Navigation – Plan du site
Les observances régulières : historiographies

Les Dominicaines ou les paradoxes de l’Observance. Une approche historiographique

Sylvie Duval

Résumés

L’historiographie de la réforme observante féminine est d’abord celle d'une disparition progressive : celle des réformatrices qui, malgré leur action décisive au début de la réforme, n’apparaissent pas, ou peu, dans l’histoire « officielle » des ordres religieux. Dans le cas de l’ordre dominicain, cette disparition est d’autant plus étonnante que la réforme s’est résolument inscrite sous le patronage spirituel d’une femme, Catherine de Sienne, canonisée en 1461. À travers l’examen de chroniques contemporaines de la réforme puis de l’historiographie qui a suivi, cet article tente de mettre en valeur les mécanismes qui ont conduit à l’effacement de la mémoire de l'action réformatrice de ces femmes, puis à sa récente « réapparition », dans le cadre des études portées par la thématique du genre. Cette nouvelle orientation a permis la redécouverte de nombreux textes, dont les fameuses chroniques écrites par les religieuses de langue allemande (schwesternbüchen), et a conduit les historiens à réévaluer le rôle des religieuses, jusqu’alors considéré comme passif, dans les mouvements de réforme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est-à-dire Bernardin de Sienne (m. 1444), Albert de Sarteano (m. 1450), Jean de Capistran (m. 14 (...)
  • 2 « Si noti che il moto di Osservanza, verificatosi negli ordini maschili, non esiste presso le mona (...)

1Envisager l’étude de l’Observance à partir des « ordres » religieux féminins est en soi une nouveauté. L’histoire, on le sait, s’écrit du côté des gagnants : les chroniques et les récits qui nous sont parvenus, mais aussi toute une partie de l’historiographie moderne qui a suivi ces sources, ont mis en avant de vaillants réformateurs, presque tous des hommes : les « quatre colonnes » de l’Observance franciscaine1, les maîtres généraux dominicains, Ludovico Barbo et la réforme bénédictine…Quant aux « perdants » de la réforme, c’est-à-dire les conventuels, dépeints avec excès comme des religieux dévoyés, mais aussi dans une certaine mesure les femmes, qui se retrouvèrent au bout du compte confinées dans leurs monastères strictement clos, ils ont été pour longtemps éclipsés, dans la mémoire collective des ordres religieux comme, plus généralement, dans l’histoire de l’Église. C’est ainsi que l’on peut lire dans l’article « Observance » du célèbre Dizionario degli Istituti di perfezione, sous la plume de l’historien jésuite Mario Fois : « Notons que le mouvement observant, qui s’est développé dans les ordres masculins, n’existe pas chez les moniales »2.

  • 3 Voir Vauchez 2015.

2Il n’en a pas toujours été ainsi. Les premiers chroniqueurs de l’Observance, qui écrivent au XVe siècle alors que la réforme est en marche, ont laissé une grande place aux femmes dans leurs récits. Les Dominicains considéraient même l’une d’elle, Catherine de Sienne, comme la mère spirituelle de leur mouvement3. Autour des années 1450, l’hagiographe anonyme de la moniale dominicaine Chiara Gambacorta, fondatrice du premier monastère dominicain réformé en 1385, décrit ainsi la situation de l’ordre des prêcheurs à la veille de la réforme :

  • 4 « Confondevansi li huomini, vedendo che le donne antecedevano loro in virtù [...]. Odendo questo, (...)

Les hommes étaient confus, voyant que les femmes les précédaient en vertu […]. Entendant cela, quelques frères dévots, dont Jean Dominici et Thomas [Caffarini] de Sienne, mus par une sainte jalousie, fondèrent à Venise un couvent observant [San Domenico di Castello], dont la réputation attira beaucoup de vocations. Frère Jean [Dominici], homme savant et vertueux qui devint ensuite cardinal […] fonda ensuite une communauté de femmes, qui aujourd’hui s’appelle le Corpus Christi. Ils firent tout cela grâce à l’exemple donné par la bienheureuse Chiara [Gambacorta], notre guide4 

  • 5 Duval 2016, en part. p. 33-74 (introduction au texte de la Vita de Chiara Gambacorta).

3La saveur de ce texte, où deux des réformateurs majeurs de l’ordre dominicain, Jean Dominici et Thomas de Sienne, sont dépeints comme jaloux (littéralement « envieux ») d’une réforme initiée par des femmes, disparaît des versions ultérieures de l’hagiographie proposées aux moniales et aux personnes dévotes au cours d’un long processus de réécriture s’échelonnant du XVIe au XXe siècle5.

4Dès lors, une double problématique se présente à l’historien. Il importe bien sûr, d’enquêter sur le rôle des femmes dans l’Observance, sur les formes que prit leur engagement et sur ses significations sociales et religieuses. Mais il est peut-être tout aussi intéressant de se demander pourquoi ces réformatrices ont, par la suite, largement disparu de la mémoire des ordres religieux. Cette question met en jeu les idéaux genrés d’une historiographie moderne qui n’a pas su ou voulu reconnaître le rôle actif des religieuses dans la société médiévale et pré-moderne.

5Nous nous intéresserons ici surtout aux moniales rattachées à l'Ordre des Prêcheurs. L'histoire des Dominicaines a bien des points communs avec les autres « branches féminines » des ordres religieux (augustines et clarisses en particulier) et il faut comprendre cette focalisation comme une nécessité entraînée par la structure même de l'historiographie : l’histoire des ordres religieux s'est écrite et s’écrit encore bien trop souvent séparément – un clivage historiographique que notre projet collectif sur « l'Observance » entend peu à peu dépasser.

Les chroniques de l’Observance

Les faits

  • 6 Sur Raymond de Capoue, voir Van Ree 1963.

6La réforme de l’ordre dominicain fut lancée par le maître général Raymond de Capoue, en 1390, à l’aide d’une lettre adressée à tous les prieurs et provinciaux de son ordre qui est généralement interprétée comme le point de départ de l’observance dominicaine. Après une tournée dans différentes provinces de l’Ordre reconnaissant le pape romain Urbain VI (principalement la Teutonie et les provinces de l’Italie du centre et du nord)6, le maître général dominicain avait ressenti avec acuité le besoin de renouveler la discipline de l’Ordre : le texte de cette lettre, où le terme d’observantia, dans son sens classique d’obéissance stricte à une règle monastique, est répété à cinq reprises, s’en fait l’écho. La réforme voulue par Raymond de Capoue se voulait à la fois réaliste et efficace : il n’était pas question, en 1390, de lancer une réforme d’envergure, mais plutôt d’inciter, grâce à la présence de communautés réformées (ou nouvellement fondées) dans chaque province, à une rénovation progressive de la discipline.

  • 7 Raymond de Capoue, Opuscula et litterae, p. 52-53.

Iis diligenter attentis iuxta gratiam mihi datam, et dum Ordinem visitarem, inventis quampluribus Fratribus, qui ferventer desiderant reduci ad primam formam observantiae regularis per Beatissimum Patrem nostrum Dominicum inchoatam, et per Sanctos successores eius postmodum consummatum, post longi temporis deliberationem, et multiplicem habitam collocutionem cum Fratribus magis timentibus Deum, decrevi omnino, tam pro inceptione reformationis totalis, quam pro satisfactione sancti desiderii Fratrum supradictorum, taliter ordinare, quod in qualibet Provincia saepe dicti Ordinis sit ad minus unus Conventus, in quo regularis observantia teneatur ad unguem iuxta nostrarum Constitutionum tenorem et formam7.

  • 8 Duval 2015, p. 48-50.

7La tournée de Raymond de Capoue ne s’était pas limitée aux couvents de frères : il s’était aussi rendu auprès des moniales, tout particulièrement dans la province de Teutonie. En 1397, il promulgua, de la même façon qu’il l’avait fait pour les frères – mais dans une forme légèrement différente, puisqu’il s’agit d’ordinationes et non d’une simple lettre – les principes d’un renouvellement de la discipline pour les moniales : respect de la clôture, présence d’un frère (nommé vicaire confesseur) pour chaque monastère, diversification du recrutement des moniales (dans le but de diminuer l’influence de certaines familles sur les communautés)8. Ce texte ne bénéficia pas, apparemment, d’une diffusion très large, mais son existence démontre que dès les premières années d’un mouvement de réforme appelé à durer plus d’un siècle, les moniales ont été considérées comme partie intégrante de la rénovation recherchée. Cette prise en compte est en soi une nouveauté, les maîtres généraux – hormis Humbert de Romans – s’étant d’une manière générale peu intéressés aux moniales dont l’ordre avait la cure. Cette nouveauté est due à Raymond de Capoue lui-même, qui avait été successivement confesseur des moniales du monastère de Montepulciano en Toscane, puis confesseur, disciple et hagiographe de Catherine de Sienne, mais aussi aux moniales elles-mêmes, qui surent s’imposer, ainsi que l’attestent les lettres de Chiara Gambacorta, et les différentes chroniques qui nous sont parvenues.

  • 9 Vecchio 1991.
  • 10 Duval 2015.
  • 11 Duval 2018.

8La fondation du monastère Saint-Dominique de Pise est intervenue en 1385, soit cinq années avant que Raymond de Capoue ne lance officiellement la réforme de l’Ordre. Le nouvel établissement devait son existence à la ferme vocation de Chiara Gambacorta, aux largesses de son père, Pietro Gambacorta, alors seigneur de la ville de Pise, et à l'aide indispensable du frère dominicain Domenico da Peccioli, confesseur de la petite communauté9. Le nouveau monastère reçut dès 1387, vraisemblablement à la demande des moniales et de leur confesseur, des statuts spécifiques sous la forme d'une bulle renforçant (ou complétant) les prescriptions de stricte clôture contenues dans les Constitutions des moniales de 125910. Cette précocité explique la « revendication » qui s'exprime dans l'extrait de la Vie de Chiara Gambacorta cité en introduction : les femmes ont « précédé » les hommes. En réalité, nous sommes ici en présence de l'une des multiples initiatives de réformes qui, même dans l'ordre dominicain pourtant très centralisé, furent à l'origine de l'Observance. La « réforme » des sœurs de Pise fut d'emblée intégrée au projet de l'Ordre, notamment du fait de la commune appartenance du maître général, de Chiara Gambacorta et de ses compagnes, ainsi que de Domenico da Peccioli leur confesseur, au cercle des caterinati, les disciples de Catherine de Sienne qui se trouvaient à la tête de la réforme dominicaine dans ses premières années11.

  • 12 Andriuola et Elisabetta, qui contribuèrent à fonder le monastère du corpus Christi, où entra aussi (...)
  • 13 Duval 2015, p. 84-85.
  • 14 L’importance du culte des premiers observants à sainte Brigitte est aussi une réalité à Pise, voir (...)

9Jean Dominici, lui aussi caterinato, fut désigné par Raymond de Capoue comme son vicaire pour la réforme en Italie. Il fonda à Venise dès 1393, soit deux ans seulement après la refondation, par ses soins, du monastère de San Domenico de Castello, et avec le concours décisif d'une famille tout entière convertie à l'observance dominicaine, celle des sœurs Tomasini, le monastère du Corpus Christi12. Il fit donner au monastère les statuts en vigueur au monastère de Pise – l'hagiographe de Chiara Gambacorta est bien informé sur ce point13. Pour la province de Teutonie, Raymond de Capoue choisit le frère Conrad de Prusse ou de Grossis, qui élut comme base de la réforme la ville de Colmar, près de laquelle il fonda en 1397, après avoir réformé le couvent des frères, le monastère de moniales de Schönensteinbach, dédié à sainte Brigitte de Suède14.

  • 15 Winnlen 1993.

10La réforme féminine, tout comme la réforme des couvents de frères, se diffusa donc à partir de monastères « modèles », fondés en Italie (Saint-Dominique de Pise, le Corpus Christi de Venise) et en Teutonie (Sainte-Brigitte de Schönensteinbach). Les premières communautés étaient composées de femmes, souvent de riches veuves, ayant pleinement choisi la vie observante, aussi bien en Italie qu'en Teutonie15. Ce fut parmi elles que furent choisies les réformatrices – la diffusion de la réforme féminine ne pouvait être effectuée que par des femmes, seules habilitées à entrer dans la clôture – chargées de répandre la discipline et la spiritualité de l'Observance d’un monastère à l’autre. Cette diffusion, parfois difficile et vécue par ses protagonistes comme une véritable mission sacrée, donna lieu, dès la fin du XIVe siècle, à la rédaction de textes (hagiographies et nécrologes, chroniques) destinés à renforcer l’identité dominicaine et observantes des moniales fraîchement réformées.

Les textes

  • 16 Duval 2016, p. 109-111.
  • 17 Sur ce point on pourra se référer au projet Nuns’ literacies : Blanton – O'Mara – Stoop 2013 et 20 (...)

11La rédaction de chroniques et de nécrologes est une tradition vivace dans l’ordre dominicain depuis le XIIIe siècle16. Elle a facilité l’émergence, dès la fin du XIVe siècle, de textes marqués par une idéologie de la réforme – dans le sens où ils affichent la conviction des membres des communautés concernées d’être de meilleurs religieux que les non réformés. La rédaction de ces textes dans les monastères de femmes (par des frères ou par les moniales elles-mêmes) est très précoce, et ne doit pas surprendre : l’écrit tient une place très importante dans les communautés religieuses féminines selon des modalités sans doute tout aussi importantes, quoique différentes, de celles qui sont propres aux communautés d’hommes17.

  • 18 Thomas de Sienne, Historia Disciplinae Regularis, Venise 1749. Sur les chroniques de l’Observance, (...)
  • 19 Le couvent local, dédié à sainte Catherine d’Alexandrie et centre d’un studium très brillant au XI (...)

12L'un des textes les plus importants de la première observance – non pas tant par sa qualité littéraire que par la grande quantité de copies de documents originaux qu'il contient – est la chronique écrite par Thomas Caffarini de Sienne, l'Historia disciplinae regularis. Disciple de Catherine de Sienne, compagnon de Jean Dominici à Venise où il demeura jusqu’à sa mort, survenue vers 1436, artisan de l’intégration de l’Ordre de la pénitence (futur Tiers Ordre) à l’Ordre des prêcheurs, Thomas de Sienne est une des figures principales de la première observance. Nous ne disposons, encore aujourd'hui, que de l'édition très ancienne et très partielle de l’Historia opérée en 1749 par Flaminio Corner18. Dans ce texte, qui présente l'avancée de la réforme comme une inéluctable marche vers la rénovation de l'ordre dominicain et de sa mission au cœur de la société, quantité de personnages apparaissent, définis par l'auteur comme autant d'acteurs de l'observance. De fait, si Thomas de Sienne présente bien la réforme comme étant patronnée par le maître général Raymond de Capoue, dont les lettres émaillent toute la chronique, il montre aussi combien la convergence des initiatives est à la racine d'un mouvement où les individualités, au moins au départ, ont très fortement compté. Ainsi Chiara Gambacorta apparaît-elle, parmi d'autres, comme étant à la tête de l'un de ces centres qui ont contribué à la diffusion, et à l'unité progressive de la réforme en marche19. Ce texte, qui nous présente la première phase de la réforme, mérite assurément une édition soignée qui seule pourrait permettre sa prise en compte dans les études actuelles sur l'Observance.

  • 20 Duval 2016b.
  • 21 Duval 2016a.
  • 22 Le nécrologe et la chronique de Bartolomea Riccoboni sont publiés dans Jean Dominici, Lettere spir (...)
  • 23 Duval 2016.

13L'Historia s'inspire en bien des points – en particulier dans les nombreux petits portraits hagiographiques qu'elle contient – de la tradition dominicaine des nécrologes. Or, c'est au sein des deux monastères « modèles » italiens, Saint-Dominique de Pise et le Corpus Christi de Venise, que s’opère la première mise par écrit des nouveaux modèles de perfection féminins réformateurs (sinon « observants »)20. Le nécrologe du monastère Saint-Dominique de Pise, qui contient la notice de huit moniales décédées entre 1385 et 1403, est composé dans les toutes premières années du XVe siècle, probablement par Domenico da Peccioli lui-même21. Quant au nécrologe du Corpus Christi de Venise, qui contient quarante-neuf notices, ainsi que la chronique qui lui est associée (textes tous deux rédigés par la moniale Bartolomea Riccoboni), son élaboration est plus longue (entre 1400-1430)22. Enfin, la première version de l’hagiographie de Chiara Gambacorta, citée en introduction, est sans doute composée vers 1450, par un ou plusieurs confesseur(s) de la communauté23.

  • 24 Catherine de Sienne, Dialogo, Pistoia, 2002, notamment chapitre CLXVI. Duval 2015 p. 144-150.
  • 25 En particulier à travers les Vies des Pères du désert, mais aussi directement par les œuvres de Je (...)
  • 26 Duval 2015, p. 156.

14Ces nouveaux modèles de perfection s’articulent le plus souvent autour de deux éléments : l’insistance sur les circonstances de la conversion particulière de chaque femme, présentée comme un choix individuel, suivie par la description d’une pratique de la vie monastique exemplaire caractérisée par une obéissance totale à la règle. Cette association apparemment paradoxale entre choix individuel et obéissance parfaite met en valeur un schéma caractéristique de la pensée de Catherine de Sienne : le libre choix de l’annihilation de la volonté propre, autrement dit le libre choix de la conversion totale à Dieu24. Il s’agit sans aucun doute d’un héritage augustinien, mêlé à une spiritualité ascétique d’influence orientale très en vogue au XIVe siècle25. Or, la plus sûre façon de dompter sa volonté est d’entrer dans un ordre religieux. C’est ainsi que Catherine de Sienne a demandé à Chiara Gambacorta, à son veuvage, d’entrer dans un ordre religieux, afin de « naviguer avec les bras de l’Ordre »26 - elle fit de même, avant sa mort, avec la plupart des disciples qui composaient sa brigata.

  • 27 Voir en particulier sur ce thème Taylor Jones 2018. Voir aussi Uffmann 2008, Neidhardt 2018 et Hui (...)
  • 28 Taylor Jones 2018

15On retrouve le même phénomène dans l'aire germanique, bien que sous des modalités différentes. Les textes de référence des moniales observantes allemandes ne sont pas ceux de Catherine de Sienne, qu'elles n'ont pas connue, mais ceux des mystiques rhénans, dont le monastère colmarien d'Unterlinden fut l'un des relais principaux, et dont les sources d’inspiration sont en partie les mêmes que ceux qui sont à l’origine de la pensée cathérinienne (Augustin et les Pères du désert). Maître Eckhart et surtout Tauler et Suso après lui ont prôné eux aussi l'annihilation de la volonté propre dans le cheminement spirituel vers la perfection, bien que par des moyens différents (gelassenheit) qui accordent moins de place à l'ascèse physique. Cette convergence entre les textes spirituels allemands et italiens, que l’on voit apparaître notamment grâce à des travaux récents27, mériterait d'être plus amplement étudiée : elle est l'une des caractéristiques de la spiritualité du XIVe siècle, et sans doute l'une des clefs du succès de l'Observance, qui naît de cette spiritualité. Claire Taylor Jones a récemment montré comment les réformateurs et réformatrices allemandes ont repris à leur compte la tradition vivace des Schwesternbüchen, ces chroniques rédigées par les sœurs illustrant la vie de leur communauté et perpétuant le souvenir de ses membres les plus illustres, en y opérant toutefois quelques révisions allant dans le sens de cette annulation des individualités qui prévalait déjà dans la spiritualité qui les avait précédés28. Ils n’ont pas, de ce fait, introduit de rupture avec la spiritualité précédente, dont ils se considéraient – par une tendance caractéristique des mouvements réformateurs à se définir comme des continuateurs, renvoyant les « autres » au statut d’imposteurs – comme les véritables héritiers.

  • 29 Jean Meyer, Buch der Reformatio, Leipzig, 1909.
  • 30 Ibidem. Il s’agit du titre du premier livre, qui décrit la diffusion de la réforme dans les monast (...)
  • 31 Neidhardt 2018 notamment p. 124 et sq.
  • 32 En particulier le récit de la mort du frère de la bienheureuse. Duval 2016, p. 56-59.

16C’est dans cette optique qu’il faut aussi comprendre le texte composé par Jean Meyer, confesseur de plusieurs monastères observants, aux alentours de 1450, le Buch der Reformatio Predigerordens. Cette œuvre, fondamentale pour l’histoire de l’Observance, assume, de fait, l'héritage de ces « livres des sœurs », toute en s’inscrivant dans une veine presque épique, relatant la marche inexorable de la réforme dans la province de Teutonie. Dans cette chronique, dont aucune édition n'a été proposée depuis celle de P. Von Loë et B. M. Reichert en 190929, les sœurs tiennent le premier rôle. Lorsque Jean Meyer décrit avec emphase la communauté de Schönensteinbach comme l’origine et la mère (erst ursprung und můter) de l’Observance en Teutonie30, on retrouve, à peu de choses près, le ton de l’hagiographe de Chiara Gambacorta. Dans sa thèse récemment publiée, Stefanie Neidhardt met en regard la perspective adoptée par Jean Meyer avec les écrits contemporains des sœurs réformatrices : les tons diffèrent, notamment sur la condamnation des sœurs conventuelles (qui est bien loin d’être aussi nette chez les réformatrices), mais la perception de la réforme comme une œuvre sacrée, pouvant mener jusqu’au sacrifice de sa vie, est aussi présente sous la plume des sœurs31. La logique est celle d’une pratique absolue de la vertu de l’obéissance qui peut mener à des situations extrêmes, ainsi qu’on le perçoit aussi dans la Vie de Chiara Gambacorta32.

Historiographie

L’historiographie « classique » des ordres religieux

  • 33 Antonin avait été vicaire de l’Observance pour l’Italie. Sur saint Antonin, se reporter à Cinelli (...)
  • 34 Voir Antonin de Florence, Chronicorum opus, Lyon, 1586, Tertia pars, p. 638.
  • 35 Le couvent des frères pisans, Santa Caterina, n’était pas encore passé à l’Observance.
  • 36 Duval 2016a, p. 82.
  • 37 Telle Colomba da Rieti et les communautés de tertiaires régulières non cloîtrées. Voir Casagrande (...)

17Les Chroniques d’Antonin de Florence, rédigées vers 1440, comptent parmi les premiers ouvrages d'histoire dominicaine dans lesquels le renouveau observant est pris en compte. Avant de devenir évêque de Florence, Antonin Pierozzi, frère du couvent de Fiesole, disciple de Jean Dominici, avait pris une part très active dans la réforme des couvents italiens33. Toutefois, et contrairement à Jean Dominici, il ne voyait pas dans les communautés de femmes des foyers de réforme, mais simplement les éléments d'une décadence à enrayer34. Ce faisant, il ôtait donc aux sœurs la part active qu’elles avaient pu prendre dans les débuts de la réforme. La vision d’Antonin, réformateur dominicain de premier plan, membre de la deuxième génération des observants, est très révélatrice : dans les années 1440-50, le temps de la fondation des couvents et monastères « modèles », chers à Raymond de Capoue et à ses vicaires en Italie (Jean Dominici) et en Teutonie (Conrad de Prusse), s’achève pour laisse place à une gestion plus centralisée de la réforme, bientôt concrétisée par la fondation des congrégations d’observance. À cet égard, l’hagiographie de Chiara Gambacorta, citée en introduction, entretient et met en valeur un schéma ancien, celui des temps « héroïques » des premiers réformateurs et réformatrices. Cela s’explique aisément : le monastère de San Domenico, après avoir été l’un des phares de la réforme, fut intégré à la congrégation lombarde, d’où provenaient, dans la deuxième moitié du XVe siècle, les confesseurs des moniales35. À la fin du XVe siècle, les moniales durent même être intégrées à la congrégation de Toscane, fondée par Savonarole, contre leur volonté36. La communauté pisane, encore auréolée de son prestige, se trouvait ainsi reléguée au rang de simple pièce du puzzle de la réforme – comme l’étaient alors souvent les communautés de femmes, malgré la résistance de certaines d’entre elles37.

  • 38 Duval 2015, chapitre 1.

18S’il adopte un point de vue bien éloigné de celui de l’hagiographe de Chiara Gambacorta, qu’il ne mentionne pas bien qu’il ait certainement connu l’histoire de la communauté pisane, Antonin fait cependant preuve de cohérence et n’impute pas aux sœurs, perçues comme passives, la responsabilité de la décadence de leurs communautés, qu’il estime due au laxisme des frères, leurs directeurs spirituels. Il s’agit là d’un autre point capital de cette vision qui allait devenir classique : la cura monialium, c’est-à-dire le lien entre les frères prêcheurs et les moniales rattachées à leur ordre in spiritualibus, apparaît dans les chroniques comme une évidence, et le respect du devoir des frères envers les monastères comme inhérent à la réforme elle-même. Cette évidence, pendant longtemps, n’en pas été une : la controverse opposant les frères qui ne voulaient pas de cura monialium aux autres frères et aux moniales qui la réclamaient n’a pris fin qu’en 1267, avec la bulle Affectu sincero. Cette bulle propose une sorte de compromis, permettant l’association officielle de monastères de moniales à l’ordre dominicain, tout en limitant cette association au champ spirituel, et en annulant toute obligation pour les frères de résider auprès des religieuses (sans interdire toutefois cette possibilité). Il en résulte une situation confuse au XIVe siècle : tandis que certains grands monastères de dominicaines sont efficacement supervisés par des frères, d’autres ne le sont que par l’intermédiaire de vicaires spécialement désignés (en Teutonie surtout), et de nombreuses petites communautés de « dominicaines » ont un statut difficilement déchiffrable pour l’historien en quête de certitudes institutionnelles38. Chiara Gambacorta elle-même, même si son hagiographie insiste sur son identité dominicaine, ne doit sans doute le rattachement de sa communauté « modèle » à l’Observance dominicaine qu’à sa rencontre et à son lien personnel avec le frère prêcheur Domenico da Peccioli, ami et collaborateur de Raymond de Capoue ; elle-même et ses compagnes étaient en effet liées aussi avec les milieux franciscains et brigittins.

  • 39 Redon 1990.
  • 40 Alberti, De viris illustribus, Bologne, 1517 p. 70-74.
  • 41 Razzi, Vite dei Santi, Florence, 1588, aggiunta, p. 21-31.
  • 42 Duval 2016.
  • 43 Pio, Delle vite degli huomini illustri, Bologne, 1620, p. 409.
  • 44 « Si racchiuse [a San Domenico] con alcune strettissime Ordinationi, e qui Sottopriora, e Priora, (...)
  • 45 Fontana, De Romana provincia, Rome, 1670, p. 269.
  • 46 Duval 2016, en part. p. 58-59.
  • 47 Bartolomei Romagnoli – Picasso 2013.

19Passivité des sœurs, identité dominicaine renforcée : ce schéma narratif initié par Antonin de Florence restera le même pour les siècles suivants. Au XVIe siècle, les érudits dominicains qui s'intéressent à l'histoire de leur ordre, souvent par le biais de la compilation de vies d'hommes et de femmes illustres39, intègrent à leurs listes des saintes observantes. Ils insistent sur leur piété exemplaire, leurs vertus, non pas sur leur action réformatrice, qui est désormais entendue comme un processus hiérarchique auquel les moniales n'ont participé que dans la mesure où elles répondaient (obéissaient) à une prescription venue du maître général et de ses vicaires. En 1517, Leandro Alberti, dans la notice qu’il consacre à Jean Dominici au sein de son De viris illustribus ordinis Praedicatorum, présente la réforme advenue dans les monastères de Pise et à Venise comme étant son œuvre, ne nommant pas les moniales et assurant même, de manière erronée, que le vicaire de l’Observance aurait transféré des moniales pisanes à Venise40. Il nomme en revanche une longue liste de disciples hommes de celui qui devint un fidèle du pape Grégoire XII puis cardinal avant de mourir à Buda en 1419. À la fin du XVIe siècle, le frère prêcheur Serafino Razzi, grand compilateur de vies de saints et saintes de son ordre, publie dans son édition de 1588 de ses Vite dei santi e beati del Sacro Ordine de’Frati predicatori les Vies de Chiara Gambacorta et Maria Mancini, fondatrices du monastère San Domenico de Pise41. À partir des textes originaux reçus de la part du prieur du couvent pisan de Santa Caterina, le compilateur dominicain modifie légèrement leur contenu – du moins dans le cas de la Vie de Chiara Gambacorta42. Les textes apparaissent ainsi beaucoup plus « neutres », et ne dépeignent plus les moniales comme les initiatrices d’un mouvement, comme c’était le cas dans la version antérieure de la vie de Chiara, citée en introduction. En 1620, Michele Pio, dans son ouvrage Delle vite de gli huomini illustri di San Domenico réserve une petite notice à Chiara Gambacorta43. Son œuvre de réforme y est ainsi résumée : « Elle s’enferma à San Domenico avec de très strictes préceptes et, là, devenue sous-prieure puis prieure, elle se distingua par son observance, sa prudence et sa charité44 ». En 1670, Vincenzo Fontana, qui tire ses informations de Pio (qui les doit lui-même à Razzi), ne fait même plus mention du lien de Chiara Gambacorta avec la réforme, la présentant simplement comme une moniale vertueuse, sujette à quelques visions45. Le processus de « normalisation » et de « polissage » du texte médiéval de la Vie de Chiara Gambacorta, de fait, a culminé entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, sans doute en partie pour répondre aux nouvelles exigences de la spiritualité tridentine46. On observe des processus de ce type pour bien d'autres saintes, telle Françoise Romaine, canonisée en 160847.

  • 48 Poutrin 1995, p. 72-75.

20A l'Epoque moderne, dans un contexte spirituel et disciplinaire où toute femme, même fondatrice d'un ordre religieux nouveau, se devait d’être clairement soumise à l'autorité des clercs, mais aussi où l'appartenance des communautés féminines aux ordres masculins est réaffirmée, hiérarchisée et systématisée, l'idée que la réforme ait pu « aussi » être menée par les communautés de femmes n'avait plus lieu d'être. Seule la stature immense de Thérèse d'Avila, dont l'œuvre s'inspirait justement des saintes médiévales telles Catherine de Sienne et Colette de Corbie48, se détache d'un cadre désormais dominé par des formes différentes d'initiatives féminines, dont la forme révèle aussi la progressive « spécialisation » des religieuses autres que purement contemplatives vers des domaines désormais perçus comme typiquement féminins (l’assistance, les soins, l’éducation) qui mèneront peu à peu à la fondation de congrégations actives d’un type nouveau.

  • 49 Mortier 1903, en particulier tome IV, p. 217-219.
  • 50 Tout comme les chroniques citées plus loin, on attend encore une édition moderne du Formicarius. S (...)

21Le cadre historiographique change peu, de ce point de vue tout au moins, jusqu'au XXe siècle. Il faut reconnaître à D. A. Mortier, dont l'œuvre monumentale retrace en sept volumes l'histoire de l'Ordre dominicain des origines au XIXe siècle, le mérite d'avoir intégré les religieuses dans presque chacun de ses chapitres. La description de la fondation et de la réforme des établissements féminins y est cependant faite selon une perspective qui reste rigoureusement hiérarchique (les initiatives reviennent aux hommes). L’auteur a consulté des chroniques anciennes (souvent indirectement)49, et s’attarde longuement, à propos de la diffusion de la réforme en Teutonie, aux récits tirés du Formicarius de Jean Nider, dont on connaît la forte teneur misogyne50.

  • 51 Barthelmé 1931.
  • 52 Jean Meyer, Buch der Reformatio.

22C'est à une femme que reviennent, quelques années plus tard, deux mérites parallèles. Dans son ouvrage daté de 1931, l'historienne Annette Barthelmé isole la réforme observante du reste de l'histoire dominicaine, lui restituant ainsi son contexte socio-politique propre51. Elle décrit, de plus, des communautés féminines autorisées par leur prestige et leur relative indépendance par rapport au gouvernement de l’ordre à accepter ou à refuser les réformes. S’appuyant non seulement sur Nider, mais aussi sur la chronique de Jean Meyer52 et, surtout, sur de nombreux documents d’archives, elle s’attarde longuement sur le devenir des monastères féminins, dont le nombre était très élevé en Teutonie, ainsi que sur le rôle des moniales. Annette Barthelmé fut peu suivie, du moins jusqu’à récemment. Le regain d’intérêt pour l’histoire des ordres religieux et la naissance d’un courant historiographique novateur enquêtant sur les communautés religieuses féminines médiévales (surtout dans le monde de la recherche anglophone et germanophone) commencent à faire changer les perspectives d’interprétation. L’effort à produire n’est pas mince : parler d’« observance au féminin » revient en effet à sortir du schéma historiographique linéaire élaboré a posteriori et à redécouvrir que la « réforme observante » se composa en réalité d’une multitude d’initiatives, souvent contradictoires et pour beaucoup avortées, même si elles furent toutes issues d’une même volonté de rénovation, bien loin en tout cas de la belle unanimité qui nous est parfois contée.

Travaux actuels et perspectives historiographiques

  • 53 Walz 1930 ; Hinnebusch 1965.
  • 54 Bériou – Vauchez-Zink 2017 et Festa – Rainini 2017.
  • 55 Voir supra n. 27 pour les références principales.
  • 56 Jaron Lewis 1996 ; Winston Allen 2004 ; parmi les nombreuses publications de J. Hamburger, on pour (...)

23Le petit chapitre dédié aux moniales en fin d’ouvrage est un grand classique des travaux consacrés aux ordres religieux au XXe siècle, en particulier dans l'ordre dominicain53. Toutefois, la récente parution d’ouvrages synthétiques à l’occasion du jubilé de l’Ordre dominicain (2016-17) démontre un réel changement de perspectives54. En ce qui concerne l’observance féminine, le renouveau des perspectives historiques est indéniablement venu des études portant sur l’aire germanique, encore aujourd’hui très dynamiques. Les nombreux travaux récemment publiés55 s'inscrivent dans un sillon de recherche actif depuis les années 1990. La redécouverte des textes rédigés par les moniales dominicaines allemandes doit beaucoup à G. Jaron Lewis, A. Winston Allen, J. Hamburger56. A partir d’enquêtes minutieuses dans les riches bibliothèques allemandes et de l’étude de nombreuses chroniques, en particulier les fameux schwesternbüchen, ces historiens, historiens de l’art et germanistes ont contribué à changer notre regard sur le déroulement de la réforme.

  • 57 Sur les lettres de Chiara Gambacorta cf. Brambilla 2010 ; sur Tommasina Fieschi voir Mostaccio 199 (...)
  • 58 Dalarun et alii 2007 et Bartoli Langeli et alii 2009.
  • 59 Dans le sens où les tertiaires ont progressivement été assimilées aux moniales ; Duval 2015 chapit (...)
  • 60 Jean Dominici, Lettere Spirituali Fribourg 1969, p. 90.

24Ces chroniques, pour la plupart écrites en allemand, sont-elles une particularité de l’aire germanophone ? Dans une certaine mesure oui, puisqu’il apparaît que le modèle des schwesternbüchen n’existe pas réellement, ou pas de la même manière (nécrologe italiens), dans les autres provinces de l’ordre dominicain. L’écriture des moniales, et tout particulièrement celle des tenantes de l’Observance au XVe siècle, n’en reste pas moins une réalité dont il faut tenir compte : on citera les correspondances spirituelles des moniales italiennes (Chiara Gambacorta, Tommasina Fieschi) fortement influencées par le modèle des recueils épistolaires de Catherine de Sienne qui circulent alors en Italie57, mais aussi les traités spirituels qu’elles composent et qui commencent à être diffusés dans la deuxième moitié du XVe siècle, chez les Dominicaines, mais aussi (et surtout) chez les Clarisses58. On perçoit ainsi que si la réforme a « enfermé » les moniales, au sens propre (stricte clôture) comme au sens figuré (progressive imposition à toutes les religieuses du modèle monastique59), elle a aussi, dans une certaine mesure, favorisé l’émergence d’une sorte de « conscience collective de la perfection ». Les moniales, détachées du monde terrestre avant l’heure, mènent une vie spirituelle exigeante qui les autorise, surtout avant le Concile de Trente, à l’exercice d’une certaine autorité spirituelle. Tel est bien, d’ailleurs, le miroir que leur tendent les frères réformateurs, qui s’adressent aux religieuses dont ils ont la cure spirituelle par un discours ambigu mêlant de sévères rappels à l’ordre à une mise en valeur de leur statut sacré d’épouses du Christ60.

25L’Observance a ainsi contribué à faire évoluer le rôle et la place des femmes au sein des ordres religieux et de l’Église en général, mais aussi au sein de la société. D’où l’importance de développer aujourd’hui des études qui s’intéressent de plus près aux réformatrices, aux réformées et à leurs opposantes, aussi bien d’un point de vue sociologique que d’un point de vue religieux et culturel. L’étude des sources textuelles et littéraires doit d’ailleurs, autant que possible, être complétée par une prise en compte des sources de la pratique, en particulier en Italie où elles sont fort nombreuses : seule cette approche permettra d’y voir plus clair sur l’implication active de certaines classes sociales (en particulier les riches marchands) dans la propagation de la réforme. L’Observance a eu besoin de soutiens pour se développer, pour s’implanter localement, pour imposer ses vues jusqu’au sommet du gouvernement de l’Église. La question des monastères de femmes, souvent régis, dans les faits, non seulement par les institutions religieuses, mais aussi par les familles des moniales, permet à l’historien de se confronter directement à ces questions. Peut-on d’ailleurs affirmer qu’il y eut, dans le cas des femmes, une progressive contamination du domaine spirituel par une « obsession » disciplinaire qui fut surtout le fait des frères ? Cette vertu de l’obéissance, « clef » de la perfection chrétienne pour les réformateurs comme pour les réformatrices, ne fut-elle pas le pivot d’un renforcement du contrôle des clercs sur la vie religieuse des femmes ?

26Ces interrogations, qui ont une acuité particulière dans le cas de la réforme féminine, sous-tendent des problématiques plus générales sur la nature et la cohérence de l’Observance, sur son développement et sa signification dans l’histoire religieuse, sociale et politique de l’Europe du XVe siècle. Dans l’histoire de l’Observance comme dans tout autre champ historique, l’histoire des femmes ne forme pas un domaine à part mais plutôt un angle de vue permettant d’aborder et de mieux comprendre des problématiques d’ensemble. Ainsi, l’ambiguïté de l’Observance telle qu’on la voit poindre dans le cas de la réforme des moniales est plus généralement celle d’une réforme qui a prétendu et, pour une bonne part, su renouveler la vie régulière, tout en tendant presque d’emblée, à travers une intransigeance revendiquée, vers le conflit et la rupture. C’est aussi celle d’une réforme qui s’est développée en symbiose avec une société laïque sur laquelle elle s’est appuyée, et qu’elle a contribué à modifier, notamment dans sa conception de l’obéissance et donc, en miroir, de l’autorité.

Haut de page

Bibliographie

Sources citées

Alberti, De viris illustribus, Bologne, 1517 = Leandro Alberti, De viris illustribus ordinis praedicatorum, Bologne, J. B. Lapi, 1517.

Antonin de Florence, Chronicorum opus, Lyon, 1586 = Divi Antonini Archiepiscopi florentini, et doctoris S. Theologiae praestantissimi Chronicorum opusTertia pars., Lyon, ex officina iuntarum et Pauli Guitii, 1586

Catherine de Sienne, Dialogo, Pistoia, 2002 = Caterina da Siena, Dialogo, éd. G. Cavallini dans Caterina da Siena, Opera omnia. Testi e concordanze, Pistoia, Provincia romana dei frati predicatori, 2002 (cd-rom).

Fontana, De Romana provincia, Rome, 1670 = Vincenzo Maria Fontana, De Romana provincia Ordinis Praedicatorum, Rome, Nicola Angelo Tinassi, 1670.

Jean Dominici, Lettere spirituali, Fribourg, 1969 = Jean Dominici, Lettere spirituali, éd. M. T. Casella et G. Pozzi, Fribourg, 1969.

Jean Meyer, Buch der Reformatio, Leipzig, 1909 = Johannes Meyer, Buch der Reformatio Predigerordens, éd. P. von Loë et B. M. Reichert dans Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, n°2 et 3, Leipzig, 1909.

Jean Nider, La Fourmilière. Livre 5, Grenoble, 2000 = Jean Nider, Les sorciers et leurs tromperies : la « Fourmilière », livre V, éd. J. Céard, Grenoble, 2000.

Pio, Delle vite degli huomini illustri, Bologne, 1620 = Michele Pio, Delle vite degli huomini illustri di San Domenico libri quattro, Bologne, Sebastiano Bonomi, 1620.

Raymond de Capoue, Opuscula et litterae = Raymond de Capoue, Opuscula et litterae, Rome, 1899.

Razzi, Vite dei santi, Florence, 1588 = Serafino Razzi, Vite dei Santi e beati del Sacro Ordine de’Frati Predicatori così huomini come donne, Florence, Bartolomeo Sermartelli, 1588.

Thomas de Sienne, Historia Disciplinae regularis, Venise, 1749 = Thomas (Caffarini) de Sienne, Historia disciplinae regularis instauratae in Coenobiis Venetis ordinis Praedicatorum, nec non Tertii ordinis de Poenitentia S. Dominici, in civitatem Venetiarum propagati, éd. F. Corner, in Venetae Ecclesiae illustratae, Venise, J.B. Pasquali, 1749, dec. XI, I, p. 167-234.

Bibliographie

Barthelmé 1931 = La réforme dominicaine au XVe siècle en Alsace et dans l’ensemble de la Province de Teutonie, Strabourg, 1931.

Bartoli Langeli et alii 2009 = A. Bartoli Langeli, P. Bertini Malgarini, C. Caby, J. Dalarun, A.E. Scandella, M.B. Umiker, A. Vauchez, U. Vignuzzi, Cultura e desiderio di Dio. L’Umanesimo e le Clarisse dell’Osservanza. Atti della II giornata di studio sull’Osservanza francescana al femminile, Assise, 2009.

Bartolomei Romagnoli – Cinelli – Piatti 2013 = A. Bartolomei Romagnoli, L. Cinelli, P. Piatti (dir.), Virgo digna Coelo. Caterina e la sua eredità. Raccolta di studi in occasione del 550° anniversario della canonizzazione di Santa Caterina da Siena (1461-201), Rome, 2013.

Bartolomei Romagnoli – Picasso 2013 = A. Bartolomei Romagnoli, G. Picasso (dir.): La canonizzazione di Santa Francesca Romana. Santità, cultura e istituzioni a Roma tra Medioevo ed Età moderna, Florence, 2013.

Bériou – Vauchez- Zink 2017 = N. Bériou, A. Vauchez, M. Zink (dir.), Les Dominicains en France (XIIIe-XXe siècle), Paris, 2017

Blanton – O'Mara – Stoop 2013 = V. Blanton, V. O'Mara, P. Stoop (dir.), Nuns literacies in medieval Europe. The Hull Dialogue, Turnhout, 2013.

Blanton – O'Mara – Stoop 2015 = V. Blanton, V. O'Mara, P. Stoop (dir.), Nuns literacies in medieval Europe. The Kansas City Dialogue, Turnhout, 2015.

Bornstein 2000 = D. Bornstein, Life and death in a Venetian convent. The chronicle and necrology of Corpus Domini, 1395-1436, Chicago, 2000.

Brambilla 2010 = S. Brambilla, “Padre mio dolce”. Lettere di religiosi a Francesco Datini, Rome, 2010.

Canet – Fawtier 1948 = L. Canet, R. Fawtier, La double expérience de Caterina Benincasa, Pari,s 1948.

Casagrande – Menestò 1991 = C. Casagrande, E. Menesto (dir.), Una santa, una città. Atti del Convegno storico nel V Centenario della venuta a Perugia di Colomba da Rieti, Spolète, 1991.

Cinelli – Paoli 2012 = L. Cinelli, M. P. Paoli (dir.): Antonino Pierozzi. La figura e l’opera di un santo arcivescovo nell’Europa del Quattrocento, Florence, 2012 (Memorie Domenicane, 43).

Dalarun et alii 2007 = J. Dalarun, A. Marini, M. Sensi, A.E. Scandella, M. M. Terzoni, Uno Sguardo oltre. Donne, letterate e sante nel movi­mento dell’Osservanza francescana, Assise, 2007.

Delcorno 2000 = C. Delcorno, La Tradizione delle «Vite dei Santi Padri», Venise, 2000.

Duval 2015 = S. Duval, « Comme des anges sur terre ». Les moniales dominicaines et les débuts de la réforme observante, 1385-1461, Rome, 2015.

Duval 2016a = S. Duval, “La beata Chiara conduttrice ». Le Vite di Chiara Gambacorta e Maria Mancini e i testi dell’Osservanza domenicana pisana, Rome, 2016.

Duval 2016b = S. Duval, The Observance’s women. New models of sanctity and religious discipline for the female Dominican movement during the XVth century dans B. Roest, J. Uphoff (dir.), Religious orders and religious identity formation (1420-1620), Leyde, 2016, p. 13-31.

Duval 2018 = S. Duval, Caterina da Siena e la vita religiosa a Pisa, 1362-1430 dans S. Duval, P. Piatti (dir.), Caterina da Siena e la vita religiosa femminile. Un percorso domenicano, Rome, à paraître.

Festa – Rainini 2017 = G. Festa, M. Rainini (dir.), L’Ordine dei predicatori. I Domenicani: storia, figure e istituzioni (1216-2016), Bari, 2017.

Ferzoco – Mayne Kienzle – Muessig 2012 = G. Ferzoco, B. Mayne Kienzle, C. Muessig (dir.), A companion to Catherine of Siena, Leyde, 2012.

Fois 1973 = M. Fois, Osservanza, congregazioni d’osservanza, dans Dizionario degli Istituti di Perfezione, Rome, 1973, tome 6, col. 1036-1057.

Hamburger 1997 = J. Hamburger, Nuns as artists: the visual culture of a medieval convent, Berkeley, 1997.

Hinnebusch 1965 = W. Hinnebusch, The history of the Dominican Order, New York, 1965.

Huijbers 2018 = A. Huijbers, Zealots for souls. Dominican narratives of self-understanding during Observant reforms, c. 1388-1517, Berlin, 2018.

Jaron Lewis 1996 = G. Jaron Lewis, By women, for women, about women. The sister-books of Fourteenth century Germany, Toronto, 1996.

Mortier 1903 = D.A. Mortier, Histoire des Maîtres Généraux de l’Ordre des frères prêcheurs, Paris, 1903-1920, 7 vol.

Mostaccio 1999 = S. Mostaccio, Osservanza vissuta, osservanza insegnata. La domenicana genovese Tommasina Fieschi e i suoi scritti 1448ca-1534, Florence, 1999.

Neidhardt 2018 = S.M. Neidhardt, Autonomie im Gehorsam. Die dominikanische Observanz in Selbstzeugnissen geistlicher Frauen des Spätmittelalters, Berlin, 2018.

Poutrin 1995 = I. Poutrin, Le voile et la plume. Autobiorgraphie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne, Madrid, 1995.

Redon 1990 = O. Redon, Hagiographies croisées dans la Toscane de la fin du XVIe siècle, dans S. Boesch Gaiano (dir.) : Raccolte di vite di santi dal XIII al XVIII secolo. Strutture, messaggi, fruizioni, Brindisi, 1990, p. 143-157.

Radke 2009 = G. M. Radke, Les nonnes et leurs procureurs. Le couvent du Corpus Domini à Venise au XVe siècle dans N. Bériou, J. Chiffoleau (dir.), Economie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIIIe-XVe siècle), Lyon, 2009, p. 637-660.

Roberts 2008 = A. Roberts, Dominican Women and Renaissance Art. The convent of San Domenico of Pisa, Ashgate, 2008.

Taylor Jones 2018 = C. Taylor Jones, Ruling the Spirit. Women, liturgy and Dominican reform in late medieval Germany, Philadelphie, 2018.

Tugwell 2004 = S. Tugwell, For whom was Prouille founded? dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 74, 2004, p. 5-125.

Uffmann 2008 = H. Uffmann, Wie in einem Rosengarten: Monastische Reformen des späten Mittelalters in den Vorstellungen von Klosterfrauen, Bielefeld, 2008.

Van Ree 1963 = A.W. Van Ree, Raymond de Capoue. Eléments biographiques dans Archivum Fratrum Praedicatorum, n°33, 1963, p. 159-241.

Vauchez 2015 = A. Vauchez, Catherine de Sienne. Vie et passions, Paris, 2015.

Vecchio 1991 = S. Vecchio, Domenico da Peccioli, dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 40, Rome, 1991, p. 651-653.

Winnlen 1993 = J. C. Winnlen, Schoenensteinbach. Une communauté religieuse féminine. 1138-1792, Altkirch, 1993.

Winston Allen 2004 = A. Winston Allen, Convent chronicles. women writing about women and reform in the Middle Ages, University Park (PA), 2004.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire Bernardin de Sienne (m. 1444), Albert de Sarteano (m. 1450), Jean de Capistran (m. 1456) et Jacques de la Marche (m. 1476).

2 « Si noti che il moto di Osservanza, verificatosi negli ordini maschili, non esiste presso le monache. », Fois 1973 (col. 1036).

3 Voir Vauchez 2015.

4 « Confondevansi li huomini, vedendo che le donne antecedevano loro in virtù [...]. Odendo questo, alcuni divoti frati, fra quali fu frate Giovanni Diminici et frate Thomaso da Siena et altri divoti frati, e per una santa invidia comincionno uno convento d’osservantia nella città di Venetia, per il cui odore et fama molti si feceno religiosi. Ordinò il ditto fra Giovanni, homo di gram’scientia e virtù, il quale fu poi cardinale, et havendo ridutto il convento degli homini a comune, di nuovo ordinò un altro convento di donne in Venetia, che oggi dì si chiama il monasterio del Corpo di Christo ; et tutto feceno per esempio del monasterio suo di questa beata Chiara conduttrice. » Duval 2016a, p. 148-149.

5 Duval 2016, en part. p. 33-74 (introduction au texte de la Vita de Chiara Gambacorta).

6 Sur Raymond de Capoue, voir Van Ree 1963.

7 Raymond de Capoue, Opuscula et litterae, p. 52-53.

8 Duval 2015, p. 48-50.

9 Vecchio 1991.

10 Duval 2015.

11 Duval 2018.

12 Andriuola et Elisabetta, qui contribuèrent à fonder le monastère du corpus Christi, où entra aussi leur mère adoptive, Margherita Paruta. Leur frère Tommaso, lui aussi entré dans l’ordre dominicain, devint ensuite le père spirituel du couvent après le départ de Jean Dominici. Radke 2009.

13 Duval 2015, p. 84-85.

14 L’importance du culte des premiers observants à sainte Brigitte est aussi une réalité à Pise, voir Roberts 2008.

15 Winnlen 1993.

16 Duval 2016, p. 109-111.

17 Sur ce point on pourra se référer au projet Nuns’ literacies : Blanton – O'Mara – Stoop 2013 et 2015.

18 Thomas de Sienne, Historia Disciplinae Regularis, Venise 1749. Sur les chroniques de l’Observance, voir Huijbers 2018.

19 Le couvent local, dédié à sainte Catherine d’Alexandrie et centre d’un studium très brillant au XIVe siècle ne passa lui-même à l’Observance qu’au début du XVIe siècle.

20 Duval 2016b.

21 Duval 2016a.

22 Le nécrologe et la chronique de Bartolomea Riccoboni sont publiés dans Jean Dominici, Lettere spirituali, Fribourg 1969 ; ainsi que dans Bornstein 2000 (traduction anglaise).

23 Duval 2016.

24 Catherine de Sienne, Dialogo, Pistoia, 2002, notamment chapitre CLXVI. Duval 2015 p. 144-150.

25 En particulier à travers les Vies des Pères du désert, mais aussi directement par les œuvres de Jean Climaque ou Jean Cassien, que l’on retrouve d’ailleurs chez les moniales observantes. Voir Delcorno 2000.

26 Duval 2015, p. 156.

27 Voir en particulier sur ce thème Taylor Jones 2018. Voir aussi Uffmann 2008, Neidhardt 2018 et Huijbers 2018.

28 Taylor Jones 2018

29 Jean Meyer, Buch der Reformatio, Leipzig, 1909.

30 Ibidem. Il s’agit du titre du premier livre, qui décrit la diffusion de la réforme dans les monastères de femmes.

31 Neidhardt 2018 notamment p. 124 et sq.

32 En particulier le récit de la mort du frère de la bienheureuse. Duval 2016, p. 56-59.

33 Antonin avait été vicaire de l’Observance pour l’Italie. Sur saint Antonin, se reporter à Cinelli – Paoli 2012.

34 Voir Antonin de Florence, Chronicorum opus, Lyon, 1586, Tertia pars, p. 638.

35 Le couvent des frères pisans, Santa Caterina, n’était pas encore passé à l’Observance.

36 Duval 2016a, p. 82.

37 Telle Colomba da Rieti et les communautés de tertiaires régulières non cloîtrées. Voir Casagrande – Menestò 1991.

38 Duval 2015, chapitre 1.

39 Redon 1990.

40 Alberti, De viris illustribus, Bologne, 1517 p. 70-74.

41 Razzi, Vite dei Santi, Florence, 1588, aggiunta, p. 21-31.

42 Duval 2016.

43 Pio, Delle vite degli huomini illustri, Bologne, 1620, p. 409.

44 « Si racchiuse [a San Domenico] con alcune strettissime Ordinationi, e qui Sottopriora, e Priora, si dimostrò essempio singolarissimo d’osservanza, di prudenza, e di carità ». Ibidem

45 Fontana, De Romana provincia, Rome, 1670, p. 269.

46 Duval 2016, en part. p. 58-59.

47 Bartolomei Romagnoli – Picasso 2013.

48 Poutrin 1995, p. 72-75.

49 Mortier 1903, en particulier tome IV, p. 217-219.

50 Tout comme les chroniques citées plus loin, on attend encore une édition moderne du Formicarius. Seules les parties concernant les sorcières ont suscité des éditions partielles récentes (Jean Nider, La Fourmilière. Livre 5, Grenoble 2000).

51 Barthelmé 1931.

52 Jean Meyer, Buch der Reformatio.

53 Walz 1930 ; Hinnebusch 1965.

54 Bériou – Vauchez-Zink 2017 et Festa – Rainini 2017.

55 Voir supra n. 27 pour les références principales.

56 Jaron Lewis 1996 ; Winston Allen 2004 ; parmi les nombreuses publications de J. Hamburger, on pourra se référer à Hamburger 1997.

57 Sur les lettres de Chiara Gambacorta cf. Brambilla 2010 ; sur Tommasina Fieschi voir Mostaccio 1999 ; sur Catherine de Sienne, à défaut pour l’instant d’un ouvrage récent spécifiquement dédié aux lettres (dont la réédition complète est en cours à l’Istituto Storico per il Medio Evo) on pourra se reporter avec profit à Ferzoco – Mayne Kienzle – Muessig 2012 et Bartolomei Romagnoli – Cinelli – Piatti 2013.

58 Dalarun et alii 2007 et Bartoli Langeli et alii 2009.

59 Dans le sens où les tertiaires ont progressivement été assimilées aux moniales ; Duval 2015 chapitre 2.

60 Jean Dominici, Lettere Spirituali Fribourg 1969, p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Duval, « Les Dominicaines ou les paradoxes de l’Observance. Une approche historiographique », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/4282 ; DOI : 10.4000/mefrm.4282

Haut de page

Auteur

Sylvie Duval

Fondation Thiers/ CIHAM, duvalsylvie@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals