Navigation – Plan du site
Varia

Sicuti boni homines et masnaderii : dépendance et distinction sociale dans les seigneuries du contado florentin (XIIe-XIIIe siècles)

Philippe Lefeuvre

Résumés

Comment mesurer le degré d'adhésion des sujets de la seigneurie rurale, et surtout des serfs, au système qui organisait leur propre exploitation ? On s'intéresse ici au contexte qui voit naître des formes honorables de la dépendance rurale, durant les siècles centraux du Moyen Âge. Le territoire pris en compte est le contado florentin des XIIe et XIIIe siècles. Les seigneuries rurales y apparaissent comme des constructions collectives. Ces pouvoirs servent l'aristocratie, mais animent en même temps les ambitions des populations qui lui sont soumises. Si l'usage de la contrainte permet aux seigneurs de rétablir les hiérarchies, l'économie de prédation sur laquelle repose la seigneurie implique en réalité de s'appuyer sur une foule d'intermédiaires qui participent, de la sorte, aux formes et aux profits de la domination aristocratique. Dans ce contexte, la tentative de valorisation des dépendances rurales mise en œuvre par des seigneuries déjà très institutionnalisées, au XIIIe siècle, semble avoir connu un succès relatif auprès des populations de dépendants aisés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier rapporteurs qui ont lu et accepté cet article. Les remarques qui m’ont été fa (...)
  • 2 Se esse homines et colonos atque sedentes ipsius monasterii Uallis Umbrose, acte conservé à Floren (...)
  • 3 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1219/03/10 (00009404, en 1220), éd. Santini 1897, p. 297-298, n° V (...)
  • 4 Voir Barbadoro 1929, p. 36-37 et Day 2000, p. 266-267. L'acte émanait d'une commission chargée de (...)
  • 5 Voir Panero 2000, p. 762-763 : ces serfs ou leurs descendants, dont les noms nous sont connus par (...)

1En mars 12201, sept individus étaient descendus à Florence d'une montagne voisine pour reconnaître, devant les autorités citadines, leur statut « d'hommes et de colons » résidant sur les terres de l'abbaye de Santa Maria di Vallombrosa2. Ils avaient agi, précisait le scribe, « de leur plein gré, spontanément, sans y avoir été forcés et sans crainte »3. On peine à le croire et l'idée d'une servitude volontaire suscite l'ombre d'une suspicion. La tentation du lecteur moderne est de rechercher, dans un rapport de force ou dans l'appât du gain, une motivation à ce qu'on considère d'abord comme un renoncement. Dans les années 1920, l'historien Bernardino Barbadoro avait trouvé un élément d'explication : dans le cadre d'un territoire désormais tenu d'une main ferme par les autorités florentines, reconnaître sa servitude, c'était échapper à l'impôt direct que la Commune citadine faisait peser sur les territoires alentours4. À Bologne, au début du XIIIe siècle, des logiques similaires semblent avoir poussé nombre d'habitants du contado à se faire enregistrer comme serfs5. L’explication est donc plausible, mais elle ne suffit pas à rendre compte de la portée symbolique et juridique d'un tel acte. En se déclarant coloni dans un document écrit – dont les seigneurs conservaient opportunément une copie –, ces individus engageaient leur descendance et offraient au maître un document qu'il pouvait retourner contre eux. Il faut en réalité prendre du champ et dépasser un cadre explicatif qui opposerait la contrainte et l'intérêt. Ce document, comme d'autres, soulève la question de l'adhésion des serfs et des autres dépendants de la seigneurie rurale aux structures mêmes de leur exploitation. En envisageant le cas du contado florentin, on se propose ici d'aborder la question du rôle joué par la seigneurie rurale dans l'identité sociale et politique des populations qui lui étaient soumises.

  • 6 On se réfère notamment aux travaux collectifs entrepris sur l'anthropologie du prélèvement seigneu (...)
  • 7 Provero 2012.
  • 8 Voir Della Misericordia 2006, p. 64 et suivantes. Dans cette étude sur des territoires alpins du b (...)

2Dans les deux dernières décennies, les historiens ont mis l'accent sur le fonctionnement quotidien de la seigneurie, vue davantage comme un outil de la domination aristocratique que comme le cadre légal de la vie rurale6. La seigneurie était l'instrument permettant l'extraction des surplus agricoles ou artisanaux au profit d'une classe de domini et de milites aisés. Cet instrument d'oppression constituait, en même temps, l'un des repères, et pas le seul, de l'espace politique, économique et social des populations7. Il n'est pas si facile de tenir ensemble les deux facettes de cette réalité8. L'étude des formes honorables de la dépendance rustique et du contexte qui les voit se développer permet, à notre sens, d'envisager ces deux aspects. Dans le contado florentin des XIIe et XIIIe siècles, les pouvoirs seigneuriaux demeuraient politiquement assez faibles, ils n'en étaient pas moins au cœur de puissantes dynamiques.

3Constructions collectives, les seigneuries servaient à borner l'horizon des ambitions sociales, bien au-delà de l'aristocratie. Les seigneuries reposaient certes sur la contrainte, qui permettait de rétablir les hiérarchies, mais l'économie de la prédation, qui les nourrissait, supposait en même temps la participation d'une frange privilégiée des populations dominées. C'est dans un contexte d'institutionnalisation des seigneuries, et en rappelant la pression que faisaient peser sur ces dernières les processus de mobilité sociale, qu'il faut ainsi envisager le processus plus tardif de valorisation des dépendances.

Une seigneurie collective ?

  • 9 Provero 2010.
  • 10 ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, 224,237, n° 541, p. 106-107, n° 545, (...)
  • 11 Appelt 1979, n° 521, p. 461-462.
  • 12 On sait ainsi qu'un Guarnellotto, citoyen de Sienne, était cité dans la longue diffinitio conduisa (...)
  • 13 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1227/11/02 (00010582), la vente des hommes, des possessions et du (...)
  • 14 Maire Vigueur 2004.
  • 15 Morsel 2004, p. 105-106.
  • 16 De ce point de vue, les termes du débat qu'on retrouve dans un célèbre article (Duhamel-Amado 1990 (...)

4La domination seigneuriale était affaire de nombre et de présence physique, autant que de droits, son exercice mobilisait autant les domini que ceux qui aspiraient à le devenir. La documentation léguée par la petite abbaye vallombrosaine de San Lorenzo di Coltibuono, dans le Chianti, et par la puissante abbaye de Santa Maria d'Acquabella ou de Vallombrosa, dans les montagnes du Pratomagno, permet de reconstituer le parcours d'une petite parentèle aristocratique du Chianti, de la fin du XIe au milieu du XIIIe siècle. Ce parcours met en valeur le rôle de la construction seigneuriale dans l'affermissement d'une ascension sociale réussie et rappelle que la mobilité sociale, quoique discrète dans les sources, était une réalité de l'Italie rurale et seigneuriale9. En 1201-1204, les domini de Tornano formaient une consorteria au caractère nettement aristocratique et qui comptait sept foyers10. Tous ensemble, ils avaient le contrôle d'un moulin construit sur un petit affluent de l'Arbia, une rivière s'écoulant vers Sienne, et possédaient les castelli de Tornano et de Monteluco a Lecchi, aux confins du territoire florentin. Le caractère seigneurial de ce groupe est évident lorsqu'on considère les sources des années 1160-1250. En 1167, l'un de leurs ancêtres, Guarnellotto, avait tenu tête aux seigneurs de Ricasoli, de grands aristocrates du Chianti et à l'empereur Barberousse, en faisant molester un dénommé « Trotte Menu », messager de l'antipape Calixte III11. Ce Guarnellotto apparaît à cette date, et dans la documentation impériale, comme un vassal indiscipliné de Ranieri di Ricasoli, tenant pour lui les castelli de Tornano et Campi. Sans doute se trouvait-il à la tête d'un groupe fortement militarisé. Dans les décennies suivantes, le titre de dominus revint assez régulièrement pour désigner certains membres de sa parentèle, par ailleurs impliquée dans les luttes politiques12. Dans la première moitié du XIIIe siècle, on assistait enfin au processus d'inurbamento de ces petits aristocrates quittant les collines du Chianti pour s'installer à Sienne13. Il s'agissait donc d'une parentèle aisée, militarisée, intégrée à la hiérarchie politique et qui appartenait incontestablement au monde des milites décrits par Jean-Claude Maire Vigueur14. D'où venaient ces milites ruraux ? Sans doute la question de l'origine des châtelains des XIe et XIIe siècles est-elle un « problème mal posé »15, on aurait tort, toutefois, de trop négliger les indices d'une transformation d'une parentèle qui lui permet de s'intégrer pleinement à l'aristocratie16.

Fig. 1 – La consorteria des domini de Tornano : schéma de filiation (XIIe-XIIIe siècle).

Fig. 1 – La consorteria des domini de Tornano : schéma de filiation (XIIe-XIIIe siècle).
  • 17 Pour les premières attestations de ces filii Truti, voir ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1085/03/.. (...)
  • 18 Sur les filii Sardini/Truti, voir Delumeau 1996 1996,vol. 2, généalogie 8 et Cortese 2007, p. 316- (...)
  • 19 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1090/12/29 (00002399, RC 187), 1123/05/.. (00003804, RC 315), 1133/ (...)
  • 20 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, Xe siècle, (00000133, RC 5, bref datant de la fin du Xe siècle ou d (...)
  • 21 Cortese 2007, p. 67-125, une bonne mise en perspective dans Delumeau 2014.
  • 22 Voir par exemple, ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1099/02/.. (00002784, RC 210, en 1100).

5Si l'on remonte à la fin du XIe siècle, on découvre, de fait, l'une de ces parentèles encore très peu hiérarchisée et structurée, qui caractérise le monde des petits et moyens possessores de la Toscane du haut Moyen Âge. Il s'agit, en somme, de petits propriétaires, ou de tenanciers aisés, qu'on imagine volontiers intéressés par les activités agricoles ou artisanales17. Les deux parentèles qui composaient la consorteria, les « fils de Truto » et les « fils de Sardino », n'en étaient pas moins insérées dans la clientèle des aristocrates locaux. L'un des fils de Sardino, Uberto, aussi surnommé Arapoco – littéralement « Laboure-peu » – avait épousé Tedora di Guido, des Firidolfi18. De l'autre côté, Truto, ancêtre des filii Truti, avait épousé une représentante des nepotes Rainerii, autre parentèle aristocratique du Chianti. Les alliances tissées par les Truti-Sardini les montrent insérés dans la sociabilité aristocratique locale, sans qu'on puisse rattacher leur nom à un quelconque castello. Leur prestige semblait dériver du contrôle établi sur un minuscule affluent de l'Arbia et des revenus que leurs procuraient les moulins19. La trajectoire de ce groupe, s'érigeant en une consorteria, permet de comprendre la place qu'occupe la centralité du castrum dans le processus de différenciation sociale. Détenir un castello « en sa main », comme l'avait joliment écrit un notaire du XIe siècle, c'était détenir les biens et les familles qui étaient attachés à cette construction20. Dans le territoire florentin, ces castelli servaient davantage à centraliser les prélèvements sur la production agricole qu'à regrouper les populations21. S'il est difficile de mesurer le degré d'achèvement et de sophistication de ce que les sources des XIe et XIIe siècle qualifient généreusement de curtes et de castelli22, ce dernier terme renvoyait à la fonction militaire. Détenir un castello, permettait l'insertion dans un ordre politique dépassant le local : on marquait ainsi une différence visible avec les populations voisines. S'ils représentaient un coût évident d'entretien, ils nourrissaient en même temps le capital économique et symbolique de leurs détenteurs. Le parcours des filii Truti-Sardini rappelle, en négatif, la fragilité d'une position aristocratique qui dépendait de la discipline déployée par un groupe sur plusieurs générations. Il fallait établir une situation économique locale, entretenir les liens avec les parentèles aristocratiques voisines, conserver le contrôle du castello et des biens centraux de la consorteria et s'impliquer dans des luttes dépassant l'horizon local.

  • 23 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1079/05/01 (00001711, RC 122, en mai), cette location en livello av (...)
  • 24 Wickham 1996b.
  • 25 Un panorama des grandes seigneuries des XIe-XIIe siècles dans Cortese 2007, p. 1-54. Sur les Alber (...)
  • 26 Carocci 2010, repris dans Carocci 2014, p. 61-62, la notion mise en œuvre, en italien, est celle d (...)
  • 27 Sur la coseigneurie, voir Debax 2012 ; pour le territoire étudié, cf. Collavini 2010.
  • 28 Sur les similitudes et les différences entre seigneuries et communes rurales, cf. Wickham 2001, p. (...)

6Le territoire que les sources du XIe siècle désignent déjà comme la iudicaria ou le comitatus de Florence, était l'un des plus vastes de Toscane23. La documentation relative à ce contado n'en informe pas moins sur des pouvoirs seigneuriaux plutôt faibles24. Les grands seigneurs disposant d'une justice étendue sur les populations soumises s'y comptent sur les doigts d'une main (les comtes Guidi, les Alberti, les évêques de Florence et quelques abbés du territoire florentin)25. Les autres seigneuries étaient essentiellement basées sur un patrimoine foncier plutôt exigu, et parfois très fragmentées, et tenaient à la détention d'un ou plusieurs castelli et des redevances qui lui étaient attachés. Faibles politiquement, ces seigneuries n'en exerçaient pas moins un contrôle pesant sur les populations et l'on peut reprendre à S. Carocci la notion de « seigneurie invasive » pour décrire l'influence exercée localement par ces domini loci sur leurs voisins26. On comprend l'importance, pour ces seigneurs, de faire nombre et de partager leurs bénéfices matériels et symboliques avec un groupe étendu de coseigneurs laïques ou ecclésiastiques27. Il arrivait d'ailleurs qu'une commune rurale vînt se substituer progressivement à ces coseigneuries, sans véritable rupture entre ces deux formes de pouvoir28.

  • 29 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1124/11/.. (00003876, RC 320) : Ranieri di Guido dei Firidolfi céda (...)
  • 30 Menant 1980 ; Brancoli Busdraghi 1996.
  • 31 Bougard 1995, p. 75, p. 119.
  • 32 Dans les brefs du haut Moyen Âge, et jusqu'au XIIe siècle, les boni homines font partie du formula (...)
  • 33 Menant 1993, p. 698.

7Que faire lorsque les représentants du groupe aristocratique ne pouvaient être physiquement sur place ? Ce contrôle passait alors par un groupe composite et mal connu d'hommes de confiance. Au début du XIIe siècle, Ranieri di Guido dei Firidolfi, avait cédé à l'abbaye de San Lorenzo di Coltibuono sa part du castello de Stielle (Gaiole in Chianti) en faisant une exception pour les feora deli boni ohmi et illo dele masnadali29. Pour ce Ranieri, céder les revenus d'un de ses castelli, sans en perdre définitivement le contrôle, supposait de conserver les terres qu'exploitaient les « bons hommes » et ceux qui dépendaient de sa masnada. On désignait, par ce dernier terme, un groupe de serfs dont on attendait un service militaire30. Les boni homines, qui apparaissaient déjà dans les brefs carolingiens, étaient quant à eux les individus socialement aptes à participer aux plaids judiciaires ou aux arbitrages31. Le terme renvoyait à ceux qu'on pourrait littéralement désigner comme des « notables », mais qu'on recrutait, aux XIe et XIIe siècles, dans des contextes sociaux très différents32. L'association des deux termes est intéressante et se retrouve dans un acte qu'on mentionne plus loin, elle permet d'étendre au territoire florentin l'observation faite par François Menant sur ces hommes de maisnie de Lombardie dont le statut « participe ainsi à la fois de celui des dépendants banaux, soumis héréditairement au districtus, et de celui des vassaux conditionnels, élevés au-dessus de leur condition sociale d'origine par des rapports personnels avec le maître »33.

  • 34 Sur cette petite parentèle, cf. ASFi, Diplomatico, Siena , S. Vigilio (pergamene del monastero di (...)
  • 35 Sur ces parentèles, cf. Boglione 1997 ; Cortese 2007, p. 294-302, ainsi que Cortese 2008 ; Lefeuvr (...)
  • 36 Sur cette petite parentèle, qu'on peut suivre sur deux générations, voir ASFi, Diplomatico S. Vigi (...)
  • 37 Collavini 2008.

8En Toscane, la documentation permet rarement d'être si précis sur le contour exact des prérogatives seigneuriales et le statut des individus, mais elle fait en revanche ressortir une population qu'on devine liée au monde seigneurial, sans appartenir pour autant à l'aristocratie des domini. Le cas d'une petite parentèle du Val d'Ema, les filii Nerbotti, est à ce titre très caractéristique. Ces derniers vivaient, au milieu du XIIe siècle, dans une petite vallée reliant Florence au Val d'Arno34. Les sources léguées par une abbaye locale, San Casciano di Montescalari, permettent de suivre deux générations masculines de ce groupe dont les possessions se trouvaient dispersées sur près de quatre kilomètres. Ces biens qui n'étaient pas de nature à mettre les filii Nerbotti au niveau des familles seigneuriales locales, demeuraient trop dispersés pour faire l'objet d'une mise en valeur directe. Il s'agissait d'un patrimoine, pour ainsi dire, enchâssé dans celui des filii Berardi ou des da Cintoia35, détenteurs des deux castelli des environs. Peut-être étaient-ils liés par des liens consanguins à l'une des deux parentèles, peut-être – c'est pour nous le plus probable – appartenaient-ils à la clientèle de ces dernières. Si nous ignorons tout ou presque de ce que ces rentiers disaient et pensaient d'eux-mêmes, l'onomastique nous a laissé quelques indices. À deux reprises, on retrouvait, chez les filii Nerbotti, le nom assez caractéristique de Mattafellone, « Tue félon »36. Un surnom, typique du XIIe siècle, qui semble révéler, comme le note Simone Collavini pour d'autres exemples, une adhésion de ce groupe aux valeurs guerrières constitutives de la militia37. L'exemple n'est du reste pas isolé et c'est toute une population qui semble, à la fin du XIIe siècle, participer activement aux valeurs de l'aristocratie seigneuriale.

  • 38 On se base ici sur le dépouillement des sources de Coltibuono que nous ont transmis le Diplomatico(...)
  • 39 Sur ces surnoms, voir Menant 1994 et Menant 2010.
  • 40 Sur cette population de petits possessores, voir Conti 1965, p. 149-175, Wickham 1988, p. 40-67, p (...)

9Le dépouillement des actes légué par l'abbaye de San Lorenzo di Coltibuono, dans le Chianti, fait en effet ressortir une petite série de noms assez similaires. Certains étaient formés sur la chasse : Caccia (fin XIIe, début XIIIe siècle) ; Cacciaconte (1221) ; Cacciaguerra (1176) ; Cacciato (entre 1150 et 1250). D'autres évoquaient la prise ou l'attaque : Assalto (1228) ; Bellapresa (1290) ; Spazavillano (1121) ; Mattafellone de nouveau (1244) ; Mazzaferro (1242) ; Mazzavitello (1155 et 1202) ; Tagliaferro (1150)38. La guerre était parfois directement évoquée : Lungaguerra (1138) ; Vinciguerra (1236). On renvoyait parfois à ce qui distinguait les milites, cavaliers et seigneurs de forteresses : Castellana, une femme cette fois (1253) ; Cavalcante (1182-1201). Ces dénominations caractérisent, le plus souvent, les listes de témoins d'actes de prestige mobilisant, au centre de la scène, des familles plus en vue de l'aristocratie39. Elles sont un indice, parmi d'autres, des stratégies que pouvaient mettre en œuvre de petits et moyens possessores pour participer, à leur manière, aux fonctions de commandement40.

Marquer la différence

  • 41 Pour Padoue, c'est dans les années 1170 que la réorganisation féodale de la clientèle épiscopale d (...)
  • 42 Rippe 2003, p. 619-621.
  • 43 Cheyette 1970.

10Dans ce contexte qu'on devine concurrentiel, il importait aux dominants de signaler les différences avec les dominés. La deuxième moitié du XIIe siècle fut marquée par une intensification des conflits locaux qui s'intégraient, désormais, au panorama de luttes plus larges entre l'empereur, la papauté et les communes lombardes. On avait partout besoin de soutiens, d'argent et de combattants et cette situation contribua sans doute à l'accélération de processus de différenciation sociale amorcés depuis des décennies dans les villes et les campagnes41. Ces moments de tensions sont par ailleurs révélateurs du fonctionnement de la domination aristocratique qui reposait encore largement sur une économie de la prédation. Il est difficile pour nous de concevoir des sociétés valorisant explicitement la prise violente des biens et du corps d'autrui, c'était pourtant le cas, en Italie, à la fin du XIIe siècle. On trouvait, dans le contado florentin, des figures comparables aux Mangiavillano étudiés par G. Rippe dans le territoire de Padoue : usuriers et milites qui s'étaient ouvertement enrichis sur le dos de leurs voisins42. La prédation était fortement mise en scène et servait à établir les contrastes sociaux. Dans les siècles centraux du Moyen Âge, subir un tort sans pouvoir répondre était la première manifestation d'une subordination et c'était la honte, plus que la révolte, qui accompagnait cette position43.

  • 44 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 11../../.. (00007427) ; XIIIe sièc (...)
  • 45 Wickham 2000, p. 321.
  • 46 Voir Verdon 2011, qui s'appuie notamment sur les idées développées par Gauvard 2005.

11Au début des années 1170, dans le contexte des guerres impériales, les moines vallombrosains de San Lorenzo di Coltibuono avaient adressé à l'abbé de Santa Maria di Vallombrosa et aux évêques de Florence et de Fiesole, une querimonia contre Spinello di Malapresa, des Firidolfi, patrons et fondateurs de l'abbaye44. Le récit présentait Spinello di Malapresa et ses hommes en potentats locaux abusant de leur pouvoir et de leur force au détriment des moines et de leurs convers. Les faits rapportés ne sont pas datés et il est difficile de se faire une idée de l'intervalle de temps séparant chacune de ces violences. Selon cette querimonia, Spinello avait agi avec un de ses hommes de main, un dénommé Zaccone, certains de ses villani et un écuyer (scutiferus). Les méfaits de cette petite troupe étaient les suivants : un clerc dépendant de l'abbaye avait été chassé du castello de Montegrossi ; un moine, venu protester, avait été violemment molesté ; un des clercs dépendant de l'abbaye avait été enlevé ; on avait rasé la barbe de Pietro del Monte, probablement un frère convers ; un autre frère convers avait été roué de coups ; le cellerier de l'abbaye avait été blessé ; Giovanni Marrone, dont on ignore la fonction exacte mais qui était probablement un des frères convers de l'abbaye, avait été lié et promené sur une longue distance, recevant des coups du tranchant de l'épée et une blessure supplémentaire de la part d'un villanus ; le mariscalus de l'abbaye, responsable de l'étable, avait été jeté sous les sabots de ses propres chevaux. Une seule effusion de sang était à déplorer : un dénommé Giallo, frappé aux tempes, avait perdu du sang. Les autres actions concernaient davantage les instruments du prélèvement seigneurial : l'un des moulins n'avait pu fonctionner durant toute une année ; une dette due au forgeron de l'abbaye n'avait pas été acquittée ; les œufs et le fromage conservés dans l'un des domaines de l'abbaye (une curtis) avaient été laissés aux chiens de Spinello ; le raisin d'une vigne avait été enlevé ; un ministérial de l'abbaye avait été chassé ; les hommes de Spinello avaient saisi le froment du champ et avaient emporté deux tonneaux de vin. Chacun de ces actes démontrait publiquement la capacité du seigneur à agir sur les corps et les biens des hommes dépendant de l'abbaye de Coltibuono. L'ensemble composait « un drame social » qui visait à construire et renégocier la légitimité des prétentions de chacun45. Le choix de laisser aux chiens les œufs et les fromages conservés dans l'un des domaines de l'abbaye était très significatif : cette destruction gratuite était l'expression d'un pouvoir fort, capable d'exercer des représailles que tout distinguait du vol. Les prises du corps d'autrui, les saisies de froment et d'autres produits, les destructions volontaires étaient ainsi destinées à réaffirmer ou à redéfinir l'ordre public local46.

  • 47 Nous n'avons pas de données exactes sur le nombre de moines vivant dans la petite abbaye de San Lo (...)
  • 48 Casini 2009a.
  • 49 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1217/01/11 (00009154, en 1218)

12Cette guerre opposait en réalité deux minuscules communautés d'essence aristocratique. L'une de ces communautés était une famille – la parentèle laïque des Firidolfi de Montegrossi –, l'autre était une communauté monastique ne comptant guère plus d'une dizaine d'individus47. Le conflit portait plus spécifiquement sur ce qui représentait le mieux le pouvoir seigneurial des moines, leur ascendant économique : les clercs ; les frères convers ; leurs domaines et les fruits de ces domaines ; un de leurs moulins. Le document n'est pas isolé et rappelle le lien qui existe entre deux aspects que les études tendent à séparer : le prélèvement des surplus et l'exercice de violences sur le corps d'autrui. La manifestation la plus directe du pouvoir, dans cette organisation locale, tenait à la capacité qu'un individu avait d'exercer une contrainte sur le corps et les biens d'autrui. De telles violences n'étaient pas propres aux seigneuries laïques. Les abbés de San Michele di Passignano, dans le Val di Pesa, n'hésitaient pas à y recourir48. Au début du XIIIe siècle, dans les montagnes du Pratomagno, une petite guerre locale – werra – avait opposé l'abbaye mère de Santa Maria di Vallombrosa à l'abbaye féminine de Sant'Ellero49.

  • 50 Barthélemy 2000, p. 19 : « J'ai peur que bien des compromis ne comportent tout de même un vainqueu (...)
  • 51 Arnoux 2012, p. 97.

13Dans ces cas, comme dans le cas des violences exposées plus haut, la violence permettait à chacun de savoir où passait la différence entre dominants et dominés, de même que les compromis judiciaires de la même époque entérinaient généralement l'existence d'un vainqueur et d'un vaincu50. La contrainte physique n'était pas le domaine réservé des seigneurs, à chaque fois les intermédiaires seigneuriaux, souvent des serfs, étaient les premiers acteurs de cette violence, ils en étaient aussi les premières victimes. Sans doute, mais les fonds ne permettent guère de dépasser le stade de l'hypothèse, nombre de ces intermédiaires se sentaient-ils autant impliqués dans l'aventure que leurs propres seigneurs. Dans ce territoire, le laboureur, pour reprendre à Mathieu Arnoux cette figure du paysan maître de son existence51, était à bien des égards assez libre. Il était en revanche confronté quotidiennement à un grand nombre de figures intermédiaires – villani, scutiferi d'un côté, ministeriales et convers de l'autre – qui portaient les intérêts contradictoires de leurs maîtres. Dans la querimonia évoquée plus haut, on devine que l'objectif des Firidolfi était de faire passer dans leur fidélité les frères convers et les ministériaux dépendant des moines de Coltibuono. Ces intermédiaires, qui étaient vraisemblablement recrutés dans la population des notables villageois, disposaient d'un capital économique et symbolique qui venait renforcer leur légitimité. La seigneurie, en tant qu'ordre social, ajoutait une source de distinction : elle permettait à certaines familles, et peut-être davantage à certains individus masculins, de se situer du bon côté de la contrainte.

  • 52 Collavini 2012.

14Il n'était probablement pas toujours facile de tracer une ligne de partage entre dominants et dominés. Les serfs les plus habiles et les mieux installés s'ingéniaient parfois à investir les structures d'exploitation qui leur étaient familières et jouaient, de la sorte, de la domination seigneuriale. Simone Collavini a ainsi montré comment un riche colonus de l'abbaye de San Michele Arcangelo di Passignano, Zucco di Artovicco da Valle, avait investi tout le patrimoine qu'il avait acquis sur ses voisins et l'abbaye, dans l'achat de droits sur d'autres colons, sans chercher à s'affranchir. Il pouvait s'avérer plus lucratif, et plus valorisant socialement, de demeurer dans la dépendance seigneuriale52.

La valorisation des dépendances

  • 53 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1137/07/.. (00004396) : on trouvait, dans les confronts, un certai (...)
  • 54 On voit des représentants de ces deux groupes agir ensemble en juillet 1153, voir ASFi, Diplomatic (...)
  • 55 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1167/01/23 (00005577, en 1168). Les autres tenanciers avaient été (...)

15C'est un contexte seigneurial très semblable à celui de la seigneurie fortement institutionnalisée de Passignano qu'on retrouve dans les castelli dépendant, aux XIIe et XIIIe siècles des abbés Santa Maria di Vallombrosa. Les moines de la puissante abbaye avaient en effet développé, sur les montagnes du Pratomagno, un pouvoir qui encadrait fortement les populations des villages voisins de Magnale et de Ristonchi. Des trajectoires sociales complexes pouvaient se déployer à l'intérieur même de cette aire de domination, sans mettre en danger la domination seigneuriale. La documentation est assez dense pour permettre de suivre le parcours social de petites parentèles. Le cas des descendants d'Albertinello da Melosa se révèle à ce titre très instructif. Dans les années 1130, un certain Albertino da Melosa, fils d'Alberto, vivait et possédait des terres dans les alentours de San Martino a Pagiano, sur les pentes du Pratomagno53. Ce qui se dégage de la documentation des années 1120-1140, c'est l'existence, au lieu-dit Melosa, de deux groupes de possessores évoluant dans la clientèle des abbés de Vallombrosa, l'un distingué par le nom de Berardo, l'autre, qui nous intéresse ici, signalé par une série de variations sur le nom d'Alberto54. En 1168, au moment où l'abbaye voulut affermir solennellement son emprise sur les hommes des castelli voisins, en contraignant les « sacramentariis » à placer en gage certaines de leurs terres, on comptait, parmi les quatorze individus, un certain Albertinello, contraint de placer en gage deux setiers du « Culto a Melosa »55. À cette date, Albertinello da Melosa apparaît donc, pour la première fois, comme l'un des dépendants de l'abbaye.

Fig. 2 – Les descendants d'Albertinello da Melosa : schéma de filiation (XIIe-XIIIe siècle).

Fig. 2 – Les descendants d'Albertinello da Melosa : schéma de filiation (XIIe-XIIIe siècle).
  • 56 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1189/04/24 (00006709), 1191/09/18 (00006828), 1192/06/15 (00006879 (...)
  • 57 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1192/06/15 (00006879), 1213/12/08 (00008820).
  • 58 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1213/12/08 (00008820).
  • 59 Sur ce point, nous reprenons à T. Casini l'expression « d'éminence sociale » qui condense assez bi (...)
  • 60 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1224/02/04 (00010010, en 1225).
  • 61 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1230/11/03 (00010986), Arringhiere di Guglielmino, le frère de Don (...)
  • 62 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1243/06/15 (00013045), Ammanato di Guglielmino di Bonaiuto cité co (...)
  • 63 ASFi, CRSGF, 260.121, f. 55 v°-56 v° ; f. 110 v° ; f. 94 v° ; f. 56 v°-57 v° ; f. 55 r-v°.
  • 64 ASFi, CRSGF, 260.121, f. 93 r°, en 1262 (style moderne), f. 103 r°, en 1275 (style moderne)

16Albertinello avait eu deux fils, Bonaiuto (attesté entre 1189 et 1213) et Rustichino ou Rustichello (attesté en 1191 et 1192)56, qui œuvrèrent au déplacement de la parentèle et de ses intérêts vers le castello voisin de Magnale. Bonaiuto avait épousé Berta, fille de Guglielmino di Orlando, qui appartenait à la famille du notaire Orlandino di Giratto57. Un saut de puce sur une carte, mais qui signalait une véritable ascension sociale : ce mariage était une alliance hypergamique pour les da Melosa. Dans les années suivantes, on retrouverait d'ailleurs, dans l'onomastique de la famille, les noms empruntés au stock onomastique de la parentèle dominante des filii Giratti. À la même époque, les descendant d'Albertinello da Melosa participaient, certes faiblement, aux profits que générait l'ordre seigneurial de l'abbaye de Vallombrosa. En 1213, Bonaiuto et son épouse Berta avaient ainsi rétrocédé au monastère les terres et les pensiones qu'ils recevaient de deux tenanciers58 : l'un d'entre eux leur devait chaque année deux pains et deux poules ; l'autre devait s'acquitter du quart d'une poule, d'une pension d'un denier et du quart d'une corvée de bœufs. Le fils de Bonaiuto, Guglielmino, devait épouser une dénommée Castellana59, et les dots versées par la famille dans ces décennies donnent une impression d'aisance. Donnadibene, fille de Guglielmino, apportait à son époux les parts de deux maisons, la part de plusieurs loyers agraires et des droits sur les alpages du Monte Secchieta60. L'acte faisait émerger les noms d'une multitude d'habitants de Magnale, cités tantôt comme tenanciers, tantôt dans les confronts ou comme témoins : une cinquantaine au total, pour un village qui ne comptait qu'une centaine de foyers. À la génération suivante, le patrimoine de la famille continuait d'ailleurs d'être considérable61. Si la famille participait aux bénéfices de la seigneurie exercée conjointement par les moines et quelques laïcs, leur propre pouvoir ne s'apparentait guère à celui de l'aristocratie62. Les da Melosa étaient sujets de l'abbaye et participaient aux serments de fidélité collectifs des années 1250-127063. Il est difficile, et sans doute inutile, de chercher à situer cette petite parentèle dans le groupe des seigneurs ou celui des colons. Fractionnés, les droits qu'ils possédaient sur leurs voisins les plaçaient parmi les bénéficiaires de la seigneurie ; il leur fallait, dans le même temps, verser des loyers qui les plaçaient dans la frange aisée des tenanciers coutumiers64. En cas de conflit avec l'abbaye, les moines n'auraient en revanche eu aucune difficulté à faire reconnaître aux tribunaux florentins le statut de coloni.

  • 65 Figueras 1993.
  • 66 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1195/05/19 (00007101).
  • 67 Pour une synthèse sur le servage dans l'Italie médiévale, voir Panero 1999 côté français, pour s'e (...)
  • 68 La constitution d'une casuistique et les réflexions des juristes conférèrent d'ailleurs aux colons (...)
  • 69 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1195/05/19 (00007101).
  • 70 Pour s'en tenir à la Vallombreuse, voir ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1199/08/22 (00007378), 120 (...)
  • 71 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1200/12/11 (00007481), la présence de cet acte dans le fonds de l' (...)
  • 72 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1315/06/03 (00075234), voir Majnoni 1981, p. 38.

17À la même époque, les habitants vivant autour de Florence n'acceptaient pas aussi facilement ces liens de dépendance assez nouveaux et qui résultaient d'un processus qui avait fait passer des sociétés de petits alleutiers à des sociétés de tenanciers65. La diffusion du terme de colonus suivait, en même temps, les progrès des cours citadines (ce sont des actes établis à Florence, davantage que dans les territoires ruraux, que viennent certaines des plus anciennes attestations de coloni66). En ce début du XIIIe siècle, se reconnaître colon, dans un document écrit c'était s'engager dans un rapport de dépendance contraignant, mais réglé67. Dès la fin du XIIe siècle, les colons pouvaient compter sur l’œil bienveillant de tribunaux citadins68. En 1195, l'abbé de Santa Maria di Vallombrosa qui avait fait appel aux juges pour obtenir les loyers de ses coloni n'avait obtenu qu'une victoire partielle69. Dans ces mêmes années, un seigneur ne s'en sentait pas moins autorisé à vendre, mettre en gage ou aliéner l'un de ses colons en même temps que ses droits sur une exploitation rurale70. De tels transferts fonciers représentaient, pour une population d'exploitants, un risque considérable, qui pouvait se traduire par une évolution brutale des loyers ou par des interventions leur faisant perdre tout contrôle sur leur outil de subsistance. Sans compter qu'on demeurait dans une société violente, où les coups s'abattaient d'abord sur ces villani et ces coloni. Ces raisons expliquent la résistance des populations à la diffusion du colonat : quand l'occasion s'en présentait, certains colons n'hésitaient pas à obtenir un affranchissement. On sait ainsi qu'à l'extrême fin du XIIe siècle, une famille de laïcs du Pratomagno avait libéré deux exploitants et leurs descendants, des redevances et des corvées qu'ils leur devaient comme colons, sans mentionner de contreparties71. Beaucoup plus tard, dans les premières années du XIVe siècle, et dans la Val di Pesa, deux familles dépendant de l'abbaye de San Lorenzo di Coltibuono avaient, quant à elles, versé la somme considérable de 360 livres pour obtenir leur affranchissement72.

« Bons hommes de maisnie »

  • 73 Sur ce thème, voir Casini 2009b ; Casini 2012
  • 74 Francesconi 2005b, p. 256 : « La parabola sociale e patrimoniale percorsa da questo gruppo parenta (...)
  • 75 Cursente 2000.
  • 76 Menant 1993, p. 691-706 ; Castiglioni 2010.

18Au même moment, certaines populations pouvaient accepter le cadre qu'offraient la seigneurie et la dépendance assumée à cette dernière. C'étaient le cas dans les seigneuries monastiques du XIIIe siècle73. Dans le territoire d'Arezzo, le rôle joué par le puissant prieuré camaldule dans la structuration de la sociabilité de ses petits vassaux a été mis en évidence par Giampaolo Francesconi74. Sans doute en allait-il de même autour de Vallombrosa. La soumission aux abbés offrait une forme de sécurité ; les restrictions de liberté conditionnant ici l'accès aux alpages et aux communs gérés par l'abbé, les frères convers et les grandes familles des castelli de Magnale et de Ristonchi. Le phénomène n'est pas insolite en Occident, et le colonat des campagnes de Florence peut faire songer à la questalité aquitaine75. On trouve, dans le Nord de l'Italie, des formes de « féodalisation de la société paysanne » qui sont, elles aussi, caractéristique d'un tournant institutionnel des grandes seigneuries rurales76.

  • 77 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1196/11/30 (00007211) : uolumus ut uos uostrique heredes permaneat (...)
  • 78 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1196/11/30 (00007211) : « uolumus ut uos uestrique heredes permane (...)
  • 79 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1189/07/08 (00006715), Agnese, abbesse de S. Ellero et d'autres mo (...)
  • 80 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1198/05/03 (00007301).
  • 81 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, ASFi, Dipl., Vallombrosa, 1171/03/04 (00005738, en 1172), 1171/03/ (...)
  • 82 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa 1195/05/20 (00007103) : ita tamen quod illam meam fidelitatem quam (...)
  • 83 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, Orlandino, Guicciardo et Romolo, fils de Liccese et Uberto fils d' (...)

19À Vallombrosa, c'est la seconde moitié du XIIe siècle qui semble marquée par une mise en ordre hiérarchique de la société autour de l'abbé et des frères convers. C'est ce que fait ressortir une donation de 119677. L'acte résultait probablement d'une difficile transaction et son dispositif peut être ainsi résumé : Ionatto di Ardimanno et Alberto di Sasso renonçaient, au profit de l'abbé de Vallombrosa, à la moitié des droits de patronage qu'ils exerçaient sur l'église de San Miniato in Alpe ; en contrepartie, ils étaient accueillis par l'abbé « comme bons hommes et masnadiers de Magnale »78. Le droit de patronage est source de prestige et classe les auteurs dans l'aristocratie du Pratomagno. Sans doute avaient-ils aussi été liés à l'abbaye voisine, une abbaye féminine, de Sant'Ilario di Alfiano dont les moines vallombrosains convoitaient les terres79. L'un des auteurs était probablement âgé en 1196, deux ans plus tard, une donation faisait intervenir Giratto di Ardimanno et Berta, la veuve d'Alberto di Sasso80. La contrepartie de la donation de 1196 avait sans doute une portée politique, dans ces mêmes années, aux risques de tensions avec les hommes de Magnale, des notables évoluant au même niveau que ces individus faisaient pour leur part le choix de réaffirmer leur fidélité aux moniales de Sant'Ilario. Liccese di Orlandino, membre d'une puissante famille du Pratomagno, et figure dominante du castello de Leccio situé en contrebas, dans la vallée de l'Arno81, était pour sa part l'un des « fidèles » de l'abbaye de Sant'Ilario82. Dans un cas comme dans l'autre, l'inscription dans une relation de subordination servait à situer socialement des individus et des groupes puissants et aisés. Le contexte troublé des années 1190-1210 conduisit certainement les familles du Pratomagno à des choix : demeurer dans la dépendance des abbés vallombrosains qui dominaient de plus en plus les flancs de la montagne ; se soumettre à ces derniers lorsqu'on appartenait encore à la clientèle des moniales de Sant'Ellero ; s'affranchir enfin du poids de ces dépendances. Ce choix fut celui filii Liccesi qui finirent par entrer en conflit avec les abbés vallombrosains et durent, à terme, renoncer à toute propriété sur les terres du Pratomagno83.

  • 84 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1196/11/30 (00007211).
  • 85 Bourdieu 1979, p. 535 : « Les dominants d'un espace globalement dominé (propriétaires de 50 ha dan (...)

20Relevons enfin l'expression qu'avait utilisée le notaire dans la renonciation de 1196. Les deux auteurs avaient été accueillis sicuti boni homines et masnaderii de Magnale84. L'association des termes de boni homines et de masnaderii n'était pas inédite, on l'a déjà évoquée ici, mais révélait bien l'idée qu'on se faisait de personnalités localement influentes. Elle est, à notre sens, bien révélatrice du souci manifesté par les seigneurs d'affirmer leurs prérogatives tout en ménageant, si possible, la susceptibilité de leurs soutiens. Le notaire lui-même, Orlandino di Giratto, « notaire de l'empereur Frédéric », appartenait au milieu de ces hommes de masnada et à l'une des grandes familles locales. Peut-être y avait-il, chez les homines de Magnale, une assez grande adhésion à la seigneurie exercée par l'abbé. Pierre Bourdieu a déjà souligné la tendance des « dominants d'un espace globalement dominé » à faire des choix politiques en accord avec ceux des dominants85. C'était le cas autour dans ces montagnes voisines de Florence et dans d'autres seigneuries des environs. L'effort déployé par les seigneurs pour contrôler les sociétés rurales et continuer de les exploiter pouvait rencontrer les intérêts des notables locaux. Au moment même où l'intégration de ces micro-sociétés à un champ de pouvoir plus vaste risquait de redistribuer les hiérarchies, perspective inquiétante pour tous ceux qui évoluaient à la lisière de la militia rurale, il y en eut très certainement pour trouver dans l'horizon contraignant de la seigneurie rurale un remède à la perspective du déclassement.

Fig. 3 – Carte de localisation.

Fig. 3 – Carte de localisation.

Annexe

Cartula donationis du 30 novembre 1196

  • 86 Dans A, « uo » barré.

21Le 30 novembre 1196, dans l'église de San Miniato in Alpe (Pratomagno, Florence), le 24 décembre 1196, à San Martino a Pagiano (Pratomagno).
En l'an 1196 de l'incarnation, la veille des calendes de décembre, indiction XV, en l'église de San Miniato in Alpe. Dom Martino, abbé de Santa Maria di Vallombrosa, dom Orlando, moine et procurateur du monastère, le massarius de Palco, le convers Benincasa, promettent à Ionatto di Ardimanno et à Alberto di Sasso de respecter leur droit et de les considérer comme de bons hommes de la masnada de Magnale (castello des environs) après la renonciation aux droits dont ils disposaient sur la moitié de l'église de San Miniato in Alpe. Confirmation la veille de Noël de la même année, à San Martino a Pagiano.
A : Florence, Archivio di Stato (ASFi), Diplomatico, Vallombrosa , S. Maria d'Acquabella (badia vallombrosana), 1196 Novembre 30 (00007211). Parchemin (330 x 280), en bon état de conservation, au verso : « Vallombrosa 896, Promissio reciproca de non alienando seu transferendo| dimidia iuris patronatus ecclesie Sancti Miniati de Podio inter (?) abbatem| Jonactus filius Ardimanni et Albertus filius Sa(?) » (sec. XVI); « chiesa S(ancti) Miniatis a Poggio, n(umero) 351 » (sec. XVIII?) ; autres inscriptions non déchiffrées.
B : ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, 260-8, f. 305r°-306r°, copie du XVIIIe siècle.
Régeste dans ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, 260-39 (sec. XVI).

(SN) In nomine domini nostri Ihesu Christi Dei eterni, anno incarnationis eius millesimo C nonogesi|mo sexto, pridie kalendas decembris, indictione quinta decima. Constat me quidem donnum Martinum Uall|isinbrosanum abbatem pro ipso monasterio eiusque rectoribus, una cum donno Orlando monacho et procuratore mona|sterii et Benencasa massario de Palco, et pro commodo eiusdem uenerabilis domus, pro illa cartulam donationis et offerti|onis inter uiuos quam tu Jonactus filius Ardimanni et Albertus filius Sassi, pro uostrarum animarum et parentum uostrorum re|medio, in ecclesia et monasterio Uallisinbrose fecistis de medietate integra iuris et actionis et usus et patronatus quem| [u]os habebatis in ecclesiam Sancti Miniatis et in possessionibus et rebus predicte ecclesie pertinentibus, tale pactum inter nos in|posuisse et firmasse et per sollempnem stipulationem a me ipsoabbate interpositam firmiter promississe et in perpetuum et inreuocabi|liter obligauisse me meosque successores uobis Jonacto et Alberto consortibus et uostris heredibus quia non uendemus nec pigno|rabimus nec donabimus uel quoquo modo non alienabimus predictam medietatem quam nobis concessistis nisi uobis et uostris| heredibus aliamque uero medietatem iuris et actionis et patronatus et usus dicte ecclesie et possessionum et rerum quam uo|bis tenuistis et reseruastis nullo modo inbrigabimus aut molestabimus uobis et uostris heredibus seu in placito uel| extra placitum per nos uel per summittendam personam a nobis quoquo ingenio fatigari faciemus. Ab omni quoquo homine| utriusque sexus uos et uostras possessiones et res et prescriptam medietatem patronatus et usus et actionis quam in dicta ecclesia| habetis et uobis tenuistis iuxta nostrum posse defendemus et adiuuabimus et in illa bona consuetudine et usu86| uolumus ut uos uestrique heredes permaneatis, sicuti boni homines et masnaderii de Magnale permanent et hoc| totum sub obligo et pena centum soldorum promittimus et obligamus nos uobis, insuper prefati Jonacto et Alberto sub| eodem obligo et pena conuenerunt et obligauerunt se predito abbati quod nullo modo alienabunt alicui persone| illam medietatem quam sibi tenent, nisi monasterio Uallisumbrose. Actum Sancto Miniati. Postea uero eodem anno et indictione, su|pradicta, in alba Natiuitatis Domini, aput ecclesiam Sancti Martini, coram pluribus hec omnia confirmauit et iussit ad Orlandinum iudi|cem ut hec omnia scriberet. (SM) Signum manus prefati abbatis Martini et donni Orlandi monachi qui hoc scriptum et conuentionem fieri rogauerunt. (SM) Signa manuum Rimberti et Ugolini filii Manfreducii et Rainerii de Fiesso et Gualberti de Florentia.| Ibique interfuit Orlandinus clerichus Sancti Miniatis aliique plures.|

(SN) Orlandinus donni Frederici Romanorum Imperatoris et semper augusti Notarius his omnibus interfui et hec omnia| scripsi et adimpleui.

Haut de page

Bibliographie

Archives

ASFi = Archivio di Stato di Firenze.

Études secondaires

Appelt 1979 = H. Appelt (dir.), Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, vol.10/2, Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167, Hanovre-Leipzig, 1979.

Arnoux 2012 = M. Arnoux, Le temps des laboureurs : travail, ordre social et croissance en Europe (XIe-XIVe siècle), Paris, 2012 (L’évolution de l’humanité).

Barbadoro 1929 = B. Barbadoro, Le finanze della repubblica fiorentina. Imposta diretta e debito pubblico fino all’istituzione del Monte, Florence, 1929.

Barthélemy 2000 = D. Barthélemy, La vengeance, le jugement et le compromis, dans Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 31-1, 2000, p. 11-20.

Boglione 1993 = A. Boglione, Montegrossi tra l’impero e il Comune di Firenze, dans Montegrossoli e Semifonte. Due capisaldi della politica imperiale nella Toscana del XII secolo, Radda in Chianti, 1993, p. 25-48.

Boglione 1997 = A. Boglione, Signorie di castello nel contado fiorentino: i Da Cintoia di Val d’Ema (secoli XI-XIV), dans Centro di studi chiantigiani «Clante», 1997, p. 75-104.

Bougard 1995 = F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie. De la fin du VIIIe siècle au début du XIe siècle, Rome, 1995.

Bourdieu 1979 = P. Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, 1979 (Le sens commun).

Bourin 2007 = M. Bourin (dir.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles) : les mots, les temps, les lieux, Paris, 2007 (Publications de la Sorbonne. Histoire ancienne et médiévale, 91).

Bourin-Martinez Sopena 2004 = M. Bourin, P. Martinez Sopena (dir.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, Paris, 2004.

Brancoli Busdraghi 1996 = P. Brancoli Busdraghi, «Masnada» e «boni homines» come strumento delle signorie rurale nei secoli X-XIII, dans G. Dilcher, C. Violante (dir.), Strutture e trasformazioni della signoria rurale in Toscana, Bologne, 1996, p. 287‑342.

Carocci 2010 = S. Carocci, Archeologia e mondi rurali dopo il mille. Uno sguardo dalle fonti scritte, dans Archeologia medievale. Cultura materiale, insediamenti, territorio, 37, 2010, p. 259-266.

Carocci 2014 = S. Carocci, Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, poteri aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Rome, 2014 (La Storia. Saggi, 6).

Carrier 2012 = N. Carrier, Les usages de la servitude. Seigneurs et paysans dans le royaume de Bourgogne (VIe-XVe siècle), Paris, 2012.

Casini 2009a = T. Casini, L’abate e gli homines di Poggialvento (secc. XII e XIII), dans P. Pirillo (dir.), Passignano in Val di Pesa. Un monastero e la sua storia, Florence, 2009, p. 205-222.

Casini 2009b = T. Casini, Signoria e società rurale nella Toscana nordorientale nei secoli XII-XIII, Florence, 2009.

Casini 2012 = T. Casini, Thirteenth-century seigniorial institutions and officials of the Guidi counts, dans Papers of the British School at Rome, 80, 2012, p. 157-188.

Castiglioni 2010 = B. Castiglioni, L’altro feudalesimo. Vassallaggio, servizio e selezione sociale in area veneta nei secoli XI-XIII, Venise, 2010.

Ceccarelli Lemut 1996 = M.L. Ceccarelli Lemut, I conti Alberti in Toscana, dans Formazione e strutture dei ceti dominanti nel Medioevo: marchesi, conti e visconti nel regno italico (secc. IX-XII), Rome, 1996, p. 179-210.

Cheyette 1970 = F.L. Cheyette, Suum cuique tribuere, dans French Historical Studies, 6-3, 1970, p. 287.

Collavini 1998 = S.M. Collavini, La condizione dei rustici/villani nei secoli XI-XII. Alcune considerazioni a partir dalle fonti toscane, dans A. Spicciani, C. Violante (dir.), La signoria rurale in Italia nel medioevo, Atti del Secondo Convegno di studi, Pisa, 6-7 novembre 1998, Pise, 1998, p. 331-384.

Collavini 2008 = S.M. Collavini, Sviluppo signorile e nuove strategie onomastiche. Qualche Riflessione sulla Percezione e la rappresentazione della violenza nel XII secolo, dans S. Scalfati, A. Veronese (dir.), Studi di storia offerti a Michele Luzzati, Pise, 2008, p. 73‑85.

Collavini 2010 = S.M. Collavini, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan, dans MEFRM, 122-1, 2010, p. 35‑54.

Collavini 2012 = S.M. Collavini, Signoria ed élites rurali (Toscana, 1080-1225 c.), dans MEFRM, 124-2, 2012, p. 479-493.

Conte 1996a = E. Conte, Servi medievali. Dinamiche del diritto comune, Rome, 1996.

Conte 1996b = E. Conte, E. Conte, consuetudine e dottrina dell’asservimento: i giuristi e le strutture sociali, dans Servi medievali. Dinamiche del diritto comune, Rome, 1996 (Ius nostrum), p. 91‑120.

Conti 1965 = E. Conti, La formazione della struttura agraria moderna nel contado fiorentino, 1, Le campagne nell’età precomunale (In appendice: L’evoluzione agraria di un territorio campione dal mille a oggi), Rome, 1965.

Corriol 2009 = V. Corriol, Les serfs de Saint-Claude. Étude sur la condition servile au Moyen Âge, Rennes, 2009.

Cortese 2007 = M.E. Cortese, Signori, castelli, città. L’aristocrazia del territorio fiorentino tra X e XII secolo, Florence, 2007.

Cortese 2008 = M.E. Cortese, Dai filii Griffi agli Ubertini: note sulle famiglie signorili del piviere di Gaville, dans P. Pirillo, M. Ronzani (dir.), San Romolo a Gaville in età medievale, Rome, 2008, p. 55‑75.

Cursente 2000 = B. Cursente, De la queste à la questalité : lavènement dun servage institutionnalisé en Gascogne (XIIe-XIIIe siècles), dans MEFRM, 112-2, 2000, p. 941‑960.

Dameron 1991 = G.W. Dameron, Episcopal power and Florentine society, 1000-1320, Cambridge, Mass.-Londres, 1991 (Harvard historical studies, 107).

Davidsohn 2009 = R. Davidsohn, Storia di Firenze, Le origini, Florence, 2009 (éd. originale, Berlin, 1896-1927, en huit volumes, réimpr. de la Ire traduction italienne, Florence, 1907, 2 vol.).

Day 2000 = W.R. Day, The early development of the Florentine economy, c. 1100-1275, PhD, University of London, 2000.

Debax 2012 = H. Debax, La Seigneurie collective. Pairs, pariers, paratge, les coseigneurs du XIe au XIIIe siècle, Rennes, 2012.

Della Misericordia 2006 = M. Della Misericordia, Divenire comunità. Comuni rurali, poteri locali, identità sociali e territoriali in Valtellina e nella montagna lombarda nel tardo medioevo, Milan, 2006 (Storia lombarda).

Delumeau 1978 = J.-P. Delumeau, L’exercice de la justice dans le Comté d’Arezzo (IXe-début XIIIe siècle), dans MEFRM, 90-2, 1978, p. 563‑605.

Delumeau 1996 = J.-P. Delumeau, Arezzo, espace et sociétés, 715-1230. Recherches sur Arezzo et son contado du VIIIe au début du XIIIe siècle, Rome, 1996 (Collection de l’École française de Rome, 219).

Delumeau 2014 = J.-P. Delumeau, Sur la croissance rurale et urbaine en Toscane, Xe-XIIe siècles, dans D. Barthélemy, J.-M. Martin (dir.), Richesse et croissance au Moyen Âge. Orient et Occident, Paris, 2014, p. 79‑95.

Duhamel-Amado 1990 = C. Duhamel-Amado, L’alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l’an Mil ?, dans R. Delort, D. Iogna-Prat (dir.), La France de l’an Mil, Paris, 1990 (Points Histoire), p. 142‑161.

Figueras 1993 = L.T. Figueras, Le mas catalan du XIIe s. : genèse et évolution d’une structure d’encadrement et d’asservissement de la paysannerie, dans Cahiers de civilisation médiévale, 36, 142, 1993, p. 151‑177.

Francesconi 2005a = G. Francesconi, La signoria monastica: ipotesi e modelli di funzionamento. Il monastero di Santa Maria di Rosano (secoli XI-XIII), dans G. Pinto, P. Pirillo (dir.), Lontano dalle città, Rome, 2005, p. 29‑65.

Francesconi 2005b = G. Francesconi, Tra Riforma, vescovo e clientes. Camaldoli e le società locali (secoli XI-XIII), thèse de doctorat, Université de Florence, 2005.

Gauvard 2005 = C. Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, 2005 (Les médiévistes français, 5).

La Roncière 1990 = C.-M.B. de La Roncière, A Monastic Clientele ? The Abbey of Settimo, its neighbours and its tenants (Tuscany, 1280-1340), dans D. Trevor, C. Wickham (dir.), City and countryside in late-medieval and renaissance Italy. Essays presented to Philip Jones, Londres, 1990, p. 55‑67.

Lami 1758 = G. Lami, Sanctae Ecclesiae Florentinae Monumenta, Florence, 1758.

Lefeuvre 2016a = P. Lefeuvre, Profit et travail de la terre dans les campagnes florentines (XIe-XIIe siècles), dans S. Fray, D. Morel (dir.), La terre à l’époque romane. Exploitations, usages et représentations, Actes du 24e Colloque international d’art roman (Issoire, 17-19 octobre 2014), num. de Revue d’Auvergne, 619, 2014, p. 161‑174.

Lefeuvre 2016b = P. Lefeuvre, La notabilité rurale dans le contado florentin. Valdarno Supérieur et Chianti, aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, 2016.

Maire Vigueur 2004 = J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2004.

Majnoni 1981 = F. Majnoni, La Badia a Coltibuono. Storia di una proprietà, Monte Oriolo, Florence, 1981.

Menant 1980 = F. Menant, Les écuyers (« scutiferi », vassaux paysans d’Italie du Nord au XIIe siècle), dans Structures féodales et féodalisme dans l’occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches. Colloque international organisé par le Centre National de la Recherche Scientifique et l’École Française de Rome (Rome, 10-13 octobre 1978), Rome, 1980, p. 285‑297.

Menant 1993 = F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Rome, 1993 (BEFAR, 281).

Menant 1994 = F. Menant, Quelques remarques de méthode sur l’étude des systèmes anthroponymiques italiens du Moyen Âge, dans MEFRM, 106-2, 1994, p. 325‑329.

Menant 2010 = F. Menant, Une forme de distinction inattendue : l’anthroponymie scatologique de l’élite communale lombarde, dans D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, 2010, p. 437‑456.

Morsel 2004 = J. Morsel, L’aristocratie médiévale. La domination sociale en Occident (Ve-XVe siècle), Paris, 2004.

Nelli 1985 = R. Nelli, Signoria ecclesiastica e proprietà cittadina, Monte di Croce tra XIII e XIV secolo, Pontassieve, 1985.

Pagliai 1909 = D.L. Pagliai (dir.), Regesto di Coltibuono, Rome, 1909 (Regesta Chartarum Italiae, 4).

Panero 1999 = F. Panero, Schiavi servi e villani nell’Italia medievale, Turin, 1999.

Panero 2000 = F. Panero, Persistenze della servitù altomedievale e forme di nuovo «servaggio» nell’Italia centro-settentrionale (secoli XII-XIV), dans MEFRM, 112-2, 2000, p. 761‑773.

Papaccio 2009 = G. Papaccio, I mulini dell’abate. Il monastero e l’uso delle acque, dans P. Pirillo (dir.), Passignano in Val di Pesa, un monastero e la sua storia, I. Una signoria sulle anime, sugli uomini, sulle comunità (dalle origini al sec. XIV), Florence, 2009, p. 275‑292.

Pirillo 2009 = P. Pirillo (dir.), Passignano in Val di Pesa. Un monastero e la sua storia, vol. 1, Una signoria sulle anime, sugli uomini, sulle comunità, (dalle origini al sec. XIV), Florence, 2009 (Biblioteca storica toscana, 59).

Plesner 1934 = J. Plesner, L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au XIIIe siècle, Copenhague, 1934.

Provero 2010 = L. Provero, Vassallaggio e reti clientelari: una via per la mobilità, dans S. Carocci (dir.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, 2010 (Collection de l’École française de Rome, 436), p. 437‑451.

Provero 2012 = L. Provero, Le parole dei sudditi. Azioni e scritture della politica contadina nel Duecento, Spolète, 2012.

Rauty 1996 = N. Rauty, I conti Guidi in Toscana, dans Formazione e strutture dei ceti dominanti nel medioevo. Marchesi, conti e visconti nel regno Italico (secc. IX-XII), Rome, 1996, p. 241‑264.

Rauty 2003 = N. Rauty (dir.), Documenti per la storia dei conti Guidi in Toscana. Le origini e i primi secoli, 887-1164, Florence, 2003.

Redon 1994 = O. Redon, L’espace d’une cité : Sienne et le pays siennois, XIIIe-XIVe siècles, Rome, 1994.

Rippe 1979 = G. Rippe, Commune urbaine et féodalité en Italie du Nord : l’exemple de Padoue (Xe siècle-1237), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps Modernes, 91-2, 1979, p. 659‑697.

Rippe 2003 = G. Rippe, Padoue et son contado, (Xe-XIIIe siècle). Société et pouvoirs, Rome, 2003 (BEFAR, 317).

Salvestrini 1998 = F. Salvestrini, Santa Maria di Vallombrosa. Patrimonio e vita economica di un grande monastero medievale, Florence, 1998 (Biblioteca storica toscana, 33).

Santini 1895 = P. Santini (dir.), Documenti dell’antica costituzione del Comune di Firenze, Florence, 1895.

Verdon 2011 = L. Verdon, Violence, norme et régulation sociale au Moyen Âge, dans Rives méditerranéennes, 40, 2011, p. 11‑25.

Wickham 1988 = C. Wickham, The mountains and the city: the Tuscan Appennines in the early Middle Ages, Oxford-New York, 1988.

Wickham 1996a = C. Wickham, Ecclesiastical dispute and lay community : Figline Valdarno in the twelfth century, dans MEFRM, 108-1, 1996, p. 7‑93.

Wickham 1996b = C. Wickham, La signoria rurale in Toscana, dans G. Dilcher, C. Violante (dir.), Strutture e trasformazioni della signoria rurale nei secoli X-XIII, Atti della XXXVII Settimana di studio, 12-16 settembre 1994, Bologne, 1996, p. 343‑409.

Wickham 2000 = C. Wickham, Legge, pratiche e conflitti. Tribunali e risoluzione delle dispute nella Toscana del XII secolo, Rome, 2000.

Wickham 2001 = C. Wickham, Communautés et clientèles en Toscane au XIIe siècle : les origines de la commune rurale dans la plaine de Lucques, Rennes, 2001.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier rapporteurs qui ont lu et accepté cet article. Les remarques qui m’ont été faites, tant sur la forme que le fond, témoignent de l’attention consacrée à la relecture : j’espère avoir su en tenir pleinement compte. Je remercie Laurent Feller pour l’aide apportée dans la conception de ce papier.

2 Se esse homines et colonos atque sedentes ipsius monasterii Uallis Umbrose, acte conservé à Florence, Archivio di Stato (ASFi dans le reste de cet article), Diplomatico, S. Maria d'Acquabella (badia vallombrosana) (pour la suite Vallombrosa), 1219/03/10 (00009404, en 1220 en style moderne), document édité dans Santini 1895, p. 297-298, n° VI.p. 297-298, n° VI. Les chartriers médiévaux des abbayes, et la quasi-totalité des actes conservés sous forme de parchemins volants par l'Archivio di Stato de Florence sont librement consultables en ligne : http://151.13.7.53/pergasfi/ (page consultée le 09/04/2017). Les parchemins sont classés par date, on donne ici la date retenue pour le classement (année/mois/jour) en indiquant l'identifiant sur la page web du Diplomatico, avec les éventuelles précisions concernant cette datation (à Florence, l'année commençait le 25 mars).

3 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1219/03/10 (00009404, en 1220), éd. Santini 1897, p. 297-298, n° VI.p. 297-298, n° VI : eorum propria et spontanea uoluntate non per uim neque metum.

4 Voir Barbadoro 1929, p. 36-37 et Day 2000, p. 266-267. L'acte émanait d'une commission chargée de la répartition du datium, ces hommes demeuraient donc soumis aux exactiones de leur seigneur rural, mais ils échappaient à l'impôt direct de la Commune.

5 Voir Panero 2000, p. 762-763 : ces serfs ou leurs descendants, dont les noms nous sont connus par le célèbre Liber paradisus, devaient toutefois être libérés par la Commune de Bologne en 1256 (voir la note 5 de l'article pour l'importante bibliographie relative au Liber paradisus).

6 On se réfère notamment aux travaux collectifs entrepris sur l'anthropologie du prélèvement seigneurial, voir Bourin-Martinez Sopena 2004, et Bourin 2007.

7 Provero 2012.

8 Voir Della Misericordia 2006, p. 64 et suivantes. Dans cette étude sur des territoires alpins du bas Moyen Âge, seigneurs locaux, pouvoirs citadins, communes rurales, parentèles et vicinanze sont envisagés comme des points de références dans la construction identitaire des individus, l'auteur rejetant globalement l'approche « instrumentale » de ces mêmes pouvoirs.

9 Provero 2010.

10 ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, 224,237, n° 541, p. 106-107, n° 545, pp. 112-113. Nous avons probablement perdu les originaux de ces documents encore présents dans le chartrier de l'abbaye de Coltibuono à la fin du XVIIIe siècle et connus par des copies modernes. Le 12 août 1201, dans le castello de Tornano (Gaiole in Chianti), les domini de Tornano, Guarnellotto et Chianti frères et fils de Mezzolambardo, dame Altemura, leur mère, dame Tedora épouse de Baratterio, Raineri, Ildibrandino et Tolosano, les fils di Beringherio, Martinuzzo fils d'Arapoco, Midonia épouse de Mannozzo, et son fils Ughizo, donnaient à l'abbaye de San Lorenzo et à l'abbé Placido, une aire du castello de Tornano, près de la porte, contre une pension de 40 deniers à verser à la saint Etienne. Le 16 février 1204 (1203 en style florentin), à Sienne, en l'abbaye de San Giacomo, l'abbé Placido du monastère de Coltibuono et les moines de San Giacomo concédaient à Guarnellotto di Mezzolambardo da Tornano, l'acceptant pour lui, ses frères et ceux de sa consorteria (Barattiero, Beringario, Buoninsegna di Tollozano, Ughiccione et Martinuzzo), tous les droits relatifs à la construction d'un moulin, de Tornano jusqu'à Dudda, dans le Chianti.

11 Appelt 1979, n° 521, p. 461-462.

12 On sait ainsi qu'un Guarnellotto, citoyen de Sienne, était cité dans la longue diffinitio conduisant à la description de la frontière séparant Sienne et Florence, cf. Santini 1895, n° XLV, p. 114-121, le 23 mai 1203, p. 118, et Redon 1994, p. 216-220. La crainte que les castelli contrôlés par la famille puissent être utilisés par les Siennois est manifeste dans le contrôle que les Florentins assurent sur cette zone, d'abord par le biais de l'évêque, puis directement, dans les années 1210-1230 : ASFi, Manoscritti, 48, (Bullettone), p. 165, et Lami 1758, vol. 2, p. 729 ; sur la politique d'acquisition par Florence, cf. ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1229/10/04 (00010843) et Santini 1895, n° XXV, p. 394-395. Le titre de dominus reste assez rare dans la documentation florentine, il servait sans doute, comme ailleurs, à traduire le « seigneur » de la langue vulgaire, voir Morsel 2004, p. 161.

13 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1227/11/02 (00010582), la vente des hommes, des possessions et du dominium sur le castello de Monteluco a Lecchi rapportait encore 1 224 livres en deniers de Sienne. Une somme considérable et qui témoigne de l'étendue de leur propriété. Les ventes qui suivent sont moins impressionnantes, mais permettent, dans le détail, de se faire une idée de la répartition des droits et des prélèvements seigneuriaux entre les membres de ce groupe, cf. ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1229/04/23 (00010791), 1240/04/01 (00012612), 1240/03/28 (00012608, en 1241), 1264/../.. (00017117), et ASFi, Ricasoli, Parte antica, Pergamene, n° 14, le 1er avril 1258, instrumentum venditionis (330x540 mm.)

14 Maire Vigueur 2004.

15 Morsel 2004, p. 105-106.

16 De ce point de vue, les termes du débat qu'on retrouve dans un célèbre article (Duhamel-Amado 1990), nous semblent faussés dans la mesure où l'on fait se rencontrer, artificiellement, deux concepts construits de manières très différentes. On entend par aristocrate, une réalité sociologique qui renvoie avant tout aux processus de distinction et par paysan, on renvoie, sans toujours le dire clairement, à une réalité matérielle et économique (le travail de la terre ou la participation aux activités d'élevage). Généralement, le moindre signe de distinction émanant de groupes d'exploitants est considéré comme un signe suffisant de leur éloignement vis-à-vis de ces activités.

17 Pour les premières attestations de ces filii Truti, voir ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1085/03/.. (00002053, RC 160), 1095/09/30 (00074073, RC 201), 1123/05/.. (00003804, RC 315), 1133/02/.. (00004214, RC 355), 1133/02/.. (00004215, RC 355), pour leurs voisins les filii Sardini, voir ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1090/12/29 (00002399, RC 187), 1123/05/.. (00003804, RC 315), 1133/05/.. (00004228, RC 356). La mention RC renvoie à Pagliai 1909.

18 Sur les filii Sardini/Truti, voir Delumeau 1996 1996,vol. 2, généalogie 8 et Cortese 2007, p. 316-317, table 7.

19 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1090/12/29 (00002399, RC 187), 1123/05/.. (00003804, RC 315), 1133/05/.. (00004228, RC 356). En 1090, l'abbaye de Coltibuono avait obtenu d'un groupe d'individus les droits pour la construction d'un moulin sur le Massalone, aucun des ancêtres des filii Truti et Sardini ne sont cités. Plus tard, en 1123, les filii Truti, peut-être par le biais de l'alliance avec Ermellina di Guido, comptent, parmi leurs tenanciers, un dénommé Guido del Molino. En 1133 enfin, les filii Sardini cèdent un moulin sur le Massalone à l'abbaye de Coltibuono. Sur l'importance des moulins, voir Papaccio 2009, et Wickham 1996a.

20 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, Xe siècle, (00000133, RC 5, bref datant de la fin du Xe siècle ou du début du XIe siècle) : « et de illo mobilie et avere quem ipse Benno aut suis seruis aut liberis tullerit in illo ordine de castello de loco Palarito quem ipse Rodolfo ad suam detinebat manuum ».

21 Cortese 2007, p. 67-125, une bonne mise en perspective dans Delumeau 2014.

22 Voir par exemple, ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1099/02/.. (00002784, RC 210, en 1100).

23 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1079/05/01 (00001711, RC 122, en mai), cette location en livello avait été actée à Signa, iudicaria florentina, et concernait une terre située infra comitato florentino et senense. Depuis l'époque de Louis le Pieux, le comté était formé des diocèses de Florence et de Fiesole, la cité voisine.

24 Wickham 1996b.

25 Un panorama des grandes seigneuries des XIe-XIIe siècles dans Cortese 2007, p. 1-54. Sur les Alberti, cf. Ceccarelli Lemut 1996. Sur les Guidi, cf. Rauty 1996 ; Rauty 2003. La seigneurie des évêques florentins est au cœur de deux recherches importantes, cf. Nelli 1985 et Dameron 1991. Les grandes abbayes du territoire florentin ont peu été étudiées pour elles-mêmes. Pour San Lorenzo di Passignano, cf. Plesner 1934 et Pirillo 2009. Sur Santa Maria di Vallombrosa, voir Salvestrini 1998. Des études plus spécifiques existent concernant les abbayes de Coltibuono, Settimo et Rosano : Majnoni 1981 ; La Roncière 1990 ; Francesconi 2005a.

26 Carocci 2010, repris dans Carocci 2014, p. 61-62, la notion mise en œuvre, en italien, est celle de pervasività.

27 Sur la coseigneurie, voir Debax 2012 ; pour le territoire étudié, cf. Collavini 2010.

28 Sur les similitudes et les différences entre seigneuries et communes rurales, cf. Wickham 2001, p. 251-278.

29 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1124/11/.. (00003876, RC 320) : Ranieri di Guido dei Firidolfi cédait à l'abbaye de San Lorenzo di Coltibuono sa part du castello de Stielle (Gaiole in Chianti) en faisant une exception pour les feora deli boni ohmi et illo dele masnadali.

30 Menant 1980 ; Brancoli Busdraghi 1996.

31 Bougard 1995, p. 75, p. 119.

32 Dans les brefs du haut Moyen Âge, et jusqu'au XIIe siècle, les boni homines font partie du formulaire des notaires, sans qu'on sache toujours à quelle réalité sociale cette expression pouvait renvoyer, voir Bougard 1995, p. 74-76 et Delumeau 1978, p. 566, n. 4.

33 Menant 1993, p. 698.

34 Sur cette petite parentèle, cf. ASFi, Diplomatico, Siena , S. Vigilio (pergamene del monastero di Montescalari, vallombrosani, dans la suite de cet article, S. Vigilio di Siena), 1152/03/16 (00005033 en 1153), 1176/01/30 (00005968 en 1177), 1179/12/05 (00006173), 1187/03/08 (00006571 en 1188), 1187/03/16 (00006572 en 1188), 1194/03/02 (00007004 en 1195).

35 Sur ces parentèles, cf. Boglione 1997 ; Cortese 2007, p. 294-302, ainsi que Cortese 2008 ; Lefeuvre 2016b, vol. 2, p. 91-92.

36 Sur cette petite parentèle, qu'on peut suivre sur deux générations, voir ASFi, Diplomatico S. Vigilio di Siena, 1152/03/16 (00005033 en 1153), 1176/01/30 (00005968 en 1177), 1179/12/05 (00006173), 1187/03/08 (00006571 en 1188), 1187/03/16 (00006572 en 1188), 1194/03/02 (00007004 en 1195).

37 Collavini 2008.

38 On se base ici sur le dépouillement des sources de Coltibuono que nous ont transmis le Diplomatico de l'Archivio di Stato de Florence et les deperdita qu'on connaît grâce à un cartulaire composé au milieu du XVIIIe siècle : ASFi, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese, 224.232. L'ensemble représente, pour les XIIe et XIIIe siècles, un total de 632 actes.

39 Sur ces surnoms, voir Menant 1994 et Menant 2010.

40 Sur cette population de petits possessores, voir Conti 1965, p. 149-175, Wickham 1988, p. 40-67, p. 238-268. J'ai eu récemment l'occasion de me positionner sur cette question historiographique en expliquant pourquoi on peut préférer l'expression de possessores à celle de propriétaire, voir Lefeuvre 2016a.

41 Pour Padoue, c'est dans les années 1170 que la réorganisation féodale de la clientèle épiscopale devient évidente ; cette réorganisation est moins le résultat d'une volonté politique qu'une traduction des différenciations sociales désormais bien affirmés parmi les populations évoluant depuis plusieurs décennies dans l'influence des évêques, voir Rippe 1979, p. 677-678.

42 Rippe 2003, p. 619-621.

43 Cheyette 1970.

44 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 11../../.. (00007427) ; XIIIe siècle (00027478). Cette querimonia et le second acte qui lui est liée ont fait l'objet de plusieurs commentaires, tous pertinents, voir Boglione 1993, Delumeau 1996, vol. 2, p. 1080-1082, avec de larges traductions du premier acte, Collavini 2012. Le document avait été repéré par la tradition érudite moderne et se trouve naturellement mentionné dans la monumentale histoire de Florence de R. Davidsohn, voir Davidsohn 2009, vol. 2, p. 794-796.

45 Wickham 2000, p. 321.

46 Voir Verdon 2011, qui s'appuie notamment sur les idées développées par Gauvard 2005.

47 Nous n'avons pas de données exactes sur le nombre de moines vivant dans la petite abbaye de San Lorenzo di Coltibuono, un mandat de procuration des années 1220 nous fait connaître les noms de onze moines, voir ASFi, Diplomatico, S. Trinita, 1221/11/26 (00009741). Il y avait sans doute autant de frères convers. Sur l'histoire de cette petite abbaye, voir Majnoni 1981.

48 Casini 2009a.

49 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1217/01/11 (00009154, en 1218)

50 Barthélemy 2000, p. 19 : « J'ai peur que bien des compromis ne comportent tout de même un vainqueur et un vaincu, qu'ils entérinent l'avantage de l'un sans éteindre chez l'autre tout désir de revanche ».

51 Arnoux 2012, p. 97.

52 Collavini 2012.

53 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1137/07/.. (00004396) : on trouvait, dans les confronts, un certain Albertino « de Melosa » et l'un des témoins se nommait Albertino di Alberto. La vente se faisait très vraisemblablement entre des possessores locaux que rien ne rattachait ostensiblement aux grandes familles du contado.

54 On voit des représentants de ces deux groupes agir ensemble en juillet 1153, voir ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1153/07/.. (00005102).

55 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1167/01/23 (00005577, en 1168). Les autres tenanciers avaient été contraints d'engager une terre délimitée précisément. On trouve là une bonne indication de ce que les notaires pouvaient indiquer comme un cultus : une terre plutôt vaste et qui n'était pas soumise à la parcellarisation et l'appropriation individuelle qu'on trouvait dans le reste du finage.

56 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1189/04/24 (00006709), 1191/09/18 (00006828), 1192/06/15 (00006879), 1213/12/08 (00008820). Sur Rustichino, cité dans l'acte de 1191, nous ne savons pas grand-chose, un autre Rustichino, souvent cité comme témoin mais sans qu'on précise son ascendant pourrait aussi bien être notre individu qu'un autre, tout aussi actif, surnommé Rustichino dalla Riva, « de Ripa ».

57 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1192/06/15 (00006879), 1213/12/08 (00008820).

58 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1213/12/08 (00008820).

59 Sur ce point, nous reprenons à T. Casini l'expression « d'éminence sociale » qui condense assez bien le type de distinction sociale que pouvait conférer la résidence dans un castello, habitat fortifié d'altitude, par rapport à la résidence dans les hameaux moins défendus des environs, voir Casini 2009b.

60 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1224/02/04 (00010010, en 1225).

61 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1230/11/03 (00010986), Arringhiere di Guglielmino, le frère de Donnadibene, avait remis à son futur gendre une dot estimée à soixante livres, en deniers de Pise et qui se composait d'une demeure dans le castello de Magnale, de quatre parcelles et des pensions et corvées de quatre tenanciers.

62 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1243/06/15 (00013045), Ammanato di Guglielmino di Bonaiuto cité comme témoin.

63 ASFi, CRSGF, 260.121, f. 55 v°-56 v° ; f. 110 v° ; f. 94 v° ; f. 56 v°-57 v° ; f. 55 r-v°.

64 ASFi, CRSGF, 260.121, f. 93 r°, en 1262 (style moderne), f. 103 r°, en 1275 (style moderne)

65 Figueras 1993.

66 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1195/05/19 (00007101).

67 Pour une synthèse sur le servage dans l'Italie médiévale, voir Panero 1999 côté français, pour s'en tenir aux travaux les plus récents, voir Corriol 2009 ; Carrier 2012. L'histoire du droit reste essentielle à l'appréhension de ces phénomènes, l'approche la plus à jour est certainement chez Conte 1996a. Concernant le territoire étudié, on dispose désormais d'une synthèse efficace, voir Collavini 1998.

68 La constitution d'une casuistique et les réflexions des juristes conférèrent d'ailleurs aux colons un certain degré de protection contre les domini, voir Conte 1996b.

69 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1195/05/19 (00007101).

70 Pour s'en tenir à la Vallombreuse, voir ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1199/08/22 (00007378), 1203/08/17 (00007807), 1205/04/21 (00007963), 1210/08/22 (00008459), 1212/10/17 (00008682), 1232/08/31 (00011259), 1234/12/12 (00011627), 1236/02/18 (00011869, en 1237).

71 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1200/12/11 (00007481), la présence de cet acte dans le fonds de l'abbaye de Santa Maria di Vallombrosa pourrait toutefois indiquer l'existence d'un lien de dépendance de ces deux affranchis vis-à-vis du monastère.

72 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1315/06/03 (00075234), voir Majnoni 1981, p. 38.

73 Sur ce thème, voir Casini 2009b ; Casini 2012

74 Francesconi 2005b, p. 256 : « La parabola sociale e patrimoniale percorsa da questo gruppo parentale, tra la metà del XII e la metà del secolo successivo, disegna il profilo tipico di molte di quelle famiglie che, seppur dotate di beni fondiari e di uomini armati, non riuscirono ad innalzarsi fino al rango nobiliare : si mantennero, invero, entro quella incerta e oscillante linea di galleggiamento fra l'eminenza rurale e la minore aristocrazia comitatina il cui propulsore economico e sociale era prevalentemente costituito dall'essere parte di una clientela vassallatica, in questo caso di quella camaldolese. Erano, del resto, fra coloro che nel febbraio del 1249 rinnovarono il giuramento di fedeltà al monastero, ribadendo che omni que possident et tenent, habent et tenent a dicto heremo Camaldulensis ».

75 Cursente 2000.

76 Menant 1993, p. 691-706 ; Castiglioni 2010.

77 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1196/11/30 (00007211) : uolumus ut uos uostrique heredes permaneatis, sicuti boni homines et masnaderii de Magnale (voir l'édition proposée à la fin de cet article).

78 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1196/11/30 (00007211) : « uolumus ut uos uestrique heredes permaneatis, sicuti boni homines et masnaderii de Magnale ».

79 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1189/07/08 (00006715), Agnese, abbesse de S. Ellero et d'autres moniales et frères convers avaient donné à l'abbaye de Vallombrosa toutes les possessions qui avaient autrefois été à Ardimanno da Vignavecchia. Sans doute cet Ardimanno était-il le père du Ionatto cité dans le document de 1196 (voir note précédente). On retrouve une mention de la famille Sasso dans un acte établi quelques années plus tard, ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1192/01/26 (00006857, en 1193).

80 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1198/05/03 (00007301).

81 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, ASFi, Dipl., Vallombrosa, 1171/03/04 (00005738, en 1172), 1171/03/04 (00005739, en 1172), pour un commentaire de ces documents, voir Wickham 2001, p. 251, n. 50 ; sur cette famille, voir Lefeuvre 2016b, vol. 1, p. 240-243.

82 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa 1195/05/20 (00007103) : ita tamen quod illam meam fidelitatem quam monasterio Sancti Illari fecimus, abinceps (pour deinceps) semper firmam tenere promittimus. Cette fidélité à l'abbaye voisine était source de méfiance et avait valu un détour du notaire hors de l'habitude du formulaire.

83 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, Orlandino, Guicciardo et Romolo, fils de Liccese et Uberto fils d'Uberto renonçaient à toute représailles contre l'abbé de Vallombrosa et sa familia. Voir aussi ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1221/04/13 (00009664) : Ardimanno di Rinovardo dut promettre au camérier de l'abbaye qu'il ne louerait pas ses terres aux filii Liccese. Ardimanno avait épousé Giuliana, fille de Liccese, et on pouvait le soupçonner de complaisance envers la famille de son épouse.

84 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1196/11/30 (00007211).

85 Bourdieu 1979, p. 535 : « Les dominants d'un espace globalement dominé (propriétaires de 50 ha dans une région de petite propriété, notables locaux, contremaîtres, etc.) peuvent ainsi, l'arbre cachant la forêt, faire des choix politique qui sont en accord avec ceux des dominants »

86 Dans A, « uo » barré.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La consorteria des domini de Tornano : schéma de filiation (XIIe-XIIIe siècle).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2 – Les descendants d'Albertinello da Melosa : schéma de filiation (XIIe-XIIIe siècle).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 3 – Carte de localisation.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lefeuvre, « Sicuti boni homines et masnaderii : dépendance et distinction sociale dans les seigneuries du contado florentin (XIIe-XIIIe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 07 mai 2018, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/4070 ; DOI : 10.4000/mefrm.4070

Haut de page

Auteur

Philippe Lefeuvre

École française de Rome, philippe.lefeuvre22@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals