Navigation – Plan du site
Hospitalité de l’étranger au Moyen Âge et à l’époque moderne : entre charité, contrôle et utilité sociale. Italie Europe

Une charité de proximité

L’assistance aux étrangers par les confréries florentines de Rome à la fin du XVe siècle
Cécile Troadec
p. 473-483

Résumés

Cet article s’intéresse à deux confréries qui viennent en aide aux étrangers dans la Rome du XVe siècle : une confrérie nationale, San Giovanni dei Fiorentini, et une institution charitable dédiée aux condamnés à mort, San Giovanni Decollato. Ces deux associations, fondées par des Florentins, sont représentatives de la diversité des politiques laïques d’accueil dans une ville dont la croissance démographique repose principalement sur les flux migratoires. Si la première se présente comme une structure d’entraide très élitiste, la seconde est en revanche plus populaire. Leur coexistence fait signe vers une discrimination verticale au sein de la « communauté » des Florentins de Rome. En outre, puisque les condamnés à mort sont en majorité étrangers, la lecture de leurs testaments éclaire notre compréhension de l’intégration des étrangers dans la société romaine à la fin du XVe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On parle de confréries « nationales », non pas au sens moderne de la nation comme « société politi (...)

1Parmi les actions charitables mises en œuvre à la fin du Moyen Âge, il en est une que l’on pourrait qualifier de politique de proximité : ce sont les confréries nationales1. Il s’agit de structures d’entraide et de sociabilité organisées par des immigrés originaires d’une même localité ou d’une même région : elles dispensent une charité de proximité, en ce sens que les étrangers membres de la confrérie en sont tout à la fois les acteurs et les bénéficiaires. Parce qu’elles ont été créées par et pour des étrangers, les confréries nationales constituent a priori l’une des institutions d’accueil et d’assistance les plus accessibles pour tous ceux qui viennent d’arriver en ville. Ces formes de vie associative ne doivent pourtant pas être pensées comme des structures communautaires regroupant l’ensemble des individus qui, dans une société d’accueil, partagent les mêmes origines géographiques. Des processus de sélection et d’exclusion sont à l’œuvre qui limitent les possibilités d’intégration dans les confréries et restreignent l’accès aux réseaux qu’elles soutiennent : ainsi, être d’origine florentine ne suffit pas pour espérer être admis dans l’une des deux confréries florentines de Rome à la fin du Moyen Âge.

  • 2 Leur histoire institutionnelle est déjà connue grâce à l’étude qu’Irene Fosi leur a consacrée à pa (...)
  • 3 Le Decollato de Rome est l’une des compagnie di giustizia ou conforterie qui furent créées en Ital (...)
  • 4 Pontani 1908, p. II, p. 69.
  • 5 Gazzini 2006, p. 20 ; Crouzet-Pavan – Folin – Maire Vigueur 2011.

2Les confréries florentines de Rome, dont il sera question ici, sont représentatives de la diversité des politiques laïques d’accueil des étrangers mises en œuvre dans les villes d’Italie2. Il s’agit d’une fondation double, comprenant une confrérie nationale, San Giovanni dei Fiorentini, fondée en 1448, et une institution charitable spécialisée dans l’assistance aux condamnés à mort, San Giovanni Decollato3, attestée à partir de 14884. Au XVe siècle, l’importance du phénomène migratoire explique que les confréries nationales de Rome, se substituant aux anciennes scholae peregrinorum, s’adressent désormais non plus seulement aux pèlerins de leur natio, mais prioritairement à ceux de leurs co-nationaux qui résident de manière permanente à Rome. Les confréries florentines de Rome seront envisagées non pas comme des objets isolés, mais pour ce qu’elles peuvent nous apprendre sur des dynamiques sociales bien plus vastes5, sur les inégalités et les fractures qui peuvent structurer un groupe d’étrangers mais aussi sur les possibilités d’intégration des étrangers dans une société d’accueil donnée.

Dualité confraternelle, cohésion communautaire ?

3Par leurs missions, par leurs pratiques dévotionnelles et leurs destinataires, les deux confréries florentines de Rome se distinguent radicalement. La plus ancienne, San Giovanni dei Fiorentini, se présente comme une structure d’entraide qui porte assistance uniquement à ses membres, tous originaires de l’État florentin. La confrérie du Decollato, à l’opposé, est une institution charitable, spécialisée dans une œuvre de miséricorde dont les destinataires ne sont pas a priori florentins.

  • 6 Rome, AASGF, 344, statuts de 1456, chapitre 15 Di chi richiedessi la compagnia d’alcuna onoranza c (...)
  • 7 Rome, AASGF, 344, statuts de 1456, chapitre 7 De forestieri che fussino nella compagnia di quello (...)

4Par leur recrutement, cependant, toutes deux affichent une forte identité florentine : dans les deux cas, ce sont bien deux confréries nationales dans la mesure où la « nationalité » florentine est une condition nécessaire à leur intégration. Certes, San Giovanni dei Fiorentini envisage la possibilité de porter secours à des non-Florentins6, voire d’admettre des non-Florentins dans la confrérie7 : en aucun cas ces derniers ne pourraient toutefois prétendre occuper des charges ni exercer des responsabilités en son sein. Et dans les faits, l’examen des registres et des listes des membres de la confrérie tend à montrer que cette dérogation prévue par les statuts n’a jamais été appliquée et que les membres de San Giovanni dei Fiorentini sont, à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, tous Florentins.

  • 8 Rome, ASR, Biblioteca, Statuti, 169/1, chapitre 22 Del modo di mettere i novizi e dei loro obbligh (...)
  • 9 Les six premiers noms sont les membres du Decollato qui sont présents le plus fréquemment aux côté (...)
  • 10 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 2r (« in presentia di Jachopo di Dono e Pagholo Tinghi tutti Fio (...)

5Il en va de même pour le Decollato, où le critère d’appartenance géographique fait l’objet d’un contrôle plus strict encore, puisque l’inscription est soumise à la rédaction d’un memoriale qui doit certifier, entre autres, le nom du père et l’origine géographique de l’impétrant8. La liste des membres du Decollato que j’ai ainsi pu reconstituer pour la période 1497-1505, à partir des noms mentionnés dans les testaments des condamnés à mort, vient confirmer l’origine florentine des membres du Decollato9 : le chapelain de la confrérie, rédacteur du testament, comme les membres qui font office de témoins, sont tous Florentins10.

Giacomo di Dono, orefice
Paolo Tinghi
Biagio da Volterra
Giovambattista di Antonio Giusti, sensale
« El Riccio », materassaio
Bartolomeo di Francesco detto « el Fiorentino », rigattiere
Bartolomeo di Giovanni, calzettaio in banchi fiorentino
Luca Tinghi
Giacomo di Delfino da Firenze
Niccolò da Prato
Maestro Nardo Corbolini, orefice
Pietro Paolo, cartolaio
Bartolomeo di Vico da Firenzola
Bernardo preceptor de scola
Lorenzo, sarto
Zanobi detto « El Giutino », orefice
Giuliano di Marcho
Raphaello, rigattiere
Mariano di Ser Antonio
Giacomo di Chimenti
Niccolaio di Gerardo da Pisa
Maestro Duccio da Prato
Francesco di Niccolaio da Carmignano
Bartolomeo di Biagio, merciaio
Maestro Marco da Pistoia, barbiere
Raphaello di Brancha, calzolaio
Pietro, calzolaio
Simone Bastieri
Galeazzo
Baccino, setaiolo
Antonio di Michele, calzettaio
Gabriele di Benvenuto, orefice
Raphaello di Pietro, sarto
Raphaello di Gerardo, materassaio
Giovanni di Antonio Bartolo, materassaio

  • 11 Di Sivo 2000, p. 188.
  • 12 Rome, ASR, Biblioteca, Statuti, 169/1, chapitre 10 Dei Confortatori.
  • 13 Boltanski 2007, p. 28.

6Il y a donc bien une sélection stricte, en fonction d’un critère national, dans le recrutement des membres du Decollato, et sur ce point les deux confréries sont tout à fait similaires. Dans le cas du Decollato, cette sélection est de plus en plus rigoureuse, puisque dans la première moitié du XVIe siècle, on insiste de manière répétée sur le choix minutieux des novices qui doivent impérativement être originaires de Florence11. Une telle fermeture peut s’expliquer par l’idée que les destinataires de l’assistance fournie par le Decollato sont bien sûr les condamnés à mort, mais aussi les confortatoresflorentins eux-mêmes, qui font le salut de leur âme en même temps que celui de l’âme des prisonniers. Le préambule des statuts de 1518 le dit assez bien : « la maggior parte de’ miseri a morte per giustizia condannati senza tal conforto disperati morrebbono, e chi è causa della salute di un’anima difficilmente potrà perdere la sua »12. Ou pour le dire en d’autres termes, la charité s’exerce de telle sorte « qu’il est impossible de dire qui reçoit et qui donne […] parce que ceux qui agissent ainsi les uns sur les autres » sont également « membres les uns des autres »13. En somme, les destinataires de l’action charitable sont également florentins

7L’appartenance à une confrérie en dit long sur le statut et sur la position d’un individu sur l’échelle sociale. Ainsi, s’intéresser à la composition sociale de chaque confrérie permet d’interroger la manière dont s’articulent différents réseaux au sein d’un même groupe d’étrangers, ici les Florentins à Rome.

  • 14 Fosi 1991, p. 161.

8La liste des témoins que j’ai donnée plus haut révèle également la composition socio-professionnelle de la confrérie du Decollato : on remarque l’absence des banquiers florentins pour la période 1497-1505. Pour la période suivante (1506-1522), Irene Fosi a identifié quelques marchands et banquiers, mais bien moins nombreux qu’à San Giovanni dei Fiorentini où ils constituent l’essentiel de la confrérie14. La confrérie du Decollato est principalement composée, on le voit, d’artisans (orfèvres, cordonniers, artisans du textile, artisans des métiers du livre, fabricants de matelas etc.) mais aussi de boulangers, bouchers et taverniers. La liste des rédacteurs des statuts de 1518 conforte cette impression générale :

  • 15 Fosi 1991, p. 156.

Simone di Antonio Serragli mercante, Andrea Pintassi rigattiere, Giuliano Bartoli scrivano, Carlo Carli da Samminiato, Pagolo Bancheli libraio, Guido Fabbri, Rafaello rigattiere e Antonio Rosati merciaio15

  • 16 Rome, ASR, Decollato, b. 1, fol. 78v.
  • 17 Vicioso 2017, p. 236.

9Malgré l’augmentation du droit d’entrée dans la confrérie qui est porté à un ducat en 150916, le groupe du Decollato demeure plus « populaire » et plus ouvert sociologiquement que la confrérie de San Giovanni dei Fiorentini, qui reste un « club » très élitiste17.

  • 18 C’est non seulement le cas de San Giovanni dei Fiorentini mais aussi de la confrérie du Saint-Sauv (...)
  • 19 Il est bien connu qu’au XVe siècle, avec la multiplication des associations laïques dans les ville (...)

10La mise en place d’une pluralité de confréries par une même communauté nationale recouvre ici une logique de discrimination verticale, ce que conforte la fermeture oligarchique de San Giovanni dei Fiorentini au début du XVIe siècle. Le cas des confréries florentines de Rome illustre donc parfaitement les tendances à l’œuvre au sein du mouvement confraternel ainsi que les évolutions des pratiques de charité en Occident à la fin du Moyen Âge : d’une part, une plus grande sélectivité de certaines structures associatives désormais réservées à une élite sociale de plus en plus restreinte18 ; d’autre part, une plus grande ouverture de la part des œuvres de miséricorde qui viennent en aide à des individus qui ne font pas nécessairement partie de la confrérie ou de la communauté nationale, avec une spécialisation dans un type d’action charitable très spécifique (ici, l’assistance aux condamnés à mort)19.

  • 20 Rome, AASGF, 337, fol. 8r, liste du 2 février 1496.
  • 21 Rome, AASGF, 338, fol. 10r-12v, liste de 1511.
  • 22 Vicioso 2017, p. 233 relève également des cas de double appartenance.
  • 23 Prosperi 1982, p. 967.

11Étant donnée la différence dans leur composition sociale, on peut se demander si ces deux confréries sont complémentaires. Elles semblent plutôt dissociées, dans la mesure où l’appartenance au Decollato est exclusive : les statuts du Decollato interdisent en effet formellement l’appartenance de leurs futurs membres à une autre confrérie laïque de Rome et imposent, le cas échéant, de s’en désinscrire. Les listes des membres de l’une et de l’autre confrérie ne se recoupent pratiquement pas : dans la grande majorité des cas, on ne retrouve ni les mêmes individus, ni les mêmes familles à San Giovanni dei Fiorentini et au Decollato. Je dois signaler toutefois quelques exceptions qui me sont apparues lorsque j’ai croisé les listes des inscrits des deux confréries. Ainsi, dans la première liste conservée dans les archives de San Giovanni dei Fiorentini (1496), on retrouve des membres bien connus du Decollato pour la période suivante (1497-1505) : Niccolò da Prato, Bartolomeo della Brancha, Rafaello rigattiere, Paolo Tinghi, Gaspare pallaio20. À l’inverse, certains semblent être passés du Decollato (où ils étaient inscrits dans les années 1500-1505) à San Giovanni dei Fiorentini où ils figurent en 1511 : Giovambatista Giusti, Bartolomeo dit « el Fiorentino » et le materassaio « Riccio »21. Est-ce là le signe d’une double appartenance ? Difficile à dire car les sources ne nous permettent pas de savoir s’ils ont été membres des deux confréries au même moment. En tous les cas, ces éventuels transferts d’une confrérie à l’autre ne semblent concerner qu’un petit nombre d’individus dans les premières années22. Toutefois, à partir de 1506 se dessine une plus grande perméabilité entre les deux confréries puisque des membres des familles Strozzi et Rucellai intègrent le Decollato – peut-être avec l’ambition d’asseoir leur contrôle sur les deux confréries –, prélude à l’aristocratisation que connaîtra le Decollato, comme toutes les compagnie di giustizia, à l’époque moderne23.

  • 24 Fosi 1991, p. 133-134. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer la fondation du Decollato : selon I. (...)
  • 25 Weissmann 1982 ; Henderson 1994, p. 38.
  • 26 Esposito 2011, p. 34.

12Pour la période qui nous occupe toutefois, les profils des deux confréries sont distincts et cette dualité confraternelle révèle la complexité sociologique du groupe des Florentins de Rome, alors même que l’historiographie, focalisée sur l’étude des grands marchands-banquiers florentins présents à Rome, a pu involontairement donner l’impression que ce petit monde était socialement homogène. La forte identité florentine de leurs confréries a pu renforcer l’illusion qu’il existerait à Rome à la fin du Moyen Âge une communauté florentine unie, fortement structurée, résidant dans un seul et même quartier (le rione Ponte) et qui aurait formé une sorte de colonie isolée du reste de la société romaine. Or ce que dit bien la fondation d’une seconde confrérie florentine24 – même si elle s’inscrit aussi dans l’évolution générale du mouvement confraternel en Occident –, c’est l’existence de milieux populaires florentins à Rome et, par conséquent, d’une pluralité de réseaux de solidarité au sein du groupe des Florentins résidant à Rome. À Rome comme à Florence, les confréries laïques s’inscrivent en effet plus largement dans des réseaux de parenté et de clientèle, redoublant les réseaux politiques et économiques qui structurent la société urbaine dans son ensemble25. Si les familles de la noblesse citadine romaine se retrouvent entre elles dans les confréries du Saint-Sauveur et de l’Annunziata, les autres confréries, comme le Gonfalone ou la Consolazione, sont accessibles au plus grand nombre26. On retrouve cette même dualité entre les deux confréries florentines de Rome : leur dissociation remet en question l’idée de « communauté » des Florentins de Rome. L’absence de liens entre les deux confréries correspond à une segmentation sociale, à une distance entre plusieurs groupes coexistant au sein de la population « florentine » de Rome.

La souffrance à proximité : l’assistance aux étrangers condamnés à mort

  • 27 On constate la même surreprésentation des étrangers dans d’autres prisons d’Occident, à Bologne (T (...)

13Le Decollato semble prendre le contrepied de la première confrérie en portant secours aux condamnés à mort, quelles que soient leurs origines géographiques. À première vue, il n’y a donc pas de rapport entre cette action charitable et le sujet qui nous occupe, l’hospitalité de l’étranger. Pourtant, ce sont bien des étrangers qui en sont les bénéficiaires puisque dans leur immense majorité, les 147 prisonniers assistés par les confortatores du Decollato entre 1497 et 1505 sont des étrangers de passage à Rome ou récemment installés dans la ville27 : 67 proviennent d’autres villes italiennes, 21 sont originaires de Corse, 19 de la péninsule ibérique, et l’on trouve également cinq Français, trois Allemands et deux Grecs.

Fig. 1 – Proportion d’étrangers parmi les condamnés à mort assistés par la confrérie du Decollato (1497-1505).

Fig. 1 – Proportion d’étrangers parmi les condamnés à mort assistés par la confrérie du Decollato (1497-1505).

Fig. 2 – Origine géographique des condamnés à mort assistés par la confrérie du Decollato à Rome (1497-1505).

Fig. 2 – Origine géographique des condamnés à mort assistés par la confrérie du Decollato à Rome (1497-1505).
Localité ou région d’origine Nombre de condamnés à mort
Corse 21
Espagne 19
Rome 12
Latium :
Anagni
Genazzano
Nepi
Rocca di Papa
Rocca Sinibalda
Vicovaro
6 :
1
1
1
1
1
1
Émilie-Romagne :
Ferrare
Plaisance
Correggio
Bologne
Cesena
Nonantola
11 :
3
3
2
1
1
1
Ligurie :
Gênes
Vintimille
3 :
2
1
Lombardie :
Milan
Bergame
Lodi
Mantoue
Pavie
8 :
4
1
1
1
1
Marches :
Fermo
Pesaro
Pagliano
« Marches »
6 :
3
1
1
1
Ombrie :
Gubbio
Pérouse
Terni
Porchiano
Spolète
Todi
9 :
2
2
2
1
1
1
Piémont :
Sambuco

1
Toscane :
Florence
Arezzo
Pistoia
6 :
4
1
1
Vénétie :
Padoue
Venise
Vérone
6 :
2
2
2
Italie méridionale (Royaume de Naples) :
« Calabre »
Naples
« Basilicate »
« Bénévent »
Capoue
« Pouilles »
« Sicile »
11 :
4
2
1
1
1
1
1
France 5
Allemagne 3
Grèce 2
Origine géographique non spécifiée 18

14Il est vrai que l’action charitable du Decollato ne vise pas ces individus en tant qu’étrangers. On peut toutefois formuler l’hypothèse que l’une des justifications implicites, et secondaires, de la création du Decollato résida dans la prise en considération de leur condition d’extranéité. Parce que nombre des condamnés à mort s’avèrent être des étrangers, et souvent des étrangers de passage à Rome, ils ne disposent pas des réseaux de solidarité à même de leur procurer aide et réconfort pendant leur détention. Une telle hypothèse peut être étayée par le parallèle avec la confrérie San Girolamo della Carità, fondée à Rome en 1518 sous patronage florentin là encore. Les statuts de cette dernière, qui a elle aussi pour vocation de porter assistance aux prisonniers, exposent cette idée de manière tout à fait explicite :

  • 28 Rome, ASR, Archivio di San Girolamo della Carità, vol. 210, fol. 2rv (Paglia 1982, p. 48-49).

Considerando esservi in Roma molti poveri, abbandonati d’ogni umano soccorso, mentre non solo nei rioni di questa città vi erano molti infermi, che per mancanza di forze, di amici e parenti non havevano modo di portarsi all’ospedale, ma insieme vi erano molte famiglie che non ardivano, per erubescenza, di richiedere l’elemosina, e non havevano chi le sovvenisse del vitto necessario. Nelle carceri trovansi molti forastieri, che parimente per mancanza di amici, parenti e conoscenti non havevano l’assistenza di alcuno […] ; nelle campagne et in Roma morivano molti in estrema miseria, per lo che non trovavano chi pensasse dar sepoltura alli loro corpi, con la dovuta decenza, ma venivano da facchini portati in parrocchia senza accompagnamento de lumi, e sacerdoti, e seppelliti immediatamente, senza che alcuno pensasse dar qualche suffragio alle loro anime.28

  • 29 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 2r, 9 mars 1497 : « Lascia alla compagnia della misericordia una (...)
  • 30 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 2v, 9 mars 1497.
  • 31 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 3r.
  • 32 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 14 : « Item messer Achille che sta in casa di Siena ha uno giubo (...)
  • 33 Certains ont des liens avec des localités du Latium, comme Bracciano (ASR, Decollato, b. 14, fol.  (...)
  • 34 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 14.
  • 35 Terpstra 2008, p. 122.
  • 36 Esposito 1995.

15Que ces prisonniers soient souvent des étrangers de passage, ou récemment immigrés à Rome, les testaments le prouvent lorsqu’ils font apparaître les lieux de l’hospitalité, en premier lieu les tavernes et les auberges romaines. Ainsi, le Corse Pietro Antonio d’Antonello explique que les objets qu’il souhaite léguer au Decollato – une chemise, un poignard et une pertuisane – se trouvent chez la femme d’un aubergiste du Trastevere, piazza dei Velli29. Dans le rione Trevi, c’est autour de la fontaine d’Itria que se concentrent les lieux de l’hospitalité : Cristofano da Pellegrino, venu de Plaisance, a laissé son cheval auprès d’un « tavernaro che fa hosteria alla fontana d’Itria », auquel il lègue un ducat d’or30. Marco di Bartolomeo, de Genazzano, a, quant à lui, laissé à Domenico Buchante, « habitante in Trievi alla fontana », 45 carlins31. Au détour d’un autre testament, on apprend l’existence d’une « maison de Sienne »32, qui devait être une institution destinée à l’accueil des Siennois à Rome, mais dont on ignore tout. D’une manière générale, les lieux de l’hospitalité de l’étranger sont périphériques : ce sont les quartiers du Trastevere, de Trevi ou de Campo Marzio. Ce sont aussi des lieux de la Campagne romaine, voire du Latium33, car nombre de ces immigrés – en particulier les Corses – y sont employés comme ouvriers agricoles ou gardiens de troupeaux : c’est le cas de Battaglino, vaccaio, dont l’unique bien est un coffre contenant trois chemises et qui se trouve dans la cahute dans laquelle il vit, une « capanna delle vache » appelée « la Villa »34. Employé par Lodovico Mattei, membre de l’une des plus puissantes familles de la noblesse citadine romaine, Battaglino est emblématique de la situation de dépendance dans laquelle se trouvent souvent ces immigrés. Les testaments du Decollato mettent en lumière la vulnérabilité de ces populations immigrées, dont la surreprésentation dans les prisons romaines traduit les logiques d’exclusion et de ségrégation qui s’expriment à leur encontre, l’intolérance et la méfiance à l’égard de l’inconnu, incapable d’assurer sa défense et que le tribunal condamne plus volontiers à la peine capitale. Nouveaux venus, ils ne disposent pour la plupart ni des moyens financiers, ni des réseaux de solidarité qui auraient été à même de les aider à négocier une commutation de peine35. Le cas des Corses, qui représentent 14% des condamnés à mort pour la période étudiée, est un bon exemple de la marginalisation qui affecte certains groupes d’étrangers : depuis 1475, des mesures d’expulsion des Corses ont été édictées par les papes, contribuant à renforcer la mauvaise réputation dont pâtissait déjà la communauté corse36.

  • 37 Un florin vaut environ 5 carlins. Le salaire annuel moyen d’un manœuvre à Rome est de 91 florins, (...)
  • 38 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 26, année 1501.
  • 39 Boltanski 2007, p. 23.

16Pour la plupart, les condamnés à mort assistés par le Decollato font partie des milieux populaires et beaucoup sont même dans une extrême pauvreté. Certains sont des nihil habentes, léguant à la confrérie leur dernière chemise et leurs chaussures. D’autres n’ont pu économiser que quelques carlins37 : Dromicuolo, originaire de Corse, laisse à l’un de ses compatriotes, Jachopuccio, gardien de bufflonnes, 43 carlins et à la confrérie 2 ducats d’or « guadagniati di sua faticha »38. Les nombreux objets laissés en gage ici et là témoignent aussi de leurs difficultés matérielles. Les registres du Decollato sont donc une source précieuse pour l’historien puisqu’ils rendent visibles, de manière fugace, des individus qui sont d’ordinaire invisibles car exclus de la société à plus d’un titre : parce qu’ils sont étrangers, parce qu’ils sont pauvres, parce qu’ils ont été condamnés à mort. Or c’est bien le propre des « politiques de la pitié » que de mettre en lumière des « misères singulières » : pour Luc Boltanski, « la politique de la pitié considère les malheureux assemblés en masse, même si elle doit, pour inspirer pitié, prélever dans cette masse des misères singulières »39. Du point de vue de la confrérie, la singularité de chaque condamné est fondamentale car la relation personnelle qui s’établit entre un condamné et l’un des confortatores est indispensable à l’efficacité de l’action charitable. C’est aussi cet engagement au plus près de celui qui souffre que peut signifier l’expression « charité de proximité ».

Réconcilier le corps social, repenser la société

  • 40 Bertrand – Taddei 2008, p. 8-10 ; Zorzi 1993.
  • 41 Zorzi 1993, p. 252 ; Prosperi 1982, p. 985.
  • 42 Prosperi 1982, p. 992.
  • 43 Zorzi 1993, p. 248.
  • 44 Ainsi « Agniolo, romano, fu sepellito alla Minerva » : Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 26.
  • 45 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 3r.
  • 46 L’extension de l’habitat de la Rome du XVe siècle ne coïncide pas avec les limites de la muraille (...)
  • 47 Au nord du Foro Boario, à 500 mètres au sud du Capitole.

17L’action du Decollato peut être lue, aussi, comme un rituel civique qui, comme dans d’autres villes d’Italie, participe à « faire corps »40. La mission assignée aux confortatores est d’abord spirituelle : il s’agit de faire le salut de l’âme du condamné, en l’incitant à accepter sa peine et à pardonner. Parce qu’ils doivent veiller au bon déroulement de l’exécution, évitant que le condamné ou le public n’appelle à la vengeance, les confortatores sont les garants de l’ordre et de la paix sociale. La cérémonie de l’exécution s’apparente ainsi à un rituel de réconciliation universelle41. En assurant l’inhumation des cadavres, le Decollato poursuit cette œuvre pacificatrice et réconciliatrice du corps civique42. Pour autant, au moment d’élire une sépulture, les étrangers ont-ils droit de cité ? L’homologue florentin du Decollato, le Tempio, prolonge quant à lui l’exclusion des étrangers condamnés à mort en les enterrant à l’extérieur des murs de Florence, tandis que les condamnés florentins sont ensevelis intra muros, dans les cimetières paroissiaux43. À Rome on retrouve cette discrimination post mortem : comme dans le cas florentin, seuls les condamnés romains sont enterrés dans leur paroisse44, tandis que les étrangers sont inhumés dans le cimetière qui jouxte l’église de la confrérie, Santa Maria della Fossa. Ainsi, le 3 avril 1497, Marcho di Bartholomeo del macello, originaire de Genazzano, « fu impichato, sotterato nella compagnia »45. Toutefois, si l’on considère le fait que ce cimetière se situe à l’intérieur de la muraille aurélienne – qui, encore au Moyen Âge, constitue la limite juridique et symbolique de l’espace urbain –, on pourrait être tenté d’y voir le signe d’une ultime réintégration des étrangers dans la cité. Une réintégration partielle toutefois, car si l’on considère cette fois les limites de l’habitat romain46, le cimetière du Decollato se trouve en périphérie, à la frontière entre l’espace bâti et les enclos maraîchers qui entourent la ville47. À la fois à l’intérieur des murs de la cité et en marge de l’habitat, le cas romain relève donc d’une situation d’entre-deux : ni exclusion, ni intégration, la marginalité des étrangers demeure, après la mort.

  • 48 Gazzini 2017, p. 92 ; Becker 1974, p. 177.
  • 49 Rome, AASGF, 344, statuts de 1456, préambule : « nell’anno della nattività di Christo 1448 el pest (...)
  • 50 Fosi 1991, p. 143-144. Le Decollato est confirmé par la bulle Inter desiderabilia d’Innocent VIII (...)
  • 51 Piccialuti 1994 ; Esposito 2011, p. 34-35.
  • 52 Trexler 1980 ; Zorzi 1993, p. 253.

18Il est surprenant que ce soit une confrérie fondée par des étrangers qui prenne en charge les funérailles des condamnés. En d’autres lieux en effet, à Milan par exemple, l’assistance aux condamnés à mort est considérée comme un devoir moral qui incombe aux autorités publiques48. À Rome en revanche, ni la commune, ni les confréries romaines ne s’étaient donné pour mission d’assurer une sépulture à ceux qui avaient été définitivement exclus de la cité. Dans le préambule de leurs statuts, les deux confréries florentines de Rome s’emparent de cette question, dénonçant les carences et les défaillances des structures d’assistance romaines, afin de justifier leur propre existence49. Que les Florentins, dont l’influence à la Curie ne fait aucun doute, se substituent au gouvernement urbain pour cette mission de service public, traduit le passage de Rome sous domination pontificale. Ce n’est véritablement qu’à partir de la bulle Inter desiderabilia, en 1490, que les deux confréries florentines de Rome bénéficièrent de la protection pontificale et d’un soutien indéfectible, résultat de l’apaisement des relations entre Florence et la papauté50. L’élection sur le trône pontifical des deux papes Médicis, Léon X et Clément VII, dans la première moitié du XVIe siècle, renforça l’étroite collaboration entre les deux États et, à Rome, les faveurs et les privilèges octroyés aux confréries florentines. Afin de consolider leur contrôle sur la ville, les papes soutinrent vivement l’action des confréries nationales de Rome, tandis qu’ils s’évertuèrent à affaiblir les confréries « romaines » en y introduisant des membres de la Curie51. Dans cette perspective, l’implantation du Decollato à proximité du Capitole n’est pas anodine, parce qu’elle signifie aussi une forme d’ingérence pontificale dans les affaires de la cité. Comme ce fut le cas à Florence52, la transformation des rituels publics à Rome scelle la transition entre la période communale et l’affirmation d’un pouvoir seigneurial.

  • 53 Vincent 1997.
  • 54 Cerutti 2012.
  • 55 Boltanski 2007, p. 69.
  • 56 Boltanski 2007, p. 66.

19Les « politiques de la pitié » mises en acte par les deux confréries florentines de Rome ont en commun d’être des politiques de proximité : elles supposent un engagement de leurs membres au plus proche, envers leurs co-nationaux d’abord, les Florentins de Rome ; s’élargissant ensuite vers leurs prochains53 et vers ceux dont ils sont proches parce qu’ils partagent la même condition d’extranéité, ou la condition d’incertitude54. L’œuvre du Decollato peut être interprétée comme une tentative pour redonner une place à ceux qui, indépendamment de leurs origines, souffrent d’un déficit d’appartenance. C’est précisément parce qu’ils sont extérieurs à la cité que les étrangers sont les mieux à même de recréer ou de repenser la société d’accueil. L’émergence d’une « politique de la pitié » est sans aucun doute le cadre le plus propice à l’expression d’un nouveau regard sur la société : car l’engagement des membres du Decollato, « pour être valable doit être purement moral, c’est-à-dire dégagé de toute détermination par les intérêts et, par conséquent, de toute attache communautaire préalable »55. Le passage d’une confrérie à l’autre est donc significatif d’un détachement vis-à-vis du critère identitaire, vis-à-vis de la préoccupation première de l’appartenance et des origines, et par conséquent d’une nouvelle conception de la place que les Florentins entendent occuper dans la ville de Rome. En se substituant à la société d’accueil pour organiser l’aide charitable, l’étranger se pose en « observateur détaché, dégagé, sans engagements préalables et surtout sans attaches locales, capable de surplomber les singularités de la société »56.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AASGF : Archivio dell’Arciconfraternita di San Giovanni dei Fiorentini.

ASGD : Archivio di San Giovanni Decollato.

ASR : Archivio di Stato di Roma.

Ouvrages à caractère de source

Pontani 1908 = Il diario romano di Gaspare Pontani, già riferito al Notaio del Nantiporto: 30 gennaio 1481 al 25 luglio 1492, D. Toni (éd.), R.I.S.², III/2, Città di Castello, 1908.


Études secondaires

Becker 1974 = M.B. Becker, Aspects of lay piety in early renaissance Florence, dans C. Trinkaus (dir.), The pursuit of holiness in late medieval and renaissance religion, Leiden, 1974, p. 177-199.

Bertrand – Taddei 2008 = G. Bertrand, I. Taddei (dir.), Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 404).

Boltanski 2007 = L. Boltanski, La souffrance à distance, Paris, 2007, 2e éd.

Cerutti 2012 = S. Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Montrouge, 2012.

Crouzet-Pavan – Folin – Maire Vigueur 2011 = É. Crouzet-Pavan, M. Folin, J.-Cl. Maire Vigueur, Presentazione, dans MEFRM, 123-1, 2011, p. 5-9.

Di Sivo 2000 = M. Di Sivo, Archivio della Confraternita di SGiovanni Decollato 1497-1870. Inventario, dans Rivista storica del Lazio, VIII, 2000, n. 12, p. 181-225.

Esposito 1995 = A. Esposito, «Viri probi pro improbis reputari non debent»: il controverso problema della presenza dei corsi nella provincia del Patrimonio alla fine del Quattrocento, dans Rivista storica del Lazio, III/3, 1995, p. 67-98.

Esposito 1997 = A. Esposito, Gli ospedali romani tra iniziative laicali e politica pontificia (seccXIII-XV), dans A. J. Grieco, L. Sandri (dir.), Ospedali e città. L’Italia del Centro-Nord, XIII-XVI secolo, Florence, 1997, p. 233-251.

Esposito 2011 = A. Esposito, Le strutture associative romane del primo Rinascimento: dalle confraternite alle “sodalitates umanistiche, dans MEFRM, 123-1, 2011, p. 33-38.

Esposito 2013 = A. Esposito, La Roma delle confraternite nell’età di Antoniazzo, dans A. Cavallaro, S. Petrocchi (dir.), Antoniazzo Romano, pictor Urbis, Cinisello Balsamo, 2013, p. 56-65.

Fosi 1991 = I. Fosi, Pietà, devozione e politica: due confraternite fiorentine nella Roma del Rinascimento, dans Archivio Storico Italiano, 547, a. CXLIX, 1991, I, p. 119-161.

Gazzini 2004 = M. Gazzini, Bibliografia medievistica di storia confraternale, dans Reti Medievali. Rivista, 5, 2004, en ligne http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/4534

Gazzini 2006 = M. Gazzini, Confraternite e società cittadina nel Medioevo italiano, Bologne, 2006.

Gazzini 2017 = M. Gazzini, Storie di vita e di malavita. Criminali, poveri e altri miserabili nelle carceri di Milano alla fine del medioevo, Florence, 2017.

Henderson 1994 = J. Henderson, Piety and charity in late medieval Florence, Oxford, 1994.

Meersseman 1977 = G.G. Meersseman, Ordo fraternitatis. Confraternite e pietà dei laici nel Medioevo, Rome, 1977, 3 vol.

Merlo 1998 = G.G. Merlo et al. (dir.), Il buon fedele. Le confraternite tra medioevo e prima età moderna, Vérone, 1998 (Quaderni di storia religiosa 9, 5).

Monnet 2014 = P. Monnet, Nation et nations au Moyen Âge : introductions, dans Nation et nations au Moyen Âge. XLIVe Congrès de la SHMESP (Prague, 23-26 mai 2013), Paris, 2014, p. 9-34.

Paglia 1980 = V. Paglia, “La pietà dei carcerati”Confraternite e società a Roma nei secoli XVI-XVIII, Rome, 1980.

Paglia 1982 = V. Paglia, La morte confortata. Riti della paura e mentalità religiosa a Roma nell’età moderna, Rome, 1982.

Piccialuti 1994 = M. Piccialuti, La carità come metodo di governo. Istituzioni caritative a Roma dal pontificato di Innocenzo XII a quello di Benedetto XIV, Turin, 1994.

Prosperi 1982 = A. Prosperi, Il sangue e l’anima. Ricerche sulle compagnie di giustizia in Italia, dans Quaderni Storici, 17, 1982, p. 959-999.

Rusconi 1986 = R. Rusconi, Confraternite, compagnie e devozioni, dans Storia d’Italia. Annali, 9, Turin, 1986, p. 469-506.

Terpstra 2008 = N. Terpstra (dir.), The art of executing well. Rituals of execution in renaissance Italy, Kirksville, 2008.

Trexler 1980 = R.C. Trexler, Public life in renaissance Florence, New York, 1980.

Vaquero Piñeiro 1992 = M. Vaquero Piñeiro, Il mercato immobiliare, dans M. Chiabò et al(dir.), Alle origini della nuova Roma. Martino V (1417-1431). Atti del convegno (Roma 2-5 marzo 1992), Rome, 1992, p. 555-569.

Vicioso 2017 = J. Vicioso, La Compagnia della Pietà della Nazione Fiorentina. Committenze, solidarietà e carità verso membri e maestranze «di qualunque istato e condizione», dans Venire a Roma, restare a Roma. Forestieri stranieri fra Quattro e Settecento, Rome, 2017, p. 231-270.

Vincent 1997 = C. Vincent, Comment reconnaître mon prochain ? Théorie et pratique de l’action caritative à la fin du Moyen Âge, dans XVIe Centenaire de la mort de saint Martin, Tours, 1997, p. 107-120.

Weissmann 1982 = R.F.E. Weissmann, Ritual brotherhood in renaissance Florence, New York, 1982.

Zorzi 1993 = A. Zorzi, Le esecuzioni delle condanne a morte a Firenze nel tardo Medioevo tra repressione penale e cerimoniale pubblico, dans M. Miglio, G. Lombardi (dir.), Simbolo e realtà della vita urbana nel tardo Medioevo, Manziana, 1993, p. 1-60.

Haut de page

Notes

1 On parle de confréries « nationales », non pas au sens moderne de la nation comme « société politique organisée », mais dans son acception médiévale qui renvoie aux « champs connexes des origines, de la langue, de l’appartenance à un groupe par le biais de la naissance, du ressort et/ou de la souveraineté » : Monnet 2014, p. 12. La bibliographie sur le mouvement confraternel est immense (Gazzini 2004). Pour une vue d’ensemble : Meersseman 1977 ; Merlo 1998 ; Rusconi 1986 ; Gazzini 2006.

2 Leur histoire institutionnelle est déjà connue grâce à l’étude qu’Irene Fosi leur a consacrée à partir des statuts et des Libri e Giornali del Provveditore du Decollato pour la période 1506-1522 (Fosi 1991). J’y ajoute pour ma part le dépouillement d’une documentation inédite : les premiers registres conservés dans les archives du Decollato, qui couvrent les années 1497-1505, et en particulier les testaments des 147 condamnés à mort qu’accompagnèrent les confortatores. Sur San Giovanni dei Fiorentini, voir également Vicioso 2017.

3 Le Decollato de Rome est l’une des compagnie di giustizia ou conforterie qui furent créées en Italie pour assister les condamnés à mort. La plus ancienne, Santa Maria della Morte, a été fondée à Bologne et inspira celles de Florence (Santa Maria della Croce al Tempio, fondée en 1354), Ferrare, Rome, Naples. Sur les conforterie en Italie : Prosperi 1982 ; Terpstra 2008, p. 1-9, p. 118-158. Sur le Decollato à l’époque moderne : Paglia 1980 et 1982. Sur les confréries romaines : Esposito 1997, 2011, 2013.

4 Pontani 1908, p. II, p. 69.

5 Gazzini 2006, p. 20 ; Crouzet-Pavan – Folin – Maire Vigueur 2011.

6 Rome, AASGF, 344, statuts de 1456, chapitre 15 Di chi richiedessi la compagnia d’alcuna onoranza che non fussi della compagnia, tanto fiorentino, quanto forestiere : « qualunque persona di qualunque istato condizione, sia che fussi fiorentino o del contado o fugiti di fiorentini, e facessi richiedere l’onoranza della compagnia e non fussino della compagnia, non possa ne debba havere tale onoranza se prima non paga al nostro camarlingo ducati X di papa e libre XX di cera ; e qualunque d’altra natione richiedesse la compagnia di detta onoranza se ne debbe fare partito tra capitani e consiglieri, e se si vince per i tre quarti delle fave nere, allora se ne facci ricordo e debbasi mandare alla casa di quel tale la coltre e cera e corpo di compagnia nella forma che parrà agli uficiali che si troverano a quel tempo […] ». Toutefois cette mesure est très rarement appliquée.

7 Rome, AASGF, 344, statuts de 1456, chapitre 7 De forestieri che fussino nella compagnia di quello che anno a fare : « qualunque persona fusse entrato in dicta compagnia e non fussi della città, o contado, o fugiti di fiorentini, non possa ne debba andare a partito anuano partito dufici della decta compagnia e non possa ne debba havere niuno uficio in decta compagnia ».

8 Rome, ASR, Biblioteca, Statuti, 169/1, chapitre 22 Del modo di mettere i novizi e dei loro obblighi. Cette condition d’appartenance à la nation florentine est rappelée par Léon X : « detti confratri non dovessero di lor volontà accettare, né da altri potessero esser sforzati ad accettare in essa compagnia persona alcuna che di natione Fiorentina non fusse » (Rome, ASR, Decollato, b. 1, vol. 2, fol. 71v ; Fosi 1991, p. 154).

9 Les six premiers noms sont les membres du Decollato qui sont présents le plus fréquemment aux côtés des condamnés à mort et sont probablement les confortatores. Tous sont identifiés comme « florentins ».

10 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 2r (« in presentia di Jachopo di Dono e Pagholo Tinghi tutti Fiorentini »), fol. 4v (« queste chose a fatto in presentia degli uomini della compagnia coe Jachopo di Dono e Biagio da Volterra tutti da Firenze »), fol. 21-22 (« Bartholome di Vico da Firenzola, Mariano fiorentino, Giovanbattista Giusti fiorentino, Ser Bernardo preceptore de scola fiorentino, Lorenzo sarto fiorentino, Zanobi detto El Giutino orefice »). Les chapelains de la confrérie du Decollato que j’ai pu identifier sont : Ser Paolo di Pietro da Firenze ; Vincenzo ; Ser Stefano di Giovanni Cardini da Carmignano, « fiorentino ».

11 Di Sivo 2000, p. 188.

12 Rome, ASR, Biblioteca, Statuti, 169/1, chapitre 10 Dei Confortatori.

13 Boltanski 2007, p. 28.

14 Fosi 1991, p. 161.

15 Fosi 1991, p. 156.

16 Rome, ASR, Decollato, b. 1, fol. 78v.

17 Vicioso 2017, p. 236.

18 C’est non seulement le cas de San Giovanni dei Fiorentini mais aussi de la confrérie du Saint-Sauveur.

19 Il est bien connu qu’au XVe siècle, avec la multiplication des associations laïques dans les villes d’Italie, un nombre grandissant d’hommes et de femmes issus de milieux modestes ont pu s’inscrire dans certaines de ces nouvelles confréries : Crouzet-Pavan – Folin – Maire Vigueur 2011.

20 Rome, AASGF, 337, fol. 8r, liste du 2 février 1496.

21 Rome, AASGF, 338, fol. 10r-12v, liste de 1511.

22 Vicioso 2017, p. 233 relève également des cas de double appartenance.

23 Prosperi 1982, p. 967.

24 Fosi 1991, p. 133-134. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer la fondation du Decollato : selon I. Fosi, il aurait été fondé par des Florentins récemment immigrés à Rome. Des tensions au sein de San Giovanni dei Fiorentini pourraient également avoir provoqué une scission et la création d’une seconde association.

25 Weissmann 1982 ; Henderson 1994, p. 38.

26 Esposito 2011, p. 34.

27 On constate la même surreprésentation des étrangers dans d’autres prisons d’Occident, à Bologne (Terpstra 2008, p. 122) et à Milan (Gazzini 2017, p. 53) par exemple.

28 Rome, ASR, Archivio di San Girolamo della Carità, vol. 210, fol. 2rv (Paglia 1982, p. 48-49).

29 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 2r, 9 mars 1497 : « Lascia alla compagnia della misericordia una chamicia amecata, uno pugnale pistolese e una partigiana, lequali chose tiene la moglie di Momo hoste in sulla piaça di Vello in Transtevere, e questo fa in presentia di Jachopo di Dono e Pagholo Tinghi tutti Florentini, e dice che detta donna avere de lui dieci overo dodici baiochi ».

30 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 2v, 9 mars 1497.

31 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 3r.

32 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 14 : « Item messer Achille che sta in casa di Siena ha uno giubone di raso sanza maniche ».

33 Certains ont des liens avec des localités du Latium, comme Bracciano (ASR, Decollato, b. 14, fol. 49, 13 septembre 1504 : une brigandine que Lorenzo di maestro Martino, de Lodi, devait rendre à Domenico, un tailleur de pierre florentin qui travaille à Bracciano) ou Bolsena (ASR, Decollato, b. 14, fol. 29, 24 juillet 1503 : une cape laissée en gage à un barbier de Bolsena par Cervagio da Correggio).

34 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 14.

35 Terpstra 2008, p. 122.

36 Esposito 1995.

37 Un florin vaut environ 5 carlins. Le salaire annuel moyen d’un manœuvre à Rome est de 91 florins, celui d’un maître maçon 124 florins (Vaquero Piñeiro 1992, p. 562).

38 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 26, année 1501.

39 Boltanski 2007, p. 23.

40 Bertrand – Taddei 2008, p. 8-10 ; Zorzi 1993.

41 Zorzi 1993, p. 252 ; Prosperi 1982, p. 985.

42 Prosperi 1982, p. 992.

43 Zorzi 1993, p. 248.

44 Ainsi « Agniolo, romano, fu sepellito alla Minerva » : Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 26.

45 Rome, ASR, Decollato, b. 14, fol. 3r.

46 L’extension de l’habitat de la Rome du XVe siècle ne coïncide pas avec les limites de la muraille aurélienne (1400 hectares), qui englobe par conséquent de vastes espaces non bâtis.

47 Au nord du Foro Boario, à 500 mètres au sud du Capitole.

48 Gazzini 2017, p. 92 ; Becker 1974, p. 177.

49 Rome, AASGF, 344, statuts de 1456, préambule : « nell’anno della nattività di Christo 1448 el pestifero morbo in Roma crudelissimamente oppressassi in tale modo che huomini vecchi e potenti non meno che i poveri et bisognosi più per difecto di ministri che del medesimo morbo perissono, piacque a una quantità di buoni huomini che allora in Roma si trovavano, chautamente insieme congiugnersi e tanto quante le loro sustanse e fatiche potessimo a essi debitamente provedere, e così visitanddo infermi e soterando morti, quel tempo passò ». Rome, ASGD, Note storiche : « alcuni fiorentini stabilitisi a Roma considerando che i poveri rei condannati a morte dalla giustizia non avevano quei aiuti spirituali, e temporali per ridurli con tutta carità, anzi assicurarli meglio nella via della salute eterna tanto importante, e perciò risolvettero (non curando perciò gli umani rispetti) di assisterli fino all’ultimo punto ».

50 Fosi 1991, p. 143-144. Le Decollato est confirmé par la bulle Inter desiderabilia d’Innocent VIII (25 août 1490), premier acte d’une longue série de reconnaissances et de privilèges en sa faveur. Plus largement, l’influence florentine sur les confréries à Rome est sensible : comme c’est le cas en général en Italie, Florence semble constituer, à Rome, une référence pour l’organisation de l’assistance à partir du milieu du XVe siècle : l’agrandissement de l’hôpital de la confrérie du Saint-Sauveur, l’hôpital Sant’Angelo, prend pour modèle l’hôpital florentin de Santa Maria Nuova : Esposito 1997, p. 240.

51 Piccialuti 1994 ; Esposito 2011, p. 34-35.

52 Trexler 1980 ; Zorzi 1993, p. 253.

53 Vincent 1997.

54 Cerutti 2012.

55 Boltanski 2007, p. 69.

56 Boltanski 2007, p. 66.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Proportion d’étrangers parmi les condamnés à mort assistés par la confrérie du Decollato (1497-1505).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/5951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 2 – Origine géographique des condamnés à mort assistés par la confrérie du Decollato à Rome (1497-1505).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/5951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Troadec, « Une charité de proximité », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 131-2 | 2019, 473-483.

Référence électronique

Cécile Troadec, « Une charité de proximité », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/5951 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.5951

Haut de page

Auteur

Cécile Troadec

École française de Rome, cecile.troadec@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals