Navigation – Plan du site
Varia

Les péripéties du prophète impérial : le voyage en Italie du chancelier Gattinara en 1527

Quentin Jouaville

Résumés

En mars 1527, le chancelier de l’empereur Charles Quint, Mercurino Gattinara, décide contre toute attente de quitter la cour pour se rendre en Italie. Parmi les raisons qui ont poussé le chancelier au départ, l’évidente conviction d’agir au nom de la volonté divine et d’avoir été choisi par Dieu afin d’œuvrer à la réconciliation entre le pape et l’empereur. Récit et analyse de son voyage au travers d’un certain nombre de sources inédites, cet article cherche à comprendre comment un homme d’État tel que Gattinara a pu se laisser influencer par les prophéties et l’eschatologie chrétiennes afin de préparer le voyage de son souverain en Italie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brandi 1939, p. 251
  • 2 Bataillon 1937, p. 253.
  • 3 Alfonso de Valdés à Maximilien Transylvanus le 12 mars dans Caballero 1875, p. 323-326. Traduction (...)

1Mars 1527. Un petit événement inattendu agite la cour de Charles Quint. En ces derniers jours du mois, le chancelier Mercurino Gattinara décide de prendre congé de l’empereur et de quitter la cour pour se rendre en pèlerinage au monastère de Montserrat. Pour de là, prendre la route de l’Italie et rejoindre ses domaines en Piémont. Cette décision, alors que les émissaires des principales puissances européennes sont réunis à Valladolid dans d’âpres négociations, a fait l’objet de nombreuses interrogations chez ses contemporains comme chez les historiens. « Un voile recouvre la vérité », nous dit Karl Brandi1, de ce départ qui se fait « non sans mystère » sous la plume de Marcel Bataillon2. Le secrétaire de Gattinara, Alfonso de Valdés, n’écrit d’ailleurs t’il pas à propos des intentions de ce dernier « qu’il est préférable de ne pas [les] dire par écrit »3 ?

  • 4 Le Gall 2015, p. 13.

2À la cour, les spéculations vont bon train parmi les diplomates : conflit avec l’empereur, lassitude en raison du peu de reconnaissance qu’il reçoit, impossibilité de parer aux gigantesques dépenses que sa charge lui incombe. Mais on murmure également qu’un homme, un astrologue, aurait prédit en ce début d’année que la paix tant désirée par la chrétienté se ferait directement en Italie, par « un homme jovial ». Affabulations ? Superstitions populaires ? Qui pourrait donc lui accorder du crédit dans ce milieu de lettrés et d’hommes rompus à l’exercice du pouvoir ? Ces prédictions ne semblent pourtant pas avoir laissé tout le monde indifférent, en particulier dans l’entourage de Gattinara. Pour les Wolsey, Castiglione, Navagero ou Salinas, que le chancelier de l’empereur s’arrête sur ces présages, s’interroge sur ces prophéties qui circulent, toutes ces « fantaisies » et ces « imaginations » que l’on met dans un même sac, est indigne d’un homme de son rang. D’ailleurs, qui peut encore croire à l’idée de sa monarchie universelle en cette période d’émergence des États-nations ? Mais l’historiographie est là, avec son poids oppressant, ses œillères. Difficile encore aujourd’hui de se détacher de cette soi-disant modernité et de ce processus souvent perçu comme linéaire qui aurait vu la naissance d’une conception moderne de l’État. Et, plus important encore dans le cas qui nous intéresse, de pratiques politiques qui se seraient peu à peu construites selon une rationalité désormais non contaminée par la religion, la (ou plutôt les) morale(s) ou les superstitions, sur les ruines de la chrétienté médiévale. Une vision de l’histoire parfois trop linéaire, trop téléologique, qui peut-être occulte la pluralité des dynamismes de ce XVIe siècle et les sentiments qui animent ces hommes. Car comme l’a démontré Jean-Marie Le Gall dans son récent Pavie, les acteurs de l’Histoire ont vécu avec un « horizon d’incertitude et de fragilité »4. Ces doutes, qui les assaillent, méritent assurément de voir leur rôle réévalué. Peut-être ainsi seulement serons-nous en mesure de comprendre les motivations d’un homme dont les actions n’étaient pas seulement guidées par des raisons ou des intérêts pragmatiques, mais aussi par des peurs, des interrogations, des attentes.

3Entouré de brume, force est de constater que le voyage du chancelier le restera, tant à cause de cette ambigüité qu’il a lui-même entretenue, que par les zones d’ombres plus que jamais inaccessibles à l’historien cinq siècles après les faits. Intérêts politiques, raisons personnelles, attentes particulières, tout se mêle, se confond, s’enchevêtre dans cette illustration d’une Renaissance qui n’est pas seulement moderne, mais plurielle. Pourtant, en rassemblant tous les témoignages disponibles et en faisant parler ceux qui l’ont vue ou vécue, il apparaît possible de lever certaines parties du voile qui recouvre cette épopée, bien plus proche de l’odyssée d’Ulysse que des aventures du Lazarillo. Entre avril et septembre 1527, Mercurino Gattinara prouve qu’il est fidèle à sa réputation d’homme obstiné, impétueux, prêt à souffrir de rudes épreuves à plus de soixante ans pour sa propre gloire et celle de son maître. De retour miraculeusement à la cour, accueilli chaleureusement par Charles Quint, il est réintégré totalement dans ses fonctions, et, plus important encore, dans la confiance de l’empereur. Il peut alors retrousser une dernière fois ses manches et jeter ses ultimes forces dans la réconciliation des deux glaives de la chrétienté. Et s’éteindre, au sommet de sa gloire et le cœur en paix, sans avoir le temps de contempler l’Empire, celui qu’il avait rêvé, commencer à se déliter.

4Par son caractère exceptionnel, ce voyage tient une place à part dans ses mémoires qu’il rédige deux années plus tard, et dans ses très belles lettres qu’il envoie à Charles Quint au gré de ses pérégrinations, livrant là un superbe témoignage qui permet aujourd’hui d’apprécier toutes les facettes, contradictions et ressources de ces hommes qui n’ont pas seulement vécu la Renaissance, mais qui l’ont faite.

À la poursuite du rêve impérial

  • 5 Le personnage de Cornelius de Schepper, humaniste et ambassadeur pour Christian II de Danemark, Ch (...)
  • 6 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 12 avril de Fraga, CIDT&C, n° 330. Une partie de l’i (...)
  • 7 Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 6.
  • 8 Le résumé des dépêches d’Andrea Navagero à la Seigneurie se trouvent dans Brown et al. 1864-1947, (...)
  • 9 Serassi 1769-1771, II, p. 140-141.
  • 10 Lettre du 10 février dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 6. Parmi les raisons de l’inimitié ent (...)
  • 11 Brewer 1862-1876, IV/2, n° 2986.
  • 12 Lettre du 21 avril dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 19.

5Le premier à nous informer de la volonté de départ de Gattinara est le vice-chancelier du Danemark, Cornelius de Schepper, entré au service de Charles Quint pour lequel il effectue des missions diplomatiques. Proche du chancelier, il est l’un des rares à l’accompagner en Italie5. Dans sa lettre du 3 février à l’ambassadeur de Pologne Johannes Dantiscus, il informe ce dernier qu’il entend se joindre au voyage6. La rumeur est finalement propagée quelques jours plus tard à la cour : Martin Salinas, l’envoyé de Ferdinand, en informe son maître le 10 février7, l’ambassadeur vénitien Andrea Navagero l’écrit le 168, et le nonce papal Baldassare Castiglione le 199. Les diplomates sont unanimes, le chancelier a demandé son congé à l’empereur qui le lui a accordé. Le départ est prévu pour dans un mois environ. Pour Salinas, ce sera même début mars. Ce dernier, qui ne porte guère le Piémontais dans son cœur, nous dit qu’à moins que Charles Quint ne change d’avis, le départ lui semble désormais inéluctable. Et de rajouter qu’au vu des événements récents et de la tournure de leur relation, il est peu probable qu’il le fasse10. Les ambassadeurs anglais Girolamo Ghinucci et Edward Lee, qui ont vu Gattinara et se sont entretenus avec lui, écrivent à Thomas Wolsey le 25 mars « qu’il n’arrive pas à digérer quelque chose », que lui d’habitude si plaisant et joyeux est désormais fort triste. Tout le monde s’accorde en tout cas sur le fait qu’il ne reviendra pas, à moins que l’empereur décide de le rappeler11. Et cela, Salinas en est persuadé, il ne le fera pas12.

  • 13 Nous renvoyons ici au chapitre de John Headley intitulé « The conflict between chancellor and empe (...)
  • 14 Baldassar Castiglione à l’archevêque de Capoue le 24 mars 1526, Serassi 1769-1771, II, p. 30-31.
  • 15 Concernant cette campagne et cet ouvrage polémique intitulé Pro Divo Carolo, eius nominis quinto R (...)
  • 16 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 24-29.
  • 17 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 50 et Bornate 1915, p. 526-527.
  • 18 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 62-64 et Bornate 1915, p. 527-528. G. Brunelli évoque également la (...)

6Les relations conflictuelles entre Charles Quint et son chancelier ne sont plus à démontrer13. Depuis leur retour en Espagne en juillet 1522 suite au couronnement d’Aix-la-Chapelle et de la diète de Worms, des désaccords et des tensions avaient éclaté et Gattinara avait adressé à plusieurs reprises des remontrances à l’empereur. Doit-on donc accréditer la thèse d’un nouveau conflit ? Après tout, le Piémontais est un homme opiniâtre, et son caractère difficile est régulièrement pointé du doigt, à commencer par les ambassadeurs qui ont la charge de négocier avec lui. Charles Quint lui-même n’avait-il pas juré que plus jamais il ne nommerait de chancelier suite au refus de ce dernier d’apposer les sceaux sur le traité de Madrid14 ? En ce début d’année 1527, les témoignages à ce sujet au sein de la cour sont donc encore bien présents. Pourtant, au vu du contexte, le doute est permis. En effet, si son influence a connu des hauts et des bas dans les années précédentes, en ce mois de février le Piémontais semble être le seul maître à bord du navire impérial. Engagé depuis plusieurs mois dans les difficiles tractations qui ont suivi la signature de la ligue de Cognac dirigée contre Charles Quint, il a parallèlement lancé une grande campagne de propagande contre Clément VII et François Ier dont il vient de faire publier les différents matériaux dans un ouvrage qui n’est pas sans provoquer d’abondants remous dans la chrétienté15. Le 12 de ce mois, les principaux ministres impériaux et les différents ambassadeurs sont convoqués dans sa maison afin que leur soit lue la réponse faite aux demandes des représentants de la ligue. Niant la validité des pouvoirs conférés aux ambassadeurs, réfutant point par point les propositions, Gattinara suscite l’incompréhension de l’assemblée et en particulier de Navagero, qui écrit amèrement à la Seigneurie que même si les ministres de Charles sont favorables à la paix, tout est contrarié par le chancelier qui « dirige tout »16. Car si sa mise à l’écart des négociations du traité de Madrid et son refus de le signer avaient provoqué de nouveaux mois de tension avec l’empereur, la tournure des événements et le non-respect du traité par le roi de France avaient donné raison à la méfiance qu’éprouvait Gattinara vis-à-vis de ce dernier. Et finalement, la mise en place d’une coalition européenne dirigée contre Charles Quint au printemps 1526 lui avait permis de retrouver sa primauté au sein du Conseil. Ces différends étaient bien connus à la cour et nul doute qu’ils ont contribué à la propagation des rumeurs de son départ. Le 2 avril, Navagero nous dit lui aussi que le chancelier est parti fort mécontent, et qu’entre autres raisons, il estime ne pas avoir été assez récompensé par l’empereur17. Un mois plus tard, l’ambassadeur reconnaît cependant qu’il serait surprenant que Charles Quint ait laissé partir mécontent un homme avec de telles compétences. Et que pour cette raison, beaucoup pensent à la cour que l’empereur lui a confié une mission secrète à remplir en Italie18.

  • 19 Haus-, Hof- und Staatsarchiv (désormais HHSA), Belgien PA 66/5.
  • 20 Gattinara à Charles Quint le 12 mai de Barcelone, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 444r.
  • 21 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.
  • 22 Il est également intéressant de noter que dans une lettre retrouvée à Simancas de Charles Quint à (...)
  • 23 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 3 juin de Monaco, CIDT&C, n° 349.

7Difficile donc de démêler la réalité dans cet afflux de témoignages, dans ces intrigues de cour où les rumeurs se propagent plus vite que la houle, où les intérêts particuliers et les rancœurs personnelles s’entremêlent aux positions officielles et aux avis les plus sagaces. Un témoignage, pourtant, vient apporter un éclairage à la fois singulier et émouvant. Celui de Gattinara lui-même, conservé aux archives de Vienne sous la forme d’une dizaine de belles lettres autographes écrites régulièrement à Charles Quint depuis son départ de la cour19. Authentiques, à la fois personnelles et diplomatiques, elles sont le fruit de ce rapport si singulier que le chancelier et son maître ont toujours entretenu. Dans une de ses premières, datée du 12 mai de Barcelone, il remercie l’empereur de lui avoir accordé son congé « à sa très insistante requeste », et l’informe qu’il a déjà accompli sa neuvaine à Montserrat. Le temps ne lui ayant permis de partir, il se rendra dès le lendemain à Palamos afin de pouvoir s’embarquer dès qu’il sera plus propice20. Le 28, alors qu’il est enfin arrivé dans ce petit port de Catalogne, il répond à une lettre de Charles Quint : « Et disant que toujours en ce que bonnement me pourrez gratiffier, le ferez voluntiers comme mon bon maistre. Dont, Sire, très humblement vous mercie ». On apprend également qu’il était convenu de ne pas ébruiter son départ et que l’empereur fasse entretenir son logis et tienne conseil comme si de rien n’était21. Ces affirmations diffèrent donc de la supposée rupture exprimée par certains ambassadeurs et laissent à penser que la décision a fait l’objet d’un consensus22. Par ailleurs, Cornelius de Schepper informe Johannes Dantiscus quelques jours plus tard que certains des détracteurs de Gattinara suggèrent qu’il a mécontenté l’empereur. Odieuse allégation selon le diplomate23 !

  • 24 Gattinara 1991, p. 157.
  • 25 Gattinara 1991, p. 64-67.
  • 26 Ainsi dans sa remontrance à Charles Quint publiée par Claretta 1898, p. 324. L’auteur avait suggér (...)
  • 27 Cf. une autre de ses remontrances, publiée par Headley 1983, p. 160
  • 28 Lettre de Navagero du 29 janvier, citée par Bornate 1915, p. 318.
  • 29 Cf. sa lettre à Jean Lallemand de début juin 1526, Archives générales du royaume de Belgique (déso (...)
  • 30 Il y effectue un achat de terres le 14 septembre 1509, Archivio di Stato di Torino (désormais AST) (...)

8Dans son autobiographie, les raisons données par le principal intéressé sont plutôt vagues. Il nous y explique que, souhaitant se libérer d’un vœu et se rendre à l’abbaye de Montserrat afin d’y remplir une neuvaine, il pensait également pouvoir être utile à l’empereur même éloigné de lui. Et qu’il pouvait donc enfin s’en aller mettre de l’ordre dans ses affaires de famille et s’occuper de ses possessions en Piémont24. Cette idée en effet le préoccupe depuis un moment. Voilà des années que Gattinara songe à se rendre dans ses domaines. Après sa destitution de l’office de président du parlement de Bourgogne en 1518, il est sur le chemin du retour lorsque, apprenant les responsabilités que le nouveau roi des Espagnes a décidé de lui confier, il se rend sans plus attendre auprès de son nouveau souverain25. Puis, lors des premières tensions, il évoque à nouveau la possibilité de s’y retirer26. Quand le conflit éclate au grand jour, en juillet 1525, Charles Quint en prend acte, le congédie et l’autorise à s’y rendre, avant de se rétracter quelques jours plus tard27. L’année suivante, Gattinara réitère par deux fois sa demande : suite au fiasco du traité de Madrid, fin janvier28, puis à nouveau au cours du mois de juin29. En 1527, cela faisait maintenant dix-huit ans qu’il n’avait pas vu son pays natal. La dernière fois qu’il avait posé les yeux sur les douces collines et les vignes des pays d’Arborio et de Gattinara, c’était en 1509 au retour d’une mission diplomatique en Italie pour le compte de Maximilien30.

  • 31 Ferretti 1980, p. 17-21.
  • 32 Archivio di Stato di Vercelli (désormais ASV), Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 9, n° 1.
  • 33 Archivio di Stato di Milano, Archivio ducale Visconteo / Sforzesco, Registri ducali n° 9, fol. 1.
  • 34 Ibid., fol. 132.
  • 35 Je renvoie ici à tous les actes d’achats et de ventes que l’on peut trouver dans le fonds de l’AST (...)
  • 36 Claretta 1897, p. 102-116. Une autre description de ce château se trouve au sein de ses papiers pe (...)
  • 37 Francesco Guicciardini rappelle en effet à ses lecteurs qu’il était « nato di vile condizione » cf (...)
  • 38 Gattinara à Charles Quint le 17 juin 1526, AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. (...)
  • 39 ASV, Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 10, n° 3.
  • 40 Ibid., mazzo 10, n° 5.

9Fidèle aux Habsbourg depuis son entrée au service de Marguerite d’Autriche en 1502, le Piémontais ne fut en effet pas laissé pour compte et sut parfaitement jouer de son influence pour se tailler un très beau domaine. Si sa famille possédait un titre ancien de noblesse, elle avait fini par devenir totalement désargentée et dépossédée, et ses membres contraints de se tourner massivement vers les professions juridiques31. Carrière que Gattinara embrasse à son tour puisqu’il est docteur en droit de l’université de Turin en 1493. Mais grâce à la reconnaissance dont il jouit auprès de ses maîtres et aux différents revenus qu’il touche de ses offices et de ses rentes, Gattinara est en mesure d’enrichir et d’agrandir à nouveau les possessions et titres familiaux. C’est ainsi qu’en 1513, Maximilien érige en comté les lieux de Gattinara, Arborio, Ghislarengo, Lenta, Greggio, Recetto, Gioardino et San Colombano32. En 1522, Francesco II Sforza lui concède les comtés de Valenza et de Sartirana33, en 1525 celui de Romagnano34. Il vend, achète des terres, des maisons, négocie, se taille un très beau domaine35. Mais en jouit-il ? Confronté à la distance, il ne peut guère se charger lui-même de la gestion, qu’il délègue à des membres de sa famille. Les nouvelles sont rares et, ne pouvant s’y rendre, il envoie dans les premiers mois de 1525 son gendre et son majordome en Piémont afin de régler un certain nombre d’affaires. Ils sont également chargés de trouver un endroit propice où construire une forteresse qui prendrait le nom de « Château de l’Aigle impérial »36. Ambition, fantasmes, démesure, Gattinara souhaite rattraper ce que la naissance ne lui a pas offert et dont les sarcasmes de ses contemporains lui rappellent régulièrement37. Par ailleurs, ses domaines souffrent d’une situation délicate en cette période particulièrement troublée des guerres d’Italie : à la croisée des chemins entre les armées française, impériale et suisse, le Piémont est devenu le centre de toutes les rapines, exactions et rançons. Les terres du chancelier sont ravagées à plusieurs reprises38. En 1526, Charles Quint charge par conséquent le duc de Bourbon de faire estimer leurs revenus et recommande de veiller à d’autres recettes s’ils sont inférieurs aux dépenses39. Trois ans plus tard, l’empereur accorde à son chancelier le marquisat de Romagnano avec les lieux de Borgomanero, Biandrate, Ghemme et Carpigno en dédommagement de l’absence de recettes sur ses domaines40. Car au final, Gattinara ne touche que peu de revenus de ses terres.

  • 41 Headley 1980, p. 71.
  • 42 Ainsi quand il reçoit l’archevêque de Capoue, Nicolas de Schönberg, envoyé par le pape auprès de l (...)
  • 43 Gattinara à Jean Lallemand le 21 octobre, HHSA, Belgien PA 64/2, fol. 320r-v.
  • 44 Gattinara à Charles III de Savoie le 23 juillet, AST, Lettere Cardinali, mazzo 1, fol. 5r-6r.
  • 45 Lettre du 2 avril dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 62 et Bornate 1915, p. 526-527.
  • 46 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet 1527 de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, n° 72, fol. 465r-469 (...)
  • 47 Gattinara à Jean Lallemand de début juin 1526 : AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, (...)
  • 48 AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 11r-v.
  • 49 Ibid., fol. 8r-10r.
  • 50 « Salaires et indemnités payés au grand chancelier », Bornate 1915, p. 483-484.
  • 51 AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 8r-v.

10Et surtout, les dépenses liées à sa charge l’ont fortement endetté. Les constantes difficultés financières de Charles Quint n’ont, à n’en pas douter, exaspéré les gens à son service dont les rétributions étaient loin de leurs attentes. Sans parler du retard des versements, une habitude. Mais rien n’est trop non plus pour Gattinara qui entretient à ses côtés un cercle d’amis proches et d’intellectuels41, et qui reçoit en grande pompe les envoyés des puissances européennes42. Les ambassadeurs sont fréquemment invités à sa table, et les réunions de travail et les négociations, à une époque où la cour est en constant déplacement, se font dans les maisons dans lesquelles il loge. Parfois il se plaint des conditions dans lesquelles il est logé, surtout quand le vin de la ville n’est pas à son goût43 ! Et le chancelier finit par ne plus pouvoir subvenir à ces charges importantes. En juillet 1525, il informe le duc de Savoie que ses dettes atteignent les 20 000 ducats44. Au moment de son départ, l’ambassadeur Navagero écrit qu’au sein de la cour on les estime à 34 00045. Quelques mois plus tard, Gattinara informe Charles Quint qu’elles sont désormais de 36 00046. L’année précédente, la situation était devenue tellement critique qu’il avait dû rompre une partie de son train qu’il n’était plus en mesure de payer, contraignant certains serviteurs et des membres de sa famille à partir47. Cherchant par tous les moyens à résoudre ses difficultés financières, il avait négocié le mariage de deux de ses petits-enfants issus de sa fille unique Elisa. Le premier avec la fille du seigneur Alfonso Tolomeo, baron de la province d’Otranto dans le royaume de Naples48, et la seconde avec le fils de Donino Pallavicini, gouverneur de Verceil et seigneur de Stupinigi et de Brosolo49. Le 16 février 1526, alors qu’il envisageait déjà son départ de la cour, il avait exigé que lui soit payé les arriérés de son salaire, qui ne lui avait plus été versé depuis le 1er octobre 1524. Et que lui soient enfin remboursés les frais de son voyage à Calais où il avait été envoyé pour les négociations de 152150 ! Mais malgré cela, sa situation ne s’était guère améliorée. Dans une lettre à Charles Quint de la fin de l’année 1526, il remercie l’empereur de ce qu’il lui a accordé pour l’aider à résorber ses dettes mais, loin d’être suffisant, il songe désormais à vendre son office de chancelier de Naples51.

  • 52 Cette affirmation nous est confirmée par Cornelius de Schepper dans sa lettre à Johannes Dantiscus (...)
  • 53 Gattinara avait en effet la réputation de protéger tous les Italiens de la cour de l’empereur, cf. (...)
  • 54 Headley 1983, p. 71.

11Á la lueur de ces faits, il s’avère que son voyage était donc bien l’aboutissement d’un projet qu’il murissait depuis des années52, motivé par des raisons à la fois personnelles, économiques et, moins saisissables aussi sans doute mais non moins importantes, sentimentales. Celles d’un homme enlevé à sa terre natale depuis son départ pour la Bresse avec Marguerite d’Autriche en 1505, et qui avait gardé de fortes relations avec sa région et ses habitants qu’il avait tout fait pour favoriser pendant son service auprès de Charles Quint53. La chancellerie est en effet une sorte d’extension de sa maison où il place ses amis et des membres de sa famille54. Les Piémontais forment à n’en pas douter un groupe important au sein du service impérial. Le népotisme est une pratique courante. Plus que cela, une méthode de gouvernement.

  • 55 Lettre du 16 février dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 28
  • 56 Lettre du 8 mars dans Bornate 1915, p. 525 et dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 36.
  • 57 Lettre du 19 février à l’archevêque de Capoue dans Serassi 1769-1771, II, p. 140-141.

12Mais si les raisons sont parfois profondes, il y a dans cette Renaissance des facteurs que les hommes ne maîtrisent pas, des doutes, des interrogations, des espérances qui les dépassent et les animent, et dont on aurait tort de sous-estimer la puissance. Et c’est ainsi qu’en ce début d’année 1527, tout s’accélère. Dans sa lettre du 16 février, le prolixe Navagero avoue, en colère, qu’il ne sait pas si Gattinara est allergique à l’idée de paix, s’il poursuit des intérêts personnels, ou s’il souhaite conduire toutes les négociations lui-même. Tous les jours, le chancelier cite les prédictions d’un astrologue selon lesquelles aucune bonne paix ou trêve ne sera conclue en Italie avant juin55. Quelques semaines plus tard, l’ambassadeur vénitien se fait plus précis : cet astrologue a prédit que la paix se fera directement dans la Péninsule, par « un homme jovial ». Un homme jovial ? Gattinara en est persuadé, il ne peut s’agir que de lui. Après tout, n’a-t-il pas cette réputation à la cour ? Cette prédiction semble en tout cas lui confirmer qu’il sera bel et bien l’artisan de la paix entre le pape et l’empereur56. Á la pointe de mépris et de déception de Navagero s’ajoute celle de Baldassar Castiglione, qui informe l’archevêque de Capoue que les discussions sont désormais rompues à cause de cette prédiction, faite avec du vin nouveau par un dénommé Auguste57.

  • 58 Gattinara 1991, p. 124-125. Navagero le confirme dans une lettre du 29 janvier : « Il detto Signor (...)
  • 59 Gattinara 1991, p. 125.
  • 60 D’Amico 2012, p. 12.
  • 61 Anghiera 1953-1957, II, p. 216.
  • 62 Lettre du 25 février 1523, CIDT&C, n° 176. Cf. également Fontan - Axer 1994, p. 153. Cette phrase (...)

13Dès lors, quel crédit accorder aux dires des ambassadeurs ? Tout comme ses relations ombrageuses avec Charles Quint, la fascination de Gattinara pour l’astrologie et les écrits prophétiques, était bien connue à la cour. Les diplomates étrangers et ses adversaires au sein de cette dernière fustigeaient régulièrement ses croyances en ces « fantaisies » et ne manquaient pas de s’en servir pour le discréditer. Dans son autobiographie, il écrit que suite à son refus de signer le traité de Madrid, on l’avait accusé de trop se préoccuper des prédictions des astrologues et de croire en leurs présages quand il avait prédit que François Ier ne respecterait pas ses promesses58. Il s’était alors défendu en disant que « la vera astronomia e profezia è quella che nasce dalla saggezza e che della saggezza sono componenti necessarie la memoria del passato e la considerazione del presente, dalle quali può a buon diritto risultare la previsione del futuro »59. La prophétie en tant que « leçon de vie » donc, assimilée au très prudent conseil et au jugement, ainsi que l’écrit Juan Carlos d’Amico60. Mais on dépasse ici clairement la magistra vitae. Sa correspondance avec Pierre Martyr d’Anghiera, abonde de ce genre d’interrogations. En 1521, il demande à l’historien des Indes son avis sur le grand déluge que l’on annonce pour l’année 152461. En 1523, l’ambassadeur Johannes Dantiscus informe Sigismond de Pologne d’un repas pris avec le Piémontais pendant lequel ce dernier lui avait fait part d’un présage annoncé il y a de nombreuse années par un ermite non loin de Constantinople : « Prends ton envol, chauve-souris, prends ton envol, prends ton envol. Tu humilieras tous les tyrans et trois rois de ton propre sang ». Présage qui, à n’en pas douter, ne pouvait faire référence qu’à Charles Quint. Le diplomate avoue cependant qu’il n’a pas pu cacher son malaise devant ces paroles, prononcées comme un oracle (pro oraculo) par le chancelier62.

  • 63 Niccoli 1987, p. 17-23. La région de Verceil où il naît a semble-t-il été particulièrement marquée (...)
  • 64 Gattinara 1991, p. 61-62. Cf. également Headley 1979, p. 49-80.
  • 65 Dans ses papiers personnels issus de fonds familial des archives de Verceil, on retrouve notamment (...)
  • 66 Gattinara 1991, p. 124-125. Ce petit manuscrit que les historiens pensaient perdu a été retrouvé i (...)

14Les raisons qui ont contribué à cette fascination pour l’astrologie et les écrits prophétique dépassent le cadre de cet article. On se doit cependant de rappeler que né dans le Piémont, l’homme avait grandi dans toute cette ambiance imprégnée d’une religiosité prophétique et visionnaire qui a pénétré la culture populaire en Italie dans les années 1490 et 1530, et plus particulièrement cette région63. Victime d’une crise personnelle suite à son long conflit qui l’oppose à la noblesse bourguignonne et à la mort de sa femme, il décide de se retirer à la Chartreuse de Scheut, près de Bruxelles, entre août 1517 et mai 151864. Là, endurant les souffrances tel Job, il peut donner libre cours à sa dévotion et entre en contact avec les textes de Joachim de Flore et d’Arnaud de Villeneuve notamment65. Et surtout, il écrit un petit mémoire destiné à Charles, alors héritier des royaumes espagnols, pour lui prédire l’avènement de la monarchie universelle en sa faveur et le triomphe à venir du christianisme, enfin réuni sous un seul pasteur. Ce mémoire, le jeune Habsbourg en prend connaissance juste avant son départ des Pays-Bas pour l’Espagne, présage de son futur grand destin66.

  • 67 Gerbier 2008.

15Et quelques mois plus tard, le Piémontais peut triompher : Charles Quint fait appel à lui pour devenir celui qui doit l’aider à gouverner et administrer tous ses territoires. On comprend dès lors parfaitement que Gattinara se soit fait son plus fervent soutien à l’élection impériale, qu’il considère comme la première étape de cette longue marche en avant de la république chrétienne vers la Paix universelle. Et lorsqu’en juin 1519, la nouvelle parvient à la cour que le Habsbourg vient d’être élu empereur du Saint-Empire romain germanique à l’unanimité, la prophétie était donc en train de se réaliser. L’établissement de la monarchie universelle pouvait dès lors constituer le cœur du discours que Gattinara prononce le 30 novembre 1519 à Molins del Rey, devant l’assemblée des légats des électeurs venus annoncer officiellement l’élection de Charles Quint à la tête de l’Empire67. La tâche de l’oracle n’était-elle pas désormais de préparer la route de son seigneur ?

  • 68 Le même auteur écrit dans l’éditorial de cette revue consacrée aux Raisons d’Empire que « si l’Emp (...)
  • 69 Dans les instructions données par Henry VIII aux ambassadeurs Francis Bryan and Peter Vannes, envo (...)
  • 70 Le Gall 2015, p. 27.
  • 71 Pic de la Mirandole a notamment porté des attaques très dures contre l’astrologie. Cf. Skinner 200 (...)
  • 72 Le grand déluge qui était prévu pour l’année 1524 a suscité de nombreux débats, également dans les (...)
  • 73 Battisti 1989.

16Doit-on voir dès lors en Gattinara qu’une sorte d’illuminé fasciné par l’astrologie, les prophéties et les attentes messianiques ? Ce serait oublier le rôle de l’homme en tant qu’avocat et juriste, ambassadeur pendant vingt ans, administrateur de talent et au génie politique loué par ses contemporains. Car en dépit de son adhésion à l’eschatologie chrétienne, ses conceptions impériales ont une application réelle qu’il mène avec un implacable réalisme et pragmatisme68. La Renaissance n’est en effet pas l’âge de la Raison. Le début du XVIe siècle est marqué par une forte ambiance eschatologique qui pénètre toutes les couches de la société. Charles Quint n’y était pas insensible69. François Ier non plus. Qui sait d’ailleurs si le roi de France n’en a pas été inspiré pour sa descente en Italie en 152470 ? L’astrologie et les prophéties font partie du quotidien. En ces temps troublés, elles apportent des réponses, rassurent, jouent un rôle de ciment de la société. Certains humanistes s’en étaient fait les détracteurs, au nom de la liberté71. D’autres les avaient apprivoisées72. Mais elle n’est sans doute pas une « Anti-renaissance »73, elle est la Renaissance.

  • 74 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 38 et 49.
  • 75 Dans une lettre du 17 mai de Barcelone, Cornelius de Schepper informe Johannes Dantiscus que Gatti (...)

17Gattinara était persuadé d’être le seul à pouvoir résoudre cette crise entre l’empereur et le pape. Par sa position, son influence, sa parfaite connaissance des enjeux à tenir, des ficelles à tirer. Il ne pouvait qu’être l’homme de la situation. Quelle belle et noble ambition que celle de devenir celui qui a ramené la paix dans la chrétienté, l’homme de la réconciliation entre les deux glaives ! Après tout, n’est-ce pas là l’un des fondements de la pensée humaniste que la recherche de la renommée et des honneurs ? Au profit, qui plus est, de la gloire divine. Saint Augustin avait encore de beaux jours devant lui. Il n’y a donc pas d’aveuglement naïf ou de vaine superstition dans l’ambition de Gattinara mais, après tout, si un signe de la Providence venait à surgir, n’était-ce pas là une petite preuve, une petite occasion qu’il fallait saisir ? Avec la mise en place d’une trêve de quelques mois signée entre le pape et le vice-roi de Naples, Charles de Lannoy, et la rumeur de la prochaine venue de Clément VII en Espagne pour qu’enfin soit établie une paix générale74, le moment était venu pour « l’homme jovial » de franchir la Méditerranée et de revenir triomphant aux côtés du successeur de saint Pierre75.

  • 76 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 62 et Bornate 1915, p. 527.
  • 77 Cicogna 1824-1853, VI, p. 196 et Brown et al. 1864-1947, IV, p. 94. Certes le latin n’a sans doute (...)
  • 78 Lettre du 22 mai dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 20.
  • 79 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 50.
  • 80 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.

18Une part d'ombre subsiste néanmoins dans ce départ. Peut-être pas aussi mystérieuse, mais suscitant au moins autant d’interrogations que les motivations du Piémontais. L’empereur, dans une situation délicate, isolé diplomatiquement, a néanmoins donné l’autorisation à son chancelier de quitter les négociations et abandonner la cour. Que faut-il voir dans ce geste ? Gattinara abattait un travail exceptionnel et participait à la gestion de l’empire depuis neuf ans, comment son départ pouvait-il ne pas provoquer de vide, de désorganisation ? Navagero est lui-même obligé d’admettre que « la cour souffre beaucoup de son absence »76. Il constate que la chancellerie, ayant abandonné le latin, lui a donné à relire les demandes concernant Venise en espagnol. Mais les articles une fois fixés lui sont donnés en français, sous prétexte qu’ils sont plus clairs dans cette langue. Langue que le pauvre ambassadeur, dépité, ne comprend pas77. Charles Quint s'était-il lui aussi laissé convaincre de ce présage ? Était-ce enfin là l'occasion de se débarrasser de son encombrant chancelier, bien trop gourmand sur ses prérogatives ? Ou au contraire un moyen de lui montrer sa gratitude en accédant à sa demande de congé ? L’historien doit parfois admettre son ignorance. La seule chose qu’il soit possible d’affirmer est qu’il s’agit officiellement d’une licence concédée pour une durée déterminée. Salinas, qui se réjouissait déjà de voir Gattinara ne plus revenir à la cour, revient sur ses dires dans le courant du mois de mai en affirmant qu’il pense qu’il s’agit en réalité d’un congé limité78. Plus précisément de trois mois, croit savoir Navagero79. Le principal intéressé affirme quant à lui à Charles Quint qu’il sera de retour quoiqu’il arrive avant septembre, sauf si le pape décide de passer plus tôt que prévu en Espagne. Auquel cas, il abandonnerait immédiatement toutes ses affaires pour rejoindre Barcelone, où il laisse à cet effet tout son bagage80. On n’est jamais trop prudent. Mais comme souvent pour ceux dont la Providence guide les pas et le destin, les voies du Seigneur peuvent se révéler semées d’épreuves.

L’odyssée du « nouveau Joseph »81

  • 81 C’est le prédécesseur d’Andrea Navagero, l’ambassadeur vénitien Gasparo Contarini, résident à la c (...)
  • 82 Gattinara 1991, p. 157. Information confirmée par Navagero dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 50 (...)
  • 83 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.

19Après quelques semaines de préparatifs, la compagnie du prophète quitte la cour, alors stationnée à Valladolid, le 30 mars82. Combien de personnes la composent ? On sait seulement que quelques serviteurs désireux de se rendre également en Piémont accompagnent le chancelier83. Et parmi ses amis, le seul dont la présence est assurée est Cornelius de Schepper. Quelques familiers, quelques amis, quelques membres de sa famille. Peut-être une vingtaine de personnes.

  • 84 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 12 avril de Fraga, CIDT&C, n° 330.
  • 85 Albareda 1977. En 1940, Heinrich Himmler s’y rendit, convaincu de pouvoir y trouver le Graal, ce q (...)
  • 86 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 21 avril de Montserrat, CIDT&C, n° 331 et Gattinara (...)
  • 87 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 juin de Gênes, CIDT&C, n° 355. Gattinara s’en pla (...)
  • 88 Mémoire à Charles Quint de la fin de l’année 1523 publié depuis une copie par Gossart 1898, p. 117 (...)
  • 89 Remontrance à Charles Quint de juillet 1525 dans Headley 1983, p. 153.

20Valladolid, puis Saragosse, Fraga. Le 14 avril, jour des Rameaux, ils sont à Lerida. Se trouver sur les lieux où jadis s’était déroulé la grande bataille entre César et Pompée ne les laisse pas indifférents84. Poursuivant leur route, ils arrivent quelques jours plus tard à Montserrat, monastère bénédictin, haut lieu de la chrétienté, majestueusement ancré au plus haut des montagnes de Catalogne85. Ici, ils passent neuf jours et y célèbrent Pâques, le 21 avril86. La nouvelle du départ s’est à présent propagée en Espagne et le pauvre Schepper est victime des reproches des Espagnols qui l’accusent d’être le responsable du départ de Gattinara. Quand la nouvelle parvient en Italie quelques semaines plus tard, le lieutenant général de l’armée de Charles Quint, Antonio de Leiva, prétendant que le chancelier est parti sans accord et l’accusant d’avoir abandonné l’empereur, fait brûler ses possessions en Piémont, pille et rançonne ses sujets87. Depuis le début de son office, Gattinara enjoignait Charles Quint de dominer l’Italie en « gagnant le cœur des hommes »88, en se faisant aimer de ses sujets et en y chassant les exactions, selon lui pires encore que celles des Lombards ou d’Attila89. Malgré toute la volonté du chancelier, il faut attendre encore quelques années et le couronnement de 1530 avant de parvenir à la réconciliation entre l’empereur et la Péninsule.

21Il n’est pas anodin que Gattinara ait commencé son voyage par cette étape à Montserrat. Le pèlerinage, c’est la pénitence, l’absolution. Quand il reprend son chemin sur les routes de Catalogne à la fin de sa neuvaine, il s’agit d’un homme lavé de ses péchés, pur, prêt à remplir la mission divine qu’il s’est confiée.

  • 90 Gattinara 1991, p. 159.
  • 91 Gattinara à Charles Quint le 21 avril de Montserrat, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 442r.
  • 92 Gattinara à Charles Quint le 12 mai de Barcelone, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 444r.
  • 93 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 17 mai de Barcelone, CIDT&C, n° 343.
  • 94 Gattinara 1991, p. 160.
  • 95 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 17 mai de Barcelone, CIDT&C, n° 343.

22Le 27 avril, c’est l’arrivée à Barcelone, où Gattinara est reçu par le vice-roi d’Aragon, Juan de Lanuza y Torrellas, et d’autres conseillers impériaux. Commencent alors les préparatifs pour la traversée90. Après une première lettre à Charles Quint depuis Montserrat91, Gattinara en envoie une deuxième datée du 12 mai. Il informe l’empereur qu’à cause du mauvais temps, il a été contraint de stationner quinze jours dans la ville, et qu’il compte désormais partir dès le lendemain92. Mais surtout, il y a la rumeur de la venue imminente du pape en Espagne qui retarde le départ93. Fausse alerte, celui-ci ne vient finalement pas. Gattinara écrira a posteriori dans son autobiographie qu’il n’y avait pas cru94. Pendant le séjour dans la cité catalane, il semble avoir reçu la visite de Louis de Praet, ministre et ambassadeur de Charles Quint, peut-être envoyé par l’empereur comme intermédiaire pour convaincre le chancelier de rester. On ne connaît pas le contenu de l’échange. Mais quoiqu’il se soit dit, la détermination de Gattinara n’en fut pas changée95.

  • 96 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 mai de Palamos, CIDT&C, n° 348 et Gattinara, p. 1 (...)
  • 97 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.
  • 98 Mémoire en copie à la lettre précédente, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 447r-v.
  • 99 Cadenas y Vicent 1977, p. 41 à 51. Cf. p. 57-58 pour une transcription partielle du mémoire de Gat (...)

23Le départ de Barcelone se fait finalement aux alentours du 20 mai. La compagnie rejoint alors le port de Palamos, une centaine de kilomètres au nord de la cité catalane96. Nouvelle longue lettre à Charles Quint le 28 : Gattinara a appris par des amis à lui que des gens ont propagé des bruits et de fausses rumeurs afin de lui faire perdre l’estime de l’empereur et l’empêcher de retourner à la cour. Rien n’est en effet plus dangereux pour les conseillers des princes que l’éloignement, et Gattinara ne le sait que trop bien. Ses absences liées à sa santé désormais fragile lui avaient fait perdre son influence au sein du Conseil et certaines des prérogatives liées à son office. Il espère donc que Charles Quint ne prêtera pas foi à ces mensonges97. Logé dans un ermitage, il y rencontre le « beau père heremite », un Génois ancien familier d’Andrea Doria. Celui-là même qui avait tenté de négocier la venue du fameux amiral au service impérial à la fin de l’année 1525, avant que ce dernier ne signe finalement un appointement avec Clément VII. Mais la capitulation du Génois est sur le point de s’achever, et il serait à n’en pas douter un renfort de poids pour les armées de Charles Quint. Sans attendre la réponse de ce dernier, Gattinara prend donc l’initiative d’emmener avec lui cet homme afin de pouvoir rencontrer Doria. Le chancelier sait en effet qu’il est susceptible de passer par Gênes, ville impériale, lors de son séjour en Italie. Il promet certes de ne rien conclure tant qu’il n’aura pas la réponse de l’empereur, mais il lui expose toutes les raisons qu’il y aurait à engager ce marin renommé98. Nul ne sait si ce mémoire est parvenu jusqu’à Charles Quint. Le cas échéant, a-t-il donné son accord ? Gattinara n’eut, quoiqu’il en soit, pas l’occasion de négocier un quelconque appointement. Mais un an plus tard, le Génois rompt son alliance avec la France et rejoint le camp impérial, changeant là complètement le rapport des forces99.

  • 100 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 3 juin de Monaco, CIDT&C, n° 349.
  • 101 Gattinara 1991, p. 161.

24Une fois ce mémoire écrit et la lettre scellée, on s’apprête à embarquer. Et au crépuscule, la compagnie quitte le port de Palamos sur un brigantin afin de rejoindre une caraque ancrée plus au large. La présence de galères françaises oblige en effet à opérer de nuit. Échouant à la rejoindre, ils sont contraints de faire demi-tour à l’aube. Nouvelle tentative dans la matinée. Cette fois-ci, tout le monde peut monter à bord100. Accompagné d’un galion et de trois brigantins, Gattinara peut enfin prendre le large « con l’intento di aprire la strada all’imperatore e farsi suo antesignano »101.

  • 102 Gattinara 1991, p. 162.
  • 103 Gattinara à Charles Quint le 7 juin de Monaco, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 449r-450v.
  • 104 Ibid. Le futur Philippe II était né le 21 mai à Valladolid.
  • 105 Charles Quint à Lope de Soria le 22 août de Valladolid, Real Academia de la Historia, Archivo Lope (...)

25Après trois jours de navigation, une partie de la compagnie monte à bord de deux brigantins afin de faire route plus rapidement, laissant serviteurs et bagages sur la caraque. Prenant alors la direction de Monaco, Gattinara y débarque le 3 juin, reçu par le seigneur de la ville, Agostino Grimaldi, « con grandi feste e onori indescrivibili »102. Sans verser dans le dithyrambe, il fut à n’en pas douter bien reçu chez ce seigneur dévoué à la cause impériale. Ce dernier ne manque d’ailleurs pas de faire remarquer au chancelier l’importance de ce port pour les navires impériaux et les dommages subis dernièrement pour le défendre de la flotte française. L’archevêché de Salerne et quelques titres pris sur le duché de Milan pourraient faire office de bon dédommagement103. Trois jours après son arrivée, Gattinara écrit de nouveau à Charles Quint, l’informant que des coups de canons furent tirés la nuit précédente, lorsque parvint dans la ville la nouvelle de la naissance de l’héritier aux trônes, Philippe104. L’appel fut entendu à la cour : le 22 août, Charles Quint écrit à Lope de Soria, ambassadeur résident à Gênes, pour le remercier d’avoir remis 2 000 ducats au seigneur de Monaco. Il l’enjoint de lui en verser 2 000 supplémentaires105. L’empereur lui fait honneur une nouvelle fois en y faisant étape début août 1529, sur la route vers le couronnement de Bologne.

  • 106 Gattinara 1991, p. 164. Lannoy avait envoyé son rapport à Charles Quint le 17 mai, il n’est donc p (...)
  • 107 Headley 1983, p. 99. Cf. également les considérations de Bonora 2014, dans l’introduction de son o (...)
  • 108 D’Amico 1999 et Reeves 1992. Sur ces événements de 1527, cf. aussi Chastel 1984 et Firpo 1998.
  • 109 Cf. son discours sur le sac de Rome, attaché à la lettre du 7 juin de Monaco, HHSA, Belgien PA 66/ (...)
  • 110 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 465r-469r.

26C’est pendant ces premiers jours à Monaco qu’il apprend par Charles de Lannoy le sac de Rome et la mort du duc de Bourbon. S’il écrit dans son autobiographie que le sac de la Ville éternelle fut une « macchia di vergogna e discredito », il ne semble pas sur le moment avoir été profondément choqué par le récit des événements106. Après tout, il n’a jamais caché son mépris pour ce pape Médicis qui n’avait rien du pasteur chargé de guider les brebis, mais bien au contraire tout du loup107. La réforme de l’Église et la lutte contre l’hérésie luthérienne par l’intermédiaire d’un concile était au cœur de son projet impérial. La chute de ce pape qui avait plongé la chrétienté dans la guerre, son emprisonnement ainsi que celui de certains de ses cardinaux corrompus, n’était-ce donc pas au contraire le signe que la Providence était du côté de l’empereur ? La propagande impériale et toute une littérature prophétique se chargent en tout cas de le diffuser108. Bien conscient toutefois de la rupture que ne peut pas manquer de provoquer un tel événement, il écrit à l’empereur toute une série de conseils afin de ne pas laisser perdre « le fruict des grandes et quasi miraculeuses victoires que Dieu lui a donné »109. D’un point de vue personnel, le sac de Rome a sans doute quelque peu contrarié ses projets. Mais avec Clément VII entre les mains des Impériaux, l’occasion était inespérée pour Charles Quint de passer en Italie, réunir un concile, et prendre enfin ses couronnes. Dans ses lettres suivantes, le Piémontais le pousse plus que jamais à franchir la Méditerranée. Et il revoit donc ses plans. Après tout, si l’empereur se décide, il peut très bien l’attendre ici. Et si jamais on prenait la décision de faire venir le pape prisonnier en Espagne, Gattinara l’accompagnerait. Le chancelier pouvait donc encore jouer le rôle qu’il espérait110.

  • 111 Gattinara à Charles Quint le 7 juin de Monaco, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 449r-450v.
  • 112 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 juin de Gênes, CIDT&C, n° 355.
  • 113 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 465r-469r.
  • 114 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 juin de Gênes, CIDT&C, n° 355.

27Il doit attendre une vingtaine de jours à Monaco l’arrivée de ses familiers et de ses bagages. Restés sur le navire de charge, ils avaient dévié de leur route vers la Corse. Deux possibilités s’offrent alors à lui : trouver une route par la terre ferme à travers les Alpes et les États du duc de Savoie, son souverain naturel, ou bien se rendre par mer à Gênes. Il semble en premier lieu opter pour la première111. Mais l’alliance de la Savoie et de la France et les routes fréquentées par les armées suisse et française rendent peu sûr un voyage vers le Piémont par la terre ferme112. Sans doute aussi l’attaque de goutte dont il est à nouveau victime le contraint à abandonner l’idée d’un passage par les Alpes113. Le 22 juin au crépuscule, il s’embarque donc avec trois galères génoises que le doge de Gênes avait mises à son service114.

  • 115 Gattinara 1991, p. 166-167.
  • 116 Gattinara à Charles Quint le 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 453r-455v, Gattinara 19 (...)

28Mais le lendemain, seize galères françaises apparaissent en vue de la compagnie. Souhaitant éviter tout combat perdu d’avance, les trois commandants décident de virer vers Portofino. La flotte française parvient cependant à leur barrer la route et, pendant plus de vingt miles, les galères génoises subissent les assauts et les coups de canons des ennemis. Cependant, Gattinara nous le rappelle, Dieu et la Vierge veillaient. Aucun coup n’atteint sa cible. Tous passent à droite, à gauche, au-dessus, en dessous. Seul un boulet de plus de trente-cinq livres fait mouche : après un double saut en mer, il vient fracasser sept rames de la galère dans laquelle se trouvait le chancelier115. Ce dernier décide alors de payer des marins trois écus pour qu’ils montent à bord d’un brigantin et fassent route vers Gênes. L’amiral français, pensant trouver à son bord un personnage important, envoie ses navires les plus rapides pour l’intercepter, permettant ainsi aux trois galères de rejoindre en sécurité le petit port de Portofino. Le lendemain, fête de la Saint Jean-Baptiste, Gattinara gagne enfin Gênes par la route où il est accueilli avec de grands honneurs par le doge et les citoyens116.

  • 117 Ibid, p. 442.

29Mais la vérité n’est sans doute pas aussi limpide que veut bien nous le faire croire le Piémontais. Dans la cité ligure, témoin de ces événements, on déplore ces canonnades, meurtrières pour ses citoyens. Sous les galères du chancelier, écrit-on, gisaient des « milliers » (sic) de Génois. L’honneur et la joie de recevoir un ministre impérial n’ont peut-être donc pas été partagés par tout le monde dans la cité117.

  • 118 Gattinara à Charles Quint le 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 453r-455v. Il convient (...)

30Á Gênes, Gattinara est toujours pris par la goutte et reste alité pendant plusieurs semaines. Il ne peut rejoindre ses possessions, ni s’occuper de ses affaires. Pour la première fois depuis son départ, il n’écrit plus lui-même ses lettres, mais le fait par l’intermédiaire d’un secrétaire : trois datées du 27 juin, du 8 et du 15 juillet. Le chancelier, chose peu commune, ne laisse en effet jamais à quelqu’un d’autre le soin d’écrire ses lettres à son souverain. Le 18, il reprend la plume, encore un peu hésitant. Le 29, sa belle écriture humaniste remplit à nouveau de longues pages de conseils destinés à Charles Quint. Comme un appel au secours pour l’Italie qu’il chérit et qu’il voit souffrir tous les jours, Gattinara enjoint une nouvelle fois l’empereur à franchir la Méditerranée : Dieu ne l’a-t-il pas choisi pour punir « ceux qui se mescognoissent, mais aussi pour relever les bons des injustes oppressions et indues insolences qu’ils ont souffert jusqu’à aujourd’hui »118 ? Les nouvelles qu’il reçoit ne sont en effet guère rassurantes et l’armée espagnole semble hors de contrôle.

  • 119 Gattinara à Charles Quint le 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 453r- 455v.
  • 120 Gattinara à Charles Quint le 8 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 457r-458v.
  • 121 Gattinara à Charles Quint le 15 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 459r-464v.
  • 122 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r.

31Gattinara est d’autant mieux informé que Gênes est un véritable point de passage de la diplomatie impériale. Pendant son séjour, le chancelier se fait l’intermédiaire des courriers et des messagers qui circulent entre l’Espagne et l’Italie. C’est d’abord le maître d’hôtel du prince d’Orange qui, en route vers l’Espagne, s’arrête. Détroussé en chemin, il s’est réfugié à Gênes. On renvoie donc un homme auprès du prince afin de se faire remettre de nouvelles lettres. Entretemps, le maître d’hôtel continue son voyage vers l’empereur. Quelques jours plus tard, c’est celui du défunt duc de Bourbon qui est de passage, porteurs de lettres de Milan119. Puis c’est le nouvel ambassadeur du duc de Ferrare, un envoyé du duc de Savoie, un du marquis de Mantoue120, et un des Colonna121. Enfin, l’ambassadeur du roi du Portugal qui revient de Rome et un groupe de chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem122. La guerre ne se fait en effet pas seulement par les armées ou la propagande. Elle se double d’une véritable course aux nouvelles et d’une volonté de maîtriser le mieux possible, ou plutôt, parer au mieux, les aléas des transports et des distances. Le contrôle de l’information est primordial : le premier au courant possède déjà un coup d’avance sur ses adversaires. Et il l’est d’autant plus dans les territoires éclatés de Charles Quint, qui semble parfois assister impuissant, en spectateur, à ce qui se joue dans la Péninsule.

  • 123 Gattinara à Charles Quint le 8 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 457r-458v.
  • 124 Gattinara à Charles Quint le 15 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 459r- 464v.

32Parmi les nouvelles qui parviennent au chancelier pendant son séjour à Gênes, celles de la marquise de Montferrat, Anne d’Alençon. Fidèle aux Impériaux et dame de Gattinara pour certains de ses fiefs, elle lui offre l’hospitalité de son château de Casale et le passage par ses terres pour son éventuel voyage à travers le Piémont123. Un maître d’hôtel du duc de Savoie le rejoint également afin de le prévenir qu’il peut se rendre dans les États de Charles III et loger où il souhaite. On le munit de lettres patentes afin que les sujets du duc et ses officiers obéissent en tous points à ses ordres124. Car bien plus qu’au sein de la cour où les intrigues constantes et les ambitions de chacun avaient entamé sa réputation, le chancelier conserve en Italie un excellent réseau et jouit d’un crédit toujours intact auprès de ses compatriotes. En le réintégrant dans ses fonctions, Charles Quint ne s’y trompe pas. Personne d’autre que le Piémontais n’était en mesure d’atténuer les tensions et les rancœurs que les armées espagnoles et le sac de Rome avaient engendrées en Italie.

  • 125 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 17 juillet de Gênes, CIDT&C, n° 357.
  • 126 Headley 1983, p. 72.
  • 127 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet de Gênes, HHSA, PA 66/5, fol. 465r-469r.
  • 128 Alfonso de Valdés à Johannes Dantiscus le 9 septembre 1527, CIDT&C, n° 5744.
  • 129 Cornelius de Schepper à Érasme le 28 juin 1530 d’Innsbruck : « Dieu nous a enlevé notre révérendis (...)

33Cornelius de Schepper, bien malgré lui, nous le confirme. La situation à Gênes est en effet compliquée pour le diplomate. Il s’ennuie. Il finit donc de dresser l’horoscope de naissance du chancelier qu’il avait commencé auparavant mais n’avait pu finir à cause des conditions de voyage. Une fois fini, il s’apprête à recommencer en utilisant cette fois la méthode recommandée par Johannes Dantiscus, avec qui il continue de correspondre fréquemment. Surtout, Gattinara est entouré par ses amis venus l’accueillir à Gênes, et Schepper est devenu isolé au point de douter de sa propre position. Si nécessaire, écrit-il à l’ambassadeur polonais, il ira même chercher fortune ailleurs. Il l’avoue, il ne souhaite pas abandonner le chancelier. Mais il lui faut aussi songer à sa situation. Il demande donc à Dantiscus de réfléchir à son cas et à une possibilité de changement de carrière125. Peut-être le diplomate a-t-il cru à ce moment-là que Gattinara ne rentrerait jamais en Espagne. Les formes d’exercice du pouvoir au sein de la chancellerie impériale sont en effet très personnelles126. Dès lors, quelle suite espérer lorsque celui à qui vous devez votre carrière est en disgrâce ou se retire ? Il est probable que le diplomate soit d’autant plus inquiet que le chancelier a demandé à l’empereur la prolongation de son séjour. Ce dernier écrit à Charles Quint qu’il est en effet peu probable qu’il soit de retour avant septembre et, surtout, il semble peu enclin à réitérer sa traversée, jugée trop dangereuse. Si l’empereur a besoin de lui ou si l’on décide de faire passer le pape en Espagne, il s’en retournera sans plus attendre. Mais dans l’optique où Charles Quint se déciderait à se rendre en Italie, il l’attendrait ici127. On sent pourtant la pointe d’émotion du diplomate à l’éventualité de laisser « le vieil homme », comme l’appellent affectueusement ses amis128. Mais Cornelius de Schepper n’eut pas à en arriver à cette extrémité. Fidèle au chancelier jusqu’au bout, c’est lui qui écrit quelques jours après sa mort en juin 1530 un poignant éloge funèbre destiné à Érasme129.

  • 130 Gattinara 1991, p. 168.
  • 131 Lope de Soria à Charles Quint le 21 juillet, Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 121.
  • 132 Andrea Doria à Lautrec le 7 août, Brewer 1862-1876, IV/2, n° 3336.
  • 133 Ibid., n° 3365.

34La situation se dégrade en effet très rapidement en cette fin du mois de juillet à Gênes, et Gattinara est contraint de prendre une décision. Un blocus est mis en place par les galères françaises, tandis qu’une armée dirigée par le maréchal de Lautrec franchit à nouveau les Alpes avec comme objectif prioritaire la prise de la cité. Tel l’oracle d’Apollon, écrit-il, Gattinara est consulté par les Génois qui à son contact reprennent courage et sont animés d’une force nouvelle130. Mais dans la réalité, le sort de la ville commence à ne plus faire de doute. Le manque de vivres se fait en effet sentir et la cité ne dispose pas de suffisamment de soldats et d’artillerie pour pouvoir espérer se défendre. Et ce d’autant plus qu’Andrea Doria a passé un nouvel appointement avec le roi de France et qu’il participe désormais au blocus de la ville131. Le 7 août, le célèbre marin écrit à Lautrec pour lui annoncer qu’un messager porteur de lettres de Gattinara à Charles de Lannoy a été intercepté. Ces dernières lui ont appris que les Génois n’ont plus guère d’espoir132. Quelques jours plus tard, c’est le chancelier Wolsey qui écrit depuis Calais à Henry VIII, non sans une certaine satisfaction : étant donné la situation de Gênes, il espère voir le chancelier tomber rapidement entre leurs mains, qu’il puisse enfin voir où ses « imaginations aveugles » et ses « prophéties » l’ont menées133.

  • 134 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r. Giovanni (...)

35Le 29 juillet, Gattinara écrit donc sa dernière lettre. Sans même attendre la réponse de Charles Quint et de savoir quelles sont ses intentions concernant l’Italie, il a pris la décision de retourner en Espagne. Toute la région est aux mains des Suisses et des Français, et le chancelier sait désormais qu’il ne pourra jamais rejoindre ses possessions. Afin de mettre les membres de sa famille en sureté, il a demandé à sa fille, son gendre, leur fille, et ses frères et sœurs avec leur famille, de venir dans la cité ligure. Il souhaite en profiter pour solenniser le mariage de sa petite-fille avec le fils du seigneur de Stupinigi. Il a donc également fait mander ce dernier qui accompagne son cousin Giovanni Bartolomeo, chargé de prendre possession de Parme et Plaisance au nom des Impériaux. Mais le doute plane, il ne sait s’ils pourront parvenir jusqu’à la cité étant donné sa situation134. Et c’est non sans une certaine émotion que l’on tourne aujourd’hui délicatement ces feuilles qui nous font pénétrer dans l’intimité et les angoisses du chancelier. Il n’en donne plus de nouvelles par la suite. Excepté son cousin, il est probable qu’aucun des membres de sa famille n’ait pu le rejoindre avant son départ.

  • 135 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r.
  • 136 Gattinara au duc de Ferrare le 28 juillet de Gênes, Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 129. La (...)
  • 137 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r.

36Acte désespéré pour sauver cette cité, « clef » et « porte », de toute l’Italie, il écrit à Charles de Lannoy pour qu’il fasse venir les galères stationnées à Naples afin d’aider à son ravitaillement et chercher le blé qui se trouve en Corse135. On sait ce qu’il advint de cette lettre, qui ne rejoignit jamais son destinataire. Il dépêche également un homme auprès du prince d’Orange pour qu’il fasse venir au secours de Gênes l’armée de Lombardie. Puis un autre vers le duc de Ferrare pour qu’il intervienne auprès de ce dernier136. Il est conscient qu’il n’est lui-même pas certain de pouvoir quitter la cité, mais il écrit à Charles Quint que si l’occasion se présente d’embarquer pour l’Espagne, il entend la saisir, préférant se mettre « plus tost à la miséricorde de Dieu et au dangier et fortune de la mer que à la miséricorde et voulonté des hommes voulontaires sans raison et sans conscience »137.

  • 138 Andrea Doria à Lautrec le 9 août de Portofino dans Sanuto 1879-1903, XLV, p. 640-642.
  • 139 Bornate 1915, p. 353.
  • 140 Lope de Soria à Charles Quint le 28 août, Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 167.
  • 141 Gattinara 1991, p. 170. L’ambassadeur de Charles Quint à Gênes, Lope de Soria, donne lui la date d (...)

37Mais aucun secours ne parvient à Gênes, et les négociations pour la reddition sont donc entamées. Andrea Doria écrit le 9 août à Lautrec qu’il a rencontré le matin même les députés envoyés par la cité avec l’accord du doge Antoniotto Adorno et de Gattinara138. Quelques jours plus tard, sans doute vers le 15, c’est vers Lautrec que sont envoyés deux émissaires, dont le seigneur de Stupinigi, arrivé quelques jours plus tôt avec Giovanni Bartolomeo. Mais il n’est plus fait mention du chancelier, seulement des instructions qu’il a laissées139. Car quand Gênes capitule officiellement quelques jours plus tard, le 18, son illustre hôte fait déjà route vers l’Espagne140. La nuit du 14 août, veille de l’Assomption, il s’embarque en effet à bord d’un petit brigantin afin de s’en retourner auprès de Charles Quint, sans avoir pu mettre ses projets à exécution141.

La fuite de Gênes et le retour en Espagne

38Il est difficile de savoir comment a été perçue la fuite de Gattinara, quelques jours seulement avant la reddition de la cité. Aucun texte ne nous éclaire à ce sujet. Mais elle semble en tout cas avoir marqué les esprits puisqu’elle est digne de figurer dans le recueil que Lorenzo Capelloni dédicace à Emmanuel Philibert de Savoie, presque cinquante ans après les faits. Une nuit, nous dit-on, le capitaine Bernardo Scoto di Levanto fit armer son brigantin, le seul disponible dans la cité encerclée. Quand il fut prêt à partir, vers deux heures du matin, on porta le chancelier, à nouveau alité par la goutte, qui s’embarqua. On fit couvrir les voiles de joncs et personne ne fut autorisé à parler, excepté un marin ayant la même voix que Giovanni Bufone, marin des galères de Doria. Le sirocco emmena le brigantin sans que les marins aient besoin de beaucoup battre l’eau avec les rames. Passant au milieu de deux galères, une première voix leur demanda :

- Qui est là ?
- Giovanni Buffone.
Continuant d’avancer, on entendit une seconde fois.
- Qui est là ?
- Vas-tu passer toute ta nuit à crier ? Ne t’ai-je pas dit Giovanni Buffone ?
- Alors pourquoi ne donnes tu pas le mot ?

  • 142 Cappelloni 1576, p. 44-45.
  • 143 Brandi 1939, p. 261.

39Le temps de ces paroles, le brigantin était déjà arrivé à la poupe des deux galères. Le capitaine donna alors l’ordre de couper les joncs et le bateau put faire voile au large142. Au-delà de cette anecdote, surtout destinée à mettre en valeur le courage et l’ingéniosité des marins génois, ce passage s’inscrit néanmoins parfaitement dans cette culture de la ruse et de la dissimulation que la Renaissance a élevée au rang d’œuvre d’art. Après tout, au même moment, le pape Clément VII n’est-il pas contraint de fuir Rome revêtu des habits de son majordome143 ?

  • 144 Gattinara 1991, p. 170. Dans son autobiographie, Gattinara nous dit que seulement cinq personnes l (...)
  • 145 Gattinara 1991, p. 171.
  • 146 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 18 octobre de Saragosse, CIDT&C, n° 378.
  • 147 Gattinara à la duchesse de Savoie le 4 septembre de Barcelone, AST, Lettere Cardinali, Mazzo 1, fo (...)

40Prenant la direction de la Corse, ce sont seulement cinq personnes qui débarquent sur l’île en compagnie de Gattinara le jour suivant144. Ce dernier nous dit y être resté jusqu’à la Saint Bartolomé, le 24 août, jour où il apprend la chute de Gênes et la défaite de la flotte génoise stationnée à Portofino. S’embarquant alors pour l’Espagne, il arrive en vue des côtes de Catalogne où il débarque le 28 août, après deux jours de navigation sans encombre145. Les témoignages se font malheureusement rares concernant le chemin du retour. Cornelius de Schepper n’est plus là pour nous informer. N’ayant pu se joindre à Gattinara lors de la fuite de Gênes, il est vraisemblablement resté dans la cité où moment celle-ci a capitulé. Il reste muet pendant toute cette période avant de faire son retour en Espagne presque deux mois après le chancelier146. Ce dernier a-t-il écrit à Charles Quint depuis son débarquement ? S’il l’a fait, les lettres se sont perdues. La seule qui nous soit parvenue est une missive écrite à la duchesse de Savoie, Béatrice de Portugal, le 4 septembre de Barcelone. Fraîchement débarqué en Espagne, Gattinara l’informe qu’il s’apprête à aller faire de nouveau une neuvaine à Montserrat. Ensuite, il prendra le chemin de la cour147.

  • 148 Bergenroth et al. 1862-1954, vol. III/2, n° 179.
  • 149 Ibid., n° 180.
  • 150 Lettre 10 février dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, pp. 146-148.

41Le 1er septembre, le secrétaire Pérez, envoyé de l’empereur à Rome, écrit à Charles Quint pour lui annoncer qu’un brigantin est arrivé à Gênes avec à son bord son chancelier Gattinara. De grandes salves d’artillerie ont été tirées en son honneur. On l’attend désormais à Rome dans les heures qui viennent148. Si ces propos font aujourd’hui sourire, ces dépêches doivent cependant servir à nous éclairer sur les méthodes de gouvernement dans les territoires de Charles Quint. Cette lenteur de l’information, l’incertitude constante dans laquelle se trouvaient ces acteurs, la déformation des faits en rumeurs, tous ces facteurs laissaient une grande place à l’improvisation et à l’autonomie des gouvernants. L’histoire de cet empire ne peut être faite qu’en tenant compte de ces paramètres. Un courrier de Gênes plus récent parvient cependant au secrétaire, une fois la lettre scellée. Une seconde lettre est donc attachée à la première pour prévenir l’empereur qu’en réalité, son chancelier est déjà sur le retour149. Ce même jour, Salinas écrit à Ferdinand que la cour a reçu de ses nouvelles et que l’on l’attend prochainement. Cette information ne manque pas d’alimenter les rumeurs, nous rappelle l’ambassadeur, qui pense qu’il a perdu tant de crédit qu’il n’est plus en position de nuire. Et d’ajouter qu’il préférait toutefois le savoir éloigné150.

  • 151 Gattinara 1991, p. 171. Cf. également la lettre envoyée par Johannes Dantiscus à Gattinara le 7 de (...)
  • 152 CIDT&C, n° 5742, 5744, 5745, 5746, 5747, 5748, 5749. Alfonso de Valdés, né vers 1492-94 et mort en (...)
  • 153 Albareda 1977, p. 71-73.

42Ce n’est finalement qu’un mois plus tard, le 4 octobre, que le chancelier rejoint la cour, quelques jours avant que celle-ci ne quitte Palencia151. Les jours avaient paru long à son protégé, Alfonso de Valdés, qui n’écrit pas moins de sept lettres à Johannes Dantiscus entre les premiers jours de septembre et la première semaine d’octobre pour lui faire part de ses inquiétudes à ne pas recevoir de nouvelles et à voir les gens de la cour comploter contre Gattinara, allant jusqu’à envoyer à l’ambassadeur une carte des villes dans lesquelles le chancelier est susceptible de passer, qui n’a malheureusement pas été conservée152. Il était arrivé la veille de la Nativité, 8 septembre, à Montserrat, et y avait accompli une nouvelle neuvaine. Peut-être faut-il chercher dans son séjour aux Pays-Bas les traces de cette dévotion à la fois profonde et personnelle, qui n’est bien évidemment pas sans rappeler la devotio moderna. Pour cette raison, le choix de Montserrat n’est pas anodin non plus. Il a été un des premiers monastères en Espagne à en adopter la spiritualité et les pratiques, sous la conduite de son abbé García Jiménez de Cisneros153. Après tout, le projet politique que Gattinara a proposé pour Charles Quint est indissociable de l’idée de renouveau et de régénération morale et spirituelle.

  • 154 Gattinara 1991, p. 172.
  • 155 Alfonso de Valdés à Johannes Dantiscus le 7 octobre de Palencia, CIDT&C, n° 5749.
  • 156 Johannes Dantiscus à Gattinara le 7 octobre de Paredes de Nava, CIDT&C, n° 377.
  • 157 Maximilien Transylvanus à Alfonso de Valdés le 20 août 1528, Bergenroth et al. 1862-1954, vol. III (...)
  • 158 Lettres à Alfonso de Valdés du 21 octobre et du 25 novembre dans Caballero 1975, p. 343 et 349.
  • 159 Lettre du 25 octobre, Brown et al. 1864-1947, IV, p. 104 et Cicogna 1824-1853, p. 200.

43C’est donc en ce début du mois d’octobre que le chancelier fait son entrée officielle. Et qu’à la surprise de ses adversaires, il est accueilli chaleureusement par l’empereur154. Alfonso de Valdés155, Johannes Dantiscus156, Maximilien Transylvanus157, tous nous font part du bon accueil qu’il reçut. Certes, ces avis émanent de ses collaborateurs proches et de ses amis. L’archevêque de Bari, Esteban Gabriel Merino, s’en fait lui aussi l’écho158. Plus étonnant encore, Navagero est obligé de reconnaître que Gattinara a désormais au moins autant d’autorité qu’avant son départ, voire plus159. Enfin, le silence de Salinas à ce sujet est par ailleurs très révélateur.

  • 160 Brunelli 1999
  • 161 Charles Quint à Gattinara le 2 juillet, HHSA, Belgien PA 66/4, fol. 334r.
  • 162 Gattinara 1991, p. 187-188 et Headley 1983, p. 133.
  • 163 Le 22 avril 1528. Document original dans le fonds familial de l’ASV, Famigia Arborio di Gattinara (...)

44Officiellement, Charles Quint n’a jamais rappelé son chancelier160. Il ne lui a même jamais été sous-entendu que son retour fût souhaité. Un petit détail est à ce sujet très éloquent. Dans la seule minute de lettre envoyée par l’empereur à Gattinara pendant ces six mois qu’il nous a été possible de retrouver, écrite selon toute vraisemblance par le secrétaire Jean Lallemand, il est écrit en conclusion « Si autre chose survient d’importance, vous en serez adverty, en actendant vostre venue laquelle désirons fortement, comme nous avons dernièrement escript. Et vous serez le très bien venu »161. Cette dernière phrase, à partir de « en actendant », étant barrée. Gattinara n’a donc sans doute jamais vu cette preuve d’affection dans lettre reçue. Il est probable que ce soit l’empereur lui-même qui ait manifesté sa volonté de ne pas la voir apparaître. Charles Quint ne pouvait en effet publiquement montrer une preuve d’affection à une personne dont toute la cour était convaincue qu’elle l’avait abandonné. Les ambassadeurs sont unanimes à ce sujet. Et Gattinara le savait sans doute mieux que personne. Nul doute cependant que l’empereur ne fût satisfait de voir son vieux chancelier revenir. Leur relation semble alors prendre une tournure différente et témoigne d’un profond respect réciproque, et ce jusqu’à la mort du Piémontais162. Quelques mois plus tard, Charles Quint accroît ses fonctions en le nommant chancelier à vie de l’audiencia royale de l’île d’Española et de la Nouvelle-Espagne. Plus la prérogative du sceau des Indes avec tous les émoluments et droits qui y sont associés163. Le sac de Rome avait en effet créé une situation inédite et rendu les rapports de Charles Quint avec le pape et l’Italie encore plus complexes. L’expérience de Gattinara, son influence, son réseau, et sa parfaite connaissance de la politique italienne se révélaient très précieuses.

  • 164 Tu ero plus quam Ulixes in hac tam probata aetate et prudentia ab istis Syrenibus (…). Johannes Da (...)

45Une seule personne se trouve bien malgré elle exclue de ces réjouissances. Johannes Dantiscus, qui connaît alors une période de disgrâce, ne peut en effet se joindre à la cour et doit se contenter des nouvelles qui lui sont données à Paredes de Nava. Il écrit régulièrement au chancelier, mais, depuis le retour de ce dernier, la tension est tombée, les conversations sont plaisantes. Est-ce lors de ce voyage que Gattinara a décidé de se laisser pousser cette belle barbe fleurie, attribut caractéristique de tous ses portraits peints ou gravés a posteriori ? La conversation entre le chancelier et le secrétaire Jean Lallemand, à laquelle l’ambassadeur polonais regrette de n’avoir pu y participer, le laisse supposer. Mais pour le diplomate, cette marque d’âge et de prudence font en tout cas de Gattinara l’égal d’Ulysse désormais164.

  • 165 Headley 1983, p. 119-120.
  • 166 Brandi 1939, p. 261.
  • 167 Gattinara 1991, p. 194.
  • 168 Nom de la Vierge noire de Montserrat, Albareda 1977, p. 121.

46En ces premiers jours d’octobre, le chancelier reprend donc ses tâches administratives. Du moins celles que sa santé déclinante et les nouvelles configurations au sein de la chancellerie lui autorisent165. Charles Quint ne s’était toujours pas décidé à passer en Italie, une trêve avait été signée avec Clément VII à Rome, et la guerre reprenait avec la France et l’Angleterre166. Le prophète devait donc encore attendre. L’heure n’était pas encore arrivée à laquelle « sembrava quasi che le sorti imperiali fossero guidate in modo miraculoso dalla mano stessa di Dio », mots sur lesquels se conclut l’autobiographie du chancelier167. Tout au long de cette dernière, Gattinara veut nous montrer que ses actes ont été guidés par Dieu. Toujours, dans ses choix, en toutes circonstances, il a bénéficié de la protection et du soutien divins. Cette construction a posteriori, au moment où le chancelier est au faîte de sa puissance, est finalement un lieu commun. On se gardera donc d’en tirer trop d’enseignements. Mais les sources sont là, les témoignages également, montrant que Gattinara a considéré sa mission auprès de Charles Quint comme étant en partie d’inspiration divine. En faisant un pèlerinage auprès de la Moreneta au départ et à l’arrivée de son voyage168, il plaçait ce dernier sous sa protection et sa bénédiction.

  • 169 Conseils de Gattinara à Charles Quint, le 12 juillet 1519 dans Bornate 1915, 405-406.

47En passant en Italie au printemps de cette année, il voulait certes remettre de l’ordre dans ses affaires. On a montré à quel point il en avait déjà exprimé la volonté et les difficultés financières dans lesquelles il se trouvait. Mais surtout, en précédant le voyage du Habsbourg, il avait la possibilité d’être le l'artisan de la réconciliation entre l’empereur et le pape. Et ainsi d’ouvrir et de préparer la route pour son seigneur afin que la monarchie et la paix universelles auxquelles il rêvait puissent enfin s’accomplir sous le règne de Charles, « le plus grand empereur et roy qui ayt esté despuis la division de l’Empire fete en la persone de Charlemagne »169.

  • 170 Gerbier 2008 dans son éditorial, p 8. Cf. supra n. 68.
  • 171 Menéndez Pidal 1940, p. 9-35.
  • 172 Ferretti 1980, p. 114.
  • 173 Rívero Rodríguez 2005, p. 12. D’une manière générale, l’historiographie germanique, de Peter Rasso (...)
  • 174 Brandi 1939, p. 86.
  • 175 Pierre Chaunu écrit en effet : « Quand on traîne le boulet d’un Gattinara (qui fait la joie des hi (...)

48S’agissant du chancelier de l’empereur, homme d’expérience rompu à l’exercice du pouvoir, cette affirmation peut surprendre. Mais elle n’est au final que le reflet de cette personnalité si complexe qui a donné lieu à des interprétations souvent contradictoires. Certains l’ont vu comme un Machiavel170. D’autres comme une sorte de Don Quichotte171. Comme un génie politique172 ou, au contraire, comme un ministre discret et invisible173. Comme l’éducateur politique de Charles Quint174, mais aussi un « boulet » que traîne l’empereur175. Alors qui fut réellement Mercurino Gattinara ? Sans doute un peu de tout cela.

  • 176 D’Amico 2012, p. 12
  • 177 Headley 1983, p. 135.
  • 178 Ferretti 1980, p. 100.

49Le chancelier, le diplomate, était un pragmatique, emprunt d’un réalisme froid, prêt à tout pour servir ses intérêts et ceux de son maître, échafauder des plans machiavéliques, faire tomber ses ennemis, un véritable diplomate de la Renaissance usant de la simulatio et de la dissimulatio lors des négociations176. Mais l’homme était un profond chrétien, inspiré par une dévotion intense et baigné dans toute cette ambiance eschatologique de ces années 1490-1530. Il n’est dès lors pas étonnant qu’il ait pu s’identifier à une de ces prédictions dont il était friand. Il n’y a rien là de contradictoire. On peut être de formation juriste ou scolastique et imprégné des idéaux de l’humanisme. Tout comme on peut être un diplomate et un pragmatique et croire en l’essence divine de sa charge. C’est sans doute ce qui fait la complexité de cette Renaissance plurielle et de ce bouillonnement intellectuel qu’il serait réducteur d’enfermer dans des schémas trop bien établis. Ce voyage put sembler un échec à tout point de vue pour Gattinara. Le chancelier n’eut pas l’occasion de rejoindre ses domaines, ni de rencontrer le pape, ni même de jouer un rôle quelconque dans les négociations. Cependant, en laissant la cour pour quelques temps, il a provoqué un certain vide dans la gestion des affaires courantes et a montré à Charles Quint qu’il était encore indispensable. En 1529, les discussions de paix se font sous sa direction et c’est lui qui rédige le traité de Barcelone qui signe la réconciliation définitive entre le pape et l’empereur177. Et lorsqu’en septembre dans la cathédrale de Plaisance, Clément VII pose enfin sur sa tête ce chapeau de cardinal qui lui avait été promis depuis des années, certains pensent que l’on assiste à une passation de pouvoir entre le pontife et son futur successeur178. Quand il ferme les yeux sur ce monde à Innsbruck, le 5 juin 1530, en route pour la diète d’Augsbourg et rêvant désormais d’une réconciliation avec les Luthériens, prélude à une grande croisade contre le Turc, Charles Quint avait pris ses couronnes, l’Italie était pacifiée, les barbares en avaient été chassés, et la chrétienté semblait enfin connaître la Paix universelle pour laquelle il s’était battu. La prophétie s’était en quelque sorte bien réalisée.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Anghiera 1953-1957 = P.M. d’Anghiera, Epistolario de Pedro Mártir de Anglería, ed. J. López de Toro, Madrid, 1953-1957.

Bergenroth et al. 1862-1954 = Calendar of Letters, Despatches, and State Papers relating to the Negociations between England and Spain preserved in archives of Simancas and elsewhere, ed. G. Bergenroth G. et al., Londres, 1862-1954.

Boccotti 1994-1995 = G. Boccotti, Mercurino Arborio, cancelliere di Carlo V, e un opuscolo inedito sulla monarchia universale », dans Atti dell’Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, CLIII, Trieste, 1994-1995, p. 156-195.

Bornate 1915 = C. Bornate, Historia vite et gestorum per dominum magnum Cancellarium Mercurino Arborio di Gattinara, dans Miscellanea di Storia Italiana, série III, année XVII, 48, 1915, p. 231-585.

Brewer 1862-1876= Letters and papers, foreign and domestic, of the reign of Henry VIII, ed. J. Brewer, Londres, 1862-1876.

Brown et al. 1864-1947= Calendar of State Papers and manuscripts relating to English affairs: existing in the Archives and collections of Venice, and in other libraries of Northern Italy, ed. R. Brown et al., Londres, 1864-1947.

Cappelloni 1576 = Ragionamenti varii di Lorenzo Capelloni, Gênes, 1576.

Cicogna 1824-1853 = E. Cicogna, Delle inscrizioni veneziane. Raccolte ed illustrate, Venise, 1824-1853.

Claretta 1897 = G. Claretta, Notizie per servire alla vita del Gran Cancelliere di Carlo V Mercurino Arborio di Gattinara, dans Memorie della R. Accademia delle scienze di Torino, 47, Turin, 1897, p. 67-147.

Claretta 1898 = G. Claretta, Notice pour servir a la vie de Mercurin de Gattinara Grand Chancelier de Charles-Quint d'après des documents originaux, dans Mémoires de la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, série II, 12, Chambéry, 1898, p. 245-344.

Firpo 1970 = M. Firpo, Relazioni di ambasciatori veneti al Senato, tratte dalle migliori edizioni disponibili e ordinate cronologicamente, Germania (1506-1554), Turin, 1970.

Gattinara 1991 = M. Gattinara, Autobiografia, ed. G. Boccotti G., Rome, 1991.

Gerlo – Foriers 1967-1984 = A. Gerlo, P. Foriers, La correspondance d’Erasme, traduite et annotée d'après le texte latin de l'Opus epistolarum de P.S. Allen, H.M. Allen et H.W. Garrod, Bruxelles, 1967-1984.

Gossart 1898 = E. Gossart, Notes pour servir à l’histoire du règne de Charles Quint, dans Mémoires couronnés et autres mémoires publiés par l’Académie Royale, 55, Bruxelles, 1898, p. 1-119.

Guicciardini 1971 = F. Guicciardini, Storia d’Italia, ed. M. Seidel Menchi, Turin, 1971.

Rodríguez Villa 1903-1904 = A. Rodríguez Villa, El emperador Carlos V y su corte. Cartas de D. Martin de Salinas, dans Boletín de la Real Academia de la Historia, 43, Madrid, 1903, p. 5-240 et 44, Madrid, 1904, p. 5-36, p. 142-178, p. 197-246, p. 285-333, p. 366-414 et p. 465-505.

Sanuto 1879-1903 : M. Sanuto, Diarii, Venise, 1879-1903.

Serassi 1769-1771 = P. Serassi, Lettere del conte Baldessar Castiglione, ora per la prima volta date in luce e con annotazioni storiche, Padoue, 1769-1771.

Valdés 1996 = A. de Valdés, Obra completa, ed. A. Alcalá, Madrid, 1996.

Études secondaires

Albareda 1977 = A.M. Albareda, História de Montserrat, ed. revisada i ampliada per Josep Massot i Muntaner, Montserrat, 1977.

Ard Boone 2011= R. Ard Boone, Empire and medieval simulacrum: A political project of Mercurino Di Gattinara, Grand Chancellor of Charles V, dans Sixteenth Century Journal, 42-4, 2011, p. 1027-1049.

Ard Boone 2014= R. Ard Boone, Mercurino di Gattinara and the creation of the Spanish empire, Londres, 2014.

Avonto 1981 = L. Avonto, Mercurino Arborio di Gattinara e l'America: documenti inediti per la storia delle Indie Nuove nell’archivio del gran cancelliere di Carlo V, Verceil, 1981.

Barbero 1967 = G. Barbero, Idealismo e realismo nella politica del Gattinara, gran cancelliere di Carlo V, dans Bollettino Storico per la provincia di Novara, 58, 1967, p. 3-18.

Bataillon 1937 = M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, Paris, 1937.

Battisti 1989 = E. Battisti, L’Antirinascimento, Turin, 1989.

Bonora 2014 = E. Bonora, Aspettando l’imperatore. Principi italiani tra il papa e Carlo V, Turin, 2014.

Brandi 1939 = K. Brandi, Charles Quint, Paris, 1939.

Brunelli 1999 = G. Brunelli, Gattinara, Mercurino Arborio, dans Dizionario Biografico degli Italiani, 52, Rome, 1999

Caballero 1875 = F. Caballero, Alonso y Juan de Valdés, Madrid, 1875.

Cadenas y Vicent 1977 = V. de Cadenas y Vicent, El protectorado de Carlos V en Génova : la “condotta” de Andrea Doria, Madrid, 1977.

Chabod 1961 = F. Chabod., Storia di Milano nell’epoca di Carlo V, Turin, 1961.

Chastel 1984 = A. Chastel, Le sac de Rome, 1527 : du premier maniérisme à la contre-Réforme, Paris, 1984.

Chaunu – Escamilla 2000 = P. Chaunu, M. Escarmilla, Charles Quint, Paris, 2000.

Crews 1991= D.A. Crews, Juan de Valdés and the Comunero Revolt: An essay on Spanish civic humanist, dans Sixteenth Century Journal, 22-2, 1991, p. 233-252.

D’Amico 1999 = J.-C. D’Amico, Charles Quint et le sac de Rome : personnification d’un tyran impie ou Dernier Empereur ?, dans A. Redondo (dir.), Le Discours sur le sac de Rome de 1527. Pouvoir et littérature, Paris, 1999, p. 37-48.

D’Amico 2012 = J.-C. D’Amico, Gattinara et la « monarchie impériale » de Charles Quint. Entre millénarisme, translatio imperii et droits du Saint-Empire, dans Astérion, 10, 2012, p. 1-16.

Ferretti 1980 = F. Ferretti, Un maestro di politica. L'umana vicenda di Mercurino dei nobili Arborio di Gattinara, Usmate, 1980.

Firpo 1998 = M. Firpo, Dal sacco di Roma all’Inquisizione. Studi su Juan de Valdés e la Riforma italiana, Alessandria, 1998.

Fontan – Axer 1994 = A. Fontan, J. Axer, Españoles y polacos en la Corte de Carlos V, Madrid, 1994.

Gerbier 2008 = L. Gerbier, Les raisons de l'empire et la diversité des temps. Présentation, traduction et commentaire de la responsiva oratio de Mercurino Gattinara prononcée devant la légation des princes-électeurs le 30 novembre 1519, dans Erytheis, 3, 2008, p. 94-115.

Headley 1980= J.M. Headley, The conflict between nobles and magistrates in Franche-Comté, 1508-1518, dans Journal of Medieval and Renaissance Studies, 8, 1979, p. 49-80.

Headley 1980= J.M. Headley, Gattinara, Erasmus and the imperial configurations of Humanism, dans Archiv für Reformationsgeschichte, 71, 1980, p. 64-98.

Headley 1983= J.M. Headley, The Emperor and his chancellor: a study of the imperial chancellery under Gattinara, New-York, 1983.

Kohler 2000 = A. Kohler, Carlos V, 1500-1558. Una biografía, Madrid, Barcelone, 2000.

Le Gall 2015 = J.-M. Le Gall, L’honneur perdu de François IerPavie, 1525, Paris, 2015.

Martínez Millán 1976 = M. Martínez Millán, Los hermanos conquenses Alfonso y Juan de Valdés, Cuenca, 1976.

Menéndez Pidal 1940 = R. Menéndez Pidal, Idea imperial de Carlos V, Madrid, 1940, p. 9-35.

Mercurino Cardinale 2016 = Mercurino Cardinale e Gran Cancelliere di Carlo V e la famiglia Arborio Gattinara, Atti del Convegno Internazionale di studi storici (Gattinara 3-4 ottobre 2005), Gattinara, 2016.

Mercurino Arborio di Gattinara 1980 = Mercurino Arborio di Gattinara, Gran Cancelliere di Carlo V : 450º anniversario della morte, 1530-1980, Atti del convegno di studi storici (Gattinara 4-5 ottobre 1980), Verceil, 1982.

Merlotti 1999 = A. Merlotti, Giovanni Bartolomeo Arborio di Gattinara, dans Dizionario Biografico degli Italiani, 52, 1999.

Milhou 1982 = A. Milhou, La chauve-souris, le nouveau David et le roi caché (trois images de l’empereur des derniers temps dans le monde ibérique), dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 18, 1982, p. 61-78.

Niccoli 1987 = O. Niccoli, Profeti e popolo nell’Italia del Rinascimento, Rome, 1987.

Orioli 2004 = R. Orioli, Fra Dolcino : nascita, vita e morte di un'eresia medievale, Milan, 2004.

Rívero Rodríguez 2004 = M. Rívero Rodríguez, Nápoles en los proyectos del Gran Canciller Gattinara, dans G. Galasso et C.-J. Hernando Sánchez (dir), El reino de Nápoles y la monarquía de España: Entre agregación y conquista (1485-1535), Madrid, 2004.

Rívero Rodríguez 2005 = M. Rívero Rodríguez, Gattinar : Carlos V y el sueño del Imperio, Madrid, 2005.

Reeves 1992= M. Reeves, A Note on prophecy and the Sack of Rome (1527), dans M. Reeves (dir.), Prophetic Rome in the high Renaissance period, Oxford, 1992, p. 271-278.

Roersch 1928 = A. Roersch, Maximilien Transsylvanus, humaniste et secrétaire de Charles Quint, dans Bulletins de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 5e série, 14, Bruxelles, 1928, p. 94-112.

Rousseau 2004 = I. Rousseau, La prophétie comme outil de légitimation : trois lectures du ~Vae mundo~ (XIVe siècle), dans Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 1, 2004, p. 63-99.

Saint-Genois – Yssel de Schepper 1856 = G. de Saint-Genois, G.-A. Yssel de Schepper, Missions diplomatiques de Corneille Duplicius de Schepper, dit Scepperus, Bruxelles, 1856.

Skinner 2009 = Q. Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, 2009.

Haut de page

Notes

1 Brandi 1939, p. 251

2 Bataillon 1937, p. 253.

3 Alfonso de Valdés à Maximilien Transylvanus le 12 mars dans Caballero 1875, p. 323-326. Traduction de Bataillon 1937, p. 253.

4 Le Gall 2015, p. 13.

5 Le personnage de Cornelius de Schepper, humaniste et ambassadeur pour Christian II de Danemark, Charles Quint, Ferdinand Ier ou encore Marie de Hongrie, a semble-t-il été complètement délaissé par l’historiographie malgré son important travail diplomatique non seulement en Europe, mais également auprès de Soliman. Signalons toutefois la vieille étude de Saint-Genois - Yssel de Schepper 1856.

6 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 12 avril de Fraga, CIDT&C, n° 330. Une partie de l’imposante correspondance diplomatique de l’ambassadeur polonais a été publiée dans les Acta Tomiciana. Récemment, un projet de transcription et de mise en ligne de toutes ses lettres a vu le jour grâce à l’université de Varsovie, le « Internet publication of Corpus of Ioannes Dantiscus’ Texts & Correspondence », accessible à l’adresse suivante : http://dantiscus.al.uw.edu.pl/ Á noter l’excellente qualité de ce travail auquel toutes nos références se rapportent et désormais abrégé CIDT&C.

7 Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 6.

8 Le résumé des dépêches d’Andrea Navagero à la Seigneurie se trouvent dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 28. Certains passages originaux des lettres dans Cicogna 1824-1853, VI, p. 266. et dans Bornate 1915, p. 524-525.

9 Serassi 1769-1771, II, p. 140-141.

10 Lettre du 10 février dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 6. Parmi les raisons de l’inimitié entre le chancelier et le diplomate, le désaccord à propos de l’investiture du duché de Milan. Au contraire de Gattinara qui a toujours défendu le prétendant naturel au duché, Francesco II Sforza, Martin Salinas défendait les intérêts de Ferdinand qui souhaitait en être investi. Cf. par exemple Chabod 1961, p. 26 et 32.

11 Brewer 1862-1876, IV/2, n° 2986.

12 Lettre du 21 avril dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 19.

13 Nous renvoyons ici au chapitre de John Headley intitulé « The conflict between chancellor and emperor » dans Headley 1983, p. 40-58.

14 Baldassar Castiglione à l’archevêque de Capoue le 24 mars 1526, Serassi 1769-1771, II, p. 30-31.

15 Concernant cette campagne et cet ouvrage polémique intitulé Pro Divo Carolo, eius nominis quinto Romanorum Imperatore Invictissimo, pio, felice, semper Augusto, Patrepatriae, in satisfactionem quidem sine talione eorum quae in illum scripta, ac pleraque etiam in vulgum aedita fuere, Apologetici libri duo nuper ex Hispanis allati cum alijs nonnullis, quorum catalogos ante cuiusque exordium reperies, cf. Headley 1983, p. 86-113.

16 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 24-29.

17 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 50 et Bornate 1915, p. 526-527.

18 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 62-64 et Bornate 1915, p. 527-528. G. Brunelli évoque également la possibilité de la préparation pour la convocation d’un futur concile. Cf. Brunelli 1999.

19 Haus-, Hof- und Staatsarchiv (désormais HHSA), Belgien PA 66/5.

20 Gattinara à Charles Quint le 12 mai de Barcelone, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 444r.

21 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.

22 Il est également intéressant de noter que dans une lettre retrouvée à Simancas de Charles Quint à son grand chambellan, Henri de Nassau, et datée du 30 mars 1527, l’empereur demande à ce que les personnes de la cour qui accompagnent le chancelier continuent de toucher leurs gages et leurs pensions : « Conte de Nassau, nostre grand chambellan, chief et super intendent de noz finances, grand maistre, et autres maistres de nostre hostel, argentier, maistre de la chambre aux deniers et controlleur de la despence de nostred. hostel. Savoir vous faisons que noz bien aimez maistre Cornelius de Schepper, Carlo Gazino et mess. Felix de Fagnano, chappellain de nostre privé conseil, s’en vont présentement de nostre bon grey congé et licence en Italie en la compaignie de nostre Grand Chancelier. Si voulons et nous ordonnons que pendant leur absence pour temps et terme de huit (le huit a été rajouté ensuite, un blanc a été laissé au moment de l’écriture de la lettre) mois, vous les comptez et entretenez aux pensions et gaiges qu’ils ont et preignent de nous comme s’ils estoient présents et actuellement servans devers nous car ainsi nous plait il, et leur avons accourdé. Fait en Valladolid, le pénultième jour de mars l’an 1527 avant Paques, stil de Rome. Charles ». Archivo general de Simancas, Estado 1554, n° 613.

23 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 3 juin de Monaco, CIDT&C, n° 349.

24 Gattinara 1991, p. 157.

25 Gattinara 1991, p. 64-67.

26 Ainsi dans sa remontrance à Charles Quint publiée par Claretta 1898, p. 324. L’auteur avait suggéré la date de 1526, mais elle s’avère en réalité antérieure, probablement d’avril 1523, cf. Headley 1983, p. 41.

27 Cf. une autre de ses remontrances, publiée par Headley 1983, p. 160

28 Lettre de Navagero du 29 janvier, citée par Bornate 1915, p. 318.

29 Cf. sa lettre à Jean Lallemand de début juin 1526, Archives générales du royaume de Belgique (désormais AGRB), Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 8r-10r. Dans une lettre à Charles Quint du 7 septembre de cette même année, Gattinara confirme que l’empereur n’a pas accédé à cette requête, fol. 11r-v.

30 Il y effectue un achat de terres le 14 septembre 1509, Archivio di Stato di Torino (désormais AST), Ferrero Fieschi di Masserano, mazzo 138 bis, n° 36.

31 Ferretti 1980, p. 17-21.

32 Archivio di Stato di Vercelli (désormais ASV), Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 9, n° 1.

33 Archivio di Stato di Milano, Archivio ducale Visconteo / Sforzesco, Registri ducali n° 9, fol. 1.

34 Ibid., fol. 132.

35 Je renvoie ici à tous les actes d’achats et de ventes que l’on peut trouver dans le fonds de l’AST, Ferrero Fieschi di Masserano, mazzo 138 bis, n° 23 à 51 et à ceux de l’ASV, Famiglia Arborio di Gattinara, mazzi 3, 7/2, 8, 9 et 10.

36 Claretta 1897, p. 102-116. Une autre description de ce château se trouve au sein de ses papiers personnels : ASV, Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 10, n° 31.

37 Francesco Guicciardini rappelle en effet à ses lecteurs qu’il était « nato di vile condizione » cf. Guicciardini 1971, lib. 16, cap. 14.

38 Gattinara à Charles Quint le 17 juin 1526, AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 1r-v.

39 ASV, Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 10, n° 3.

40 Ibid., mazzo 10, n° 5.

41 Headley 1980, p. 71.

42 Ainsi quand il reçoit l’archevêque de Capoue, Nicolas de Schönberg, envoyé par le pape auprès de l’empereur à l’automne 1524, cf. sa lettre à Jean Lallemand du 18 octobre, HHSA, Belgien PA 64/2, fol. 318r-319v.

43 Gattinara à Jean Lallemand le 21 octobre, HHSA, Belgien PA 64/2, fol. 320r-v.

44 Gattinara à Charles III de Savoie le 23 juillet, AST, Lettere Cardinali, mazzo 1, fol. 5r-6r.

45 Lettre du 2 avril dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 62 et Bornate 1915, p. 526-527.

46 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet 1527 de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, n° 72, fol. 465r-469r.

47 Gattinara à Jean Lallemand de début juin 1526 : AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 8r-10r.

48 AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 11r-v.

49 Ibid., fol. 8r-10r.

50 « Salaires et indemnités payés au grand chancelier », Bornate 1915, p. 483-484.

51 AGRB, Papiers d’État et de l’Audience 1471, n° 4, fol. 8r-v.

52 Cette affirmation nous est confirmée par Cornelius de Schepper dans sa lettre à Johannes Dantiscus du 3 juin, dans laquelle il écrit que les Espagnols le blâment lui, Cornelius, pour avoir poussé Gattinara à partir en Italie et abandonner l’empereur. Le diplomate se défend en affirmant que le Piémontais avait planifié ce voyage depuis trois ans déjà : CIDT&C, n° 349.

53 Gattinara avait en effet la réputation de protéger tous les Italiens de la cour de l’empereur, cf. Rívero Rodríguez 2005, p. 117.

54 Headley 1983, p. 71.

55 Lettre du 16 février dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 28

56 Lettre du 8 mars dans Bornate 1915, p. 525 et dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 36.

57 Lettre du 19 février à l’archevêque de Capoue dans Serassi 1769-1771, II, p. 140-141.

58 Gattinara 1991, p. 124-125. Navagero le confirme dans une lettre du 29 janvier : « Il detto Signor Cancellier (…) tien certissimo che questa pace di Franza non sia per esser bona pace et che il Re non habbia da osservar cosa alcuna, il che pensa che habbi ad esser la ruina di Cesare et dice anche che ha certe profetie che li dicono, alle quali sua Signoria crede molto », cité par Bornate 1915, p. 318.

59 Gattinara 1991, p. 125.

60 D’Amico 2012, p. 12.

61 Anghiera 1953-1957, II, p. 216.

62 Lettre du 25 février 1523, CIDT&C, n° 176. Cf. également Fontan - Axer 1994, p. 153. Cette phrase prononcée par le chancelier est en réalité tirée du De rege valentino du médecin et astrologue valencien au service de Ferdinand d’Aragon, Jeroni Torrella. Ouvrage qui contient une prophétie attribuée à un ermite de Constantinople en 1455 et qui commence par Surge, Vespertilio, surge, surge. Torrella se sert de cette prophétie pour promettre à son souverain la future conquête de Jérusalem. Cf. Ard Boone 2014, p. 33-34 et Milhou 1982, p. 61-78.

63 Niccoli 1987, p. 17-23. La région de Verceil où il naît a semble-t-il été particulièrement marquée par une forte attente apocalyptique. Il n’est à ce propos pas inutile de rappeler que Fra Dolcino et le mouvement hérétique issu des Apostoliques ont opéré dans le Valais et le Gattinarais au début des années 1300, et qu’à l’époque de Bernardin de Sienne à la fin des années 1410, le dominicain Manfredi da Vercelli prêcha dans les villes de Verceil et d’Alexandrie un discours fondé sur une interprétation littérale de l’Apocalypse et centrée sur la venue de l’Antéchrist. Cf. Orioli 2004.

64 Gattinara 1991, p. 61-62. Cf. également Headley 1979, p. 49-80.

65 Dans ses papiers personnels issus de fonds familial des archives de Verceil, on retrouve notamment un petit opuscule écrit de sa main intitulé « Extrait d’un vieux manuscrit de la chartreuse de Notre-Dame des Grâces près de Bruxelles, où l’on traite de la lutte du Christ contre l’Antéchrist ». ASV, Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 3, fasc. 11. Ce libellum a été publié par Boccotti 1994-1995, p. 156-195 et intègre une prophétie écrite deux siècles auparavant par Arnaud de Villeneuve, le Vae mundo in centum annis, qui servit notamment à la plupart des discours légitimateurs d’Henri de Trastamare pendant la guerre civile castillane des années 1354-1369. Cf. Ard Boone 2011 et Rousseau 2004.

66 Gattinara 1991, p. 124-125. Ce petit manuscrit que les historiens pensaient perdu a été retrouvé il y a une dizaine d’année par John Headley et se trouve à la British Library, Ms. n° 18 008 sous le titre AD Divum Carolum Maximum, Regem Catholicum, Mercurini Arboriensis de Gattinaria, Burgundiæ Præsidis, Oratio supplicatoria, somnium interserens de novissima orbis monarchia ac futuro Christianorum triumpho. On peut en trouver une transcription dans le CIDT&C, n° 538.

67 Gerbier 2008.

68 Le même auteur écrit dans l’éditorial de cette revue consacrée aux Raisons d’Empire que « si l’Empire doit avoir son Machiavel, Mercurino Arborio di Gattinara, Grand Chancelier de Charles Quint de 1518 à sa mort en 1530, constitue un prétendant sérieux à ce statut ». Cf. également Barbero 1967.

69 Dans les instructions données par Henry VIII aux ambassadeurs Francis Bryan and Peter Vannes, envoyés vers le pape fin novembre 1528, il est écrit: « Besides, it is known that the Emperor and his Chancellor and other councillors trust in a [prophecy] which hath been bruited, that there should be a Pope named [Angelo], who should go barefoot, and do many things superfluous [to] rehearse », cf. Brewer 1862-1876, IV/2, n° 4977.

70 Le Gall 2015, p. 27.

71 Pic de la Mirandole a notamment porté des attaques très dures contre l’astrologie. Cf. Skinner 2009, p. 151.

72 Le grand déluge qui était prévu pour l’année 1524 a suscité de nombreux débats, également dans les milieux humanistes. Nous renvoyons ici encore une fois à la correspondance de Pierre Martyr, éclairante à ce sujet, notamment sa lettre du 13 novembre 1521 dans laquelle, bien que niant l’idée d’un déluge général, il pense qu’il s’agit d’une conjonction en lieu précis de toutes les planètes et que l’on peut donc s’attendre à de grands événements. Anghiera 1953-1957, II, p. 216-217.

73 Battisti 1989.

74 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 38 et 49.

75 Dans une lettre du 17 mai de Barcelone, Cornelius de Schepper informe Johannes Dantiscus que Gattinara est bien décidé à être de retour dans deux mois, accompagné du pape. CIDT&C, n° 343.

76 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 62 et Bornate 1915, p. 527.

77 Cicogna 1824-1853, VI, p. 196 et Brown et al. 1864-1947, IV, p. 94. Certes le latin n’a sans doute pas été entièrement délaissé comme voudrait nous le faire croire Navagero, Alfonso de Valdés étant toujours le secrétaire de Charles Quint pour la correspondance latine. Il est cependant probable que le départ de Gattinara a provoqué une surcharge de travail pour les membres de la chancellerie qui n’a pas pu être entièrement comblée.

78 Lettre du 22 mai dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, p. 20.

79 Brown et al. 1864-1947, IV, p. 50.

80 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.

81 C’est le prédécesseur d’Andrea Navagero, l’ambassadeur vénitien Gasparo Contarini, résident à la cour de Charles Quint entre 1521 et 1525, qui décrit Gattinara comme un nouveau Joseph pour le peuple italien, à l’exemple du rôle de la figure biblique pour les enfants d’Israël. Cf., Brown et al. 1864-1947, III, p. 414. La relation qu’il donne au Sénat de Venise à son retour d’ambassade le 16 novembre 1525 se trouve dans Firpo 1970. On ne possède en revanche pas la relation de Navagero.

82 Gattinara 1991, p. 157. Information confirmée par Navagero dans Brown et al. 1864-1947, IV, p. 50 et Bornate 1915, p. 526-527.

83 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.

84 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 12 avril de Fraga, CIDT&C, n° 330.

85 Albareda 1977. En 1940, Heinrich Himmler s’y rendit, convaincu de pouvoir y trouver le Graal, ce qui en dit long sur la fascination qu’exerçait ce monastère.

86 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 21 avril de Montserrat, CIDT&C, n° 331 et Gattinara 1991, p. 157-158

87 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 juin de Gênes, CIDT&C, n° 355. Gattinara s’en plaint à Charles Quint en faisant un récit détaillé des exactions commises et demandant des sanctions. Cf. son mémoire en copie à la lettre du 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 475r-476v.

88 Mémoire à Charles Quint de la fin de l’année 1523 publié depuis une copie par Gossart 1898, p. 117. Original à l’ASV, Famiglia Arborio di Gattinara, mazzo 8, fasc. 24.

89 Remontrance à Charles Quint de juillet 1525 dans Headley 1983, p. 153.

90 Gattinara 1991, p. 159.

91 Gattinara à Charles Quint le 21 avril de Montserrat, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 442r.

92 Gattinara à Charles Quint le 12 mai de Barcelone, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 444r.

93 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 17 mai de Barcelone, CIDT&C, n° 343.

94 Gattinara 1991, p. 160.

95 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 17 mai de Barcelone, CIDT&C, n° 343.

96 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 mai de Palamos, CIDT&C, n° 348 et Gattinara, p. 159.

97 Gattinara à Charles Quint le 28 mai de Palamos, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 445r-446r.

98 Mémoire en copie à la lettre précédente, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 447r-v.

99 Cadenas y Vicent 1977, p. 41 à 51. Cf. p. 57-58 pour une transcription partielle du mémoire de Gattinara.

100 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 3 juin de Monaco, CIDT&C, n° 349.

101 Gattinara 1991, p. 161.

102 Gattinara 1991, p. 162.

103 Gattinara à Charles Quint le 7 juin de Monaco, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 449r-450v.

104 Ibid. Le futur Philippe II était né le 21 mai à Valladolid.

105 Charles Quint à Lope de Soria le 22 août de Valladolid, Real Academia de la Historia, Archivo Lope de Soria, 9 / 1951, n° 50.

106 Gattinara 1991, p. 164. Lannoy avait envoyé son rapport à Charles Quint le 17 mai, il n’est donc pas impossible que le courrier soit passé par Monaco. Il se peut également qu’il ait eu l’information par l’intermédiaire de son agent à Rome, Francisco de Salazar, qui lui avait écrit le 18 mai en faisant un récit détaillé du sac, cf. Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 87.

107 Headley 1983, p. 99. Cf. également les considérations de Bonora 2014, dans l’introduction de son ouvrage.

108 D’Amico 1999 et Reeves 1992. Sur ces événements de 1527, cf. aussi Chastel 1984 et Firpo 1998.

109 Cf. son discours sur le sac de Rome, attaché à la lettre du 7 juin de Monaco, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 451r-452v.

110 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 465r-469r.

111 Gattinara à Charles Quint le 7 juin de Monaco, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 449r-450v.

112 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 juin de Gênes, CIDT&C, n° 355.

113 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 465r-469r.

114 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 27 juin de Gênes, CIDT&C, n° 355.

115 Gattinara 1991, p. 166-167.

116 Gattinara à Charles Quint le 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 453r-455v, Gattinara 1991, p. 166-167 et Sanuto 1879-1903, XLV, p. 441-442.

117 Ibid, p. 442.

118 Gattinara à Charles Quint le 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 453r-455v. Il convient par ailleurs de noter que les lettres adressées à Charles Quint par Gattinara sont écrites en français, langue maternelle de l’empereur et que le chancelier maîtrise parfaitement. Crews 1991 et Rívero Rodríguez 2004 ont émis l’hypothèse d’un hispanisation de la pensée de Gattinara et de la chancellerie impériale au contact des collaborateurs espagnols comme Alfonso de Valdés. Le fait qu’il écrive désormais ses mémoires ou conseils en espagnol le confirmant. Pourtant, cette affirmation n’est qu’à moitié vraie, Gattinara continuant en effet de s’adresser à son souverain en français, même pour les affaires d’État, en témoigne ses discours sur Andrea Doria ou le sac de Rome. Quant à la correspondance personnelle entre l’empereur et son chancelier, elle reste dans cette langue jusqu’à la mort de ce dernier.

119 Gattinara à Charles Quint le 27 juin de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 453r- 455v.

120 Gattinara à Charles Quint le 8 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 457r-458v.

121 Gattinara à Charles Quint le 15 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 459r-464v.

122 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r.

123 Gattinara à Charles Quint le 8 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 457r-458v.

124 Gattinara à Charles Quint le 15 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 459r- 464v.

125 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 17 juillet de Gênes, CIDT&C, n° 357.

126 Headley 1983, p. 72.

127 Gattinara à Charles Quint le 18 juillet de Gênes, HHSA, PA 66/5, fol. 465r-469r.

128 Alfonso de Valdés à Johannes Dantiscus le 9 septembre 1527, CIDT&C, n° 5744.

129 Cornelius de Schepper à Érasme le 28 juin 1530 d’Innsbruck : « Dieu nous a enlevé notre révérendissime Chancelier suprême ; j’ai eu pour cet homme une vive affection sur le plan officiel, car c’était un homme de bien ; j’en ai eu aussi sur le plan privé, parce qu’il avait lui-même de l’affection pour moi, sans que je le méritasse aucunement, mais par une inclinaison naturelle à mon égard. Ainsi, il nous a été enlevé et peut-être pour notre malheur. Car nous ne trouverons pas un homme pareil qui puisse l’égaler pour l’expérience des affaires et l’habilité à les régler ; quant à ses qualités de loyauté et d’intégrité, il n’y a aujourd’hui personne en vie qui en soit pourvu. (…) J’ai vénéré cet homme quand il était vivant, je ne le vénérerai pas moins maintenant qu’il est mort ; car je sais combien il fut grand (…) », dans Gerlo et Foriers 1967-1984, VIII, p. 591-594.

130 Gattinara 1991, p. 168.

131 Lope de Soria à Charles Quint le 21 juillet, Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 121.

132 Andrea Doria à Lautrec le 7 août, Brewer 1862-1876, IV/2, n° 3336.

133 Ibid., n° 3365.

134 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r. Giovanni Bartolomeo di Gattinara, cousin de Mercurino, né vers 1480 et mort en 1544, est lui aussi entré au service de Charles Quint grâce au chancelier qui avait besoin de s’entourer de personnes de confiance. Il est l’un de ses principaux collaborateurs et a également bénéficié de la confiance de l’empereur pour qui il effectue un certain nombre de missions diplomatiques. C’est lui qui, suite au sac de Rome, négocie la reddition du pape dans sa prison du Castel Sant’Angelo. Il est ensuite chargé, selon les termes de l’accord, de prendre possession de Parme et Plaisance, qui devaient revenir dans le giron impérial et dont il avait été nommé gouverneur. Il ne put mener sa tâche à bien en raison de l’opposition sur place du commissaire pontifical, Francesco Guicciardini. Cf. Merlotti 1999 et Rívero Rodríguez 2004, p. 223-238.

135 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r.

136 Gattinara au duc de Ferrare le 28 juillet de Gênes, Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 129. La lettre est-elle arrivée jusqu’à son destinataire ?

137 Gattinara à Charles Quint le 29 juillet de Gênes, HHSA, Belgien PA 66/5, fol. 470r-477r.

138 Andrea Doria à Lautrec le 9 août de Portofino dans Sanuto 1879-1903, XLV, p. 640-642.

139 Bornate 1915, p. 353.

140 Lope de Soria à Charles Quint le 28 août, Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 167.

141 Gattinara 1991, p. 170. L’ambassadeur de Charles Quint à Gênes, Lope de Soria, donne lui la date du 13, tout comme Alonso Sanchez et Marino Caracciolo, ambassadeurs impériaux à Venise. Cf. Bergenroth et al. 1862-1954, III/2, n° 163, 165 et 167. Il est possible que ce tout petit décalage soit l’œuvre de Gattinara, dans une volonté de rapprocher sa date de départ au plus près de la fête de l’Assomption. L’intégralité de son autobiographie est en effet écrite de manière à montrer qu’il a bénéficié du soutien de Dieu et de la Vierge dans tous ses choix.

142 Cappelloni 1576, p. 44-45.

143 Brandi 1939, p. 261.

144 Gattinara 1991, p. 170. Dans son autobiographie, Gattinara nous dit que seulement cinq personnes l’ont accompagné dans sa fuite de Gênes : deux serviteurs et trois membres de sa famille. Giovanni Bartolomeo est peut-être de ceux-là. Cf. Bornate 1915, p. 353.

145 Gattinara 1991, p. 171.

146 Cornelius de Schepper à Johannes Dantiscus le 18 octobre de Saragosse, CIDT&C, n° 378.

147 Gattinara à la duchesse de Savoie le 4 septembre de Barcelone, AST, Lettere Cardinali, Mazzo 1, fol. 11r. Publiée dans Bornate 1915, p. 534. La proximité entretenue avec Béatrice de Portugal, avec qui il correspond régulièrement, est sans doute lié au fait qu’il semble avoir servi d’intermédiaire pour le mariage entre cette princesse, fille du roi de Portugal Manuel Ier et sœur de l’impératrice Isabelle, et son souverain naturel, le duc de Savoie Charles III. Cf. Rívero Rodríguez 2005, p. 218. Le 3 février 1520, il avait écrit au duc en ce sens, Bornate 1915, p. 423-424.

148 Bergenroth et al. 1862-1954, vol. III/2, n° 179.

149 Ibid., n° 180.

150 Lettre 10 février dans Rodríguez Villa 1903-1904, 44, pp. 146-148.

151 Gattinara 1991, p. 171. Cf. également la lettre envoyée par Johannes Dantiscus à Gattinara le 7 de ce mois, CIDT&C, n° 377.

152 CIDT&C, n° 5742, 5744, 5745, 5746, 5747, 5748, 5749. Alfonso de Valdés, né vers 1492-94 et mort en 1532, est surtout connu pour ses deux dialogues d’inspiration érasmiste devenus classiques de la littérature espagnole, le Diálogo de Lactancio y un Arcediano o Diálogo de las cosas acaecidas en Roma et le Diálogo de Mercurio y Carón. Humaniste, ami et correspondant d’Érasme, il doit son ascension à Gattinara qui le fait entrer à la chancellerie impériale aux alentours de 1520, peu de temps avant le départ de Charles Quint pour les Pays-Bas. Secrétaire personnel du chancelier et secrétaire pour les lettres latines au sein de la chancellerie, il bénéficie jusqu’à sa mort de la confiance de Charles Quint et est l’un des plus ardents défenseurs de la politique impériale universelle voulue par Gattinara. Je renvoie ici à la très belle édition complète de ses œuvres, Valdés 1996, malheureusement difficilement trouvable, et à l’étude de Martínez Millán M 1976.

153 Albareda 1977, p. 71-73.

154 Gattinara 1991, p. 172.

155 Alfonso de Valdés à Johannes Dantiscus le 7 octobre de Palencia, CIDT&C, n° 5749.

156 Johannes Dantiscus à Gattinara le 7 octobre de Paredes de Nava, CIDT&C, n° 377.

157 Maximilien Transylvanus à Alfonso de Valdés le 20 août 1528, Bergenroth et al. 1862-1954, vol. III/2, n° 532. Il était également secrétaire de la chancellerie impériale, cf. Headley 1983, p. 32 et Roersch 1928.

158 Lettres à Alfonso de Valdés du 21 octobre et du 25 novembre dans Caballero 1975, p. 343 et 349.

159 Lettre du 25 octobre, Brown et al. 1864-1947, IV, p. 104 et Cicogna 1824-1853, p. 200.

160 Brunelli 1999

161 Charles Quint à Gattinara le 2 juillet, HHSA, Belgien PA 66/4, fol. 334r.

162 Gattinara 1991, p. 187-188 et Headley 1983, p. 133.

163 Le 22 avril 1528. Document original dans le fonds familial de l’ASV, Famigia Arborio di Gattinara Mazzo 8, n° 39. Une publication en a été donnée par Avonto 1981, p. 103-105.

164 Tu ero plus quam Ulixes in hac tam probata aetate et prudentia ab istis Syrenibus (…). Johannes Dantiscus à Gattinara le 7 octobre de Paredes de Nava, CIDT&C, n° 377.

165 Headley 1983, p. 119-120.

166 Brandi 1939, p. 261.

167 Gattinara 1991, p. 194.

168 Nom de la Vierge noire de Montserrat, Albareda 1977, p. 121.

169 Conseils de Gattinara à Charles Quint, le 12 juillet 1519 dans Bornate 1915, 405-406.

170 Gerbier 2008 dans son éditorial, p 8. Cf. supra n. 68.

171 Menéndez Pidal 1940, p. 9-35.

172 Ferretti 1980, p. 114.

173 Rívero Rodríguez 2005, p. 12. D’une manière générale, l’historiographie germanique, de Peter Rassow et Karl Brandi à Alfred Kohler, a accordé une place importante au chancelier dans l’éducation politique de Charles Quint et la direction des affaires impériales. Kohler 2000, p. 121 écrit : « Hay que recordar el poder de persuasión que la capacidad dialéctica de Gattinara ejercía en su entorno, sobre todo en Carlos V ». Inversement, dans la lignée de Ramón Menéndez Pidal, l’historiographie espagnole, et récemment encore avec Manuel Rívero Rodríguez, a eu tendance à minimiser son rôle.

174 Brandi 1939, p. 86.

175 Pierre Chaunu écrit en effet : « Quand on traîne le boulet d’un Gattinara (qui fait la joie des historiens) faute d’avoir trouvé un Chièvres bis qui fût acceptable en Espagne, il est peut-être heureux qu’on ne soit pas soi-même un autre papelero ou un scribe accroupi », cf. Chaunu - Escamilla, 2000, p. 1042.

176 D’Amico 2012, p. 12

177 Headley 1983, p. 135.

178 Ferretti 1980, p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Jouaville, « Les péripéties du prophète impérial : le voyage en Italie du chancelier Gattinara en 1527 », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/4133 ; DOI : 10.4000/mefrm.4133

Haut de page

Auteur

Quentin Jouaville

Université de Lorraine / Université de Liège, quentin.jouaville@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals