, de très grant gouvernement et souveraine prudence et force et constance de courage, comme il y paru. Car après la mort de son seigneur qui mourut en Ytalie, auques toute sa terre de Prouvence se rebella contre elle et ses nobles enfans, mais ceste noble dame tant fist et tant pourchaça que par force que par amours que elle la remist toute en bonne obedience et subgecion, et si bien la maintint soubz ordre de droit que oncques clameur ne plainte ne fu ouye de injustice qu’elle feist.

Christine de Pizan, La città delle dame, éd. P. Caraffi, Milan-Trente, 1998, p. 98-99.

  • 1 Matz 2014a.

1Deux ans après son adoption par la reine Jeanne Ire de Naples en 13801, Louis Ier d’Anjou, fils du roi de France Jean II le Bon, pénètre dans la péninsule Italienne dans le but d’y faire valoir ses droits contre Charles III d’Anjou-Duras. Après sa victoire à Pietracatella et son couronnement comme roi de Naples en 1383, il était déjà à court d’hommes et d’argent. Entré cependant dans Bari en juillet 1384, il mourut non loin de là le 20 septembre. À l’âge de quarante-cinq ans, Louis, prince apanagé pour le duché d’Anjou et le comté du Maine, aussi duc de Touraine, par ailleurs comte de Provence et de Forcalquier et roi de Naples du fait de son adoption, laissait une veuve, Marie de Blois, et deux fils mineurs, Louis (né en 1377) et Charles (en 1379). Une régence féminine s’ouvrait donc, c’est-à-dire la mission temporaire pour sa veuve d’assurer le gouvernement du prince mineur et de ses nombreux territoires disséminés dans et hors du royaume de France. Or, comme l’exprime Christine de Pizan dans la Cité des dames, Marie de Blois († 1404) fit preuve durant toutes ces années de « très grant gouvernement et souveraine prudence et force et constance de courage » et elle parvint à garantir la destinée pourtant fragile de la seconde maison d’Anjou-Provence. Pour autant, mit-elle en œuvre des formes spécifiques de pouvoir féminin ?

  • 2 Parmi les plus significatifs : Erler – Kowaleski 1988 ; Poutrin – Schaub 2007 ; Arcangeli – Peyron (...)
  • 3 Earenfight 2005 ; Mainoni 2010, dont aucune contribution ne porte sur une princesse angevine à Nap (...)
  • 4 Voir les remarques introductives de Didier Lett et Olivier Mattéoni, Médiévales 2005, p. 5-14 (ici (...)
  • 5 Deux sont devenues reines : la femme du roi Charles VII Marie d’Anjou (sœur du roi René), qui n’eu (...)
  • 6 Chaigne-Legouy 2008, 2011 et 2014.
  • 7 Titre de l’article de Reynaud 1990.

2Depuis deux à trois décennies, des recherches ont interrogé la différence des rôles sexués (gender) comme une des pierres de touche de l’analyse du pouvoir politique au féminin. Certaines publications ont rassemblé des éléments problématiques et des études de cas2, d’autres ont choisi de traiter un espace géographique donné3, d’autres encore ont privilégié une approche monographique autour de figures précises en ne parvenant pas toujours à éviter le paradigme trompeur de la « femme d’exception »4. Dans ce chantier historiographique, force est de reconnaître que les princesses de la seconde maison d’Anjou-Provence (1356-1480/1481) n’ont occupé qu’une place très marginale5 – jusqu’aux travaux récents de Marion Chaigne-Legouy qui ont montré leur rôle pourtant déterminant dans la construction politique et territoriale de l’« État angevin » et dans son renforcement à la fois institutionnel, administratif et financier6, et cela d’autant plus que « l’absence du prince »7 a été un problème récurrent du gouvernement pendant les trois générations de cette dynastie princière.

  • 8 Reynaud 2001, et surtout Arlot 2006, qui donne une biographie étroitement chronologique mais bien (...)

3Mon travail propose de se pencher sur la première duchesse de cette maison, Marie de Blois, dite aussi Marie de Blois-Châtillon, fille de Charles de Châtillon († 1364), prétendant par sa femme au duché de Bretagne. La biographie de Marie, réputée pour sa beauté, est établie dans ses grandes lignes8. Née vers 1343/1345, elle est donc la fille de Charles, comte de Blois, un neveu du roi de France Philippe VI de Valois, et de Jeanne, duchesse de Bretagne et comtesse de Penthièvre. En juillet 1360, elle épouse Louis Ier – alors qu’il était promis à une fille du roi d’Aragon – peu de temps avant son départ à Londres comme otage en échange de l’élargissement de son père, captif depuis la défaite de Poitiers (1356). Après son évasion en 1363, Louis a été un des principaux acteurs de la politique royale, notamment en tant que lieutenant général de son frère Charles V (1364-1380) en Languedoc, puis comme régent au nom de son neveu Charles VI. Durant ces années, Marie a eu un rôle très effacé. Le départ de Louis en Italie en 1382 et sa mort deux ans plus tard l’ont brutalement propulsée sur le devant de la scène politique. En dépit du couronnement de Louis II d’Anjou en Avignon par Clément VII à la Toussaint 1389, Marie a gouverné les terres de la maison d’Anjou jusqu’à la majorité de son fils en 1399, soit pendant quinze ans, et face à leurs ennemis, les « remist toute en bonne obedience et subgecion » comme le souligne Christine de Pizan.

  • 9 Sur le personnage, Matz 2014b.
  • 10 Journal JLF.

4Or, en l’état de l’historiographie, l’action politique de cette princesse angevine reste pour l’essentiel à éclairer, aussi bien dans les fondements juridiques de son autorité que dans son gouvernement et son exercice du pouvoir. Dans cette perspective, une source présente un intérêt tout particulier pour appréhender un pouvoir au féminin. Nommé chancelier par Louis Ier d’Anjou en 1381, Jean Le Fèvre a été confirmé en 1384 par Marie de Blois dans cet office qu’il a occupé jusqu’à sa mort en Avignon en janvier 13909. Durant ces années, il a tenu un journal10, dans lequel se mêlent le relevé de tous les actes qu’il a scellés au nom des princes angevins et le récit très personnel de l’action politique et diplomatique qu’il a déployée à leur service. Son récit est très peu développé et comporte de nombreuses périodes d’interruption jusqu’à la mort de Louis d’Anjou en 1384, mais il gagne très nettement en régularité, en précision et en prolixité durant les années suivantes, avant de s’interrompre brutalement le 13 juin 1388.

  • 11 Journal JLF, p. 439 : en octobre 1387, il précise que « bien me despleust, mais je obey au command (...)
  • 12 Lett 2012, p. 565.

5Le Journal de Jean Le Fèvre est la source exclusive sur laquelle s’appuie mon étude car il présente deux caractères qui le rendent exceptionnel. D’une part, il est tenu par le chancelier des princes angevins, soit leur principal « ministre », qui couche par écrit, au jour le jour, l’action politique et le gouvernement de Marie de Blois vu de l’intérieur, même lorsqu’il ne partage pas les décisions de celui-ci11. Par ailleurs, la personnalité de Jean Le Fèvre en fait un témoin privilégié. Moine bénédictin puis abbé de Saint-Vaast d’Arras, régent en droit canon à l’université de Paris, ancien conseiller du roi Charles V, Le Fèvre est devenu évêque de Chartres par la faveur du pape Clément VII en 1380. C’est donc un homme d’Église – milieu réputé pour sa misogynie – qui relate l’action politique d’une princesse angevine, de sorte que son texte nous place exactement dans la situation d’un « régime de genre », soit « un agencement particulier et unique des rapports de sexe dans un contexte historique, documentaire et relationnel spécifique »12. Fort de cette position originale que l’historien ne rencontre pas si souvent, nous pouvons donc envisager les fondements juridiques du pouvoir de Marie de Blois dans les différents territoires à elle confiés, les marques de son pouvoir réginal et enfin la représentation de cette princesse en majesté. Cette étude de cas prend place dans une histoire globale des pouvoirs à la fin du Moyen Âge pour suivre les étapes de la construction, de la consolidation et de l’exercice du gouvernement d’une princesse afin d’essayer de déterminer si elle fut autre chose qu’un prince intérimaire.

Territoires et fondements juridiques du pouvoir

  • 13 C. Devic et Dom Vaissette, Histoire générale du Languedoc, t. 9, Toulouse, 1886, p. 854 (en 1376) (...)
  • 14 Journal JLF, p. 43.
  • 15 Sommé 1998, et surtout Sommé 1993, p. 287 et 301 (pour la citation de l’ordonnance ducale).
  • 16 Journal JLF, p. 40 (27 mai 1382). Sur Hardouin de Bueil, évêque d’Angers (1374-1439) et serviteur (...)
  • 17 Le 1er octobre 1384, le conseil présidé par Marie de Blois décide : « Deliberé fu : – Premier que (...)

6Lors de sa lieutenance en Languedoc, Louis Ier d’Anjou avait déjà désigné par deux fois Marie « pour gouverner la province avec un conseil »13. Le 13 juin 1382, il prend donc la route de l’Italie, pour ne plus revenir. Une semaine plus tôt, le chancelier écrit : « Vendredi vi jour de juing, je seellé une lettre pour madame la duchesse en laquelle monseigneur le duc li donne plainne puissance »14. L’autorité ainsi dévolue à Marie de Blois recouvrait peut-être celle reçue par Isabelle de Portugal qui obtint en 1441 de son mari le « gouvernement de nos pays […] autant que nous mesmes en personne faire devrions et pourrions se present y estions », avec « plain povoir et autorité de gouverner »15. La « pleine puissance » de Marie de Blois garde cependant un sens bien incertain : deux semaines avant d’en être investie, « le duc ordenne messire Hardoyn de Bueil gardien de ses pais sur fait de genz d’armes », et surtout Le Fèvre a scellé « une lettre confirmatoire de lieutenance generale » à Pierre d’Avoir, lieutenant du duc pour l’Anjou, le Maine et la Touraine depuis 1371, en précisant que « vauldront ses remissions non obstant la presence de Madame »16. Le caractère extrêmement lacunaire du Journal à cette période ne permet aucune analyse de l’étendue exacte du gouvernement de Marie de Blois au cours de cette lieutenance, mais le prince reste in fine l’autorité en titre comme le montrent sans ambiguïté les formulaires en usage à la chancellerie jusqu’à sa mort17.

  • 18 Paris, Archives nationales, P 133417, n° 33 (27 septembre 1383), n° 34 (26 décembre 1383) et n° 35 (...)
  • 19 Olivier-Martin 1931 ; Cosandey 1997 et 2005.

7La situation s’éclaircit avec sa disparition en 1384. En cas de veuvage, le gouvernement de la princesse n’a pas été prévu comme à l’accoutumée par un acte diplomatique (ordonnance ou lettre patente), mais par les trois testaments successifs de Louis18. Le premier – comme les suivants – stipule : « Aussi voulons nous que la reine nostre compaigne ait le gouvernement de Loys nostre ainsné filz duc de Calabre, jusques à tant qu’il soit en aage de vint et un ans accomplis, sans ce que à nul autre en appartiegne administracion ou gouvernement ». Quelle que soit la nature de l’acte qui l’établit, il s’agit cette fois d’une régence destinée à assurer le gouvernement du jeune prince et de ses États jusqu’à sa majorité19. Or cette dévolution souveraine ne tient aucunement compte du statut juridique des terres désormais confiées à Marie de Blois, ni des contextes très variables dans lesquels elles se trouvent alors, les Angevins devant faire face à une contestation violente hors du royaume de France.

  • 20 Journal JLF, p. 57 (4 novembre 1384).
  • 21 Journal JLF, p. 61-62 (18 novembre 1384).

8Pour les terres sises en France, la monarchie a évidemment la main. En novembre 1384, dix jours après l’annonce de la mort du duc à Angers où résidait alors Marie, un émissaire lui rapporta les décisions du conseil royal : « Conclu fu par eulx que à Madame de droit et de coustume appartient la garde de messeigneurs ses enfans et le bail de leurs terres, se elle le veult prendre »20. Le Fèvre consacre ensuite de longues pages à transcrire « les requestes faictes par la royne de Jherusalem et de Sicile à monseigneur le duc de Berry », son beau-frère venu auprès d’elle, et « les responses faictes » par lui au nom du roi Charles VI son neveu. Sur les douze requêtes émises par Marie de Blois, la deuxième est explicite et la réponse de Berry tout autant21 :

Item, très chier et très amé frere, comme quant monseigneur se parti pour faire son voiaige comme dessus est dit, il voulsist que je lui promeisse et par son commandement lui promis et juray sur les sains Ewangiles que se il plaisoit à Dieu le prendre avant moy, je prendroie le bail, garde et gouvernement de vozdiz neveus noz enfans et de leurs terres et la charge de acomplir son testament à mon povoir. […] Audit article respont monseigneur de Berry que il est bien raison que la royne ait le bail de nosseigneurs ses enfans et le gouvernement de leurs terres, et que à elle appartient plus que à quelque autre personne ; et que en ce lui donnera tout aide, conseil et faveur de tout son povoir et tient que ainsi le feront le roy et monseigneur de Bourgongne.

  • 22 Journal JLF, p. 63.
  • 23 Journal JLF, p. 88.

9Les possessions françaises des Angevins n’en sont pas moins hétérogènes par leur origine et, par conséquent, dans leur statut. Nul ne peut revendiquer à Marie le comté de Guise qu’elle a amené en dot pour son mariage avec Louis d’Anjou en 1360. Elle le doit à son père, cinquième comte de la maison de Châtillon qui le tient depuis le milieu du XIIIe siècle, et elle l’administre désormais au nom de son second fils Charles, prince de Tarente, qui l’a reçu par la volonté testamentaire de son père. La situation est différente pour le comté de Roucy, le douaire de Marie : Le Fèvre précise que Louis en « avoit plaine possession au jour de son trespas »22, mais cette terre est en réalité contestée. En 1370, il a acheté ce comté (pour 40 000 francs or) à son héritière Isabelle de Pierrepont, fille unique de Robert II, mais l’aliénation fut rejetée par son oncle paternel Simon, au nom de son droit de forlignage. Ce dernier finit tardivement par gagner son procès devant le Parlement en 1387, mais pour l’heure, le 11 février 1385, Marie de Blois adressa une fin de non recevoir à ses prétentions et se maintint en la possession de Roucy23.

  • 24 Pipon 1998 ; Yver 1970-1971.

10L’Anjou et le Maine sont des apanages. La succession d’une femme noble aux fiefs en l’absence d’héritier mâle de même degré tout comme le bail féodal et la tutelle des mères sur les enfants mineurs figurent dans les coutumes d’Anjou et du Maine dès leur première mise par écrit en 124624. Il suffit que cette dernière règle initialement de droit privé soit élargie au droit public pour que les femmes ne soient plus exclues du gouvernement en l’existence d’au moins un enfant mineur de sexe mâle. Le droit des apanages reconnut cette règle au début du XIVe siècle et à la fin du siècle, les Angevins remplissaient doublement cette condition avec les deux fils du couple princier, Louis II et Charles.

  • 25 Journal JLF, p. 92.

11Le 2 mars 1385, Marie de Blois fut ainsi « devers le roy et li fist trois hommages » dont Le Fèvre établit bien la distinction : «  L’un à cause de parrie de Anjou, le Mainne, Chasteau de Ler et aultres terres », soit l’apanage ; « l’autre à cause de son heritage de Guyse et aultres terres li appartenans », et « le tiers à cause de la conté de Roussy et des acquestes qui en dependent »25. En réalité, depuis plusieurs mois déjà, la duchesse y percevait paisiblement les revenus, nommait les officiers et recevait les serments des seigneurs fieffés dans des territoires où l’autorité de la maison d’Anjou n’avait rencontré aucune hostilité, de telle sorte que ces prestations relèvent davantage d’un simple aveu féodal au roi que d’un hommage au sens strict.

  • 26 Sur l’Italie, voir Galasso 1992 et Chaigne-Legouy 2013, qui dispensent d’envisager le versant ital (...)
  • 27 Bourrilly 1926.
  • 28 Aurell – Boyer – Coulet 2005, p. 286-288 ; voir aussi Xhayet 1990.
  • 29 Journal JLF, p. 90 : s’adressant à Le Fèvre, Berry « me dit comment de la conté de Prouvence le ro (...)

12Hors de France, la situation était radicalement différente et surtout bien plus complexe. En théorie, Provence et Naples sont échus à Louis d’Anjou à la mort de la reine Jeanne Ire en vertu de son adoption. Dans le Regno26, Marie devait cependant faire face à un « usurpateur », Charles III d’Anjou-Duras († 1386) puis son fils Ladislas Ier. En Provence, où le souvenir de l’invasion menée en 1368 par Du Guesclin au nom de Louis restait vivace27, Duras était soutenu par des villes et des seigneurs regroupés dans l’« Union pour l’honneur de la reine [Jeanne], la protection et la défense de la patrie », dite Union d’Aix puisque la capitale du comté en avait pris la tête28. Le jeu était d’autant plus délicat que la monarchie française lorgnait sur la Provence comme le testament du roi Robert Ier de Naples († 1343) l’y autorisait, ce que le duc de Berry ne manqua pas de faire valoir aux Angevins en février 138529. De son côté, la papauté était particulièrement attentive au Regno, créé comme État vassal du Saint-Siège au XIIe siècle et source de bien des difficultés depuis. Pour y veiller, Clément VII avait fait de Louis d’Anjou son champion dans la péninsule, mais sa mort avait changé la donne car l’infériorité de Marie liée à son genre posait évidemment problème dans ce contexte belliqueux.

  • 30 Journal JLF, p. 107 (8 mai 1385).
  • 31 Journal JLF, p. 110-111.
  • 32 Journal JLF, p. 112.

13En mai 1385, Marie de Blois tint un conseil en présence de deux cardinaux : « Quand au Royaulme, fu faite difficulté pour ce que aultrefois les papes en ont eu le bail ou commis à leur voulenté quant le Royaulme cheoit en mineur d’aage ; si fu cest article reservé à plus grand conseil » raconte Le Fèvre30. Le 20 mai, après d’intenses négociations, le pape finit par décerner « le bail et le gouvernement du roy et du Royaulme à Madame qui estoit mere », et le lendemain, c’est le jeune Louis II, « auctorisé de sa mere », qui « fist hommage et les seremens de l’infeudacion et li fist le pape investiture par la tradicion », et reçut ainsi la bannière de l’Église et celle de Sicile31. À la différence des terres de France pour lesquelles l’hommage au roi avait été de pure forme, il est ici le fondement direct de l’investiture par le pape. Marie était désormais « royne de Sicile et de Jherusalem, duchesse d’Anjou et contesse de Prouvence, mere, baaille, gouvernerresse et administrarresse dudit Loys roy de Sicile et dudit royaume »32. Il lui restait néanmoins à faire plier les opposants et à les réconcilier avec la seconde maison d’Anjou, aussi bien dans les terres provençales que dans le royaume de Naples.

L’exercice du pouvoir réginal

  • 33 Journal JLF, p. 106 ; sur la chancellerie et ses pratiques, Matz 2017a.
  • 34 Journal JLF, p. 79-80 (31 décembre 1384).
  • 35 Titre de l’ouvrage dirigé par Mainoni 2010.

14Épouse, Marie de Blois supplée ou seconde Louis Ier d’Anjou comme lieutenante générale. Veuve, elle assure désormais en intérimaire le gouvernement au nom d’un enfant mineur comme le prouvent les usages diplomatiques de la chancellerie. En mai 1385, est ainsi décidé par le conseil ducal que les actes à destination de la Provence seront passés sous la titulature de Ludovicus rex…, de auctoritate et assensu domine Marie regine genitricis et gubernatricis…33. À lire Le Fèvre, elle exercerait un pouvoir plein et entier au nom de son fils, ce qui reste à vérifier. D’autre part, gouverne-t-elle tel un homme ou a-t-elle développé des pratiques spécifiques liées à son genre ? À voir. Fin 1384, au château d’Angers, le comte de Potenza Ugo de Sanseverino, après avoir relaté la situation dans le Regno, enjoint – selon une expression célèbre – à Marie de Blois « que Madame prengne cuer d’omme et li [à son fils] soit et pere et mere, et poursuive l’entreprise de laquelle en brief elle puet venir à chief »34. En somme, de gouverner « con animo virile »35. Donc qu’une femme se fasse homme.

15Marie de Blois semble avoir eu le tempérament nécessaire pour s’imposer dans un monde d’hommes. Le Fèvre en donne une première preuve à la fin de l’année 1383, qui marque dans le récit du chancelier – après deux longues interruptions de son Journal (juillet 1382 à février 1383 d’abord, puis mai à octobre 1383) – la véritable entrée de Marie de Blois sur la scène politique. Décidée à mettre fin aux louvoiements des oncles de Charles VI quant à l’aide promise par le roi pour l’expédition italienne, elle répond alors aux conseillers royaux :

  • 36 La liste des conseillers comprend le chancelier, l’évêque d’Angers, le doyen et deux chanoines de (...)
  • 37 Journal JLF, p. 49-50 (20 novembre 1383).

Madame senz conseil autre avoir, respondi que elle estoit venue, avoit baillé les lettres de monseigneur, fait ses requestes, ne avoit nulle entencion de enquerir ne savoir l’estat du roy ne du royaulme ; mes prioit que il pleust au roy li donner bonne et brieve response afin que elle la peust rescrire à monseigneur, et aussy que elle se peust brief partir. Le chancelier de France dit : “ Madame ce qu’on vous a dist n’est pas pour delayer ; mes le roy veult premier que vous sachiez le fait du roy et de son royaulme. Et parlez à vostre conseil, et nous nous trairons à part ”. Nous36 […] fumes à accord que Madame avoit bien respondu et qu’elle perseverast37.

  • 38 Journal JLF, p. 110 (18 mai 1385).
  • 39 Journal JLF, p. 125-126 (19 et 20 juin 1385).
  • 40 Journal JLF, p. 364 (8 juillet 1387).

16Le chancelier ne cache pas son admiration devant cette fermeté et il laisse encore transparaître le même sentiment par la suite. En mai 1385, le comte de Potenza « se eschauffa tant malgracieusement et parla si hault que il contraingt Madame à dire parole cuisans »38. Le mois suivant, « le pape fu bien ebahi » et « demoura moult tourblé » devant le refus de Marie de Blois de satisfaire les prétentions du duc de Berry sur la principauté de Tarente39. Sur le long terme, ce comportement finit par susciter des critiques à la curie où, en juillet 1387, fut « parlé moult mordamment du gouvernement de Madame », notamment en raison qu’elle « a arriere-conseil et ce que li est en Avignon conseillé pour bien, elle fait le contraire », raison pour laquelle elle fut invitée à « mettre ordenance en son conseil »40.

  • 41 Reynaud 2000, p. 138-144.
  • 42 Expression de Bubenicek 1996, sur l’évolution du conseil de Yolande de Flandre.
  • 43 Journal JLF, p. 128 (26 juin 1385)
  • 44 Journal JLF, p. 59 (16 novembre 1384).
  • 45 Journal JLF, p. 300 (19 juillet 1386).

17Le conseil est en effet le moteur de l’État, même s’il s’organise de manière très empirique. Le prince – ici la princesse – étant source de tout pouvoir, son conseil est ce qu’il veut qu’il soit, simplement consultatif, délibératif ou exécutif, et sans aucune périodicité fixée. Le Fèvre a scrupuleusement noté les réunions du conseil, au nombre d’une centaine entre fin 1384 et 1388, contre cinq en moyenne par an sous le gouvernement de Louis II d’après les relevés de Marcelle-Renée Reynaud41, qui a aussi constaté que les ecclésiastiques étaient nettement plus nombreux dans le conseil sous les régences des duchesses (23 % pour Marie de Blois, 32 % sous Yolande d’Aragon lors de la minorité de Louis III), sans que l’on sache cependant si cela relève d’un choix personnel ou d’une contrainte imposée par la faiblesse imputée à leur genre. À lire Le Fèvre, la princesse jouirait du pouvoir dans le choix de ses « équipes de pouvoir »42 – « Madame retient conseiller » untel, écrit-il souvent – et quand un problème surgit et que « volt Madame avoir conseil de clers »43, elle appelle semble-t-il qui elle veut. Pourtant, en novembre 1384, tout juste veuve, Marie « requist monsegneur de Berri qu’il la conseillast sur conseil prendre », mais ce dernier lui recommanda des conseillers déjà tous présents dans l’entourage de Louis Ier44. Les expressions « Madame eust son conseil » ou « tint conseil » vont dans le sens de ce pouvoir entier, ce que confirme la soumission d’un diplomate réticent qui trois fois requis par Marie de Blois « enfin à grande painne dit : ‘Madame est dame, ce qu’il li plaira sera fait’ »45.

  • 46 Voir l’étude très rapide de Miceli 2005, qui appelle une analyse bien plus fouillée.
  • 47 Pour une typologie des actes, Matz 2017a.
  • 48 Journal JLF, p. 172, 380, 412 (2 cas), 447 (2 cas) et 470 pour les mentions explicites de crimen l (...)

18Le conseil est le cadre où s’élaborent les décisions ensuite retranscrites dans les actes de la chancellerie. Le Journal de Le Fèvre énumère chaque lettre scellée : entre la fin de l’année 1384 et juin 1388 (avec une interruption entre octobre 1386 et début mai 1387), le chancelier a ainsi apposé un sceau au nom de Marie de Blois sur près de 3 200 actes – parmi lesquels des centaines de confirmations ou concessions de biens, de droits, d’offices ou de bénéfices ecclésiastiques en Provence et à Naples, pour partie issus de confiscations au détriment de ses adversaires46. Il n’y a pas lieu de développer ici une analyse de ces milliers de lettres47, mais certaines méritent une mention particulière pour jauger la nature de ce pouvoir au féminin : c’est le cas des lettres de rémission émises pour la Provence, au nombre d’environ soixante-dix, qui concernent des entraves à la norme comme les homicides, mais avant tout les « conspirations », « rebellions et offenses » et « crimes de lese majesté » perpétrés lors de la guerre de l’Union d’Aix48.

  • 49 Bedos-Rezak 1988, et Nielen 2011.
  • 50 Chaigne-Legouy 2014, p. 258-268, et sa contribution dans ce dossier.
  • 51 Mérindol 1987, p. 231 : écu rond, posé sur un soleil au centre d’un cercle étoilé et embrassé par (...)

19Les formulaires de la chancellerie attestent jusqu’à la mort de Louis Ier la subordination du pouvoir de Marie de Blois, mais la diplomatique et l’usage des sceaux prouvent que sa régence ouvrit une ère nouvelle. La sigillographie est un indicateur de la puissance féminine49, et Marion Chaigne-Legouy a récemment mis en valeur la spécificité des sceaux des princesses angevines50. Les empreintes sigillaires de Marie de Blois – comme celles des autres duchesses d’Anjou – présentent en effet des traits particuliers. Toutes sont rondes, marque de la revendication d’une réelle auctoritas, là où la forme ogivale est traditionnellement adoptée par les matrices féminines. Les duchesses d’Anjou n’ont en revanche pas eu de sceau en majesté, mais l’originalité manifeste de leurs empreintes est la présence d’anges, disposés à la manière des représentations de la Vierge en majesté, comme on les retrouve sur le plus ancien grand sceau de Marie aujourd’hui conservé, qui fut usité entre 1385 et 1387 au moins51.

  • 52 Journal JLF, p. 60.
  • 53 Mérindol 1987, p. 229-232 : ce sceau n’est pas conservé, mais celui utilisé entre 1388 et 1396 fai (...)
  • 54 Journal JLF, p. 67 (19 novembre 1384).
  • 55 Journal JLF, p. 181, il scelle « du seel de Madame et du seel du roy [Louis II] au title du duché (...)
  • 56 Journal JLF, p. 108, 189 et 319.
  • 57 Journal JLF, p. 96, 178 et 520. Mérindol 1987, p. 230 : ce sceau secret est un M gothique couronné (...)
  • 58 En mai 1386, et mane tradidi ei sigillum suum magnum et sigillum regis in deposito in coffro sigil (...)
  • 59 Journal JLF, p. 216 : « Madame me bailla le seel de la seneschauciée et retint le seel de la finan (...)
  • 60 Journal JLF, p. 77 (27 décembre 1384) et p. 151 (9 août 1385). Matz 2017b.
  • 61 Journal JLF, p. 123 (16 juin 1385).

20Dès la connaissance de la mort de Louis Ier, la création de nouveaux sceaux fut une priorité : le 18 novembre 1384, « Madame envoia monstrer à monseigneur de Berri la grandeur de ses seaulx ; la fourme du grand li pleust assés ; il dit que le secret estoit trop grand et conseilloit qu’il fust ramené à la grandeur du contresigné »52, de manière à freiner les prétentions de la régente53. Une fois prêté son serment à Marie de Blois54, le chancelier Le Fèvre disposa ensuite de tous les sceaux d’importance : le grand sceau de la princesse, le sceau de Calabre jusqu’à sa destruction en 138655, le contre-sceau56, ainsi que son sceau du secret57. Néanmoins, Marie de Blois conservait l’entière maîtrise de ces outils de validation car à chaque fois que le chancelier s’éloignait d’elle pour quelque mission, il les lui remettait avant de les recouvrer à son retour58. La princesse gardait également la main sur les sceaux propres à chaque territoire, que ce soit ceux du sénéchal de Provence après la mort de Foulques d’Agout59, ou dans l’apanage ceux des Grands jours – une session annuelle de la grâce du duc en appel – confiés au chancelier par Marie avant qu’il ne les remette à un chanoine d’Angers – « auquel par l’ordenance de Madame je baillé » – pour les mener en Anjou60, ou encore le « seel que Madame avoit fait faire pro litteris scriptis justicie et gracie en ses pais de France » délivré à un abbé d’Angers61.

  • 62 Expression de Balouzat-Loubet 2009.
  • 63 Journal JLF, p. 67-68 pour la citation, p. 68-72 pour la fournée d’officiers.
  • 64 Journal JLF, p. 96 et 113. Voir Rao 2016.
  • 65 Journal JLF, p. 344 (12 mai 1387).
  • 66 Journal JLF, p. 439 (10 octobre 1387), et p. 479 (17 décembre 1387).

21L’ars gubernandi suppose de savoir « bien s’entourer pour mieux gouverner »62. Dans le Journal du chancelier, la princesse pourvoit à des centaines d’offices, des plus modestes aux plus élevés dans la hiérarchie administrative. Après la mort de Louis Ier, une vague de nominations ou de confirmations d’officiers bat son plein dans l’apanage où « Madame constitua Thibault Levraut juge ordinaire d’Anjou et du Mainne » – le plus haut office judiciaire63. En mars 1385, avant de partir vers la Provence, elle « constitue le sire de Cliczon gouverneur, gardien et protecteur de toutes ses terres que elle a ou royaume de France », et une fois arrivée à destination, elle « accorda que messire Raymon Bernard usast de office de juge mage de Prouvence », là aussi la charge éminente en matière de justice64. Plus tard, elle « fait et ordonne » Amaury de Clisson sénéchal d’Anjou et du Maine65. En revanche, Le Fèvre ne dissimule pas que la nomination de Georges de Marle au sénéchalat de Provence – « lequel à la requeste du pape li a ottroié » – a été décidée à la curie66. Les entrevues fréquentes de Marie de Blois avec Clément VII et l’omniprésence de cardinaux dans son entourage laissent tout de même supposer que ses décisions lui furent plus d’une fois suggérées voire imposées.

  • 67 Journal JLF, p. 93 (comté de Beaufort en Anjou), 94, 112-113, 161, 178, 186, 196…
  • 68 Journal JLF, p. 114 pour le marquisat de Lunel (25 mai 1385) : « Le procureur de la marquise offri (...)
  • 69 Journal JLF, p. 67-74.
  • 70 Journal JLF, p. 120 (8 juin 1385).
  • 71 Journal JLF, p. 108-109 (15 mai 1385, « et baisa Madame en la bouche et baisa le roy ou pié, et le (...)
  • 72 Sur cette cérémonie, Boyer 2011.
  • 73 Journal JLF, p. 156-157.
  • 74 Journal JLF, p. 193 (6 novembre 1385).

22L’habilitation à recevoir les serments et hommages vient couronner cette image d’un pouvoir complet. Le Journal énumère des centaines de prestations de « serement à Madame » par des officiers ou d’« hommage lige et serement de feaulté »67 à cause de fiefs pour lesquels, lorsqu’ils sont d’importance, Marie récuse un procureur en exigeant un hommage personnel68. Le début de sa régence entraîna là aussi le renouvellement des engagements pris envers Louis Ier de son vivant : en Anjou les deux derniers mois de l’année 1384 sont jalonnés d’hommages69. Une fois la comtesse rendue en Provence au printemps suivant, une grande cérémonie eut lieu à Avignon où « firent hommage à Madame et au roy son filz », selon l’ordre de citation, six archevêques ou évêques, des abbés, le sénéchal de Provence, une vingtaine de seigneurs (dont plusieurs femmes) et les procureurs de quelques universitates du comté70. Ces pratiques étant codifiées de façon à ce que le respect du rituel en garantisse la validité, Le Fèvre précise parfois que l’hommage fut reçu « en la maniere de Prouvence » ou « à la forme du royaulme » pour Naples71. Le même souci de conformité aux usages se manifeste dans le « serment aux Marseillais » (24 août 1385)72, à la veille duquel « furent leus les instrumens des juremens que firent les rois Charle premier, Charle second, Robert et de la royne Jehanne »73. La sincérité des engagements comptait autant que les rituels ou les formules prononcées, raison pour laquelle Le Fèvre épingle Pierre de Craon, accusé quelques mois plus tôt d’avoir détourné les 90 000 florins levés en Italie pour venir au secours de Louis Ier, qui tout juste rentré en grâce et retenu au conseil, « fist serement tant estroit comme on peut »74

Une princesse en majesté

  • 75 Offenstadt 2001.
  • 76 Journal JLF, p. 207.
  • 77 Hébert 1979, p. 217-219.

23Et pourtant… Devant la fragilité de la dynastie angevine, la sincérité des engagements devait tenir compte des priorités du moment. Une longue tradition historiographique a repris l’observation de Christine de Pizan sur la soumission de la Provence rebelle, mais la résolution de la guerre de l’Union d’Aix montre l’habileté ou la duplicité dont Marie de Blois a su faire preuve et la manière dont les femmes pacières savaient user d’arguments aussi puissants que la force75. À partir de l’été 1385, des accords sont conclus avec des universités provençales pour acheter la paix et arracher la reconnaissance de la légitimité des Angevins, qui tous comportaient des concessions – amnistie, extension des privilèges urbains, limitation de la fiscalité comtale… – fatalement nuisibles au pouvoir du prince, mais l’urgence du court terme y condamnait comme le montrent les circonstances du ralliement d’Arles. Le 10 décembre 1385, alors que « Madame et le roy son filz furent en un eschafaut fait hault de viii ou ix degrés contre un mur en la court de l’arcevesque », les syndics de la ville « firent hommage lige et sacrement de fidelité pour tout le peuple » ; mais la veille, « pour ce que les chapitres qu’il demandent sont contre raison, […] Madame jura en ma main de la sienne par la foy de son corps que les derraisonnables elle point ne garderoit ; et ce je li fis faire ad cautelam futuri temporis »76. Ainsi, pour Tarascon, dès la domination angevine affermie, Marie de Blois annula en mars 1390 les concessions porteuses d’une émancipation de la communauté urbaine qui avaient été octroyées auparavant pour ramener cette ville dans l’obéissance77.

  • 78 Sur les entrées provençales, Coulet 1977.
  • 79 Journal JLF, p. 511.

24La cérémonie d’Arles à la fin de l’année 1385 n’est qu’un exemple de ce déploiement de la majesté princière qui permet de manifester et de renforcer son pouvoir. La vie de cour est elle-même une vaste mise en scène, mais Le Fèvre n’en dit rien. Les seuls événements qu’il relate très brièvement sont les entrées princières dans quelques villes de Provence78, et la dernière à Angers. Or le récit qu’il en donne diffère nettement : dans les entrées provençales, la majesté est celle du jeune roi Louis II, alors qu’il n’est même pas mentionné – était-il présent ? – pour l’entrée le 5 mars 1388 dans la capitale de l’apanage : « Madame fist son entrée en Angiers où elle fu receu très solempnelment, et furent les genz de la ville vestus de livrée et fist on personnages ; et vint l’Université au dehors et y furent les contes de La Marche et de Beaufort, le segneur de Chasteaufromont et plusieurs segneurs du pays »79.

  • 80 Journal JLF, p. 453-460 (pour les messes), p. 458 et 460-461 (pour les privilèges).
  • 81 Vauchez 1987, p. 232-234, Matz 2000.
  • 82 Journal JLF, p. 384 et p. 509 où Le Fèvre scelle littera supplicatoria ad papam ex parte domine, p (...)

25La piété de la princesse, autre terrain de manifestation de sa majesté, n’est pas plus présente sous la plume du chancelier. L’inclination des Angevins pour les ordres mendiants est bien connue – et peut-être retient-elle Le Fèvre de s’y épancher. Au début de novembre 1387, Marie assiste ainsi chaque jour à la messe dans l’un des couvents d’Aix, auxquels elle confirme les nombreux privilèges qui leur avaient été octroyés par les rois de Naples, ce qui est un moyen habile de se placer dans leur continuité80. Il est vrai que la duchesse s’inscrit dans une tradition familiale – à commencer par son père – et dans un « réseau aristocratique franciscanisant » particulièrement dévot et actif dans la France de l’Ouest81. Elle a aussi joué un rôle majeur dans la cause de canonisation de Pierre de Luxembourg, contempteur des fastes du monde mais promu cardinal par Clément VII et mort en Avignon le 2 juillet 1387, à l’âge de dix-huit ans. Aussitôt des miracles se produisent à son tombeau et dès le 28 août, « Madame oy messe » devant sa sépulture ; en février 1388, elle formule la première sollicitation au pape pour obtenir sa canonisation, soit plus d’un an avant l’intervention du roi de France en ce sens82.

  • 83 Gaude-Ferragu – Vincent-Cassy 2016.
  • 84 Avril 2009, p. 37-45.
  • 85 Biblioteca apostolica Vaticana, Archivio di San Pietro, ms. E 25, fol. 1, 2, 9 et 38.
  • 86 Legaré 2003, rappelle que c’est sur la commande de la seconde épouse du roi René, Jeanne de Laval, (...)
  • 87 Heidelberg, Universitätbibliothek, ms. Pal. Lat. 1969.
  • 88 Paris, BnF, ms. fr. 1313.
  • 89 Richard Eudes, « son medecin », reçoit en 1386 de la duchesse 50 francs « pour aller soi faire mai (...)

26À la fin du Moyen Âge, la commande et le « mécénat » artistiques ont été des marqueurs aristocratiques – on sait que les Valois ont particulièrement brillé dans ce domaine – et l’investissement des princesses dans ce patronage a représenté pour elles une forme de manifestation de leur pouvoir et un art de gouverner83. Il est évident que la mort prématurée de Louis Ier ne lui a pas permis de donner sa pleine mesure dans la commande ou l’achat de livres84. Deux manuscrits seulement proviennent de sa collection et dans les deux cas, Marie de Blois y est étroitement associée. Le premier est un recueil liturgique consacré à Marie Madeleine, exécuté vers 1375, dont le décor peint est dû au Maître du Policratique qui travaillait alors à Paris pour le roi et Philippe le Hardi ; les armoiries de Louis Ier et celles de Marie de Blois (écu parti d’Anjou moderne et de Bretagne) sont peintes sur plusieurs feuillets85. Le second manuscrit est un Pèlerinage de Vie humaine de Guillaume de Digulleville – texte dont on connaît le succès pérenne dans le milieu angevin au XVe siècle86 – contemporain du précédent, réalisé à Toulouse alors que Louis Ier était lieutenant général en Languedoc, avec un décor héraldique similaire87. Les armes de Marie de Blois figurent encore, cette fois sans celles de son mari défunt, dans un autre manuscrit : la traduction française du traité de Pietro da Eboli sur les bains curatifs de Pouzzoles (près de Naples), achevée en 1392 par Richard Eudes88, médecin de la duchesse89.

  • 90 Inventaire 1903. Dans les requêtes présentées par Marie au duc de Berry le 14 novembre 1384, elle (...)

27L’héraldique fournit encore un indice intéressant au sujet du trésor d’orfèvrerie constitué par Louis Ier d’Anjou dont on conserve l’inventaire réalisé au début des années 1380, vraisemblablement en vue de le faire fondre pour financer l’expédition italienne90. Il énumère exactement 3 603 objets, soit à peine moins que les 3 900 relevés à sa mort dans le trésor de Charles V. Dans cet ensemble, 320 pièces seulement sont marquées des armes de Louis Ier alors que celles de son épouse sont relevées sur 630 pièces d’orfèvrerie, notamment de nombreux éléments de vaisselle de table du quotidien en argent, mais aussi une cinquantaine d’objets en or, en particulier le fameux tabernacle angevin pesant plus de 286 marcs de métal précieux !


  • 91 Dans l’ordre de citation de ces femmes : Balouzat-Loubet 2014 ; Sommé 1998 ; Bubenicek 2002 ; Mayè (...)
  • 92 Également dans l’ordre de citation, outre Chaigne-Legouy 2014 pour l’ensemble des princesses : Bou (...)
  • 93 Balouzat-Loubet 2015.

28De Mahaut d’Artois à Isabelle de Portugal en passant par ses contemporaines Yolande de Flandre ou Anne Dauphine de Bourbon91, sans oublier évidemment les autres princesses ou reines de la seconde maison d’Anjou comme Yolande d’Aragon, Isabelle de Lorraine ou Marguerite d’Anjou92, Marie de Blois, femme au pouvoir, a bien été une femme de pouvoir au sens où elle l’a clairement exercé, y compris dans ses attributions les plus souveraines. Pour autant, les études qui portent habituellement sur les actes de la pratique gouvernementale peinent à identifier des formes spécifiquement féminines de cet exercice du pouvoir, et l’analyse d’une source aussi originale et exceptionnelle que le Journal de Jean Le Fèvre n’y conduit pas mieux. En somme, comme on a pu l’écrire – non sans un rien de provocation ? – au sujet de la comtesse Mahaut d’Artois, Marie de Blois ressemble surtout à « un prince comme un autre »93.

  • 94 Veterum scriptorum et monumentorum historicorum…, éd. E. Martène et U. Durand, Paris, t. 7, 1733, (...)

29Théoriquement marginalisée par le couronnement de Louis II en 1389, elle a continué de gouverner. En 1398 par exemple, c’est en tant que baiula, tutrix et administratrix illustris carissimi nati nostri Ludovici qu’elle prononce la soustraction de la Provence de l’obédience de Benoît XIII, désavouée ensuite par Louis II94. Effectivement écartée du pouvoir par la majorité et l’émancipation de son fils en 1399, Marie de Blois a fini sa vie en Anjou, retirée un temps auprès du couvent des franciscains d’Angers avant de s’éteindre à Saumur en 1404 et d’être inhumée dans la cathédrale de la ville devenue la nécropole de la seconde maison d’Anjou.

Haut de page

Bibliographie

Arcangeli – Peyronel 2008 = L. Arcangeli, S. Peyronel (dir.), Donne di potere nel Rinascimento, Rome, 2008.

Arlot 2006 = Fl. Arlot, Dans la tourmente du XIVe siècle : Marie de Blois, comtesse de Provence et reine de Naples, dans Provence historique, 56, 2006, p. 53-90 et p. 155-194.

Aurell – Boyer – Coulet 2005 = M. Aurell, J.-P. Boyer, N. Coulet, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005.

Autrand 2000 = Fr. Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, 2000.

Avril 2009 = Fr. Avril, L’héritage : quelques livres des premiers ducs d’Anjou, dans Gautier 2009, p. 36-45.

Balouzat-Loubet 2009 = Ch. Balouzat-Loubet, Bien s’entourer pour mieux gouverner. Les officiers de Mahaut d’Artois (1302-1329), dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 116, 2009, p. 145-167.

Balouzat-Loubet 2014 = Ch. Balouzat-Loubet, Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329), Turnhout, 2014.

Balouzat-Loubet 2015 = Ch. Balouzat-Loubet, Mahaut d’Artois, une femme de pouvoir (1302-1329), dans A. Destemberg, Y. Potin, É. Rosenblieh (dir.), Faire jeunesses, rendre justice, 2015 ; https : //halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01175899 (consulté le 3 janvier 2017).

Bedos-Rezak 1988 = B. Bedos-Rezak, Women seals and Power in Medieval France (1150-1350), dans Erler – Kowaleski 1988, p. 61-82.

Boudet 2007 = J.-P. Boudet, « Pour commencer bonne maniere de gouverner royaume » : un miroir du prince au XVe siècle, l’Avis à Yolande d’Aragon, dans Fr. Lachaud, M. Soria (dir.), Le prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Mont-Saint-Aignan, 2007, p. 277-296.

Boudet – Sené 2012 = J.-P. Boudet, E. Sené, L’Avis à Yolande d’Aragon : un miroir au prince du temps de Charles VII, dans Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24, 2012, p. 51-84.

Bourrilly 1926 = L. Bourrilly, Duguesclin et le duc d’Anjou en Provence (1368), dans Revue historique, 152, 1926, p. 161-180.

Bousmar et al. 2012 = É. Bousmar, J. Dumont, A. Marchandisse, B. Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, 2012.

Boyer 2011 = J.-P. Boyer, René et Marseille : les serments de 1437, dans J.-M. Matz, N.-Y. Tonnerre (dir.), René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernementActes du colloque d’Angers (2009), Rennes, 2011, p. 47-76.

Bubenicek 1996 = M. Bubenicek, Au « conseil Madame ». Les équipes de pouvoir d’une dame de haut lignage : Yolande de Flandre, comtesse de Bar et dame de Cassel (1326-1395), dans Journal des savants, 2, 1996, p. 339-376.

Bubenicek 2002 = M. Bubenicek, Quand les femmes gouvernent. Droit et politique au XIVe siècle : Yolande de Flandre, Paris, 2002.

Chaigne-Legouy 2008 = M. Chaigne-Legouy, Comptes féminins, contes du quotidien ? Les activités des duchesses de la seconde Maison d’Anjou à la lumière de leurs finances, dans Questes, 15, 2008, p. 64-81.

Chaigne-Legouy 2011 = M. Chaigne-Legouy, Reine ordinaire, reine extraordinaire. La place de Jeanne de Laval et d’Isabelle de Lorraine dans le gouvernement de René d’Anjou, dans J.-M. Matz, N.-Y. Tonnerre (dir.), René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernementActes du colloque d’Angers (2009), Rennes, 2011, p. 77-101.

Chaigne-Legouy 2013 = M. Chaigne-Legouy, « Pays de par deçà, pays de par delà »Les relations entre Angevins et Napolitains sous le regard de Jean Le Fèvre, chancelier de la seconde Maison d’Anjou (1380-1388), dans I. Taddei, A. Lemonde (dir.), Construction et circulation des idées et des pratiques politiques. France-Italie (XIIIe siècle-XVIe siècle), Rome, 2013 (Collection de l’École française de Rome, 478), p. 148-186.

Chaigne-Legouy 2014 = M. Chaigne-Legouy, Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), thèse de doctorat, Université de Paris-IV Sorbonne, 2014.

Chevalier 1999 = B. Chevalier, Marie d’Anjou, une reine sans gloire (1404-1463), dans G. et Ph. Contamine (éd.), Autour de Marguerite d’Écosse. Reines, princesses et dames au XVe siècle, Paris, 1999, p. 81-98.

Cosandey 1997 = F. Cosandey, De lance en quenouille. La place de la reine dans l’État moderne (XIVe-XVIIe siècles), dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52, 1997, p. 799-820.

Cosandey 2005 = F. Cosandey, Puissance maternelle et pouvoir politique. La régence des reines mères, dans Clio. Histoire, femmes et sociétés, 21, 2005, p. 69-90.

Coulet 1977 = N. Coulet, Les entrées solennelles en Provence au XIVe siècle : aperçus nouveaux sur les entrées royales françaises au bas Moyen Âge, dans Ethnologie française, 7, 1977, p. 63-82.

Earenfight 2005 = Th. Earenfight (dir.), Queenship and political power in medieval and early modern Spain, Aldershot-Burlington, 2005.

Erler – Kowaleski 1988 = M. Erler, M. Kowaleski (dir.), Women and Power in the Middle Ages, Athens (EU, Georgie), 1988.

Galasso 1992 = G. Galasso, Il Regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Turin, 1992 (Storia d’Italia, XV-1).

Gaude-Ferragu 2014 = M. Gaude-Ferragu, La reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin, XIVe-XVe siècle, Paris, 2014.

Gaude-Ferragu – Vincent-Cassy 2016 = M. Gaude-Ferragu, V. Vincent-Cassy (dir.), « La dame de cœur ». Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des XIVe-XVIIe siècles, Rennes, 2016.

Gautier 2009 = M.-É. Gautier (dir.), Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres (catalogue de l’exposition d’Angers, 2009), Arles, 2009.

Hébert 1979 = M. Hébert, Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, 1979.

Inventaire 1903 = Inventaire de l’orfèvrerie de Louis Ier, duc d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris, 1903.

Journal JLF = Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris, 1887.

Legaré 2003 = A.-M. Legaré, La réception du Pèlerinage de Vie humaine de Guillaume de Digulleville dans le milieu angevin d’après les sources et les manuscrits conservés, dans Religion et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, 2003, p. 543-552.

Lett 2012 = D. Lett, Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au XVIIe siècle, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 67, 2012, p. 563-572.

Lett 2013 = D. Lett, Hommes et femmes du Moyen Âge. Histoire du genre, XIIe-XVe siècle, Paris, 2013.

Mainoni 2010 = P. Mainoni (dir.), « Con animo virile ». Donne e potere nel Mezzogiorno medievale, secoli XI-XV, Rome, 2010.

Masson 2014 = Ch. Masson, Des guerres en Italie avant les Guerres d’Italie. Les entreprises militaires françaises dans la péninsule à l’époque du Grand Schisme, Rome, 2014 (Collection de l’École française de Rome, 495).

Matz 2000 = J.-M. Matz, La noblesse angevine et l’Église au temps de la seconde maison d’Anjou (v. 1356-v. 1480), dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque d’Angers (1998), Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 275), p. 619-637.

Matz 2014a = J.-M. Matz, La reine Jeanne Ire de Naples, le pape Clément VII et l’adoption de Louis Ier d’Anjou, dans Schola Salernitana. Annali, 19, 2014, p. 41-58.

Matz 2014b = J.-M. Matz, Un grand officier des princes angevins : le chancelier Jean Le Fèvre d’après son Journal (1381-1388), dans Provence historique, 64, 2014 (Hommage à Jean-Paul Boyer), p. 313-325.

Matz 2017a = J.-M. Matz, La chancellerie d’Anjou-Provence d'après le Journal de Jean Le Fèvre (1381-1388), dans O. Guyotjeannin, O. Mattéoni (dir.), Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France : Jean de Berry et l’écrit. Actes du colloque de Bourges (2016), Paris, 2017, à paraître.

Matz 2017b = Le chapitre cathédral d’Angers et le service du prince. Formation intellectuelle et pratiques culturelles des chanoines officiers des ducs d’Anjou (milieu XIVe-fin XVe siècle), dans I. Mathieu, J.-M. Matz (dir.), Parcours universitaires et formations intellectuelles des officiers angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle). Actes du colloque ANR Europange (Angers, 2015), Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 518-3), à paraître.

Matz – Comte 2003 = J.-M. Matz, Fr. Comte, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. Diocèse d’Angers, Turnhout, 2003 (Fasti Ecclesiae Gallicanae, 7).

Maurer 2003 = H. H. Maurer, Margaret of Anjou. Queenship and power in late medieval England, Woodbridge-Rochester, 2003.

Mayère 2012 = S. Mayère, Anne Dauphine, duchesse de Bourbon, comtesse de Forez et dame de Beaujeu (1358-1417). Le gouvernement et l’action politique d’une princesse à la fin du Moyen Âge, dans Bousmar et al. 2012, p. 369-384.

Médiévales 2005 = Princes et princesses à la fin du Moyen Âge, dans Médiévales, 48, 2005.

Mérindol 1987 = Ch. de Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblématique, art, histoire, Paris, 1987.

Miceli 2005 = A. Miceli di Serradileo, Concessioni di cariche ed uffici nel Regno di Napoli fatte da Marie de Blois vedova di Luigi I d’Angiò negli anni 1385-1388 a cavalieri ed altri suoi fedeli durante la minore età del figlio Luigi II d’Angiò, dans Araldica Calabrese, 5, 2005, p. 97-106.

Nayt-Dubois – Santinelli-Folz 2009 = A. Nayt-Dubois, E. Santinelli-Folz (éd.), Femmes de pouvoir et pouvoirs des femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes, 2009.

Nielen 2011 = M.-A. Nielen (dir.), Corpus de sceaux français du Moyen Âge. III. Les sceaux des reines et des enfants de France, Paris, 2011.

Offenstadt 2001 = N. Offenstadt, Les femmes et la paix à la fin du Moyen Âge : genre, discours, rites, dans Le règlement des conflits au Moyen Âge. Actes du 31e congrès de la SHMESP (Angers, 2000), Paris, 2001, p. 317-333.

Olivier-Martin 1931 = Fr. Olivier-Martin, Études sur les régences. I. Les régences et la majorité des rois sous les Capétiens directs et les premiers Valois (1060-1375), Paris-Bar-le-Duc, 1931.

Pipon 1998 = Br. Pipon, Quand l’Anjou écrit sa coutume, ou les seigneurs du Maine et de l’Anjou présentent leur coutume à saint Louis, dans Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 2, 1998, p. 39-50.

Poutrin – Schaub 2007 = I. Poutrin, M.-K. Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe (XVe-XVIIIe siècle), Paris, 2007.

Proust-Perrault 2007-2008 = J. Proust-Perrault, Une résidence princière parisienne : l’Hôtel d’Anjou (XIVe-XVe siècles), dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 134-135, 2007-2008, p. 47-69.

Rao 2016 = R. Rao (dir.), Les grands officiers dans les territoires angevins – I grandi ufficiali nei territori angioini. Atti del convegno, Università degli Studi di Bergamo, 15-16 novembre 2013, Rome, 2016 (Collection de l’École française de Rome, 518-1), http://books.openedition.org/efr/3015.

Reynaud 1979 = M.-R. Reynaud, La politique de la Maison d’Anjou et la soustraction d’obédience en Provence (1398-1402), dans Cahiers d’histoire, 24, 1979, p. 45-57.

Reynaud 1990 = M.-R. Reynaud, L’absence du prince, un problème de gouvernement de la deuxième Maison d’Anjou-Provence (ca. 1384-ca. 1434), dans État, société, spiritualité. Mélanges René Fédou, Lyon, 1990, p. 49-57.

Reynaud 2000 = M.-R. Reynaud, Le temps des princes. Louis II et Louis III d’Anjou-Provence (1384-1434), Lyon, 2000.

Reynaud 2001 = M.-R. Reynaud, Deux princesses – et reines – de la deuxième Maison d’Anjou-Provence : Marie de Blois-Penthièvre et Yolande d’Aragon (ca. 1360-ca. 1442), dans Reines et princesses au Moyen Âge. Actes du colloque international du CRISIMA (Montpellier, 1999), Montpellier, 2001 (Sénéfiance), p. 277-290.

Santoro 2010 = M. Santoro (dir.), La donna nel Rinascimento meridionale. Atti del convegno internazionale (Roma, 2009), Rome-Pise, 2010.

Sommé 1993 = M. Sommé, Les délégations de pouvoir à la duchesse de Bourgogne Isabelle de Portugal au milieu du XVe siècle, dans Les princes et le pouvoir au Moyen ÂgeActes du 23e Congrès de la SHMESP (Brest, 1992), Paris, 1993, p. 285-301. 

Sommé 1998 = M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Villeneuve d’Ascq, 1998.

Vauchez 1987 = A. Vauchez, Une « sainte femme » du Val de Loire à l’époque de la guerre de Cent Ans : Jeanne-Marie de Maillé (1331-1414), dans Id., Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987, p. 225-236.

Walckenaer 1890 = A. Walckenaer, Louis Ier, duc d’Anjou, lieutenant général en Languedoc (1364-1380), thèse de l’École des chartes, 1890.

Xhayet 1990 = G. Xhayet, Partisans et adversaires de Louis d’Anjou pendant la guerre de l’Union d’Aix, dans Provence historique, 40, 1990, p. 403-427.

Yver 1970-1971 = J. Yver, Le caractère lignager du bail des mineurs dans les coutumes de type angevin, dans Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 30, 1970-1971, p. 425-442.

Haut de page

Notes

1 Matz 2014a.

2 Parmi les plus significatifs : Erler – Kowaleski 1988 ; Poutrin – Schaub 2007 ; Arcangeli – Peyronel 2008 ; Nayt-Dubois – Santinelli-Folz 2009 ; Bousmar et al. 2012.

3 Earenfight 2005 ; Mainoni 2010, dont aucune contribution ne porte sur une princesse angevine à Naples, pas plus d’ailleurs que dans Santoro 2010. Pour la France, Gaude-Ferragu 2014.

4 Voir les remarques introductives de Didier Lett et Olivier Mattéoni, Médiévales 2005, p. 5-14 (ici p. 7) ; pour un cadre général, Lett 2013.

5 Deux sont devenues reines : la femme du roi Charles VII Marie d’Anjou (sœur du roi René), qui n’eut pas de rôle politique (Chevalier 1999), et Marguerite d’Anjou (fille du roi René), femme très influente d’Henri VI d’Angleterre (Maurer 2003). Sur Yolande d’Aragon (mère du roi René), Boudet 2007, Boudet – Sené 2012, et Reynaud 2001.

6 Chaigne-Legouy 2008, 2011 et 2014.

7 Titre de l’article de Reynaud 1990.

8 Reynaud 2001, et surtout Arlot 2006, qui donne une biographie étroitement chronologique mais bien peu analytique.

9 Sur le personnage, Matz 2014b.

10 Journal JLF.

11 Journal JLF, p. 439 : en octobre 1387, il précise que « bien me despleust, mais je obey au commandement de Madame ».

12 Lett 2012, p. 565.

13 C. Devic et Dom Vaissette, Histoire générale du Languedoc, t. 9, Toulouse, 1886, p. 854 (en 1376) et p. 870-871 (en 1379) ; voir l’étude seulement factuelle de Walckenaer 1890.

14 Journal JLF, p. 43.

15 Sommé 1998, et surtout Sommé 1993, p. 287 et 301 (pour la citation de l’ordonnance ducale).

16 Journal JLF, p. 40 (27 mai 1382). Sur Hardouin de Bueil, évêque d’Angers (1374-1439) et serviteur des princes angevins sur trois générations, Matz – Comte 2003, p. 175-179. Pierre d’Avoir, seigneur de Château-Fromont, lieutenant de Louis Ier, était aussi chambellan du roi de France.

17 Le 1er octobre 1384, le conseil présidé par Marie de Blois décide : « Deliberé fu : – Premier que les lettres de justice et aucunnes aultres seroient faites ou nom de monseigneur le roy Loys et sellées de son seel d’Anjou que il me laissa quant il s’en ala en Ytalie ; – Item que les lettres qui seront faites des choses passées en la presence de madame la roynne seront ainsi signées : Par le roy, en la presence de la roynne en son conseil ; – Les lettres de justice qui par moy le chancelier seront passées en l’absence de Madame seront ainsi signées : Par le roy à la relacion de son conseil ; – Toutes les lettres qui passeront soubz le seel d’Anjou seront ainsi datées : Donné en tel lieu soubz nostre seel par nous ordenné et laissié pour le gouvernement de nos terres de France » (Journal JLF, p. 54-55).

18 Paris, Archives nationales, P 133417, n° 33 (27 septembre 1383), n° 34 (26 décembre 1383) et n° 35 (20 septembre 1384, jour de sa mort). Ces testaments ont été précédés d’un autre, perdu, mentionné par Le Fèvre (Journal JLF, p. 49) ; peut-être contenait-il déjà la même clause ?

19 Olivier-Martin 1931 ; Cosandey 1997 et 2005.

20 Journal JLF, p. 57 (4 novembre 1384).

21 Journal JLF, p. 61-62 (18 novembre 1384).

22 Journal JLF, p. 63.

23 Journal JLF, p. 88.

24 Pipon 1998 ; Yver 1970-1971.

25 Journal JLF, p. 92.

26 Sur l’Italie, voir Galasso 1992 et Chaigne-Legouy 2013, qui dispensent d’envisager le versant italien de mon sujet.

27 Bourrilly 1926.

28 Aurell – Boyer – Coulet 2005, p. 286-288 ; voir aussi Xhayet 1990.

29 Journal JLF, p. 90 : s’adressant à Le Fèvre, Berry « me dit comment de la conté de Prouvence le roy estoit infourmé que à li devoit appartenir » ; voir Autrand 2000, p. 166-167.

30 Journal JLF, p. 107 (8 mai 1385).

31 Journal JLF, p. 110-111.

32 Journal JLF, p. 112.

33 Journal JLF, p. 106 ; sur la chancellerie et ses pratiques, Matz 2017a.

34 Journal JLF, p. 79-80 (31 décembre 1384).

35 Titre de l’ouvrage dirigé par Mainoni 2010.

36 La liste des conseillers comprend le chancelier, l’évêque d’Angers, le doyen et deux chanoines de la cathédrale d’Angers ; sur la participation de ces clercs au gouvernement, Matz 2017b.

37 Journal JLF, p. 49-50 (20 novembre 1383).

38 Journal JLF, p. 110 (18 mai 1385).

39 Journal JLF, p. 125-126 (19 et 20 juin 1385).

40 Journal JLF, p. 364 (8 juillet 1387).

41 Reynaud 2000, p. 138-144.

42 Expression de Bubenicek 1996, sur l’évolution du conseil de Yolande de Flandre.

43 Journal JLF, p. 128 (26 juin 1385)

44 Journal JLF, p. 59 (16 novembre 1384).

45 Journal JLF, p. 300 (19 juillet 1386).

46 Voir l’étude très rapide de Miceli 2005, qui appelle une analyse bien plus fouillée.

47 Pour une typologie des actes, Matz 2017a.

48 Journal JLF, p. 172, 380, 412 (2 cas), 447 (2 cas) et 470 pour les mentions explicites de crimen lese majestatis, que l’on déduit dans une trentaine d’autres cas dont le crime est similaire.

49 Bedos-Rezak 1988, et Nielen 2011.

50 Chaigne-Legouy 2014, p. 258-268, et sa contribution dans ce dossier.

51 Mérindol 1987, p. 231 : écu rond, posé sur un soleil au centre d’un cercle étoilé et embrassé par quatre bustes d’anges aux bras étendus, avec pour légende S. MARIE. DEI. GRA. REGINE IERLM ET SICILIE DUCATUS : APULIE : PRINCIPATUS : CAPUE : DUCISSE : ANDEGAVIE ET TURONIE COMITISSE PROVINCIE CENOM ET PEDEMONTIS. Cette titulature reste étroitement territoriale et ne développe pas la nature de son pouvoir.

52 Journal JLF, p. 60.

53 Mérindol 1987, p. 229-232 : ce sceau n’est pas conservé, mais celui utilisé entre 1388 et 1396 fait 57 mm de diamètre ; les trois sceaux secrets de Louis mesurent entre 30 et 50 mm !

54 Journal JLF, p. 67 (19 novembre 1384).

55 Journal JLF, p. 181, il scelle « du seel de Madame et du seel du roy [Louis II] au title du duché de Calabre » ; à son retour le 4 juin 1386, « Elle me rendi les seaulx en disant que de celui de Calabre on ne useroit plus et que je le povoie bien faire fondre » (Ibid., p. 277).

56 Journal JLF, p. 108, 189 et 319.

57 Journal JLF, p. 96, 178 et 520. Mérindol 1987, p. 230 : ce sceau secret est un M gothique couronné, tenu – là aussi – par deux anges, avec pour légende, en français, S. SECRET MARIE ROYNE… DU ROYAU…

58 En mai 1386, et mane tradidi ei sigillum suum magnum et sigillum regis in deposito in coffro sigilli sui secreti (Journal JLF, p. 274, et p. 277 pour leur recouvrement) ; entre octobre 1386 et son retour le 2 mai suivant où « elle me fist bailler les seaulx que elle en mon absence avoit toulzjours eu en son coffret » (Ibid., p. 321, 323, 340), ou p. 357 et 359 pour une mission à la curie en juin 1387.

59 Journal JLF, p. 216 : « Madame me bailla le seel de la seneschauciée et retint le seel de la finance » (30 décembre 1385).

60 Journal JLF, p. 77 (27 décembre 1384) et p. 151 (9 août 1385). Matz 2017b.

61 Journal JLF, p. 123 (16 juin 1385).

62 Expression de Balouzat-Loubet 2009.

63 Journal JLF, p. 67-68 pour la citation, p. 68-72 pour la fournée d’officiers.

64 Journal JLF, p. 96 et 113. Voir Rao 2016.

65 Journal JLF, p. 344 (12 mai 1387).

66 Journal JLF, p. 439 (10 octobre 1387), et p. 479 (17 décembre 1387).

67 Journal JLF, p. 93 (comté de Beaufort en Anjou), 94, 112-113, 161, 178, 186, 196…

68 Journal JLF, p. 114 pour le marquisat de Lunel (25 mai 1385) : « Le procureur de la marquise offri à Madame hommage pour la terre de Lunel ; Madame respondi que par procureur ne la recevroit, mais li donna respit de six mois ».

69 Journal JLF, p. 67-74.

70 Journal JLF, p. 120 (8 juin 1385).

71 Journal JLF, p. 108-109 (15 mai 1385, « et baisa Madame en la bouche et baisa le roy ou pié, et le roy le baisa en la bouche »), p. 369 pour le comté d’Ariano (26 juillet 1387).

72 Sur cette cérémonie, Boyer 2011.

73 Journal JLF, p. 156-157.

74 Journal JLF, p. 193 (6 novembre 1385).

75 Offenstadt 2001.

76 Journal JLF, p. 207.

77 Hébert 1979, p. 217-219.

78 Sur les entrées provençales, Coulet 1977.

79 Journal JLF, p. 511.

80 Journal JLF, p. 453-460 (pour les messes), p. 458 et 460-461 (pour les privilèges).

81 Vauchez 1987, p. 232-234, Matz 2000.

82 Journal JLF, p. 384 et p. 509 où Le Fèvre scelle littera supplicatoria ad papam ex parte domine, pro canonizacione Petri cardinalis de Lucembourch.

83 Gaude-Ferragu – Vincent-Cassy 2016.

84 Avril 2009, p. 37-45.

85 Biblioteca apostolica Vaticana, Archivio di San Pietro, ms. E 25, fol. 1, 2, 9 et 38.

86 Legaré 2003, rappelle que c’est sur la commande de la seconde épouse du roi René, Jeanne de Laval, que ce texte a été mis en prose vers 1465 par un clerc angevin.

87 Heidelberg, Universitätbibliothek, ms. Pal. Lat. 1969.

88 Paris, BnF, ms. fr. 1313.

89 Richard Eudes, « son medecin », reçoit en 1386 de la duchesse 50 francs « pour aller soi faire maistrier en medecine à Montpellier » (Journal JLF, p. 237 et 247).

90 Inventaire 1903. Dans les requêtes présentées par Marie au duc de Berry le 14 novembre 1384, elle précise que « monseigneur a despendu ou fait de sa conqueste presque touz ses meubles », et que « de aucuns de ses meilleurs joiaux de ce qui y en estoit demouré, qui ont esté venduz » (Journal JLF, p. 62).

91 Dans l’ordre de citation de ces femmes : Balouzat-Loubet 2014 ; Sommé 1998 ; Bubenicek 2002 ; Mayère 2012.

92 Également dans l’ordre de citation, outre Chaigne-Legouy 2014 pour l’ensemble des princesses : Boudet 2007 et Reynaud 2001 ; Chaigne-Legouy 2011 ; Maurer 2003.

93 Balouzat-Loubet 2015.

94 Veterum scriptorum et monumentorum historicorum…, éd. E. Martène et U. Durand, Paris, t. 7, 1733, col. 602-610 (1398), col. 1264 et ss. pour la rétractation. Voir Reynaud 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Matz, « Princesse au pouvoir, femme de pouvoir ? L’action politique de Marie de Blois d’après le Journal du chancelier Jean Le Fèvre (1383-1388) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3666 ; DOI : 10.4000/mefrm.3666

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Matz

Université d’Angers, CERHIO (CNRS FRE 2004), jean-michel.matz@univ-angers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals