Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130-2Les observances régulières : hist...Les observances dominicaines

Résumés

Malgré le regain d’intérêt pour l’Ordre des Prêcheurs dont témoigne l’historiographie des vingt dernières années, c’est très récemment que l’attention des chercheurs s’est portée sur l’histoire de l’observance dominicaine. Non que les études la concernant aient été totalement inexistantes auparavant ; mais il s’agissait essentiellement d’approches monographiques et presque hagiographiques, dans le sillage de la tradition dominicaine elle-même. C’est donc d’abord d’historiens laïcs abordant le sujet sous un angle différent de celui de la seule histoire des ordres religieux qu’est venu un début de renouveau. Mais le gisement des sources inexploitées ou qui mériteraient d’être reprises à nouveaux frais demeure fort important et pourrait permettre d’explorer de nombreux aspects jusqu’à présent négligés de cette facette de l’histoire des réformes religieuses dans l’Occident médiéval et moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tugwell 1982.
  • 2 Tugwell 2015.

1Depuis une vingtaine d’années environ, l’histoire de l’Ordre des Prêcheurs sort progressivement de la seule sphère cléricale dans laquelle elle avait été cantonnée pendant fort longtemps. Il est vrai que le premier renouvellement historiographique des études dominicaines est venu de l’ordre lui-même, en la personne du R.P. Simon Tugwell, grâce à sa titanesque entreprise de réédition critique de l’ensemble des sources narratives relatives à l’histoire des débuts de l’institution, commencée dès les années 19801 mais toujours en cours2. Dans les années 1990, cependant, sont également apparues des manifestations d’intérêt nouvelles de la part d’un certain nombre d’historiens laïcs – en particulier, il est vrai, en Italie, ce qui n’a rien de surprenant compte tenu du poids, dans la tradition historiographique de ce pays, de l’histoire religieuse en règle générale et de celle des Ordres mendiants en particulier.

  • 3 Quaderni di Storia religosa iii.
  • 4 Canetti 1996.
  • 5 Fanjeaux 36.
  • 6 Domenico di Caleruega 2005.
  • 7 Bériou – Vauchez – Zink 2017.

2Ainsi, dès 1996, un volume spécial des alors récents Quaderni di storia religiosa était-il dédié à l’histoire des Prêcheurs au XIIIe siècle3 ; surtout, la même année vit paraître le très important ouvrage de Luigi Canetti sur la construction d’une mémoire dominicaine dans les premières décennies d’existence de l’ordre4, devenu une véritable référence et le point de départ de toute une série de travaux relatifs à la tradition hagiographique et historiographique dominicaines. Dans le même temps, ainsi que par la suite, ont également été revisitées de nombreuses autres facettes de l’histoire des frères, ce qui a assez rapidement suscité la tenue de quelques grands colloques de synthèse : sans prétendre à l’exhaustivité, on peut ainsi rappeler les quelques grands jalons constitués par ceux de Fanjeaux en 20005 ou de Todi en 20046 et, plus récemment, les divers événements organisés dans le sillage de la célébration du huitième centenaire de l’ordre, en particulier le colloque consacré à l’histoire des Dominicains en France du XIIIe au XXe siècle, tenu à Paris en décembre 2015 sous l’égide de l’Institut de France et dont les actes sont désormais parus à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres7.

  • 8 Qu’il me soit permis de renvoyer ici tout simplement aux contributions dédiées à celle-ci dans le (...)
  • 9 Duval 2015. Une contribution du même auteur étant dédiée à ce thème dans le présent volume, la mie (...)
  • 10 Huijbers 2018.

3Force est toutefois de constater que ce bel élan historiographique s’est jusqu’à présent essentiellement concentré sur le premier siècle d’existence de l’ordre. Il n’y a là, il est vrai, rien que de très classique. Cependant, les périodes cruciales que sont les phases réformatrices dans l’histoire des congrégations religieuses sont le plus souvent elles aussi propices à la focalisation de l’attention des spécialistes, et l’on aurait donc pu s’attendre, dans le contexte qui vient d’être évoqué, à une floraison de travaux sur l’observance dominicaine comparable à celle qui peut être constatée pour de nombreux autres ordres, et en particulier pour l’autre grande famille mendiante, celle des Franciscains8. Rien de tel cependant pour les Prêcheurs, à l’exception notable, il est vrai, de la thèse de Sylvie Duval sur l’observance féminine9. Mais il est clair qu’un travail équivalent reste assez largement à faire pour la branche masculine de l’ordre, bien que la récente thèse d’Anne Huijbers ait commencé à explorer le sujet sous l’angle de l’historiographie10.

L’exemple italien

  • 11 Memorie Domenicane 1.

4L’histoire du mouvement chez les frères n’est cependant pas un domaine vierge. On peut en particulier mentionner l’attention que lui porte de façon assez régulière la nouvelle série des Memorie Domenicane publiée depuis 1970 (d’abord à Pistoia puis, à partir de 2005, aux éditions Nerbini de Florence), laquelle, la même année, s’est précisément ouverte sur un volume spécialement consacré à Giovanni Dominici11, l’une des figures de proue de l’observance dominicaine en Italie.

  • 12 Memorie Domenicane 43 : il s’agit des actes d’un colloque tenu les 25-28 novembre 2009.
  • 13 Savonarole a fait l’objet de deux numéros spéciaux (Memorie Domenicane 25 et 29), sans parler de t (...)

5Cela dit, avec cet exemple, on touche du doigt l’une des caractéristiques de l’historiographie consacrée au mouvement, à savoir son orientation presqu’exclusive sur l’étude de quelques personnages-phares : Giovanni Dominici, précisément, ou Antonin de Florence, auquel a également été consacré un volume entier de la revue en 201212, mais également Fra Angelico et plus encore Savonarole13, véritables « stars » de l’observance dominicaine dont les noms reviennent constamment au fil des différents numéros de la revue. Il est vrai qu’un tel tropisme traduit sans doute le caractère très florentin de celle-ci ainsi que sa prédilection pour l’âge d’or de la cité toscane, le Quattrocento.

  • 14 Memorie Domenicane 3.
  • 15 Memorie Domenicane 14.
  • 16 Memorie Domenicane 40 : il s’agit des actes d’un colloque tenu le 23 juin 2007.
  • 17 Memorie Domenicane 47 : il s’agit des actes d’un colloque tenu les 22-24 mai 2014.

6Reste que cette omniprésence de l’ambiance réformatrice qui caractérisa ce lieu et cette époque au sein des Memorie Domenicane n’amène pas véritablement celles-ci à privilégier l’étude du mouvement observant pour lui-même, y compris dans ceux des volumes dont le titre pourrait donner à penser que ce thème devrait y être central, comme en particulier ceux intitulés Motivi di riforma tra ‘400 e ‘50014 et Insegnamenti e riforma nell’ordine domenicano15, en réalité très focalisés sur les questions d’histoire intellectuelle de l’ordre, ce qui est d’ailleurs une tendance générale de la revue. Tout au plus peut-on relever quelques approches monographiques, comme dans le volume dédié à San Domenico di Fiesole en 200916 ou, tout récemment en 2016, au couvent milanais de Santa Maria delle Grazie17 ; monographies qui, à défaut d’une véritable synthèse, offrent toutefois quelques perspectives sur l’histoire de l’observance et de sa diffusion dans les couvents des Prêcheurs italiens au XVe siècle.

  • 18 Festa 2009.

7C’est d’ailleurs dans l’un de ces volumes, celui de 2009, que l’on trouve l’une des meilleures présentations bibliographiques récentes sur la question, à propos, il est vrai, du seul Giovanni Dominici, mais avec des conclusions que l’on peut sans doute étendre, compte tenu du rôle de ce dernier dans les débuts de la réforme, du moins en Italie18. L’auteur, le R.P. Gianni Festa, y insiste tout d’abord sur le caractère presque manichéen de la tradition historiographique dominicaine relative à Dominici : en effet, reprenant quasiment à la lettre les témoignages des sources les plus anciennes, cette tradition fait du combat des zélateurs de l’observance les véritables héritiers de saint Dominique et de leurs opposants la source de tous les maux et les obstacles au mieux inconscients, mais bien souvent presque diaboliques, au retour à la pureté des origines.

  • 19 Sur l’observance, voir les volumes III (Mortier 1907, p. 491-686) et IV (Mortier 1909, p. 1-139).
  • 20 Cormier 1900.
  • 21 Colosio 1970.
  • 22 Di Agresti 1970.
  • 23 Walz 1930, p. 56-63 en particulier.
  • 24 Hinnebusch 1966.
  • 25 Redigonda 1967.

8Cette vision des choses parcourt toute la tradition moderne de l’ordre pour culminer dans ce qui demeure encore aujourd’hui la synthèse de référence en ce qui concerne son histoire événementielle depuis les origines, L’Histoire des Maîtres généraux de l’Ordre des frères Prêcheurs du R.P. Antonin Mortier, parue en huit volumes entre 1903 et 192019 ; et plus encore peut-être dans l’abondante œuvre apologétique et hagiographique de son contemporain, le Maître général Hyacinthe Cormier (1904-1916), largement inspirée par le contexte de la nécessité d’une véritable re-fondation de l’ordre après la crise consécutive à l’expulsion des congrégations religieuses de France au début du XXe siècle. Pour Cormier, le modèle à suivre dans cette entreprise était très clairement celui d’origines assez largement idéalisées au prisme de la spiritualité observante ; à preuve, la tonalité particulière, entre autres, de son petit ouvrage sur Raymond de Capoue20. Et c’est encore une approche très comparable que l’on trouve dans les contributions de deux auteurs dominicains au premier volume, déjà cité, de la nouvelle série des Memorie Domenicane consacré en 1970 à Giovanni Dominici, les RR.PP. Innocenzo Colosio21 et Guglielmo Di Agresti22, ou encore dans les différentes synthèses dominicaines d’histoire de l’ordre parues au cours du XXe siècle, du Compendium Historiae Ordinis Praedicatorum d’Angelus Walz23 à la History of the Dominican Order de William Hinnebusch24 et aux Secoli domenicani de Luigi Redigonda25.

  • 26 Dominici 1940.
  • 27 Mésoniat 1984.
  • 28 Par la mise en évidence des finalités recherchées à travers l’acquisition de certains savoirs et a (...)
  • 29 Cracco 1988, p. 16-19 notamment.

9L’historiographie laïque, à l’inverse, a, selon Gianni Festa, légèrement déplacé le curseur pour s’intéresser non pas tant à la figure de Dominici comme champion de la réforme régulière qu’à deux autres aspects essentiels de son œuvre : d’une part, son rôle politique à l’époque du Grand Schisme, d’abord aux côtés du pape  aux côtés du pape Grégoire XII puis de Martin V, et, d’autre part, sa polémique contre le mouvement humaniste, en particulier sa controverse avec le chancelier florentin Coluccio Salutati, dont le point culminant fut la rédaction en 1405 de la célèbre Lucula Noctis26, véritable somme dédiée à la dénonciation d’un programme d’études fondé sur la lecture des auteurs classiques, et en particulier de poètes comme Ovide ou Virgile. Ce fut le grand mérite des travaux de Claudio Mésoniat27 que de montrer la portée réelle du débat, souvent caricaturé en termes de querelle des Anciens et des Modernes dans laquelle Dominici tenait nécessairement le rôle d’une sorte de réactionnaire un peu borné : en réalité, l’enjeu ne consistait sans doute pas tant, aux yeux de celui-ci, à dénoncer l’immoralité et par conséquent le caractère nocif de certaines lectures, en particulier pour de jeunes âmes, qu’à combattre la revendication par les défenseurs de la poésie d’une nouvelle et éminente dignité pour celle-ci en tant que langage métaphorique semblable à celui de la Bible. À la lumière de cette réflexion, Dominici apparaît donc surtout comme un rigoureux défenseur de l’orthodoxie scolastique, ce qui est au fond assez cohérent avec son engagement en faveur de l’observance, mouvement de retour aux sources, c’est-à-dire au projet originel dominicain, ici incarné par ce souci de défense de la pureté doctrinale. D’autres auteurs que Mésoniat ont d’ailleurs également souligné ce lien entre les prises de position intellectuelles de Dominici et son combat réformateur, en insistant sur d’autres aspects : en particulier Peter Denley, qui décelait également dans sa controverse avec Salutati la dénonciation du véritable élitisme qui se cachait derrière le programme d’études défendu par les humanistes28, en rupture flagrante avec une vision plus solidaire du genre humain et, plus spécifiquement, la défense des humbles qui était clairement la cause d’un Dominici et à travers laquelle celui-ci se situait dans le droit-fil de l’héritage mendiant – ce dernier thème étant d’ailleurs également très présent dans sa prédication, comme l’a bien montré, quant à lui, Giorgio Cracco29.

10Ces différents travaux ont donc permis de jeter une lumière nouvelle sur le sens profond donné à la réforme observante par l’un de ses principaux acteurs, même si leur objectif premier était sans doute plutôt d’essayer de sortir l’étude de cette figure de premier plan du seul domaine de l’histoire des ordres religieux. Si un tel résultat a pu être atteint, c’est grâce à l’élargissement de la palette des sources utilisées jusqu’alors pour l’histoire de l’observance, à savoir les textes normatifs ou historico-hagiographiques, au vaste gisement que constitue la production intellectuelle des frères. Nul doute qu’il reste encore dans ce domaine de nombreuses pistes à exploiter.

L’apport des sources historiographiques

  • 30 Raymond de Capoue 1937.
  • 31 Acta 1900, p. 92-103. 

11Cela dit, les sources reflétant plus concrètement la politique réformatrice menée par les pionniers du mouvement observant chez les Prêcheurs, quoique dans l’ensemble assez bien connues et répertoriées, sont elles-mêmes encore assez largement sous-exploitées. On pense en particulier, ici, à l’édition dès 1937 par le R.P. Thomas Kaeppeli du registre des lettres de Raymond de Capoue dans le tome 19 des Monumenta Ordinis fratrum Praedicatorum Historica de l’Institut historique dominicain de Rome30 : première collection de ce genre à être systématiquement constituée par un Maître général de l’ordre, ce document, miraculeusement conservé par la copie qui en fut faite au XVIIIe siècle pour les archives généralices de Sainte-Sabine à partir de l’autographe conservé au monastère Sainte-Agnès de Bologne, est d’autant plus précieux pour la connaissance de la politique de celui qui fut le véritable instigateur de la réforme à la tête de l’ordre que les actes des chapitres généraux de l’obédience romaine à la tête de laquelle il fut élu en 1380 sont très lacunaires pour la période correspondant à son généralat31. Or, si le registre est incomplet, il contient en revanche les parties relatives aux provinces italiennes et germaniques, têtes de pont de la réforme. Son étude systématique serait donc d’autant plus opportune, pour une meilleure connaissance des débuts du processus de diffusion de celle-ci, qu’elle est totalement absente des grandes synthèses déjà anciennes comme celle de Mortier – laquelle, en définitive, ne repose que sur un nombre réduit de sources proprement médiévales.

  • 32 Tendance déjà bien mise en évidence, en particulier, pour la période grégorienne, à la suite des t (...)
  • 33 Borselli, fol. 232r-232v (Huijbers 2018, p. 200).

12En revanche, la production historiographique des frères du courant observant a commencé d’être explorée plus systématiquement. La récente thèse d’Anne Huijbers lui est en effet entièrement consacrée et est déjà parvenue à un certain nombre de résultats : elle confirme, en particulier, à partir du cas de l’observance dominicaine, l’idée que les mouvements de réforme sont propices à des entreprises de réécriture de l’histoire susceptibles d’imposer ce que l’on pourrait qualifier, en quelque sorte, de vision des vainqueurs32, puisque la littérature historico-hagiographique émanant des rangs des Prêcheurs entre la fin du XIVe siècle et le début du XVIe, celle-là même dont découle toute la tradition quelque peu manichéenne décrite précédemment, est exclusivement, du moins pour ce qui en est parvenu jusqu’à nous, l’œuvre de frères issus de l’observance et principalement sous-tendue par le souci de légitimation de leur cause. Cette littérature, par ailleurs, permet de mesurer leur conquête progressive du pouvoir à l’aune du passage, au fil du temps, d’une véritable littérature de combat, n’hésitant pas à dénoncer haut et fort la « décadence » de l’ordre pour mieux justifier l’entreprise de réforme initiée par une poignée de frères visionnaires à la fin du XIVe siècle, à des textes plus consensuels, soucieux d’éviter de donner, par ce genre d’excès, une mauvaise image de l’ordre, et surtout d’apaiser les tensions encore vives entre observants et conventuels, à l’heure du triomphe des premiers, en atténuant, voire en gommant du récit l’évocation d’affrontements parfois violents entre les deux camps. Très intéressantes, de ce point de vue, sont les remarques d’Anne Huijbers concernant les passages témoignant d’une véritable censure dans la chronique du frère bolonais Girolamo Borselli à l’extrême fin du XVe siècle33. Sans doute y aurait-il lieu, cependant, d’aller plus loin encore, en s’efforçant de recenser de façon systématique, à la manière de ce qu’a fait Luigi Canetti pour le XIIIe siècle dominicain, toutes les inflexions et discordances survenues au fil du temps au sein de cette « ego-histoire » observante, à l’évidence particulièrement lourdes de sens au sein d’un genre littéraire généralement des plus répétitifs.

  • 34 Wehrli-Johns 2001 ; Reltgen-Tallon 2003.
  • 35 Caffarini 1938.
  • 36 Sorelli 1981.
  • 37 Sur la date de composition du texte, voir l’introduction à la récente édition critique de Silvia N (...)
  • 38 Raymond de Capoue 2013, p. 169 : Advocans igitur [Dominicus] aliquos laycos Deum timentes et sibi (...)

13Par ailleurs, c’est parfois jusqu’à une véritable réécriture de l’histoire des origines mêmes de l’ordre que sont allés les tenants de l’observance, dans leur souci de mieux légitimer, par ce qui pouvait dès lors être présenté comme un retour aux sources, les indiscutables novitates introduites par eux dans certains cas. L’exemple le plus probant en est sans doute la création ex-nihilo d’un mythe de fondation du tiers ordre dominicain par saint Dominique en personne34. Celle-ci s’explique évidemment par les efforts concomitants des frères pour obtenir la création effective d’un ordre de pénitents affilié à leur direction spirituelle, en particulier par l’approbation d’une règle présentée comme remontant au Maître général Munio de Zamora en 1285, mais dont le contenu reflétait en réalité bien plus le programme de disciplinamento de la vie religieuse des laïcs cher aux observants que les réalités de la fin du XIIIe siècle. Ce texte apparaît d’ailleurs pour la première fois en 1405 dans le Tractatus de Poenitentia sancti Dominici, précisément rédigé en vue de l’obtention d’une approbation pontificale par le frère siennois Tommaso d’Antonio, dit Caffarini35, également célèbre pour l’activité hagiographique qu’il se mit à déployer à partir de la même époque en faveur de membres de ce même tiers ordre dominicain et dans le même but de démonstration de son excellence36. Mais c’est en réalité dès la Legenda maior dédiée par Raymond de Capoue à Catherine de Sienne, et rédigée entre 1385 et 139537, que fut inventé pour ledit tiers ordre un patronage non seulement beaucoup plus ancien, mais surtout beaucoup plus noble que celui de Munio de Zamora, puisque c’est dans ce texte qu’apparaît pour la première fois l’idée d’une fondation par saint Dominique38. Ces différents efforts de construction historiographique témoignent sans ambiguïté de la place essentielle, au sein du programme réformateur, de la promotion comme de l’encadrement de la mouvance laïque de l’ordre.

  • 39 Pignon 1936, p. 5 – où figurent des pénitentes, lesquelles ne sont pourtant pas encore très bien d (...)
  • 40 Meyer 1918, p. 70-72.

14On a donc ici un bon exemple, à travers ce phénomène d’invention d’un récit des origines du tiers ordre dominicain, du type d’enseignements qu’il est possible de tirer de la très abondante production historico-hagiographique issue des rangs de l’observance dominicaine. Du reste, s’il était encore besoin de se convaincre du degré de résonance que celle-ci pouvait entretenir avec certains des points les plus essentiels du programme des réformateurs, il suffirait de prendre en considération l’écho rencontré par les développements qui viennent d’être évoqués dans les textes issus des autres provinces qui constituèrent à cette époque, au même titre que l’Italie, des têtes de pont de l’observance dominicaine : à défaut du même récit de la fondation du tiers ordre, on trouve en effet le même souci d’affirmer désormais son articulation organique à l’ordre des Frères Prêcheurs par l’intégration des personnages issus de ses rangs dans les catalogues de dominicains illustres du frère bourguignon Laurent Pignon, au début du XVe siècle39, et du Zurichois Johannes Meyer en 146640.

Vers une histoire des résistances

15Ces deux derniers noms amènent à évoquer à présent un pan longtemps éclipsé, dans l’historiographie relative à l’observance dominicaine, par un tropisme italien largement dû à l’écrasante personnalité de Catherine de Sienne, à savoir les versants français et surtout germanique de cette histoire.

  • 41 Montagnes 1985.

16Depuis l’important article du R.P. Montagnes sur les origines de la congrégation de France41, on sait que le mouvement réformateur fut précoce dans les provinces qui constituèrent le futur terreau de celle-ci, puisque les premières initiatives en ce sens peuvent être décelées dès 1432 en Provence. Cela dit, la pauvreté des archives ayant survécu rend sans doute difficile d’aller beaucoup plus loin que les résultats présentés dans cette étude de référence.

  • 42 On pense en particulier ici à Barthelmé 1930 pour l’Alsace et l’ensemble de la province de Teutoni (...)
  • 43 Première maison de moniales dominicaines réformées, près de Guebwiller : sur son rôle majeur comme (...)
  • 44 Pour sa biographie, voir Fechter 1987.
  • 45 Humbert de Romans 1889 ; Meyer 2015.
  • 46 Meyer 1908-1909.

17L’histoire de l’observance dominicaine en terre germanique, en revanche, mériterait sans doute d’être reprise à nouveaux frais, car les études qui lui ont été consacrées n’ont guère été nombreuses et sont toutes anciennes, pour ne pas dire datées dans certains cas42, alors que les sources sont ici fort abondantes, notamment en ce qui concerne la province dominicaine de Teutonie. Celle-ci est en effet particulièrement bien documentée grâce à l’œuvre prolixe et multiforme de l’infatigable réformateur Johannes Meyer, en grande partie adressée aux moniales (et en particulier à celles de Schönensteinbach43 confiées à sa direction spirituelle à partir de 145744). C’est par exemple à leur intention qu’il traduit et adapte, en fonction des besoins de la réforme des monastères féminins placés sous la direction des Prêcheurs, le traité du cinquième Maître général, Humbert de Romans, sur le gouvernement de l’ordre45. Et c’est surtout pour elles qu’il écrit, en 1468, son Buch der Reformacio des Predigerordens46, qui commence comme une histoire de Schönensteinbach mais finit par embrasser toute l’histoire de la réforme observante en pays germanique dans ses deux derniers livres : en effet, si les trois premiers sont respectivement consacrés à l’histoire de Schönensteinbach avant 1394, à celle de sa reprise en mains par Conrad de Prusse par la suite et enfin à un tableau de la vie des sœurs, le quatrième évoque quant à lui les frères impliqués dans la réforme (et l’on y retrouve tous les grands noms de celle-ci, même si Meyer se concentre assez rapidement sur la figure de Johannes Nider, son mentor), et le cinquième, enfin, relate les modalités d’introduction de la réforme dans les couvents et monastères de la province de Teutonie, sans en édulcorer les difficultés ni oublier de mentionner, aux côtés des soutiens dont ont pu bénéficier les réformateurs, leurs nombreux opposants.

  • 47 Huijbers 2018, p. 242-244.

18Tout cela fait donc de cet ouvrage une source potentiellement très utile pour arriver à sortir de la seule histoire de la réforme par le haut. Mais l’évocation des différentes vicissitudes qui émaillèrent l’histoire de l’introduction de l’observance dans les provinces germaniques constitue également un rappel de ce que l’historiographie de l’ordre ne raconte pas toujours, à savoir l’existence de résistances probablement nombreuses et parfois violentes ; et pour cause, puisque, dès le début de cet âge de réforme, cette même historiographie est pour l’essentiel acquise à la bonne cause et plus prompte à en célébrer les hauts faits qu’à insister sur ses déboires, si ce n’est pour présenter comme des martyrs ceux des frères qui se sacrifièrent pour elle – ce qui est d’ailleurs clairement le cas chez Johannes Meyer47.

  • 48 Giovanni Caroli.
  • 49 Camporeale 1981.

19Cependant, on peut aussi trouver un écho plus subtil de ces réalités dans certaines sources italiennes comme, en particulier, le Liber dierum lucensium de Giovanni Caroli48, le prieur de Sainte-Marie Nouvelle de Florence exilé un temps à Lucques (où il écrivit son ouvrage en 1461-1462) à cause de l’échec de sa tentative de réforme du couvent en 1460 : l’auteur ne se contente pas, en effet, de déplorer celui-ci, en bon zélateur de l’observance, mais s’efforce de l’interpréter, pointant clairement du doigt l’autoritarisme du Maître général Martial Auribelli et ouvrant par la même occasion toute une réflexion sur la notion d’obéissance au sein des ordres religieux49. D’autant plus intéressant que le point de vue exprimé ici émane non pas d’un opposant, mais d’un sympathisant de la réforme, un tel texte expose en pleine lumière l’un des paradoxes de cette dernière : c’est bien souvent contre la coutume et la tradition déjà séculaires de l’ordre qu’ont été imposées par ses promoteurs des règles pourtant inspirées, en théorie du moins, par un profond désir de restauration de l’ordre ancien, vu comme un âge d’or perdu.

  • 50 Creytens 1952.
  • 51 Andrews 2009.

20Et c’est bien souvent, à l’inverse, de cet ordre ancien que les opposants se sont prévalus pour argumenter à l’appui de leur propre position. C’est ce que montre très bien également une source, malheureusement assez unique en son genre, sur laquelle l’attention a été attirée il y a déjà plus d’un demi-siècle50 et qui a, récemment, fait l’objet d’une nouvelle étude51 : le consilium demandé en 1397 par les frères conventuels de Padoue, menacés d’expulsion de leur couvent par son passage programmé à l’observance (avec l’envoi dès 1395 d’un proche de Raymond de Capoue mandaté pour cela), à deux éminents juristes de leur cité, le civiliste Jacques de Piémont et, surtout, le célèbre canoniste Francesco Zabarella. Le consilium rendu penchait visiblement en faveur de la position des observants, non sans avoir en bonne méthode énuméré auparavant les arguments pro et contra concernant chacune des six questions posées. Or, les deux dernières portaient sur la possibilité, pour un couvent, de n’accepter que des frères observants et, pour le Maître général, de soustraire un couvent à l’autorité du provincial en l’absence de faute de la part de ce dernier, faisant ainsi écho aux réalités évoquées par Giovanni Caroli dans son Liber dierum : la résistance des conventuels était aussi motivée par le sentiment d’une remise en cause du mode de fonctionnement normal de l’ordre, en particulier par l’expulsion des frères récalcitrants lors des épisodes d’introduction autoritaire de la réforme dans tel ou tel couvent ou de la constitution de congrégations qui, de facto, soustrayaient certains couvents à l’autorité de leur provincial.

  • 52 Thomas 1965, p. 311.

21Mais les précédentes questions soulignent également l’autre enjeu majeur du conflit, à savoir, en définitive, le degré d’obligation des frères vis-à-vis de la législation de l’ordre et, partant, l’extension possible du principe de la dispense. L’un des enseignements les plus intéressants de notre consilium réside en effet dans le constat que ce sont les mêmes textes qui servent d’autorités à chacun des deux camps dans cette querelle entre observants et conventuels, et que celle-ci s’explique ainsi avant tout par une différente compréhension de ce en quoi réside, au fond, la fidélité à la législation originelle de l’ordre : celle-ci est-elle due à la lettre des constitutions, comme semblent le vouloir les observants, ou plutôt à leur esprit, c’est-à-dire à la notion d’utilitas justifiant le très large principe de dispense affirmé dès le prologue52, comme le rappellent constamment les conventuels ?


22Devant les riches suggestions offertes par la lecture d’un tel document, l’historien ne peut que regretter de n’en avoir pas d’autres de même nature à sa disposition. Néanmoins, les perspectives ouvertes ici comme dans l’ensemble de ce parcours historiographique (qui, sans avoir de prétention à l’exhaustivité, espère toutefois avoir réussi à synthétiser les principaux acquis des travaux consacrés jusqu’à présent à l’histoire de l’observance chez les Prêcheurs) suffisent à montrer l’importance des gisements encore inexploités et des dossiers méritant sans doute d’être rouverts et relus à la lumière de questionnements renouvelés.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Acta 1900 = Acta capitulorum generalium ordinis fratrum Praedicatorum, 3 : Ab anno 1380 usque ad annum 1498, éd. B.-M. Reichert, A. Frühwirth, Rome, 1900 (Monumenta Ordinis fratrum Praedicatorum Historica, VIII).

Borselli = Girolamo Borselli, Cronica magistrorum generalium ordinis fratrum praedicatorum, Bologne, Bibliothèque Universitaire, Cod. Lat. 1999, fol. 1r-261r.

Caffarini 1938 = Tractatus de ordine ff. de Paenitentia s. Dominici di f. Tommaso da Siena « Caffarini », éd. M.-H. Laurent, Sienne, 1938 (Fontes Vitae S. Catharinae Senensis Historici, 21).

Dominici 1940 = Giovanni Dominici, Lucula noctis, ed. E. Hunt, Notre-Dame (Indiana), 1940.

Giovanni Caroli = Giovanni Caroli, Liber dierum lucensium, Florence, Biblioteca Nazionale, conv. Soppr. C. 8.279, fol. 1r-56v.

Humbert de Romans 1889 = Humbert de Romans, Instructiones de officiis Ordinis, éd. J. Berthier, B. Humberti Opera de Vita regulari, II, Rome, 1889, p. 179-373.

Meyer 1908-1909 = Johannes Meyer, Buch der Reformacio des Predigerordens, éd. B.-M. Reichert, Leipzig, 1908-1909 (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, II-III).

Meyer 1918 = Johannes Meyer, Liber de Viris illustribus Ordinis Praedicatorum, éd. P. von Loë, Leipzig, 1918 (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, XII).

Meyer 2015 = Johannes Meyer, Das Amptbuch, éd.-trad. angl. S. Glenn DeMaris, Rome, 2015 (Monumenta Ordinis fratrum Praedicatorum Historica, XXXI).

Pignon 1936 = L. Pignon, Catalogus fratrum spectabilium Ordinis fratrum Praedicatorum, éd. G.G. Meerssemann, Rome, 1936 (Monumenta Ordinis fratrum Praedicatorum Historica, XVIII).

Raymond de Capoue 1937 = Registrum Litterarum Fr. Raymundi de Vineis Capuani, magistri ordinis 1380-1399, éd. Th. Kaeppeli, Rome, 1937 (Monumenta Ordinis fratrum Praedicatorum Historica, XIX).

Raymond de Capoue 2013 = Raimondo da Capua, Legenda maior sive Legenda admirabilis virginis Catherine de Senis, éd. S. Nocentini, Florence, 2013.

Thomas 1965 = A.H. Thomas, De oudste Constituties van den Domenicanen. Voorgeschiedenis, Tekst, Bronnen, Outstaan en Outwikkeling (1215-1237), Louvain, 1965.

Tugwell 1982= S. Tugwell, Early Dominicans. Selected writings, New York-Toronto, 1982.

Tugwell 2015 = S. Tugwell, Petri Ferrandi Legenda sancti Dominici, Rome, 2015 (Monumenta Ordinis fratrum Praedicatorum Historica, XXXII).

Bibliographie

Andrews 2009 = F. Andrews, Gli ordini mendicanti tra peste nera e Osservanze, dans Memorie Domenicane 40, p. 7-33.

Barthelmé 1930 = A. Barthelmé, La réforme dominicaine au XVe siècle en Alsace et dans l’ensemble de la province de Teutonie, Strasbourg, 1930.

Bériou – Vauchez – Zink 2017 = N. Bériou, A. Vauchez, M. Zink (dir.), Les dominicains en France (XIIIe-XXe siècle), Paris, 2017.

Camporeale 1981 = S. Camporeale, Giovanni Caroli e le Vitae fratrum S. M. Novellae. Umanesimo e crisi religiosa (1460-1480), dans Cultura e istituzioni nell’ordine domenicano tra medioevo e umanesimo. Studi e testi, Pistoia, 1981 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 12), p. 141-267.

Canetti 1996 = L. Canetti, L’invenzione della memoria. Il culto e l’immagine di Domenico nella storia dei primi frati Predicatori, Spolète, 1996.

Colosio 1970 = I. Colosio, Il B. Giovanni Dominici come uomo, come scrittore e come maestro di vita spirituale specialmente religiosa, dans Memorie Domenicane, 1, p. 9-48.

Cormier 1900 = H. Cormier, Il beato Raimondo da Capua, Rome, 1900.

Cracco 1988 = G. Cracco, Giovanni Dominici e un nuovo tipo di religiosità, dans Conciliarismo, stati nazionali, inizi dell’Umanesimo. Atti del XXV Convegno storico internazionale, Todi, 9-12 ottobre 1988, Spolète, 1990, p. 79-96.

Creytens 1952 = R. Creytens, Un consilium de François Zabarella et de Jacques de Piémont relatif aux observances dominicaines, dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 22, 1952, p. 346-380.

Denley 1981= P. Denley, Giovanni Dominici’s opposition to humanism, dans K. Robbins (dir.), Religion and humanism, Oxford, 1981, p. 103-114.

Di Agresti 1970 = G. Di Agresti, Introduzione agli scritti inediti del Dominici, dans Memorie Domenicane, 1, p. 49-199.

De Meyer 1946 = A. De Meyer, La congrégation de Hollande ou la réforme dominicaine en territoire bourguignon, 1465-1515, Liège, 1946.

Domenico di Caleruega 2005 = Domenico di Caleruega e la nascita dell’Ordine dei frati Predicatori. Atti del XLI Convegno storico internazionale, Todi, 10-12 novembre 2004, Spolète, 2005.

Duval 2015 = S. Duval, « Comme des anges sur la terre ». Les moniales dominicaines et les débuts de la réforme observante, Rome, 2015 (BEFAR, 366).

Fanjeaux 36 = L’ordre des Prêcheurs et son histoire en France méridionale, Toulouse, 2001 (Cahiers de Fanjeaux, 36).

Fechter 1987 = W. Fechter, Meyer, Johannes OP, s.v., dans Die Deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, 6, Berlin-New York, 1987, p. 474-489.

Festa 2009 = G. Festa, Giovanni Dominici e i primi conventi dell’Osservanza domenicana in Italia, dans Memorie Domenicane 40, p. 113-128.

Geary 1994= P. Geary, Phantoms of remembrance. Memory and oblivion at the end of the first millennium, Princeton, 1994.

Hillenbrand 1989= E. Hillenbrand, Die Observantenbewegung in der deutschen Ordensprovinz der Dominikaner, dans K. Elm (dir.), Reformbemühungen und Observanzbestrebungen im Spätmittlalterlichen Ordenswesen, Berlin, 1989, p. 219-271.

Hinnebusch 1966= W. Hinnebusch, The history of the Dominican order, 1, Origins and growth to 1500, New York, 1966.

Huijbers 2018= A. Huijbers, Zealots for souls. Dominican narratives between Observant of self-understanding during observant reforms, c. 1388-1517, Berlin-Boston, 2018 (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordensiun Deutschland, Neue Folge, 22).

Memorie Domenicane 1 = Giovanni Dominici († 1419). Saggi e inediti, Pistoia, 1970 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 1).

Memorie Domenicane 3 = Motivi di riforma tra ‘400 e ‘500, Pistoia, 1972 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 3).

Memorie Domenicane 14 = Insegnamento e riforma nell’ordine domenicano, Pistoia, 1983 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 14). 

Memorie Domenicane 25 = Movimenti savonaroliani e riformistici, Pistoia, 1994 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 25).

Memorie Domenicane 29 = Frate Girolamo Savonarola e il suo movimento, Pistoia, 1998 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 29). 

(Memorie Domenicane 40 = San Domenico di Fiesole tra storia, arte et spiritualità, Florence, 2009 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 40).

Memorie Domenicane 43 = Antonino Pierozzi. La figura e l’opera di un santo arcivescovo nell’europa del quattrocento, Florence, 2012 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 43).

Memorie Domenicane 47 = Il convento di Santa Maria delle Grazie a Milano. Una storia dalla fondazione a metà del Cinquecento, Florence, 2016 (Memorie Domenicane, Nuova Serie, 47).

Mésoniat 1984 = Cl. Mésoniat, Poetica Theologia. La « Lucula Noctis » di Giovanni Dominici e le dispute letterarie tra ‘300 e ‘400, Rome, 1984.

Montagnes 1985 = B. Montagnes, La congrégation de France (1497-1569), dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 55, 1985, p. 67-114, rééd. dans B. Montagnes, Les Dominicains en France et leurs réformes, Paris, 2001 (Mémoire Dominicaine, Numéro Spécial 3), p. 1-47.

Mortier 1903-1920 = A. Mortier, Histoire des Maîtres généraux de l’Ordre des frères Prêcheurs, 8 vol. , Paris, 1903-1909.

Quaderni di Storia religiosa III = I frati Predicatori nel Duecento (Quaderni di Storia religiosa, III), Vérone, 1996.

Redigonda 1967 = L. Redigonda, Secoli domenicani. Sintesi storica dei Frati Predicatori, Bologne, 1967.

Reltgen-Tallon 2003 = A. Reltgen-Tallon, Quelles origines pour le Tiers Ordre dominicain ?, dans La mémoire des origines dans les institutions médiévales, dossier publié dans MEFRM, 115-1, 2003, p. 295-309.

Sorelli 1981 = F. Sorelli, La production hagiographique du dominicain Tommaso Caffarini : exemples de sainteté, sens et visées d’une propagande, dans Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle (Rome, 22-23 juin 1979), Rome, 1981 (Collection de l’École française de Rome, 51), p. 189-200.

Walz 1930 = A. Walz, Compendium Historiae Ordinis Praedicatorum, Rome, 1930.

Wehrli-Johns 2001 = M. Wehrli-Johns, L’osservanza dei Domenicani e il movimento penitenziale laico. Studi Sulla « Regula di Munio » e sul Terz’ordine domenicano in Italia e Germania, dans G. Chittolini, K. Elm (dir.), Ordini religiosi e società politica in Italia e Germania nei secoli XIV e XV. Atti della XL Settimana di studio, Istituto storico italico-germanico di Trento, 8-12 settembre 1997, Bologne, 2001, p. 287-329.

Haut de page

Notes

1 Tugwell 1982.

2 Tugwell 2015.

3 Quaderni di Storia religosa iii.

4 Canetti 1996.

5 Fanjeaux 36.

6 Domenico di Caleruega 2005.

7 Bériou – Vauchez – Zink 2017.

8 Qu’il me soit permis de renvoyer ici tout simplement aux contributions dédiées à celle-ci dans le présent volume.

9 Duval 2015. Une contribution du même auteur étant dédiée à ce thème dans le présent volume, la mienne insistera davantage sur le versant masculin de l’histoire de l’observance chez les Prêcheurs.

10 Huijbers 2018.

11 Memorie Domenicane 1.

12 Memorie Domenicane 43 : il s’agit des actes d’un colloque tenu les 25-28 novembre 2009.

13 Savonarole a fait l’objet de deux numéros spéciaux (Memorie Domenicane 25 et 29), sans parler de tous ceux où il apparaît plus ponctuellement. 

14 Memorie Domenicane 3.

15 Memorie Domenicane 14.

16 Memorie Domenicane 40 : il s’agit des actes d’un colloque tenu le 23 juin 2007.

17 Memorie Domenicane 47 : il s’agit des actes d’un colloque tenu les 22-24 mai 2014.

18 Festa 2009.

19 Sur l’observance, voir les volumes III (Mortier 1907, p. 491-686) et IV (Mortier 1909, p. 1-139).

20 Cormier 1900.

21 Colosio 1970.

22 Di Agresti 1970.

23 Walz 1930, p. 56-63 en particulier.

24 Hinnebusch 1966.

25 Redigonda 1967.

26 Dominici 1940.

27 Mésoniat 1984.

28 Par la mise en évidence des finalités recherchées à travers l’acquisition de certains savoirs et arts comme, en particulier, la rhétorique, qui vise surtout à convaincre les foules et assurer ainsi son ascendant sur elles plus qu’à enseigner une quelconque vérité (Denley p. 112-113).

29 Cracco 1988, p. 16-19 notamment.

30 Raymond de Capoue 1937.

31 Acta 1900, p. 92-103. 

32 Tendance déjà bien mise en évidence, en particulier, pour la période grégorienne, à la suite des travaux pionniers de Patrick Geary (Geary 1994, pour ne citer que le plus significatif de ses ouvrages de ce point de vue-là).

33 Borselli, fol. 232r-232v (Huijbers 2018, p. 200).

34 Wehrli-Johns 2001 ; Reltgen-Tallon 2003.

35 Caffarini 1938.

36 Sorelli 1981.

37 Sur la date de composition du texte, voir l’introduction à la récente édition critique de Silvia Nocentini (Raymond de Capoue 2013, p. 3-8).

38 Raymond de Capoue 2013, p. 169 : Advocans igitur [Dominicus] aliquos laycos Deum timentes et sibi notos, cepit cum eis tractare de ordinando quandam militiam […]. Vocavit autem eos fratres de militia Iesu Christi. […] Hoc facto, postquam beatus pater, relicto carnis honere, migravit ad celum, crebrescentibus eius miraculis, sedes apostolica, ispum sanctorum cathalogo annotans, honorandum et adorandum exhibuit universis, fratres hi et sorores dicti de militia Iesu Christi, volentes ordinatori suo jam glorioso singularem reddere gratiam et honorem, decreverunt mutare nomen et vocari fratres de penitentia beati Dominici

39 Pignon 1936, p. 5 – où figurent des pénitentes, lesquelles ne sont pourtant pas encore très bien distinguées des moniales.

40 Meyer 1918, p. 70-72.

41 Montagnes 1985.

42 On pense en particulier ici à Barthelmé 1930 pour l’Alsace et l’ensemble de la province de Teutonie et à De Meyer 1946 pour la congrégation de Hollande et les territoires bourguignons.

43 Première maison de moniales dominicaines réformées, près de Guebwiller : sur son rôle majeur comme tête de pont de la réforme dans la province, voir Hillenbrand 1989, p. 219-220.

44 Pour sa biographie, voir Fechter 1987.

45 Humbert de Romans 1889 ; Meyer 2015.

46 Meyer 1908-1909.

47 Huijbers 2018, p. 242-244.

48 Giovanni Caroli.

49 Camporeale 1981.

50 Creytens 1952.

51 Andrews 2009.

52 Thomas 1965, p. 311.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Reltgen-Tallon, « Les observances dominicaines », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 16 juillet 2018, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/4322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.4322

Haut de page

Auteur

Anne Reltgen-Tallon

Université de Picardie Jules Verne, anne.tallon@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search