Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Atelier doctoral : Outils et méth...Le rôle de tribus arabes chrétien...

Atelier doctoral : Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident

Le rôle de tribus arabes chrétiennes dans l’intégration de l’Orient à l’Église syro-orthodoxe : de la mort de Sévère (v. 683-684) à la crise entre Denḥā II et Julien II (r. 687-709)

Simon V. Pierre

Résumés

Cet article est consacré aux mentions de tribus arabes chrétiennes pendant la deuxième guerre civile (fitna) (680-692) et la soumission de l’Irak ex-sassanide à la Syrie omeyyade. Nous tentons d’élucider ces occurrences en éclaircissant le contexte général de défaite de « l’Orient » et d’absorption occidentale : une étape fondamentale de la formation de la province de Ǧazīra wa-l-Mawil. La méthode consiste à croiser les sources syriaques et arabes traitant des conflits cléricaux, politiques et tribaux dans l’espace géographique de la Syrie du Nord (ǧund de Qinnasrīn), de la Ǧazīra ex-romaine et des territoires du Bēt ʿArbāyē anciennement perses. Nous commençons en analysant les récits à propos de l’affrontement violent entre Denḥā II, métropolite des miaphysites de l’Orient de 688 à 727 et le patriarche syro-orthodoxe d’Antioche contemporain lesquels mentionnent le rôle de l’évêque des ayyōyē ou des Taglibōyē. Nous remontons ensuite à la source de ce conflit en abordant la correspondance syro-occidentale rédigée durant la crise de Raʾs al-ʿAyn de 684 et qui implique Jean Sābā, prédécesseur de Denḥā. Les ʿammē des Tanūkōyē, Ṭūʿōyē et ʿAqūlōyē sont explicitement invoqués auprès de leur évêque tandis qu’ils sont partie prenante d’évènements synchroniquement corrélés du début de la fitna entre marwānides, zubayrides et ʿalides en Syrie-Ǧazīra. Dans un troisième temps, nous mettons en perspective le groupe des Taġlib dans le cadre de la province mossoulienne aštaride pro-ʿalide et son conflit contre les tribus pro-zubayrides de l’Euphrate : contexte de l’élection de Denḥā et de son suffragant Joseph des Taglibōyē. Enfin, nous nous intéressons au cas spécifique du patriarcat de Julien, (r. 687-708), lequel, très lié avec le pouvoir marwānide vainqueur en Irak, s’associe avec les réseaux monastiques de Qarṭmīn et de Mār Mattay pour étendre son influence sur l’Orient pendant que les ahl al-Šām mettent aux pas les arabo-musulmans de l’Irak. Les révoltes tribales arabes de cette période sont ici interrogées ainsi que l’image reflétée par les chroniques syriaques sur ces personnages. La rencontre des littératures chrétiennes et musulmanes sur un objet hybride comme les tribus arabes chrétiennes révèle de multiples convergences de lignes de fractures et de dynamiques territoriales. Il s’agit avant tout de l’expansion de l’Église et de l’État syrien/occidental en Irak/Orient et de l’amorce du processus de fusion entre la Ǧazīra et Mossoul même s’il reste difficile de hiérarchiser les causes et les conséquences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Arabes et Églises entre « Orient » et « Occident »

  • 1 L’auteur a tenté de restituer sur la carte en annexe.

1Au cours de la seconde moitié du premier siècle de l’hégire (669-720), les anti-chalcédoniens de langue syriaque connurent certaines turbulences impliquant des évêchés incorporant des tribus et/ou des arabophones. Ces crises participèrent à la réorganisation ponctuelle des rapports institutionnels entre différents groupes et contribuèrent finalement à la construction erratique de leur Église. Ces conflits mettent notamment en exergue un clivage persistant entre l’Orient ou Pays des Perses, correspondant à l’ancien empire sassanide et à l’Occident ex-romain1. En effet, si les conquêtes arabes unifièrent ces deux ensembles sous une même autorité, la géographie administrative et les conflits politiques préservèrent un strict antagonisme entre, respectivement, l’Irak et le Šām qui épousa parfaitement l’antique bipartition.

  • 2 Bar Penkāyē, Chronique, Texte : p. 156-157/Version : p. 184-185.
  • 3 Chronique de Zuqnīn, T : p. 8-9/V : p. 9-10.
  • 4 Voir infra, dernier paragraphe.
  • 5 Crone 1980, p. 71 ; Cobb 2001, p. 24.
  • 6 Zuqnīn, T : p. 46, 50, 55 et 71/V : p. 42, 45, 49 et 62.
  • 7 Source de Thomas de Margā, Histoire Monastique, II.16, T : p. 88-9/V : p. 207-8, identifié par Til (...)
  • 8 Source de la Chronique de 1234, T : p. 280/V : p. 218, aussi identifié par Tillier 2013.
  • 9 Ramani 122, fol. 138, édition et traduction à paraître chez Debié, à paraître.
  • 10 Al-Ṭabarī, Taʾ, III, p. 276.
  • 11 Id., III, p. 975 ; Ibn Qutayba, ʿUyūn al-Abār, p. 344.
  • 12 Au sujet de la persistance de la frontière entre Orient et Occident, on se reportera à l’observati (...)
  • 13 Zuqnīn, T : p. 68-9, 70, 73, 82 et 99/V : p. 59-60, 61, 64, 70 et 84 ; Chronique de 819, p. 12/p. (...)

2Cette opposition entre Syriens (ahl al-Šām = maʿrbōyē) et Irakiens (ahl al-ʿIrāq = Madnḥōyē) est essentielle pendant la Seconde guerre civile (680-692) comme en atteste le moine nisibien Jean b. Penkāyē, contemporain de la période envisagée dans cet article2. Ce dernier, comme les premiers récits arabo-musulmans et même la Chronique de Zuqnīn3 rédigée peu après 775, font remonter cet affrontement à la première guerre civile (fitna, 656-661) et le prolongent au-delà avec, notamment, les révolte d’Ibn al-Ašʿaṯ (m. v. 702) et d’Ibn al-Muhallab (m. 720)4. Cette dichotomie ressurgit de manière exacerbée durant la période de la révolution abbasside5 ce que confirme l’anonyme de Zuqnīn6. En outre, les sources syriaques préservent de nombreux témoignage d’un pouvoir ʿalide autonome en Irak (= Orient) notamment au témoignage du chroniqueur syro-oriental Atqen (v. 750 ?)7, d’un homologue syro-orthodoxe8, ainsi que dans une courte chronique d’un manuscrit de Charfé9. Ils s’ancrèrent profondément dans la géographie politique jusqu’à la fin du VIIIe siècle, lorsqu’un texte arabe rapporta la fondation d’al-Rāfiqa par al-Manṣūr « dans le terre des Romains10 », laquelle constituait, encore en 814, le siège du gouvernement de Ṭāhir sur « l’Occident (al-Maġrib)11 ». Ces blocs géopolitiques, désormais culturels et institutionnels, semblent avoir mis un temps considérable à s’estomper en dépit de la chute des empires et de l’unité arabo-musulmane théorique12. Les mouvements ecclésiastiques qui s’y étaient développés de manière autonome conservèrent longtemps leurs autonomies. À titre d’exemple, le moine amidien de la Chronique de Zuqnīn, à l’instar de ses contemporains qarṭmīniens des annales de 819 et 846, utilise les mêmes référents géographiques « d’Occidentaux » et « d’Orientaux » pour désigner les partis régionaux constitutifs l’intérieur de l’Église syro-orthodoxe13.

  • 14 Reinink 2009.
  • 15 Morony 1984, p. 120 note que le premier catholicos à se proclamer « Patriarche de l’Orient » fut G (...)
  • 16 On se reportera à Alpi 2009, p. 250-253 pour la diffusion du message de Sévère dans les marges dés (...)
  • 17 Jean d’Éphèse, Chronique, p. 417-420.

3« L’Église de l’Orient » caractérise avant tout ceux qui, parmi les chrétiens « de Perse », adoptèrent une christologie nestorienne à l’aube du VIIe siècle14, et dont le catholicos adopta le titre de patriarche de l’Orient durant la seconde moitié du VIIe siècle, au moment où commence notre étude15. En Occident, le patriarcat miaphysite d’Antioche s’était développé grâce au missionnaire Jacques Baradée (m. 578) à partir d’un courant dissident de l’Église impériale romaine. Cette église syrienne « orthodoxe » (ci-après syro-orthodoxe) parce qu’anti-chalcédonienne appartenait à l’espace culturel et linguistique syrien occidental (ci-après syro-occidental). Il correspondait au Diocèse d’Orient romain, le Šām de la géographie arabo-musulmane postérieure. Or, du côté oriental, alors que le courant dominant des syriaques orientaux (ci-après syro-orientaux) en territoire sassanide s’ancrait dans une christologie dyophysite, des mouvements miaphysites opposés établirent paralllèlement des embryons de hiérarchies cléricales : une Église syro-orthodoxe de l’Orient16. Ainsi, le miaphysite syro-occidental Jean d’Éphèse (m. 588) qui fut le premier à les évoquer, ne décrit aucun lien organique entre son premier leader et possiblement catholicos, Aḥūdemmeh (m. 575 ?), et ses coreligionnaires romains17.

  • 18 Histoire d’Aūdemmeh, p. 26-30.
  • 19 Histoire de Marūtā, p. 61 ; Bar Hebraeus, Ecclesiasticon, II, col. 129-131 ; Michel le Syrien, Chr (...)
  • 20 Nöldeke 1887 ; Rothstein 1899 ; Toral-Niehoff 2010 et 2014 ; Trimingham 1979 ; Shahid 1984, 1989, (...)
  • 21 Le premier attesté s’appelle Ṭrōkōs, m. v. 667, dans Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 435/ (...)
  • 22 Voir à ce titre l’opinion de Denys de Tell Maḥrē copiée par Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p (...)

4Une Vie consacrée à ce saint fondateur lui attribue notamment la conversion de tribus arabes (ṭayyōyē)18. Cet épisode suggère que les syro-orthodoxes de Perses auraient entretenu, dès l’origine, un rapport particulier aux Arabes pour lesquels ils instituèrent plus tard des évêchés tribaux. En 629, un premier évêque fut nommé, dans l’empire perse, pour la tribu arabe des al-Namir et le district de Pērōz-Šāpūr (al-Anbār)19. Quant à l’Église syro-orthodoxe d’Occident, elle aurait eu dès l’époque de Justinien la faveur unanime des phylarques arabes (ṭayyāyē) auxiliaires de l’Empire romain20. Au cours du VIIe siècle, un évêché apparut du côté syro-occidental pour des communautés, non-ethniquement définies, appelée les ʿammē (tribus/nations)21. Ces Églises syro-orthodoxes d’Orient et d’Occident participèrent à un double processus. Premièrement, elles concentrèrent leur expansion dans les marges septentrionales du territoire conquis par les Arabes à partir de 633. Elles s’implantèrent durablement d’une part en Syrie du Nord et en Ǧazīra pour le côté romain, et de l’autre, dans le Bēt ʿArbāyē adjacent et l’Adiabène au-delà du Tigre. Cela eut pour conséquence de produire une identification culturelle entre ces hiérarchies ecclésiastiques et l’ethnie linguistique des Syriens (sūryōyē)22. Deuxièmement, elles semblent avoir fondé en partie leur expansion sur l’intégration de populations arabes (donc théoriquement non syriennes) qui s’installaient alors dans ces régions, comme les Tanūḫ dans le Nord de l’Occident (= futur ǧund de Qinnasrīn) ou les Taġlib dans le nord de l’Orient (= le Bēt ʿArbāyē). Dans ces marges du pouvoir médinois, ces syro-orthodoxes inventèrent, des deux côtés de l’antique frontière, des évêchés uniques en leur genre qui associaient à leurs hiérarchies les Arabes indigènes ou colons, mercenaires installés ou migrants opportunistes.

5Ces arabophones voisins des églises participèrent également aux aventures politico-militaires de l’empire arabe, lui aussi en structuration selon une géographie politique similaire. Ainsi, les rapports de forces internes à l’Empire arabe étaient eux aussi conditionnés par la fracture entre la Syrie ex-romaine (= l’Occident) et les régions ex-sassanides de l’Irak (= l’Orient). Au cours de deux guerres civiles (fitna), en 656-661 et en 680-692, les Arabes d’Occident affrontèrent leurs homologues d’Orient. À l’issue de la seconde guerre civile, le pouvoir syrien omeyyade parvint à soumettre complètement la partie ex-sassanide de son empire. Les chroniques ecclésiastiques syriaques permettent de déceler de d’importants synchronismes entre la mise au pas de l’Orient ex-sassanide par les Omeyyades et la prise de contrôle du patriarcat occidental sur la province de l’Orient. Elle apparait en tant que tel en 629, au moment de la victoire d’Héraclius contre l’empire sassanide et semble fonctionner de manière indépendante jusqu’à la crise qui opposa le patriarche d’Antioche Julien III (r. 687-708) au métropolite de l’Orient Denḥā II (r. 688-727). À plusieurs reprises au cours des évènements qui conduisirent à la soumission des syro-orthodoxes « de Perse », des évêques de tribus, voire les tribus elles-mêmes, participèrent aux péripéties de l’Église.

6Nous souhaitons expliquer les raisons de l’arrestation et l’internement du métropolite en nous intéressant à la mention du sort peu enviable de son évêque suffragant : Joseph des Arabes/Taġlib. Nous proposons de dessiner ici les contours de la réorganisation politique et ecclésiastique des provinces de Syrie du Nord et de Haute-Mésopotamie dans le contexte de la victoire des Arabes syriens sur les Irakiens. Nous tenterons de connecter l’activité des tribus arabes de Mésopotamie et l’évolution du paysage ecclésiastique et politique de la région. À travers la comparaison des sources syriaques et des données de l’historiographie arabo-musulmane, nous relieront l’histoire politique et ecclésiastique impliquant des groupes tribaux partiellement ou complètement chrétiens.

  • 23 Sur ce concept, à la fois pertinent et questionnable, se reporter aux articles fondateurs de Bates (...)

7Nous souhaitons analyser les différentes informations disponibles concernant les rapports entre les acteurs de Syrie, de Ǧazīra et de Haute-Mésopotamie orientale et la crise entre Orient et Occident à l’aube de l’ère marwānide (684-750). Dans une première phase, nous envisagerons les ʿammē lors de la dissidence de Rāʾs al-ʿAyn pendant les années 683-685, puis nous traiterons du cas des Taġlib occupant les deux rives de l’antique frontière pendant la deuxième partie de la guerre civile (686-692). Finalement, nous nous pencherons sur le processus d’expansion occidentale, à la fois marwānide et patriarcale, à partir de la Ǧazīra ex-romaine vers la « terre de Mossoul ». Nous évaluerons son rôle dans le processus de la constitution du « Nord Omeyyade23 », et ses implications sur les rapports entre les évêques irakiens et les tribus locales.

Denḥā contre Julien

  • 24 Le « pays des Romains » correspond à la région de Raqqa encore en 771-772 en croire al-Ṭabarī, Taʾ(...)

8Par une curieuse coïncidence, les deux protagonistes de cette histoire, portent dans leur onomastique les ferments de leur opposition. « Denḥā » se réfère à la lumière de l’aube émanant d’Orient tandis que Julien est surnommé « le Romain » (R(h)ūmōyō) en référence à ses origines militaires byzantines mais aussi au ressort syro-ǧazīrien24. Deux récits de l’arrestation du métropolite sont relatés dans la chronique universelle de Michel le Syrien, patriarche syro-orthodoxe (r. 1166-1199) dans des contextes narratifs et idéologiques opposés. Une troisième version est rapportée en détail par le lointain successeur de Denḥā, Bar Hebraeus, maphrien de l’Orient au XIIIe siècle.

La dissidence de l’Orient et l’évêché des Arabes

  • 25 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 448/V : II, p. 475-476.
  • 26 Il apparaît sous la graphie pehlevie ʾKWLʾ sur les drachmes zubayrides et marwānides de cette époq (...)
  • 27 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-150; Fiey, 1993, p. 226.
  • 28 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-148.
  • 29 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 448/V : II, p. 475.

9Selon le premier passage de Michel le Syrien, Denḥā aurait nommé ses évêques suffragants en Orient sans la permission du patriarcat d’Occident, ce qui justifia sa convocation, sa destitution et son internement. Il aurait alors été remplacé par un certain Bacchus25. Bar Hebraeus précise que ce dernier avait été évêque de ʿĀqūlā26, lequel correspond à la cité arabo-musulmane de Kūfa27 et par extension à l’ensemble de l’Irak. Il dénonce aussi le métropolite qui aurait « empêché l’union de tous les hommes » et ignoré « les lettres emplies d’amour envoyées par Julien aux évêques et aux notables (mayqarē) les invitant à se réunir au Siège d’Antioche28 ». Selon Michel le Syrien, Julien résistait à cette dissidence et recourrait à une légitimité ancienne en estimant « que la chose devait se passer comme sous son prédécesseur29 ».

  • 30 Id., Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, I, col. 295-296
  • 31 Id.
  • 32 Freidenreich 2009, p. 112 les qualifient de « paradigmatic » : à ce sujet se reporter à la synthès (...)

10De plus, deux évêques de « sa province » ecclésiastique furent impliqués dans ce rejet de l’autorité patriarcale. Le premier, « Jean le Circessien (Qarqūsnōyō) » était probablement originaire de Qarqīsiya une cité syro-occidentale à la frontière de l’Irak, et était évêque « de Karmā30 », sur la rive orientale du Tigre en face de Takrīt. Le second suffragant, Joseph, était en charge des Taglibōyē31, c’est-à-dire des Banū Taġlib, la tribu arabe chrétienne archétypale des littératures arabes et syriaques32. Elle était implantée de part et d’autre de l’antique frontière romano-sassanide, en aval de Dārā et Nisibe. En Occident, elle occupait le Ḫābūr et Qarqīsiya et, en Orient, le Bēt ʿArbāyē, jusqu’au Tigre près de la cité émergente de Mossoul, et jusqu’à l’Euphrate au niveau de l’île fortifiée de ʿĀna. Joseph dirigeait donc les chrétiens arabophones de l’Orient mais sa charge enjambait selon toute vraisemblance la démarcation avec l’Occident.

  • 33 Id., T : IV, p. 448/V : II, p. 476.
  • 34 Pierre, à paraître.

11Dans la seconde partie du premier passage de Michel le Syrien, favorable à Julien, l’affectation spécifique de Joseph à la tribu des Banū Taġlib disparaît. Le patriarche, dit-il, « chassa aussi Joseph des Arabes (Ṭayyōyē) et en établit un autre à sa place33 ». Nous savons que Bar Hebraeus a additionné les deux adjectifs de Ṭayyōyē et Taglibōyē dans le résumé qu’il propose de l’affaire. Cette divergence peut s’expliquer de deux manières. Il est possible qu’une des sources de Michel, lui-même ou un de ses copistes ait préféré interchanger deux termes lui semblant être synonymes pour éviter la redondance. Nous privilégions cependant une seconde hypothèse : le second morceau du premier passage reflète peut-être une strate littéraire marwānide. En effet, à l’instar de la tradition arabo-musulmane, la catégorie orientale des « Banū Taġlib » n’avait sans doute pas encore absorbé l’ensemble de celle, encore émergente, des « Arabes chrétiens » (naṣārā al-ʿarab)34. Le diocèse s’étendait de l’Osrhoène à Takrīt, du Ṭūr ʿAbdīn à al-Anbār, et de Raqqa à Mossoul et correspondait très probablement à l’évêché des Taglibōyē attesté dans la liste d’ordination de Michel le Syrien, mais n’en portait peut-être pas encore le nom tribal spécifique.

La dimension intra-orientale

  • 35 Id., III, col. 147-148.
  • 36 Id., III, col. 149-150.

12Bar Hebraeus dispose d’une version de cette crise, certes orientale, mais hostile à Denḥā II, lequel ajoute à sa rébellion contre l’Occident un comportement intérieur tyrannique. Le métropolite serait devenu « tellement extravagant avec certains des évêques des Takrītiens [qu’ils] envoyèrent une délégation pour l’accuser et exiger qu’il ne puisse rentrer en Orient35 ». Le maphrien précise donc que pour sortir de sa pénitence, il fallut que Denḥā « se réconcilie avec les Takrītiens par des lettres36 ». Or, dans la seconde version transmise par Michel le Syrien, nous disposons d’un discours inverse où Denḥā fait figure de quasi-martyr tandis que le patriarche joue le rôle du persécuteur :

  • 37 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 470/V : II, p. 514.

Il fit amener Denḥā de force de Takrīt et l’enferma dans l’enceinte du monastère. […] Il le saisit, le jeta à terre, lui mit le pied sur la tête et lui dit : ‘C’est toi, ce Denḥā […], qui te révoltes contre moi ?’ Il le laissa alors en prison jusqu’à sa mort37.

  • 38 Id., T : IV, p. 469-470/V : II, p. 514.

13Cette version takrītienne s’oppose en réalité moins à Julien qu’au monastère de Mār Mattay qu’elle accuse d’avoir manipulé le patriarcat. Ce couvent, la plus ancienne institution miaphysite d’Orient, dominait la plaine de Margā, sur la rive gauche du Tigre au-dessus de Ninive. Une querelle d’obédience constante l’opposa à la métropole de Takrīt jusqu’au milieu du IXe siècle et « Julien le Romain, ayant été attaqué par eux, résista énergiquement, les chassa de leurs sièges, et en créa d’autres à leur place38. »

14Lorsque l’on tente de réconcilier les deux versions, Julien aurait à la fois puni Denḥā II, victime des gens de Mār Mattay, mais aussi certains évêques partisans de ce couvent. Le patriarche aurait ainsi profité d’une crise interne aux affaires d’Orient pour trancher le conflit à son avantage en destituant des prélats des deux bords. Nous ignorons malheureusement le parti de Jean le Circessien de Karmā et de Joseph des Taġlib, les deux évêques nommés par Denḥā.

  • 39 Id., T : IV, p. 469/V : II, p. 513.

15Afin d’interpréter les raisons profondes de cet évènement, l’importance relative du limogeage du second évêque pourrait constituer un indice. Par ailleurs, Michel le Syrien utilise sa seconde version afin d’illustrer l’activité perpétuellement pernicieuse des moines de Mār Mattay jouant volontiers le rôle d’incendiaires dans les schismes miaphysites. Il en rappelle le rôle à l’occasion d’une crise antérieure, lorsqu’à l’aube des années 680, la Ǧazīra et un certain Serge Zakūnāyā s’opposèrent au patriarche Sévère b. Mašqā (r. v. 667-v. 683)39. À cette occasion, le prédécesseur de Denḥā II, Jean l’Ancien (Sābā, m. 688), fut invité à arbitrer le conflit qui déchirait les syro-occidentaux. Nous suivons donc Michel le Syrien afin de cerner les différents facteurs de l’opposition finale entre Julien et Denḥā à l’aube du VIIIe siècle. Nous proposons de reconstituer les enjeux politiques et ecclésiastiques de ce schisme antérieur de deux décennies pour pleinement appréhender le rôle des tribus arabes chrétiennes dans ces évènements ecclésiastiques. 

16Ces derniers coïncident avec la crise politico-militaire de la seconde guerre civile (fitna, 680-692) entre Arabo-musulmans. Or, à l’apogée de ce double déchirement entre Orientaux/Irakiens et Occidentaux/Syriens, en 684, les tribus (ʿammē) des Tanūkōyē, ʿAqūlōyē et Ṭūʿōyē furent invoquées par un groupe d’évêques signataires d’un courrier de réconciliation.

Rencontre en Ǧazīra (683-686)

  • 40 Id., T : IV, p. 436/V : II, p. 456.
  • 41 C’est en effet ce qu’on peut déduire d’une comparaison des deux listes de signatures d’évêques reb (...)
  • 42 Id., T : IV, p. 436/V : II, p. 456. Sévère aurait invoqué le probable 12ème canon du concile de Cha (...)
  • 43 Al-Balāḏurī, Futū al-Buldān, T : p. 132/ V : p. 202. Qinnasrīn recouvrait l’essentiel des provinc (...)

17Durant la première phase de la deuxièmefitna, au cours de l’année 684, nombre de groupes arabophones rallièrent, contre les Omeyyades, soit les ʿAlīdes soit les Zubayrides. Parallèlement, le patriarche d’Antioche, Sévère b. Mašqā, qui avait « eu l’appui » de Muʿāwiya (r. en Syrie, 656-680), le « roi des Ṭayyōyē40 » fut alors abandonné par un grand nombre d’évêques. Parmi eux, Serge Zakūnāyā, évêque de Marʿaš41, revendiquait un rang de métropolite42. Compte tenu de la date et de la situation géographique, elle devait correspondre à la création nouvelle de la province militaire (ǧund) de Qinnasrīn, dans le Nord-Syrien par le calife Yazīd Ier b. Muʿāwiya (r. 680-683)43.

  • 44 Sur cette épopée perdue des Tawwābūn, les vengeurs de Ḥusayn b. ʿAlī, on se reportera utilement à (...)
  • 45 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 440-442/V : II, p. 462-465.

18Alors que ce calife mourait, les évêques syro-orthodoxes anathématisèrent le patriarche au moment où la majorité des chefs de clans arabes de Syrie répudièrent les Omeyyades. Toutefois, à l’été 684, un véritable coup de théâtre permit à une coalition hétéroclite de sauver la dynastie lors de la bataille de Marǧ Rāhiṭ, ce qui propulsa Marwān Ier (r. 684-685) sur le trône. Les lambeaux de la coalition pro-zubayride commencèrent à fuir vers l’Orient parfois en ralliant les pro-ʿAlīdes (tawwābūn)44. Ce retournement de tendance explique-t-il pourquoi les évêques les plus radicaux dans leur dissidence contre Sévère entreprirent de se réunir dans la ville de Rāʾs al-ʿAyn, aux confins de la Ǧazīra ex-romaine ? Fuyaient-ils alors la même cause qui poussa, à l’inverse, certains de leurs collègues à rechercher la « réconciliation45 » avec le patriarcat pro-omeyyade ?

Jean Sābā : un arbitre indépendant ?

  • 46 Schrier 1991, p. 67-68.
  • 47 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 438-440/V : II, p. 458-462.
  • 48 Id., T : IV, p. 439-441/V : p. 459-464.
  • 49 Id., T : IV, p. 438/V : p. 458.
  • 50 Id., T : IV, p. 439/V : p. 460. À propos des titres portés par le métropolite et ses rapports à Mā (...)
  • 51 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 143-144. Schrier 1991, p. 63 résume la version de Bar Hebr (...)

19Nous connaissons cette démarche conciliatrice grâce à la retranscription par Michel le Syrien de six missives dont la chronologie a été brillamment restaurée par Omert Schrier46. Selon la première lettre du dossier, le patriarche Sévère, mourant, mandata Jean l’Ancien (Sābā) pour résoudre le schisme. À cette occasion, il le qualifia pompeusement de « métropolite de la province orientale du Pays des Perses (Bēt Pursāyē) »47. Dans son épître aux dissidents de Raʾs al-ʿAyn, il affirmait avoir été choisi « comme intermédiaire » et que « tous les vénérables Pères de l’Occident [l]’avaient convoqué en vue de la paix générale48 ». Jean « l’oriental » fut peut-être invité car il était extérieur au conflit interne aux miaphysites occidentaux réfugiés non loin de la province d’Orient. Il répondait aussi aux prélats rebelles qui l’avaient abaissé au rang de « métropolitain de Mār Mattay49 » en ajoutant à sa titulature « et du Pays des Perses50 » et en annonçant sa visite à Raʾs al-ʿAyn. Selon Bar Hebraeus, Jean Sābā fut aux prises avec une contestation des moines de Mār Mattay qui refusaient « l’union » avec l’Occident, ce qui renforce l’impression de deux mondes distincts51. Le maphrien explique que ce fut la raison de son départ vers Takrīt et de son installation dans le couvent extra-urbain de Bēt ʿUrbā, tandis que les sources ne mentionnent pas l’existence d’un autre évêque dans la cité. Dès lors, nous pouvons comprendre cette synthèse de Michel :

  • 52 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 469/V : II, p. 513-514 

Du temps de Sévère b. Mašqā, [les moines de Mār Mattay] avaient excité une semblable perturbation par l’entremise de Serge Zakūnāyā […], appuyé par les gens de Mossoul, en désaccord au sujet du métropolite, les uns voulant l'établir à Takrīt, les autres à Ninive, comme auparavant52.

  • 53 Id., III, col. 131-134 ; Bar Yašūʿ (m. fin 683), suivi d’Abraham et de David. Schrier 1991, p. 81  (...)

20Jean Sābā fut invité à arbitrer en faveur du patriarcat contre des dissidents occidentaux et se rendit à Raʾs al-ʿAyn. Il profita de l’occasion pour obtenir la direction de la province d’Orient. Cette opportunité entraîna dans un second temps la dissidence de ses anciens condisciples de Mār Mattay qui, assez logiquement, soutinrent les contestataires de Rāʾs al-ʿAyn. En rejetant la nomination de Sābā, ils rejetaient à la fois la tutelle de l’Occident et la formation d’une hiérarchie centralisée en Orient. Les renseignements de Bar Hebraeus sur la période immédiatement précédente souffrent d’une grande imprécision pour l’année 683-684 où trois métropolites semblent se superposer53.

Les ʿAmmē entre Omeyyades et ʿAlides

  • 54 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 438 et 440/V : II, p. 459 et 461.
  • 55 Id., T : IV, p. 441 et 443/V : p. 463 et 466-467.
  • 56 Pierre 2018, [p. 11-23].
  • 57 Robinson 2000, p. 39-40, Schulze 2010, p. 335.

21La correspondance comporte également quatre mentions de peuples vraisemblablement arabophones et qui participent plus ou moins clairement aux activités de l’Église. À l’ombre des meneurs de la contestation retirés à Raʾs al-ʿAyn, tels son évêque titulaire Gabriel ou Serge de Marʿaš, un certain Nūnā cosigne deux lettres en tant qu’évêque des tribus (ʿammē54) ». C’est la première attestation précise et datée, en Occident, d’un évêque en charge de groupes tribaux assimilables à des Arabes. Dans les deux missives de réconciliation envoyées à Raʾs al-ʿAyn et à Édesse, avant le synode final, par les évêques « réconciliateurs », les ʿammē apparaissent également deux fois55. Ils sont qualifiés de « Tanūkōyē, ʿAqūlōyē et Ṭūʿōyē », des groupes, tribus ou ethnies au nombre desquels on reconnait les Tanūḫ et les Kūfiens/Irakiens56. Ils étaient probablement implantés en Occident, dans le ǧund de Qinnasrīn en formation et par conséquent en Ǧazīra ex-romaine, qui en dépendait encore57. Ils furent invoqués comme favorables à l’union, à la toute fin d’une énumération des communautés dans un ordre hiérarchique significatif : cités, couvents, villages et tribus.

  • 58 La tribu ou confédération des « Kalb b. Wabara », EI2 : Fück, Dixon (en ligne : http://dx.doi.org.p (...)

22Il semble que les évêques insistèrent sur l’influence que pouvaient exercer, politiquement et militairement, les tribus arabes de la région, dans le retournement politique alors en cours en faveur des Omeyyades. De fait, les forces pro-omeyyades comprenaient alors essentiellement des indigènes kalbites58 de la steppe syrienne et des militaires sud-arabiques encasernés à Ḥimṣ et originaires. Les Tanūḫ qui résidaient dans le nord de la Syrie et correspondaient à un conglomérat de lignages majoritairement yéménites, participèrent probablement à la coalition menée par les Marwānides, même si, pour la période de la seconde fitna, les informations à leur sujet sont lacunaires.

  • 59 Ibn Aʿṯam, Futū, IV, p. 224-225 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, II, p. 428 ; al-Balāḏurī, Ansāb, III, 227 ; (...)
  • 60 Al-Balāḍurī, Ansāb, VI, p. 363 et VII, p. 60 : ʿUmayr, le chef des Sulaym avait été contraint, apr (...)

23Néanmoins, la première guerre civile (656-660) apparait à de nombreux égards comme le prototype semi-légendaire de la seconde. À cette occasion, un certain al-Ḥāriṯ b. Namir al-Tanūḫī, partisan de l’Omeyyade Muʿāwiya dans le nord de la Syrie, aurait attaqué en Ǧazīra l’autre tribu réputée chrétienne des Banū Taġlib. En retour, ces derniers auraient mené une contre-offensive en traversant le pont de Manbiǧ vers l’Occident59. En transposant cette géopolitique à la génération suivante, il est possible de retrouver les tribus pro-Omeyyades du ǧund de Qinnasrīn et les tribus pro-ʿAlides de Ǧazīra. Les ṯawwābūn pro-ʿAlides qui dominaient la Ǧazīra furent vaincus par le neveu de Muʿāwiya, ʿUbayd Allah b. Ziyād, à la fin de cette même année 684. Cette bataille est restée dans les mémoires sous le nom de ʿAyn al-Wardā que l’historiographie médiévale et contemporaine associe à la cité de Raʾs al-ʿAyn60. Or, cette cité accueillait au même moment les évêques rebelles dont Nūnā, l’évêque officiel des ʿammē. C’est encore à Raʾs al-ʿAyn, à une date très proche, que se tint finalement le synode de « réconciliation » avec la hiérarchie occidentale.

La tribu Taġlib, la formation de la principauté aštaride (686-689) et l’indépendance de la métropole de l’Orient

  • 61 Id., T : IV, p. 441-442/V : II, p. 464-465.
  • 62 Debié, 2015, p. 197 ; Fiey, 1964, p. 198 ; Teule 2009.

24La sixième lettre du dossier épistolaire du synode de Raʾs al-ʿAyn nous informe de son issue. Les « évêques du Pays des Romains » informèrent à cette occasion « ceux des Perses61 » qu’Athanase de Balad (r. 684-687) avait été élu patriarche. Originaire des rives du Tigre, en face de Mār Mattay et en amont de l’agglomération naissante de Mossoul, il était probablement extérieur aux rivalités du monde syro-romain. Il n’en était pas moins familier des réseaux syro-occidentaux pour avoir étudié au monastère de Qennešrē sur l’Euphrate62.

  • 63 Id., T : IV, p. 447/V : II, p. 474.
  • 64 Lire à ce sujet Tannous 2009.
  • 65 Le qualificatif « des Arabes » (ayyōyē) plus tard accolé à la titulature de Georges ne semble pas (...)

25Une information préservée par l’historiographie syriaque reflète l’importance spécifique du diocèse des ʿammē. En effet, Athanase concéda au leader rebelle, Serge de Marʿaš, le titre tant désiré de « métropolitain et chef des évêques »63, peut-être pour la province de Qinnasrīn (Ǧazīra inclue). Sur son lit de mort, à en croire la tradition ecclésiastique, le patriarche aurait finalement recommandé au métropolite de nommer Georges (r. 687- v. 725), un des plus grands intellectuels de la période marwānide64, sur le diocèse des « tribus » (ʿammē)65. Ce choix révèle bien le ressort stratégique de cet évêché au sein de la province syrienne dont Georges devenait le suffragant. Il remplaçait l’ancien dissident Nūnā, dont nous ignorons la fin. Dès lors, il y avait au sein de l’Église des tribus d’obédience occidentale et marwānide, comme les Tanūḫ de l’évêché de Georges.

La grande Ǧazīra pro-ʿAlide et les Taġlib

  • 66 Schrier, 1991, p. 84. Il gouverne alors l’Église d’Orient 18 mois jusqu’au 14 janvier 688 (999 de (...)
  • 67 Bar Penkayé, Chronique, T : p. 156-157/V : p. 184-185.
  • 68 Il avait repris l’offensive en Haute-Mésopotamie selon al-Balāḏurī, Ansāb, VI, p. 363 et VII, p. 4 (...)

26L’historiographie syriaque situe l’accession officielle de Jean Sābā au titre de métropolite de Takrīt et de l’Orient au milieu de l’année 68666. À cette époque même, le moine syro-oriental Bar Penkāyē mettait en exergue la dimension régionale de la guerre civile qui opposait dans la région de Nisibe les Arabes syriens « Occidentaux » et les pro-ʿAlides « Orientaux » d’Irak67. En effet, l’été 686 coïncide avec la cuisante défaite de l’armée omeyyade, à Ḫāzir près de Ninive, accompagnée du martyre de son général, ʿUbayd Allah b. Ziyād68. La victoire des Aštarides, rendit sans doute plus aisée l’accession officielle de Jean Sābā à a métropole. Les vainqueurs de Ḫāzir, pro-ʿAlides convaincus, s’employèrent en effet à former, à partir de Mossoul un espace, indépendant des Marwānides de Syrie, qui intégra pour plusieurs années une partie de la Ǧazīra syro-occidentale :

  • 69 Célèbre informateur (m. v. 822) auquel le libraire Ibn al-Nadīm (m. 1046), Fihrist, p. 128-129 attr (...)
  • 70 al-Balāḏurī, Ansāb, VI, p. 363

Ibn al-Aštar se rendit à Mossoul et il envoya ses préfets (ʿummāl) sur sa [province] et sur [celle de] Nisibe, Sinǧār et Dārā, et ce qui en dépendait de la Terre de Ǧazīra. Al-Hayṯam b. ʿAdī69 a déclaré : al-Aštar nomma Zufar b. al-Ḥāriṯ à Qarqīsiyā, Ḥātim b. al-Nuʿmān al-Bāhilī à Ḥarrān et al-Ruhā (Édesse) […] et ʿUmayr b. al-Ḥubāb à Kafar Tūṯā et au Ṭūr ʿAbdīn70.

27Deux des trois gouverneurs de cette Haute-Mésopotamie unifiée sont des protagonistes essentiels du parti tribal qaysite qui affronta durant les mois suivants la tribu partiellement chrétienne des Banū Taġlib et leurs alliés al-Namir. Prédominants parmi les lignages des arabophones et autres pasteurs de Ǧazīra, du Bēt ʿArbāyē et de l’Euphrate, ils s’épanouirent dans le cadre de la principauté aštaride indépendante. L’alignement de ces tribus avec le parti pro-ʿAlide permet de supposer un second lien entre les péripéties politico-militaires et ecclésiastiques.

  • 71 Naṣr b. Muzāḥim, iffīn, p. 145, 225, 253, 259, 298-299, 332 et 360-362.
  • 72 al-Ṭabarī, ʾrī, II, p. 556-558.
  • 73 Id., II, p. 713-714 ; Ou bien Šurayk b. Ǧarīr dans Al-Balāḍurī, Ansāb, VI, p. 425-426. Abū Miḫnaf p (...)
  • 74 Naṣr b. Muzāḥim, iffīn, p. 486-487 cite un vers de poésie d’al-Naǧāšī qui l’appelle “fils du sayyi (...)
  • 75 Selon Sayf b. ʿUmar cité par al-Ṭabarī, ʾri, I, p. 2376 ; selon Madelung 2003, p. 163 et 1996, p (...)
  • 76 Morony, 1982, p. 9, al-Dīnawarī, al-iwāl, p. 304.

28Nous avons vu que les Banū Taġlib sont sensé avoir subi l’agression de Tanūḫ pro-omeyyades durant la premièrefitna tandis que plusieurs documents les associent au parti pro-ʿAlide lors de la bataille de Ṣiffīn (657), en particulier le poète Kaʿb b. Ǧuʿayl al-Taġlibī71. Cette (autre) réputation découle éventuellement de leur implication dans la province de Mossoul contrôlée par les pro-ʿAlides ṯawwābūn puis Aštarides. Ainsi, un bédouin taġlibite aurait livré de précieuses informations aux pro-ʿAlides en 68572, tandis que Šarīk b. Ǧadīr al-Taġlibī, partisan de ʿAlī durant la première fitna, est réputé avoir tué le grand général omeyyade ʿUbayd Allah b. Ziyād à Ḫāzir73. Dāwūd b. Kurdūs, le fils d’un notable irakien de la tribu, est invoqué comme autorité d’isnād (chaine de transmission) pour le statut fiscal des Taġlib chrétiens74. ʿAlī b. Abī Ṭālib lui aurait attribué une concession foncière (iqṭāʿ) dans la région de Mossoul, dès lors connue sous le nom de Kurdūsiyya75. Il est tentant de rapprocher ce notable local de celui que nommèrent les Aštarides au gouvernement de Sinǧār, au cœur du Bēt ʿArbāyē taġlibite : un certain al-Saffāḥ b. Kurdūs76.

  • 77 Al-Balāḏurī, Ansāb, VII, p. 42.

29Il importe de ne point systématiser les obédiences politiques (ou confessionnelles) d’une unité tribale. En effet, il existait aussi des principautés taġlibites autonomes, comme celle de Ǧidār b. ʿAbbād qui s’était retranchée en Ǧazīra orientale pendant les évènements de Raʾs al-ʿAyn. Il résista également aux Zubayrides et à leurs alliés qaysites sans pour autant participer à la guerre tribale77.

Des Taġlib chrétiens et arabes

  • 78 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 462/V : II, p. 503.
  • 79 Fiey 1964, p. 197-198.
  • 80 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 447/V : II, 474.

30Denḥā succéda à Jean en 68878 dans ce contexte politique d’union de la Haute-Mésopotamie, d’Édesse jusqu’à Takrīt, contre la Syrie omeyyade. Ceci favorisa certainement l’affermissement de la province ecclésiastique au moment où émergeait l’évêché miaphysite à Balad79. Cet évêché arabe attribué à Joseph, suffragant de la métropole de Takrīt, fut sans doute constitué en symétrie du diocèse des ʿammē des Tanūḫ syro-occidentaux de la province de Qinnasrīn attribué à Georges80.

  • 81 Sur cette tribu et sa guerre contre les Taġlib, on se reportera à l’article de Lecker 2005.
  • 82 Al-Balāḍurī, Ansāb, VII, p. 66.
  • 83 Ce récit n’apparaît que dans la recension faite par Sayf et sélectionnée par al-Ṭabarī, ʾrī, I, (...)

31Al-Balāḏurī (m. 892) livre de précieuses informations sur les conflits entre les Taġlib (coalition Rabīʿa) devenus pro-marwānides et Sulaym, une tribu qaysite de l’ouest de la Ǧazīra81 devenue pro-zubayride. Les dialogues épiques mentionnent plusieurs fois la composante chrétienne des premiers. En outre, ils sont explicitement associés à Takrīt qui aurait constitué son refuge naturel contre l’ennemi qaysite82. Cette allusion renvoie probablement au contexte de formation qui accoucha à la fin du VIIIe siècle de la légende historiographique qui associe les Taġlib et leurs alliés al-Namir et Iyād à la défense de cette cité miaphysite au cours des conquêtes arabes (futūḥ), vers 63883.

  • 84 Al-Balāḍurī, Ansāb, VII, p. 61.
  • 85 Id., p. 64.
  • 86 Id. p. 66.
  • 87 Id., p. 67 ; Al-Aḫtal, Dīwān, p. 198-199 ; sur l’importance de St Serge dans la christianisation d (...)
  • 88 Al-Balāḍurī, Ansāb, VII, p. 66.
  • 89 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 413/V : II, p. 416, au sujet du district sassanide, lire G (...)

32Les hostilités auraient commencé lorsqu’un šayḫ des Sulaym, « se moquait des chrétiens »84. Plus tard, Zufar al-Kilābī, le seigneur qaysite de Qarqīsiyā, aurait excusé la défaite des « Qays parce qu’ils furent distraits de ces chrétiens, à cause du badinage (bi-ġazal) de leurs femmes ! »85. Alors que le conflit s’étendait à l’ensemble des tribus, les Taġlib auraient demandé du secours à leurs cousins des Rabīʿa irakiens en rappelant la présence « parmi nous, d’une communauté (ḥayy) qui, comme tu le sais, appartient au christianisme86 ». Il s’agissait d’expliquer pourquoi, quelle que fut l’issue du conflit entre Marwānides et Zubayrides, ils ne pourraient avoir l’appui du pouvoir. Mais certains Taġlib revendiquent également fièrement leur confession, lorsque, par exemple, la poétesse Laylā bt. Al-Ḥumāris al-Taġlibiyya glorifie « la Croix montée » et Saint Serge (Mār Sarjīs)87. Les Taġlib étaient alliés des al-Namir88, mentionnés explicitement dans le ressort du diocèse de Pērōz Šāpūr (entre ʿĀnā et al-Anbār) dans le diplôme patriarcal de 629 qui fondait la métropole89.

  • 90 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-148.

33À l’issue de ce long conflit aux multiples retournements, la Ǧazīra et le Bēt ʿArbāyē furent associés à la tribu des Banū Taġlib et donc à l’évêché arabe local. En outre, leur alignement pro-marwānide favorisa peut-être cet évêché des tribus arabes et donc le rôle joué par Joseph comme pilier de la métropole orientale sous Denḥā II. On comprends alors aisémment pourquoi Denḥā, ainsi que ses suffragants de l’Orient, à commencer par Joseph des Taġlib, « négligèrent de venir » en Occident « visiter le patriarche90 » en Syrie marwānide.

Julien et la soumission de l’Orient (692-709) 

  • 91 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 448/V : II, p. 476.

34Julien avait donc été élu en 687 dans un espace syro-occidental réduit à la Syrie proprement dite, sans la Ǧazīra, et sans le concours des évêques mésopotamiens et orientaux. Un nouveau calife omeyyade venait de succéder à son père Marwān : ʿAbd al-Malik (r. 685-705). Selon l’historiographie syro-orthodoxe, Julien profita de son « action », pour « chasser les insurgés91 », c’est-à-dire de soumettre l’Occident. En revanche, la reprise en main patriarcale sur l’Orient ne fut pas immédiate, y compris après la chute de l’Irak zubayride en 691-692, car la restauration marwānide s’était accommodée de potentats locaux. Pour restaurer la primauté de l’Église d’Antioche en Orient, Julien dut mobiliser des réseaux ǧazīriens et son immixtion dans la crise entre Denḥā et Mār Mattay en constitue sans doute l’aboutissement.

  • 92 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 149-150.
  • 93 Id.

35Bar Hebraeus considère que Denḥā fut libéré et restauré « après être resté deux années complètes au monastère92 ». Or, Michel le Syrien affirme qu’« entre temps, le patriarche Julien décéda » et que « lorsque Élie [r. 709-v. 722] devint patriarche, il délivra Denḥā et le renvoya à son siège93 ». Il serait dès lors possible de dater la convocation première de Denḥā des années 705-707. Toutefois, il convient de garder à l’esprit que cet évènement pourrait avoir eu lieu à n’importe quel moment entre 692, lors de la conquête marwānide de l’Orient, et 708, date du décès de Julien.

  • 94 Forand 1969, p. 89.
  • 95 Al-Balāḏurī, Futū, T : 132/V : 202.
  • 96 Heidemann 2011, p. 47-48.
  • 97 Rotter 1974, p. 171-172, Robinson 2000, p. 51.
  • 98 Heidemann 2011, p. 47-48.
  • 99 Robinson 2000, p. 37 citant Al-Ṭabarī, ʾrī, I, p. 2497-2498 et p. 2673-2674, al-Yaʿqūbī, ʾrī(...)

36L’intégration des miaphysites de l’Orient au patriarcat ne put se réaliser complètement hors de la refonte administrative de la région. Or, nous ignorons presque tout de l’histoire politique de Mossoul et des cités du nord de l’Irak ex-sassanide avant l’avènement de ʿUmar II en 71794. D’un côté, l’historiographie arabe attribue à ʿAbd al-Malik la création d’un district militaire (ǧund) autonome pour la Ǧazīra95 qu’il aurait confié à Muḥammad b. Marwān (r. 692-709) avec Ḥarrān comme capitale96. Le module des pièces de cuivre (fulūs) qui furent frappées à Mossoul à l’aube du VIIIe siècle est similaire à celui de Ḥarrān97 et atteste d’une influence de cette dernière sur la Haute-Mésopotamie orientale dans le cadre du « Nord omeyyade98 ». Cependant, les sources ne s’accordent pas sur les noms des gouverneurs (ʿāmil-s) de Mossoul. A l’inverse, le fait que Bacchus, évêque de ʿAqūlā (Kūfa/Irak) soit devenu métropolite de Takrīt à la place de Denḥā permet de supposer qu’au moins une partie de l’Orient syro-orthodoxe dépendait en fait de l’Irak et du gouvernement de Bišr b. Marwān (692-695) puis d’al-Ḥaǧǧāǧ b. Yūsuf (695-715). Par ailleurs, plusieurs traditions affirment que Mossoul était un des postes avancés (ṭaġr) de Kūfa vers l’Azerbayjan99.

37En tout état de cause, si Mossoul et/ou Takrīt étaient rattachées à une province orientale centrée sur l’Irak, le Bēt ʿArbāyē commença à s’intégrer à une Ǧazīra étendue, ce qui dut avoir des implications sur la géographie ecclésiale. Tournons-nous de nouveau vers la tradition syriaque au sujet des tribus arabes de Haute-Mésopotamie centrale afin de comparer les processus parallèles des intégrations ecclésiastiques et politiques.

Julien et Qarṭmīn en Ǧazīra et Bēt ʿArbāyē

  • 100 Il s’agit d’une histoire monastique des années 770 qui prend appui sur une chronologie mésopotamie (...)
  • 101 846, T : p. 234/V : p. 176-177 ; 819, T : p. 14-15/V : p. 9-10 ; Vie de Gabriel, p. 90.
  • 102 Vie de Gabriel, p. 89-90 (n° 25), voir Nau, Notice, T : p. 102/V : p. 66 (fol-81 r). sur Mār Siméo (...)
  • 103 Sur cet évènement, lire Fiey 1993, p. 249 et sur les (re)fondations qarṭmīniennes et miaphysites à (...)

38Pour le VIIIe siècle, nous sommes tributaires de sources issues du réseau du monastère de Qarṭmīn. Il avait été refondé au début de la période hégirienne par Mār Gabriel (m. v. 657) dans le Ṭūr ʿAbdīn. Ce massif steppique avait constitué, avant son essor au Ier siècle de l’hégire, un no man’s land entre empires romain et sassanide. Il avait aussi la caractéristique de surplomber Dārā dernière cité forte romaine, mais également Nisibe, capitale du Bēt ʿArbāyē « perse ». Les courtes annales de 819 et 846100 comme la Vie de Gabriel précisent que l’église des miaphysites de Nisibe « fut consacrée par le patriarche Mār Julien » vers 707. Cet évènement impliquait également un fondateur du nom de Siméon d-Zaytē, ex-abbé de Qarṭmīn101. Dès 700, il était entré en contact avec Julien qui l’avait consacré évêque de Ḥarrān, la nouvelle capitale de la Ǧazīra102. Le couvent insistait sur le souvenir de l’autorité patriarcale dans sa prise de contrôle de la Haute-Mésopotamie occidentale comme pour son expansion dans le Bēt ʿArbāyē ex-sassanide103.

  • 104 Vie de Gabriel, p. 90.
  • 105 Diplôme de Gabriel, T : p. 275, V : p. 277.
  • 106 Vie de Gabriel, p. 89-90 (n° 25), voir Nau, Notice, T : p. 102/V : p. 66 (fol-81 r).

39La liste des cités du ressort des évêques présents aux funérailles de Gabriel permet de se rendre compte de l’espace transfrontalier tel qu’il était revendiqué au début du VIIIe siècle par l’abbaye. S’y retrouvèrent pêle-mêle des prélats des deux bords. Trois d’entre eux arrivaient de la province d’Amid incluant les diocèses ex-sassanides de Mayferqāṭ et Arzān. A ceux-là s’ajoutaient les représentants des sièges de Dārā et Kafar Tūtā du Haut-Ḫābūr post-romain, précédant quatre orientaux venus de Ǧazīra d-Qardū sur le Tigre, du Bēt ʿArbāyē, de Nisibe (distincts) et de Sinǧār uni en un seul diocèse avec le Ḫābūr104. En outre, une interpolation sans doute plus tardive de cette hagiographie ajoute que le calife ʿUmar (r. 634-644) aurait accordé à Mār Gabriel le titre d’« évêque du Ṭūr ʿAbdīn jusqu’à Babel !105 ». Qarṭmīn revendiquait ainsi une emprise sur une Ǧazīra étendue à tout l’Orient à l’ouest du Tigre106.

Qarṭmīn et les Arabes chrétiens et ḫāriǧites de Nisibe

  • 107 Vie de Gabriel, T et V : p. 90 ; Notice, T : p. 30/ V : p. 66, voir aussi Tannous, 2016, p. 315.
  • 108 Fiey, Nisibe, 77 et Palmer, 2010.

40Certaines versions de la Vie de Gabriel attribuent à Siméon une seconde fondation « au sud de l’église » qui attire notre attention. Il aurait en effet fait construire « la mosquée (masgedō) » définie comme « une demeure de prière (bēt ṣlūtō) pour les Arabes (Ṭayyōyē)107 ». Les autorités miaphysites se préservaient ainsi du risque éventuel de destruction d’une église « nouvellement » bâtie. Cette tradition permet aussi d’envisager que Julien et Siméon recherchaient l’appui des arabophones locaux notamment contre les l’Église dyophysite qui prédominait largement dans la cité108. Enfin, peut-être revendiquaient-ils une forme de patronage sur les tribus arabes locales.

  • 109 846, T : p. 234/V : p. 176-177 (angl. p. 582) 819, T : p. 14-15/V : p. 9-10.
  • 110 Sur ce fondateur du ḫāriǧisme mésopotamien, lire Robinson, 2000 p. 110 et suiv.

41Les deux chroniques qarṭmīniennes préservent également une notice très valorisante à propos d’un Arabe dont elles situent erronément le décès en 705-706 : « Cette année-là, dans l’Euphrate, fut noyé Šabīb le Ḥarūrīte, un cavalier brave et fameux109 ». Ce fils d’un immigré kūfien aurait été radié du registre (dīwān) des subsides par ʿAbd al-Malik, ce qui l’aurait poussé à la rébellion quelques temps après la mort de Bišr, en 695110. Il fut finalement battu en 698 par une force expéditionnaire syrienne à al-Anbār. Peut-être cette solidarité qarṭmīnienne explicite trouve-t-elle sa source dans une même réaction à l’expansion de l’Occident syrien dans une Ǧazīra que le couvent et ses dignitaires revendiquaient loyaliste, certes, mais avant tout autonome.

  • 111 al-Ṭabarī, II, 944-952.
  • 112 Michel le Syrien, Chronique, ed. p. 451/tr. p. 480.

42La coalition kharijite comptait au moins un général taġlibite au nom curieux de ʿĀmir b. ʿAmr b. ʿAbd ʿAmr. À l’inverse, le général envoyé par al-Ḥaǧǧāǧ comptait également des « étendards des Rabīʿa (la confédération tribale comprennant les Taġlib) » et un certain Qabīṣa b. Wāliq, le « chef d’un tiers des Banū Taġlib » pour diriger son aile gauche111. Ceci implique qu’il ne faut en aucune manière schématiser, ni diachroniquement, ni synchroniquement, les allégeances politiques des tribus. Toutefois, il existe un second témoignage, explicitement chrétien, d’une opposition tribale taġlibite au pouvoir omeyyade. Michel le Syrien révèle en effet l’existence d’un martyrion fondé par l’évêque de Dārā dans cette ville voisine de Nisibe, du Ḫābūr et du Ṭūr ʿAbdīn. Un personnage associé à la tribu des Taġlib, nommé Muʿāḏ, y gisait suite à son exécution par Muḥammad b. Marwān112.

  • 113 Id., ed. p. 450/tr. p. 480.

43La résistance mésopotamienne à cette expansion occidentale se manifesta ainsi autant à travers les réseaux chrétiens que dans les rébellions orientales. En effet, la chronique de Michel le Syrien rapporte pour les années 705 à 709 qu’il « y eut une violente bataille sur le Tigre entre les Arabes orientaux et les Arabes occidentaux. Les Orientaux furent vaincus113 ». Peut-être cet évènement prépondérant explique-t-il l’erreur de datation des annales qarṭmīniennes à propos de la rébellion de Šabīb. En effet, dans tout l’Orient, de 696 et 704, le gouvernement omeyyade n’eut de cesse d’affronter les rébellions autonomistes de Šabīb, Ibn al-Ašʿaṯ puis Ibn al-Muhallab. Malheureusement pour les Irakiens, ces dissidences massives occasionnèrent la venue sans cesse renouvelée de troupes syriennes pro-marwānides logées dans la nouvelle capitale de Wāsiṭ. Ce processus accompagna l’intégration du Bēt ʿArbāyē et de l’Adiabène (au-delà du Tigre) dans la Ǧazīra ex-romaine.

Conclusion

44Cette documentation syriaque et arabe lacunaire fut rédigée à l’époque abbasside et reflète une Église syro-orthodoxe et un Empire islamique unifiés, tandis que les centres califaux et ecclésiastiques s’étaient déportés vers l’Orient. Elle ne permet pas de démêler chaque épisode de ces conflits provinciaux et régionaux mais plusieurs éléments améliorent notre compréhension des circonstances de la déposition et de l’incarcération de Denḥā et de son sufragant Joseph.

  • 114 Al-Azdī, al-Mawil, p. 226.

45Les provinces de l’ancien empire sassanide furent soumises à la Syrie omeyyade et à l’Occident ex-romain. Les syro-orthodoxes de l’Orient résistèrent à cette annexion, comme leurs compatriotes arabo-musulmans pro-ʿalīdes, pro-zubayrides, yamanites ou ḫāriǧites. L’unification des deux Églises miaphysites accompagna la formation de l’expression « Ǧazīra et Mossoul » qui finit par assujettir à Ḥarrān les régions du Tigre et du Bēt ʿArbāyē. Dès lors, « les Gens de Mossoul » pouvaient « affirmer que ‘Mossoul c’est la Ǧazīra, car elle est entre le Tigre et l’Euphrate’114 ». Ce processus complémentaire facilita dès lors l’adéquation géographique et culturelle de l’Église miaphysite d’Antioche avec l’environnement araméophone propre à cette Haute-Mésopotamie unifiée. Les groupes arabes chrétiens, discrètement présents lors des conflits de 684 ou lors de la destitution de Denḥā, jouèrent un rôle indéniable mais difficilement quantifiable. Ceci permet d’envisager une stratégie syro-orthodoxe visant à s’assurer le contrôle de leurs âmes et le soutien de leurs corps. En comparant leurs implications dans l’histoire politico-militaire arabo-musulmane et les allusions syriaques, il nous a été possible de dégager trois étapes.


46Tout d’abord, Jean Sābā entra en contact avec les évêques syriens et ǧazīriens comme arbitre neutre et externe d’un conflit interne à l’Église miaphysite d’Occident. Nous ignorons à ce stade s’il existait déjà un évêché arabe en Orient. Cependant, la crise de l’Église semble être directement liée de la rébellion contre le pouvoir omeyyade et sa résolution être une conséquence de la victoire de Raʾs al-ʿAyn contre les tribus pro-ʿAlides. Cet évènement aurait rendu possible un synode de réconciliation désignant un clerc oriental pour succéder au patriarcat. Les ʿammē chrétiens furent sollicités par les évêques syriens tandis que leur évêque, Nūnā, participait à la dissidence. Ceci aurait pu entraîner une scission de cet évêché initial. Dès lors, l’enjeu du diocèse occidental des tribus devint prioritaire et le métropolite de Qinnasrīn le confia dès 687 au grand intellectuel Georges.

47Ensuite, l’évêché des Arabes du Bēt ʿArbāyē, du Ḫābūr et de l’Euphrate s’inscrit dans le cadre de l’unification des régions de la Haute-Mésopotamie pendant l’émirat aštaride de Mossoul qui permit peut-être la création d’une métropole indépendante et centralisée autour de Jean Sābā puis de Denḥā II entre 686 et 689. La dissolution de la principauté conduisit les tribus locales à chercher de nouvelles alliances à travers un conflit sanglant au cours duquel les Taġlib s’associèrent pleinement avec la métropole de Takrīt. Celle-ci, en s’alliant avec les Marwānides, la métropole de Takrīt, et l’évêché arabe de Joseph qui enjambait la frontière, eurent un moment de répit.

  • 115 Voir supra, IV. A à propos de la géographie des évêques que l’hagiographe présente aux funérailles (...)

48Finalement, l’intégration de l’Orient sous l’autorité de Muḥammad, Bišr puis al-Ḥaǧǧāǧ engendra desa rébellions autonomistes arabes de natures très variées. Parallèlement, le patriarcat d’Antioche étendait son influence à travers le réseau du monastère frontalier de Qarṭmīn étendit son influence au Bēt ʿArbāyē115. Les Arabes chrétiens de la région se trouvèrent au cœur des entreprises de Julien à Amid, Dārā, Nisibe, autant qu’ils participaient des dynamiques internes au monde arabo-musulman. La crise finale de ce processus d’annexion semble avoir suivi l’accession d’al-Walīd (r. 705-715) lequel entreprit de se débarrasser des potentats locaux tolérés par son père ʿAbd al-Malik.


  • 116 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 149-150.
  • 117 Id., III, col. 151-152 et 159-160.
  • 118 Histoire d’Aūdemmeh, p. 27-28. Au sujet du Knūšyō, Fiey, 1964, p. 230-231 rapporte plusieurs info (...)
  • 119 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-148.
  • 120 Histoire d’Aūdemmeh, p. 28.
  • 121 Pierre 2018.

49Ce fut Élie, le nouveau patriarche, formé au monastère syrien de Gūbbō Barōyō, qui parvint à partir de 709 à imposer la tutelle occidentale à la métropole de l’Orient en restaurant « en personne » Denḥā sur son siège116. Son successeur Athanase, abbé du même couvent, ordonna lui-même son homologue du Knūšyō du mont Sinǧār comme métropolite (727-757)117. Ce monastère est nommément mentionné comme vénéré par les Arabes christianisés dans la Vie d’Aḥūdemmeh118 dont la plus ancienne église connue fut fondée à Takrīt par le même Denḥā119. Dès lors, sous la plume de l’hagiographe de l’apôtre du Bēt ʿArbāyē, les tribus converties purent logiquement être appelées ʿammē des Tanūkōyē, Ṭūʿōyē et ʿĀqūlōyē120. Ces peuples occidentaux pourtant à cette même époque à la charge de Georges en Occident121.

Fig. 1 – Principaux toponymes de Haute-Mésopotamie vers 680-710.

Fig. 1 – Principaux toponymes de Haute-Mésopotamie vers 680-710.
Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Al-Aḫṭal, Dīwān = Dîwân al-Aḫṭal, éd. A. Ṣalḥānī, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1891, 4 vol. 

Al-Azdī, Mawil = ʾ al-Mawil, éd A. Ḥabība, Le Caire, Dār al-Taḥrīr, 1967.

Al-Balāḏurī, Ansāb = Ansāb al-Ašraf, 1éd. S. Zakkār et R. al-Zarkalī, Beyrouth, Dār al-Fikr, 1996, 13 vol. 

Al-Balāḏurī, Futū = Futū al-Buldān, éd. M. De Goeje, Leyde, 1866; The origins of the Islamic state, trad. Philip Khûri Hitti, New York, Columbia University, 1916, vol. 1.

Bar Hebraeus, Ecclesiasticum = Gregorii Barhebraei, Chronicon Ecclesiasticum quod e codice Musei Britannici descriptum conjuncta opera ediderunt, latinitate donarunt annotationibusque theologicis, geographicis et archeologicis illustrarunt, éd. J.B. Abbeloos et T. Lamy, Louvain, Peeters, 1877, 3 vol. 

Bar Penkayé, Chronique = Histoire universelle : sources syriaques, éd. et trad. A. Mingana, Leipzig, O. Harrassowitz, 1908.

Chronique de 819 = Chronicon anonymum ad AD 819, dans Chronicon anonymum ad annum Christi 1234 pertinens, éd. et trad. J.-B. Chabot, Louvain, Peeters, 1916-1920 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, 36), éd. p. 1-24, trad. p. 1-16.

Chronique de 846 = Chronicon ad annum Domini 846 pertinens, éd. E.W. Brooks et trad. J.-B. Chabot, in Chronica Minora, Louvain, Peeters, p. 157-238 et trad. p. 121-180.

Chronique de 1234 = Chronicon anonymum ad annum Christi 1234 pertinens, éd. et trad. J.-B. Chabot, in, Louvain, Peeters, 1916-1920 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, 36).

Chronique de Zuqnin = Chronique de Denys de Tell-Mahré : quatrième partie […], éd. et trad. J.-B. Chabot, Paris, Émile Bouillon, 1895.

Diplôme de Gabriel = Sur un diplôme donné par ʿOmar à l’évêque du Tour ʿAbdin, in Un colloque du Patrarche Jean avec l’Émir des Agaréens […], Journal Asiatique, n° 11-5, éd. et trad. F. Nau, Paris, 1915, p. 274-279.

Georges, Lettres = Georgs des Araberbischofs Gedichte und Briefe: Gedichte und Briefe, éd. et tr. Ryssel, Leipzig, S. Hirzel, 1891.

Histoire d’Aūdemmeh = Histoires d'Ahoudemmeh et de Marouta, métropolitains jacobites de Tagrit et de l'Orient (VIe et VIIe siècles) : suivies du traité d'Ahoudemmeh sur l'homme, éd. et trad. F. Nau, Paris, Firmin-Didot, 1909 (Patrologia Orientalis, 3,).

Histoire de Marūtā = Id., p. 61-96. 

Ḥnan-Išōʿ, Lettres canoniques = Syrische Rechtsbücher, éd. et tr. E. Sachau, Berlin, G. Reimer, 1908, vol. 2, p. 1-51.

Ibn Aʿṯam, Futū = al-Kūfī, Kitāb al-futū, éd. A. Šīrī, Beyrouth, Dār al-Aḍwāʾ, 1986-1991, 8 vol. 

Ibn al-Aṯīr, Kāmil = al-Kāmil fī al-Tāʾ, éd. U. A. Tadmurī, Beyrouth, Dār al-Kitāb al-ʿArabī, 1997, 10 vol. 

Ibn al-Kalbī, Ǧamhara = Ǧamharat al-nasab, éd. N. Ḥasan, Beyrouth, ʿAlam al-kutub maktabat al-nahḍa al-ʿarabiyya, 1986

Ibn al-Kalbī, Nasab Maʿadd = Nasab Maʿadd wa-l-Yaman al-kabīr, éd. N. Ḥasan, Beyrouth, ʿAlam al-kutub maktabat al-nahḍa al-ʿarabiyya, 1988.

Ibn al-Nadīm, Fihrist = Fihrist, éd . Ramaḍān, Beyrouth, Dār al-Maʿrīfa, 1997.

Ibn Qutayba, ʿUyūn = al-Dīnawarī, ʿUyūn al-Abār, Beyrouth, Dār al-kutub al-ʿIlmiyya, 1997, 4 vol. 

Jacques d’Édesse, Hexaemeron = Jacobi Edesseni Hexaemeron, éd. et tr. J.-B. Chabot, , Louvain, Peeters, 1928-1932 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, 44 et 48), 2 vol. 

Jean d’Ephèse, Chroniqu e = The third part of of the ecclesiastical history of John, Bishop of Ephesus, Oxford, éd. W. Cureton, et tr. R. Payne-Smith, Oxford, Oxford University Press,1853-1860, 2 vol. 

Lettres d’Īšōʿ-Yahb = Išō‘yahb Patriarchae III Liber epistularum, éd. et trad. R. Duval, Paris, Typographeo Reipublicae, 1904-1905 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, 11-12), 2. vol. 

Michel le Syrien = Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche, 1166-1199, éd. et trad. J.-B. Chabot, Paris, Ernest Leroux, 1899-1910, 4 vol. 

Naṣr b. Muzāḥim, iffīn = Waqaʿat iffīn, éd. A.M. Hārūn, Le Caire, al-Muʾassasa al-ʿArabiyya al-Ḥadīṯa, 1962.

Nau, Notice = Notice historique sur les monastères de Qartamîn […], éd. et trad. F. Nau, DANS Actes du XIVe Congrès des orientalistes, vol. 2, Paris, Ernest Leroux, 1907, p. 38-135.

Synodicon orientale = Synodicon orientale ou recueil de synodes nestoriens, éd. et tr. J.-B. Chabot, Paris, Imprimerie nationale, 1902.

Synodicon in the West Syrian Tradition, vol. 2, éd. et tr. A. Vööbus, , Louvain, Peeters, 1975-1976 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, 163-164).

Vie de Gabrie = A critical edition and annotated translation of the Qartmin Trilogy, éd. et trad. A. Palmer, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 55-92. 

al-Ṭabarī, ʾriḫ = ʾ al-mulūk wa-l-umam, éd. M.J. De Goeje, Leyde, Brill, 1879-1901, 3 séries, 16 vol. 

Thomas de Margā, Histoire Monastique: The Book of Governors: the Historia Monastica of Thomas, Bishop of Marga, éd. et tr. W. Budge, Londres, Paul-Trench-Trübner, 1893.

al-Yaʿqūbī = Tārīkh, éd. T. Houtsma, Leyde, Brill, 1883. 2 vol. 


Études secondaires

Alpi 2009 = F. Alpi, La route royale : Sévère d’Antioche et les églises d’Orient, 512-518, Beyrouth, 2009.

Bates 1989 = M. Bates, The Dirham Mint of the northern provinces of the Umayyad Caliphat, dans Armenian Numismatic Journal, 15, 1989, p. 89-111.

Borrut 2011 = A. Borrut, Entre mémoire et pouvoir. L'espace syrien sous les derniers Omeyyades et les premiers Abbassides (v. 72-193/692-809), Leyde, 2011.

Brelaud 2016 = S. Brelaud, Al-īra et ses chrétiens dans les guerres romano-perses, dans Camenulae, 15, 2016, p. 1-26.

Brelaud 2018 = S. Brelaud, The ‘Arab connection’ of the Church of Persia’s Patriarch during the Sasanian Empire (224-651 A.D.), dans Aram, 30 1-2, 2018, p. 525-545.

Brelaud 2018 = S. Brelaud, Présences chrétiennes en Mésopotamie durant l’époque sassanide (IIIe-VIIe siècles) Géographie et société, thèse de doctorat, Sorbonne Université, Paris, 2018.

Brock et al. (dir.), 2011 = S. Brock, A.M. Butts, G.A. Kiraz, L. Van Rompay, The Gorgias encyclopedic dictionary of the Syriac heritage, Piscataway, 2011. 

Cobb 2001 = P.M. Cobb, White banners: contention in 'Abbasid Syria, 750-880, New-York, 2001.

Crone 1980 = P. Crone, Slaves on horses: The evolution of the Islamic polity, Cambridge, 1980.

Debié 2015 = M. Debié, L’écriture de l’histoire en syriaque : transmissions interculturelles et constructions identitaires entre hellénisme et islam […], Louvain-Paris, 2015.

Debié à paraître = M. Debié, Sergius Baīrā and a Syriac History of Muammad, dans Miscellanea Syro-Arabica in honour of Sebastian Brock, à paraître.

Fiey 1964 = J.-M. Fiey, Balad et le Beth ʿArabaye irakien, dans Orient syrien, 9, 1964, p. 189-232.

Fiey 1970 = J.-M. Fiey, Jalons pour une histoire de l’Église en Iraq, Louvain, Secrétariat du CSCO, 1970.

Fiey 1977 = J.-M. Fiey, Nisibe, métropole syriaque orientale, et ses suffragants des origines à nos jours, Louvain, 1977 (CSCO, 388 ; Subsidia 54).

Fiey 1980 = J.-M. Fiey, Chrétiens syriaques sous les Abbassides surtout à Bagdad (749-1258), Louvain, 1980.

Fiey 1992 = J.-M. Fiey, Syriaques occidentaux du « Pays des Perses » : ré-union avec Antioche et “Grand métropolitat” de Takrīt en 628/629 ?, dans Parole de l’Orient, 17, 1992, p. 113-126.

Fiey 1993 = J.-M. Fiey, Pour un Oriens christianus novus : répertoire des diocèses syriaques orientaux et occidentaux, 1993, Stuttgart.

Fisher – Wood 2015 = G. Fisher, P. Wood, Arabs and Christianity, dans G. Fisher (dir.), Arabs and empires before Islam, Oxford, 2015, p. 276-372.

Forand 1969 = The governors of Mosul according to al-Azdī's Ta'rīkh al-Mawil, dans JAOS, 89-1, 1969, p. 88-105.

Fowden 1999 = E.K. Fowden, The barbarian plain, Saint Sergius between Rome and Iran, Berkeley, 1999.

Fowden 2013 = E.K. Fowden, Des églises pour les arabes, pour les nomades ?, dans Fr. Briquel-Chatonnet (dir.), Les églises en monde syriaque, Paris, 2013, p. 391-342.

Fowden, 2015 = E.K. Fowden, Rural converters among the arabs, dans N.M. Mclynn et al. (dir.), Conversion in late Antiquity: Christianity, Islam and beyond, Oxford, 2015, p. 175-196.

Freidenreich 2009 = D.M. Freidenreich, Christians in early and classical sunnī law, dans D. Thomas, B. Roggema (dir.), Christian-Muslim relations, 2009, p. 99-114.

Friedman 2003 = Y. Friedman, Tolerance and coercion in Islam, Cambridge, 2003.

Gilliot 1996 = C. Gilliot, abarī et les chrétiens taġlibites, dans Annales du Département des Lettres Arabes, 6-B, 1996, p. 145-159

Hainthaler 2007 = T. Hainthaler, Christliche Araber vor dem Islam. Verbreitung und konfessionelle Zugehörigkeit. Eine Hinführung, Louvain, 2007.

Heidemann 2010 = The evolving representation of the early Islamic empire and its religion on coin imagery, dans G. Böwering, J.D. McAuligffe (dir.), The Quʾān in context, Leyde, 2010, p. 149-196.

Heidemann 2011 = S. Heidemann, The agricultural hinterland of Baghdād, al-Raqqa and Sāmarrā': settlement patterns in the Diyār Muar, dans A. Borrut et al. (éd.), Le Proche Orient de Justinien aux Abbassides, Turnhout, 2011, p. 43-58.

Lecker 2005 = M. Lecker, Tribes in pre and early Islamic Arabia, (“Al-Namir”, p. 16-23; “Sulaym”, p. 30-33; “Taġlib”, p. 34-47), dans M. Lecker (dir.), People, tribes and society in Arabia around the time of Muhammad, Burlington, 2005.

Lecker 2010 = M. Lecker, Najran Inc. : The Najrani exiles in Iraq, Syria and Bahrayn from Umar ibn al-Khattab to Harun al-Rashid, dans J. Beaucamp et al. (dir.), Juifs et chrétiens en Arabie aux Ve et VIe siècles : regards croisés sur les sources, Turnhout, 2010, p. 293-302.

Madelung 2003 = W. Madelung, Rabi'a in the Jahiliyya and in early Islam, dans Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 28, 2003, p. 153-70.

Morony 1974 = M. Morony, Religious communities in late Sasanian and early Muslim Iraq, dans JESHO, 17, 1974, p. 113-135.

Morony 1982 = M. Morony, Continuity and change in the administrative geography of late Sasanian and early Islamic al-‘Irāq, dans Iran JPS, 20, 1982, p. 1-49.

Morony 1984 = M. Morony, Iraq after the Muslim conquest, Princeton, 1984.

Nau 1933 = F. Nau, Les Arabes chrétiens de Mésopotamie et de Syrie du VIIe au VIIIe siècle, dans Cahiers de la Société asiatique, Paris, 1933.

Palmer 1990 = A. Palmer, Monk and mason on the Tigris frontier, Cambridge, 1990.

Palmer 2010 = A. Palmer, La montagne aux LXX monastères : la géographie monastique du ur ʽAbdin, dans F. Jullien (dir.), Le monachisme syriaque, Paris, 2010, p. 169-259.

Pierre 2018 = S. Pierre, Les ʿammē en ‘Jazīra et en Occident’. Genèse et fixation d’un ethnonyme standardisé pour les tribus arabes chrétiennes : les Tanūkōyē, ūʿōyē, ʿAqūlōyē à l’âge marwānide, dans Annales Islamologiques, 52, 2018, https://journals.openedition.org/anisl/4721.

Pierre, à paraître = S. Pierre, Between tribalism and centralization: the subjugation and taxation of the Banū Taghlib in Jazīra and Mosul (ca. 153-193 H/770-809 CE), dans St. Heidemann (dir.), The early Islamic empire at work, II, The reach of empire. Studies in the history and culture of the Middle East, à paraître.

Reinink 2009 = G.J. Reinink, Tradition and the Formation of the ‘Nestorian’ Identity in Sixth to Seventh Century Iraq, dans Church History and Religious Culture, 89-1, 2009, p. 217-250.

Robinson 1996 = C. Robinson, Tribes and nomads in early Islamic northern Mesopotamia, dans K. Bartl, St.H. Hauser, Continuity and change in northern Mesopotamia from the Hellenistic to the early Islamic period, 1996, p. 429-452.

Robinson 2000 = C. Robinson, Empire and elites after the Muslim conquest: the transformation of northern Mesopotamia, Cambridge-New York, 2000.

Rotter 1974 = G. Rotter, The Umayyad Fulûs of Mosul, dans Museum notes (American Numismatic Society), 19, 1974, p. 165-198.

Schrier 1991 = O.J. Schrier, Chronological problems concerning the Lives of Severus bar Mashqa, Athanasius of Balad, Julianus Romaya, Yohannan Saba, George of the Arabs and Jacob of Edessa, dans Oriens Christianus, 75, 1991, p. 62-90.

Shahid 1984 = I. Shahid, Byzantium and the Arabs in the fourth century, Washington, 1984.

Shahid 1989 = I. Shahid, Byzantium and the Arabs in the fifth century, Washington, 1989.

Shahid 1998 = I. Shahid, Arab Christian pilgrimages in the Proto-Byzantine period (V-VII centuries), dans D. Frankfurter, Pilgrimage and holy space in late antique Egypte, Leyde, 1998, p. 373-389.

Shahid 2005 = I. Shahid, Arab Christianity before the rise of Islam, dans H. Badr, Christianity. A history in the Middle East, Beyrouth, 2005, p. 436-451.

Spellberg 1988 = D.A.Spellberg, The Umayyad North: Numismatic Evidence for Frontier Administration, dans American Numismatic Society, 33, 1988, p. 119-127.

Tannous 2009 = J. Tannous, Between Christology and Kalam. The life and letters of George bishop of the Arabs (d. AD, 724), Piscataway, 2009 (Analecta Gorgiana, 128).

Tannous 2016 = J. Tannous, The life of Simeon of the Olives: a Christian puzzle from Islamic Syria, dans J. Kreiner, H. Reimitz (dir.), Motions of late Antiquity: essays on religion, politics, and society in honour of Peter Brown, Turnhout, 2016, p. 309-330. 

Ter Haar Romeny 2009 = B. Ter Haar Romeny, Formation of a Communal Identity, dans B. ter Haar Romeny (dir.), Religious Origins of Nations? The Christian Communities of the Middle East, Leyde, Brill, p. 1-52.

Tillier 2013 = M. Tillier, Le règne du calife asan bar ʿAlī daprès une source syriaque, dans Carnets de l’Ifpo, 2013 (en ligne : https://ifpo.hypotheses.org/5489).

Toral-Niehoff 2010 = I. Toral-Niehoff, The ‘Ibad of al-ira, an Arab Christian community in late antique Iraq, dans A. Neuwirth, N. Sinai, M. Marx (dir.), The Qurān in context: historical and literary investigations into the Qurānic Milieu, Leyde, 2010, p. 323-347.

Toral-Niehoff 2014 = I. Toral-Niehoff, Al-īra, eine arabische Kulturmetropole im spätantiken Kontext, Leyde-Boston, 2014.

Trimingham 1979 = J.S. Trimingham, Christianity among the Arabs in pre-Islamic times, Londres, 1979.

Vööbus 1967 = A. Vööbus, Reorganisierung der west-syrischen Kirche in Persien. Neues Licht aus einer sehr wertvollen Urkunde, dans Oriens Christianus, 51, 1967, p. 106-111.

Wood 2014 = P. Wood, Christianity and the Arabs in the sixth century, dans G. Fisher, J. Djikstra, Inside and out: interactions between Rome and the peoples on the Arabian and Egyptian frontiers in Late Antiquity, Leyde, p. 353-368.

Wood 2016 = P. Wood, Christians in Umayyad Iraq, dans A. Marsham, Power, patronage and memory in early Islam: perspectives on Umayyad History, Édimbourg, 2016. 

Wright 1872 = W. Wright, Catalogue of Syriac manuscripts in the British Museum acquired since the year 1838, vol. 3, Londres, 1872.

Zotenberg 1874 = H. Zotenberg, Manuscrits orientaux : Catalogues des manuscrits syriaques et sabéens (mandaïtes) de la Bibliothèque nationale, Paris, 1874.

Haut de page

Notes

1 L’auteur a tenté de restituer sur la carte en annexe.

2 Bar Penkāyē, Chronique, Texte : p. 156-157/Version : p. 184-185.

3 Chronique de Zuqnīn, T : p. 8-9/V : p. 9-10.

4 Voir infra, dernier paragraphe.

5 Crone 1980, p. 71 ; Cobb 2001, p. 24.

6 Zuqnīn, T : p. 46, 50, 55 et 71/V : p. 42, 45, 49 et 62.

7 Source de Thomas de Margā, Histoire Monastique, II.16, T : p. 88-9/V : p. 207-8, identifié par Tillier 2013.

8 Source de la Chronique de 1234, T : p. 280/V : p. 218, aussi identifié par Tillier 2013.

9 Ramani 122, fol. 138, édition et traduction à paraître chez Debié, à paraître.

10 Al-Ṭabarī, Taʾ, III, p. 276.

11 Id., III, p. 975 ; Ibn Qutayba, ʿUyūn al-Abār, p. 344.

12 Au sujet de la persistance de la frontière entre Orient et Occident, on se reportera à l’observation fondatrice de Borrut, 2011, p. 348.

13 Zuqnīn, T : p. 68-9, 70, 73, 82 et 99/V : p. 59-60, 61, 64, 70 et 84 ; Chronique de 819, p. 12/p. 18 ; Chronique de 846, p. 586.

14 Reinink 2009.

15 Morony 1984, p. 120 note que le premier catholicos à se proclamer « Patriarche de l’Orient » fut George (r. 661-80) suivi de Ḥnan-Īšōʿ (r. 686-93) « patriarche par la grâce de Dieu » ; se référant à Synodicon Orientale, T : p. 215, 221 et 245/V : p. 490, 515 et 545 et Ḥnan-Išōʿ, Lettres canoniques, p. 12-3.

16 On se reportera à Alpi 2009, p. 250-253 pour la diffusion du message de Sévère dans les marges désertiques de Syrie et à Fiey 1970, p. 113-143, pour sa diffusion dans l’Empire sassanide contre la figure de Bar Ṣawmā de Nisibe, à l’époque de Siméon de Bet Aršam, début du VIe siècle ; à propos des interactions syro-orientales avec les arabophones de Ḥīra lors des intrusions syro-orthodoxes, Brelaud 2018.

17 Jean d’Éphèse, Chronique, p. 417-420.

18 Histoire d’Aūdemmeh, p. 26-30.

19 Histoire de Marūtā, p. 61 ; Bar Hebraeus, Ecclesiasticon, II, col. 129-131 ; Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 411-413/V : II, p. 414-416 ; Synodicon in the West Syrian Tradition, II, T : p. 207-208/V : p. 197.

20 Nöldeke 1887 ; Rothstein 1899 ; Toral-Niehoff 2010 et 2014 ; Trimingham 1979 ; Shahid 1984, 1989, 1998 et 2005 ; Morony 1974, 1984 ; Fowden 1999, 2013 et 2015 ; Hainthaler 2007 ; Fisher – Wood, 2015 ; Wood 2014 ; Brelaud 2016 envisagent la question du christianisme arabe pour la période pré-hégirienne.

21 Le premier attesté s’appelle Ṭrōkōs, m. v. 667, dans Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 435/ V : II, p. 453.

22 Voir à ce titre l’opinion de Denys de Tell Maḥrē copiée par Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 522-3/V : III, p. 76-78. La question de l’identification syrienne, syriaque et miaphysite au cours du VIIe siècle est abordée par Ter Haar Romeny 2009, surtout p. 15-26.

23 Sur ce concept, à la fois pertinent et questionnable, se reporter aux articles fondateurs de Bates 1989 et Spellberg 1988.

24 Le « pays des Romains » correspond à la région de Raqqa encore en 771-772 en croire al-Ṭabarī, Taʾrī, III, 276 et 372 :.

25 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 448/V : II, p. 475-476.

26 Il apparaît sous la graphie pehlevie ʾKWLʾ sur les drachmes zubayrides et marwānides de cette époque (680-690) : Heidemann, 2009, p. 167 et 172.

27 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-150; Fiey, 1993, p. 226.

28 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-148.

29 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 448/V : II, p. 475.

30 Id., Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, I, col. 295-296

31 Id.

32 Freidenreich 2009, p. 112 les qualifient de « paradigmatic » : à ce sujet se reporter à la synthèse de Trimingham 1979, p. 173-176 et à celle de Lecker 2005, XI, p. 34-47, à propos de leur statut légal Friedman 2003, p. 60-69 et Gilliot 1996.

33 Id., T : IV, p. 448/V : II, p. 476.

34 Pierre, à paraître.

35 Id., III, col. 147-148.

36 Id., III, col. 149-150.

37 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 470/V : II, p. 514.

38 Id., T : IV, p. 469-470/V : II, p. 514.

39 Id., T : IV, p. 469/V : II, p. 513.

40 Id., T : IV, p. 436/V : II, p. 456.

41 C’est en effet ce qu’on peut déduire d’une comparaison des deux listes de signatures d’évêques rebelles au bas des lettres : Id., T : IV, p. 438 et p. 440/V : II, p. 459 et p. 462 : dans le premier cas, le premier signataire est appelé « Serge de Germanicia », dans le second cas, il est appelé « Serge Zakūnāyā, archevêque ».

42 Id., T : IV, p. 436/V : II, p. 456. Sévère aurait invoqué le probable 12ème canon du concile de Chalcédoine ( !).

43 Al-Balāḏurī, Futū al-Buldān, T : p. 132/ V : p. 202. Qinnasrīn recouvrait l’essentiel des provinces d’Euphratésie et de Syrie Antiochène.

44 Sur cette épopée perdue des Tawwābūn, les vengeurs de Ḥusayn b. ʿAlī, on se reportera utilement à al-Balāḏurī, Ansāb al-Ašrāf, VI, p. 363-374.

45 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 440-442/V : II, p. 462-465.

46 Schrier 1991, p. 67-68.

47 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 438-440/V : II, p. 458-462.

48 Id., T : IV, p. 439-441/V : p. 459-464.

49 Id., T : IV, p. 438/V : p. 458.

50 Id., T : IV, p. 439/V : p. 460. À propos des titres portés par le métropolite et ses rapports à Mār Mattay, Fiey 1978, p. 377-379 et 1992.

51 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 143-144. Schrier 1991, p. 63 résume la version de Bar Hebraeus.

52 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 469/V : II, p. 513-514 

53 Id., III, col. 131-134 ; Bar Yašūʿ (m. fin 683), suivi d’Abraham et de David. Schrier 1991, p. 81 ; p. 84-87 propose qu’Abraham ait été le candidat occidental, renversé par une élection « illégale » par David, remplacé par Jean Sābā, avant que les moines de Mār Mattay ne lui voue l’hostilité qu’on lui connait et qu’ils ne fassent pression sur Athanase pour retarder sa nomination officielle jusqu’en 686.

54 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 438 et 440/V : II, p. 459 et 461.

55 Id., T : IV, p. 441 et 443/V : p. 463 et 466-467.

56 Pierre 2018, [p. 11-23].

57 Robinson 2000, p. 39-40, Schulze 2010, p. 335.

58 La tribu ou confédération des « Kalb b. Wabara », EI2 : Fück, Dixon (en ligne : http://dx.doi.org.prext.num.bulac.fr/10.1163/9789004206106_eifo_COM_0426).

59 Ibn Aʿṯam, Futū, IV, p. 224-225 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, II, p. 428 ; al-Balāḏurī, Ansāb, III, 227 ; Ibn Aʿṯam, Futū, III, p. 184-191. Ǧisr Manbiǧ est une localité à sur l’Euphrate probablement directement à l’est de Manbiǧ, voir Asa Eger, A., 2015, p. 98 et la carte en annexe.

60 Al-Balāḍurī, Ansāb, VI, p. 363 et VII, p. 60 : ʿUmayr, le chef des Sulaym avait été contraint, après Marǧ Rāhiṭ, de faire allégeance à Marwān et d’accompagner Ibn Ziyād à Raʾs al-ʿAyn et Michel le Syrien, Chronique, I : IV, p. 445/V : II, p. 469 affirme qu’il en était le dirigeant vers 685.

61 Id., T : IV, p. 441-442/V : II, p. 464-465.

62 Debié, 2015, p. 197 ; Fiey, 1964, p. 198 ; Teule 2009.

63 Id., T : IV, p. 447/V : II, p. 474.

64 Lire à ce sujet Tannous 2009.

65 Le qualificatif « des Arabes » (ayyōyē) plus tard accolé à la titulature de Georges ne semble pas avoir été en usage à l’époque si on en croit ses propres entêtes dans Wright 1882, p. 986-8 : fol 222-289 ; Zotenberg 1874, p. 131 (n° 189, fol. 111-, Georges, Lettres, V : p. 44 et 79 ; et dans la copie de 837 de son complément de Jacques d’Édesse, Hexaemeron, T : p. 347/V : p. 296 (en dépit d’une erreur de copiste bien compréhensible). À cela s’ajoute celle des chroniques de la phase marwānide (v. 728) des chroniques qarṭmīniennes de 819, T : p. 13/V : p. 9 et 846, T : 232/V : p. 175 et 580. Voir également Pierre, 2018, p. 7.

66 Schrier, 1991, p. 84. Il gouverne alors l’Église d’Orient 18 mois jusqu’au 14 janvier 688 (999 de l’ère hellénistique), Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 145-148.

67 Bar Penkayé, Chronique, T : p. 156-157/V : p. 184-185.

68 Il avait repris l’offensive en Haute-Mésopotamie selon al-Balāḏurī, Ansāb, VI, p. 363 et VII, p. 41.

69 Célèbre informateur (m. v. 822) auquel le libraire Ibn al-Nadīm (m. 1046), Fihrist, p. 128-129 attribue une collection des Vertus des Rabīʿa.

70 al-Balāḏurī, Ansāb, VI, p. 363

71 Naṣr b. Muzāḥim, iffīn, p. 145, 225, 253, 259, 298-299, 332 et 360-362.

72 al-Ṭabarī, ʾrī, II, p. 556-558.

73 Id., II, p. 713-714 ; Ou bien Šurayk b. Ǧarīr dans Al-Balāḍurī, Ansāb, VI, p. 425-426. Abū Miḫnaf pense qu’il s’est trompé de cible. A l’inverse, ʿUrwa b. Bitān (al-Ṭabarī, ʾrī, II, p. 367) al-Taġlibī aurait massacré un général de Ḥusayn à Karbalāʾ.

74 Naṣr b. Muzāḥim, iffīn, p. 486-487 cite un vers de poésie d’al-Naǧāšī qui l’appelle “fils du sayyid des Taġlib ». Ibn al-Kalbī, Nasab Maʿadd, p. 24 ; Kurdūs b. Hānī, le « seigneur des Taġlib » lors de la guerre légendaire de Ḏū Qār (v. 610).

75 Selon Sayf b. ʿUmar cité par al-Ṭabarī, ʾri, I, p. 2376 ; selon Madelung 2003, p. 163 et 1996, p. 202

76 Morony, 1982, p. 9, al-Dīnawarī, al-iwāl, p. 304.

77 Al-Balāḏurī, Ansāb, VII, p. 42.

78 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 462/V : II, p. 503.

79 Fiey 1964, p. 197-198.

80 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 447/V : II, 474.

81 Sur cette tribu et sa guerre contre les Taġlib, on se reportera à l’article de Lecker 2005.

82 Al-Balāḍurī, Ansāb, VII, p. 66.

83 Ce récit n’apparaît que dans la recension faite par Sayf et sélectionnée par al-Ṭabarī, ʾrī, I, p. 2475-2477. Les autres auteurs ignorent totalement cet épisode même si al-Balāḏurī, Futū, T : p. 249/V : p. 399 mentionnent que des Taġlib furent déroutés en chelin par la colonne qui prit finalement Takrīt.

84 Al-Balāḍurī, Ansāb, VII, p. 61.

85 Id., p. 64.

86 Id. p. 66.

87 Id., p. 67 ; Al-Aḫtal, Dīwān, p. 198-199 ; sur l’importance de St Serge dans la christianisation des Arabes, on lira utiliment Fowden 1999.

88 Al-Balāḍurī, Ansāb, VII, p. 66.

89 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 413/V : II, p. 416, au sujet du district sassanide, lire Gyselen, 1993, p. 57.

90 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-148.

91 Michel le Syrien, Chronique, T : IV, p. 448/V : II, p. 476.

92 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 149-150.

93 Id.

94 Forand 1969, p. 89.

95 Al-Balāḏurī, Futū, T : 132/V : 202.

96 Heidemann 2011, p. 47-48.

97 Rotter 1974, p. 171-172, Robinson 2000, p. 51.

98 Heidemann 2011, p. 47-48.

99 Robinson 2000, p. 37 citant Al-Ṭabarī, ʾrī, I, p. 2497-2498 et p. 2673-2674, al-Yaʿqūbī, ʾrī, II, p. 277.

100 Il s’agit d’une histoire monastique des années 770 qui prend appui sur une chronologie mésopotamienne rédigée peu après 728 selon Debié 2015, p. 202, 567 et 572.

101 846, T : p. 234/V : p. 176-177 ; 819, T : p. 14-15/V : p. 9-10 ; Vie de Gabriel, p. 90.

102 Vie de Gabriel, p. 89-90 (n° 25), voir Nau, Notice, T : p. 102/V : p. 66 (fol-81 r). sur Mār Siméon, Palmer 1993, p. 159-167.

103 Sur cet évènement, lire Fiey 1993, p. 249 et sur les (re)fondations qarṭmīniennes et miaphysites à Nisibe, Palmer 2010, p. 175-179.

104 Vie de Gabriel, p. 90.

105 Diplôme de Gabriel, T : p. 275, V : p. 277.

106 Vie de Gabriel, p. 89-90 (n° 25), voir Nau, Notice, T : p. 102/V : p. 66 (fol-81 r).

107 Vie de Gabriel, T et V : p. 90 ; Notice, T : p. 30/ V : p. 66, voir aussi Tannous, 2016, p. 315.

108 Fiey, Nisibe, 77 et Palmer, 2010.

109 846, T : p. 234/V : p. 176-177 (angl. p. 582) 819, T : p. 14-15/V : p. 9-10.

110 Sur ce fondateur du ḫāriǧisme mésopotamien, lire Robinson, 2000 p. 110 et suiv.

111 al-Ṭabarī, II, 944-952.

112 Michel le Syrien, Chronique, ed. p. 451/tr. p. 480.

113 Id., ed. p. 450/tr. p. 480.

114 Al-Azdī, al-Mawil, p. 226.

115 Voir supra, IV. A à propos de la géographie des évêques que l’hagiographe présente aux funérailles de Gabriel de Qarṭmīn. Il semble que l’expansion qarṭmīnienne dans l’ancien Orient soit assez bien identifiable dans le récit de la chronique de Zuqnīn pour la période des deux premières décennies abbassides.

116 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 149-150.

117 Id., III, col. 151-152 et 159-160.

118 Histoire d’Aūdemmeh, p. 27-28. Au sujet du Knūšyō, Fiey, 1964, p. 230-231 rapporte plusieurs informations, sans faire toutefois le lien avec celui de la Vie d’Aūdemmeh.

119 Bar Hebraeus, Ecclesiasticum, III, col. 147-148.

120 Histoire d’Aūdemmeh, p. 28.

121 Pierre 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Principaux toponymes de Haute-Mésopotamie vers 680-710.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/7486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon V. Pierre, « Le rôle de tribus arabes chrétiennes dans l’intégration de l’Orient à l’Église syro-orthodoxe : de la mort de Sévère (v. 683-684) à la crise entre Denḥā II et Julien II (r. 687-709) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 22 avril 2020, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/7486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.7486

Haut de page

Auteur

Simon V. Pierre

sim.pierre85@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search