Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2La Corse médiévale, île d’ItalieLa constitution d’une frontière d...

La Corse médiévale, île d’Italie

La constitution d’une frontière de l’Occident

La Corse dans les sources latines du haut Moyen Âge
Romain André
p. 241-254

Résumés

La Corse du haut Moyen Âge est mal connue, peu de sources la traitant entre le Ve et le XIe siècle. Une approche synthétique de ces références permet cependant de dégager une évolution chronologique. À la fin de l’Antiquité, c’est un espace dont les liens avec l’Italie paraissent distendus du fait des bouleversements méditerranéens. Vers le VIe et le VIIe siècle, elle fait l’objet de nouvelles préoccupations continentales, notamment au travers de l’entreprise réformatrice de Grégoire le Grand. Il faut attendre le VIIIe siècle et l’expansion carolingienne pour qu’elle soit revendiquée par la papauté aux dépens du royaume lombard. La menace maure et sarrasine sur les rivages italiens entraîne au IXe siècle le placement de la Corse sous la protection des Francs qui l’érigent bientôt en frontière défensive face au Sud, avant qu’elle ne devienne à la fin du XIe siècle un enjeu entre cités maritimes rivales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Nous exigeons que nul homme ne scelle d’association par serment ou par toute autre obligation d’ (...)
  • 2 « Nous voulons que chaque comte disposant de troupes pénètre en Corse avec elles ou s’y maintienne (...)

Volumus de obligationibus, ut nullus homo per sacramentum nec per alliam obligationem adunationem faciat; et si hoc facere praesumpserit, tunc de illis qui prius ipsum consilium incoaverit aut qui hoc factum habet in exilio ab ipso comite in Corsica mittatur, et illi alii bannum conponant; et si talis fuerit qui non habeat unde ipsum bannum conponat, LX ictus accipiat.1
Volumus ut singuli comites hanc districtionem teneant inter eos qui cum eis introeant in Corsica vel remanere debeant.2

  • 3 Esders 2019.

1Ces extraits de deux capitulaires de Lothaire (840-855), roi d’Italie à partir de 817, illustrent toute l’ambigüité des représentations de la Corse dans les sources continentales. Dans le premier, daté de 822 ou 823, le fils de l’empereur Louis le Pieux (814-840) semble vouloir utiliser cette île comme un lieu de relégation pour les dissidents du regnum Italiae. Cela donne l’impression d’un territoire périphérique, dénué d’une grande importance politique. Dans le deuxième, en revanche, à peine deux ans plus tard, ce même Lothaire lance un appel aux armes pour défendre la Corse en danger. Il s’adresse aux comtes d’Italie qui doivent se tenir prêts à entrer en campagne et tenir le territoire, qui devient alors apparemment capital aux yeux du souverain3. Ce paradoxe est révélateur du caractère difficilement saisissable de la Corse dans les écrits proto-médiévaux : espace méconnu, marge italienne, mais ligne de front carolingienne ou frontière méditerranéenne, l’image de l’île paraît parfois difficile à cerner.

  • 4 Graziani 2016.
  • 5 Face à la dispersion des sources, Silio Scalfati, professeur de diplomatique médiévale à l’univers (...)

2Il est vrai que les îles de la Méditerranée, exceptée la Sicile, demeurent jusqu’à aujourd’hui des espaces secondaires de l’historiographie européenne. La Corse est quant à elle très peu présente dans les écrits du Moyen Âge. En effet, avant la rédaction de la Chronique tardo-médiévale de Giovanni della Grossa (1388-1464)4, on ne dispose d’aucune source narrative insulaire5. Pour la période qui s’étend du Ve siècle jusqu’à la fin du XIe siècle, lorsque son administration est confiée par la papauté à l’évêque de Pise, la Corse n’est citée qu’à moins d’une centaine de reprises dans les textes parvenus jusqu’à aujourd’hui. Aucune de ces mentions n’excède d’ailleurs quelques lignes. En outre, tout au long des six siècles de ce premier Moyen Âge, les références sont très irrégulières d’un point de vue chronologique. Par exemple, le silence total de la quasi-totalité du VIe siècle est brusquement rompu par la présence à plusieurs reprises de cette île dans la correspondance de Grégoire le Grand (v. 540-604) entre 591 et 601. L’éclairage que jettent les sources sur cette île est donc partiel et partial, caractérisé par de brèves clartés et de longues obscurités ; elles n’en permettent pas moins de discerner le contour imprécis d’une évolution.

3Même si l’évocation de la Corse dans ces textes, largement disponibles dans les Monumenta Germaniae Historica, est liée à des propos divers, qui vont de la simple précision géographique à la revendication politique, il est possible de distinguer un lent effacement des descriptions narratives au profit des actes diplomatiques. Une approche synthétique de ces références dans les écrits méditerranéens, italiens ou francs, croisées avec les apports ponctuels des données archéologiques, peut cependant mettre en lumière la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge à l’échelle de la Corse, alors que cette période a longtemps été considérée comme un angle mort de l’histoire insulaire. Si les détails de l’organisation de la vie quotidienne locale demeurent inconnus en raison du caractère exogène de l’ensemble des sources historiques, celles-ci véhiculent néanmoins des perspectives ou des représentations révélatrices des relations entre ce territoire et le continent, principalement la péninsule italienne, avant l’avènement des républiques maritimes. Et de ce point de vue, même les silences devraient être considérés, bien qu’il soit difficile de déterminer avec certitude s’ils découlent d’un désintérêt des scribes continentaux pour les îles de Méditerranée occidentale ou de lacunes dans le fonds à la disposition des chercheurs.

4Au cours du haut Moyen Âge, à la différence de la Sardaigne où émerge à partir du IXe siècle le système des judicats qui perdure jusqu’au XIIIe siècle, la Corse ne devient jamais un lieu de centralité politique. Elle demeure une périphérie, tour à tour vandale, byzantine, lombarde, pontificale, carolingienne et toscane. Elle revêt le caractère méconnu, reculé et délaissé des marges. Mais elle semble peu à peu parée de l’importance stratégique de la frontière, qui la change progressivement en territoire protégé et convoité, non pour elle-même, mais au profit des puissances continentales : intégrée au bassin tyrrhénien, la Corse apparaît clairement comme une partie du monde italien et une réserve de ressources à défendre. Mais avancée en mer, elle est aussi parfois décrite comme un bout du monde autant qu’un passage vers d’autres rives. À la faveur des nombreux bouleversements qui touchent la Méditerranée entre le Ve et le XIe siècle, elle finit en effet par devenir un avant-poste au flanc méridional de l’Occident en construction.


  • 6 « Déjà la flotte s’avance en haute mer ; à droite les Ligures, l’Etrurie est laissée à main gauche (...)
  • 7 Liber Genealogus, Mommsen 1892, p. 168.
  • 8 Laterculus, Mommsen 1892, p. 537.

5Au tout début du Moyen Âge, les écrits consacrés à la Corse contiennent avant tout des allusions topographiques ou géographiques, donnant l’impression d’un espace méconnu et enclavé. Claudien (v. 370-404), décrivant par exemple une flotte qui se rend de Ligurie en Afrique, mentionne qu’on reconnaît la Corse à ses « rochers obscurs » : Iam classis in altum provehitur ; dextra Ligures, Etruria laeva linquitur et caecis vitatur Corsica saxis6.Ce n’est par ailleurs pas la dernière fois que cette île sera mentionnée comme une étape de la route maritime entre la Tunisie actuelle et l’Italie. Elle n’est toutefois pas plus décrite et n’apparaît ici que comme un repère pour la navigation, ce qui n’est guère étonnant compte tenu de l’altitude élevée des sommets de l’île. Elle figure aussi en bonne place dans les descriptions géographiques du monde tardo-antique. L’auteur anonyme du Liber Genealogus la place ainsi dans une longue liste des îles méditerranéennes, entre la Sardaigne, la Crète et bien d’autres : et sunt illis isulae Cossura, Lampedusa, Gaulos, Meleta, Circina, Moenis, Sardinia, Galata, Corsica, Cretes, Rhodos, Thera…7. Enfin, dans l’énumération des provinces romaines du calendrier de Polemius Silvius (milieu du Ve siècle.), la Corse qui se trouve à cette époque sous l’influence du royaume vandale est mentionnée comme la seizième et dernière province italienne, derrière la Sicile et la Sardaigne8, ce qui peut indiquer la faible importance que l’auteur lui attribue, alors qu’elle est plus proche géographiquement de Rome que les deux autres îles précitées. Cette position pourrait être l’indication d’un moindre développement économique.

6Il faut donc attendre Hydace de Chaves (v. 400-ap. 469) pour lire le récit d’événements se déroulant en Corse. Dans sa Chronique, l’évêque hispanique relate la venue d’un certain Hésychius qui mentionne des combats opposant Ricimer (v. 405-472), comes de l’empereur Avitus, et les troupes vandales pour la possession de l’île vers 455 ou 456 :

  • 9 « Le tribun Hésychius, envoyé en ambassade auprès de Théodoric [Ier], arrive en Galice avec des pr (...)

Hesychius tribunus legatus ad Theodoricum cum sacris muneribus missus ad Gallaeciam venit nuntians ei id quod supra ; in Corsica caesam multitudinem Vandalorum et Avitum de Italia ad Gallias Arelate successite.9

7La date n’est pas anodine, puisqu’elle correspond au sac de Rome par les Vandales de Genséric, installés dans la province d’Africa. Une fois encore, la Corse se situe entre ces deux rives et pourrait constituer une base arrière pour frapper le Latium, ce qui pourrait expliquer la bataille qui s’y déroule. Mais en dépit du ton triomphant d’Hydace, les Romains sont incapables de disputer durablement la maîtrise de la Méditerranée occidentale à leurs ennemis et doivent finalement leur abandonner les îles.

  • 10 Courtois 1955.
  • 11 Victoris Vitensis historia persecutionis, Halm 1879, p. 63-71.
  • 12 Les restes de Julie sont d’abord récupérés par les moines de la Gorgone qui les mettent ensuite à (...)
  • 13 Duval 1991, Sapin 2010.
  • 14 Istria 2012, p. 35.
  • 15 Istria 2013, p. 3.
  • 16 Pietri 1997.
  • 17 Istria 2010.
  • 18 Istria 2012, p. 35-36.
  • 19 Ibid., p. 26.

8Il est néanmoins peu probable que les Vandales se soient implantés en nombre en Corse entre 455 et 53410. L’île a vraisemblablement accueilli des points d’appuis ponctuels pour menacer le littoral italien, mais rien n’y indique une importante présence germanique au cours de cette période. Au contraire, le témoignage de Victor de Vita (v. 404-ap. 484) dans son Histoire de la persécution vandale en Afrique la représente plutôt en lieu de relégation, en recensant 46 évêques africains envoyés en exil en Corse à la suite des mesures anticatholiques décrétées par le roi Hunéric (477-484)11. Il a parfois été avancé que ces religieux auraient participé à développer sur place le culte de martyrs d’origine africaine, comme Julie de Carthage12, Restitude d’Afrique ou Parthée. Certains de ces prélats, comme Appien ou Florent, laissent même des traces dans la toponymie locale. Il se peut aussi qu’ils aient contribué à organiser le culte chrétien en Corse, puisque les plus vieux vestiges d’églises retrouvés par les archéologues révèlent une disposition liturgique similaire à celle d’Afrique du Nord : l’autel se dresse sur un podium en avant du chœur selon l’usage oriental ou africain, différent en cela de celui des églises de Gaule à la même époque13. C’est d’ailleurs du Ve siècle que semblent dater les plus vieux édifices religieux de l’île14, comme par exemple une cathédrale périphérique ou une église sur sépultures à Mariana15. L’archéologie documente un certain nombre d’évolutions qui peuvent corroborer l’hypothèse d’une christianisation progressive de la société insulaire contemporaine de celle de nombreux espaces ruraux du continent16. Les tombes à mobilier ont en effet quasiment disparu depuis plus d’un siècle et sont remplacées par des inhumations habillées sous des tuiles funéraires17 qui sont bientôt produites exclusivement à cet usage. À Ajaccio, on trouve toutefois encore une tombe à mobilier pour le VIe siècle, probablement d’origine sarde, mais elle tranche avec les usages en train de s’imposer sur l’île18. En revanche, les habitats littoraux issus de l’Antiquité sont toujours majoritairement occupés19, et ce jusqu’au VIIe siècle, ce qui tempère la vision catastrophiste parfois évoquée pour la situation des côtes méditerranéennes au début du Moyen Âge, supposément dévastées sans relâche par les pirates et la malaria.

  • 20 Ibid., p. 32.
  • 21 Procope 1990, 2, 5.

9Néanmoins, l’utilisation de l’île comme lieu de relégation, sa relative invisibilité dans les écrits de l’époque, ainsi que la diminution de la circulation monétaire20 en dépit du maintien de quelques flux d’importation plaident pour des difficultés sensibles au Ve siècle, et pour un certain enclavement. À la faveur des troubles de la fin de l’Antiquité, la Corse semble disparaître au-delà de l’horizon des préoccupations des lettrés continentaux. Toutefois, quand les troupes de Bélisaire détruisent le royaume vandale en 534, Procope de Césarée mentionne expressément que le général a dû envoyer l’un de ses lieutenants « purger cette île [la Corse] des Vandales »21. Cependant, là encore, rien n’indique que l’empire romain d’Orient a voulu s’installer durablement en Corse, et lorsqu’en 568 les Lombards d’Alboin entament la conquête de l’Italie à partir du nord, l’île ne semble pas faire l’objet de préoccupations parmi les élites impériales ou italiennes. Elle semble en marge des affaires occidentales. De fait, elle est absente des textes pendant des décennies et ne réapparaît qu’au cours des années 590 dans les écrits du pape Grégoire le Grand (590-604). Elle est alors décrite comme un territoire de la Chrétienté à reconquérir et réorganiser.


  • 22 Quoniam in insula Corsica in loco Nigeuno […], ecclesiae basilicam cum baptisterio in honore beato (...)
  • 23 Et sive eos qui aliquando fideles fuerunt, sed ad cultum idolorum neglegentia aut necessitate faci (...)
  • 24 Cui praefecto Orosio iniunximus, ut in Gorgonae insula perexeat, cum quo tua experientia pariter e (...)
  • 25 In qua etiam ecclesia vel eius parroechiis diacones atque presbyteros tibi concedimus ordinandi li (...)
  • 26 Corsica vero insula tanta nimietate exigentium et gravamine premitur exactionum […] ad nefandissim (...)
  • 27 Experientia tua non sine culpa est, quod Aleria atque Aiacium civitates Corsicae diu sine episcopi (...)

10En effet, entre 591 et 601, ce pontife aborde les questions corses à plusieurs reprises dans sa correspondance. Par exemple, animé d’un désir d’évangélisation et de réforme, il ordonne en janvier 596 à l’évêque Pierre d’Aléria de consacrer une basilique et un baptistère à saint Pierre et saint Laurent à Nigeuno, au « bénéfice des âmes » des insulaires22. Un an plus tard, il exhorte ce même « évêque de Corse » à redoubler de vigueur contre ceux qui retourneraient au « culte des idoles »23. Il lui fait en outre parvenir 50 solidi pour acquérir des vêtements pour les nouveaux baptisés. Dans le même ordre d’idées, le prélat enjoint le « défenseur Symmaque » à laisser l’abbé Orose venir en Corse pour fonder un nouveau monastère et rétablir la discipline apparemment relâchée dans celui de la Gorgone24. Grégoire semble donc bien décidé à imposer l’influence de l’Église romaine dans cette marge occidentale de l’empire d’Orient, en sollicitant par exemple du patrice d’Afrique Gennadius l’envoi de troupes et d’un nouveau commandant, ou en tentant de resserrer les liens des évêques insulaires avec ceux du continent, comme lorsqu’il demande en 591 à Léon, un évêque de Corse, de se rendre à Savone afin d’y ordonner des diacres et des prêtres en son nom25. Cette riche correspondance dévoile aussi quelques éléments de la vie insulaire. Ainsi en 595, Grégoire déplore que les propriétaires corses écrasés par la fiscalité impériale soient contraints de s’exiler dans le royaume lombard26. Enfin, dans sa dernière lettre, adressée au « défenseur Boniface » en 601, il enjoint cet agent impérial à faire en sorte que les évêques qui doivent être désignés à Aléria et Ajaccio (dont il s’agit de la première mention connue) soient élus rapidement par « le clergé et le peuple »27. Ce qui ressemble à une lutte d’influence entre les serviteurs de l’empire et l’église de Rome s’exprime en Corse en raison du statut apparemment assez flou de l’île, qui apparaît alors comme un entre-deux partagé entre Constantinople et la papauté.

  • 28 Ses sources, exclusivement latines, sont très variées et s’appuient sur le catalogue de la riche b (...)
  • 29 Il est par exemple recopié intégralement près de deux siècles plus tard dans l’encyclopédie De rer (...)

11Vers la même époque, la Corse fait l’objet d’un passage des Étymologies d’Isidore de Séville (v. 560-636). Ce texte, inspiré d’auteurs latins païens ou chrétiens28, est à son tour plusieurs fois repris par la suite29 en partie ou intégralement :

  • 30 « Les Ligures attribuaient l’origine du nom des habitants de l’île de Corse à une bergère. En effe (...)

Corsicae insulae exordium incolae Ligures dederunt appellantes eam ex nomine ducis. Nam quaedam Corsa nomine Ligus mulier, cum taurum ex grege, quem prope litora regebat, transnatare solitum atque per intervallum corpore aucto remeare videret, cupiens scire incognita sibi pabula, taurum a ceteris digredientem usque ad insulam navigio prosecuta est. Cuius regressu insulae fertilitatem cognoscentes Ligures ratibus ibi profecti sunt, eamque nomine mulieris auctoris et ducis appellaverunt. Haec autem insula Graece Kurne dicitur, a Cyrno Herculis filio habitata. Dividitur autem a Sardinia viginti milium freto, cincta Ligustici aequoris sinu ad prospectum Italiae. Est autem multis promuntoriis angulosa, gignens laetissima pabula et lapidem quem catochiten Graeci vocant.30

  • 31 Salotti 2008, p. 31 ; Perrin 2017, p. 15-16.

12L’étymologie fantaisiste et les allusions mythologiques ne doivent pas occulter plusieurs faits intéressants quant aux représentations de l’île durant le haut Moyen Âge ; tout d’abord, le peuplement initial de la Corse est attribué aux Ligures. Les sites archéologiques les plus anciens actuellement qui attestent d’une présence humaine se trouvent en Haute-Corse et dans le Cap31, ce qui pourrait corroborer ce récit. Néanmoins, il pourrait tout aussi bien s’agir de populations toscanes ou même sardes. Ensuite, la complexité de la topographie, entre le relief qui offre un repère à la navigation et l’existence de plaines fertiles ainsi que de richesses minières, est suggérée. Enfin, la proximité avec les rivages sardes et italiens est soulignée, ce qui situe relativement bien, en dépit de l’incertitude des distances, la Corse dans son environnement méditerranéen. Elle n’est donc plus cette île quasi-inconnue des premiers siècles, mais une terre périphérique décrite selon une perspective continentale, qui explique son peuplement et qui en justifie l’exploitation.

  • 32 Sisinnius, Mommsen 1898, p. 221.

13Peu après, d’un point de vue documentaire, l’île replonge dans l’obscurité. À peine apprend-on sans plus de précision par le Liber Pontificalis que le pape Sisinnius, qui occupe le trône de Pierre du 15 janvier au 4 février 708, consacre un évêque pour la Corse32.

  • 33 « Il y a aussi des îles, qui ont des cités. La Sardaigne, la Corse… ». Chronicarum quae dicuntur F (...)
  • 34 Istria 2012, p. 21.

14Étant donné que les sources littéraires sont d’origine continentale et que le VIIe siècle italien est marqué par d’importants bouleversements politiques et sociaux liés à l’expansion lombarde en Toscane, ce silence peut être compréhensible. Il faut attendre le tournant du VIIIe siècle pour que la Corse soit à nouveau citée, dans un document franc cette fois-ci : au début de la Chronique dite de Frédégaire, l’auteur se livre à un inventaire géographique du monde et y recense ses langues, ses peuples et ses lieux. Il précise : Insulae autem haec sunt, quae habentes civitates. Sardinia, Corsica…33. Si le souvenir de cette terre demeure au Nord, les liens avec le continent paraissent distendus. Elle n’est pourtant jamais totalement invisible du littoral toscan et les îlots de l’archipel du même nom rendent son accès aisé. Il est d’ailleurs possible à cette époque de distinguer des influences extérieures, peut-être même aquitaines, dans la rénovation de la cathédrale de Mariana34. Marge plus que terra incognita, son traitement dans les écrits du Ve siècle au VIIe siècle indique le maintien de liens indéniables, bien que distendus, avec le continent européen et son environnement méditerranéen.

15Le tout début du VIIIe siècle apporte peu de changements en termes de représentations. Dans le Carmen de Synodo Ticinensi, écrit vers 698 par un certain Stefanus, membre de l’entourage du roi lombard Cunincpert (688-700), on découvre une liste des provinces méditerranéennes :

  • 35 « La quinzième province est l’île de Corse, qui compte de nombreux promontoires anguleux. La seizi (...)

Quinta decima provincia Corsica insula, quae multis est promunctoriis angulosa. Sexta decima provincia Sardinia insula. Quae utreque Tirrenis fluctibus ambiuntur.35

  • 36 Abdellatif 2012, p. 184.

16On constate sans surprise l’imbrication entre la Corse et la Sardaigne. La précision quant à la mer Tyrrhénienne est importante, celle-ci ayant été le Mare Nostrum initial de Rome36, ce qui souligne évidemment la proximité entre l’île et le Latium. A la même époque, la Cosmographie anonyme relatant le voyage mythique d’Aethicus Ister décrit ainsi la Corse :

  • 37 « La Corse fait 160 000 doubles-pas de long, approchant 170 000, 26 000 doubles-pas de large, avec (...)

Corsica insola habet in longitudinem milia passuum CLX, gressus XX, in latitudinem XXVI, multis enim promunturiis angulosa, pabula fecunda, et lapidem catociten.37

  • 38 L’auteur est inconnu mais pourrait être originaire de Dacie ou de Scythie. Gauthier Dalché 1984, p (...)

17Le texte, très influencé par Isidore de Séville, se borne ainsi à recopier à grands traits les caractéristiques naturelles d’une île aperçue de loin, (le topos des « promontoires anguleux »), considérée pour ses opportunités éventuelles (les « pâturages fertiles »). Elle est manifestement méconnue de l’auteur38, comme en témoignent les approximations des dimensions annoncées. Plus proche du contexte italien, à la fin du VIIIe siècle, Paul Diacre, (v. 720-v. 799) se livrant à l’exercice convenu de la recension des provinces de l’empire, précise :

  • 39 « La dix-septième est la Corse, la dix-huitième est la Sardaigne. Elles sont toutes deux baignées (...)

Septima decima Corsica, octava decima Sardinia ponitur. Quae utraeque Tyrrenis fluctibus ambiuntur. Porro Corsica a duce suo Corso, Sardinia a Sarde, Herculo filio, nominatur.39

  • 40 Dan 2017, p. 13-44 ; Gautier Dalché 2007, p. 24-27.

18En complément à ces sources textuelles, on dispose aussi d’une représentation graphique de l’île ayant survécu jusqu’à nos jours, la Mappa Mundi d’Albi40, dont la réalisation est estimée à la seconde moitié du VIIIe s. De 27 cm sur 22,5 cm, peinte sur un parchemin relativement épais, elle figure la Méditerranée au centre du monde, qui s’enroule autour d’elle comme une fronde, forme probablement inspirée de la lecture du Périégèse de Denys (début IIe siècle). On y voit le bassin maritime avec ses rives européenne, africaine et asiatique. Face à elle se trouve un index des mers et des vents, suivant en cela le modèle de Ptolémée, qui semble influencer l’ensemble de sa réalisation. Une rose à douze vents la situe aussi dans la continuité des conceptions d’Isidore de Séville. Elle est orientée à l’est, avec par conséquent Jérusalem et le paradis terrestre en haut de la page. L’œkoumène est entouré par l’Océan. On peut en outre y relever tous les points d’importance de la géographie grecque postérieure à Eratosthène : Rome, Carthage, la Sicile, le Pont-Euxin ou Alexandrie, ainsi que nombre de lieux d’inspiration biblique, comme le Mont Sinaï, Jérusalem ou Babylone. Fait marquant, en dépit de la date probable de sa réalisation, rien n’y témoigne de la conscience d’un espace divisé entre Chrétienté et Islam. Cette carte, largement inexacte, témoigne cependant d’une volonté de situer les lieux principaux du monde, qui se confond avec le Mare Nostrum tardo-antique. Du fait de son aspect schématique, elle est inadaptée à la navigation et semble plutôt avoir été destinée à fournir une géographie de repères culturels à des lecteurs religieux. Les îles comme la Sardaigne la Sicile ou la Corse y sont représentées sous la forme d’abstractions, sans aucun égard pour les distances réelles, les formes ou les dimensions. La Corse, quant à elle, apparaît bien plus proche des côtes africaines qu’européennes. S’agit-il de mettre en avant son caractère marginal, isolé des affaires européennes ? Ou de d’évoquer les menaces, maures et sarrasines, dont elle commence à faire l’objet ?

19Le VIIIe siècle est en effet un point de rupture, qui voit la Corse devenir un enjeu politique substantiel en Méditerranée. La Chronique de Benoît, moine de Saint-André du Soracte, écrite à la fin du Xe siècle, mentionne par exemple pour cette époque la prise de contrôle de l’île par Liutprand de Lombardie (713-744). Le texte, lapidaire, énonce :

  • 41 « Liutprand, le roi des Lombards, livra bataille au peuple des Avars dans la région d’Aquilée qu’i (...)

Liutprandus, rex Langobardorum, fecit pugna cum Avarorum genta in Aquilegie partibus et conculcavit Aquilegia, et Benetia, necnon Sardinia insula, et Corsica, et ampliavit regnum Langobardorum.41

  • 42 « Commençant par l’ensemble de l’île de Corse et en second lieu la ville de Pistoia, ensuite Luni, (...)

20Cette île, présentée à bien des égards comme périphérique, fait tout de même partie des axes d’expansion du souverain. Mais la formulation du texte, très allusive, ainsi que la mention de la Sardaigne plaident en faveur d’un contrôle très lâche de la Corse par les Lombards, qui découle sans doute des liens entre ce territoire avec la Toscane mais qui ne s’inscrit vraisemblablement pas dans une politique de colonisation active. Il est probable que les élites locales se soient bornées à verser un tribut sans qu’une expédition lombarde ait forcément été conduite sur leurs rivages. L’intérêt de Liutprand pour la Corse ne se limite sans doute qu’au fait qu’elle présente un débouché au-delà de l’archipel toscan, mais s’explique surtout en ce qu’elle permet de circonscrire Rome, dans un contexte d’hostilité marquée entre la papauté et le roi. C’est de toute évidence cette position stratégique proche du Latium et fermant la mer Tyrrhénienne qui pousse également les papes à en revendiquer la souveraineté auprès des Francs quand, grâce aux Carolingiens, ils sont en mesure d’obtenir des terres en Italie médiane. Lorsque la Donation de Pépin, datée de 754, précise les terres que le souverain franc attribue au pape Étienne II sur la base de la forgerie de la Donation de Constantin, la Corse figure en première place de l’énumération : Incipientes ab insula Corsica eandem insula integriter, deinde a civitate Pistoria, inde in Lunis, deinde in Luca...42

  • 43 « …en Toscane, à Spolète ou Bénévent, ainsi qu’en Corse et à Savone. » Codex carolinus, LX, Dümmle (...)
  • 44 « C’est-à-dire Luni et l’île de Corse, à Soriano nel Cimino, au Monte Bardone, à Parme. », Adrianu (...)

21C’est bien la perception de la proximité avec Rome qui semble expliquer l’organisation de cette liste et la place dans la suite du texte de Ravenne ou de l’Istrie. Cette donation fait cependant date puisqu’après elle, les nombreux textes qui ont vocation à la commémorer ou à en rappeler la substance n’oublient jamais la Corse. Cette île auparavant méconnue ou marginale d’un point de vue géopolitique, à l’appartenance mal précisée, fait donc désormais l’objet d’une volonté d’appropriation forte et répétée de la part d’une papauté menacée par l’expansion lombarde. Lorsqu’un quart de siècle plus tard, en 774, Hadrien Ier (772-795) rappelle à Charlemagne les terres concédées par les Francs après leurs victoires en Italie, il ne manque pas de mentionner toutes les possessions dont il demande la restitution, in partibus Tusciae, Spoletio seu Benevento atque Corsica simul et Savinensae43. Cette revendication capitale est reprise à de multiples occasions, comme dans la Chronica pontificum Romanorum, où le scribe indique : Hoc est a Lunis cum insula Corsica, in Suriano, in Monte Bardone, in Parma44, etc. Le lien entre la Corse et Luni paraît transparent, dans la mesure où cette île est en lien étroit avec les côtes toscanes et que cette ville en est l’un des ports principaux. Quelques dizaines d’années plus tard, la Corse passe d’ailleurs sous la protection des comtes carolingiens de cette région.

22Le IXe siècle marque une inflexion dans la souveraineté que la papauté revendique sur la Corse. Dans une lettre de mars 808 adressée par le pape Léon III à l’empereur Charlemagne, le pape mentionne une menace nouvelle :

  • 45 « Pour que nos côtes aussi bien que les vôtres soient protégées et défendues de l’infestation des (...)

Atque litoraria nostra ac vestra ab infestatione paganorum et inimicorum nostrorum tuta reddantur atque defensa, nos, […] cum ipso praedicto filio nostro studium ponimus.45

  • 46 A partir de 704. Amari 1933, p. 294-295.
  • 47 « Nous confions ainsi à votre volonté et à vos soin l’île de Corse, que vous nous avez accordée pa (...)

23L’« infestation » déplorée ici fait évidemment référence aux raids maures et sarrasins, ayant débuté au VIIIe siècle46 et qui reprennent sous une forme différente, après une pause de près de cinquante ans, au tournant du IXe siècle. Ce qui amène donc Léon III à ajouter dans ce document47 : De autem insula Corsica, unde et in scriptis et per missos vestros nobis emisistis, in vestrum arbitrium et dispositum committimus. En l’absence de moyens navals, Rome est incapable de défendre les îles qu’elle revendique, et se voit ainsi contrainte de placer les endroits les plus stratégiques, c’est-à-dire les littoraux et les îles avancées face à l’Afrique et à al-Andalus, sous le protectorat des Francs. La Corse, marge pontificale, devient une ligne de front.

  • 48 « L’île de Corse est une fois de plus dévastée par les Maures. » Annales Regni Francorum, Kurze 18 (...)
  • 49 Guichard 1983, Richarté – Gayraud – Poisson 2015, Picard 2015.

24Les décennies qui suivent sont sans doute celles, de tout le haut Moyen Âge, durant lesquelles la Corse est le plus souvent mentionnée dans les sources continentales. Les Annales Regni Francorum et leurs différentes déclinaisons, comme celles d’Éginhard, ainsi que tous les textes qui en sont issus reprennent avec plus ou moins de détails le récit des déprédations commises par des marins maures et sarrasins entre 806 et le milieu du IXe siècle. Il est par exemple noté pour l’année 81048 : Corsica insula iterum a Mauri vastata est.Le texte est toujours lapidaire et vague, les coupables étant généralement désignés comme « Maures », « Sarrasins », parfois en précisant qu’il s’agit de « pirates ». Cette dénomination jette le trouble sur la place de ces raids dans les luttes méditerranéennes entre l’empire franc, l’émirat andalou, celui des Aghlabides d’Ifrîqiya et les cités d’Italie médiane ou méridionale, de plus en plus autonomes. Néanmoins, s’ils ont lieu dans un contexte conflictuel, il est aujourd’hui possible de les assimiler à des entreprises de guerre de course49.

25Il arrive toutefois que des faits saillants surgissent, lorsqu’il s’agit par exemple de célébrer une victoire et de déplorer des pertes. C’est le cas pour l’année 806 avec la première attaque mentionnée dans les Annales carolingiennes :

  • 50 « Cette année une flotte fut envoyée par Pépin en Corse contre les Maures qui la dévastaient. Sans (...)

Eodem anno in Corsicam insulam contra Mauros, qui eam vastabant, classis de Italia a Pippino missa est, cuius adventum Mauri non expectantes abscesserunt ; unus tamen nostrorum, Hadumarus comes civitatis Genuae, imprudenter contra eos dimicans occisus est.50

  • 51 Pirenne 1970, p. 215. L’historien belge reprenait les représentations de l’historiographie arabe d (...)
  • 52 Eodemque anno Burchardum comitem stabuli sui cum classe misit in Corsica, ut eam a Mauris, qui sup (...)

26Contrairement à ce qui a longtemps été avancé, la Méditerranée ne devient donc pas un « lac musulman »51 durant le VIIIe et le IXe siècle. Charlemagne, malgré l’absence d’une marine de guerre franque, utilise en effet les moyens navals des cités qu’il domine pour contrecarrer les entreprises maritimes de ses ennemis. Gênes possède une flotte que le comte Hadumar (ou Adémar), probablement franc, mobilise avant d’être tué par les Maures. La Corse est-elle sous sa juridiction et donc dépend-t-elle de la cité ligure ? Ou bien agit-il à la demande du roi Pépin d’Italie (781-810) pour lui prêter assistance ? L’année suivante, c’est un comes stabuli de Charlemagne, Burchard, qui est envoyé en Corse « avec une flotte »52. On aurait sans doute tort d’y voir la preuve de la construction d’une marine de guerre franque qui est invisible partout ailleurs ; il s’agit plus vraisemblablement de réquisitions de navires dans des ports plus ou moins proches en fonction de l’urgence. Enfin en 812, Charlemagne s’adresse en ultime recours à son propre cousin Wala pour protéger la Corse puisque les mesures de Burchard en 807 n’ont pas suffi. Les annales carolingiennes mettent ainsi invariablement en lumière les efforts entrepris pour protéger le flanc méditerranéen de l’Occident.

  • 53 Mauri quoque de Hispania Corsicam ingressi in ipso sancto Paschali sabbato civitatem quandam dirip (...)
  • 54 Mauris de Corsica ad Hispaniam cum multa praeda redeuntibus Irmingarius comes Emporitanus in Maior (...)

27D’autres événements sont mentionnés, principalement en raison de leur caractère perçu comme exceptionnel : pour l’année 809, les Annales Regni Francorum décrivent par exemple l’attaque sur une ville de Corse non spécifiée, en précisant que les « Maures d’Hispania » passent à l’action le samedi de Pâques53, quand tous les habitants sont rassemblés dans le centre-ville. Ces pillards doivent être assez nombreux, puisque l’ensemble de la population est prise, sauf les vieillards et les infirmes, qui n’ont pas de valeur marchande. L’évêque est lui aussi laissé sur place, sans que le texte fournisse la moindre explication à ce sujet. Un autre fait marquant est relevé pour l’année 813, lorsque le comte Irmingar d’Ampurias capture huit navires maures au large des Baléares. Dans les embarcations qui font voile vers al-Andalus, il trouve et libère près de 500 Corses promis à la servitude54. Ces deux passages mettent aussi en lumière la dimension économique de ces raids, qui pouvaient s’apparenter à de lucratives razzias d’esclaves.

  • 55 Op. cit. n. 1, p. 318.
  • 56 Op. cit. n. 2, p. 325.

28Les Carolingiens, face à ces résistances à leur influence en Méditerranée, manifestent une claire volonté de riposte : c’est le sens des capitulaires de Lothaire mentionnés en introduction. Le premier de 822-823 demande l’envoi des séditieux en Corse55, peut-être pour peupler l’île menacée, tandis que le second de 825 organise les préparatifs d’une campagne de défense de l’île56. C’est peut-être suite à cette décision que Boniface II (v. 791-ap. 838), comte de Lucques, lance en 828 une expédition singulière, puisqu’elle le conduit à débarquer en Tunisie actuelle :

  • 57 « Le comte Boniface, à qui la garde de l'île de Corse avait alors été confiée, prit avec lui son f (...)

Bonefacius comes, cui tutela Corsicae insulae tunc erat commissa, adsumpto secum fratre Berehario necnon et aliis quibusdam comitibus de Tuscia Corsicam atque Sardiniam parva classe circumvectus, cum nullum in mari piratam invenisset, in Africam traiecit.57

  • 58 « Le comte Boniface que l’empereur avait fait préfet de l’île de Corse. » Astronomus, vita Hludowi (...)

29Cette attaque contre l’émirat aghlabide a donc bien au départ comme but de protéger la Corse des pirates. Le biographe anonyme de Louis le Pieux, surnommé l’Astronome, précise le rôle de Boniface : Bonifatius comes ab imperatore Corsice praefectus insule58. Si la souveraineté pontificale sur la Corse n’est pas contestée, les circonstances militaires qui transforment ce territoire en zone d’opérations militaires justifient donc un protectorat franc qui consiste à étendre la juridiction d’un comte continental sur l’île.

  • 59 Duschesne 1892, p. 99.
  • 60 Ibid., p. 101.
  • 61 Iohannis gesta episcoporum Neapolitarum, Waitz 1878, p. 433.

30Il est cependant évident que les échos des attaques sur la Corse sont moins importants aux yeux des scribes continentaux que ceux des raids qui se déroulent sur les centres névralgiques de l’Occident chrétien. Au mois d’août 846, le fils de Boniface, Adalbert (v. 820-886), marcensis et tutor Corsicae, signale au pape l’approche d’une flotte hostile de plusieurs milliers de Sarrasins59. Passés par la Sardaigne puis la Corse, ils prennent donc une route exactement inverse à celle suivie par le comte de Toscane dix-huit ans plus tôt. Les assaillants atteignent Ostie, prennent le contrôle de la ville et de Porto, distante de près de 2 km, d’où ils lancent des raids dans l’arrière-pays, comme Boniface en Afrique en 828. Les contingents saxons, frisons et francs présents à Rome sont rapidement submergés et le 25 août 846, « [les Sarrasins] envahirent l’église de saint Pierre, le prince des apôtres, y commettant d’ignobles iniquités60 », pour le Liber Pontificalis. Les Gesta episcoporum Neapolitanorum ajoutent : » et là, javelot de la justice du Ciel, ils emportèrent dans une terrible captivité tout ce qu’ils arrachèrent aux églises des apôtres61 ». Les églises de Saint-Pierre et Saint-Paul, situés à l’extérieur de l’enceinte romaine, sont ainsi pillées sans que la ville elle-même soit attaquée.

  • 62 Duschesne 1892, p. 126.

31Peu après ce raid considérable dans la mémoire chrétienne de l’époque, le pape Léon IV (847-855) entreprend de réorganiser les défenses de Rome et du Latium. Pour 852, le Liber Pontificalis signale ainsi qu’il décide de prendre sous sa protection une communauté de Corses fuyant leur île par crainte de raids maures et sarrasins qui ne sont d’ailleurs pas documentés en eux-mêmes à cette date. Il ne les installe pas à Rome même, mais à Porto, de façon à redynamiser cette ville qui a offert une base arrière au raid sarrasin de 84662 et qui a donc à ce titre une valeur stratégique pour la défense de Rome. Au même titre que la Corse ou la Sardaigne, elle est exposée à la menace musulmane venue d’Afrique, d’al-Andalus et de la Sicile dont l’occupation commence en 827. C’est d’ailleurs au même moment que le premier texte dans lequel s’exprime la notion de récompenses spirituelles pour la mort au combat contre les « ennemis de la sainte foi » est rédigé dans l’entourage de Léon IV. Il s’adresse ainsi en 853 aux soldats francs :

  • 63 « A ceux qui seront morts fidèlement dans ces combats, les royaumes célestes ne seront nullement r (...)

In hoc belli certamine fideliter mortuus fuerit, regna illi celestia minime negabuntur. Novit enim omnipotens, si quislibet vestrum morietur, quod pro veritate fidei et salvatione anime ac defensione patrie christianorum mortuus est63.

32C’est donc dans ce contexte de constitution de nouvelles aires de puissances, au nord et au sud de la Méditerranée, que la Corse devient un véritable territoire stratégique.

  • 64 « À présent l’Europe gémit, à présent toute la Francie pleure, la Corse, la Sardaigne, la Grèce et (...)
  • 65 Berschin – Klüppel 1999.

33La nouvelle visibilité de cette île à la faveur des bouleversements méditerranéens qui suivent les expansions arabes et carolingiennes explique sans doute en partie son intégration croissante dans les représentations européennes. À la fin de L’épitaphe de Berthe, rédigée en Italie dans le premier quart du Xe siècle, l’auteur anonyme déplore : Nunc Europa gemit / nunc luget Francia tota / Corsica, Sardinia, Grecia et Italia64. L’absence de la Sicile peut s’expliquer par le fait qu’elle est intégrée à cette date au dâr al-Islâm. Ancien front carolingien, la Corse commence à apparaître comme une frontière de l’Europe chrétienne face aux rivages du Sud marqués par une altérité croissante. Cette vision de la Corse comme passage entre Orient et Occident transparaît d’ailleurs dans le récit de la translation du Précieux Sang vers l’abbaye de Reichenau rédigé par les moines du lieu aux environs de 95065. La relique serait un présent du préfet de Jérusalem Azan à Charlemagne envers lequel il aurait nourri une profonde admiration. Il est d’ailleurs possible de voir dans ce point de départ une réminiscence des relations diplomatiques entre l’empereur franc et le calife abbasside Hârûn ar-Rashîd (786 – 809). Toujours est-il que selon ce texte, Azan ne remet pas le Précieux Sang en personne à Charlemagne, mais le confie à Waldo, abbé de Reichenau, et Hunfrid, duc de Rhétie, envoyés par l’empereur en délégation en Corse. En récompense, Hunfrid obtient de l’empereur une petite croix contenant du Précieux Sang ainsi qu’un morceau de la Vraie Croix :

  • 66 « Il y a ce sacrosaint trésor, qui surpasse en dignité toutes les richesses, qui est apportée de l (...)

Haec est illa gaza sacrosanta supraque omnes preciositates dignissima, quae de Corsica insula gloriosissimo imperatori Karolo delata est : ampulla una ex lapide onichino, de Salvatoris sanguine plena.66

34La Corse, terre pontificale mais protégée par les Francs au siècle précédent, terrain d’affrontement contre les Maures et les Sarrasins, semble donc au Xe siècle un endroit tout trouvé pour imaginer une rencontre entre les ambassadeurs du califat et ceux de l’empire carolingien. De même, lorsque dans sa Chronique, Benoît, moine du Mont Soracte, relate un voyage fantaisiste de Charlemagne en Terre Sainte, il précise que sont collectés des navires de différentes régions d’Italie :

  • 67 « Et de toute la mer Tyrrhénienne, de Ligurie, de Corse, de Sardaigne, de Pise, de Civitavecchia, (...)

Et cuncta maris Terrine, Eugenia, Corsica, Sardinia, Pisani, Centucellensis, Rome, et quicquid Napulie finibus omnium navigarum multitudo collectum est.67

  • 68 Vers 972-973, le géographe arabe Ibn Hawqal identifie parfaitement la Corse. Au XIIe s., al-Idrîsî (...)

35Ce sont eux qui permettent le passage outremer, ce qui souligne la place de la Corse, comme celle d’autres cités maritimes italiennes de l’époque, en tant que frontière méditerranéenne de la Chrétienté avec les sociétés musulmanes. D’un point de vue archéologique, la fin du XIe siècle est d’ailleurs marquée par l’essor des importations de céramiques italiennes, mais aussi par l’existence de courants d’échanges avec la Sicile musulmane, l’Ifrîqiya et al-Andalus. L’île n’apparaît plus ainsi uniquement comme un des confins de l’Occident mais aussi comme une de ses portes ouvrant sur l’Orient68.

  • 69 Otto I, 235, Sickel 1879, p. 325.
  • 70 Heinrichus II, 427, Bresslau 1890, p. 545.
  • 71 Chronica monasterii Cassinensis, Hoffmann 1980, p. 45.
  • 72 Giovanni della Grossa, chroniqueur du XVe s. affirme en effet que la Corse fut libérée des musulma (...)

36À ce titre, elle reste l’enjeu de revendications pontificales, régulièrement confirmées par les autorités impériales, même après la désintégration de l’empire de Charlemagne. C’est par exemple l’objet d’un diplôme d’Otton Ier (962-973) en 96269 qui recense les terres soumises à l’autorité pontificale : Itemque a Lunis cum insula Corsica, reprenant presque mot pour mot la terminologie de la fin du VIIIe siècle. Cette expression se retrouve à nouveau dans un pacte70 entre l’empereur Henri II et le pape Benoît VIII au début du XIe siècle, encore reprise dans de nombreuses chroniques de l’époque, comme dans celle du Mont Cassin71. La Corse demeure en effet rattachée aux autorités des cités maritimes italiennes proches, généralement toscanes. Pour autant, à la fin du Xe siècle, l’île tombe sous la domination d’Hubert Ier, marquis de Ligurie orientale, qui étend son pouvoir sur Tortone, Gênes et Luni à laquelle l’île est associée. En effet, contrairement à ce que véhiculent les traditions historiographiques tardo-médiévales72, parfois un peu hâtivement reprises à l’époque contemporaine, cette île demeure sans ambigüité au sein de l’Occident chrétien. C’est d’ailleurs de cette époque que l’archéologie date la constitution des premiers cimetières insulaires groupés autour de cathédrales, parallèlement à nombre d’inhumations rupestres. Ni les uns ni les autres n’évoquent des pratiques musulmanes. Le XIe siècle voit ensuite le début d’une vague importante de constructions, de près de 600 édifices religieux, jusqu’au XIIIe siècle.


  • 73 Grégoire VII aux Corses, Caspar 1923, p. 351-352.

37Lorsqu’en 1077 le pape Grégoire VII (1073-1085) confie l’administration de la Corse73 à Landolf, l’évêque de Pise, il en fait sans le savoir un nouvel enjeu dans la lutte concurrentielle entre les cités maritimes italiennes et ouvre ainsi une nouvelle page de l’histoire de cette île. L’évolution parcourue depuis la fin de l’empire romain d’Occident telle qu’entrevue dans les lapidaires sources du haut Moyen Âge est frappante. Exposée aux entreprises navales vandales, la Corse échappe précocement à la domination romaine. Avec la recomposition politique italienne et le développement de l’influence pontificale liée en particulier à l’œuvre de Grégoire le Grand, elle apparaît peu à peu de retour dans la sphère péninsulaire, mais encore sous des traits lointains, voire marginaux. Ce n’est qu’avec l’expansion de l’empire arabe et des sociétés de l’Islam, puis en raison de la constitution de l’ensemble carolingien au Nord, que la nouvelle fragmentation méditerranéenne la place dans une position durable d’entre-deux. Elle devient de fait une ligne de front convoitée. L’apaisement progressif des tensions à partir du Xe siècle transforme alors ce front en frontière, porteuse des ambigüités inhérentes à cette situation. La Corse, finalement arrimée à l’Europe par la constitution du monde arabo-musulman, devient pour longtemps un pivot stratégique entre l’Italie et la péninsule Ibérique, autant qu’une limite entre l’Occident et l’Orient.


Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Aethicus 1993 = O. Prinz (éd.), Die Kosmographie des Aethicus, dans MGH, Weitere Reihen, QQ zur Geistesgesch., Munich, Die Deutsche Bibliothek, 1993.

Birt 1892 = T. Birt (éd.), Claudii Claudiani Carmina, dans MGH, Auctores Antiquissimi, Berlin, Weidmann, 1892.

Boretius 1883 = A. Boretius (éd.), Hlotarii Capitularia Italica, dans MGH, Capitularia Regum Francorum 1, Hanovre, Hahnian, 1883.

Bresslau 1890 = H. Bresslau (éd.), Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser 3, dans MGH, Diplomata, Hanovre, Hahnsche, 1890.

Caspar 1923 = E. Caspar (éd.) Gregori VII registrum Libri V-IX, in MGH Epistolae selectae 2,2, Berlin, Weidmann, 1923.

Dümmler 1892 = E. Dümmler (éd.), Epistolae Merowingici et Karolini aevi 1, dans MGH, Epistolae, Berlin, Weidmann, 1892.

Dümmler 1899 = E. Dümmler (éd.), Epistolae Karolini aevi 3, dans MGH, Epistolae, Berlin, Weidmann, 1899.

Duschesne 1892 = L. Duchesne (éd.), Liber Pontificalis, t. 2, Paris, E. Thorin, 1892.

Ebendorfer 1994 = T. Ebendorfer (éd.), Chronica pontificum Romanorum, dans MGH SS rerum Germanicarum, Nova Series, Munich, Die Deutsche Bibliothek, 1994.

Ewald – Hartmann 1891 = P. Ewald, L. Hartmann, Gregorii I papae registrum epistolarum L. I-VII, dans MGH, Epistolae, Berlin, Weidmann, 1891.

Graziani 2016 = A. Graziani (éd.), Chronique de la Corse des origines à 1546, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 2016.

Halm 1879 = C. Halm (éd.), Victoris Vitensis Historia persecutionis Africanae provinciae sub Geiserico et Hunirico regibus Wandalorum, dans MGH, Auctores Antiquissimi, Berlin, Weidmann, 1879.

Hartmann 1899 = L. Hartmann, Gregorii I papae registrum epistolarum L. VIII-XIV, dans MGH, Epistolae, Berlin, Weidmann, 1899.

Hoffmann 1980 = H. Hoffmann (éd.), Die Kronik von Montecassino, dans MGH, Scriptores SS 34, Hanovre, Hahnsche, 1980.

Ibn Khaldûn 1997 = Ibn Khaldûn, Discours sur l’histoire universelle. Al-Muqaddima, Vincent Monteil (trad.), Arles, Sinbad, 1997.

Isidore 2006 = Isidore de Séville, The Etymologies of Isidore of Seville, éd. S.A. Barney, W.J. Lewis, A. Beach, Cambridge, O. Berghof, 2006.

Krusch 1888 = B. Krusch (éd.), Fredegarii et aliorum chronica, dans MGH, Scriptores rerum Merovingiaricum, Hanovre, Hahnian, 1888.

Kurze 1895 = F. Kurze (éd.), Annales regni Francorum inde a. 741 usque ad 829, qui dicuntur Annales Laurissenses maiores et Einhardi, dans MGH SS rer. Germ., Hanovre, Hahnian, 1895.

Mommsen 1892 = T. Mommsen (éd.), Chronica minora saec. IV, V, VI, VII, 1, dans MGH, Auctores Antiquissimi, Berlin, Weidmann, 1892.

Mommsen 1894 = T. Mommsen (éd.), Chronica minora saec. IV, V, VI, VII, 2, dans MGH, Auctores Antiquissimi, Berlin, Weidmann, 1894.

Mommsen 1898 = T. Mommsen (éd.), Liber Pontificalis, dans MGH, Gesta Pontificum Romanorum, Berlin, Weidmann, 1898.

Mühlbacher 1906 = E. Mühlbacher (éd.), DD Karol. I, dans MGH, Diplomata, Die Urkunden der Karolinger, Hanovre, Hahnian, 1906.

Perels 1925 = E. Perels (éd.), Epistolae Karolini aevi 4, dans MGH, Epistolae, Berlin, Weidmann, 1925.

Pertz 1826 = G.H. Pertz (éd.), Annales et chronica aevi Carolini, dans MGH, Scriptores, Hanovre, Hahnian, 1826.

Pertz 1839 = G.H. Pertz (éd.), Annales, chronica et historiae aevi Saxonici 3, dans MGH, Scriptores, Hanovre, Hahnian, 1839.

Pertz 1841 = G.H. Pertz (éd.), Annales, chronica et aevi Saxonici 4, dans MGH, Scriptores, Hanovre, Hahnian, 1841.

Procope 1990 = Procope de Césarée, La Guerre contre les Vandales, Denis Roques (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1990.

Raban Maur 1994 = Raban Maur, De Universo, Turin, Priuli & Verluca, 1994.

Sickel 1879 = T. Sickel (éd.), Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser 1, dans MGH, Diplomata, Hanovre, Hahnsche, 1879.

Strecker 1923 = K. Strecker, Poetae latini aevi Carolini 4,2, dans MGH, Poetae Latini medii aevi, Berlin, Weidmann, 1923.

Tremp 1995 = E. Tremp (éd.), Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, dans MGH, SS rerum Germanicarum 64, Hanovre, Hahnsche, 1995.

Waitz 1878 = G. Waitz (éd.), Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum, saec. VI-IX, dans MGH, Scriptores rerum Lango-bardicarum et Italicarum, Hanovre, Hahnian, 1878.

Études secondaires

Abdellatif 2012 = R. Abdellatif et al., Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels, Approches historiographiques et perspectives de recherche, Berlin-Boston, 2012.

Amari 1933 = M. Amari, Storia dei musulmani di Sicilia, Catane, 1933.

Berschin – Klüppel 1999 = W. Berschin, T. Klüppel, Die Reichenauer Heiligblut-Reliquie, Stuttgart, 1999.

Courtois 1955 = C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955.

Dan 2017 = A.-C. Dan, La mappemonde d’Albi — un pinax chôrophraphicos, dans T. Courcelle, E. Vagnon, S. Victor (dir.), À l’échelle du monde. La carte, objet culturel, social et politique du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque d’Albi, 17-18 octobre 2016, Cartes et Géomatique, revue du Comité français de cartographie (CFC), 234, Décembre 2017, p. 13-44.

Duval 1991 = N. Duval, Basilique chrétienne africaine, Encyclopédie berbère, mis en ligne le 01 décembre 2012, https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1299.

Elfassi 2017 = J. Elfassi, La découverte de nouvelles sources d’Isidore de Séville, in Connaissance des Pères de l’Eglise, Desclée de Brouwer, 2017, 145, p. 47-51.

Esders 2019 = S. Esders, Die Capitula de expeditione Corsicana Lothars I. vom Februar 825: Überlieferung, historischer Kontext, Textrekonstruktion und Rechtsinhalt. QFIAB 98 (2018).

Gautier Dalché 1984 = P. Gautier Dalché, Du nouveau sur Aethicus Ister ? À propos d'une théorie récente, dans Journal des savants, 1984, p. 175-186.

Gautier Dalché 2007 = P. Gautier Dalché, Mappemonde, milieu du VIIIe siècle, dans M. Desachy (éd.), Le scriptorium d’Albi : les manuscrits de la cathédrale Sainte-Cécile (VIIe-XIIe siècle), Rodez, 2007, p. 24-27. 

Guichard 1983 = P. Guichard, Les débuts de la piraterie andalouse en Méditerranée occidentale (798-813), dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 1983, 35-1, p. 55‑76.

Istria 2000 = D. Istria, Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse (fin du XIe siècle-milieu du XIVe siècle). La mise en place d'un réseau de fortifications, dans MEFRM, 112-1, 2000, p. 225-258.

Istria 2010 = D. Istria, Nouveau regard sur la topographie médiévale d’Ajaccio, dans MEFRM, 122-2, 2010, p. 327-345.

Istria 2012 = D. Istria (dir.), Le Moyen Âge en Corse, Ajaccio, 2012.

Istria 2013 = D. Istria, Mariana : paysages, architecture et urbanisme de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, ADLFI, Archéologie de la France, mis en ligne le 26 avril 2017, https://journals.openedition.org/adlfi/15897.

O’Malley 2001 = V. O’Malley, Saints of Africa, Our Sunday Visitor, Huntington, 2001.

Perrin 2017 = T. Perrin et al., Récents acquis sur les premiers peuplements de l'île, dans 20 ans d'archéologie en Corse Pré-Actes, Ajaccio, 2017, p. 15-16.

Picard 2015 = C. Picard, La mer des Califes, Paris, 2015.

Pietri 1997 = C. Pietri, Aux origines du christianisme en Gaule (IIe-VIe siècle), dans Christiana respublica. Éléments d’une enquête sur le christianisme antique, Rome, 1997, p. 393-411. 

Richarté – Gayraud – Poisson 2015 = C. Richarté, R.-P. Gayraud, J.-M. Poisson (dir.), Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne, Paris, 2015.

Salotti 2008 = M. Salotti et al., A Teppa di u Lupinu cave (Corsica, France) – human presence since 8500 years BC, and the enigmatic origin of the earlier, late Pleistocene accumulation, Acta Zoologica Cracoviensia-Series A: Vertebrata, Institute of Systematics and Evolution of Animals, Polish Academy of Sciences, no 51, 2008, p. 15-34.

Sapin 2010 = C. Sapin, L'autel, son rôle et sa place dans la crypte, dans Travaux de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée, 53-1,‎ 2010, p. 331-346.

Scalfati 1994 = S. Scalfati, La Corse médiévale, Ajaccio, 1994. 

Touati 2011 = F.-O. Touati, Mahomet, Charlemagne et la Corse, dans La Corse, la Méditerranée et le monde musulman, 12e Journées universitaires d’histoire maritime de Bonifacio, Ajaccio, 2011, p. 89-106.

Haut de page

Notes

1 « Nous exigeons que nul homme ne scelle d’association par serment ou par toute autre obligation d’alliance. Et si quelqu’un est soupçonné de l’avoir fait, qu’il l’ait suggéré en premier ou bien qu’il l’ait fait ensuite, qu’il soit envoyé en exil en Corse par son comte et qu’il se conforme à cet ordre. Et s’il ne se conforme pas à cet ordre, qu’il reçoive 60 coups. » Memoria Olonnae comitibus data, Boretius 1883, p. 318.

2 « Nous voulons que chaque comte disposant de troupes pénètre en Corse avec elles ou s’y maintienne. » Capitula de expeditione corsicana, Boretius 1883, p. 325.

3 Esders 2019.

4 Graziani 2016.

5 Face à la dispersion des sources, Silio Scalfati, professeur de diplomatique médiévale à l’université de Pise, a mené entre 1976 et 1994 un important travail de recension de la documentation écrite, synthétisé dans un recueil d’articles publié en 1994 et concernant la période comprise entre les VIe et XVe s.

6 « Déjà la flotte s’avance en haute mer ; à droite les Ligures, l’Etrurie est laissée à main gauche, et on évite la Corse aux rochers obscurs. » Claudii Claudiani carmina, Birt 1892, p. 72.

7 Liber Genealogus, Mommsen 1892, p. 168.

8 Laterculus, Mommsen 1892, p. 537.

9 « Le tribun Hésychius, envoyé en ambassade auprès de Théodoric [Ier], arrive en Galice avec des présents impériaux ; il lui fait part de ce qui est dit précédemment ; en Corse, une multitude de Vandales a été tuée et Avitus est passé d’Italie en Gaule, à Arles. » Continuatio chronicorum Hieronymianorum, Mommsen 1894, p. 29.

10 Courtois 1955.

11 Victoris Vitensis historia persecutionis, Halm 1879, p. 63-71.

12 Les restes de Julie sont d’abord récupérés par les moines de la Gorgone qui les mettent ensuite à l’abri en Toscane. Les reliques sont enfin transférées en 753 dans l’église San Salvatore de Brescia à la demande du roi Didier de Lombardie (v. 710-v. 786). O’Malley 2001.

13 Duval 1991, Sapin 2010.

14 Istria 2012, p. 35.

15 Istria 2013, p. 3.

16 Pietri 1997.

17 Istria 2010.

18 Istria 2012, p. 35-36.

19 Ibid., p. 26.

20 Ibid., p. 32.

21 Procope 1990, 2, 5.

22 Quoniam in insula Corsica in loco Nigeuno […], ecclesiae basilicam cum baptisterio in honore beatorum apostolorum Petri principis atque Laurentii martyris pro lucrandi animabus fundari praecipimus (Nous ordonnons que dans l’île de Corse, à Nigeunus, une basilique et un baptistère soient érigés en l’honneur des saints apôtres Pierre, le premier d’entre eux, et Laurent le martyr, au bénéfice des âmes [des fidèles]). Gregorius Petro episcopo Aleriae de Corsica, Ewald ­­­­– Hartmann 1891, p. 400.

23 Et sive eos qui aliquando fideles fuerunt, sed ad cultum idolorum neglegentia aut necessitate faciente reversi sunt, festinet cum indicta paenintentia aliquantorum dierum ad fidem reducere « et si jamais il y a des fidèles qui retournent au culte des idoles par négligence ou par contrainte, qu’il s’empresse rapidement de les ramener à la foi par la pénitence prescrite. », Gregorius Petro episcopo Corsicae, Hartmann 1899, p. 1.

24 Cui praefecto Orosio iniunximus, ut in Gorgonae insula perexeat, cum quo tua experientia pariter eat. Et mala omnia […] ita vindicate […]. Ita igitur experentia tua faciat, ut ex utraque re, id est vel providendo in Corsica monasterio, vel corrigendis monachis in Gorgona, non nostrae, sed sed voluntati omnipotentis Dei parere festines « Nous enjoignons au préfet Orose de se rendre dans l’île de la Gorgone, avec le bénéfice de ton expérience. Et ainsi que vous sévissiez contre tous les maux. Et que ton expérience permette ainsi, entre autres choses, qu’il soit bien compris dans le monastère de Corse qu’en réprimandant les moines à la Gorgone, ce n’est pas à notre volonté, mais bien à celle de Dieu tout-puissant, que tu t’empresses d’obéir. », Gregorius Symmacho defensori, Ewald – Hartmann 1891, p. 76.

25 In qua etiam ecclesia vel eius parroechiis diacones atque presbyteros tibi concedimus ordinandi licentiam. « Dans cette église ainsi que dans sa paroisse, nous t’accordons le droit d’ordonner des diacres et des prêtres. », Gregorius Leoni episcopo in Corsica, Ewald ­­­­– Hartmann 1891, p. 96.

26 Corsica vero insula tanta nimietate exigentium et gravamine premitur exactionum […] ad nefandissimam Langobardorum gentem cogantur effugere. « Dans l’île de Corse les impôts sont si nombreux et elle est tellement écrasée de taxes qu’ils sont contraints de fuir de fuir chez les très abominables Lombards ». Gregorius Constantinae Augustae, Ewald ­­­­– Hartmann 1891, p. 324.

27 Experientia tua non sine culpa est, quod Aleria atque Aiacium civitates Corsicae diu sine episcopis esse cognoscens clerum et populum earum ad eligendum sibi sacerdotem distulerit commonere. « Ton travail n’est pas exempt de reproches, car les cités de Corse Aléria et Ajaccio sont sans évêque depuis longtemps, sachant qu’il fut négligé d’avertir le clergé et le peuple d’avoir à élire leurs prêtres. », Gregorius Bonifatio defensori Corsica, Hartmann 1899, p. 344.

28 Ses sources, exclusivement latines, sont très variées et s’appuient sur le catalogue de la riche bibliothèque de Séville au VIe s. Elfassi 2017, p. 51.

29 Il est par exemple recopié intégralement près de deux siècles plus tard dans l’encyclopédie De rerum naturis ou De universo de Raban Maur (v. 776-856). Raban Maur 1994, 12, 5.

30 « Les Ligures attribuaient l’origine du nom des habitants de l’île de Corse à une bergère. En effet, une femme ligure nommée Corsa, conduisant près du rivage un taureau qui avait coutume de traverser à la nage de temps en temps et qu’elle voyait revenir, eut le désir de découvrir de nouveaux pâturages et s’écartant des autres, poursuivit en bateau le taureau jusqu’à l’île. À son retour, les Ligures prenant connaissance se la fertilité de l’île s’y rendirent sur des embarcations et la nommèrent ainsi du nom de la bergère qui l’avait découverte. Cette île est aussi appelée Cyrnos par les Grecs, car elle a été habitée par Cyrnus, fils d’Hercule. Elle est séparée de la Sardaigne par un détroit de vingt milles et elle est entourée par la mer de Ligurie, en vue de l’Italie. Il s’y trouve aussi de nombreux promontoires anguleux, et elle offre de très réjouissantes pâtures, ainsi qu’une pierre précieuse que les Grecs nomment catochiten. », Isidore 2006, 14, 41-42.

31 Salotti 2008, p. 31 ; Perrin 2017, p. 15-16.

32 Sisinnius, Mommsen 1898, p. 221.

33 « Il y a aussi des îles, qui ont des cités. La Sardaigne, la Corse… ». Chronicarum quae dicuntur Fredegarii, Krusch 1888, p. 24.

34 Istria 2012, p. 21.

35 « La quinzième province est l’île de Corse, qui compte de nombreux promontoires anguleux. La seizième est l’île de Sardaigne. Elles sont toutes deux baignées par les flots de la mer Tyrrhénienne. » Pauli historia Langobardorum, Waitz 1878, p. 189.

36 Abdellatif 2012, p. 184.

37 « La Corse fait 160 000 doubles-pas de long, approchant 170 000, 26 000 doubles-pas de large, avec de nombreux promontoires anguleux, des pâturages fertiles et des roches catociten. » Aethicus 1993, p. 227.

38 L’auteur est inconnu mais pourrait être originaire de Dacie ou de Scythie. Gauthier Dalché 1984, p. 177.

39 « La dix-septième est la Corse, la dix-huitième est la Sardaigne. Elles sont toutes deux baignées des flots de la mer Tyrrhénienne. En outre la Corse tire son nom de son [ancien] chef Corso, et la Sardaigne de Sarde, le fils d’Hercule. », Pauli Historia Langobardorum, Waitz 1878, p. 84.

40 Dan 2017, p. 13-44 ; Gautier Dalché 2007, p. 24-27.

41 « Liutprand, le roi des Lombards, livra bataille au peuple des Avars dans la région d’Aquilée qu’il soumit, ainsi que Venise, et l’île de Sardaigne et la Corse, et il augmenta ainsi le royaume des Lombards. », Benedicti sancti Andrae chronicon, Pertz 1839, p. 702.

42 « Commençant par l’ensemble de l’île de Corse et en second lieu la ville de Pistoia, ensuite Luni, ensuite Lucques... » Pippin, XL, Mühlbacher 1906, p. 58.

43 « …en Toscane, à Spolète ou Bénévent, ainsi qu’en Corse et à Savone. » Codex carolinus, LX, Dümmler 1892, p. 587.

44 « C’est-à-dire Luni et l’île de Corse, à Soriano nel Cimino, au Monte Bardone, à Parme. », Adrianus I, Ebendorfer 1894, p. 269.

45 « Pour que nos côtes aussi bien que les vôtres soient protégées et défendues de l’infestation des païens et de nos ennemis, nous en plaçons la charge entre les mains de notre fils précité [Charlemagne]. » Leonis III papae epistolae X, 1, Dümmler 1899, p. 88.

46 A partir de 704. Amari 1933, p. 294-295.

47 « Nous confions ainsi à votre volonté et à vos soin l’île de Corse, que vous nous avez accordée par écrit et par vos envoyés. », op. cit. n. 45.

48 « L’île de Corse est une fois de plus dévastée par les Maures. » Annales Regni Francorum, Kurze 1895, p. 133.

49 Guichard 1983, Richarté – Gayraud – Poisson 2015, Picard 2015.

50 « Cette année une flotte fut envoyée par Pépin en Corse contre les Maures qui la dévastaient. Sans attendre son arrivée les Maures se retirèrent. L’un d’entre nous, le comte Hadumar de la cité de Gênes, combattant imprudemment contre eux, fut tué. », op. cit. n. 48, p. 121.

51 Pirenne 1970, p. 215. L’historien belge reprenait les représentations de l’historiographie arabe de la fin du Moyen Âge. « [Durant le haut Moyen Âge] les chrétiens ne pouvaient plus faire flotter une planche sur la mer », Ibn Khaldûn 1997, p. 522.

52 Eodemque anno Burchardum comitem stabuli sui cum classe misit in Corsica, ut eam a Mauris, qui superioribus annis illuc praedatum venire consueverant, defendere. « La même année, il envoya Burchard, son connétable, avec une flotte en Corse pour la défendre des Maures qui, les années précédentes, avaient coutume d’y venir piller. », op. cit. n. 48, p. 124.

53 Mauri quoque de Hispania Corsicam ingressi in ipso sancto Paschali sabbato civitatem quandam diripuerunt et praeter episcopum ac paucos senes atque infirmos nihil in ea reliquerunt. « Les Maures d’Hispania envahirent la Corse, ravagèrent une cité le jour même du samedi de la sainte Pâques, et n’y laissèrent que l’évêque et quelques vieillards infirmes. », Ibid., p. 128.

54 Mauris de Corsica ad Hispaniam cum multa praeda redeuntibus Irmingarius comes Emporitanus in Maiorca insidias posuit et octo naves eorum cepit in quibus quingentos et eo amplius Corsos captivos invenit. « Les Maures revenant de Corse vers l’Hispania avec un riche butin, le comte Irmingar d’Empurias leur tendit une embuscade à Majorque et leur prit huit navires dans lesquels il trouva plus de cinq cents Corses captifs. », Ibid., p. 139.

55 Op. cit. n. 1, p. 318.

56 Op. cit. n. 2, p. 325.

57 « Le comte Boniface, à qui la garde de l'île de Corse avait alors été confiée, prit avec lui son frère Bérard et certains autres comtes venus de Toscane ; avec une petite flotte il navigua tout autour de la Corse et de la Sardaigne et, puisqu’il n’avait trouvé en mer aucun pirate, il passa en Afrique. » Einhardi annales, Pertz 1826, p. 217.

58 « Le comte Boniface que l’empereur avait fait préfet de l’île de Corse. » Astronomus, vita Hludowici imperatoris, Tremp 1995, p. 448.

59 Duschesne 1892, p. 99.

60 Ibid., p. 101.

61 Iohannis gesta episcoporum Neapolitarum, Waitz 1878, p. 433.

62 Duschesne 1892, p. 126.

63 « A ceux qui seront morts fidèlement dans ces combats, les royaumes célestes ne seront nullement refusés. En effet, le Tout-Puissant sait que si l’un d’entre vous vient à mourir, il sera mort pour la vérité de la foi, le salut de son âme et la défense de la patrie chrétienne. » Leo IV exercitui Francorum, Dümmler 1899, p. 601.

64 « À présent l’Europe gémit, à présent toute la Francie pleure, la Corse, la Sardaigne, la Grèce et l’Italie ». Epitaphium Berthae, Strecker 1923, p. 1008.

65 Berschin – Klüppel 1999.

66 « Il y a ce sacrosaint trésor, qui surpasse en dignité toutes les richesses, qui est apportée de l’île de Corse au très glorieux empereur Charles : une ampoule d’onyx, emplie du sang du Sauveur. » Ex translatione sanguinis Domini, Pertz 1841, p. 447.

67 « Et de toute la mer Tyrrhénienne, de Ligurie, de Corse, de Sardaigne, de Pise, de Civitavecchia, de Rome, et jusqu’aux confins de Naples toute la multitude des navires est rassemblée. » Benedicti sancti Andrae chronicon, Pertz 1839, p. 710.

68 Vers 972-973, le géographe arabe Ibn Hawqal identifie parfaitement la Corse. Au XIIe s., al-Idrîsî qualifie les Corses des « plus voyageurs parmi les peuples. » Touati 2011, p. 100.

69 Otto I, 235, Sickel 1879, p. 325.

70 Heinrichus II, 427, Bresslau 1890, p. 545.

71 Chronica monasterii Cassinensis, Hoffmann 1980, p. 45.

72 Giovanni della Grossa, chroniqueur du XVe s. affirme en effet que la Corse fut libérée des musulmans par le légendaire Ugo Colonna, Graziani 2016 ; de même, l’épitaphe d’Adalbert II, mort en 1034, relate l’expulsion de « barbares » de Corse. Mais elle date du XVIe s. Istria 2000, p. 229.

73 Grégoire VII aux Corses, Caspar 1923, p. 351-352.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain André, « La constitution d’une frontière de l’Occident », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 133-2 | 2021, 241-254.

Référence électronique

Romain André, « La constitution d’une frontière de l’Occident », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/9605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.9605

Haut de page

Auteur

Romain André

Centre Roland Mousnier UMR 8596, Sorbonne Université - romandre@orange.fr

Centre Roland Mousnier UMR 8596, Sorbonne Université - romandre@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search