Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-1VariaTrois notes sur l’histoire de Dur...

Résumés

Cet article réexamine les différentes hypothèses concernant trois événements importants de l’histoire de la ville albanaise de Durazzo au XIIIe siècle. Il conclut tout d’abord que Michel Ier d’Épire prit la cité aux Vénitiens vers 1212, peu après avoir conquis Larissa et une partie importante de la Thessalie. Concernant l’expédition de l’empereur latin Pierre de Courtenay en 1217, il conclut ensuite que ce dernier souhaitait initialement se contenter d’une simple escale dans le port, mais que Théodore d’Épire lui remit alors la ville et conclut avec lui un accord afin de l’attirer vers l’intérieur des terres, où il lui tendit un piège et le captura, avant de reprendre la cité portuaire. Enfin, concernant l’implantation sicilienne en Albanie et à Corfou (1257-1259), il conclut qu’il n’y eut jamais de guerre entre Manfred de Sicile et Michel II d’Épire : Manfred s’empara de Durazzo et d’autres places albanaises, alors contrôlées par l’empire de Nicée, dès 1257 dans le cadre d’une alliance avec Michel II. Le mariage d’Hélène, fille de Michel, avec Manfred en 1259 aboutit ensuite à un transfert de terres épirotes à titre de dot. En annexe se trouve réuni un corpus de sources relatives à l’expédition de Pierre de Courtenay, en original et en traduction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ducellier 1981.

1L’histoire de Durazzo (Dyrrachion, Dyrrachium, Duras, Durrës), principale ville de l’Albanie médiévale, a déjà été faite, notamment par le regretté professeur Alain Ducellier, dans sa synthèse magistrale portant sur la façade albanaise au Moyen Âge1. Je n’entreprendrai pas ici de refaire l’histoire de Durazzo ; en revanche, trois points importants de l’histoire de la ville, liés à celle de l’État épirote, m’ont paru mériter quelques examens approfondis. Ces trois points constituent des épisodes importants de la lutte séculaire entre les puissances italiennes et Byzance pour le contrôle de l’Albanie : il s’agit tout d’abord de la prise de la ville aux Vénitiens par les Épirotes, vers 1212, puis du débarquement de l’empereur latin de Constantinople Pierre de Courtenay qui s’y déroula en 1217 et enfin de son acquisition par le roi Manfred de Sicile en 1257/58.

Carte de l’Albanie, incluant les toponymes mentionnés dans le texte.

Carte de l’Albanie, incluant les toponymes mentionnés dans le texte.

La conquête de Durazzo et de Larissa par l’Épire en 1212

  • 2 Ibid., p. 121-131. Nicol 1988a, p. 155-157.
  • 3 Nicétas Choniatès, p. 63844.
  • 4 Albéric de Trois-Fontaines, p. 8861-2 = p. 770E : Similiter quidam Michalis, dum missus fuisset ve (...)
  • 5 Ducellier 1981, p. 124, 128.
  • 6 Tafel – Thomas 1856-57, II, 119-123 (n° 223-224). Nicol 1957, 30-31 ; idem 1988a, p. 160 ; Ducelli (...)

2Comme on le sait, la partitio Romanie de septembre 1204 prévoyait que la province de Durazzo passerait à la République de Venise. Capitale du thème qui portait son nom, métropole d’une province ecclésiastique orthodoxe et principal port de la façade occidentale de l’empire byzantin, la ville constituait assurément un morceau de choix ; aussi la République s’en empara en juin 1205 et y instaura un duché2. Au sud, à Arta, Michel Ier Comnène Doukas (1205-1214/15) fondait à la même époque l’État épirote, qui comprenait selon la formule de Nicétas Choniatès « les territoires en direction de Dyrrachion »3. Albéric de Trois-Fontaines, quant à lui, affirme que Michel « se fit duc » dans la région de Durazzo4. En réalité, la ville ne faisait pas partie du nouvel État : il faut comprendre ici que la cité portuaire et peut-être ses environs immédiats appartenaient à Venise, tandis que l’Épire ne contrôlait encore que le sud de l’actuelle Albanie5. Les relations entre Michel et Venise furent passablement agitées. En effet, la République, du fait des multiples fronts sur lesquels elle était engagée, ne pouvait procéder à la conquête de l’arrière-pays de la ville ; quant à Michel, il souhaitait bien évidemment s’emparer de ce port stratégique, mais était lui aussi confronté à de nombreux ennemis, de sorte qu’il ne pouvait pas en entreprendre le siège dans l’immédiat. Il en résulta un modus vivendi qui culmina avec la promissio de 1210, par laquelle Michel fit mine de se placer sous la protection vénitienne et promit d’être fidèle à la République6. En réalité, les Vénitiens avaient conscience que leur domination était mal assurée puisqu’ils prirent soin de faire figurer dans la promissio que Michel viendrait les aider en cas de révolte des Albanais ou des Corfiotes. En revanche, Michel était pour sa part en position de force et il semble bien qu’à peine deux années plus tard, la montée en puissance de son État, l’amélioration de sa situation stratégique et le soutien de la petite principauté albanaise de l’Arbanon lui permirent de s’emparer du port par la force. La capture par les Épirotes de cette ville, d’une grande importance politique, stratégique, économique et religieuse, constitua assurément un événement marquant pour les contemporains. Pourtant, aucune source ne nous en donne la date précise et un article récent a remis en question le consensus historiographique qui prévalait sur le sujet. Il nous faut donc procéder au réexamen du dossier.

  • 7 Voir infra, deuxième partie.
  • 8 Acropolite, §14, p. 2512.
  • 9 Scutariote, p. 4614-5.
  • 10 Éphrem, v. 7673 = v. 7697.
  • 11 Stefano Magno, p. 180.
  • 12 On se bornera à citer ici Du Cange 1826, I, p. 141, Gerland 1905, p. 190-192, 248 et Longnon 1949, (...)

3Les sources sont malheureusement peu explicites et se contredisent mutuellement, de sorte qu’il faut les livrer à une nécessaire critique. Tout d’abord, les sources relatives à la capture de l’empereur Pierre de Courtenay en 1217 sont toutes d’accord sur un point : lorsque Pierre débarqua à Durazzo en 1217, la ville était sous contrôle épirote7. Depuis quand ? Divers auteurs nicéens, à savoir Georges Acropolite8 et ses suiveurs Théodore Scutariote9 et Éphrem10, ainsi que l’auteur vénitien de la Renaissance Stefano Magno11, affirment que ce fut sous le règne de Théodore Comnène Doukas (1214/15-1230), frère et successeur de Michel Ier. Pendant longtemps, les historiens ont donc repris cette information, principalement sous l’influence d’Acropolite12. Ce dernier, pourtant, écrit dans les années 1260, soit environ un demi-siècle après les faits. Quant à Stefano Magno, il écrit encore plus tard, au XVIe siècle. Il est probable que le formidable succès que constitua pour Théodore la capture de l’empereur Pierre et la destruction de toute son armée ait occulté dans leur mémoire des événements plus anciens et moins retentissants.

  • 13 Vassilievski 1896, p. 2682-11, 27020-26 (n° 17). Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 48 ( (...)
  • 14 Bardanès, p. 112256-263 (§12) = p. 494279-286 ; voir annexe n° 4. Loenertz 1964, p. 99 = p. 479-48 (...)
  • 15 Vie de Stefan Nemanja, §18 248-11, p. 258 ; voir trad. Hafner, p. 118-120. Nicol 1957, p. 38 ; Duc (...)

4En effet, il existe des sources plus proches des événements, à la fois géographiquement et chronologiquement, et qui doivent donc avoir notre préférence. Or elles indiquent que c’est bel et bien Michel qui, le premier, s’est emparé de Durazzo. Le patriarche Manuel, dans une lettre au métropolite de Naupacte Jean Apokaukos, évoque l’intronisation des métropolites Dokeianos de Dyrrachion et Kalospitès de Larissa, dont Michel avait demandé la confirmation. Dans sa réponse, Apokaukos affirme qu’ils ont été intronisés à la demande de Michel au cours d’un synode advenu à Arta neuf ans avant la lettre, qui date d’avril 1222, soit en 121313. Le métropolite de Corfou Georges Bardanès, dans une lettre au patriarche Germain II, affirme que Dyrrachion fut prise une fois par Michel et une fois par Théodore14. Enfin, la Vie de Stefan Nemanja indique à deux reprises que la ville était entre les mains du Michel lorsque ce dernier lança une expédition vers Scutari (Shkodër)15.

  • 16 Nicol 1957, p. 37-38 ; Ducellier 1981, p. 150-151 ; Ducellier 1998, p. 219-220, va même jusqu’à pa (...)

5Ces sources ne nous apprennent malheureusement presque rien sur la façon dont se déroula la prise de la ville. Seule la lettre de Bardanès précise qu’elle ne se fit pas sans peine ; néanmoins la bataille fut probablement de relativement faible ampleur. D’une part, comme le note à juste titre Alain Ducellier, « la mention [par Bardanès] des « troupes italiennes innombrables » qu’il a fallu repousser ne s’applique certainement pas à l’époque de Michel Doukas » mais à celle de Théodore ; d’autre part l’absence de source vénitienne laisse entendre que la République n’a pas consacré beaucoup de moyens à sa défense16.

6Il ressort donc de l’ensemble des sources à notre disposition que Durazzo appartenait à l’État épirote dès le règne de Michel, plus précisément avant 1213. Il est possible de préciser cette date en étudiant le sort de la Thessalie, région certes éloignée de Durazzo, mais dont le dossier est manifestement lié au précédent, dans la mesure où, comme nous l’avons vu, les lettres de Manuel et d’Apokaukos associent le sort de Dokeianos de Dyrrachion à celui de Kalospitès de Larissa. Cela s’explique parce que leurs situations sont similaires : villes occupées par les Latins après 1204, reprises par Michel Ier, recevant chacune un métropolite au synode d’Arta en 1213, dont la nomination est contestée par le patriarche de Nicée. Dans la mesure où c’est le même synode qui pourvut les trônes de Dyrrachion et de Larissa, on peut supposer que les deux villes passèrent aux Épirotes à peu près en même temps. Que savons-nous de la conquête de la Thessalie ?

  • 17 Acropolite, §14, p. 2511.
  • 18 Voir par exemple Gerland 1905, p. 190-192, 248-249 ; Longnon 1949, p. 151.
  • 19 Miliarakis 1898, p. 66 et 103 ; Nicol 1957, p. 35-37, 41-42. Nicol évoque les villes de Larissa, D (...)
  • 20 Grégoras, I, p. 1319-21, qui mentionne Michel Ier. Χρονικόν του Μορέως, vv. 1030-1034, qui ne ment (...)

7Cette région avait été conquise par Boniface de Montferrat et faisait partie du royaume de Thessalonique. La mort de Boniface dès 1207 et la minorité de son héritier Demetrius permit aux Épirotes de se lancer à la conquête de la région. Comme pour Durazzo, le témoignage d’Acropolite17 a longtemps fait croire que cette conquête était le fait de Théodore et non de Michel Ier18. Néanmoins, Antonios Miliarakis et surtout Donald Nicol ont montré, à partir de divers documents ecclésiastiques, que Michel Ier avait déjà réalisé la conquête d’une partie de la Thessalie19. Du reste, des sources médiévales telles que Nicéphore Grégoras ou la version grecque de la Chronique de Morée, certes postérieures d’environ un siècle aux événements, mentionnent la Thessalie aux mains des Épirotes dès les lendemains de la Quatrième croisade20.

  • 21 Bees-Sepherli 1976, p. 728-9 (n° 13), p. 176-177 (n° 13) ; Bees 1925, p. 124-125 ; Lampropoulos 19 (...)
  • 22 Bees-Sepherli 1976, p. 125-127 (n° 68), p. 212-213 (n° 68) ; Bees 1925, p. 135-136 ; Lampropoulos (...)
  • 23 En plus des références données dans les deux notes précédentes, voir Nicol 1957, p. 41, 45 n. 31 ; (...)
  • 24 Karpozilos 1973, p. 52 et 64-65.
  • 25 Bees 1925, p. 132-135, Nicol 1957, p. 41 et Lampropoulos 1988, p. 171, pensent qu’il s’agit de Kal (...)
  • 26 Mansi 1960-61, XXII, col. 962D.
  • 27 Pressutti 1888-1895, II, p. 96 (n° 4134), p. 167-168 (n° 4529).

8La source qui nous intéresse le plus est ici une décision synodale, datée du 4 juin, indiction 15, qui mentionne la présence du chartophylax Léon Makros à la métropole de Larissa21. Or cette décision synodale est mentionnée comme récente dans une lettre de Jean Apokaukos destinée au métropolite de Larissa, qui était donc en place à cette époque22. L’éditeur de ces deux documents, Nikos Bees, les place en mai-juin 1212 ; cette datation est suivie par l’ensemble des historiens postérieurs23. Ce métropolite de Larissa mentionné en 1212 est-il Kalospitès, qui fut intronisé par le synode d’Arta en 1213 ? Il est impossible de le savoir avec certitude, mais il est certain que Dokeianos et Kalospitès furent désignés par Michel avant d’être intronisés par le synode24. Il n’y aurait donc rien d’étonnant à ce que sa nomination par Michel ait eu lieu dès 121225. Quoiqu’il en soit, il semble raisonnable de considérer que Larissa était tombée dès le mois de juin 1212. D’ailleurs, après cette date, l’archevêque latin de Larissa n’est plus mentionné dans son diocèse et on ne trouve plus que trois attestations de lui. D’abord en 1213, lorsqu’il fut invité au concile de Latran de 1215, auquel il ne se rendit pas26 ; en 1222 et en 1223 enfin, où on le trouve en résidence à Thèbes, manifestement lieu de son exil27.

  • 28 Innocent III, col. 575 (n° 42, 7 mai 1212).
  • 29 Miklosich – Müller 1860-90, IV p. 382-383 (n° 18).

9Mentionnons également le cas de Demetrias. Au début du mois de mai 1212, l’évêque latin de la ville avait demandé à être relevé de son poste, qu’il ne pouvait occuper28. Il semble donc qu’à cette date, la ville était perdue pour les Latins et, ipso facto, qu’elle était déjà aux mains de Michel. La prise de la ville dès le règne de ce dernier est confirmée par un document daté du mois de février, indiction 3, soit 1215, par lequel Arsène, évêque de Demetrias, confirma la fondation du monastère de Makrinitza par Constantin Maliassène29.

  • 30 Papadopoulos-Kerameus 1891-98, IV p. 118 (n° 37). Concernant la date de ce document, voir Stefec 2 (...)
  • 31 Bees 1925, p. 137-138.
  • 32 Nicol 1957, p. 41 n. 32.

10Enfin, concernant Domoko, la situation est plus hypothétique. En novembre 1228, un certain Syméon, diacre de Larissa, fut nommé évêque de Domoko en remplacement de son père30. Si l’on suppose que ce personnage est le même que le Syméon Despotopoulos (« fils de l’évêque »), mentionné en tant que diacre de Larissa en avril 121531, il semble alors très probable que son père était déjà évêque de Domoko dès avril 121532.

  • 33 Outre Nicol et Ducellier, on citera par exemple : Miliarakis 1898, p. 51, 55, 62-63 et 103 ; Raveg (...)
  • 34 Outre Miliarakis, Nicol et Ducellier, on citera Ferjančić 1974, p. 39-44, auquel on peut ajouter l (...)
  • 35 Van Tricht 2001, p. 237 n. 82. Voir aussi Van Tricht 2011, p. 164, 242.
  • 36 Ibid., p. 227-231.

11Le consensus historiographique veut donc que Michel Ier ait conquis aussi bien Durazzo33 que Larissa34 et que cette conquête ait eu lieu avant 1213, probablement avant le mois de juin 1212, et le dossier pourrait sembler clos. Pourtant, un article de Filip Van Tricht réexaminant le règne de l’empereur Henri a remis en cause il y a quelques années cette vision des choses, tant à propos de la première ville35 que de la seconde36. Il convient donc d’examiner ses arguments.

  • 37 Nicol 1957, p. 39 ; cf. Van Tricht 2001, p. 231 n. 61.
  • 38 Acropolite, §14, p. 268-9. Macrides 2007, p. 148 n. 17. Voir infra, deuxième partie.

12Acropolite affirme explicitement que c’est Théodore qui s’est emparé de Durazzo et de la Thessalie. Néanmoins, comme nous l’avons vu plus haut, Acropolite écrit un demi-siècle après les faits et est loin d’être la meilleure source pour les événements en question37. Notamment, il affirme que Pierre de Courtenay tomba lors de la bataille contre Théodore en 1217, alors qu’il est certain qu’il mourut plus tard en captivité38. Par ailleurs, s’il est vrai qu’il ne faut négliger aucune source, il convient alors de prendre également en considération la Vie de Stefan Nemanja, laquelle affirme explicitement que Michel Ier contrôlait Durazzo.

  • 39 Vassilievski 1896, p. 268-269 (n° 16) ; Loenertz 1964, p. 90-92 ; Karpozilos 1973, p. 52, 62-63, 6 (...)
  • 40 Voir Annexe, n° 4.

13 L’élection de métropolites de Larissa et de Dyrrachion en 1213 et la possible mention d’un évêque orthodoxe de Domoko en 1215 ne prouvent pas que ces villes soient passées sous domination byzantine, dans la mesure où l’on trouve des exemples de prélats, latins ou grecs, portant leur titre même si leur siège est occupé par le camp opposé. Certes, mais, la nomination des métropolites Kalospitès de Larissa et Dokeianos de Dyrrachion est mentionnée par Manuel Ier et Jean Apokaukos dans le cadre d’une controverse portant explicitement sur la nomination de prélats dans le territoire de l’État épirote39. Le patriarche reprochait aux Épirotes d’agir sans en référer à lui, tandis que ses adversaires se défendaient en invoquant la nécessité de pourvoir les sièges récemment libérés. Rien n’indique que le cas de Larissa et Dyrrachion ait été différent des autres. Bien au contraire : sachant que Manuel contestait les nominations effectuées dans les territoires que les Épirotes contrôlaient, que n’aurait-il écrit s’il s’était agi de sièges qu’ils ne contrôlaient même pas ? Quant à ses interlocuteurs, ils évoquent à plusieurs reprises des nominations effectuées après la libération de villes prises aux Latins : c’est notamment le cas pour Durrazo, mentionnée comme telle dans une lettre de Georges Bardanès40.

  • 41 Voir par exemple Vassilievski 1896, p. 2689.

14L’extrait de la lettre de Georges Bardanès mentionne uniquement un frère de Théodore Comnène Doukas, sans préciser lequel. Il peut donc tout aussi bien s’agir de Manuel ou de Constantin, deux autres frères de Théodore qui ont tous les deux remplis des fonctions administratives et militaires sous son règne. Or le texte de Bardanès comporte l’adjectif μακαριστὸς, d’ordinaire réservé aux défunts, et seul Michel était décédé lors de la rédaction de la lettre41.

  • 42 Bees 1925, p. 125, 138, 140. Léon Makros est également mentionné, sous son nom monastique de Manue (...)
  • 43 Miklosich – Müller 1860-90, IV, p. 3827. Le consensus à propos de la date de 1215 semble général : (...)

15La décision synodale mentionnant Léon Makros et la confirmation de la fondation monastique de Constantin Maliassène par l’évêque Arsène de Demetrias ne sont datés que par l’indiction (respectivement 15 et 3). Il est donc possible qu’ils datent, non pas de 1212 et 1215, mais de 1227 et 1230. Bien sûr, l’indiction 15, sous le pontificat de Jean Apokaukos et après la chute de Constantinople, peut correspondre aux années 1212 et 1227, mais le contenu de la lettre empêche qu’il s’agisse de 122742. Quant à la confirmation d’Arsène, elle présente Constantin Maliassène comme ὁ ἐπ᾽ἀνεψιᾷ γαμβρὸς τοῦ κυροῦ Θεοδώρου Κομνηνοῦ τοῦ Ἀγγέλου. Le document se place donc entre la mort de Michel Ier, survenue vers 1214, et la prise du titre impérial par Théodore, survenue après la prise de Thessalonique en 1224. La seule année possible est donc 121543.

16Le fait que l’archevêque latin de Larissa ne figure plus dans les registres d’Innocent III après 1212 peut être dû au fait que la plupart des lettres de ce pape des années 1214-1216 n’ont pas été conservées. D’ailleurs, le fait que l’archevêque soit invité au concile du Latran montre qu’il faisait encore partie de ses correspondants, tandis que le fait qu’il ne se soit pas rendu au concile ne prouve rien. Certes : ni dans un sens, ni dans l’autre. Reste néanmoins qu’aucune source ne vient témoigner que l’archevêché latin de Larissa ait été en activité après 1212.

  • 44 Innocent III, col. 596, (n° 72, 25 mai 1212).

17 La lettre évoquant l’impossibilité pour l’évêque latin de Demetrias d’occuper son siège en mai 1212 ne mentionne aucune invasion grecque. Cette impossibilité pourrait donc avoir d’autres causes. D’ailleurs, peu après, le diocèse de Demetrias fut concédé à l’évêque de Gardiki44, signe que « les Latins de la Thessalie centrale étaient d’avis qu’ils pouvaient administrer ce diocèse ». On notera cependant que rien dans les sources n’indique ce que pourraient être les causes de ces changements. L’hypothèse la plus simple et la plus vraisemblable reste donc que l’évêque de Demetrias ait demandé à être relevé de ses fonctions parce qu’il avait été chassé de son siège, et que son diocèse ait été concédé à son collègue de Gardiki à titre purement honorifique ou pour en expédier les affaires courantes.

18Michel n’était pas en guerre contre l’empire latin dans les années 1212-1216. D’ailleurs, si cela avait été le cas, l’empereur Henri Ier aurait mené campagne contre lui et non contre la Serbie, où il intervint deux fois en 1214-1216. C’est tout à fait exact, mais cela n’exclut en rien que la conquête de la Thessalie centrale ait eu lieu auparavant.

  • 45 Van Tricht 2011, p. 221-227.
  • 46 Ibid., p. 235-236.
  • 47 Prinzing 1973, p. 41234-36. Henri exagère manifestement la portée de ses succès lorsqu’il affirme (...)

19Il nous semble donc que la révision proposée n’est pas recevable et que tant la conquête de Larissa que celle de Durazzo eurent bien lieu sous Michel Ier. L’article de Filip Van Tricht comporte cependant deux autres révisions qui nous paraissent plus convaincantes : l’encyclique de Henri Ier daterait de 1213 et non de 1212, cependant que la bataille d’Antioche-du-Méandre daterait pour sa part de 1212 et non de 121145. Il s’ensuivrait donc qu’Henri aurait mené campagne en mars 1212 contre Michel, qui avait attaqué le royaume de Thessalonique, et que nous retrouverions ce même Michel en mai-juin de la même année, cette fois allié aux Latins de Thessalonique, participer à la bataille de Pélagonia contre le seigneur bulgare Strez46. La proximité des dates avec nos sources concernant la conquête de la Thessalie centrale est ici flagrante. Il en résulte donc que Michel avait, au début de 1212, lancé une offensive contre la Thessalie. Henri vint au secours du royaume de Thessalonique et remporta probablement quelques succès, mais dut repartir pour Constantinople avant d’avoir pleinement vaincu les Épirotes47. Ceux-ci poursuivirent donc leur offensive, contraignant les Latins de Thessalonique à conclure une paix par laquelle ils acceptaient la perte de Larissa, dont la chute eut lieu à une date qui reste inconnue. Tout espoir de récupérer les sièges perdus étant désormais vain, l’Église catholique libéra l’évêque de Demetrias de sa charge, tandis que, de son côté l’Église épirote reconstituait la hiérarchie orthodoxe dans les territoires nouvellement conquis en Thessalie.

  • 48 Voir supra, n. 6.
  • 49 Laurent 1960.
  • 50 Prinzing 1973, p. 41230-31 : Quater enim Michaelicius et ter Stracius iuramenta nobis prestiterunt (...)
  • 51 Ducellier 1981, p. 149.
  • 52 Bon 1969, p. 68.
  • 53 Nicol 1957, p. 38, suivi par Ravegnani 2005, p. 107 ; Stefec 2015, p. 22 (n° 9), avec bibliographi (...)

20Mais revenons à Durazzo : où situer chronologiquement sa conquête ? Michel Ier avait, nous l’avons vu, conclu en 1210 un accord avec Venise48. Il semble que cet accord demeura en vigueur quelques temps49. Par ailleurs, l’encyclique d’Henri Ier affirme qu’entre 1209 et 1212, Michel rompit à quatre reprises les serments prêtés à l’empereur50 : autant dire que le souverain épirote se consacra principalement à l’offensive contre le royaume de Thessalonique. Michel n’ayant vraisemblablement pas les moyens de mener deux offensives simultanément, il est peu probable qu’il ait agi contre Venise à cette période. D’ailleurs, la domination vénitienne sur Durazzo est encore attestée en août 121151. Par la suite en revanche, au plus tard au printemps 1212, les Vénitiens aidèrent les Latins du Péloponnèse à s’emparer de Nauplie, tenue jusque-là par les Épirotes52. Les hostilités étaient donc désormais ouvertes entre Venise et Michel, dont l’armée était à présent disponible et à qui l’alliance avec les Latins de Thessalonique contre les Bulgares et les Serbes ouvraient des perspectives d’expansion vers le nord. C’est donc entre la bataille de Pélagonia en mai-juin 1212 et le synode d’Arta en 1213 qu’eut lieu la prise de Durazzo. L’offensive contre les possessions vénitiennes fut complétée, vers 1214 semble-t-il, par la conquête de Corfou53. Bien évidemment, cette offensive pouvait être perçue comme anti-latine. Il semble néanmoins que l’empereur, en dépit de ses devoirs envers Venise, n’ait pas réagi, probablement trop content de voir les Épirotes épargner le royaume de Thessalonique.

L’expédition de Pierre de Courtenay (1217)

  • 54 Le récit de ces événements a été fait notamment par Raynaldus 1870, p. 365-367 ; Du Cange 1826, I, (...)

21Après la mort de l’empereur Henri Ier en 1216, son beau-frère Pierre de Courtenay, cousin du roi Philippe-Auguste, comte d’Auxerre et époux de Yolande, comtesse de Namur et sœur du défunt empereur, fut élu pour diriger l’empire latin. Le nouveau couple impérial se mit donc en route depuis la France pour venir prendre possession de son empire54. En passant par l’Italie, Pierre et Yolande séjournèrent à Rome, où ils furent couronnés le 9 avril 1217 dans la basilique de Saint-Laurent-hors-les-murs, hors de la Ville, afin de ne pas offenser l’empereur germanique Frédéric II. Le 11, ils jurèrent devant les représentants du doge de Venise de respecter les conventions conclues par ses prédécesseurs avec la République. Enfin, ils quittèrent Rome le 17. Rejoints à Brindisi par le cardinal Jean Colonna, ils effectuèrent la traversée et arrivèrent en Romanie à Durazzo. De là, Yolande partit avec la flotte pour Constantinople, tandis que Pierre entreprit de gagner Thessalonique par voie de terre ; c’est alors qu’il fut capturé avec son armée par Théodore Comnène Doukas. Cet événement constitua assurément un tournant dans l’histoire de l’État épirote comme dans celle de l’Empire latin. Il marquait pour l’un le début de son apogée et pour l’autre le début de la fin après le règne prometteur d’Henri Ier.

  • 55 Norden 1903, p. 297-301 ; Nicol 1957, p. 52-53 ; Setton 1976, p. 45 ; Van Tricht 2011, p. 378 ; Cl (...)

22Contrairement à la prise de Durazzo par Michel Ier, la capture de Pierre est rapportée par un très grand nombre de sources, notamment des chroniques ainsi que des lettres pontificales. Ces dernières nous renseignent principalement sur les efforts conduits par Honorius III pour libérer l’empereur et surtout le cardinal Jean Colonna55. En revanche, les détails à propos de la capture elle-même sont à chercher dans les chroniques. Le corpus, probablement incomplet, que nous présentons en annexe comporte pas moins de vingt-et-un extraits de sources médiévales, preuve du retentissement de l’événement et de l’importance qui lui fut accordée dans pas moins de trois aires géographiques : en France, dont Pierre était originaire, en Italie où il fut couronné par le pape et où il embarqua, dans le monde byzantin enfin où il fut capturé et où il mourut. Hélas, ces sources sont de valeur très inégale. Certaines sont peu prolixes, d’autres plus détaillées ; certaines se contentent de répéter des textes antérieurs ; certaines apportent des informations franchement erronées ; certaines enfin mêlent des informations probablement valables à d’autres tout à fait fausses.

  • 56 Aux exceptions notables de Ducellier 1981, p. 161, et de Claverie 2013, p. 196-197.
  • 57 Longnon 1950 ; Stavridou-Zafraka 1988, p. 37-62.

23Nous ne présenterons, à titre d’exemple, que l’une d’entre elles, la version de la Chronique d’Ernoul incluse dans L’Estoire de Eracles Empereur (n° 5b), qui est de loin la plus étendue et semble ipso facto la mieux informée. Son témoignage est pourtant rarement pris en compte par l’historiographie56, ce qui constitue probablement, nous le verrons, une erreur. Certes, ce texte résulte d’une rédaction postérieure de quelques années aux événements, puisqu’elle décrit Théodore comme portant le titre impérial et maître de tout le territoire de Durazzo jusqu’à Andrinople, incluant notamment Thessalonique : or Théodore ne s’empara de cette ville qu’en 1224 et ne prit le titre impérial qu’après cette date57. On notera cependant qu’il ne s’agit pas là d’inventions fantaisistes mais d’anachronismes, qui par ailleurs ne préjugent pas de la valeur des informations portant à proprement parler sur les événements de 1217. Quant à sa profusion de détails, elle peut aussi bien être vue comme un gage de crédibilité que comme celui d’une inventivité romanesque. Par conséquent, il convient de réexaminer ce témoignage et les autres avec attention, d’autant plus qu’ils sont souvent contradictoires entre eux, de sorte que l’historiographie moderne présente elle aussi des versions radicalement différentes de cet épisode.

24Commençons par ce qui fait consensus dans nos sources : parti de Brindisi, Pierre s’est assurément rendu à Durazzo (n° 2, 3, 4, 5a, 5b, 7, 8a, 8b, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 17, 20, 21) ; par ailleurs il avait semble-t-il avec lui une armée importante (n° 2, 3, 4, 8a, 8b, 11, 13, 14) ; la Chronique de Saint-Marien d’Auxerre évoque même une armée de 160 chevaliers et 5500 sergents : chiffres considérables pour l’époque mais vraisemblablement exagérés. La nature même de son débarquement à Durazzo en revanche ne fait l’unanimité ni des sources, ni des historiens. Certains témoignages ne nous sont ici d’aucun secours puisqu’ils mentionnent uniquement la capture de Pierre sans en donner les circonstances (n° 6, 7, 16).

  • 58 Cette affirmation est reprise notamment par Du Cange 1826, I, p. 154 Gibbon 1909-1914, VI, p. 448- (...)
  • 59 Tafel – Thomas 1856-57, II, p. 193-195= Pozza 2004, p. 73-74 (n° 5). L’édition Tafel – Thomas repr (...)

25D’autres auteurs quant à eux nous en disent plus. Tout d’abord, deux sources (n° 2, 21) précisent que l’armée avait été transportée par les Vénitiens en échange de la prise de Durazzo, à l’instar de l’épisode de Zara lors de la quatrième croisade58. Le fait que ces sources soient très minoritaires et, pour l’une, très tardive, ne peut qu’inspirer la méfiance. Il suffira pour rejeter définitivement cette assertion de consulter le texte du pacte réellement conclu entre le couple impérial et le doge de Venise : il ne mentionne aucune convention de ce type, ce qui constitue un indice sûr que ce prétendu accord est pure fiction59. Si l’on s’intéresse en particulier aux auteurs vénitiens, dont on peut supposer qu’ils seraient attentifs à un accord entre Pierre et la République, on constate que seul Marco Antonio Sabellico (n° 21), auteur très tardif, le mentionne ; les sources vénitiennes plus proches des faits (n° 15 et 17) ne le font pas. Dandolo (n° 17) confirme d’ailleurs le texte du pacte : Pierre et Yolande se contentèrent en réalité d’approuver les traités précédents.

  • 60 Du Cange 1826, I, p. 154 ; Gibbon 1909-1914, VII, p. 449 ; Bréhier 1946, p. 309 ; Longnon 1949, p. (...)
  • 61 Ducellier 1981, p. 161-162. Ducellier 1998, p. 220, semble avoir changé d’avis puisqu’il écrit que (...)

26Concernant la suite des événements, des auteurs proches des faits (n° 2, 3, 8a, 8b) aussi bien que tardifs (n° 21) affirment que Pierre souhaitait prendre Durazzo de force. Selon ces sources, après avoir assiégé la ville sans succès, Pierre se serait enfoncé vers l’intérieur des terres où Théodore l’aurait alors capturé. Cette version est reprise en partie ou en totalité par la plupart des auteurs modernes60. Alain Ducellier a pourtant montré qu’elle est invraisemblable : si Pierre avait réellement assiégé le port sans succès, il aurait été absurde de s’enfoncer à l’intérieur des terres sans ravitaillement et sans possibilité de se rembarquer puisque la flotte avait été envoyée à Constantinople61. Par ailleurs, les sources mentionnant un tel siège sont tout à fait minoritaires dans notre corpus. Enfin, les sources grecques, incluant Bardanès, qui est probablement notre source la plus fiable sur le sujet, affirment toutes que Durazzo était passée aux mains des Latins (n° 4, 11, 12, 14) et que Théodore dut ensuite reprendre le port (n° 4, 12, 14), ce qui contredit nettement l’hypothèse du siège inachevé.

  • 62 Ibid., p. 161, 212 n. 13.
  • 63 Ducellier 1981, p. 160-162. Ducellier 1998, p. 220. L’hypothèse de Van Tricht 2001, p. 237-238 ; i (...)

27L’ensemble des autres sources ne mentionnant pas de siège, le plus probable est que le débarquement à Durazzo était une simple escale avant de poursuivre le voyage par mer, en suivant ainsi la route traditionnelle pour aller d’Italie à Constantinople62. En effet, Théodore était certes mal vu des Vénitiens en raison de l’occupation de Durazzo et de Corfou, mais l’Épire était en paix depuis 1212 avec le royaume de Thessalonique et avec l’Empire latin. Pierre pouvait donc en théorie espérer pouvoir y faire escale de façon pacifique. Par ailleurs avait-il vraisemblablement conscience du danger que représentait Théodore, qui venait de s’étendre en Macédoine occidentale aux dépends des Bulgares, et souhait-il profiter de cette escale pour faire une démonstration de force qui dissuaderait le dirigeant épirote d’attaquer l’Empire. Peut-être même espérait-il que celui-ci lui prête serment de vassalité comme Michel Ier l’avait fait à Henri en 120963. Quoi qu’il en soit, de nombreuses sources (n° 1, 3, 5a, 5b, 7, 8a, 8b, 9, 10, 13, 15, 17, 18, 20, 21) indiquent que l’impératrice Yolande poursuivit son voyage par mer sans encombre. or la Chronique de Fossa Nova (n° 1), l’une des plus anciennes et probablement des mieux informées, précise qu’elle avait refusé de changer de route : il faut vraisemblablement en conclure que Pierre de Courtenay avait initialement prévu de poursuivre son trajet par voie maritime.

  • 64 L’assertion de Michaud 1856, p. 250, selon laquelle Pierre aurait fait chemin par voie terrestre p (...)

28Si l’empereur changea ses plans, c’est qu’il eut la bonne surprise d’être accueilli en grande pompe (n° 5a, 5b, 13) par Théodore qui, dès qu’il apprit que Pierre était à Durazzo, s’y précipita (n° 5a, 5b) afin de feindre la soumission64. Ayant compris comment contenter les souverains latins, le dirigeant épirote rendit hommage à l’empereur (n° 5a, 5b, 15, 17) ou tout du moins fit montre d’intentions pacifiques (n° 2, 19, 20, 21) et ils conclurent un accord (n° 2, 15, 21).

  • 65 Nicol 1957, p. 71 n. 9.
  • 66 Ducellier 1981, p. 161-162.
  • 67 Van Tricht 2011, p. 164-165 et 243.

29Théodore remit-il à cette occasion la ville de Durazzo à Pierre ? Il s’agit là d’une épineuse question à laquelle les historiens modernes ont fourni des réponses diverses. Ainsi, selon Donald Nicol, on ne trouve dans les sources aucune allusion à un tel événement65. Ce n’est pas tout à fait vrai, puisque Bardanès (n° 4) évoque la conquête de Durazzo par Théodore. Acropolite et ses suiveurs (n° 11, 12, 14), en revanche, mentionnent explicitement la prise de la ville par Pierre, puis, pour Ephrem (n° 14), sa reprise par Théodore. or si l’on considère qu’il n’y eut pas de siège, Durazzo ne put changer de maître qu’à la suite d’un accord. Quant à la Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier (n° 5a), elle affirme que Théodore « rendit sa terre » à Pierre, ce qui peut être interprété comme la cession de Durazzo. Tout ceci a conduit Alain Ducellier à considérer que « Durazzo fut remise entre les mains de Pierre »66. On peut néanmoins observer qu’Acropolite et ses suiveurs écrivent longtemps après les faits et ne sont pas, comme nous l’avons vu plus haut, les mieux informés. De même, le silence de la grande majorité des sources occidentales incite à la prudence. Enfin, l’interprétation de la Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier n’est pas chose aisée. En effet, s’il est vrai que selon elle Théodore « fist homage et (…) rendi se tiere » à Pierre, L’Estoire de Eracles Empereur (n° 5b), qui constitue un autre témoin de la Chronique d’Ernoul originale, se contente pour sa part d’affirmer que Théodore « fist homage de sa terre » à Pierre. C’est probablement cette source qui conduit Filip Van Tricht à considérer que l’empereur accepta que Théodore conserve la ville en échange de son serment de vassalité67. Par ailleurs, l’expression « rendre la terre » apparaît un peu plus loin, tant dans la Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier que dans L’Estoire de Eracles Empereur, sans que son sens soit bien clair. Il nous semble pour notre part que le témoignage de Bardanès permet de départager les différentes options. Comme nous l’avons vu dans la partie précédente, Durazzo fut conquise par l’Épire dès le règne de Michel Ier et il n’y a aucune raison de penser qu’elle repassa sous contrôle occidental à une autre occasion que l’expédition de Pierre de Courtenay. La conquête de Durazzo par Théodore mentionnée par Bardanès ne put donc avoir lieu qu’à l’occasion de cette dernière. Le plus probable nous paraît par conséquent que la ville passa momentanément sous contrôle latin.

30Quoi qu’il en soit, Théodore proposa à Pierre de l’escorter à travers son territoire jusqu’au royaume de Thessalonique (n° 1, 2, 5a, 5b, 13, 17, 19, 20). Ce n’est donc probablement que sur l’invitation du souverain épirote que l’empereur latin entama le voyage par voie terrestre (n° 1, 5a, 5b), tandis que, comme nous l’avons déjà vu, sa flotte partit pour Constantinople avec son épouse et ses enfants.

  • 68 Ducellier 1981, p. 162-163 ; Prinzing 1983, p. 39.

31Quel fut le trajet emprunté par l’armée de Pierre ? Les sources ne nous le disent pas explicitement, mais elles décrivent un environnement accidenté, correspondant à la vallée du Devoll, plutôt qu’à celle du Shkumbin où passait l’ancienne via Egnatia. Par ailleurs, si ce dernier itinéraire était le plus rapide pour rejoindre Thessalonique, en revanche, la vallée du Devoll était la voie d’accès la plus rapide vers la Macédoine68.

  • 69 Du Cange 1826, I, p. 155-156.

32Selon la Chronique de Saint-Marien (n° 2), un accord serait intervenu aux termes desquels l’armée de Pierre de Courtenay aurait remis ses armes à celle de Théodore pendant le trajet : Du Cange remarquait déjà la grande invraisemblance de cette anecdote69. Quant à la version développée de la Chronique d’Ernoul (n° 5b), elle affirme que Théodore aurait endormi la méfiance de Pierre en lui proposant une alliance grâce à laquelle Pierre soumettrait l’empire de Nicée et le sultanat de Konya, voire la Terre Sainte.

  • 70 Ducellier 1981, p. 163.
  • 71 Ibid., p. 162-163.
  • 72 Nicol 1957, p. 52-53 ; Claverie 2013, p. 197-198. On notera que Scutariote (Annexe, n° 12) affirme (...)
  • 73 Ducellier 1981, p. 162.

33Quoi qu’il en soit, une fois Pierre et son armée à l’intérieur des terres, Théodore put les capturer à sa guise (n° 1, 2, 4, 5a, 5b, 7, 8a, 8b, 8, 9, 11, 12, 14), probablement avec l’aide des Albanais70. Les sources sont contradictoires concernant les circonstances de cette capture. Certaines évoquent une bataille à la suite d’une embuscade en terrain difficile (n° 8b, 11, 12, 14, 21). D’autres, probablement les plus fiables, mentionnent au contraire une arrestation (n° 5a, 5b, 9, 13, 18, 21) au cours d’un banquet (n° 5a, 5b, 19, 21), dans une forteresse (n° 5a, 9, 18) située à trois jours de Durazzo (n° 5a), qui est probablement Déabolis (Devoll)71, à moins que ce ne soit dans le camp de Théodore, installé à « cinq ou six » jours de Durazzo, au bord d’une grande rivière qui est probablement le Devoll (n° 5b). Qu’il s’agisse d’un piège lors d’une rencontre ou d’une bataille, de nombreuses sources mentionnent la mort immédiate de Pierre (n° 11, 14, 19, 21) : cette information est assurément fausse, puisque le pape réclama ensuite à Théodore la libération de Pierre72. Une source isolée et tardive, la version aragonaise de la Chronique de Morée (n° 20), affirme qu’il fut empoisonné quelques jours plus tard ; cette information est probablement peu fiable. Enfin, Théodore n’eut plus qu’à reprendre Durazzo aux forces latines qui contrôlaient la cité portuaire (n° 4, 14)73.

L’implantation sicilienne en Albanie et à Corfou (1257-59)

  • 74 Nicol 1957, p. 159-160 ; Ducellier 1981, p. 170.
  • 75 Ducellier 1981, p. 174.

34Demeurée sous domination épirote durant quatre décennies, Durazzo passa sous contrôle nicéen une première fois en 1256 à la suite d’un guet-apens diplomatique mené par Théodore II Laskaris à l’encontre de Michel II d’Épire et de son épouse Théodora74. Puis elle passa, en même temps que plusieurs places de l’Albanie méridionale, sous le contrôle de Manfred, alors régent de Sicile. Peu après, Corfou et d’autres places situées sur le continent passèrent à leur tour sous la domination sicilienne. Il s’agit là d’événements tout à fait essentiels pour la région et Alain Ducellier note, à juste titre, à ce sujet : « La Quatrième croisade elle-même n’avait pas provoqué, en ces parages, de tels bouleversements »75. En effet, d’un seul coup, le royaume de Sicile se trouvait doté d’un domaine albanais qui subsisterait plus d’un siècle, le despotat d’Épire au contraire perdait définitivement le contrôle de l’ancien thème de Dyrrachion qu’il contrôlait depuis 1212/13 et enfin pour l’Albanie cela signifiait la séparation durable du littoral et des territoires intérieurs.

  • 76 Schneider 1932-33, p. 122-123 ; Ostrogorsky 1956, p. 471 ; Nicol 1957, p. 166 ; Ducellier 1981, p. (...)
  • 77 Schirrmacher 1871, p. 101-132 ; Karst 1897, p. 23-163 ; Irmscher 1984, p. 250 = Irmscher 1986, p.  (...)
  • 78 Merendino 1981 ; Irmscher 1984, p. 249-250 = Irsmcher 1986, p. 93-94.
  • 79 Palumbo 1959, p. 88-98 ; Pispisa 1991, p. 305, 308-309.

35Malgré l’importance de ces événements, qui préfigurent le royaume angevin d’Albanie, nos sources sont assez peu prolixes à ce sujet. Pour essayer de les dater et de les expliquer, il nous faudra les replacer dans leur contexte. Voyons tout d’abord la situation de celui qui n’était encore alors que régent de Sicile. Il est en effet courant dans la bibliographie de prêter à Manfred des ambitions orientales héritées de ses prédecesseurs normands et qui l’auraient poussé à profiter du conflit qui faisait rage entre Nicéens et Épirotes pour se lancer dans une guerre de conquête sur l’autre rive du canal d’Otrante76. Il convient cependant d’avoir à l’esprit la précarité de la situation du régent, qui avait consacré l’essentiel de son activité jusqu’en 1256 à la lutte contre le pape. Certes, ses victoires l’avaient alors délivré de la menace pontificale et il avait désormais les moyens de lancer une expédition en Orient. Néanmoins, ce n’est qu’en 1257 que les dernières places tenues par les partisans du pape se rendirent. Quant aux années 1257 et 1258, elles furent principalement consacrées à la stabilisation de son pouvoir, processus qui atteint son terme lors de son couronnement à Palerme le 11 août 125877. Par ailleurs, il faut probablement relativiser l’inspiration normande de Manfred, au profit d’une continuité avec son père Frédéric II78. Notamment, une différence fondamentale entre Manfred et les Normands est l’absence de soutien, voire la franche hostilité de la Papauté, qui l’empêchait d’être certain de ses arrières. Plus qu’une grande campagne ayant pour but la conquête des Balkans, l’objectif était semble-t-il limité à la constitution d’une seigneurie sur la côte albanaise, qui devait prendre place dans le cadre plus général de la politique d’expansion commerciale menée par Manfred dans l’Adriatique sud et dont témoigne notamment la fondation du port de Manfredonia79.

36L’occupation de Durazzo était donc forcément une opération d’ampleur limitée, ce que confirme le relatif silence des sources : l’installation des Siciliens à Durazzo n’attira pas l’attention des contemporains et n’impliqua manifestement pas l’emploi d’importants moyens militaires. Au contraire, il faut plutôt supposer que Manfred ne se lança dans une telle opération que parce qu’il pensait pouvoir bénéficier d’un soutien local.

37Cela pose donc la question de la situation à Durazzo et de la guerre qui opposa Épirotes et Nicéens à partir de 1257 et culmina en 1259 avec la bataille de Pélagonia. Cette dernière, qui vit les troupes nicéennes s’opposer à celles de Michel II d’Épire, de Manfred de Sicile et de Guillaume de Villehardouin, prince d’Achaïe, fut la plus importante du XIIIe siècle dans les Balkans en termes d’effectifs et de conséquences. Pourtant, là encore les sources n’évoquent que de façon très elliptique les événements qui y conduisirent. Plusieurs réponses contradictoires ayant jusqu’à présent été apportées à ces questions par les historiens et en l’absence manifeste de consensus, il convient donc de reprendre les événements et les sources à la base :

  • 80 Acropolite, §63, p. 13230-13318.
  • 81 Ibid., §67, p. 1404-20.
  • 82 Pachymère, I, p. 4515-20, nous apprend que Michel Paléologue reçut la charge de gouverneur de Dura (...)
  • 83 Acropolite, §68, p. 14021-14322. Nicol 1957, p. 161-162.
  • 84 Miklosich – Müller 1860-90, III, p. 240 = Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 71-72 (n° 2 (...)
  • 85 Voir infra, n. 158.
  • 86 Ughelli 1717-22, IV, p. 774 ; Capasso 1874, p. 145-146.
  • 87 La date du mariage n’est pas connue avec précision mais il eut lieu semble-t-il en 1258 (Longnon 1 (...)
  • 88 Buchon 1845, p. 105 n. 1. Ce document est daté de l’an 1259, indiction 2. or l’indiction 2 court d (...)
  • 89 Wilksman 2010. Concernant la datation de cette bataille, la date traditionnellement admise est le (...)
  • 90 Forges-Davanzati 1791, p. 11 ; Schirrmacher 1871, p. 209 ; Stefec 2015, p. 68 (n° 112), avec bibli (...)
  • 91 Voir infra, n. 138 à 162.
  • 92 Nicol 1957, p. 188-189, 192 ; Ducellier 1981, p. 176.

381) Septembre-octobre 1256 : guet-apens diplomatique de Thessalonique, par lequel Théodore Laskaris obtient de Michel II la cession de Durazzo80. Il y envoie l’historien Georges Acropolite, qui en prend le contrôle entre décembre et février81. Ce dernier n’a cependant pas le temps de mettre en place l’administration nicéenne82.
2) Février 1257 : guet-apens préparé par Michel II contre Constantin Chabarôn, gouverneur nicéen d’Arbanon et insurrection de l’Arbanon contre Nicée. Le sort de Durazzo entre dans l’obscurité. Michel II, après avoir conclu une alliance secrète avec la Serbie, lance une offensive en Macédoine83.
3) 23 février 1258 : un acte mentionne le contrôle de Manfred sur Durazzo, Berat, Valona (Aulôn, Vlora) et Spinarizza (Sfinaritsa, Zvërnec) depuis moins d’un an84. Bien que Kanina ne soit pas mentionnée, cette localité très proche de Valona et Spinarizza, passa probablement elle aussi aux mains des Siciliens par la même occasion85.
4) 17 juin 1258 : départ pour l’Orient de la flotte sicilienne dirigée par le Grand Amiral Philippe Chinard86.
5) 1258 : mariage d’Anne, fille de Michel II d’Épire avec Guillaume de Villehardouin87.
6) 1er septembre 1258 : un document vénitien sous-entend que Manfred possède des terres en Romanie88. Ces terres sont vraisemblablement celles mentionnées dans le document du 23 février de la même année.
7) 1259 (date précise inconnue) : bataille de Pélagonia, à laquelle participa un contingent sicilien89.
8) 2 juin 1259 : arrivée d’Hélène, autre fille de Michel II, à Trani90. Mariage d’Hélène et de Manfred. Constitution d’une dot territoriale incluant Corfou et d’autres places situées sur le continent91.
9) 1259-1264 : diverses manifestations de l’alliance de Michel et de Manfred92.

  • 93 Hopf 1867, p. 282 ; Romanos 1895, p. 56 ; Miliarakis 1898, p. 518 ; Dendias 1926, p. 224-226. Ostr (...)
  • 94 Berteaux 1904, p. 239-240 ; Pappadopoulos 1908, p. 123 n. 1 ; Geanakoplos 1953, p. 107 n. 32 ; Nic (...)

39La première question qu’il nous faut régler est le sort de Durazzo entre février 1257 et février 1258. Notons tout d’abord que l’alliance de Michel II et de Manfred, à partir de 1258 au moins, est un fait bien établi. Les premiers auteurs modernes à avoir pris connaissance du document de février 1258 ont donc naturellement considéré que Manfred avait pris Durazzo, Berat, Valona et Spinarizza aux Nicéens, probablement à l’instigation de Michel93. Pourtant, d’autres auteurs ont supposé que les Épirotes auraient récupéré la ville ainsi que toute la côte albanaise en 1257 et que Manfred aurait ensuite profité de la guerre entre Épirotes et Nicéens pour s’emparer de ces terres situées juste en face de son propre royaume ; cette version est devenue la doxa historiographique94. Cette hypothèse d’un intermède épirote entre les périodes nicéenne et sicilienne repose principalement sur les deux prémisses suivantes : tout d’abord, que la domination nicéenne à Durazzo se soit achevée peu après février 1257 ; ensuite que la domination sicilienne ait commencé peu avant février 1258. Placés ensemble, ces deux éléments imposent une période intermédiaire, qu’on a supposée épirote. or si la première prémisse est probablement vraie, on ne peut pas en dire autant de la deuxième. En effet, notre source du 23 février 1258, daté de la première année de la domination de Manfred à Durazzo et qui est à la base de la deuxième prémisse, est tout à fait compatible avec une succession immédiate des périodes nicéenne et sicilienne. Un intermède épirote à Durazzo est donc une possibilité, mais pas une certitude.

40La doxa est-elle vraisemblable ? Notons d’abord que le rasoir d’Ockham ne lui est pas particulièrement favorable : le passage hypothétique de Durazzo des Épirotes aux Siciliens nécessite en effet de supposer la prise de Durazzo aux Nicéens par les Épirotes puis une guerre entre Manfred et Michel. Au lieu d’une simple hypothèse, il s’agit en réalité de trois hypothèses ajoutées les unes aux autres.

  • 95 Berg 1988, p. 266-270.

41Mais surtout, cette guerre entre Manfred et Michel pose elle-même plusieurs soucis qui nous paraissent insolubles. En premier lieu, pourquoi Manfred aurait-t-il attaqué les Épirotes ? Certes, on avancera l’appât d’un gain territorial facile, mais c’est laisser de côté le fait que Manfred se trouvait alors en délicatesse avec Théodore II Laskaris au sujet de sa sœur Constance, veuve de Jean III Vatatzès depuis 1252 et retenue contre son gré à Nicée95. Le souverain sicilien avait donc au contraire tout intérêt à se rapprocher de Michel II, ennemi du même Laskaris.

42En second lieu, il faudrait que Manfred et Michel se soient alliés immédiatement après s’être fait la guerre. Un tel retournement d’alliance ne serait certes pas sans équivalent dans l’Histoire, mais il ne semble pourtant pas très vraisemblable. En effet, l’appui militaire durable de Manfred à Michel II fut assez important pour permettre à ce dernier de remporter plusieurs victoires sur les troupes nicéennes et ne prit fin qu’avec la mort de Manfred. Il s’agissait d’une alliance solide et, semble-t-il, sincère, au contraire par exemple de l’alliance avec le prince de Morée. Il paraît donc difficile, de supposer qu’une telle alliance ait pu être conclue au terme de négociations de paix effectuées dans l’urgence, entre deux princes ennemis guidés par leur intérêt à court terme. Au contraire, il semble a priori plus vraisemblable de considérer que l’accord entre Michel et Manfred n’a pas été passé à la suite d’un conflit, et donc que Manfred n’a pas pris Durazzo aux Épirotes, mais bien aux Nicéens.

  • 96 Ducellier 1981, p. 172.

43Bien plus, il semble quasiment impossible qu’un conflit ouvert entre Michel II et Manfred, qui plus est suivi d’un aussi spectaculaire renversement d’alliances, soit passé inaperçu. Acropolite, en particulier, fut un témoin direct des faits et ne pouvait qu’être au courant d’un événement aussi remarquable ; d’ordinaire si prompt à railler les vicissitudes de ses ennemis, il n’aurait pas manqué d’attirer l’attention dessus. C’est également le cas des autres auteurs nicéens. Certes, les événements de 1257-58 empêchèrent les Nicéens de connaître le sort de Durazzo96 ; néanmoins, l’Albanie étant repassée sous autorité nicéenne dès 1259 après Pélagonia, ils eurent forcément les moyens de savoir quel avait été le passé récent de cette province. Si aucun d’eux n’en parle, le plus probable est qu’il ne s’y était rien passé de suffisamment marquant.

  • 97 Cohn 1925, p. 258.
  • 98 Kiesewetter 2015, p. 261-265.
  • 99 Voir Carlucci 2003 et Kiesewetter 2015, p. 263, n. 15.
  • 100 Matteo Spinelli da Giovinazzo, §143, p. 486.
  • 101 Kiesewetter 2015, p. 263, n. 16. Capasso 1874, p. 177 n. 3, tira notamment argument du fait que Ma (...)
  • 102 Dendias 1926, p. 237-242 et Berg 1988, p. 279-284. La date du 2 juin 1259 fait en tout cas l’objet (...)
  • 103 Marino Sanudo Torsello, p. 107.

44C’est pourquoi il nous semble préférable de rejeter cette version des faits. Une autre explication permettrait de maintenir l’hypothèse de l’intermède épirote tout en évitant l’écueil de l’improbable guerre siculo-épirote : la cession volontaire de Durazzo à Manfred par Michel II. Selon cette idée émise jadis par Willy Cohn97, et reprise naguère par Andreas Kiesewetter98, Manfred n’aurait ainsi pas eu à lutter et Michel lui aurait offert toute la côte de Durazzo à Buthrote, ainsi que Corfou, en guise de dot pour sa fille Hélène, dès 1257. Kiesewetter fonde cette opinion sur la conviction que les récits de l’Anonyme de Trani et de Matteo Spinelli da Giovinazzo sont apocryphes et donc des sources indignes de confiance, et sur le constat que ni Acropolite ni Jamsilla, chroniqueur du règne de Manfred entre 1250 et 1258, ne mentionnent d’expédition sicilienne en Albanie. Certes, le texte de Spinelli est probablement apocryphe99, mais il n’a en l’occurrence rien à voir dans notre dossier : il mentionne certes indirectement le mariage de Manfred et d’Hélène, que personne au reste ne conteste, mais sans en donner la date100. Quant à l’Anonyme de Trani, qui pour sa part est une pièce essentielle du dossier, il est une source certes contestée101 mais qui garde des partisans102. Par ailleurs, bien qu’il s’agisse d’une source douteuse, force est de constater qu’elle n’invente pas tout ; en l’occurrence, le mariage de Manfred et d’Hélène est confirmé par d’autres sources et quand bien même il s’agirait d’un apocryphe, la date du 2 juin 1259 peut tout à fait avoir été reprise dans des sources fiables, aujourd’hui perdues. Quant au silence d’Acropolite et de Jamsilla, il s’agit là d’un argument tout à fait réversible puisque le premier reste muet sur une hypothétique capture de Dyrrachion par les Épirotes, tandis que le second ne mentionne ni le mariage avec Hélène ni l’occupation de Dyrrachion. Par ailleurs, Kiesewetter se fonde sur Marino Sanudo Torsello103 pour affirmer que le transfert de l’ensemble des territoires est exclusivement dû au mariage de Manfred et d’Hélène. Il convient cependant de ne pas oublier que cet auteur écrit plus d’un demi-siècle siècle après les faits, qu’il ne donne pas la date du transfert et qu’il ne mentionne qu’un seul transfert de territoires alors que nous savons qu’il y en eut en réalité deux, puisque l’acte du 23 février 1258, qui ne parle pas de dot, ne contient qu’une partie des territoires considérés plus tard comme appartenant aux terres dotales d’Hélène. Le témoignage de Sanudo semble donc une base bien faible pour en tirer de telles conclusions.

  • 104 Schirmacher 1871, p. 132. 449-452, n. 45-46, 648. Koller 2005 et 2007 soutient qu’Hélène était pré (...)
  • 105 Del Giudice 1878-80, 3, p. 8 n. 2, suivi par Dendias 1926, p. 233. Nicol 1957, p. 171 et 183 n. 6 (...)
  • 106 Arndt 1911, p. 166-167, considère que les possessions de Manfred en Albanie en février 1258 consti (...)

45Le couronnement de Manfred à Palerme le 11 août 1258 constitue a priori le seul élément de réflexion à notre disposition. En effet, aucune des sources de cet événement ne mentionne la présence d’une reine à ses côtés104. Sa première épouse Béatrice de Savoie était donc très probablement déjà décédée à cette date105, et, tout aussi probablement, il n’était pas encore marié avec Hélène. La date du 2 juin 1259 donnée par l’Anonyme de Trani est donc parfaitement vraisemblable. Quand bien même on considérerait que cette source doive être neutralisée, on parviendrait cependant à une conclusion similaire : le mariage eut lieu après 1258 et ne peut expliquer l’installation de Manfred en Albanie dès 1257106. Rappelons à ce propos que la prise de Durazzo par les Épirotes, nulle part mentionnée dans les sources, reste pure spéculation. Il semble en réalité peu probable, d’une part, que Michel ait consacré ses troupes à la reprise de Durazzo pour la donner aussitôt à Manfred, d’autre part qu’il ait volontairement aliéné une part aussi importante de son territoire, dès 1257.

  • 107  À l’instar de Berg 1988, p. 271-274.
  • 108 Dendias 1926, p. 225-226.
  • 109 Schneider 1932-33, p. 122-123 ; Ostrogorsky 1956, p. 368, 379, 386, 404, 423.
  • 110 Ducellier 1981, p. 165.
  • 111 Ibid., p. 69-70, 96, 105, 122-123 ; Cheynet 1996, n° 114, 161, 162, 199 ; Malamut 2007, p. 72-76.
  • 112 Ibid., p. 236-238.
  • 113 Ibid., p. 172-173. Alain Ducellier suppose que Durazzo passa alors volontairement aux Épirotes ; n (...)
  • 114 Nicol 1957, p. 171 ; Ducellier 1981, p. 173 ; Pappadopoulos 1908, p. 122, la place pour sa part à (...)

46Nous préférons donc privilégier l’hypothèse selon laquelle Manfred aurait pris Durazzo directement aux Nicéens107. Dans cette perspective, trois possibilités peuvent être envisagées : que Manfred ait agi seul, à l’appel des habitants de Durazzo ou enfin de Michel II108. La première hypothèse est certes plausible : après avoir évincé les Byzantins d’Italie du Sud lors de la prise de Bari en 1071, les Normands s’étaient lancés dans une politique d’agression de l’autre côté du canal d’Otrante. Robert Guiscard s’empara de Durazzo en 1082, Bohémond de Tarente y échoua en 1107, Roger prit Corfou en 1147, Guillaume II enleva de nouveau Durazzo en 1185109. Plus récemment, il semble que, sous Frédéric II, les Siciliens aient attaqué Durazzo vers 1221-1222110. Quoi de plus naturel donc que Manfred ait souhaité de son propre chef s’étendre sur la côte albanaise ? Ce ne serait qu’ensuite qu’il se serait allié à Michel II contre leur ennemi commun, à savoir Nicée. Mais pourquoi, alors que son pouvoir en Italie n’est pas encore totalement assuré, Manfred se serait-il lancé dans une guerre outre-mer sans alliés, alors qu’il pouvait en avoir ? De toute évidence, dès 1257 Michel II était tout disposé à recevoir le soutien de Manfred contre Théodore II Laskaris. De même, pourquoi les habitants de la ville auraient-ils fait appel au roi de Sicile ? Certes, ces derniers avaient accepté d’ouvrir les portes aux Normands en 1082 et en 1185, puis aux Croisés en 1203, mais à chaque fois les habitants n’avaient fait qu’éviter le danger que représentaient les envahisseurs et n’étaient nullement responsables de leur venue ; de surcroît, dans chacun de ces cas il s’agissait également, officiellement tout du moins, non pas de reconnaître un pouvoir étranger, mais un prétendant byzantin dont les envahisseurs défendaient ou prétendaient défendre les droits111. En 1272, les Durazzains manifestèrent le désir de se placer sous la domination de Charles Ier d’Anjou, successeur de Manfred, mais ce désir n’était pas tout à fait spontané : la ville, alors autonome, était soumise depuis six mois par le roi de Naples à un blocus draconien112. À cette date, ni l’Empire byzantin ni le despotat d’Épire n’avaient les moyens d’envoyer en Adriatique une flotte susceptible de vaincre la flotte angevine ; aucun des deux de toute façon n’avait l’envie d’entrer en conflit avec Charles. Les Durazzains n’avaient donc pour ainsi dire aucune alternative. Par ailleurs, en tant qu’héritier de Manfred, Charles disposait d’une certaine légitimité. En revanche, si les habitants de la ville avaient souhaité en 1257 quitter la domination nicéenne, pourquoi auraient-ils fait appel à Manfred plutôt qu’au despote d’Épire, qui les avait gouvernés de 1212 à 1256113 ? C’est pourquoi la dernière hypothèse a notre préférence. Il est parfaitement vraisemblable que Michel ait invité Manfred à attaquer les Nicéens à Durazzo, dans la mesure où cela lui permettait de se lancer immédiatement à l’attaque en Macédoine. Par ailleurs, nous le verrons, rien ne s’oppose à ce que l’alliance siculo-épirote, traditionnellement située à l’été 1258114, soit en réalité plus précoce.

  • 115 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 71 (n° 245).
  • 116 Ibid., I, p. 71-72 (n° 246).
  • 117 Acropolite, p. 15721-1581 (§76), suivi par Scutariote, p. 53810-13 et Éphrem, v. 9391-9394 = 9415- (...)
  • 118 Pachymère, I, p. 1175-9.
  • 119 Grégoras, I, p. 7121-722.
  • 120 Marino Sanudo Torsello, p. 107.
  • 121 Nicol 1957, p. 183 n. 6 ; Macrides 2007, p. 345 n. 6.
  • 122 Voir infra, n. 135 à 137.
  • 123 Le 23 février 1258 est en effet nécessairement antérieure au mariage, puisqu’il y eut deux phases (...)
  • 124 Acropolite, §68, p. 1423-5 ; §70, p. 14516-14612.
  • 125 Berg 1988, p. 275-276.

47En effet, cette datation n’est fournie par aucune source, ce qui conduit certains auteurs à proposer le début de l’année 1258115, plaçant ainsi l’alliance avant les fiançailles de Manfred et d’Hélène ainsi qu’avant l’attaque sicilienne sur Durazzo116. De fait, si l’été 1258 fait consensus, c’est principalement parce qu'Acropolite117, Pachymère118, Grégoras119, mais aussi Marino Sanudo Torsello, qui écrit plus d’un demi-siècle siècle après les faits120, mentionnent l’alliance militaire en même temps que les mariages des deux filles de Michel. Nos sources indiquent pourtant qu’Anne épousa le prince d’Achaïe à l’été 1258, tandis que le mariage d’Hélène et de Manfred n’eut lieu si l’on en croit l’Anonyme de Trani qu’en juin 1259, soit un an plus tard. On a donc supposé que les auteurs nicéens ont confondu le mariage avec les négociations y conduisant et qui correspondraient à la conclusion de l’alliance militaire121. Par ailleurs, cette date a l’avantage d’être compatible avec une prétendue offensive sicilienne contre Corfou en juin 1258. or nous verrons plus bas ce qu’il faut penser de cet épisode122. Quant aux fiançailles siciliennes, rien ne prouve qu’elles soient contemporaines du mariage achéen, ni que Michel et Manfred n’étaient pas déjà alliés lorsque le projet de mariage fut lancé. Si l’on écarte le témoignage de l’Anonyme de Trani, on peut même placer le mariage n’importe quand à partir du 23 février 1258, ou plutôt du 11 août 1258123. En réalité, les noces d’Hélène et de Manfred ne sont évoquées à cet endroit des récits respectifs d’Acropolite, Pachymère et Grégoras que parce ces auteurs évoquent dans le même passage l’ensemble des événements conduisant à la bataille de Pélagonia, où les troupes nicéennes ont pour la première fois combattu les troupes siciliennes. De la même façon, Acropolite ne mentionne pas l’alliance de Michel II avec la Serbie au moment où elle fut conclue, mais au moment où les Nicéens l’apprirent parce que l’armée serbe s’apprêtait à les attaquer124. Par ailleurs, évoquer les deux mariages ensemble permet de renforcer chez le lecteur l’impression d’une puissante conspiration échafaudée par le despote d’Épire contre Nicée125.

  • 126 Acropolite, §76, p. 15722. Macrides 2007, p. 345 n. 6.
  • 127 Nicol 1957, p. 192.

48Une fois posé le fait que le mariage de Manfred et d’Hélène n’est que le terminus ante quem de l’alliance siculo-épirote, il devient donc possible et même souhaitable d’avancer la date de cette dernière. En effet, tout un faisceau de présomptions pousse à privilégier une date relativement haute, avant même le déclenchement des hostilités par Michel II en février 1257. Tout d’abord, lorsqu’Acropolite mentionne Manfred, le mariage et l’alliance, il insère l’incise καθὼς προειρήκειμεν (« comme nous l’avons dit »), mais il s’agit en réalité de la première fois qu’il en parle126. or si l’auteur pense avoir déjà mentionné ces événements, c’est vraisemblablement qu’il y avait lieu de l’avoir fait et donc qu’ils sont en réalité, tout du moins en partie, antérieurs au moment où ils sont placés dans le récit, soit l’été 1258. Par ailleurs, si nous acceptons que Manfred a pris Durazzo aux Nicéens, au moment où ces derniers étaient en guerre avec les Épirotes, alors il est tout à fait vraisemblable qu’il se soit immédiatement allié avec Michel II, les deux souverains étant engagés dans un conflit contre le même ennemi. Ensuite, le déclenchement des hostilités en 1257 fut soigneusement planifié, comme en témoignent la capture par surprise du gouverneur byzantin Chabarôn, l’organisation de la révolte albanaise, la conclusion d’une alliance secrète avec la Serbie. Il semble donc probable que Michel, ayant invité, avant le déclenchement de la guerre, les Serbes à attaquer les Nicéens, ait fait de même avec Manfred, dans le but de pouvoir concentrer ses troupes sur l’offensive en Macédoine. Enfin, nous avons vu que Manfred souhaitait obtenir la libération de sa sœur. or cet objectif fut atteint en 1262 par l’intermédiaire de Michel II127. Il est donc plausible que ce dernier ait promis son aide dans la résolution de ce problème dès avant l’entrée en guerre de Manfred.

  • 128 Voir supra, n. 105.
  • 129 Geanakoplos 1953, p. 105 n. 18 ; idem 1959, p. 51 n. 16.
  • 130 Voir supra, n. 86.
  • 131 Capasso 1874, p. 145, n. 1 ; Romanos 1895, p. 56-57 ; Miliarakis 1898, p. 518-519 ; Bertaux 1904, (...)
  • 132 Del Giudice 1878, 3, p. 30 n. 1 ; Schneider, 1932-33 ; Geanakoplos 1953, p. 105.
  • 133 Del Giudice 1878, 3, p. 30 n. 1.
  • 134 Schneider, 1932-33, p. 118 ; Geanakoplos 1953, p. 107 n. 30.
  • 135 Dendias 1926, p. 245, prend soin de préciser qu’il s’agit d’une hypothèse mais ne précise pas dans (...)
  • 136 Ostrogorsky 1956, p. 471 ; Nicol 1957, p. 166-167 ; Pispisa 1991, p. 307 ; Asonitis 1999, p. 62. C (...)
  • 137 Berg 1988, p. 263-266.

49Bien évidemment, plusieurs objections peuvent être opposées à notre hypothèse. Tout d’abord, comment expliquer le décalage entre une alliance dès 1257 et un mariage qui n’intervint au plus tôt qu’en 1258, voire en 1259 si l’on suit l’Anonyme de Trani ? Une explication évidente pourrait être que Manfred ne fut veuf de Béatrice de Savoie qu’en 1258, comme l’historiographie l’affirme habituellement ; néanmoins Béatrice était probablement déjà décédée depuis plusieurs années128. On préférera donc supposer que ce délai est dû aux tractations qui ne manquèrent pas d’être longues puisque le mariage fut assorti d’un transfert de territoires : c’était là une décision que Michel II ne pouvait prendre à la légère. Comment alors expliquer que Michel II ait volontairement aliéné des terres épirotes et invité le loup sicilien dans la bergerie balkanique129 ? Certes, si l’on pense que Michel avait repris le contrôle de Durazzo en 1257, la chose paraît improbable. Il en va en revanche autrement si l’on considère que Michel, en 1257, n’a offert à Manfred que des territoires contrôlés alors par Nicée. Dernier point enfin, selon l’historiographie dominante, l’expédition de Philippe Chinard en juin 1258 aurait pris Corfou, Chimara (Himara) et Sopot (Sopotos, Sopoto) de force aux Épirotes. Un tel événement viendrait assurément contredire l’hypothèse d’une alliance siculo-épirote à cette date. Pourtant, l’Historia translationis Sancti Thomae apud Ortonan, qui constitue la source à l’appui de cette assertion ne mentionne ni Corfou, ni l’Épire, mais la Macédoine130. Initialement, on a donc pensé qu’il s’agissait d’une expédition dirigée par Manfred contre les Nicéens, au profit de Michel II131. Néanmoins, des doutes sérieux ont été émis très tôt quant à la validité de cette source, ou tout du moins de la date qu’elle donne, notamment du fait qu’aucune autre source latine ou grecque ne vient confirmer des affrontements entre Siciliens et Nicéens à cette date132. Il a donc été supposé que cette source doit en réalité être datée de 1259, ce qui correspondrait à la bataille de Pélagonia133, ou bien que par Macédoine, l’auteur de la source entendait l’Épire du nord134. Mais l’hypothèse ayant connu le plus grand succès est que le but de l’expédition était de prendre possession de Corfou, tout d’abord sans préciser les circonstances de ce changement de souveraineté135. Par la suite, persuadés que Manfred était entré en guerre contre Michel pour s’emparer des places albanaises en 1257, de nombreux auteurs ont affirmé que l’expédition de juin 1258 était la seconde phase de son offensive anti-épirote, laquelle lui aurait apporté Corfou, Buthrote (Butrinto, Butrint), Sybota (souvent confondue avec Sopot), Chimara et Kanina, soit les terres appartenant ensuite à la dot d’Hélène136. Cette vision des choses nous paraîtrait déjà purement spéculative étant donné qu’elle n’est aucunement soutenue par l’Historia translationis, voire très improbable dans la mesure où, en 1258 encore plus qu’en 1257, Manfred avait toutes les raisons d’attaquer Théodore II Laskaris plutôt que Michel II. Par ailleurs, aucune source n’indique que Corfou soit passée sous contrôle sicilien avant le mariage de Manfred et d’Hélène. Mais les travaux de Beverly Berg permettent désormais de rejeter catégoriquement cette version : il existe en effet une autre source attestant que le but de cette expédition n’était certes pas la Macédoine, mais l’île nicéenne de Chios137. Peut-on croire que Manfred serait entré simultanément en guerre contre les deux États grecs rivaux et aurait envoyé une même expédition les agresser successivement ? Cela aurait constitué une opération stratégiquement risquée et diplomatiquement absurde. Nous pouvons donc en conclure que l’attaque de Chinard contre Corfou n’est que pure chimère.

  • 138 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 71 (n° 245); Kiesewetter 2015, p. 263-264.
  • 139 Geanakoplos 1953, p. 105, n. 18 ; idem 1959, p. 51 n. 16.
  • 140 Nicol 1957, p. 171; Asonitis 1999, p. 62.
  • 141 Geanakoplos 1953, p. 103-104. Voir aussi supra, n. 106 et 135.
  • 142 Failler 1980, p. 31-35, 38.
  • 143 Nicol 1957, p. 175.
  • 144 L’hypothèse de Geanakoplos 1953, p. 105, selon laquelle Michel II aurait volontairement donné à Ma (...)

50Passons enfin aux terres dotales d’Hélène d’Épire. Compte tenu de ce que nous avons vu précédemment, nous pouvons d’ores et déjà écarter un certain nombre d’hypothèses. Il a en effet été supposé que Michel II ait transféré dès 1257 ou le début de 1258 l’ensemble des terres dotales (Corfou, Sopot, Buthrote, Durazzo, Valona, Kanina, Berat et Spinarizza) à Manfred en raison de ses fiançailles ou de son mariage avec Hélène138. Cette hypothèse doit être rejetée puisque le document de février 1258 ne donne qu’une partie de ces noms : il y eut donc forcément deux phases dans l’implantation sicilienne139. Nous avons aussi exclu que la première phase corresponde à une guerre siculo-épirote et il faut donc rejeter tous les récits selon lesquels Michel II, souhaitant éviter le conflit sur les deux fronts, aurait alors offert sa fille à Manfred et reconnu la perte des territoires conquis, désormais considérés comme terres dotales, en échange d’une alliance contre Nicée140. Nous avons également rejeté un mariage antérieur au 11 août 1258. Quant à un transfert partiel de la dot antérieur au mariage141, outre qu’aucune source ne permet de l’affirmer, même à titre d’hypothèse il nous paraît très improbable. En effet, céder des territoires de son plein gré devait probablement être suffisamment pénible à Michel II pour qu’il ne le fasse qu’en cas de force majeure. or quel était alors le contexte militaire ? Les Épirotes occupaient la Macédoine occidentale, conquise en 1257 et aucune armée nicéenne ne fit campagne en Europe en 1258. Ce n’est qu’au début de 1259 que le nouvel empereur Michel VIII Paléologue envoya son frère Jean Paléologue contre les Épirotes, qui le bloquèrent d’ailleurs devant Berroia142. À la même époque, Michel II se pensait d’ailleurs encore en assez bonne posture pour repousser les offres de paix de Michel VIII143. La situation militaire du despote n’était alors pas suffisamment mauvaise pour qu’il ampute volontairement son territoire144. L’hypothèse la plus simple est donc que la première phase corresponde à des territoires conquis directement sur les Nicéens.

  • 145 Nicol 1957, p. 176-177 ; Wilskman 2010, p. 137.
  • 146 Berg 1988, p. 276-277.
  • 147 Voir supra, n. 89.
  • 148 Ducellier 1981, p. 173-174.

51Seule la seconde phase correspond donc à un transfert de territoires lié au mariage de Manfred et d’Hélène. Ce dernier, nous venons de le voir, est très peu vraisemblable avant le début de 1259. La date du 2 juin 1259, donnée par l’Anonyme de Trani pour le mariage de Manfred et d’Hélène, n’en paraît donc que plus vraisemblable. En effet, à cette date, les choses avaient changé pour Michel II. Au mois de mars, les Nicéens avaient déclenché une offensive qui conduisit le despote à se retirer de Macédoine145. Sa situation militaire était désormais critique, le conduisant à prendre des mesures douloureuses telles que la cession des terres dotales146. Si, comme cela a été affirmé, la bataille de Pélagonia eut lieu au printemps147, avant le mois de juin, alors Michel II avait encore plus de raisons de chercher à obtenir l’aide de Manfred à n’importe quel prix. De son côté, ce dernier ne pouvait se contenter, comme dot de sa future épouse, des territoires qui lui appartenaient déjà depuis 1257. Il y eut donc transfert, à l’occasion du mariage, de nouveaux territoires148.

  • 149 Forges-Davanzati 1791, p. 38-41 : Valona, Chimara, Buthrote et « Subuto » (voir n. suivante), tand (...)
  • 150 Nicol 1957, p. 183 n. 5 cite Forges-Davanzati, Del Giudice et Dendias mais ne prend pas parti ; le (...)

52Quels furent les territoires transférés ? De nombreux historiens ont déjà donné diverses réponses par le passé149, voire ont conclu à l’impossibilité de donner une réponse précise150. Sur la base de l’ensemble de la documentation, il est néanmoins possible de se faire une idée assez claire de l’étendue des territoires transférés à cette occasion.

53Les sources à verser au dossier sont les suivantes :

  • 151 Buchon 1840, I, p. 33, 34. Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 73 (n° 253).
  • 152 Pachymère, II, p. 6417-13.
  • 153 Filangieri et al. 1950, I, p. 50, n° 97 (16 janvier 1267). Voir Asonitis 1999, p. 64-66.
  • 154 Filangieri et al. 1950, XI, p. 174, n° 411 (26 juin 1274). Forges-Davanzati 1791, p. 39 ; Ducellie (...)
  • 155 Del Giudice 1878-80, 4, p. 92-93 ; 5, p. 313-314, n° XXII (16 septembre 1277) ; Filangieri et al. (...)
  • 156 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 113-114 (n° 390)= Filangieri et al. 1950, XXI, p. 64 (...)
  • 157 Marino Sanudo Torsello, p. 107.

541) Le traité de Viterbe (27 mai 1267) mentionne à deux reprises les terres dotales d’Hélène et affirme qu’elles furent tenues par Philippe Chinard après la mort de Manfred en 1266151. Le traité ne mentionne pas d’autres possessions siciliennes en Albanie, ce qui laisse penser que Chinard les contrôlait toutes. Surtout, il ne donne pas leur détail.
2) Concernant le territoire contrôlé par Philippe Chinard après la mort de Manfred, Pachymère mentionne Kanina. Il affirme par ailleurs que Michel II organisa un mariage entre Chinard et sa propre belle-sœur, et lui offrit en dot Kanina et Corfou152.
3) Divers documents de la chancellerie de Charles Ier d’Anjou montrent les efforts réalisés par ce prince pour obtenir la soumission de Gazon Chinard, fils de Philippe, nommé capitaine de Corfou le 16 janvier 1267153.
3) D’autres documents angevins datant des années 1273 et 1274 montrent que Jacques de Baligny, châtelain de Valona depuis le règne de Manfred, contrôlait également Kanina154.
4) Divers documents angevins du mois de septembre 1277 montrent clairement que Corfou avait appartenu à Manfred155.
5) Un document angevin du 10 avril 1279 indique que Buthrote faisait partie des terres autrefois tenues par Manfred et par Philippe Chinard156.
6) Selon Marino Sanudo Torsello, qui écrit dans la première moitié du XIVe siècle, la dot était composée de Durazzo, Valona et Corfou157.

  • 158 Ducellier 1981, p. 177-178 et Asonitis 1999, p. 77, 131.
  • 159 Voir supra, n. 156.
  • 160 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 114 (n° 390), p. 130 (n° 432) ; Filangieri et al. 195 (...)
  • 161 Irmscher 1984, p. 251-252= Irmscher 1986, p. 97.

55Il ressort de ce passage en revue des sources qu’à la mort de Manfred les Siciliens contrôlaient Corfou et l’ensemble de la côte depuis Buthrote jusqu’aux environs de Durazzo158. Il convient de retirer de cet ensemble l’Albanie centrale, déjà aux mains de Manfred depuis la première phase de son implantation, en 1257/58, soit Durazzo, Berat, Valona et Spinarizza. Il faut probablement ajouter Kanina à cette liste, dans la mesure où cette localité, très proche de Valona et Spinarizza, est située dans la même baie et appartint plus tard à la même unité administrative. En revanche, les autres localités mentionnées dans les sources angevines comme ayant appartenu à Manfred et situées au sud des monts Acrocérauniens, à savoir Corfou et Buthrote, appartiennent indubitablement à la seconde phase. Mais cette dernière ne s’y limitait assurément pas, dans la mesure où le document du 10 avril 1279 déjà mentionné nous apprend que Nicéphore Ier, despote d’Épire, rétrocéda en 1279 à Charles certaines places car elles avaient appartenu à Manfred : il s’agit de castrum Bothronton et alia omnia castra, casalia et terras que de terris et pertinentiis terrarum quas tenuerunt olim Manfredus princeps Tarentinus et Philippus Chinardus159. D’autres documents angevins de la même époque laissent supposer qu’il s’agissait, outre Buthrote, de Sopot, Chimara et Porto Palermo (Panormos)160. Les territoires transférés à l’occasion du mariage d’Hélène étaient donc selon toute probabilité, du nord au sud : Chimara, Porto Palermo, Sopot, Buthrote, Corfou. Quant à l’affirmation de Johannes Irmscher selon laquelle Durazzo fut restituée au despote à l’occasion du mariage161, elle n’est accompagnée d’aucune justification et aucune source ne semble venir à son appui.

  • 162 Nicol 1972, p. 175-176 ; Ducellier 1981, p. 175-176.

56Voilà pour ce qui est des transferts effectifs. Reste à savoir si le mariage de 1259 n’a pas également servi à légaliser les conquêtes de 1257. En effet, quand bien même Michel aurait lui-même invité Manfred à s’en emparer, elles n’en constituaient pas moins, de son point de vue, un territoire épirote. En les intégrant à la dot d’Hélène, Michel aurait donc reconnu l’autorité du Staufen dans ces territoires et renoncé à les revendiquer. Nos sources nous incitent à croire qu’il en fut ainsi : d’une part Sanudo inclut Durazzo et Valona dans la dot ; d’autre part le traité de Viterbe considère en 1267 comme terres dotales l’ensemble des possessions siciliennes dans la région, ce qui inclut le port de Valona que Manfred contrôlait déjà en 1257. Certes, ces sources ont l’inconvénient, l’une comme l’autre, d’être postérieures à 1259 et à la période Staufen ; il est donc possible qu’elles simplifient abusivement la situation. Par ailleurs, il faut avoir à l’esprit que le territoire sous contrôle sicilien à la mort de Manfred n’était plus le même qu’en 1259 : en effet, les Nicéens s’étaient emparés après Pélagonia de l’ensemble des possessions continentales de Manfred et ce dernier n’en avait par la suite récupéré qu’une partie. Durazzo et Berat, notamment, étaient restés sous contrôle nicéen162. Néanmoins, le traité de Viterbe est, chronologiquement parlant, assez proche des faits et ses rédacteurs étaient vraisemblablement à la fois bien informés et rigoureux. Son témoignage est donc probablement fiable. Tout porte donc à croire qu’en 1259 Durazzo, Berat, Valona et Spinarizza furent considérées comme terres dotales.

Conclusions

57À la suite du réexamen des sources et de la bibliographie afférente, nous pouvons donc aboutir aux conclusions suivantes :

581) La conquête de Larissa par Michel Ier eut lieu au printemps 1212 et celle de Durazzo peu après, au plus tard au printemps 1213.
2) En 1217, Pierre de Courtenay débarqua à Durazzo sans intention de l’assiéger. Pour l’amadouer, Théodore Comnène lui remit la ville et l’invita à gagner Thessalonique en passant par l’Arbanon. L’empereur accepta et fut ensuite capturé à la suite d’un guet-apens. Théodore reprit ensuite le port aux Latins.
3) Manfred de Sicile prit Durazzo, Berat, Valona, Spinarizza et vraisemblablement Kanina en 1257 aux Nicéens, dans le cadre d’une alliance avec Michel II. Quant à Chimara, Porto Palermo, Sopot, Buthrote et Corfou, elles passèrent sous contrôle sicilien à la suite non de l’expédition de Philippe Chinard en juin 1258, mais du mariage de Manfred et d’Hélène d’Épire le 2 juin 1259. L’ensemble de ces territoires fut alors considéré comme appartenant aux terres dotales d’Hélène.

Annexe

Sources relatives à l’expédition de Pierre de Courtenay

59Sauf indication contraire, les traductions que nous proposons ont été réalisées par nos soins et n’ont d’autre but que d’aider à la compréhension de l’original. Nous remercions Éléonore Andrieu et Florence Bouchet, qui ont bien voulu répondre à nos questions concernant quelques problèmes de traduction de l’ancien français. Quant aux dates, elles sont données à titre purement indicatif dans la mesure où il n’est pas toujours possible de savoir quand a été rédigé un passage particulier d’une chronique ; dans l’ensemble, la date fournie est celle de la fin de la chronique.

1) Continuateur de Robert d’Auxerre, Chronique de Saint-Marien d’Auxerre, ca. 1223, p. 28150-28225 = p. 284D-285B.

1217. Mense Aprili quidam comes Francigena, nomine Petrus de Alsurla, a Graecis vocatus et electus in imperatorem Constantinopolitanum, adplicuit Romam cum uxore et filiis et alio comitatu. Honorifice a domno papa Honorio et a clero et a cuncto populo Romano est receptus. 5. Idus praedicti mensis in ecclesia sancti Laurentii foris murum cum magna gloria et decore coronatus est a summo pontifice cum uxore sua ; et postea domnus papa dedit ei conductorem itineris et defensorem domnum Iohannem de Columna presbyterum cardinalem, tituli Sanctae Praxedis. Incipientes iter, transierunt mare euntes per imperium Romaniae gaudenter. Maior potestas imperii Romaniae et ditior invitavit praedictum imperatorem, ut dignaretur ire per terram suam, promittens ei omnes expensas usque in civitatem Constantinopolita-nam, callidus insidians et decipiens imperatorem. Tunc imperator cum domno cardinale ingressi sunt terram praedictae potestatis ; quae potestas et dignitas apud nos dicitur Comminio, nomine Teodorus. Qui postquam recepit imperatorem et domnum cardinalem, voluit eos occidere. Sed responsum est ei ab amicis et fidelibus dicentibus : Si istos occideris, semper habebis guerram ab imperio et a summo pontifice et tu et heredes tui ; si servaveris eos vivos, non erit qui te debellet. Posuit eos audacter in custodiam, et constricte custodivit eos in ergastulis. Imperatrice nolente declinare a recto itinere, perrexit salva et gaudens in Constantinopolim, et tanquam domina et imperatrix recepta dominabatur. 1217. Au mois d’avril un comte français, nommé Pierre d’Auxerre, appelé par les Grecs et élu empereur de Constantinople, gagna Rome avec sa femme et ses filles, ainsi que le reste de sa suite. Il fut reçu honorablement par messire le pape Honorius, le clergé et tout le peuple romain. Le 9 du mois susdit, dans l’église de Saint-Laurent-hors-les-murs, il fut couronné en grande pompe et somptueusement par le grand pontife ainsi que sa femme ; et ensuite messire le pape lui donna messire Jean Colonna, prêtre, cardinal titulaire de Santa Prassede, pour être son guide et son défenseur durant son voyage. Entamant leur chemin, ils traversèrent la mer pour aller gaiement à travers l’empire de Romanie. Le seigneur le plus grand et le plus riche de l’empire de Romanie pria ledit empereur qu’il daigne aller par sa terre, lui promettant de prendre en charge toutes les dépenses jusqu’à la ville de Constantinople, piégeant et trompant l’empereur par la ruse. Alors l’empereur et messire le cardinal pénétrèrent dans la terre dudit seigneur ; ce seigneur est dit chez nous Théodore Comnène. Après qu’il eut capturé l’empereur et messire le cardinal, il voulut les tuer. Mais ses amis et ses fidèles lui répondirent : « Si tu les tues, l’empire et le grand pontife te feront la guerre à toi et à tes héritiers ; si tu les gardes vivants, personne ne te fera la guerre. Il les mit avec audace en prison et les garda strictement dans des cellules. L’impératrice, qui avait refusé de s’écarter de l’itinéraire direct, parvint sauve et heureuse à Constantinople, et régna après avoir été reçue comme dame et impératrice.

Cet extrait fut ensuite repris par la Grande chronique de Tours, p. 300D.

2) Chronique de Fossa Nova ou Annales Ceccanenses, ca. 1218, p. 30136-53, cité ensuite par Raynaldus 1870, p. 366-367, §10 :

Honorius papa III. consecrat Petrum comitem Autissiodorensem in imperatorem Constantinopolitanum et Yolem, uxorem eius, in imperatricem dominica qua cantatur Misericordia Domini in monasterio Sancti Laurentii extra muros. Nona die consecrationis recedit imperator ab Urbe cum uxore et quatuor filiabus, ducens secum milites circiter CLX, servientes, tam equites quam pedites, quinque milia et quingentos et omnis illa multitudo incedit, secundum quod exterior predicat habitus, annis, armis et animis ad pugnam elegantissime preparata. Imperator cum suis, Iohannes de Columpna presbiter cardinalis, apostolice sedis legatus in Romaniam, et Veneti conveniunt apud Brondusium ; statimque mari transito, urbem Dirachium obsidet imperator. Promiserat autem Venetis et litteras inde confecerat ob quasdam interpositas pactiones, quod dictam urbem, quam sibi querebantur olim violentia ducis ablatam, eisdem protinus resignaret, si sibi capiendi eam a Domino copia prestaretur. Igitur multis diebus inutiliter in obsidione consumptis, non sine suorum dispendio obsidionem deserit imperator. Post hec nutu Dei, cuius iudicia abyssus multa, terram cum suis ingreditur tyranni cuiusdam qui Theodorus Communio vocabatur et dux erat dicte civitatis Dirachii. Post aliquot vero dies inter montes nemorosos et fluvios ad meandum difficiles constituti, copia victualium et eorum accessu indigenarum malicia iam excluso, considerantes quasi mortem in ianuis, decernunt finaliter congredi cum Theodoro et suis, qui eos cominus insequuntur. Theodorus ergo videns imminere tempus, quo concepta impietas in animo in partum prodire poterat actionis, loquitur secretius cum legato, pacem affectare se simulat, pollicetur imperatori et suis securum conductum et competens forum victualium, dummodo eorum arma penitus deponantur. Firmata igitur pactione, per simulatorium iuramentum et per alterum osculum Iude, suadente legato, qui rem verius agi credebat quam concipi simulate, arma deposita hostibus committuntur. Paulo post servientibus paululum segregatis, imperator et milites universi, legatus, archiepiscopus Saloncensis, Willelmus comes Sacri-cesaris et alii nobiles per diversa loca carceribus recluduntur, servientes velut oves gregatim ducuntur ad loca devia, et nudati vestibus atque omnibus bonis, soli fortune miserabiliter exponuntur. Le pape Honorius III consacre Pierre, comte d’Auxerre, empereur de Constantinople, et Yolande, sa femme, impératrice, le dimanche où l’on chante Misericordia Domini, au monastère de Saint-Laurent-hors-les-murs. Huit jours après sa consécration, l’empereur quitta Rome avec sa femme et leurs quatre filles, emmenant avec lui environ 160 chevaliers et 5500 sergents, aussi bien cavaliers que fantassins, et toute cette multitude se mit en route, très convenablement préparée au combat durant des années, par ses armes et dans ses âmes, à en croire ce qu’annonçait son apparence extérieure. L’empereur et ses hommes, Jean Colonna, prêtre cardinal, légat du siège apostolique en Romanie, ainsi que les Vénitiens, se rejoignent à Brindisi ; et sitôt la mer traversée, l’empereur assiège Dyrrachium. En effet, il avait promis aux Vénitiens, par des lettres rédigées à la suite d’accords convenus entre eux, qu’il leur rendrait immédiatement ladite ville, dont ils se plaignaient auprès de lui qu’elle leur avait été autrefois arrachée par la violence du duc [Théodore], si le Seigneur leur donnait l’occasion de la prendre. Après que de nombreux jours ont donc été gaspillés inutilement dans un siège, l’empereur abandonne le siège, non sans pertes parmi ses hommes. Après cela, par la volonté de Dieu, dont de nombreuses décisions sont obscures, il pénétre avec ses hommes dans la terre d’un tyran qui s’appelait Théodore Comnène et était le duc de ladite cité de Dyrrachium. Mais après quelques jours, faisant halte au milieu de montagnes boisées et de fleuves difficiles à traverser, la méchanceté des habitants les empêchant déjà de se ravitailler et d’avancer, considérant presque que la mort était aux portes, ils décident finalement de rencontrer Théodore et les siens, qui les suivent de près. Donc Théodore, voyant approcher le temps où l’impiété conçue dans son esprit pourrait devenir une action, parle secrètement avec le légat, fait semblant de souhaiter la paix, promet à l’empereur et aux siens de les guider en sécurité et d’aller avec eux à un point de ravitaillement, pourvu qu’ils se dépouillent totalement de leurs armes. Lorsque l’accord fut conclu, au moyen d’un simulacre de serment et d’un autre baiser de Judas, sur le conseil du légat, qui croyait que tout cela avait été fait pour de vrai plutôt que simulé, ils déposèrent leurs armes et les remirent aux ennemis. Peu après, alors que les sergents étaient un peu à l’écart, l’empereur et tous les chevaliers, le légat, l’archevêque de Thessalonique, le comte Guillaume de Sancerre et les autres nobles sont mis en prison en divers lieux, les sergents sont conduits en troupeau comme des moutons vers des lieux à l’écart, et privés de leurs vêtements et de tous leurs biens, ils sont misérablement exposés à la fortune du sol.

3) Histoire des évêques d’Auxerre, ca. 1223, p. 728C, 738B = II, p. 171-172, 270. Pour la date, voir éd. Lobrichon et al., II, p. 11-13 :

Quis fuerit exitus hujus comitis. Siquidem comes iste, mortua Agnete uxore sua, cum sibi matrimonialiter Yolandam sororem Henrici Constantinopolitani imperatoris secundis nuptiis copulasset, eodem Henrico facto de medio, jure propinquitatisa uxoris obtentu ad imperium asciscitur ; instigante uxore illuc iter aggreditur, ab Honorio romano pontifice imperator Constantinopoleos confirmatur et inungitur pariter cum uxore. Dehinc cum magno Latinorum exercitu Dyrrachium usque pervenit, civitatem obsidet, uxore ejus per partes Romaniae tutiores, utpote Latinorum dicioni dudum subactas Constantinopolim felici itinere procedente. Imperator in obsidione non proficit. Solvitur obsidio. Per terras hostiles, communiori videlicet, idem imperator incautius iter legit versus Constantinopolim imperium recepturus, de suis viribus superbe praesumens. Sed dominus excelsus, qui humilia respicit et alta a longe cognoscit, ipsum omnemque ejus exercitum in manus inimici conclusit, et tradidit in captivitatem virtutem eorum.

[…] De morte comitis Petri, qui in captione a Comnenob in partibus Græciæ, ut prediximus, tenebatur, nihil adhuc pro certo constaret, qui, cum proficisci deberet Constantinopolim, episcopo recommendaverat civitatem.
La fin du comte. Ce comte, après la mort de sa femme Agnès, épousa en secondes noces Yolande, sœur de l’empereur Henri de Constantinople ; or ce même Henri ayant quitté ce monde, il fut élevé à l’empire parce que sa femme était la plus proche parente. À l’instigation de sa femme, il y part, il est confirmé et oint, ainsi que sa femme, empereur de Constantinople par le pontife romain Honorius. Lorsqu’il parvient à Dyrrachium avec une grande armée de Latins, il assiège la ville, tandis que sa femme gagne Constantinople par un itinéraire couronné de succès, à travers des territoires de Romanie plus sûrs, car soumis depuis longtemps à la puissance des Latins. L’empereur ne progresse pas dans le siège. Le siège est levé. C’est à travers des terres hostiles, même au commun des mortels, que l’empereur lui-même choisit un itinéraire encore plus dangereux vers Constantinople où il prendra possession de l’empire, présumant fièrement de ses forces ; mais le Seigneur Très-Haut, qui se penche sur l’humilité et reconnaît de loin l’orgueil, l’enferma lui et toute son armée dans les mains de l’ennemi et mit en captivité leur courage.

[…] On n’était pas encore certain de la mort du comte Pierre, qui comme nous l’avons dit, était tenu en captivité en Grèce par Comnène, et qui, lorsqu’il lui fallut partir pour Constantinople, avait confié la cité [d’Auxerre] à l’évêque.
a. Nous préférons la lecture propinquitatis de l’édition Labbé suivie par l’édition RHGF à la lecture pro iniquitatis de l’édition Lobrichon.
b. Nous préférons la lecture Comneno de l’édition Labbé suivie par l’édition RHGF que communioto de l’édition Lobrichon. Voir infra le texte de Vincent de Beauvais (n° 10). Il est en tout cas inconcevable que la forme communioto dérive de Comneno despoto comme le suggère Lobrichon, II, p. 270 n. 219, dans la mesure où Théodore ne porta jamais le titre de despote.

4) Georges Bardanès, ca. 1227, §12, p. 112256-113273 = p. 494279-495297 :

Ἀγαπᾳ γὰρ ὁ κραταιὸς βασιλεὺς ἡμῶν τὰς πύλας Δυρραχίου ὑπὲρ πάντα τὰ ὑπήκοα φρούρια. Οὐ γὰρ ἀπονητὶ κατεκτήσατο τὴν πόλιν ἐκείνην, οὔτε πρώην ὁ τοῦ βασιλέως μακαριστὸς αὐτοῦ ὁμαίμων, ὁ τρισαριστεὺς Κομνηνός, οὔθ᾽ὕστερον αὐτὸς οὗτος ὁ αὐτοκράτωρ, ἀλλ᾽ἐκεῖ προσβαλὼν Ἰταλικαῖς μυριάσιν, ὡς νοσσιὰν καταλήψεσθαι διαπειλομέναις οὐχ ὅπως Ἐπίδαμνον ἀλλ᾽ἤδη καὶ τὰ προσωτέρω καὶ ὑπερκείμενα, συνέτριψε τὰ κράτη τῶν τόξων, ὅπλον καὶ ῥομφαίαν καὶ πόλεμον. Ἐκεῖ ἐθαυμαστώθη τοῦ Ὑψίστου ἡ δεξιά, καὶ ὁ βραχίων Κυρίου τίνι ἀπεκαλύφθη ἢ αὐτῷ τούτῳ τῷ νικοποιῷ βασιλεῖ, ἀντικαταστήσαντι τοῖς ἐπηρμένοις τῶν ἀντιπάλων φρονήμασι φρόνημα πλῆρες ὑψοποιοῦ ταπεινώσεως ; Ὣσπερ οὖν τῇ ὑπερόπλῳ ἐκείνων πανστρατιᾷ γυμνῆτας καὶ κορυνήτας, οἳ τότε λεόντων γαυρότεροι κατεφάνησαν, καὶ ταχέως οὕτω σκυλεύσας ὀξέως δὲ προνομεύσας ὁ θεοδυνάμωτος αὐτοκράτωρ τρόπαιον ἀνεστήσατο καθ’ ὅλης σχεδὸν τῆς οἰκουμένης ἐξάκουστον. Τί γοῦν καινὸν ἂν διεγρηγορότας ἔχῃ τοὺς ὀφθαλμούς, ἂν πάσῃ φυλακῇ τηρῇ πόλιν ἐφ’ ᾗ πόλλ’ ἐμόγησε, καὶ ἔτι δὲ περὶ αὐτὴν ἀφειδεῖ χρημάτων, στρατευμάτων, ἀναλωμάτων παντοδαπῶν, ἵνα μή τι γένηται, ἵνα μὴ ἐπ’ αὐτὴν βάλωσι χάρακα οἱ Σικελίαθεν ἐγχάσκοντες θῆρες καὶ ὅσοι τῷ Ἀδρίᾳ ἐμπερινήχονται ; En effet, notre puissant empereur [Théodore] aime les portes de Dyrrachion plus que toutes les autres forteresses qui lui sont soumises. Car ce n’est pas sans peine qu’il conquit cette ville, ni avant lui son regretté frère, le trois fois excellent Comnène [Michel Ier], ni plus tard cet autocrate lui-même ; au contraire, après y avoir affronté des myriades d’Italiens, qui tels une nuée menaçaient de s’emparer non seulement d’Épidamne [Dyrrachion] mais déjà des territoires situés en deçà et en delà, il mit fin à la puissance des arcs, à l’arme et à l’épée, et à la guerre. C’est là que la droite du Très-Haut fut admirée, et le bras de Dieu, esprit plein d’une humble simplicité, s’est révélé à chacun comme à lui-même, cet empereur créateur de victoire, qui s’opposa aux projets fomentés par les adversaires ? Donc, dès que fantassins et porteurs de massue apparurent à leur expédition surarmée, plus splendides que des lions, lorsqu’il les eut ainsi rapidement dépouillés et instantanément capturés, l’autocrate que Dieu avait rendu puissant éleva un trophée célèbre dans presque tout l’univers. Qu’y a-t-il donc de surprenant à ce qu’il ait les yeux attentifs, à ce qu’il ait grand soin de la ville pour laquelle il a beaucoup peiné, et pour laquelle encore il n’épargne ni l’argent, ni les troupes, ni les dépenses de toute sorte, afin qu’il ne se passe rien, afin que les Siciliens ne lancent pas leurs traits contre elle ni n’ouvrent ses portes, pas plus que ceux qui naviguent sur l’Adriatique [les Vénitiens] ?

5) Chronique d’Ernoul, ca. 1229
a) Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier, p. 391-393.

Lors prisent mesages, si les envoiierent en France al conte Pierron d’Auçoirre, qui cousins germains estoit al roi Felipe, et avoit le contesse de Namur à feme, qui suer estoit l’empereur Bauduin et l’empereur Henri. Se li mandeerent qu’il alast en Costantinoble et il et se feme, car li empires estoit eskeue à se feme, et il le feroient empereur et li empereis, si com drois estoit. Quant li quens Pieres d’Auçoire oï le novele, si murent [entre lui et sa feme] et s’en alerent droit à Rome. Et si mena aveuc lui le conte de Sanseure et chevaliers et serjans ; et si laissa .ii. fieus qu’il avoit, dont li ainsnés fu quens de Namur. Quant li quens Pieres fu à Rome, si fist tant à l’apostoile qu’il corona et lui et se feme. Quant coroné furent, si s’en alerent à Brandis en Puille, por passer en Costantinoble, et li apostoles envoia aveuc lui un cardonal. Quant li empereres Pieres vint a Brandis, si fist apparellier nés et vaissiaus et entrerent ens et passerent à Duras. Quant il furent arivé à Duras et li sires sot que c’estoit li empereres, si ala encontre et fist grant joie de lui et le reçut hautement comme segnor et se li fist homage et li rendi se tiere. Duras est li premiere cités de le tiere de Griesse par devers Puille. Quant li empereres ot illuec une piece sejorné, se li dist li sires de Duras : « Sire, vous irés en Costantinoble par tiere, et g’irai aveuc vous tant que me tiere durra. Et puis c’on saura par Gresse que je vous arai me tiere rendue et que je iere aveuc vous, il n’en i ara nul qui contre vous soit ; ains venront à vous à merci et vous renderont toute le tiere. » Li empereres le crei, si murent et alerent par tiere. Li emperis estoit grosse, si n’ala mie par tiere, ains ala par mer en Costantinoble. Ançois qu’ele venist en Costantinople, ariva elle en le tiere Jofroi de Ville Harduin qui grant honor li fist. L’emperis avoit une fille et Jofrois .i. fil qui avoit à non Jofrois. L’empereis vit que cils avoit grant tiere et que se fille i seroit bien emploie, si le dona sa fille ; il le prist à feme, si l’espousa. Apriès s’en ala l’empereis en Costantinoble ; ne demora gaires apriès qu’ele [se] delivra d’un fil dont elle estoit grosse. Or vous dirai que li sires de Duras fist qui l’emperéour conduisoit parmi se tiere. Il n’orent pas eslongié Duras plus de .iii. jornées, qu’il se hebergierent en .i. castiel mout fort. Quant il furent hebergié, et il furent assis au souper le nuit, le sire de Duras fist armer ses homes et fist prendre l’empereur et ses homes ; et assés en ocist on, et se les fist on metre en prison. Et tant les tint on que li empereres i fu mors, èt il et li quens de Sanseure. Quant cil de Griesse oirent dire que li empereres estoit en prison, si se révélèrent et reconquisent toute le tiere que li empereres Henris avoit conquise. Ne demora gaire apriès que li empereres fu mors, et que li emperis fu morte en Costantinoble. Alors [les barons de l’empire de Constantinople] choisirent des messagers et les envoyèrent en France au comte Pierre d’Auxerre, qui était cousin germain du roi Philippe et avait pour femme la comtesse de Namur, qui était la sœur de l’empereur Baudouin et de l’empereur Henri. Ils le prièrent d’aller à Constantinople avec sa femme, l’empire était échu à cette dernière, et ils les feraient empereur et impératrice, comme le droit le voulait. Quand le comte Pierre d’Auxerre entendit la nouvelle, ils se mirent en route lui et sa femme et allèrent directement à Rome. Et il amena avec lui le comte de Sancerre, des chevaliers et des sergents ; et il laissa ses deux fils, dont l’aîné était comte de Namur. Quand le comte Pierre fut à Rome, il insista tant auprès du pape que celui-ci les couronna lui et sa femme. Quand ils furent couronnés, ils s’en allèrent à Brindisi en Pouille, pour passer à Constantinople, et le pape envoya avec lui un cardinal. Quand l’empereur Pierre vint à Brindisi, il fit appareiller navires et vaisseaux et ils embarquèrent et partirent pour Duras. Quand ils furent arrivés à Duras et que le seigneur sut que c’était l’empereur, il alla à sa rencontre, lui fit bon accueil, le reçut magnifiquement comme son seigneur, lui fit hommage et lui rendit sa terre. Duras est la première cité de la terre de Grèce en face de la Pouille. Quand l’empereur y eut séjourné quelques temps, le seigneur de Duras lui dit : « Seigneur, vous irez à Constantinople par voie terrestre, et j’irai avec vous jusqu’à l’extrémité de mon territoire. Et puisque l’on saura en Grèce que je vous ai rendu ma terre et que j’étais avec vous, aucun ne s’opposera à vous ; au contraire ils viendront vous demander grâce et vous rendront toute la terre. » L’empereur le crut, ils se mirent en route et partirent par voie terrestre. L’impératrice était enceinte, elle ne partit pas par voie terrestre, au contraire elle partit par voie maritime pour Constantinople. Avant qu’elle n’arrive à Constantinople, elle passa par le territoire de Geoffroy de Villehardouin, qui lui fit grand honneur. L’impératrice avait une fille et Geoffroy un fils qui avait pour nom Geoffroy. L’impératrice vit qu’il avait un grand territoire et que sa fille y serait bien installée, si elle lui donnait sa fille ; il la prit pour femme et l’épousa. Ensuite, l’impératrice partit à Constantinople ; elle ne vécut guère longtemps après avoir accouché d’un fils dont elle était enceinte. Je vous dirai maintenant ce que fit le seigneur de Duras qui conduisait l’empereur à travers son territoire. Ils n’avaient pas quitté Duras depuis plus de trois journées qu’ils firent étape dans un château très fortifié. Quand ils furent installés et qu’ils furent assis au souper le soir, le seigneur de Duras fit armer ses hommes et fit capturer l’empereur et ses hommes ; et beaucoup furent tués, tandis que les autres furent mis en prison. Et ils furent retenus si longtemps que l’empereur y mourut, ainsi que le comte de Sancerre. Quand les Grecs entendirent que l’empereur était emprisonné, ils se révoltèrent et reconquirent tout le territoire que l’empereur Henri avait conquis. Il n’en resta presque plus rien après que l’empereur fut mort et que l’impératrice fut morte à Constantinople.

b) L’Estoire de Eracles Empereur, p. 289-294.

13. (…) Donc pristrent messages si les envoierent en France au conte Perron d’Ausoerre qui cosin germain estoit dou roi Phelippe et avoit la contesse de Nemur a feme, qui suer avoit esté de l’empereor Bauduin et l’empereor Henri. Si li manderent que il alast en Costantinople et sa feme, que li empires si lor estoit escheuz ; si le feroient empereor et la dame empereris, si come drois estoit.
14. Quant il oirent la novele, si murent tantost entre lui et sa feme, et alerent a Rome a l’Apostoile. Si menerent a Rome le conte de Sanssuerre et chevaliers et sergens et si laisserent .ii. fiz chevaliers que il avoient dont li ains nez fu cuens de Nemur. Quant li cuens Pierres fu a Rome si fist tant vers l’Apostoile que il le corona a empereor et sa feme a empereris. Quant il furent coroné, si alerent a Brandis por passer en Costantinople, et l’Apostoile envoia avec euz un chardenal. Et quant il vindrent a Brandis, li empereres fist appareiller nez et vaissiaus ; si entrerent ens et passerent a Duras. Quant il furent a Duras, et li sires sot que ce estoit li empereres qui venoit, si li ala encontre, et li fist grant joie come a seignor et li fist homage de sa terre. Duras est li premiere cité a l’entrée de Grece par devers Puille. Quant li empereres ot ilec une piece esté, si vint li sires de Duras, si li dist : « Sire, vos ires en Costantinople par terre, et je irai avec vos tant come ma terre durera ; et puis que l’en saura par Grece que je vos aurai rendue ma terre et que je irai avec vos, n’i aura ja un sol home qui contre vos seit ; ains venront a vostre merci et vos rendront tote la terre. » Li empereres le crut, si alerent par terre. L’empereris estoit grosse, si n’ala mie avec eaus ; ains s’en ala par mer en Costantinople. Ains que ele y venist arriva ele en la terre Jofroi de Vile Harduin, qui grant honor li fist. L’empereris avoit une fille et Jofroi de Vile Harduin un fiz, qui avoit nom Jofroi. L’empereris vit que cil avoit grant terre et vit que sa fille i seroit bien mariée, si li dona et il l’esposa. Apres ala l’empereris en Costantinople. Ne demora gaires apres que ele se delivra d’un fiz dont ele estoit grosse.
15. Or vos dirai coment il avint a l’empereor Pierre. Il se parti de Duras o tout son ost, et chevaucherent .v. jornees ou vi, ensi que Todre le Commanos o tot grant ost le sivoit et se hebergeit chascun jor pres d’eau a .ii. liues, ou a trois ; tant que il avint un jor que l’empereor Pierre fu heberges sur une grant riviere, en une moult bele praerie, et Todre se heberja sur cele meismes riviere a .ii. liues de lui. Ensi come il se hebergeit, .ii. homes vindrent pres de l’ost et crierent « fiance. » L’en le fist assavoir a l’empereor ; il comanda que l’en les affiast. L’en les affia. Il vindrent avant et distrent que il voloient parler a l’empereor. Il les amenerent devant lui. il li distrent que lor sires l’empereor Todre li mandoit que se il cuidoit estre asegur, si come un Crestien doit estre avec l’autre, il venroit parler a lui de son profit. Li empereres ot conseil sur ce ; si li fu loé que il l’assegurast ; car en ce, ce li distrent que de oir ce qu’il diroit ne poeit il riens perdre. Li empereres li envoia .ii. de ses chevaliers, Herbert de Chaumeril et un autre, et li manda par eaus que il poeit segurement aller et venir. Quant Todre entendi les messages, si en fu moult liez, si monta piestant a cheval, et vint en l’ost de l’empereor escheriement ; car il n’i amena mie cent homes a cheval, et ot tres que a .x. de ses riches homes que il apelent en Greseis arcondes. Cil Todres li Commanos estoit moult riches hom et tenoit moult grant terre que l’on claime Zagora et Andrenople et Filipople et Grisople, et tenoit Salonique et toute la terre de Duras ou l’empereor Pierre arriva, tres que a la marche des Blas, et si se apeloit empereor et por empereor se tenoit ; car il disoit qu’il estoit li plus procheins parens del empereor Manuel, et si tenoit grant partie de l’empire ; por tout ice se poeit il bien tenir por empereor tout fust il que il n’eust le maistre siege ; quar il le cuidoit avoir par force, non mie par raison. Por totes ces choses et por la desleauté qui est es Grifonz, fist li empereres Pierre folie, quant il ot o lui parlé nule parole.
16. Ensi come il aprocha de la herberge, li empereres Pierres monta a cheval et ala encontre lui a grant conpaignie des chevaliers. Moult se firent grant feste de saluer et d’encliner et d’enbracer, et descendirent ou tref l’empereor Pierre. Quant il furent assis, Todre mist a raison l’empereor Pierre par durgeman, et li dist : « Sire, je voi que Dex vos a amené en ces parties por le profit de la Crestienté ; et se vos me volez croire, nos poons vos et moi moult essaucer la foi de Jhesu Crist ; car se il vos plaist que nos faciens pais et amor et que nos faciens aliance et atachement de garder et de sauver li unz l’autre et de estre freres et compaignon ou servise de Nostre Seignor et faire chascun son poeir, legere chose nos seroit de conquerre la terre que Lascre tient et cele do sodan dou Coyne, et puis aller en la sainte Terre de Jerusalem et metre tout a nos volentes. Et se il vos plaist ensi faire, je en suis tot prest. » Li empereres ot conseil et respondi a Todre que ce que il avoit dit li plaisoit moult bien, et que il estoit prest dou faire. Li Saint furent aporté ; si jura Todres li et ses arcondes a garder et assauver l’empereor Pierre et son honor et ses homes et toutes les lor choses, et l’empereor Pierre jura tout aussi a Todre, et le fist jurer a ses barons, et fu pris jor de estre ensemble en Costantinople por atirer ce qui estoit por parlé.
17. Quant ceste chose fu ensi por parlée, come vos avez oï, Todre s’en vost aller en sa herberge. Li empereres Pierres li prea que il deust manger o lui par comencement de l’amor. Todres li respondi que il ne voloit faire, fors ce qui li plaireit. Les tables furent mises, ils y assistrent ; et quant il furent levé dou manger, Todres pria l’empereor que il et si chevalier deussent manger o lui lendemain, et il feroit aprocher sa herberge. Li empereres li otrea, dont il fist folie, si come il parut. Li Franceis furent moult lié de ces choses, car il cuidoient par ce avoir tout gaaigné ; et ne se donoient garde de la desleal traison que l’en lor bastissoit ; ains faisoient joie et feste, et contre faisoient le cinne qui chante quant il doit morir. Lendemain par matin, Todre oi faite sa herberge aprocher, et fu tendue de lez cele de l’empereor Pierre d’autre part de la riviere, si que il n’ot que la riviere entre deuz. Quant il fu hore de manger, l’empereor Pierre et li plus de ses chevaliers passerent le gué et vindrent en la herberge de Todre, et il mangeent, il ne sorent mot devant que il furent avironez de gens armees qui maintenant pristrent l’empereor Pierre et le comlte de Sansuerre et touz les autres chevaliers ; et refurent autres gens armees a grant plenté qui corurent en la herberge ou cil ne se gardoient, si les pristrent et ocistrent, si que moult poi en eschapa. Ensi perdi l’empereor Pierre l’onor que Dex li avoit donée et le cors et toute sa gent et quan que il avoit, et fu en la prison tant que il morut.
18. Quant cil de Grece oirent dirent que lempereor Pierre estoit en la prison de Todre si se revelerent et reconquistrent toute la terre que li empereres Henris avoit conquise. Ne demora gaires apres ce que li empereres fu mort en la prison et que lempereris fu morte en Costantinople.
13. (…) [Les barons de l’empire de Constantinople] choisirent donc des messagers et les envoyèrent en France au comte Pierre d’Auxerre qui était le cousin germain du roi Philippe et avait pour femme la comtesse de Namur qui avait été la sœur de l’empereur Baudouin et de l’empereur Henri. Ils le prièrent d’aller à Constantinople ainsi que sa femme parce que l’empire leur était échu ; ils les feraient empereur et impératrice comme le voulait le droit.
14. Quand ils entendirent cette nouvelle, [Pierre] et sa femme se mirent rapidement en route et allèrent à Rome auprès du pape. Ils amenèrent à Rome le comte de Sancerre, des chevaliers et des sergents et laissèrent leurs deux fils chevaliers, dont l’aîné était comte de Namur. Quand le comte Pierre fut à Rome, il fit tant auprès du pape que ce dernier le couronna empereur et sa femme impératrice. Quand ils furent couronnés ils allèrent à Brindisi pour partir pour Constantinople et le pape envoya avec eux un cardinal. Et quand ils arrivèrent à Brindisi, l’empereur fit appareiller navires et vaisseaux ; ils embarquèrent et partirent pour Duras. Quand ils furent à Duras et que le seigneur sut que c’était l’empereur qui venait, il alla à sa rencontre, lui fit bon accueil comme s’il était son seigneur, et lui fit hommage pour sa terre. Duras est la première cité au début de la Grèce en face de la Pouille. Quand l’empereur y eut séjourné quelques temps, le seigneur de Duras vint et lui dit : « Seigneur, vouz irez à Constantinople par voie terrestre, et j’irai avec vous jusqu’à l’extrémité de mon territoire. Et puisque l’on saura en Grèce que je vous ai rendu ma terre et que j’irai avec vous, aucun ne s’opposera à vous ; au contraire ils viendront vous demander grâce et vous rendront toute la terre. » L’empereur le crut, ils partirent par voie terrestre. L’impératrice était enceinte, elle ne partit pas avec eux, au contraire elle partit pour Constantinople par voie maritime. Alors qu’elle s’y rendait, elle arriva dans la terre de Geoffroy de Villehardouin, qui lui fit grand honneur. L’impératrice avait une fille et Geoffroy de Villehardouin un fils qui s’appelait Geoffroy. L’impératrice vit que celui-ci possédait un grand territoire et vit que sa fille y serait bien mariée, elle lui donna et il l’épousa. Ensuite l’impératrice alla à Constantinople. Elle ne vécut guère longtemps après avoir accouché d’un fils dont elle était enceinte.
15. Je vous dirai maintenant ce qu’il advint à l’empereur Pierre. Il partit de Duras avec toute son armée et ils chevauchèrent cinq ou six journées, tandis que Théodore Comnène avec une grande armée le suivait et faisait étape chaque jour près d’eux, à deux ou trois lieues ; de sorte qu’il advint un jour que l’empereur Pierre fit étape au bord d’une grande rivière, en une très belle prairie, et que Théodore fit étape sur la même rivière, à deux lieues de lui. Alors que [Pierre] installait son camp, deux hommes vinrent près de l’armée et crièrent « Faites-nous confiance ». On le fit savoir à l’empereur ; il commanda qu’on leur fasse confiance. On leur fit confiance. Ils avancèrent et dirent qu’ils voulaient parler à l’empereur. Ils les amenèrent devant lui. Ils lui dirent que leur seigneur l’empereur Théodore lui annonçait que, s’il pensait être en sécurité ainsi qu’un chrétien doit l’être avec un autre, il viendrait parler avec lui, pour son profit. L’empereur tint conseil à ce sujet ; il lui fut conseillé de lui accorder un sauf-conduit, car à cette occasion ils lui dirent qu’il n’avait rien à perdre à écouter ce qu’il dirait. L’empereur lui envoya deux de ses chevaliers, Herbert de Chaumeril et un autre, et lui fit annoncer par leur intermédiaire qu’il pouvait aller et venir en sécurité. Quand Théodore entendit les messages, il en fut très content, monta immédiatement à cheval et vint au milieu de l’armée de l’empereur avec peu d’hommes, car il n’amena même pas cent hommes à cheval, et n’avait derrière lui que dix de ses riches hommes que l’on appelle archontes en grec. Ce Théodore Comnène était un homme très riche et contrôlait un territoire très grand, que l’on appelle Zagora, Andrinople, Philippopolis [Plovdiv] et Chrysopolis, il contrôlait aussi Thessalonique et tout le territoire de Duras où l’empereur Pierre était arrivé, jusqu’à la marche des Valaques [la Thessalie], et il se faisait appeler empereur et se considérait empereur, car il disait qu’il était le plus proche parent de l’empereur Manuel, et qu’il possédait la plus grande partie de l’empire ; pour tout cela il pouvait bien se considérer empereur, bien qu’il lui manquât la capitale, car il pensait s’en emparer par la force et non par la raison. À cause de toutes ces choses et à cause de la déloyauté qui est celle des Grecs, l’empereur Pierre fit une folie, quand il parla avec lui.
16. Ainsi, tandis que [Théodore] approchait du camp, l’empereur Pierre monta à cheval et alla à sa rencontre accompagné de nombreux chevaliers. Dans une ambiance solennelle, ils se saluèrent, se firent des révérences et des embrassades, et ils se rendirent à la tente de l’empereur Pierre. Quand ils furent assis, Théodore s’adressa à l’empereur Pierre par l’intermédiaire d’un interprète et lui dit : « Sire, je vois que Dieu vous a amené par ici au profit de la Chrétienté ; et croyez-moi nous pouvons vous et moi exalter la foi de Jésus-Christ ; car s’il vous plaît que nous fassions paix et amitié et que nous fassions une alliance et nous engagions à nous protéger et nous aider mutuellement, à être frères et compagnons au service de Notre Seigneur et à faire chacun notre possible, il nous serait facile de conquérir le territoire de Laskaris et celui du sultan de Konya, et puis d’aller en Terre Sainte à Jérusalem et tout soumettre à notre volonté. Et si cela vous convient, j’y suis tout à fait prêt. » L’empereur tint conseil et répondit à Théodore que ce qu’il avait dit lui plaisait beaucoup et qu’il était prêt à agir ainsi. On apporta les reliques ; Théodore jura, ainsi que ses archontes, de garder et protéger l’empereur Pierre, son empire, ses hommes et tous leurs biens, et l’empereur Pierre prêta lui aussi serment à Théodore, et fit prêter serment à ses barons, et on décida de se retrouver à Constantinople pour mettre en place ce qui avait été négocié.
17. Quand cette chose fut négociée, comme vous l’avez entendu, Théodore voulut retourner à son camp. L’empereur Pierre le pria de manger avec lui puisque leur amitié avait commencé. Théodore lui répondit qu’il ne voulait faire que ce qui lui plairait. Les tables furent mises, ils s’y assirent ; et quand ils eurent mangé et furent levés de table, Théodore pria l’empereur que lui et ses chevaliers de manger avec lui le lendemain, et lui dit qu’il ferait approcher son camp. L’empereur accepta, ce en quoi il fit une folie, comme cela apparut. Les Français étaient très contents de ces développements, car ils pensaient ainsi avoir tout gagné ; et ils ne se méfièrent pas de la trahison déloyale que l’on préparait pour eux ; c’est pourquoi ils se réjouirent et festoyèrent, et imitèrent le cygne qui chante avant de mourir. Le lendemain matin, Théodore fit approcher son camp, qui fut dressé près de celui de l’empereur Pierre de l’autre côté de la rivière, de sorte que seule la rivière les séparait. Quand ce fut l’heure de manger, l’empereur Pierre et la plupart de ses chevaliers passèrent le gué et vinrent dans le camp de Théodore. Ils mangèrent, et ne comprirent rien avant d’être entourés de gens en armes qui capturèrent alors l’empereur Pierre, le comte de Sancerre et tous les autres chevaliers ; et de leur côté une grande quantité d’autres gens en armes coururent au camp où les [Français] ne se méfiaient pas, les capturèrent et les tuèrent, de sorte que très peu en réchappèrent. Ainsi l’empereur Pierre perdit l’empire que Dieu lui avait donné, son corps, tous ses gens autant qu’il en avait, et il demeura en prison jusqu’à sa mort.
18. Quand les Grecs entendirent que l’empereur Pierre était emprisonné par Théodore, ils se révoltèrent et reconquirent tout le territoire que l’empereur Henri avait conquis. Il n’en resta presque plus rien après que l’empereur fut mort en prison et que l’impératrice fut morte à Constantinople.

6) Guillaume d’Andres, Chronicon Andrense, ca. 1234, p. 577D.

Petrus Comes Autissiodorensis, qui praefati Henrici sororem uxorem habuit, subrogatur : qui captus a Graecis in captivitate detinetur. Pierre, comte d’Auxerre, qui avait épousé la sœur du susdit Henri, est élu ; capturé par les Grecs, il est retenu en captivité.

7) Albéric de Trois-Fontaines, ca. 1241, p. 90627-47 = p. 787C-E.

Namucensis comes Petrus, qui dicebatur Autisiodorensis, Romam profectus cum sua coniuge, Hyolenz nomine, benedictus est et consecratus a summo pontifice Honorio in imperatorem Constantinopolitanum ; sed mox ut Greciam attigit, captus est a duce Durachii, Theodoro nomine, Michaelis successore, qui de armis eius et divitiis et omni supellectile eius, permittente iusto iudice Deo, factus est fortior et potentior ad persequendum catholicos. Evasit tamen cum filiabus uxor eiusdem Petri, que quamdiu vixit terram illam et imperium gubernavit. Unam filiarum eius, Hyolenz nomine, duxit Andreas rex Ungarie ; secundam, nomine Sibiliam, habuit Radulfus de Essolduno in Bituria, quam postea duxit comes Henricus de Vienna et Ardenna ; tertiam habuit Lascarus Grecus, qui dicebatur imperator Nicee, sed de ista filios non habuit ; quartam Gaufridus iunior de Villa Harduini, filius Gaufridi principis de insula Montionis ; quintam Galtherus de Barro super Sequanam, comitis Milonis filius, quam postea duxit Odo, Alexandri filius, frater ducis Burgundie Odonis. Filii vero eiusdem comitis Petri fuerunt quatuor Philippus dictus de labra comes Namucensis, titulis militie famosissimus, Robertus imperator Constantinopolitanus, Henricus comes Namucensis et iuvenis Balduinus, qui modo est imperator. Omnes isti filii et filie fuerunt de predicta Hyolenz imperatrice, secunda scilicet comitis Petri uxore ; nam de prima uxore, que dicta est Agnes et fuit unica filia comitis Guidonis Nivernensis, genuerat idem comes Petrus filiam unam, Mathildem nomine, que comiti Herveio, Gaufridi filio de Giem et de Dunzeio filiam unicam peperit, quam habuit Guido comes de Sancto Paulo, primogenitus comitis Galtheri, et predicta Mathildis Nivernensis nupsit postea comiti Guigoni Forensi, mortuo sine liberis. Le comte de Namur, Pierre, dit d’Auxerre, partit à Rome avec sa femme, nommée Yolande, fut béni et consacré empereur de Constantinople par le grand pontife Honorius ; mais dès qu’il arriva en Grèce, il fut capturé par le duc de Dyrrachium, nommé Théodore, successeur de Michel, lequel, grâce à ses armes, ses richesses et tout son équipement, avec la permission de Dieu, le juste juge, devint plus fort et plus puissant pour persécuter les catholiques. Cependant, la femme de ce Pierre s’échappa avec leurs filles et, tant qu’il vécut, elle gouverna cette terre et son empire. Une de ses filles, appelée Yolande, épousa André, roi de Hongrie ; la seconde, nommée Sibyllea, épousa Radulf d’Issoudun dans le Berry, puis ensuite le comte Henri de Vianden et d’Ardenne ; la troisième épousa le Grec Laskaris, qui était dit empereur de Nicée, mais qui n’eut pas de fils d’elle ; la quatrième épousa Geoffroy de Villehardouin le jeune, fils de Geoffroy, prince de l’île de Morée ; la cinquième épousa Gaucher de Bar-sur-Seine, fils du comte Milon, et épousa ensuite Eudes, fils d’Alexandre, frère du duc Eudes de Bourgogne. Mais ce même comte Pierre eut quatre fils, Philippe dit « à la lèvre », comte de Namur, très célèbre chevalier, Robert, empereur de Constantinople, Henri, comte de Namur et le jeune Baudouin, qui est actuellement empereur. Tous ces fils et toutes ces filles étaient nés de ladite impératrice Yolande, seconde épouse de Pierre bien sûr ; en effet de sa première épouse, qui était dite Agnès et était la fille unique du comte Gui de Nivernais, le comte Pierre avait eu une fille, nommée Mathilde, qui donna au comte Hervé, fils de Geoffroy de Gien et de Donzyb, une fille unique qui épousa Guy, comte de Saint-Pol, fils aîné du comte Gaucher, et ladite Mathilde de Nevers épousa ensuite le comte Guigues de Forez, mort sans enfants.
a. En réalité Marguerite. Sibylle, devenue nonne, ne se maria pas.
b. Hervé IV de Donzy était en réalité le fils d’Hervé III de Donzy et neveu de Geoffroy de Donzy.

8) Richard de San Germano, Chronica Regni Sicilie, ca. 1242
a) Première rédaction, col. 990 = p. 7710-7816.

MCCXVII. Petrus comes Altisiodorensis Romam veniens cum consorte sua, ab Honorio papa in Constantinopolitanum imperatorem et imperatri-cem coronatur apud sanctum Laurentium extra muros urbis. Imperator iste per Campaniam veniens cum imperatrice predicta ad sanctum Germanum, ubi a prephato abbate Stephano magnifice sunt recepti, cum copioso exercitu militari in Apuliam descenderunt et venientes Brundusium ibi dominum Iohannem de Columpna presbiterum cardinalem domini pape in Constantinopolim legatum venturum expectant cum quo dictus Stephanus abbas duos de fratribus s[ui]s mictit pro recipienda quadam ecclesia sancte Marie de Virgictis [Virginis ?], quam olim dominus Benedictus cardinalis sancte Susanne extra Constantinopolim monasterio Casinensi, cum in partibus illis legationis fungeretur officio, contulerat. Imperator predictus cum dicto cardinale infausto satis omine navigio transfretantes ad portum civitatis Durachii pervenerunt. Qui pravo usi consilio, imperatrice preeunte, que per mare civitatem adierat Bizanteam, civitatem obsederunt eamdem. Set, cum nichil proficerent viris aut viribus suis, ab obsidione digressi sunt, et ab hostibus intercepti in via : de quibus quidam gladiis occubuere, quidam capti carceribus deputati sunt, imperator et cardinalis captivi detenti sunt : quorum alter, scilicet imperator ut dicitur, miserabiliter in carcere vitam finivit, et cardinalis predictus evasit Romane ecclesie interventu. 1217. Le comte Pierre d’Auxerre vint à Rome avec son épouse ; le pape Honorius les couronna empereur et impératrice de Constantinople à Saint-Laurent-hors-les-murs. Cet empereur, passant par la Campanie avec ladite impératrice, vint à San Germano, où ils furent magnifiquement reçus par l’abbé Étienne susmentionné, puis ils descendirent en Apulie avec une armée nombreuse et en arrivant à Brindisi ils attendent messire Jean Colonna, prêtre, cardinal, qui devait aller à Constantinople en tant que légat de messire le pape. Ledit abbé Étienne envoya deux de ses frères avec lui pour prendre en charge l’église de la Sainte-Vierge Marie, située hors de Constantinople, que messire Benoît, cardinal de Sainte-Susanne, avait autrefois attribuée au monastère du Cassin, lorsqu’il s’était acquitté des obligations de sa légation dans cette région. Ledit empereur et ledit cardinal, malgré des présages assez malheureux, firent la traversée en navire et parvinrent au port de la cité de Dyrrachium. Suivant un mauvais conseil, ils assiégèrent cette cité, tandis que l’impératrice, partie devant, avait rejoint la cité de Byzance par la mer. Mais, comme ses hommes et ses forces ne progressaient pas du tout, ils abandonnèrent le siège et furent interceptés en chemin par les ennemis : certains parmi eux succombèrent aux glaives, d’autres furent capturés et envoyés en prison, l’empereur et le cardinal furent capturés et mis en détention : le premier, à savoir l’empereur, à ce qu’on dit, finit misérablement sa vie en prison, et le cardinal susdit rentra à Rome grâce à l’intervention de l’Église romaine.

b) seconde rédaction, p. 7710-784.

MCCXVII. Petrus Altisiodorensis comes in Constantinopolitanum imperatorem electus, Romam veniens cum consorte sua ab Honorio papa apud Sanctum Laurentium extra muros Urbis, in imperatorem et imperatricem coronantur. Qui regnum intrantes, et se Brundusium conferentes cum honesto militari exercitu, ibi dominum Iohannem de Columpna cardinalem in Constantinopolim legatum venturum expectant, cum quo infausto satis omine navigio transfretantes, ad portum Durachii pervenerunt. Qui pravo ducti consilio, imperatrice eos per mare preeunte ad civitatem Bizanteam, obsidere et expugnare previderunt Durachium ; et cum viris non proficerent aut viribus suis, ab obsidione civitatis ipsius digressi sunt. Qui errantes per devia et condensa sylvarum, a Grecis intercepti sunt, de quibus nonnulli in ore gladii perierunt, nonnulli vero capti sunt, et carcerali squalore una cum ipso imperatore consumpti. Ipse etiam cardinalis captus est et detentus. 1217. Pierre, comte d’Auxerre, élu empereur de Constantinople, vint à Rome avec son épouse et ils furent couronnés empereur et impératrice par le pape Honorius à Saint-Laurent-hors-les-murs. Ils entrèrent dans le royaume [de Sicile] et se rendirent à Brindisi avec une armée considérable ; là, ils attendent messire Jean Colonna, cardinal qui devait aller à Constantinople en tant que légat, avec lequel, malgré des présages assez malheureux, ils firent la traversée en navire et parvinrent au port de Dyrrachium. Guidés par un mauvais conseil, ils assiégèrent et prévirent de prendre cette cité d’assaut, tandis que l’impératrice, partie devant, avait rejoint la cité de Byzance par la mer. Mais, comme ses hommes et ses forces ne progressaient pas, ils abandonnèrent le siège de cette cité. Errant par des chemins détournés et de denses forêts, ils furent interceptés par les Grecs : certains parmi eux périrent par le glaive, mais d’autres furent capturés et moururent dans l’abjection du cachot, et parmi eux l’empereur lui-même. Même le cardinal lui-même fut capturé et détenu.

9) Philippe Mouskes, Chronique rimée, ca. 1242, II, p. 403, vv. 22987-23033

Et li François ki là estoient,
Pour çou que le droit oir voloient,
S’orent mandée sa serour,
Droit à Auçoirre, et son signor
Conte Piéron, parent le roi ;
Et il s’en alèrent andoi.
Il fius orent, bien m’en sai ciert,
L’un Felipon, l’autre Robiert.
Felipes, c’on tint à séur,
Si ot la conté de Namur,
Que li quens de Namur adonques
Siout tenir, Felipes, ses oncles,
Et sire fut des Aucerrois.
Robiers, ses frères, ce fu drois,
Ot, entre Douwai et Bouçain,
Grant tière et viles tot a plain.
S’orent serour preux et gentius.
Li buens rois de Hungrie, Andrius,
Ot l’ainsnée que moult ama,
Que Henris d’Ango li douna ;
Et la seconde ot Jehanins,
Sire des Blas et des Commins.
La tierce fu saçans et aspre,
Cele si fu donnée à Lascre,
I haut prince de la Turquie,
Qui grant tière ot dans sa baillie.
Lor mère fu mise à la voie,
Pour de l’empire avoir la joie
Que si frère avoient éue.
Et li quens Pières ot tenue
Une autre voie, ses maris,
Dont il fu dolans et maris,
Quar li Commenios le prist,
A Duras, en prison le mist,
Et tout si ome i furent mort,
Par desloïauté et par tort,
Gossiaus, li frère Alart d’Antoing,
Fu pris et mors à cel besoing,
Et la contesse en fu alée,
Sans son signor fu couronnée.
Poi apriès s’accouça d’enfant,
Dont ele iert ençainte devant.
Bauduins ot non pour son oncle.
Li quens Pières moru adonque
En la prison dont jou vos di.
Petit apriès moru aussi
L’emperéis.
Et les Français qui étaient là,
Pour ceux qui voulaient entendre le droit,
Avaient demandé sa sœur,
Directement à Auxerre, et son seigneur
Le comte Pierre, parent du roi ;
Et ils partirent tous les deux.
Ils avaient plusieurs fils, je le sais bien,
L’un Philippe, l’autre Robert.
Philippe, qu’on tint en sûreté,
Eut le comté de Namur,
Que son oncle Philippe, comte de Namur
Tenait auparavant,
Et fut sire des Auxerrois.
Robert, son frère, c’était juste,
Eut entre Douai et Bouchain
Un grand territoire et de nombreuses villes.
Ils eurent des sœurs preuses et nobles.
Le bon roi de Hongrie, André,
Eut l’aînée qu’il aima beaucoup,
Qui lui fut donnée par Henri de Hainaut ;
Et la seconde fut pour Jean Kaloyana,
Seigneur des Valaques et des Coumans.
La troisième était sage et forte,
Elle fut donnée à Laskaris,
Haut prince de la Turquie,
Qui avait un grand territoire en son pouvoir.
Leur mère [Yolande] se mit en route,
Pour jouir de l’empire
Comme ses frères avant elle.
Et le comte Pierre, son mari
Prit une autre route,
Dont il fut triste et affligé,
Car le Comnène le captura
Et le mit en prison à Duras,
Et tous ses hommes y moururent,
Par déloyauté et traîtrise,
Gosselin, frère d’Alard d’Antoing,
Fut capturé et mourut durant ce combat,
Et la comtesse s’en était allée.
Elle fut couronnée sans son seigneur.
Peu après elle accoucha d’un enfant,
Dont elle était auparavant enceinte.
Il fut nommé Baudouin comme son oncle.
Le comte Pierre mourut alors
Dans la prison dont je vous parle.
Peu après, l’impératrice mourut aussi
a. En réalité, c’est Henri de Hainaut qui épousa la fille de Kaloyan.

10) Vincent de Beauvais, Speculum historiale, ca. 1244, p. 1260.

Eodem anno Petrus Comes Antisiodorensis et Ioles uxor ejus coronantur ad imperium Constantinopolis a Papa Honorio in ecclesia Sancti Laurentii extra muros. Cumque recessissent a Roma et cum eis apostolicae sedis legatus cardinalis Joannes de Columna mari transmeato imperatrice cum filiabus divertente per Romama iter suum, de imperatoris mandato ipse imperator cum cardinali et omni comitatu suo capitur a communiob et Dirachii invasore Theodoro. La même année, Pierre, comte d’Auxerre, et Yolande son épouse reçoivent du pape Honorius la couronne de l’empire de Constantinople dans l’église Saint-Laurent-hors-les-murs. Et lorsqu’ils quittèrent Rome, le légat du siège apostolique, le cardinal Jean de Colonna traversa la mer avec eux ; tandis que l’impératrice, sur l’ordre de l’empereur, se sépara d’eux et continua avec ses filles par [la mer], l’empereur pour sa part, avec le cardinal et toute son armée, est capturé par Théodore [Comnène], le conquérant de Dyrrachium.
a. Forme corrompue de per mare.
b. Forme corrompue de Comnino.

11) Georges Acropolite, ca. 1261, §14, p. 2512-269.

Ἔνθα καὶ Πέτρον μετὰ μεγίστης στρατιᾶς ἐξ Ἰταλίας ὁρμώμενον καὶ ὡς πρὸς τὴν Κωνσταντίνου πεποιημένον τὴν δίοδον, ἀνηγορευμένον πρὸς τοῦ πάπα καὶ βασιλέα, αὐτοῦ που γεγενημένον προχειρωσάμενόν τε καὶ αὐτὸ τὸ Δυρράχιον γενναίως κατετροπώσατο. Ὁ μὲν οὖν ῥηθεὶς Πέτρος γαμβρὸς ὑπῆρχεν ἐπ’ ἀδελφῇ τοῦ πρώτως βασιλεύσαντος ἐκ τοῦ Λατίνων μέρους Βαλδουΐνου καὶ τοῦ μετ’ αὐτὸν Ἐρῆ, ἐκαλεῖτο δὲ ἡ αὐτῶν ἀδελφὴ Ἰολεντία, ἐξ ἧς παῖδες τῷ Πέτρῳ γεγένηνται τρεῖς, ὅ τε Φίλιππος, ὁ Ῥομπέρτος καὶ ὁ Βαλδουῖνος, ὧν ὁ μὲν Ῥομπέρτος καὶ ὁ Βαλδουῖνος τῆς Κωνσταντίνου βεβασιλεύκασι, τοῦ πρώτου αὐτῶν ἀδελφοῦ τοῦ Φιλίππου τῷ ἀδελφῷ Ῥομπέρτῳ τῆς βασιλείας παραχωρήσαντος. Ὑπῆρχον δέ σφισι καὶ ἀδελφαί, ὧν μία Μαρία ἦν, ᾗ συνεζύγη ὁ βασιλεὺς Θεόδωρος. Ὁ μὲν οὖν δηλωθεὶς Θεόδωρος, καθὼς εἰρήκειν, τὸ οἰκεῖον παραλαβὼν στράτευμα ἀντιτάττεται τῷ Πέτρῳ, μικρὸν ὑπερπηδήσαντι τὸ Δυρράχιον καὶ ἐν ταῖς τοῦ Ἀλβάνου δυσχωρίαις γεγενημένῳ. Νικῶσι γοῦν κατὰ κράτος οἱ τοῦ Κομνηνοῦ Θεοδώρου τὸ τῶν Λατίνων στράτευμα, ὡς πάντας ἄρδην δεσμώτας ποιῆσαι σὺν πᾶσι σκεύεσι, καὶ αὐτὸν δὲ τὸν βασιλέα Πέτρον ἔργον μαχαίρας γενέσθαι. Τοῦτο δὴ τότε μέγα Ῥωμαίοις ἐγεγόνει βοήθημα. C’est également là [à Dyrrachion] que [Théodore] mit complètement en déroute Pierre. Ce dernier était venu d’Italie avec une grande armée, s’était mis en route vers Constantinople après avoir été proclamé empereur par le pape, était parvenu dans la région et s’était emparé de Dyrrachion. Ledit Pierre était le beau-frère du premier empereur venu du pays des Latins, Baudouin, et de son successeur Henri. Leur sœur s’appelait Yolande et Pierre avait eu d’elle trois fils, Philippe, Robert et Baudouin. Robert et Baudouin régnèrent à Constantinople, parce que leur frère aîné Philippe avait laissé l’empire à son frère Robert. Ils avaient aussi des sœurs, dont l’une était Marie, l’épouse de l’empereur Théodore [Laskaris]. Et donc le Théodore [Comnène] susmentionné, comme il a été dit, amène sa propre armée à la rencontre de Pierre, qui s’était un peu éloigné de Dyrrachion et s’était avancé dans le terrain difficile de l’Albanon. Les soldats de Théodore Comnène écrasent donc de toutes leurs forces l’armée des Latins, au point de les capturer tous avec tout leur équipement, et que l’empereur Pierre lui-même soit passé au fil de l’épée. Ce fut alors une grande aide pour les Grecs.

12) Théodore Scutariote (peu après Acropolite), p. 4615-7, 17-24.

Ἔνθα καὶ Πέτρον τὸν πρὸς τοῦ Πάπα βασιλέα τῆς Κωνσταντινουπόλεως προβεβλημένον, καὶ τὴν δίοδον ποιούμενον καὶ τὸ Δυρράχιον χειρωσάμενον, γενναίως κατετροπώσατο.
Ἦν δὲ ὁ Πέτρος τοῦ πρώτως ἐξ Ἰταλῶν ἐν τῇ μεγάλῃ πόλει βασιλεύαντος ἐπ’ ἀδελφῇ γαμβρὸς, καὶ τοῦ μετ’ αὐτὸν Ἐρρῆ· ἐκαλεῖτο δὲ ἡ αὐταδέλφη αὐτῶν Ἰολεντία, ἐξ ἧς παῖδες τῷ Πέτρῳ τρεῖς, Φίλιππος, Ῥομπέρτος καὶ Βαλδουῖνος, ὧν ὁ Ῥομπέρτος καὶ ὁ Βαλδουῖνος τῆς Κωνσταντίνου βασιλεῖς ἐχρημάτισαν, Φιλίππου τοῦ πρώτου αὐτῶν ἀδελφοῦ τῷ ἀδελφῷ Ῥομπέρτῳ τῆς βασιλείας παραχωρήσαντος. Ὑπῆρχε δέ τούτοις καὶ ἀδελφὴ Μαρία, ἣ συνεζύγη τῷ βασιλεῖ Θεοδώρῳ τῷ Λάσκαρι.
Ὁ μὲν οὖν δηλωθεὶς Κονμνηνὸς Θεόδωρος τὸ οἰκεῖον παραλαβὼν στράτευμα ἀντιτάττεται τῷ Πέτρῳ, μικρὸν τοῦ Δυρραχίου παρελθόντι, καὶ ἐν ταῖς τοῦ Ἀλβάνου δυσχωρίαις γεγενημένῳ, καὶ νικᾷ κατὰ κράτος τὸ τῶν Λατίνων στράτευμα, ὡς μη τινα τούτων ὑπολειφθῆναι ἐλεύθερον, ἀλλὰ πάντας, καὶ αὐτὸν δὲ τὸν Πέτρον, δεσμώτας γενέσθαι, καὶ τὴν ἀποσκευὴν αὐτῶν πᾶσαν σκυλευθῆναι πρὸς τῶν τοῦ Κομνήνου, ὁ δὲ Πέτρος καὶ μαχαίρας ἔργον ἐγένετο. Τοῦτο τὸ ἔργον εἰς μεγάλην βοήθειαν τοῖς Ῥωμαίοις ὑπῆρξε καὶ ὕψωμα.
C’est également là [à Dyrrachion] que [Théodore] mit complètement en déroute Pierre, qui avait été proclamé empereur de Constantinople par le pape, qui faisait route [vers Constantinople] et s’était emparé de Dyrrachion.
Pierre était le beau-frère du premier des Italiens à avoir régné dans la grande Ville et de son successeur Henri. Leur sœur s’appelait Yolande et Pierre eut d’elle trois fils, Philippe, Robert et Baudouin. Robert et Baudouin furent oints empereurs de Constantinople, car leur frère aîné Philippe avait laissé l’empire à son frère Robert. Ils avaient aussi une sœur, Marie, qui épousa l’empereur Théodore Laskaris.
Et donc le Théodore susmentionné amène sa propre armée à la rencontre de Pierre, qui s’était un peu éloigné de Dyrrachion et s’était avancé dans le terrain difficile de l’Albanon, et écrase de toutes ses forces l’armée des Latins, au point qu’aucun d’entre eux ne demeure libre, mais qu’au contraire tous, ainsi que Pierre lui-même, soient prisonniers et que tout leur équipement soit dépouillé au profit des hommes de Comnène, et Pierre fut passé au fil de l’épée. Cette grande aide permit aux Grecs de se redresser.

13) Baudouin d’Avesnes, Chronique universelle, ca. 1278, II, p. 674-675.

Li baron qui en Constantinoble estoient, envoierent hastivement messaiges pour le conte Pierron d’Aussoire qui avoit a femme la serour l’empereour. Cil quens estoit cousins germains le roi Phelippe de France. Il avoit ii fils de sa femme. Li ainsnés ot non : Phelippes. Celui avoit-il donné la conté de Namur, qui escheue estoit à sa femme du conte Phelippon de Namur qui mors estoit sans hoir de sa char. Li autres avoit non : Robers. Si ot pluseurs filles, de quoi nous vous avons dit les mariages des iii. Quant li messaige furent venu au conte Pierron et il li orent dit la mort l’empereour Henri et comment li baron le mandoient pour faire empereour, il atourna ses besoingnes, et puis murent entre lui et sa femme. Si emmenèrent le conte de Sansuerre et grant compaignie de chevaliers et de sergens. Quant il vinrent à Roume, li papes les couronna. De là s’en alèrent à Brandis et entrèrent en mer. Si s’en ala li emperères Pierres par Duras qui est la première cité de Grèce devers Sésile, et l’emperèris sa femme s’en ala par yaue jusqu’en Constantinoble, car elle estoit grosse. Elle n’i demoura gaires, puis qu’elle fut arrivée, que elle accoucha d’un fil qui ot non : Bauduins.
Li emperères Pierre qui fut arrivés à Duras, fut receus à grant honnour dou seigneur qui avoit non : Todres li Communies, mais il n’i ot gaires esté quant il le fit penre et le conte de Sansuerre aussi : si les tint tant en prison que il i morurent.
Les barons qui étaient à Constantinople envoyèrent rapidement des messagers au comte Pierre d’Auxerre, qui avait pour femme la sœur de l’empereur. Ce comte était cousin germain du roi Philippe de France. Il avait deux fils de sa femme. L’aîné s’appelait Philippe. Il lui avait donné le comté de Namur, qui était échu à sa femme du comte Philippe de Namur, lequel était mort sans descendant pour lui hériter. L’autre s’appelait Robert. Il avait plusieurs filles, dont nous vous avons dit les mariages pour trois d’entre elles. Quand les messagers vinrent au comte Pierre, lui apprirent que l’empereur Henri était mort et que les barons le voulaient pour empereur, il régla ses affaires et partit avec sa femme. Ils emmenèrent avec eux le comte de Sancerre et de nombreux chevaliers et sergents. Quand ils furent à Rome, le pape les couronna. De là il allèrent à Brindisi et prirent la mer. L’empereur Pierre partit pour Duras, qui est la première cité de Grèce en face de la Sicile, et sa femme l’impératrice partit par voie maritime jusqu’à Constantinople, car elle était enceinte. Elle ne le resta pas longtemps, car dès qu’elle arriva elle accoucha d’un fils qui eut pour nom Baudouin.
L’empereur Pierre arriva à Duras et fut reçu avec grand honneur par le seigneur qui s’appelait Théodore Comnène, mais il n’y resta pas longtemps avant que [Théodore] ne le fasse arrêter ainsi que le comte de Sancerre : il les garda si longtemps en prison qu’ils y moururent.

14) Éphrem, ca. 1300, vv. 7675-7690 = 7699-7714.

Εὐρὺ δέ οἱ τίθησι μᾶλλον τὸ κλέος
ἡ κατὰ Πέτρου Λατίνου λαμπρὰ νίκη.
γαμβρὸς γὰρ οὗτος εἰς ἀδελφὴν τυγχάνων
Ἐρρῆ Βαλδουΐνου τε τῶν βασιλέων,
πρὸς πάπα χρισθεὶς εἰς κρατάρχην Λατίνων
Ἐρρῆ θανόντος εἰς Βύζαντος ἐστάλη,
εἰς Ἐπιδαμνίων δὲ κατάρας πόλιν
δι’ Ἀλβανῶν ἔσπευδε τὴν Κωνσταντίνου
μετὰ στρατιᾶς καταλαβεῖν εὐόπλου·
ἀλλὰ προφθάσας Θεόδωρος γεννάδας
τοῦτον τροποῦται καὶ νικᾷ κατὰ κράτος,
αὐτόν τε καὶ στράτευμα δοὺς ἄρδην ξίφει. 
πρὸς τοῖσδε Δυρράχιον αἱρεῖ τὴν πόλιν,
καὶ στρατιὰν μὲν ἐμπιπλᾷ λείας σκύλων,
αὐτὸς δὲ βασίλειον εἴληφε στέφος,
Πέτρου πεσόντος κατὰ μάχην, ὡς ἔφην.
Et sa brillante victoire contre Pierre le Latin lui apporte une gloire largement plus grande. En effet, ce dernier se trouvait avoir épousé la sœur des empereurs Henri et Baudouin et avait été oint par le pape pour régner sur les Latins ; à la mort de Henri, il partit pour Byzance, et s’étant emparé d’Épidamne [Dyrrachion] il se hâta de gagner Constantinople à travers l’Albanon avec une armée bien équipée ; mais le noble Théodore le rejoint, le met en déroute en l’écrase de toutes ses forces, passant toute l’armée au fil de l’épée. Et il leur prend la ville de Dyrrachion, et il enrichit son armée de leurs dépouilles, et il prit la couronne impériale de Pierre, qui était tombé durant la bataille, comme je l’ai dit.

15) Paolino da Venezia, Historia Satyrica, ca. 1320, designée de façon erronée par Raynaldus et Du Cange, entre autres, comme Chronique de Jordanus, fol. 253r, cité partiellement par Raynaldus 1870, p. 367, §11.

Et mortuo quoque Henrico Dago[ne ?] imperatore Constantinopolitano, Petrus comes Altisiodorensis et Yoles uxor ejus pro imperio Constantinopolitano coronantur a pontifice Honorio mccxvi in ecclesia sancti Laurencii extra muros ; cumque recessissent de Roma et cum eis legatus apostolicae sedis Joannes de Columna cardinalis, de Brindicio in Duracium transiit imperatrice autem cum filiabus divertente per mare, ipse imperator cum cardinali et toto comitatu, recepto baronum omagio sed proditioso accepto consilio per terram transiit, et in via cum Theodoro fedus iniit, a quo proditorie invitatur, et in convivio capitur, et, paucis fugientibus, multitudo prostrata est. Hic Theodorus pro imperatore se gerebat quia plus ceteris Emanueli propinquus fuerat et tenebat totum Zagora a Duratio usque marchiam Blacie. Et à la mort de Henri de Hainaut, empereur de Constantinople, Pierre, comte d’Auxerre et Yolande, sa femme, sont couronnés pour l’empire de Constantinople par le pape Honorius en 1216 (sic)a en l’église Saint-Laurent-hors-les-murs ; et lorsqu’ils quittèrent Rome, le légat du siège apostolique, le cardinal Jean de Colonna passa avec eux de Brindisi à Dyrrachium ; mais tandis que l’impératrice les quitta, continuant avec ses filles par la mer, l’empereur pour sa part, avec le cardinal et toute son armée, reçut l’hommage des barons mais accepta un conseil pernicieux et continua par la terre ; et en chemin il conclut un pacte avec Théodore, qui l’invite pernicieusement et le capture durant un banquet, et tandis que peu s’échappèrent, beaucoup furent abattus. Ce Théodore se prenait pour l’empereur car il était plus proche [parent] de Manuel que les autres et qu’il tenait tout le pays de Zagora, de Dyrrachium jusqu’à la marche de Valachie [Thessalie].
a. Nous ne nous expliquons pas cette erreur : quel que soit le style employé (style du 1er janvier, style du 1er mars en vigueur à Venise ou style de Pâques qui tombait cette année-là le 26 mars), le 9 avril ne peut être considéré que comme appartenant à l’année 1217.

16) Chronique abrégée de Tours, ca. 1338, p. 321E.

Petrus Comes Autissiodorensis Imperator Graecorum efficitur, et statim a Graecis captur. Pierre, comte d’Auxerre, est fait empereur des Grecs et il est aussitôt capturé par les Grecs.

17) Dandolo, Chronica, ca. 1342, col. 340 = p. 28711-16.

Anno xi°, Innocencio pape defuncto, Honorius iiis nacione romanus, sucessit, et Yolens constantinopolitani imperii heres, cum Petro viro suo, ad eum accedit ; duxque per legatos suos Rogerium Permarino, Marinum Storlato et Marinum Geno de promocione pontificis se congaudere notificat, et aprobacionem pactorum in acquisicione imperii initorum a coniugalibus optinet. Papa hos, in ecclesia sancti Laurencii extra muros, quam renovaverat, diadematibus imperialibus coronavit ; cumque recessisent de Roma, et cum eis legatus apostolice sedis, Iohanes de Columpna cardinalis de Brundusio in Durachium transiit ; imperatrice autem cum filiabus divertente per mare, ipse imperator cum cardinali et toto comitatu, recepto baronum humagio, sed prodicioso accepto conscilio, per terram transiit, et in via cum Theodoro Coniano Lascaro, qui pro Grecorum imperatore se gerebat, fedus inniit, a quo proditorie invitatur, et in convivio capitur, et, paucis fugientibus, multitudo prostrata est. La onzième année [du dogat de Pietro Ziani], à la mort du pape Innocent, Honorius III, d’origine romaine, lui succéda, et Yolande, héritière de l’empire de Constantinople, vint à lui avec Pierre, son mari ; et le doge notifie par l’intermédiaire de ses légats Rogerio Permarino, Marino Storlato et Marino Geno qu’il se réjouit de sa promotion au pontificat, et obtient l’approbation par les époux des pactes conclus lors de la conquête de l’empire. Le pape les couronna des diadèmes impériaux dans l’église Saint-Laurent-hors-les-murs, qu’il avait fait rénover ; et lorsqu’ils quittèrent Rome, le légat du siège apostolique, le cardinal Jean de Colonna passa avec eux de Brindisi à Dyrrachium ; mais tandis que l’impératrice les quitta, continuant avec ses filles par la mer, l’empereur pour sa part, avec le cardinal et toute son armée, reçut l’hommage des barons mais accepta un conseil pernicieux et continua par voie terrestre ; et en chemin il conclut un pacte avec Théodore Comnène Lascaris, qui se prenait pour l’empereur des Grecs, lequel l’invite pernicieusement et le capture durant un banquet, et tandis que peu s’échappèrent, beaucoup furent abattus.

18) Jean d’Ypres, Chronique du monastère de Saint-Bertin, ca. 1365-1383, p. 8331-5 = p. 607B.

Hic etiam Honorius ecclesiam beati Laurentii extra muros renovavit in basilicam quae dicitur Sancta Sanctorum, in qua ecclesia ipse Petrum Autissiodorensem et ejus uxorem coronavit in Imperatorem Constantinopolitanum. Qui Petrus, dum post suam coronationem Constantinopolim properat, a quodam homine suo per proditionem captus est et detentus in quadam turre, in qua eum duxerat quasi ad videndum ; Imperatrix tamen ejus uxor evasit, licet multi ex suis ibi fuerint interfecti. Honorius rénova aussi l’église Saint-Laurent-hors-les-murs pour en faire la basilique qu’on appelle Saint des Saintsa ; dans cette église il couronna lui-même Pierre d’Auxerre et sa femme empereur [et impératrice] de Constantinople. Ce Pierre, alors qu’il se hâtait de gagner Constantinople après son couronnement, fut capturé par trahison par l’un de ses hommes et fut détenu dans une tour, dans laquelle il l’avait conduit soi-disant pour le rencontrer ; cependant sa femme l’impératrice s’échappa, bien que nombre de ses hommes aient été tués là-bas.
a. Confusion entre la basilique Saint-Laurent-hors-les-murs et l’église Saint-Laurent in Palatio.

19) Benvenuto di San Giorgio, Historia Montisferratis, ca. 1390, col. 374D.

Teodoro Lascari, il quale comandava in Adrianopoli, dopo la morte di Enrico commosse tutta la Grecia ; e perchè Bonifacio Re di Tessalia soguitando la parte di Balduino Francese, gli aveva fatto gran guerra, fece ribellare i Greci del Regno di Tessalia contra il Re Demetrio, figliuolo di esso Bonifacio ; e discendendo in Tessalonica, occupò esso Regno, e non cessò di continuare la guerra, contro Pietro Autisiodorense successore di Enrico Imperatore, il quale a Roma, insieme con Jola sua moglie, si era fatto coronare da Onorio Terzo Sommo Pontifice, l’Anno della salute Cristiana Millesimo ducentesimo sesto decimo. Et al fine simulando Teodoro di voler fare pace con lui, lo invitò ad andare in Tessalia ad un suo convito ; dove il credulo Imperatore andò, e fu nel convito proditoriamente ucciso. E Demetrio, avendo perduto il Regno di Tessalia, venne in Monferrato. Théodore Laskaris, qui gouvernait à Andrinople, après la mort de Henri, attaqua toute la Grèce ; et parce que Boniface, roi de Thessalie, suivant le parti du Français Baudouin, avait mené une guerre difficile contre lui, il poussa les Grecs du royaume de Thessalie à la révolte contre le roi Demetrius, fils de ce même Boniface. Et il se rendit à Thessalonique et occupa son royaume, et ne cessa pas de continuer la guerre contre Pierre d’Auxerre, successeur de l’empereur Henri, lequel s’était fait couronner par le grand pontife Honorius III à Rome en compagnie de sa femme Yolande, en l’an de grâce 1216 (sic)a. Et finalement Théodore fit semblant de vouloir faire la paix avec lui, l’invita à aller en Thessalie à un banquet ; l’empereur crédule y alla et, au cours du banquet, il fut tué par traîtrise. Et Demetrius, qui avait perdu le royaume de Thessalie, vint à Montferrat.
a. Voir supra, Paolino da Venezia, note a.

20) Libro de los Fechos, 1393, p. 18-19. Nous reproduisons ici la traduction de Morel-Fatio.

66. (…) Muerto el dicho Roberto, los varones del imperio enviaron a Francia & fizieron venir una su hermana del dicho emperador Baldoyn & su hermano Ruberto, la qual se clamava madama Hyola, la qual era muller de micer Pero Dagon, conde de Aniou.
67. Et quando el conde de Aniou supo la nuevas, tomo su muller & un fillo he una filla que avia & si s’en fue lo antes que pudo ; & fue a Roma al papa por aver confirmacion del imperio por razon del derecho que y avia su muller.
68. Et avida la confirmacion del dicho imperio, éll s’en fue por terra entro a Brandiz, & la muller con sus fillos envio con su hermano micer Ruberto Dagon en galeas por mar en Contastinoble, & éll, yendo de Roma, tomo en su companya un cardenal, & seyendo ya en Brandiz, d’alli passaron en galeas entro a Duraz.
69. Et seyendo en Duraz, envio enbaxadores al dispot de la Blaquia por fazer paz con éll que pudiesse passar por su tierra entro en el imperio. Et el dicho dispot le envio enbaxadores que fuessen salvos & seguros éll & el cardenal con todas sus companyas.
70. Et el dicho con el cardenal sueron entro a la Tricala que es en la Blaquia & alli se ayuntaron con el dispot, & ayuntados, el dispot al dicho conte con el cardenal tomo en presion, & despues a pocos dias fizo emponzonar al dicho conde & murio, & el cardenal romanio en presion, & despues, apres algun tiempo, a pregarias del papa, si sallio de presion.
66. (…) Après la mort dudit Robert, les barons de l’empire envoyèrent en France et firent venir une soeur dudit empereur Baudouin et de son frère Robert, laquelle se nommait Yolande, et était femme de Pierre Dagon, comte de [Hainaut].

67. Et quand le comte de [Hainaut] sut les nouvelles, il prit sa femme, un fils et une fille qu’il avait et s’en alla le plus vite qu’il put, et fut à Rome auprès du pape pour avoir confirmation de l’empire à raison du droit qu’y avait sa femme.
68. Et ayant obtenu la confirmation dudit empire, il s’en fut par voie terrestre à Brindisi, et envoya sa femme et ses enfants avec son frère, messire Robert Dagon, en galères, par la mer à Constantinople. Et lui partant de Rome, prit en compagnie un cardinal, et étant arrivés à Brindisi, ils passèrent de là en galères jusqu’à Duras.
69. Et étant à Duras, le comte envoya des ambassadeurs au despote de la Valachie pour faire paix avec lui, afin qu’il pût passer par sa terre jusqu’à l’empire. Et ledit despote lui envoya des ambassadeurs pour qu’ils allassent saufs et sûrs, lui et le cardinal avec tous ceux qui les accompagnaient. 70. Et ledit comte et le cardinal allèrent jusqu’à Trikala qui est en Valachie et là ils se rencontrèrent avec le despote ; et étant réunis, le despote retint en prison le comte et le cardinal, et peu de jours après fit empoisonner ledit comte, qui mourut, et le cardinal demeura en prison, et peu de temps après, sur la demande du pape, il sortit de prison.

21) Marco Antonio Sabellico, Historia rerum Venetarum, 1487, p. 190. 

Petrus Antesiodorensis Comes, Henrico defuncto, miro omnium consensu Imperator declaratur (erat is illius sororius) qui cum uxore Romam venit, atque ab Honorio Pontifice in æde Divi Laurentii Tyburtina via extra muros urbis coronatus est. Roma inde profectus, cum Joanne Cardinali Columna Pontificis Legato ad auxilia in Turcos contrahenda in Pannoniam misso, ubi Brundusium ventum est, conjuge et liberis, quos secum habebat, in navem impositis, triremibus Venetis acceptus in Dalmatiam transmittere statuit, terrestri inde itinere Constantinopolim iturus. Ferunt, in Venetorum gratiam Dyrhachium ab eo oppugnatione tentatum. Theodorus Dux Epiri urbem tenebat : quam non multo ante a Venetis muro instauratam, Epirotico ille praesidio muniverat. Fuit itaque Imperatoris oppugnatio irrita. Gerebat se Theodorus pro Graeciae Imperatore : referebatque inter suos progenitores Emanuelem, qui Imperator fuerat. Simulata itaque pace, Petrum hospitaliter invitatum medio convivio obtruncavit : alii circa nemorosa Thessaliae loca, quae Tempe dicuntur, a perfido hospite oppressum existimarunt. À la mort de Henri, Pierre, comte d’Auxerre, est déclaré empereur avec le remarquable assentiment de tous (il était son beau-frère). Il vint à Rome avec sa femme, et fut couronné par le pape Honorius dans l’église Saint-Laurent-hors-les-murs sur la Via Tiburtina. Puis il partit de Rome avec le cardinal Jean Colonna, légat pontifical envoyé en Pannonie pour assembler les secours contre les Turcs ; lorsqu’il arriva à Brindisi, tandis que sa femme et ses enfants, qu’il avait avec lui, embarquèrent dans un navire, il fut accueilli par des trirèmes vénitiennes pour faire la traversée jusqu’en Dalmatie, puis décida qu’il irait de là à Constantinople par voie terrestre. On rapporte que par gratitude envers les Vénitiens il tenta d’assiéger Dyrrachium. Théodore, duc d’Épire, possédait cette ville. Les Vénitiens l’avaient, peu de temps avant, équipée d’une muraille ; lui l’avait munie d’une garnison épirote. C’est pourquoi l’attaque de l’empereur fut vaine. Théodore se prenait pour l’empereur de Grèce et il comptait parmi ses ancêtres Manuel, qui avait été empereur. C’est pourquoi il fit semblant de faire la paix, invita cordialement Pierre et le tua au milieu du banquet : d’autres ont pensé qu’il a été surpris par son hôte perfide dans un endroit boisé de Thessalie que l’on appelle Tempé.
Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Acropolite = Acropolite, éd. A. Heisenberg, Historia. Georgii Acropolitae Opera, I-II, Leipzig, 1903 (rééd. P. Wirth, Stuttgart, 1978).

Albéric de Trois-Fontaines = Albéric de Trois-Fontaines, éd. P. Scheffer-Boichorst, MGH, Scriptores, XXIII, Hanovre, 1874, p. 631-950 = éd. M.-J.-J. Brial, RHGF, XVIII, Paris, 1822,  p. 744-796.

Bardanès = Georges Bardanès, Lettre de Georges Bardanès, métropolite de Corcyre au patriarche œcuménique Germain II, éd. R.-J. Loenertz 1964.

Baudouin d’Avesnes = Baudouin d’Avesnes, Chronique universelle, éd. J.-B.-M.-C. Kervyn de Lettenhove, Istore et Croniques de Flandres, I-II, Bruxelles, 1879-80.

Benvenuto di San Giorgio = Benvenuto di San Giorgio, Historia Montisferratis, éd. L.A. Muratori, RIS, XXIII, Milan, 1733, col. 311-762.

Buchon 1840 = J.-A. Buchon, Recherches et matériaux pour servir à une histoire de la domination française dans les provinces démembrées de l’empire grec, I-II, Paris, 1840.

Buchon 1845 = Recherches historiques sur la principauté française de Morée et ses hautes baronnies, Première époque, I, Paris, 1845.

Capasso 1874 = B. Capasso, Historia diplomatica Regni Siciliae inde ab anno 1250 ad annum 1266, Naples, 1874.

Chronique abrégée de Tours = Chronique abrégée de Tours, éd. M.-J.-J. Brial, RHGF, XVIII, Paris, 1822, p. 321-322.

Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier = Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier, éd. L. Mas-Lâtrie, Paris, 1871.

Chronique de Fossa Nova = Chronique de Fossa Nova, éd. G. H. Pertz, MGH, Scriptores, XIX, Hanovre, 1866, p. 275-302.

Chronique de Morée = Livre de la Conqueste de la Princée de l’Amorée. Chronique de Morée (1204-1305), éd. J. Longnon, Paris, 1911 (Publications pour la Société de l’histoire de France).

Chronique de Saint-Marien d’Auxerre = Chronique de Saint-Marien d’Auxerre, éd. O. Holder-Egger, MGH, Scriptores, XXVI, Hanovre, 1882, p. 219-287 = éd. M.-J.-J. Brial d’après N. Camusat, RHGF, XVIII, Paris, 1822, p. 247-290.

Dandolo = Andrea Dandolo, Chronica, éd. L.A. Muratori, RIS, XII, Milan, 1728, col. 1-524 = dir. P. Fedele, RIS (ser. II), XII/1, Bologne 1938-1958.

Éphrem  = Éphrem, Chronographia, éd. I. Bekker, Bonn, 1840 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, 42) = Ephraem Aenii Historia Chronica, éd. O. Lampsidis, Athènes, 1990 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, Series Atheniensis, 27).

Filangieri et al. 1950 = R. Filangieri et al., I Registri della Cancelleria Angioina, ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degli Archivisti Napoletani, Naples, depuis 1950 (Testi e Documenti di Storia Napoletana pubblicati dall’Accademia Pontaniana).

Grande chronique de Tours = Grande chronique de Tours, éd. M.-J.-J. Brial, d’après Dom Martène, RHGF, XVIII, Paris, 1822, p. 290-320.

Grégoras = Nicéphore Grégoras, Byzantina historia, éd. L. Schopen, I-III, Bonn 1829-1855.

Guillaume d’Andres = Guillaume d’Andres, Chronicon Andrense, éd. M.-J.-J. Brial d’après L. d’Achery, RHGF, XVIII, Paris, 1822, p. 568-583.

Histoire des évêques d’Auxerre = Histoire des évêques d’Auxerre, éd. M.-J.-J. Brial d’après Ph. Labbé, dans RHGF, XVIII, Paris, 1822, p. 725-741 = éd. Lobrichon et al., Les Gestes des évêques d’Auxerre, I-III, Paris, 2002-2009 (Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 42, 43, 47). Autres éditions : voir Lobrichon et al., I, p. xlvii.

Innocent III = Innocent III, Patrologiae Cursus Completus, éd. J.-P. Migne, Series Latina, CCXVI, Paris, 1891.

Jean d’Ypres = Jean d’Ypres, Chronique du monastère de Saint-Bertin, éd. O. Holder-Egger, MGH, Scriptores, XXV, Hanovre, 1880, p. 736-866 = éd. M.-J.-J. Brial d’après E. Martène, RHGF, XVIII, Paris, 1822, p. 593-610.

L’Estoire de Eracles Empereur = L’Estoire de Eracles Empereur, éd. A.-A. Beugnot, Paris, 1859 (Recueil des Historiens des Croisades : Historiens occidentaux, II).

Libro de los Fechos = Libro de los Fechos et conquistas del Principado de la Morea, éd. A. Morel-Fatio, Genève, 1885.

Mansi 1960-61 = G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, 0-LIII, Graz, 1960-1961 (1ère éd. Paris-Leipzig-Arnheim, Welter, 1901-1927).

Marco Antonio Sabellico = Marco Antonio Sabellico, Historia rerum Venetarum, éd. G. Lovisa, Degl’istorici delle cose Veneziane iquali hanno scritto per pubblico decreto, I-X, Venise, 1718-1722, I.

Marino Sanudo Torsello = Marino Sanudo Torsello, Istoria del Regno di Romania, éd. K. Hopf, Chroniques gréco-romanes, Berlin, 1873, p. 99-170.

Matteo Spinelli da Giovenazzo = Matteo Spinelli da Giovenazzo, Gli Diurnali di Messer Mattheo di Giovenazzo, éd. H. Pabst, MGH, Scriptores, XIX, Hanovre, 1866, p. 464-493.

MGH = Monumenta Germaniae Historica, Hanovre, depuis 1826.

Miklosich – Müller 1860-90 = F. Miklosich et J. Müller, Acta et Diplomata graeca medii aevi sacra et profana, I-VI, Vienne, 1860-1890.

Nicétas Choniatès = Nicétas Choniatès, Historia, éd. J.-L. Van Dieten, 2 vol., Berlin-New York, 1975 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, XI).

Pachymère = Georges Pachymère, Relations historiques, éd. A. Failler, I-V, Paris, 1984-2000 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 24, Series Parisiensis).

Paolino da Venezia = Paolino da Venezia, Historia Satyrica, Ms. Vat. Lat. 1960.

Papadopoulos-Kerameus 1891-98 = A. Papadopoulos-Kerameus, Ανάλεκτα Ιεροσολυμιτικής Σταχυολογίας, I-V, Saint-Pétersbourg, 1891-1898.

Philippe Mouskes = Philippe Mouskes, Chronique rimée, éd. F. de Reiffenberg, I-II, Bruxelles, 1836-1838.

Pozza 2004 = M. Pozza (dir.), I patti con l’impero latino di Costantinopoli 1205-1231 (Pacta Veneta, 10), Rome, 2004.

Pressutti 1888-1895 = P. Pressutti, Regesta Honorii Papae III, I-II, Rome, 1888-1895.

RHGF = Recueil des historiens des Gaules et de la France, I-XXIV, Paris, 1869-1904.

Richard de San Germano = Richard de San Germano, Chronica Regni Sicilie, première rédaction, éd. L.A. Muratori, RIS, VII, Milan, 1725, col. 965-1052 = éd. C. A. Garufi, RIS (ser. II), VII-2 ; seconde rédaction, éd. C.A. Garufi, RIS (ser. II), VII-2, Bologne, 1937-1938.

RIS = L.A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, I-XXV, Milan, 1723-1738 ; dir. P. Fedele, I-XXXIV, Città di Castello-Bologne, 1900-1975.

Scutariote = Théodore Scutariote, Ἀνονύμου Σύνοψις Χρονική, éd. C. Sathas, Venise-Paris, 1894 (Μεσαιωνική Βιβλιοθηκή, 7).

Stefano Magno = Stefano Magno, Estratti degli Annali Veneti di Stefano Magno, éd. K. Hopf, Chroniques gréco-romanes inédites ou peu connues, Berlin, 1873, p. 179-209.

Tafel – Thomas 1856-57 = G. Tafel et G. Thomas, Urkunden zur älteren Handels und Staatsgeschichte der Republik Venedig mit besonderer Beziehungen auf Byzanz und die Levante (Fontes rerum Austriacarum Abt. II : Diplomata, XII-XIV), I-III, Vienne, 1856-57.

Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18 = L. Von Thallóczy, K. Jireček et M. Šufflay, Acta et Diplomata Albaniae, I-II, Vienne, 1913-1918.

Ughelli 1717-22 = F. Ughelli, Italia Sacra, I-X, Venise, 1717-1722.

Vie de Stefan Nemanja = Vie de Stefan Nemanja, éd. P.-J. Šafárik, Život Sv. Symeona od krále Štěpána, dans Památky dřevního písemnictví Jihoslovanův, Prague, 1873. Traduction allemande S. Hafner, Stefan Nemanja nach den Viten des hl. Sava und Stefans der Erstgekrönten, Graz-Vienne-Cologne, 1962 (Slavische Geschichtsschreiber II, Serbisches Mittelalter, Altserbische Herrscherbiographien, Band I).

Vincent de Beauvais = Vincent de Beauvais, Speculum historiale, éd. J. Jones, Bibliotheca mundi seu Speculi Maioris, Douai, Ex Officina Typographica Baltazaris Belleri, 1624.

Χρονικόν του Μορέως = Χρονικόν του Μορέως, éd. P. Kalonaros, Athènes, 1940.

Études secondaires

Arndt 1911 = H. Arndt, Studien zur inneren Regierungsgeschichte Manfreds, 1911.

Asonitis 1999 = S. Asonitis, Η Ανδηγαυική Κέρκυρα, Corfou, 1999.

Barišić 1975 = F. Barišić, Дипломатар Тесалијских манастира Макринитиса и Неа Петра, dans Зборник Радова Византолошког Института, 16, 1975, p. 69-103.

Bees 1925 = N. Bees, Λέων-Μανουὴλ Μακρός, ἐπίσκοπος Βελλᾶς. Καλοσπίτης, μητροπολίτης Λαρίσσης. Χρυσοβέργης, μητροπολίτης Κορίνθου, dans Ἐπετηρίς Ἐταιρείας Βυζαντινών Σπουδών, 2, 1925, p. 122-148.

Bees-Sepherli 1976 = E. Bees-Sepherli, Aus dem Nachlaß von N. A. Bees : Unedierte Schriftstücke aus der Kanzlei des Johannes Apokaukos des Metropoliten von Naupaktos (in Aetolien), dans Byzantinisch-neugriechische Jahrbücher, 21, 1976, p. 1-243.

Berg 1988 = B. Berg, Manfred of Sicily and the Greek East, dans Βυζαντινά, 14, 1988, p. 263-289.

Berteaux 1904 = É. Bertaux, Les Français d’Outre-mer en Apulie et en Épire au temps des Hohenstaufen d’Italie, dans Revue Historique, 85, 1904, p. 225-251.

Bon 1969 = A. Bon, La Morée franque, Paris, 1969 (BEFAR, 213).

Borghese 2008 = G. Borghese, Carlo I d'Angiò e il Mediterraneo: politica, diplomazia e commercio internazionale prima dei vespri, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 411).

Borsari 1955 = N. Borsari, La politica bizantina di Carlo I dal 1266 al 1271, dans Archivio Storico per le Province Napoletane, n.s., 35, 1955, p. 319-349.

Borsari 1966 = S. Borsari, Studi sulle colonie veneziane in Romania nel XIII secolo, Naples, 1966.

Bréhier 1946 = L. Bréhier, Vie et mort de Byzance, Paris, 1946 (Le monde byzantin I).

Bury – Gwatkin 1966 = J. Bury, H. Gwatkin (éds.), The Byzantine empire, Part 1 Byzantium and its neighbours, Cambridge 1966 (Cambridge Medieval History, IV-1).

Carlucci 2003 = R. Carlucci, I diurnali di Matteo da Giovinazzo: una cronaca del XIII secolo ?, dans Studi Bitontini, 75, 2003, p. 41-57.

Carrier 2012 = M. Carrier, L’autre chrétien pendant les croisades : les Byzantins vus par les chroniqueurs du monde latin (1096-1261), Saarbrücken, 2012.

Cheynet 1996 = J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1996.

Claverie 2013 = P.-V. Claverie, Honorius III et l’Orient, 1216-1227 : étude et publication de sources inédites des Archives vaticanes (ASV), Leyde, 2013 (The Medieval Mediterranean, 97).

Cohn 1925 = W. Cohn, Das Zeitalter der Hohenstaufen in Sizilien, Breslau, 1925, reed. Darmstadt 1971.

Del Giudice 1878-80 = G. Del Giudice, La famiglia di Re Manfredi, dans Archivio Storico per le Province Napoletane, 3, 1878, p. 3-80 ; 4, 1879, p. 35-110 et 291-362 ; 5, 1880, p. 21-95, 262-323, 470-547.

Dendias 1926 = M. Dendias Ἑλένη Ἀγγελίνα Δούκαινα, βασίλισσα Σικελίας καὶ Νεαπόλεως, dans Ηπειρωτικά Χρονικά, 1, 1926, p. 219-294.

Du Cange 1826 = Ch. Du Cange, Histoire de l’Empire de Constantinople sous les Empereurs français, éd. revue par J.-A. Buchon, I-II, Paris, 1826 (1ère éd. 1657).

Duba – Schabel 2015 = W. Duba et Chr. Schabel, Bullarium Hellenicum. Pope Honorius III’s Letters to Frankish Greece and Constantinople (1216-1227), Turnhout, 2015 (Mediterranean Nexus 1100-1700, 3).

Ducellier 1981 = A. Ducellier, La façade maritime de l’Albanie au Moyen Age. Durazzo et Valona du XIe au XVe siècle, Thessalonique, 1981.

Ducellier 1998 = A. Ducellier, La présence latine sur les côtes albanaises du XIe au XIIIe siècle : modalités et conséquences, dans ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998 (Byzantina Sorbonensia, 16), p. 209-223.

Failler 1980 = A. Failler, Chronologie et composition dans l’Histoire de Georges Pachymère, Première partie, dans Revue des Études Byzantines, 38, 1980, p. 5-103.

Ferjančić 1963 = B. Ferjančić, Породица Малјасина у Тесалији, dans Зборник Филозофског Факултета (Université de Belgrade), n° 7-1, 1963 (Споменица Виктора Новака), p. 241-249.

Ferjančić 1974 = B. Ferjančić, Тесалија у XIII и XIV веку, Belgrade, 1974 (Византолошки институт, књига, 15).

Forges-Davanzati 1791 = D. Forges-Davanzati, Dissertazione sulla seconda Moglie di Re Manfredi e su’loro figluolo, Naples, nella stamperia di Filippo Raimondi, 1791.

Geanakoplos 1953 = D. J. Geanakoplos, Greco-Latin relations on the eve of the Byzantine Restoration: the Battle of Pelagonia – 1259, dans Dumbarton Oaks Papers, 7, 1953, p. 99-141.

Geanakoplos 1959 = D. Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and the West, Cambridge Mass., 1959.

Gerland 1905 = E. Gerland, Geschichte des lateinischen Kaiserreiches, Homburg v. d. Hohe, 1905.

Giannopoulos 1924 = N. Giannopoulos, Αἱ παρὰ τὴν Δημητριάδα Βυζαντιναὶ μοναὶ, dans Ἐπετηρίς Ἐταιρείας Βυζαντινών Σπουδών, 1, 1924, p. 210-240.

Gibbon 1909-1914 = E. Gibbon, The history of the decline and fall of the Roman empire, éd. revue par J. Bury, I-VII, Londres, 1909-1914 (1ère éd. 1776-1788).

Hopf 1867 = K. Hopf, Geschichte Griechenlands, I, Leipzig, 1867.

Irmscher 1984 = J. Irmscher, La politica orientale di Manfredi, re di Sicilia, dans La società mediterranea all’epoca del Vespro, III, p. 249-255.

Irmscher 1986 = J. Irmscher, Über den Charakter der Orientpolitik König Manfreds von Sizilien, dans Βυζάντιον : αφιέρωμα στον Ανδρέα Ν. Στράτο = Byzance : hommage à André N. Stratos = Byzantium : tribute to Andreas N. Stratos, 1986, I, p. 93-99.

Karpozilos 1973 = A. Karpozilos, The ecclesiastical controversy between the Kingdom of Nicaea and the Principality of Epiros (1217-1233), Thessalonique, 1973.

Karst 1897 = A. Karst, Geschichte Manfreds vom Tode Friedrichs II. bis zu seiner Krönung (1250-1258), Berlin 1897.

Kiesewetter 2015 = A. Kiesewetter, L’acquisto e l’Occupazione del littorale meridionale dell’Albania da parte di re Carlo I d’Angiò (1279-1283), dans Palaver, 4 n.s., 2015, n. 1, p. 255-298.

Koder – Hild 1976 = J. Koder et F. Hild, Hellas und Thessalia, Vienne, 1976 (Tabula Imperii Byzantini, 1).

Koller 2005 = W. Koller, Manfredi, re di Sicilia, s.v. dans Federico II : Enciclopedia fridericiana II (2005), accessible sur Internet : http://www.treccani.it/enciclopedia/re-di-sicilia-manfredi_%28Federiciana%29/ (consulté le 24 janvier 2020).

Koller 2007 = W. Koller, Manfredi, re di Sicilia, s.v. dans Dizionario Biografico degli Italiani, 68 (2007), accessible sur Internet : http://www.treccani.it/enciclopedia/re-di-sicilia-manfredi_(Dizionario-Biografico)/ (consulté le 24 janvier 2020).

Lampropoulos 1988 = K. Lampropoulos, Ἰωάννης Ἀπόκαυκος. Συμβολὴ στην ἔρευνα τοῦ βιοῦ καὶ τοῦ συγγραφικοὺ ἔργου τοῦ, Athènes, 1988 (Ιστορικές Μονογραφίες, 6).

Laurent 1960 = V. Laurent, Le sébastocrator Constantin Ange et le péplum du musée de Saint-Marc à Venise, dans Revue des Études Byzantines, 18, 1960, p. 208-213.

Laurent 1971 = V. Laurent, Les Actes des Patriarches. Les Regestes de 1208 à 1309, Paris 1971 (Les Regestes des actes du Patriarcat de Constantinople I-4).

Loenertz 1964 = R.-J. Loenertz, Lettre de Georges Bardanès, métropolite de Corcyre au patriarche œcuménique Germain II, dans Ἐπετηρίς Ἐταιρείας Βυζαντινών Σπουδών, 33, 1964, p. 87-118, rééd. dans Byzantina et Franco-Graeca, I, Rome, 1970 (Raccolta di Studi e Testi, 118), p. 467-501.

Longnon 1949 = J. Longnon, L’Empire latin de Constantinople et la principauté de Morée, Paris, 1949.

Longnon 1950 = J. Longnon, La reprise de Salonique par les Grecs en 1224, dans Actes du VIe congrès d’Études byzantines, Paris, 1950, I, p. 141-146.

Macrides 2007 = R. Macrides, George Akropolites. The history. Introduction, translation and commentary, Oxford, 2007 (Oxford Studies in Byzantium, 3).

Malamut 2007 = É. Malamut, Alexis Ier Comnène, Paris, 2007.

Merendino 1981 = E. Merendino, Manfredi fra Epiro e Nicea, dans Πρακτικά του ΙΕ´ διεθνούς συνεδρίου βυζαντινών σπουδών, Aθήναι, Σεπτέμβριος 1976, IV, Athènes, 1981, p. 245-252.

Michaud 1856 = L. G. Michaud, Pierre de Courtenai, s.v. dans L. G. Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Nouvelle édition, Paris-Leipzig, ca. 1856 [repr. Bad Feilnbach, 1998].

Miliarakis 1898 = A. Miliarakis, Ιστορία του Βασιλείου της Νικαίας και του Δεσποτάτου της Ηπείρου, (1204-1261), Athènes, 1898.

Nicol 1956 = D. Nicol, The Date of the Battle of Pelagonia, dans Byzantinische Zeitschrift, 49, 1956, p. 68-71.

Nicol 1957 = D. Nicol, The Despotate of Epiros, Oxford, 1957.

Nicol 1966 = D. Nicol, The Fourth Crusade and the Greek and Latin empires, dans Bury – Gwatkin 1966, p. 275-330 [repr. dans Byzantium: its ecclesiastical history and relations with the Western world: collected studies, Londres, 1972].

Nicol 1972 = D. Nicol, The relations of Charles of Anjou with Nikephoros of Epiros, dans Byzantinische Forschungen, 4, 1972, p. 170-194.

Nicol 1984 = D. Nicol, The Despotate of Epiros 1267-1479. A Contribution to the History of Greece in the middle ages, Cambridge, 1984.

Nicol 1988a = D. Nicol, Byzantium and Venice. A study in diplomatic and cultural relations, Cambridge-New York-Melbourne, 1988.

Nicol 1988b = D. Nicol, The fate of Peter of Courtenay, Latin Emperor of Constantinople, and a treaty that never was, dans J. Chrysostomides (éd.), Καθηγήτρια. Essays presented to Joan Hussey for her 80th birthday, Athènes, 1988, p. 377-383.

Norden 1903 = W. Norden, Papsttum und Byzanz, Berlin, 1903.

Norwich 1999 = J. Norwich, Histoire de Byzance 330-1453, Paris 1999 (1re édition anglaise 1988).

Ostrogorsky 1956 = G. Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin, Paris, 1956.

Palumbo 1959 = P. F. Palumbo, COntributi alla storia dell’età di Manfredi, Rome, 1959.

Pappadopoulos 1908 = J. Pappadopoulos, Théodore II Lascaris, empereur de Nicée, Paris, 1908.

Pispisa 1991 = E. Pispisa, Il Regno di Manfredi. Proposte di interpretazione, Messine, 1991.

Prinzing 1973 = G. Prinzing, Der Brief Kaiser Heinrichs von Konstantinopel vom 13. Januar 1212 Ueberlieferungseschichte neuedition und kommentar, dans Byzantion, 43, 1973, p. 395-431.

Prinzing 1983 = G. Prinzing, Studien zur Provinz und Zentralverwaltung im Machtbereicht der Epirotischen Herrscher Michael I. und Theodoros Dukas. II. Teil, dans Ηπειρωτικά Χρονικά, 25, 1983, p. 37-112.

Puech 2011 = V. Puech, Aristocratie byzantine et stratégie d’implantation locale : le cas des Maliasènoi dans la Thessalie du XIIIe siècle, dans A. Charpentier et M. Terrasse (dir.), Stratégies de défense, de conquête ou de victoire en Méditerranée. Des textes aux architectures et à l’aménagement, Tlemcen, 2011, p. 167-190.

Ravegnani 1995 = G. Ravegnani, La Romania veneziana, dans P. Del Negro et P. Preto (dir.), Storia di Venezia, dalle origini alla caduta della Serenissima, II, Rome, 1995, p. 183-231.

Ravegnani 2005 = G. Ravegnani, La conquista veneziana di Corfù, dans Chr. Maltezou et Gh. Ortalli (éds.), Venezia e le isole Ionie, Venise, 2005, p. 101-112.

Raynaldus 1870 = O. Raynaldus, Annales ecclesiastici, éd. A. Theiner, XX, Bar-le-Duc, 1870.

Romanos 1895 = I. Romanos, Περὶ τοῦ Δεσποτάτου τῆς Ἠπείρου ἱστορικὴ πραγματεῖα, Corfou, 1895.

Rugolo 1993 = C.M. Rugolo, Elena di Epiro, regina di Sicilia, s.v. dans Dizionario Biografico degli Italiani, 42 (1993), accessible sur Internet : http://www.treccani.it/enciclopedia/elena-di-epiro-regina-di-sicilia_(Dizionario-Biografico) (consulté le 24 janvier 2020).

Schirrmacher 1871 = F. Schirrmacher, Die letzten Hohenstaufen, Göttingen, 1871.

Schneider 1932-1933 = F. Schneider, Eine Quelle für Manfreds Orientpolitik, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 24, 1932-1933, p. 112-123.

Setton 1966 = K. Setton, The Latins in Greece and the Aegean from the Fourth Crusade to the end of the Middle Ages, dans Bury – Gwatkin 1966, p. 389-430.

Setton 1976 = K. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), I, Philadelphie, 1976.

Smyrlis 2006 = K. Smyrlis, La fortune des grands monastères byzantins (fin du Xe-milieu du XIVe siècle), Paris, 2006 (Monographies, 21).

Soustal 1980 = P. Soustal, Sybota und Sopotos, dans Ηπειρωτικά Χρονικά, 22, 1980, p. 35-38.

Soustal 1981 = P. Soustal, Nikopolis und Kephalēnia Vienne, 1981 (Tabula Imperii Byzantini, III).

Stavridou-Zafraka 1988 = A. Stavridou-Zafraka, Συμβολή στο ζήτημα της αναγόρευσης του Θεόδωρου Δούκα, dans Αφιέρωμα στον Εμμανουήλ Κριάρα, Thessalonique, 1988.

Stefec 2015 = R. S. Stefec, Die Regesten der Herrscher von Epeiros 1205-1318, dans Römische Historische Mitteilungen, 57, 2015, p. 15-120.

Synkellou 2008 = E. Synkellou, Ο Πόλεμος στον δυτικό ελλαδικό χώρο κατά τον ύστερο μεσαίωνα (13ος-15ος αι.), Athènes, 2008 (Μονογραφίες, 8).

Thiriet 1959 = F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen-Âge : le développement et l'exploitation du domaine colonial vénitien, XIIe-XVe siècles, Paris, 1959 (BEFAR, 193).

Van Tricht 2001 = F. Van Tricht, La politique étrangère de l'empire de Constantinople, de 1210 à 1216. Sa position en Méditerranée orientale : problèmes de chronologie et d'interprétation, dans Le Moyen Âge, 107, 2001, p. 219-238, 409-438.

Van Tricht 2011 = F. Van Tricht, The Latin renovatio of Byzantium: the Empire of Constantinople (1204-1228), Leyde, 2011 (The Medieval Mediterranean, 90).

Vassilievski 1896 = V. Vassilievski, Epirotica Saeculi XIII, dans Византи́йский временни́к, 3, 1896, p. 241-299.

Wilksman 2010 = J. Wilksman, The Campaign and Battle of Pelagonia 1259, dans Βυζαντινός δόμος, 17-18, 2009-2010, p. 131-174.

Haut de page

Notes

1 Ducellier 1981.

2 Ibid., p. 121-131. Nicol 1988a, p. 155-157.

3 Nicétas Choniatès, p. 63844.

4 Albéric de Trois-Fontaines, p. 8861-2 = p. 770E : Similiter quidam Michalis, dum missus fuisset versus Durachium in partibus illis, se ducem fecit de consensu Grecorum.

5 Ducellier 1981, p. 124, 128.

6 Tafel – Thomas 1856-57, II, 119-123 (n° 223-224). Nicol 1957, 30-31 ; idem 1988a, p. 160 ; Ducellier 1981, p. 141-144 ; Stefec 2015, p. 19-21 (n° 5-6), avec bibliographie.

7 Voir infra, deuxième partie.

8 Acropolite, §14, p. 2512.

9 Scutariote, p. 4614-5.

10 Éphrem, v. 7673 = v. 7697.

11 Stefano Magno, p. 180.

12 On se bornera à citer ici Du Cange 1826, I, p. 141, Gerland 1905, p. 190-192, 248 et Longnon 1949, p. 162.

13 Vassilievski 1896, p. 2682-11, 27020-26 (n° 17). Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 48 (n° 156) et 49 (n° 158) ; Nicol 1957, p. 41 ; Ducellier 1981, p. 150 ; Lampropoulos 1988, p. 216.

14 Bardanès, p. 112256-263 (§12) = p. 494279-286 ; voir annexe n° 4. Loenertz 1964, p. 99 = p. 479-480.

15 Vie de Stefan Nemanja, §18 248-11, p. 258 ; voir trad. Hafner, p. 118-120. Nicol 1957, p. 38 ; Ducellier 1981, p. 150-151.

16 Nicol 1957, p. 37-38 ; Ducellier 1981, p. 150-151 ; Ducellier 1998, p. 219-220, va même jusqu’à parler d’abandon, ce qui est peut-être excessif : les Vénitiens ne partirent probablement pas d’eux-mêmes.

17 Acropolite, §14, p. 2511.

18 Voir par exemple Gerland 1905, p. 190-192, 248-249 ; Longnon 1949, p. 151.

19 Miliarakis 1898, p. 66 et 103 ; Nicol 1957, p. 35-37, 41-42. Nicol évoque les villes de Larissa, Domoko, Démétrias, Velestino et Pharsale, mais Van Tricht 2001, p. 227-228, note à juste titre que les sources qu’il cite ne concernent que les trois premières.

20 Grégoras, I, p. 1319-21, qui mentionne Michel Ier. Χρονικόν του Μορέως, vv. 1030-1034, qui ne mentionne pas Michel, mais « Jean Vatatzès ». Voir Ferjančić 1974, p. 40.

21 Bees-Sepherli 1976, p. 728-9 (n° 13), p. 176-177 (n° 13) ; Bees 1925, p. 124-125 ; Lampropoulos 1988, p. 260-262 (n° 1).

22 Bees-Sepherli 1976, p. 125-127 (n° 68), p. 212-213 (n° 68) ; Bees 1925, p. 135-136 ; Lampropoulos 1988, p. 171-172 (n° 1α).

23 En plus des références données dans les deux notes précédentes, voir Nicol 1957, p. 41, 45 n. 31 ; Ferjančić 1974, p. 41 ; Ducellier, op. cit., 150 et 159 n. 147.

24 Karpozilos 1973, p. 52 et 64-65.

25 Bees 1925, p. 132-135, Nicol 1957, p. 41 et Lampropoulos 1988, p. 171, pensent qu’il s’agit de Kalospitês. Ducellier 1988, p. 150, considère qu’il peut s’agir de Kalospitês ou d’un autre. Van Tricht 2001, p. 228 n. 47, considère que Kalospitês ne devint métropolite qu’en 1213.

26 Mansi 1960-61, XXII, col. 962D.

27 Pressutti 1888-1895, II, p. 96 (n° 4134), p. 167-168 (n° 4529).

28 Innocent III, col. 575 (n° 42, 7 mai 1212).

29 Miklosich – Müller 1860-90, IV p. 382-383 (n° 18).

30 Papadopoulos-Kerameus 1891-98, IV p. 118 (n° 37). Concernant la date de ce document, voir Stefec 2015, p. 39-40 (n° 58).

31 Bees 1925, p. 137-138.

32 Nicol 1957, p. 41 n. 32.

33 Outre Nicol et Ducellier, on citera par exemple : Miliarakis 1898, p. 51, 55, 62-63 et 103 ; Ravegnani 2005, p. 107 ; Macrides 2007, p. 147 n. 12.

34 Outre Miliarakis, Nicol et Ducellier, on citera Ferjančić 1974, p. 39-44, auquel on peut ajouter les références données par Van Tricht 2001, p. 220 n. 7. – Koder – Hild 1976, p. 70 (voir aussi 145, 148, 198-199), affirment que « Kernthessalien (ausgenommen Larissa selbst) und ein Großteil des Spercheios-Tals (Neai Patrai und Lamia) wurden ab 1218 von Theodoros I. Angelos dem epirotischen Reich einverleibt », probablement par inadvertance puisqu’ils citent à l’appui de cette assertion Setton 1966, p. 306, à corriger en Nicol 1966, p. 306, et Ferjančić 1974, p. 39sq., lesquels mentionnent certes l’offensive de Théodore en 1218, mais mentionnent également celle de Michel en 1212 (Ferjančić 1974, p. 39-44 ; Nicol 1966, p. 299-300).

35 Van Tricht 2001, p. 237 n. 82. Voir aussi Van Tricht 2011, p. 164, 242.

36 Ibid., p. 227-231.

37 Nicol 1957, p. 39 ; cf. Van Tricht 2001, p. 231 n. 61.

38 Acropolite, §14, p. 268-9. Macrides 2007, p. 148 n. 17. Voir infra, deuxième partie.

39 Vassilievski 1896, p. 268-269 (n° 16) ; Loenertz 1964, p. 90-92 ; Karpozilos 1973, p. 52, 62-63, 66-67, 80.

40 Voir Annexe, n° 4.

41 Voir par exemple Vassilievski 1896, p. 2689.

42 Bees 1925, p. 125, 138, 140. Léon Makros est également mentionné, sous son nom monastique de Manuel, en tant que chartophylax de Larissa et archimandrite dans un document daté d’avril, indiction 3 (1215 ou 1230) et en tant que chartophylax d’Ohrid, élu évêque de Bela, en avril de l’indiction 2 (1214 ou 1229). La seule façon possible de combiner ces données est qu’il soit mentionné comme Léon, chartophylax de Larissa en mai 1212, Manuel, chartophylax de Larissa et archimandrite en avril 1215, puis chartophylax d’Ohrid, élu évêque de Bela, en avril 1229.

43 Miklosich – Müller 1860-90, IV, p. 3827. Le consensus à propos de la date de 1215 semble général : Giannopoulos 1924, p. 210 ; Nicol 1957, p. 37 ; Ferjančić 1963, p. 242-243, qui justifie cette date ; idem, 1974, p. 43 ; Laurent 1971, p. 141 (n° 1333) ; Barišić 1975, p. 88-89 ; Smyrlis 2006, p. 65 ; Puech 2011, p. 169.

44 Innocent III, col. 596, (n° 72, 25 mai 1212).

45 Van Tricht 2011, p. 221-227.

46 Ibid., p. 235-236.

47 Prinzing 1973, p. 41234-36. Henri exagère manifestement la portée de ses succès lorsqu’il affirme que Nos enim de optima terra quam tenebant, maiorem partem eis abstulimus. Lui-même reconnaît avoir dû partir trop tôt.

48 Voir supra, n. 6.

49 Laurent 1960.

50 Prinzing 1973, p. 41230-31 : Quater enim Michaelicius et ter Stracius iuramenta nobis prestiterunt, quod neuter illorum totiens infringere dubitavit.

51 Ducellier 1981, p. 149.

52 Bon 1969, p. 68.

53 Nicol 1957, p. 38, suivi par Ravegnani 2005, p. 107 ; Stefec 2015, p. 22 (n° 9), avec bibliographie.

54 Le récit de ces événements a été fait notamment par Raynaldus 1870, p. 365-367 ; Du Cange 1826, I, p. 154-156 ; Gibbon 1909-1914, VI, p. 448-449 ; Romanos 1895, p. 26-29 ; Miliarakis 1898, p. 121-122, 124-125 ; Longnon 1949, p. 153-155 ; Nicol 1957, p. 50-54 ; idem, 1988a, p. 162 ; idem, 1988b ; Setton 1976, p. 44 ; Ducellier 1981, p. 161-163 ; Ravegnani 1995, p. 213 ; Carrier 2012, p. 438-440 ; Synkellou 2008, p. 219-220 ; Van Tricht 2011, p. 242-243.

55 Norden 1903, p. 297-301 ; Nicol 1957, p. 52-53 ; Setton 1976, p. 45 ; Van Tricht 2011, p. 378 ; Claverie 2013, p. 83, 197-198 ; Duba – Schabel 2015, p. 15-20 et lettres n° 30, 31, 33, 35, 36, 47-51.

56 Aux exceptions notables de Ducellier 1981, p. 161, et de Claverie 2013, p. 196-197.

57 Longnon 1950 ; Stavridou-Zafraka 1988, p. 37-62.

58 Cette affirmation est reprise notamment par Du Cange 1826, I, p. 154 Gibbon 1909-1914, VI, p. 448-449 ; Longnon 1949, p. 154-155 ; Thiriet 1959, p. 90 ; Borsari 1966, p. 50 ; Nicol 1988a, p. 162 ; idem, 1988b, p. 378 ; Ravegnani 1995, p. 213 ; Van Tricht 2011, p. 164 ; Macrides 2007, p. 147 n. 13 ; Claverie 2013, p. 82-83.

59 Tafel – Thomas 1856-57, II, p. 193-195= Pozza 2004, p. 73-74 (n° 5). L’édition Tafel – Thomas reproduit, en introduction, un extrait de Du Cange selon lequel Pierre aurait convenu avec les Vénitiens de s’emparer de Durazzo. Il est possible que cela ait pu induire certains savants en erreur.

60 Du Cange 1826, I, p. 154 ; Gibbon 1909-1914, VII, p. 449 ; Bréhier 1946, p. 309 ; Longnon 1949, p. 155 ; Nicol 1957, p. 51 ; Borsari 1966, p. 50 ; Norwich 1999, p. 353 ; Van Tricht 2011, p. 164, 242 ; Claverie 2013, p. 82-83. Après avoir initialement repris cette hypothèse à son compte, Donald Nicol, probablement sous l’influence de Ducellier, se contente de l’évoquer sans prendre parti dans ses publications ultérieures : voir Nicol 1988a, p. 162 et 1988b, p. 378-379. – Romanos 1895, p. 26 et Miliarakis 1898, p. 125, à partir des témoignages de Bardanès et d’Acropolite (annexe, n° 4 et 11), affirment que Pierre se serait emparé de Durazzo de force.

61 Ducellier 1981, p. 161-162. Ducellier 1998, p. 220, semble avoir changé d’avis puisqu’il écrit que « Pierre de Courtenay tente de s’attaquer aux Grecs d’Épire », mais ses propos sont trop brefs pour connaître le fond de sa pensée.

62 Ibid., p. 161, 212 n. 13.

63 Ducellier 1981, p. 160-162. Ducellier 1998, p. 220. L’hypothèse de Van Tricht 2001, p. 237-238 ; idem 2011, p. 242, selon laquelle Théodore se considérait vassal de l’empereur Henri, auquel il aurait peut-être même rendu hommage, n’est étayée par aucune source.

64 L’assertion de Michaud 1856, p. 250, selon laquelle Pierre aurait fait chemin par voie terrestre parce que les Vénitiens, n’ayant pas reçu Durazzo, auraient refusé de l’amener par voie maritime, est bien entendu pure fiction.

65 Nicol 1957, p. 71 n. 9.

66 Ducellier 1981, p. 161-162.

67 Van Tricht 2011, p. 164-165 et 243.

68 Ducellier 1981, p. 162-163 ; Prinzing 1983, p. 39.

69 Du Cange 1826, I, p. 155-156.

70 Ducellier 1981, p. 163.

71 Ibid., p. 162-163.

72 Nicol 1957, p. 52-53 ; Claverie 2013, p. 197-198. On notera que Scutariote (Annexe, n° 12) affirme que Pierre fut d’abord fait prisonnier et ensuite exécuté.

73 Ducellier 1981, p. 162.

74 Nicol 1957, p. 159-160 ; Ducellier 1981, p. 170.

75 Ducellier 1981, p. 174.

76 Schneider 1932-33, p. 122-123 ; Ostrogorsky 1956, p. 471 ; Nicol 1957, p. 166 ; Ducellier 1981, p. 173 ; Irmscher 1984, p. 249 = Irmscher 1986, p. 93 ; Pispisa 1991, p. 304-305.

77 Schirrmacher 1871, p. 101-132 ; Karst 1897, p. 23-163 ; Irmscher 1984, p. 250 = Irmscher 1986, p. 94-95 ; Pispisa 1991, p. 192-203.

78 Merendino 1981 ; Irmscher 1984, p. 249-250 = Irsmcher 1986, p. 93-94.

79 Palumbo 1959, p. 88-98 ; Pispisa 1991, p. 305, 308-309.

80 Acropolite, §63, p. 13230-13318.

81 Ibid., §67, p. 1404-20.

82 Pachymère, I, p. 4515-20, nous apprend que Michel Paléologue reçut la charge de gouverneur de Durazzo et le soin d’y escorter le nouveau métropolite. or le futur empereur n’arriva jamais à destination, ce qui prouve que l’administration nicéenne n’avait pas encore été complètement mise en place dans la ville lorsqu’éclata au début de 1257 la révolte de l’Arbanon ; Ducellier 1981, p. 172.

83 Acropolite, §68, p. 14021-14322. Nicol 1957, p. 161-162.

84 Miklosich – Müller 1860-90, III, p. 240 = Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 71-72 (n° 246). Il s’agit du contrat de vente d’un vignoble dressé par le notaire de la métropole de Dyrrachion.

85 Voir infra, n. 158.

86 Ughelli 1717-22, IV, p. 774 ; Capasso 1874, p. 145-146.

87 La date du mariage n’est pas connue avec précision mais il eut lieu semble-t-il en 1258 (Longnon 1949, p. 223 ; Bon 1969, p. 121 ; Macrides 2007, p. 345 n. 7), peut-être durant l’été (Nicol 1957, p. 173). Acropolite place les mariages d’Anne et de sa sœur Hélène dans le contexte de l’été 1258 (Macrides 2007, p. 345 n. 6). Selon la Chronique de Morée et le Χρονικόν του Μορέως, le mariage d’Anne et de Guillaume (respectivement p. 78, § 216 et vv. 3111-3137) fut suivi de l’appel du despote au prince son beau-frère (respectivement p. 92, §256 et vv. 3477-3485). Ce n’est qu’après l’hiver (respectivement p. 98, §273 et vv. 3618-3626) qu’eut lieu la bataille de Pélagonia (respectivement p. 107, §293 et v. 3954). Dendias 1926, p. 243-244, considère pourtant que le mariage d’Hélène précède celui d’Anne. Voir à ce sujet Bon 1969, p. 121 n. 1.

88 Buchon 1845, p. 105 n. 1. Ce document est daté de l’an 1259, indiction 2. or l’indiction 2 court du 1er septembre 1258 au 31 août 1259 ; il s’ensuit donc que ce document ne suit pas le style vénitien, où l’année commence au 1er mars, mais le style de septembre et appartient donc à l’année 1258 selon le style de janvier. Du reste, d’autres éléments confirment ce fait, puisque le document mentionne Lascaris, filius Vatacii, et le princeps Manfredus de Apulia. or l’empereur de Nicée Théodore II Laskaris, fils de Jean III Vatatzès, mourut le 18 août 1258, tandis que Manfred, prince d’Apulie, avait été couronné roi de Sicile le 10 août de la même année. S’il est compréhensible qu’un document du 1er septembre 1258 ne tienne pas encore compte de ces données, ce ne saurait être le cas d’un document du 1er septembre 1259. Voir Capasso 1874, p. 177, n. 3, Del Giudice 1878-1880, 3, p. 55 et Dendias 1926, p. 224.

89 Wilksman 2010. Concernant la datation de cette bataille, la date traditionnellement admise est le mois de septembre, mais Nicol 1956, propose le début de l’été (fin juin, début juillet) et Failler 1980, p. 35 et 39, le printemps.

90 Forges-Davanzati 1791, p. 11 ; Schirrmacher 1871, p. 209 ; Stefec 2015, p. 68 (n° 112), avec bibliographie. Cette date est contestée et nous la discuterons infra, n. 97 à 106, 123 et 145 à 148.

91 Voir infra, n. 138 à 162.

92 Nicol 1957, p. 188-189, 192 ; Ducellier 1981, p. 176.

93 Hopf 1867, p. 282 ; Romanos 1895, p. 56 ; Miliarakis 1898, p. 518 ; Dendias 1926, p. 224-226. Ostrogorsky 1956, p. 471, se distingue en considérant que Durazzo fut prise aux Nicéens et Corfou, Valona et Buthrote aux Épirotes.

94 Berteaux 1904, p. 239-240 ; Pappadopoulos 1908, p. 123 n. 1 ; Geanakoplos 1953, p. 107 n. 32 ; Nicol 1957, p. 166-167 et 168 n. 13 ; idem, 1984, p. 6-8 ; idem, 1988a, p. 174 ; Setton 1976, p. 81-82 ; Merendino 1981, p. 248 ; Ducellier 1981, p. 172, 173 ; Irmscher 1984, p. 251 = Irmscher 1986, p. 96-97 ; Pispisa 1991, p. 306-307 ; Ducellier 1998, p. 220. Voir aussi Borghese 2008, p. 73-74.

95 Berg 1988, p. 266-270.

96 Ducellier 1981, p. 172.

97 Cohn 1925, p. 258.

98 Kiesewetter 2015, p. 261-265.

99 Voir Carlucci 2003 et Kiesewetter 2015, p. 263, n. 15.

100 Matteo Spinelli da Giovinazzo, §143, p. 486.

101 Kiesewetter 2015, p. 263, n. 16. Capasso 1874, p. 177 n. 3, tira notamment argument du fait que Manfred possédait déjà des terres en Romanie le 1er septembre 1258 pour contester la date du 2 juin 1259. En réalité, Manfred possédait déjà des terres en Orient avant le 23 février 1258 sans que cela soit lié à son mariage.

102 Dendias 1926, p. 237-242 et Berg 1988, p. 279-284. La date du 2 juin 1259 fait en tout cas l’objet d’un consensus historiographique ; voir notamment Nicol 1957, p. 177-178 ; Ducellier 1981, p. 173-174 ; Rugolo 1993 et Stefec 2015, p. 68 (n° 112) pour d’autres références bibliographiques.

103 Marino Sanudo Torsello, p. 107.

104 Schirmacher 1871, p. 132. 449-452, n. 45-46, 648. Koller 2005 et 2007 soutient qu’Hélène était présent au couronnement mais ne mentionne pas la source (« una cronaca ») qui lui permet cette affirmation.

105 Del Giudice 1878-80, 3, p. 8 n. 2, suivi par Dendias 1926, p. 233. Nicol 1957, p. 171 et 183 n. 6 et Ducellier 1981, p. 173, indiquent que Manfred était veuf depuis janvier 1258, mais donnent pour référence les deux auteurs précédents, qui avouent pour leur compte ignorer la date de la mort de la reine. Arndt 1911, p. 167-168, considère qu’il faut placer son décès avant 1257, qu’elle considère être l’année des fiançailles de Manfred et d’Hélène. Pispisa 1991, p. 18 n. 6, rappelle que Béatrice est mentionnée pour la dernière fois en 1248 lors de son mariage avec Manfred et suppose qu’elle mourut en couches en 1249, ou en tout cas avant décembre 1250, date à laquelle commence le récit de Jamsilla.

106 Arndt 1911, p. 166-167, considère que les possessions de Manfred en Albanie en février 1258 constituent la dot d’Hélène et qu’il la reçut à l’occasion des fiançailles du couple en 1257. or ces possessions ne correspondent pas exactement à la dot et le transfert de la dot avant le mariage est pure hypothèse.

107  À l’instar de Berg 1988, p. 271-274.

108 Dendias 1926, p. 225-226.

109 Schneider 1932-33, p. 122-123 ; Ostrogorsky 1956, p. 368, 379, 386, 404, 423.

110 Ducellier 1981, p. 165.

111 Ibid., p. 69-70, 96, 105, 122-123 ; Cheynet 1996, n° 114, 161, 162, 199 ; Malamut 2007, p. 72-76.

112 Ibid., p. 236-238.

113 Ibid., p. 172-173. Alain Ducellier suppose que Durazzo passa alors volontairement aux Épirotes ; nous ne le suivons pas sur ce point, mais nous sommes d’accord avec lui en ce qui concerne les liens unissant Durazzo au despotat d’Épire.

114 Nicol 1957, p. 171 ; Ducellier 1981, p. 173 ; Pappadopoulos 1908, p. 122, la place pour sa part à l’été 1257, tandis que Stefec 2015, p. 67 (n° 112) la place en 1258, sans plus de précision.

115 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 71 (n° 245).

116 Ibid., I, p. 71-72 (n° 246).

117 Acropolite, p. 15721-1581 (§76), suivi par Scutariote, p. 53810-13 et Éphrem, v. 9391-9394 = 9415-9418.

118 Pachymère, I, p. 1175-9.

119 Grégoras, I, p. 7121-722.

120 Marino Sanudo Torsello, p. 107.

121 Nicol 1957, p. 183 n. 6 ; Macrides 2007, p. 345 n. 6.

122 Voir infra, n. 135 à 137.

123 Le 23 février 1258 est en effet nécessairement antérieure au mariage, puisqu’il y eut deux phases dans l’implantation sicilienne ; or cette date est le terminus ante quem de la première et le terminus post quem de la seconde, qui correspond au mariage ; voir infra, n. 138 à 148. Quant au 11 août 1258, date du couronnement de Manfred, nous avons vu supra, n. 104-105, que le nouveau roi n’y était semble-t-il accompagné d’aucune reine.

124 Acropolite, §68, p. 1423-5 ; §70, p. 14516-14612.

125 Berg 1988, p. 275-276.

126 Acropolite, §76, p. 15722. Macrides 2007, p. 345 n. 6.

127 Nicol 1957, p. 192.

128 Voir supra, n. 105.

129 Geanakoplos 1953, p. 105 n. 18 ; idem 1959, p. 51 n. 16.

130 Voir supra, n. 86.

131 Capasso 1874, p. 145, n. 1 ; Romanos 1895, p. 56-57 ; Miliarakis 1898, p. 518-519 ; Bertaux 1904, p. 240, qui place à tort l’expédition de Chinard en juin 1259 mais affirme qu’elle était dirigée contre les Nicéens. Plus récemment, Ducellier 1981, p. 173, affirme lui aussi que l’expédition était destinée à soutenir Michel.

132 Del Giudice 1878, 3, p. 30 n. 1 ; Schneider, 1932-33 ; Geanakoplos 1953, p. 105.

133 Del Giudice 1878, 3, p. 30 n. 1.

134 Schneider, 1932-33, p. 118 ; Geanakoplos 1953, p. 107 n. 30.

135 Dendias 1926, p. 245, prend soin de préciser qu’il s’agit d’une hypothèse mais ne précise pas dans quelles circonstances aurait eu lieu le transfert de souveraineté. Dans la mesure où cet auteur prend, plus haut (p. 224-226) parti en faveur d’une alliance siculo-épirote à cette époque, il faut peut-être en conclure qu’il pense que le transfert de la dot est antérieur au mariage et remonterait aux fiançailles, à l’instar de ce que supposent Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I 71 (n° 245). Borsari 1955, p. 320 n. 4, suppose, encore une fois en précisant qu’il s’agit d’une hypothèse, que Corfou était déjà sous contrôle sicilien à cette époque, soit avant le mariage, mais ne fournit aucune explication.

136 Ostrogorsky 1956, p. 471 ; Nicol 1957, p. 166-167 ; Pispisa 1991, p. 307 ; Asonitis 1999, p. 62. Concernant Sopot et Sybota, voir infra, n. 149.

137 Berg 1988, p. 263-266.

138 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 71 (n° 245); Kiesewetter 2015, p. 263-264.

139 Geanakoplos 1953, p. 105, n. 18 ; idem 1959, p. 51 n. 16.

140 Nicol 1957, p. 171; Asonitis 1999, p. 62.

141 Geanakoplos 1953, p. 103-104. Voir aussi supra, n. 106 et 135.

142 Failler 1980, p. 31-35, 38.

143 Nicol 1957, p. 175.

144 L’hypothèse de Geanakoplos 1953, p. 105, selon laquelle Michel II aurait volontairement donné à Manfred certains de ses territoires dans le but de conquérir Thessalonique ou Constantinople, nous paraît exagérée. Elle est vraisemblablement due aux intentions impériales prêtées à Michel II par Pachymère, I, p. 11518-1174, 11718-1192, et qui sont probablement à relativiser.

145 Nicol 1957, p. 176-177 ; Wilskman 2010, p. 137.

146 Berg 1988, p. 276-277.

147 Voir supra, n. 89.

148 Ducellier 1981, p. 173-174.

149 Forges-Davanzati 1791, p. 38-41 : Valona, Chimara, Buthrote et « Subuto » (voir n. suivante), tandis que Corfou et Kanina n’auraient jamais été données à Manfred, mais seulement à Philippe Chinard en 1266 ; Del Giudice 1878-80, 3, p. 19 : Corfou, Valona, Chimara, « Subuto » et Buthrote ; 4, p. 92-93 : Corfou, Valona, Kanina, « Subuto » et Buthrote ; 5, p. 76 : Corfou, Valona, Kanina, « Subuto », Buthrote et peut-être Durazzo ; Dendias 1926, p. 234-235 : Kanina et Corfou ; Geanakoplos 1953, p. 105, n. 18 : Corfou, Buthrote, « Sybonto » ; Ducellier 1981, p. 173-174 : « Corfou et la côte méridionale de l’actuelle Albanie (Himara, Sopot, Butrinti) ». – Forges-Davanzati mentionne « Subuto », ce qui désigne selon Geanakoplos 1959, p. 327-328, Syboton, sur la côte épirote, et selon Nicol 1957, p. 167 et 183 n. 5 et Nicol 1972, p. 187, les îles de Sybota au sud-est de Corfou. En réalité, il s’agit de la forteresse de Sopot (Sopotos), près de Chimara et plus précisément du village de Borsh ; voir Ducellier 1981, p. 217 n. 99 ; Soustal 1980, p. 35 ; idem 1981, p. 262 ; Nicol 1984, p. 24 ; Kiesewetter 2015, p. 272, n. 41

150 Nicol 1957, p. 183 n. 5 cite Forges-Davanzati, Del Giudice et Dendias mais ne prend pas parti ; le même en 1972, p. 175-176, conclue à l’impossibilité de définir l’ensemble des territoires acquis par Manfred et Philippe Chinard.

151 Buchon 1840, I, p. 33, 34. Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 73 (n° 253).

152 Pachymère, II, p. 6417-13.

153 Filangieri et al. 1950, I, p. 50, n° 97 (16 janvier 1267). Voir Asonitis 1999, p. 64-66.

154 Filangieri et al. 1950, XI, p. 174, n° 411 (26 juin 1274). Forges-Davanzati 1791, p. 39 ; Ducellier 1981, p. 177-178.

155 Del Giudice 1878-80, 4, p. 92-93 ; 5, p. 313-314, n° XXII (16 septembre 1277) ; Filangieri et al. 1950, XIX, p. 78-79, n° 26-27. Voir aussi le document Filangieri et al. 1950, XIX, p. 151-152, n° 197.

156 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 113-114 (n° 390)= Filangieri et al. 1950, XXI, p. 64 (n° 41).

157 Marino Sanudo Torsello, p. 107.

158 Ducellier 1981, p. 177-178 et Asonitis 1999, p. 77, 131.

159 Voir supra, n. 156.

160 Thallóczy – Jireček – Šufflay 1913-18, I, p. 114 (n° 390), p. 130 (n° 432) ; Filangieri et al. 1950, XXIII, p. 82-83 (n° 54), p. 100 (n° 99), XXIV, p. 141-142 (n° 45-46). Nicol 1984, p. 24.

161 Irmscher 1984, p. 251-252= Irmscher 1986, p. 97.

162 Nicol 1972, p. 175-176 ; Ducellier 1981, p. 175-176.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de l’Albanie, incluant les toponymes mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/8566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brendan Osswald, « Trois notes sur l’histoire de Durazzo (Durrës) au XIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 133-1 | 2021, 131-168.

Référence électronique

Brendan Osswald, « Trois notes sur l’histoire de Durazzo (Durrës) au XIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 133-1 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/8566 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.8566

Haut de page

Auteur

Brendan Osswald

Heidelberger Akademie der Wissenschaft - Eberhard Karls Universität Tübingen - brendan.osswald@hadw-bw.de

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search