Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Bibliothérapies médiévales« Pourquoy li aucun dorment qui s...

Bibliothérapies médiévales

« Pourquoy li aucun dorment qui se prendent a lire » : représentations médiévales des effets soporifiques et des vertus revigorantes de la lecture

Amandine Mussou

Résumés

Dans le sillage du corpus aristotélicien mais aussi de la tradition arabo-latine, il arrive aux médecins médiévaux d’examiner l’influence de la lecture sur le sommeil et la veille. Il s’agit ici de confronter les théories scientifiques et les conseils des régimes de santé aux représentations littéraires des effets soporifiques ou au contraire revigorants de la lecture. Certains personnages de fictions médiévales s’endorment un livre à la main, d’autres sont maintenus éveillés par leurs lectures. Or la figure du lecteur somnolent est ambivalente et ne s’oppose pas diamétralement à celle du lecteur tenu en haleine. En effet, dans ces scènes de lecture représentant les effets somatiques du livre, loin d’une transposition du discours médical à visée étiologique ou thérapeutique, c’est l’élaboration de figures d’auteurs qui prime.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Lecture, livre, sommeil, insomnie

Keywords :

Reading, book, sleep, insomnia
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une typologie des lectures des héros de roman, voir Sabry 1993.
  • 2 Proust 1987, p. 3.
  • 3 « Et restions tous pensifz, matagrabolisez, sesolfiez et faschez : sans mot dire les uns aux aultr (...)
  • 4 Pour une interprétation de ce passage, voir Cappellen 2015, p. 117 sq.

1Tout lecteur en fait régulièrement l’expérience : il n’est pas rare de s’assoupir sur un livre ou, au contraire, d’être tenu éveillé jusqu’au milieu de la nuit par l’intrigue de ce que les Anglo‑Saxons appellent un page‑turner. La littérature s’empare volontiers de ces expériences de lecture1 : À la recherche du temps perdu s’ouvre sur l’illusion d’un livre que le narrateur endormi tiendrait encore entre ses mains2. Quelques siècles plus tôt, un épisode du Quart Livre met fugacement en scène Pantagruel sommeillant sur un roman d’aventures3 ; François Rabelais, chez qui la thérapeutique par le livre est un thème récurrent, donne alors à voir un lecteur que son corps trahit4. Volontairement décalés par rapport à la période médiévale, ces deux exemples mettent en valeur l’ambivalence attachée au lecteur endormi, figuration de l’ennui et de la paresse qui engourdissent l’esprit tout autant qu’image de la puissance du récit qui abstrait du monde au point de faire sombrer dans le sommeil. Le lecteur assoupi, faible car il n’a pas su maintenir son esprit attentif, a, dans le même temps, parfaitement joué le jeu de la fiction en succombant aux effets de l’écrit.

  • 5 « Si atournoit si Merlin toutes les eures qu’il venoit a li parler qu’il dormoit tout errant, car (...)
  • 6 Cerquiglini-Toulet 2006 et Vitz 2004.

2Dans le cycle du Lancelot-Graal, Merlin, éperdument épris, apprend à Niniane l’art d’endormir les hommes, contribuant ainsi à sa propre perte : c’est en écrivant des paroles sur ses cuisses, en utilisant les propriétés hypnagogiques de mots tracés non sur du parchemin mais à même le corps, que Niniane pourra endormir Merlin et l’empêcher de la connaître charnellement5. Cet épisode met en valeur les liens qui existent dans les représentations médiévales entre l’écrit, le sommeil et le désir. La mise en scène des usages de l’écrit dans la littérature médiévale a d’ailleurs surtout été étudiée du point de vue de ses effets érotiques : la lecture et la manipulation du livre éveillent à l’amour. Héloïse et Abélard, Paolo et Francesca, Floris et Lyriopé, Floire et Blanchefleur… : le corpus médiéval regorge d’amants qui s’éprennent l’un de l’autre en lisant, le livre suscitant le désir et modelant le réel. Il ne s’agira pas ici de revenir sur les acquis des études qui montrent combien les fictions mettent en abyme la séduction qu’elles entendent exercer sur leurs propres lecteurs6, mais plutôt d’examiner la façon dont les effets somatiques de la lecture sont représentés, en étudiant spécifiquement l’influence qu’exerce le livre sur le sommeil ou la veille.

  • 7 Bouchet 2008, p. 23-55, en particulier p. 24.

3Si le narrateur proustien et Pantagruel s’endorment ou ont l’impression de s’endormir sur un livre qu’ils ont lu silencieusement, pour étudier les effets soporifiques du livre au Moyen Âge, il ne faut pas négliger le double régime d’une littérature bien souvent performée : le livre est volontiers le support d’une lecture qui est encore tardivement oralisée et la relation aux livres, jusqu’à la fin du Moyen Âge, est prise dans un « rapport mixte », mêlant écrit et oral7. À cet égard, il n’est pas toujours aisé de distinguer les effets du livre, en tant qu’objet que l’on peut manipuler et qui est en contact physique avec le corps, de l’immersion suscitée par la fiction en général.

  • 8 Voir, à titre d’exemple : « Sachiés que li dormirs, s’il est fait selonc ce qu’il doit, il garde m (...)
  • 9 Nous n’avons pas pris en compte le corpus iconographique. Pour une étude des représentations artis (...)

4Le sommeil et la veille sont abordés tant dans les traités de médecine que dans les régimes de santé médiévaux, un bon usage du sommeil garantissant un bon fonctionnement du corps humain8. L’un des objectifs de la présente enquête a été de comparer ce que l’on trouve dans ces écrits normatifs et scientifiques sur les effets somatiques et les propriétés thérapeutiques de la lecture à ce que les textes de fiction mettent en scène9. Pour constituer ce corpus, ont été retenus les cas où le livre, dans le récit, endort son lecteur ou son auditeur, ou bien lorsqu’il l’empêche de dormir. Le corpus ainsi établi est composé de textes essentiellement écrits en latin, en français et en anglais, du XIIe au XVsiècle. L’enjeu est non seulement de savoir si l’on peut repérer une exfiltration du discours médical dans le domaine de la fiction ou si les représentations littéraires élaborent des modèles autonomes, mais aussi de préciser la démarche et les stratégies des auteurs médiévaux qui donnent à voir des lecteurs somnolents ou insomniaques.

Réguler le sommeil : des propriétés hypnagogiques de la lecture

  • 10 Aristote 2000.
  • 11 Aristote 2002, p. 85‑91 (Οσα περὶ φιλολογίαν) ; voir les problèmes 1 et 7 de cette section. Pour u (...)
  • 12 Évrart de Conty, Le Livre des problemes, Paris, BnF, fr. 24282, fol. 22v°.

5Si, dans son traité d’histoire naturelle intitulé Du sommeil et de la veille10, Aristote examine la nature du sommeil, il ne mentionne pas d’effet de l’écrit sur l’engourdissement du sujet. Toutefois, le corpus aristotélicien comprend plus précisément un questionnement relatif à l’influence de la lecture sur le sommeil ou la veille. Dans les Problemata, la section XVIII, dont l’authenticité est sujette à caution, est intitulée « Le goût des lettres » ; la lecture et ses possibles effets dormitifs y sont envisagés à deux reprises11. À la fin du XIVe siècle, Évrart de Conty traduit les Problemata en français, à partir de la traduction latine commentée qu’en avait proposée Pietro d’Abano vers 1310. À la question de savoir pourquoi certains succombent au sommeil en lisant tandis que d’autres, alors même qu’ils voudraient dormir, en sont incapables lorsqu’ils ont un livre entre les mains, celui qui était le médecin personnel de Charles V répond, dans la lignée de ce qui est dit dans les Problemata, en invoquant la « diversité » « des complexions humaines12 » :

  • 13 Ibid., fol. 22r°.

A ce dont respont Aristote et premierement a la premiere partie pourquoy li aucun dorment qui se prendent a lire. Et dit ainsi que c’est pour ce que li aucun ont en auls grant habondance de ventosités pour la froidure de leur complexion ou pour le habondance d’aucunes humeurs melancolieuses dont pluseurs superfluités venteuses s’engendrent. Et pour ce, quant cil appliquent lor entendement a lire, son operacion en est repercutee et empeschie pour le mouvement des ventosités desus dites froides qui montent amont et oppilent la cervele. Et pour ce dorment il13.

  • 14 Idem.
  • 15 Aristote 2002, p. 88 et p. 90-91, et Petrus de Abano 1482, « Decimaoctava particula », « Primum pr (...)

6Inversement, ceux qui ont une « ame bien ordenee et bien disposee selonc nature14 », lorsqu’ils fixent leur pensée sur quelque chose, ne peuvent s’endormir, car la chaleur monte alors vers leur tête et les maintient éveillés. Dans le texte grec et la traduction latine, le problème est bien articulé autour du livre (βιβλίον, librum15). Dans sa traduction glosée, Évrart de Conty élargit le champ de la réflexion :

  • 16 Évrart de Conty, Le Livre des problemes, Paris, BNF, fr. 24282, fol. 22v°.

Et de ce meismes voit on que, quant aucun ne poeent par nuit dormir, s’il se prendent a dire heures ou orisons, qui est aussi comme chose samblable a lire, il ne s’en donnent de garde ce pendant qu’il s’endorment16.

  • 17 V. Leroux note que c’est ce mécanisme de l’attention qui intéresse en effet les médecins médiévaux (...)

7C’est l’attention qui est avant tout au cœur du problème pour ce médecin‑traducteur, la lecture servant, si ce n’est de prétexte, du moins de modèle pour concevoir la capacité à fixer sa concentration sur quelque chose17. D’après l’étiologie proposée, le livre en tant que tel n’a pas de pouvoirs soporifiques ou revigorants particuliers ; il est mis sur le même plan que la récitation de prières.

  • 18 G. Heyworth et D. O’Sullivan, éditeurs des Eschés amoureux en vers, réfutent l’attribution de ce p (...)

8Ailleurs pourtant, Évrart de Conty, également poète et prosateur, affirme combien la lecture participe d’une manière générale d’un équilibre psychosomatique. Dans le prologue du Livre des eschez amoureux moralisés, il fait valoir que l’auteur du poème qu’il commente – très certainement lui-même18 – s’inscrit dans une tradition ancienne de livres qui divertissent, réjouissent et contribuent ainsi à garantir une parfaite santé :

  • 19 Évrart de Conty 1993, p. 2‑3. Pour un commentaire de cette citation, voir Bouchet 2008, p. 64‑65, (...)

Et [l’auteur des Eschés amoureux en vers] samble, quant a ce, aux poetes anciens qui en leurs faiz et en leurs escriptures quierent tousjours profit ou delectacion, car le delit et la plaisance que on a en lire ou en ouyr les anciennes escriptures recree moult et resjoïst nature, dont grandement vault mielx la corporele disposicion ; et le profit aussi que on en raporte parfait l’ame et amende19.

  • 20 La musique « garist de pluseurs maladies », Évrart de Conty 1993, p. 191. La même idée est exprimé (...)

9Au-delà de cette mention, qui relève de la rhétorique du prologue et qui met en évidence la double réception possible du texte (performé ou non), on ne trouve toutefois pas chez cet auteur de développement relatif aux pouvoirs de l’écrit en tant que tel, alors qu’il montre à plusieurs reprises que la musique a, quant à elle, des propriétés curatives20. En cette fin de XIVe siècle, un médecin lettré comme Évrart de Conty met sur le même plan le livre et la profération, la lecture et la prière et ne semble pas concevoir de spécificité des effets de l’écrit sur le sommeil.

  • 21 Nicoud 2007, p. 154‑160. L’autrice rappelle que Galien n’a pas employé cette expression.
  • 22 Chandelier 2015.
  • 23 Fritz 2008.
  • 24 « Confabulantibus : Nature : est una causarum sompn[i]. Melius ex eo : conveniens nature volentis (...)
  • 25 Voir par exemple les berceuses que doivent chanter les nourrices (Aldebrandin de Sienne 1911, p. 7 (...)
  • 26 Delisle 1896, p. 534.
  • 27 Tout ce passage de notre démonstration se fonde largement sur les conclusions d’Olson 1982, « Lite (...)
  • 28 « Sit vero confabulator ipse […] scrutator semonum, historiarum regum et sermonum delectabilium et (...)
  • 29 « Ergo qui moderate reficitur, sumpto cibo sedeat et quiescat tam mente quam corpore ; sedendo, au (...)
  • 30 Voir Olson 1982, « The Hygienic Justification », p. 39 sq.

10Le couple somnus/vigilia forme par ailleurs l’une des six res non naturales dans la tradition médicale arabo-latine. Le concept de « choses non naturelles » est issu d’une idée galénique revisitée par les médecins arabes21 et renvoie à des éléments extérieurs au corps humain mais influant sur celui-ci ; ce sont des éléments sur lesquels le médecin doit veiller pour garantir une bonne santé22. Dans ce cadre, les traités médiévaux donnent quelques recettes pour s’endormir et Jean‑Marie Fritz a remarqué combien les sons y étaient présentés comme favorables à l’endormissement23. Le Tacuinum Sanitatis, manuel traduit en latin au XIIIe siècle depuis le texte écrit en arabe par Ibn Butlān, médecin du XIsiècle, est un recueil de courts préceptes médicaux concernant essentiellement les plantes et les aliments. Parmi les quatre entrées consacrées au sommeil et la veille, l’une fait de la conversation un remède possible contre l’insomnie24. Si certains médecins conseillent d’écouter de la musique pour s’endormir25, la conversation et, plus précisément, les histoires que l’on raconte – le confabulator étant envisagé comme un recitator fabularum dans une version du Tacuinum Sanitatis26 – sont également conçues comme des moyens de trouver le sommeil27. Entre autres choses, le choix de récits adaptés et l’influence des vers et des rythmes favorisent la digestion et l’équilibre psychosomatique de l’auditeur28. À la fin du XIIIsiècle, Arnaud de Villeneuve précise quant à lui qu’il faut, après le repas, reposer son esprit et son corps et écouter des récits simples à comprendre, comme des histoires de rois ou de saints29. D’après ces recommandations, pour bien dormir, il est bienvenu d’écouter des histoires avant de se coucher et la fiction connaît là l’une de ses valeurs et l’une de ses justifications médicales30.

  • 31 Pierre Alphonse 1911, exemplum XII, p. 17-18.
  • 32 Foehr-Janssens 2007, p. 125.
  • 33 Tydorel 2018, v. 121-122.

11Ces pratiques conseillées par les médecins pour réguler les problèmes de sommeil sont enregistrées dans des textes de fiction en latin et en langues vernaculaires. Ainsi trouve‑t‑on une anecdote intitulée « De rege et fabulatore suo » dans la Disciplina clericalis du médecin Pierre Alphonse, recueil de contes d’origine orientale datant des années 1110. Un roi, à qui son règne cause du souci, fait quotidiennement appel à son fabulator pour parvenir à trouver le sommeil et lui réclame chaque soir cinq histoires31. L’exemplum repose notamment sur une stigmatisation de cette inaptitude au sommeil, qui ne peut se résoudre que par une consommation immodérée de fables32. Dans le corpus féerique vernaculaire, Tydorel raconte l’histoire d’une reine qui, après s’être assoupie, rencontre un chevalier qui lui promet un fils, Tydorel. « De Bretaigne seignor sera | Mes ja des eulz ne dormira33 », prophétise le mystérieux chevalier. L’incapacité à dormir de ce personnage, indice de son origine obscure, se mêle à une structure de conte, proche de celle des Mille et une nuits : pour occuper ces nuits de veille, le royaume devra fournir chaque soir un homme qui racontera une histoire à Tydorel, sous peine de mourir. Ici, les équivalents vernaculaires des confabulatores doivent donc occuper une veille merveilleuse et remédier à un trouble du sommeil d’origine diabolique. Dans l’exemplum de Pierre Alphonse et dans le lai de Tydorel, les conteurs narrent des histoires pour endormir ou pour maintenir éveillé un puissant personnage, sans qu’il ne soit question de support écrit favorisant l’hypnagogie.

12Deux siècles plus tard, Jean Froissart rapporte qu’il est convoqué par Gaston de Foix pour lui lire des histoires après le souper. Le chroniqueur raconte qu’il doit chevaucher de nuit pour se rendre auprès du comte et lui faire la lecture de quelques feuillets de son roman Meliador :

  • 34 Jean Froissart 2007, §13, p. 188-189.

L’accointance de li a moy pour ce temps fu telle, que je avoie avecques moy aporté un livre, le quel je avoie fait a la requeste et contemplacion de monseigneur Wincelaus de Boesme, duc de Lucembourc et de Braibant, et sont contenus ou dit livre, qui s’appele de Meliader, toutes les chançons, balades, rondeaulx, virelaiz que le gentil duc fist en son temps, lesquelles choses, parmi l’ymaginacion que je avoie en dicter et ordonner le livre, le conte de Fois vit moult volentiers ; et toutes les nuis aprés son soupper je lui en lisoie, mais en lisant, nul n’osoit parler ne mot dire, car il vouloit que je feusse bien entendu, et aussi il prenoit grant solas au bien entendre34.

  • 35 L’anecdote est également rapportée dans le Dit dou florin (Jean Froissart 1979, v. 289 sq.). Voir (...)

13Le chroniqueur se met en scène comme écrivain, manipulant l’un de ses propres ouvrages, qui sert de support à une lecture publique, destinée à un prince noctambule35. Après avoir obtenu le solas escompté, le comte part se coucher. La lecture, oralisée, est certes un divertissement de cour mais elle prélude également au sommeil, l’auteur et son livre se trouvant dans la posture du confabulator préconisé par les régimes de santé.

  • 36 « I have gret wonder, be this lyght, | How that I lyve, for day ne nyght | I may nat slepe wel nyg (...)
  • 37 Ibid., v. 49.
  • 38 « […] I had be dolven everydel | And ded, ryght thurgh defaute of slep, | Yif I ne had red and tak (...)
  • 39 « Therwyth I awook myselve | And fond me lyinge in my bed ; | And the book that I hadde red, | Of (...)
  • 40 Olson 1982, p. 85 sq.
  • 41 Ce glissement du récitant au support écrit s’inscrit dans une évolution bien analysée dans des tra (...)

14Les vertus dormitives du livre en lui-même sont mises en scène de façon plus flagrante chez Geoffrey Chaucer. Le récit du Book of the Duchess est pris en charge par un narrateur qui, au seuil du texte, ne parvient plus du tout à trouver le sommeil. L’état d’épuisement dans lequel il se trouve l’inquiète au plus haut point, nul ne pouvant survivre à un tel manque de repos36. Afin d’occuper son temps de veille, pressentant que son insomnie ne va guère lui laisser de répit, il se redresse sur son lit et envoie chercher un livre « to rede and drive the night away37 ». Ce livre contient une traduction française d’un épisode des Métamorphoses d’Ovide racontant l’histoire d’Alcyone qui, invoquant Junon, est plongée dans un profond sommeil. Cette lecture sauve le narrateur d’une mort qu’il pensait imminente38. En effet, ayant lu que les dieux peuvent endormir ou maintenir éveillé un homme, le narrateur dit qu’il offrirait pour cela un fameux présent à Morphée ou à Junon. Une fois ces paroles prononcées, il est pris d’une subite envie de dormir et s’assoupit sur son livre. Il fait alors un songe dont le contenu est relaté, et se réveille au petit matin, le livre grand ouvert dans ses mains39. Glending Olson a prouvé à quel point le récit‑cadre du Book of the Duchess pouvait être directement mis en relation avec les mécanismes décrits dans le Tacuinum Sanitatis, Ovide jouant le rôle de confabulator40. Cette analyse est très convaincante, mais il faut ajouter que c’est le livre en tant qu’objet bien concret, certes couplé à la profération d’une invocation, qui est doté d’une agentivité : les propriétés hypnagogiques sont celles d’un ouvrage que l’on manie quand, deux siècles auparavant, dans le Lai de Tydorel, les fictions occupant les nuits d’insomnie maléfique étaient purement oralisées41.

  • 42 Aldebrandin de Sienne recommande, pour chasser la mélancolie, de « purgier l’umeur », d’« user lai (...)

15Si la comparaison établie par Évrart de Conty entre lecture et récitation pieuse paraît plaider en faveur d’une absence de spécificité de l’écrit, auquel ne sont pas prêtées de vertus dormitives propres, d’autres discours normatifs intègrent cette mobilisation du livre à un dispositif thérapeutique. L’étude des différentes versions du Régime du corps d’Aldebrandin de Sienne menée par Glending Olson tend à le prouver : les versions du XVe siècle, là où les manuscrits antérieurs ne mentionnaient pas la lecture, ajoutent des références à cette activité. Dans ces témoins plus tardifs s’établit une connexion explicite entre la lecture et l’équilibre des humeurs42. Le rapport au sommeil tel qu’il est représenté dans les fictions confirme ce poids croissant de l’écrit.

Nuits de veille et d’insomnie

  • 43 Caesarius von Heisterbach 1851, distinctio IV (De tentatione), capitulum XXXVI « De domino Gevardo (...)

16L’anecdote rapportée par Césaire de Heisterbach est fameuse : le seul nom d’Arthur réveille les moines endormis par le prêche de leur abbé quand ce dernier interrompt son sermon43. C’est la puissance évocatrice du simple nom et de l’univers de fiction qui lui est attaché qui ranime les moines assoupis, au grand dam de leur abbé. Les livres, dans leur matérialité, s’ils ne semblent pas pouvoir à proprement parler réveiller le lecteur somnolent, peuvent du moins le maintenir éveillé.

  • 44 « He added a book that gladly, nyght and day, | For his desport he wolde rede alway ; | He cleped (...)
  • 45 Ibid., p. 115, v. 788 sq. (voir Marie de France 2018, p. 187, v. 239 sq.).

17Dans The wife of Bath de Geoffrey Chaucer, une femme rapporte qu’elle est devenue sourde, frappée par le cinquième de ses époux, un clerc qui l’a violentée après qu’elle a arraché des pages à l’un de ses livres fétiches, un recueil d’histoires de femmes condamnables qu’il ne cessait de lire, nuit et jour, pour se détendre44. Un soir, ce clerc raconte en effet à la narratrice l’histoire d’Ève, de Déjanire, des deux épouses de Socrate, de Clytemnestre... S’apercevant qu’il ne lâchera pas le livre de la soirée, la narratrice en arrache trois pages, décoche un violent coup sur la joue de son époux et fait ensuite brûler le livre, à l’instar de Vénus qui, dans Le Lai de Guigemar, est représentée jetant au feu les Remedia amoris d’Ovide45. Chez Chaucer, le recueil d’écrits misogynes qui tient son lecteur éveillé par sa puissance comique – le clerc en question est représenté s’esclaffant – est détruit, la disparition de l’objet coupable permettant non seulement le possible retour du sommeil, mais aussi le rétablissement de la paix du ménage. C’est le livre en tant que tel qui affecte le corps, en déclenchant le rire et la veille, et qui est affecté en retour dans son intégrité matérielle.

  • 46 Charles d’Orléans 1992, « Balade 8 », p. 74-76. Voir, sur ce motif, Mühlethaler 2010, et notamment (...)

18Transposant métaphoriquement une scène de lecture qui maintient éveillé, Charles d’Orléans, dans sa ballade « Ainsi je laisse le dormir », exploite le topos du poète au lit46. Scindant le moi lyrique en un je qui souhaite trouver le repos et un cœur insomniaque qui s’adonne frénétiquement à la lecture, la ballade donne à voir le combat des yeux fatigués et du cœur plongé dans un ouvrage imageant le sentiment amoureux : selon une inversion frappante, l’organe de la lecture est alors le cœur, et non les yeux qui luttent contre le sommeil :

  • 47 Charles d’Orléans 1992, « Balade 8 », v. 1 sq.

Quant je suy couschié en mon lit,
Je ne puis en paix reposer ;
Car toute la nuit mon cueur lit
Ou rommant de plaisant penser
Et me prie de l’escouter47.

  • 48 Ce double régime est inscrit dans la lettre même du texte : « Ce livre si est tout escript | Des f (...)

19Le livre, pour métaphorique qu’il soit, est ici fait pour être lu ou écouté48 ; figuration de la mémoire et de l’intériorité, il est ce qui empêche le poète, pourtant harassé, de s’endormir.

  • 49 « Si ne vous devés mervillier | Se penser, muser et veillier, | Plourer, souspirer et gemir | Me c (...)
  • 50 « Guillaume de Machaut se présente maniant un livre pour se désennuyer, contact physique où la mai (...)
  • 51 Voir notamment, sur ces scènes de lecture, Cerquiglini-Toulet 1994.
  • 52 Christine de Pizan 2000, v. 173.
  • 53 Ibid., v. 311.
  • 54 Christine de Pizan 1998, p. 40.
  • 55 « En ceste pensee fus tant et si longuement fort fichee que il sembloit que je feusse si comme per (...)

20Si certains livres, comme ces deux derniers exemples le montrent, retardent l’arrivée du sommeil parce qu’ils suscitent d’intenses émotions, d’autres réconfortent le sujet insomniaque. Le poète, dans Le Voir Dit, lit ainsi « pour se desanuier » lorsqu’il connaît des troubles du sommeil49. Le verbe desanuier doit être entendu dans son sens fort, ennui désignant une souffrance profonde ; la lecture du livret que le lecteur manipule autant qu’il le parcourt a pour fonction d’apporter du réconfort50. C’est ce rôle que joue la lecture dans l’œuvre de Christine de Pizan, notamment celle qui est mise en scène aux seuils du Chemin de longue étude et de La Cité des dames, dans deux scènes déjà abondamment commentées51. Un soir d’octobre 1402, Christine se trouve dans une « estude petite52 » et décide de lire afin, si ce n’est de se délivrer de sa peine, du moins de passer le temps. C’est La Consolation de Philosophie qui remplit cet office à merveille. Il est toutefois l’heure de se coucher, et la lecture est interrompue. Christine ne parvient pas à trouver le sommeil et plonge « en un grant penser53 ». Finalement, cette méditation sur l’état du monde endort Christine et c’est en songe que la Sibylle de Cumes lui apparaît. Dans La Cité des dames, lasse d’avoir trop travaillé, Christine cherche à se divertir et entreprend la lecture d’un ouvrage misogyne, Les Lamentations de Matheolus54. À peine la lecture entamée, sa mère l’appelle à table, et la découverte du texte doit être reportée. Le lendemain matin, la lecture de ce livre plonge Christine dans un état de letargie55. C’est dans cet état, se lamentant, qu’elle voit descendre sur son giron un rayon de lumière – alors qu’elle est recluse dans une cellule obscure –, qui la fait tressaillir et lui donne l’impression de la réveiller. La lecture donne naissance à la vision, car trois dames, Raison, Droiture et Justice, lui apparaissent alors.

  • 56 Pomel 2003.
  • 57 Leroux 2017, p. 134 (l’autrice insiste sur le fait que cette étiologie diffère au sein du corpus a (...)
  • 58 Cerquiglini-Toulet 2006, p. 20.

21Dans ces deux scènes liminaires, la lecture et la manipulation du livre ont une fonction initiale de remède ou de divertissement56. La lecture met l’autrice dans des états seconds, de nature différente, grant penser ou letargie, qui débouchent en définitive sur un songe ou une vision. C’est à chaque fois le contenu du livre qui influe sur l’état psychosomatique de la lectrice : l’ouvrage de Boèce suscite une activité réflexive qui la maintient éveillée, Les Lamentations de Matheolus l’engourdissent. On est donc loin du propos aristotélicien qui explique le comportement du lecteur par une pathologie ou par une étiologie d’ordre thermique57. Chez Christine de Pizan, l’attention est maintenue par un ouvrage apaisant mais un livre au contenu terrifiant provoque la torpeur. L’influence du livre sur la veille ne doit ainsi rien aux caractéristiques de la lectrice mais bel et bien à celles du texte lu. Dans les deux cas, la lecture est par ailleurs prise dans un dispositif d’avènement de la vision ou du songe ; pour le dire avec les mots de Jacqueline Cerquiglini-Toulet, la lecture est « inductrice d’écriture58 ». Les effets somatiques de l’écrit sur leur lectrice tels qu’ils sont représentés dans ces prologues participent de la construction d’une figure d’autrice qui sait se repérer dans sa bibliothèque, qui choisit ses livres avec discernement, sait y trouver ce qu’elle y cherche, et sait y répondre lorsqu’ils l’horripilent.

Sous l’oreiller, entre les mains : de la lecture à l’écriture

  • 59 Voir les remarques d’I. Rosier-Catach dans Bériou et al. 2014, p. 540 sq.
  • 60 Flamenca 2014, v. 7127 sq.
  • 61 Sur ces gestes comparables à ceux de Guillaume avec le psautier dans le même roman, Brunel 1999, p (...)

22À la différence de la parole, par nature éphémère et impalpable, le texte écrit induit un lien physique avec son lecteur59. La littérature joue volontiers des effets de cette matérialité, et certaines figures, à l’instar de Christine de Pizan, manient des livres ou des lettres à l’heure du coucher. C’est notamment le cas de Flamenca, qui reçoit un salut d’amour de la part de celui qu’elle aime, Guillaume. Avec ses compagnes, elles l’apprennent par cœur, le plient et le déplient, en en prenant grand soin60. Le contact avec le support tangible est essentiel : chaque soir, Flamenca se couche avec ce salut d’amour, embrasse l’image de Guillaume qui y est représentée et fait en sorte que son portrait et celui de son amant soient repliés l’un sur l’autre. Souvent, elle place ce salut contre son cœur et a l’impression de sentir battre celui de Guillaume61, selon une stratégie érotique de substitution propre à combler l’absence de l’être désiré.

  • 62 Voir la notice chevech du Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du (...)
  • 63 Voir la notice chevet du Dictionnaire du Moyen Français (http://www.atilf.fr/dmf/).
  • 64 Sur le livre de chevet et ces « pouvoirs de la contiguïté », voir Dumora 2018, p. 19 sq.
  • 65 Ermenrich d’Ellwangen 2008, § 24, p. 140‑141. Cet exemple est l’un des cauchemars monastiques anal (...)

23Objet fétiche, le support écrit – message amoureux, livre d’étude ou ouvrage de divertissement – peut aussi être glissé sous l’oreiller. C’est alors un livre de chevet, au sens propre, puisque chevet désigne dans l’ancienne langue « la partie du lit où l’on pose sa tête62 » puis, par métonymie, « le traversin placé à la tête du lit63 ». La tête du dormeur, posée sur le livre, est en contact direct avec lui et son contenu peut infuser pendant son sommeil. Il s’agit là de s’endormir volontairement et à la lettre sur un livre qui, par la puissance de la contiguïté, influe directement sur le dormeur64. Un exemple ancien de cette influence possible du livre est donné par Ermenrich d’Ellwangen qui, dans sa Lettre à Grimald, écrite dans les années 850, demande notamment à l’abbé de l’autoriser à s’intéresser à Virgile. Feignant d’être pris de regrets, il raconte comment, après avoir lu Virgile, il lui est plusieurs fois arrivé de poser le livre sous sa tête, de s’endormir dessus et de voir apparaître en songe un terrifiant monstre noir ; en se réveillant, il se signait, jetait son livre au loin et replongeait dans un sommeil apaisé65.

  • 66 « Of usage —what for lust and what for lore— | On bokes rede I ofte, as I yow tolde. | But wherfor (...)
  • 67 Ibid., v. 99-112.

24La contiguïté peut toutefois être moins littérale : un texte de Geoffrey Chaucer montre que le livre de chevet, au sens cette fois de livre que l’on pose sur sa table de nuit à l’heure de s’endormir, affecte la nature du songe. C’est ce que le narrateur du Parliament of Fowls fait valoir. Ce grand lecteur passe toute une journée à dévorer le Songe de Scipion66. La journée lui paraît bien brève, mais la lumière décline et il doit se coucher. Épuisé, il s’endort et voit apparaître en songe l’Africain qu’avait vu Scipion. Le narrateur explicite ensuite le lien entre le contenu de son rêve et le contenu du livre, dressant un parallèle avec le chasseur qui, couché dans son lit, a l’esprit qui s’en retourne aussitôt au bois, avec le juge qui rêve du cours de ses procès, le charretier qui songe que sa charrette est partie67… De la même manière, le livre influe sur les songes et peuple de personnages de fiction le sommeil de son lecteur : la fréquentation du livre est conçue comme une activité quotidienne parmi d’autres, qui affecte et modèle les rêves.

  • 68 Un indice de la parenté entre le sommeil et la fiction tient à la chose suivante, rappelée par S. (...)
  • 69 « En veillant avoie leü, | Considere et bien veü | Le biau roumans de la Rose. | Bien croi que ce (...)
  • 70 Adgar 1982, miracle XXVI, v. 849 sq. (voir Bretel 2008, p. 154-155). On retrouve ce même dispositi (...)
  • 71 « Lors tout acoup je m’esveillay | Et le livre pres de moy trouvoie, | De quoy forment me esmervei (...)
  • 72 Sur ces textes et l’état de dorveille comme « tremplin grâce auquel on aboutit à un état d’esprit (...)
  • 73 « Adonc soudainement m’esveille, comme celluy qui tresgrandement desira voir materiellement et de (...)
  • 74 Sur le songe comme « lieu d’incubation de l’œuvre », Pomel 2008, p. 120 sq.

25La lecture entretient toutefois un rapport singulier avec le sommeil, dans la mesure où tous deux ouvrent à un espace fictionnel68. Les scènes de lecture débouchent volontiers sur un songe et sont génératrices de fiction : c’est le rôle qu’elles jouent chez Christine de Pizan ou chez Geoffrey Chaucer, qui en font un usage aux seuils de leurs œuvres. Guillaume de Digulleville présente quant à lui le Pèlerinage de vie humaine comme un songe suscité par la lecture du Roman de la Rose69. La trajectoire est donc la suivante : le livre endort son lecteur, qui fait un songe qu’il donne ensuite à lire à ses propres lecteurs. Le livre suscite le sommeil, non parce qu’il ennuie, mais parce qu’il projette dans un univers de fiction ; en retour, le songe donne naissance à une nouvelle œuvre. Certains textes donnent à voir de façon littérale ce mouvement qui, du sommeil, débouche sur le livre. La littérature profane de la fin du Moyen Âge, pour attester l’authenticité des effets de l’écrit, s’empare d’un dispositif miraculeux, tel qu’on le trouve par exemple dans la version d’Adgar du miracle de Théophile : ce dernier s’y réveille, après avoir reçu la visite de Notre Dame au cours d’une avision, en trouvant sur sa poitrine le texte du pacte qu’il avait signé avec le diable et que la Vierge y avait déposé pendant qu’il dormait70. Trois siècles plus tard, le narrateur du Chevalier des dames ne peut trouver le sommeil. Il s’endort finalement et voit apparaître Nature qui lui demande de prendre de l’encre et du parchemin. Il œuvre alors en secrétaire des aventures auxquelles il assiste en rêve et se réveille, à la fin du texte, un livre entre les mains, empreinte tangible de son expérience onirique71. De la même façon, le narrateur des Lunettes des princes de Jean Meschinot se met au lit « las et traveillé » et Dame Raison lui apparaît alors qu’il est plongé dans un état intermédiaire, entre la veille et le sommeil72. Dans cette vision, Raison lui donne « un petit livret » qu’il trouve à son réveil « soubz le chevet de [son] lit73 ». La suite de l’ouvrage est présentée comme le produit du songe et comme le contenu du livre que le narrateur tient entre ses mains74.

  • 75 Martin Le Franc 1887, p. 424.
  • 76 Sur la figure du livre telle qu’elle est élaborée dans ce texte, Cerquiglini-Toulet 1993 et Swift (...)

26Ces récits métaleptiques, qui enjambent les seuils de la fiction et opèrent des transgressions des niveaux narratifs, confèrent une importance cruciale à la matérialité du livre : l’objet, envisagé comme un trait d’union entre le monde du sommeil et celui de la veille, passe de la virtualité du songe aux mains de figures auctoriales impliquées dans les récits. Il apparaît ainsi comme une preuve du lien établi entre le sommeil et la création littéraire. Dans la « Complainte du livre du Champion des Dames a maistre Martin Le Franc son acteur », l’auteur se trouve dans son lit, endormi, « en la fin de [son] premier somme », et rêve qu’il entre dans son étude pour lire « maint livre et mainte somme75 ». Apparaît alors son propre livre, Le Champion des dames, démembré, abîmé par des coups de couteaux, qui se plaint des traitements qu’il a endurés76. L’auteur, une fois endormi, se rêve en lecteur puis se met en scène manipulant son livre, le prenant entre ses bras et le réconfortant. On assiste ici à un double renversement. D’une part la lecture vespérale n’annonce pas l’endormissement, mais c’est le songe qui sert de cadre narratif à cette scène de lecture. D’autre part, ce n’est plus le livre qui apporte la consolation, puisqu’il a acquis une autonomie qui le hisse au rang de personnage de fiction demandant des comptes à son propre auteur ; la parole est donnée à l’objet, qui déplore notamment d’avoir été relégué sur des étagères et d’avoir pris la poussière. L’auteur doit s’occuper de son propre ouvrage : il n’est plus tant question de thérapie par le livre que de thérapie pour le livre. Ce passage des propriétés curatives du livre aux soins qui doivent lui être prodigués paraît symptomatique d’un certain rapport à l’intimité : le livre entre dans l’espace caméral et, à ce titre, mérite toutes les attentions. Le texte de Martin Le Franc s’inscrit ainsi dans le mouvement de développement d’une bibliophilie caractéristique de la fin du Moyen Âge, dont le Philobiblon de Richard de Bury est emblématique. Dans le chapitre XVII consacré au soin à apporter à la manipulation des livres, ce texte met en garde les étudiants négligents : il faut faire attention au nez qui coule, à la salive qui pourrait se retrouver sur les pages ou encore à la nourriture susceptible de tomber sur les feuillets. Il est aussi impératif de se méfier du lecteur paresseux, qui risque d’abîmer le livre en s’endormant dessus :

  • 77 Richard de Bury 1856, p. 271.

Quid plura! statim duplicatis cubitis, reclinatur in codicem, et per breve studium, soporem invitat prolixum; ac pro reparandis rugis, limbos replicat foliorum, ad libri non modicum detrimentum.77

  • 78 Sur les rapports complexes et paradoxaux du corps au livre dans le Philobiblon, dans lequel le liv (...)

27Dans le contexte d’une attention accrue apportée à l’objet, le sommeil dans lequel ce dernier plonge son lecteur est envisagé d’un point de vue très pratique, celui des dommages causés par l’assoupissement à l’intégrité matérielle du volume78. Si l’on voit poindre un jugement moral condamnant le lecteur somnolent, c’est aussi par amour pour le livre que chacun est invité à le ménager et, pour ce faire, à rester bien éveillé.


  • 79 J.‑J. Vincensini arrive à la même conclusion à propos du bâillement : « Finalement, on bâille peu (...)

28 Objet concret qui ouvre à un espace immatériel, le livre, lorsqu’il affecte des corps dans des textes de fiction, participe essentiellement de la construction de figures d’auteurs gratte-papiers ou de lecteurs insomniaques qui trouvent l’inspiration à la faveur de leurs lectures. Car, même lorsqu’il endort, le livre redonne des forces, dans la mesure où le sommeil suscité par la lecture est un expédient pour revigorer un auteur épuisé. Le point de départ de cette enquête était l’ambivalence attachée à la figure du lecteur endormi qui, comme Pantagruel, peut sembler représenter un récepteur inattentif et coupable. Les textes analysés tendent à montrer que les lecteurs médiévaux qui s’assoupissent sur leurs livres ne le font pas par ennui79, mais parce qu’ils sont fatigués d’avoir trop lu ou parce que le livre a produit un véritable effet sur leur corps, les plongeant dans l’apathie ou leur apportant le sommeil désiré.

  • 80 « […] de ce n’est il mie doubte que c’est plus noble chose de veillier que de dormir et que veilli (...)
  • 81 « […] Non pas en dormant në en songe, | Mais tout en veillant sans menchonge. », Les Eschés amoure (...)

29En somme, la littérature ne paraît guère s’emparer des distinctions établies par le discours médical et ce dernier n’a eu qu’une influence ténue sur les représentations littéraires des pouvoirs de la lecture. Certes, la proximité de la fiction et du songe conduit volontiers à raconter des histoires avant de se coucher, conformément à ce que conseillent les régimes de santé, l’une se donnant comme le prélude de l’autre. Chez un médecin comme Évrart de Conty, la distinction physiologique entre le sommeil et la veille s’assortit d’une distinction morale : la veille est présentée comme plus noble que le sommeil80. C’est sans doute comme cela qu’il faut comprendre chez lui le glissement du modèle traditionnel du songe allégorique, qui est celui du Roman de la Rose qu’il réécrit dans Les Eschés amoureux, à celui de la vision en veillant81 : l’ouvrage qu’il rédige ne doit pas tomber des mains. Il s’offre comme une fiction qui maintient les yeux grands ouverts, et non comme une histoire à dormir debout.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Adgar 1982 = Adgar, Le Gracial, éd. P. Kunstmann, Ottawa, Éditions de l'Université d'Ottawa, 1982.

Aldebrandin de Sienne 1911 = Aldebrandin de Sienne, Le Régime du corps, éd. L. Landouzy, R. Pépin, Paris, Honoré Champion,1911.

Aristote 2000 = Aristote, Du Sommeil et de la veille, dans Petits traités d’histoire naturelle (Parva naturalia), trad. P.-M. Morel, Paris, Flammarion, 2000, p. 121‑137.

Aristote 2002 = Aristote, Problèmes, tome II, Sections XI-XXVII, éd. et trad. P. Louis, Paris, Les Belles Lettres, 2002 (1re édition 1993).

Arnaldus de Villanova 1996 = Arnaldus de Villanova, Opera medica omnia. X.1. Regimen sanitatis ad regem Aragonum, éd. L. García-Ballester, M.R. McVaugh, Barcelone, Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1996.

Caesarius von Heisterbach 1851 = Caesarii Heisterbacensis monachi ordinis cisterciensis dialogus miraculorum, vol. 1, éd. J. Strange, Cologne-Bonn-Bruxelles, J.M. Heberle, 1851.

Charles d’Orléans 1992 = Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, éd. J.-Cl. Mühlethaler, Paris, Librairie générale française, 1992.

Chaucer 1988 = Geoffrey Chaucer, The riverside Chaucer, éd. L.D. Benson, Oxford, Oxford University Press, 1988 (3e éd.).

Le Chevalier des dames du Dolent Fortuné 1990 = Le Chevalier des dames du Dolent Fortuné. Allégorie en vers de la fin du XVe siècle, éd. J. Miquet, Ottawa, Presses de l'Université d'Ottawa, 1990.

Christine de Pizan 1998 = Christine de Pizan, La Città delle Dame, éd. P. Caraffi et E.J. Richards, Milan, Luni, 1998 (1re édition 1997).

Christine de Pizan 2000 = Christine de Pizan, Le Chemin de longue étude, éd. A. Tarnowski, Paris, Librairie générale française, 2000.

Ermenrich d’Ellwangen 2008 = Ermenrich d’Ellwangen, Lettre à Grimald, éd. et trad. M. Goullet, Paris, CNRS, 2008.

Les Eschés amoureux 1904 = H. Abert, Die Musikästhetik der Échecs amoureux, dans Romanische Forschungen, 15-3, 1904, p. 884‑925.

Les Eschés amoureux 2013 = Les Eschéz d’Amours. A critical edition of the poem and its Latin glosses, éd. G. Heyworth & D. E. O’Sullivan, avec F. Coulson, Leyde‑Boston, Brill, 2013.

Évrart de Conty, Le Livre des problemes, Paris, BNF, fr. 24281-24282.

Évrart de Conty 1993 = Évrart de Conty, Le Livre des eschez amoureux moralisés, éd. Fr. Guichard-Tesson et B. Roy, Montréal, CERES, 1993.

Flamenca 2014 = Flamenca, éd. Fr. Zufferey, Paris, Librairie générale française, 2014.

Guillaume de Deguileville, 1893 = Guillaume de Deguileville, Le Pelerinage de vie humaine, éd. J.J. Stürzinger, Londres, Nichols and Sons, 1893.

Guillaume de Machaut 1999 = Guillaume de Machaut, Le Livre du voir dit, éd. P. Imbs, rév. J. Cerquiglini‑Toulet, Paris, Librairie générale française, 1999.

Jean Froissart 1979 = Jean Froissart, Le Dit dou florin, in Dits et débats, édA. Fourrier, Genève, Droz, 1979, p. 175-190.

Jean Froissart 2007 = Jean Froissart, Chroniques. Livre III. Le manuscrit Saint-Vincent de Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 865, éd. P.F. Ainsworth, tome I, Genève, Droz, 2007.

Le Livre du Graal, I, 2001 = Le Livre du Graal, I, éd. D. Poirion et al., Paris, Gallimard, 2001.

Le Livre du Graal, II, 2003 = Le Livre du Graal, II, éd. D. Poirion et al., Paris, Gallimard, 2003.

Marie de France 2018 = Guigemar, dans Lais bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. N. Koble et M. Séguy, Paris, Honoré Champion, 2018, p. 168-238.

Jean Meschinot 1972 = Jean Meschinot, Les Lunettes des princes, éd. Chr. Martineau-Genieys, Genève, Droz, 1972.

Martin Le Franc 1887 = G. Paris, Un Poème inédit de Martin le Franc, dans Romania, 16, 1887, p. 383-437.

Petrus de Abano 1482 = Petrus de Abano, Expositio problematum Aristotelis cum textu, Venise, 1482.

Pierre Alphonse 1911 = Die Disciplina Clericalis des Petrus Alfonsi (das älteste Novellenbuch des Mittelalters) nach allen bekannten Handschiften, éd. A. Hilka, W. Söderhjelm, Heidelberg, C. Winter, 1911.

Proust 1987 = M. Proust, À la recherche du temps perdu, I, éd. J.‑Y. Tadié (dir.), Paris, Gallimard, 1987.

Rabelais 1994 = F. Rabelais, Œuvres complètes, éd. M. Huchon avec la collab. de F. Moreau, Paris, Gallimard, 1994.

Richard de Bury 1856 = Richard de Bury, Philobiblion, excellent traité sur l'amour des livres, éd. et trad. H. Cocheris, Paris, A. Aubry, 1856.

Tacuinum 1991 = C. Opsomer, L’Art de vivre en santé. Images et recettes du Moyen Âge. Le Tacuinum Sanitatis (manuscrit 1041) de la Bibliothèque de l’Université de Liège, Alleur, Éditions du Perron, 1991.

Tacuinum 1995 = D. Poirion et Cl. Thomasset, L’art de vivre au Moyen Âge. Codex vindobonensis series nova 2644 conservé à la bibliothèque nationale d’Autriche, Paris, Éditions du Félin, 1995.

Tydorel 2018 = Tydorel, dans Lais bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. N. Koble et M. Séguy, Paris, Honoré Champion, 2018, p. 742‑773.


Études secondaires

Bériou et al. 2014 = N. Bériou, J.‑P Boudet, I. Rosier-Catach (dir.), Le pouvoir des mots au Moyen Âge, Turnhout, 2014.

Bouchet 2008 = F. Bouchet, Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, 2008.

Bouchet 2009 = F. Bouchet, Froissart à la cour de Gaston Febus : lire et être lu, dans V. Fasseur (dir.), Froissart à la cour de Béarn. L’écrivain, les arts et le pouvoir, Turnhout, 2009, p. 179-190.

Bouchet 2014 = F. Bouchet, Les cinq sens du lecteur médiéval, dans K. Ueltschi (dir.), L’Univers du livre médiéval. Substance, lettre, signe, Paris, 2014, p. 289‑305.

Bretel 2008 = P. Bretel, L’expérience du sommeil dans la Vie des Pères et dans les Miracles de la Vierge, dans Chr. Ferlampin-Acher et al. (dir.), Actes du colloque « Sommeil, songes et insomnies » (28-29 septembre 2006), dossier dans Perspectives médiévales, juillet 2008, p. 145‑163.

Briggs 2000 = C.F. Briggs, Historiographical essay: literacy, reading, and writing in the medieval West, dans Journal of Medieval History, 26-4, 2000, p. 397-420.

Brunel 1999 = G. Brunel, Autour de Flamenca, quelques lectrices occitanes médiévales. De la lectrice à l’art d’aimer, dans A. Rieger, J.-Fr. Tonard (dir.), La lecture au féminin. La Lectrice dans la littérature française du Moyen Âge au XXe siècle, Darmstadt, 1999, p. 77‑87.

Camille 1997 = M. Camille, The book as flesh and fetish in Richard de Bury’s Philobiblon, dans D.W. Frese, K. O’Brien O’Keeffe (dir.), The book and the body, Notre Dame-Londres, 1997, p. 34‑77.

Cappellen 2015 = R. Cappellen, Présence et absence de l’ancien roman chez Rabelais (Héliodore, Achille Tatius, Apulée, Pétrone), dans C. Bost-Pouderon, B. Pouderon (dir.), La réception de l’ancien roman de la fin du Moyen Âge au début de l’époque classique, Lyon, 2015, p. 111‑131.

Cerquiglini-Toulet 1993 = J. Cerquiglini-Toulet, L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Âge : pratiques de lecture, théorie de l'écriture, dans MLN, 108-4, French Issue, Sept. 1993, p. 680‑695.

Cerquiglini-Toulet 1994 = J. Cerquiglini-Toulet, Fondements et fondations de l'écriture chez Christine de Pizan. Scènes de lecture et scènes d'incarnation, dans M. Zimmermann, D. De Rentiis, The city of scholars: new approaches to Christine de Pizan, Berlin-New York, 1994, p. 79‑96.

Cerquiglini-Toulet 2006 = J. Cerquiglini-Toulet, La scène de lecture dans l’œuvre littéraire au Moyen Âge, dans D. Bohler (dir.), Le goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006, p. 13‑26.

Chandelier 2015 = J. Chandelier, Le sommeil, ses causes et son origine selon les médecins arabes et leurs commentateurs latins, dans V. Leroux et al. (dir.) Le sommeil. Approches philosophiques et médicales de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 2015, p. 323‑338.

Delisle 1896 = L. Delisle, Tacuinum sanitatis in medicina. Ein veronesisches Bilderbuch und die höfische Kunst des XIV. Jahrhunderts. Von Julius von Schlosser, dans Journal des savants, septembre 1896, p. 518-540.

Douchet 2008 = S. Douchet, « Si ne pot li rois dormir » : à propos de l’insomnie du roi dans la Première continuation, dans Chr. Ferlampin-Acher et al. (dir.), Actes du colloque « Sommeil, songes et insomnies » (28-29 septembre 2006), dossier dans Perspectives médiévales, juillet 2008, p. 247‑268.

Dumora 2018 = F. Dumora, S’endormir en lisant. Variations littéraires et picturales sur le livre de chevet, dans A. Preda, E. Sparvoli (dir.), Livres de chevet de Montaigne à Mitterrand. Convegno internazionale di studi – Gargagno – Palazzo Feltrinelli 15-17 giugno 2017, 2018, Milan, p. 15‑26.

Foehr-Janssens 2007 = Y. Foehr-Janssens, Songes creux et insomnies dans les récits médiévaux (fabliaux, dits, exempla), dans A. Corbellari, J.-Y. Tilliette (dir.), Le rêve médiéval, Genève, 2007, p. 111‑136.

Fritz 2008 = J.M. Fritz, De Quelques Sons somnifères dans la littérature du Moyen Âge : berceuses et goutte à goutte, dans Chr. Ferlampin-Acher et al. (dir.), Actes du colloque « Sommeil, songes et insomnies » (28-29 septembre 2006), dossier dans Perspectives médiévales, juillet 2008, p. 15‑29.

Goody 2007 = J. Goody, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, coord. J.-M. Privat, trad. C. Maniez, Paris, 2007.

Leroux 2017 = V. Leroux, Les effets soporifiques de la parole et de la lecture d’Aristote aux médecins médiévaux et humanistes, dans A. Pietrobelli (dir.), Soigner par les lettres. La bibliothérapie des Anciens, dossier dans Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens, 15, 2017, p. 123‑140.

McGrady 2012 = D. McGrady, Reading for authority: portraits of Christine de Pizan and her readers, dans S. Partridge, E. Kwakkel (dir.), Author, reader, book. Medieval authorship in theory and practice, Toronto, 2012, p. 154‑177.

Mühlethaler 2010 = J.-C. Mühlethaler, Le prince-poète au lit : jeux avec l’horizon d’attente dans l’œuvre de Charles d’Orléans, dans D. Hüe, M.-J. Arn (dir.), Lectures de Charles d’Orléans : les ballades, Rennes, 2010, p. 109‑124.

Nicoud 2007 = M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge, Rome, 2007.

Olson 1982 = G. Olson, Literature as Recreation in the Later Middle Ages, Ithaca, 1982.

Petrucci 1984 = A. Petrucci, Lire au Moyen Âge, dans MEFRM, 96-2, 1984, p. 603‑616.

Pomel 2003 = F. Pomel, S’écrire en lectrice. Les métamorphoses de Christine de Pizan dans le Chemin de longue étude, dans I. Brouards-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, 2003, p. 215‑230.

Pomel 2008 = F. Pomel, Songes d’incubation et incubation de l’œuvre, dans Chr. Ferlampin-Acher et al. (dir.), Actes du colloque « Sommeil, songes et insomnies » (28-29 septembre 2006), dossier dans Perspectives médiévales, juillet 2008, p. 107‑125.

Roussel 1982 = C. Roussel, Dieu écrivain et ses lecteurs dans l’Estoire del Saint Graal, dans A. Montandon (dir.), Le Lecteur et la lecture dans l’œuvre. Actes du Colloque International de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand,1982, p. 163‑176.

Sabry 1993 = R. Sabry, Les lectures des héros de romans, dans Poétique, 94, 1993, p. 185‑204.

Seretti 2015 = M. Seretti, Figures d’endormis et théories du sommeil de la fin du Moyen Âge à l’aube de l’époque moderne. Le sommeil profond et ses métaphores dans l’art de la Renaissance, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2015.

Stanesco 1988 = M. Stanesco, « Entre sommeillant et esveillé ». D’une technique chevaleresque à une expérience poétique, dans Jeux d’errance du chevalier médiéval. Aspects ludiques de la fonction guerrière dans la littérature du Moyen Âge flamboyant, Leyde-New York-Copenhague-Cologne, 1988, p. 148‑172.

Swift 2006 = H. Swift, Martin Le Franc et son livre qui se plaint. Une petite énigme à la cour de Philippe le Bon, dans T. Van Hemelryck et al. (dir.), L'écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, Turnhout, 2006, p. 329‑342.

Tilliette 2007 = J.‑Y. Tilliette, Belles-Lettres et mauvais rêves. De quelques cauchemars monastiques des Xe et XIe siècles, dans A. Corbellari, J.‑Y. Tilliette (dir.), Le rêve médiéval, Genève, 2007, p. 12‑36.

Van Hemelryck 2010 = T. Van Hemelryck, Mascher l’escripture. Livre, Lecture et nourriture aux XIVe et XVsiècles, dans N. Labère (dir.), Être à table au Moyen Âge, Madrid, 2010, p. 235‑245.

Vincensini 2008 = J.‑J. Vincensini, À propos du bâillement dans la narration médiévale. Bref périple lexico-culturel, dans Chr. Ferlampin-Acher et al. (dir.), Actes du colloque « Sommeil, songes et insomnies » (28-29 septembre 2006), dossier dans Perspectives médiévales, juillet 2008, p. 31‑45.

Vitz 2004 = E.B. Vitz, La lecture érotique au Moyen Âge et la performance du roman, dans Poétique, 137-1, 2004, p. 35‑51.

Haut de page

Notes

1 Pour une typologie des lectures des héros de roman, voir Sabry 1993.

2 Proust 1987, p. 3.

3 « Et restions tous pensifz, matagrabolisez, sesolfiez et faschez : sans mot dire les uns aux aultres. Pantagruel, tenent un Héliodore Grec en main sus un transpontin au bout des Escoutilles, sommeilloit. Telle estoit sa coustume, que trop mieulx par livre dormoit, que par cœur. » (Rabelais 1994, p. 687)

4 Pour une interprétation de ce passage, voir Cappellen 2015, p. 117 sq.

5 « Si atournoit si Merlin toutes les eures qu’il venoit a li parler qu’il dormoit tout errant, car ele metoit sor ses ainnes .ii. nons de conjurement, que ja tant com il i fuissent, ne le peüst ja nus hom despuceler ne jesir a li charnelment. », Le Livre du Graal, II, 2003, p. 46. Outre cette mention dans le Lancelot en prose, voir aussi la version donnée dans la Suite Vulgate (Le Livre du Graal, I, 2001, p. 1224).

6 Cerquiglini-Toulet 2006 et Vitz 2004.

7 Bouchet 2008, p. 23-55, en particulier p. 24.

8 Voir, à titre d’exemple : « Sachiés que li dormirs, s’il est fait selonc ce qu’il doit, il garde mont le santé du cors por ce qu’il fait bien le viande cuire, et boines humeurs engerrer […] » (Aldebrandin de Sienne 1911, p. 21).

9 Nous n’avons pas pris en compte le corpus iconographique. Pour une étude des représentations artistiques du dormeur dans l’art de la fin du Moyen à Âge à l’aube de l’époque moderne, voir Seretti 2015. Pour une étude littéraire et picturale de la représentation des lecteurs assoupis, voir Dumora 2018.

10 Aristote 2000.

11 Aristote 2002, p. 85‑91 (Οσα περὶ φιλολογίαν) ; voir les problèmes 1 et 7 de cette section. Pour une étude de ces textes complexes et de certaines de leurs lectures médiévales, voir Leroux 2017, p. 132‑140.

12 Évrart de Conty, Le Livre des problemes, Paris, BnF, fr. 24282, fol. 22v°.

13 Ibid., fol. 22r°.

14 Idem.

15 Aristote 2002, p. 88 et p. 90-91, et Petrus de Abano 1482, « Decimaoctava particula », « Primum problema » et « Septimum problema ».

16 Évrart de Conty, Le Livre des problemes, Paris, BNF, fr. 24282, fol. 22v°.

17 V. Leroux note que c’est ce mécanisme de l’attention qui intéresse en effet les médecins médiévaux et humanistes lorsqu’ils réfléchissent aux effets soporifiques de la lecture (Leroux 2017, p. 138).

18 G. Heyworth et D. O’Sullivan, éditeurs des Eschés amoureux en vers, réfutent l’attribution de ce poème à Évrart de Conty (voir Les Eschés amoureux 2013, p. 31-39) mais, à l’instar de la majorité des chercheurs, nous ajoutons ce texte en vers au corpus évrartien.

19 Évrart de Conty 1993, p. 2‑3. Pour un commentaire de cette citation, voir Bouchet 2008, p. 64‑65, et Bouchet 2014, p. 304.

20 La musique « garist de pluseurs maladies », Évrart de Conty 1993, p. 191. La même idée est exprimée dans la traduction des Problemata (Paris, BNF, fr. 24282, fol. 27v) ; on la trouve esquissée dans Les Eschés amoureux en vers (Les Eschés amoureux 1904, p. 914, v. 1163‑1165).

21 Nicoud 2007, p. 154‑160. L’autrice rappelle que Galien n’a pas employé cette expression.

22 Chandelier 2015.

23 Fritz 2008.

24 « Confabulantibus : Nature : est una causarum sompn[i]. Melius ex eo : conveniens nature volentis dormire. Iuvamentum : delectantibus in ipsum. Nocumentum : si voluerit uno confabulationibus uti et sint alii confabulatores. Remotio nocumenti : [non] nisi audire ab uno singulariter. » (fol. 68r du manuscrit de la Bibliothèque de l’Université de Liège, reproduit dans Tacuinum 1991, p. 161). Voir également Tacuinum 1995, fol. 100v.

25 Voir par exemple les berceuses que doivent chanter les nourrices (Aldebrandin de Sienne 1911, p. 77). Sur l’effet de la musique et des sons sur le sommeil, voir Fritz 2008, p. 24 sq.

26 Delisle 1896, p. 534.

27 Tout ce passage de notre démonstration se fonde largement sur les conclusions d’Olson 1982, « Literature as Confabulatio », p. 77 sq.

28 « Sit vero confabulator ipse […] scrutator semonum, historiarum regum et sermonum delectabilium et risum provocantium, et versuum et rithmorum conscius, ut propter ea rex assumat plenitudinem gaudiorum. Nam propter hec melioratur digestio ejus, et mundificabuntur spiritus et sanguis ipsorum, et vacabit a variis cogitationibus […]. » (Delisle 1896, p. 534)

29 « Ergo qui moderate reficitur, sumpto cibo sedeat et quiescat tam mente quam corpore ; sedendo, audiat non amara neque subtilia sed placida que fuerint facilis intellectus, ut sunt regum et sanctorum ystorie, vel musice melodie. » (Arnaldus de Villanova 1996, « Capitulum quintum. De dormicione et corporis tranquillitate », p. 434)

30 Voir Olson 1982, « The Hygienic Justification », p. 39 sq.

31 Pierre Alphonse 1911, exemplum XII, p. 17-18.

32 Foehr-Janssens 2007, p. 125.

33 Tydorel 2018, v. 121-122.

34 Jean Froissart 2007, §13, p. 188-189.

35 L’anecdote est également rapportée dans le Dit dou florin (Jean Froissart 1979, v. 289 sq.). Voir Olson 1982, p. 83-84, et Bouchet 2009, p. 182 sq. La lecture est non seulement hypnagogique mais aussi nourricière dans cette scène qui se déroule juste après le dîner (Van Hemelryck 2010, p. 241).

36 « I have gret wonder, be this lyght, | How that I lyve, for day ne nyght | I may nat slepe wel nygh noght ; […] » (Chaucer 1988, p. 330, v. 1-3)

37 Ibid., v. 49.

38 « […] I had be dolven everydel | And ded, ryght thurgh defaute of slep, | Yif I ne had red and take kep | Of this tale next before. » (ibid., p. 333, v. 222 sq.)

39 « Therwyth I awook myselve | And fond me lyinge in my bed ; | And the book that I hadde red, | Of Alcione and Seys the kyng, | And of the goddes of slepyng, | I fond hyt in myn hond ful even. » (ibid., p. 346, v. 1324 sq.)

40 Olson 1982, p. 85 sq.

41 Ce glissement du récitant au support écrit s’inscrit dans une évolution bien analysée dans des travaux de médiévistes s’emparant de la notion de literacy telle qu’elle a notamment été explorée par Jack Goody (voir les mises au point à ce sujet dans Goody 2007). Les études consacrées au développement de la literacy à partir du XIIe siècle et au changement du rapport à l’écrit à partir de cette époque sont en effet abondantes (voir Petrucci 1984 ; pour une synthèse portant sur ce champ historiographique très dynamique, voir Briggs 2000).

42 Aldebrandin de Sienne recommande, pour chasser la mélancolie, de « purgier l’umeur », d’« user laituaires si com leticia Galieni » et d’« avoir joie et lieche » (Aldebrandin de Sienne 1911, p. 32). G. Olson montre que dans des manuscrits plus tardifs il ne s’agit plus seulement d’« avoir joie et lieche » mais de « prendre ioye et leesse et hanter gens ioyeux et lire ioyeuses choses et estranges » (Olson 1982, p. 57, nous soulignons).

43 Caesarius von Heisterbach 1851, distinctio IV (De tentatione), capitulum XXXVI « De domino Gevardo Abbate, qui monachos in sermone dormitantes per fabulam Arcturi escitavit. »

44 « He added a book that gladly, nyght and day, | For his desport he wolde rede alway ; | He cleped it Valerie and Theofraste, | At which book he lough alwey ful faste. » (Chaucer 1988, p. 114, v. 669-672)

45 Ibid., p. 115, v. 788 sq. (voir Marie de France 2018, p. 187, v. 239 sq.).

46 Charles d’Orléans 1992, « Balade 8 », p. 74-76. Voir, sur ce motif, Mühlethaler 2010, et notamment p. 114‑115 à propos de cette ballade.

47 Charles d’Orléans 1992, « Balade 8 », v. 1 sq.

48 Ce double régime est inscrit dans la lettre même du texte : « Ce livre si est tout escript | Des fais de ma dame sans per. | Souvent mon cueur de joye rit, | Quant il les list ou oyt compter ; », ibid., v. 9 sq. (nous soulignons).

49 « Si ne vous devés mervillier | Se penser, muser et veillier, | Plourer, souspirer et gemir | Me couvenoit, et po dormir | […]. Et toute voie doit confort | Querir cilz qui ha desconfort ; | Si que pour moi desanuier | Prins un livret a manier | Qu’on appelle Fulgentius, […] » (Guillaume de Machaut 1999, v. 8161 sq.)

50 « Guillaume de Machaut se présente maniant un livre pour se désennuyer, contact physique où la main relaie l’œil dans la prise de possession d’un objet qui est aussi un texte […] » (Cerquiglini-Toulet 1993, p. 684)

51 Voir notamment, sur ces scènes de lecture, Cerquiglini-Toulet 1994.

52 Christine de Pizan 2000, v. 173.

53 Ibid., v. 311.

54 Christine de Pizan 1998, p. 40.

55 « En ceste pensee fus tant et si longuement fort fichee que il sembloit que je feusse si comme personne en letargie. », ibid., p. 44. (Voir sur ce point McGrady 2012, p. 161).

56 Pomel 2003.

57 Leroux 2017, p. 134 (l’autrice insiste sur le fait que cette étiologie diffère au sein du corpus aristotélicien, puisque les explications données dans Du sommeil et de la veille et dans la section XVIII des Problèmes paraissent incompatibles).

58 Cerquiglini-Toulet 2006, p. 20.

59 Voir les remarques d’I. Rosier-Catach dans Bériou et al. 2014, p. 540 sq.

60 Flamenca 2014, v. 7127 sq.

61 Sur ces gestes comparables à ceux de Guillaume avec le psautier dans le même roman, Brunel 1999, p. 82 sq.

62 Voir la notice chevech du Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVsiècle (Complément) de Frédéric Godefroy.

63 Voir la notice chevet du Dictionnaire du Moyen Français (http://www.atilf.fr/dmf/).

64 Sur le livre de chevet et ces « pouvoirs de la contiguïté », voir Dumora 2018, p. 19 sq.

65 Ermenrich d’Ellwangen 2008, § 24, p. 140‑141. Cet exemple est l’un des cauchemars monastiques analysés dans J.‑Y. Tilliette 2007, p. 12.

66 « Of usage —what for lust and what for lore— | On bokes rede I ofte, as I yow tolde. | But wherfore that I speke al this ? Nat yoore | Agon it happede me for to beholde/Upon a bok, was write with lettres olde, | And therupon, a certeyn thing to lerne, | The longe day ful faste I redde and yerne. » (Chaucer 1988, p. 385, v. 15 sq.)

67 Ibid., v. 99-112.

68 Un indice de la parenté entre le sommeil et la fiction tient à la chose suivante, rappelée par S. Douchet : pour faire venir le sommeil, il faut fermer les yeux et donc feindre de dormir ; en d’autres termes, le sommeil naît d’une simulation, c’est-à-dire d’une fiction (Douchet 2008, p. 259-260 ; l’auteur renvoie à l’ouvrage de P. Pachet, La Force de dormir, Paris, Gallimard, 1988).

69 « En veillant avoie leü, | Considere et bien veü | Le biau roumans de la Rose. | Bien croi que ce fu la chose | Qui plus m’esmut a ce songier | Que ci apres vous vueil nuncier. » (Guillaume de Deguileville,1893, p. 1, v. 7 sq.)

70 Adgar 1982, miracle XXVI, v. 849 sq. (voir Bretel 2008, p. 154-155). On retrouve ce même dispositif dans le Joseph d’Arimathie : Nascien s’endort dans la nef de Salomon et reçoit en songe un brief, qu’il trouve dans sa main à son réveil (Le Livre du Graal, I, 2001, p. 402 sq. ; voir Roussel 1982, p. 168 sq.).

71 « Lors tout acoup je m’esveillay | Et le livre pres de moy trouvoie, | De quoy forment me esmerveillay | De tout ce que veü je avoye ; […] » (Le Chevalier des dames du Dolent Fortuné 1990, p. 181, v. 4975 sq.)

72 Sur ces textes et l’état de dorveille comme « tremplin grâce auquel on aboutit à un état d’esprit inaccessible par une autre voie », voir Stanesco 1988, p. 161-162.

73 « Adonc soudainement m’esveille, comme celluy qui tresgrandement desira voir materiellement et de regard corporel ce qu’en songe et fantasie m’estoit apparu : si regarday envyron moy et ne trouvay ne vy aulcune aultre chose estre demeuree fors tant seullement le petit livret que Raison me laissa soubz le chevet de mon lict, a la dextre partie, lequel je prins, ouvry et leu, contenant formellement et en effet ce qu’aprés ceste histoire ensuyt. », Jean Meschinot 1972, p. 35.

74 Sur le songe comme « lieu d’incubation de l’œuvre », Pomel 2008, p. 120 sq.

75 Martin Le Franc 1887, p. 424.

76 Sur la figure du livre telle qu’elle est élaborée dans ce texte, Cerquiglini-Toulet 1993 et Swift 2006.

77 Richard de Bury 1856, p. 271.

78 Sur les rapports complexes et paradoxaux du corps au livre dans le Philobiblon, dans lequel le livre est fétichisé tout en voyant sa matérialité évacuée, Camille 1997.

79 J.‑J. Vincensini arrive à la même conclusion à propos du bâillement : « Finalement, on bâille peu d’ennui dans les textes médiévaux. » (Vincensini 2008, p. 44).

80 « […] de ce n’est il mie doubte que c’est plus noble chose de veillier que de dormir et que veillier parfait la vie plus noble que le dormir ne fait. », Évrart de Conty, Le Livre des problemes, Paris, BNF, fr. 24282, fol. 22v°.

81 « […] Non pas en dormant në en songe, | Mais tout en veillant sans menchonge. », Les Eschés amoureux 2013, v. 175‑176.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Mussou, « « Pourquoy li aucun dorment qui se prendent a lire » : représentations médiévales des effets soporifiques et des vertus revigorantes de la lecture », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 03 avril 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/7152 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.7152

Haut de page

Auteur

Amandine Mussou

Université de Paris - amandine.mussou@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search