Navigation – Plan du site
Hospitalité de l’étranger au Moyen Âge et à l’époque moderne : entre charité, contrôle et utilité sociale. Italie Europe

« J’étais un étranger… » (Mt, 25, 35)

La charité répulsive aux portes de Lille à la fin du Moyen Âge
Irène Dietrich-Strobbe

Résumés

Au XVe siècle, la présence à Lille – et bien davantage encore aux alentours de la ville – de groupes d’hommes, de femmes et d’enfants requérant une aide se lit en filigrane dans les comptes municipaux. Venus de loin, comme les groupes de « Petite Egipte » ou les pèlerins allemands, ou de plus près à l’instar des paysans fuyant la campagne environnante dévastée par la guerre, tous cherchent refuge dans la ville. Pourtant, tous ne sont pas admis à pénétrer dans la ville, loin de là. Ce sont les comptes de l’échevinage qui éclairent cette situation. En effet, régulièrement, les échevins se montrent charitables envers ces individus ou ces groupes afin de les éloigner rapidement de la ville. Il ne s’agit pas seulement d’une charité sélective – ce phénomène a par ailleurs été bien étudié – mais bien d’une charité répulsive, à l’inverse presque exact de la charité envers l’étranger prônée par le Christ et relayée par l’Église. Cette charité particulière sert des intérêts tant spirituels – assurer le salut de l’âme des échevins et, avec la leur, celle des Lillois – que terrestres. Il convient cependant de ne pas sous-estimer ces derniers. Pratiquée selon des modalités spécifiques (en matière à la fois de spatialité et de biens et denrées distribués), cette charité met en lumière l’une des manières dont les échevins lillois usaient pour maintenir leur ordre dans l’enceinte de leur ville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La charité est un élan du cœur : « Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, quand je liv (...)
  • 2 La caritas désigne à la fois l’amour de Dieu pour l’homme et celui de l’homme pour Dieu. Aladjidi  (...)
  • 3  Voragine 1998, p. 156-160.
  • 4 Cerutti 2012.

1« Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux » (Mt 19, 24) mais est-il plus aisé à un étranger qui demande une aide au nom de Dieu de pénétrer dans une ville comme Lille à la fin du Moyen Âge ? Ce devait bien être le cas si le riche désireux de faire son salut accueillait l’étranger comme le Christ le lui avait prescrit (Mt 25, 31-40). La charité, la seule des trois vertus théologales qui perdurera au-delà du Jugement dernier1, soit la caritas, l’amour de Dieu et de son prochain, doit se manifester concrètement2. Elle commande d’accueillir l’étranger. En cela, l’hospitalité est une manifestation de la charité. Mais que signifiait, au Moyen Âge, faire preuve d’hospitalité ? Il fallait pour cela, non pas lui faire garnir une paillasse hors de la maison voire dans l’étable mais bien faire rentrer l’étranger chez soi pour lui procurer réconforts matériel et spirituel. Les saints comme Julien L’Hospitalier laissèrent même à un pauvre hère – qui se révéla par la suite être le Christ – leur propre lit3. L’hospitalité est donc l’accueil chez soi, d’un étranger. Cet étranger, qui est-il ? Il ne s’agit pas seulement de l’inconnu venu de loin – bien qu’il ne faille pas l’exclure a priori. Selon Simona Cerutti, la condition d’extranéité ne dépend pas de la provenance géographique, mais elle est plutôt liée à la faiblesse de l’appartenance locale, à l’incertitude de l’existence4. Le pauvre, le malade, le pèlerin, l’individu reconnu comme un pauper Christi, entre dans la catégorie de l’étranger. Mais que peut signifier « accueillir chez soi » pour des échevins du XVe siècle ?

  • 5 L’usage du terme « Tsigane » est complexe. Henriette Asséo rappelle qu’il s’agit d’un « hétéronyme (...)
  • 6 Horden 2008, p. 365. Plus récemment : Haemers – Ryckbosch 2010, p. 203-225.
  • 7 La construction de l’espace par les pratiques (testamentaires, judiciaires, sociales...) a été a (...)

2Au XVe siècle, la présence à Lille – et bien davantage encore aux alentours de la ville – d’hommes, de femmes et d’enfants requérant une aide se lit en filigrane dans les comptes municipaux, bien conservés depuis 1318 et, en particulier, dans leur rubrique « dons et aumosnes ». Venus de loin, comme les groupes de « Petite Egipte »5 ou les pèlerins allemands, ou de plus près à l’instar des paysans fuyant la campagne environnante dévastée par la guerre, tous cherchent refuge dans la ville. Pourtant, tous ne sont pas admis à pénétrer dans la ville, loin de là. Ce sont les comptes de l’échevinage qui éclairent cette situation. En effet, régulièrement, les échevins se montrent charitables envers ces individus ou ces groupes afin de les éloigner rapidement de la ville. Il ne s’agit pas seulement d’une charité sélective – ce phénomène a par ailleurs été étudié6 – mais bien d’une charité répulsive, à l’inverse presque exact de la charité envers l’étranger prônée par le Christ et relayée par l’Église. La manière dont les pratiques sociales, économiques et religieuses – dont la charité – construisent l’espace est un terrain de recherche désormais bien balisé7. Ici, la perspective d’étude est inversée : on souhaite montrer comment l’utilisation de l’espace peut redéfinir la charité. D’attractive, la charité deviendrait répulsive, toujours faite au nom de Dieu, mais pour éloigner l’étranger, devenant ainsi, parfois, selon le degré d’extranéité de son bénéficiaire, le contraire de l’hospitalité.

3On montrera d’abord que la charité modifie les notions de périphérie et de centre de la cité. En effet, si les œuvres de miséricorde envers les étrangers sont régulièrement accomplies aux portes de la ville, la halle échevinale peut être transformée, le temps de quelques jours, en une périphérie urbaine à partir de laquelle il est difficile, pour l’étranger, d’aller et venir à sa guise. On tentera ensuite d’évaluer de quelle manière le degré d’extranéité des accueillis pouvait jouer dans le choix du lieu d’accueil. On montrera enfin que la charité répulsive qui permettait aux échevins d’assurer le salut des Lillois dans l’au-delà tout en affichant leur vision de l’ordre ici-bas ne relevait plus de l’hospitalité.


  • 8 Ami et Amiles, Arras, Bibliothèque municipale, ms. 0696, n° 0704, fol. 13 r., vers 1465.
  • 9 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 9 Blankenburg, fol. 149 v., vers 1485-1490.
  • 10 L’ouverture et la fermeture des portes de la ville sont des manifestations de pouvoir : Schmitt 20 (...)
  • 11 Sigal 1974, p. 73.

4La charité est affaire de seuils. Les seuils sont parfois marqués d’une porte qui s’ouvre, qui se ferme ou qui, bien qu’apparemment ouverte, reste infranchissable. Elle est aussi affaire d’échelles : l’exercice de la charité individuelle étant conditionnée, dans une ville médiévale, à l’exercice de la charité urbaine qui laisse pénétrer en son sein l’étranger. La porte, que ce soit celle de la maison du particulier8 celle de l’église – ou du Temple, comme dans les Mystères de la procession de Lille9 – ou celle de la ville10, est un lieu où la charité se fait. Pourtant, avant même de parvenir à la porte de l’hôpital11 ou du lieu où une âme charitable l’accueille pour la nuit, avant même encore, de repérer les enseignes des pieuses maisons qui auraient pu les héberger pour la nuit ou pour quelques jours, le pauper Christi de passage dans la ville devait franchir l’une des portes de l’enceinte urbaine.

  • 12 Duvosquel 1985, p. 90, pl. 26.
  • 13 Sur les fortifications de Lille, voir Benoît 1938, p. 324-344 ; Blieck – Vanderstraeten 1988, p. 1 (...)

5L’album de Croÿ nous offre une belle vue de Lille en 160312. Sans doute les fortifications de la fin du Moyen Âge13 n’étaient-elles pas encore aussi complexes qu’au début du XVIIe siècle mais les flèches des églises et celles des chapelles hospitalières étaient déjà là pour la plupart. Le voyageur démuni qui souhaitait s’arrêter dans l’une des pieuses maisons de la ville pour y passer la nuit pouvait déjà espérer être accueilli dans l’un des établissements hospitaliers repérables de loin par la flèche de sa chapelle. Une fois en ville, il fallait se renseigner pour savoir dans quelle maison il était préférable de se rendre ou, si on le savait déjà, éventuellement, redemander son chemin. Encore fallait-il être autorisé à entrer dans la ville et à y rester. Lille était une ville close, entourée d’eau. Les fortifications, faites de briques et de levées de terres, étaient percées de neuf portes, aux pieds desquelles on ne parvenait qu’après avoir passé un pont. L’ouverture et la fermeture des portes, leur franchissement, relevaient de la bonne volonté politique des échevins.

  • 14 Lille, Archives Municipales de Lille (AML), AA 16187, année 1455-1456, fol. 62 v. : « Audit Jehan (...)
  • 15 En 1419, ils apparaissent pour la première fois dans le royaume de France, à Châtillon-en-Dombes. (...)
  • 16 Lille, AML, AA 16170, année 1426-1427, fol. 72 r. Il s’agit peut-être du même groupe décrit par le (...)
  • 17 La Fons Mélicocq 1854, p. 320.
  • 18 Lille, AML, AA 16207, année 1467-1468, fol. 83 r. : « Audit Jaques Ghommer qu’il a payé et comme d (...)
  • 19 Florence, BML, Ms. Tempi 3. G. Pinto (éd.), Il Libro del Biadaiolo, Florence, 1978. L’enluminure d (...)
  • 20 Dans les sources, ces « Égyptiens » ne sont pas confondus avec les « prestres indois » venus d’Ind (...)

6Régulièrement, des groupes d’« Égyptiens » reçoivent aux portes de la ville de l’argent, parfois des sommes assez importantes14, parfois des vivres. Ces groupes fascinent mais sont le plus souvent redoutés. Les premiers passages de ces groupes en France dateraient de 141915. On en trouve des traces régulières dans les comptes à Lille à partir de 142716. En 1435, 100 sous sont donnés en aumône à un comte de la Petite Égypte accompagné de femmes et de petits enfants pour qu’ils quittent la ville17. En 1467-1468, des « Égyptiens » reçoivent une aumône de l’échevinage parce qu’ils ne peuvent être logés dans la ville. La décision est ambiguë : il n’est pas question dans cette ligne de compte d’une quelconque lettre d’un prince qui obligerait les autorités à aider ces gens. Néanmoins, les échevins leur donnent quelques sous – le Christ a bien dit d’accueillir l’étranger – mais ne les laissent pas entrer dans la ville18 ou les en délogent. Le montant de l’aumône reçu ? 42 sous, soit 21 journées de travail non qualifié, mais il semble bien que le problème de ces « Égyptiens » ait été de trouver un toit puisque l’aumône vise à s’excuser de ne pouvoir les « loger en ville ». Que ce soit à Sienne – comme le montre le folio 58 du Libro del Biadaiolo19 – ou à Lille, l’objectif est de donner des secours pour éviter, justement, que des personnes non désirées arrivent en ville. Il n’est même pas question ici de refuser les étrangers en général, ceux qui vivent un moment de faiblesse sociale, mais bien ces « Égyptiens » en particulier. Les autorités municipales craignent-elles des troubles à l’ordre public ? Peut-être. Est-ce le nombre qui effraie ? Probablement pas. D’autres groupes20, parfois bien plus nombreux, étaient autorisés par les échevins à pénétrer dans la ville.

  • 21 Lille, AML, AA 16217, année 1477-1478, fol. 108 r. : « À Jehan Le Miquel potier d’estain pour une (...)
  • 22 Une mesure courante dans le royaume de France et ailleurs : Sanchez Martinez 2008, p. 43-62, p. 55
  • 23 Denys 2006, p. 161-177, n. 9.

7En 1477, les échevins lillois firent face à l’afflux massif de gens qui fuyaient les violences commises par les troupes de Louis XI. Les plus chanceux purent trouver une place dans un hôpital, la plupart d’entre eux passèrent les froides nuits du mois de février dehors et certains moururent sans avoir reçu les derniers sacrements. Les échevins résolurent en partie le problème en réquisitionnant deux vastes granges à l’extérieur de la ville pour ces gens dont on devinait d’ores et déjà qu’ils resteraient plusieurs semaines voire plusieurs mois loin de chez eux21. La décision de les regrouper hors de la ville fut sans doute une solution pratique puisqu’en dehors de la ville, la place ne devait pas manquer. On peut aussi aisément imaginer que les malheureux qui ne manqueraient pas de se joindre à ceux déjà arrivés seraient d’emblée orientés vers ces granges, sans avoir besoin de passer par l’intérieur de la ville. Une aide charitable, sans doute, mais au pied du rempart et un geste quelque peu surprenant, allant à l’encontre du droit d’accueil des populations en danger en temps de guerre22. Les échevins évitèrent sans doute des morts par hypothermie mais ceux qui moururent en ces granges extérieures à la ville ne reçurent pas forcément le viatique à temps. Des études plus tardives ont mis en relief le mécontentement voire l’inquiétude de celles et ceux qui, vivant aux alentours d’une ville, ne pouvaient plus y entrer lorsque les portes étaient fermées pour la nuit alors qu’ils auraient bien eu besoin du secours spirituel d’un prêtre se trouvant dans l’enceinte23. En tout cas, si certains de ces pauvres déracinés expirèrent dans ces granges, ceux-ci moururent hors de la ville, ce qui entachait moins la réputation charitable des échevins et, avec celle-ci, leur capacité à accéder au paradis. Les échevins n’étaient-ils pas responsables du salut de tous ceux qui se trouvaient dans les murs de la ville ? On l’aura compris : passer les portes de la ville pour qui demande l’aumône constitue d’abord un problème politique avant d’être un problème religieux. En somme, un fondateur d’hôpital si puissant fût-il, telle la comtesse Jeanne de Flandre en 1237, à Lille, pouvait vouloir accueillir le plus grand nombre possible de pauvres en son hôpital, puisque celui-ci était en ville, il n’en accueillerait jamais plus que ceux que les échevins et leurs hommes laisseraient entrer dans la ville.

  • 24 La Fons Mélicocq 1854, p. 308.
  • 25 À propos de la halle échevinale de Lille, voir : Houdoy 1870.
  • 26 Dietrich-Strobbe 2015, p. 156
  • 27 Hasse – Hérard 2008, p. 46-54.
  • 28 Roch 1989, p. 505-527.

8Les portes de la ville pouvaient s’ouvrir pour recevoir des groupes importants. Lorsque les structures d’accueil de la ville étaient débordées ou pour éviter qu’elles ne le fussent, les échevins prenaient les choses en main et trouvaient des lieux pour regrouper les nécessiteux et leur trouver de quoi subvenir à leurs besoins. En 1453, les échevins firent ouvrir la halle pour abriter 260 pèlerins allemands qui se rendaient au mont Saint-Michel24. Ce groupe, très important en nombre, fut hébergé au cœur de la ville, dans la halle échevinale. Cependant, accueillir dans la halle échevinale, est-ce vraiment accueillir dans la ville ? Selon toutes les apparences, oui. Lorsqu’il faut accueillir charitablement de vastes groupes, ce ne sont pas les hôpitaux qui sont réquisitionnés mais la halle échevinale. Celle-ci se trouve au cœur de la ville, sur la Grand Place. Elle a été embellie dans les années 142025. Les Lillois de l’époque sont fiers de sa façade en pierre blanche26. Pour parvenir devant l’édifice, et bien plus encore dedans, il faut bien sûr avoir été admis à pénétrer dans la ville mais aussi avoir été invité à entrer et rester pour une nuit ou un peu plus dans l’édifice municipal. Les échevins prennent soin de procurer à ceux qu’ils y logent toutes les denrées dont ils pourraient avoir besoin, sous une forme pratique : par exemple, du pain plutôt que des grains, tout le bois de chauffage nécessaire, et les font garder par les sergents municipaux. Même si ces groupes parviennent à pénétrer dans la cité, tout est fait pour que les individus qui les composent ne s’y égayent pas. La halle échevinale ne devient-elle pas, le temps de l’accueil de ces groupes, une périphérie de la cité ? La situation a priori centrale d’un lieu n’en fait pas un centre réel. À Paris, de nos jours, le centre commercial des Halles s’apparente bien plus à une entrée de Paris, à une extension de la banlieue, qu’à un centre urbain27. De la sorte, être accueilli hors des murs de la ville ou dans la halle échevinale bien gardée ne changeait pas grand-chose : les accueillis restaient toujours hors de la vie de la cité. Néanmoins, cet accueil était présenté comme un acte charitable. En 1989, Jean-Louis Roch a décrit la manière dont l’aumône pouvait être perçue comme un « jeu »28. Le mendiant et le donateur connaissaient les codes et chacun en jouait pour tirer un bénéfice de la situation. Il s’agit ici de se demander si l’extranéité du demandeur pouvait constituer un atout dans son jeu et si cela influait sur le choix du lieu où il serait accueilli à la demande des échevins.


  • 29 Le Blévec 2000, p. 174-175.

9Paysans fuyant la guerre, pèlerins allemands en route vers le Mont-Saint-Michel, Égyptiens, ces trois groupes présentent, a priori, des degrés d’extranéité divers et, pourrait-on penser, croissants. Pour autant, les paysans des alentours de Lille ne sont pas forcément les mieux placés pour bénéficier de l’hospitalité charitable des échevins. Pour bien y jouer, il faut avoir appris les règles si ce n’est son rôle. Ce jeu a une dimension éminemment spatiale car l’une de ses principales règles consiste à savoir où jouer, où se déplacer pour être vu et secouru, pour voir et secourir. En effet, être charitable, cela s’apprend, comme l’a bien mis en évidence Daniel Le Blévec en définissant une « pédagogie de la charité »29, faite de mots, d’images et d’actions exemplaires. En la matière, les Lillois bénéficiaient de nombreuses prédications, assurées par les frères des différents couvents mendiants de la ville. La « pédagogie de la charité » passait également par les mystères, représentés dans la ville chaque année au moment de la Procession de Notre-Dame, le troisième Dimanche après Pâques. Les représentations du bon pauvre étaient nombreuses, peut-être afin de mieux guider les aumônes. L’enseignement principal n’était pas forcément la manière dont la charité devait être faite mais plutôt l’obligation de son accomplissement. Lorsque des individus ayant besoin d’une aide charitable se présentaient, les édiles municipaux pouvaient-ils la leur refuser ? De plus, fallait-il que cette charité fût demandée ?

  • 30 À propos de la « manghele » des Tsiganes à l’époque contemporaine : Tauber 2011.
  • 31 Gerson 1966, p. 232-233.
  • 32 Thierry Dutour a défini « la mauvaise vie » qui fait de ceux qui la vivent « oyseuses gens » et « (...)

10À cette pédagogie de la charité répondait une pédagogie de la mendicité. Il fallait savoir quand, où, comment, à qui et avec quelle attitude demander de l’aide au nom de Dieu. Il est difficile de trouver des sources, pour le Moyen Âge, qui évoque la transmission de ces compétences particulières30. L’un de ceux qui semblent avoir observé le plus finement le comportement des mendiants est Jean Gerson, qui fut un temps proviseur de l’Hôtel-Dieu de Paris. Dans son traité De la mendicité spirituelle, dans lequel l’âme apprend à quêter son salut, l’auteur évoque avec admiration le travail minutieux de ceux qui mendient31 et ne sont donc en rien d’ « oyseuses gens » dont la mauvaise vie est préalable à leur état de nécessité32. Les pauvres lillois devaient eux aussi savoir comment mendier. De manière presque trop évidente, on pourrait supposer que les locaux étaient les plus à même de connaître les codes et la manière dont il fallait mendier auprès de leurs voisins urbains.

  • 33 Ricci 1983, p. 158-177. Voir également : Vauchez 1978, p. 151-162, p. 157.

11Les réfugiés de la guerre qui mourraient de froid dans les rues de la ville n’avaient pas acquis ces codes. Il s’agissait de pauvres conjoncturels, jetés par la roue de Fortune et les méfaits des guerres dans les affres d’une pauvreté et d’une extranéité que tous espéraient temporaires. Cela faisait-il de ces réfugiés des pauvres honteux qui n’osaient pas tendre la main mais à qui Augustin et Ambroise invitent à donner avec d’autant plus d’ardeur33 ? Probablement pas. On peut même avancer que les pauvres honteux avaient eux-mêmes, d’une certaine manière, les codes de la mendicité discrète. En 1477, les ruraux qui se pressèrent à Lille étaient pourtant ceux qui étaient sans doute le moins étrangers aux habitants de la ville. Au jeu de l’aumône, les moins bien équipés ne sont pas ceux qui disposent de la plus grande proximité avec les bienfaiteurs potentiels ou, pour le dire autrement, du plus faible coefficient d’extranéité avec ces derniers. L’action des édiles ne semble pas répondre à une demande. Ces pauvres déracinés de leur campagne sont d’abord manifestement autorisés à errer dans la ville, au moins à l’abri des remparts mais ils ne trouvent pas de toit. D’ailleurs, ils ne constituaient sans doute pas eux-mêmes un groupe mais plutôt un agrégat d’individus arrivés plus ou moins séparément en ville. Les comptes de la ville l’expliquent sans détour :

  • 34 Lille, AML, AA 16217, année 1477-1478, fol. 108 r°.

voyant par iceulx eschevins, conseil et huit-hommes de ladite ville la grant multitude des povres lors estant en ceste dicte ville en tel habondant que plusieurs coucherent de nuyt sur les rues, dont souventeffois l’on les trouveroit au matin mors sur les dictes rues, sans qu’ils fuissent administrez de leurs sacrements, qui estoit grant pitié34.

  • 35 Vincent 2004, p. 7-17, p. 14.
  • 36 Péricard-Méa 2002, p. 68-72. Voir également, à propos des pèlerinages d’enfants, Hans-Collas 2007, (...)

12Au contraire, au jeu de l’aumône, les pèlerins allemands et les Égyptiens semblaient mieux préparés. Leurs habits parlaient sans doute pour eux et, en plus de la demande et de la présentation de lettres de recommandations, leurs occupations et leur attitude même semblaient éloquentes. Il faut bien le reconnaître, ces groupes attiraient la curiosité et, avec elle, sans doute aussi, la sympathie qui déliait la bourse. S’il est certain que ces grands groupes de pèlerins allemands, en route vers le Mont-Saint-Michel, ne sont que de passage, leur arrivée ne passe pas inaperçue et n’est pas sans soulever des problèmes logistiques importants. En 1453, 260 pèlerins allemands furent accueillis à Lille, en une fois. Le degré d’extranéité de ce groupe est intermédiaire. D’abord, de loin, leur nombre pouvait faire peur. Arrivés aux portes de la ville, un deuxième constat, sonore, s’imposait : ces personnes n’avaient pas le picard pour langue maternelle. Pour autant, ces Allemands présentaient des garanties identifiables pour les Lillois : ils portaient les attributs des pèlerins : besace, bourdon, aussi et surtout bulles et autres papiers émanant des princes qui prouvaient leurs dires et incitaient à bien les recevoir. Leur attitude devait également rendre leur piété visible35. S’agit-il de l’une de ces bandes de pèlerins qui attirent la curiosité en raison de son nombre mais aussi et peut-être surtout en raison de l’âge des pèlerins ? Dans les années 1450, des adolescents allemands firent en effet le pèlerinage de Saint-Michel pour demander la protection de leurs aînés36. En tout cas, les pèlerinages d’enfants au Mont-Saint-Michel se multiplièrent à partir du XIVe siècle. Les pèlerins sont des chrétiens en marche vers Dieu, des pauperes Christi. Les aider, les accueillir, c’est avoir peut-être la possibilité de faire entrer Dieu chez soi. De plus, ces pèlerins allemands étaient bien connus.

  • 37 Fraser 1992, p. 63-78.
  • 38 Fléchet 2008, p. 19.
  • 39 Lille, AML, AA 16187, année 1455-1456, fol. 62 v.
  • 40 Cette tapisserie est en partie conservée au Kasteel van Gaasbeek, Gaasbeek, Belgique.
  • 41 Delmarcel 1999, p. 164-167.
  • 42 Pugliatti 2008, p. 259-311.

13À la fin du XVe siècle, les Égyptiens l’étaient tout autant. Leur premier passage à Lille date de 1427. À ce moment-là, le discours auprès des autorités est relativement bien rôdé. Angus Fraser l’a qualifié de « Great Trick »37. Le pape lui-même leur aurait donné l’ordre de mener un pèlerinage de sept années afin d’expier leur retour à la religion musulmane sous la pression de la conquête. Munis de lettres ces « Égyptiens » se présentaient donc comme des pèlerins et, à ce titre, ils devaient être reçus comme tels. Leur degré d’extranéité est très fort et l’on pourrait même parler de fascination pour des groupes qui apparaissent – bien que le mot n’existe pas encore au Moyen Âge – exotiques38. Leur description dans les comptes municipaux est plus ou moins détaillée mais la présence de femmes, et de jeunes enfants est régulièrement soulignée39. Néanmoins, le jeu de l’aumône va peu à peu tourner à leur désavantage. Il ne faut pas y voir là l’évolution de la fin du Moyen Âge qui verrait les pauvres perdre leur statut de pauperes Christi pour devenir des marginaux chassés et enfermés. La charité, rappelons-le, a toujours été sélective. Elle devient cependant clairement répulsive. Le cadre de l’accueil des Égyptiens va se figer et se déplacer hors de la ville. Les descriptions dans les comptes lillois deviennent de plus en plus péjoratives, évoquant des vols et des déprédations dont les Égyptiens seraient les auteurs. Le vol devient, avec la chiromancie, une caractéristique des Égyptiens selon ceux qui, extérieurs à leur groupe, les décrivent, non sans fascination pour leur habileté dans l’un et l’autre domaine. Tout se passe comme si en devenant un groupe non seulement exotique et fantasmé, mais aussi représenté, décrit, peint, brodé, comme par exemple sur les tentures tournaisiennes de l’histoire de Carrabara ou Histoire des Égyptiens d’Arnaud Poissonnier (début du XVIe siècle)40, le décor dans lequel ils évoluaient devenait de plus en plus figé41. Eux-mêmes en sont réduits à devenir, par endroit, non seulement des personnages de théâtre mais bien des comédiens jouant leur propre rôle42. En étant peints aux abords de la ville avec tous leurs charmes, les Égyptiens se voient peu à peu contraints de rester en dehors de celle-ci. Leur représentation les fige dans l’espace, aux marges de la ville. Élites et menues gens viennent les visiter et leur procurer des vivres, mais ils ne les accueillent pas chez eux.


  • 43 Augustin, La Cité de Dieu, XIX, 13, cité dans Rondeau 1993, p. 83-94.

14Le caractère répulsif de cette charité la rend-elle moins efficace pour le salut ? Cela n’est pas évident. Les échevins cherchent à assurer l’ordre ici-bas tout en s’assurant que chacun pourra avoir sa part dans l’au-delà, notamment ceux qui doivent une aumône aux plus faibles. Maintenir l’ordre ici-bas, voulu par Dieu, et avec cet ordre, la paix, est également l’une des missions des dirigeants. Saint Augustin le rappelle : « la paix de toutes choses, c’est la tranquillité de l’ordre. L’ordre, c’est la disposition des êtres égaux et inégaux, désignant à chacun la place qui lui convient »43. La paix augustinienne rejoint ici la charité qui, elle aussi, « désigne à chacun la place qui lui convient » en lui assignant un lieu et de quoi y vivre, dans l’ordre voulu par Dieu. De façon paradoxale mais pragmatique, la charité répulsive permettait aux échevins de maintenir l’ordre dans la cité, quitte à faire du cœur de la cité, la halle échevinale, une nouvelle périphérie, tout en préparant les âmes des Lillois en vue du Jugement dernier. L’utilisation de l’espace à des fins charitables vient modifier la définition même de la charité : lorsque la charité doit être faite, pour des raisons terrestres, dans les marges habituelles ou temporaires de la ville, son accomplissement ne peut plus être rapproché de l’hospitalité.



Haut de page

Bibliographie

Archives

Ami et Amiles, Arras, Bibliothèque municipale, ms. 0696, n° 0704, fol. 13 r., vers 1465.

AML, AA = Lille, Archives municipales de Lille, Archives Anciennes.

BML = Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ms. Tempi 3.

Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 9 Blankenburg, fol. 149 v., vers 1485-1490.


Ouvrages à caractère de sources

Beaune 1990 = Journal d’un bourgeois de Paris, C. Beaune (éd.), Paris, 1990, p. 234-238.

Duvosquel 1985 = J.-M. Duvosquel (dir.), Album de Croÿ, t. XII, châtellenies de Lille, Douai, Orchies. I, généralités, abbayes, villes et villages, Lille-Bruxelles, 1985.

Gerson 1966 = J. Gerson, De la mendicité spirituelle, dans Jean Gerson, Œuvres complètes, Palémon Glorieux (éd.), vol. 7, 1re partie, Paris, 1966, p. 232-233.

La Fons Mélicocq 1854 = A. de La Fons Mélicocq, Dons et aumônes des villes du Nord de la France aux XIVe, XVe et XVIe siècles, dans Archives historiques et littéraires du Nord de la France, 3e série, IV, 1854, p. 304-327.

Pinto 1978 = G. Pinto (éd.), Il Libro del Biadaiolo, Florence, 1978.

Voragine 1998 = Jacques de Voragine, La légende dorée, T. de Wyzewa (éd.), Paris, 1998.


Études secondaires

Aladjidi 2007 = P. Aladjidi, Les espaces du don au Moyen Âge : lexemple de la charité princière, dans La construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, XXXVIIe Congrès de la SHMESP (Mulhouse, 2-4 juin 2006), Paris, 2007, p. 349-356.

Aladjdi 2008 = P. Aladjidi, Le roi, père des pauvres, France, XIIIe-XVe siècles, Rennes, 2008.

Asséo 1994 = H. Asséo, Les Tsiganes, une destinée européenne, Paris, 1994.

Asséo 2004 = H. Asséo, Les Gypsy Studies et le droit européen des minorités, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 5 (n°51- 4bis), 2004, p. 71-86.

Aresu – Asséo 2014 = M. Aresu, H. Asséo, Zingari: una storia sociale, dans Quaderni Storici, 49, 2, 2014 (numéro spécial).

Benoît 1938 = A. Benoît, Les fortifications de Lille au Moyen Âge, dans Bulletin de la Commission Historique du Nord, XXXV, 1938, p. 324-344.

Blieck – Vanderstraeten 1998 = G. Blieck, L. Vanderstraeten, Recherches sur les fortifications de Lille au Moyen Âge, dans RN, LXX, n° 276, 1988, p. 107-122.

Bruna 2014 = D. Bruna, Tsiganes, premiers regards. Craintes et fascination dans la France du Moyen Âge, Lyon, 2014.

Cerutti 2012 = S. Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Montrouge, 2012.

Crouzet-Pavan 1992 = É. Crouzet-Pavan, « Sopre le acque salse » : espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, Rome, 1992.

Crouzet-Pavan 2015 = É. Crouzet-Pavan, Le Moyen Âge de Venise, Paris, 2015.

Delmarcel 1999 = G. Delmarcel, La tapisserie flamande du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1999.

Denys 2006 = C. Denys, Les dangers de l’entrée en ville dans les places fortes du Nord au XVIIIe siècle, dans F. Michaud-Fréjaville, J.-P. Guilhembet, N. Dauphin (dir.), Entrer en ville, Rennes, 2006, p. 161-177.

Dietrich-Strobbe 2015 = I. Dietrich-Strobbe, Chacun doit gaignier et prouffiter du prince » : Lille ou le laboratoire d'une politique monumentale bourguignonne à la fin du Moyen Âge, dans É. Crouzet-Pavan, J.-C. Maire-Vigueur (dir.), L’art au service du Prince. La politique monumentale, artistique et culturelle des États princiers et seigneuriaux. Paradigme italien, expérience européenne (vers 1250-vers 1550), Paris-Rome, 2015, p. 143-161.

Dutour 2015 = T. Dutour, Sous l’empire du bien. « Bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe siècle), Paris, 2015.

Fléchet 2008 = A. Fléchet, L’exotisme comme objet d’histoire, dans Hypothèses, 11-1, 2008, p. 15-26.

Fraser 1992 = A. Fraser, The Gypsies, Oxford, 1992.

Geremek 1982 = B. Geremek, L’arrivée des Tsiganes en Italie : de l’assistance à la répression, dans G. Politi, M. Rosa, F. della Peruta (dir.), Timore e carità. I Poveri nell’Italia moderna, Crémone, 1982, p. 27-44.

Haemers – Ryckbosch 2010 = J. Haemers, W. Ryckbosch, A targeted public: public services in fifteenth-century Ghent and Bruges, dans Urban History, 37-2, 2010, p. 203-225.

Hans-Collas 2007 = I. Hans-Collas, Le Mont-Saint-Michel et les pèlerinages d’enfants aux XIVe et XVe siècles, dans G. Casiraghi, G. Sergi (dir.), Pellegrinaggi e santuari di San Michele nell’occidente medievale. Pèlerinages et sanctuaires de Saint-Michel dans l’Occident médiéval. Atti del secondo congresso internazionale dedicato all’Arcangelo Michele, Atti del XVI Convegno Sacrense (Sagra di San Michele, 26-29 settembre 2007), Bari, 2009, p. 207‑239.

Hasse – Hérard 2008 = C. Hasse, M. Hérard, Les Halles, lieu d’une seule jeunesse. Un monde commun de styles différenciés, dans Annales de la recherche urbaine, 2008, 105, p. 46-54.

Horden 2008 = P. Horden, A discipline of relevance: the historiography of the later medieval hospital, in Id., Hospitals and healing from Antiquity to the later Middle Ages, Aldershot, 2008, p. 359-374..

Houdoy 1870 = J. Houdoy, La halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664. Notice historique, comptes et documents inédits concernant l'ancienne Maison-commune avec planches, Lille-Paris, 1870.

Le Blévec 2000 = D. Le Blévec, La part du pauvre. L'assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIe siècle au milieu du XVe siècle, vol. 1, Rome, 2000.

Martignoni 2011 = A. Martignoni, « Dedans et dehors » : confréries, charité et espace urbain », dans MEFRM, 123-1, 2011, p. 23-31.

Péricard-Méa 2002 = D. Péricard-Méa, Les pèlerinages au Moyen Âge, Paris, Gisserot, 2002.

Pugliatti 2008 = P. Pugliatti, A lost lore: the activity of the gypsies as performers on the stage of Elizabetan-Jacobean street theatre, dans Ead. (dir.), A. Serpieri, English Renaissance scenes; from canons to margins, Berne, 2008, p. 259-311.

Ricci 1983 = G. Ricci, Naissance du pauvre honteux, dans AESC, 38-1, 1983, p. 158-177.

Roch 1989 = J.-L. Roch, Le jeu de l’aumône au Moyen Âge, dans AESC, 44-3, 1989, p. 505-527.

Rondeau 1993 = M.-J. Rondeau, Le tournant chrétien. La paix, quelle paix ? L’enseignement de la Cité de Dieu, dans P. Chaunu (dir.), Les fondements de la paix, des origines au début du XVIIIe siècle, Actes du colloque du Mémorial de Caen et du CRHQ (CNRS et Université de Caen), Paris, 1993, p. 83-94.

Schmitt 2013 = J.-C. Schmitt, Le seuil et la porte. À propos de la Porta Romana de Milan, dans P. Boucheron, J.-P. Genet (dir.), Marquer la ville. Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle). Actes de la conférence organisée à Rome en 2009 par le LAMOP en collaboration avec l’EFR, Paris-Rome, 2013, p. 163-179.

Sanchez Martinez 2008 = M. Sanchez Martinez, Les villes de Catalogue et les Grandes Compagnies (1365-1366), dans C. Rayaud (dir.), Villes en guerre. Actes du colloque tenu à l'Université de Provence, Aix-en-Provence, 8-9 juin 2006, Aix-en-Provence, 2008, p. 43-62.

Sigal 1974 = P.-A. Sigal, Les marcheurs de Dieu. Pèlerinages et pèlerins au Moyen Âge, Paris, 1974.

Tauber 2011 = É. Tauber, « Te souviens-tu du temps où on allait vendre et mendier ? » La vie économique des femmes sinti d’Italie du Nord, dans M. Stewart, P. Williams (dir.), Des Tsiganes en Europe, Paris, 2011.

Vauchez 1978 = A. Vauchez, Assistance et charité en Occident, XIIIe-XVe siècles, dans V. Barbagli Bagnoli, Atti della Sesta Settimana di studio, 27 aprile-3 maggio 1974, Domanda e consumi: livelli e strutture nei secoli XIII-XVIII, Florence, 1978, p. 151-162.

Vaulx de Foletier 1961 = F. Vaulx de Foletier, Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris, 1961.

Vaulx de Foletier 1965 = F. Vaulx de Foletier, Le pèlerinage romain des Tsiganes en 1422 et les lettres du pape Martin V, dans Études Tsiganes, 11-4, 1965, p. 13-19.

Vincent 2004 = C. Vincent, Quelques remarques introductives, dans Ead.. (dir.), Identités pèlerines, actes du colloque de Rouen 15-16 mai 2002, Mont-Saint-Aignan, 2004, p. 7-17.

Haut de page

Notes

1 La charité est un élan du cœur : « Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, quand je livrerais mon corps aux flammes, s’il me manque l’amour, je n’y gagne rien. » (1 Co 13, 3). Elle est même au-dessus de la foi et de l’espérance car l’amour est le seul à demeurer nécessaire après le Jugement dernier : « Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l’espérance et l’amour, mais l’amour est le plus grand. » (1 Co 13, 13).

2 La caritas désigne à la fois l’amour de Dieu pour l’homme et celui de l’homme pour Dieu. Aladjidi 2008, p. 29-30.

3  Voragine 1998, p. 156-160.

4 Cerutti 2012.

5 L’usage du terme « Tsigane » est complexe. Henriette Asséo rappelle qu’il s’agit d’un « hétéronyme dont l’aire sémantique est particulièrement fluide ». Asséo 2004, p. 84. Dans le cadre de cette étude, on emploiera les termes des sources lilloises qui reprennent la manière même dont les populations en question se désignaient : « Égyptiens ». Sur les Tsiganes, on pourra se référer à : Asséo 1994 ; Aresu – Asséo 2014. Sur les Tsiganes au Moyen Âge et à l’époque moderne, on pourra se référer à : Vaulx de Foletier 1961 ; Vaulx de Foletier 1965 ; Geremek 1982 : Bruna 2014.

6 Horden 2008, p. 365. Plus récemment : Haemers – Ryckbosch 2010, p. 203-225.

7 La construction de l’espace par les pratiques (testamentaires, judiciaires, sociales...) a été analysée dans la thèse d’Élisabeth Crouzet-Pavan : Crouzet-Pavan 1992 ; Crouzet-Pavan 2015. La construction de l’espace par la charité a fait l’objet d’études spécifiques : Aladjidi 2007 ; Martignoni 2011.

8 Ami et Amiles, Arras, Bibliothèque municipale, ms. 0696, n° 0704, fol. 13 r., vers 1465.

9 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 9 Blankenburg, fol. 149 v., vers 1485-1490.

10 L’ouverture et la fermeture des portes de la ville sont des manifestations de pouvoir : Schmitt 2013, p. 163.

11 Sigal 1974, p. 73.

12 Duvosquel 1985, p. 90, pl. 26.

13 Sur les fortifications de Lille, voir Benoît 1938, p. 324-344 ; Blieck – Vanderstraeten 1988, p. 107-122.

14 Lille, Archives Municipales de Lille (AML), AA 16187, année 1455-1456, fol. 62 v. : « Audit Jehan de Latre qu’il a paié du commandement d’eschevins comme donne a esté pour Dieu et en aumosne au conte d’Egipte pour lui aidier à supporter les grans frais, missions et despens de lui, ses gens et maisnies qui le 9e jour dicellui mois de decembre arriverent en ceste ville en grand nombre. Pour ce, quatre clincquans Guillermus, 8 l. À Jehan de Langlee qu’il a payé comme donne a esté par eschevins pour Dieu et en aumoesne au conte Martin de petite Egipte pour ce que le 12e jour dicellui mois de fevrier il estoit venu en ceste dicte ville en nombre de 30 personnes tant hommes comme femmes et petis enfans, ja soit ce que par cy devant qu’il est en eust en d’autres semblables en plusieurs grand nombre. Pour ce trois clinquans Guillermus, 6 l. »

15 En 1419, ils apparaissent pour la première fois dans le royaume de France, à Châtillon-en-Dombes. Ils sont environ cent vingt. Fraser 1992, p. 69.

16 Lille, AML, AA 16170, année 1426-1427, fol. 72 r. Il s’agit peut-être du même groupe décrit par le chanoine de Notre-Dame dans son journal la même année. Beaune 1990, p. 234-238.

17 La Fons Mélicocq 1854, p. 320.

18 Lille, AML, AA 16207, année 1467-1468, fol. 83 r. : « Audit Jaques Ghommer qu’il a payé et comme donné fu en aumosne aux Egipciens en ce present moix d’octobre, considerée que l’on leur avoit deffendu de loger en ceste dicte ville, 42 s. »

19 Florence, BML, Ms. Tempi 3. G. Pinto (éd.), Il Libro del Biadaiolo, Florence, 1978. L’enluminure du folio 58 représente l’accueil des Siennois par les Florentins aux portes de la ville avec des paniers de pains. Le secours est porté immédiatement aux Siennois, nombreux, mais à l’extérieur de la ville. Les Siennois sont donc arrivés devant la ville et non dedans.

20 Dans les sources, ces « Égyptiens » ne sont pas confondus avec les « prestres indois » venus d’Inde, voire du royaume du prêtre Jehan (en 1453), qui n’arrivent jamais à plus de quelques-uns et dont la prise en charge ne pose pas de problèmes logistiques. Selon Angus Fraser, la terminologie « Indien » était due aux scribes et non à ceux qui se présentaient comme tels. Les notions de géographie étant assez floue, cette « Inde » pouvait être aussi bien l’Éthiopie. Fraser 1990, p. 73.

21 Lille, AML, AA 16217, année 1477-1478, fol. 108 r. : « À Jehan Le Miquel potier d’estain pour une grange estant au dehors de le porte de Courtray où eschevins dicelle ville firent logier plusieurs povres gens environ le mois d’avril darrenierement passé voyant par iceulx eschevins, conseil et huit-hommes de ladite ville la grant multitude des povres lors estant en ceste dicte ville en tel habondant que plusieurs coucherent de nuyt sur les rues, dont souventeffois l’on les trouveroit au matin mors sur les dictes rues, sans qu’ils fuissent administrez de leurs sacrements, qui estoit grant pitié. Iceulx eschevins, conseil et huit hommes de ladite ville, considerant que ledits hospitaulx dicelle ville ne pourroient logier tous lesdis povres, ayant pitié et compassion de eulx, desirans faire œuvre de charité agreable à Dieu Nostre Createur, firent lors prendre à louaige ladite grange audit Jehan Le Miquiel pour le pris et somme de 20 l. 10 s. (...) À ung nommé Loyset pour une petite maison prochaine à ledite grange servant à iceulx povres pour cuire leurs chars et potaiges et y faire leurs autres necessitez pour leurs boires, mengiers, et nettoyer leurs draps et autrement à laquel cause les dessudis eschevins, conseil et huit hommes ont fait louer ou nom de ladite ville ladite maison audit Loyset le terme de 9 mois durant qui expireront à le Candeler prochaine venant an 78. »

22 Une mesure courante dans le royaume de France et ailleurs : Sanchez Martinez 2008, p. 43-62, p. 55.

23 Denys 2006, p. 161-177, n. 9.

24 La Fons Mélicocq 1854, p. 308.

25 À propos de la halle échevinale de Lille, voir : Houdoy 1870.

26 Dietrich-Strobbe 2015, p. 156

27 Hasse – Hérard 2008, p. 46-54.

28 Roch 1989, p. 505-527.

29 Le Blévec 2000, p. 174-175.

30 À propos de la « manghele » des Tsiganes à l’époque contemporaine : Tauber 2011.

31 Gerson 1966, p. 232-233.

32 Thierry Dutour a défini « la mauvaise vie » qui fait de ceux qui la vivent « oyseuses gens » et « merdaille » : « La « mauvaise vie » est caractérisée avant tout par l’oisiveté, celle-ci étant l’absence d’un travail permettant de se « gouverner », c’est-à-dire, au sens du mot dans la langue de l’époque, à la fois de subvenir à ses besoins et d’organiser son existence. Le reste – les vices, le jeu, les tavernes, les menaces contre la paix publique – en découle, y compris la pauvreté matérielle des intéressés, envisagée comme une conséquence et en aucun cas comme une cause ». Dutour 2015, p. 155.

33 Ricci 1983, p. 158-177. Voir également : Vauchez 1978, p. 151-162, p. 157.

34 Lille, AML, AA 16217, année 1477-1478, fol. 108 r°.

35 Vincent 2004, p. 7-17, p. 14.

36 Péricard-Méa 2002, p. 68-72. Voir également, à propos des pèlerinages d’enfants, Hans-Collas 2007, p. 207-239.

37 Fraser 1992, p. 63-78.

38 Fléchet 2008, p. 19.

39 Lille, AML, AA 16187, année 1455-1456, fol. 62 v.

40 Cette tapisserie est en partie conservée au Kasteel van Gaasbeek, Gaasbeek, Belgique.

41 Delmarcel 1999, p. 164-167.

42 Pugliatti 2008, p. 259-311.

43 Augustin, La Cité de Dieu, XIX, 13, cité dans Rondeau 1993, p. 83-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Dietrich-Strobbe, « « J’étais un étranger… » (Mt, 25, 35) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/5787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.5787

Haut de page

Auteur

Irène Dietrich-Strobbe

Centre Roland Mousnier UMR8596, irene.dietrich-strobbe@ac-creteil.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals