Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2La Corse médiévale, île d’ItalieLe culte de saint Martin en Corse...

La Corse médiévale, île d’Italie

Le culte de saint Martin en Corse au temps du gouvernement pisan et dans les siècles antérieurs, en relation avec les régions voisines

Antoine Franzini
p. 255-291

Résumés

L’idée de consacrer une recherche aux édifices ou lieux dédiés à saint Martin en Corse est née du constat de la présence remarquable de ce culte sur l’ensemble de son territoire. Serait-il possible grâce à ce fil de trouver une voie pour l’étude des VIIe-Xe siècles, une période presque totalement obscure en raison de l’extrême pauvreté des sources disponibles, en établissant un camp de base au XIe et surtout au XIIe siècle, au temps du gouvernement pisan ? Après avoir recensé les lieux dédiés à saint Martin en Corse (approfondi dans leur inventaire analytique en annexe) et étudié les sources directes ou indirectes disponibles entre XIe et XIIIe siècles, l’article s’attache spécialement au contexte régional sarde et toscan, et propose pour finir différentes hypothèses sur la diffusion de ce culte en Corse à plus haute époque.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude a bénéficié de l’aide souvent décisive de très nombreux amis et correspondants que j’ai grand plaisir à remercier. Maxime Seguin (DRAC Corse) a composé les trois cartes de cet article. Bruno Judic et Stéphane Gioanni ont orienté ma recherche sur saint Martin. Olivier Alfonsi, Germain Butaud, Daniel Istria, Isabella Gagliardi, Franck Leandri, Umberto Longo, Battì Lucciardi, Jean-Baptiste Mary, Pepita Meloni, Philippe Pergola, Toussaint Quilici, Geneviève Thierry, Elia Vallecalle, Alain Venturini, Antoine Versini, Thierry Vincentelli et Corrado Zedda l’ont enrichie à divers titres. Louis Belgodere de Bagnaja a comme toujours accompagné patiemment son écriture.

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons aux travaux pionniers de Geo Pistarino et Geneviève Moracchini-Mazel, puis de Silio (...)
  • 2 Mériaux 2006, p. 127. Elia Vallecalle, dans le cadre de sa thèse de doctorat en cours en Sciences (...)

1Les étapes et les moyens de l’évangélisation de la Corse, dont l’étude a bénéficié dans les dernières années de discussions animées et de précieuses avancées, restent encore un domaine de recherche très ouvert à toutes époques, antique et médiévale1. Dans ce stimulant contexte historiographique, l’idée de consacrer une recherche aux édifices ou lieux dédiés à saint Martin dans cette île est née du constat de la présence remarquable de ce culte sur l’ensemble de son territoire. Avec au moins soixante-seize édifices ou lieux dédiés, Martin est en effet un des saints le plus représentés en Corse après la Vierge et Jean-Baptiste, et à parité avec l’archange Michel et Pierre, une situation assez commune en Europe, à l’exemple d’un territoire aussi éloigné de la Corse qu’est le nord de la Gaule du haut Moyen Âge2. Nous essaierons d’ailleurs d’interroger les raisons qui ont amené à une présence si intense et si semblable de saint Martin et de l’archange Michel sur le terrain insulaire, aux côtés et en contrepoint de saints liés à l’Église institutionnelle, Jean-Baptiste, dans sa fonction baptismale, et Pierre, dans sa fonction hiérarchique.

  • 3 Vita Martini 1967, 6, 5, p. 273 et 283.

2Comment après tout s’étonner de cette présence martinienne quand on prend la mesure de l’événement que fut en Gaule et en Italie au Ve siècle, et dans les temps qui suivirent dans toute l’Europe, l’exemple inaugural, offert par la Vita Martini, de cet évêque généreux pour les pauvres, dur pour les païens, « un homme à la mine pitoyable, aux vêtements sales, aux cheveux en désordre », un évêque si vertueux « qu’il ne se trouve un seul endroit [où il a détruit des sanctuaires païens] qui ne soit rempli d’églises ou d’ermitages en grand nombre3 » ? De fait, au sein du très vaste patrimoine martinien, saint Martin est resté jusqu’à aujourd’hui en Corse le saint de l’abondance et le protecteur des récoltes, l’héritier symbolique de la latine Cérès et de la grecque Déméter, voire de Dionysos pour les vendanges. Ainsi, alors que nous avons de nombreux témoignages de la vitalité de sa popularité aux temps modernes et contemporains, pourrions-nous éclairer les débuts et les renouveaux médiévaux de la mise en place de son culte ?

  • 4 Brown 2007.
  • 5 Après Fontaine 1961, Penco 1961 et Ewig 1961, on lira donc Judic 2008, 2009, 2014 et 2019 et Lusua (...)

3À ce stade, après avoir placé cette modeste étude sous le patronage incontournable du Culte des saints de Peter Brown4, nous ne pouvions manquer de nourrir nos réflexions des savants travaux martiniens, et spécialement de ceux de Bruno Judic qui installent avec clarté les différentes problématiques à l’œuvre dans l’exceptionnelle extension du culte de saint Martin au sein de l’Europe, et particulièrement en Italie dont, doit-on le rappeler, la Corse fait partie5. C’est aux travaux de ce dernier que nous devons d’avoir développé la distinction entre le modèle épiscopal, politico-religieux, et le modèle ascétique et monastique. Et de même, de penser que l’importance de cette présence en Corse, qui pourrait en première intention plaider en faveur de l’ancienneté du culte et de sa diffusion, doit plutôt nous rendre attentifs aux phénomènes de renouveau, de renaissance ou de revitalisation du fait martinien dans l’île. C’est enfin à ces mêmes travaux, ainsi qu’à ceux de Silvia Lusuardi Siena et Elena Spalla, que nous devons bien des détails sur la diffusion italienne de ce culte.

  • 6 Gioanni 2017, p. 79.
  • 7 Ibid., p. 76.
  • 8 Vita Martini 1967, epist. 2, 12, p. 331.

4On ne croit plus aujourd’hui, comme on l’a soutenu longtemps, que l’extension martinienne, spécialement en Italie, fut seulement le fruit de la piété des rois francs et de leur ambition à la mesure de l’Europe, le fruit d’un rêve d’unité culturelle et politique, selon l’expression de Stéphane Gioanni6. Les étapes très précoces du développement de son culte où s’exaltent à la fois la dimension ascétique et monastique du saint et ses combats contre l’hérésie arienne et l’idolâtrie, indiquent sans doute que la gloire de Martin s’incarnait déjà dans les lieux où il avait vécu, aussi bien en Gaule qu’en Italie. Plus que tout cependant, cette remarquable extension semble liée à la place inaugurale de l’exemple de sa vie, propre à illustrer la fonction nouvelle des évêques. Le triomphe du christianisme nicéen rendait le martyre de sang inutile et la sainteté impliquait désormais « le souci de la communauté sociale, le charisme de la pastorale et l’excellence de la vertu7. » Sulpice Sévère, son biographe, est d’ailleurs conscient de cette place de Martin8 :

Il n’en a pas moins atteint, sans verser son sang, la plénitude du martyre. Car, pour l’espoir de l’éternité, de quelles douleurs humaines n’a-t-il pas supporté les souffrances : par la faim, les veilles, la nudité, les jeûnes, les affronts des envieux, les persécutions des méchants, les soins aux malades, le souci des gens en péril ?

5Il est temps de rappeler que si les études historiques et archéologiques menées en Corse, terre italienne, ont utilement éclairé les lieux de culte des premiers temps de la christianisation, entre Ve et VIe siècles, ainsi que les belles réalisations romanes des XIIe et XIIIe siècles, la période comprise entre VIIe et Xe siècles reste presque totalement obscure en raison de l’extrême pauvreté des sources disponibles. Doit-on lier cette circonstance à ces passages d’un monde à l’autre, d’une Antiquité des villes à un Moyen Âge profondément rural, jusqu’à la renaissance urbaine du XIIe siècle ? Quoi qu’il en soit, avant de défier nos pupilles de s’habituer à l’obscurité de plus hautes époques, il est nécessaire d’assurer et d’élargir d’abord les enseignements des quelques sources directes ou indirectes disponibles entre XIe et XIIIe siècles. Ces sources textuelles forment donc le socle de cet article, et leur examen nous a amené à considérer à nouveaux frais les circonstances mal connues du gouvernement pisan dans l’île, dont on connaît les liens étroits avec la Réforme grégorienne.

  • 9 Pour la Corse, elle forme en particulier le projet du dernier ouvrage de Geneviève Moracchini-Maze (...)
  • 10 Zadora-Rio 2008, spécialement p. 11-66.

6Appuyé sur cette première étape, et puisqu’on ne sait rien du culte de saint Martin en Corse pour la période comprise entre VIIe et Xe siècle, ni par les textes, tout à fait absents, ni par des fouilles archéologiques menées à bien, il nous a d’abord semblé utile de considérer le contexte italien en général, et spécialement le contexte régional sarde et toscan, avant de pratiquer sur le territoire de l’île un recensement systématique des lieux « saint Martin ». Cette démarche n’est certes pas originale dans son principe9, et on pense en particulier à l’ouvrage collectif dirigé par Élisabeth Zadora-Rio, consacré à l’étude de l’inscription de la paroisse dans l’espace10. En s’attachant à « la difficile question du dénombrement et de la périodisation des églises et aux indices de leur mise en réseau » dans une région donnée (la Touraine, espace martinien par excellence), en tentant d’aller au-delà des silences documentaires et en faisant un usage prudent de la méthode régressive, l’ouvrage propose une ligne méthodologique proche de notre projet.

  • 11 Nous avons utilisé comme sources la carte archéologique nationale (Ministère de la Culture - DRAC (...)

7Toutefois, après avoir réfléchi aux différents modèles martiniens et à leur application dans l’île, nous avons tenté de l’enrichir en étudiant les rapports de proximité entre les lieux « saint Martin » (lieux de culte existants, ruines ou lieux-dits) et les églises ou oratoires dédiés aux intercesseurs non humains que sont les anges et les archanges, spécialement saint Michel, aussi présent que Martin sur le terrain insulaire, comme nous venons de le dire, ainsi que le Christ Sauveur (San Salvatore)11. Les arguments de ce choix sont ténus, nous le proposons comme un point de départ, une première base de travail pour penser de nouveaux programmes de recherche, tant historiques qu’archéologiques, sur les conditions de la présence martinienne dans l’île à haute époque. Doit-on en effet conclure du vide impressionnant des sources, argumentum a silentio, à l’absence de toute église ou de tout oratoire dédiés à ce saint dans l’île avant le XIIe siècle où apparaît la première mention, à la différence, nous le verrons, de la Toscane et de la Lunigiana voisine ?


8Après avoir brossé un tableau général de la présence des lieux de culte dédiés à saint Martin en Corse, puis avoir effectué l’inventaire analytique des premières attestations du nom de ce saint dans l’île aux XIIe-XIIIe siècles, nous formulerons d’abord quelques hypothèses à propos de l’influence toscane, spécialement pisane, sur l’installation de son culte dans cette période. Nous nous interrogerons ensuite sur les moyens d’explorer la présence de ce culte à plus haute époque en Corse, entre Ve et Xe siècle, après avoir observé avec soin les premiers développements du culte martinien en Italie, et spécialement en Toscane, en Lunigiana et en Sardaigne. Nous proposerons enfin en annexe la liste commentée des différents lieux martiniens dans l’île, une liste organisée en fonction des différents espaces du territoire et enrichie d’un tableau chronologique.

Tableau général de la présence des lieux de culte dédiés à saint Martin en Corse

9Disons d’abord que le nord de l’île, le Deçà des Monts, porte deux fois plus de lieux de culte martiniens que le sud, le Delà des Monts, dans une proportion de 48 pour 28 dans l’état actuel de notre recensement, ce qui correspond grossièrement au ratio démographique, confirmé durant tout le Moyen Âge et étendu à l’époque moderne, d’un Deçà deux fois plus peuplé que le Delà. Et, à quelques petites exceptions près, qu’il serait imprudent d’interpréter sans bonnes raisons, on est étonné de l’homogénéité de cette implantation sur les espaces habités des différentes grandes régions de l’île. La présence dans le Delà des Monts, où la dominante pastorale ne fait guère de doute, doit sans doute nous convaincre, comme semblent d’ailleurs le dire les légendes, que saint Martin fut tout autant le protecteur des récoltes que celui des troupeaux.

  • 12 Cancellieri 1981, p. 144, d’après ASGe, Manoscritti, 103, f° 10 v°. Voir aussi p. 14 et n. 48.

10Notons également à ce propos que le XIIIe siècle voit la Commune de Gênes s’imposer dans le Delà des Monts, sur la côte occidentale de l’île, appuyée sur Bonifacio puis sur Calvi, tandis que le nord-est de l’île, le Deçà des Monts, reste alors encore profondément attaché à la présence pisane, débutée à la toute fin du XIe siècle. Doit-on lier à ce dernier contexte, en ce qui concerne l’arrière-pays d’Ajaccio, le document où apparaît en mai 1272 que le monasterium Sancti Martini de insule Galinarie doit donner en emphytéose des terres sises en Corse à des entrepreneurs génois agissant sous l’autorité de la Commune ligure, terres nécessairement proches du littoral du golfe d’Ajaccio12 ? Peut-on penser que certains des sept lieux de culte martiniens repérables dans les vallées de la Gravona (à Sàrrola, Tàvaco et Cùttoli Corticchiato) et du Prunelli (à Éccica Suarella, Bastélica et Bottacina de Bastelicaccia) qui en forment l’arrière-pays, et entre les deux vallées, à la Punta d’Isa, puissent avoir été fondés sous l’influence de ce monastère ?

11Ceci dit, il est intéressant de se pencher sur la typologie et l’implantation géographique de ces lieux de culte. Les oratoires champêtres forment la majorité des lieux de culte dédiés à saint Martin. De taille très modeste, situés loin des habitations, sur des cols, peut-être sur le chemin des voyageurs et des pèlerins, ou sur des plateaux ou des cimes, voire parfois moins isolés, sur une petite colline dominant les terres cultivées, ils sont souvent aujourd’hui ruinés, quelquefois disparus. La présence presque systématique d’aires de battage dans l’environnement actuel de ces lieux de culte souligne la fonction protectrice du saint pour la culture des céréales.

12Plus rares, les églises paroissiales, souvent bâties de la même façon en surplomb de la campagne et parfois des habitats eux-mêmes, s’en distinguent. Elles ont en effet assumé depuis une époque indéterminée, mais en tout cas antérieure aux Temps modernes, la charge des âmes de tel ou tel habitat rural. Rappelons que la moitié environ des églises piévanes de l’île est consacrée à saint Jean Baptiste, et environ un quart à la Vierge, les martyrs prenant l’essentiel du quart restant, et il n’est pas surprenant de constater qu’aucune de ces soixante-six églises piévanes de l’île (un chiffre du XVIe siècle) n’est sous le titre de saint Martin.

13Enfin, les rares constructions en plaine, à proximité du littoral, ouvrent d’intéressantes problématiques que nous tenterons d’explorer.

Inventaire des premières attestations du nom de saint Martin en Corse (XIIe-XIIIe siècle)

  • 13 Dans ce document, Rinaldo, marquis de Corse, fils du feu marquis Ugone, donne à Montecristo la vil (...)

14Nous ne disposons de sources textuelles solides où apparaisse le nom de saint Martin en Corse qu’à partir du XIIe siècle, en 1123, et surtout du XIIIe siècle, précisément en 1220, 1235 circa, 1252, 1257, 1265, 1267, 1269 et 1289, et nous venons de signaler le document attestant en 1272 des propriétés insulaires à proximité d’Ajaccio du monasterium Sancti Martini de insule Galinarie. On relève certes aussi dans les chartes de l’abbaye San Mamiliano de Montecristo la présence de cet hagiotoponyme dans un document daté une fois de 1260, une autre fois de 1160, puis corrigé en 1025 ou 1040 par les éditeurs Mittarelli et Costadoni, ce qui a été depuis constamment contesté13. Comme on le voit, ces chartes, rédigées au XIIIe siècle, sans doute à partir d’éléments plus ou moins probants, sont le plus souvent peu fiables au plan chronologique ou prosopographique, même si elles peuvent se révéler utiles pour le repérage toponymique.

15L’apparition assez tardive de la mention de saint Martin au début du XIIe siècle doit-elle orienter notre étude ? D’un côté, l’exemple de la Toscane voisine, où ce culte se diffuse dès le VIIIe siècle, comme on va voir, pourrait en imposer pour une situation plus ou moins analogue, et on ne ferait que regretter les hasards de la conservation ; mais de l’autre, cette absence de saint Martin à haute époque ne témoigne-t-elle pas simplement du caractère tardif de cette titulature dans l’île ? Voyons d’abord de quoi il s’agit :

  • 14 Scalfati 1976, p. 568.

- En 1123, il s’agit d’une vente de terres à l’abbaye de la Gorgona, réalisée in ecclesia Sancti Martini in Iustiniani, l’habitat balanin de Giustiniano situé en contrebas du futur castrum de Speloncato, le jour de la fête de saint Martin, par un certain Ubertus filio (sic) Lupi de Terragno14.

  • 15 Sur cet acte signalé par plusieurs chercheurs depuis le XIXe siècle, Stussi 1993, p. 235-246, d’ap (...)

- En 1220, il s’agit d’une vente de terres réalisée à Patrimonio le jour de la saint Martin, un acte rédigé en langue vulgaire « toscano-occidentale ou mieux pisane » selon l’expression d’Alfredo Stussi, par un certain Martinus de Barbaggio et ses frères devant le prêtre notaire Iohannes de Sancto Martino di Patrimonio, un acte témoignant donc de l’existence de cette église cette année-là15.

  • 16 Scalfati 1994 a, p. 195 et Franzini 2003, p. 998.

- En 1235 circa, il s’agit de la souscription du même prêtre notaire Iohannes de sancto Martino de Barbaio dans un accord sur la répartition des dîmes, une différence de rattachement explicable car Barbaggio appartient (avec sept autres habitats au XVe siècle par exemple) à l’ensemble dit « Patrimonio »16.

  • 17 Scalfati 1994 b, p. 150. Voir aussi Scalfati 1994 a, p. 171-172, acte de 1460.

- En 1252, il s’agit d’un privilège délivré par Innocent IV pour l’abbaye de la Gorgona, confirmant entre autres églises la possession de San Martino d’Acquafredda, située sur le territoire actuel du village de Meria dans le Cap Corse, isolée de l’habitat principal, à l’intérieur des terres, mais qui a pu desservir le hameau de Pàstina, jadis voué à la culture de la vigne, nom de Pàstina/Pàstino porté aujourd’hui par cet édifice17.

  • 18 Scalfati 1994 a, p. 197 et 200-204. En 1257, c’est la concession effectuée par l’évêque de Nebbio (...)

- En 1257, 1265 et 1269, il s’agit de la souscription du prêtre notaire Albertus de sancto Martino de Rapalis au terme de différents actes regardant des lieux situés dans le diocèse de Nebbio, la villa de Rapale appartenant alors à la pieve de Santo Quìlico, située dans ce diocèse, des actes qui témoignent là aussi de l’existence de cette église ces années-là 18.

  • 19 Scalfati 1994 a, p. 202.
  • 20 L’abbé de la Gorgona reçoit la dîme de curte sancte Marie et sancti Florenti en 1144 (Scalfati 197 (...)

- En 1267, toujours dans le même contexte du diocèse de Nebbio, au sein d’un ensemble nommé plebs de Sancto Florentio, qui paraît recouvrir pour le moins le groupe d’habitats également dénommé Patrimonio, il s’agit de la reconnaissance des biens de l’évêché dans le ressort de deux églises voisines situées dans cette piève, infra ecclesiam sancti Martini et de sancta Maria de Patrimonio, San Martino étant déjà documentée en 1220, nous l’avons vu. On y relève aussi la présence du prêtre Bonaiuta de sancto Martino19. Notons toutefois que cette plebs de Sancto Florentio forme en quelque sorte l’arrière-pays immédiat de la cité épiscopale de Nebbio, qu’elle lui est donc particulièrement liée, et rappelons que Sanctus Florentius, titre d’un archiprêtré en 1124, ne désigne alors aucun habitat particulier, le bourg littoral portant ce nom étant seulement fondé au milieu du XVe siècle20.

Fig. 1 – Implantation des édifices et lieux dédiés à saint Martin en Corse avec l’indication des aires d’influence des différentes seigneuries aux XIIe et XIIIe siècles (Maxime Seguin - DRCA Corse).

Fig. 1 – Implantation des édifices et lieux dédiés à saint Martin en Corse avec l’indication des aires d’influence des différentes seigneuries aux XIIe et XIIIe siècles (Maxime Seguin - DRCA Corse).

16Nous prenons ainsi connaissance de l’existence dans le nord de la Corse d’une église dédiée à saint Martin au début du XIIe siècle, et d’au moins trois autres églises dans le cœur du XIIIe siècle. Si la première appartient à la région de Balagne, ce sont ensuite deux églises avec charge d’âmes dans la petite région et diocèse de Nebbio. C’est enfin dans le nord du Cap Corse ‑ ces trois régions du nord de l’île étant dans la continuité géographique l’une de l’autre ‑, un lieu de culte qui assure une fonction d’oratoire ou de prieuré, le bénéfice étant possédé par les moines de la Gorgona.

  • 21 Libri iurium 2000, n° 1075-1076 et 1080-1082, p. 249-252 et 257-260. Guglielmo est un des fils du (...)

17Nous relevons enfin dans le serment d’alliance prêté près de son château devant le vicaire de la Commune de Gênes le 11 novembre 1289 par Guglielmo Cortinco de Petra Larata, la précision qu’il s’agit de la fête de saint Martin21. Cette mention de la fête du saint pourrait paraître anodine si nous ne connaissions la dédicace à saint Martin des trois principales chapelles castrales ou épiscopales fondées par cette famille seigneuriale, une des principales du nord de l’île, où elle est solidement documentée à partir du milieu du XIIe siècle. En insistant dans cet acte sur la fête du saint, en prenant comme témoin ce saint protecteur de leur famille, les Cortinchi donnent à ce serment un caractère exceptionnel et sacré.

18En somme, cet inventaire des sources, en ne livrant l’attestation de l’existence d’églises dédiées à saint Martin en Corse qu’à partir des XIIe-XIIIe siècles, nous invite à étudier les modalités du gouvernement pisan qui s’exerçait dans l’île à cette époque et précisément à nous saisir ensuite de l’exemple de la dévotion de la famille Cortinchi, dont nous essaierons de démontrer la proximité avec, voire l’appartenance au monde pisan, une hypothèse qui pourrait peut-être s’étendre à d’autres seigneuries du nord-est de la Corse.

Moyens et effets du gouvernement pisan en Corse au temps de la Réforme grégorienne, entre XIe et XIIe siècles

  • 22 Istria 2005 et Scalfati 1994.
  • 23 Camuffo 2015, et récemment, une avancée remarquable sur la construction de la cathédrale de Marian (...)

19Quels ont été les moyens du gouvernement pisan en Corse ? Quand et de quelle manière s’est réellement effectuée l’arrivée des Pisans dans l’île ? Dans la suite des travaux de Daniel Istria sur cette période et des recherches du regretté Silio Scalfati sur les propriétés insulaires de l’abbaye de la Gorgona, une étude des modalités des commencements de la présence pisane reste à faire22. Des interventions militaires ont-elles eu lieu ? Des institutions ou des charges furent-elles mises en place, à Pise ou dans l’île, à travers les juges, leurs officiers, les évêques des diocèses insulaires ou les abbés possessionnés en Corse ? Comment s’est déroulé dans chaque diocèse ce fameux découpage des pièves que l’on suppose avoir été réalisé à ce moment ? Quels ont été les moyens et les réalités de la construction des presque deux cents églises romanes recensées dans l’île23 ? Nous ne pouvons entrer dans le détail de ces questions dans le cadre d’un article consacré à saint Martin, nous espérons le faire en d’autres occasions, et nous nous contenterons ici de présenter les grandes lignes de cet important sujet.

20La cité de Pise, qui l’emporte depuis les années 1050 sur Lucques en Toscane, établit au XIe siècle une certaine hégémonie commerciale sur la Sardaigne, et apparaît alors comme la principale puissance maritime en Méditerranée occidentale en dépit de la concurrence génoise. Avec l’affaiblissement politique du marquisat de Toscane dans les années 1070, la nouvelle institution communale s’y affirme progressivement dans la fin du XIe siècle.

  • 24 Registrum Gregorii VII 1955, V-2 et 4, p. 349-352 et Violante 1963.
  • 25 Zedda 2020.

21De son côté, la Corse, dans le cadre de la réorganisation territoriale du nord de l’Italie menée au milieu du Xe siècle, avait été confiée aux marquis Obertenghi, au sein de la nouvelle Marche de Ligurie orientale, sous autorité impériale. C’est dans ce dernier contexte que Pise apparaît tout à coup dans l’histoire de l’île en septembre 1077, alors que la guerre entre le pape et l’empereur déchire l’Italie. À cette date, le pape Grégoire VII annonce en effet aux évêques, aux nobles et aux grands comme aux petits résidant dans l’île de Corse, l’arrivée de l’évêque de Pise Landolfo, son vicaire, soutenu « par une troupe nombreuse de comtes et de nobles rassemblée en Toscane », in Tuscia multas comitum et nobilium virorum copias, afin qu’il exerce dans l’île le gouvernement au nom du Siège apostolique24. Précisons avec Corrado Zedda que l’action de Pise en Corse va s’inscrire dans le projet tyrrhénien des pontifes réformateurs, dans le cadre de la lutte avec l’Empire25.

  • 26 Giovanni della Grossa 2016, p. 212-215.

22Cette annonce fut-elle suivie d’effet ? De fait, aucune source ne documente cette expédition pisane, ni en 1077-1078, ni dans les années qui suivent, et les graves événements dans lesquelles la cité de Pise et les papes sont pris jusqu’à la fin du XIe siècle peuvent sans mal expliquer que cette entreprise ait été reportée à de meilleurs moments. Giovanni della Grossa, le chroniqueur de la Corse médiévale, ne fait d’ailleurs aucune allusion à Pise avant le pontificat d’Urbain II26. C’est en effet en juin 1091 que ce dernier, faisant un nouveau pas, « confie et remet l’île » à un des successeurs de Landolfo, et en avril 1092, lui confère l’investiture des évêques de Corse. À cette date, l’opération politique commencée en 1077 semble trouver son véritable aboutissement, sinon un renouveau. Toutefois, les protestations génoises et la nécessité d’établir un front commun face à l’empire vont fragiliser ce privilège qui ne trouva somme toute son effet que quelques rares années, et de façon discontinue. C’est finalement dans la suite de la guerre de quatorze années menée par les Génois contre Pise, que le pape élève également en 1133 l’évêque de Gênes à la dignité de métropolitain et partage en conséquence les diocèses de Corse par moitié entre les deux cités.

  • 27 Wickham 2001, p. 250, dans la suite de Volpe 1902.
  • 28 Giovanni della Grossa 2016, p. 191, 211 et 217.
  • 29 Scalfati 1971, p. 73, 79,128-130, 132, 165-166, 220 et 224.

23Cependant, en dépit de ce partage, le XIIe siècle corse reste profondément marqué par l’influence pisane. Un des effets de cette influence semble être la présence assez précoce dans le nord de l’île du phénomène communal. Certes, les communes rurales naissent généralement en Italie dans le cours du XIIe siècle, mais on se souvient que c’est précisément à Pise qu’apparaissent en 1080-1085 les premières attestations de consuls dans la péninsule27. Et de fait, on dispose de quatre attestations de consuls dans l’île entre 1150 et 1250. Le phénomène (avec le biais de la conservation des sources) est très localisé au nord de la rivière du Golo, une localisation d’ailleurs confirmée à plusieurs reprises par la chronique de Giovanni della Grossa28. Notons au passage que cet espace recouvre celui qui, comme on l’a vu, porte les églises San Martino documentées entre XIIe et XIIIe siècles, comme d’ailleurs les premières attestations d’églises piévanes, entre Nebbio et Marana, dans la première moitié du XIIe siècle29.

24L’influence pisane dans l’île se manifeste également par la présence des abbayes toscanes liées à Pise, spécialement le monastère bénédictin de San Gorgonio de l’île de la Gorgona et son extension à Pise, San Vito. Ce monastère compte alors parmi les principaux propriétaires fonciers du nord de la Corse, où il a la charge d’une douzaine d’églises paroissiales. On connaît la place des monastères bénédictins dans la reconstruction quasi systématique des églises rurales de nombreuses régions italiennes dans le cours du XIIe siècle. Ici, l’influence pisane s’impose dans l’architecture des presque deux cents églises romanes construites en Corse entre XIIe et XIIIe siècle, dans le cadre réformateur de la réorganisation des circonscriptions ecclésiastiques.

  • 30 Ceccarelli Lemut 2005, p. 87-88.

25Comment le gouvernement pisan pourrait-il avoir participé de façon déterminante au développement spectaculaire du culte martinien dans l’île, sachant que le culte de saint Martin dans l’aire pisane est à la hauteur de saint Pierre et saint André, avec une trentaine d’attestations, peu après la Vierge (50) et saint Michel (36)30 ? L’augmentation de la population et des surfaces cultivées, que révélerait la construction de ces églises en Corse, pourrait par exemple être mise en relation avec le statut de saint Martin comme patron de l’abondance et protecteur des récoltes. On pense ensuite à la promotion de ce culte par le haut clergé séculier pisan et les abbés des monastères toscans, tous très impliqués dans le mouvement de la Réforme grégorienne. La reprise de dévotions anciennes par les papes réformateurs, et en particulier la place donnée à nouveau aux saints évêques, ainsi qu’à la réforme monastique, ne peut manquer d’avoir remis le culte de saint Martin à l’ordre du jour. On connaît l’admiration du pape toscan Grégoire VII, d’ailleurs moine bénédictin, pour les moines Martin, Antoine, Benoît ou Colomban.

26Pourtant, à côté de la dimension monastique du culte martinien, soutenue par les abbés bénédictins, c’est du modèle épiscopal, voire militaire et féodal, qu’il s’agirait aussi dans ce moment pisan. Tel ou tel de ces « comtes et nobles » rassemblés en Toscane pour l’opération envisagée en 1077-1078 ou mobilisés lors d’opérations ultérieures, ou plutôt tel officier de la Commune pisane dans les années 1090 et au-delà, aurait-il importé en Corse une dévotion martinienne, familiale ou urbaine, fondée sur le voisinage de tant d’édifices pisans ou lucquois dédiés à saint Martin ? Tentons d’éprouver cette hypothèse à travers l’exemple documenté des Cortinchi, une des principales familles seigneuriales du Deçà des Monts dans cette époque.

Familles seigneuriales du nord-est de la Corse et monde pisan

  • 31 Istria 2005.
  • 32 Ibid., p. 453, d’après AAP, Archivio capitolare di Pisa, pergamene 1045.

27Quelles que soient les conditions du développement des seigneuries du nord-est de l’île au début du XIIe siècle, dans ces années où se construisent les premiers châteaux31, il est incontestable qu’un lien de type féodal avec la Commune de Pise s’impose à elles. C’est le sens du serment de fidélité des seigneurs de Bagnaja prêté en novembre 1247, au cours duquel le chef de famille Alberto tient à rappeler qu’aussi bien lui que ses ancêtres et ses prédécesseurs, majores et antecessores, comme ceux de ses vassaux, « [ont] toujours eu et tenu [ces terres] in feudum et jure feudi de la Commune et pour la Commune pisane32. »

  • 33 Giovanni della Grossa 2016, p. 250-261, à croiser avec les attestations de consuls dans l’île.

28C’est donc dans le cadre de cette relation privilégiée avec Pise que nous imaginons le développement du culte de saint Martin en Corse au XIIe siècle. Qu’il s’agisse de l’usurpation d’un office de la Commune pisane dans l’île par un miles toscan, ou d’une relation née à l’occasion du mariage d’un noble insulaire dans les familles de cette cité, qu’il s’agisse d’un lien politique né dans le cadre du mouvement communal attesté au milieu du XIIe siècle dans ces régions du nord-est de l’île33, ou simplement de la communauté de pensée politique et théologique autour des fondamentaux de la Réforme grégorienne, ou de plusieurs de ces raisons à la fois, on ne peut s’étonner de la fondation de lieux de culte dont la titulature serait copiée de l’exemple pisan.

Les Cortinchi, les liens d’une famille seigneuriale en Corse avec le monde pisan

  • 34 Sur la famille Cortinchi, Franzini 2013.

29L’existence des chapelles castrales San Martino des châteaux de Petra Larata et Lùmito, et de la chapelle castrale et épiscopale San Martino de Vescovato, autrement dit leur présence dans les trois principaux enracinements seigneuriaux de la famille Cortinchi, ne peut être mise sur le compte de la simple coïncidence. Cela nous invite à ouvrir ce dossier, enrichi, nous l’avons annoncé ci-dessus, par la précision de la fête de saint Martin lors du serment prêté devant le vicaire de la Commune de Gênes le 11 novembre 1289 par Guglielmo Cortinco de Petra Larata34.

  • 35 Scalfati 2006, n. 158, 160 et 164, p. 287-289, 291-292 et 298-300.
  • 36 Giovanni della Grossa 2016, p. 142-143, donne au premier seigneur Cortinchi le nom de Guglielmo, q (...)
  • 37 Un des actes est signé à Pise, dans sa tour, porte San Salvatore, près de l’église Sant’Ilario [pr (...)
  • 38 Sur cette famille, Rovai 1994. Lamberto di Uberto de Curte est un des consuls de Pise en 1113-1115 (...)

30Pour éprouver notre hypothèse sur la proximité des Cortinchi avec d’importantes familles pisanes, trois textes sources conservés dans les archives s’imposent. Ces textes rapportent des actes passés en décembre 1147 et février 1150 à Pise, et en juin 1148 dans le château corse de Petra Larata, bâti dans le centre de l’île, au carrefour des pièves de Rogna, de Serra et de Bozio35. Faire une étude approfondie de ces documents excède le cadre de cet article consacré à saint Martin. Disons seulement pour notre propos qu’on y découvre le nom du détenteur du château de Petra Larata, Guido, fils du feu Ansaldo Cortingi, le premier représentant documenté de cette famille seigneuriale36. Ce Guido reçoit en juin 1148 près de ce château le représentant de l’archevêque de Pise et de l’abbé du monastère de Falesia, le nom antique de Piombino. Or ce fondé de pouvoir, le Pisan Uguccione37, était aussi l’oncle maternel de son épouse Vernaccia, et cet Uguccione, avec sa sœur Calcesana, la mère de Vernaccia, étaient les enfants d’un certain Lamberto de Curte, une famille active aussi bien dans le commerce maritime que dans les professions juridiques et les plus hautes charges publiques38.

  • 39 Gerardo vesconte da Pisa est présent dans l’île témoin de donations faites par l’évêque d’Aleria e (...)
  • 40 Rovai 1994, p. 78. Leurs habitations sont situées entre les églises San Salvatore di Porta Aurea, (...)

31Ce nom d’origine de Curte ne peut que nous interpeller, eu égard à nos Cortinchi. Même si aucun élément documentaire ne permet actuellement de rattacher directement Guido d’Ansaldo à la famille de Curte, nous observons cependant la place éminente des prénoms Guido et Ugo dans le lignage des Cortinchi, alors que ces prénoms sont portés par les deux frères, chefs des deux lignages pisans de Curte. La prudence s’impose : ce sont des prénoms bien courants à cette époque dans la classe dominante. S’il y avait néanmoins quelque lien familial, le père de Guido, Ansaldo Cortingi, aurait-il fait partie des officiers venus en Corse sous la direction du juge pisan Gherardo Visconti dans les années 109039 ? Les années 1099-1118 ou 1121-1126, où les diocèses insulaires échappent par deux fois au nouvel archevêque de Pise, auraient certes été propices à la constitution d’une seigneurie par l'accaparement d'une charge de la Commune. Il faut convenir toutefois que plus qu’à San Martino, la famille de Curte semble spécialement liée à l’église Sant’Ilario, toute proche de son enracinement urbain, une église dont elle a même le patronage à partir du XIIIe siècle, et à moins d’imaginer que la filiation entre Hilaire de Poitiers et Martin de Tours ait trouvé ici un effet, il semble bien que la dévotion martinienne des Cortinchi (d’où qu’ils viennent) leur soit propre40.

  • 41 Giovanni della Grossa 2016, p. 142-143, 182-185 et 294-295.

32Remarquons que la chronique de Giovanni della Grossa, rédigée dans le cœur du XVe siècle, va dans le sens des hypothèses que nous venons de formuler. Il indique en effet l’usurpation par les Cortinchi d’un office, mais confié cent ans plus tôt par le comte de l’an mil Arrigo Bel Messere à un homme de cette famille, pour gouverner la région entre Golo et Tavignano. Or, on sait que pour les siècles éloignés du temps où il écrit, le chroniqueur commet divers anachronismes, avançant par exemple d’un siècle environ la construction des châteaux, dont le début est assuré seulement à partir de 1120, ou encore l’existence d’un évêque d’Aleria autour de l’an mille, à une époque où les anciens diocèses de Corse étaient encore fusionnés en un seul. Le chroniqueur affirme par ailleurs l’origine toscane des Cortinchi, mais place cette origine à Cortona, un lieu qu’il déduit peut-être de l’exil de seigneurs de cette famille dans cette ville, lors de leur défaite devant Giudice de Cinarca au milieu du XIIIe siècle, et bien entendu de la racine « Cort » de leur nom41.

  • 42 Dans les faubourgs pisans de la rive gauche de l’Arno, ce sont San Martino in Chizinca (attesté en (...)

33Quoi qu’il en soit, nous sommes dans le petit monde des puissants de Pise, de Piombino et même de Corse, à l’exemple du mariage en secondes noces de la belle-mère de Guido, la Pisane Calcesana, devenue veuve, avec le marquis de Corse Alberto. S’il est ainsi incontestable que Guido est étroitement lié à l’univers des familles pisanes, il n’apparaît pas invraisemblable que l’origine de sa famille puisse se situer entre Piombino, le second port de la cité de Pise, et la cité de Pise elle-même. La robuste présence de San Martino à Piombino, où l’abbaye de Falesia possédait deux églises sous cette titulature, à Pise et ses faubourgs, où nous trouvons quatre églises San Martino au Moyen Âge, et enfin dans son contado, au total une trentaine rappelons-le, pourrait ainsi expliquer que les Cortinchi aient transporté ou importé en Corse cette dévotion martienne42.

Hypothèses sur d’autres familles seigneuriales insulaires

  • 43 Moracchini-Mazel 1967, p. 219, d’après un dossier de l’administration générale du diocèse de Maria (...)

34Nous l’avons dit, les seigneuries du nord-est de l’île, qui naissent dans le moment pisan, tiennent nécessairement leurs châteaux de la Commune pisane. Trouve-t-on dans leur aire d’influence des lieux de culte martiniens ? Prenons l’exemple des seigneurs de Bagnaja, du nom d’un habitat disparu, établi sur un éperon surplombant la cité de Mariana, sous l’actuel village de Borgo, au sud de Bastia. Nous avons cité en tête de ce chapitre le serment de fidélité qu’ils renouvellent envers Pise, et nous ne pouvons que constater l’existence à la fin du XVIIIe siècle de la chiesa di San Martino in Bagnaja disfatta, bâtie à une altitude de 150 m, au-dessus de la plaine, aujourd’hui un simple lieu-dit San Martino43 ?

  • 44 Les tailles de 1454 et 1537 indiquent deux habitats distincts mais voisins, Lorecta et Petra a Lor (...)

35Dans le Nebbio, la région dominée par les seigneurs de Loreta, nous trouvons deux églises paroissiales San Martino, l’une sur le territoire de Patrimonio, attestée, nous l’avons vu, dès 1220, l’autre, à Rapale, dès 1257, et au moins trois oratoires champêtres dédiés à ce saint, dont un situé dans une des prese de la juridiction de Murato, où s’élevait la Petra a Loreta, un des premiers appuis de la seigneurie, installé sur un éperon au-dessus du bassin du Nebbio44.

  • 45 Nous rencontrons Ildebrando de Bagnaria en 1125, Roboano de Bagnaja en 1144 et Ildebrando, Adalber (...)
  • 46 Il s’agit des Montalti dans le Nebbio et des seigneurs de Loreto dans la plaine sur les deux rives (...)

36Les Bagnaja et les Loreta semblent s’imposer à partir des années 1135-1140, soit probablement la période du mouvement communal, attesté dans les sources, redisons-le, par plusieurs mentions de consuls insulaires au milieu du XIIe siècle, et alors que la Commune de Gênes vient de rentrer dans le jeu insulaire avec le partage des diocèses en 113345. Mais quelle a été la part véritable prise par ces deux familles dans la fondation de lieux de culte martiniens alors qu’elles semblent s’être imposées dans leurs territoires aux dépens de familles seigneuriales plus anciennes, mais établies sans doute également dans le moment pisan, quelques dizaines d’années plus tôt46 ?

37Quoi qu’il en soit, en appui de la carte générale des lieux « Saint Martin » ci-dessus, nous avons établi en annexe un inventaire des lieux de culte martiniens présents dans l’aire d’influence des seigneuries des différentes régions de l’île, en détaillant si besoin les différents temps et les différents espaces de la domination régionale, avec les commentaires propres à situer ces lieux « Saint Martin », historiquement et dans le paysage, spécialement agricole.

Peut-on poursuivre une recherche à plus haute époque sur les traces de saint Martin en Corse, entre Ve et Xe siècle ?

38Les développements que nous avons cru pouvoir effectuer à partir des sources textuelles des XIIe-XIIIe siècles permettent-ils de rendre compte de l’ensemble des soixante-seize édifices martiniens dans l’île ? Comment aborder leur éventuelle présence à plus haute époque, entre Ve et Xsiècle ? Depuis l’origine et sur tous sujets, les chercheurs du domaine corse se sont affrontés au problème que pose l’étude de cette période très peu documentée, et c’est sans surprise le problème auquel nous sommes confrontés dans le cadre de cette recherche.

  • 47 Zadora-Rio 2008, p. 58-60.
  • 48 Ibid., p. 267.

39Élisabeth Zadora-Rio propose quelques pistes pour affronter ce silence documentaire47. Certains cultes, attestés à haute époque, mais dont la vogue aura été de courte durée, pourraient selon elle être des marqueurs chronologiques fiables, antérieurs à l’an 900, bien qu’ils soient mentionnés tardivement. Or, ce n’est pas le cas de Martin, un vocable dominant dont la vogue ne s’est jamais démentie en Touraine (comme en Corse). Comment, écrit-elle, évaluer la part que tiennent les lieux de culte anciens de ces vocables dominants parmi les églises attestées tardivement ? La présence de treize dédicaces à saint Martin en Touraine avant 900, soit un quart du total sur cette période, l’incite ainsi à faire l’hypothèse que, parmi les églises attestées tardivement, les deux tiers au moins des lieux martiniens sont antérieurs à 900. Malheureusement, nous ne possédons pas d’attestations de ce genre à haute époque pour la Corse, et il ne semble guère sérieux d’appliquer dans cette région une évaluation analogue à celle de la Touraine. Retenons cependant que son étude conduit à réviser à la baisse la croissance du nombre d’églises, qu’on attribue généralement aux XIe-XIIe siècles, et qui paraît être dans une large mesure, selon elle, un effet de source lié à la Réforme grégorienne48.

  • 49 Si on ne peut exclure absolument par exemple que la Corse ait porté un des domaines royaux lombard (...)

40En l’absence de sources textuelles, quels pourraient donc être nos outils ? On aimerait par exemple pouvoir proposer de déduire l’ancienneté d’une église de l’existence de sa donation à l’époque romane par quelque puissant local à une des abbayes toscanes ou ligures. Nous n’avons malheureusement pour l’instant rien de ce genre pour saint Martin, et l’archéologie ne s’est pas encore attachée à l’étude d’édifices qui lui soient dédiés49. Aussi, après avoir rappelé le contexte des premiers pas du culte martinien en Italie, nous nous rapprocherons de la Corse par l’étude de la région la plus voisine, la Toscane, dont l’influence sur cette île est bien connue à toutes époques, ainsi que de la Lunigiana, une région dominée alors par les marquis Obertenghi de Massa et de Corse. Nous présenterons enfin, et le contexte sarde y aura sa part, nos réflexions et nos hypothèses sur la présence dans l’île des thématiques martiniennes à haute époque, sans méconnaître pour autant la fragilité du lien entre les dédicaces des lieux de culte et les différents modèles hagiographiques martiniens.

Le contexte italien

  • 50 Sulpice Sévère aurait accompagné Martin dans l’îlot de Gallinaria lorsque ce dernier avait dû fuir (...)
  • 51 Paulin de Nole 2016, XXIX, 14, p. 183, et Sulpice Sévère 2006, I, 23.

41Doit-on redire que le monde italien est un des espaces où est né le culte de Martin au Ve siècle ? Son enfance et son catéchuménat à Pavie, son installation érémitique à Milan alors qu’il a dépassé la quarantaine, son exil dans l’île de la Gallinara ou Gallinaria, au large d’Albenga50, autant de loca sancta qu’il avait, de son vivant, sacralisés par sa présence, autant de prétextes au développement d’un culte que le rayonnement de la Vita Martini avait épanoui, ici comme en Gaule, et peut-être avant la Gaule. Certes, l'importance historique de Martin, évêque de Tours entre 371 et sa mort en 397, a longtemps été attribuée à la fondation des premiers monastères autour de la Loire, et le développement de son culte à la construction à Tours d’un sanctuaire enrichi de ses reliques miraculeuses. Pour autant, l’amitié profonde de Sulpice Sévère, l’auteur de cette première vie de saint évêque latin, avec Paulin de Nole, qui se trouvait au centre des réseaux chrétiens de la péninsule, aura sans doute été décisive dans les débuts de la diffusion de son culte en Italie. Paulin, à peine reçu le manuscrit de la Vita Martini de son « frère d’âme », en fait la lecture à plusieurs visiteurs influents qui vont en promouvoir la renommée à Rome, et dans ses Dialogues, Sulpice fait dire à son ami Postumianus51 :

Il n’y a presqu’aucune contrée dans l’univers où cette belle histoire ne soit connue. Paulin, qui t’aime tant, l’a portée le premier à Rome. Comme à l’envi toute la ville se le disputait, j’ai entendu les libraires, librarios, transportés de joie, déclarer que nul ouvrage n’était plus lucratif, que rien ne se vendait plus promptement, ni plus cher.

  • 52 Opicinus de Canistris 1727 (début XIVe s.), indique que Crispinus Ier (...432-466 selon Faustus), (...)

42C’est à partir de là et dans l’enthousiasme porté à cette première vie de saint moine-évêque latin, après tant de récits de martyrs, que nous devrions pouvoir étudier l’expansion de ce culte. En suivant en premier lieu les traces italiennes de la vie de Martin, dont la plupart ont d’ailleurs été relevées par Bruno Judic, Silvia Lusuardi Siena et Elena Spalla, nous avons un premier témoignage à Pavie, le lieu d’enfance du saint, où l’évêque Crispinus, mort en 466, aurait souhaité avoir sa sépulture dans une ecclesia sancti Martini in Terra Arsa (aujourd’hui San Martino Siccomario), avant même que débute le chantier entrepris à Tours par Perpetuus en 461. Ajoutons qu’il l’aurait fait consacrer en 448 par Germain, évêque d’Auxerre, alors en route pour Ravenne où il allait mourir cette année-là52.

  • 53 Liber pontificalis, I, 1955, p. 262 et Gregorii I Epistolae III, 23 et V, 7 et Judic 2014, p. 98-9 (...)

43C’est ensuite au cours du premier VIe siècle, l’exaltation du modèle monastique avec la fondation par le patrice Liberius d’un monastère à Naples sous ce titre, d’un autre à Palerme, d’un autel élevé par Benoît au Mont Cassin, tous trois attestés par Grégoire le Grand, avant une des deux églises du monastère fondé par Cassiodore à Vivarium en Calabre, d’où sort probablement le manuscrit de Vérone de la Vita Martini (Veronensis XXXVIII (36), bien daté de 51753.

  • 54 Judic 2014, p. 100-101.
  • 55 Schiaparelli 1929, p. 191, 328 et 334.

44La dédicace à saint Martin, dès la fin du Ve siècle à Rome par le pape Symmaque, d’une église construite a fundamento, comme sa présence dans les mosaïques de l’église Saint-Apollinaire le Neuf de Ravenne, posées vers 561, en tête de la procession des martyrs, portant un manteau pourpre comme le Christ lui-même, et non pas le vêtement blanc des martyrs, appartiennent à un autre programme, dans le contexte anti-arien54. À ce programme appartiendrait également la fondation au VIe siècle de la cathédrale San Martino de Lucques par l’évêque Frediano, les premières attestations n’apparaissant qu’au VIIIe siècle avec plusieurs actes de l’évêque Vualprando en 737 et 75455. On doit joindre l’autel San Martino élevé dans la basilique des saints Jean et Paul à Ravenne peu avant l’arrivée des Lombards, nous y revenons ci-dessous.

  • 56 Goudesenne 2012, p. 131-151.

45Ajoutons à cela les formulaires martiniens bénéventins (VIe-VIIe siècle) et milanais (VIIe-VIIIe siècle) de chants liturgiques, c’est-à-dire de pièces de la messe et de cycles de chants de l’Office (vêpres, matines et laudes), ensuite présents dans diverses régions d’Italie aux Xe-XIe siècles56.

La diffusion dans les campagnes italiennes, spécialement en Toscane et en Lunigiana

46Toutefois, à côté des exemples des villes de Pavie, de Rome, de Naples, de Palerme, de Ravenne ou de Lucques, voit-on naître des lieux de culte martiniens dans les campagnes italiennes avant ou à partir des temps carolingiens, spécialement en Toscane qui, par sa proximité géographique, a toujours été la région la plus proche de la Corse en termes d’influence et d’échanges de toutes sortes, et sur le territoire du comté et diocèse de Luni, à la frontière de la Ligurie et de la Toscane, un territoire dominé depuis le milieu du Xe siècle par les Obertenghi, auquel la Corse pourrait avoir été spécialement attachée à haute époque ?

  • 57 Lusuardi Siena – Spalla 2011. Signalons ici l’étrange mention d’une église « Sancti Martini de Cor (...)

47Il existe en effet plusieurs exemples de cette diffusion contadine, documentés à partir du VIIIe siècle, et l’archéologie est venue ces dernières années au secours des textes grâce en particulier aux fouilles menées par Silvia Lusuardi Siena et Elena Spalla sur vingt-cinq sites d’églises San Martino en Italie du Nord, une campagne précieuse pour notre propos, mais qui ne concerne malheureusement pas la Toscane et la Lunigiana57.

  • 58 Schiaparelli 1929, p. 148. Le vicus Gausingus, où l’on retrouve d’ailleurs le lien Gausus-Goths, e (...)
  • 59 Brogiolo 1989, p. 18-19.
  • 60 Lamboglia 1933, p. 66. Les patronages martiniens sont d’ailleurs assez nombreux en Ligurie, toujou (...)
  • 61 Ibid., p. 104.
  • 62 Ibid.
  • 63 Stoffella 2011, p. 375.
  • 64 Concioni 2007, p. 42-43.

48Certes, l’usage de désigner une église par son vocable ne s’impose généralement que progressivement, spécialement en milieu rural. Toutefois, le culte de saint Martin est attesté hors des villes avant même la conquête carolingienne de 774 : on connaît en 729 l’église (templum) San Martino dans le vicus Gausingus près de Novare en Piémont58, en 765 entre Vérone, Brescia et Mantoue, les églises sous ce titre, sur les territoires de Sirmione et de Ceresara (in Gusnago)59. De même en Ligurie, dans la région d’Albenga, peut-être en lien avec le monastère installé au XIe siècle sur l’îlot de Gallinaria, on connaît Toirano et Giustenice, documentées entre VIe et VIIe siècle60. Cependant, les attestations sont spécialement nombreuses en Toscane, en particulier dans les campagnes de Lucques et de Pise. C’est l’église Sanctus Martinus de Trecase en 761, dans la vallée de la Cornia au nord de Piombino61, ou l’église piévane Sanctus Martinus in Colline, au sud de Pise, attestée en 764, proche en 770 d’un monastère sous ce même titre62, ou encore San Martino di Lunata, dite aussi di Ursiana en 90663, dans la commune actuelle de Capannori, près de Lucques, fondée en 764 par le marchand Crispino64.

  • 65 On retiendra spécialement D’Alessandro Nannipieri 1978, p. 5 ; Ceccarelli Lemut – Sodi 1996, p. 9- (...)
  • 66 Stoffella 2011 p. 363.
  • 67 Castagnetti 2018, p. 85.
  • 68 Ceccarelli Lemut – Sodi 1996, p. 13.
  • 69 Faini 2013, p. 17-25.
  • 70 Ceccarelli Lemut – Sodi 1996, p. 13.

49Cette présence toscane se confirme aux périodes carolingienne et postcarolingienne avec San Martino a Vulmiano, entre Pise et Lucques en 78065, San Martino di Monte San Quìrico, aux portes de Lucques en 78666, Santi Martino e Giorgio de Iuliano, sans doute près de Pescia, à mi-chemin entre Lucques et Florence, fondée en 817 par le prêtre Gumprando67. San Martino est également documentée en 865 dans la piève de San Lorenzo alle Corti (elle-même constituée seulement dans la première moitié du XIe siècle)68, ainsi qu’en 965 dans la piève des Santi Torpè, Sebastiano et Giovanni. Citons encore l’église familiale San Martino, dite ensuite del Vescovo, fondée à Florence avant 986 par l’archidiacre florentin Giovanni69, et encore San Martino di Ripafracta en 987 dans la piève de Santa Maria de Cassina, San Martino à Salviano en 1063 dans la piève des Santi Paolo e Giovanni, loco et finibus Porto Pisano, et enfin San Martino di Marciana en 1072 à nouveau dans la piève de San Lorenzo alle Corti70.

  • 71 Lusuardi Siena – Spalla 2011, p. 38-40 et Judic 2014, p. 105.
  • 72 Mormandi 2013.

50Pour le diocèse de Luni, où on trouve aujourd’hui de nombreux lieux de culte martiniens, on relève une première inscription (fin VIIe-début VIIIe siècle), conservée dans l’église de Piazza près de Framura, relatant la dédicace d’une église sous le titre Sancti Salvatoris et Sancti Michaelis et Sancti Martini et Sancti Georgii marteris, puis avant 752 la mention d’une église dédiée à saint Martin par un certain Leodegar, dans une épitaphe, une inscription conservée dans l’église San Giorgio, à Filattiera, dans le Val di Magra, au nord de la Lunigiana71. C’est aussi en 1077 San Martino de Muris à Framura, ou encore la mention en 950 dans un acte passé à Santo Stefano de Marinasco d’une via de Sancto Martino72.

  • 73 La démonstration de la fusion des diocèses dans Istria 2005, p. 90.
  • 74 Cantino Wataghin 2016 et Belcari 2013.
  • 75 Pergola – Vismara 1989.

51En contrepoint de cette floraison martinienne péninsulaire, on admet volontiers que le caractère retiré de la Corse, cette île montagneuse et couverte de forêts, n’aurait pas été propice au développement des cultes, spécialement dans son arrière-pays. Pourtant cette grande île, dont les quatre ou cinq diocèses avaient certes été fusionnés en un seul entre le milieu du VIIe et le milieu du VIIIe siècle, est-elle restée si isolée de l’influence religieuse de la Toscane et de la Lunigiana voisines73 ? Faut-il attendre les XIIe-XIIIe siècles pour que le culte de saint Martin s’y étende, alors que nous savons aujourd’hui que les îles tyrrhéniennes sont parties prenantes du réseau des routes commerciales méditerranéennes74 ? Bien au contraire, si le site de Castellu, dans la région de Corte, un des seuls sites du monde rural corse des Ve-VIIe siècles à avoir été fouillé, n’a livré aucun élément lié à une présence chrétienne (et il en a été de même pour différents autres sondages dans cette région), il a néanmoins attesté de la profondeur de la romanisation de la Corse rurale de l’intérieur, identique à l’ensemble de l’Italie, et de la réalité d’échanges commerciaux à longue distance dont témoigne la présence de céramiques d’importation d’Afrique du nord, de la péninsule ibérique et du Moyen Orient75.

Le modèle ascétique martinien : de rares implantations de plaine, proches du littoral, au Ve siècle en Corse ?

  • 76 Lusuardi Siena – Spalla 2011, p. 9-12.

52On trouvera sans doute quelques exemples italiens du monachisme latin et de son idéal ascétique martinien en dehors des villes, dans les campagnes, à très haute époque, entre Ve et VIe siècle. Un des plus précieux est celui livré par les campagnes de fouilles menées sous l’église piévane romane San Martino de Palazzo Pignano, à l’est de Milan, qui ont mis en lumière un édifice des Ve-VIe siècles bâti sur une luxueuse résidence aristocratique. On pourrait même en connaître les premiers propriétaires, Pinianus Valerius Severus et son épouse, Melania Valeria Maxima, de riches chrétiens, hôtes pendant deux années de Paulin de Nole, autant d’indices convergents qui permettent de penser que la titulature San Martino, ici documentée en 1015 avant la construction de l’église romane, a été la même depuis l’origine76. Notons en effet qu’un doute subsiste le plus souvent sur la titulature d’églises attestées à haute époque par les fouilles, dès lors que des textes ne la confirment pas.

  • 77 Gregorii I Epistolae, I, 50.
  • 78 CAG 2014, p. 249-250. Les tombes sont faites de tuiles et de lauzes, selon la description faite da (...)
  • 79 Visite apostolique de l’église pro-cathédrale de Vico et du chapitre de Sagone, au sein de la visi (...)
  • 80 Nous relevons sur le territoire tout proche de Lunghignano le lieu-dit « Crispino ».
  • 81 Perrin 1992, p. 1051, 1062 et 1065.

53Il semble a priori difficile d’assurer la présence de ce modèle en Corse. Nous devons en particulier à Grégoire le Grand de savoir qu’aucun monastère n’avait été fondé dans l’île jusqu’en 591 où une femme pieuse en avait fait construire un, qui était resté désert, et où lui-même tenta d’en faire fonder un autre, sans que nous connaissions l’issue de l’entreprise77. Cependant, inspiré par cet exemple de Pignano, pourrait-on voir une fondation tardo-antique dans la présence des murs arasés de deux lieux de culte voisins avec abside, sur une parcelle dénommée San Martino dans la plaine de Montemaggiore en Balagne, au milieu d’une nécropole païenne et paléochrétienne, livrant des tessons de céramique romaine et de nombreux fragments de tegulae78 ? Ce lieu de culte aujourd’hui disparu, après avoir été le bénéfice d’un canonicat du diocèse de Sagone, était en effet nommé San Martino de Crispiniano dans la visite apostolique de 168679. Doit-on simplement y entendre le nom d’une plante, u crispinu, le laiteron ou l’épine vinette80, ou bien la déformation de la double titulature des saints Crispino et Crispiniano, Romains envoyés en Gaule et martyrisés à Soissons au IIIe siècle, ou bien plutôt, doit-on soupçonner le cognomen Crispinianus, le nom du propriétaire romain d’un domaine antique ? Ce nom, présent une trentaine de fois dans le corpus épigraphique romain, est d’ailleurs celui d’un correspondant de Paulin de Nole, un soldat que Paulin incite entre 400 et 406 à quitter l’armée pour entrer au service de Dieu81.

  • 82 Jehasse 1988a, p. 123-143, Jehasse 1988b, p. 145-175 et CAG 2014, p. 194-195 et 202-203.

54La présence d’un diplôme militaire de vétéran au Ier siècle, près de l’Algajola, sur le territoire d’Aregno, et de deux autres sur Calenzana, à proximité de Montemaggiore, au IIe siècle, qui attestent l’installation de lots de colonisation en Balagne, pourraient aller dans ce sens. La découverte d’un sarcophage de l’Antiquité tardive dans l’église Santa Restituta à Calenzana, et l’existence de Passions de martyrs qui lui sont sans doute associées, pourraient de la même façon témoigner des débuts du christianisme dans cette région82.

  • 83 CAG 2014, p. 270.
  • 84 Ibid., p. 207 et 197-198.

55Avec moins d’arguments, mais également en Balagne, l’église paroissiale disparue San Martino, documentée comme telle en 1123, située dans la plaine, alle spiagge lontano un miglio, un peu au-dessus du terroir agricole de l’habitat abandonné de Giustiniano (le nom d’homme Iustinianus est également très représenté dans l’épigraphie romaine), lui-même à peu de distance au-dessus de restes de bains romains, et en contrebas, onze réservoirs et une cuve d’époque romaine, sur le territoire actuel de Speloncato, pourrait faire l’objet de considérations similaires83. Quelques autres lieux martiniens pourraient être joints à ce modèle en raison de leur implantation sur le littoral et de la présence alentour de restes d’époque romaine (ainsi sous Castellare de Casinca ou Belgodere de Balagne84), mais il convient de rester très prudent dans l’attente des résultats de nouvelles enquêtes archéologiques.

L’évangélisateur des campagnes

  • 85 Vita Martini 1967, 12-15, p. 279-287 et 6, 3-4, p. 264-267.
  • 86 Gregorii I Dialogi, II, 8-10. Il faut noter qu’un certain ermite Martin (après 541 - entre 579 et (...)

56L’aspect majeur de l’essor du culte martinien dans les campagnes à haute époque réside cependant dans le combat contre l’idolâtrie et les divinités antiques. La Vita Martini contient un ensemble de récits où le saint affronte les anciennes superstitions, mettant ici le feu à un sanctuaire païen dans un village (vicus), détruisant dans un autre village (vicus) un temple très ancien et abattant un pin sacré, démolissant avec l’aide de deux anges un temple jusqu’aux fondations dans le village (vicus) de Levroux, réduisant en poussière tous les autels et les statues, détruisant les idoles, et convaincant parfois les paysans de renverser eux-mêmes leur temples. Sans doute a-t-il anticipé, puis accompagné, les prescriptions de l’édit d’intolérance de Théodose qui, en 392, interdit tout sacrifice et tout culte païen. Doit-on rappeler que le père de Martin n’abandonna jamais le paganisme, gentilitas, à la différence de sa mère85 ? On prend généralement comme appui inaugural sur ce sujet le texte de Grégoire le Grand rapportant la fondation en 529, à mi-distance de Rome et de Naples, du monastère du Mont Cassin, le berceau des bénédictins86 :

Il y avait là un temple très ancien, où, selon le rite antique des païens un culte était rendu à Apollon par les pauvres imbéciles d’une population agricole. Tout autour avaient poussé des bois consacrés aux démons ; encore en ce temps-là une foule d’infidèles prenait beaucoup de peine, dans son inconscience, à des sacrifices sacrilèges. Dès son arrivée, l’homme de Dieu [Benoît] brisa l’idole, renversa l’autel, rasa les bois ; dans le temple d’Apollon, il bâtit un oratoire à saint Martin, et à l’emplacement de l’autel d’Apollon, un oratoire à saint Jean.

  • 87 Gregorii I Epistolae, VIII, 1 (Pergola 1991, p. 105).

57Plusieurs lettres de Grégoire témoignent de l’attention qu’il porte à l’évangélisation des campagnes corses, ordonnant ici la fondation à l’intérieur des terres d’une église et de son baptistère, là d’un monastère, ou là encore d’un episcopium, une résidence secondaire de l’évêque. Mais surtout, comment ne pas penser à la lettre qu’il adresse en septembre 597 à l’évêque d’Aleria87 :

Que ta fraternité s’emploie à reconduire à la foi ceux qui furent baptisés dans le passé mais qui, par indifférence ou par nécessité, sont retournés au culte des idoles […], en leur expliquant aussi pourquoi ils ne doivent adorer ni le bois ni la pierre, ligna et lapides.

58Si des lieux de culte ont été dédiés à saint Martin dans cet esprit de combat contre l’idolâtrie, en Corse comme ailleurs à haute époque, ce serait sans doute en des endroits où, pour des raisons diverses, il était nécessaire d'affirmer la présence chrétienne. Il serait donc utile de confronter systématiquement les lieux de culte martiniens et les traces de mégalithisme, à l’exemple de la proximité de menhirs près de Vico, à Appriciani, ou à Olmeto, ou de dolmens, sur les territoires de Paomia ou de Sàrrola Carcopino. C’est le sens de la légende suivante, ayant pour cadre le plateau de Camputile et le lac de Ninu, lieu de pacage des brebis des bergers de Letia et de Renno, villages de la piève de Sorroingiù :

  • 88 De nombreuses références indiquées dans Franzini 2021.

Fou de colère, le Diable lance le soc dans les airs, ou bien dans une autre version, ne réussissant pas à le réparer, il lance son marteau, et l’un ou l’autre objet, en venant frapper la montagne y font le trou du Monte Tafunatu avant de tomber dans la mer près de Filosorma. L’histoire ne s’arrête pas là, car le Diable, se retournant vers ses bêtes, trouve ses deux bœufs pétrifiés. Ces deux pierres semblables, avec une troisième posée horizontalement sur elles, et une quatrième étendue au sol, formant un dolmen, ne seraient autre chose que les bœufs, le joug et la charrue du Diable. Quant à San Martinu, il a tout simplement disparu88.

59Remarquons à ce propos que toutes les légendes corses mettant en scène saint Martin le montrent aux prises avec le diable, un thème majeur de la Vita Martini.

  • 89 Information de Jean-Baptiste Mary que nous remercions.

60On pourrait mener une enquête semblable auprès de fontaines, de sources, ayant par exemple donné lieu à un toponyme d’habitat, d'arbres, de pierres ou de buttes consacrées aux divinités païennes. Et de même sur la proximité de lieux de culte martiniens et de traces de lieux consacrés aux dieux antiques, à l’exemple de l’oratoire érigé sur un col entre les territoires de Santa Lucia di Mercorio et de Castellare di Mercorio, de celui érigé sur une butte à Paomia face à un site antique érigé également sur une butte89, ou de celui élevé près du hameau de Mascaracce, à Barrèttali, à 2,5 km du Mont Minerbio.

Le problème posé par la Sardaigne, et la question lombarde et franque

  • 90 Avec mes remerciements à Maria Giuseppina Meloni, chargée avec Olivetta Schena du volume des sanct (...)
  • 91 Spada 1994.
  • 92 Angius 1836 semble faire une confusion en liant ce monastère à Cagliari.

61À ce stade, un élément inattendu ouvre une nouvelle perspective. En effet, nous constatons que le culte de saint Martin en Sardaigne, dans cette autre région voisine qui est aussi une île, a une bien moins grande extension qu’en Corse90. Antonio Francesco Spada a soutenu que le culte pourrait être venu par l’Afrique, et on verrait les restes d’une église byzantine champêtre sous cette titulature dans la campagne de Torpè, en Sardaigne centro-orientale91, et dans la même zone, on a San Martino d’Arzana. Pour la période pré-aragonaise, les quelques églises dédiées à saint Martin appartiennent plutôt aux régions occidentales de l’île, l’une liée à l’abbaye de Bonarcado, construite par les juges d’Arborea au XIIIe siècle, une autre liée au monastère féminin bénédictin de San Martino d’Oristano, probablement édifié au XIVe siècle92, et d’autres à San Luri, Riola Sardo et Bosa. Enfin dans le nord-ouest de l’île, San Martino de Bessude. Même si nous n’avons pas pu réaliser un inventaire aussi exhaustif qu’en Corse, le solde est très déficitaire.

  • 93 Coroneo 2004, 2006 a et 2006 b.
  • 94 Maire Vigueur 2003, p. 115-120.

62Pourquoi observerait-on cette différence significative du nombre des lieux de culte martiniens, dans les années où se bâtissent les églises romanes de Sardaigne et de Corse, dont l’inspiration commune toscane a bien été décrite par Roberto Coroneo93 ? Pourquoi cette différence, dans le temps où les cités maritimes de Gênes et de Pise s’affrontent pour le contrôle des deux îles ? La présence et l’influence des nobles ou des officiers pisans fut-elle moins conséquente en Sardaigne qu’en Corse au XIIe siècle, et encore dans la première moitié du XIIIe siècle, alors que les Pisans consentent un intense effort pour la conquête de cette île, derrière les Visconti et les comtes della Gherardesca94 ?

  • 95 Signalons toutefois que, selon les chroniques pisanes reprises dans Tronci 1682, les chanoines de (...)
  • 96 Zedda 2020, p. 289 et HPM 1861, p. 279. La primatie sur un ou plusieurs archidiocèses (appelés aus (...)
  • 97 Zedda 2020, p. 289.

63Une première réponse semble s’imposer : une fois admise l’importance de l’action des monastères bénédictins sur la fondation de nouveaux lieux de culte dans les deux îles, il faut considérer qu’il ne s’agit pas pour chacune des mêmes monastères. Alors qu’en Corse, les principaux d’entre eux sont liés, nous l’avons vu, à Pise ou à Gênes, la situation est totalement différente en Sardaigne où Saint Victor de Marseille et le Mont Cassin dominent la situation95. De même, du côté séculier, en compensation du partage des diocèses corses de 1133 avec Gênes, l’archevêque de Pise devient certes en 1138 légat apostolique permanent pour toute la Sardaigne, et plus important, primat pour l’archidiocèse de Torres (aujourd’hui Sàssari), un privilège étendu en 1198 aux archidiocèses de Cagliari et Arborea (aujourd’hui Oristano)96. Toutefois, seuls les deux diocèses du judicat de Gallura (Civita et Galtellì, d’ailleurs les plus proches de la Corse), les seuls diocèses sardes à dépendre alors directement de Rome, deviennent suffragants de Pise cette année 113897.

64Cela dit, on peut également attribuer ce contraste à des influences différentes à haute époque, byzantine puis judicale pour la Sardaigne, lombarde puis franque à partir de la Toscane et de la Lunigiana pour la Corse, alors que le moment roman et les entreprises pisanes s’épanouissent de façon assez semblable dans l’une et l’autre île aux XIIe et XIIIe siècles. Décidément, la relative rareté des édifices martiniens en Sardaigne peut nous inciter à rechercher les débuts des implantations martiniennes en Corse en amont du moment roman, comme c’est le cas en Toscane ou en Lunigiana.

  • 98 Parmi plusieurs articles des mêmes auteurs, Istria – Pergola 2013.
  • 99 Gregorii I Epistolae, I, 77, août 591 et VI, 22, janvier 596. De Tadinum en Ombrie selon L. A. Let (...)

65Que peut-on donc dire de l’influence lombarde puis franque en Corse, sachant qu’elle s’y fait sentir dès la première moitié du VIIe siècle dans des conditions encore mal connues98 ? Certes, il serait séduisant d’imaginer l’action anti-arienne d’un certain évêque nommé justement Martin, chassé de son diocèse (d’Ombrie ou de Corse), hostilitati feritate, peut-être par les Lombards ariens, et nommé à Aleria par Grégoire le Grand en 59199, mais il est vain d’invoquer les conséquences du rôle joué par saint Martin dans la lutte contre l’arianisme, alors qu’au contraire, nous le verrons, son culte est souvent repris par les Lombards dans le moment de leur conversion, quand les rois lombards rejoignent progressivement la doctrine nicéenne dans le courant du VIIe siècle. Quoi qu’il en soit, les trois seules sources documentaires concernant la Corse lombarde, dans la seconde moitié du VIIIe siècle, l’attachent sans conteste aux cités de Lucques et de Pise. Des personnages appartenant au groupe social dominant de ces deux villes possèdent en Corse divers domaines agricoles, et aussi un monastère, Sanctus Petrus in Accio. Nous n’en savons guère plus jusqu’au tournant des Xe et XIe siècles où les monastères lucquois de San Salvatore de Sexto et pisan de San Michele in Borgo possèdent quelques biens dans l’île.

San Salvatore, San Michele et San Martino

  • 100 Lusuardi – Spalla 2011 et Bognetti 1967.

66Nous avons déjà signalé que l’archéologie est venue ces dernières années au secours des textes en Italie du Nord, avec les fouilles menées sur vingt-cinq sites d’églises San Martino, et au moins deux d’entre elles, à l’est de Milan et près de Brescia, pourraient être rapportés à la période lombarde, entre VIIe et VIIIe siècle, période qui voit, selon Gian Piero Bognetti, se multiplier en Italie les églises dédiées à saint Martin par l’aristocratie lombarde100. On attendra donc beaucoup des futurs travaux archéologiques menés en Corse sur des lieux dédiés à ce saint, mais en attendant, pouvons-nous tenter d’imaginer de nouveaux outils pour aborder les VIIe-Xe siècles, ces siècles obscurs de la Corse ? Ces outils permettraient d’ailleurs peut-être d’orienter les programmes de recherche, sans pour autant, nous en sommes conscient, amener dès maintenant à des résultats probants.

  • 101 Nous croisons ainsi à nouveau, mais, semble-t-il, avec une orientation méthodologique différente, (...)

67La présence, qui semble de hasard, de San Salvatore et San Michele comme titulatures des deux monastères lucquois et pisan possessionnés en Corse entre la fin du Xe et le début du XIe siècle, offre en fait toute la force d’évidence du contexte régional à la dernière partie de notre étude. Il nous a en effet semblé utile de rapprocher sur une carte les lieux dédiés à saint Martin et les lieux de culte dont la titulature pourrait être rapportée aux traditions lombardes, tant à l’époque de leur domination qu’au-delà, après la conquête franque de la Toscane. Certes, saint Jean-Baptiste est devenu dès le début du VIIe siècle l’intercesseur privilégié, voire une sorte de patron des Lombards, mais la vie très longue et le champ très étendu de cette titulature en font un marqueur trop incertain. On s’attachera donc plutôt au Christ Sauveur, San Salvatore, qui a souvent pris le relais du Baptiste dans ce patronage. Et puis surtout, nous suivrons saint Michel, l’archange combattant, le saint patron des guerriers lombards, bien que sa titulature ait été reprise par les hommes de guerre des époques suivantes, sous ce titre ou sous celui de Sant’Angelo, et qu’il soit le saint le plus représenté, nous l’avons dit, dans l’aire pisane après la Vierge101.

  • 102 Gregorii episcopi Turonensis libri historiarum, VIII, 15.
  • 103 Paul Diacre 1994, II, 13, p. 43-44.

68Quant à saint Martin, on pourrait penser que la réputation de « marteau des hérétiques ariens » qui lui est attachée l’aurait tenu à l’écart de la tradition lombarde, mais cette proximité a sans doute pu être au contraire le prétexte à s’en réclamer lors de la conversion. N’est-ce pas le cas de la cathédrale San Martino de Lucques ? On connaît aussi le long récit de Grégoire de Tours consacré à un diacre-moine nommé Vulfilaïc, un Lombard parfaitement inspiré par le modèle ascétique martinien, qui avait fondé un monastère dans les Ardennes. Comme Grégoire lui demandait les raisons de sa conversion, quia erat genere Langobardus (nous sommes en 585, peu après l’arrivée des Lombards en Italie), Vulfilaïc lui décrivait la ferveur envers saint Martin qui l’avait animé dès l’enfance102. On pourrait également voir une autre preuve tardive de la religiosité martinienne lombarde lorsqu’à la fin du VIIIe siècle le Lombard Paul Diacre, certes moine au Mont Cassin, met en scène dans son Histoire des Lombards la guérison de Venance Fortunat et de l’évêque de Trévise Félix à l’autel de saint Martin situé dans la basilique de Ravenne, peu avant l’arrivée des Lombards en Italie103.

  • 104 Schiaparelli 1929, p. 148.

69L’association de Martin et de Michel apparaît ainsi parfois explicitement en Italie. On l’a vu plus haut en Lunigiana, fin VIIe-début VIIIe siècle, dans cette dédicace d’une église sous le titre Sancti Salvatoris et Sancti Michaelis et Sancti Martini et Sancti Georgii marteris, ou encore près de Novare, dans le vicus Gausingus, avec cet autel San Michele établi dans l’église San Martino en décembre 729, sous le règne de Liutprand104. En Corse, on ne connaît pas de ces doubles titulatures, mais on relève certains liens, par exemple lorsque l'église San Salvatore de Focicchia est annexée à l’église paroissiale San Martino d'Erbajolo, ou lorsque le desservant de San Martino de Lozzi dans le Niolo possède le bénéfice simple de San Michele à Prato de Giovellina. Tandis que le Christ comme Sauveur libère le pécheur de l’enfer, l’archange Michel et saint Martin partagent leur victoire sur le diable, racontée dans de multiples épisodes de la Vita Martini, ou campée une fois pour toutes dans l’Apocalypse de Jean : « J’ai vu un ange descendre du ciel et enchaîner Satan. »

Fig. 2 – Proximité des édifices et lieux dédiés en Corse à saint Martin et saint Michel (Maxime Seguin - DRCA Corse).

Fig. 2 – Proximité des édifices et lieux dédiés en Corse à saint Martin et saint Michel (Maxime Seguin - DRCA Corse).

Fig. 3 – Proximité des édifices et lieux dédiés en Corse à saint Martin et san Salvatore (Maxime Seguin - DRCA Corse).

Fig. 3 – Proximité des édifices et lieux dédiés en Corse à saint Martin et san Salvatore (Maxime Seguin - DRCA Corse).

70Nous avons signalé au début de cet article que les lieux dédiés à saint Michel en Corse sont, selon le décompte d’Elia Vallecalle, exactement aussi nombreux que les lieux dédiés à saint Martin que nous avons recensés. Nous nous étonnons de cette popularité partagée. Est-elle le fruit du hasard ? Témoigne-t-elle d’une ancienne complémentarité, ou au contraire d’une ancienne compétition ? Témoigne-t-elle des temps successifs d’une même protection, au passage des cols par exemple, comme au col de Mercorio, où l’oratoire San Martino domine l’oratoire San Michele situé plus bas sur le flanc de la montagne ? Est-elle le marqueur d’un affrontement politique, de l’affrontement de deux bannières ? Ou bien, alors qu’il a abandonné la carrière militaire pour se mettre au service de Dieu, Martin garde-t-il cependant son prestige d’officier romain ? C’est ce que semble démontrer l’exemple de la Lunigiana, où saint Martin est associé à l’archange Michel et à saint Georges, un autre officier romain.

71En fait, on ne relève dans l’île qu’une quinzaine de proximités immédiates entre les deux dédicaces, un chiffre qu’on peut étendre à une vingtaine si on accepte un éloignement proche de quatre kilomètres, soit 20 à 25 % de l’ensemble pour chacune d’elles. Les deux édifices sont le plus souvent face à face, généralement sur deux collines (Sisco, Prato di Giovellina, Èspago de Rostino, Murato, Casevecchie, Bastélica, Piana, Grossa), parfois à bonne altitude comme à l’ouest de Lento, à près de 1300 m, ou bien ils sont érigés l’un en-dessous de l’autre (Mercorio, Speloncato, Borgo).

  • 105 Voir n. 2.

72Ces proximités occupent principalement le Deçà des Monts (onze sur quinze), sans vraiment d’exclusive micro-régionale, mais les quatre situés dans le Delà des Monts (Piana, Bastélica, Olmeto et Grossa) sont géographiquement bien caractérisés. Ce relevé va dans le sens du recensement des lieux dédiés à saint Michel dans l’île, effectué par Elia Vallecalle, qui montre une absence presque totale de ce saint au sud d’une ligne reliant Ajaccio à Porto Vecchio105. Ajoutons que certaines proximités s’expliquent par des circonstances particulières, ainsi la fondation de la chapelle castrale et épiscopale San Martino de Vescovato au XIIIe siècle par un évêque Cortinchi alors qu’on sait que les habitants des environs qui vinrent s’installer dans ce castrum étaient par moitié paroissiens d’une église San Michele plus ancienne.

  • 106 Moracchini-Mazel 2006, p. 58.

73Nous n’avons pas pu réaliser le recensement systématique des trente-deux lieux-dits Sant’Angelo comptés par Elia Vallecalle, mais nous avons néanmoins relevé diverses proximités avec San Martino, là encore dans le nord de l’île. À Prato di Giovellina ou à l’ouest de Lento, les lieux-dits se font face sur deux hauteurs, respectivement à 800 et à 1300 m d’altitude, au milieu des collines. Plus éloignés sur le territoire de Corbara ou sur Bastia/Lupino, Sant’Angelo et San Michele côtoient San Martino à 2 km à vol d’oiseau. Ce voisinage des trois dédicaces se retrouve sur les territoires déjà étudiés de Santa Lucia di Mercorio et de Castellare di Mercorio avec Sant’Angelo de Cuppa106.

74Notons enfin que nous comptons sept occurrences de proximités immédiates entre San Salvatore et San Martino, soit 9 % du total martinien. Remarquons dans le Nebbio les deux oratoires San Salvatore autour de San Michele de Murato, toutes à l’est de la conque tandis qu’on trouve trois églises ou oratoires à l’ouest de cet ensemble. Cette géographie se retrouve sur la rive droite du Golo, dans les pièves voisines de Rostino et Casàcconi, où on relève à l’est de deux églises San Martino, dans le Rostino, un ensemble formé de deux églises San Salvatore (à Monte) et Sant’Angelo, en hauteur, et une église San Michele (sous Ortiporio).

  • 107 Lusuardi Siena – Spalla 2011, p. 12.

75Ces proximités, en dépit de leur fréquence, ne font pas preuve. Elles pourraient cependant orienter nos recherches à venir sur les hautes époques, après que nous aurons affiné ces outils incertains. Il serait ainsi sans doute utile de se mettre à la recherche de sources documentant les liens entre les familles seigneuriales insulaires et d’autres saints ou saintes, afin de mesurer l’importance de la dévotion martinienne dans l’ensemble des dédicaces. Ce pourrait être l’exemple de saint Colomban, le fondateur du monastère de Bobbio en Ombrie, dont on connaît d’ailleurs la relation avec saint Martin, qu’il s’agisse des pièves de Giussani et Ostriconi, de la Casinca (Castellare et Sorbo) ou de la région du Cap Corse (Pietrabugno et Rogliano). On sait que Colomban après avoir visité la tombe de Martin à Tours, avait miraculeusement retrouvé grâce à son intercession l’or qui avait été volé à ses moines107. Voilà encore un de ces liens ténus qui méritera notre future attention, à la mesure de celle que nous avons essayée de maintenir dans la présente étude.

Conclusion

76Il nous semble, à l’issue de cette recherche, que le culte de saint Martin aura été pour nous l’occasion d’entamer celle, qui nous serait si chère, sur les hautes époques de la Corse, si obscures, si pauvres en sources. Quels chemins et quels outils emprunter, sinon tenter d’abord de tirer les leçons de ce paysage désolé, et de rassembler ensuite un faisceau d’indices cohérents à l’objet d’une telle étude ? Nous avons ainsi saisi le fil offert par la présence remarquable des lieux dédiés à saint Martin dans l’île pour chercher une voie, une approche pour l’étude des VIIe-Xe siècles, en établissant un camp de base au XIe et surtout au XIIe siècle, au temps du gouvernement pisan.

77Nous avons en effet étudié et décrit d’abord la voie d’entrée toscane, spécialement pisane, entre la fin du XIe et la fin du XIIIe siècle, en posant l’hypothèse que les officiers de la Commune, les milites, les abbés et les évêques pisans avaient pu être les vecteurs du développement de ce culte en Corse en raison d’un attachement urbain ou familial à saint Martin, imposant la dimension épiscopale, politico-militaire de ce culte dans le contexte de la Réforme grégorienne et de la volonté des papes d’étendre le Patrimoine de Saint-Pierre vers les îles tyrrhéniennes.

78Avons-nous ensuite réussi à avancer dans l’obscurité des hautes époques ? Rien n’est moins sûr. Certes, après avoir réalisé l’inventaire des lieux martiniens en Corse (approfondi dans l’annexe et le tableau chronologique qui suivent), nous avons étudié avec précision le voisinage régional, Toscane et Lunigiana, où ce culte, un des plus représentés, est documenté dès le VIIIe siècle, et la Sardaigne où, au contraire, cette diffusion a été beaucoup plus modeste. Ces observations nous ont certes donné à penser, mais les propositions que nous avons avancées pour la Corse ne sont finalement que des hypothèses ou des pistes de recherche. S’approcher du sol autant que possible pour y saisir le travail du temps, telle aura été l’ambition de ce travail un peu laborieux. Espérons qu’il sera pour nous le départ d’autres voyages.

Annexe

Inventaire analytique des lieux martiniens sur les différents territoires de l’île

79Nous proposons maintenant au lecteur un inventaire des lieux martiniens sur les différents territoires de l’île, en s’appuyant sur l’aire d’influence des différentes seigneuries. Cet exercice de repérage indicatif n’implique en aucune façon que ces lieux de culte soient directement liés à la seule volonté de ces familles, en dehors des trois exemples d’édifices documentés pour les Cortinchi. C’est simplement une façon commode de s’approcher du territoire médiéval et de formuler, lors de la succincte description de ces lieux de culte, constatations et hypothèses pour orienter la recherche sur les circonstances et les moyens de leur fondation ou de leur renouveau.

Les lieux de culte martiniens dans l’aire d’influence des Cortinchi et des Amondaschi

80L’extension de la seigneurie des Cortinchi dans le Deçà des Monts s’est faite à partir du château de Petra Larata, entre XIIe et XIIIe siècle, en construisant ou reprenant ou conquérant d’abord des châteaux vers la région de Corte sur les seigneurs Amondaschi. Au XIVe siècle, les Cortinchi vont s’étendre au nord d’Aleria dans les pièves de Verde et d’Opino, où se tenait une branche des marquis Obertenghi, avant d’agrandir leur seigneurie dans la piève de Castello aux dépens des seigneurs de Covasina, et probablement dans la piève de Cursa aux dépens d’une autre branche des marquis.

  • 108 Cette fois, le chroniqueur et les sources semblent rapprocher leur récit (Giovanni della Grossa 20 (...)
  • 109 Registres d'Innocent IV 1897, p. 176.
  • 110 Giovanni della Grossa 2016, p. 202-205.

81À ces différentes prises de terres va s’ajouter à partir de la seconde partie du XIIIe siècle la conquête des charges épiscopales. Dans la région considérée, on connaît Orlando Cortinco, évêque d’Aleria en 1247, peut-être désigné par Frédéric II ou son fils Enzo en concurrence avec l’évêque Lombardo, exilé à Gênes dans le contexte de la lutte entre le pape et l’empereur, et partant, entre Gênes et Pise108. C’est l’époque où le pape génois Innocent IV accorde en février 1253 à Lombardo, depuis Pérouse, des indulgences « pour ceux de Toscane ou d’ailleurs » qui viendraient repeupler le castrum d’Aleria, dépeuplé par les attaques de pirates109. Il est probable que cet Orlando est cet évêque d’Aleria assuré dans la chronique du Génois Jacopo Doria en 1289, accompagné de ses nepoti Opizino et Perneco [Pernice ou Pernetto], i quali sono dei Curtengi. De son côté, Giovanni della Grossa nous donne une précieuse indication chronologique à son propos en rapportant qu’il courtisait l’épouse d’un homme tué dans la bataille de Marmorese, autrement dit vers 1300110.

82On compte cinq lieux de culte martiniens au cœur de leur seigneurie, dans les pièves de Serra et de Rogna. Cette dernière, fertile en « blé, vin, huile, bétail, miel et fruits », selon les mots d’Agostino Giustiniani vers 1530, est une des plus peuplées de Corse au Moyen Âge.

  • dans la piève de Serra, sur le territoire actuel de Zùani, la chapelle castrale du château de Petra Larata.
  • dans la piève de Rogna, l’église paroissiale de Rospigliani, qui comptera 33 feux en 1537111, distante de cent pas des habitations ; l’ancienne église paroissiale d’Erbajolo, qui comptera également 33 feux en 1537112, située à 620 mètres d’altitude, à mi-pente, à distance d’un demi-mille en contre-bas du village ; le lieu-dit en pleine campagne sur une colline, sur le territoire d’Antisanti, au confluent du Tavignano et du Corsigliese ; le lieu-dit en pleine campagne sur le territoire de Giuncaggio.

83Ajoutons ici les différentes extensions de leur seigneurie dans le sillon central de la Corse, le long du Tavignano dans la piève de Castello et vers l’est dans la piève de Matra, sachant que nous inscrirons les lieux de culte situés dans les pièves de Verde et de Cursa au chapitre des marquis, bien que leurs châteaux de Verde et Petra Polla aient sans doute été conquis au XIVe siècle par les Cortinchi :

  • dans la piève de Castello, un lieu-dit sur le territoire de Vezzani, proche de Rospigliani, et en dessous du village de Poggio di Nazza (520 m), un autre lieu-dit San Martino érigé à 200 m d’altitude.
  • le rocher San Martino, à une hauteur de 600 m au-dessus d’une petite plaine, entre les villages de Moita et Matra.

84Ou vers le centre de l’île, au contact ou sur les terres des seigneurs Amondaschi, dans les pièves de Tàlcini, Vallerustie et Giovellina :

  • dans la piève de Vallerustie, l’église paroissiale actuelle du village d’Erone (800 m), bâtie sur une plate-forme au pied d’un promontoire, à l’écart et au-dessus du village, qui comptera 22 feux en 1456 et 24 en 1537113.
  • l’oratoire, situé sur un col à 900 m d’altitude, au croisement de chemins muletiers, sur une crête dressée entre le territoire de Santa Lucia di Mercorio, dans la piève de Tàlcini, et celui de Castellare di Mercorio, dans la piève de Bozio.
  • l’église ruinée d’Omessa, située au milieu de hauts plateaux jadis plantés en céréales, dans la piève de Tàlcini, en travers de la colline, à mi-pente entre la piste et la vallée du Vignali, sur une petite plate-forme 100 mètres en surplomb du ruisseau de Muratincu et de la fontaine où le village fait toujours merendella le lundi de Pâques, elle est élevée à quelques centaines de mètres de l’emplacement du château médiéval Amondaschi de la Ferraiuola dont elle aurait pu être ou devenir la chapelle.
  • les ruines d’un oratoire champêtre dans la piève de Giovellina, à proximité de l’église piévane des Santi Protasio e Gervasio, au-dessous de la tour de Mont’Albano, sur le territoire actuel de Prato di Giovellina, à 350m, au-dessus de la zone agricole.
  • 114 Nous avons développé cette hypothèse dans une conférence donnée à Omessa le 8 novembre 2018, sous (...)

85Dans la continuité des pouvoirs dans le centre de l’île, rappelons que les caporaux d’Omessa sont très probablement les commanditaires au XVe siècle de la fresque représentant une Charité de saint Martin, récemment découverte dans l’église Sant’Andrea d’Omessa, réalisée au-dessus de l’autel de Saint-Martin114. La dignité épiscopale et la noblesse qui font partie des attributs de ce saint pourraient avoir eu leur importance pour ces familles de puissants, engagées toutes deux dans la conquête de la mitre épiscopale.

86À côté de cette expansion de part et d’autre du Tavignano, les Cortinchi de Petra Larata allaient donner naissance entre XIIIe et XIVe siècle à une autre branche, les Cortinchi de Lùmito, dans la partie orientale de la piève d’Ampugnani, région qu’on appelait au XVe siècle « Castindacqua » et « la Capella di Pieve », aux dépens des seigneurs de Loreto, mais là encore au contact de la seigneurie des marquis. Ces derniers, très affaiblis, avaient été pris dès le XIIIe siècle dans l’étau des prétentions rivales de Gênes et de Pise. La piève d’Ampugnani sera la tête de pont des Cortinchi pour la conquête des pièves de Tavagna et Moriani, et surtout de la partie méridionale de la riche piève de Casinca, avec les habitats de Porri, Penta et Castellare aux dépens des seigneurs de Loreto.

  • 115 Giovanni della Grossa 2016, p. 187 et 201.
  • 116 Confirmée par Jacopo Doria pour 1289. Les 1er et 3 août 1289 à Belfiorito, Guido, Ugo et Albertino (...)
  • 117 Il est connu comme Guido II, cité par Castruccio Castracani (Meloni 1990) en 1323, mort en 1329. E (...)

87Là encore, les Cortinchi de Lùmito, dans une des branches de Casinca, les Pernici, installée dans le castrum de Castellare, vont conquérir un ou des diocèses dans ces mêmes années. Un Opizo Pernice Cortinco de Lùmito est assuré évêque de Mariana vers 1260. Or cet Opizo Pernice est réputé par le chroniqueur avoir édifié le nouveau castrum de Belfiorito, le futur Vescovato115. Ce castrum, bâti sur un éperon de confluent à 2 km de Loreto, contrôle la route est-ouest qui longe la rive du Golo et menace par le nord les villages de Casinca toujours tenus par les seigneurs de Loreto, une zone entre les villages de Loreto, Penta, Monte et Olmo, notons-le, dominée par la présence de San Michele et Sant’Angelo116. Cette dernière fondation ne se fait pas en continuité avec les possessions des Cortinchi sur Castellare et Penta, mais est liée à la proximité de la cathédrale de Mariana dont Opizo Pernice est alors l’évêque. Et en 1298, c’est à nouveau un Guido Cortinchi qui est à la tête du diocèse de Mariana117.

88Rassemblons ici, après la piève d’Ampugnani, les lieux de culte martiniens des pièves d’Orezza, Tavagna, Casinca et Casàcconi, en renvoyant ci-dessous aux propriétés de l’abbaye de Montecristo un lieu-dit San Martino situé sous le castrum de Castellare :

  • dans la piève d’Ampugnani, sur le territoire de Scata, la chapelle castrale, située à cinq minutes de marche du château de Lùmito.
  • l’oratoire champêtre bâti à 650 m sur une crête en face des villages de Carcheto et de Casanova d’Orezza.
  • dans la piève de Casinca, la chapelle castrale et épiscopale de l’évêque de Mariana, actuelle église paroissiale de Vescovato.
  • l’église disparue du village abandonné de Casafelce ou Casafelice (4 feux en 1454, 10 en 1537), sur le territoire actuel de Crocicchia, dans la piève de Casàcconi, déjà en ruines en 1646.

89Enfin, les Cortinchi prennent pied dans le Nebbio au début du XIVe siècle à la faveur du mariage d’une femme, sœur du seigneur du Nebbio, de la famille de Loreta, avec un Cortinchi de Petra Larata. Nous évoquons cette région du Nebbio dans les lignes suivantes.

Les lieux de culte martiniens dans le diocèse de Nebbio, aire d’influence de la famille de Loreta

90L’église San Martino, liée initialement au village de Cardeto, sur le territoire dit de Patrimonio, attestée, nous l’avons vu, dès 1220, ne peut donc être rapportée directement aux Cortinchi, implantés seulement à partir du XIVe siècle dans le Nebbio. Y aurait-il cependant quelque parenté familiale ou théologico-politique, par exemple l’idéal de la Réforme grégorienne, ou mieux, une commune origine pisane, entre la famille de Loreta, qui domine le Nebbio, avec la présence d’Ildebrando, Adalberto et Ansifredo de Loreta attestée en 1137-1144, et celle du premier Cortinchi connu, Ansaldo fils de Guido, qui agit en 1148 ?

91Rassemblons cette église de Patrimonio, paroissiale actuelle, aux six autres mentions de saint Martin dans le diocèse de Nebbio, dont l’église de Rapale, dont nous avons relevé l’attestation dans notre inventaire de sources, et deux sur la côte ouest du Cap Corse appartenant à ce diocèse :

  • deux oratoires champêtres, l’un ruiné sur le territoire de Barrèttali, au-dessous du hameau de Mascaracce, l’autre ruiné sur celui d’Òlcani, à côté du hameau isolé et disparu de Canavaggia (à près de 800 m, sous le Monte Corvo), tous deux dans le Cap Corse.
  • l’église de Rapale, paroissiale jusqu’au milieu du XVIIe siècle, aujourd’hui ruinée, au-dessus de la plaine de la rivière l’Alisu, à peu de distance en contrebas du village. Geneviève Moracchini-Mazel datait son abside du VIIe au IXe siècle118.
  • sur le territoire de Santo Pietro, sur le littoral du désert des Agriate, San Martino est le nom de quelques parcelles, mais aussi d’un ruisseau et d’un point sur le littoral, entre les pointes de Malfalcu et Solche, sur un territoire agricole.
  • sur le territoire de San Gavino di Tenda, en-dessous du village, juste au-dessus de la plaine de la rivière l’Alisu, les ruines encore visibles d’un petit oratoire champêtre.
  • à peu de distance du village de Murato, les restes dispersés d’un oratoire champêtre, désignée comme tel en 1632, dans une zone agricole située vers 620 m d’altitude. En 1582, « San Mertino » est le nom d’une des prese de la juridiction de Murato119.

Les lieux de culte martiniens dans l’aire d’influence des marquis de Corse et de la famille des Pinaschi

  • 120 Mabillon 1707, p. 691.

92On ne peut certes manquer de relever, fragile témoignage des liens qui attachaient au XIIe siècle les marquis de Corse à saint Martin, le renouvellement de l’hommage prêté en 1131-1132 aux moines de Saint-Martin de Tours par Oberto Brottoporrata pour la curte et districtus de Solaria, dans le comté d’Asti, près d’Alessandria, des terres données à Saint-Martin de Tours par les Carolingiens depuis au moins 887120. Certes, nous ne disposons pas de trace documentée de son action en Corse, mais Oberto Brottoporrata est le frère d’Ugo, le marquis de Corse décédé en 1124, et le père d’Alberto corso, marquis de Corse. Nous ne possédons aucun autre indice probant d’un lien des marquis de Corse avec saint Martin.

93Pour autant, si nous nous en tenons au périmètre de leur seigneurie ou de leurs alleux documentés au XIIe siècle, une fois réduit à la dimension locale de six pièves (Sant’Andria, Tùani, Giussani, Ostriconi, Caccia et Rostino), nous relevons sept églises sous le titre de saint Martin, ainsi qu’un lieu-dit incertain (le seul de notre inventaire) :

  • À cheval sur les communes actuelles de Belgodere et d’Occhiatana, à proximité des bonnes terres situées sur la rive gauche de la rivière Reginu, en arrière de Lòsari, à peu de distance de la mer, ce lieu-dit San Martino, avec ses bâtiments et ses deux aires à battre, a la particularité d’être situé dans la plaine. S’agirait-il d’un petit ermitage ou prieuré de l’abbaye ligure de San Venerio del Tino, gros propriétaire dans ces villages, ou toscane de la Gorgona121 ? Ou d’une installation agricole romaine, en raison de la présence d’un gisement d’amphores, de fragments de tegulae, de céramique sigillée et d’un beau morceau de dolium122 ?
  • l’église paroissiale de Palasca, située sur un replat à l’écart à environ 300 mètres et en contrebas du village à l’altitude de 280 mètres environ. Elle est déjà en ruine lors de la visite apostolique de Mgr Curlo en 1616, les fonctions paroissiales ayant été transférées dans le village à l’église Santa Maria Assunta.
  • l’oratoire aujourd’hui en ruines, érigé sur une colline dénudée (à environ 530 mètres d’altitude) sur le territoire de Castifao, en surplomb de la vallée de Làgani, une région déserte, riche en pâturages qui se prête bien à l’élevage, dans une zone qui touche aux pièves de Giussani, de Caccia et d’Ostriconi, et qui descend du col de San Colombano, lieu d’implantation du château des marquis, vers le centre de l’île.
  • l’église paroissiale des Costi de Caspigna, aujourd’hui le hameau de Costa Ruda sur la commune de Canavaggia, élevé au-dessus des habitations sur un petit éperon à 650 mètres d’altitude, et toujours en fonction.
  • il semble possible d’ajouter ici le lieu-dit incertain Poggio al Martino (1300 mètres environ) sur le territoire de Canavaggia, loin de Costa Ruda et de toute habitation, un lieu-dit situé face au mont Sant’Angelo sur le territoire de Lento.
  • l’oratoire champêtre aujourd’hui en ruines situé sur un replat en contrebas de Valle di Rostino et de la tour marquisale de Scolca, est perché à 460 mètres sur une colline au-dessus du terroir agricole, auprès du ruisseau de Petra Luna et de la Fontana di Pozzi Mori, avec en contrebas deux toponymes éloquents, Pozzo alla Chiesa et Petra Santa.
  • l’église paroissiale du hameau d’Espago (17 feux en 1454), à proximité et un peu en surplomb des habitations, à l’altitude d’environ 600 mètres sur la commune actuelle de Bisinchi123.

94Joignons et décrivons à la suite cinq autres lieux de culte situés dans la Balagne occidentale, dans l’aire d’influence de la famille de Pino ou Pinaschi, qui s’émancipe alors progressivement de la tutelle des marquis :

  • le couvent franciscain San Martino d'Alirano, attesté en juillet 1410, sans doute fondé dans le cours du XIVe siècle sur la commune actuelle de Calenzana, au lieu-dit San Martino, sur une colline située à quelques centaines de mètres au sud du bourg, dans la vallée du Sambucu124.
  • le lieu de culte disparu situé dans la plaine de Montemaggiore est nommé dans la visite apostolique de 1686 San Martino de Crispiniano125.
  • l’église de San Martino de Praoli (commune d’Aregno), bâtie au cœur de cet habitat, est une annexe de l’église paroissiale de San Quìlico d’Aregno, nommée comme telle en 1589 par Mgr Mascardi qui précise « qu’en raison de son étroitesse, elle pourrait plutôt être qualifiée d’oratoire…, ses parois sont construites en pierres de taille maçonnées de terre. »
  • le lieu-dit campo di San Martino, propriété de l’église San Pietro, attesté en 1658 sur le village de Nessa126.
  • l’église paroissiale de Giustiniano, documentée comme telle en 1123, bâtie à 250 mètres d’altitude en léger surplomb de cet habitat médiéval abandonné depuis le XVIe siècle. Mgr Marliani indique en 1646 que, située dans la plaine, alle spiagge lontano un miglio, elle est l’église paroissiale de Speloncato, le castrum édifié au XIIe ou XIIIe siècle au-dessus de Giustiniano probablement par les seigneurs de Pino, en conflit avec les marquis, bien que les fonctions paroissiales aient alors été transférées à l’église Santa Catarina127.

95Ajoutons deux lieux de culte situés sur la côte orientale, dans les pièves de Verde et de Cursa (Petra Polla), où des marquis sont documentés en 1289 avant d’être probablement défaits par les Cortinchi au XIVe siècle :

  • dans la piève de Cursa, sous le village d’Isolaccio di Fium’orbo (650 m), un lieu-dit situé à 350 m d’altitude au-dessus de la plaine au-dessus de la plaine et de Pietra Pola, où se tenait en 1289 une branche des marquis.
  • dans la piève de Verde, où se tenait en 1289 une branche des marquis, l’ancienne église paroissiale de Canale di Verde, à proximité du hameau de Pastricciola.

96Nous rassemblons ci-dessous une troisième attestation dans cette région (au sud-est de Tox) aux propriétés de l’abbadia San Benedetto située sur le territoire de Pietra di Verde.

Les lieux de culte martiniens dans l’aire d’influence de la famille génoise des Avogari, des familles de Bagnaja et de Loreto

  • à l’écart du village de Volpajola, sur une crête à 646 m, proche du rocher de San Martino, les ruines de cet oratoire qui a pu avoir à l’origine charge d’âmes à en croire la visite pastorale de Mgr Marliani (1646).
  • sous le village de Borgo, aujourd’hui lieu-dit, mais à la fin XVIIIe, c’est encore la chiesa di San Martino in Bagnaja disfatta, du nom d’un ancien habitat. Elle est bâtie à une altitude de 150 m, au-dessus de la plaine.
  • au-dessus du village de Furiani, les ruines de cet oratoire, sur une colline à environ 300 m d’altitude, proche de Santa Maria, l’église piévane d’Orto. Un oratoire San Pietro, à Agliani (dans la plaine sous Furiani), aurait été annexé à son bénéfice.128
  • un peu au-dessus de l’actuel quartier de Lupino de Bastia, un lieu-dit en-dessous de l’ancien habitat de Suerta et des ruines du Paese Vecchju, à mi-hauteur, le long du ruisseau de Lupino.
  • à la naissance du Cap Corse, l’église San Martino, paroissiale actuelle du village de San Martino di Lota.
  • sur la côte est du Cap, dans la seigneurie de Brando, la plus élevée des deux églises paroissiales de la vallée de Sisco (avec San Sisto), au milieu des hameaux de Barrigione, Monacaja et Poggio, aurait été bâtie en 1200 selon le curé Agostini (1780). En face, au nord, à même hauteur dans la campagne, l’église San Michele qui aurait portée, selon le même curé, la date de 1030 aujourd’hui effacée129.

Les lieux de culte martiniens dans le Niolo et le Delà des Monts, dans l’aire d’influence des seigneurs cinarchesi, ainsi qu’à Bonifacio

97D’origine obscure, les seigneurs cinarchesi, qui tiennent leur nom du château de Cinarca, situé dans le golfe de Sagone, dominent le Delà des Monts médiéval après avoir progressivement éliminé les Biancolacci, leurs présumés parents et concurrents sur ce territoire. Plusieurs seigneuries, Leca, Ornano, Bozzi, Istria, Della Rocca, se formeront au sein de ce lignage dans les siècles suivants, et leurs étendues respectives évolueront au rythme des guerres et des mariages. Il est essentiel de noter qu’appuyée sur Bonifacio depuis la fin du XIIe siècle, puis sur Calvi à la fin du XIIIe siècle, l’influence génoise y est plus prégnante que dans le Deçà des Monts sous influence pisane. Rassemblons sans plus tarder les lieux dédiés à saint Martin en allant du nord vers le sud :

  • l’église San Martino de Lozzi, dans le Niolo, est aujourd’hui disparue, mais elle a assuré une fonction paroissiale pour ce village qui comptait 30 feux et 120 âmes en 1589130, une légère augmentation depuis les 22 feux de 1537131. L’actuel lieudit, près du monument aux morts, est à l’embranchement du hameau de Poggio (qui avait, notons-le, sa propre église)132.
  • 133 L’église San Martino, élevée au rang de paroissiale d’Evisa au XVIIe siècle, aurait été construite (...)

98Dans les pièves situées en arrière des golfes de Porto et de Sagone133 :

  • aux environs de Serriera, un lieu-dit en contrebas d’une crête134.
  • en contrebas des habitats médiévaux de Paomia, une église sans doute avec charge d’âmes, dont ne subsiste aujourd’hui que la nef, sur une petite butte au-dessus de la plaine, à 340 m d’altitude135.
  • sur la piève de Salogna, un oratoire de col, la bocca San Martino, à 426 m d’altitude, annexe de San Marcello, sur Piana.
  • dans la piève de Sorroingiù, sur le territoire actuel de Balogna, éloigné du village, dans un cirque entouré de montagnes, proche d’un ensemble de bergeries au lieu-dit Campori, San Martino aurait été lié à l’ancien habitat d’Azzani. Y aurait-il un lien avec la bocca San Martino136 ?
  • un important ensemble de parcelles San Martino sous le hameau de Nesa, un hameau situé à environ 700 m au sud du bourg de Vico.
  • l’église paroissiale actuelle de Letia, de facture moderne, reprend probablement un vocable ancien.
  • l’église paroissiale actuelle de Sari d’Orcino, dans la piève de Cinarca, romane à l’origine selon la description de Mgr Mascardi (1587).

99En arrière et sur le littoral du golfe d’Ajaccio, spécialement dans les vallées de la Gravona et du Prunelli, pour lesquelles nous avons déjà signalé la proximité des domaines appartenant au monasterium Sancti Martini de insule Galinarie, documentés en 1272 :

  • l’église San Martino de Tavaco, sur le plateau, à proximité du village, aurait reçu tardivement cette dédicace selon des informations contradictoires.
  • sur le territoire de Cuttoli Corticchiato, vers le sud à 650 m d’altitude, à l’écart mais proche des habitats, le lieu-dit « San Martino monaco ». L’église actuelle dans le village serait reconstruite au XIXe siècle sur un site plus ancien.
  • en pleine montagne, vers 1400 m, à la Punta d’Isa, au-dessus du col de Scalella, le lieu-dit San Martino sur le territoire de Tavera.
  • sous le village de Sarrola Carcopino, le lieu-dit San Martino au-dessus de la plaine et du ruisseau de Pantanu, à la limite du village de Peri.
  • au milieu des collines dominant les villages de Cauro et Eccica Suarella dont elle est équidistante, la punta San Martino (539 m).
  • le lieu-dit San Martino à Bastelicaccia, en plaine, près de l’habitat de Bottacina.
  • sous le village de Bastelica, un oratoire champêtre déjà abandonné en 1589 selon Mgr Mascardi, « qu’on le modifie ou qu’on l’abatte et n’y célèbre plus de messe », aujourd’hui lieu-dit, dans une zone de culture de moyenne altitude (environ 700 m).
  • à peu de distance de Coti Chiavari, sur la crête au sud du village (à environ 500 m d’altitude), le lieu-dit San Martino, au sein de cette petite piève littorale disparue de la Costa, documentée par Mgr de la Foata (1895)137.

100En allant vers le sud, dans la vallée du Taravo, puis en arrière du golfe de Valinco, dans la seigneurie d’Istria :

  • la rive droite du moyen Taravo, siège de la seigneurie d’Ornano, et sa haute vallée, qui comptaient près de trente villages, est une des rares régions corses pauvres en témoignages martiniens. Le lieu-dit San Martino à Zicavo, dans la haute vallée, en est le seul exemple à notre connaissance.
  • sur la rive gauche, sur le territoire de Petreto Bicchisano, un ensemble important de parcelles au loin des habitats, proche du hameau de Penta.
  • sous la punta San Marcello, le lieu-dit San Martino domine un terroir agricole sur le territoire de Sollacarò, à proximité du village de Casalabriva.

101Puis une fois franchi le col de Cilaccia, dans la seigneurie de la Rocca :

  • sur le territoire et à l’est d’Olmeto, au fond de la petite vallée du ruisseau de Campaluba, un ensemble de parcelles San Martino commandant un petit terroir agricole en contrebas.
  • au-dessus du village de Grossa, au lieu-dit « Castellu », une chapelle qui pourrait avoir été castrale138.
  • un oratoire San Martino sur la rive gauche de l’Ortolo, au nord du village de Serragia, sur le territoire actuel de Sartene, juste au-dessus d’un beau terroir agricole, irrigué par le ruisseau de Castellu, sous un lieu-dit de ce nom, et en face de la punta di Castellu.
  • en allant vers l’est, au-delà de la crête dite encore de Castellu, tout à fait isolé et dominant le ruisseau de Cioccia, un lieu-dit San Martino sur le territoire actuel de Monaccia d’Aullène.
  • un oratoire champêtre entre Tirolo et Bisè, sur le territoire de Santa Lucia de Tallano, aux confins de Levie.

102Enfin, dans la région sud-orientale de l’île :

  • un lieu-dit San Martino sur le territoire de Zonza, mais en fait voisin de Conca, proche de la côte orientale.
  • l’oratoire ruiné de San Martino de Conca est situé dans la forêt ou massif de San Martino, de l’autre côté de la crête vers l’Ospedale et Zonza. Il se trouvait autrefois en bordure d’un sentier reliant le littoral à l’Alta Rocca.
  • l’église ruinée San Martino, juste à l’ouest du village de Sotta, au-dessus des cultures (à 120 m d’altitude environ). En fait, les bergers des villages de Serra di Scopamene et Sorbollano menaient depuis toujours leurs troupeaux l’hiver sur les plages dites de San Martino, une situation qui fut l’objet de conflits avec l’Office de Saint-Georges lors de la création des fiefs de Porto Vecchio. Ce territoire du « comarque de San Martino » ou de « a Comerca (ou Comarca) de San Mertinu », dont la population était uniquement originaire de Serra, forma finalement un des trois territoires de Sotta lorsque celle-ci fut érigée en commune en 1853139.
  • sur le territoire de Bonifacio, hors les murs, à l’est du couvent de Saint Julien, un lieu-dit San Martino sur la route du golfe de Santa Manza (on note à Bonifacio, une contrada San Martino, mentionné par François Canonici).

Les lieux de culte martiniens appartenant aux abbayes toscanes, ou susceptibles de leur appartenir

103En dépit de l’importance des possessions des abbayes toscanes ou ligures en Corse, nous ne disposons que de très peu d’attestations de lieux de culte martiniens qui puissent leur être liés de façon plus ou moins assurée. L’abbaye ligure de San Venerio del Tino, en particulier, bien connue grâce à l’édition de ses chartes par Geo Pistarino, ne fournit aucune mention martinienne, et pas plus les autres abbayes ligures possédant quelques églises ou autres biens dans l’île. De fait, la seule source incontestable permet de relever en 1252, dans l’important patrimoine de l’abbaye toscane de San Gorgonio de l’îlot de la Gorgona et San Vito de Pise :

  • l’église de San Martino d’Acquafredda sur le territoire actuel de Meria dans le Cap Corse. Nous l’avons dit, elle est isolée de l’habitat principal, à l’intérieur des terres, mais a pu desservir le hameau de Pastina, jadis voué à la culture de la vigne, nom de Pastina/Pastino porté aujourd’hui par cet édifice140.

104Nous avons déjà rapporté la défiance légitime des chercheurs à l’égard des chartes de l’abbaye de San Salvatore et San Mamiliano de Monte Cristo, reconstituées au XIIIe siècle. Pour autant, il semble raisonnable de retenir la mention de biens particulièrement modestes possédés par l’abbaye dans l’île, en renonçant jusqu’à nouvel ordre et sauf exception aux indications chronologiques et prosopographiques : 

  • une terre San Martino dans les propriétés de l’abbadia San Benedetto (chronologie incertaine). Si cette dernière se trouvait sur le territoire de Pietra di Verde, on peut penser qu’il s’agit des terres attachées aux ruines présentes en dessous d’un chaos rocheux, sur un replat bordé de tombes en lauzes ou en tuiles à crochets, sur le territoire de Tox, en allant vers la mer le long de la Bravona, à mi-hauteur (260 m) au-dessus d’un petit terroir141.
  • dans une charte de Montecristo de datation incertaine, l’attestation d’un podium S. Martinus ad Sandulaccia / Sardulaccia, dont on peut douter de la localisation, sous Venzolasca de Casinca ou Isolaccio de Tavagna, en raison des multiples orthographes de la villa della Vensolasca, parfois Vesolaccia, Vesolasca ou Vescovaccia. Devrait-on rapprocher ces données incertaines du lieu-dit San Martino retrouvé sur une petite hauteur, au milieu de la plaine étendue sous les bourgs fortifiés de Venzolasca et Castellare, tous deux dans la piève de Casinca, à 800 m de l’église piévane San Pancrazio, un lieu-dit qui pourrait recouvrir le domaine dit Samartini appartenant à l’église San Pellegrino du lieu, aujourd’hui quasi disparue sur le territoire de Penta, mais jadis sur celui de Castellare, en bordure du rivage, dans les donations à l’abbaye de Montecristo142 ?

105Au total, bien peu de chose, et quoi qu’il en soit, des lieux de culte installés sur la côte orientale ou le Cap Corse, en relation visuelle avec les îles de la Gorgona et de Montecristo.

Tableau chronologique des lieux dédiés à saint Martin en Corse

Pièves Lieux dédiés à saint Martin Chronologie des attestations
Lieux de culte éventuellement datables de l’Antiquité tardive
Pino Le lieu de culte disparu situé dans la plaine de Montemaggiore, nommé en 1686 San Martino de Crispiniano Attestée en 1686
Casinca Un lieu-dit sous les bourgs fortifiés de Venzolasca et Castellare
Tùani Lieu-dit à cheval sur les communes actuelles de Belgodere et d’Occhiatana, en arrière de Lòsari, à peu de distance de la mer
Sant’Andria L’église paroissiale de Giustiniano Attestée en 1123
Lieux de culte liés aux Cortinchi
Serra La chapelle castrale du château de Petra Larata Après 1148
Ampugnani Sur le territoire de Scata, la chapelle castrale, du château de Lùmito XIIe-XIIIe siècle
Casinca La chapelle castrale et épiscopale de l’évêque de Mariana, actuelle église paroissiale de Vescovato Vers 1260
Autres lieux de culte attestés au XIIIe siècle
Sisco Sur la côte est du Cap, dans la seigneurie de Brando, au milieu des hameaux de Barrigione, Monacaja et Poggio [1200] selon le curé Agostini (1780)
Patrimonio L’église San Martino, paroissiale actuelle de Patrimonio, liée initialement au village de Cardeto 1220, 1235
Luri L’église de San Martino d’Acquafredda sur le territoire actuel de Meria, elle a pu desservir le hameau de Pastina, 1252
Verde Une terre San Martino dans les propriétés de l’abbadia San Benedetto, sur le territoire de Pietra di Verde chronologie incertaine antérieure au XIVe s.
Lieux dédiés actuellement à saint Martin avec éventuellement attestation d’époque moderne
Cinarca L’église paroissiale actuelle de Sari d’Orcino romane à l’origine selon la description de Mgr Mascardi (1587)
Ostriconi L’église paroissiale de Palasca déjà ruinée en 1616
Aregno L’église de San Martino de Praoli, sur le territoire d’Aregno 1589
Cauro Sous le village de Bastelica, un oratoire champêtre déjà abandonné en 1589 selon Mgr Mascardi
Sant’Andria Le lieu-dit campo di San Martino, propriété de l’église San Pietro, sur le village de Nessa 1658
Rogna L’église paroissiale de Rospigliani
Rogna Un lieu-dit sur le territoire d’Antisanti
Rogna Un lieu-dit sur le territoire de Giuncaggio
Castello Un lieu-dit sur le territoire de Vezzani, proche de Rospigliani
Castello Un lieu-dit en dessous du village de Poggio di Nazza
Matra Le rocher San Martino, entre les villages de Moita et Matra
Vallerustie L’église paroissiale actuelle du village d’Erone
Entre Tàlcini et Bozio Un oratoire, sur une crête dressée entre le territoire de Santa Lucia di Mercorio et celui de Castellare di Mercorio
Tàlcini Une église ruinée sur le territoire d’Omessa
Giovellina Les ruines d’un oratoire champêtre, sur le territoire actuel de Prato di Giovellina
Orezza L’oratoire champêtre sur une crête en face des villages de Carcheto et de Casanova
Casàcconi L’église disparue du village abandonné de Casafelce ou Casafelice, sur le territoire actuel de Crocicchia
Cànari L’oratoire champêtre ruiné sur le territoire de Barrèttali, au-dessous du hameau de Mascaracce
Nonza L’oratoire champêtre ruiné sur le territoire d’Òlcani, à côté du hameau isolé et disparu de Canavaggia
Santo Pietro Sur le territoire de Santo Pietro, sur le littoral du désert des Agriate, quelques parcelles, mais aussi d’un ruisseau et d’un point sur le littoral, entre les pointes de Malfalcu et Solche
Santo Pietro Sur le territoire de San Gavino di Tenda, les ruines encore visibles d’un petit oratoire champêtre
San Quìlico À peu de distance du village de Murato, les restes dispersés d’un oratoire champêtre,
Giussani, Caccia et Ostriconi Un oratoire aujourd’hui en ruines sur le territoire de Castifao
Caccia L’église paroissiale des Costi de Caspigna, aujourd’hui le hameau de Costa Ruda sur la commune de Canavaggia
Bigorno Le lieu-dit incertain Poggio al Martino sur le territoire de Canavaggia, loin de Costa Ruda et de toute habitation
Rostino Un oratoire champêtre aujourd’hui en ruines
Rostino L’église paroissiale du hameau d’Èspago, sur la commune actuelle de Bisinchi
Cursa Un lieu-dit sous le village d’Isolaccio di Fium’orbo, au-dessus de la plaine
Verde L’ancienne église paroissiale de Canale di Verde, à proximité du hameau de Pastricciola
Bigorno À l’écart du village de Volpajola, proche du rocher de San Martino, les ruines de cet oratoire qui a pu avoir à l’origine charge d’âmes
Marana Lieu-dit sous le village de Borgo, mais fin XVIIIe, c’est encore la chiesa di San Martino in Bagnaja disfatta, du nom d’un ancien habitat
Orto Les ruines d’un oratoire, au-dessus du village de Furiani, proche de Santa Maria, l’église piévane d’Orto
Orto Un lieu-dit un peu au-dessus de l’actuel quartier de Lupino de Bastia, en-dessous de l’ancien habitat de Suerta et des ruines du Paese Vecchju
Lota L’église paroissiale actuelle du village de San Martino di Lota
Niolo Lieu-dit près du monument aux morts, à l’embranchement du hameau de Poggio, où était l’église de Lozzi, aujourd’hui disparue, mais paroissiale à l’origine
Sia Un lieu-dit aux environs de Serriera
Paomia En contrebas des habitats médiévaux de Paomia, une église sans doute avec charge d’âmes
Salogna Un oratoire de col, la bocca San Martino
Sorroingiù Sur le territoire actuel de Balogna, proche d’un ensemble de bergeries au lieu-dit Campori, San Martino aurait été lié à l’ancien habitat d’Azzani
Vico Un important ensemble de parcelles San Martino sous le hameau de Nesa, à environ 700 m au sud du bourg de Vico
Mezzana Sur le territoire de Cùttoli Corticchiato
Célavo à la Punta d’Isa, au-dessus du col de Scalella, lieu-dit sur le territoire de Tavera
Mezzana Sous le village de Sarrola Carcopino, lieu-dit à la limite du village de Peri
Cauro Dominant les villages de Cauro et Eccica Suarella, la punta San Martino
Cauro Lieu-dit à Bastelicaccia, près de l’habitat de Bottacina
Au sein de la petite piève littorale disparue de la Costa, documentée par Mgr de la Foata (1895) Lieu-dit, à peu de distance de Coti Chiavari
Tàlavo Lieu-dit à Zicavo, dans la haute vallée du Taravo
Cruscaglia Sur la rive gauche du Taravo, sur le territoire de Petreto Bicchisano, un ensemble important de parcelles au loin des habitats, proche du hameau de Penta
Valle Sous la punta San Marcello, lieu-dit dominant un terroir agricole sur le territoire de Sollacarò, à proximité du village de Casalabriva
Valle Sur le territoire et à l’est d’Olmeto, au fond de la petite vallée du ruisseau de Campaluba, un ensemble de parcelles San Martino
Bisogeni Au-dessus du village de Grossa, au lieu-dit « Castellu », une chapelle qui pourrait avoir été castrale
Ortolo Un oratoire sur la rive gauche de l’Ortolo, au nord du village de Serragia, sur le territoire actuel de Sartene, en face de la punta di Castellu
Scopamene Au-delà de la crête dite encore de Castellu, un lieu-dit sur le territoire actuel de Monaccia d’Aullène
Attallà Un oratoire champêtre entre Tirolo et Bisè, sur le territoire de Santa Lucia de Tallano, aux confins de Levie
Carbini Un lieu-dit sur le territoire de Zonza, mais en fait voisin de Conca, proche de la côte orientale
Carbini L’oratoire ruiné San Martino de Conca situé dans la forêt ou massif de San Martino, de l’autre côté de la crête vers l’Ospedale et Zonza
L’église ruinée, juste à l’ouest du village de Sotta
Bonifacio Sur le territoire de Bonifacio, hors les murs, à l’est du couvent de Saint Julien, un lieu-dit sur la route du golfe de Santa Manza (à Bonifacio, une contrada San Martino)
Olmia Le couvent franciscain San Martino d'Alirano, sur la commune actuelle de Calenzana, au lieu-dit San Martino 1410 sans doute fondé dans le cours du XIVe siècle
Vico L’église paroissiale actuelle de Letia De facture moderne, reprend probablement un vocable ancien
Célavo Une église sur le territoire de Tàvaco Dédicace tardive selon des informations contradictoires



Haut de page

Bibliographie

Archives

AAP : Archivio arcivescovile di Pisa.

ACCC : Archives de la Collectivité de Corse (service Cismonte).

ACCP : Archives de la Collectivité de Corse (service Pumonti).

ADAM : Archives Départementales des Alpes-Maritimes.

ASGe : Archivio di Stato di Genova.

Ouvrages à caractère de source

CAG 2014 = Carte Archéologique de la Gaule. La Corse 2A-2B, F. Michel et D. Pasqualaggi (dir.), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2014.

Calci 1889 = Inventaire des archives du couvent de Calci et des propriétés qu’il possédait en Corse, Ph. De Caraffa et L.-A. Letteron (éd.), Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 103-106, 1889, p. 229-337.

Caturegli 1938 = N. Caturegli, Regesto della Chiesa di Pisa, Regesta chartarum Italiae, 24, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo,1938.

D’Alessandro Nannipieri 1978 = M. D’Alessandro Nannipieri, Carte dell’Archivio di Stato di Pisa..., I, 780-1070, Rome, Thesaurus Ecclesiarum Italiae, VII, 9, 1978.

Faustus Antonius Marronus 1757 = Faustus Antonius Marronus, De Ecclesia et episcopis Papiensibus commentarius, Rome, typ. Ottavio Pulcinelli, 1757.

Giovanni della Grossa 2016 = Giovanni della Grossa et Pier’Antonio Montegiani, Chronique de la Corse des origines à 1546, A.‑M. Graziani (éd. et trad.), Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 2016. 

Gregorii I Dialogi = Grégoire le Grand, Dialogues, II et III, A. de Vogué (éd.) et P. Antin (trad.), Paris, Cerf, Sources chrétiennes 260 et 265, 1979 et 1980.

Gregorii I Epistolae = Gregorii I papa registrum epistolarum, P. Ewald et L.M. Hartmann (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Berlin, 1957.

HPM 1861 = Historiae Patriae Monumenta, X, Codex diplomaticus Sardiniae, Turin, 1861.

Letteron 1887 = L.-A. Letteron, Donations faites en Corse à l’Abbaye de Saint-Mamiliano de Montecristo, Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 83-84, 1887.

Libri iurium 2000 = I libri iurium della Repubblica di Genova, I/6, M. Bibolini (éd.), Rome, Pub. Degli Archivi di Stato, fonti XXXII, 2000.

Mabillon 1707 = Mabillon, Annales Ordinis Sancti Benedicti occidentalium monachorum patriarchae, IV, Paris, C. Robustel, 1707.

Marliani 1890 = Relazione della prima visita pastorale di Monsignor Marliani, dans Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 113-114, 1890.

Mittarelli – Costadoni 1760 = G.B. Mittarelli et A. Costadoni, Annales Camaldulenses ordinis sancti Benedicti, I, Venise, apud Jo. Baptistam Pasquali, 1760.

Molard 1875 = F. Molard, Rapport sur les Archives provinciales de Pise, dans Archives des Missions scientifiques et littéraires, 3e série, II, 1875.

Muratori 1739 = L.A. Muratori, Antiquitates italicae medii aevi, II, Milan, Typographia Societatis Palatinae in Regia Curia, 1739.

Opicinus de Canistris 1727 = Opicinus de Canistris, De laudibus civitatis ticinensis, dans Scriptores Rerum Italicarum, XI, Milan, 1727.

Paul Diacre 1994 = Paul Diacre, Histoire des Lombards, F. Bougard (trad.), Turnhout, Brepols,1994.

Paulin de Nole 2016 = Paulin de Nole, Correspondance avec Sulpice Sévère, Paris, Cerf, 2016. (Sagesses chrétiennes).

Pistarino 1944 = G. Pistarino, Le carte del monastero di San Venerio del Tino relative a la Corsica (1080-1500), Turin, Regia Deputazione Subalpina di Storia Patria, CLXX, 1944.

Registres d'Innocent IV 1897 = Les Registres d'Innocent IV, III, É. Berger (éd.), Paris, E. Thorin, 1897.

Registrum Gregorii VII = Registrum Gregorii VII, E. Caspar (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Epistolae selectae, II, 1955.

Scalfati 1971 = Carte dell’Archivio della Certosa di Calci, 2, (1100-1150), S.P.P. Scalfati (éd.), Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1971.

Scalfati 1976 = S.P.P. Scalfati, Les documents du Libro Maestro G di Gorgona concernant la Corse (XIe-XIIe s.), dans Mélanges de l'École française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes, 88-2, 1976, p. 535-580.

Scalfati 1977 = Carte dell’Archivio della Certosa di Calci, I, (999-1099), S.P.P. Scalfati (éd.), Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1977.

Scalfati 1994a = S.P.P. Scalfati, Diplomatica corsa, Pise, Pacini, 1994.

Scalfati 2006 = Carte dell’Archivio Arcivescovile di Pisa. Fondo arcivescovile, 2 (1101-1150), S.P.P. Scalfati (éd.), Pise, Pacini, 2006.

Schiaparelli 1929 = L. Schiaparelli, Codice diplomatico lombardo, I, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Typografia del Senato, 1929.

Stussi 1993 = A. Stussi, Corsica, 11 novembre 1220, dans Omaggio a Gianfranco Folena, Padoue, Editoriale Programma, 1993, p. 235-246.

Sulpice Sévère 2006 = Sulpice Sévère, Gallus, Dialogues sur les « vertus » de saint Martin, éd. J. Fontaine, Paris, Cerf, 2006 (Sources chrétiennes, 510).

Tronci 1682 = Memorie istoriche della città di Pisa, Livourne, Gio. Vincenzo Bonfigli, 1682.

Vita Martini 1967 = Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, J. Fontaine (éd.), t. 1, Paris, Cerf, 1967 (Sources chrétiennes, 133).

Études secondaires

Angius 1836 = V. Angius, Cagliari, dans Dizionario geografico storico statistico commerciale..., III, Turin, 1836.

Belcari 2007 = R. Belcari, Monachesimo insulare tirrenico: fonti documentarie e attestazioni materiali a Montecristo e nelle altre isole dell’arcipelago toscano, dans Hortus Artium Medievalium, 19, 2013, p. 79-97.

Bognetti 1967 = G.P. Bognetti, I loca sanctorum e la storia della chiesa nel regno dei Longobardi, dans L’età Longobarda, III, Milan, 1967.

Brogiolo 1989 = G.P. Brogiolo, Civitas, chiese e monastery, dans G.P. Brogiolo, S. Lusuardi Siena et P. Siena (dir.), Ricerche su Sirmione longobarda, Florence, 1989, p. 13-60.

Brown 2007 = P. Brown, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, 2007.

Cambiaso 1917 = D. Cambiaso, L’anno ecclesiastico e le feste dei santi di Genova, dans Atti della Società Ligure di storia patria, 48, 1917, p. XV, 499.

Camuffo 2015 = P. Camuffo, Approche archéologique à l’étude des édifices religieux de la Corse médiévale, dans Il capitale culturale, XII, 2015, p. 127-148.

Cancellieri 1981 = J.-A. Cancellieri, Formes rurales de la colonisation génoise en Corse au XIIIe siècle : un essai de typologie, dans MEFRM, 93-1 1981, p. 89-146.

Cancellieri 1988 = J.-A. Cancellieri, Toponymie et structures médiévales de l’occupation de l’espace insulaire, dans La Balagne, II, dir. M.-C. Weiss, s. l., Université de Corse, 1988. 

Cantino Wataghin 2016 = G. Cantino Wataghin, Moines et monastères en Italie à l’arrivée de Colomban : quelques données entre archéologie et histoire, dans Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 20-2, 2016, [on line] journals.openedition.org/cem/14521.

Castagnetti 2018 = A. Castagnetti, I Cunimundighi di Lucca (secoli VIII-IX), Vérone, 2018.

Ceccarelli Lemut – Sodi 1996 = M.L. Ceccarelli Lemut et S. Sodi, Per una riconsiderazione dell'evangelizzazione della Tuscia: la Chiesa pisana dalle origini all'età carolingia, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, L, 1996, p. 9-56.

Ceccarelli Lemut – Sodi 2004 = M.L. Ceccarelli Lemut et S. Sodi, Il sistema pievano nella diocesi di Pisa dall'età carolingia all'inizio del XIII secolo, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, LVIII-2, 2004, p. 391-432.

Ceccarelli Lemut 2005 = M.L. Ceccarelli Lemut, S. Piero a Grado e il culto petrino nella diocesi di Pisa, dans M.-L. Ceccarelli Lemut, Medioevo Pisano. Chiesa, famiglie, territorio, Pise, 2005, p. 87-101.

Ceccarelli Lemut 2010 = M.L. Ceccarelli Lemut, Il contesto storico: il castello di Piombino nel Medioevo, dans M.T. Lazzarini (dir.), La Fonte dei Canali alla Marina di Piombino. Storia e restauro, Pise, 2010, p. 11-43.

Ceccarelli Lemut 2016 = M.L. Ceccarelli Lemut, I consoli e i magistrati del Comune di Pisa dalla comparsa del consolato (1080-1085) al 1189, dans Bollettino storico pisano, 85, 2016, p. 63-108.

Colonna de Cesari Rocca 1901 = P.-P.-R. Colonna de Cesari Rocca, Recherches sur la Corse au Moyen Âge. Origine de la rivalité des Pisans et des Génois en Corse (1014-1174), Gênes, 1901.

Concioni 2007 = G. Concioni, Vescovi e canonici a Lucca tra Longobardi e Franchi, Pise, 2007.

Coroneo 2004 = R. Coroneo, Il romanico d’importazione in Sardegna e in Corsica: crisi e validità di un modelo storiografico, dans A.C. Quintavalle (dir.), Medioevo: arte lombarda, Actes du colloque international de Parme, 26-29 septembre 2001, Milan, 2004, p. 440-456.

Coroneo 2006a = R. Coroneo, Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, 2006. 

Coroneo 2006b = R. Coroneo, Chiese romaniche in granito dell’isola d’Elba, della Corsica e della Sardegna, dans Études corses, 62, 2006, p. 93-104.

Ewig 1961 = E. Ewig, Le culte de saint Martin de Tours à l'époque franque, dans Revue d'Histoire de l'Église de France, 47-144, 1961, p. 1-18.

Faini 2013 = E. Faini, I vescovi dimenticati..., dans Annali di Storia di Firenze, VIII, 2013, p. 11-49.

Fontaine 1961 = J. Fontaine, Vérité et fiction dans la chronologie de la Vita Martini, dans Saint Martin et son temps. Mémorial du XVIe centenaire des débuts du monachisme en Gaule, Studia Anselmiana, 46, Rome, 1961, p. 189-326.

Franzini 2003 = A. Franzini, La Corse du Quattrocento (1433‑1483)Politique et société, thèse de doctorat d'histoire médiévale, dir. J.‑A. Cancellieri, Université de Corse, février 2003.

Franzini 2005 = A. Franzini, La Corse du XVe siècle (1433‑1483). Politique et société, Ajaccio, 2005.

Franzini 2013 = A. Franzini, Le parti populaire corse, les Cortinchi et le château de Petra Larata au XVe siècle, dans Tribune des chercheurs de l’Université de Corse « Moyen Âge », Société des Sciences historiques et naturelles de la Corse, Bastia, 24 juin 2011, dans Corse d’hier et de demain, 4, 2013, p. 75-88.

Franzini – Belgodere de Bagnaja 2021 = A. Franzini et L. Belgodere de Bagnaja (dir.), Les visites apostoliques en Balagne entre XVIe et XVIIIe siècle. Un regard sur la société corse à l’époque moderne, Ajaccio, 2020.

Franzini 2021 à paraître = A. Franzini, Introduction à l'étude du culte de San Martinu dans neuf pièves du centre de la Corse médiévale, dans Actes du 4e Colloque du Laboratoire régional d’archéologie, « Six millénaires en Centre Corse : archéologie-histoire-architecture-toponymie-géologie », 15-17 novembre 2019, Corti, Università di Corsica, à paraître.

Gioanni 2017 = S. Gioanni, 397. Le saint patron de la Gaule venait d’Europe centrale, dans Histoire mondiale de la France, Paris, 2017.

Goudesenne 2012 = J.-F. Goudesenne, Les répertoires liturgiques latins pour saint Martin (VIe-Xe siècle), dans Les abbayes martiniennes, B. Judic (dir.), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-3, 2012, p. 131-152.

Inventaire Sisco 2010 = Sisco. Inventaire du Patrimoine, Association Petre Scritte, Bastia, 2010.

Istria 2000 = D. Istria, Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse (fin du XIe siècle-milieu du XIVe siècle), dans MEFRM, 112-1, 2000, p. 225-258.

Istria 2005 = D. Istria, Pouvoirs et fortifications dans le Nord de la Corse (XIe-XIVe siècle), Ajaccio, 2005.

Istria – Pergola 2013 = D. Istria et P. Pergola, La Corse lombarde et les temps incertains de la Corse pontificale, dans Histoire de la Corse, 1, Ajaccio, 2013, p. 233-239.

Istria 2020 = Mariana. L’évêché et les édifices de culte du Ve au XVIe siècle, D. Istria (dir.), Rome, 2020.

Jehasse 1988a = J. Jehasse, La Balagne et l’archéologie classique, dans La Balagne, II, M.‑C. Weiss (dir.), Université de Corse, 1988, p. 123-143.

Jehasse 1988b = O. Jehasse, Les sources de l’histoire antique de la Balagne, dans La Balagne, II, M.‑C. Weiss (dir.), Université de Corse, 1988, p. 145-170.

Judic 2008 = B. Judic, Le culte de saint Martin dans le haut Moyen Âge et l'Europe Centrale, dans Saint Martin de Tours, symbole de la culture européenne, Ljubljana, 2008, p. 32-44.

Judic 2009 = B. Judic, Les origines du culte de saint Martin de Tours aux Ve et VIe siècles, dans La figure de saint Martin de Tours. Histoire. Patrimoine. L’exemple de l’Ain, Vonnas, 2009, p. 13-24.

Judic 2014 = B. Judic, Les modèles martiniens dans le christianisme des Ve-VIIe siècles, dans M. Gaillard (dir.), L’empreinte chrétienne en Gaule du IVe au IXe siècle, Turnhout, 2014, p. 91-109.

Judic 2019 = B. Judic, Les avatars de Martin, dans B. Judic, R. Beck, É. Lorans et C. Bousquet-Labouérie (dir.), Un Nouveau Martin. Essor et renouveaux de la figure de saint Martin. IVe-XXIe siècle, Tours, 2019, p. 9-34.

Lamboglia 1933 = N. Lamboglia, Topografia storica dell'ingaunia nell'antichità, Collana storico-archeologica della Liguria occidentale, Albenga, 1933.

Lusuardi Siena – Spalla 2011 = S. Lusuardi Siena et E. Spalla, I siti archeologici del nord Italia legati al titulus Martini, alcune considerazioni, dans Temporis signa. Archeologia della tarda antichità e del medioevo, Spolète, VI-2011, p. 1-58.

Maire Vigueur 2003 = J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale. XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2003.

Martorelli 2006a = R. Martorelli, Il culto dei santi nella Sardegna medievale: progetto per un nuovo dizionario storico-archeologico, dans MEFRM, 118-1, 2006, p. 25-36. 

Martorelli 2006b = R. Martorelli, Il culto dei martiri in età tardoantica e medievale nel Mediterraneo, l’esempio della Sardegna, dans Études corses, 62, 2006, p. 39-53.

Meloni 1990 = M.G. Meloni, La Corona d'Aragona e la Corsica attraverso una relazione di Castruccio Castracani, signore di Lucca, dans La Corona d'Aragona in Italia (sec. XIII-XVIII), 1 – Il regnum Sardiniae et Corsicae nell’espansione mediterranea della Corona d’Aragona, XIV congresso di storia della Corona d’Aragona, Sassari-Alghero, 19-24 maggio 1990, Sàssari, Carlo Delfino, vol. II, t. II.

Meloni ­ Schena 2016 = M.G. Meloni et O. Schena (dir.), Santuari d’Italia. Sardegna, Rome, 2016.

Mériaux 2006 = C. Mériaux, Gallia Irradiata. Saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du Haut Moyen Âge, Stuttgart, 2006.

Moracchini-Mazel 1967 = G. Moracchini-Mazel, Les églises romanes de Corse, II, Paris, 1967.

Moracchini-Mazel 2004 = G. Moracchini-Mazel, Corsica Sacra, volume I, IVe-Xe siècles, Porto Vecchio, 2004.

Moracchini-Mazel 2006 = G. Moracchini-Mazel, Les saints patrons honorés en Corse à partir des IVe et Ve siècles et la christianisation des cultes antérieurs, dans Études corses, 62, 2006, p. 55-64.

Mormandi 2013 = G. Mormandi, La diffusione del culto di San Martino nell'antica Diocesi di Luni-Sarzana, dans Le Apuane, rivista di cultura, storia, etnologia, XXXIII, 65-66, Massa, 2013, p. 44-63.

Nobili 2006 = M. Nobili, Sviluppo e caratteri della dominazione Obertenga in Corsica tra XI e XII secolo , dans M. Nobili (dir.) Gli Obertenghi e altri saggi, Pérouse, 2006, p. 179-214.

Penco 1961 = G. Penco, La vita monastica in Italia all’epoca di S. Martino di Tours dans Saint Martin et son temps. Mémorial du XVIe centenaire des débuts du monachisme en Gaule, Studia Anselmiana, 46, Rome, 1961, p. 67-83.

Pergola – Vismara 1989 = P. Pergola et C. Vismara (dir.), Castellu (Haute-Corse). Un établissement rural de l’Antiquité tardive. Fouilles récentes (1981-1985Paris, 1989.

Pergola 1991 = Ph. Pergola, Gli interventi di Gregorio Magno in Corsica: aspetti religiosi, socio-economico e politici, dans Gregorio Magno e il suo tempo, I. Studi storici, Rome, 1991 (Studia ephemeridis Augustinianum, 33), p. 103-108.

Pergola 2006 = Ph. Pergola, Les premiers chrétiens corses entre l’Afrique et Rome, dans Études corses, 62, juin 2006, p. 25-38.

Pergola 2008 = Ph. Pergola, Christianisation, monastères et territoire en Sardaigne et en Corse, dans Rivista di Archeologia Cristiana, 84, Città del Vaticano, 2008, p. 365-376.

Perrin 1992 = M.-Y. Perrin, Ad implendum caritatis ministerium. La place des courriers dans la correspondance de Paulin de Nole, dans MEFRA, 104-2, 1992, p. 1025-1068.

Pietri – Pietri 2000 = Ch. Pietri et L. Pietri (dir.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. 2 - Prosopographie de l’Italie chrétienne (313-604), vol. 2, L-Z, Rome, 2000.

Pomponi 1962 = J. Pomponi, La vie rurale de deux communes corses : Serra di Scopamene et Sotta, Aix en Provence, 1962.

Rovai 1994 = B. Rovai, La famiglia de Curte tra l'XI ed il XIV secolo, Tesi di laurea, Università di Pisa, relatore Maria Luisa Ceccarelli Lemut, 1993–94.

Scalfati 1994b = S.P.P. Scalfati, La Corse médiévale, Ajaccio, 1994.

Spada 1994 = A.F. Spada, Storia della Sardegna cristiana e dei suoi santi, I, Oristano, 1994, http://www.chiesecampestri.it/torp%C3%A9-sardegna/torp%C3%A9-chiesa-bizantina-di-san-martino.

Stoffella 2011 = M. Stoffella, Lociservatores nell’Italia Carolingia: l’evidenza toscana, dans Studi sul Medioevo per Andrea Castagnetti, Bologne, 2011, p. 345-382.

Tessier 1951 = G. Tessier, Les diplômes carolingiens du chartrier de Saint-Martin de Tours, dans Mélanges d’histoire du Moyen Âge dédiés à la mémoire de Louis Halphen, Paris, 1951, p. 683-691.

Vauchez 2007 = I santuari cristiani d'Italia: bilancio del censimento e proposte interpretative, A. Vauchez (dir.), Rome, 2007 (Collection de l'École française de Rome, 387).

Venturini 2007 = A. Venturini, Les évêques de Corse depuis les origines attestées jusqu’à la réunion de l’évêché d’Accia à celui de Mariana (591-1563), dans Études corses, 65, 2007, p. 1-40.

Violante 1963 = C. Violante, Le concessioni pontificie alla Chiesa di Pisa riguardanti la Corsica alla fine del secolo XI, dans Bullettino dell'Istituto storico italiano per il Medio Evo e Archivio muratoriano, 75, Rome, 1963, p. 43-56.

Volpe 1902 = G. Volpe, Studi sulle istituzioni comunali a Pisa [1902], Florence, 1970.

Wickham 2001 = C. Wickham, Communautés et clientèles en Toscane au XIIe siècle. Les origines de la commune rurale dans la région de Lucques, Rennes, 2001.

Zadora-Rio 2008 = É. Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, Tours, 2008.

Zedda 2020 = C. Zedda, Ai piedi dell’Apostolo. Sede apostolica e spazio tirrenico (secoli XI-XII), Milan, 2020.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons aux travaux pionniers de Geo Pistarino et Geneviève Moracchini-Mazel, puis de Silio P. P. Scalfati, et plus récemment de Roberto Coroneo, Philippe Pergola, Daniel Istria, Antoine Franzini, Mario Nobili, Alain Venturini, Corrado Zedda et Paola Camuffo, qu’on retrouvera dans les sources imprimées et la bibliographie.

2 Mériaux 2006, p. 127. Elia Vallecalle, dans le cadre de sa thèse de doctorat en cours en Sciences de l’Information et de la Communication, « Les routes de saint Michel en Corse » (UMR LISA 6240 / ICPP - Università di Corsica, avec mes remerciements), compte en effet 74 lieux dédiés à saint Michel dans l’île, auxquels il faut sans doute joindre 32 lieux « Sant’Angelo ».

3 Vita Martini 1967, 6, 5, p. 273 et 283.

4 Brown 2007.

5 Après Fontaine 1961, Penco 1961 et Ewig 1961, on lira donc Judic 2008, 2009, 2014 et 2019 et Lusuardi Siena – Spalla 2011.

6 Gioanni 2017, p. 79.

7 Ibid., p. 76.

8 Vita Martini 1967, epist. 2, 12, p. 331.

9 Pour la Corse, elle forme en particulier le projet du dernier ouvrage de Geneviève Moracchini-Mazel, qui se voulait le premier de trois volumes, mais est finalement resté unique (Moracchini-Mazel 2004). Dans un esprit assez proche, on doit citer le programme né en 1997, Censimento dei santuari cristiani d’Italia dall’antichità ai giorni nostri, qui a donné lieu à un premier ouvrage, Vauchez 2007, ainsi que Mériaux 2006. Pour la Sardaigne, Martorelli 2006, p. 25-36 et Meloni - Schena 2016. Pour saint Martin dans l’Italie du nord, Lusuardi Siena – Spalla 2011.

10 Zadora-Rio 2008, spécialement p. 11-66.

11 Nous avons utilisé comme sources la carte archéologique nationale (Ministère de la Culture - DRAC Corse), la carte IGN, le géo portail DGFIP, diverses sources écrites, ainsi que les connaissances locales de plusieurs informateurs.

12 Cancellieri 1981, p. 144, d’après ASGe, Manoscritti, 103, f° 10 v°. Voir aussi p. 14 et n. 48.

13 Dans ce document, Rinaldo, marquis de Corse, fils du feu marquis Ugone, donne à Montecristo la villa de la Vesolaccia, toutes terres confinant de tous côtés avec le podium sancti Martini ad Sardulaccia, un lieu d’ailleurs jamais retrouvé jusque-là par les chercheurs (Mittarelli – Costadoni 1760, Appendice, p. 276, acte CXXIII, fait à Santa Maria de Mariana. On a dans idem, Annales, p. 405, ad Sandulaccia). Cette donation est analysée dans une copie de 1519 comme ayant été faite en 1260, de toute la villa della Vensolasca, parfois orthographiée Vesolaccia, Vesolasca, Vescovaccia, come è terminato da ogni parte dallo poggio di S. Martino alla Sardulaccia. Dans ce même acte, « Possessione di S. Pellegrino [dit aussi del Castellare di Casinca] luogho detto alli Sammartini », avec leurs confins, et « Possessioni di S. Martino e piè d’Agnelli [dit dans Mittarelli – Costadoni 1760, podium de l’ancello ou l’auccelo] (Letteron 1887, p. 174-175).

14 Scalfati 1976, p. 568.

15 Sur cet acte signalé par plusieurs chercheurs depuis le XIXe siècle, Stussi 1993, p. 235-246, d’après Archives de la Chartreuse de Calci (Pise), 557, 1193.

16 Scalfati 1994 a, p. 195 et Franzini 2003, p. 998.

17 Scalfati 1994 b, p. 150. Voir aussi Scalfati 1994 a, p. 171-172, acte de 1460.

18 Scalfati 1994 a, p. 197 et 200-204. En 1257, c’est la concession effectuée par l’évêque de Nebbio Curradus à un homme et à ses héritiers che heregere lo podesse lo molino de Brigecta, territoire que nous savons appartenir au milieu du XVe siècle à la circonscription dite capella de San Cervone, dans la podesteria d'Oletta. En 1265, c’est la concession in feudo d’un casale effectuée par l’évêque de Nebbio Errigus nato de la Terchina [Serait-ce cet habitat de la piève de Rostino ?]. En 1269, c’est l’accord sur la domination de Conchiglio, à la limite nord du diocèse, entre le seigneur Guglielmo/Guglielmino Da Mare et le même évêque Arrigo nato de la Terchina, ou encore d’une donation de terres à Santa Maria [de Nebbio].

19 Scalfati 1994 a, p. 202.

20 L’abbé de la Gorgona reçoit la dîme de curte sancte Marie et sancti Florenti en 1144 (Scalfati 1971, p. 224).

21 Libri iurium 2000, n° 1075-1076 et 1080-1082, p. 249-252 et 257-260. Guglielmo est un des fils du chef de famille toujours vivant Ugone, et il est le châtelain du château de Petra Larata avec un de ses cousins.

22 Istria 2005 et Scalfati 1994.

23 Camuffo 2015, et récemment, une avancée remarquable sur la construction de la cathédrale de Mariana, de San Parteo et de la résidence épiscopale dans Istria 2020, p. 121-188. Voir également les articles de Daniel Istria et Patrick Ferreira dans ce dossier des Mélanges.

24 Registrum Gregorii VII 1955, V-2 et 4, p. 349-352 et Violante 1963.

25 Zedda 2020.

26 Giovanni della Grossa 2016, p. 212-215.

27 Wickham 2001, p. 250, dans la suite de Volpe 1902.

28 Giovanni della Grossa 2016, p. 191, 211 et 217.

29 Scalfati 1971, p. 73, 79,128-130, 132, 165-166, 220 et 224.

30 Ceccarelli Lemut 2005, p. 87-88.

31 Istria 2005.

32 Ibid., p. 453, d’après AAP, Archivio capitolare di Pisa, pergamene 1045.

33 Giovanni della Grossa 2016, p. 250-261, à croiser avec les attestations de consuls dans l’île.

34 Sur la famille Cortinchi, Franzini 2013.

35 Scalfati 2006, n. 158, 160 et 164, p. 287-289, 291-292 et 298-300.

36 Giovanni della Grossa 2016, p. 142-143, donne au premier seigneur Cortinchi le nom de Guglielmo, qui aurait été le neveu d’un l’évêque d’Aleria. Il reprend là curieusement les données d’un document de juin 1354 qui donne un Guillelmus Cortinghus miles de l’évêque d’Aleria (AAP, Acta Extraordinaria B, cc 409 v°- 410 r°).

37 Un des actes est signé à Pise, dans sa tour, porte San Salvatore, près de l’église Sant’Ilario [près de la Porta Aurea]. Uguccione fils du feu Lamberto de Curte est un des consuls de Pise en 1142, son fils Lamberto del fu Uguccione de Curte est consul en 1168 et 1171 (Ceccarelli Lemut 2016, p. 80, 93 et 95).

38 Sur cette famille, Rovai 1994. Lamberto di Uberto de Curte est un des consuls de Pise en 1113-1115, qui guide avec ses collègues l’expédition des Baléares où il est dux equitum (Ceccarelli Lemut 2016, p. 74).

39 Gerardo vesconte da Pisa est présent dans l’île témoin de donations faites par l’évêque d’Aleria en 1095 et 1098 (Scalfati 1977, p. 325 et 345). Pour l’arrivée d’un juge Visconti en Corse, Giovanni della Grossa 2016, p. 212-215. Gherardo Visconti sera ambassadeur de Pise à Constantinople en 1111-1112, et dans la suite, avec un homonyme qu’il est difficile de distinguer, plusieurs fois consul de Pise entre 1113 et 1144. (Ceccarelli Lemut 2016, p. 74-77 et 79-81).

40 Rovai 1994, p. 78. Leurs habitations sont situées entre les églises San Salvatore di Porta Aurea, San Frediano, Sant’Isidoro et donc Sant’Ilario, certes bien proches de San Martino de Arno.

41 Giovanni della Grossa 2016, p. 142-143, 182-185 et 294-295.

42 Dans les faubourgs pisans de la rive gauche de l’Arno, ce sont San Martino in Chizinca (attesté en 1066 avec son hôpital) et San Martino de Vectula. Sur la rive droite, au centre de la cité, c’est San Martino alla Pietra ou de Arno (attestée en 1111), et au nord, hors les murs, San Martino de Rete.

43 Moracchini-Mazel 1967, p. 219, d’après un dossier de l’administration générale du diocèse de Mariana, conservé aux ACCP.

44 Les tailles de 1454 et 1537 indiquent deux habitats distincts mais voisins, Lorecta et Petra a Lorecta (aujourd’hui les lieux-dits A Patrunale et Campucassu), tous deux situés à proximité de l’église San Michele de Murato (dite en 1137 San Michele de Lorecta, dans Scalfati 1971, p. 165) sur des éperons rocheux, où on trouve encore actuellement plusieurs maisons ruinées, avec mes remerciements à Battì Lucciardi. Notons que ces lieux de culte martiniens ne peuvent être rapportés aux Cortinchi, implantés seulement à partir du XIVe siècle dans le Nebbio à la faveur du mariage d’une femme, sœur du seigneur du Nebbio, de la famille de Loreta, avec un Cortinchi de Petra Larata.

45 Nous rencontrons Ildebrando de Bagnaria en 1125, Roboano de Bagnaja en 1144 et Ildebrando, Adalberto et Ansifredo d’Ansifredo de Loreta en 1137 et 1144 (Scalfati 1971, p. 132, 165-166, 220, 222 et 225).

46 Il s’agit des Montalti dans le Nebbio et des seigneurs de Loreto dans la plaine sur les deux rives du Golo (Giovanni della Grossa 2016, p. 160-161, 184-187 et 204-205). Les Cortinchi, entre Golo et Tavignano, appartiendraient selon le chroniqueur à cette première génération de seigneuries, même s’ils n’apparaissent dans les sources qu’en 1148.

47 Zadora-Rio 2008, p. 58-60.

48 Ibid., p. 267.

49 Si on ne peut exclure absolument par exemple que la Corse ait porté un des domaines royaux lombards confisqués en Italie du nord dans la suite de la descente franque de 774 et de la disparition du royaume lombard, et octroyés par Charlemagne à l’abbaye Saint-Martin de Tours, aucun acte ne permet de penser qu’il y eût des domaines corses donnés à l’abbaye tourangelle (Tessier 1951, p. 683-691).

50 Sulpice Sévère aurait accompagné Martin dans l’îlot de Gallinaria lorsque ce dernier avait dû fuir Milan (Vita Martini 1967, 6, 5, p. 266-267). Selon son récit, Martin arrive en 359 ad insulam, cui Gallinaria nomen est, et s’y établit pendant une période assez brève, étant donné qu’en 358 Martin est encore à Milan et qu’en 360 il est déjà à Poitiers. Voir également p. 14 et n. 12.

51 Paulin de Nole 2016, XXIX, 14, p. 183, et Sulpice Sévère 2006, I, 23.

52 Opicinus de Canistris 1727 (début XIVe s.), indique que Crispinus Ier (...432-466 selon Faustus), le septième évêque de Pavie, a été inhumé dans l’Ecclesia Sancti Martini in Terra Arsa, puis transféré à la cathédrale par Iohannes III Bonus (...912-924). Faustus Antonius Marronus 1757, p. 10, qui s’appuie sur la Cronotassi dei vescovi pavesi (XVIe s.), rapporte l’intervention de saint Germain d’Auxerre. Un monastère carolingien sous ce titre sera également fondé à Pavie avant 851 par Lothaire et Ermengarde.

53 Liber pontificalis, I, 1955, p. 262 et Gregorii I Epistolae III, 23 et V, 7 et Judic 2014, p. 98-99.

54 Judic 2014, p. 100-101.

55 Schiaparelli 1929, p. 191, 328 et 334.

56 Goudesenne 2012, p. 131-151.

57 Lusuardi Siena – Spalla 2011. Signalons ici l’étrange mention d’une église « Sancti Martini de Corsica [de castro Vinioli]» dans une donation faite en 1134 en faveur de l’abbaye de Lérins (ADAM, H10, f. 84 v°). Il s’agit en fait d’un oratoire funéraire sur la commune de Vignolo dans le diocèse de Cuneo en Piémont, fondé au VIIe siècle d’après l’inscription parfois contestée documentant le presbyter Bertaldus, de l’époque d’Aripert, Vignolii in coemeterii Sancti Martini (ibid., p. 34-36 et 50). Cette église a disparu de la confirmation de tous les biens de Lérins par Alexandre IV en 1259. Reste que la mystérieuse mention « de Corsica » provoque le chercheur.

58 Schiaparelli 1929, p. 148. Le vicus Gausingus, où l’on retrouve d’ailleurs le lien Gausus-Goths, est identifié avec San Pietro in Mosezzo.

59 Brogiolo 1989, p. 18-19.

60 Lamboglia 1933, p. 66. Les patronages martiniens sont d’ailleurs assez nombreux en Ligurie, toujours dans la région d’Albenga, les édifices d’Erli et Taggia plus tardifs (Penco 1961, p. 80), et de même dans le diocèse de Gênes, trois pièves (Sampierdarena, Albaro et Pastorana) et vingt-neuf églises paroissiales, et en 946 et 972, deux actes imposent le paiement des dettes pro omni missa sancti martini (Cambiaso 1917, p. 258), avec mes remerciements à Bruno Judic.

61 Ibid., p. 104.

62 Ibid.

63 Stoffella 2011, p. 375.

64 Concioni 2007, p. 42-43.

65 On retiendra spécialement D’Alessandro Nannipieri 1978, p. 5 ; Ceccarelli Lemut – Sodi 1996, p. 9-56 et Ceccarelli Lemut – Sodi 2004, p. 391-432.

66 Stoffella 2011 p. 363.

67 Castagnetti 2018, p. 85.

68 Ceccarelli Lemut – Sodi 1996, p. 13.

69 Faini 2013, p. 17-25.

70 Ceccarelli Lemut – Sodi 1996, p. 13.

71 Lusuardi Siena – Spalla 2011, p. 38-40 et Judic 2014, p. 105.

72 Mormandi 2013.

73 La démonstration de la fusion des diocèses dans Istria 2005, p. 90.

74 Cantino Wataghin 2016 et Belcari 2013.

75 Pergola – Vismara 1989.

76 Lusuardi Siena – Spalla 2011, p. 9-12.

77 Gregorii I Epistolae, I, 50.

78 CAG 2014, p. 249-250. Les tombes sont faites de tuiles et de lauzes, selon la description faite dans les années 1960 par le propriétaire des lieux, Jean-Mathieu Giudicelli. On sera aussi attentif à la présence, à l’extérieur de San Martino de Montemaggiore, dans l’angle que forment les murs de la nef et du chœur, de la pierre de l’aringo de la piève de Pino, une table de 2 m de long sur 90 cm de large et de 15 à 20 cm d’épaisseur, reposant primitivement sur un tombeau en maçonnerie d’argile rempli d’ossements. L’aringo est le lieu des assemblées coutumières des communautés rurales de chaque piève de Corse, documenté jusque dans le XVIe siècle (Cancellieri 1988, p. 218). Moracchini-Mazel 1967, p. 265, précisait « avec un sarcophage de granit le long d’un mur de la nef, et à l’est la pierre de l’aringo. » Ce sarcophage est datable de la fin du IVe siècle (CAG 2014, ibid.).

79 Visite apostolique de l’église pro-cathédrale de Vico et du chapitre de Sagone, au sein de la visite du diocèse de Sagone, effectuée en 1686 par Mgr Giovanni Battista Spinola, transcription Louis Belgodere de Bagnaja, d’après Biblioteca Universitaria de Gênes, Ms B VIII-6, un texte malencontreusement absent de notre édition des Visites apostoliques de Balagne établie d’après le manuscrit de la Bibliothèque romaine Casanatense (Franzini – Belgodere de Bagnaja 2021).

80 Nous relevons sur le territoire tout proche de Lunghignano le lieu-dit « Crispino ».

81 Perrin 1992, p. 1051, 1062 et 1065.

82 Jehasse 1988a, p. 123-143, Jehasse 1988b, p. 145-175 et CAG 2014, p. 194-195 et 202-203.

83 CAG 2014, p. 270.

84 Ibid., p. 207 et 197-198.

85 Vita Martini 1967, 12-15, p. 279-287 et 6, 3-4, p. 264-267.

86 Gregorii I Dialogi, II, 8-10. Il faut noter qu’un certain ermite Martin (après 541 - entre 579 et 590) aurait déjà été au Mont Cassin quand Benoît y arriva, puis ce Martin, dont Grégoire le Grand glose les miracles, préférant la solitude, s'installa plus au sud, au Monte Massico (Gregorii I Dialogi, III, 16, 1 et 5-10, et Pietri – Pietri 2000, p. 1420-1421).

87 Gregorii I Epistolae, VIII, 1 (Pergola 1991, p. 105).

88 De nombreuses références indiquées dans Franzini 2021.

89 Information de Jean-Baptiste Mary que nous remercions.

90 Avec mes remerciements à Maria Giuseppina Meloni, chargée avec Olivetta Schena du volume des sanctuaires de Sardaigne pour le compte de l’Associazione internazionale per le ricerche sui santuari, http://www.ub.edu/claustra/Monestirs/view/1202. Pour la Sardaigne, voir aussi Martorelli 2006a et 2006b.

91 Spada 1994.

92 Angius 1836 semble faire une confusion en liant ce monastère à Cagliari.

93 Coroneo 2004, 2006 a et 2006 b.

94 Maire Vigueur 2003, p. 115-120.

95 Signalons toutefois que, selon les chroniques pisanes reprises dans Tronci 1682, les chanoines de Pise concèdent en 1116 à l’abbaye camaldule de San Zenone l’église San Michele in Plajano en Sardaigne, dans le diocèse de Sassari (Torres).

96 Zedda 2020, p. 289 et HPM 1861, p. 279. La primatie sur un ou plusieurs archidiocèses (appelés aussi provinces), donne au primat la préséance sur l’archevêque, par exemple dans les conciles régionaux, et lui conférant la juridiction apostolique, lui permet de connaître par appel les causes qui surviennent dans ces provinces.

97 Zedda 2020, p. 289.

98 Parmi plusieurs articles des mêmes auteurs, Istria – Pergola 2013.

99 Gregorii I Epistolae, I, 77, août 591 et VI, 22, janvier 596. De Tadinum en Ombrie selon L. A. Letteron et Mgr Duchesne, de Corse pour S. B. Casanova, I. Rinieri, G. Moracchini-Mazel, S. P. P. Scalfati et D. Istria. Également Pergola 1991, p. 104-105.

100 Lusuardi – Spalla 2011 et Bognetti 1967.

101 Nous croisons ainsi à nouveau, mais, semble-t-il, avec une orientation méthodologique différente, les travaux d’Élisabeth Zadora-Rio sur les groupements de vocables et leur configuration spatiale. Elle décrit en effet, dans la suite de Georges de Manteyer et du chanoine Chaume, une organisation spatiale des vocables à l’échelle des villae et des vici, sous la forme de groupements d’églises, église-mère et églises secondaires, calqués sur la topographie chrétienne des cités épiscopales, avec d’ailleurs l’exemple d’églises Saint-Martin associées à d’autres églises dans les mêmes villae ou vici (Zadora-Rio 2008, p. 61-64).

102 Gregorii episcopi Turonensis libri historiarum, VIII, 15.

103 Paul Diacre 1994, II, 13, p. 43-44.

104 Schiaparelli 1929, p. 148.

105 Voir n. 2.

106 Moracchini-Mazel 2006, p. 58.

107 Lusuardi Siena – Spalla 2011, p. 12.

108 Cette fois, le chroniqueur et les sources semblent rapprocher leur récit (Giovanni della Grossa 2016, p. 201). Il rapporte ainsi « qu’au bout d’un certain temps, passato un tempo », en fait au cours du XIIIe siècle, un des seigneurs de Petra Larata du nom de Guglielmo eut trois fils qui, selon lui, usurpèrent les entrées de l’évêque d’Aleria et firent élire Orlando, leur aîné, à la tête du diocèse. Le chanoine Casanova donne sur Orlando des informations qui reviennent selon Alain Venturini à son contemporain, l’évêque Lombardo (Venturini, 2007, p. 32-33) : exilé à Gênes dans le contexte de l’opposition entre le pape et l’empereur Frédéric II, Lombardo revient dans son diocèse en 1250. C’est l’époque où le pape génois Innocent IV accorde à Lombardo en février 1253 des indulgences « pour ceux de Toscane ou d’ailleurs » qui viendraient repeupler le castrum d’Aleria, « dépeuplé par les attaques de pirates. »

109 Registres d'Innocent IV 1897, p. 176.

110 Giovanni della Grossa 2016, p. 202-205.

111 ASGe, 34, 599/1852 et 1853.

112 Ibid., ainsi que Moracchini-Mazel 1967, p. 332-333, Jean-François Bernardi et Marie-Dominique Roy, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, m3c.univ-corse.fr, et Claudine Levie et Philippe Deltour, https://corse-romane.eu/erbajolo-martino-y/.

113 Franzini 2003, p. 1016. Avec mes remerciements à Thierry Vincentelli.

114 Nous avons développé cette hypothèse dans une conférence donnée à Omessa le 8 novembre 2018, sous le titre Les évêques de la famille des caporaux d’Omessa au XVe siècle dans le cadre du colloque « Fresques de Corse et de Méditerranée occidentale : sguardi incruciati-regards croisés », organisé à Corte et Omessa par la Collectivité de Corse. L’autel de San Martinu est attesté dans Mascardi 1589, fol. 104 r°, près du maître autel du côté de l’Épître, avec une table en pierre, et une icona acceptable au-dessus du Crucifié.

115 Giovanni della Grossa 2016, p. 187 et 201.

116 Confirmée par Jacopo Doria pour 1289. Les 1er et 3 août 1289 à Belfiorito, Guido, Ugo et Albertino Cortengo de Lumeto, Oppizo, Oddrovando, Ugo, Vicencio, Giovanni, tous Cortengo, et Opeccino Cortengo, bâtard, tous seigneurs de Lumeto, prête serment à Gênes, tandis que le 15 août 1289 à Belfiorito [autrement dit à Vescovato], lors du serment des Bagnara, on relève la présence d’un témoin Ugo Cortengo de Arenosa, autrement dit de Tavagna, qui est en effet présent encore, si c’est lui, en 1323, avec ceux de Lumito, dominus Ugo de Renosa, nullam habet legem.

117 Il est connu comme Guido II, cité par Castruccio Castracani (Meloni 1990) en 1323, mort en 1329. En 1323, Castruccio cite comme seigneurs de Lomito (sic), d. Opiso Pernice, magna vulpis, d. Orlandus de Penta, sapiens homo, leurs fils nombreux et d. episcopus Maranensis.

118 Moracchini-Mazel 1967, p. 256.

119 ACCC, 4G 82, 1632 et 3E 224, fol. 50v°, 1582, avec mes remerciements à Batti Lucciardi.

120 Mabillon 1707, p. 691.

121 On relève dans le corps d’une charte très abîmée de l’abbaye de la Gorgona du début du XIIe siècle le nom de Bonaldello qui semble être le nom d’un donateur, mais qui se trouve être aussi aujourd’hui le nom d’une parcelle toute proche de ce lieu San Martino (Calci 1889, p. 261 et Scalfati 1971, p. 258).

122 CAG 2014, p. 197-198, d’après les découvertes de Franck Allegrini-Simonetti (1990).

123 Avec mes remerciements à Toussaint Quilici pour la connaissance de ces deux églises.

124 Franzini 2005, p. 638.

125 Voir page 16 et n. 76-77.

126 Ibid., p. 238, où elle relève le campo San Martino dans l’énuméré de 1658 des propriétés du cartulaire de San Pietro e San Britio di Nessa, aux ACCP.

127 Marliani 1890, p. 107-108. Il semble que Geneviève Moracchini-Mazel a fait une confusion avec le lieu-dit de Belgodere qui suit (Moracchini-Mazel 1967, p. 236). Voir page 16.

128 Moracchini Mazel 1967, p. 216, selon un acte de 1619 conservé aux ACCP, Administration générale Mariana.

129 ACCC, 3G 2/6, cités dans Inventaire Sisco 2010, p. 37 et 53.

130 Mgr Mascardi indique curieusement au début de la visite qu’elle est distante de 150 pas du village, puis à la fin, de 400 pas.

131 ASGe, 34, 599/1852 et 1853. Rappelons que les habitations de la piève de Niolu avaient été détruites par les troupes de l’Office de Saint-Georges dans la suite des guerres cinarchesi. Mgr Agostino Giustiniani en rend compte encore de cette façon vers 1530, bien qu’on sache que les populations furent autorisées à s’y réinstaller à partir des années 1520.

132 Moracchini-Mazel 1967, p. 348.

133 L’église San Martino, élevée au rang de paroissiale d’Evisa au XVIIe siècle, aurait été construite au XVIe siècle selon la visite de Mgr Mascardi (1587).

134 Signalé par E. Papadacci dans un article de Nice-Matin Corse (IX-1963, sur Ota) relevé par Geneviève Moracchini-Mazel, avec également mes remerciements à Jean-Baptiste Mary.

135 Avec mes remerciements à Jean-Baptiste Mary.

136 A Mimoria, monografia n°7, [1999], p. 5, avec mes remerciements à Antoine Versini, Relevons également plusieurs autres proximités entre le toponyme « Campori/ Campure » et les lieux « San Martino ». C’est le cas de San Martino de Camporis attesté en 1197 près d’Orzignano, entre Pise et Lucques (Caturegli 1938, p. 480), de San Martino de Pastina (jadis d’Acquafredda) sur le territoire de Meria, et de San Martino de Sisco, à l’ouest et en-dessous des hameaux.

137 Moracchini-Mazel 1967, p. 382-383.

138 G. Moracchini-Mazel (Ibid., p. 384) évoque la possibilité d’une dédicace au bienheureux Martino della Rocca (XVe siècle), un franciscain du couvent voisin de Bilia, bien qu’elle date cet édifice d’une époque plus ancienne.

139 Pomponi 1962, p. 48-59 et 82-84.

140 Scalfati 1994b, p. 150. Voir aussi Scalfati 1994a, p. 171-172, acte de 1460. Notons que les diverses tentatives d’exploitation dans le cours du XXe siècle du filon d’antimoine de San Martino de Meria, et des deux autres filons du Cap Corse (Ersa et Luri), furent toutes vouées à l’échec.

141 Moracchini Mazel 1967, p. 412 et 2004, p. 38.

142 Voir n. 13. Cette donation comporte aussi l’église San Michele archangelo della villa della Vesolaccia, qui pourrait être d’Isolaccio de Tavagna, mais aussi de Penta di Casinca, où se trouve aujourd’hui San Pellegrino.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Implantation des édifices et lieux dédiés à saint Martin en Corse avec l’indication des aires d’influence des différentes seigneuries aux XIIe et XIIIe siècles (Maxime Seguin - DRCA Corse).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 2 – Proximité des édifices et lieux dédiés en Corse à saint Martin et saint Michel (Maxime Seguin - DRCA Corse).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 3 – Proximité des édifices et lieux dédiés en Corse à saint Martin et san Salvatore (Maxime Seguin - DRCA Corse).
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Franzini, « Le culte de saint Martin en Corse au temps du gouvernement pisan et dans les siècles antérieurs, en relation avec les régions voisines », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 133-2 | 2021, 255-291.

Référence électronique

Antoine Franzini, « Le culte de saint Martin en Corse au temps du gouvernement pisan et dans les siècles antérieurs, en relation avec les régions voisines », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/9684 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.9684

Haut de page

Auteur

Antoine Franzini

Laboratoire ACP, EA 3350, Université Gustave Eiffel, Marne la Vallée - a.franzini@freesbee.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search