Navigation – Plan du site
Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)

Titres et insignes du pouvoir des duchesses de la seconde Maison d’Anjou. Une approche diplomatique, sigillaire et emblématique de la puissance féminine à la fin du Moyen Âge

Marion Chaigne-Legouy

Résumés

Prenant comme champ d’observation une maison princière de la fin du Moyen Âge, cet article présente comment un pouvoir féminin, construit de iure dans le cadre d’un État d’exception, procède d’un point de vue symbolique pour imposer sa légitimité sur une principauté éclatée et pour obtenir la reconnaissance de ses droits sur le royaume de Sicile. Les actes princiers, définissant les modalités de ce pouvoir, forgent tant en français qu’en latin sa création lexicale, en particulier celle de ses titres, et permettent d’interroger la nature des différentes formes qu’il a revêtues. Ils témoignent d’une clarification progressive entre la régence, la lieutenance et la vice-régence. La première s’impose comme une dignité appuyée sur le droit privé et inséparable du genre féminin, tandis que la seconde est un office auquel la seule volonté du prince donne accès. Enfin, la dernière instaure une dyarchie à la tête de la principauté angevine, dans laquelle le fils exonère sa mère des restrictions de son genre pour la munir d’une potestas inédite. Ce lexique est repris ou amendé dans la production diplomatique des souveraines, elle-même validée par l’imposition de sceaux aux matrices spécifiques. La mise en image de l’autorité féminine manifeste une forme d’individualité, autorisée par l’établissement de devises, mais tempérée à la fois par la place centrale réservée aux armoiries et par la célébration du couple princier (qu’il s’agisse des époux ou du lien filial qui unit mère et fils), représentant une continuité dynastique et une stabilité politique indispensables à la puissance monarchique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La présente contribution est issue de recherches menées pour une thèse de doctorat inédite, souten (...)

1Née en 1360 de la dévolution du duché d’Anjou par Jean II le Bon à son fils puîné Louis, la dynastie de la seconde Maison d’Anjou a prospéré durant un siècle, étendant progressivement, ou de façon intermittente, sa domination à d’autres territoires : comtés du Maine, de Provence et de Forcalquier, duchés de Bar et de Lorraine, royaume de Sicile. Les duchesses ont joué un rôle central dans la construction de cet État princier. Toutes sont entrées dans la famille par alliance matrimoniale. Elles lui ont apporté certaines possessions ou ont prolongé l’œuvre de conquête entamée par les hommes, lors de crises qui, interrompant le cours ordinaire du gouvernement, leur ont permis d’accéder à des fonctions politiques. Épouses, ces princesses reçoivent le titre de lieutenante générale lors des absences de leurs maris, souvent à la guerre. Mères, elles sont régentes au cours de la minorité des enfants princiers ou bien vice-régente lorsqu’un fils majeur, contraint à l’éloignement, décide de prolonger leur autorité sur toute ou partie des territoires qu’il dirige. Marie de Blois devient ainsi régente de 1385 à 1399, Yolande d’Aragon est successivement désignée lieutenante (1410-1411), régente (1417-1423) et vice-régente (1423-1435), Isabelle de Lorraine occupe la fonction de lieutenante de 1435 à 1438 et de 1440 à 1442. Enfin, Jeanne de Laval ne détient qu’une brève lieutenance en 14611.

  • 2 Jarry 1906. À partir de cette date, le duc et la duchesse d’Anjou adoptent le titre de roi et rein (...)

2L’absence du prince, pour majeure partie liée aux ambitions séculaires de conquête du royaume de Naples légué par la reine Jeanne Ire à Louis Ier d’Anjou, suite à son adoption en juin 13802, n’est toutefois pas une condition suffisante pour que le rôle politique des princesses prenne forme. Il est encore nécessaire que celui-ci se traduise en des termes juridiques dans des actes de nature privée (testaments) ou des actes publics de délégation d’autorité (lettres patentes) définissant ses conditions, ses modalités et ses limites. Il faut aussi que ce pouvoir féminin construit de iure repose sur une légitimité reconnue par tous, sur un ordre politique et symbolique particulièrement indispensable aux duchesses d’Anjou, dont l’identité publique doit s’affirmer sur un ensemble territorial dispersé, une véritable mosaïque de droits, de communautés et d’institutions qui s’articulent en temps ordinaire autour d’un noyau, le duc.

  • 3 Sur le renouveau de l’art du portrait à la fin du Moyen Âge dans une société « suremblématisée », (...)

3Il s’agit alors d’envisager, à travers le mot et l’image, les continuités ou les changements opérés à travers divers modes de projection de l’autorité princière féminine. Les mandats princiers donnent en effet aux duchesses d’Anjou le droit d’utiliser des titres, des emblèmes et des sceaux qui constituent la manifestation tout autant que la mise en signe de leur autorité politique. L’apparition du portrait en cour angevine à la fin de la période complète les autres systèmes de représentation chargés d’« individualiser un personnage »3. Cette production participe au renouvellement des codes d’une puissance princière, non plus assumée individuellement, mais en couple, suite à l'ébranlement des ambitions méditerranéennes de la dynastie.

La création lexicale du pouvoir féminin : une construction juridique

  • 4 Paris, Arch. nat., P 1334/17, n°33 (1383).
  • 5 En 1374, l’ordonnance testamentaire de Charles V confie le bail des enfants royaux à la reine de F (...)
  • 6 Gibbons 2012, ici p. 104-106.

4Une frontière juridique et une hiérarchie politique a priori infranchissables distinguent les souverains et les souveraines de la fin du Moyen Âge. À l’instar du roi de France, les ducs d’Anjou déclarent régner sur leur principauté en vertu d’une délégation divine, reprennent à leur compte le principe de la primogéniture masculine et affirment leur monopole de la souveraineté. Or l’intervention des duchesses d’Anjou dans la sphère politique à titre officiel est bien attestée, et les princes ont forgé eux-mêmes l’image et l’autorité souveraine de ces dernières. Les dispositions testamentaires de Louis Ier d’Anjou, échelonnées entre le 23 septembre 1383 et le 20 septembre 1384, confondent la garde du roi et la direction politique des territoires sous domination angevine : « aussi voulons-nous que la reine nostre compaigne ait le gouvernement de Loys nostre ainsné fils duc de Calabre, jusques a tant qu’il soit en aage de vint et un an accomplis, senz ce que a nul autre en appartiegne administration ou gouvernement4. » Cette assimilation n’est systématique ni dans le droit, ni dans la pratique des princes européens5. Elle a pourtant été conservée dans la dynastie angevine avec une remarquable stabilité qui contraste, à titre d’exemple, avec la multiplication des règlements chargés d’établir une régence durant les absences de Charles VI6.

5La première expérience féminine du pouvoir, celle de Marie de Blois, a influé sur la construction juridique des régences angevines ultérieures. Alors que la suprématie de la princesse n’est établie que par des circonvolutions, puisqu’aucun titre ne lui est reconnu dans les dispositions testamentaires de Louis Ier, celle de Yolande d’Aragon, instituée régente par Louis II en 1417, est désignée de façon plus explicite :

  • 7 AD M&M, 3F438, f° 335v-357.

Idem dominus testator uoluit et ordinauit quod dicta domina regina eius coniuge sit baiula, tutrix, custrix et administratrix huiusmodi et dominorum liberorum, donec legitime sint etatis ac terrarum, possessionum et dominorum suorum omnimodum regimen habeat custodiam et administrationem, quodque nullus alius de ipsius regiminis custodie et administratione se preter uoluntatem dicte domine regine quomodolibet intromittat7.

  • 8 Pour un aperçu de cette question dans le champ sociolinguistique, voir Fracchiolla 2008.
  • 9 Matthieu, 19, 5-6.

6Les termes du droit féodal (bail) sont employés sans distinction avec ceux du droit romain (tutelle). On trouve le même amalgame entre la garde des enfants et le gouvernement de régence qu’à la génération précédente. En revanche, la charge qu’occupe la mère de l’héritier mineur reçoit une accumulation de titres féminisés : baiula, tutrix, custrix et administratrix. Le procédé linguistique est signifiant8. Il institue la régence comme un prolongement de la dignitas des souveraines angevines, inséparable de leur genre. Les duchesses sont nommément designées afin d’assurer une mission ponctuelle et temporaire : exercer le gouvernement du roi mineur et de son royaume. Comme son aïeule, Yolande d’Aragon est choisie en raison de la bonne entente conjugale qui l’unit à son conjoint : la fides matrimoniale, garantie par l’unicité du couple (« les deux seront en une seule chair »9) et par l’indissolubilité du sacrement du mariage, justifie la suppléance « naturelle » de son époux.

  • 10 Guerra Medici 2012, p. 620.

7Les arguments sur lesquels repose la désignation (foi conjugale et amour maternel) ainsi que ses modalités (vœux testamentaires) n’entretiennent que des liens a priori ténus avec ceux qui fondent les lieutenances féminines. Ils sont considérés comme insuffisants par les juristes pour justifier l’accession d’une femme à une telle fonction. Si une dignitas est reconnue de fait aux dames nobles, il est exigé qu’elles n’occupent un office à condition d'être pourvues d’un privilège délivré par un détenteur de l’autorité publique, leur accordant une faculté d’administration10. C’est pourquoi la subsidiarité conjugale doit prendre la forme d’une délégation de pouvoir formalisée, tandis que la régence n’est qu’une simple désignation.

  • 11 Sur le rapport entre officium et dignitas, voir Peltzer 2012.
  • 12 Respectivement AD BDR, B 11, f° 351-351v et AD BDR, B 12, f° 90-90v.
  • 13 AD BdR, B 9, f° 186-187v.
  • 14 L’ancien et le moyen français recourent aux suffixe -eresse ou -esse (issu du latin -issa) comme e (...)

8La lieutenance est précisément une charge administrative conférée par un instrument public qui permet à son bénéficiaire de seconder le souverain ou de suppléer ce dernier en son absence, soit dans l’ensemble de ses États, soit dans une portion de ceux-ci. L’approche lexicologique permet de saisir en quoi cette transmission d’autorité renvoie à un office plutôt qu’à une dignité liée au statut social des dames11. Les deux provisions de lieutenance confiées par René d’Anjou à son épouse Isabelle de Lorraine offrent des éléments intéressant la réflexion. La première date du 4 juin 1435 : elle dépêche la princesse à Naples pour organiser la résistance de la ville contre Alphonse V d’Aragon, compétiteur du duc d’Anjou au trône de Sicile. La seconde est rédigée le 18 août 1440 depuis Naples où le souverain a rejoint sa femme. Il renvoie cette dernière en « pays de par-deçà » avec une littera commissionis et potestatis […] super regimine huius patrie12. Dans les deux cas, Isabelle de Lorraine est instituée vicaire générale, lieutenante, rectrice et gouvernante (vicariam generalem, vicegerentem, locumtenentem, rectricem, et gubernatricem). L’accumulation des titres féminisés en latin contraste avec la sobriété de l’acte de Louis II qui, le 14 février 1410, nomme simplement sa femme, Yolande d’Aragon « nostre lieutenant general esdiz pays et terres de France, de Prouvence et Forcalquier »13. Le document témoigne de la neutralisation des titres de fonction dans la langue française à la fin du Moyen Âge, qui confère au masculin une valeur générique. C'est une rupture avec les usages de l’ancien et du moyen français, qui faisaient se correspondre sexe biologique et genre grammatical14. Tandis que la perpétuation de l’emploi féminisé du titre de « régente » – terme qui ne fait son apparition en langue française qu’au XVIe siècle – vise à rappeler que ce dernier prolonge la dignitas des souveraines, la neutralisation du titre de « lieutenant » circonscrit la lieutenance, même féminine, dans le strict cadre d’un office « impersonnel », l’accession à cette fonction ne relevant que du choix discrétionnaire du prince.

  • 15 Faraglia 1904.

9Les lettres de commission en faveur des femmes sont en partie destinées à prévenir toute contestation du pouvoir qui leur est confié, pour garantir la stabilité d’un gouvernement qui tient autant de la gestion féodale que de la souveraineté princière, et dans lequel le juridique ne recouvre pas strictement le politique. La vice-régence accordée à Yolande d’Aragon par son fils Louis III en 1423, alors que ce dernier s’émancipe de la tutelle maternelle pour se rendre en Italie recueillir l’héritage de la reine Jeanne II de Naples15, offre un constat sans appel. Par souci de prudence et pour l’utilité de tous, le prince nomme sa mère rectrice, administratrice, procuratrice et vice-régente de ses royaumes, duchés, comtés et terres adjacentes, pour lui et en son nom (retricem, administratricem, procuratricem et vicegerentem nostram pro nobis et nostro nomine). Le prince craint toutefois que le sexe féminin et sa fragilité consubstantielle, tels qu’ils sont définis dans les droits canon, civil et coutumier, puissent porter préjudice au gouvernement de sa mère. C’est pourquoi il décide, en vertu de sa potestas et de sa puissance de seigneur et maître, de retirer toute force à ces lois.

  • 16 Paris, Arch. nat., P 1334/1, f°45v-46.

Supplentes de regali nobis ingenita, clemencia et dominica pietate omnes defectus si que muliebris sexus et fragilitatis ob causam iuris ciuilis, canonici uel consuetudinis forent et possent presentibus aliquod praeiudicium generare, quae iura quo ad hoc tollimus et de potestate dominica uiribus et efficatia uacuamus16.

  • 17 La royauté française s’est affranchie des règles de droit privé par la maxime quod principi placui (...)
  • 18 Pour une réflexion sur l’ambiguïté de l’état d’exception, « notion de la forme légale de ce qui ne (...)

10Empruntant la clause non obstant, par laquelle la royauté française déroge temporairement au droit coutumier17, Louis III d’Anjou oppose sa puissance aux lois de toute nature susceptibles de contrevenir aux droits souverains qu’il concède à Yolande d’Aragon. Il semble estimer que l’abrogation des restrictions juridiques concernant le pouvoir des femmes doit préserver sa mère de préventions qui relèvent tout autant du droit que des mentalités. Le prince circonscrit un état d’exception18 tempéré par le fait que les règles canoniques, civiles ou coutumières dont il s’affranchit restent en vigueur dans le reste de la société, témoignant de la persistance de principes temporairement annihilés par opportunisme politique. Rappelons que la vice-régence constitue une rupture vis-à-vis du contexte habituel de la délégation du pouvoir à une lieutenante, à savoir l’absence de l’incarnation monarchique. Le principe de subsidiarité n’a jamais été aussi clairement exprimé : il ne s’agit pas seulement pour Louis III de pallier son absence mais bien d’être secondé dans son entreprise de conquête, en fournissant à sa mère la potestas indispensable au soutien logistique, militaire et politique qu’il en attend. Une forme de dyarchie est mise en place à la tête du gouvernement angevin.

11Les régences, lieutenances et vices-régences féminines angevines correspondent donc chacune à une situation politique et juridique spécifique. Elles s’enrichissent les unes les autres et enracinent le pouvoir féminin au cœur du gouvernement angevin. La production normative des princes, source de la domination politique des souveraines, ainsi que le lexique utilisé, conduisent à l’élaboration spécifique des signes de validation de l’autorité de ces dernières. Titulatures, formules diplomatiques et sceaux constituent les instruments juridiques de la praxis politique des princesses et fonctionnent comme des révélateurs idéologiques de la dignité au nom de laquelle elles gouvernent.

Dire le pouvoir féminin : une approche diplomatique

  • 19 Bérenger 1900.
  • 20 Olivier-Martin 1931, p. 136-160.
  • 21 Bérenger 1900.

12L’émergence d’un pouvoir féminin correspond à une expérience contingente et singulière, dont la structuration est accélérée par les « conditions de vérité » établies par les formules diplomatiques. La titulature des duchesses d’Anjou, entre signe d’autorité et signe de reconnaissance, s’inscrit dans une généalogie de la désignation pour une large part empruntée à la cour de France. Jusqu’en 1270, ceux qui sont chargés de gouverner en l’absence du roi exercent en effet leur autorité sans titre spécifique, même si certains, à l’instar d’Adèle et de Guillaume de Champagne au tournant des XIIe et XIIIsiècles, ont précisé dans l’exposé de leurs actes qu’ils agissent en la place du roi (dum vices regias geremus). Blanche de Castille, pourtant parangon de la régence féminine, n’est pas même nommée, ni en tête, ni dans le corps des chartes royales19. Le titre de régent est porté pour la première fois par Philippe le Long en 1316, avec la rupture de la continuité dynastique des Capétiens directs, signalant la gravité d’une situation politique inconnue. Quant au futur Charles V, il adopte celui de lieutenant du roi lorsqu’il prend en charge la couronne de France suite à la défaite de Poitiers (1356), étendant à l’échelle du royaume un titre porté jusque là par des officiers territoriaux. C’est en atteignant sa majorité, le 21 janvier 1358, que le dauphin se présente comme le régent du royaume20. L’emploi usuel du terme de « régente » dans la tradition historiographique pour désigner toute femme dirigeant l’État au nom d’un prince mineur ne reflète donc pas l’historicité du titre, puisqu’il faut en réalité attendre le XVIsiècle pour qu’une reine de France soit nommée comme telle21. User, comme allant de soi, d’une expression empruntée à l’époque moderne ne doit pas faire oublier que c’est à la fin du Moyen Âge que se formalise la régence féminine, en correspondance avec la régence masculine telle qu’elle s’est développée dans le royaume de France au XIVe siècle, sans toutefois sans lui être complètement assimilée.

  • 22 L’usage des substantifs n’est pourtant pas inconnu en langue française. Yolande de Flandre s’intit (...)

13Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou exercent ainsi la régence en s’intitulant baiula, rectrix et administratrix, soit de liberorum nostrorum etate minorum, terrarumque et dominiorum predictorum, soit de illustris precarissimi nostro primogeniti Ludovici. Le terme de gubernatrix est parfois ajouté dans cette liste. En français, les régentes usent d’une périphrase pour définir la nature de leur pouvoir. Marie de Blois se présente « aiant le bail, garde et administracion de Loys roy desdits royaume et de Charles, noz enfans mineurs d’aage et de toutes leurs terres ». La formule est presque reprise à l’identique par Yolande d’Aragon « aiant le bail, garde et administracion de messeigneurs ses enfans mineurs d’ans et de leurs pays et terres »22. L’accumulation des titres vise à conforter et à protéger l’institution encore fragile d’une régence politique reposant sur la tutelle maternelle, donc sur le droit privé. Même si, dans leurs testaments, les princes angevins ont légitimé l’élection de leur épouse à la charge de régente par la foi conjugale et non par l’amour maternel, l’intitulation des duchesses dans les chartes françaises renvoie avant tout à une gestion de l’héritage des enfants appuyée sur la coutume, tandis que les actes rédigés en latin reprennent les titres accordés dans les mandats princiers (baiula, tutrix, administratix illustris carissimi nati nostri...).

14Le hiatus entre l’ordre juridique (ici les lettres de nomination) et les phénomènes d’ordre diplomatique (notamment la forme donnée à l’acte et le statut de son auteur) demeurent toutefois. Après le départ de Louis Ier pour Naples en 1382, alors que le sénéchal d’Anjou, Pierre d’Avoir, seigneur de Château-Fromont, est nommé pour administrer le duché d’Anjou, Marie de Blois imprime sa marque sur le gouvernement angevin de façon croissante sans porter de titre. Outre les missions diplomatiques dont elle se charge auprès du conseil de Charles VI, le chancelier Jean le Fèvre témoigne de son influence politique lorsqu’il évoque l’enjeu que revêtent les mentions finales des instruments composés durant l’absence du prince. L’officier relate la tenue d’un conseil en octobre 1384 à propos des formules conclusives des lettres de justice :

  • 23 JLF, p. 54-55. Le sceau d’Anjou se distingue du sceau de Calabre créé en mai 1382, utilisé pour la (...)

Deliberé fu : premier que les lettres de justice et aucunnes aultres seroient faite ou nom de monsegneur le Roy Loys et seellées de son seel d’Anjou que il me laissa quant il s’en ala en Ytalie ; - item que les lettres qui seront faites des choses passées en la presence de madame la Roynne seront ainssi signées : par le roy, en la presence de la Roynne en son conseil ; - les lettres de justice qui par moy le chancelier seront passées en l’absence de Madame seront ainsi signées : par le Roy à la relacion de son conseil ; toutes les lettres qui passeront soubz le seel d’Anjou seront ainsi datées : donné en tel lieu soubz nostre seel par nous ordenné et laissié pour le gouvernement de nos terres de France23.

15La souveraineté du prince angevin est présentée dans ces documents comme la source de l’action juridique tandis que les fondés de procuration menant à bien la délibération judiciaire, parmi lesquels la duchesse d’Anjou, ne sont mentionnés qu’au second plan. La présence de cette dernière apparaît comme un instrument de validation d’un acte princier, subordonné à l’usage du sceau d’Anjou. Ces dispositions diplomatiques ne reflètent donc pas la réalité du pouvoir exercé par Marie de Blois mais renvoient au flou juridique de sa fonction. C’est seulement avec sa régence, à partir de septembre 1384, qu’apparaissent dans la diplomatique angevine les mentions conclusives per reginam, per reginam presente, per reginam ore proprio ou per reginam in suo consilio, conservées par les générations ultérieures.

  • 24 Par exemple lorsque Yolande d’Aragon ordonne au bailli de Sisteron de lever les bannières royales (...)
  • 25 L’énumération des terres tient autant à la réalité de la domination angevine qu’à son anticipation (...)
  • 26 Par exemple Angers, Bibliothèque municipale, ms. 1255 (acte du 26 avril 1428, sans foliotation).
  • 27 Par exemple dans le mandement adressé aux clavaires qui doivent remettre les arrérages de pension (...)
  • 28 Chaigne-Legouy 2014, p. 250-252.

16Une autre forme de hiatus peut être relevée à travers les titres adoptés par les duchesses d’Anjou. Ceux-ci ne correspondent pas toujours à la situation historique qu’ils accompagnent et qu’ils sont censés traduire. Au XVe siècle, l’imprécision juridique de la lieutenance et de la vice-régence se traduit par une fluctuation terminologique entre les deux termes, bien que, par commodité, on désigne comme lieutenance une collaboration conjugale, et comme vice-régence, le soutien politique apporté par une mère à son fils. Lieutenante entre 1410 et 1412, Yolande d’Aragon ne porte pas de titre et se contente de rappeler la distinction de son rang dans le préambule de ses actes : Yolans Dei gracia regina Jherusalem et Sicile, ducatus Apulie ducissa Andegavie, comitatuum Prouincie et Forcalquerii, Cenomanie ac Pedemontis comitissa24. Toutes les souveraines font figurer au seuil de leurs actes une suscription « territoriale » dont le contenu évolue au cours du temps au gré de l’accumulation des possessions de la dynastie25. Si une charte concerne une seigneurie qui leur appartient en propre, elles précisent en être dame ou domina. Toutes les duchesses d’Anjou font suivre cette titulature « territoriale » d’une titulature fonctionnelle, hormis Yolande d’Aragon. En éludant la délégation de pouvoir dont elle bénéficie, cette dernière semble se mettre sur un pied d’égalité avec son époux. Du moins, avec le soutien de ce dernier, elle ne craint pas que son autorité soit contestée et elle ne se sent pas contrainte de la justifier. Toutefois, dès lorsque la douairière gouverne au nom de son fils, elle adopte une titulature qui manifeste la charge qu’elle occupe. Pourvue par Louis III des fonctions de retricem, gubernatricem et vicegerentem, elle s’intitule dès 1423 « lieutenant general de nostre treschier et tresamé ainsné fils Loys »26 dans les possessions du nord alors que les actes concernant le Midi la signalent comme illustris filii nostri Ludovici tercii […] in dictis suis regnis, ducatibus, comitatibus et terris eius vicegerens27. Le titre de vice-régente lui permet de surplomber de son autorité les pouvoirs confiés à Charles du Maine, frère cadet de Louis III, alors lieutenant des comtés de Provence et de Forcalquier28.

  • 29 AD BDR, B 1828, f°48.
  • 30 Voir les actes d’Isabelle de Lorraine consignés dans les registres AD M&M, B 873 et AD BDR, B 12.
  • 31 AD BDR, B 12, f°122 (9 décembre 1440).
  • 32 « Charles, duc de Lorrainne et marchis, a tous ceulx qui cez presentes lettres voiront, salut. Com (...)
  • 33 Par exemple dans la charte de fondation instituant une corporation de métier, « Isabelle par la gr (...)
  • 34 Le 30 janvier 1431, René d’Anjou est contraint de reconnaître devant une assemblée de la chevaleri (...)
  • 35 Sur cette problématique, voir Pauly 2013.

17La titulature des régentes et des lieutenantes est parfois réduite au nom du territoire concerné par les des princesses. En convoquant les États généraux de Provence en juin 1435, Isabelle de Lorraine s’adresse aux officiers du comté comme vice-régente de René d’Anjou (domini mei regis et viri metuendissimi in prefatis comitatibus Provincie et Forcalqueri ac terris illis adiactentis generalis vice gerens) alors que la Provence n’est qu’une étape sur le chemin du royaume de Sicile, objet de son mandat29. Il s’agit de ménager les susceptibilités provençales pour obtenir des subsides destinés à soutenir l’effort de guerre dans la péninsule. À partir de 1440, une fois revenue de Naples, Isabelle de Lorraine insiste sur le caractère général de sa nomination, hors Italie, puisqu’elle se présente en tant que « lieutenant de monseigneur en ses duchiez, payz et seigneuries deca les mons » ou comme regia locumtenens et vicaria generalis30. Dans une lettre-patente à adresse générale, où sont transcrites les réponses qu’elle apporte aux requêtes des Trois États de Provence, la souveraine se met en scène comme metuendissimi domini mei Renati […] locumtenentes et vicaria generalis constantibus lacius de comissione locumtenente in auctentica forma confectis regalli sigillo et aliis debitis solemnitatibus communitis31. Titulature et teneur du mandat se rejoignent alors définitivement en proposant une représentation effective et totale de l’autorité féminine. Une différence générationnelle se manifeste dès lors qu'on porte le regard sur le duché de Lorraine, dont Isabelle est l’héritière. Alors que son père, le duc Charles II, justifie ses mesures par la seigneurie qu’il détient32, les formules diplomatiques de sa fille sont calquées sur celles de René d’Anjou. La souveraine ne légalise pas ses mesures au nom des prérogatives ducales déléguées par l’investiture impériale, mais affirme sans ambages la majesté au nom de laquelle elle légifère33. Contrairement aux autres reines de Sicile, elle est la seule à bénéficier du statut d’héritière : le surcroit de légitimité qu’elle tire de cette position – c’est ainsi en son nom que la noblesse lorraine a accepté la domination angevine34 – est un élément d’explication important. Mais la rupture avec les usages diplomatiques lorrains repose avant tout sur une translation des usages angevins dans le duché par son intermédiaire35.

  • 36 Pour un aperçu général sur la question, voir Krynen 1988.
  • 37 AD BDR, B 15, f°64-64v.
  • 38 Chaigne-Legouy 2014, p. 236-240.

18La diplomatique angevine met donc en scène des princesses qui affirment leur droit à user d’une puissance absolue, pas seulement d’une puissance ordinaire et réglée36. Le 1er mai 1462, Jeanne de Laval, en tant que dei gracia Jherusalem et Sicile regina, Andegavie et Barri ducissa, comitatuumque, Prouincie et Forcalquerii ac Pedemontis comitissa, necnon serenissimi ac illustrissimi domini mei Renati eadem graciam regnorum regis […] predictorum consors, vicariaque et generalis locumtenentes, accorde une remise d’impôt aux béguines des Saintes-Maries de la Mer, proportionnelle à la diminution des feux de leur domaine37. La souveraine agit en réponse à la supplique adressée par les religieuses (humilibus supplicationibus nostre maiestati noviter factis) et prend sa décision de certa nostra sciencia et cum regii atque nostri consilii predicti matura deliberatione super hoc prehabita. Elle menace d’indignation les officiers qui ne se conformeraient pas à son mandement et s’attaqueraient donc à sa dominica et absoluta potestate. Comme dans le royaume de France, on redouble les verbes et on accumule les titres et les adjectifs dans un martèlement qui confère un rythme, donc une solennité, aux documents. Tant la forme de l’instrument public que les concepts juridiques utilisés renvoient à la souveraineté princière, donc à la volontas principis qui est reconnue aux princesses angevines munies d’un mandat princier qui les autorise à agir, dans tous les actes de portée aussi bien générale que particulière, en tant qu’alter ego du prince38.

Exprimer le pouvoir féminin. La puissance des sceaux armoriés

  • 39 Bedos-Rezak 1988.
  • 40 Pastoureau 1996, p. 287.

19Les qualités politiques dont les souveraines angevines se réclament pour soutenir leur action gouvernementale ne sont pas seulement exprimées à travers le médium diplomatique mais également dans la pratique du scellement. Selon Brigitte Bedoz-Rezak, l’usage du sceau éclaire trois aspects de la puissance des femmes : leur pouvoir à l’intérieur de la société, leur position à l’intérieur de la famille et l’image de leur genre dans la mentalité collective39. Les sceaux des princesses angevines, qui offrent un éclairage complémentaire à la diplomatique, combinent ces variables à des degrés divers. Moyens de validation dont les souveraines disposent pour faire exécuter leurs décisions, les sceaux sont un moyen privilégié de diffusion de leur imago, c’est-à-dire non d'une simple image mais du « double [d’elles-mêmes] »40 au sens d’un prolongement ontologique par le matériel mis en forme. La matrice sigillographique est fondée sur le binôme image/légende, cette dernière ayant un lien direct avec les intitulations diplomatiques.

  • 41 Richard, 2012, p. 95.
  • 42 Sur la complexité des relations entre l’acte émané du souverain et l’acte passé entre particuliers (...)
  • 43 Pastoureau 1981, p. 27.
  • 44 Viennot 2002.

20Indispensable, l’usage du sceau ne rend cependant pas toujours nécessaire la création d’une matrice spécifique aux femmes à qui des régences ou des lieutenances ont été confiées. Durant le gouvernement de Blanche de Castille au XIIIsiècle, les instruments royaux sont en effet munis du grand sceau du jeune roi Louis IX représenté en majesté41. Au silence diplomatique qui dissimule la réalité du pouvoir exercé par cette dernière répond donc une absence sigillographique. Pourtant, à la même époque, les sceaux de femmes existent. L’apparition des héritières de fiefs coïncide avec celle du sceau en navette utilisé par les dames pour clore leurs chartes privées42. La forme ogivale est conservée par les reines de France qui n’ont pas eu de responsabilités politiques, telles Jeanne de Boulogne et Marie d’Anjou. Dès le début du XIVe siècle, quel que soit le genre du contractant, l’usage du sceau devient le mode normal d’authentification des actes dans la majeure partie de l’Europe occidentale43. Pourtant, Anne de France, ayant la tutelle de Charles VIII à la fin du XVe siècle, ne semble pas plus avoir disposé d’un sceau spécifique que Blanche de Castille44. Préserver la marque personnelle du souverain dans les actes des lieutenantes, ou en créer une au nom du prince mineur dans le cas des régences, semble être considéré comme le moyen le plus sûr d’authentifier un document en évitant qu’un gouvernant bénéficiant d’un pouvoir délégué ne menace la continuité ou la personnalité juridique de l’État.

  • 45 Un sceau de Jeanne Ire de Naples datant de 1380 est reproduit dans Mérindol 1987, pl. XXIII ; ceux (...)
  • 46 Pastoureau 1986, p. 62.

21Dans la dynastie d’Anjou-Provence, la prise du pouvoir par les femmes s’est toujours traduite par une élaboration spécifique de ces objets de cire dont quelques empreintes subsistent encore aujourd’hui. Aucune n’a adopté le sceau de majesté, contrairement à la reine de Sicile Jeanne Ire, parvenue au trône en raison de sa qualité d’héritière, ou à Anne de Bretagne une fois devenue reine de France et de Bretagne45. Même s’il est délicat, avant le XVIe siècle, de déterminer où s’arrête l’empreinte du prince et où commence celle de l’État46, la coïncidence entre les phases d’exercice du pouvoir féminin et la création de matrices établit la spécificité politique des sceaux appartenant aux duchesses d’Anjou. Tous sont ronds. Aucun n’a conservé la forme ogivale caractéristique des matrices féminines, ce qui témoigne de la revendication d’une auctoritas qui dépasse leur statut de dame. De couleur rouge, le diamètre des exemplaires retrouvés s’étend de 25 à 105 millimètres. L’image principale des sceaux féminins est réservée aux armoiries, souvent surmontées d’une couronne, et supportées ou entourées par un cortège céleste.

  • 47 L’écu de Louis Ier est partagé entre les armes dites « d’Anjou ancien », héritée de Charles d’Anjo (...)
  • 48 Sur les revendications de la princesse à la couronne d’Aragon, voir Chaigne-Legouy 2014, p. 69-71. (...)
  • 49 Mérindol 1987, p. 55.

22La prééminence du type armorié s’explique aisément puisque le type équestre, réservé aux nobles adoubés, est interdit aux femmes. Les règles du blason, respectées par les Angevins, établissent que les écus féminins doivent être classiquement brisés. En 1384, le sceau de Marie de Blois est un parti des armes de son époux Louis Ier d’Anjou47 et de l’écu de Bretagne d’hermine, adopté par son père Charles de Blois lors de la guerre de succession de Bretagne pour en revendiquer la possession. Ce choix reflète ainsi les prétentions de la duchesse à l’héritage breton. La partition, classique, est reprise par Yolande d’Aragon, dont les armes sont brisées entre celles de son époux Louis II, calquées sur celles de Jeanne Ire de Naples, et celles d’Aragon dont elle revendique l’héritage venu de ses parents (armoiries « d’or à quatre pals de gueules »)48. Les armoiries des deux épouses de René d’Anjou ont quant à elles conservé la partition typique des épouses, dont les quartiers se sont complexifiés au gré de l’élaboration successive des écus du prince49.

  • 50 L’emploi de l’ange dans les emblèmes est rare au sein des les cours européennes. Il est absent du (...)
  • 51 Villette 1940, p. 277.
  • 52 Il s’agit du père de Marie de Blois, pour lequel Louis Ier d’Anjou demande la canonisation. Voir V (...)
  • 53 Hablot 2015, p. 27. La fonction principale des anges de la tapisserie est de porter les armoiries (...)
  • 54 Somme théologique de Thomas d’Aquin, citée par Agamben 2003, p. 46.
  • 55 Hablot 2015, p. 29. L’auteur ajoute qu’il s’agit aussi peut-être d’un jeu phonétique sur la phrase (...)

23Les armoiries au centre des sceaux féminins sont le signe dynastique par excellence. L’originalité du dispositif sigillographique, toutes générations confondues, est la présence d’anges50. Leur agencement évoque la composition picturale de la Vierge en Majesté, assise sur un trône, entourée des figures célestes qui, de leurs têtes nimbées et de leurs ailes étendues, dessinent un demi-cercle autour d’elle51. Cette disposition apparaît pour la première fois sous Marie de Blois, en lien avec l’iconographie déployée dans la Tapisserie de l’Apocalypse, commandée par son époux et achevée vers 1378, où la mise en scène de l’héraldique princière est « assumée par un cortège angélique [...] et des signes qui évoquent la beata stirps des Anjou-Penthièvre, issus de saint Louis et de Charles de Blois52, en même temps que la mission eschatologique du prince dont la force armée garantit la justice et le salut de ses sujets »53. En se réclamant explicitement de cette mission divine, Marie de Blois montre qu’une accession féminine à la tête du gouvernement angevin, même due à un état de nécessité, n’en est pas moins légitime. En effet, l’exception, comme « toute loi, est ordonnée au salut commun des hommes, et c’est dans cette mesure qu’elle acquiert force et raison de loi » (vim et rationem legis)54. Marie de Blois est associée à cette mission eschatologique du vivant même de son époux, puisque l’emblématique de la tapisserie comprend un monogramme associant les deux membres du couple, par les lettres LM entrelacées et associées à la scène du combat entre le dragon et les serviteurs de Dieu55. La symbolique angélique a enfin un sens plus directement accessible au spectateur : à la fois ambassadeurs de la parole divine et médiateurs entre le monde sensible et le monde intelligible, les anges sont associés à la dévotion de la Vierge, considérée depuis le XIIe siècle comme leur reine.

  • 56 S. MARIE. DEI. GRA. REGINE IERLM ET SICILIE DUCATUS : APULIE : PRINCIPATUS : CAPE : DUCISSE : ANDE (...)
  • 57 Nous tenons cette information de Laurent Hablot, qui a bien voulu nous confier un exemplaire de sa (...)
  • 58 Aucun ange ne figure sur les sceaux répertoriés par Dalas 1991.
  • 59 À l’issue de l’entrée d’Isabeau de Bavière à Paris et du succès des fêtes de 1389, le soleil devie (...)
  • 60 Mérindol 1987, p. 230 et pl. XII, n°25.
  • 61 Ibid., pl. XI, n°21.

24Le premier grand sceau de régence de Marie de Blois (fig. 1), employé de 1385 à 1387, porte en son centre un soleil rayonnant dans lequel, à mi-parti, sont représentées les armes d’Anjou et de Bretagne conformément au brisé décrit plus haut. Quatre anges, les bras ouverts et les ailes déployées, entourent le soleil gravé sur un semis d’étoiles. La légende se concentre sur la titulature territoriale, non sur la charge politique de la régente56. La représentation des anges renvoie tout d’abord à la piété mariale de Marie de Blois, attestée dans sa pratique dévotionnelle. La princesse transpose ensuite par ce choix la « leçon d’emblématique royale » donnée par Charles V, le premier à user du thème de l’ange afin de promouvoir la valeur chrétienne des armes royales, soulignant la sacralité de sa fonction et de sa lignée57. Cependant, l’usage du motif n’est attesté que sur des supports manuscrits, et non sigillaires58. En combinant l’ange au soleil, devise attachée à l’idée du retour du Christ et du jugement des derniers jours, Marie de Blois amplifie la signification cosmique de ses armes et souligne la nature divine de sa justice59. Sa sacralité personnelle est également mise en image dans le sceau secret utilisé après le couronnement de son fils, dont l’emploi est attesté jusqu’en 1396. La titulature incomplète (S. SECRET MARIE ROYNE… DU ROYAUM…) ne précise pas la nature de son pouvoir mais l’image, composée d’un monogramme, un M gothique couronné tenu par deux anges dont les vides sont remplis par les armes d’Anjou et de Bretagne, renvoie aux figurations de la Vierge en majesté à laquelle la duchesse s’assimile. La lettre est le signe identitaire par excellence. Marie de Blois est la seule souveraine à l’avoir employée avec constance, souvent en association avec l’initiale des princes qui lui ont conféré le pouvoir. Outre la tapisserie de l’Apocalypse, on retrouve, sur le sceau secret utilisé par Louis Ier entre 1365-1380, le monogramme LM situé de part et d’autre du cou de l’aigle supportant l’écu d’Anjou moderne. Ensuite, le fonds losangé gothique du sceau équestre de Louis II, utilisé entre 1394 et 1411, est alternativement parsemé des lettres L et M60. Durant la période où cohabitent le pouvoir du fils et de la mère, il faut attendre le dernier grand sceau de 1398 pour qu’une empreinte fasse coïncider titulature diplomatique et légende sigillaire61. L’usage du latin (GRA IHRLM ET SICILIE REGINE ET TUTRICIS BAIULE ET ADMINISTRATRICIS ILLUSTRISSIMI NATI MEI… COMITAT OIM. EIUSDEM) renforce la solennité d’un insigne qui incarne davantage le pouvoir souverain que le sceau secret, légendé en langue vulgaire. Il s’accompagne d’une bannière couronnée tenue par quatre anges placés dans des niches gothiques sous lesquelles deux lions se battent. La reine de Sicile transpose donc à la fin de sa régence, dans le texte de ses sceaux, le titre associé à la fonction politique qu’elle occupe. Cette matrice offre le symbole le plus clair de la vigueur politique dont la souveraine se réclame, en introduisant un combat de lions dans l’image. Plus que la légende, le dessin sigillaire révèle la nature du mandat qui fonde l’autorité de la souveraine. De son statut de duchesse à celui de reine de Sicile, la nouveauté n’est pas la gravure de la couronne – ainsi le signet personnel employé entre 1379 et 1383 était couronné – mais bien l’ajout des anges.

Fig. 1 –Sceau de Marie de Blois, 100 mm, AD BDR 589, usage attesté entre 1385 et 1387. Cire rouge, double queue de parchemin (cliché auteur) (Cote B 589 / Conseil départemental 13 / Archives départementales, tous droits éserveés). Pour des attestations antérieures de ce sceau, voir Mérindol 1987, p. 231.

Fig. 1 –Sceau de Marie de Blois, 100 mm, AD BDR 589, usage attesté entre 1385 et 1387. Cire rouge, double queue de parchemin (cliché auteur) (Cote B 589 / Conseil départemental 13 / Archives départementales, tous droits éserveés). Pour des attestations antérieures de ce sceau, voir Mérindol 1987, p. 231.
  • 62 La foi dans les anges gardiens s’appuie sur une tradition savante portée par le franciscain France (...)
  • 63 Mérindol 1987, pl. LVI, n°237.

25Expliquer l’entrée de l’ange dans le répertoire sigillaire des duchesses d’Anjou par un simple mimétisme royal ou un effet de mode serait réducteur. Alors que se développe l’idée des anges gardiens à la fin du XIVe siècle62, le pouvoir féminin se place sous la protection des messagers célestes afin de pallier une fragilité politique, qu’elle soit considérée comme structurelle, inhérente au genre féminin, ou conjoncturelle (précarité du contexte politique entraînant l’accession d’une dame à la tête du gouvernement). La disposition en arc de cercle des anges qui, bras ouverts, constituent un bouclier au soleil rayonnant contenant les armes de Marie de Blois, suggère fortement la recherche d’un soutien divin. Il en va de même du sceau utilisé entre 1420 et 1429 par Yolande d’Aragon, régente puis vice-régente, constitué d’un écu armorié porté par deux anges, surmonté d’un troisième, qui soutient la couronne le surplombant (fig. 2). Ce sceau a été employé pour sceller les actes pris par Charles du Maine en tant que lieutenant (1424) puis gouverneur (1427-1429) de Provence, démontrant une soumission hiérarchique à sa mère dont la titulature orne la bordure (S. YOLAND : REGINE : IEHRLM : SICILIE DUCISSE : ANDEGAVIE : COMITISSE : PVINCIE : ET : FORCALQUERI : CENOMANIE : ET : PEDEMONTIS). Isabelle de Lorraine use enfin, entre 1432 et 1436, d’un sceau dont l’écu armorié, accosté de deux rameaux fleurdisés, est également tenu par un ange63.

Fig. 2 – Sceau de Yolande d’Aragon, 80 mm, employé entre 1420 et 1423 et en 1429, issu de L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des archives départementales des Bouches-du-Rhône, Description des sceaux, Marseille-Paris, 1860-1861, pl. 17 bis. Cire rouge, double queue de parchemin.

Fig. 2 – Sceau de Yolande d’Aragon, 80 mm, employé entre 1420 et 1423 et en 1429, issu de L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des archives départementales des Bouches-du-Rhône, Description des sceaux, Marseille-Paris, 1860-1861, pl. 17 bis. Cire rouge, double queue de parchemin.
  • 64 Citons le cas d’Isabeau de Bavière (Nielen 2011, p. 107) ou de Yolande de Bar (Bubenicek 2002, p.  (...)
  • 65 Anne de France 2006, p. 86-87.
  • 66 JLF, p. 60.

26L’absence de représentation anthropomorphe sur les sceaux féminins angevins, quelle que soit la nature des actes scellés, se distingue des pratiques sigillographiques attestées chez d’autres reines et princesses, qu’elles aient ou non exercé une autorité politique64. Hormis Marie de Blois qui fait graver son initiale, les duchesses d’Anjou s’effacent systématiquement devant leur fonction et devant leur lignage. Cet « effacement iconographique » ne correspond pas au rôle politique majeur qu’elles ont joué dans le gouvernement. Cette position symbolique de modestie rappelle l’éloge de médiocrité qu’Anne de France propose à sa fille au sujet du gouvernement que celle-ci exercerait « si Dieu, au temps à venir, prenait votre mari, ou qu’il allât en guerre […] ; en toutes choses, on doit tenir le moyen […] »65. L'esthétique de la dissimulation n’est que partiellement employée par les duchesses d’Anjou. Si la réception de l’image sigillographique est difficile à appréhender, faute de sources, le journal de Jean le Fèvre offre un éclairage sur le processus de création sigillographique durant la régence de Marie de Blois, les variations d’usage de ses sceaux et les rapports de concurrence qui s’exercent entre les princes à propos des insignes de leur pouvoir. Dès le décès de Louis Ier d’Anjou, le chancelier met sous scellés ses matrices afin de prévenir toute utilisation frauduleuse, puis les brise lorsqu’il entre au service de la régente. La confection de matrices inédites est la première tâche à laquelle le nouveau conseil angevin s’attelle. La reine de Sicile prend alors conseil auprès du duc de Berry, qui s’est précipité à Angers à l’annonce du décès de son frère afin de s’ériger en protecteur de la famille endeuillée : « avant le partement, Madame envoia monstrer à monsegneur de Berry la grandeur de ses seaulx ; la fourme du grand li pleust assés ; il dit que le secret estoit trop grand, et conseilloit qu’il fust ramené à la grandeur du contresigné66. »

  • 67 Pastoureau 1981, p. 30.
  • 68 Comme tout puissant, la régente dispose de sceaux distincts pour chaque juridiction (sceau de fina (...)
  • 69 Bautier 1964, ici p. 165-167.
  • 70 Mérindol 1987, p. 229-231.
  • 71 JLF, p. 178, 216, 340, 347, 527.

27Les sceaux doivent traduire l’étendue du pouvoir de juridiction du sigillant, mais leur valeur est une « notion relativement fluctuante qui n’était définie que par la coutume », avant tout liée à l’auctoritas de leur propriétaire67. Les matrices que juge Jean de Berry ne concernent pas les sceaux utilisés par l’administration angevine68 mais bien les sceaux personnels de Marie de Blois. À la fin du Moyen Âge, le grand sceau est totalement assimilé au pouvoir du souverain. Celui qu'agrée le duc de Berry correspond sans doute à l’empreinte, attestée entre 1385 et 1387, du soleil armorié entouré d’anges. Son diamètre, de 100 millimètres, correspond à la taille du grand sceau de Louis Ier. C’est pourquoi le prince estime que le modèle proposé convient à cette espèce. Mais, en demandant à Marie de Blois de réduire la taille de son sceau secret, il tente de modérer les prétentions au gouvernement personnel de la régente qu’indique l’usage de ce type sigillographique69. Aucune trace ne subsiste du sceau secret de la régente avant 1388 mais à cette date, la taille de celui qu’elle utilise est de 57 millimètres, donc d’une dimension supérieure à celle des trois sceaux secrets de Louis Ier (30, 45 et 50 millimètres)70. Marie de Blois dispose de ses sceaux avec une grande autonomie. Lorsque le chancelier quitte son entourage, il lui rend ceux dont il a la garde et les récupère à son retour. La régente réclame aussi certaines matrices à son administration pour les employer librement en dehors de tout contrôle. Enfin, certaines de ses lettres-missives sont closes par son contre-sceau ou son signet, tandis que son sceau secret, normalement dédié à cet usage, est employé dans le cadre de négociations diplomatiques, par exemple avec Balthazar Spinola, l’anti-sénéchal de Provence au service de Charles de Duras, compétiteur de la seconde Maison d’Anjou au trône de Naples à la fin du XIVe siècle71.

  • 72 Par exemple lorsque la souveraine cède à Jean de Berry des possessions situées dans le nord du roy (...)
  • 73 Jeanne de Laval intègre tardivement les modifications des armoiries de Montmorency-Laval qui avait (...)
  • 74 Legaré 2012, p. 563-564.
  • 75 Bony 1990.

28Signes d’une identité politique, les sceaux de Marie de Blois sont reconnus par ses interlocuteurs, sauf dans le cas où la matière engage le royaume de Sicile, l’obligeant à doubler son sceau personnel de celui du duc de Calabre, son fils héritier présomptif de Naples72. On comprend donc que, comme en écho à la brièveté de sa lieutenance, Jeanne de Laval ait été la seule duchesse à ne pas avoir fait figurer d’ange sur ses matrices (fig. 3). La partition armoriée des sceaux de cette dernière se complexifie toutefois avec le temps, d’une part parce qu’elle intègre les armes que René d’Anjou incorpore lui-même à ses insignes afin de signifier ses nouvelles prétentions territoriales, d’autre part parce qu’elle se réclame de plus en plus de sa famille de naissance. Dès son mariage, ses armes sont formées par un parti des écussons de son époux à dextre et à sénestre, d’un brisé entre les armes de Montmorency-Laval et celles de Bretagne héritées de ses deux parents. Une fois veuve, Jeanne de Laval conserve les pièces héraldiques de son époux (Hongrie, Anjou, Jérusalem, Bar, Aragon) d’un côté de la brisure et, de l’autre, elle fait ajouter au blason de Montmorency-Laval les armes d’Évreux et celles de Vitré73. La douairière met ainsi en signe sa filiation généalogique, à laquelle elle tente, au même moment, de donner une épaisseur historique par une commande des Aventures de Baudouin de Gavre et de l’Histoire généalogique des seigneurs de Vitré, de Montfort et de Laval passée à Pierre le Baud en 148674. L’exaltation lignagère est une pratique courante chez les princesses75 mais les souveraines angevines se sont contentées d’une mise en signe classique de leurs origines jusqu’à ce que l’extinction biologique de la seconde Maison d’Anjou conduise la dernière duchesse à un repli vers l’ouest du royaume. Cependant, avant le décès de René d’Anjou, Jeanne de Laval a été intégrée au renouvellement emblématique scénarisé par le prince afin d’exalter une puissance recentrée sur ses possessions françaises et sur un investissement, non plus militaire mais somptuaire, destiné à mettre en scène le couple princier.

Fig. 3 – Sceau et contre-sceau de Jeanne de Laval, extrait de B. de Brousillon et P. de Farcy, Sigillographie des seigneurs de Laval (1095-1605), Paris, 1888, p. 109-110).

Fig. 3 – Sceau et contre-sceau de Jeanne de Laval, extrait de B. de Brousillon et P. de Farcy, Sigillographie des seigneurs de Laval (1095-1605), Paris, 1888, p. 109-110).

Exalter la figure des dames ou la puissance du couple ? Devises, mots et portraits dans laseconde moitié du XVe siècle 

  • 76 Respectivement Paris, BnF, ms. fr. 2645, f°321v° (miniature des Chroniques de Froissart, Bruges, v (...)
  • 77 Voir le Tembeau du roi René et d'Isabelle de Lorraine (Angers, chœur de la cathédrale, aujourd'hui (...)
  • 78 Schmitt 2009. L’auteur rappelle que la repraesentatio désignait l’effigie funéraire de bois, de ci (...)
  • 79 Mérindol 1987, pl. LVI, n°240.
  • 80 Ferré 2009. Le tombeau, détruit au cours de la période révolutionnaire, n’est connu que par des de (...)
  • 81 Ses contemporains en ont témoigné : lors de l’expédition en Lombardie de 1454, le secrétaire de Fr (...)

29Bien qu’aucun portrait de cour ne mette les duchesses d’Anjou sur le devant de la scène historique, l’évolution de l’iconographie qui leur est consacrée renvoie à une transition culturelle contemporaine. Marie de Blois, Yolande d’Aragon et Marguerite de Savoie, épouse de Louis III, apparaissent à travers des représentations imaginaires et idéalisées, qui s’attachent à identifier leur statut social, non à déterminer une identité personnelle76. La valorisation de la personne apparaît pour la première fois dans les traits d’Isabelle de Lorraine, figés dans le gisant du tombeau double commandé par René d’Anjou pour leur inhumation commune77. Ce portrait s’inscrit dans le cadre de l’institution médiévale de la memoria funéraire qui, selon le renversement de perspective opéré par Jean-Claude Schmitt en dehors de la problématique de la « naissance de l’individu », serait à l’origine du retour de cette production à la fin du Moyen Âge78. L’inachèvement du tombeau à l’heure de la mort d’Isabelle de Lorraine (1453) explique que ses traits aient été conservés par un masque mortuaire79 sans doute destiné à permettre au sculpteur de les retranscrire sur le sépulcre, témoignant par là du souci de mettre en scène la personne en figurant ses traits singuliers, non pas seulement les traits généraux de son identité sociale. Les gisants du couple princier sont allongés dans la partie inférieure du tombeau, reposant sur un socle où alternent ses armes. Il sont surmontés d’une peinture figurant le « Roi mort », dont la représentation, qui évoque les transis de la fin du Moyen Âge, entre en écho avec d’autres images édifiantes de la « mort de soi » diffusées à la cour angevine80. La cohabitation des procédés artistiques dans le tombeau et son accomplissement révèlent l’affection que René d’Anjou voue à sa première épouse et l’affliction dans laquelle son décès le plonge81. Cette affection s’exprime aussi dans l’emblématique que le prince a conçu, exaltant un amour conjugal ancré dans l’imaginaire courtois.

  • 82 Le livre du Cœur d’amour épris, écrit après la mort d’Isabelle de Lorraine vers 1457, combine les (...)
  • 83 Les motifs floraux sont fréquents parmi les femmes de la haute aristocratie (Kovacs 2004, p. 181-1 (...)
  • 84 Mérindol 1987, p. 138. Le nombre des bâtons croît à chaque année de veuvage supplémentaire.
  • 85 Sur la valeur fondatrice du désir dans la pensée courtoise, voir Foher-Janssens 2010.
  • 86 « Mais gueres apres ne tarda / c’est turtre [tourterelle] par la voila / qui sur le scion se posa (...)
  • 87 Bianciotto 1995, p. 53.
  • 88 Pour une analyse des manifestations de cette « disposition affective durable » présente même dans (...)

30Alors que la fin’amor prend le contre-pied des valeurs matrimoniales, proposant des récits de passions illégitimes qui, si elles se concluent par des noces, s’achèvent en général au seuil du mariage des héros, René d’Anjou associe cet amour sublime à la vie conjugale. Le prince déploie diverses devises souvent associées à une sentence exprimant une de ses facettes morale, sentimentale ou spirituelle, sur des supports variés. Suite à la mort d’Isabelle de Lorraine, les devises associent l’amour à la mort, deux thèmes développés par René d’Anjou dans son Cœur d’amour épris82. Les supports traditionnels de l’emblématique (armoiries et sceaux) ne sont pas concernés par ces manifestations du sentiment amoureux, retrouvées sur des éléments architecturaux, des pièces d’orfèvrerie ou dans l’enluminure. De son vivant, Isabelle de Lorraine a fait le choix, classique pour une princesse, de la rose comme emblème83. Simultanément attribut marial et signe courtois, dont la source est le Cantique des Cantiques, la rose apparaît aussi dans les devises personnelles de René d’Anjou : la fleur y symbolise la princesse qui croît sur la branche représentant le souverain. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’imposition de deux branches de rosier fleuris sur un sceau de René d’Anjou datant des années 1446-1448 – branches réduites, après 1453, à « deux bâtons écotés » pour signifier le veuvage du prince84. C’est à cette époque qu’entre dans le répertoire emblématique de René d’Anjou la « chaufferette enflammée », un brasero amoureux associé au mot « Dardant desir »85. La dimension courtoise de l’emblématique angevine se poursuit avec les secondes noces de René d’Anjou. Les devises du groseillier et du couple de tourterelles associé aux mots « Per non per » entrent ainsi en résonnance avec la pastorale Regnault et Jeanneton, composée par le prince en l’honneur de Jeanne de Laval86. Les motifs évoquent la fidélité des deux partenaires, l’indéfectibilité de l’association conjugale même dans le deuil et, en ce sens, une forme de chasteté propice à l’élévation de l’âme87. L’emblématique matrimoniale angevine trouve son point d’orgue dans l’ambiguïté des lettres entrelacées « RI » qui, de 1420 à 1471, permet à René d’Anjou d’associer en un motif unique son attachement à ses deux compagnes. La compréhension de cette emblématique, manifestation exemplaire de l’affectio maritalis88, n’est toutefois pas réductible au sentiment amoureux. Elle s’inscrit dans le cadre d’une communication politique qui s’enrichit des nouvelles pratiques culturelles formalisées par une esthétique importée d’Italie ou des Flandres.

  • 89 Gaude-Ferragu 2014, p. 63-76 et 171-196. Sur la complémentarité des fonctions à la cour d’Anjou, v (...)
  • 90 Kruft 1995, p. 67-81 et 390-391. Il qualifie l’emploi de ces artistes par René d’Anjou de « geste (...)
  • 91 Bock 2011, p. 158-177.

31Une fois achevées les tentatives de conquêtes napolitaines (donc les grandes périodes du gouvernement féminin), la souveraineté angevine se donne à voir en couple, s’inspirant avec retard du modèle français de la royauté double, incarnée par deux personnes aux fonctions complémentaires89. La décision de conclure le second mariage de René d’Anjou avec Jeanne de Laval, issue non de la haute aristocratie mais de la moyenne noblesse bretonne, signe le déclin de la qualité des unions matrimoniales tout autant qu’un recentrage des projets politiques sur l’apanage angevin à partir de 1454. René d’Anjou finance alors un programme de communication visuelle destiné à exalter une splendeur princière mise à mal par une succession d’échecs tout autant qu’à concurrencer au plan symbolique son compétiteur heureux au trône de Naples, Alphonse V d’Aragon. Dans les années 1460, il commande à Francesco Laurana et Pietro da Milano, deux sculpteurs au service du Magnanime90, des médailles défendant ses revendications sur le royaume napolitain, transmises à son fils Jean de Calabre qui devient alors le bras armé de la dynastie91.

  • 92 Mérindol 1987, pl. XXXIX, n°158-159.
  • 93 Mérindol 1987, pl. LIX, n°250-251.

32Nouvel artefact apparu en Italie au milieu du XVsiècle, introduit pour la première fois en France par l’intermédiaire de la cour d’Anjou, ces larges pièces de bronze emploient un langage pictural antiquisant qui réserve l’avers au portrait réaliste du commanditaire. Les emblèmes, au revers, sont consacrés au thème de l’amour courtois et à l’inscription du couple angevin parmi les souverains napolitains. La médaille de René d’Anjou exécutée par Pietro da Milano vers 1460 représente un poids suspendu par quatre cordes avec les initiales R et I et la devise « en un »92. Sur celle de Jeanne de Laval élaborée par Francesco Laurana en 1461, deux colombes sont surmontées d’un phylactère portant l’inscription « per non per »93. Le titre de DIVA, accolée à la princesse représentée à l’avers, est choisi en référence à la tradition royale de Naples, puisque le premier à revendiquer personnellement le titre de DIVUS a été Ladislas de Duras, imité ensuite par Alphonse V d’Aragon, dont la mort en 1456 ouvre la voie à une possible reconquête angevine. Enfin, trois médailles figurent le couple royal.

  • 94 Mérindol, pl. XLVII, n°201-202.
  • 95 « Les héros divins venus de la Croix et des illustres lys de France font perpétuellement s’avancer (...)
  • 96 Il s’agit de l’hypothèse de Bock 2011, p. 173
  • 97 En 1471, le couple se retire définitivement dans le comté de Provence, dont il est le seul maître.
  • 98 Pensons au diptyque Matheron offert au président à la cour des maîtres rationaux de Provence ou au (...)

33La première (fig. 4), œuvre de Pietro da Milano en 146294, souligne la dimension amoureuse du couple, figuré de profil et du même côté de la médaille, avec une inscription sur l’avers qui indique « Rejetons illustres des lys respectables par notre piété, notre âme s'accorde pour brûler d'un aveugle amour » (CONCORDES ANIMI JAM CECO CARPIMUR IGNI ET PIETATE GRAVES ET LUSTRES LILII FLORES). Au revers, un souverain trônant entouré de ses courtisans sur fond de décor renaissant peut évoquer tant une scène de justice qu’une fête de cour. La seconde médaille (fig. 5), exécutée par Francesco Laurana, reprend le même dispositif sur l’avers. René d’Anjou est vêtu d’un habit de cour au col de fourrure et d’un bonnet civil, tandis que Jeanne de Laval porte un parement de chevelure précieux et une chaîne de l’Ordre militaire du Croissant, crée par son époux en 1448. Le duo est au cœur d’une scénographie associant des éléments de l’eschatologie stoïcienne et chrétienne à des éléments antiquisants : sur l’avers, l’inscription martèle que ces divins princes issus des fleurs de lys conduisent leurs sujets vers les « régions supérieures » (DIVI HEROES FRANCIS LILLIS CRUCEQUE ILLUSTRIS INCEDUNT IUGITER PARANTES AD SUPEROS ITER)95, tandis que le revers figure la pax. La déesse de la paix est représentée en pied, portant d’un côté un rameau d’olivier, de l’autre une colombe et foule de ses pieds une cuirasse, tandis que l’année de la gravure est datée « PAX AUGUSTI MCCCLXII ». L’héraldique est évacuée : la dignité royale est représentée sans l’aide de ses insignes traditionnels et elle défend les prétentions angevines au trône napolitain devant tous les visiteurs des studioli des hommes de pouvoir italiens, à qui les médailles semblent avoir été offertes96. Cette dimension propagandiste se retrouve dans d’autres medias, mais elle s’est progressivement amoindrie, réduisant la figuration du couple royal à une piété conjugale dont les préoccupations eschatologiques sont désengagées du politique pour s’ancrer dans des possessions territoriales bien réelles97 et non plus rêvées, et se tourner non plus vers un avenir terrestre mais vers un avenir céleste98.

Fig. 4 – René d’Anjou et Jeanne de Laval. Médaille de Francesco Laurana, 1463, 88 mm, Staatliche Museen zu Berlin, Münzkabinett.

Fig. 4 – René d’Anjou et Jeanne de Laval. Médaille de Francesco Laurana, 1463, 88 mm, Staatliche Museen zu Berlin, Münzkabinett.

34La mise en place d’un système global de représentation de la puissance des princesses, tiraillé entre le collectif et l’hérité d’un côté, entre l’individuel et l’invention de l’autre, prend donc de multiples facettes. La construction de l’identité politique des princesses angevines repose sur la délégation juridique d’un pouvoir de régence ou de lieutenance, qui fournit le cadre de l’affirmation de leur autorité par la fixation des titulatures. La mise en image d’une autorité absolue à travers les sceaux apparaît nécessaire pour affirmer la légitimité des princesses à assurer la direction d’un État et à prolonger la mission eschatologique du prince.

  • 99 Rappelons que le mariage de René d’Anjou et Jeanne de Laval est sans enfant. Cette rupture de la c (...)

35Cependant, gouverner ne signifie pas régner, et la souveraineté demeure un monopole masculin : jamais l’exercice du pouvoir féminin ne donne lieu à une mutation institutionnelle profonde intégrant définitivement les femmes au gouvernement. Les reines de Sicile n’ont jamais été couronnées, ni n’ont disposé des regalia. Leurs possibilités d’actions publiques sont centrales mais demeurent aux marges du jeu politique ordinaire, aux marges de la capacité à régner du prince. Lorsque cette faculté est remise en question, comme dans le cas du royaume de Naples, ce dernier s’appuie sur son mariage pour défendre ses prétentions. Ainsi en témoigne, à travers les portraits, l’exaltation du couple qui incarne une stabilité politique indispensable à la puissance monarchique99.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

AD M&M = Archives départementales de Meurthe-et-Moselle

AD BDR = Archives départementales des Bouches du Rhône

Arch. nat. = Archives nationales de France

BNF = Bibliothèque Nationale de France

JLF = Journal de Jean le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d’Anjou, éd. H. Monranvillé, Paris, 1887.

Bibliographie

Anne de France 2006 = Anne de France, Enseignements à sa fille, suivis de l’Histoire du siège de Brest, T. Clavier et É. Viennot (éd.), Saint-Étienne, 2006.

Agamben 2003 = G. Agamben, Homo sacer. II. 1. État d’exception, Paris, 2003.

Bautier 1964 = R.-H. Bautier, Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 122, 1964, p. 89-176.

Bedos-Rezak 1988 = B. Bedos-Rezak, Women, seals and power in Medieval France, 1150-1350, dans M. Erler et M. Kowaleski (dir.), Women and power in the Middle Ages, Athenes,1988, p. 61-82.

Bérenger 1900 = E. Bérenger, Le titre de régent dans les actes de la chancellerie royale, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 61, 1900, p. 413-425.

Bianciotto 1995 = G. Bianciotto (éd. et trad.), Bestiaires du Moyen Âge. Pierre de Beauvais, Guillaume le Clerc, Richard de Fournival, Paris, 1995.

Bock 2011= N. Bock, Médailles et humanisme. René d’Anjou et la diplomatie artistique en Italie, dans Fl. Bouchet (dir.), René d'Anjou, écrivain et mécène (1409-1480), Turnhout, 2011, p. 158-177.

Bony 1990 = P. Bony, De l’honneur d’être Monfort au début du XIVe siècle : le grand sceau de Jeanne de Bretagne Montfort, dame de Cassel, dans Revue française d’héraldique et de sigillographie, n° 54-59, 1990, p. 125-130. 

Bouchet 2003 = Fl. Bouchet, Introduction, dans René d’Anjou, Le Livre du Cœur d’amour épris, Paris, 2003, p. 9-47. 

Bousmar 2012 = E. Bousmar, J. Dumont, A. Marchandisse, B. Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, 2012.

Broussillon et Farcy 1888 = B. de Brousillon et P. de Farcy, Sigillographie des seigneurs de Laval (1095-1605), Paris, 1888.

Bubenicek 2002 = M. Bubenicek, Quand les femmes gouvernent. Droit et politique au XIVe siècle : Yolande de Flandre, Paris, 2002.

Cranga – Leonelli 2011 = Y. Cranga et M.-Cl. Leonelli (dir.), Le triptyque du Buisson ardent, Arles, 2011.

Dalas 1991 = M. Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. II. Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991.

Digot 1880 = A. Digot, Histoire de Lorraine, t. 3, Nancy, 1880.

Faraglia 1904 = N.-F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II d’Angiò, Lanciano, 1904.

Ferré 2009 = R.-M. Ferré, Le Roi mort : une image édifiante de la mort de soi, dans M.-É. Gautier (dir.), Splendeur de l'enluminure. Le roi René et les livres, Arles, 2009, p. 191-197.

Gatouillat 2003 = Fr. Gatouillat, Les vitraux du bras nord du transept de la cathédrale du Mans et les relations franco-anglaises à la fin de la guerre de Cent Ans, dans Bulletin monumental, n°161/4, 2003, p. 307-324.

Gaude-Ferragu 2014 = M. Gaude-Ferragu, La Reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin, XIVe-XVsiècles, France, Paris, 2014.

Guay 2009 = M. Guay, Du consentement à l’affectio maritalis : quatre mariages princiers (France-Angleterre, 1395-1468), dans Revue Historique, 650/2, 2009, p. 291-319. 

Guay 2009 = M. Guay, Les émotions du couple princier au XVe siècle : entre usages politiques et ‘affectio conjugalis’, dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Politiques des émotions au Moyen Âge, Florence, 2010, p. 93-111.

Gibbons 2012 = R. Gibbons, Isabeau de Bavière : reine de France ou « lieutenant-général » du royaume ?, dans Bousmar 2012, p. 101-112.

Guerra Medici 2012 = M.-Th. Guerra Medici, Les femmes, la famille et le pouvoir, dans Bousmar 2012, p. 615-634.

Guyotjeannin 1993 = O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M.Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, 2006 [1993] (L’Atelier du médiéviste, 2), p. 103-104. 

Hablot 2015 = L. Hablot, Présence emblématique dans la tapisserie de l’Apocalypse, dans J. Cailleteau et F. Muel (dir.), Apocalypse : la tenture de Louis d'Anjou, Paris, 2015, p. 27-44.

Hablot (à paraître) = L. Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Âge, Turhhout, à paraître.

Héry 2006 = L. Héry, La « sainteté » de Charles de Blois ou l’échec d’une entreprise de canonisation politique, dans Britannia Monastica, 10, 2006, p. 21-41.

Jarry 1906 = E. Jarry, Instructions secrètes pour l'adoption de Louis Ier d'Anjou par Jeanne de Naples (janvier 1380), dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 67, 1906, p. 234-254.

JLF = Journal de Jean le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d’Anjou, éd. H. Monranvillé, Paris, 1887.

Foehr-Janssens 2010 = Y. Foehr-Janssens, La jeune fille et l’amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion, Genève, 2010.

Fracchiolla 2008 = B. Fracchiolla, Anthropologie de la communication : la question du féminin en français, dans Corela, n° 6-2, 2008, URL : http://corela.revues.org/286.

Kovacs 2004 = E. Kovacs, L'âge d'or de l'orfèvrerie parisienne au temps des Princes de Valois, Dijon-Budapest, 2004, p. 181-193. 

Krynen 1988 = J. Krynen, « De nostre certaine science… » Remarque sur l’absolutisme législatif de la monarchie médiévale française, dans A. Gouron et A. Rigaudière (dir.), Renaissance du pouvoir législatif et genèse de l’État, Montpellier-Perpignan, 1988, p. 131-144. 

Kruft 1995 = H. W. Kruft, Francesco Laurana, ein Bildhauer der Frührenaissance, Munich, 1995.

Lecoy de la Marche 1875 = A. Lecoy de la Marche, Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires d’après les documents inédits des archives de France et d’Italie, Genève, 1968 [1875].

Legaré 2012 = A.-M. Legaré, Jeanne de Laval politique, dans Bousmar 2012, p. 551-570.

Manevy 2008 = A. Manevy, L’ange gardien. Enjeux et évolutions d’une dévotion, Paris, 2008.

Nielen 2011 = M.-A. Nielen, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. III. Les sceaux des reines et des enfants de France, Paris, 2011. 

Mérindol 1987 = Ch. de Mérindol, Le Roi René et la seconde Maison d'Anjou. Emblématique, art, histoire, Paris, 1987.

Olivier-Martin 1931 = Fr. Olivier-Martin, Études sur les régences. I. Les Régences et la majorité des rois sous les Capétiens directs et les premiers Valois (1060-1375), Paris – Bar-le-Duc, 1931.

Pastoureau 1979 = M. Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris, 1993 [1979].

Pastoureau 1981 = M. Pastoureau, Les sceaux, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 36).

Pastoureau 1986 = M. Pastoureau, L’effervescence emblématique et les origines héraldiques du portrait au XIVe siècle, dans Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 1985, p. 108-115.

Pastoureau 1986 = M. Pastoureau, Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, 1986.

Pastoureau 1996 = M. Pastoureau, Les sceaux et la fonction sociale des images, dans J. Baschet et J.-Cl. Schmitt (dir.), L’Image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Paris, 1996.

Peltzer 2012 = J. Peltzer, La dignité de l’office de cour au bas Moyen Âge, dans A. Bérenger et Fr. Lachaud (dir.), Hiérarchie des pouvoirs, délégation de pouvoir et responsabilité des administrateurs dans l'Antiquité et au Moyen Âge, Metz, 2012, p. 271-289.

Petit-Renaud 2001 = S. Petit-Renaud, ‘Faire loy au royaume de France’ de Philippe VI à Charles V (1328-1380), Paris, 2001.

Potin 2005 = Y. Potin, Le coup d'État « révélé » ? Régence et trésors du roi (septembre-novembre 1380), dans Fr. Foronda, J.-M. Moeglin, J. Manuel (dir.), Coups d'État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, 2005, p. 181-21.

Quatrebarbes 1843 = Th. de Quatrebarbes, Œuvres complètes du roi René, t. 2, Angers, 1843.

Richard 2012 = J. Richard, Les pouvoirs de Blanche de Castille, dans Bousmar 2012, p. 91-100.

Rivière 2004 = Ch. Rivière, Une principauté d'Empire face au royaume : le duché de Lorraine sous le règne de Charles II (1390-1431), Thèse de doctorat inédite en histoire, sous la direction de M. Parisse, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, 2004.

Pauly 2013 = M. Pauly (dir.), L’héritière, le prince étranger et le pays. Le mariage de Jean l’Aveugle et d’Élisabeth de Bohême dans une perspective comparative européenne, Luxembourg, 2013.

Schmitt 2009 = J.-Cl. Schmitt, La mort, les morts et le portrait, dans D. Olariu (dir.), Le portrait individuel. Réflexions autour d’une forme de représentation (XIIIe-XVe siècles), Berne, 2009, p. 15-34.

Secousse 1741 = D.-Fr. Secousse (éd.), Ordonnances des roys de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, Paris, 1741, t. 6, p. 45-54.

Vauchez 1980 = A. Vauchez, Canonisation et politique au XIVe siècle. Documents inédits des Archives du Vatican relatifs au procès de canonisation de Charles de Blois, duc de Bretagne 125 († 1364), dans A. Vauchez (dir.), Religion et société dans l’Occident médiéval, Turin, 1980, p. 237-260.

Viennot 2002 = É. Viennot, Gouverner masqués : Anne de France, Pierre de Beaujeu et la correspondance dite de Charles VIII, dans L’épistolaire au XVIe siècle, Paris (Cahiers L.-V. Saulnier, 18), 2002 [URL : http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-Anne-Gouverner.pdf]. 

Villela-Petit 2013 = I. Villela-Petit, Le portrait armorié dans les médailles françaises du XVe siècle, dans Y. Loskoutoff (dir.), Héraldique et numismatique I. Moyen Âge-Temps modernes, Mont-Saint-Aignan, 2013, p. 125-144.

Villette 1940 = J. Villette, L’Ange dans l’art d’Occident du XIIe au XVIe siècle (France, Italie, Flandre, Allemagne), Paris, 1940.

Woodacre 2013 = E. Woodacre, The queens regnant of Navarre : succession, politics, and partnership, 1274-1512, New York, 2013.

Woodacre 2014 = E. Woodacre, ‘Most Excellent and Serene Lady’ : Representations of Female Authority in the Documents, Seals and Coinage of the Reigning Queens of Navarre (1274-1512), dans E. Woodacre et S. McGlynn (dir.), The Image and Perception of Monarchy in Medieval and Early Modern Europe, Newcastel upon Tyne, 2014, p. 85-109. 

Haut de page

Notes

1 La présente contribution est issue de recherches menées pour une thèse de doctorat inédite, soutenue le 8 décembre 2014 à l’université Paris-Sorbonne, dirigée par le professeur Élisabeth Crouzet-Pavan et intitulée Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481). Ces dernières ne bénéficient pas d’une transmission directe de droits, contrairement à d’autres princesses, telles les héritières de Navarre, auxquelles Elena Woodacre a consacré ses travaux (Woodacre 2013 et 2014).

2 Jarry 1906. À partir de cette date, le duc et la duchesse d’Anjou adoptent le titre de roi et reine de Sicile.

3 Sur le renouveau de l’art du portrait à la fin du Moyen Âge dans une société « suremblématisée », voir Pastoureau 1985, p. 113-114.

4 Paris, Arch. nat., P 1334/17, n°33 (1383).

5 En 1374, l’ordonnance testamentaire de Charles V confie le bail des enfants royaux à la reine de France et à ses deux frères cadets et le gouvernement du royaume à Louis Ier d’Anjou (Secousse, 1741, t. 6, p. 45-54). Le prince connaît les défauts intrinsèques de cette disposition juridique qu’il a lui-même détournée à son propre profit (Potin 2005).

6 Gibbons 2012, ici p. 104-106.

7 AD M&M, 3F438, f° 335v-357.

8 Pour un aperçu de cette question dans le champ sociolinguistique, voir Fracchiolla 2008.

9 Matthieu, 19, 5-6.

10 Guerra Medici 2012, p. 620.

11 Sur le rapport entre officium et dignitas, voir Peltzer 2012.

12 Respectivement AD BDR, B 11, f° 351-351v et AD BDR, B 12, f° 90-90v.

13 AD BdR, B 9, f° 186-187v.

14 L’ancien et le moyen français recourent aux suffixe -eresse ou -esse (issu du latin -issa) comme en témoigne la centaine de mots du Dictionnaire du moyen français se rapportant à des métiers et s’achevant ainsi (http://www.atilf.fr/dmf/).

15 Faraglia 1904.

16 Paris, Arch. nat., P 1334/1, f°45v-46.

17 La royauté française s’est affranchie des règles de droit privé par la maxime quod principi placuit dès les années 1330. Petit-Renaud 2001.

18 Pour une réflexion sur l’ambiguïté de l’état d’exception, « notion de la forme légale de ce qui ne saurait avoir de forme légale [...], à l’intersection entre le juridique et le politique [...], », voir Agamben 2003, en particulier p. 10 et 142.

19 Bérenger 1900.

20 Olivier-Martin 1931, p. 136-160.

21 Bérenger 1900.

22 L’usage des substantifs n’est pourtant pas inconnu en langue française. Yolande de Flandre s’intitule ainsi dès 1345 « mainbour et governeresse de la conteit de Bair pour cause de nos enfans » (Bubenicek 2002, p. 74-75).

23 JLF, p. 54-55. Le sceau d’Anjou se distingue du sceau de Calabre créé en mai 1382, utilisé pour la première fois par Louis Ier d’Anjou lorsqu’il donne à son frère Jean de Berry le principat de Tarente (JLF, p. 41).

24 Par exemple lorsque Yolande d’Aragon ordonne au bailli de Sisteron de lever les bannières royales sur la tour de Gap à l’occasion de l’élection du nouvel évêque (AD BDR, B 618, n°14, 1410) ou qu’elle donne un privilège à Hugoni Audierini, procureur fiscal et conseiller royal (AD BDR, B 8, f°295v, 1412).

25 L’énumération des terres tient autant à la réalité de la domination angevine qu’à son anticipation. Parmi les titres imaginaires dont se sont parés les princes angevins, on peut signaler celui de Jérusalem, qui signale leur qualité d’héritiers de la première Maison d’Anjou. René d’Anjou, à qui le conseil de ville de Barcelone en rébellion offre la couronne d’Aragon, ajoute à partir de 1466 toutes les principautés en dépendant. Jeanne de Laval adopte cette titulature en miroir, et le couple la conserve jusqu’en 1479 malgré l’échec de Jean de Calabre, bras armé des Angevins en Catalogne, décédé à Barcelone en décembre 1470 (Lecoy de la Marche 1875, p. 375-380 et p. 425).

26 Par exemple Angers, Bibliothèque municipale, ms. 1255 (acte du 26 avril 1428, sans foliotation).

27 Par exemple dans le mandement adressé aux clavaires qui doivent remettre les arrérages de pension au couvent Saint-Louis de Marseille (AD BDR, B 10, f°265, 1425).

28 Chaigne-Legouy 2014, p. 250-252.

29 AD BDR, B 1828, f°48.

30 Voir les actes d’Isabelle de Lorraine consignés dans les registres AD M&M, B 873 et AD BDR, B 12.

31 AD BDR, B 12, f°122 (9 décembre 1440).

32 « Charles, duc de Lorrainne et marchis, a tous ceulx qui cez presentes lettres voiront, salut. Comme la congnissance, haulteur et signorie de tous chamins estans en nostre pais et duchiez de Lorrainne ad cause de nostre princerie appartiengne a nos et ait appartenu a noz predecessours ducz de Lorraine de toute ancienneté [...] » (Rivière 2004, p. 569).

33 Par exemple dans la charte de fondation instituant une corporation de métier, « Isabelle par la grace de Dieu, royne de Jherusalem et de Sicile, duchesse d’Anjou, de Bar et de Lorraine, comtesse de Prouvence et de Forcalquier, du Maine et de Piemont, lieutenant de monseigneur en ses pays et seigneuries deca les monts, a tous ceux qui ses presentes lettres verront, salut. Comme il soit venu en nostre connoissance que les compagnons mareschaux ferré et coustelliers de nostre ville de Nancy ayant de longtemps gouverné et exercé leur métier sans avoir lettre ne titres de nos predecesseurs ne de nous, savoir faisons que, considerant le bien, proffit et utilité de nous, de notre dite ville de Nancy et le tout bien commun, avons ordonné et ordonnons par ces presentes, pour nous, nos hoirs et successeurs, que des maintenant a tousjoursmais, le metier desdits compagnons ferrés soit demeuré et gouverné par la maniere que cy apres s’ensuit [...] » (AD M&M, E 346, sans pagination).

34 Le 30 janvier 1431, René d’Anjou est contraint de reconnaître devant une assemblée de la chevalerie lorraine qu’il tient le pouvoir de sa femme et de promettre le respect des coutumes féodales et les privilèges aristocratiques propres à la Lorraine. Nancy, Bibliothèque municipale, ms. 189, f°58-60, édité par Digot 1880, p. 7-11.

35 Sur cette problématique, voir Pauly 2013.

36 Pour un aperçu général sur la question, voir Krynen 1988.

37 AD BDR, B 15, f°64-64v.

38 Chaigne-Legouy 2014, p. 236-240.

39 Bedos-Rezak 1988.

40 Pastoureau 1996, p. 287.

41 Richard, 2012, p. 95.

42 Sur la complexité des relations entre l’acte émané du souverain et l’acte passé entre particuliers, nous renvoyons à Guyotjeannin 1993, p. 103-104.

43 Pastoureau 1981, p. 27.

44 Viennot 2002.

45 Un sceau de Jeanne Ire de Naples datant de 1380 est reproduit dans Mérindol 1987, pl. XXIII ; ceux d’Anne de Bretagne le sont dans Nielen 2011, p.116.

46 Pastoureau 1986, p. 62.

47 L’écu de Louis Ier est partagé entre les armes dites « d’Anjou ancien », héritée de Charles d’Anjou, semé de fleurs de lys d’or sur un fond bleu azur, traversé par un lambel rouge à trois pendants, et les armes « d’Anjou moderne », avec des lys d’or sur fond azur brisé d’une bordure rouge, qui le distingue de ses frères depuis 1360. Cette brisure apparaît également sur les armoiries de sa femme.

48 Sur les revendications de la princesse à la couronne d’Aragon, voir Chaigne-Legouy 2014, p. 69-71. La princesse aurait également adopté la devise de son père, la couronne double (URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=160).

49 Mérindol 1987, p. 55.

50 L’emploi de l’ange dans les emblèmes est rare au sein des les cours européennes. Il est absent du traité d’héraldique de Pastoureau 1979, p. 122-169. Les figures qui soutiennent les écus des ducs d’Anjou sont en général animalières (lions et aigles).

51 Villette 1940, p. 277.

52 Il s’agit du père de Marie de Blois, pour lequel Louis Ier d’Anjou demande la canonisation. Voir Vauchez 1980 et Héry 2006.

53 Hablot 2015, p. 27. La fonction principale des anges de la tapisserie est de porter les armoiries du prince (ibid., p. 29).

54 Somme théologique de Thomas d’Aquin, citée par Agamben 2003, p. 46.

55 Hablot 2015, p. 29. L’auteur ajoute qu’il s’agit aussi peut-être d’un jeu phonétique sur la phrase « Elle aime », comme on le voit parfois dans l’emblématique contemporaine.

56 S. MARIE. DEI. GRA. REGINE IERLM ET SICILIE DUCATUS : APULIE : PRINCIPATUS : CAPE : DUCISSE : ANDEGAVIE ET TURONIE COMITISSE POVINCIE CENOM ET PEDEMONTIS.

57 Nous tenons cette information de Laurent Hablot, qui a bien voulu nous confier un exemplaire de sa thèse avant publication. Nous l’en remercions vivement (Hablot à paraître, chapitre 3, I, A).

58 Aucun ange ne figure sur les sceaux répertoriés par Dalas 1991.

59 À l’issue de l’entrée d’Isabeau de Bavière à Paris et du succès des fêtes de 1389, le soleil devient l’emblème le plus fréquemment représenté sur les étendards royaux. La mise en scène du soleil par la reine de France est donc postérieure à son emploi par Marie de Blois.

60 Mérindol 1987, p. 230 et pl. XII, n°25.

61 Ibid., pl. XI, n°21.

62 La foi dans les anges gardiens s’appuie sur une tradition savante portée par le franciscain Francesc Eiximenis (v. 1330-1409), qui affirme qu’ils sont préposés « au bien et exaulcement de la chose publique », ainsi qu’à l’administration des royaumes, cités et provinces (Manevy 2008, p. 13-28).

63 Mérindol 1987, pl. LVI, n°237.

64 Citons le cas d’Isabeau de Bavière (Nielen 2011, p. 107) ou de Yolande de Bar (Bubenicek 2002, p. 177-184). Il ne s’agit pas à proprement parler de portraits puisque la gravure de la matrice ne prétend pas au réalisme.

65 Anne de France 2006, p. 86-87.

66 JLF, p. 60.

67 Pastoureau 1981, p. 30.

68 Comme tout puissant, la régente dispose de sceaux distincts pour chaque juridiction (sceau de finance, sceau des Grands Jours), évoqués par le chancelier dans son journal afin d’en préciser l’usage ou l’émolument. Une partie de ces insignes est confiée aux officiers du duché fixés à Angers pour en user lors des absences de la régente (JLF, p. 181 et 337).

69 Bautier 1964, ici p. 165-167.

70 Mérindol 1987, p. 229-231.

71 JLF, p. 178, 216, 340, 347, 527.

72 Par exemple lorsque la souveraine cède à Jean de Berry des possessions situées dans le nord du royaume de France en échange de son renoncement au duché de Tarente. JLF, p. 181.

73 Jeanne de Laval intègre tardivement les modifications des armoiries de Montmorency-Laval qui avait été accordé à son père Guy XIV en 1464 (Broussillon – Farcy 1888, p. 108).

74 Legaré 2012, p. 563-564.

75 Bony 1990.

76 Respectivement Paris, BnF, ms. fr. 2645, f°321v° (miniature des Chroniques de Froissart, Bruges, vers 1475) ; Gatouillat 2003 (vitraux de la cathédrale du Mans), Guariglia 2009, p. 66-67 (ex-voto).

77 Voir le Tembeau du roi René et d'Isabelle de Lorraine (Angers, chœur de la cathédrale, aujourd'hui dètruit. Copie de la collection Gaignière, avec armoiries sur le soubassement : http://gallica.bnf.fr/arl_/12148/bvt1b69050116.

78 Schmitt 2009. L’auteur rappelle que la repraesentatio désignait l’effigie funéraire de bois, de cire ou de tissu portée en procession en l’absence du corps du défunt (ibid., p. 25).

79 Mérindol 1987, pl. LVI, n°240.

80 Ferré 2009. Le tombeau, détruit au cours de la période révolutionnaire, n’est connu que par des dessins.

81 Ses contemporains en ont témoigné : lors de l’expédition en Lombardie de 1454, le secrétaire de Francesco Sforza, Cicco Simonetta, écrit que son maître avait constaté que René d’Anjou était absorbé par la pensée d’une femme (cura muliebris), Lecoy de la Marche, 1875, II, p. 285 et 300 n. 2.

82 Le livre du Cœur d’amour épris, écrit après la mort d’Isabelle de Lorraine vers 1457, combine les caractères du roman chevaleresque à ceux de l’allégorie courtoise. Les tribulations du Cœur, héros de l’aventure, sont la traduction allégorique du mal d’amour et constituent une sorte d’expansion romanesque de la quête, ici celle de la dame Douce Merci Bouchet 2003, p. 21-24. Le motif du cimetière d’amour (dont les blasons des amants célèbres qu’y découvre Cœur) et le pessimisme de la fin du récit peuvent se lire en parallèle de l’emblématique développée par le prince angevin après 1453.

83 Les motifs floraux sont fréquents parmi les femmes de la haute aristocratie (Kovacs 2004, p. 181-193).

84 Mérindol 1987, p. 138. Le nombre des bâtons croît à chaque année de veuvage supplémentaire.

85 Sur la valeur fondatrice du désir dans la pensée courtoise, voir Foher-Janssens 2010.

86 « Mais gueres apres ne tarda / c’est turtre [tourterelle] par la voila / qui sur le scion se posa / Lors de la souche, // Laquelle ne fist du farouche / Ainçoys tres doulcement s’approuche / Du Creux de l’arbre, et en sa bouche / Portoit entier // Un rain [rameau] de rouge groiselier / Lequel sans nullement tarder / Mist au creux et, pour abreger, son ny en fist // Et puis mondainement ne prist /A chanter hault, si que l’oïst. Son per, affin que la venssit / Et chanta tant / Que son per au crier l’entant » (éd. Quatrebarbes 1843, p. 123).

87 Bianciotto 1995, p. 53.

88 Pour une analyse des manifestations de cette « disposition affective durable » présente même dans le milieu princier, où les mariages relèvent des négociations familiales et diplomatiques, voir Guay 2009 et 2010.

89 Gaude-Ferragu 2014, p. 63-76 et 171-196. Sur la complémentarité des fonctions à la cour d’Anjou, voir Chaigne-Legouy 2014, p. 141-168.

90 Kruft 1995, p. 67-81 et 390-391. Il qualifie l’emploi de ces artistes par René d’Anjou de « geste démonstratif ».

91 Bock 2011, p. 158-177.

92 Mérindol 1987, pl. XXXIX, n°158-159.

93 Mérindol 1987, pl. LIX, n°250-251.

94 Mérindol, pl. XLVII, n°201-202.

95 « Les héros divins venus de la Croix et des illustres lys de France font perpétuellement s’avancer leurs sujets vers les régions supérieures ».

96 Il s’agit de l’hypothèse de Bock 2011, p. 173

97 En 1471, le couple se retire définitivement dans le comté de Provence, dont il est le seul maître.

98 Pensons au diptyque Matheron offert au président à la cour des maîtres rationaux de Provence ou au triptyque du Buisson ardent peint par Nicolas Froment, exécuté vers 1475-1476, destiné à orner la chapelle funéraire de René d’Anjou en l’église des Carmes à Aix-en-Provence, qui figure le couple angevin agenouillé en position de dévots. Cranga et Leonelli 2011.

99 Rappelons que le mariage de René d’Anjou et Jeanne de Laval est sans enfant. Cette rupture de la continuité dynastique est compensée par la célébration de Jean de Calabre, fils du premier mariage du roi de Sicile, dont le portrait est diffusé sur des médailles de façon concomitante (Mérindol 1987, pl. LXVI, n° 282-283). L’opération de communication transforme un handicap en atout, car le prince est alors le bras armé de la famille, un chevalier dont la vaillance compense le caractère vieillissant de son père.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 –Sceau de Marie de Blois, 100 mm, AD BDR 589, usage attesté entre 1385 et 1387. Cire rouge, double queue de parchemin (cliché auteur) (Cote B 589 / Conseil départemental 13 / Archives départementales, tous droits éserveés). Pour des attestations antérieures de ce sceau, voir Mérindol 1987, p. 231.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/3790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 2 – Sceau de Yolande d’Aragon, 80 mm, employé entre 1420 et 1423 et en 1429, issu de L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des archives départementales des Bouches-du-Rhône, Description des sceaux, Marseille-Paris, 1860-1861, pl. 17 bis. Cire rouge, double queue de parchemin.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/3790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 3 – Sceau et contre-sceau de Jeanne de Laval, extrait de B. de Brousillon et P. de Farcy, Sigillographie des seigneurs de Laval (1095-1605), Paris, 1888, p. 109-110).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/3790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 4 – René d’Anjou et Jeanne de Laval. Médaille de Francesco Laurana, 1463, 88 mm, Staatliche Museen zu Berlin, Münzkabinett.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/3790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Chaigne-Legouy, « Titres et insignes du pouvoir des duchesses de la seconde Maison d’Anjou. Une approche diplomatique, sigillaire et emblématique de la puissance féminine à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3790 ; DOI : 10.4000/mefrm.3790

Haut de page

Auteur

Marion Chaigne-Legouy

Université de Paris-Sorbonne, marion.chaigne@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals