Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-1Regards croisés sur les crises mé...La « crise de la famille ». Débat...

Regards croisés sur les crises médiévales

La « crise de la famille ». Débats contemporains et représentations médiévales à la lecture des sources du haut Moyen Âge occidental

Sylvie Joye

Résumés

Le rapprochement entre crise actuelle de la famille et remises en cause des équilibres familiaux anciens permet de réinterroger non seulement la notion de famille dans l’Antiquité et l’époque contemporaine, mais aussi les modifications des conceptions environnementales et économiques qui font « entrer en crise » la famille. La crise de la famille est tout autant un révélateur de la crise du discours : les discours politiques médiévaux comme modernes, mais aussi les modèles anthropo-historiques et juridiques qui ont fait de la famille et de la parenté un élément central des études en sciences humaines. Les historiens de la parenté ont tendance aujourd’hui à jeter un regard de plus en plus critique sur la façon dont les sources sont interrogées à l’aune d’approches et de concepts jugés vieillis, voire anachroniques. L’importance de l’étude de l’historiographie moderne dans toutes les études récentes consacrées à la parenté et à la famille médiévales sont ainsi un symptôme d’une crise scientifique féconde, et sans doute aussi de la crise actuelle de la famille occidentale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Sullerot 2000.
  • 2 Godelier 2004.

1S’il est un domaine au sujet duquel le terme « crise » est volontiers utilisé pour évoquer l’époque actuelle en Occident, c’est certainement celui de la famille1. Le constat de difficultés qui semblent relativement nouvelles – fréquence des divorces, multiplication de familles monoparentales, redéfinition de l’autorité parentale – et celui de l’incapacité à y trouver des solutions satisfaisantes – notamment de la part de l’État, dont l’intervention dans ces matières est toujours délicate – participent largement à ce succès du terme de crise en ce domaine. Outre de véritables enjeux économiques et l’ébullition « morale » autour de ces questions, le fait que la famille soit parfois présentée comme modèle de fonctionnement ou idéal pour la société joue également un rôle essentiel dans la tension qui justifie l’usage du terme de crise. Les enjeux contemporains de la « crise de la famille » ne font pas l’objet d’un consensus et le statut de la famille en tant que modèle ou socle de la société est discuté et remis en cause. Maurice Godelier souligne l’importance de la famille pour la constitution de l’identité de l’individu, mais voit dans le politico-religieux le seul élément véritablement fondateur de la société, reléguant la parenté et la famille au second plan2.

  • 3 Godet, Sullerot 2007, part. p. 234-244.
  • 4 Ibid., p. 12-13.
  • 5 Weber 2005, p. 214-215. Florence Weber suggère d’ailleurs d’abandonner le terme de famille pour ce (...)
  • 6 Dossier Comment va la famille ?, dans Cahiers français (371), 2012, p. 1-73, ici p. 1. Cet éditori (...)

2Mais même Maurice Godelier, qui nie que la famille soit le socle et l’élément organisateur des relations sociales, reconnaît la prégnance des discours qui lui attribuent ces rôles. Outre l’influence de ces discours, les répercussions concrètes des bouleversements connus par les pratiques familiales depuis une cinquantaine d’années sont jugées désastreuses, notamment s’agissant des enfants et, à travers eux, de l’avenir de la société3. Cependant, ce moment est désigné de plus en plus volontiers aussi comme temps de crise, au sens d’un moment critique permettant l’émergence de nouveaux équilibres, en raison des réajustements des normes sociales comme des normes juridiques qui s’accélèrent au cours des dernières années. Le droit de la famille évolue par exemple rapidement : centrée sur le mariage par le droit napoléonien, la famille semble désormais fondée en France sur la filiation, à la suite des dernières lois et ordonnances sur l’autorité parentale, le divorce et la filiation4. Les réalités sociales sont encore plus complexes, les différents types de filiation entrant aujourd’hui plus souvent ouvertement en concurrence5. Le numéro des Cahiers français de 2012 consacré à la famille envisageait ainsi d’emblée une « famille en recomposition », comme l’indique le titre de son éditorial, tout en reconnaissant que le discours est double et que « dans le même temps, le discours sur la crise de l’institution n’est jamais loin »6.

  • 7 Godet – Sullerot 2007, p. 7. On notera les réflexions développées par les psychologues cognitivist (...)

3Le rapport sur la famille rédigé par Michel Godet et Évelyne Sullerot en 2005 à l’intention du premier ministre français de l’époque associait celle-ci à des problématiques plus larges et marquées par les préoccupations et vocabulaire ancrés dans leur temps, auxquels ils cherchent à donner sens et avenir : « la famille, si elle est une affaire privée, est aussi une affaire publique qui conditionne la cohésion sociale et le développement durable »7. Au-delà de ce langage convenu, propre aux préoccupations affichées par les États européens du XXIe siècle, le rapport pointe un problème qui est ressenti avec une particulière acuité aujourd’hui, mais qui ne date pas d’hier : la définition même de ce qu’est une famille, et de ses interactions avec la société et l’autorité. Ainsi, si la notion de crise relève, dans le champ de la famille et de la parenté, d’un certain nombre de difficultés et de mutations réelles, elle appartient aussi et peut-être surtout à l’ordre du discours et se justifie par l’opposition entre un certain ordre fantasmé et des transformations qui traversent la société de façon partielle.

  • 8 Nous pensons en particulier à la contribution de Marcelo Cândido da Silva sur l’époque carolingien (...)
  • 9 On peut évoquer cependant, comme Hans Hummer, le fait que c’est au XIXe siècle que s’est mise en p (...)
  • 10 On pensera notamment aux vives critiques adressées à l’influence de l’évolutionnisme social ou à l (...)
  • 11 La discussion la plus fine des questions concernant l’historiographie de la famille (en particulie (...)

4Les remises en question de l’équilibre et du modèle familial ont connu des épisodes particulièrement aigus à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge, selon tous ces critères de la crise. Et les modifications des pratiques et idéaux de la famille ne vont pas sans être liées dans le discours et les usages à des conceptions environnementales et économiques nouvelles, notamment liées à la nourriture, ce qui rejoint les préoccupations d’une bonne part des contributeurs de ce dossier8. Le rapprochement entre crise actuelle de la famille et remises en cause des équilibres familiaux à certains moments de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge est particulièrement intéressant, non bien sûr parce qu’elles seraient parfaitement comparables ni liées directement l’une à l’autre9, mais parce que les études anthropo-historiques et juridiques qui se sont penchées sur les sources de cette période y ont largement projeté le modèle familial bourgeois du XIXe siècle, dont les fondations sont en grande partie ébranlées par les recompositions actuelles. Les historiens de la parenté ont tendance aujourd’hui non seulement à jeter un regard critique sur les lectures des sources faites à l’aune d’approches et de concepts jugés vieillis10, voire dernièrement sur le fait même d’utiliser le terme de parenté et les notions qui y sont attachées pour explorer des sociétés qui ne disposaient pas de représentation recouvrant le champ de la parenté en tant que tel11.

  • 12 H. Arendt [1972] (« C’est, à mon avis, le fait que l’autorité a disparu du monde moderne qui nous (...)
  • 13 Le parallèle entre le pouvoir du prince et celui du pater est indéniable, mais on ne peut certaine (...)
  • 14 L’idée même d’une autorité qui devrait être intériorisée via le modèle paternel – et dont la dispa (...)

5La crise de la famille altimédiévale se présente donc autant, comme le suggéraient les organisateurs de la rencontre consacrée aux crises médiévales, comme une crise historiographique que comme une crise médiévale. Et, par-là, elle se fait aussi largement écho des discours sur l’actuelle « crise de la famille », qui obligent les historiens à repenser les modèles qui pouvaient sous-tendre leur recherche. C’est ainsi que la crise de la famille a été interprétée il y a longtemps déjà par Hannah Arendt comme une crise de l’autorité, cette crise « pré politique » entretenant des liens étroits avec la crise politique qui découle pour elle de la disparition de l’autorité en tant que telle à l’époque moderne12. Si l’idée selon laquelle la famille aurait été l’origine de toutes les formes d’organisation sociale a été largement abandonnée, il est indéniable qu’un rapport étroit existe entre la nature du pouvoir qui s’y exerce dans l’antiquité romaine et au Moyen Âge13. Certaines voix aujourd’hui s’attachent aux nouveaux modèles de famille notamment pour détacher le modèle de l’autorité politique (et de sa contestation) de celui de l’autorité paternelle – si on s’entend sur les formes de la persistance de l’un et de l’autre (H. Arendt évoquait la disparition d’un type d’autorité bien particulier et pas de « l’autorité en général »)14. Crise « politique » et crise familiale sont donc volontiers associées, aussi bien dans les recherches historiques – appréhension des sources comme méthode – que dans les réflexions sur les mutations actuelles.

  • 15 On peut citer dans cette optique l’implication des médiévistes de l’Université de Tübingen dans le (...)

6Le traitement de la « crise » et des expressions que l’historien peut en trouver dans ses sources s’attache donc désormais essentiellement à des éléments de contextualisation (notamment des concepts et du vocabulaire). La perception de la crise par les anciens et le rôle de la communication participent à transformer une menace en réelle crise et à promouvoir la mise en place de nouveaux équilibres15.


7Je procèderai par l’évocation de quelques points rapides qui vont insister sur la façon dont cette notion de crise a été appliquée aux questionnements actuels et aux sources anciennes.

8Tout d’abord, j’évoquerai des « périodes de crise » dont les historiens ont pu supposer qu’elles amenaient la famille à se réinventer.

9Ensuite j’envisagerai très rapidement trois points concernant le haut Moyen Âge. J’interrogerai premièrement la façon dont le discours des sources peut se révéler trompeur sur l’identification des éléments réellement signifiants dans la mise en valeur de pratiques familiales « critiques ».

10Laissant de côté les discours dressant le portrait de crises généralisées, je me déplacerai ensuite vers des récits centrés sur des moments de crise propre à un groupe ou une cellule familiale et aux cycles qui le/la traversent. Ces moments, s’ils nécessitent des ajustements plus que des transformations profondes de la famille et de ses représentations, permettent de discerner la complexité de figures familiales qui apparaissent souvent trop figées par ailleurs.

11Enfin, je terminerai par quelques mots sur le rôle qu’a pu jouer dans la crise du pouvoir royal carolingien la mise en valeur des thématiques familiales.

Transformations de la société et crise des modèles familiaux

  • 16 Nous nous permettons de renvoyer au volume récemment paru sur le genre et la compétition à la fin (...)

12La crise de la famille concerne la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge à deux titres, dans la mesure où la période connut des bouleversements importants auxquels sont liés des modifications du fonctionnement et du discours de la famille, mais a également suscité de nombreuses réflexions théoriques sur ces bouleversements et leur aspect critique impliquant tout aussi bien la structure familiale, les rôles de ses acteurs, l’expression de leurs émotions. La tendance est à nuancer ces constats, qu’il s’agisse de réduire leur portée ou le rythme de leur extension aux différentes strates de la société, ou qu’il s’agisse de réviser les jugements qui ont pu être portés sur la profondeur ou la nature du changement. Cependant, il est indéniable que la fin de l’Antiquité a connu, sinon un changement radical de la structure familiale, de véritables réajustements qui ont eu des conséquences réelles sur le fonctionnement de la famille altimédiévale. Il y eut de réels moments critiques qui modifient les rapports entre les genres et leur définition notamment16.

  • 17 Veyne [1978]. Pierre Toubert a bien rappelé déjà que Paul Veyne n’évoque pas que des principes ari (...)
  • 18 McMullen 1986 fait de la sexualité le seul domaine où la christianisation ait changé quelque chose (...)

13Paul Veyne, dans un article qui fit date et qui est encore la référence pour toutes les études sur la famille et le mariage17, a remis en cause le lien classiquement établi entre moralisation de la famille et influence chrétienne18. Cet élément a été accepté par tous les historiens, même si certaines critiques se sont élevées à propos de la façon dont il présentait le nouveau statut du mariage, du couple et de l’idée d’amour conjugal qui semble apparaître au IIIe siècle comme le résultat d’une mutation intervenue durant les deux premiers siècles de notre ère et généralisée à l’époque sévérienne.

  • 19 Evans Grubbs 1999 (p. 57) note que le changement social que Paul Veyne situe au IIe siècle corresp (...)
  • 20 Evans Grubbs 1999, p. 6.

14Si l’on s'abstient de voir l’époque classique comme une espèce d’âge d’or du mariage consensuel, ce qu’elle n’était sans doute pas, il est possible de considérer que l’évolution des structures du pouvoir politique eut bien une influence directe sur le comportement matrimonial des élites, qui était partie prenante de leur stratégie de pouvoir. Les critiques qui ont été portées à la théorie de Paul Veyne tendent cependant à montrer de façon convaincante que ce changement apparent de morale survenu au IIe siècle résulterait surtout d’un changement de perspective des sources, qui sont rédigées désormais davantage par d’anciens membres de la classe équestre que par ceux de la vieille aristocratie sénatoriale. Ceux-ci donnent à lire l’idéal matrimonial qui semble être le leur depuis bien longtemps. Ils avaient d’ailleurs reçu avec plus de faveur les idées stoïciennes que l’aristocratie sénatoriale19. Cette analyse n’invalide cependant pas totalement celle de Veyne. Certes, si les sources mettent de plus en plus souvent en scène des personnages issus de l’ordre équestre et si elles sont rédigées par eux, c’est justement parce que ceux-ci parviennent au pouvoir20. Ainsi, ce n’est peut-être pas l’idéologie politique qui modifie les pratiques et les idéaux matrimoniaux des agents du pouvoir. Au contraire, c’est le changement d’identité des élites au pouvoir qui influe sur le discours dominant en matière de mariage. On peut cependant supposer que l’idéal de mariage de la classe équestre n’était peut-être pas pour rien dans la réussite de ce type d’élite et correspondait bien aux impératifs de la situation politique du moment.

  • 21 L’importance des changements qui concernent l’autonomie et le pouvoir de l’homme issu des élites d (...)
  • 22 Evans Grubbs 1999, part. p. 336-342.

15Les liens entre mutations des rapports de force au sein de la société et mutations de la famille existent sans aucun doute, même si la relation entre les deux éléments est moins brutale et plus complexe qu’on n’a pu d’abord le croire. Judith Evans Grubbs a raison de déplorer que les grands changements connus par la famille durant l’Antiquité tardive soient souvent soulignés avec trop de force, en raison de la supposée crise du IIIe siècle et de la christianisation21. Certes, la législation constantinienne consacrée à la famille apporte de puissants contrastes avec la jurisprudence précédente, mais elle marque souvent un retour à des mesures très anciennes et sans aucun doute à des valeurs et des pratiques toujours diffusées mais pas traitées dans le droit. Leur apparition dans l’éventail constantinien marque sans doute un droit moins centré sur les populations urbaines et les élites urbaines en particulier, ce qui influe de fait sur l’aspect moral de cette législation, sans pourtant signifier un basculement subit et concernant toute la population22.

  • 23 Rousselle Porneia 1983, p. 227-243.
  • 24 Badel, 2013-2014.
  • 25 Brown 1995, p. 319, p. 325-326.
  • 26 Sur les tentatives de transgresser ou modifier les rapports de genre à l’époque et leur échec rela (...)

16S’il faut relativiser l’importance de la christianisation dans les mutations de la famille à la fin de l’Antiquité, l’ascétisme, parfois présenté comme le seul moyen de libération de la femme alors23, entraîne une spectaculaire transformation qui brise les traditions familiales gréco-romaines : ce « refus du mariage émanant de jeunes hommes mais surtout de jeunes filles désireux de se consacrer à Dieu, à l’ascèse et par voie de conséquence à la virginité (ou à la chasteté) »24. Il faut cependant insister avec Peter Brown sur l’aspect ambivalent des « choix » des jeunes filles pour la virginité ascétique. Bien souvent, le discours des théologiens qui louent la voie de la virginité pour les jeunes filles laisse cependant entendre qu’une bonne partie de ces conversions est contrainte. Il s’agit donc encore d’un indice de l’autoritarisme parental, malgré l’importance des espaces de fluidité et de liberté créés par les cercles de vierges constitués autour des grandes dames de l’aristocratie romaine25. Et l’évêque construit sa figure de pouvoir comme une figure masculine venue de l’image du père/citoyen romain, reléguant les tentatives des femmes ascètes au second plan, privées de cette occasion d’atteindre la possession de l’autorité26.

  • 27 Cooper 2007, part. p. 38-39, p. 54-55.
  • 28 Arjava 1998, p. 147-150.

17Kate Cooper, dans son Fall of the Roman household a bien montré qu’au final la société romaine demeure divisée à la fin de l’Antiquité en une série d’entités dont les patresfamilias sont les maîtres, et par là les garants de la fabrique de la société27. Et ce, quelles que soient les plus grandes libertés laissées aux femmes en termes de disposition de leurs biens ou dans leur recherche d’autonomie via le modèle ascétique. L’inclusion dans la famille par le père est aussi une inclusion dans la société et ses règles, et c’est encore en grande partie le cas au haut Moyen Âge, alors même que le principe de la patriapotestas n’existe plus28. Ainsi, des bouleversements significatifs parcourent bien la famille dans les périodes dites de crise de l’Antiquité tardive. Mais les crises en général doivent être relativisées dans leur ampleur et ne peuvent être généralisées et, tout à la fois, les bouleversements qu’elles induirent dans la famille méritent d’être redéfinies et nuancées sans être niées, comme on l’a vu.

Violence dans la famille : crise du discours ou de l’environnement ? L’exemple du rapt

  • 29 Le Jan 1995, part. p. 287-327 : « chapitre IX : La stratégie matrimoniale » : « En définitive, la (...)
  • 30 Voir par exemple : M. Aurell (éd.), La famille déchirée : luttes intestines dans la parenté médiév (...)

18Lorsqu’un lien est signifié dans les sources entre une crise générale et une pratique jugée rebutante, il faut souvent réinterroger ce lien, non pour le nier, mais au moins pour le réévaluer. On le constate à propos des pratiques suggérant le désordre dans les familles, qui sont volontiers associées aux périodes de crise par les sources comme par leurs historiens. Ces liens sont d’autant plus facilement établis que les relations de parenté ont été présentées comme un élément fondateur de la puissance et de son exercice au haut Moyen Âge, en particulier par le jeu de stratégies matrimoniales29. Par ailleurs, les reconstructions des historiens ont eu tendance à accentuer l’impression d’une unité au sein de la parentèle, notamment lorsqu’il s’agissait de choix matrimoniaux, ce qui crée l’impression d’une gravité plus grande encore des désordres en la matière. Mais la tendance des vingt dernières années est plutôt de rechercher les éléments de dissonances et les déchirures au sein de la famille30.

  • 31 La liste des capitulaires carolingiens qui évoquent le rapt se trouve dans Joye 2012, p. 358-361. (...)
  • 32 Le Jan 1995, p. 299.

19L’enlèvement de femmes à but matrimonial, nommé raptus par les sources latines, est un bon exemple. Les sources carolingiennes, par leur insistance quantitative et qualitative à dénoncer le rapt31, ont amené les historiens à supposer plusieurs explications complémentaires à ce phénomène, depuis les guerres civiles et désordres de la seconde moitié du IXe siècle au contexte de « mise en ordre de la société carolingienne » et au « renforcement des tendances patrilinéaires conjugué avec une rigidité plus grande de la stratification sociale », lui donnant l’apparence d’un « véritable fléau social »32. L’ensemble de ces éléments contribue de fait à l’aspect dramatique donné au rapt par les sources carolingiennes. Il faut cependant considérer que la hausse du nombre de rapts est fort incertaine, car le phénomène a été plutôt sous-évalué à l’époque précédente. Par ailleurs, la hausse de la législation civile contre le rapt commence dès le règne de Charlemagne, et ce crime entre dans les préoccupations conciliaires à partir des années 730.

  • 33 Toubert [1998], Toubert [1976].

20Le blocage des échanges matrimoniaux est donc un des éléments d’explication de la nouvelle allure du rapt dans les sources, mais sans doute pas le plus précoce. Il faut d’ailleurs relativiser celui-ci en considérant que la rigidité de la stratification sociale n’est pas sensible à partir du même moment dans toute la société, ni dans toutes les régions de l’espace carolingien. Le rapt concerne certes la famille royale carolingienne elle-même au milieu du IXe siècle, mais il ne semble pas assuré qu’il ait été davantage pratiqué au sein de la noblesse qu’auparavant. Et si la dramatisation du rapt par certaines des sources carolingiennes survient en même temps que la valorisation du couple matrimonial comme modèle de l’harmonie sociale33, cette dernière apparaît plus tardivement dans les capitulaires que l’implication du souverain dans la dénonciation du rapt.

  • 34 Joye 2006.

21Le changement dans la nature des sources disponibles (multiplication des capitulaires et de la littérature spéculaire) et la question de leur diffusion (limitée pour certaines sources qui ont fort inspiré les historiens) font du rapt l’exemple d’une pratique dont l’aspect critique vient surtout du discours. Mais ce discours n’est pas seulement un discours sur le mariage et l’équilibre social, mais aussi sur l’autorité et sur la royauté. Quant à la réalité de la crise du système de parenté que révèlerait le rapt, sans la nier, il faut la nuancer en s’attachant à évaluer la pluralité des critères qui permettent au ravisseur de tenter et surtout de faire aboutir son entreprise matrimoniale, de façon plus ou moins hasardeuse, sans qu’aucun systématisme ne puisse lui être réellement appliqué34.

  • 35 Smith 2000, p. 566.

22Comme le remarquait Julia Smith à propos des femmes et la transformation du monde romain, c’est la façon d’envisager les sources – et de ne pas isoler les femmes, le mariage, la parenté – qui permet de leur donner leur place réelle dans les changements globaux connus par la société et de progresser dans cette connaissance35.

Moments de crise dans la famille. Quand l’enfant a faim

  • 36 Par exemple dans : Späth 1994 ; Capogrossi Colognesi 1994. Une synthèse des travaux des historiens (...)

23Si une crise générale de « la famille » ou du discours sur la famille semble toujours devoir, au moins, être nuancée, la survenue de difficultés extrêmes au sein même des familles peut éclairer la complexité des figures familiales. C’est le cas en particulier pour la figure paternelle, qui ne peut être réduite à son aspect autoritaire. Celui-ci ne faisait guère débat au XIXe siècle : l’image de la toute-puissance du père romain, modèle qui apparaissait parfaitement adapté à la société du temps, a cependant été remise en question ces dernières années dans l’historiographie et fait l’objet de vifs débats36. Cette tendance de la recherche doit être mise en relation avec les redéfinitions actuelles de la paternité. Celles-ci poussent les chercheurs à interroger dans les sources des épisodes autrefois jugés peu susceptibles de fournir des informations significatives. Et aussi à s’intéresser à des représentations et réalités qui n’étaient guère rattachées jusque-là à la figure paternelle, telle la nourriture.

  • 37 Nous utilisons l’expression pour nous référer aux travaux de Florence Weber, qui cherche à « dénou (...)
  • 38 Lett 1997, p. 144-147 pour les miracles des XIIe e XIIIe siècles ; p. 142 : sur l’attention au fai (...)
  • 39 Venance Fortunat, Vie de saint Martin IV, éd. Reydellet, œuvres t. 4, p.74. : responditque patris (...)

24Pour ce qui est du haut Moyen Âge, les sources qui sont les plus propres à montrer une image des relations « au quotidien »37 entre pères et enfants restent les sources hagiographiques. Souvent, elles présentent les enfants et les parents dans des situations de crise, comme dans les récits de miracle. Elles permettent par-là d’apprécier, au-delà de la valorisation de la pietas familiale, les gestes que peuvent – ou devraient – accomplir les pères38. Dans la Vie de Martin rédigée par Venance Fortunat, le saint guérit par exemple une muette en lui faisant boire de l’huile d’olive. Le rétablissement de la malade s’exprime quand « la jeune fille aimante donne le doux nom de son père »39. La nourriture et le nom : voilà les deux dons du père à ses enfants. Si une partie de ces motifs pourrait être suspecte de relever du topos en raison de leur provenance hagiographique, la variété des situations et leur inscription dans des cadres très matériels, ainsi que le recoupement avec d’autres sources, attestent que le père s’occupait et se préoccupait de son enfant et que l’affection qu’il lui témoignait était valorisée, et pas seulement contrainte par les convenances.

  • 40 Grégoire de Tours, Dix Livres d’Histoire V, 34. Cécile Treffort note pour sa part que Grégoire de (...)

25Cette image ressortait aussi de l’association entre l’image romaine du père maître de la transmission des héritages et de la fonction nourricière du patron. Cette imagerie est reprise par les évêques à la fin de l’antiquité et au très haut Moyen Âge. C’est là aussi dans les moments où se répandent l’épidémie et la mort qu’elle apparaît sous les traits les plus vifs. Grégoire de Tours se met ainsi volontiers en scène comme un père nourricier et tendrement attaché aux enfants. Il indique tristement à propos d’une épidémie de dysenterie : « Elle s’attaqua en premier lieu à de tout jeunes adolescents et elle a entraîné leur mort. Nous avons perdu des petits enfants charmants et qui nous étaient chers, que nous avions réchauffés dans notre sein, portés dans les bras ou nourris de notre propre main en leur administrant les aliments avec un soin délicat »40. Réalité de l’intérêt pour l’enfant ou construction de l’image d’un évêque nourricier : c’est de toute façon un témoignage de l’importance donnée aux gestes concrets de l’alimentation des enfants, mais aussi de l’affection vécue comme une nécessité sans fard.

Pour conclure : conflits familiaux carolingiens et crise de l’idéologie impériale

  • 41 Nelson 2002. Ou l’absence de la mort du père dans le système romain, avec une historiographie impo (...)
  • 42 Joye 20122.

26Ces moments de crise au sein du groupe familial ou simili familial peuvent être rapprochés aussi des cycles familiaux que Janet Nelson a bien mis en valeur, notamment au sein de la famille carolingienne : mort du père, mariage des enfants sont autant de moments où éléments de tensions se révèlent41. Ils font se succéder des époques de grande cohésion et d’autres de compétition acharnée au sein de la cellule familiale. Ce phénomène, qui concerne toutes les familles, prend un tour plus clairement compétitif dans le cas d’une famille royale. Mais il s’agit là de conflit plus que de crise à proprement parler, même s’il peut y avoir des tentatives de modifier les pratiques familiales pour atténuer ces tensions, sans doute exprimées par la tentation pour certains souverains de limiter le mariage de leurs filles42.

  • 43 Voir à propos de Dhuoda notamment : Claussen 1996 (qui insiste sur l’importance de tous les amator (...)
  • 44 Airlie 1998.
  • 45 Voir à ce sujet les remarques de Hans Hummer : Hummer 2018, p. 220 (il traite plus généralement de (...)

27L’aspect brutal que prend la révolte des fils contre leur père dans l’histoire de la dynastie carolingienne est peut-être l’élément le plus flagrant et le plus choquant dans la perception de la crise de l’époque de Louis le Pieux. C’est que celle-ci se présente comme une trahison doublement pénible, qui s’attaque au pouvoir du père en même temps qu’à celui du roi. Les fils de Louis le Pieux remettent en cause l’ordre familial et l’ordre politique. À l’époque carolingienne, on sait que cette notion d’ordre fonde et justifie de plus en plus explicitement la hiérarchie politique et sociale sur une base naturelle et sacrée. Le souverain carolingien a repris la figure du père nourricier, qui avait été laissée aux évêques à la période précédente : les conflits intrafamiliaux accroissent ainsi la crise de la royauté carolingienne. Mais il ne s’agit pas d’une crise de la famille, au contraire : si la valorisation du modèle familial et paternel a finalement nui aux Carolingiens, les grands nobles la reprennent à leur avantage, et leur cohésion familiale va leur permettre de renforcer leur pouvoir43. La pyramide politique et « naturelle » péniblement édifiée par les Carolingiens et leur entourage intellectuel a maintenant plusieurs sommets de hauteurs inégales44. Ou plutôt : c’est uniquement Dieu qui peut prétendre à la prééminence. Cette valorisation des seigneurs et pères ne doit pas être dissociée d’un discours politico-religieux plus vaste pour ne pas emprisonner ce discours dans le seul champ de la parenté et de la famille au sens le plus étroit. Le pater et les patres évoqués par Dhuoda renvoient au genitor de son fils Guillaume, Bernard de Septimanie, mais aussi aux Pères de l’Église et à ceux qui suivent leurs préceptes45.

  • 46 Un article important sur l’historiographie de cette crise : Gravel 2011, part. p. 364-369 pour ce (...)
  • 47 Il faut prendre garde de ne pas voir la famille et ses crises partout dans cette période cependant (...)

28Le poids de ces discours sur la famille et l’autorité nourricière des pères ou des seigneurs peut prendre sa place dans les schémas d’explication de la « crise de l’empire de Louis le Pieux ». Elle permet de réduire les dissensions entre des modèles historiographiques opposant le programme idéologique de Charlemagne ou les « manœuvres des grands », que certains historiens avaient décrits comme rétifs au principe même d’une unité du royaume46. Le modèle de structuration du pouvoir royal autour de la figure du père est d’ailleurs un élément effectif de ce programme, même s’il échoue face aux déchirements de la famille carolingienne et, de façon moins conjoncturelle peut-être, face aux modifications brutales que Louis le Pieux a introduites durablement dans les (dés)équilibres de genre à la cour. L’adhésion à ce modèle est d’ailleurs un des éléments qui expliquent les mutations que peut connaître alors le patronat, dont Fustel a raison de souligner le rôle. Par bien des aspects, ce rapport d’homme à homme s’est enrichi aussi du développement de la paternité spirituelle, des divers types de paternité artificielle et des mutations de la famille altimédiévale47.


29Les relations entre le concept de crise et celui de la famille sont intenses au haut Moyen Âge, et plus encore dans le discours des historiens, aussi bien en raison des conséquences que les mutations profondes de la société peuvent avoir sur la famille que parce que le discours de la crise passe souvent par l’usage des figures et du vocabulaire de la famille. Cependant, ces discours doivent être considérés dans toute leur variété pour être compris, et permettent alors de faire apparaître les éléments caractéristiques de la famille altimédiévale.

30L’importance de l’étude de l’historiographie moderne dans toutes les études récentes consacrées à la parenté et à la famille médiévale sont ainsi un symptôme d’une crise scientifique féconde, et sans doute aussi de la crise actuelle de la famille occidentale.

Haut de page

Bibliographie

Airlie 1998 = S. Airlie, Semper fideles ? Loyauté envers les Carolingiens comme constituant de l’identité aristocratique, dans R. Le Jan (éd.), La Royauté et les élites dans l’Europe carolingienne, Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 129-143.

Arendt [1972] = H. Arendt, Qu’est-ce que l’autorité ? , dans Ead., La crise de la culture, Paris [1972], 1989.

Arjava 1998 = A. Arjava, Paternal power in late Antiquity, dans Journal of Roman Studies, 88, 1998, p. 147-165.

Badel 2013-2014 = C. Badel, Le rôle de la contrainte dans les stratégies familiales (IVe-VIe siècles), dans A. Bodin, T. Moreau (dir.), Réseaux sociaux et contraintes dans l’Antiquité Tardive. Actes de la journée d’études (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, 27 juin 2013), (= Revue des Études tardo-antiques [3, suppl. 1], 2013-2014, p. 31-44.

Benjamin 2004 = J. Benjamin, Retour sur l’autorité et la famille ou : un monde sans pères ?, dans Tumultes, 23-2, 2004, p. 191-224.

Brown 1995 = P. Brown, Le renoncement à la chair. Virginité, célibat et continence dans le christianisme primitif, Paris, 1995.

Cameron 1986 = A. Cameron, Redrawing the map: early Christian territory after Foucault, dans Journal of Roman Studies, 76, 1986, p. 266-271.

Cantarella 2003 = E. Cantarella, Fathers and sons in Rome, dans The Classical World, 96-3, 2003, p. 281-298.

Capogrossi Colognesi 1994 = L. Capogrossi Colognesi, Modelli di stato e di famiglia nella storiografia dell’‘800, Rome, 1994.

Claussen 1996 = M.A. Claussen, Fathers of power and mothers of authority: Dhuoda and the Liber manualis, French Historical Studies, 19-3, 1996, p. 785-809.

Cooper 2007 = K. Cooper, The fall of the Roman household, Cambridge, 2007.

Depreux – Esders 2018 = Ph. Depreux, S. Esders (dir.), La productivité d’une crise : le règne de Louis le Pieux (814-840) et la transformation de l’Empire carolingien, Ostfildern, 2018.

Esmyol 2002 = A. Esmyol, Geliebte oder Ehefrau? Konkubinen im frühen Mittelalter, Cologne-Weimar-Vienne, 2002.

Evans Grubbs 1999 = J. Evans Grubbs, Law and family in late Antiquity. The emperor Constantine’s marriage legislation, Oxford-New York, 1999.

Foucault 2003 = M. Foucault, Le pouvoir psychiatrique. Cours au collège de France, 1973-1974, Paris, 2003.

Foucault 2014 = M. Foucault, Subjectivité et vérité. Cours au collège de France. 1980-1981, Paris, 2014.

Foucault 2017 = M. Foucault, Les aveux de la chair. Histoire de la sexualité 4, Paris, 2017.

Furedi 2013 = F. Furedi, Authority. A sociological history, Cambridge, 2013.

Godelier 2004 = M. Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, 2004.

Godet – Sullerot 2007 = M. Godet, É. Sullerot, La famille : affaire privée et publique, Paris, 2007.

Gravel 2011 = M. Gravel, De la crise du règne de Louis le Pieux. Essai d’historiographie, dans revue Historique, 313-2, 2011, p. 355-387

Halsall 2018 = G. Halsall, Classical gender in deconstruction, dans S. Joye, R. Le Jan (dir.), Genre et compétition dans les sociétés occidentales du haut Moyen Âge, Turnhout, 2018, p. 27-42.

Harper 2013 = K. Harper, Culture, nature and history: the case of ancient sexuality, dans Comparative studies in society and history, 55-4, 2013, p. 986-1016.

Hummer 2018 = H. Hummer, Visions of kinship in medieval Europe, Oxford, 2018.

Joye 2006 = S. Joye, Le rapt de Judith par Baudoin (862) : un clinamen sociologique ?, dans F. Bougard, et alii (dir.), Les élites au haut Moyen Âge. Crises et renouvellements, Turnhout, 2006, p. 321-339.

Joye 2009 = S. Joye, Trahir père et roi au haut Moyen Âge, dans M. Billoré, M. Soria (dir.), La trahison au Moyen Âge. De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe s.), Rennes, 2009, p. 215-228.

Joye 2012 = S. Joye, La femme ravie. Le mariage par rapt dans les sociétés occidentales du haut Moyen Âge, Turnhout, 2012.

Joye 20122 = S. Joye, Carolingian rulers and marriage in the age of Louis the Pious and his sons, dans J.L. Nelson, S. Reynolds, S.M. Johns éd., Gender and historiography. Studies in the history of the earlier middle ages in honour of Pauline Stafford, Londres, 2012, p. 101-114.

Joye 2018 = S. Joye, Introduction. Genres et régimes de genre entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge en Occident, dans S. Joye, R. Le Jan (dir.), Genre et compétition dans les sociétés occidentales du haut Moyen Âge, Turnhout, 2018, p. 9-25.

Kuefler 2001 = M. Kuefler, The manly eunuch. Masculinity, gender ambiguity and Christian ideology in the Late Antiquity, Chicago, 2001.

Kuper 2000 = A. Kuper, Le mariage entre cousins et l’inceste du deuxième type chez les intellectuels de l’Angleterre victorienne, dans J.-L. Jamard et al. (dir.), En substances. Textes pour Françoise Héritier, Paris, 2000, p. 299-310.

Le Jan 1995 = R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995.

Le Jan 2007 = R. Le Jan, Dhuoda ou l’opportunité du discours féminin, dans C. La Rocca (dir.), Agire da donna, Turnhout, 2007, p. 109-128.

Lett 1997 = D. Lett, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (XIIe- XIIIe siècle), Paris, 1997.

McMuller 1986 = R. McMullen, What difference did Christianity make?, dans Historia, 35, 1986, p. 322-343.

Magdelain [1950] = A. Magdelain, Auctoritas rerum, dans Id., Ius Imperium Auctoritas. Études de droit romain, 2e éd., Rome, 2015 [1950], p. 685-705.

Mendel 2003 = G. Mendel, Une histoire de l’autorité. Permanences et variations, Paris, 2003.

Nelson 2002 = J.L. Nelson, Charlemagne – pater optimus ?, dans P. Godman, JJarnut, P. Johanek (dir.), Am Vorabend der Kaiserkrönung. Das Epos ‘Karolus Magnus et Leo papa’ und der Papstbesucht in Paderborn 799, Berlin, 2002, p. 271-283.

Patlagean 1977 = É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, Paris, 1977.

Praet 1999 = D. Praet, Hagiography and biography as prescriptive sources for late antique sexual morals, dans Litterae Hagiologicae, 5, 1999, p. 2-13.

Quinlan 2008 = R.J. Quinlan, Human pair-bonds: Evolutionary functions, ecological variation, and adaptative development, dans Evolutionary anthropology, 17, 2008, p. 227-238.

Rousselle 1983 = A. Rousselle, Porneia. De la maîtrise du corps à la privation sensorielle. IIe-Ve s., Paris, 1983.

Saller – Shaw 1984 = R.P. Saller, B.D. Shaw, Tombstones and Roman family relations in the principate : Civilians, soldiers and slaves, dans Journal of Roman Studies, 74, 1984, p. 124-156.

Smith 2006 = C. Smith, The Roman clan. The Gens from ancient ideology to modern anthropology, Cambridge, 2006.

Smith 2000 = J.M.H. Smith, Did women have a transformation of the Roman world?, dans Gender & History, 12-3, 2000, p. 552-571.

Späth 1994 = T. Späth, Männlichkeit und Weiblichkeit bei Tacitus. Zur Konstruktion der Geschlechter in der römischen Kaiserzeit, Francfort, 1994.

Sullerot 2000 = É. Sullerot, La crise de la famille, Paris, 2000.

Thomas 1982 = Y. Thomas, Droit domestique et droit politique à Rome. Remarques sur le pécule et les honores des fils de famille, dans MEFRA, 94-2, 1982, p. 527-580.

Thomas 1990 = Y. Thomas, Remarques sur la juridiction domestique à Rome, dans J. Andreau, H. Bruhns (dir.), Parenté et stratégies familiales dans l’Antiquité romaine, Rome, 1990, p. 449-474.

Thompson 2006 = S. Thompson, Was ancient Rome a dead wives society? What did the Roman paterfamilias get away with?, dans Journal of Family History, 31-1, 2006, p. 3-27.

Toubert [1976] = P. Toubert, La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens, dans Id., L’Europe dans sa première croissance. De Charlemagne à l’an mil, Paris, 2004 [1976], p. 283-320.

Toubert [1998] = P. Toubert, L’institution du mariage chrétien de l’Antiquité tardive à l’an mil, dans Id., L’Europe dans sa première croissance. De Charlemagne à l’an mil, Paris, 2004 [1998], p. 249-282.

Treffort 1997 = C. Treffort, La vie et le corps de l’enfant au VIe siècle. Perception, signification et utilisation du thème de l’enfance dans l’œuvre de Grégoire de Tours, dans L. Buchet (dir.), L’Enfant, son corps, son histoire, Nice, 1997, p. 115-127.

Veyne [1978] = P. Veyne, La famille et l’amour sous le Haut Empire romain, dans Id., La société romaine, Paris, 2001 [1978], p. 88-130.

Weber 2005 = F. Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, 2005.

West – Stone 2016 = Ch. West, R. Stone, The divorce of king Lothar and queen Theutberga. Hincmar of Rheim’s De Divortio, Manchester, 2016.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Sullerot 2000.

2 Godelier 2004.

3 Godet, Sullerot 2007, part. p. 234-244.

4 Ibid., p. 12-13.

5 Weber 2005, p. 214-215. Florence Weber suggère d’ailleurs d’abandonner le terme de famille pour ceux de lignée et de maisonnée, deux aspects de la famille qui, de son point de vue, doivent désormais être distingués strictement (Ibid., p. 33 : « J’abandonne le terme de famille parce qu’il renvoie à une norme familiale singulière, la famille nucléaire, et qu’il gêne de fait l’analyse des pratiques, des normes et des sentiments dans leur complexité »).

6 Dossier Comment va la famille ?, dans Cahiers français (371), 2012, p. 1-73, ici p. 1. Cet éditorial s’appuie en particulier sur le premier article, qui consiste de morceaux choisis de deux éditions de la Sociologie de la famille de Martine Segalen (Paris, 2001 et 2011).

7 Godet – Sullerot 2007, p. 7. On notera les réflexions développées par les psychologues cognitivistes à propos des liens entre les évolutions du discours et des pratiques familiales sur le long terme avec les évolutions de l’environnement et des ressources disponibles globalement. Voir par exemple : Quinlan 2008. Je remercie Nicolas Baumard (DEC, ENS) pour les stimulantes discussions sur ces questions et sur les approches différentes des sources anciennes qui caractérisent historiens et psychologues. Sur le renouvellement actuel des interrogations sur les rapports entre nature et culture par rapport à celui des années 1860 et le dialogue possible entre historiens, psychologues et biologistes : Harper 2013.

8 Nous pensons en particulier à la contribution de Marcelo Cândido da Silva sur l’époque carolingienne.

9 On peut évoquer cependant, comme Hans Hummer, le fait que c’est au XIXe siècle que s’est mise en place l’idée de parenté construite alors que se produisait l’effondrement du modèle médiéval fondé sur la Bible. Il note aussi que l’imaginaire lié à ce modèle biblique n’a sans doute pas été sans influence sur le développement des nouvelles technologies concernant la procréation assistée en Occident  : Hummer 2018, p. 330. On pourra lire par ailleurs avec intérêt un article évoquant les pratiques matrimoniales des spécialistes anglais de la parenté au XIXe siècle, et leur influence sur ce qu’ils considéraient ou non comme primitif dans la parenté : Kuper 2000.

10 On pensera notamment aux vives critiques adressées à l’influence de l’évolutionnisme social ou à l’influence des ouvrages de Bachofen, qui ont amené à une large reconstruction des pratiques matrimoniales des anciens Germains, ayant des répercussions jusque dans les ouvrages historiques de la fin du XXe siècle. Sur le concubinat par exemple : Esmyol 2002. Sur la question du modèle de l’autorité paternelle et du patriarcat développés au XIXe siècle en Occident et sur les rapports multiples qu’elle entretient avec l’étude des sociétés anciennes à l’époque, nous nous permettons de renvoyer au premier chapitre de : S. Joye, L’autorité paternelle en Occident à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge, mémoire original d’HDR présenté à l’Université Panthéon Sorbonne le 10 décembre 2016.

11 La discussion la plus fine des questions concernant l’historiographie de la famille (en particulier allemande) au XIXe siècle et qui s’attache à critiquer certains usages de la notion de parenté dans les recherches concernant la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge se trouve dans : Hummer 2018, part. p. 28-56, p. 88-89, p. 324-326. Il faut renvoyer aussi à l’étude historiographique remarquable à propos des conséquences sur la recherche contemporaine des liens entre histoire, anthropologie et histoire du droit au XIXe siècle dans Smith 2006, p. 65-113 (dont on peut noter la critique démontrant qu’en son temps Fustel de Coulanges avait tendance à confondre indûment la gens romaine avec la famille dans la Cité antique, et rappelle qu’à la même époque L. H. Morgan, père de l’anthropologie de la parenté, avait fondé en partie sa réflexion à partir du modèle de la gens romaine : Smith 2006, p. 97, 102-103).

12 H. Arendt [1972] (« C’est, à mon avis, le fait que l’autorité a disparu du monde moderne qui nous incite et nous fonde à soulever cette question », p. 121 ; et part. p. 122 à propos de l’autorité sur les enfants, modèle des types de gouvernement « autoritaire ») ; pour une étude générale et récente du concept d’autorité et de son histoire : Mendel 2003 ; Furedi 2013.

13 Le parallèle entre le pouvoir du prince et celui du pater est indéniable, mais on ne peut certainement réduire le pouvoir du père à une survivance d’un moment où la domus aurait été l’unité du pouvoir, avant l’avènement de la cité. En ce qui concerne Rome, Yan Thomas a bien montré comment cette tentation était stérile pour comprendre les catégories du droit et son architecture à un moment donné : Thomas 1990, ici p. 450-451 ; Thomas 1982. Ainsi, le père romain, que Michel Foucault qualifie de « souverain », fait figure de seul sujet de droit plein par rapport à ceux qui sont placés sous son autorité. Dans l’État prémoderne, cette organisation se fonde par la reconnaissance de la filiation ou l’alliance, avec une multiplicité des types de liens au sein de la famille, comme cela vaut pour la souveraineté en général : Foucault 2003, p. 81-82.

14 L’idée même d’une autorité qui devrait être intériorisée via le modèle paternel – et dont la disparition actuelle est souvent brandie comme explication des maux du libéralisme et de la société actuelle en général – est remise en cause par une partie des féministes qui proposent de fonder la capacité de révolte face à l’autorité non dans l’intériorisation de l’autorité paternelle, mais par une capacité à l’empathie qu’elles appellent de leurs vœux comme un nouveau modèle renversant l’aspect fondamental prêté au modèle paternel : Benjamin 2004. Sur « l’autorité en général » et sa perpétuation, alors que le modèle romain de l’autorité reposant sur le concept de fondation aurait disparu à l’époque moderne, voir H. Arendt, 1989, p. 122-123, p. 160-161. Sur le sens romain de l’auctoritas : Magdelain [1950] : A. Magdelain proposait pour sa part de supposer une origine commune à l’auctoritas du prince et à celle du père de famille, mais en faisant de cette question une digression et non le centre de sa réflexion : p. 685-686.

15 On peut citer dans cette optique l’implication des médiévistes de l’Université de Tübingen dans le SFB 923 ‘Bedrohte Ordnungen’ qui insistent sur la série formée par la crise, sa communication et la mise en place de nouveaux équilibres (reordering) : https://uni-tuebingen.de/forschung/forschungsschwerpunkte/sonderforschungsbereiche/sfb-923/forschungsprofil/modell-re-ordering/. Il faut noter cependant que les membres de ce SFB ont choisi de ne pas valoriser la notion de crise, qui suppose une alternance de moments de stabilité et de crise, préférant un modèle plus évolutif. Voir le dossier Threatened orders and the Humanities dans le Journal of Modern European History (15), 2017, p. 5-35. Je remercie Warren Pezé de m’avoir éclairée sur ce point.

16 Nous nous permettons de renvoyer au volume récemment paru sur le genre et la compétition à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge, dont l’introduction tente de mettre en lumière la manière dont les périodes que l’on peut qualifier de crise au travers de moments de forte compétition sociale influent sur la place et la redéfinition des attributs sexués, en même temps que l’importance relative donnée à ceux-ci dans les situations de rivalité ou de compétition : Joye 2018 et G. Halsall 2018.

17 Veyne [1978]. Pierre Toubert a bien rappelé déjà que Paul Veyne n’évoque pas que des principes aristocratiques qui se seraient diffusés à la société, mais aussi la remontée d’une morale plébéienne vers le haut de la société : Toubert [1998], p. 255 n. 18.

18 McMullen 1986 fait de la sexualité le seul domaine où la christianisation ait changé quelque chose ; il n’en va pas de même pour Veyne et Foucault. Pour une remise en contexte de leurs productions respectives au sein de la recherche sur l’Antiquité tardive au début des années 1980, voir le remarquable article bibliographique d’Averil Cameron 1986, et bien entendu le dernier volume de l’Histoire de la sexualité qui a paru récemment : Foucault 2017.

19 Evans Grubbs 1999 (p. 57) note que le changement social que Paul Veyne situe au IIe siècle correspond largement à un changement de perspective des sources narratives, qui n’évoquent plus seulement la classe sénatoriale romaine. Comme le remarque Danny Praet dans les premières pages de son article (Praet 1999), Veyne place souvent la question du pouvoir au centre de toutes les autres mutations de la période antique. Révision aussi dans Saller – Shaw 1984, part. p. 134-135 : pour eux, il n’y a pas eu de changement lors du Principat tel que le décrit Veyne car ‘la famille et l’amour’ existaient déjà bien auparavant sous la forme qu’il dit apparaître vers le IIe siècle. Eux aussi jugent qu’il donne en la matière trop d’importance au « political change », inapte à provoquer un changement social et mental tel qu’il le décrit.

20 Evans Grubbs 1999, p. 6.

21 L’importance des changements qui concernent l’autonomie et le pouvoir de l’homme issu des élites dans la société globale pour Paul Veyne l’élément le plus puissant pour expliquer les mutations de la domination familiale et du style imprimé à son exercice, pour des raisons essentiellement psychologiques. Discussion des liens entre changements sociaux et changements d’idéaux, mais aussi entre travail de l’historien et travail du philosophe sur ces questions : Foucault 2014, p. 242-243. Un type d’explication du même type, qui repose sur le déclin du modèle de la cité et de son fonctionnement a été avancé par Évelyne Patlagean à propos de l’empire byzantin : Patlagean 1977, part. p. 113-128.

22 Evans Grubbs 1999, part. p. 336-342.

23 Rousselle Porneia 1983, p. 227-243.

24 Badel, 2013-2014.

25 Brown 1995, p. 319, p. 325-326.

26 Sur les tentatives de transgresser ou modifier les rapports de genre à l’époque et leur échec relatif : Kuefler 2001.

27 Cooper 2007, part. p. 38-39, p. 54-55.

28 Arjava 1998, p. 147-150.

29 Le Jan 1995, part. p. 287-327 : « chapitre IX : La stratégie matrimoniale » : « En définitive, la stratégie matrimoniale était l’expression des mécanismes familiaux qui sous-tendaient l’exercice du pouvoir et l’équilibre des groupements de parenté » (p. 326).

30 Voir par exemple : M. Aurell (éd.), La famille déchirée : luttes intestines dans la parenté médiévale, Turnhout, 2010. Il s’agit ici de conflits plutôt que de crise.

31 La liste des capitulaires carolingiens qui évoquent le rapt se trouve dans Joye 2012, p. 358-361. On doit citer aussi comme spécificité de la période la rédaction sous la direction d’Hincmar d’un traité sur le rapt qui a été beaucoup plus exploité par les historiens qu’il n’a laissé de trace manuscrite, tout comme ce fut le cas du De divortio du même Hincmar : Hincmar, De coercendo et exstirpando raptu viduarum, puellarum ac sanctimonialium, PL 125, col. 1017-1036 ; Id., De divortio Lotharii regis et Theutbergae reginae, éd. L. Böhringer, M.G.H. Concilia Tomus IV, Supplementum I, Hanovre, 1992 (voir la récente traduction commentée : West – Stone 2016). On peut noter en particulier l’intérêt que suscitèrent ces sources chez G. Duby, Le chevalier, la femme et le prêtre, Paris, 1981 (p. 37-47) et Toubert [1976], p. 300-301 ; Toubert [1998], p. 257.

32 Le Jan 1995, p. 299.

33 Toubert [1998], Toubert [1976].

34 Joye 2006.

35 Smith 2000, p. 566.

36 Par exemple dans : Späth 1994 ; Capogrossi Colognesi 1994. Une synthèse des travaux des historiens du droit romain puis des historiens qui ont pris en compte cette remise en cause : Thompson 2006.

37 Nous utilisons l’expression pour nous référer aux travaux de Florence Weber, qui cherche à « dénouer les évidences » en étudiant des cas extrêmes où discerner les différents types de paternité en particulier : Weber 2013, p. 36.

38 Lett 1997, p. 144-147 pour les miracles des XIIe e XIIIe siècles ; p. 142 : sur l’attention au fait que l’accident et la nature des récits de miracles font que les rôles habituels des parents sont bouleversés, et la fonction sociale de l’homme semble passer au second plan.

39 Venance Fortunat, Vie de saint Martin IV, éd. Reydellet, œuvres t. 4, p.74. : responditque patris nomen pia filia dulce. Ventre prius genita hic uisa est quasi uoce renata. Reddit adulta uetus lactantes ore susurros… (Il faut noter l’importance du thème du lait maternel chez les tout petits, qui est distinct cependant de la figure du nourricier, proprement paternel : III, p. 57, il guérit le nourrisson d’une femme seule qui le présente comme le dernier reste de sa famille, pleure, gémit, se plaint de ne plus avoir personne à qui donner son lait).

40 Grégoire de Tours, Dix Livres d’Histoire V, 34. Cécile Treffort note pour sa part que Grégoire de Tours montre un intérêt particulier aux petits enfants, lié à sa personnalité : Treffort 1997, p. 116.

41 Nelson 2002. Ou l’absence de la mort du père dans le système romain, avec une historiographie importante sur la violence jugée extrême que cet élément pouvait générer dans la famille : Cantarella 2003.

42 Joye 20122.

43 Voir à propos de Dhuoda notamment : Claussen 1996 (qui insiste sur l’importance de tous les amatores et nutritores de Guillaume en tant que personnages d’autorité auprès de lui) ; Le Jan 2007.

44 Airlie 1998.

45 Voir à ce sujet les remarques de Hans Hummer : Hummer 2018, p. 220 (il traite plus généralement de Dhuoda aux pages 213-226). On peut noter que, de la même façon, l’auctoritas désigne dans le texte du traité sur le rapt d’Hincmar aussi bien l’autorité des Pères de l’Église (PL 125, col. 1018, cap. II) que celle des pères de famille (PL 125, col. 1020, 1021, 1022) : voir Joye 2009, p. 224.

46 Un article important sur l’historiographie de cette crise : Gravel 2011, part. p. 364-369 pour ce qui nous intéresse (et la proposition de Fustel de Coulanges). Martin Gravel stigmatise le manque de rationalité de l’argument des « conflits en hauts lieux », en pointant avec justesse la part que peuvent y prendre les mises en scène des auteurs. Nous nous gardons cependant d’identifier des partis tenants de l’unité ou de la scission de l’empire, en proposant simplement de voir dans le modèle type présenté par les Carolingiens (et, de fait, exacerbé par Louis), un « discours » qui n’est étranger ni à l’affaiblissement de l’empereur, ni à l’affermissement de la classe la plus haute des ordres ecclésiastique et laïque qu’ils avaient tendu à placer dans une position hiérarchique décidément plus haute que les autres ecclésiastiques et les autres laïques. Sur tous les aspects et la productivité de la « crise du règne de Louis le Pieux », voir tout récemment : Depreux – Esders 2018.

47 Il faut prendre garde de ne pas voir la famille et ses crises partout dans cette période cependant, et interroger le vocabulaire, même lorsqu’il semblerait aisément se rattacher à la parenté. Hans Hummer commente longuement l’utilisation par Nithard de l’expression genus nostrum dans sa déploration des déchirement de celui-ci au livre III de son Histoire des fils de Louis le Pieux (éd. trad. Ph. Lauer, S. Glansdorff, Paris, 2012) en soulignant qu’il serait peu probable que ce terme renvoie à la famille carolingienne et aux liens de parenté liant Nithard aux souverains carolingiens, jamais mis en avant dans l’œuvre si ce n’est par la référence à l’ascendance de sa mère : Hummer 2018, p. 228 (rappelant les études antérieures, en particulier les articles de Janet Nelson et Stuart Airlie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Joye, « La « crise de la famille ». Débats contemporains et représentations médiévales à la lecture des sources du haut Moyen Âge occidental », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 26 septembre 2019, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/5450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.5450

Haut de page

Auteur

Sylvie Joye

Université de Lorraine - HiscAnt - MA (EA 1132) Institute for Advanced Study (Princeton) - sylviejoye@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search