Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Atelier doctoral : Outils et méth...Introduction

Atelier doctoral : Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident

Introduction

Camille Rouxpetel et Frédéric Gabriel

Texte intégral

1Ce dossier est l’un des résultats de l’atelier doctoral du même nom qui s’est tenu à l’École française de Rome du 10 au 15 septembre 2018 et qui a réuni 25 interventions, dont seize étaient prononcées par des doctorantes et doctorants issus du Canada, de l’Argentine, de la Serbie, de la Grande-Bretagne, de la Belgique, de l’Autriche, de l’Italie et de la France (sélectionnés parmi 46 propositions). Les autres interventions étaient assurées par les encadrants, Chrystel Bernat, Frédéric Gabriel, Vincent Déroche, Dominique Iogna-Prat, Michel-Yves Perrin, Annick Peters-Custot, Alain Rauwel, Camille Rouxpetel, Laurent Tatarenko, qui ont également repris dans le détail chaque exposé et nourri les discussions collectives, qui étaient au centre de cette rencontre. Plusieurs visites commentées (des églises de Santa Maria in Cosmedin, Santa Sabina, du complexe des Quattro Santi Coronati, du palais du Latran, des archives de l’Archivum Romanum Societatis Iesu, de la bibliothèque de l’École française) ont complété le travail du groupe réuni à cette occasion, grâce au soutien de plusieurs institutions. En premier lieu, l’École française nous a accueillis et sans elle cet atelier doctoral n’aurait pas pu avoir lieu, aussi nous remercions avec insistance sa directrice Madame Catherine Virlouvet, ses deux directeurs des études médiévales, Pierre Savy, et des études modernes et contemporaines, Fabrice Jesné, et bien sûr Grazia Perrino assistante scientifique de la section Moyen Âge. En second lieu, nous remercions également pour leur soutien financier l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, CNRS, Lyon), l’École normale supérieure de Lyon, le Labex Constitution de la modernité (CoMod, Université de Lyon), le Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS, Paris), le Centre de recherche français à Jérusalem, le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA, Nantes, La Rochelle), le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS, Paris), ainsi que l’Université catholique de Louvain.

2Cet atelier doctoral émanait de deux programmes de travail qui sont toujours en cours. Dirigé par Camille Rouxpetel et Laurent Tatarenko, « Les normes et les pratiques du religieux entre Orient et Occident » est un programme quinquennal de l’École française de Rome, de l’École française d’Athènes et du Centre de recherche français à Jérusalem. Il interroge la construction, sur le temps long, des cadres normatifs des populations chrétiennes de l’espace européen et méditerranéen. Il examine dans une perspective croisée les rapports entre traditions « latine », « grecque » et « orientale », souvent renégociés à travers des ajustements complexes des pratiques et sous l’influence de pouvoirs politiques – catholiques, orthodoxes, protestants ou islamiques – concurrents. En effet, seule une approche comparatiste entre périodes et entre territoires, à l’intérieur de contextes politiques variés, permet de saisir véritablement des phénomènes qui sont loin d’être linéaires. Comment les relations entre pouvoirs souverains, Églises et communautés influencent-elles la définition des pratiques et de l’identité propre de ces dernières ? La variété des cadres légaux, singulièrement de la dhimma, recoupant elle-même une diversité de situations, ajoute à la labilité de l’identité collective de chaque Église et de chaque communauté, reformulée dans une tension permanente entre autodéfinition et reconnaissance par les autorités, légitimité historique et opportunité sociale. L’objectif principal est de saisir les circulations entre les différents modèles qui ont (re)façonné à différentes échelles les frontières des communautés par les phénomènes de concurrence, de rejet ou de mimétisme. Pour cela, chacun des trois pôles institutionnels du programme éclaire différemment la production normative : Jérusalem par la compétition exacerbée des différentes communautés chrétiennes sous souveraineté islamique ; Rome par ses constantes interactions avec l’ensemble de la chrétienté, et Athènes à travers la prégnance de l’héritage byzantin comme repère accepté ou combattu dans l’ensemble des traditions chrétiennes de rite oriental.

  • 1 Parmi les publications récentes issues de ce séminaire, et pour de plus amples développements, voi (...)

3Le second programme dans lequel s’inscrit cet atelier concerne une approche critique et réflexive de l’ecclésiologie et de son historiographie menée conjointement par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel. Depuis 2012, plusieurs années de séminaire tenus à l’École des hautes études en sciences sociales et à l’École normale supérieure de Lyon ont ainsi été consacrées à différentes thématiques qui visaient à interroger, d’un point de vue non confessionnel, les liens entre l’ecclésiologie et les sciences sociales au sens large1. Ce travail se poursuit dans un séminaire pluriannuel préparant un dictionnaire sur la notion d’Église, qui n’est pas d’abord conçu comme un livre « de contenu », ou comme une histoire de l’Église découpée en articles. Il ne se veut pas descriptif mais bien critique, avec notamment deux objectifs : mettre en évidence et discuter les problématiques qui structurent l’institution ecclésiale et ses ramifications, et, corrélativement, proposer une cartographie des champs relatifs à ce domaine, à l’aune des sciences sociales. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, la tradition reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie qu’il s’agit d’explorer de manière dialectique et problématisée dans ce dictionnaire. Le but n’est pas de décrire les manifestations de l’Église mais de se concentrer sur sa théorisation au sein d’une histoire intellectuelle et doctrinale, qui relève autant des sciences des religions que du droit, des sciences politiques, de la sociologie, de la philosophie, de l’anthropologie, etc. On entend réfléchir sur les catégories dans la dynamique de leur construction et de leurs évolutions. L’adjectif « critique » indique le choix de ne pas laisser l’historiographie dans l’ombre et de ne pas tenir pour acquises les thèses que son élaboration présuppose.

4Les deux projets se recoupent notamment dans une commune volonté de réévaluer l’emploi et la définition des catégories, notamment, pour le premier, les catégories d’« Orient » et d’« Occident », d’« Europe », de « latinité », de « Terre sainte » et de « chrétienté ».

5Dans le cadre de ces deux programmes et au croisement de leurs intérêts combinés, l’atelier doctoral a été conçu comme un lieu de rencontre entre historiographies, entre traditions méthodologiques en partie dépendantes des géographies et des chronologies travaillées, de l’étude de manuscrits à celle des réseaux en passant par l’histoire des idées.

6Ce dossier est composé de quatre articles écrits par des doctorants et de jeunes docteurs, qui témoignent de la diversité des approches de l’histoire de l’Église aujourd’hui : approche transversale intégrant l’étude des chrétientés, ici les Églises syro-orthodoxe et syro-orientale, et de l’Islam au sein d’une même histoire durant le premier siècle de l’Hégire pour l’article de Simon Pierre, approche philologique pour l’article de Giulia Cò, renouveau des études liturgiques pour l’article d’Arthur Westwell et histoire connectée pour l’article d’Alexandra Laliberté De Gagné.

Haut de page

Notes

1 Parmi les publications récentes issues de ce séminaire, et pour de plus amples développements, voir Ph. Büttgen, A. Rauwel (dir.), Théologie politique et sciences sociales. Autour d’Erik Peterson, Paris, 2019 et F. Gabriel, D. Iogna-Prat, A. Rauwel (dir.), La domination ecclésiale. Modèles et critiques, XIXe-XXe siècle, dans Revue de l’histoire des religions, 236-2, avril-juin 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Rouxpetel et Frédéric Gabriel, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 03 avril 2020, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/7421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.7421

Haut de page

Auteurs

Camille Rouxpetel

CRHIA - Université de Nantes - camille.rouxpetel@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Frédéric Gabriel

CNRS IHRIM - UMR 5317 - frederic.gabriel@gmail.com 

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search