Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2La Corse médiévale, île d’ItalieLes relations entre la Corse et l...

La Corse médiévale, île d’Italie

Les relations entre la Corse et la Terre Ferme durant les premières décennies du XIIe siècle

Daniel Istria
p. 293-305

Résumés

L’architecture romane corse des premières décennies du XIIe siècle a été interprétée par les historiens de l’art comme une architecture d’importation. Pourtant, l’analyse archéologique du monument le plus significatif, celui qui illustrerait de manière la plus parfaite ce phénomène, montre que traditions et savoir-faire locaux ont aussi joué un rôle dans l’émergence de cette architecture. Ce constat conduit à se réinterroger sur les mécanismes de diffusion culturelle dans l’espace tyrrhénien et plus largement sur les relations entre l’île et la Toscane.

Haut de page

Dédicace

À ma sœur Nicole.

Texte intégral

Réflexion sur la notion d’architecture romane d’importation

      À ma sœur Nicole

  • 1 Coroneo 2004.

1L’historien de l’art Roberto Coroneo publiait en 2004 un article intitulé « Il romanico d’importazione in Sardegna e in Corsica : crisi e validità di un modello storiografico ». Il s’interrogeait alors sur la genèse de l’architecture romane dite matura, c'est-à-dire qui a atteint son plein développement, dans les deux grandes îles de la Tyrrhénienne1. Son objectif était de montrer en quoi les édifices de culte chrétien des premières décennies du XIIe siècle résultaient non de l’évolution des formes et des savoir-faire locaux, mais de l’importation d’innovations techniques et esthétiques élaborées en Terre Ferme, principalement en Toscane.

  • 2 Istria et al. 2020, p. 121-158.
  • 3 Coroneo 2004, p. 448-449. Pour Prosper Mérimée, cette église « offre le type le plus complet de l’ (...)

2La récente étude archéologique de la cathédrale de Mariana2, considérée comme le monument le plus significatif, celui qui illustrerait de manière la plus parfaite ce phénomène d’importation en Corse3, invite cependant à se questionner sur ce point de vue a priori tout à fait fondé eu égard à la situation politique et religieuse de la Corse à l’aube du second Moyen Âge. En effet, si cette église présente des caractéristiques propres aux régions extra-insulaires, c’est peut-être dans l’île même qu’il faut rechercher l’origine de certaines solutions mises en œuvre.

3Après avoir rappelé brièvement la situation géopolitique de la Corse autour des années 1100 afin de mieux comprendre dans quel contexte a été bâtie la cathédrale, on tentera de définir le concept d’architecture romane dite d’importation et de comprendre comment il a été imaginé. On présentera ensuite synthétiquement les éléments architecturaux de la cathédrale de Mariana qui sont considérés comme allogènes et ceux qui pourraient relever au contraire d’une tradition locale. Ces données conduiront in fine à s’interroger sur les mécanismes de diffusion culturelle dans l’espace tyrrhénien et sur la nature des relations entre l’île et la Terre Ferme.

Le contexte géopolitique de la Corse à la fin du XIe et au début du XIIe siècle

  • 4 Pétrarque 2002.

4La Corse est une île proche, visible de très loin, particulièrement du nord-ouest de la péninsule italienne, mais parfois aussi des Alpes-Maritimes. « Si tu regardes plus attentivement dans cette direction [l’ouest], tu verras aussi l’île célèbre de Corse », écrivait Pétrarque à Giovannolo Guido da Mandello qui quittait le port de Gênes en 1358 pour se rendre à Jérusalem4. Seulement 90 km la séparent des côtes de la Toscane alors qu’un chapelet d’îles s’égraine le long de ce parcours, offrant aux navires et aux petites barques autant d’escales possibles et de refuges en cas d’avarie ou de danger.

  • 5 San Savino de Pise, San Michele in Borgo, San Salvatore de Sexto, San Pietro in Palazzuolo…

5La Toscane et la Corse sont liées depuis au moins l’Antiquité et ont entretenu des relations étroites tout au long du premier Moyen Âge par l’intermédiaire de l’aristocratie pisane et lucquoise propriétaire de domaines fonciers dans l’île, mais aussi d’abbayes qui y sont possessionnées5. Les liens politico-religieux restent toutefois difficiles à cerner jusqu’en 1077. Cette année là, le pape Grégoire VII décide de réaffirmer l’autorité pontificale sur la Corse. Dans les lettres adressées aux Corses, il explique clairement qu’il aspire à une totale domination spirituelle et temporelle sur l’île. Il s’agit de se réapproprier un territoire passé aux mains d’hommes qui n’ont pas reconnu la souveraineté pontificale, puis de réorganiser les institutions de l’île en faisant table rase de l’existant, de même qu’en rétablissant l’ordre moral et la discipline parmi les clercs et les fidèles. Pour atteindre ces objectifs, le pape procède à la création d’un vicariat ad personam induisant la délégation des pouvoirs tant spirituels que temporels à l’évêque Landolfo de Pise. On saisit très mal la portée réelle de cette entreprise, mais on sait par une lettre de l’année suivante que Landolfo remplit sa mission avec beaucoup de zèle. Les seuls éléments concrets perceptibles sont l’implantation dans l’île de nouvelles abbayes et la prise de pouvoir du marquis Alberto Rufo de la lignée des Obertenghi, principalement possessionnés en Lunigiana, entre les actuelles régions de Toscane et de Ligurie.

6Dès son élection, Urbain II nomme un nouvel évêque de Pise, Daiberto (1088-1105), à qui il cède l’île en 1091. Il s’agit cette fois d’une véritable inféodation ad sedem. Il reçoit l’année suivante le titre d’archevêque, mais ces privilèges semblent lui être retirés quelques années plus tard et à nouveau restitués en 1118. En 1133, la moitié des diocèses insulaires passe sous le contrôle du nouvel archevêque de Gênes.

  • 6 San Gorgonio de la Gorgone, San Mamiliano de Montecristo, San Venerio del Tino, San Quilico de Pop (...)
  • 7 Istria – Tomas 2010 ; Vallauri – Marchesi 2006.
  • 8 Il s’agit essentiellement de monnaies de Lucques.

7L’implantation dans l’île de nouvelles abbayes a dynamisé le marché et la mise en valeur de la terre entre les années 1080 et 11306. Concomitamment, l’ouverture durant ce demi-siècle de plus d’une centaine de chantiers de construction d’édifices de culte, dont certains importants comme ceux des cathédrales qui s’étalent sur plusieurs années, sont assurément des sources de revenus pour les manouvriers, artisans et fournisseurs des matières premières, mais ces entreprises mobilisent aussi toute une activité économique périphérique. Ce dynamisme favorise ainsi les échanges avec la Terre Ferme. La vaisselle est alors le principal marqueur des relations commerciales extérieures qui deviennent plus nombreuses. Des céramiques fines, produites principalement dans le monde musulman (Sicile, Tunisie, sud de l’Espagne et peut-être Égypte) et en Italie centrale, sont alors introduites dans l’île7. Les quantités restent néanmoins modestes, mais il est notable que ces produits d’importation, destinés essentiellement au service de table des plus riches et à la décoration des églises, sont diffusés loin à l’intérieur des terres. La circulation monétaire reste en revanche discrète, mais elle n’est pas absente8.

  • 9 Par exemple Moracchini-Mazel 1967, p. 78-81 ; Pergola 1979 ; Scalfati 2013, p. 242-244.
  • 10 Cancellieri 1984 et 2010.

8Une partie des historiens voit dans cette mise sous tutelle de l’île par Pise une domination absolue sinon une colonisation de fait, un contrôle étroit conduisant à une réorganisation en profondeur des structures religieuses bien sûr, mais également politiques, économiques et de l’habitat9. À l’inverse, J.‑A. Cancellieri a proposé une lecture plus nuancée qui minimise la portée réelle des concessions pontificales et émet « une certaine réserve sur l’effectivité, en termes politiques, d’une significative identité pisane de la Corse »10.

  • 11 Istria – Tomas 2010 ; Vallauri – Marchesi 2006.
  • 12 Archivio di Stato di Pisa, Opera della Primaziale, 1129.

9Dans tous les cas cette évolution du contexte géopolitique renouvelle à la fin du XIe siècle les liens entre la Terre Ferme et la Corse. Outre des représentants des grandes familles toscanes, des membres du clergé et des commerçants dont on peut suivre les déplacements grâce aux rares textes et aujourd’hui à l’archéologie11, la présence d’artisans pisans en Corse est documentée dès les premières années du XIIe siècle. En effet, une sentence d’excommunication lancée par l’archevêque de Pise en 1129 contre les personnes ayant molesté des ouvriers attachés à sa cathédrale, établit que ces derniers peuvent se déplacer librement et sans être inquiétés en divers lieux de la Toscane et jusqu’à Rome, mais également en Corse12.

Le concept d’architecture romane dite d’importation

  • 13 Mérimée 1839, p. 96.

10À l’issue d’un court séjour en Corse destiné à inventorier les « antiquités » du département, Prosper Mérimée, alors inspecteur général des monuments historiques, présentait en 1839 un compte rendu dans lequel il consacrait un long chapitre à la cathédrale de Mariana. Les caractéristiques architecturales de cette église sont pour lui « assurément importé[es] dans l’île. Les églises byzantines de Pise sont les originaux dont les architectes corses ont fait des copies, pour ainsi dire en miniature »13. Il pose de cette manière les bases du concept d’architecture d’importation.

  • 14 Une nouvelle version de ces chroniques a d’ailleurs été publiée par G.C. Gregorj en 1827-1831, soi (...)

11On ne sait si cette idée est le fruit d’une véritable analyse stylistique et d’une bonne connaissance des édifices « byzantins » – c'est-à-dire romans – de Pise, documentés alors par fort peu de publications, ou bien plus probablement d’un sentiment inspiré par les chroniques de la fin du Moyen Âge et du début des Temps modernes qui dressent un tableau suggestif de la domination de la Corse par la Commune de Pise14. Ces siècles, à la charnière entre le premier et le second Moyen Âge, sont perçus par les auteurs anciens comme une période de paix, un véritable âge d’or propice à la mise en place de multiples programmes de construction. Il pouvait donc paraître normal qu’une cité aussi puissante, au cœur de laquelle s’élevait l’un des plus grandioses ensembles d’édifices romans, avait profondément marqué de son empreinte la culture et les paysages d’une île placée sous sa domination.

  • 15 Aru 1908.
  • 16 Aru 1908, p. 24 et 25.
  • 17 En 1938, Carlo Aru publia d’ailleurs un article intitulé L’arte italiana in Corsica dans l’ouvrage (...)

12La question est approfondie soixante-dix ans plus tard par Carlo Aru dans son petit ouvrage publié à Rome et entièrement consacré aux églises médiévales de Corse. Par son titre déjà, l’auteur annonçait clairement la couleur : Chiese Pisane in Corsica15. En bon historien de l’art, il propose des comparaisons précises avec les édifices de Toscane. Lui aussi utilise la notion d’importation et estime que l’on retrouve dans les églises de Corse toutes les caractéristiques des édifices pisans : « Le forme pisane sono pure, senza altre influenze, senza ricordo di forme preesistenti » écrivait-il16. Fortement influencé par l’idéologie irrédentiste, son objectif était avant tout de prouver de manière tangible la réalité et l’ancienneté des liens qui unissaient l’île à la Toscane. Insistant lourdement sur la longue période de la domination pisane et ses bienfaits, il mettait de cette façon en lumière la profonde « italianité » du patrimoine artistique de la Corse17.

13Au début des années 2000, Roberto Coroneo développait une approche comparative riche et précise servant de base à la fois à une nouvelle chronologie des édifices de culte et à la théorie qu’il qualifiait de « diffusionniste ». Celle-ci reprend en substance le concept d’architecture d’importation auquel il apporte cependant quelques nuances importantes.

  • 18 Coroneo 2004 et 2006.

14Il date de la seconde moitié du XIe siècle l’arrivée dans l’île d’équipes de bâtisseurs pisans, mais aussi lucquois, ainsi que l’exportation vers la Corse de schémas structurels et de composition, d’éléments ornementaux et de techniques de construction18. Pour lui, il ne s’agit pas par conséquent de la reproduction de prototypes dans leur globalité, mais bien plus de l’utilisation d’éléments empruntés à différents monuments, associés en Corse afin de composer de nouveaux ensembles qui conservent cependant les traits fondamentaux de l’architecture de la région d’origine.

  • 19 Coroneo 2004, p. 440.

15Comme Aru et Mérimée, il écartait la possibilité d’une évolution des formes locales. Il ne reconnaissait dans la cathédrale de Mariana et dans d’autres édifices de culte de la phase dite matura du roman insulaire, aucun élément, aucune solution proprement insulaire. Il explique cela par « la segregazione delle isole, ma anche la necessità fisiologica che le innovazioni vi giunga per mare »19. La problématique de la mer et de l’isolement qu’elle implique est de fait au cœur de la pensée.

  • 20 Moracchini-Mazel 1967, passim.

16Par là même, Roberto Coroneo s’opposait à la logique « évolutionniste » qui voit l’émergence de ces formes romanes dans un espace insulaire resté quasiment imperméable à toute influence extérieure. Cette théorie aurait été portée par Geneviève Moracchini-Mazel, selon laquelle les techniques de construction locales ont évolué entre le VIe et le XIe siècle, conduisant progressivement de l’utilisation d’un opus incertum à un appareil de pierre de taille, alors que les décors architecturaux se sont complexifiés et enrichis20.

  • 21 Moracchini-Mazel 1967, p. 78-81.

17En vérité, la position de Geneviève Moracchini-Mazel était beaucoup plus nuancée. Nonobstant la place qu’elle accordait aux savoir-faire et aux traditions architecturales locales perpétuées depuis l’édification des premiers sanctuaires chrétiens de l’île, elle a, dès ses premiers écrits, adhéré à l’idée d’une origine allogène des modèles utilisés pour la construction des églises à partir de la seconde moitié du XIe siècle21. L’influence pisane était donc pour elle un élément clé de la compréhension de ces édifices.

Des solutions architecturales d’origines diversifiées

  • 22 Concernant la datation de cet édifice, il faut renvoyer à l’étude stylistique de R. Coroneo qui fa (...)
  • 23 Aru 1908, p. 38-51 ; Moracchini-Mazel 1967, p. 84-92 ; Coroneo 2006, p. 99-115 ; Istria et al. 202 (...)

18La cathédrale de Mariana, qui est le plus vaste édifice de culte médiéval de l’île, est construite durant les premières décennies du XIIe siècle et consacrée en 111922. Ses caractéristiques ont été décrites par tous les chercheurs qui l’ont étudiée et on ne fera donc que les rappeler très rapidement ici en distinguant les probables apports extérieurs et ce qui, au contraire, pourrait relever d’un héritage local23.

Les probables apports extérieurs

19Le premier élément marquant est la mise en œuvre systématique de la pierre de taille dans toutes les parties de l’édifice. Les faces visibles des blocs de parements sont majoritairement régularisées avec soin et pourvues le plus souvent, mais pas toujours, d’une ciselure périmétrique (fig. 1). Au moins cinq outils de taille sont documentés ici par des traces significatives laissées sur les pierres : la broche, le ciseau droit, le marteau taillant ainsi que deux outils à lame dentée : la bretture et la gradine (fig. 2).

Fig. 1 – Détail du parement extérieur de la cathédrale de Mariana. On peut voir les traces laissées par différents outils ainsi que les ciselures périmétriques.

Fig. 1 – Détail du parement extérieur de la cathédrale de Mariana. On peut voir les traces laissées par différents outils ainsi que les ciselures périmétriques.

Fig. 2 – Détail des claveaux de la porte sud-ouest de la cathédrale de Mariana présentant des traces d’outils à lame dentée.

Fig. 2 – Détail des claveaux de la porte sud-ouest de la cathédrale de Mariana présentant des traces d’outils à lame dentée.
  • 24 Coroneo 2006, p. 91.
  • 25 Moulin 2015, p. 264.

20La seule église actuellement connue construite entièrement en pierre de taille – sans ciselures périmétriques – qui pourrait être antérieure est San Pietro et San Paolo de Lumio. Elle est attribuée à la fin du XIe siècle par Roberto Coroneo qui, toutefois, propose aussi des rapprochements avec des édifices toscans et ligures de la première moitié du XIIe siècle24. Plus récemment, Jacques Moulin a suggéré une datation du début du XIIe siècle25. Elle pourrait donc tout aussi bien être contemporaine de la cathédrale de Mariana, voire un peu postérieure.

  • 26 San Michele de Sisco, San Quilico d’Olcani, Santa Maria de Rescamone : Coroneo 2006, p. 71-78 ; Mo (...)

21Dans tous les cas, la pierre de taille n’est pas une nouveauté en Corse. Elle est déjà mise en œuvre dans les églises érigées un siècle plus tôt26. Néanmoins, elle est toujours limitée à certaines parties des édifices : chaînages d’angles, claveaux, jambages de l’arc triomphal et des portes, linteaux, lésènes ainsi que bandes arcaturées des absides. Par ailleurs, les ciselures périmétriques sont toujours absentes et les seuls outils ayant laissé des traces clairement reconnaissables sur ces blocs sont la broche et le ciseau droit ou le marteau taillant.

  • 27 Ces outils semblent réapparaître en France dans le courant du second quart du XIIe siècle, peut-êt (...)
  • 28 Redi 1991, p. 355 ; Parenti et al. 1997 ; Fabiani – Mennucci – Nenci 1997 ; Bianchi 2008. Il manqu (...)
  • 29 On trouve également des traces de ces outils à lame dentée en Sardaigne, sur l’église Santa Maria (...)

22On assiste donc, avec le chantier de Mariana, à une généralisation de l’emploi de la pierre de taille et à l’adoption de la ciselure périmétrique. Ces phénomènes sont somme toute assez peu significatifs car ils ne sont pas propres à la Corse et on les voit apparaître à peu près au même moment dans de très nombreuses régions. En revanche, l’introduction à une date aussi haute de la bretture et de la gradine interroge. Disparus vers la fin de l’Antiquité, ces outils à lame dentée sont remis au goût du jour dans le courant de la première moitié du XIIe siècle27. Cependant, ils pourraient être adoptés sur le grand chantier de la cathédrale de Pise dès la fin de la campagne de construction conduite par Busketus (1063-1080) ou dans les années qui suivirent28. Leur utilisation par les bâtisseurs de la cathédrale de Mariana peut ainsi être interprétée comme le témoignage de la rapide diffusion de ces outils dans l’espace sous influence de Pise, sinon de la présence dans l’île d’artisans Pisans29.

  • 30 Coroneo 2004, p. 451. Il identifiait ce détail technique également sur l’église Santa Maria d’Arda (...)

23De même, c’est assurément au corpus toscan et lombard qu’appartiennent la structure du décor et les motifs. La présence de blocs taillés formant les lésènes avec retours de part et d’autre permettant une meilleure accroche de ces éléments dans la maçonnerie est en effet révélatrice de l’intervention d’artisans pisans. Selon Roberto Coroneo, ce système original se retrouverait seulement dans très peu d’édifices proches de Pise et de Sardaigne30.

  • 31 Istria et al. 2020, p. 149-151.

24L’agencement du portail occidental évoque très clairement celui de l’église San Cassiano di Controne, près de Lucques, même si l’iconographie est assez différente et si certains détails stylistiques témoignent de fortes parentés avec les réalisations lombardes, particulièrement celles des églises de Côme de la fin du XIe et du début du XIIe siècle31.

  • 32 Coroneo 2006, p. 104.

25Le décor de l’abside est quant à lui constitué de petites arcatures inscrites deux par deux sous des arcs plus importants reposant sur le sommet des lésènes. Ce schéma semble reproduire celui mis en œuvre de manière plus modeste et plus simple sur la façade de San Gennaro a Capannori (Lucques) datée des dernières décennies du XIe siècle32.

  • 33 Coroneo 2004, p. 450 ; 2006, p. 106.

26Enfin, au flanc sud de l’édifice, trois blocs de marbre marquetés décorés de différents motifs géométriques sont intégrés sans ordre apparent dans la paroi. Ils sont interprétés par Roberto Coroneo comme une sorte de signature d’un groupe d’artisans qui a aussi laissé sa trace à Pise, lors de la construction de la cathédrale consacrée en 111833.

  • 34 Istria et al. 2020, p. 144-147. On y trouvera la bibliographie relative à cette question.

27L’organisation plano-volumétrique renvoie elle aussi à des modèles extra-insulaires. On a associé ici trois vaisseaux charpentés et une travée orientale, plus étroite, constituée d’une travée droite voûtée en plein cintre et de bas-côtés voûtés d’arêtes. Ce schéma, tout à fait singulier dans l’espace tyrrhénien en ce début du XIIe siècle, fait directement écho aux grands édifices de Lombardie dont Sant’Abbondio de Côme34.

Les possibles héritages régionaux

28Alors que tous ces éléments ont très probablement été diffusés depuis les grands centres de Terre Ferme, d’autres posent des problèmes bien plus complexes. C’est avant tout le cas de l’appareillage de la cathédrale. Les blocs de parement sont tirés des bancs subhorizontaux, d’environ 10 à 25 cm d’épaisseur, des carrières de calcschiste du Cap Corse et plus précisément de la microrégion de Brando-Sisco. Ils sont disposés en assises horizontales alternativement hautes et basses selon un rythme plus ou moins régulier et interrompues par des trous de boulins qui trahissent l’utilisation d’un échafaudage encastré (fig. 3).

Fig. 3 – Détail du parement extérieur de la cathédrale de Mariana. Les assises hautes et basses sont ici alternées de manière régulière.

Fig. 3 – Détail du parement extérieur de la cathédrale de Mariana. Les assises hautes et basses sont ici alternées de manière régulière.

29Les carreaux des assises hautes sont positionnés en délit et forment ainsi des banches pour le remplissage constitué de chaux, de galets et d’éclats divers. L’orientation de la stratification naturelle est en revanche respectée lors de la mise en place des assises basses qui pénètrent quant à elles profondément dans la maçonnerie afin de lier et renforcer l’ensemble.

  • 35 Sur les détails de la mise en œuvre et l’intérêt technico-économique de ce type d’appareil alterné (...)

30On peut estimer qu’une assise haute remplace ici 3 à 6 assises basses, ce qui permet donc de réduire considérablement le nombre de blocs. Il est aussi plus facile et plus rapide de tailler la surface correspondant au lit de pose naturelle que la fracture perpendiculaire à celui-ci. On comprend ainsi aisément l’intérêt d’une telle technique de construction qui offre l’avantage de pouvoir économiser à tous les stades de la chaîne opératoire sans pour autant compromettre la solidité de la maçonnerie35.

  • 36 Coroneo 2006, p. 102. J’ai adhéré dans un premier temps à cette hypothèse (Istria 2015, p. 570) qu (...)
  • 37 Frati 2014, p. 195.
  • 38 La piève Santa Maria de Diecimo, située près de Lucques et étudiée par M. Bianchi (2011), présente (...)

31On a souligné les similitudes entre cette technique de construction et celle mise en œuvre durant la seconde moitié du XIe siècle sur le chantier de l’église Sant’Alessandro de Lucques36. On y retrouve l’alternance des assises hautes et basses, mais il s’agit ici d’un placage de fines dalles de calcaire parfaitement polies d’inspiration antique37. Les trous de boulins sont absents puisque les bâtisseurs ont utilisé des échafaudages adossés38.

32Ce rapprochement s’est naturellement imposé en raison des liens existants entre Corse et Toscane et de la présence dans l’île d’autres éléments qui semblent avoir été élaborés à Pise ou à Lucques.

  • 39 Bessac – Pécourt 1995.
  • 40 Frati 2014, p. 196-197.

33Cependant, l’appareil alterné est une technique très ancienne, déjà utilisée à l’époque hellénistique et diffusée dans d’autres régions au XIIe siècle (Languedoc, Tessin…). Son choix est étroitement lié à la possibilité d’exploiter une roche suffisamment compacte pour ne pas se déliter en fines plaques, mais stratifiée afin de pouvoir en tirer facilement et en série des modules plutôt réguliers et adaptés aux besoins des constructeurs39. Or, il existe dans le nord-est de la Corse, région où sont présents des affleurements géologiques offrant toutes ces qualités, un ensemble d’édifices de culte dans lesquels a été mis en œuvre un appareil à assises alternées dès la première moitié du XIe siècle, donc avant la construction de Sant’Alessandro de Lucques40. On peut distinguer trois grandes étapes dans le processus d’élaboration de cette technique.

  • 41 Coroneo 2006, p. 71-78.
  • 42 Coroneo 2006, p. 116 ; Istria et al. 2020, p. 176.
  • 43 Istria et al. 2020, p. 161-166.

34Les plus anciennes églises, San Michele de Sisco et Santa Maria de Rescamone (fig. 4)41, sont bâties avec des blocs simplement équarris et régularisés, voire tout juste dégrossis. Les assises hautes sont peu nombreuses et discontinues. On retrouve le même principe vers le premier quart du XIIe siècle à San Parteo de Mariana42, mais les blocs placés en délit sont ici bien plus fréquents, très souvent taillés et forment des assises continues. Les assises basses des parois intérieures de l’extrémité orientale sont majoritairement constituées de blocs à peine régularisés, alors qu’à l’extérieur ils sont dans tous les cas soigneusement taillés (fig.  5 et 6)43.

Fig. 4 – Façade occidentale avec assises alternées irrégulières de l’église San Michele de Sisco. On voit bien dans l’angle sud-ouest les blocs posés en délit formant des assises hautes.

Fig. 4 – Façade occidentale avec assises alternées irrégulières de l’église San Michele de Sisco. On voit bien dans l’angle sud-ouest les blocs posés en délit formant des assises hautes.

Fig. 5 – San Parteo de Mariana. Relevé de la paroi intérieure de l’extrémité orientale du mur nord mettant en évidence la présence d’assises alternées.

Fig. 5 – San Parteo de Mariana. Relevé de la paroi intérieure de l’extrémité orientale du mur nord mettant en évidence la présence d’assises alternées.

Fig. 6 – San Parteo de Mariana. Photographie de la paroi intérieure de l’extrémité orientale du mur nord.

Fig. 6 – San Parteo de Mariana. Photographie de la paroi intérieure de l’extrémité orientale du mur nord.
  • 44 À Santa Maria de Rescamone ces traces d’enduit – ou de joints rabattus – sont uniquement conservée (...)

35Lors de la construction de ces édifices, les ouvriers ont utilisé des échafaudages encastrés qui ont laissé de nombreux trous de boulins. Les maçonneries étaient couvertes, peut-être dès l’origine, par un enduit ou par des joints rabattus soulignés horizontalement et verticalement au fer de manière à simuler un appareil régulier (fig. 7)44.

Fig. 7 – Détail de l’épaulement sud-est de l’église San Parteo de Mariana conservant des traces d’enduit souligné horizontalement et verticalement au fer de manière à simuler un appareil régulier.

Fig. 7 – Détail de l’épaulement sud-est de l’église San Parteo de Mariana conservant des traces d’enduit souligné horizontalement et verticalement au fer de manière à simuler un appareil régulier.

36Ces procédés sont répétés lors de la construction de la cathédrale mais, comme on l’a vu, l’utilisation de la pierre de taille laissée apparente – du moins aucune trace d’enduit n’est conservée - est alors systématique. Hormis cette évolution d’ordre esthétique, le principe de mise en œuvre, qui repose principalement sur des considérations technico-économiques et sur l’utilisation du calcschiste, reste donc fondamentalement le même. Ainsi, l’appareil alterné de la cathédrale pourrait résulter d’une continuité technique locale adaptée à la fois à l’intégration de la pierre de taille et à la généralisation de celle-ci à l’ensemble de l’édifice. 

37Le plan même de l’édifice, constitué de trois vaisseaux terminés vers l’est par une seule abside semi-circulaire, est largement diffusé et n’appelle aucun commentaire particulier sinon qu’il est proche, dans sa forme comme dans ses proportions, de celui de la vieille basilique de Mariana située à 30 m au sud de la cathédrale et encore conservée en élévation au moment de la construction de la nouvelle église.

  • 45 Coroneo 2006, p. 99.
  • 46 Istria et al. 2020, p. 159-178.
  • 47 Istria et al. 2020, p. 64-71.

38En revanche, la séparation de la nef et des collatéraux uniquement par des piles maçonnées de section rectangulaire peut être considérée comme une originalité dans le contexte tyrrhénien des XIe-début XIIe siècles. Roberto Coroneo tentait d’expliquer ce choix par l’absence de colonnes monolithes anciennes et réutilisables45. Pourtant, celles-ci existent bien et sont réemployées à peu près au même moment dans l’abside de l’église San Parteo, toute proche46. De fait, peut-être faut-il rechercher l’origine de ces supports quadrangulaires ailleurs. Or l’ancienne cathédrale est dotée de piles de même type lors de sa reconstruction partielle au VIIe ou VIIIe siècle47. Cette proximité invite donc à ne pas exclure une source d’inspiration locale.

  • 48 Concernant l’organisation de la façade et le problème posé par la moitié supérieure de celui-ci on (...)

39La façade occidentale, percée d’une seule porte centrale, est caractérisée par la présence de six pilastres, deux très larges aux angles, deux plus fins encadrant le portail unique dont ils soutiennent l’archivolte, et deux intermédiaires qui traduisent à l'extérieur, de manière néanmoins légèrement décalée, la disposition intérieure des bas-côtés et de la nef (fig. 8). Un changement de parti lors de la construction ne permet pas de savoir ce qui était initialement prévu pour la moitié haute, à partir de l’archivolte du portail jusqu’au sommet du fronton, aujourd’hui dépourvue de décor mais percée de deux petites ouvertures superposées, une circulaire et l’autre cruciforme48.

Fig. 8 – Façade occidentale de la cathédrale de Mariana divisée verticalement par des lésènes.

Fig. 8 – Façade occidentale de la cathédrale de Mariana divisée verticalement par des lésènes.
  • 49 Coroneo 2006, p. 110.

40Roberto Coroneo voyait dans cet agencement une interprétation de la façade occidentale de l’église San Sisto de Pise, bâtie à partir de 1087. Celle-ci est toutefois percée de trois portes, typologiquement très différentes de celle de Mariana49.

  • 50 Coroneo 2006, p. 64-71.
  • 51 Ces éléments ont aujourd’hui disparus, mais ils sont connus par une photographie de 1930 (Moracchi (...)

41Une organisation à peu près semblable se retrouve cependant dans un édifice insulaire daté du XIe siècle : San Giovanni de Venaco50. Bien qu’aujourd’hui ruiné, on peut y reconnaître six lésènes qui découpaient verticalement le mur occidental tout en encadrant l’unique portail central. Elles soutenaient cinq grandes arcatures placées au sommet de la façade51, ce qui, même si on ne connaît pas le projet initial, ne peut être restitué dans son intégralité à Mariana où les deux pilastres situés de part et d’autre du portail reçoivent les retombées de l’archivolte à la hauteur du linteau. Malgré cette différence, l’existence de cette église à quelques kilomètres seulement de Mariana doit conduire à se réinterroger sur l’origine possible du schéma qui a guidé la construction de sa façade.

Conclusion

42Comme l’ont bien montré Roberto Coroneo et avant lui Geneviève Moracchini-Mazel, les bâtisseurs de la cathédrale de Mariana ont mis en œuvre au début du XIIe siècle des techniques, des formes, des décors entièrement élaborés en Terre Ferme, à Pise bien sûr, mais aussi à Lucques et sans doute à Côme.

  • 52 Mariana : Istria et al. 2020, p. 109-112. Sagone : Istria 2012.

43Cependant, il apparaît à la lumière de la relecture archéologique de cette église que les artisans ont aussi pu mobiliser les savoirs insulaires et ont pu s’inspirer d’exemples dont ils disposaient sur place. Il semble ainsi que plusieurs solutions adoptées par les bâtisseurs aient été empruntées à l’antique cathédrale ou à des monuments proches. Peut-être faut-il comprendre ces choix comme un désir de rester fidèle aux schémas locaux, à des formes considérées comme originelles, comme une volonté de faire renaître ou de perpétuer un passé idéalisé. Cet attachement aux formes antérieures est manifeste à Sagone où les aménagements liturgiques paléochrétiens sont intégrés dans la cathédrale du XIIe siècle construite au-dessus de l’église paléochrétienne, mais aussi dans les baptistères épiscopaux52. Cette démarche, toute conservatrice qu’elle soit, n’exclue nullement le recours à des formules expérimentées par ailleurs et permettant de répondre précisément à des problématiques particulières.

44Il est toujours bien difficile et même aventureux de déterminer l’origine d’une forme, d’un schéma ou d’un savoir-faire. On l’a vu avec le plan de l’édifice ou encore avec l’organisation de sa façade, la source d’inspiration pourrait tout autant être locale qu’extra-insulaire. Les données trop partielles en raison de l’état de conservation des monuments ou simplement de l’absence de marqueurs très spécifiques, invitent à s’interroger mais ne permettent en aucun cas de donner des réponses catégoriques.

  • 53 Compte tenu de ce nouveau point de vue, on suggère également de cesser de désigner les édifices de (...)

45Néanmoins, le nouveau regard porté sur la cathédrale de Mariana conduit à nuancer fortement la notion d’architecture romane d’importation en Corse telle qu’elle a été pensée depuis le XIXe siècle53.

  • 54 Roberto Coroneo écartait déjà cette solution.

46Il faut en tout premier lieu écarter l’idée de la transposition d’un archétype allogène54, en l’occurrence pisan, qui pourrait être interprété comme une volonté de Pise de marquer de son empreinte le paysage de la Corse en affichant ostensiblement sa présence comme sa domination.

47La très probable mise en œuvre d’une technique de construction locale et le possible emprunt de quelques solutions à des monuments géographiquement proches, invitent à considérer l’apparition de nouvelles formes architecturales dans l’île comme le résultat possible de l’intégration, de la réélaboration et de l’hybridation d’éléments issus à la fois des traditions et savoirs locaux et d’autres diffusés depuis de grands centres de Terre Ferme. Et cela, quel que soit l’importance respective des uns et des autres.

  • 55 Horden – Purcell, 2000.
  • 56 Jullien 2016, p. 5.

48Les mécanismes conduisant à cette émergence peuvent répondre aux logiques d’un système englobant, autour de 1100, au moins les régions de l’espace tyrrhénien. S’il est sous-tendu par des liens politiques, économiques, religieux et probablement sociaux qui constituent des réseaux plus ou moins denses et structurés, il repose aussi et surtout sur la « connectivity », c'est-à-dire sur cette capacité caractéristique de la Méditerranée à rendre possible, sinon à susciter, des relations entre tous les points de son contour55. On voit ainsi s’esquisser un monde d’interrelations au sein duquel chaque parcelle, chaque « microrégion » pour reprendre encore une fois la terminologie chère à Peregrine Horden et Nicholas Purcell, se distingue de l’autre non par des identités culturelles différentes, mais par « des écarts maintenant en regard, donc en tension »56 et favorisant l’émergence d’éléments nouveaux.

  • 57 Contra : Cancellieri 2010, p. 34 ; Pergola 1979 ; Moracchini-Mazel 1967, p. 80.

49Ce point de vue invite aussi à reposer la question de la nature de la domination de Pise sur la Corse à la fin du XIe et durant les premières décennies du XIIe siècle. Contrairement à la politique d’enracinement et de contrôle global menée en Sardaigne, le dessein de Pise en Corse semble avoir été à la fois modeste et très ciblé. Aucun élément actuellement connu ne permet de penser que la cité soit intervenue dans la réorganisation des structures politiques, économiques ou du peuplement même si, indirectement, elle a pu influencer leur évolution57.

50Les initiatives de Pise semblent être limitées au domaine religieux. Dans une perspective locale, elles visaient à réformer l’Église de Corse au travers de la réorganisation des structures diocésaines et piévanes, de l’émergence d’un nouveau monachisme et de la construction d’un dense réseau d’édifices de culte. Par cet investissement dans l’île, Pise ambitionnait de devenir le centre d’une puissante province ecclésiastique ; elle qui, selon les mots de Bernard de Clairvaux, s’imaginait à l’aube du second Moyen Âge comme la nouvelle Rome.


Haut de page

Bibliographie

Ouvrage à caractère de source

Pétrarque, Itinéraire de Gênes à Jérusalem, R. Lenoir et C. Carraud (trad.), J. Million (éd.), Paris, éditions Millon, 2002.

Études secondaires

Aru 1908 = C. Aru, Chiese pisane in Corsica, Rome, 1908.

Bertholon-Palazzo 2017 = B. Bertholon-Palazzo, Analyse des mortiers des églises San Parteo, dans D. Istria (dir.), Mariana. Paysage, architecture et urbanisme de l’Antiquité au Moyen Âge, 3, Rapport de projet collectif de recherche, Direction régionale des affaires culturelles, Ajaccio, 2017, p. 314-338.

Bessac 1986 = J.-Cl. Bessac, L’outillage traditionnel du tailleur de pierre de l’Antiquité à nos jours, Paris, 1986.

Bessac – Pécourt 1995 = J.-C. Bessac, J. Pécourt, Remarques sur les techniques de construction du second art roman à propos de Saint-André-de-Souvignargues (Gard), dans Archéologie du Midi Médiéval, 13, 1995, p. 91-122.

Bianchi 2008 = G. Bianchi, Costruire in pietra nella Toscana medievale. Techniche murarie dei secoli VIII-inizio XII, dans Archeologia Medievale, XXXV, 2008, p. 23-38.

Cancellieri 1984 = J.-A. Cancellieri, De la « Corse pisane » à la « Corse génoise » : remarques sur la portée structurelle insulaire de la bataille de la Meloria (1284), dans Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, actes du colloque de Gênes, octobre 1984, Atti della Società Ligue di Storia Patria, vol. XXIV, 1984, p. 569-583.

Cancellieri 2010 = J.-A. Cancellieri, Au miroir des métropoles : trends, scansions et cahots des stratégies territoriales de Pise et de Gênes dans la Corse médiévale (fin XIe-début XVIe siècle), dans M.-A. Maupertuis, La Corse et le développement durable, Ajaccio, 2010, p. 33-39.

Coroneo 1993 = R. Coroneo, Architettura romanica dalla metà del Mille al primo ’300, Nuoro, 1993.

Coroneo 2004 = R. Coroneo, Il romanico d’importazione in Sardegna e in Corsica: crisi e validità di un modello storiografico, dans A.C. Quintavalle (dir.), Medioevo: arte lombarda, Milan, 2004, p. 440-456.

Coroneo 2006 = R. Coroneo, Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, 2006. 

Doperé 2018 = F. Doperé, Dater les édifices du Moyen Âge par la pierre taillée, Bruxelles, 2018. 

Fabiani – Mennucci – Nenci 1997 = P. Fabiani, A. Mennucci, C. Nenci, Indagini sui paramenti murari esterni del duomo di Pisa: rapporto preliminare, dans S. Gelichi (dir.), I Congresso nazionale di archeologia medievale, Pise, 29-31 mai 1997, Florence, 1997, p. 449-455. 

Frati 2014 = M. Frati, Architettura romanica a Lucca (XI-XII secolo). Snodi critici e paesaggi storici, dans C. Bozzoli et M. Filieri (dir.), Scoperta armonia. Arte medievale a Lucca, Lucques, 2014, p. 177-224.

Giovanni della Grossa = A.M. Graziani (dir.), Giovanni della Grossa. Pier’Antonio Montegiani. Chronique de la Corse des origines à 1546, Ajaccio, 2016. 

Horden – Purcell= P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea. A study of Mediterranean History, Oxford, 2000. 

Istria 2012 = D. Istria, avec la coll. de J. Françoise et E. Pellegrino, Les deux baptistères du groupe épiscopal de Sagone (Corse-du-Sud), dans Gallia, 69-2, 2012, p. 195-208.

Istria 2015 = D. Istria, L’église médiévale San Parteo de Mariana (Lucciana, Haute-Corse). Proposition de relecture de l’architecture et nouvelles interprétations, dans R. Martorelli (dir.), Itinerando senza confini dalla preistoria ad oggi. Studi in ricordo di Roberto Coroneo, Pérouse, 2015, p. 561-580. 

Istria et al. 2020 = Mariana. L’évêché et les édifices de culte du Ve au XVIe siècle, D. Istria (dir.), Rome, 2020, (Collection de l’École française de Rome, 574). 

Istria – Tomas 2010 = D. Istria, É. Tomas, Les importations de céramique en Corse et en Sardaigne durant le Moyen Âge (XIe-XVe siècle), dans Delestre X., Marchesi H. (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherche, actes du colloque d’Arles, 28-30 octobre 2009, Paris, 2010, p. 281-284.

Jullien 2016 = F. Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle, Paris, 2016.

Mérimée 1839 = P. Mérimée, Notes d’un voyage en Corse, Paris, 1839 (rééd., Ajaccio, 1997).

Moracchini-Mazel 1967 = G. Moracchini-Mazel, Les églises romanes de Corse, Paris, 1967. 

Moulin 2015 = J. Moulin, Lumio, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, dans Monuments de Corse, dans Congrès archéologique de France, Paris, 2015, p. 261-266. 

Palazzo-Bertholon 2012 = B. Palazzo-Bertholon, Traitement et apparences des surfaces murales autour de l’an Mil : joints, enduits et polychromies, dans E. Vergnolle, S. Bully (dir.), Le premier art roman cent ans après. La construction entre Saône et Pô autour de l’an mil, actes du colloque de Baume-les-Messieurs et Saint-Claude, 18-21 juin 2009, Besançon, 2012, p. 205-220. 

Parenti et al. 1997 = R. Parenti et al., Linee di progetto per la conoscenza delle strutture materiali del Duomo di Pisa, dans Archeologia dell’Architettura, II, 1997, p. 47-51. 

Pergola 1979 = P. Pergola, Orientations nouvelles pour l’histoire socio-culturelle, économique et politique de la Corse du Moyen Âge, dans Archéologie et société, ADECEC, Cervioni, 1979, adecec.net/parutions/archéologie-et-société.html.

Redi 1991 = F. Redi, Pisa com’era: archeologia, urbanistica e strutture materiale (secoli V-XIV), Napoli, 1991 (Europa Mediterranea, 7).

Scalfati 1994 = S.P.P. Scalfati, La Corse médiévale, Ajaccio, 1994. 

Scalfati 2013 = S.P.P. Scalfati, Les grandes propriétés dans la Corse médiévale, dans A.-M. Graziani (dir.), Histoire de la Corse, I, Ajaccio, 2013, p. 241-261. 

Vallauri – Marchesi 2006 = L. Vallauri, H. Marchesi, Le marché de la céramique en Corse du Moyen Âge à l’époque moderne : une tradition d’ouverture, dans Savoirs et savoir-faire industriels en Méditerranée Occidentale, Actes du colloque international méditerranéen, Corte, 1er et 2 juillet 2000, Corte, 2006, p. 69-79. 

Vergnolle 2005 = E. Vergnolle, Tailler la pierre à l’antique : la redécouverte de la gradine et de la bretture au XIIe siècle, dans L’Antiquité dans l’art roman : persistance et résurgence de l’Antiquité à l’époque romane, actes du colloque d’Issoire, 2001, Revue d’Auvergne, t. 119, n° 577, 2005, p. 73-84.

Haut de page

Notes

1 Coroneo 2004.

2 Istria et al. 2020, p. 121-158.

3 Coroneo 2004, p. 448-449. Pour Prosper Mérimée, cette église « offre le type le plus complet de l’architecture particulière au pays, et en résume pour ainsi dire tous les caractères » (Mérimée 1839, p. 94).

4 Pétrarque 2002.

5 San Savino de Pise, San Michele in Borgo, San Salvatore de Sexto, San Pietro in Palazzuolo…

6 San Gorgonio de la Gorgone, San Mamiliano de Montecristo, San Venerio del Tino, San Quilico de Populonia… : Scalfati 1994, p. 113-166.

7 Istria – Tomas 2010 ; Vallauri – Marchesi 2006.

8 Il s’agit essentiellement de monnaies de Lucques.

9 Par exemple Moracchini-Mazel 1967, p. 78-81 ; Pergola 1979 ; Scalfati 2013, p. 242-244.

10 Cancellieri 1984 et 2010.

11 Istria – Tomas 2010 ; Vallauri – Marchesi 2006.

12 Archivio di Stato di Pisa, Opera della Primaziale, 1129.

13 Mérimée 1839, p. 96.

14 Une nouvelle version de ces chroniques a d’ailleurs été publiée par G.C. Gregorj en 1827-1831, soit quelques années avant la venue en Corse de Prosper Mérimée. Parmi elles, celle de Giovanni della Grossa, rédigée au XVe siècle, résumait la situation de la manière suivante : « Nel qual buono e tranquillo tempo si fecero molti buoni edifizii pubblichi in Corsica, come furono molto belle chiese che ancora appareno e si conoscono essere fabbriche al politico modo e uso di Pisa » (Giovanni della Grossa 2016, p. 214).

15 Aru 1908.

16 Aru 1908, p. 24 et 25.

17 En 1938, Carlo Aru publia d’ailleurs un article intitulé L’arte italiana in Corsica dans l’ouvrage collectif dont le titre n’est entaché d’aucune espèce d’ambigüité : La Corsica nella sua italianità, Cagliari, 1938, p. 85-111.

18 Coroneo 2004 et 2006.

19 Coroneo 2004, p. 440.

20 Moracchini-Mazel 1967, passim.

21 Moracchini-Mazel 1967, p. 78-81.

22 Concernant la datation de cet édifice, il faut renvoyer à l’étude stylistique de R. Coroneo qui fait largement le point sur la question et appuie son argumentation sur une série d’édifices comparables de la proche région de Pise et de Sardaigne (Coroneo 2006, p. 99-115 et particulièrement p. 112) ainsi que, en dernier lieu, à la monographie récente qui propose une réflexion nouvelle relative à la date de consécration (Istria et al. 2020, p. 155-158).

23 Aru 1908, p. 38-51 ; Moracchini-Mazel 1967, p. 84-92 ; Coroneo 2006, p. 99-115 ; Istria et al. 2020, p. 121-158.

24 Coroneo 2006, p. 91.

25 Moulin 2015, p. 264.

26 San Michele de Sisco, San Quilico d’Olcani, Santa Maria de Rescamone : Coroneo 2006, p. 71-78 ; Moracchini-Mazel 1967, p. 49-52 et 65-67.

27 Ces outils semblent réapparaître en France dans le courant du second quart du XIIe siècle, peut-être dès les années 1120 à Besançon, entre 1131 et 1148 à Saint-Pierre-de-Montmartre, Saint-Denis, Saint-Germain-des-Prés… (Vergnolle 2005 ; Doperé 2018, p. 404-405). Pour une approche plus générale de la question on verra Bessac 1986.

28 Redi 1991, p. 355 ; Parenti et al. 1997 ; Fabiani – Mennucci – Nenci 1997 ; Bianchi 2008. Il manque encore, à ma connaissance, une synthèse sur cette question en Italie et dans les îles de la Tyrrhénienne.

29 On trouve également des traces de ces outils à lame dentée en Sardaigne, sur l’église Santa Maria d’Ardara dont la construction semble être achevée en 1107 (Information inédite. Concernant la chronologie de l’édifice on verra Coroneo 1993, p. 55).

30 Coroneo 2004, p. 451. Il identifiait ce détail technique également sur l’église Santa Maria d’Ardara en Sardaigne qui relève elle aussi, selon l’historien de l’art italien, de l’architecture romane d’importation.

31 Istria et al. 2020, p. 149-151.

32 Coroneo 2006, p. 104.

33 Coroneo 2004, p. 450 ; 2006, p. 106.

34 Istria et al. 2020, p. 144-147. On y trouvera la bibliographie relative à cette question.

35 Sur les détails de la mise en œuvre et l’intérêt technico-économique de ce type d’appareil alterné, on peut voir la belle étude de l’église Saint-André-de-Souvignargues dans le Gard (Bessac – Pécourt 1995).

36 Coroneo 2006, p. 102. J’ai adhéré dans un premier temps à cette hypothèse (Istria 2015, p. 570) qui ne me semble plus acceptable aujourd’hui.

37 Frati 2014, p. 195.

38 La piève Santa Maria de Diecimo, située près de Lucques et étudiée par M. Bianchi (2011), présente dans certaines parties (façade ouest, remontée au XIXe siècle, et face nord) un appareil de pierre de taille à assises alternées avec trous de boulins. Il me semble qu’elle ne peut servir de point de comparaison avec Mariana en raison de sa datation bien plus tardive puisqu’elle est construite, d’après M. Bianchi, à la fin XIIe ou durant la première moitié du XIIIe siècle. De plus, cette même étude a montré que plusieurs équipes de constructeurs sont intervenues simultanément, mais ont mis en œuvre des appareils différents. Dans ces conditions on peut se demander si l’équipe mettant en œuvre l’appareil alterné n’a pas adopté l’échafaudage encastré utilisé par une autre équipe afin d’assurer la cohérence et la stabilité de cet élément essentiel. Une chronologie relative fine de l’ensemble de l’édifice, qui semble pouvoir être proposée sur la base des relevés méthodiques de M. Bianchi, permettrait peut-être de le vérifier.

39 Bessac – Pécourt 1995.

40 Frati 2014, p. 196-197.

41 Coroneo 2006, p. 71-78.

42 Coroneo 2006, p. 116 ; Istria et al. 2020, p. 176.

43 Istria et al. 2020, p. 161-166.

44 À Santa Maria de Rescamone ces traces d’enduit – ou de joints rabattus – sont uniquement conservées dans la partie orientale de l’édifice dont on a démontré par une étude stratigraphique qu’elle était la première construite. On peut considérer qu’il s’agit là d’un argument pertinent permettant de dire que ce revêtement a été posé au moment de la construction, ou du moins avant l’édification dans le courant du XIIe siècle de la partie occidentale qui en est totalement dépourvue (Moracchini-Mazel 1967, p. 49-51). À San Parteo de Mariana, les traces actuellement conservées sont très partielles, mais P. Mérimée indiquait en 1839 que l’abside était recouverte d’un crépi épais (Mérimée 1839, p. 110). Ici aussi elles sont limitées à la partie orientale. Les analyses conduites par B. Bertholon-Palazzo montrent que la composition des mortiers et de l’enduit est peu différente : la fonction a conduit à choisir pour l’enduit du sable plus fin bien que de même nature - et sans doute de même provenance -, donc tamisé, et à ajouter du tuileau destiné à colorer la matière ainsi qu’à assurer un minimum d’étanchéité. Les deux sont très différents en revanche de ceux utilisés pour les restaurations des XIXe et XXe siècles (Bertholon-Palazzo 2017). Concernant la question des enduits et des joints sur les édifices des XIe–XIIe siècles, on peut voir en particulier l’article de synthèse de B. Palazzo Bertholon (2012).

45 Coroneo 2006, p. 99.

46 Istria et al. 2020, p. 159-178.

47 Istria et al. 2020, p. 64-71.

48 Concernant l’organisation de la façade et le problème posé par la moitié supérieure de celui-ci on verra en dernier lieu Istria et al. 2020, p. 147-148 et 134-138.

49 Coroneo 2006, p. 110.

50 Coroneo 2006, p. 64-71.

51 Ces éléments ont aujourd’hui disparus, mais ils sont connus par une photographie de 1930 (Moracchini-Mazel 1967, p. 32-34 et fig. 50).

52 Mariana : Istria et al. 2020, p. 109-112. Sagone : Istria 2012.

53 Compte tenu de ce nouveau point de vue, on suggère également de cesser de désigner les édifices de culte médiévaux de Corse par l’expression « roman pisan » ou « église pisane », rentrée dans le langage courant et journalistique mais aussi scientifique.

54 Roberto Coroneo écartait déjà cette solution.

55 Horden – Purcell, 2000.

56 Jullien 2016, p. 5.

57 Contra : Cancellieri 2010, p. 34 ; Pergola 1979 ; Moracchini-Mazel 1967, p. 80.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Détail du parement extérieur de la cathédrale de Mariana. On peut voir les traces laissées par différents outils ainsi que les ciselures périmétriques.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 2 – Détail des claveaux de la porte sud-ouest de la cathédrale de Mariana présentant des traces d’outils à lame dentée.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 3 – Détail du parement extérieur de la cathédrale de Mariana. Les assises hautes et basses sont ici alternées de manière régulière.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 4 – Façade occidentale avec assises alternées irrégulières de l’église San Michele de Sisco. On voit bien dans l’angle sud-ouest les blocs posés en délit formant des assises hautes.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 5 – San Parteo de Mariana. Relevé de la paroi intérieure de l’extrémité orientale du mur nord mettant en évidence la présence d’assises alternées.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Fig. 6 – San Parteo de Mariana. Photographie de la paroi intérieure de l’extrémité orientale du mur nord.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 7 – Détail de l’épaulement sud-est de l’église San Parteo de Mariana conservant des traces d’enduit souligné horizontalement et verticalement au fer de manière à simuler un appareil régulier.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 8 – Façade occidentale de la cathédrale de Mariana divisée verticalement par des lésènes.
URL http://journals.openedition.org/mefrm/docannexe/image/9743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Istria, « Les relations entre la Corse et la Terre Ferme durant les premières décennies du XIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 133-2 | 2021, 293-305.

Référence électronique

Daniel Istria, « Les relations entre la Corse et la Terre Ferme durant les premières décennies du XIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/9743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.9743

Haut de page

Auteur

Daniel Istria

CNRS, Aix Marseille Université, LA3M, Aix-en-Provence - distria@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search