Navigation – Plan du site
Les observances régulières : historiographies

Introduction

Sylvie Duval, Haude Morvan et Ludovic Viallet

Texte intégral

1Entre Moyen Âge et Époque moderne, le visage des sociétés européennes a connu d’importantes mutations dans lesquelles le rôle des religieux a été évident, mais doit encore être mieux défini. Au même moment, le monde des réguliers dans son ensemble (ou presque ?) était lui-même remodelé en profondeur par les mouvements de l’Observance, appelant à une application plus stricte des prescriptions de la Règle ou des Constitutions propres à chaque ordre. Les réformateurs, toutefois, ont très vite rempli d’autres missions, en particulier dans le domaine de la pastorale des laïcs, de la régulation de la vie religieuse et morale de la société dans laquelle ils vivaient, de la promotion de nouveaux modèles culturels et éducatifs.

  • 1 En témoigne l'ouvrage récent de Bert Roest et James Mixson (Roest – Mixson 2015).

2Ce phénomène de l’Observance est depuis quelques années l’objet d’une attention accrue de la part des chercheurs, qui sont en train d’en modifier largement l’image1. Les textes rassemblés dans ce dossier reflètent cette ambition, nourrie par la conviction qu’un renouvellement de perspective ne peut venir que de l’union des points de vue de spécialistes venant de plusieurs disciplines (histoire, histoire de l’art, musicologie) et de plusieurs horizons géographiques, chacun porteur d’une tradition historiographique propre. Ils sont issus d’un colloque organisé à Clermont-Ferrand les 9 et 10 juin 2017 grâce au soutien de la Fondation de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge (André Vauchez, Prix Balzan 2013), de l’Université Clermont Auvergne et du Centre d'Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC). Cette rencontre inaugurait le projet Observer l’Observance qui entend, au fil de colloques organisés jusqu'en 2021, envisager l’Observance (ou les observances) sous plusieurs aspects, notamment les structures juridiques et les appuis politiques des institutions mises en place par les réformateurs ainsi que la contribution de ceux-ci à une normalisation de la société ou au renouveau spirituel et culturel.

3Observer l'Observance : accoler ces deux termes a l'avantage de résonner de façon brève et percutante, certes, mais aussi, par ce que l’observation (l'autre substantif dérivé du même verbe) peut avoir de souple et de rigoureux – en un mélange d'itinérance, d'exploration aventureuse et d’attention soutenue –, d’exprimer l'esprit d’un projet. Une équipe scientifique internationale a été constituée, dont bien des membres étaient présents à Clermont-Ferrand et dont les travaux portent sur tous les ordres religieux. Elle a été formée sur la base des spécialités des uns et des autres, mais est aussi le fruit des liens noués depuis plusieurs années entre des chercheurs rassemblés par des intérêts et des passions partagés, des relations de travail fécondes et amicales, voire des sentiments d’amitié.

  • 2 Une belle analyse de ces mécanismes pour l’Ordre des Frères prêcheurs a été publiée récemment (Hui (...)

4L’angle historiographique s’imposait pour ce premier colloque, puisque la mise en forme des mouvements observants en un récit cohérent et téléologique s’est faite au sein de la plupart des ordres religieux dès la fin du XVe siècle, plaçant sur les événements une loupe déformante dont les études contemporaines ont encore souvent du mal à se défaire2. Le cas le plus évident est celui des mouvements réformateurs chez les Frères mineurs, qui pèsent d’un poids tout à fait particulier dans l’historiographie. Parler de « l’Observance franciscaine » au singulier, ou même de « l’Observance » découle d’un héritage historiographique ancien, résultat d’une véritable construction qu’il importe de démonter pour faire émerger une pluralité de voix, de contradictions et d’expériences avortées. C’est ce à quoi invitent notamment les articles de Michele Lodone et Letizia Pellegrini dans ce dossier. Les contributions de Bert Roest et de Sylvie Duval appellent par ailleurs à réécrire l’histoire de la réforme observante en tenant compte du monde religieux féminin au sein duquel de nombreuses tentatives de réformes, parfois contradictoires, furent effectuées. Beaucoup d’entre elles, aussi bien chez les moniales que chez les tertiaires (ou pénitentes) ont été initiées par les femmes elles-mêmes : une histoire progressivement tue par l’historiographie des ordres religieux, qui préférèrent donner l’image d’un mouvement de réforme linéaire, hiérarchique et, somme toute, masculin.

5De fait, une analyse des mouvements d’Observance ne doit pas se limiter à une approche monadique : il apparaît crucial de mettre en lumière les relations entre les réformateurs qui, bien qu’appartenant à différents ordres religieux, partageaient l’idée et l’envie d’une Chrétienté renouvelée et réordonnée, mais aussi celles qu'ont entretenues ces mêmes réformateurs avec l’ensemble de la société, autour des notions complexes de réforme et de modernité.

6Écrire l'histoire des mouvements observants, aujourd'hui comme hier, revient à se pencher sur l'histoire d'une certaine idée de la réforme religieuse, puisque, dans l'esprit de ceux qui promouvaient la vie régulière de observantia, celle-ci était associée à une exigence qui allait au-delà de la simple « réforme ». Ce faisant, ils s'exposaient à une critique virulente, celle d'une prétention à la perfection, donc d'une forme d'usurpation : ils sont, dans les textes du XVe siècle, ceux qui se dicunt de observantia. Les affrontements et controverses entre communautés d'idées, « sectes » voire Églises rivales n'étaient pas nouveaux ; marqués aussi par l'usage de stratégies dénominatives et discursives, ils ont traversé l'histoire du Christianisme, depuis l'âge des conciles fondateurs jusqu'à celui de la confessionnalisation et de la religion « prétendue réformée ». Il est donc d'autant plus nécessaire de discerner ce qui a pu être novateur ou spécifique – et aussi, a contrario, ce qui renvoyait à de très anciens héritages – dans des dynamiques réformatrices censées travailler le monde des cloîtres, mais qui étaient à bien des égards, selon des dimensions variables, adossées à des pouvoirs et des idées, enchâssées dans d'autres constructions institutionnelles et des sociétés que les historiens s'accordent à définir comme celles de la « modernité » en genèse. Par là-même, c'est sans doute aussi en scrutant ces dynamiques réformatrices que l'on pourra contribuer à mieux cerner en quoi a consisté cette dernière.

7Si l’on s'intéresse à l’un des acteurs majeurs du phénomène observant, Jean de Capistran, il s’agissait clairement pour lui de reconnaître et de faire reconnaître une valeur particulière à l’intérieur de la reformatio. Dans les constitutions de 1443 pour l’Observance cismontaine, il insista sur l’importance de la formation des jeunes frères dans le respect de la vraie vie franciscaine, qui avait valu au mouvement qu’il dirigeait le nom de « frères de l’Observance » :

  • 3 Chronologia 1650, t. I, p. 106, chap. IX.

Hinc, et Sanctissimus D. N. Eugenius Papa IV […] pluries mihi innuit, sicut nonnulli reverendissimi domini cardinales suaserunt, ut in qualibet provincia curarem providere de bona instructione juvenum, tam in scientiis, quam in moribus, et exemplari vita Observantiae Regularis : ut nomen nobis impositum (fratrum videlicet de Observantia) ex consequentia rei suum laetum, et perfectum consequatur effectum in cunctis pertinentibus ad salutem3.

  • 4 Les fondements de cette autonomie (en un réseau de vicairies, dirigées par des vicaires demeurant (...)
  • 5 Chronica Fratris Nicolai Glassberger, p. 342. 

8Ainsi la question de la formation était-elle affirmée comme la pierre angulaire sur laquelle étaient construites la crédibilité, la légitimité et l’identité de l’Observance qu'on allait bientôt qualifier de sub vicariis, car elle était en train d'acquérir son autonomie administrative au sein de l'Ordre4. Pour Capistran, comme il l’écrivit dans sa lettre de novembre 1452 au gardien de Nuremberg Albert Puchelbach – auquel il confiait de jeunes frères – il y avait une norma de l’Observance, qu’il fallait enseigner et faire assimiler5.

  • 6 Voir notamment Guerra 2006 et Winkelmes 2001.
  • 7 Sur ce sujet, voir les travaux de Michael Gromotka.

9La réflexion sur la norme au sein des congrégations observantes a aussi concerné le cadre de vie, monastère ou couvent. Dès le haut Moyen Âge, comme en témoigne le célèbre plan de Saint-Gall, les communautés régulières s’étaient dotées de règles et de coutumes adaptant l’architecture et son décor à leur idéal de vie. Qu’en est-il des observants ? Ont-ils prôné un retour à des formes originelles et, dans ce cas, lesquelles ? Les travaux sur Palladio ont bien montré les liens privilégiés tissés entre la congrégation bénédictine observante de Sainte-Justine et un architecte qui, comme Alberti ou Francesco di Giorgio Martini, s’inspirait d’une idée conçue comme « philologique » des lieux de culte des premiers chrétiens6. D’un autre côté, les normes sur la stricte séparation au sein de l’espace ecclésial entre la communauté et les laïcs, mais aussi entre les hommes et les femmes, furent rappelées par plusieurs réformateurs tels que Savonarole ou Ludovico Barbo, et mises en œuvre dans les églises à travers un mobilier (stalles, jubé) garantissant davantage de cloisonnement, à l’opposé de l’évolution contemporaine qui allait vers une ouverture et une homogénéisation visuelle de l’espace. Le cas de San Pietro à Pérouse est à ce titre exemplaire : lorsque l’abbaye entra dans la congrégation de Sainte-Justine en 1436, la zone du sanctuaire et du chœur fut profondément réaménagée pour garantir la stricte clôture des moines7. Les rapports complexes qu’ont entretenus les mouvements observants avec la modernité, qu’elle soit artistique ou intellectuelle, ont largement nourri l’historiographie et sont évoqués ici dans les contributions d’Anne Reltgen-Tallon et de Denise Zaru.

  • 8 Sur ce véritable face-à-face, Viallet 2014, en particulier p. 95-99.

10La question qui se pose est donc celle de la fidélité à une exigence, à un objectif d’excellence : une problématique qui n'a cessé de travailler, à l’époque contemporaine, le champ du politique, mais dont la vie régulière a sans doute offert le terrain le plus précoce dans l’histoire occidentale, puisqu’elle reposait sur des textes normatifs à respecter et avait comme horizon un idéal d’absolu. L’action des réformateurs du XVe siècle a pu avoir, pour ainsi dire par essence, un caractère extrême, sinon « extrémiste » ; à bien des égards, elle a ressorti au domaine de la politique, s'inscrivant dans une démarche de conquête du pouvoir et de renouvellement des structures institutionnelles permettant de l'exercer. Il convient toutefois de ne pas négliger les expériences qui, au contraire, ont essayé d’échapper à la trop grande prégnance de l’institution, de la structure (ont-elles toutes été combattues par les « Observants » ?) ; d’être attentif, aussi, aux revendications de voies plus modérées – face à Capistran, le provincial de Saxe Matthias Döring, figure de proue des Franciscains dits Reformaten dans le monde germanique, défendit un véritable « relativisme disciplinaire »8.

11De cette exigence réformatrice ont découlé de véritables mutations, voire métamorphoses institutionnelles. Rien n’est jamais chimiquement pur : l’exigence de réforme était mêlée à d’autres forces plus ou moins structurantes, particulièrement celles des pouvoirs princiers et des cadres nationaux en gestation – et c’est pour cela que le décloisonnement géographique et historiographique que nous nous efforçons d’opérer est indispensable. Le processus d’autonomisation de congrégations observantes, particulièrement à l’œuvre chez les Mendiants depuis le milieu du XVe siècle, apparaissait comme la seule voie possible pour réformer, compte tenu des blocages générés dans le fonctionnement institutionnel de ces ordres par les tenants du statu quo, mais aussi de la crainte des religieux passés à l'Observance d'être mêlés à ceux qui étaient rétifs à la réforme.

  • 9 Les appels à réagir face à cette véritable pulvérisation du paysage des réguliers s'étaient multip (...)
  • 10 In epistolam S. Pauli ad Galatas Commentarius, 1531, dans Luthers Werke, t. 40/2, p. 92 : Ociose i (...)

12Nous avons fêté en 2017 les anniversaires de deux épisodes de l’histoire du Christianisme occidental, l’un plus célèbre que l’autre. La bulle Ite vos promulguée par Léon X le 29 mai 1517 tentait de poser un frein au morcellement institutionnel qui déchirait la famille franciscaine9. Quant à Luther, qui était un observant, et qui en 1517 l’était encore (comme l’était aussi, par exemple, le dominicain Martin Bucer), son voyage à Rome au cours de l’hiver 1510-1511 avait été motivé par sa crainte et celle de ses frères d’Erfurt devant le projet de Staupitz, vicaire général des Ermites de saint Augustin pour l’Allemagne, qui souhaitait réunir tous les religieux dans les mêmes couvents. Il s’agissait de protester auprès du Général de l’Ordre contre cette union des Observants avec des frères non réformés. Quelques années plus tard, Luther ne croyait plus en l'utilité de la rude discipline du cloître pour l'obtention du Salut (« Tu es donc entré en vain dans les ordres et toutes tes bonnes œuvres sont inutiles », écrira-t-il dans son commentaire de l’épître aux Galates10) ; l'observant zélé avait, dirait-on aujourd'hui, changé de paradigme. Mais par-delà le discours anti-mendiant qu’il développa, c’est seulement en inscrivant sa démarche dans le temps des réformes que l’on peut pleinement comprendre la genèse de la Réformation. Alors que le rêve d’une société conçue comme un vaste cloître avait traversé le XVe siècle, bien au-delà de la seule sphère des réguliers, après 1520 un discours sur la réforme poussa, en quelque sorte, le modèle jusqu’au bout en effaçant les hauts murs séparant clercs et laïcs, en vertu d’une certaine conception de la communauté chrétienne — à l'unité désormais re-formée.

  • 11 Werner 1998, en part. p. 350-353.
  • 12 González Hernando – Olivares Martínez 2016.

13En scrutant les réformes de l’observance, en effet, nous allons scruter des réformes religieuses à la forte dimension sociale ou « sociétale » – pour reprendre un terme actuel. Ces réformes ont été conçues et mises en œuvre en lien étroit avec les pouvoirs, au service de la légitimation de l’ordre social, de la normalisation des comportements et de la lutte contre la déviance. En Thuringe, par exemple, la maison de Wettin noua une relation étroite avec l’Observance franciscaine à partir de 1449 et de l’instauration du premier vicaire observant de Saxe. À Iéna, en septembre 1452, le landgrave Guillaume III rencontra Jean de Capistran, qui lui apporta un soutien important dans son projet de réforme religieuse, programme global de Kirchenpolitik visant à « l’amélioration du peuple » (Besserung des Volkes) et au Bien de l’État par l'imposition, dans la population, de certaines normes de discipline religieuse et morale11. Le petit-neveu de Guillaume, le duc de Saxe Frédéric III, fut le protecteur de Luther, celui qui exfiltra le « chevalier Georges » à la Wartbourg – haut-lieu du Franciscanisme, soit dit en passant, marqué en particulier par le souvenir de sainte Elisabeth. Dans un autre contexte, en Espagne, le programme de réforme religieuse promu par les Rois très catholiques s’appuya largement sur les Dominicains observants, à travers l’Inquisition, ce qui a informé les programmes iconographiques des églises de l’Ordre12. Les églises des Observants offraient par ailleurs aux élites un lieu de mise en scène, dans un cadre nouveau, à travers des programmes iconographiques, héraldiques, funéraires mais aussi des cérémonies – le cas des Médicis à San Marco à Florence en est un bel exemple. Ce lien fort entre pouvoirs politiques et Observants est d’autant plus flagrant dans le cas des Mendiants : reste à se demander dans quelle mesure le constat doit être nuancé, voire corrigé pour d’autres familles de réguliers, moins actifs dans le siècle. La contribution de Cristina Andenna dans ce dossier pose ainsi de premiers jalons pour reprendre la question des mouvements d’observance au sein du monde canonial.

14Dans une entente plus ou moins étroite, donc, avec les pouvoirs, princiers ou urbains (on prendra garde à ne pas oublier ces derniers), les Observants se mêlèrent des aspects moraux, économiques (en élaborant, pas seulement en condamnant, comme le montrent les premiers Monts-de-Piété) et plus généralement « pratiques » de la vie du chrétien, mais aussi de la place de la femme pour laquelle la vie religieuse fut ramenée entre les murs du cloître, comme le rappellent ici Bert Roest et Sylvie Duval. Les modèles de vie qu’ils proposèrent concoururent à forger dans les sociétés pré-modernes de nouvelles valeurs, au sein desquelles l’obéissance tenait une place centrale.

15Pour agir sur la société laïque, ils eurent recours non seulement à la prédication, mais aussi à des formes de communication artistique. De grands réformateurs comme Giovanni Dominici et Ludovico Barbo ont théorisé l’usage des images pour l’instruction des laïcs (notamment des enfants). Dans le présent dossier, Denise Zaru et Peter Loewen soulignent les usages novateurs des images et de la musique par les Observants, ouvrant des perspectives riches sur les liens entretenus par les communautés réformées avec les plus grands artistes de la Renaissance (Palladio, Benozzo Gozzoli…), comme avec la culture populaire (notamment les chansons).

16On le voit, les questionnements sont nombreux et les perspectives largement ouvertes, au-delà des idées reçues et des lieux communs historiographiques. Un dossier de quelques textes ne peut en rendre pleinement compte, comme il ne peut refléter la richesse des échanges d'une rencontre. À ceux-ci ont contribué, outre les auteurs de ce dossier, Francesco Carta, Donal Cooper, Pietro Delcorno, Jean-Marie Le Gall, James Mixson, Pierantonio Piatti, Sonia Porzi, Filippo Sedda, Coralie Zermatten, Valentina Živković. Qu’ils soient remerciés de leur présence et de leurs apports.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Chronica Fratris Nicolai Glassberger = Chronica Fratris Nicolai Glassberger Ordinis Minorum Observantium, éd. in Analecta Franciscana, II, Quaracchi, 1887.

Chronologia 1650 = Michele Angelo Vaginari (OFM), Chronologia historico-legalis Seraphici Ordinis Fratrum Minorum Sancti Patris Francisci, Naples, 1650.

Luthers Werke = D. Martin Luthers Werke: kritische Gesamtausgabe, Weimar, 1883-1961.

Bibliographie

Delcorno – Muzzarelli – Roest 2013 = P. Delcorno, G. Muzzarelli, B. Roest (dir.), Pluralism and identity formation in the catholic world: from the Libellus ad Leonem X (1513) to the Council of Trent, actes de trois workshops organisés à l’Université de Bologne et à la Radboud University, dans Franciscan Studies, 71, 2013.

González Hernando – Olivares Martínez 2016 = I. González Hernando, D. Olivares Martínez, Los Reyes Católicos y los lugares de memoria de los santos dominicos, dans Los monasterios medievales en sus emplazamientos: lugares de memoria de lo sagrado, Aguilar de Campoo, 2016, p. 247-281.

Guerra 2006 = A. Guerra, Croce della Salvezza. I benedettini e il progetto di Palladio per San Giorgio Maggiore a Venezia, dans J. Stabenow (dir.), Lo spazio e il culto. Relazioni tra edificio ecclesiale e uso liturgico dal XV al XVI secolo. Atti delle giornate di studio, 27-28 marzo 2003, Kunsthistorisches Institut in Florenz, Venise, 2006, p. 353-383. 

Huijbers 2018 = A. Huijbers, Zealots for souls. Dominican narratives of self-understanding during observant reforms, c. 1388-1517, Berlin-Boston, 2018.

Merlo 2003 = G.G. Merlo, Nel nome di san Francesco. Storia dei frati Minori e del francescanesimo sino agli inizi del XVI secolo, Padoue, 2003.

Roest – Mixson 2015 = B. Roest, J. Mixson (dir.), A companion to observant reform in the late Middle Ages and beyond, Leiden-Boston (Mass.), 2015.

Viallet 2014 = L. Viallet, Les sens de l’observance. Enquête sur les réformes franciscaines entre l’Elbe et l’Oder, de Capistran à Luther (vers 1450-vers 1520), Münster, 2014.

Werner 1998 = M. Werner, Landesherr und Franziskanerorden im spätmittelalterlichen Thüringen, dans D. Berg (dir.), Könige, Landesherren und Bettelorden. Konflikt und Kooperation in West- und Mitteleuropa bis zur Frühen Neuzeit, Werl, 1998, p. 331-360.

Winkelmes 2001 = M.-A. Winkelmes, Notes on Cassinese choirs: acoustics and religious architecture in northern Italy, dans L.R. Jones (dir.), Coming about... A Festschrift for John Shearman, Cambridge (Mass.), 2001, p. 307-312.

Haut de page

Notes

1 En témoigne l'ouvrage récent de Bert Roest et James Mixson (Roest – Mixson 2015).

2 Une belle analyse de ces mécanismes pour l’Ordre des Frères prêcheurs a été publiée récemment (Huijbers 2018). Voir aussi la contribution d’Anne Reltgen-Tallon dans ce dossier.

3 Chronologia 1650, t. I, p. 106, chap. IX.

4 Les fondements de cette autonomie (en un réseau de vicairies, dirigées par des vicaires demeurant sous l'autorité du ministre général) furent établis par des lettres pontificales entre 1443 et 1447. Voir Merlo 2003, p. 324-334.

5 Chronica Fratris Nicolai Glassberger, p. 342. 

6 Voir notamment Guerra 2006 et Winkelmes 2001.

7 Sur ce sujet, voir les travaux de Michael Gromotka.

8 Sur ce véritable face-à-face, Viallet 2014, en particulier p. 95-99.

9 Les appels à réagir face à cette véritable pulvérisation du paysage des réguliers s'étaient multipliés, tel celui lancé à Léon X dans le Libellus ad Leonem de 1513 par les camaldules Paolo Giustiniani et Vincenzo Quirini, afin de présenter les maux de l’Église et des propositions de réformes pour les soigner. Voir notamment les contributions réunies dans Delcorno – Muzzarelli – Roest 2013.

10 In epistolam S. Pauli ad Galatas Commentarius, 1531, dans Luthers Werke, t. 40/2, p. 92 : Ociose igitur ingressus es sacrum ordinem et omnia bona opera tua frustranea sunt.

11 Werner 1998, en part. p. 350-353.

12 González Hernando – Olivares Martínez 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Duval, Haude Morvan et Ludovic Viallet, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/4182 ; DOI : 10.4000/mefrm.4182

Haut de page

Auteurs

Sylvie Duval

Fondation Thiers - CIHAM UMR 5648, duvalsylvie@hotmail.com

Articles du même auteur

Haude Morvan

Université Bordeaux Montaigne - Ausonius UMR 5607, haude.morvan@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Ludovic Viallet

Université Clermont Auvergne - CHEC, ludovic.viallet@uca.fr

Articles du même auteur

  • L’insertion des communautés franciscaines réformées dans l’espace urbain germanique au XVe siècle
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 124-1 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals