Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Florence, BML, Ms. Tempi 3, f. 58r ; Pinto, 1978.
  • 2 Derrida 1998.

1Devant les hauts murs de la cité de Florence se presse un groupe d’hommes et de femmes, serrant leur enfant contre elles ; ils sont blottis contre la muraille ; d’autres, hissés sur des béquilles s’approchent de la porte de la ville d’où sortent des Florentins vêtus de bleu portant des paniers en osier et distribuant des vivres aux malheureux. Cette scène est issue d’une miniature du Specchio umano, plus connu sous le titre de Libro del biadaiolo1 de Domenico Lenzi (vers 1340). Elle illustre l’aide charitable aux pauvres chassés de Sienne. Les imposantes tours blanches rehaussées par les armoiries de la ville et les fleurs de lys qui surmontent deux lions, déploient l’ensemble des emblèmes de l’identité de la Commune populaire et guelfe. Cette image manifeste la puissance politique de la ville qui fait œuvre de caritas, la vertu par excellence destinée à s’imposer comme un élément constitutif du bien commun. Tout en étant frappée comme sa voisine par la disette de 1329, Florence se montre en effet capable d’assumer le devoir de charité. Mais offre-t-elle pour autant l’hospitalité aux réfugiés siennois qui demeurent ostensiblement aux portes de la ville ? L’hospitalité, loi éthique qui découle de la charité et repose sur le désintéressement, comme le souligne Jacques Derrida, consiste en effet à laisser rentrer un inconnu, voire « n’importe qui » dans sa maison ou sa cité2. Sur l’enluminure, on porte secours aux réfugiés, certes, subvenant à leurs besoins matériels primordiaux, cependant ils restent aux portes de la ville, sur un seuil à l’image de leur statut, toujours ambivalent, se situant aux marges du dedans et du dehors.

Fig. 1 – Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ms. Tempi 3, c. 58r.

Fig. 1 – Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ms. Tempi 3, c. 58r.
  • 3 Cette publication est issue du colloque « Hospitalité de l’étranger (XIVe-XVIIe siècle). Entre cha (...)

2Cette miniature du Livre du marchand de grains résume de manière saisissante les questions soulevées par l’hospitalité à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne : son ambivalence intrinsèque, sa double valeur comme vertu chrétienne et politique, la variété des politiques publiques en matière d’accueil, toujours changeantes, entre prise en charge et mise à l’écart, voire refus des populations étrangères, ou au contraire volonté de les attirer. L’ensemble des articles réunis ici rend compte d’une hospitalité à échelle variable3.


  • 4 Bourdieu 1993, p. 249-262.

3Cette ambivalence se reflète d’ailleurs dans les dénominations de l’accueil : comme le rappelle Marina Gazzini, l’hôte vient à la fois du mot latin hostis qui désigne tour à tour l’invité, l’étranger et l’ennemi et hospes, qui a donné naissance au mot hospitalité. Toutes sortes d’hommes et de femmes, qui viennent d’autres villes, d’autres campagnes, d’autres territoires plus ou moins proches, se présentent aux portes des cités à la fin du Moyen Âge : pèlerins, clercs, moines, militaires, marchands, artisans, étudiants, maîtres d’école, prostituées, vagabonds, veuves et orphelins. Sur ces groupes bigarrés, l’hospitalité ne s’exerce pas de manière indifférenciée. Dès le Haut Moyen Âge, le critère religieux est déterminant. Les juifs et les musulmans sont exclus des xenodochia, dédiés exclusivement aux chrétiens. Alors que les musulmans doivent se loger dans des hébergements payants, les juifs sont accueillis dans des hospices qui leur sont réservés. On le voit d’emblée, l’accueil obéit à des stratégies spatiales, à « des effets de lieux »4 et de liminalité hors des espaces symboliquement prestigieux. Dans le cas des « Egyptiens » se présentant aux portes de Lille, Irène Dietrich-Strobbe montre clairement que l’espace urbain fonctionne comme une symbolisation des hiérarchies sociales. Le pouvoir politique des échevins de Lille se manifeste dans la manière dont ils décident de distribuer les vivres et les lieux aux étrangers aux portes de la ville. Les autorités urbaines choisissent d’abord de les écarter hors des murailles et de les héberger ensuite sous bonne garde dans la halle échevinale. Dans les deux cas elles mettent en œuvre une charité « répulsive ».

4À partir des siècles centraux du Moyen Âge, de nouvelles structures d’accueil, parmi lesquelles les hôpitaux et les confréries constituent les exemples les plus saillants, se multiplient et ouvrent leurs portes à des catégories particulières d’étrangers, telles les femmes pèlerines. À Rome, comme le met en évidence Anna Esposito, le jubilé de 1300 donna une impulsion décisive à la création de nombreux établissements (hôpitaux, domus) pour mulieres religiosae, surtout des tertiaires, mais aussi pour des femmes pauvres de passage dans l’Urbs. Un siècle plus tard chaque « nation » espagnole, allemande ou encore slave institue ses propres lieux d’assistance pour les femmes grâce notamment à des legs testamentaires. D’autres testaments à la fin du XVe siècle précisent au contraire la volonté de ne donner qu’à des citoyens romains, laissant ainsi entrevoir des logiques d’exclusion dans l’acte charitable. Dans cette ville cosmopolite, les pèlerins éthiopiens, étudiés par Olivia Adanpko, se voient attribuer ou s’attribuent à la fin du Trecento l’église de Santo Stefano qui sera reconnue au début du siècle suivant par le Saint-Siège. Il en va de même pour les Arméniens, un groupe très large qui inclut les populations du Proche et Moyen-Orient venues à Rome pour des raisons religieuses, économiques et éducatives. Ces chrétiens d’Orient considérés avec une certaine suspicion par les autorités locales, civiles et ecclésiastiques, obtiennent un lieu d’accueil, l’hôpital de Santa Maria Egiziaca, dont Cesare Santus reconstitue l’organisation et la fonction de contrôle en matière d’orthodoxie. Dans les années 1650, les procédures d’examen confessionnel s’intensifient sous la férule d’un commissaire de l’Inquisition, en présence de témoins et d’un interprète.

5La migration des étrangers façonne ainsi les lieux d’accueil, propose de structures nouvelles, ses propres dévotions, voire exporte des modèles confraternels. Les marchands florentins étudiés par Cédric Quertier s’organisent en « nations », avec à leur tête des consuls, et créent leurs « fondaci », occupant des « logge » dans les principales villes commerciales et souvent dans de lointaines places marchandes. Parallèlement, ils se rassemblent dans des églises spécifiques qu’ils partagent parfois avec d’autres communautés étrangères ; ils se retrouvent dans des confréries, telle la « Scuola » de Saint Jean-Baptiste à Venise, dédiées au culte de leur saint patron. Incontestablement, les structures d’accueil nationales témoignent d’une agency des étrangers, d’une capacité à créer des dispositifs susceptibles de répondre au mieux à leurs propres besoins spirituels et matériels. Cécile Troadec souligne à quel point les Florentins de Rome avec leurs deux compagnies d’entraide, San Giovanni dei Fiorentini et San Giovanni Decollato, font preuve d’une créativité confraternelle. La seconde en particulier se distingue en apportant un soutien aux étrangers de toute « nation » condamnés à mort. Ce faisant, elle vient pallier l’absence d’institutions romaines vouées à cette forme d’assistance. L’aide spirituelle et matérielle fournie par les confortatores florentins du Decollato ne se fonde ainsi pas seulement sur un simple critère d’appartenance à une natio et sur une solidarité exclusive de groupe. L’auteure y voit la mise en œuvre d’une « politique de la pitié » capable d’exercer une action charitable d’ensemble, tout en prenant en compte les « misères singulières » des condamnés à mort. Sans doute la condition d’extranéité dote les acteurs d’une perception plus aiguë des besoins des étrangers et d’une véritable compétence pour formuler des réponses adéquates. On ne saurait oublier cependant que l’importance économique et la proximité des Florentins avec la Curie rendent possible leur intervention dans le domaine de la charité romaine.

6Ainsi l’hospitalité des étrangers est-elle profondément tributaire de leur position sociale et de leurs liens avec les pouvoirs. Dans le vice-royaume de Naples les institutions créées aux XVIe et XVIIe siècles par les Espagnols s’adressent aux femmes de leur communauté. La protection offerte aux mulieres permet de renforcer les liens entre les représentants du roi et les sujets napolitains et de rendre visible dans l’espace urbain la présence espagnole. À ce titre, Vittoria Fiorelli les analyse comme de véritables instruments de gouvernement. Il s’agit là d’une catégorie bien particulière, celle des étrangers-dominants, évoquée également par Marina Gazzini dans le cadre de la ville de Trente au XIVe siècle, où la Hauerbruderschaft, instituée après l’occupation bavaroise entre 1347 al 1363, bénéficie d’une relation privilégiée avec le prince-évêque.

7Les étrangers-dominants constituent un cas sui generis parmi la grande variété des flux migratoires. Beatrice Del Bo et Franco Franceschi, quant à eux, mettent en évidence la portée des mobilités économiques. Celles-ci se composent d’une main d’œuvre plus ou moins spécialisée, attirée par les métropoles de l’Italie centrale et septentrionale comme Venise, Milan et Florence, pôles à la fois d’un système commercial intercontinental et d’une vaste gamme de productions artisanales. L’arrivée de ces populations nouvelles ne va pas sans provoquer des tensions, voire des conflits dans les cités d’accueil. Plus que tout, on redoute en effet les petits artisans non spécialisés ou les ouvriers, comme les batteurs ou les peigneurs de laine, ne jouissant d’aucun droit au sein des corporations citadines. Population plutôt jeune, remuante et sans qualification, ce groupe est observé avec méfiance. Car, dans les derniers siècles du Moyen Âge, priment de plus en plus l’utilité économique et sociale et les compétences professionnelles des migrants. Les corporations ainsi n’hésitent pas à influencer fortement les pratiques urbaines d’accueil qui encouragent ou freinent l’arrivée de certains étrangers, accroissent ou réduisent leurs taxes d’immatriculation. Ces politiques dictées essentiellement par des motivations d’ordre économique sont continuellement oscillantes, contradictoires, devant composer avec les rapports toujours fragiles entre nostrales et forenses. Ceux-ci peuvent facilement se transformer en ennemis, nous dit Franco Franceschi, lorsque les travailleurs locaux ont la perception d’être lésés ou mis en danger par les privilèges octroyés à des artisans spécialisés ou par une main d’œuvre moins coûteuse. C’est le cas par exemple à Gênes où, en 1437, les tisserands génois demandent à grands cris les mêmes exemptions fiscales que le gouvernement avait réservées à ces artisans spécialisés pour promouvoir dans la ville la manufacture de la soie.

8En effet, les cités n’hésitent pas à mettre en œuvre des mesures incitatives pour attirer certaines catégories jugées « utiles », comme celles des maîtres artisans spécialisés. Les autorités communales peuvent leur octroyer des privilèges fiscaux et des avantages économiques, notamment des emprunts, voire l’immédiate citoyenneté. Beatrice Del Bo montre que ces hommes sélectionnés pour leur savoir-faire s’inscrivent dans un marché concurrentiel dans lequel ils possèdent un véritable pouvoir de négociation. En 1442, Philippe Marie Visconti, duc de Milan, qui souhaite implanter la manufacture de la soie dans la ville, offre à Piero di Bartolo, maître drapier florentin, un important revenu pendant dix ans, la citoyenneté milanaise, lui garantit une immunité fiscale et, pour deux ans, le monopole de la production drapière. Malgré le succès de son activité, Bartolo ne s’enracine pas véritablement à Milan, car, après la crise provoquée par la mort du duc, il vend sans hésitation ses biens, ses instruments de travail, laissant derrière lui sa femme et ses dettes.

9L’exemple de Bartolo, au-delà de sa singularité, témoigne plus largement de la difficulté à développer un sentiment d’appartenance à la nouvelle cité, même dans des conditions extrêmement favorables. On peut mesurer par là-même les obstacles rencontrés par les migrants plus démunis, dépourvus de réseaux de solidarité et de soutiens locaux. Confréries dévotionnelles, professionnelles, hôpitaux nationaux, tels les multiples microcosmes disséminés à Venise, proposent des réponses aux principales inquiétudes qui troublent la vie quotidienne des artisans : la maladie, la mort, la pauvreté, la prison et la dotation des filles, venant ainsi conforter l’âme et le corps des travailleurs et atténuer tant soit peu la souffrance du déracinement. À la différence des autres métropoles italiennes, Milan ne compte pas de structures d’accueil pour les étrangers, comme le remarque Marina Gazzini, un cas singulier dans le panorama confraternel très riche du Quattrocento. Est-ce pour cette raison que deux Allemands se donnent la mort à Milan ? Difficile de répondre par l’affirmative, mais il est certain que, dans un monde urbain privé de solidarités structurées, l’étranger livré à sa propre solitude devait ressentir plus durement encore sa condition de vulnérabilité.

Haut de page

Bibliographie

Archives

BML = Biblioteca Medicea Laurenziana.


Ouvrages à caractère de source

Pinto = G. Pinto (dir.), Il Libro del Biadaiolo. Carestie e annona a Firenze dalla metà del ‘200 al 1348, Florence, 1978.


Études secondaires

Bourdieu 1993 = P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, 1993.

Derrida 1998 = J. Derrida, De l’hospitalité, (Anne Dufourmantelle invite Jacques Derrida à répondre de), Paris, 1998.

Haut de page

Notes

1 Florence, BML, Ms. Tempi 3, f. 58r ; Pinto, 1978.

2 Derrida 1998.

3 Cette publication est issue du colloque « Hospitalité de l’étranger (XIVe-XVIIe siècle). Entre charité, contrôle et utilité sociale. Italie et Europe » qui s’est tenu à Rome du 30 novembre au 1er décembre 2018. Elle s’inscrit dans le cadre du programme quinquennal de l’École française de Rome « Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité ».

4 Bourdieu 1993, p. 249-262.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ms. Tempi 3, c. 58r.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/5748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naïma Ghermani et Ilaria Taddei, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 131-2 | 2019, 403-406.

Référence électronique

Naïma Ghermani et Ilaria Taddei, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/5748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.5748

Haut de page

Auteurs

Naïma Ghermani

LUHCIE - Université Grenoble Alpes, naima.ghermani@univ-grenoble-alpes.fr

Ilaria Taddei

LUHCIE - Université Grenoble Alpes, ilaria.taddei@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals