Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130-1Beyond their dowries. Women and w...L’héritage des filles à travers l...

Beyond their dowries. Women and wealth in medieval and early modern north-central Italy

L’héritage des filles à travers les écritures administratives des mères tutrices : deux cas d’étude florentins au XVIe siècle

Serena Galasso
p. 167-182

Résumés

Dans le contexte florentin de la première modernité, selon les normes qui règlent les successions ab intestat, les femmes ont très peu de chances d’hériter du patrimoine familial. Néanmoins, en l’absence d’agnats mâles ou lors de conjonctures familiales, économiques, démographiques particulières, les filles peuvent être légitimement désignées par voie testamentaire, en tant qu’héritières universelles des biens parentaux et d’autres proches. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, Piero da Gagliano et Giovan Battista Nerli, deux hommes d’affaires florentins, transmettent leurs fortunes à leurs seules filles, Lucrezia da Gagliano et Alessandra Nerli, encore mineures, et choisissent leurs épouses comme tutrices. Les deux histoires s’entrelacent : Lucrezia et Alessandra épousent deux membres de la famille Salviati. Le passage de l’héritage paternel aux filles, puis à la maison des Salviati, sera exploré à travers l’activité d’administration patrimoniale mise en place par les deux mères tutrices. Une attention particulière sera portée à la documentation exploitée, à savoir des registres contenant des comptes et des ricordi tenus par ces deux veuves. Cette étude nous permettra enfin de valoriser un exemple d’écriture féminine, jusqu’à présent peu étudiée.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Isabelle Chabot pour sa lecture attentive et ses suggestions.

Texte intégral

  • 1 Bellavitis – Chabot 2011, p. 4.

1Deux ans à peine séparent l’arrivée d’Alessandra Nerli et Lucrezia da Gagliano chez les Salviati. Issues de l’oligarchie florentine des affaires, ces deux jeunes femmes épousent, respectivement en 1573 et en 1575, deux frères, Averardo et Antonio Salviati, eux-mêmes représentants du patriciat marchand. Alessandra et Lucrezia, bénéficiant d’un vide agnatique, ont été choisies dans les volontés testamentaires de leurs pères comme héritières du patrimoine familial. Toutes les deux possèdent et transmettent des richesses et des propriétés foncières consistantes, une portion des archives de leurs familles respectives et, élément à ne pas sous-estimer, un nom et un capital social remarquables. La manière dont les Salviati ont mené une politique matrimoniale rentable est pour mon propos un aspect secondaire. Je m’attacherai plutôt à analyser les possibilités qu’ont les femmes d’accéder et de participer aux enjeux patrimoniaux de l’économie familiale et du lignage, tout en en observant ces actrices dans le « cycle de la transmission intergénérationnelle »1.

  • 2 Chabot 2011, p. 107-133.
  • 3 Calvi – Chabot 1998.

2Dans le contexte florentin, l’éventualité de la femme héritière, si elle ne constitue pas une anomalie, inaugure une phase de rupture et de discontinuité des équilibres successoraux patrilinéaires, en bouleversant la verticalité du lignage et en menaçant la cohésion du groupe2. Au moment de cette transition, source potentielle de conflits et de fractures, les membres de la parenté et les alliés sont amenés à réorganiser un ensemble d’intérêts et de rapports d’alliance autour de l’héritage féminin. Dans le cas du patriciat marchand florentin, ce passage a des répercussions sur des dynamiques économiques bien plus vastes, en affectant directement la circulation des capitaux dans le monde des affaires et en impliquant ainsi une nouvelle configuration des ressources économiques d’un certain groupe parental et social. De surcroît, dans un contexte où la notion de propriété se décline principalement au masculin et au collectif, la dévolution des biens dans l’axe féminin provoque un véritable court-circuit de sens3.

  • 4 Sur les Salviati : Hurtubise 1985 ; Pinchera 1999. Les archives Salviati ont été mises en valeur p (...)

3Mes observations se situent à ce stade précis où les équilibres se redéfinissent. L’examen micro-analytique de l’ensemble des écrits administratifs produits par les mères va permettre de saisir les enjeux qui se manifestent au moment du délicat processus de passage du patrimoine paternel aux filles. De fait, entre le moment où Lucrezia et Alessandra héritent et celui où elles atteignent l’âge adulte, plusieurs années vont encore s’écouler. Derrières ces deux jeunes filles se profilent les activités de leurs mères, Laura Ridolfi et Elisabetta Altoviti, toutes deux veuves, tutrices légales et administratrices du patrimoine marital. Un nombre considérable de registres comptables, petits cahiers de ricordi, correspondances épistolaires, actes de toute sorte sont rédigés en leur nom : tous ces papiers – part non négligeable des biens patrimoniaux – suivent les deux épouses héritières dans la maison Salviati et c’est dans les archives de ce lignage qu’ils sont repérables aujourd’hui4.

  • 5 Calvi 1994, 2005 ; Pomata 2002.
  • 6 Sur le sujet la prolifération d’études est remarquable, pour une vue d’ensemble : Calvi – Chabot 1 (...)
  • 7 Ce travail s’inscrit dans ma thèse de doctorat, une enquête plus vaste concernant l’écriture compt (...)

4Filles héritières et mères tutrices : deux modes juridiques et concrets de s’approprier un certain capital et de le manier, voire de le manipuler, et cela au sein de configurations familiales qui favorisent des pratiques de la parenté tout à fait horizontales et cognatiques5. La présente contribution se propose de réunir ces deux pans de l’analyse, dans le but de valoriser les formes composites des richesses féminines et les modalités d’administration patrimoniale mises en place. Tout cela, en articulant ces thèmes, que de nombreuses études ont amplement défrichés6, avec un sujet jusqu’à présent peu exploré par la recherche historique, celui de l’écriture comptable, pragmatique et juridique, tenue au nom des femmes7.

Des filles héritières avec des mères tutrices : prémisses juridiques

  • 8 Brown – Davis 1998, p. 2. La discussion est reprise par : Chabot 2005. À ce sujet : Crabb 2000 ; C (...)
  • 9 Chabot 2011, p. 12.
  • 10 Kuehn 2012.
  • 11 Chabot 2011, p. 19-23.

5La version des chefs de famille propre aux Ricordanze nourrit et cristallise le célèbre tableau sombre, la bleak picture des capacités d’agir des Florentines, dressé par une riche production historiographique qui a été dans le temps critiquée et nuancée8. Le droit successoral florentin relève de la même logique patrilinéaire, il en émane et l’alimente. Les normes statutaires qui règlent la succession ab intestat sont fixées en 1325, subissent des modifications substantielles jusqu’en 1415 et sont encore réformées par Côme II des Médicis en 16209. Sans trop m’attarder sur la totalité des règles successorales, déjà abondamment étudiées, je voudrais tout de même évoquer les principes qui fondent le système lignager florentin, ce qui nous permettra de mesurer toute la force résiduelle et dérogatoire de l’héritage féminin. Tout d’abord, l’extension du principe de l’exclusio propter dotem est massive. Le mécanisme de dévolution des biens peut bien être exemplifié par une dichotomie, c’est-à-dire « héritage masculin / dot féminine ». En dépit des possibles superpositions en numéraire entre légitime des agnats et dot des filles, les deux formes de dévolution demeurent irréductibles10. Dans l’ordre hiérarchique de la transmission héréditaire ab intestat, les sujets féminins – sœurs, filles et mères – se situent en dernière position, après la longue liste de candidats mâles collatéraux et même ascendants. Pas seulement les substances paternelles mais également l’héritage maternel confluent dans l’axe agnatique, les filles étant évincées de la possibilité de recueillir ces biens en présence de frères, de neveux ex fratre et de leurs propres descendants mâles11.

  • 12 Le testament n’est pas la norme, il se fait vecteur d’une volonté bien précise et d’instances indi (...)
  • 13 Chabot 2011, p. 176-181 ; Kirshner 2015.
  • 14 La bibliographie sur le sujet est vaste. Pour le contexte toscan : Calonaci 2005 ; Kuehn 2008 ; Ku (...)
  • 15 Benadusi 1998.

6Certes, dans ce monde peu clément à l’égard des droits patrimoniaux féminins, les dernières volontés des parents et des proches ouvrent aux femmes la voie principale d’acquisition et d’accumulation de biens propres12. Il est alors peut-être superflu de souligner que rien n’empêche que les filles puissent être légitimement désignées par dispositions testamentaires en tant qu’héritières universelles du patrimoine paternel. Bien évidemment, l’absence d’agnats et d’autres candidats mâles jugés aptes aux yeux du testateur contribue visiblement à infléchir dans ce sens la volonté du chef de famille. Le droit statutaire florentin intervient aussi pour organiser la gestion de ces propriétés féminines, sanctionnant une divergence significative. Les bona non dotalia que les femmes héritent pendant la vie conjugale acquièrent le même statut que leur dot et sont intégrés dans le patrimoine familial, alors qu’en principe elles conservent le dominium sur ceux qu’elles ont reçus avant le mariage. Des adaptations pratiques favorables aux maris sapent souvent cette distinction formelle13. Dès la fin du XVe siècle, ces logiques normatives s’accompagnent d’un mouvement d’ancrage de la propriété au lignage ; des stratégies de transmission bien connues, telles que les substitutions fidéicommissaires sont amplement utilisées afin de prévenir ou de redresser les éventualités successorales les plus troublantes14. Reste que, au-delà des options individuelles, certaines conditions économiques et démographiques conjoncturelles peuvent courber la verticalité des logiques patrilinéaires et affecter ainsi sensiblement la nature des relations parentales15.

  • 16 Ils sont tous les deux liés au milieu des fuorisciti anti-médicéens. Piero da Gagliano épouse la f (...)
  • 17 Sur « famille et affaires », entre autres : Cavaciocchi 2009 ; Bellavitis 2008 ; Fabbri 1991 ; Mol (...)
  • 18 Feci 2008.

7Les pères de Lucrezia et d’Alessandra, respectivement Piero da Gagliano et Giovan Battista Nerli, suivent des trajectoires semblables et qui, probablement, se rencontrent. Tous deux sont des marchands florentins aux vastes réseaux d’affaires, avec des intérêts banquiers et fonciers dans l’État pontifical, où ils ont noué des liens de parenté avec des concitoyens engagés dans les finances pontificales16. Ils agissent dans un contexte où la cohésion de l’entreprise commerciale est assurée aussi par la continuité patrilinéaire et dans lequel les solidarités familiales cimentent des partenariats économiques, et vice-versa17. Néanmoins, Piero et Giovan Battista choisissent de transmettre leurs substances à leurs seules filles et, en privilégiant cette possibilité, ils évaluent attentivement la qualité des rapports parentaux afin de distribuer les ressources et les tâches. La prudence et la minutie de leurs dispositions semblent être directement proportionnelles au degré d’incertitude que la présence d’héritières implique18.

  • 19 Archivio Salviati (désormais AS), Miscellanea (désormais Misc.) I, Filza 60, fasc. 24.
  • 20 Ibidem.
  • 21 Piero a aussi une fille illégitime, Settimia, à laquelle il alloue une rente viagère de 12 écus an (...)
  • 22 AS, Misc. I, Filza 60, fasc. 24.
  • 23 Ibid. L’autre cohéritier est le frère Silvestro Cambi.
  • 24 Voir à ce propos les documents relatifs au procès patrimonial que Piero de Silvestro Cambi intente (...)

8Le dispositif des substitutions fidéicommissaires oriente massivement les attitudes successorales de la famille da Gagliano et de leurs alliés. Afin de mettre en perspective le choix testamentaire de Piero et de saisir les dynamiques de compensations mises en œuvre, il est intéressant de démêler la hiérarchie complexe des transmissions antérieures et de remonter notamment au testament de son père, Giuliano (†1525)19. Ce dernier, de fait, n’hésite pas à déclasser la descendance féminine de son unique fils et héritier universel, Piero. Il établit qu’en absence de descendants mâles – ce qui sera effectivement le cas – son patrimoine fidéicommissaire doit converger dans la ligne masculine de son frère, Filippo (fig. 1, I). En évinçant ainsi ses petites-filles de sa succession, Giuliano s’engage néanmoins à les doter competenter. Arrêtons-nous maintenant sur les dernières dispositions de Piero, dictées à Rome en 156620. Après avoir désigné sa seule et unique fille, Lucrezia, comme héritière universelle, il lui substitue son cousin Alfonso d’Antonio da Gagliano si jamais elle décède sans descendance, tant masculine que féminine (fig. 1, II)21. Dans cette éventualité, Lucrezia pourra tout de même percevoir l’usufruit du patrimoine paternel durant toute sa vie ; il lui assigne également 4 000 écus, libres d’obligation fidéicommissaire et de constitution dotale. Alfonso, qui entre-temps a recueilli les biens de Giuliano da Gagliano cité plus haut, reçoit iure legati une rente viagère de 100 écus, à condition qu’il n’avance aucune autre prétention sur l’héritage. Mais faisons encore un pas en arrière : les évènements successoraux qui ont précédé cette transmission sont bien plus complexes et enchevêtrés. Lucrezia peut également accéder à l’héritage de la grand-mère paternelle, Lucrezia Cambi (†1565), cette dernière ayant placé sa petite-fille et sa descendance avant son propre frère, Silvestro (fig. 1, IV)22. Et encore, à celui de Priore Cambi (†1545), oncle ex matre de Piero, qui, poussé probablement par l’affection et un esprit d’alliance professionnelle, décide d’instituer le fils de sa sœur en tant que cohéritier de toute sa fortune mobilière (fig. 1, III)23. Bien entendu, l’application de ces volontés testamentaires ne se réalise pas sans frictions et contestations24.

Fig. 1 – Les héritages de Lucrezia da Gagliano.

Fig. 1 – Les héritages de Lucrezia da Gagliano.

© S. Galasso.

  • 25 Même dans ce cas, la possibilité de recevoir d’autres héritages ne doit pas être si lointaine, vu (...)
  • 26 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASF), Notarile antecosimiano, 415, Andrea di Giovanni da M (...)
  • 27 Voir l’inventaire rédigé lors de l’acceptation de l’héritage et recopié par Elisabetta dans un reg (...)

9En ce qui concerne Alessandra Nerli, nous ne disposons pas d’autant de détails et le scénario patrimonial antérieur à la réception de l’héritage paternel demeure difficile à éclaircir25. La décision de Giovan Battista est particulièrement intrigante, car s’il n’a pas de descendance masculine – comme il est explicité dans son testament datant de 1565 –, il a bien un frère, Tanai26. Or, il choisit de confier ses propriétés à ses deux filles aînées, Fiammetta et Alessandra, tandis que leurs sœurs sont destinées au cloître. Ce faisant, il émiette son héritage entre deux branches féminines alors que, conformément à la logique successorale lignagère, il aurait dû l’attribuer à son frère et à sa descendance. En guise de maigre consolation, Tanai n’obtient que des droits partiels de propriété sur certains biens fonciers à diviser avec les nièces héritières légitimes27. Cet acte est-il le symptôme de mésententes secouant la fratrie ? Dans quelle mesure l’état des biens – plusieurs dettes subsistent – courbe-t-il le dessein testamentaire de Giovan Battista ?

10Il me semble maintenant important d’attirer l’attention sur un autre passage clé des dernières volontés des deux hommes : afin de protéger leur choix successoral, les testateurs nomment leurs épouses respectives tutrices de leurs enfants et de leurs patrimoines. De plus, Piero da Gagliano, qui évalue prudemment tous les développements futurs possibles après sa mort, indique comme deuxième tutrice sa belle-mère, Lena Gondi, veuve elle aussi et personnage essentiel au cas où Laura choisirait de se remarier. Il contribue ainsi à la formation d’une configuration familiale inédite, d’une véritable généalogie féminine de collaboration, où la grand-mère, la mère et la fille héritière, trois femmes appartenant à des générations différentes et qui sont entrées par mariage dans des maisons diverses, recomposent autour du patrimoine et du nom Da Gagliano, un ensemble complexe d’intérêts et de liens communs.

  • 28 Sur le sujet, pour Florence : Calvi 1994 ; Calvi 2005 ; Chabot 2011 ; Fisher 2009, p. 265-282. Pou (...)
  • 29 Lorsque l’institution attribue la charge aux membres de la parenté en absence de testament paterne (...)
  • 30 Le discours juridique des glossateurs institutionnalise cette pratique : Di Renzo Villata 1975, p. (...)

11L’exercice de la tutelle occupe une place fondamentale dans cette réflexion, d’autant plus qu’elle s’associe normalement à un autre mode juridique réel d’utiliser un certain bien, à savoir l’usufruit28. L’institut juridique de la tutelle, discipliné par le droit romain, est également normé dans ses aspects les plus problématiques par la législation statutaire, et cela en concomitance avec la création, dans les villes italiennes, d’organismes publics chargés de la protection des mineurs orphelins, dès le XIIIe siècle. À Florence, à partir de 1393, les Ufficiali dei Pupilli sont interpellés lorsqu’un père meurt intestat sans avoir signalé de tuteurs, ou bien si l’institution est désignée comme tutrice dans les dernières volontés paternelles. Ils interviennent aussi à chaque fois que les rapports entre tuteur et orphelin se compliquent et se fragilisent29. Le choix de la mère et de la grand-mère, que l’on observe dans une variété de contextes, va de facto contre le principe de droit romain faisant de la tutelle une responsabilité traditionnellement masculine, voire un office public. Acte volontaire et dérogatoire en principe, ces deux formes de tutelle féminine – les seules admises – deviennent une option privilégiée car elles s’appuient désormais sur une tradition juridique consolidée faisant de ces ascendantes les candidates idéales en raison de leur affection désintéressée, affranchie de toute possible prétention patrimoniale30.

  • 31 Calvi 1994, p. 29.
  • 32 Chabot 2011, p. 274-287.

12Giulia Calvi reprend cette idée et, s’intéressant notamment aux processus de construction culturelle de la maternité, dissèque les langages publics du crédit accordé aux mères, orientés par une logique qui est à la fois de « valorisation éthique » et de « dévalorisation patrimoniale »31. Dans son interprétation, les veuves tutrices jouissent de prérogatives fortes. Elles s’investissent pleinement dans la direction du nouveau noyau familial en protégeant la continuité du projet mémoriel. Une image bien discordante nous est fournie par Isabelle Chabot, selon laquelle les tutrices du Quattrocento florentin sont plutôt des figurantes, qui n’acquièrent pas un accès préférentiel au territoire patrimonial de la famille, leur pouvoir administratif demeurant subordonné à la volonté des agnats futurs héritiers, et constituant, tout au plus, une parenthèse transitoire avant le partage de l’héritage32. L’attribution courante de la tutelle aux mères ne répondrait qu’à une logique de conservation des richesses contre l’éventualité perturbatrice que la restitution de la dot présenterait. De ce fait, la condition nécessaire à l’exercice de la charge de tutrice, imposant aux veuves l’impossibilité de contracter un deuxième mariage et par conséquent de récupérer leurs biens dotaux, trouverait tout son sens.

  • 33 AS, Misc. I, Filza 60, fasc. 24. Les legs de l’époux reviennent dans les comptabilités d’héritage, (...)
  • 34 ASF, Notarile antecosimiano, 415, fol. 89v-90r.

13Au lendemain du décès du chef de famille, l’agencement familial qui se met en place conditionne sensiblement les évolutions successives, de sorte que Laura Ridolfi et Elisabetta Altoviti peuvent y occuper une position centrale, une prééminence qu’elles doivent à la présence de jeunes filles héritières. Si, dans ses dernières volontés, Piero da Gagliano envisage expressément l’interruption de l’activité de tutrice en cas de secondes noces, il accorde néanmoins à son épouse la somme de 4 000 écus, s’acquittant ainsi de tout ce qu’elle pourra prétendre à compte de sa dot33. Des legs supplémentaires sont prévus : Laura pourra obtenir le paiement de toutes ses dettes et disposer également d’une quantité de linge (pannilini et lani) d’une valeur totale de 100 écus, et d’un certain nombre d’objets précieux correspondant à 500 écus. Ces mesures compensent par ailleurs la limitation de ses dépenses annuelles, plafonnées à 300 écus, pour subvenir aux besoins matériels de sa fille. Le veuvage s’annonce de façon bien différente pour Elisabetta, qui n’obtient que les revenus de ses biens dotaux, incorporés dans l’héritage de ses filles, et une rente viagère de 100 florins par an34.

  • 35 Calvi 1994, p. 68-69 ; Di Renzo Villata 1986, p. 82-83 ; Palazzi 1997, p. 79-80.

14La prise en charge de la tutelle demande un engagement soutenu et continu, d’autant plus que des normes spécifiques exigent que tous les engrenages administratifs fonctionnent. La magistrature impose en effet aux tuteurs le respect de certaines formalités témoignant de la tenue correcte de leur activité, telle que la rédaction d’un inventaire détaillé des biens pupillaires en début de fonction et la reddition de comptes à des échéances données35. Le testateur a néanmoins le pouvoir de dispenser de cette dernière obligation : c’est notamment le cas de nos deux tutrices, exonérées par leurs maris de justifier juridiquement leurs conduites au moyen d’un travail minutieux d’écriture et de décompte. Cette exemption n’empêche pourtant ni Laura ni Elisabetta de coordonner par écrit un ensemble hétérogène de ressources lignagères dont elles ne sont pas formellement propriétaires, et des biens qu’elles récupèrent pendant le veuvage.

Compter et raconter les biens des femmes : l’écriture administrative des mères tutrices

  • 36 Frigo 1985. Ces écrits mêlant comptes et ricordi ont été mis en relief notamment lorsqu’ils présen (...)
  • 37 Les chercheurs déplorent la pénurie de tels témoignages : Balestracci 2010, p. 53-61 ; Chabot 2011 (...)

15Au sein de l’économie familiale florentine, la comptabilité patrimoniale est régie par les hommes. Généralement, dans le système articulé de registres parallèles d’administration domestique, les richesses des épouses n’entraînent pas l’ouverture de livres spécifiques à leur nom36. Tout au plus, la remise de la dot occasionne une ligne laconique dans un des livres du mari, et un héritage de l’épouse donne très rarement lieu à des comptabilités séparées : dot et biens non dotaux se camouflent et se dissolvent plutôt dans la propriété collective familiale. De sorte que si l’on veut tracer une casuistique des mobiles et des formes de l’écriture administrative dont les femmes font usage, il faut souligner que la prise de plume est stimulée avant tout par un processus de réappropriation des droits de propriété lors du veuvage ; mais également par une pratique de gestion des substances d’autrui, s’exprimant dans la maîtrise de certains secteurs de l’économie domestique – pendant le mariage – et dans l’administration des héritages pupillaires – pendant l’exercice de la tutelle. Ce type de documentation demeure très peu défrichée37.

  • 38 Calvi 1992.
  • 39 AS, Serie IV, 189, Copia di lettere e conti di Elisabetta Altoviti, 1565-1570. On dispose d’enviro (...)

16Les veuves tutrices et usufruitières semblent être les plus prolifiques, leurs pratiques scripturales étant d’ailleurs susceptibles d’être soumises à des contraintes juridiques38. Dans les deux cas qui m’intéressent ici, j’assiste à un recours endémique à l’écriture, à une véritable profusion documentaire en correspondance du nouveau statut acquis. La production comptable mais aussi les rapports épistolaires s’intensifient, et même les correspondances fonctionnent comme supports essentiels du travail administratif et véritables outils décisionnels39.

  • 40 Sur la comptabilité privée : Klapisch-Zuber 1991 ; Goldthwaite 1968.

17Plongeons-nous dans les registres comptables, observons leur articulation et leurs usages concrets. Les modalités de structuration des informations et d’organisation des livres entre eux, selon un système typique d’imbrications et de renvois, ne s’écartent pas beaucoup des codes standardisés des comptabilités marchandes40. Certes, il est toujours possible d’apprécier l’originalité de certains agencements et d’observer des modes d’appropriation de techniques de mise en compte et de stratégies narratives moins prévisibles. Mais ce genre de réflexions oblige de s’arrêter d’abord sur un élément signifiant de divergence entre les deux expériences d’enregistrement. Les transactions concernant le patrimoine Gagliano, regroupées dans une totalité de sept livres couvrant une période de vingt années (1566 à 1586), ne sont pas directement inscrits ni par Laura ni, plus tard, par Lucrezia ; tandis qu’Elisabetta Altoviti déploie un impressionnant effort scriptural, noircissant presque entièrement de sa propre main les feuillets de six registres, dont deux particulièrement volumineux.

  • 41 AS, Serie IV, 42, Quaderno di spese di casa e di spese straordinarie, 1567-1570.
  • 42 AS, Serie IV, 38, Debitori e creditori di Lucrezia, figlia di Piero da Gagliano, 1566-1575 ; 39, D (...)

18Parmi les volumes des Gagliano, à l’exception d’une vacchetta dans laquelle Laura y égrène une poignée de dépenses pour l’approvisionnement alimentaire quotidien41, les autres registres sont presque totalement rédigés par un agent à son service, le notaire Lorenzo Muzzi (fig. 2)42. Ce dernier, comptable professionnel et partenaire fiable, manie par écrit les opérations financières uniquement dans la phase finale de son service. Il s’agit du moment où les écritures comptables préexistantes doivent être révisées et réorganisées dans des prospectus plus synthétiques et analytiques et où il convient de dresser le bilan global de l’administration. C’est ainsi qu’on trouve mention d’un ensemble de livres précédents dans lequel le rédacteur puise à plusieurs reprises ses informations et dont il spécifie clairement qu’ils sont tenus « par main de dame Laura ». Malheureusement, aucune trace de ces témoignages n’est matériellement repérable dans les archives. D’autres documents réservent néanmoins quelques surprises : la main de Laura glisse aux marges d’un inventaire patrimonial, en laissant des gloses à propos des pièces vendues, elle réapparaît sur le dos des correspondances reçues, à classer et à réordonner.

Fig. 2 – La graphie de Laura Ridolfi. AS, Serie IV, 42, fol. 2v-3r. 

Fig. 2 – La graphie de Laura Ridolfi. AS, Serie IV, 42, fol. 2v-3r. 

Document reproduit avec la permission de la Scuola Normale de Pise, tous droits réservés. 

  • 43 Coquery – Menant – Weber 2006. Les études sur la literacy féminine sont florissantes, mais elles o (...)
  • 44 AS, Serie IV, 194, Libro di ricevute di Elisabetta Altoviti, 1566-1579, fol. 35v.

19Les écritures gérées par Elisabetta Altoviti témoignent d’une intervention scrupuleuse et avisée dans la confection de la mémoire patrimoniale. Elles nous offrent également un échantillon copieux de la culture graphique, de l’outillage cognitif ainsi que du bagage de compétences gestionnaires de cette patricienne43. Au premier abord, ces comptabilités d’héritages sembleraient presque schizophréniques. La graphie, à l’exception de quelques incursions sporadiques d’une autre main identifiable, s’étend uniformément tout au long des livres. Cependant, le scripteur principal demeure anonyme, s’éclipsant derrière un sujet polyphonique et un point de vue changeant : parfois c’est Elisabetta qui énonce, parfois ce sont les filles héritières à se nommer, d’autres fois encore il est question d’un sujet collectif et indistinct. Quelques lignes accompagnées d’une souscription autographe de « Lisabetta Altoviti de’ Nerli », nichées dans un carnet de quittances, confirment que cette tutrice est la seule responsable de tout le système comptable (fig. 3)44. Et cela dans un contexte où cette expertise féminine trouve très peu d’applications et de visibilité, et où en général le recours à la délégation d’écriture est massif.

Fig. 3 – « Io Lisabetta Altoviti de’ Nerli ho fatto questo ricordo di mia propria mano ». AS, Serie IV, 194, fol. 31v.

Fig. 3 – « Io Lisabetta Altoviti de’ Nerli ho fatto questo ricordo di mia propria mano ». AS, Serie IV, 194, fol. 31v.

Document reproduit avec la permission de la Scuola Normale de Pise, tous droits réservés.

  • 45 AS, Serie IV, 190, Entrata e uscita e quaderno di cassa, seg. A, dell’eredità di Giovan Battista N (...)
  • 46 AS, Serie IV, 192, Quadernuccio di affari domestici di Elisabetta Altoviti, 1566-1576 ; 193, Libro (...)
  • 47 AS, Misc. I, Filza 72, doc. 7, Quaderno di contratti di Elisabetta Altoviti, 1565-1570.
  • 48 AS, Serie IV, 194.

20Dans deux registres imposants, Elisabetta systématise les débiteurs et les créditeurs de l’héritage Nerli, ce qui nous fournit un cadre analytique et une vue d’ensemble – même si lacunaire – de l’état financier du patrimoine qu’elle contrôle45. Quant aux autres livres, ils reproduisent des segments de l’administration courante et se modulent selon des besoins contingents46. Dans cette structure composite d’écrits administratifs, un fragment d’un certain intérêt consiste en un carnet sans reliure d’une poignée de feuillets dans lequel la veuve répertorie sous forme d’archivage mémoriel (« Memoria come ») le contenu des contrats stipulés, en systématisant ainsi les étapes les plus saillantes de son activité initiale47. Un autre livret accueillant des quittances s’intègre de façon tout à fait originale dans ce tableau : il est petit mais précieux vu que sa détentrice prend soin de marquer en ouverture que, en cas de perte, si « quelqu’un le trouve, il est prié de le rendre à elle [sa titulaire] ou à ses héritiers et celui qui le rendra recevra une récompense de £ 2 »48.

  • 49 Castiglione 2015.
  • 50 Casella – De Martin Pinter 2017 ; Luciani 2012.
  • 51 Ces considérations mériteraient d’être articulées avec les recherches sur les formes de proto-auto (...)

21Il s’agit donc d’écritures privées qui cristallisent une certaine valeur. D’abord parce qu’elles peuvent fonctionner comme preuve juridique, contribuant, entre autres, à la dialectique de formation, de reconnaissance et d’affirmation du rôle maternel à l’occasion des controverses familiales49. Dans ce sens, elles sortent d’un microcosme patrimonial purement privé pour acquérir des significations valables au sein de la sphère publique et institutionnelle, participant d’une dimension expressive qui s’articule autour des pratiques scripturales et discursives de la legal literacy. Mais pas seulement. Ces écrits, en dépit de leur caractère fortement pragmatique et bridé dans des formules traditionnelles, peuvent s’avérer un espace propice et un moteur de réflexivité. Même les enregistrements comptables les plus arides charpentent un contenu autobiographique, ne serait-ce qu’une simple bribe50. Le cas d’Elisabetta Altoviti, en particulier, permet d’apprécier un projet efficace et personnel d’assemblage d’une machine comptable et mémorielle qui à la fois soutient et incite sa supervision administrative. Ces écrits de gestion consentent alors à ces mères tutrices d’appréhender et d’ordonner un nouvel équilibre patrimonial et relationnel, pour le justifier et y trouver leur place51.

22Les modèles administratifs de référence auxquels ces veuves s’inspirent sont facilement accessibles. La maîtrise d’instruments de crédit sophistiqués et des subtilités du jeu comptable s’avère nécessaire pour mener à bien les opérations. Elisabetta et Laura puisent amplement dans les registres des époux qu’elles connaissent et manient aisément. Ce recours leur permet notamment de faire valoir leurs droits dans le recouvrement des crédits. Quelque temps après le décès de Giovanni Battista Nerli, en 1565, sa veuve écrit à l’héritier de Jacopo Tombesi au sujet de sa dette :

  • 52 AS, Serie IV, 189, fol. 1v. Lettre du 23 février 1565 à Jacopo Tombesi, à Ferrara.

j’ai fait visiter votre compte et je trouve dans ses écritures [de Giovanni Battista Nerli] que vous avez récemment envoyé 500 écus […] et qu’il vous a envoyé, en deux fois, quatre pièces de rascia noire, trois pièces de satin noir et la moitié d’une pièce de revers rouge cramoisi, ayant acheté tout cela en argent comptant et pour votre compte afin que vous puissiez tout vendre, et avec cette lettre je vous envoie le compte s’élevant, avec toutes les dépenses, à f. 58652.

  • 53 AS, Serie IV, 42, fol. 29r.
  • 54 AS, Serie IV, 189, fol. 29r. Lettre du 17 juillet 1567 à Raffaello Barberino, consul de la nation f (...)

23Cet extrait exemplifie parfaitement l’implication d’Elisabetta dans les négoces de son époux, les astuces de la partie double ne lui étant pas obscures. De même, certains registres doivent être récupérés, revendiqués car ils contribuent à bâtir, à légitimer et à orienter l’action des tutrices. Il se trouve que Laura attend une cargaison provenant de Naples qui comprend un studiolo rempli d’écritures diverses53 ; ou que, en 1567, Elisabetta s’adresse au consul de la nation florentine à Anvers pour solliciter l’envoi du dernier grand livre de la raison Nerli-Rondinelli avec toutes les autres écritures de telle société d’affaires. Elle ajoute : « afin de pouvoir m’en servir dans tout ce qu’il me faudra en temps voulu »54.

Gérer pour ses filles et pour soi-même : responsabilités, choix, limites

24La disparition des maris laisse le patrimoine et leurs affaires marchandes dans un état précaire de suspension et d’incertitude. Il faut conclure des opérations commerciales, satisfaire des créanciers, encaisser, entretenir des rapports avec la fiscalité urbaine. Dans le respect des volontés testamentaires des époux, plusieurs legs doivent être versés à des échéances établies.

  • 55 Laura s’établit à Florence de façon définitive en 1569, auparavant elle résidait plutôt à Rome.
  • 56 AS, Serie IV, 190, fol. 161v-170r.
  • 57 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 4, doc. 14. Le casale est évalué près de 50 000 florins. Il est confi (...)
  • 58 Pallini-Martin 2009.

25Pour les deux tutrices, la ville de Florence constitue le lieu de résidence et le centre opérationnel, mais les biens fonciers, les objets et les personnes qu’elles coordonnent s’inscrivent dans un espace physique et relationnel dilaté55. D’un côté, Giovan Battista Nerli a accumulé plusieurs domaines dans la campagne toscane, selon un processus bien connu parmi les élites marchandes à cette époque de reconversion des liquidités en propriétés immobilières et foncières56. Sa base patrimoniale comprend également un atelier de teinture de soieries et une épicerie, ses intérêts commerciaux s’étendent largement à l’étranger – on a déjà évoqué à cet égard son implication dans la région flamande. De l’autre côté, Piero da Gagliano ajoute à sa fortune en Toscane – des biens fonciers et une part d’un atelier d’art de la soie – la propriété du casale de Cento Corvi à Cerveteri, dans l’État pontifical57. Cet axe florentin-romain s’articule ultérieurement en direction de Lyon, où son père Giuliano, marchand-banquier proche des Médicis, avait cultivé des relations financières dès la fin du XVe siècle58.

  • 59 AS, Misc. I, Filza 69, fasc. 29. Lettres d’Alfonso da Gagliano du 13 juillet 1567, 16 août 1567, 3 (...)
  • 60 AS, Serie IV, 189, fol. 1v, 9v-11r, 13v, 21r, 30v.
  • 61 Ibid., fol. 21r. Lettre du 8 octobre 1566 au juge Alessandro Vecchi.
  • 62 Ibid., fol. 17v. Lettre du 28 août à Lionardo Macerti, procureur à Arezzo.

26La situation patrimoniale de ces deux familles est toutefois loin d’être prospère : l’héritage Gagliano est grevé de dettes pour un montant d’environ 13 000 écus qui relèvent du paiement de divers censi ; après cinq ans de gestion, en 1571, le passif s’élève à 6 130 écus. L’état des biens auquel Laura est confrontée exige un dévouement quotidien et, faute de ressources, faute d’une capacité de prévision adéquate, parfois la machine administrative se grippe. Dans ce cas, les plaintes et les sollicitations ne tardent pas à arriver : ainsi, le cousin Alfonso da Gagliano écrit à plusieurs reprises, mécontent car le paiement de son legs est en retard depuis des mois59. Visiblement, même Elisabetta Altoviti doit remédier à plusieurs déséquilibres financiers. Ses intenses échanges épistolaires avec les débiteurs et ses stratégies de recouvrement sont à cet égard particulièrement éloquentes. Même lorsqu’il est question de récupérer de toutes petites sommes, les prémisses de ses lettres ne varient guère : ses pauvres filles – affirme-t-elle –, que leur père a choisies comme héritières, sont confrontées à un patrimoine lourdement endetté60. Elle réitère souvent les mêmes appréhensions : « parce qu’il faut que j’encaisse le plus possible, j’ai l’impression qu’on a encaissé très peu par rapport au mois dernier »61. Le ton trahit fréquemment des tensions, une certaine anxiété caractérise ses communications avec les procureurs, auxquels Elisabetta déplore un manque chronique d’argent comptant62.

  • 63 Kuehn 1991, p. 212-237. Aussi Feci 2004.

27Dans leur cheminement, ces veuves jouissent d’une légitimité que leur statut de tutrice, leur provenance familiale et le crédit social hérité du mari leur accordent, néanmoins de multiples entraves jalonnent leurs expériences, en modérant leur emprise et leur pouvoir de gestion. D’abord, dans le cadre normatif où elles opèrent, leur capacité légale et contractuelle souffre d’un lourd déficit puisqu’elle doit être constamment intégrée et garantie par une intervention masculine, celle du mundualdus, soit-il un formalisme juridique63. Cela explique la nécessité de s’entourer d’un vaste réseau de procureurs et d’administrateurs, qu’elles sélectionnent elles-mêmes et dont le travail s’avère indispensable pour couvrir l’ampleur des transactions traitées. Aussi, les familles d’origine de ces veuves jouent-elles un rôle essentiel, et notamment leurs frères, anciens partenaires économiques de leurs maris, qui ne manquent pas de prodiguer leurs conseils et de se mobiliser en tant qu’intermédiaires privilégiés.

  • 64 AS, Serie IV, 189, fol. 6rv, 8v, 11v, 12r.
  • 65 Ibid., fol. 15r. Lettre du 6 juillet 1566 à Jacopo et Alessio degli Orsi. Des réclamations au ton (...)
  • 66 Les autres exécuteurs testamentaires sont des Florentins : Giovanni Ugolini, Giovanni Soldani et A (...)
  • 67 La référence est aux procès (piati) de Tanai, dont les raisons ne sont pas toujours claires : AS, (...)
  • 68 AS, Serie IV, 189, fol. 10r.
  • 69 AS, Serie IV, 190, fol. 225vr, 236vr. Par exemple, Elisabetta note les dépenses qu’ils ont en comm (...)

28Dans l’expérience d’Elisabetta, des débiteurs insolvables, espérant peut-être s’adresser à une administratrice inadéquate, prolongent les délais de paiement et exigent plus de garanties. Le choix successoral de Giovan Battista Nerli suscite sans doute méfiances et suspicions aux yeux de certains d’entre eux. Pour les rassurer, cette tutrice livre les preuves documentaires réclamées et entérine ses requêtes en faisant souscrire ses lettres aux autres exécuteurs testamentaires. En dernière instance, elle fait appel à son frère, Giovan Battista Altoviti, banquier romain, afin qu’il sollicite les sujets concernés64, sans pour autant manquer de réaffirmer à ses interlocuteurs, après une succession de rappels de paiement : « Quant à l’autorité, je vous dis que moi, Lisabetta Altoviti de’ Nerli, mère de deux héritières, j’ai le pouvoir de recouvrer les dettes »65. Notons au passage qu’Elisabetta est également exécutrice testamentaire avec, entre autres66, son beau-frère, Tanai, dont le comportement ambigu oscille entre une attitude parfois conflictuelle et revendicative67, une conduite négligente à d’autres occasions – Elisabetta lui reproche l’abandon des terres qu’il partage avec les héritières Nerli68 –, et un esprit de collaboration lorsqu’il est question d’enjeux patrimoniaux communs69.

  • 70 AS, Misc. I, Filza 60, fasc. 24. Ludovico Ridolfi est aussi choisi comme exécuteur testamentaire. (...)
  • 71 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 2 (1er juillet 1567).
  • 72 Ibid., doc. 1 (6 juillet 1567).
  • 73 Ibid., doc. 4 (avril 1569).
  • 74 En effet, le beau-frère de Lena Gondi est Bartolomeo de Mainardo Cavalcanti. Son père, Alessandro (...)
  • 75 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 10.
  • 76 Son intermédiation s’avère indispensable dans l’entretien de toute une série de rapports avec les (...)

29Les limites qui empêchent le plein déploiement des responsabilités d’Elisabetta s’inscrivent plutôt dans la dynamique des interactions et dans la qualité des relations, qui sont en permanence remises en question et négociées. Dans la première phase de l’administration de Laura Ridolfi, un épisode fournit en revanche l’exemple d’un contrôle exogène bien plus serré. Pour le comprendre, il faut remonter de nouveau au testament de Piero da Gagliano qui inclut parmi les exécuteurs testamentaires les deux tutrices, tout en précisant que le consentement des autres exécuteurs – parmi lesquels on distingue le frère de Laura, Giovan Francesco Ridolfi – est indispensable pour procéder aux négociations matrimoniales de Lucrezia70. En dépit de cette clause, les deux tutrices, mère et fille, n’hésitent pas à faire front commun et, tout juste un an après la mort de Piero, elles scellent un accord matrimonial avec un membre de la famille Cavalcanti. Leur geste, qui non seulement contrevient aux dispositions testamentaires mais également au bien de la pupille de dix ans, est sévèrement puni. Une injonction du Magistrato Supremo de Florence impose à Lena Gondi de ne plus jamais s’immiscer dans les décisions concernant le mariage de sa petite-fille, sous peine de 1 000 écus de sanction71. Quant à Laura Ridolfi, elle est cloîtrée, avec sa fille, dans le monastère romain de Sainte-Anne72. Elles en sortent seulement en 1569, grâce à l’autorisation octroyée par le vicaire papal, et sous la garde de Giovan Francesco Ridolfi, lui-même étant soumis à une forte amende en cas d’infraction73. Dans cette affaire, les contours du projet matrimonial des deux tutrices restent flous. Les malaises que cause un patrimoine appauvri, la volonté de Laura de se remarier, la contingence d’une alliance convenable : il s’agit d’hypothèses plausibles, de motivations significatives. Certes, il faudrait se demander dans quelle mesure les intentions de ces deux veuves, mère et fille, découlent d’une volonté commune. Lena, qui est une Gondi, n’ayant sans doute pas négligé les bons rapports de sa famille d’origine avec les Cavalcanti pourrait avoir joué un rôle majeur dans cette histoire74. Il est certain qu’à peine quelque temps après le retour de Laura à Florence, des nouvelles négociations sont entreprises avec les Salviati et que l’aval de Giovan Francesco se révèle alors déterminant pour définir le sort matrimonial de Lucrezia et, par conséquent, pour décréter la destination de son héritage75. Par ailleurs, son enracinement dans le milieu romain en tant qu’opérateur économique fait de lui le soutien idéal à l’administration de Laura : véritable point de raccordement entre les deux villes, il devient le principal canal de transmission des informations76.

  • 77 Entre autres : Calvi 2006 ; Castiglione 2015.
  • 78 Medick – Sabean 1984. Quelques perspectives sur le concept de parenté pratique sont formulées par (...)

30Ces tutrices sont aussi des mères et, comme de nombreux travaux l’ont démontré, leur présence maternelle se forge dans l’arène publique, à travers les lexiques de la contestation ; elle se mesure dans les choix infléchissant de manière décisive les parcours de vie des enfants77. Sans vouloir sacrifier l’épaisseur émotionnelle à la sphère des intérêts, il me semble également intéressant de mettre l’accent sur la construction de rapports économiques et de liens purement matériels entre mères et filles, entre tutrices et mineures78. Le partage d’une économie domestique et affective, qui émerge avec clarté dans les transactions comptables, se traduit aussi en une tension entre la propriété individuelle des veuves – leurs propres affaires – et le patrimoine marital transmis aux filles, dont la composition est d’ailleurs tout à fait bilinéaire.

  • 79 AS, Serie IV, 192.
  • 80 AS, Misc. I, Filza 72, doc. 7, fol. 2v.
  • 81 AS, Serie IV, 192, fol. 20r, 84r, 90r.
  • 82 Ibid., fol. 36v, 46vr, 80v.
  • 83 AS, Misc. I, Filza 72, doc. 7, fol. 7r.
  • 84 Ibid., doc. 9.
  • 85 AS, Serie IV, 190, fol. 293r, 299r.
  • 86 AS, Misc. I, Filza 14, doc. 1. Quant à Fiammetta, elle épouse Flaminio Ottieri, sa dot devrait êtr (...)

31Cette tension se reproduit matériellement dans certains registres d’Elisabetta qui, sans trop se soucier de délimiter sa propre sphère patrimoniale, conjugue par écrit deux titres différents de propriété et deux niveaux d’usage des biens. Ces deux strates de gestion se côtoient, allant même jusqu’à se confondre en certains moments. C’est notamment le cas pour la supervision des récoltes et le stockage des denrées alimentaires – vin, blé, légumes, lin – qui sont absorbées seulement en partie par l’autoconsommation et qui aboutissent largement sur le marché urbain et régional79. Au sein de cette entreprise domestique, Elisabetta est aussi propriétaire de biens fonciers et, en 1566, elle note dans son carnet de contrats, la location d’une vigne dans le popolo de San Giuliano80. Ainsi, en profitant des circuits économiques du mari, elle détaille, à côté des rentes foncières tirées des propriétés Nerli, les comptes concernant la récolte et l’achat-vente de « son propre vin »81. À ce petit commerce de vin s’ajoutent la commande d’un nombre considérable de travaux textiles – notamment de toiles de lin, dont les étapes de fabrication sont suivies scrupuleusement –, la vente d’habits usagés et le prêt de petites sommes d’argent. Elle note ainsi, entre autres, avoir reçu des cargaisons de lin que sa propre belle-sœur lui a envoyées de Rome ; elle indique avoir prêté 42 £ à une autre femme patricienne en percevant six fourchettes d’argent comme gage ou encore, elle signale avoir confié à « Maddalena rivenditora » plusieurs mouchoirs et vêtements82. Les titres de propriété d’Elisabetta s’estompent à travers tous ces mouvements et on a du mal à délimiter son propre avoir. Parfois, elle devient plus explicite à cet égard : une memoria nous renseigne qu’elle investit 500 écus dans des titres de Monte pour lesquels elle cautionne sa dot83. Sa place dans la circulation intrafamiliale de l’argent ainsi que sa capacité patrimoniale apparaissent clairement dans une importante opération de crédit qui implique son beau-frère Tanai. En 1574, elle lui verse la somme de 1 584 écus, qui doit être rendue dans les cinq ans au plus tard. Les circonstances de ce prêt ne sont pas spécifiées, en revanche nous apprenons que Tanai ne respecte pas l’échéance et que Fiammetta et Alessandra, toutes les deux étant héritières d’Elisabetta, poursuivront leurs cousins – leur oncle étant entre-temps décédé – afin de récupérer la créance maternelle84. Quant aux fortunes paternelles, elles sont distribuées au moment de ratifier les accords matrimoniaux lorsque, en 1573, il s’agit de composer les dots et les trousseaux des deux sœurs85. La dot qu’Alessandra apporte aux Salviati est prélevée sur son héritage, elle comprend trois fermes et deux boutiques « a uso di pizzicagnolo » et « a uso di tinta di seta » fournies de tous leurs équipements, pour une valeur totale de 5 300 florins86.

  • 87 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 24, doc. 26.
  • 88 AS, Serie IV, 41, fol. 31v.
  • 89 Ibid., fol. 36v-37r.
  • 90 AS, Serie IV, 40, fol. 7r, 32v. Cette rente avait été vendue par Piero da Gagliano à la confrérie (...)
  • 91 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 32.
  • 92 Ibid., fasc. 1, doc. 9.
  • 93 AS, Misc. I, Filza 71, doc. 20.

32Les comptabilités d’héritage des Gagliano font état des relations de crédit que Laura entretient avec sa fille au terme de son administration et dans la période qui suit. Les noces de Lucrezia sont célébrées en deux temps. Après le contrat matrimonial conclu en 1570 avec Filippo Salviati, il est en effet nécessaire de patienter jusqu’à ce que la jeune épouse ait l’âge canonique pour souscrire l’union87. En 1575, l’alliance est enfin scellée et Lucrezia est accueillie chez les Salviati, avec une promesse de dot de 10 000 écus88. À partir de ce moment-là et après la révision des comptes, les créances que Laura énumère avec le Rede da Gagliano sont progressivement liquidées. De commun accord avec Lucrezia et sous l’égide d’Antonio Salviati, elle accepte de récupérer 600 florins sous forme de masserizie89 et ancre une rente au patrimoine de sa fille, en acquérant à la confrérie romaine de l’Annunziata, pour 2 000 écus, un censo de 160 écus annuels imposé sur les propriétés Gagliano dans la campagne romaine90. Mais de nouvelles entraves surviennent : après les noces, la promesse de dot n’est pas respectée dans le délai prévu au point que, devant un tel retard, Antonio oblige Laura et Lucrezia à verser un intérêt annuel à 6 %, jusqu’à la remise du montant fixé91. Une clause emblématique de l’acte précise que les biens de Laura ne doivent pas être touchés. La dot enrichit les caisses des Salviati seulement après le procès que Lucrezia intente contre ses cousins Antonio et Alfonso da Gagliano, héritiers fidéicommissaires de Giuliano, pour l’obtention de la somme que son grand-père lui avait destinée dans son testament. Le 13 mai 1578, la sentence finale affirme que les biens dotaux ne doivent pas être calculés sur la légitime et la trébellienne attribuée à son père, Piero92. Lucrezia récupère ainsi le quart d’un atelier de soieries, deux terrains à Gagliano et deux crédits de Monte pour un total de 2 044 florins, tandis que le reste de la dot est assigné sur une part du casale. Pareillement au cas précédemment observé, faute de liquidité, une portion des ressources immobilières et foncières est convertie en biens dotaux93.

  • 94 AS, Serie IV, 195 ; 196.
  • 95 AS, Serie IV, 44.
  • 96 Ibid., fol. 7v, 15v.

33Après la célébration des noces, la présence des deux tutrices dans la documentation décline progressivement. Le banco de deux frères, Antonio et Averardo Salviati, dont les intérêts de banquiers et d’époux se superposent et s’enchevêtrent, prend le relai dans la gestion des opérations financières gravitant autour des deux héritages. De leur côté, Alessandra et Lucrezia, désormais belles-sœurs, ne reproduisent pas le travail d’administration massif accompli par leurs mères. Elles meurent respectivement en 1583 et en 1586, et du fait de leur décès prématuré, ces deux femmes n’ont vraisemblablement pas pu acquérir et affirmer un certain poids patrimonial au sein de la maison Salviati. On est donc dans l’impossibilité d’en suivre les mouvements avec précision. En ce qui concerne Alessandra, on ne conserve que deux livrets de comptes ouverts quelque temps après avoir franchi le seuil de la maison Salviati et dans lesquels elle y dresse l’inventaire du linge donné aux blanchisseuses et à l’instar de sa mère, certaines dépenses pour la fabrication de toiles de lin94. Dans la mesure où le patrimoine de Lucrezia donne lieu à l’ouverture d’un registre spécialisé, son parcours est moins opaque95. On observe par exemple ses investissements dans l’achat de plusieurs biens fonciers dans la campagne autour de Fiesole. On suit aussi son engagement dans une affaire judiciaire contre les héritiers fidéicommissaires de Giuliano da Gagliano, auxquels elle réclame la dot de sa grand-mère paternelle, dont elle a hérité96.

  • 97 AS, Serie IV, 193, fol. 109v-110r.
  • 98 Voir n. 105.
  • 99 Cette première version date de 1579 : ASF, Notarilemoderno, Protocolli, 1987-2016, Lorenzo Muzzi ( (...)
  • 100 Ibid., (1581) fol. 26r-28v ; (1585) fol. 58r-63r ; (1589) fol. 71v-74r.

34Elisabetta et Laura ouvrent elles aussi un compte courant chez la banque Salviati, leurs richesses étant manipulées par leurs gendres pour confluer enfin dans la lignée de cette famille. Dans une de ses dernières notices Elisabetta indique qu’« Averardo mon gendre » est créditeur de 34 £, qu’il a payées au velettaio et aux nonnes pour plusieurs voiles et rubans envoyés à « Lessandra son épouse, ma fille »97. Elle meurt vers 1581, Alessandra et Fiammetta se partagent son héritage98. Laura, qui avait été par ailleurs choisie par Antonio Salviati comme deuxième tutrice dans la première version de son testament, vit jusqu’en 159699. Elle dicte ses dernières volontés à trois reprises100. Dans les deux premières formulations, rédigées du vivant de sa fille, Lucrezia est désignée comme héritière universelle sans conditions particulières. Dans la version définitive, Laura exprime un choix successoral radicalement différent, en orientant son héritage vers la ligne masculine de ses deux petits-fils, Filippo et Vincenzo et, en l’absence d’agnats mâles, en privilégiant la descendance de Giovan Francesco Ridolfi, son frère.

 

35L’expérience de ces deux mères tutrices de filles héritières, restituée dans le contexte juridique et le tissu social d’appartenance, éclaire a latere l’histoire de plusieurs familles de négociants-banquiers, et la mobilité de leurs ressources lors d’une conjoncture particulière, à savoir la remise en cause de l’ordre agnatique et patrilinéaire. Le fort degré d’endogamie sociale définissant leurs pratiques d’alliance émerge en filigrane. En concentrant l’observation sur ce transfert de l’héritage paternel aux filles, il a été question des stratégies de transmission patrimoniale des pères, et de l’influence que les choix successoraux des aïeux, la qualité des liens familiaux et sans doute la typologie des biens ont exercé sur celles-ci. Les rôles, les hiérarchies et les responsabilités structurant les rapports au sein du groupe parental ont été également interrogés. En reconnaissant la prééminence des lignes cognatiques, l’action des mères tutrices s’est rapidement imposée à l’analyse : elle en est devenue un critère et une clé de lecture. Figures de raccordement au centre d’un réseau structuré de procureurs et d’agents, figures de connexion et de médiation entre des desseins familiaux parfois contrastants, elles occupent une place de premier plan qui, bien qu’elle ne soit jamais explicitement contestée, fait souvent l’objet de négociations avec les acteurs dont les intérêts gravitent autour de ces héritages. La pluralité d’écrits que ces femmes produisent, dont ici on n’a finalement fourni qu’un aperçu, leur permet de centraliser et accréditer leur activité et nous offre aujourd’hui des pistes d’analyse sur des modalités concrètes d’administration patrimoniale normalement très peu visibles.

Appendice

Fig. 4 – Les Nerli et les Altoviti.

Fig. 4 – Les Nerli et les Altoviti.

© S. Galasso.

Fig. 5 – Les Da Gagliano et les Ridolfi.

Fig. 5 – Les Da Gagliano et les Ridolfi.

© S. Galasso.

Haut de page

Bibliographie

Arru – Di Michele – Stella 2002 = A. Arru, L. Di Michele, M. Stella (dir.), Proprietarie. Avere, non avere, ereditare, industriarsi, Naples, 2002.

Balestracci 2010 = D. Balestracci, Cilastro che sapeva leggere: alfabetizzazione e istruzione nelle campagne toscane alla fine del medioevo (XIV-XVI secolo), Pise, 2010.

Bellavitis 2008 = A. Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, 2008.

Bellavitis 2011 = A. Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle, Rome, 2001.

Bellavitis – Chabot 2011 = A. Bellavitis, I. Chabot (dir.), La justice des familles : autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau monde, XIIe-XIXe siècle), Rome, 2011.

Benadusi 1998 = G. Benadusi, Equilibri di potere nelle famiglie toscane tra Sei e Settecento, dans G. Calvi, I. Chabot (dir.), Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri familiari in Italia (XIII-XIX secc.), Turin, 1998, p. 79-93.

Brown – Davis 1998 = J. Brown, R.C. Davis (dir.), Gender and society in Renaissance Italy, Londres-New York, 1998.

Calonaci 2005 = S. Calonaci, Dietro lo scudo incantato. I fedecommessi di famiglia e il trionfo della borghesia fiorentina (1400 ca-1750), Grassina, 2005.

Calvi – Chabot 1998 = G. Calvi, I. Chabot (dir.), Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri familiari in Italia (XIII-XIX secc.), Turin, 1998.

Calvi 1992 = G. Calvi, Maddalena Nerli and Cosimo Tornabuoni: a couple’s narrative of family history in early modern Florence, dans Renaissance Quarterly, 45-2, 1992, p. 312-339.

Calvi 1994 = G. Calvi, Il contratto morale: madri e figli nella Toscana moderna, Rome-Bari, 1994.

Calvi 2005 = G. Calvi, « Sans espoir d’hériter ». Les mères, les enfants et l’État en Toscane, XVIe-XVIIe siècles, dans Clio. Femmes, genre, histoire, 21, 2005, p. 43-68.

Calvi 2006 = G. Calvi, “Cruel” and “nurturing” mother. The construction of motherhood in Tuscany (1500-1800), dans L’Homme, 17, 2006, p. 75-92.

Casella – De Martin Pinter 2017 = L. Casella, A. De Martin Pinter, Il cibo e la casa. Amministrazione domestica e consumi nelle scritture quotidiane di Silvia Rabatta Colloredo, dans Genesis, 16-1, 2017, p. 43-65.

Castiglione 2015 = C. Castiglione, Accounting for affection: mothering and politics in early modern Rome, New York, 2015.

Cavaciocchi 2009 = S. Cavaciocchi (dir.), La famiglia nell’economia europea, secc. XIII-XVIII, atti della “Quarantesima settimana di studi”, 6-10 aprile 2008, Florence, 2009.

Cazalé Bérard – Klapisch-Zuber 2004 = C. Cazalé Bérard, C. Klapisch-Zuber, Mémoire de soi et des autres dans des livres de famille italiens, dans Annales. Histoire, sciences sociales, 4, 2004, p. 822-824.

Chabot 2005 = I. Chabot, Ricchezze femminili e parentela nel Rinascimento. Riflessioni intorno ai contesti veneziani e fiorentini, dans Quaderni storici, XL-1, 2005.

Chabot 2011 = I. Chabot, La dette des familles : femme, lignage et patrimoine à Florence aux XIVe et XVe siècles, Rome, 2011.

Chauvard – Bellavitis – Lanaro 2012 = J.-F. Chauvard, A. Bellavitis, P. Lanaro, De l’usage du fidéicommis à l’âge moderne. État des lieux, dans MEFRIM, 124-2, 2012, http://journals.openedition.org/mefrim/650.

Ciappelli 2009 = G. Ciappelli (dir.), Memoria, famiglia, identità tra Italia e Europa nell’età moderna, Bologne, 2009.

Cicchetti – Mordenti 1985-2001 = A. Cicchetti, R. Mordenti, I libri di famiglia in Italia, Rome, 1985-2001, 2 vol.

Coquery – Menant – Weber 2006 = N. Coquery, F. Menant, F. Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006.

Crabb 2000 = A. Crabb, The Strozzi of Florence. Widowhood and family solidarity in the Renaissance, Ann Arbor, 2000.

Di Renzo Villata 1975 = G. Di Renzo Villata, La tutela. Indagini sulla scuola dei glossatori, Milan, 1975.

Di Renzo Villata 1986 = G. Di Renzo Villata, Note per la storia della tutela nell’Italia del Rinascimento, dans La famiglia e la vita quotidiana in Europa dal ’400 al ’600. Fonti e problemi (Atti del Convegno Internazionale, Milano, 1-4 dicembre 1983), Rome, 1986, p. 59-95.

Fabbri 1991 = L. Fabbri, Alleanza matrimoniale e patriziato nella Firenze del ‘400. Studio sulla famiglia Strozzi, Florence, 1991.

Fabre 1993 = D. Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, 1993.

Feci 2004 = S. Feci, «Pesci fuor d’acqua». Donne a Roma in età moderna: diritti e patrimoni, Rome, 2004.

Feci 2008 = S. Feci, Guardare al futuro: il destino dei figli minori nei testamenti paterni (Roma, XVII secolo) dans R. Ago, B. Borello (dir.), Famiglie. Circolazioni di beni, circuiti di affetti in età moderna, Rome, 2008, p. 84-116.

Fisher 2009 = C.M. Fisher, Guardianship and the rise of the Florentine State, dans A. Bellavitis, I. Chabot, Famiglie e poteri in Italia tra Medioevo ed età moderna, Rome, 2009, p. 265-282.

Frigo 1985 = D. Frigo, Il padre di famiglia. Governo della casa e governo civile nella tradizione dell’“economica” tra Cinque e Seicento, Rome, 1985.

Goldthwaite 1968 = R.A. Goldthwaite, Private wealth in Renaissance Florence: a study of four families, Princeton, 1968.

Guidi Bruscoli 2000 = F. Guidi Bruscoli, Benvenuto Olivieri: i “mercatores” fiorentini e la camera apostolica nella Roma di Paolo III Farnese, 1534-1549, Florence, 2000.

Hanawalt 1994 = B.A. Hanawalt, La debolezza del lignaggio. Vedove, orfani e corporazioni nella Londra tardo medievale, dans Quaderni storici, 86-2, 1994, p. 463-485.

Hurtubise 1985 = P. Hurtubise, Une famille-témoin : les Salviati, Cité du Vatican, 1985.

Jané – Poujade 2015 = O. Jané, P. Poujade, Memòria personal. Construcció i projecció en primera persona a l’època moderna, Madrid, 2015, p. 63-75.

Kirshner 2015 = J. Kirshner, Materials for a gilded cage: nondotal assets in Florence, 1300-1500, dans Marriage, dowry, citizenship in late medieval and renaissance Italy, Toronto, 2015, p. 74-93.

Klapisch-Zuber 1990 = C. Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, 1990.

Klapisch-Zuber 1991 = C. Klapisch-Zuber, Comptes et mémoire : l’écriture des livres de famille florentins, dans C. Bourlet, A. Dufour (dir.), L’écrit dans la société médiévale : divers aspects de sa pratique du XIe au XVe siècle, Paris, 1991.

Kuehn 1991 = T. Kuehn, Law, family and women: toward a legal anthropology of Renaissance Italy, Chicago, 1991.

Kuehn 2008 = T. Kuehn, Heirs, kin, and creditors in Renaissance Florence, Cambridge, 2008.

Kuehn 2012 = T. Kuehn, «Dos non teneat locum legitime»: dowry as a woman’s inheritance in early Quattrocento Florence, dans P. Andersen, D. Tamm (dir.), Law and marriage in medieval and early modern times, Copenhagen, 2012.

Kuehn 2017 = T. Kuehn, Family and gender in Renaissance Italy, 1300-1600, Cambridge, 2017.

Luciani 2012 = I. Luciani, De l’espace domestique au récit de soi ? Écrits féminins du for privé (Provence XVIe-XVIIe siècles), dans Clio. Femmes, genre, histoire, 35, 2012, p. 21-44.

Medick – Sabean 1984 = H. Medick, W. Sabean (dir.), Interest and emotion: essays on the study of family and kinship, New York, 1984.

Molho 1994 = A. Molho, Marriage alliance in late medieval Florence, Cambridge, 1994.

Morandini 1955-1957 = F. Morandini, Statuti e ordinamenti dell’Ufficio dei pupilli et adulti nel periodo della Repubblica fiorentina (1388-1534), dans Archivio storico italiano, 113, 1955, p. 522-551 ; 114, 1956, p. 92-117 ; 115, 1957, p. 87-104.

Mouysset 2007 = S. Mouysset, Papiers de famille : introduction à l’étude des livres de raison, France, XVe-XIXe siècle, Rennes, 2007.

Palazzi 1997 = M. Palazzi, Donne sole, Milan, 1997.

Pallini-Martin 2009 = A. Pallini-Martin, L’installation d’une famille de marchands-banquiers florentins à Lyon au début du XVIe siècle, les Salviati, dans J.-L. Gaulin, S. Rau (dir.), Lyon vue d’ailleurs (1245-1800) : échanges, compétitions et perceptions, Lyon, 2009.

Pinchera 1999 = V. Pinchera, Lusso e decoro. Vita quotidiana e spese dei Salviati di Firenze nel Sei e Settecento, Pise, 1999.

Pomata 2002 = G. Pomata, Family and gender, dans J.A. Marino (dir.), The short Oxford history of Italy, IV: early modern Italy 1550-1796, Oxford, 2002, p. 69-86.

Smyth 2010 = A. Smyth, Autobiography in early modern England, Cambridge, 2010.

Tognetti 2013 = S. Tognetti, I Gondi di Lione. Una banca d’affari fiorentina nella Francia del primo Cinquecento, Florence, 2013.

Weber 2005 = F. Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, 2005.

 

Haut de page

Notes

1 Bellavitis – Chabot 2011, p. 4.

2 Chabot 2011, p. 107-133.

3 Calvi – Chabot 1998.

4 Sur les Salviati : Hurtubise 1985 ; Pinchera 1999. Les archives Salviati ont été mises en valeur par une équipe de chercheurs dans le cadre du projet ANR ENPrESa : http://salviati.hypotheses.org.

5 Calvi 1994, 2005 ; Pomata 2002.

6 Sur le sujet la prolifération d’études est remarquable, pour une vue d’ensemble : Calvi – Chabot 1998 ; Arru – Di Michele – Stella 2002.

7 Ce travail s’inscrit dans ma thèse de doctorat, une enquête plus vaste concernant l’écriture comptable tenue par les femmes de l’élite marchande toscane. Cette recherche se propose, entre autres, de délimiter l’émergence et les mobiles de ces pratiques scripturales, entre les XVe et XVIe siècles, tout en les évaluant dans le système plus complexe et articulé de l’écriture domestique.

8 Brown – Davis 1998, p. 2. La discussion est reprise par : Chabot 2005. À ce sujet : Crabb 2000 ; Calvi 1994 ; Klapisch-Zuber 1990 ; Kuehn 1991.

9 Chabot 2011, p. 12.

10 Kuehn 2012.

11 Chabot 2011, p. 19-23.

12 Le testament n’est pas la norme, il se fait vecteur d’une volonté bien précise et d’instances individuelles souvent contrastant la réglementation fixée.

13 Chabot 2011, p. 176-181 ; Kirshner 2015.

14 La bibliographie sur le sujet est vaste. Pour le contexte toscan : Calonaci 2005 ; Kuehn 2008 ; Kuehn 2017. Pour approfondir : Chauvard – Bellavitis – Lanaro 2012.

15 Benadusi 1998.

16 Ils sont tous les deux liés au milieu des fuorisciti anti-médicéens. Piero da Gagliano épouse la fille de Pagnozzo Ridolfi et Maddalena Gondi. Son beau-frère est le banquier Benvenuto Olivieri, socio de Filippo Strozzi et Bindo Altoviti, deux des plus célèbres banquiers florentins à Rome. D’autre part, Giovan Battista Nerli épouse Elisabetta, la fille de Bindo Altoviti. Cf. Guidi Bruscoli 2000.

17 Sur « famille et affaires », entre autres : Cavaciocchi 2009 ; Bellavitis 2008 ; Fabbri 1991 ; Molho 1994.

18 Feci 2008.

19 Archivio Salviati (désormais AS), Miscellanea (désormais Misc.) I, Filza 60, fasc. 24.

20 Ibidem.

21 Piero a aussi une fille illégitime, Settimia, à laquelle il alloue une rente viagère de 12 écus annuels et un legs de 300 écus pour le monastère auquel elle sera destinée.

22 AS, Misc. I, Filza 60, fasc. 24.

23 Ibid. L’autre cohéritier est le frère Silvestro Cambi.

24 Voir à ce propos les documents relatifs au procès patrimonial que Piero de Silvestro Cambi intente contre Lucrezia da Gagliano. Piero revendique des créances du père et demande une révision comptable du paiement des legs et des impôts concernant le patrimoine Cambi qu’il partage avec Lucrezia : AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 2.

25 Même dans ce cas, la possibilité de recevoir d’autres héritages ne doit pas être si lointaine, vu qu’on a mention, dans une lettre d’Elisabetta, du refus du patrimoine de Niccolò Rondinelli, socio de Giovan Battista à Anvers : AS, Misc. IV, 189, fol. 7v, 8r, 9v.

26 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASF), Notarile antecosimiano, 415, Andrea di Giovanni da Mosciano (1566-1567), fol. 89r-91v.

27 Voir l’inventaire rédigé lors de l’acceptation de l’héritage et recopié par Elisabetta dans un registre de débiteurs/créditeurs : AS, Misc. IV, 191, fol. 160v-170r.

28 Sur le sujet, pour Florence : Calvi 1994 ; Calvi 2005 ; Chabot 2011 ; Fisher 2009, p. 265-282. Pour d’autres contextes : Bellavitis 2011 ; Feci 2008 ; Hanawalt 1994. Pour un regard juridique : Di Renzo Villata 1975, 1986.

29 Lorsque l’institution attribue la charge aux membres de la parenté en absence de testament paternel, on parle de tutelle légitime. Lorsque cette option n’est pas réalisable, les magistrats assument la charge eux-mêmes ou l’attribuent à des individus ne faisant pas partie du groupe parental. Dans ce dernier cas, on parle de tutelle dative. Sur le fonctionnement de cette magistrature : Fisher 2009 ; Calvi 1994, p. 70-75. Pour l’édition des Statuts (1388-1534) voir : Morandini 1955-1957.

30 Le discours juridique des glossateurs institutionnalise cette pratique : Di Renzo Villata 1975, p. 140, 154, 155.

31 Calvi 1994, p. 29.

32 Chabot 2011, p. 274-287.

33 AS, Misc. I, Filza 60, fasc. 24. Les legs de l’époux reviennent dans les comptabilités d’héritage, sous les comptes ouverts au nom de Laura Ridolfi : AS, Serie IV, 40, fol. 8vr, 32vr, 38vr, 49vr, 55vr. Dans ces derniers, Laura y apparaît en contact avec le notaire Cesare Galletti pour la récupération de sa dot.

34 ASF, Notarile antecosimiano, 415, fol. 89v-90r.

35 Calvi 1994, p. 68-69 ; Di Renzo Villata 1986, p. 82-83 ; Palazzi 1997, p. 79-80.

36 Frigo 1985. Ces écrits mêlant comptes et ricordi ont été mis en relief notamment lorsqu’ils présentent des notations à caractère plus narratif et mémoriel. La bibliographie autour des libri di famiglia est richissime, je me borne à citer : Cazalé Bérard – Klapisch-Zuber 2004 ; Ciappelli 2009 ; Cicchetti – Mordenti 1985-2001.

37 Les chercheurs déplorent la pénurie de tels témoignages : Balestracci 2010, p. 53-61 ; Chabot 2011, p. 181-186 ; Ciappelli 2009, p. 213. Mes recherches en cours montrent une présence de livres de comptes/ricordi tenus par/pour les femmes bien plus grande que celle qui a été établie jusqu’à présent.

38 Calvi 1992.

39 AS, Serie IV, 189, Copia di lettere e conti di Elisabetta Altoviti, 1565-1570. On dispose d’environ 300 lettres reçues par Laura da Gagliano, entre 1559 et 1575 : AS, Misc. I, Filza 69, fasc. 29.

40 Sur la comptabilité privée : Klapisch-Zuber 1991 ; Goldthwaite 1968.

41 AS, Serie IV, 42, Quaderno di spese di casa e di spese straordinarie, 1567-1570.

42 AS, Serie IV, 38, Debitori e creditori di Lucrezia, figlia di Piero da Gagliano, 1566-1575 ; 39, Debitori e creditori dell’erede di Piero da Gagliano, 1566-1575 ; 40, Debitori e creditori dell’eredità di Piero da Gagliano, 1566-1578 ; 41, Libro di spese e ricordi per detta eredità, 1566-1579 ; 43, Debitori e creditori dell’erede di Piero da Gagliano, 1566-1570.

43 Coquery – Menant – Weber 2006. Les études sur la literacy féminine sont florissantes, mais elles ont surtout exploité les correspondances épistolaires.

44 AS, Serie IV, 194, Libro di ricevute di Elisabetta Altoviti, 1566-1579, fol. 35v.

45 AS, Serie IV, 190, Entrata e uscita e quaderno di cassa, seg. A, dell’eredità di Giovan Battista Nerli, 1565-1578 ; Serie IV, 191, Libro didebitori e creditori e ricordi, seg. A, dell’erede di Giovan Battista Nerli, 1565-1578.

46 AS, Serie IV, 192, Quadernuccio di affari domestici di Elisabetta Altoviti, 1566-1576 ; 193, Libro di raccolte dei poderi, 1566-1576.

47 AS, Misc. I, Filza 72, doc. 7, Quaderno di contratti di Elisabetta Altoviti, 1565-1570.

48 AS, Serie IV, 194.

49 Castiglione 2015.

50 Casella – De Martin Pinter 2017 ; Luciani 2012.

51 Ces considérations mériteraient d’être articulées avec les recherches sur les formes de proto-autobiographie et sur les expressions de l’écriture ordinaire : Fabre 1993 ; Mouysset 2007 ; Jané – Poujade 2015 ; Smyth 2010.

52 AS, Serie IV, 189, fol. 1v. Lettre du 23 février 1565 à Jacopo Tombesi, à Ferrara.

53 AS, Serie IV, 42, fol. 29r.

54 AS, Serie IV, 189, fol. 29r. Lettre du 17 juillet 1567 à Raffaello Barberino, consul de la nation florentine à Anvers. Une requête semblable se répète le 4 mars 1567, fol. 30v.

55 Laura s’établit à Florence de façon définitive en 1569, auparavant elle résidait plutôt à Rome.

56 AS, Serie IV, 190, fol. 161v-170r.

57 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 4, doc. 14. Le casale est évalué près de 50 000 florins. Il est confié à des affituari locaux et des parties sont aliénées.

58 Pallini-Martin 2009.

59 AS, Misc. I, Filza 69, fasc. 29. Lettres d’Alfonso da Gagliano du 13 juillet 1567, 16 août 1567, 3 septembre 1567, 12 août 1569, 26 août 1569, 9 septembre 1569, 16 septembre 1569.

60 AS, Serie IV, 189, fol. 1v, 9v-11r, 13v, 21r, 30v.

61 Ibid., fol. 21r. Lettre du 8 octobre 1566 au juge Alessandro Vecchi.

62 Ibid., fol. 17v. Lettre du 28 août à Lionardo Macerti, procureur à Arezzo.

63 Kuehn 1991, p. 212-237. Aussi Feci 2004.

64 AS, Serie IV, 189, fol. 6rv, 8v, 11v, 12r.

65 Ibid., fol. 15r. Lettre du 6 juillet 1566 à Jacopo et Alessio degli Orsi. Des réclamations au ton semblable : fol. 15v, 22v.

66 Les autres exécuteurs testamentaires sont des Florentins : Giovanni Ugolini, Giovanni Soldani et Alessandro Capponi.

67 La référence est aux procès (piati) de Tanai, dont les raisons ne sont pas toujours claires : AS, Serie IV, 189, fol. 9v, 16v ; Serie IV, 190, fol. 114vr, 129vr, 140vr, 147vr, 158vr, 164vr, 168vr, 187vr.

68 AS, Serie IV, 189, fol. 10r.

69 AS, Serie IV, 190, fol. 225vr, 236vr. Par exemple, Elisabetta note les dépenses qu’ils ont en commun lors du procès contre les héritiers de Leone de Filippo Nerli.

70 AS, Misc. I, Filza 60, fasc. 24. Ludovico Ridolfi est aussi choisi comme exécuteur testamentaire. Le lien de parenté avec le testateur n’est pas clair et son nom disparaît dans la documentation successive. Parmi les autres, on compte d’illustres prélats comme Piero Guicciardini, auditeur du tribunal de Rota et Ludovico Antinori, évêque de Volterra.

71 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 2 (1er juillet 1567).

72 Ibid., doc. 1 (6 juillet 1567).

73 Ibid., doc. 4 (avril 1569).

74 En effet, le beau-frère de Lena Gondi est Bartolomeo de Mainardo Cavalcanti. Son père, Alessandro Gondi, marchand florentin installé à Lyon, fait affaire avec Mainardo Cavalcanti depuis 1517 : Tognetti 2013.

75 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 10.

76 Son intermédiation s’avère indispensable dans l’entretien de toute une série de rapports avec les réseaux de banquiers toscans à Rome : les Aldobrandini, les Arrigucci, les Sangalletti, les Della Casa, les Ubaldini.

77 Entre autres : Calvi 2006 ; Castiglione 2015.

78 Medick – Sabean 1984. Quelques perspectives sur le concept de parenté pratique sont formulées par la sociologie : Weber 2005.

79 AS, Serie IV, 192.

80 AS, Misc. I, Filza 72, doc. 7, fol. 2v.

81 AS, Serie IV, 192, fol. 20r, 84r, 90r.

82 Ibid., fol. 36v, 46vr, 80v.

83 AS, Misc. I, Filza 72, doc. 7, fol. 7r.

84 Ibid., doc. 9.

85 AS, Serie IV, 190, fol. 293r, 299r.

86 AS, Misc. I, Filza 14, doc. 1. Quant à Fiammetta, elle épouse Flaminio Ottieri, sa dot devrait être constituée de la même manière.

87 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 24, doc. 26.

88 AS, Serie IV, 41, fol. 31v.

89 Ibid., fol. 36v-37r.

90 AS, Serie IV, 40, fol. 7r, 32v. Cette rente avait été vendue par Piero da Gagliano à la confrérie en 1563.

91 AS, Misc. I, Filza 71, fasc. 1, doc. 32.

92 Ibid., fasc. 1, doc. 9.

93 AS, Misc. I, Filza 71, doc. 20.

94 AS, Serie IV, 195 ; 196.

95 AS, Serie IV, 44.

96 Ibid., fol. 7v, 15v.

97 AS, Serie IV, 193, fol. 109v-110r.

98 Voir n. 105.

99 Cette première version date de 1579 : ASF, Notarilemoderno, Protocolli, 1987-2016, Lorenzo Muzzi (1569-1608), fol. 12r-15v.

100 Ibid., (1581) fol. 26r-28v ; (1585) fol. 58r-63r ; (1589) fol. 71v-74r.

 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les héritages de Lucrezia da Gagliano.
Crédits © S. Galasso.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4084/img-1.png
Fichier image/png, 247k
Titre Fig. 2 – La graphie de Laura Ridolfi. AS, Serie IV, 42, fol. 2v-3r. 
Crédits Document reproduit avec la permission de la Scuola Normale de Pise, tous droits réservés. 
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 3 – « Io Lisabetta Altoviti de’ Nerli ho fatto questo ricordo di mia propria mano ». AS, Serie IV, 194, fol. 31v.
Crédits Document reproduit avec la permission de la Scuola Normale de Pise, tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 – Les Nerli et les Altoviti.
Crédits © S. Galasso.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 5 – Les Da Gagliano et les Ridolfi.
Crédits © S. Galasso.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/4084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serena Galasso, « L’héritage des filles à travers les écritures administratives des mères tutrices : deux cas d’étude florentins au XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 130-1 | -1, 167-182.

Référence électronique

Serena Galasso, « L’héritage des filles à travers les écritures administratives des mères tutrices : deux cas d’étude florentins au XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/4084 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.4084

Haut de page

Auteur

Serena Galasso

EHESS/École française de Rome, serena.galasso@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search