Navigation – Plan du site
Atelier doctoral : « Circulations, connexions et dynamiques sociales : la Méditerranée centrale et occidentale entre mondes chrétiens et islamiques (VIIe-XVe siècles) »

Introduction

Lucia Arcifa et Annliese Nef

Texte intégral

1L’atelier doctoral dont une partie des interventions sont ici publiées a été organisé à l’Université de Catane entre le 11 et le 15 juillet 2016. Coordonné par Lucia Arcifa (Università degli Studi di Catania) et Annliese Nef (Université Paris I-Panthéon Sorbonne), il était organisé par l’École française de Rome et l’université de Catane, et soutenu par l’UMR 8167 Orient et Méditerranée, par l’UMR 5648 CIHAM et par la Casa de Velázquez, dans l’idée de renforcer la coopération entre les deux institutions françaises à l’étranger autour des ateliers doctoraux.

2Le thème en était le suivant : « Circulations, connexions et dynamiques sociales : la Méditerranée centrale et occidentale entre mondes chrétiens et islamiques (VIIe-XVe siècles) ». Sa formulation soulignait d’entrée de jeu qu’il s’agissait de réfléchir ensemble aux modèles interprétatifs les plus pertinents en vue de penser les types de contacts entre mondes chrétiens et islamiques dans la Méditerranée occidentale et centrale. Diverses propositions ont en effet été avancées récemment qui vont des transferts culturels à la notion de transculturalité, en passant par l’histoire connectée. Toutes insistent sur les dynamiques de transformations sociales à l’œuvre en amont et en aval des contacts proprement dits, parmi lesquelles figurent révolutions scientifiques et évolutions techniques ; évolution des relations de connaissance et d’interconnaissance, transformation de l’appréhension de l’espace et de ses habitants, évolution des conceptions du beau et du goût ; transformation des modes de vie (alimentions, vêtement, hygiène, comportement...) ; évolution des normes juridiques et politiques.

3Les contextes de contact pris en compte étaient variés : conquêtes et changements de dominations, évolutions de la culture matérielle et transformations sociales qu’ils entraînent ; relations diplomatiques, commerciales, artistiques ou intellectuelles ; représentations de l’altérité ; et enfin espaces partagés (zones frontalières, lieux de transactions, etc.).

4L’appel à candidature international insistait également sur le fait qu’il s’agissait de réfléchir à partir de sources de natures distinctes exigeant des approches différentes : culture matérielle et représentations, sources archéologiques et textuelles.

5Le comité scientifique qui a sélectionné les participants était composé des intervenants : Lucia Arcifa, Sonia Gutierrez (INAPH-Instituto Universitario de Investigación en Arqueología y Patrimonio Histórico-Universidad de Alicante), finalement absente, Mohamed Hassen (Université de Tunis), Daniel König (Université de Heidelberg, Cluster « Asia and Europe in a Global Context »), Annliese Nef, Roser Salicrú i Lluch (Institució Milà i Fontanals – Consejo Superior de Investigaciones Científicas ; Barcelona), Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris-Sorbonne, UMR 8167), Dominique Valérian (Université Lyon 2,  648). S’y ajoutaient Stéphane Gioanni (directeur des études médiévales de l’École française de Rome) ; Mirella Cassarino, Carmelo Crimi, Claudia Guastella et Carmelina Urso, tous de l’Università degli Studi di Catania.

6Douze candidats bénéficiant d’une bourse de l’EFR et deux autres sans cette aide ont participé à l’atelier ; ils venaient d’Italie, d’Espagne, du Portugal, de Pologne et de Tunisie. Des étudiants de l’université de Catane ont également assisté à cette formation. À l’issue de la session, quatre textes ont été retenus après évaluation pour une parution dans les MEFRM. Ils reflètent la diversité, des sources sollicitées, des approches et des questionnements mis en œuvre : Aimone Grossato à partir d’un exemple d’échange de dons entre les Omeyyades d’al-Andalus et les Ottoniens avance des considérations générales sur ce type d’échanges entre ces deux dynasties et Byzance. Catherine Richarté-Manfredi propose, quant à elle, une réflexion sur les épaves datant du haut Moyen Âge retrouvées en Méditerranée occidentale et les envisage comme des témoins des échanges commerciaux plutôt que belliqueux. Maria del Mar Valls Fusté analyse les possibles liens entre le répertoire, constitué de multiples apports, des peintures présentes sur les plafonds d’édifices localisés dans les territoires de la Couronne d’Aragon et les motifs qui ornent la céramique produite à Paterna et Teruel au XIVe siècle. Enfin, Nunzia Mangialardi, en partant de l’analyse de l'enceinte du château de Lucera, s’interroge sur l’origine de l'utilisation médiévale de la brique dans la construction en Pouille, et dans l’Italie méridionale normanno-souabe.

7Nous tenons pour finir à remercier le recteur de l’Université de Catane et le professeur Santo di Nuovo, directeur du Dipartimento di Scienze della Formazione de l’Université de Catane, ainsi que tous les collègues, les doctorants et post-doctorants de cette université pour leur présence, questions et discussions. La visite de Syracuse le dernier jour a aussi bénéficié de l’accueil et des interventions de Tiziana Ricciardi (Pontificia Commissione di Archeologia sacra, inspectrice pour les catacombes de la Sicile orientale) et Giulia Arcidiacono (docteure en histoire de l’art médiéval de l'Université de Bari), qu’elles en soient remerciées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Arcifa et Annliese Nef, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3703 ; DOI : 10.4000/mefrm.3703

Haut de page

Auteurs

Lucia Arcifa

Università di Catania, l.arcifa@unict.it

Annliese Nef

Université Paris I-Panthéon Sorbonne, annliese.nef@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals