Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2La Corse médiévale, île d’ItalieDiscours politiques et modèles de...

La Corse médiévale, île d’Italie

Discours politiques et modèles de gouvernement, entre Corse et Italie continentale aux Trecento et Quattrocento

Philippe Colombani
p. 321-337

Résumés

Entre le XIVe et le XVe siècle, la société corse participe pleinement aux débats politiques qui agitent le monde italien. Dans une île seigneuriale et rurale, les structures traditionnelles évoluent et génèrent de nouveaux discours qui oscillent entre projet populaire, pouvoir princier, construction d’un État local ou reconnaissance d’une domination extérieure. La comparaison des discours politiques insulaires et italiens, croisés avec les apports de l’anthropologie politique éclairent les développements de ces projets affrontés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 GdG 2016, p. 481.

Pieretto fils de Falello de Leca dont on a parlé en son temps […], vécut à ce que l’on dit cent quinze ans. Alors qu’il était sur le point de mourir on lui demanda s’il désirait être un jeune homme, il répondit que s’il avait à voir les changements du monde tels qu’il les avait connus, il préférait être dans l’état où il se trouvait, sur le point de mourir, tant il était fatigué du monde1.

  • 2 Franzini 2005, Marchi 2011.
  • 3 GdG 2016. C’est la première édition critique des chroniques de Della Grossa et Montegiani. Pour au (...)
  • 4 Sur le parcours Giovanni della Grossa et l’analyse de son œuvre, voir la présentation faite par A. (...)
  • 5 Franzini 2005, Marchi 2011 pour les liens avec l’aire italienne, Colombani 2020 pour les rapports (...)
  • 6 Carocci 1997 ; Spicciani – Violante 1997.
  • 7 Cengarle – Chittolini – Varanini 2005 ; Collavini 2011 ; Cengarle 2014. Ces recueils ne traitent p (...)

1Ce portrait de vie est rapporté par le chroniqueur Pier’Antonio Montegiani qui évoque alors l’état de la Corse au début du XVIe siècle. La réflexion amère de ce centenaire qui fut en son temps « uomo di molte valore, savio e valente », issu d’une des plus prestigieuses lignées seigneuriales de Corse, peut être lue comme celle du vieillard qui a trop vécu, mais elle est surtout révélatrice des profonds changements qui ont agité la société insulaire durant la longue vie de Pieretto et encore avant lui entre XIVe et XVe siècles. Le manque de sources directes complique notre appréhension de l’univers politique de la Corse médiévale avant le deuxième tiers du XVe siècle et les études sur la société insulaire se sont logiquement concentrées sur cette dernière période, plus riche en sources croisées2. La construction d’un pouvoir légitime commun à toute l’île, la nature de ce pouvoir, le consentement des populations à la construction de cette autorité, la montée en puissance de nouveaux groupes sociaux dominants, le tout sur un territoire morcelé et convoité par plusieurs puissances extérieures, sont autant de composantes fondamentales de la société corse des XIVe et XVe siècles. Pourtant, la faiblesse des sources a longtemps eu pour effet de renvoyer la période de la Corse seigneuriale et les premiers temps de la présence génoise à l’état de remugle dans lequel s’affrontaient des seigneurs tyranniques, entrainant dans leur malgoverno un peuple condamné à subir autant les rapines de ses propres élites que la domination indue de puissances extérieures prédatrices. Une vision sombre de l’histoire corroborée par une lecture trop littérale de la chronique de Giovanni della Grossa et de ses successeurs, notre seule source littéraire insulaire pour les périodes précédant le XVe siècle3. Cette chronique, ou plutôt cette histoire de la Corse, n’est connue que par des copies modernes. Son auteur, Giovanni della Grossa (1388-v. 1464) est à la fois un témoin et un acteur important de la vie politique insulaire. Issu d’un milieu proche des seigneurs de la Rocca qui dominent le sud de l’île, il reçoit une formation de notaire, et sert les différents pouvoirs qui se succèdent en Corse. Durant son parcours, il compile les sources anciennes, les traditions locales et sa propre expérience avec l’ambition d’écrire une histoire de son île depuis les origines. La première partie de son œuvre, de l’antiquité au XIIIe siècle est largement sujette à caution et vaut surtout comme témoignage anthropologique et littéraire sur la façon d’écrire l’histoire d’un insulaire laïc et lettré du XVe siècle. La seconde partie, qui renvoie à son époque ou à celle dont il peut recueillir des souvenirs directs, est redoutable de précision et la plupart du temps confirmée par les autres sources dont nous disposons. L’auteur suit son propre projet à la fois politique et littéraire, son point de vue implique de nombreux biais et doit faire l’objet d’une analyse critique, mais les travaux des trente dernières années sur le texte de la chronique ont largement démontré la fiabilité de ses informations factuelles tout en analysant de façon plus contextualisée le propos de l’auteur et en déconstruisant l’approche négative d’un Moyen Âge violent et anarchique remontant à la redécouverte du texte par les historiens et érudits insulaires de la fin du XIXe siècle4. Vision dépréciative qui présentait la société corse comme un isolat, objet passif d’une histoire qui lui échappait, figée dans des structures aussi archaïques qu’inaptes à assurer son développement. Les études récentes ont heureusement corrigé cette vision et réintégré l’île dans des dynamiques plus positives et plus vastes qu’elle partage avec le monde méditerranéen et plus particulièrement italien5. La Corse médiévale ne doit pas être considérée comme un isolat mais comme une périphérie italienne, une périphérie contestée certes et en cela instable, mais un espace profondément intégré dans les dynamiques politiques de ce vaste arc méditerranéen qui court de la Catalogne au sud de l’Italie. Un espace réceptif à la novità, ce terme polysémique, commun à toutes les expériences politiques italiennes du temps et qu’affectionne le chroniqueur Giovanni della Grossa quand il veut signaler et souvent dénigrer une rupture dans ce qu’il considère comme l’ordre normal de la société qu’il raconte. La Corse a pourtant une spécificité : c’est un espace exclusivement rural, éloigné de l’influence directe de toute cité. Certes il y a Bonifacio et Calvi, mais ce sont des colonies génoises, dont la fonction première est de contrôler les espaces maritimes et non, comme pour les grandes villes continentales, de dominer un contado et d’organiser un territoire autour d’elles. Cette ruralité systémique rattache la situation corse aux études sur les seigneuries rurales menées par l’historiographie italienne depuis trente ans6. Le monde des seigneuries rurales, sans avoir le brio et le faste des grandes cités qui incarnent à elles seules le Moyen Âge italien, n’est pas un monde figé et rétrograde, fondamentalement opposé à la civilisation urbaine, mais un univers complémentaire cherchant dans toute sa diversité une voie pour conserver l’ordre social qui l’a vu prospérer7. Il en va de même en Corse, à la différence que, dans l’île, et du fait même de l’éloignement causé par l’insularité, le pouvoir seigneurial n’a subi que très indirectement et avec un temps de décalage, la force d’attraction de la ville et par là même la mise en application d’un modèle étatique concurrent. Pas de ville, ni de roi pour la Corse avant le XIVe siècle, le pouvoir suzerain, lorsqu’il cherche à s’exprimer, est structurellement lointain et délégué. Périphérie contestée donc, la Corse est convoitée par plusieurs pouvoirs qui en revendiquent le dominium eminens sans forcément s’impliquer dans un dominium directum, suivant la formule connue selon laquelle on ne conquiert pas la Corse pour l’avoir mais pour que les autres ne l’aient pas. De droit, l’île fait partie du Patrimoine de Saint Pierre et le pontife dispose des droits éminents qu’il délègue à qui servira au mieux ses intérêts. L’île est inféodée à l’archevêque de Pise en 1091 mais ce gouvernement pisan est rapidement contesté par Gênes qui renforce sa présence en Corse en obtenant en 1133 la moitié des évêchés suffragants de l’île et s’empare de la ville de Bonifacio en 1195. La fin du XIIIe siècle est marquée, en Corse comme ailleurs en Tyrrhénienne, par l’affaiblissement progressif de l’influence pisane au profit de Gênes qui implante la colonie de Calvi sur le modèle de Bonifacio et mène des expéditions militaires pour soumettre ou rallier les seigneurs insulaires, le tout sans disposer d’aucun droit politique sur l’île. Cette domination légitime revient de façon assez inattendue au roi Jacques II d’Aragon, qui, dans les longues négociations qui suivent de traité d’Anagni, censées régler le conflit sicilien, obtient en 1297 la création et l’inféodation par le pape Boniface VIII du Regnum Sardiniae et Corsicae, constitué pour l’occasion. Ce projet d’un royaume de Sardaigne, déjà ébauché du temps du roi Enzo, trouve ici sa concrétisation, incluant les deux îles sous l’autorité toute théocratique du souverain pontife. D’abord théorique, la conquête de la Sardaigne par Jacques II en 1324 et le ralliement au roi de nombreux seigneurs corses donne une réalité concrète à la domination aragonaise sur les deux îles. Gênes, menacé dans son imperium tyrrhénien, accentue ses interventions en Corse à la recherche d’une légitimité politique qui lui fait alors défaut. Cette instabilité du pouvoir suzerain, particulièrement marquée à partir de la fin du XIIIe siècle laisse une large liberté d’action aux seigneurs insulaires qui constituent la base du système politique corse.

  • 8 À ce jour il n’existe pas d’analyse comparative des structures seigneuriales et Corse et d’Italie (...)

2Du fait de la faiblesse des sources, les outils offerts par l’anthropologie politique sont un moyen d’aborder les logiques de fonctionnement de ces sociétés que l’on qualifie de lignagères sans forcément se préoccuper de ce qu’implique ce mode d’organisation, à moins qu’on ne les affuble du qualificatif de société sans État ou de société clanique, les renvoyant du même coup dans le monde du pré-politique. L’étude de la période allant de la fin du XIIIe siècle au milieu du XVe démontre au contraire que la société corse, profondément intégrée dans l’univers politique italien, construit de multiples modèles et discours de gouvernement en les adaptant à ses propres spécificités et aux évolutions du contexte local et extérieur. Par italien on entendra ici les espaces centre et nord de la péninsule depuis le Piémont jusqu’à la Toscane auxquels on peut ajouter la Sardaigne. Les zones rurales montagneuses, peu soumises à l’influence des villes ou des pouvoirs princiers, comme les Apennins ligures ou le Piémont alpin, peuvent servir de points de comparaison privilégiés. Le royaume de Naples, et le sud de la botte, bien que culturellement proches et riches en structures seigneuriales, correspondent moins aux structures politiques insulaires, du fait de la présence d’une monarchie pérenne agissant sur les autres pouvoirs. Il en va de même pour les États pontificaux8. Il est aussi important de se dégager de l’image classique, qui considère la Corse comme une société unitaire du fait de son insularité. L’île abrite des structures politiques diverses qui évoluent selon des mécanismes propres, s’affrontent ou collaborent en fonction des rapports de force du moment. Faute d’être centralisé de l’intérieur ou polarisé de l’extérieur, le pouvoir dans cette société rurale et seigneuriale reste alors une énergie diffuse plus qu’une force unique s’appliquant à tous. La construction du pouvoir local obéissant à des déterminismes internes, elle s’adapte aussi à des influences extérieures, selon qu’elles représentent une opportunité ou un danger pour la pérennité des pouvoirs locaux.

  • 9 ACA., Papeles para incorporar, caja 25, doc. 23. Analysé et publié en annexe dans Meloni 1995, p.  (...)
  • 10 GdG 2016 et Cirneo 1884.
  • 11 ASMi, Sforzesco, 447.

3Pour approcher l’univers politique insulaire et envisager ses liens avec des modèles continentaux, entre Trecento et Quattrocento, j’ai pris le parti de m’appuyer sur un corpus chronologiquement large et forcément partial, allant des documents d’époque, comme la lettre de Castruccio Castracani, seigneur de Lucques, datant des années 13209, à des documents beaucoup plus tardifs comme la chronique de Giovanni della Grossa, rédigée dans les années 1450 et ses successeurs Montegiani, Ceccaldi et Cirneo10. Dans ces sources, je ne chercherai pas à reconstituer la véracité des faits rapportés, mais plutôt d’y retrouver les traces des discours politiques, des structures mentales et sociales, des mots, des cris, des gestes en pratique durant le temps de cette étude. Dans la même logique, j’ai fait appel au témoignage tardif de Gabriele Machassola, un officier milanais qui, en 1472, au moment de la domination des Sforza sur Gênes et la Corse (1464-1478), a côtoyé de près les seigneurs insulaires et qui a rendu avec verve leurs réflexions et leurs débats sur la façon de concevoir leur autorité11. La seconde moitié du XVe siècle, sera ici convoquée mais pas directement étudiée, les auteurs déjà cités ayant largement éclairci le champ de la recherche. Partant d’une société seigneuriale conforme aux modèles continentaux, les pouvoirs insulaires, confrontés à de puissantes dynamiques extérieures, évoluent vers de nouvelles structures et adaptent leurs discours politiques pour construire leurs propres novitae en cherchant de nouveaux équilibres, entre tentative de régénération du pouvoir seigneurial et affirmation de nouvelles entités politiques, entre nouvelles aristocraties, pouvoir populaire et figure tutélaire et ambigüe du prince devenu tyran.

Une société lignagère en quête de transcendance

  • 12 Wickham 1996, p. 393.
  • 13 Selon la formule de Georges Balandier, dans la lignée de Max Weber : « Aucune domination ne se sat (...)
  • 14 Dans un récit fondateur mythique dont on ignore la date exacte de structuration, le chroniqueur do (...)
  • 15 Ciavolella-Wittersheim 2016, p. 44, reprenant P. Bourdieu, De la règle aux stratégies, Terrain 4, (...)
  • 16 Pour une présentation des structure politiques de la Corse à la fin du XIIIe, en dernier lieu Colo (...)

4Pour reprendre la définition de Chris Wickham, les seigneurs sont « una versione semplice e locale dello stato12 » dont l’autorité repose sur la propriété foncière, le recours à une clientèle de vassaux ou de parents, le contrôle de la justice, la perception de l’impôt, le contrôle des ressources naturelles locales et la capacité militaire. Contrairement au lieu commun qui limite le projet politique du seigneur à la simple conservation de sa seigneurie, celui-ci peut être extrêmement divers selon la structure même de la seigneurie considérée, le contexte politique, les qualités personnelles et la culture politique du seigneur. Si le pouvoir seigneurial a pu s’imposer en tant que rapport de domination d’une élite militaire ou foncière sur le reste de la population, il s’est forcément consolidé autour de processus de légitimation permettant le consentement des populations soumises à cette autorité13. En Corse, en l’absence d’autorité suzeraine effective sur le territoire, l’adhésion repose avant tout sur la tradition. Les seigneurs rappellent systématiquement leur statut de signore naturale, ou de signori liberi ed assoluti pour caractériser une autorité qui remonte à des temps immémoriaux14. La notion de société lignagère prend ici toute son importance. Le lignage est fondé sur un groupe de parenté formé par la descendance et par l’alliance, dont les membres se considèrent comme descendants d’un ancêtre commun. Dans cette structure en apparence très normée, toutes les stratégies de contournement sont envisageables pour un individu ou un groupe qui chercherait à imposer son autorité ou à modifier les structures initiales du lignage15. Giovanni della Grossa, émanation directe de cette société, accorde un soin méticuleux à la description de ces lignées, leurs alliances, leurs grands hommes et leurs hauts faits. En croisant les informations de la chronique à celles des documents extérieurs, il est possible de reconstituer à grands traits les lignages dominants de cette société. Le sud de l’île, « di quà da i Monti », est contrôlé par le vaste groupe des Cinarchesi, lui-même subdivisé en groupe familiaux concurrents dont les principaux sont les della Rocca, les da Leca, les Istria, les Ornano-Bozzi, les Litala ou les Gozzi. Le nord, « di là da i Monti » plus peuplé, plus riche et plus anciennement documenté, est dominé par le vaste groupe des Cortinchi, qui se sont imposés sur les lignées plus anciennes comme les marquis Obertenghi ou les Bagnaia qui contrôlaient les riches plaines tyrrhéniennes jusqu’au XIIIsiècle. Certaines microrégions sont le territoire de lignées locales, comme les seigneurs Pinaschi qui se partagent la Balagne au nord-ouest ou les Avogari et da Mare, d’origine génoise, implantés dans le cap Corse16.

  • 17 Pour reprendre la formule de Georges Balandier : « Ces sociétés fonctionnent en utilisant l’énergi (...)
  • 18 Maire Vigueur 2004, p. 307. Sur le thème de la violence, Graziani 2011 et Broc 2011.

5Cette construction politique n’est en rien égalitaire et repose sur des rapports complexes de prééminence et de subordination. La vision égalitariste est extérieure et conduit au lieu commun de « l’anarchie féodale » sans ordre ni projet politique autre que la vaine quête du pouvoir : autant dire le malgoverno. Dans ce type de société, l’interaction des parentés, les relations entre groupes lignagers, les réaménagements des structures territoriales associées aux lignages sont autant d’éléments qui en font un système éminemment politique et dynamique. L’appartenance au lignage ou à la clientèle tient lieu de citoyenneté, en cela qu’elle permet une participation aux affaires publiques. Le projet politique ne vise pas à une modification du système mais plutôt à un réajustement permanent de ses éléments constitutifs au profit de telle ou telle lignée. Chaque lignage peut alors s’envisager comme un système politique indépendant considérant sa compétition avec les autres comme des relations extérieures. Cette instabilité, systématiquement reprochée aux seigneurs corses, est donc constitutive de leur modèle politique qui fait du déséquilibre permanent et des affrontements limités un moteur sociétal et un facteur de cohésion sociale. Ajoutons que cet ordre seigneurial étant un profond facteur d’inégalités, il justifie sa perpétuelle contestation par les groupes qui le composent17. Ce système structurellement instable, vit dans la crainte qu’une cause interne ou externe ne vienne rompre cet ordre et que le pouvoir ne devienne le moyen de l’iniquité, ce qui explique la crainte de la novità. Dans une société rurale comme la Corse, les biens auxquels un individu ou un lignage peuvent aspirer sont forcément limités, d’autant que la logique lignagère impose aux seigneurs une obligation de redistribution et de générosité envers leurs parents, vassaux, clients ou amis. Toute accumulation excessive de biens ou de pouvoirs est donc un facteur de déséquilibre qui doit être résolu, le plus souvent par le conflit. On retrouve ici, dans le contexte insulaire une déclinaison de la « culture de la haine » dont Jean-Marie Maire Vigueur a analysé les processus pour les lignages de magnats urbains18.

  • 19 Il est tentant de rapprocher le modèle politique de Giudice des judicats de Sardaigne. Ces deux so (...)
  • 20 « E fu ordinato che ognuno pagasse il tributo, e fu ripartito che per ogni villa di Corsica avesse (...)
  • 21 Cet aspect charismatique du seigneur dominant apparait encore à la fin du XVe lorsque le commissai (...)

6C’est sur cette base que la société corse propose ou adapte plusieurs projets politiques en correspondance avec ceux menés en Italie septentrionale et centrale tout en cherchant des compatibilités avec les particularités locales. Le premier projet politique innovant évoqué par les sources, qu’elles soient extérieures ou locales, est celui du seigneur Giudice de Cinarca dans les années 1260. Il tente d’imposer une seigneurie insulaire unique, captant le titre de comte au profit d’une lignée locale, ici les Cinarchesi de la branche della Rocca. Giovanni della Grossa construit un récit mythique autour de ce personnage qui relève de l’invention de la tradition. Après avoir rappelé la légitimité de son héros par sa généalogie issue des comtes mythiques, il rompt le lien lignager en faisant assassiner le père de Giudice, Guglielmo, par des oncles. Rabaissé, Giudice doit s’exiler en Terre Ferme. Le jeune fuoruscito réfugié à Pise y démontre sa valeur et y gagne le titre de Giudice (qui devient son nom d’usage) puis revient en Corse, fort d’une légitimité extérieure pour reprendre son dû19. Par sa force et sa capacité à rendre bonne justice, il soumet les autres lignages, impose son titre de comte de Cinarca et fait finalement reconnaître son autorité dans toute l’île par une cérémonie devant la cathédrale de la Canonica, siège de l’évêché de Mariana et lieu symbolique important. Ce buon governo comtal, tel que le chroniqueur le propose aux lecteurs de son temps, repose sur l’application d’une rude justice, d’autant plus appréciée qu’elle s’applique à son propre lignage. Giudice met en place un réseau d’officiers dont la fonction principale est de collecter l’impôt selon des modalités dont la chronique se fait l’écho lointain20. Cette recentralisation du tribut seigneurial est un élément essentiel dans les dynamiques de la société corse pour toute la période, car la capacité à collecter et à concentrer les richesses est un atout considérable dans l’affirmation du statut social de ceux qui en bénéficie. Giudice rompt les équilibres lignagers territoriaux en redistribuant les seigneuries et les revenus en fonction de l’allégeance à son pouvoir. Ce modèle met en avant un individu charismatique qui dépasse la structure des lignages et évolue autour d’une triple logique : l’acceptation de ce pouvoir en tant que garant de l’ordre et de la sécurité, la révérence du fait du charisme de celui qui a su s’imposer à tous, la contestation puisque ce nouveau pouvoir justifie et entretien les inégalités21.

  • 22 Franzini 2005, p. 87-93.
  • 23 Les partis portent le nom des deux seigneurs rivaux : Giudice de Cinarca et Giovanninello de Loret (...)
  • 24 Venturini 2005.

7Ici se structure les fondamentaux du projet comtal, la « voie de la comté » telle que l’a étudiée Antoine Franzini pour le XVe siècle22. Par la mise en place du projet comtal, la société lignagère corse se met en quête de transcendance, un facteur de modernité qui porte en lui de nombreux projets politiques concurrents. Cette recomposition entraine une réaction par la constitution de partis antagonistes qui transcendent les anciennes alliances lignagères, rendues partiellement obsolètes :la parte di Giudice et la parte di Giovanninello, attestées par la chronique et par plusieurs documents jusqu’à la fin du XVe siècle, sont une nouvelle strate politique fondée sur une recomposition des hiérarchies lignagères23. Il est difficile en l’état de notre documentation de déterminer clairement ce qui structure cet antagonisme mais l’apparition de ces partis est le signe fort d’une réaction politique. Si l’on se détache de la chronique pour revenir aux faits tels qu’ils ont été reconstitués par Alain Venturini, Giudice subit surtout une double opposition qui est finalement fatale à son projet personnel. Conjointement aux alliances liées dans l’île le seigneur a aussi pactisé avec d’influents alliés extérieurs24. Le Cinarchese a d’abord conclu un pacte avec la Commune de Gênes, avant de s’allier avec Pise dans les années 1280. La défaite pisane de la Meloria en 1284 le met en délicatesse avec Gênes qui mène alors une série d’expéditions militaires en Corse pour assurer sa position stratégique dans l’île. Privé des alliances extérieures et des capacités de redistribution qui ont fait sa puissance, il est finalement livré aux Génois qui l’emprisonnent pendant que les lignages reprennent leur autonomie en intégrant toutefois à leurs stratégies de pouvoir les innovations apportées par Giudice, en particulier l’alliance verticale (par reconnaissance de suzeraineté) avec les puissances extérieures, la reconnaissance de nouvelles lignées ou de nouvelles limites territoriales, sans oublier le projet comtal qui devient un invariant de la vie politique insulaire.

L’intrusion de la novità : du pouvoir naturel au pouvoir conditionnel

  • 25 Les formules telles que : Cinarchesi pluries preliati sunt adinvicem et ab antiquo simul habuere g (...)
  • 26 Un seigneur du Cap Corse, dominus Alamannone de Mari est à la fois distingué comme inanuensis et g (...)
  • 27 Petti Balbi 1976, p. 11-25.
  • 28 Un autre passage de Castruccio précise : Propter guerras et propter malos dominos qui non faciunt (...)
  • 29 À la fin du XVe, le chroniqueur Montegiani en donne la définition suivante : « Perché il nome de c (...)
  • 30 La Corse prend sa part dans le vaste mouvement de bouleversements politiques qui traverse alors l’ (...)

8L’intégration de la Corse dans le jeu des grandes puissances méditerranéennes multiplie les sources documentaires disponibles. Parmi elles, la lettre de Castruccio Castracani à l’infant Alphonse d’Aragon nous offre un instantané de la situation interne de l’île dans les années 1320. Le contexte international est alors particulièrement mouvant puisque le roi d’Aragon, devenu roi légitime de Sardaigne et de Corse depuis 1297, envisage de conquérir l’île après avoir soumis la proche Sardaigne. Castruccio Castracani, son allié, renseigné par un seigneur corse, Arrigo de Litala, lui fait parvenir une description de la situation de l’île. Le document rappelle que l’île applique le droit féodal italien, puis après avoir donné des conseils pratiques en vue d’une conquête effective par la Couronne d’Aragon, s’attarde sur les rapports de force entre les différents lignages. Il apparait que les principales familles sont toutes liées entre elles par des liens de parenté sans constituer des blocs unifiés mais plutôt des nébuleuses organisées autour d’individus dominant par leurs qualités propres ou le prestige hérité25. Le souvenir de Giudice est encore bien présent d’autant que, par une politique d’alliances matrimoniales, il s’est apparenté avec les principaux lignages du moment. Par contre, l’appartenance à des grands partis, comme les guelfes ou les gibelins n’est évoquée qu’une fois26. Structurellement instable, ce système lignager est aussi facilement influençable par des éléments extérieurs qui lui font défaut : argent, titres légitimant ou moyens matériels. Un passage précise, au sujet des barons, mais on ne sait s’il est l’expression de la société locale ou celle de l’auteur qui en appelle au roi d’Aragon : Isti nobiles qui opprimuntur a dominis necnon et domini oppressi et populus totus desiderant unum dominum qui eos in pace et iusticia teneat. Il signale l’attente d’une transcendance extérieure gage de stabilité pour l’île. Pourtant les suzerains potentiels ne manquent pas et les années suivantes voient une montée en puissance de l’influence génoise en Corse, favorisée par l’effacement du rival pisan et par la menace d’une conquête aragonaise. Gênes prend solidement pied dans l’île à partir des années 1340 en menant des expéditions militaires et en désignant des vicaires dans l’île, qu’ils soient génois ou choisis parmi les seigneurs insulaires27. La Commune étant à ce moment sous l’autorité du dogat populaire, il est fort probable qu’elle favorise aussi la diffusion de ce nouveau modèle politique antiseigneurial, forcément connu dans l’île mais jusqu’alors non efficient. Or si l’on croise les informations de Castruccio et la vision a posteriori donnée par la chronique, on peut supposer, comme le constate Simone M. Collavini pour l’Italie centrale, que le système seigneurial, tel qu’il fonctionne en Corse, est dans un moment de crise interne au cours duquel les éléments d’instabilité l’ont emporté sur le facteur d’ordre qu’il représentait28. Il est probable que le système seigneurial pérennisé depuis deux siècles a permis l’ascension d’un nouveau groupe social qui a bénéficié d’une délégation des pouvoirs seigneuriaux. Liés aux seigneurs, partageant leur mode de vie, mais ne disposant pas de leur position sociale prééminente, ces nouvelles élites ont pu constituer dans l’île la base du groupe des principali et des caporali29. Ce groupe, lié aux lignages seigneuriaux sans y être rattaché et proche du popolo, est un catalyseur idéal dans la mise en place d’un parti populaire que le dogat de Simone Boccanegra a pu facilement agréger à ses théories30.

  • 31 Une dynamique qui s’impose sur le temps long. Sur les statuts appliqués à la Corse, voir Franzini (...)
  • 32 Petti Balbi 1991, p. 265-286 pour les Rivières et l’Oltregiogo et p. 307-311 pour la Corse.
  • 33 GdG, p. 356-358.
  • 34 Petti Balbi 2007, p. 101-125.

9La bascule a lieu en 1357 lorsqu’éclate en Corse une révolte antiseigneuriale qui, partie du nord de l’île, la partie la plus peuplée et la plus riche, balaye tout le territoire insulaire. Un parti populaire abat dans la violence le pouvoir des seigneurs et fait rapidement appel à Gênes pour obtenir sa protection. En 1358, le popolo de Corse fait dédition à la Commune de Gênes fixant par des statuts sa sujétion à ce nouveau pouvoir extérieur : une innovation considérable qui voit les structures politiques insulaires intégrer le pouvoir contractuel face au pouvoir « naturel » des seigneurs31. Le groupe social des caporali prend une part déterminante dans la victoire du popolo, suffisamment en tout cas pour s’imposer rapidement comme une nouvelle élite, des « grandi di popolo », à l’échelle de cette société. Cette victoire démontre la prégnance du discours populaire dans la société locale, ainsi que la perte de capacité militaire des seigneurs qui n’ont manifestement pas eu le monopole des armes face à un popolo jusqu’ici politiquement invisible mais capable de mettre à bas la plupart des châteaux de l’île, avant de recevoir l’aide extérieure de Gênes. Nous ne disposons ni des premiers statuts liant la Corse et la Commune de Gênes, ni d’écrits politiques du parti populaire de Corse mais la conjonction idéologique entre le régime de Simone Boccanegra et la politique antiseigneuriale insulaire est évidente. Le popolo impose un nouveau cadre de légitimité, issu du contrat, bénéficiant à Gênes qui s’affiche comme la protectrice du peuple face à l’iniquité des tyrans. La situation de la Corse peut être comparée à celle des Rivières ligures où là aussi, la Commune cherche à imposer son ordre à des espaces seigneuriaux pour en faire des territoires conventionnés soumis à son autorité, l’île devenant progressivement la « troisième Rivière de Gênes32 ». Signe des temps, le nouveau système post-seigneurial génère ses propres scissions et, comme lors de la novità engagée par Giudice de Cinarca un siècle auparavant, l’on voit apparaitre deux nouveaux partis (la chronique parle de fazioni) issus de la nouvelle organisation politique de l’île. Les Cagionacci et les Rusticacci (les premiers semblent plus proches du monde des seigneurs, les seconds de celui des populaires) divisent rapidement la société insulaire, entrainant de multiples conflits jusqu’à l’assassinat du gouverneur génois Tridano della Torre en 137333. Cette nouvelle distinction est révélatrice d’une recherche d’équilibre dans cette société ou les structures anciennes ont été ébranlées et dans laquelle les seules solidarités lignagères ne suffisent plus à se déterminer. La multiplication des factions est un facteur de désordre, mais aussi un signe de vitalité de la société qui les génère. On retrouve ici une situation proche de celle du territoire génois dans lequel le jeu politique est marqué par une stratification de partis, factions et couleurs34.

10Le système seigneurial, bien qu’affaibli, n’est toutefois pas mis à bas. Même privés de leurs droits par la Commune de Gênes, les seigneurs constituent un groupe social essentiel qui bénéficie d’une rente de pouvoir avec lequel il faut composer. D’autant qu’une partie d’entre eux parviennent à reconstituer leurs seigneuries en réactivant à leur profit le projet comtal. Le système seigneurial, mis en danger par un modèle étranger hostile, incarné à la fois par la partie de l’île passée a popolo e comune et par la Commune de Gênes, va donc s’appuyer sur ses fondamentaux pour affirmer un nouveau modèle politique capable de faire face à cette nouvelle menace.

  • 35 « Come Arrigo aveva trattato quel giorno con tutti quelli che si li erano adunati il disegno che t (...)
  • 36 « E a Biguglia [le château où résidait le gouverneur génois] vennero li popoli di tutte quelle con (...)
  • 37 10 sous par feu selon la chronique. GdG 2016, p. 373.
  • 38 Colombani 2020, p. 200-204.
  • 39 Balandier 1967, p. 45 reprenant les catégories de domination établies par M. Weber.
  • 40 Tabacco 2005, p. 286-288.
  • 41 Sur les liens entre la Corse et la Sardaigne, outre l’article de V. Marchi 2016, on se réfèrera au (...)

11Ce modèle est l’œuvre du seigneur cinarchese Arrigo della Rocca, descendant de Giudice de Cinarca. Chassé de sa seigneurie après la révolte, Arrigo se réfugie en Sardaigne voisine où il place son épée au service de la Couronne d’Aragon. Utilisant sa clientèle et son lignage, il constitue un parti royal en Corse qui porte les revendications du roi, légitimes du fait de l’inféodation pontificale, face à l’action de la Commune de Gênes, considérée comme factieuse. Soutenu financièrement et militairement par la Couronne, Arrigo innove en se présentant comme un défenseur du peuple, soucieux de rétablir sous son autorité une société apaisée35. Il traite avec les chefs populaires, importe depuis l’Aragon des vivres, dans une Corse ravagée par la famine, et impose à Gênes et à ses partisans un rapport de force violent. Fort de ses succès, il obtient l’acclamation comtale36. Signe du retour à l’ordre, le tribut seigneurial est de nouveau perçu et réparti selon une base contractuelle qui vient concurrencer les statuts mis en place par les populaires lors de la dédition à Gênes37. Le comte réorganise toute l’ancienne structure territoriale des seigneuries et ne reconstitue de nouvelles entités que sous son autorité suzeraine. Ajoutant la légitimité extérieure au prestige comtal, il reçoit le titre de lieutenant du roi en Corse en 1377. Il bénéficie aussi de nombreux subsides royaux et du butin de ses opérations militaires, disposant ainsi de ressources financières conséquentes qui facilitent la constitution de nouvelles clientèles au-delà des traditionnels réseaux lignagers38. A la domination traditionnelle qui lui vient de sa lignée, le comte Arrigo ajoute la domination charismatique que lui vaut sa propre virtù et la domination légale fondée à la fois sur l’institution comtale rénovée et sur la reconnaissance royale39. Une nouvelle fois, les sources manquent pour établir des correspondances directes avec des situations équivalentes en Terre Ferme mais l’expérience politique du comte Arrigo della Rocca peut être comparée avec celles qui se pratiquent dans le Piémont occidental au début du XIVe siècle quand les comtes de Savoie unifient sous leur autorité plusieurs seigneuries et constituent leur propre comté, utilisant à leur profit le vieux et prestigieux titre carolingien. Comme en Corse, l’absence de ville dominante leur permet d’intercaler leur autorité en recherchant des alliances pragmatiques avec les pouvoirs environnants40. On pourrait aussi rechercher des concordances avec le modèle judical porté par les Arborea en Sardaigne, alors en pleine révolte contre le pouvoir royal aragonais, mais là encore l’histoire des correspondances entre les univers politiques sarde et corse reste largement à écrire41.

  • 42 Sur la Maona de Corse, Petti balbi 1976, p. 55-74.
  • 43 GdG 2016, p. 410.
  • 44 La chronique s’en fait l’écho : « Viva popolo e Raffaelle da Montaldo » (p. 404), « viva popolo e (...)

12Suivant sa dynamique de modification des processus de légitimation, Arrigo franchit de façon opportuniste un pas supplémentaire. En 1378, la Commune de Gênes confie la gestion de la Corse à une Maona42 : Arrigo d’abord opposé à ce projet concurrent, négocie finalement son rattachement comme actionnaire à la Maona, une première pour un seigneur corse qui renforce ainsi la financiarisation du processus d’autorité politique. Arrigo n’est pas le seul à faire ce calcul, le Génois Leonello Lomellini, très impliqué dans la Maona, utilise ses importants moyens financiers pour se constituer des clientèles insulaires, prendre le contrôle des lieux symboliques comme les châteaux et finalement obtenir à son profit le titre comtal en 1406, délégué cette fois par Gênes, alors sous domination française43. Pour assurer ce nouveau pouvoir comtal, la force militaire traditionnelle et la capacité financière qui la renforce sont de puissants leviers dans une société corse en pleine recomposition. Conscients des profondes évolutions dans les réseaux de fidélité, les Génois jouent aussi de ce levier en introduisant le salariat pour s’assurer de la fidélité des caporaux. La Ligurie, la Lombardie, la Toscane ont connu bien avant la Corse la mise sous tutelle du contado grâce à la capacité financière démultipliée des élites urbaines. Gênes en salariant les caporaux corses pour s’assurer de leur fidélité peut ainsi dépasser les logiques lignagères. Arrigo suit le même raisonnement autour du projet comtal, mais avec des moyens plus limités et largement dépendant de son royal protecteur. L’affaiblissement du pouvoir seigneurial provoqué par la révolte de 1357, l’assise encore fragile du jeune pouvoir populaire, la foule de nobles déclassés cherchant à retrouver leur statut sont autant d’éléments qui jouent en faveur de ces nouvelles dynamiques sans jamais effacer les logiques traditionnelles issues des lignages et des anciennes solidarités. Les dernières années du XIVe siècle et le début du XVe sont un moment de grand bouillonnement politique pour l’île dans laquelle les projets politiques s’entremêlent, brouillant les repères traditionnels. Un indice parmi d’autres est la complexification des cris de ralliement entre factions. En 1357-58, le cri de révolte évident est Viva popolo en réaction à l’iniquité des seigneurs. Mais le jeu des factions, l’apparitions de nouveaux acteurs extérieurs, d’hommes nouveaux intérieurs complexifie à l’envi ces cris en fonction des contextes, la volonté de protéger le popolo restant le dénominateur commun à tous ces révoltés, quel que soit leur projet44.

13La difficulté de mise en place du projet populaire donne sa chance au projet princier. Fragile du fait de la fonction charismatique du comte et de la très grande instabilité politique environnante, ce système trouve toutefois sa cohérence. Après la mort d’Arrigo en 1401, son neveu, Vincentello d’Istria, parvient à récupérer l’héritage politique de son oncle en renforçant l’alliance aragonaise et en obtenant l’acclamation comtale en 1407 puis le titre de vice-roi pour la Couronne d’Aragon en 1418. En 1420, il contrôle la quasi-totalité de la Corse et permet le débarquement du roi Alphonse V venu s’emparer de la partie du Regnum Sardiniae et Corsicae qui lui échappe encore. Malgré l’échec de l’armée royale devant Bonifacio, indéfectiblement fidèle à Gênes, Vincentello gouverne l’île pendant quatorze ans, contenant les multiples tentatives de déstabilisation fomentées par les Génois et leurs partisans. Alors qu’il combat une énième révolte, il est capturé par une galère génoise et exécuté en 1434. Malgré, ou à cause, de sa mort tragique, il devient un personnage référent pour la société politique corse du XVe siècle.

La figure du tyran : un repoussoir insurmontable

  • 45 Giovanni della Grossa le rappelle par cet avertissement : « e li corsi sono di natura disdegnosi, (...)
  • 46 Sur la mutation seigneuriale dans un contexte urbain, Zorzi 2014, p. 23-40.
  • 47 Si l’on s’en tient à la comparaison avec la Lombardie ou le Piémont, la situation y est très diffé (...)

14Le modèle comtal incarné par Vincentello trouve justement ses limites dans la nature charismatique qui concentre les pouvoirs autour d’un individu exceptionnel, accentuant du même coup les inégalités et l’insatisfaction des groupes qui lui sont soumis. Processus d’autant plus pervers que, dans le système ancien dominé par des seigneurs naturels, la rébellion et le conflit sont un moyen normal de résoudre les déséquilibres, provoquant une perpétuelle remise en question de l’ordre politique, au détriment du dominant mais au profit de tous les autres45. On retrouve une pensée politique conservatrice par opposition à la novità incarnée par les nouvelles formes de légitimité voulues par le comte ou la Commune. Le personnage et l’œuvre de Vincentello peuvent être comparés, au modèle qu’imposent les Della Scala à Vérone ou les Gonzague à Ferrare, dans un contexte urbain de mutation seigneuriale46. Le modèle absolu de principauté reste celui des Visconti de Milan, pour autant, du fait de la disproportion entre le duc de Milan et le comte de Corse, une comparaison ne me paraît pas pertinente, même si le modèle princier des Visconti a forcément constitué une référence pour un seigneur ambitieux comme Vincentello d’Istria. Il est notable de constater qu’en Corse, malgré la montée en puissance du nouveau groupe des caporaux et la concurrence du modèle communal, les lignages traditionnels de « seigneurs naturels » se maintiennent remarquablement et conservent leur prépotence et la jouissance de leurs biens seigneuriaux. On ne voit donc pas émerger de nouvelles familles seigneuriales venues de Gênes, de Milan ou de Catalogne si l’on s’en tient aux principaux pouvoirs suzerains qui se disputent l’île47.


  • 48 L’accatto est prélèvement fiscal des seigneurs (puis des caporaux), à l’origine exceptionnel puis (...)
  • 49 ASMi, Machassola, dans Franzini 2005 p. 71.

15En Corse, le pouvoir seigneurial est concentré dans un petit nombre d’individus, le jeu complexe des lignages et des clientèles fait que l’action du seigneur, ou désormais du caporale ou du capo popolo, peut avoir une grande profondeur sociale. Cette problématique est encore aggravée par la question latente des revenus seigneuriaux. En détournant à son profit le prélèvement du tribut, et en particulier de l’accatto, le comte (ou la Commune) prive les seigneurs d’une source importante de revenus qu’ils cherchent à récupérer, soit en devenant les relais du pouvoir suzerain, soit en le détruisant pour reprendre le contrôle de leur fiscalité. Un enjeu essentiel pour assurer le statut de seigneur auprès de ses parents et clients48. Cette tension permanente des élites pour assurer leurs revenus se retrouve comme une revendication latente auprès des puissances extérieures suzeraines. En 1472, le commissaire Machassola rapporte que ses interlocuteurs corses l’interpellent de la façon suivante : « Non abiamo più bixogno de parole, non de lettere, che ben sapiamo che a Milano glie bono merchato de papero, et de parole ne abiamo aute asay. Abiamo auto commissarii asay : quali tuti ano dito che vera provixione, et fian qui nulla abiamo49 ».

  • 50 « Ennemis de leur patrie [les Corses] sont hors de leur patrie comme des frères. Avides de changem (...)
  • 51 Sur la mise en place d’une symbolique dans par le parti royal aragonais, Colombani 2018.

16La société politique corse n’étant pas homogène, elle ne parvient pas à imposer sa cohérence face à l’extérieur50. On peut relever d’ailleurs la relative faiblesse des rituels proposés par les seigneurs dominants. Sortis de la cérémonie d’investiture comtale, de l’organisation de vedute generale ou de parlamenti et de la distribution des charges d’officiers lorsque le pouvoir du comte est suffisamment assuré, les symboles manquent à ces seigneurs dominants si on les compare à leurs homologues continentaux. Une cour et une mesnie certes, mais pas de grande résidence princière, pas de monnaie figurant le seigneur ou ses emblèmes, pas plus de figure héraldique attachée à la seigneurie de Corse, chaque comte a son emblème, souvent relié à son propre suzerain étranger51.

  • 52 Sur le gouvernement de l’Église en Corse, Franzini 2005, p. 261-337.
  • 53 Au tout début du XVIe siècle, Pietro Cirneo se fait encore l’écho de cette mentalité : « et bien q (...)
  • 54 A la fin du XVe siècle, le commissaire milanais Antonio Ivani en dresse un portrait bien peu flatt (...)

17Parmi les éléments unitaires qui manquent dans les discours politiques de la société corse, on peut ajouter la grande modestie des références religieuses dans les processus et les cérémonies de légitimation du pouvoir politique. Si la Corse est incontestablement une terre chrétienne, l’utilisation du fait religieux dans les rituels politiques semble limitée. Là encore, la source quasi unique que constitue Giovanni della Grossa peut introduire un biais, l’auteur semblant peu intéressé par les évènements liés à la religion. Peut-être faut-il relier cette constatation à l’absence de grandes structures religieuses dans l’île, comme les monastères ou les grandes seigneuries épiscopales. La modestie des six évêchés insulaires, le manque d’assiduité des évêques résidents, peuvent aussi expliquer que l’Église, bien que très présente dans la société, soit moins influente dans le domaine politique. En Corse, les évêchés ne sont pas des villes et la seule ville, Bonifacio, n’est pas un évêché. Pour les élites locales, l’évêque (ou l’abbé) apparaissent plutôt comme des pouvoirs extérieurs avec lesquelles il faut composer, en particulier dans la distribution des charges ecclésiastiques, comme celle du curé piévan, qui fait l’objet d’une forte compétition entre lignages locaux et autorité épiscopale. Il convient de noter l’exception notable de la famille des caporaux d’Omessa qui parvient sur le temps long à prendre le contrôle des évêchés d’Aleria et de Mariana, les deux plus riches de l’île, en imposant des membres du lignage sur ces sièges épiscopaux au XVe siècle52. Cette absence de transcendance du pouvoir prive l’île d’un élément fort de stabilisation politique. Dans ce contexte, la révolte systémique des barons corses contre toute autorité suzeraine et leur extrême versatilité dans les alliances doit aussi être lue comme la tentative de réaction d’un corps social qui a dépassé sa capacité de changement tolérable et qui cherche par la rébellion à retrouver sa stabilité face à des expériences politiques jugées hostiles à ses fondamentaux53. Signe de l’enracinement profond de cette pensée politique, les caporali, pourtant issus de la révolte populaire de 1357, adoptent rapidement les codes de comportement des anciens seigneurs avec lesquels ils nouent des alliances, au point d’être considérés par les populaires et la Commune de Gênes comme de dangereux fauteurs de troubles assimilables aux barons, inaptes au bon gouvernement. Un insignoriamento étendu à toute la société54.

  • 55 On retrouve la nature à la fois libérale et partiale du seigneur/tyran dans la description de Leon (...)

18Dans la droite ligne de ces préoccupations qui traversent les enjeux politiques de l’Italie continentale, le discours idéologique insulaire met en avant, à partir de la fin du XIVe siècle la figure repoussoir du tyran. On peut voir en Arrigo della Rocca cette figure paradoxale du tyran, à la fois violent et excessif mais facteur d’ordre et justice, un seigneur de l’apaisement dans une société instable, un tenant de la virtù face à un peuple inconstant, « qui doit être conduit et non suivi », selon la formule antique d’Alcuin. Le discours politique du comte Arrigo della Rocca, tel que retranscrit par la chronique, renvoie à cet insignoriamento par lequel le prince réoriente les structures politiques à son profit tout en s’affirmant comme un défenseur des vertus civiques nécessaires au bien commun. « Sicché cominicio a fare timore e a dare segno di valore », précise le chroniqueur lorsque le comte Arrigo rend justice avec fermeté55.

  • 56 Le comte Vincentello est un personnage considérable : fidèle serviteur de la Couronne d’Aragon il (...)
  • 57 Pour Mastino : « Ce messire Mastino […] fut un homme très sage et un seigneur juste. Il pouvait pa (...)
  • 58 Sur les projets princiers des Fregoso, Franzini 2005, p. 191-244.
  • 59 GdG 2016, p. 580-582.
  • 60 ASMi Machassola dans Franzini 2005, p. 60.
  • 61 Ibid.
  • 62 Sur l’expression de ce discours patriotique, on peut évoquer celui durant lequel le comte Giovan P (...)
  • 63 Sur le discours idéologique génois face à Alphonse V appliqué à la Corse, Arrighi 2020.

19Le mot tyran apparait souvent dans la prose de Giovanni della Grossa et de ses successeurs pour désigner un pouvoir (individuel ou collectif) devenu abusif ou illégitime que l’on pourrait considérer comme la conséquence malheureuse d’une novità. Manifestement partial, le chroniqueur ne l’applique pas à Arrigo della Rocca, mais accable son successeur à la fonction comtale, Vincentello d’Istria, mal aimé de Giovanni della Grossa qui, l’ayant servi, dut subir sa disgrâce56. Contrairement à ses prédécesseurs, le comte Vincentello a eu le temps de régner et d’organiser son pouvoir, capitalisant sur les expériences politiques précédentes. Bien soutenu financièrement par l’Aragon et résolument opposé au parti génois, il a une nouvelle fois centralisé et redistribué le tribut comtal, salarié les caporaux, nommé ses officiers, contrôlé les seigneurs et rendu bonne justice dans le Regnum Corsicae, le tout au nom de sa double légitimité comtale et vice-royale. Son échec, au-delà de la fatalité de sa capture, fut aussi celui de l’impôt. La chronique raconte que le comte Vincentello ayant progressivement basculé dans la tyrannie par sa cruauté, sa partialité et sa lubricité, le doublement injuste des tailles favorisera finalement la révolte qui le perdra. Le portrait qu’en fait le chroniqueur est remarquablement proche de celui que fait l’Anonyme romain du tyran Mastino della Scala. Un individu démesuré, qui a basculé par orgueil de la justice à la cruauté, rompant les équilibres et justifiant la révolte contre lui57. De fait, la figure du tyran devient une image repoussoir autant pour les partisans de la Commune que pour les tenants du système seigneurial. Les structures lignagères traditionnelles, pourtant elles-mêmes accusées de tyrannie, constituent en 1434 une ligue de barons et de populaires qui finit par triompher du pouvoir jugé tyrannique de Vincentello d’Istria. Il apparaît que la figure du comte ne parvient pas à se dissocier du système lignager, par l’accumulation de trois manques : le manque de légitimité, le manque de moyens financiers et militaires, le manque de symbolique unitaire suffisant pour fédérer les peuples autour de l’aura d’une fonction. D’un côté les populations, désormais liées à une autorité supérieure par des statuts, peuvent passer outre les hiérarchies traditionnelles pour se référer directement au pouvoir supérieur, c’est le cas du popolo avec la Commune de Gênes. De l’autre, le pouvoir du prince, qui cherche à détourner à son profit le système politique existant, est moins lié à l’ensemble complexe de relations personnelles qui structurent l’univers politique lignager, en cela il ne respecte plus l’ordre ancien qu’il est censé garantir et est alors perçu comme tyrannique. La confrontation des légitimités qui s’accentue au XVe siècle révèle la difficulté des seigneurs à intégrer les formes horizontales de l’autorité étatique. Plusieurs projets seigneuriaux extérieurs tentent alors de s’imposer en Corse dont le plus abouti est celui de la famille génoise des Fregoso qui cherche à constituer une seigneurie insulaire en jouant à la fois l’alliance de certains lignages locaux, comme les Leca, et l’accès de la famille à la charge dogale58. Autre exemple de la dispersion des légitimités princières, en 1451, Alphonse V d’Aragon nomme vice-roi de Corse le catalan Jaime Besora, qui débarque dans l’île avec un contingent militaire pour réaffirmer les prétentions royales. Mais l’officier décède rapidement de maladie. Après sa mort, les principaux barons insulaires, lors d’un conseil seigneurial, décident d’élire le neveu du défunt comme son successeur : une corruption de la fonction de vice-roi, élu par ses subordonnés au lieu d’être nommé par son souverain, qui provoque logiquement le départ des officiers catalans en service dans l’île59. Le tarissement progressif du projet aragonais favorise une nouvelle fois les intérêts génois. En 1453 l’Office de Saint Georges obtient de la Commune de Gênes la délégation de ses droits sur la Corse, reprenant à son profit un processus de gestion ébauché sans succès par la Maona de Corse à la fin du XIVe siècle. Les vicissitudes de la vie politique génoise obligent toutefois l’Office à renoncer temporairement à ses ambitions pour la Corse lorsque Gênes passe sous domination milanaise entre 1464 et 1478. La Corse retrouve alors, par ricochet, une domination princière, celle des Sforza, que des commissaires comme Gabriele Machassola viennent incarner. Une telle instabilité se répercute dans la société insulaire et les paroles des chefs de lignage de la deuxième moitié du XVe siècle, rapportées par le même Machassola, sont révélatrices de ces débats autour de la légitimité des pouvoirs. En 1472, pendant que le seigneur Polo della Rocca, investi par une veduta du titre de comte, reconnait l’autorité du duc de Milan sur la Corse, son fils Carlo se montre plus critique et déclare crânement : « Le ambasate del nostro Illustrissimo Segnore, voglio mi siano comandamenti et sempre voglio essere ad sua obedientia, et fina qui io intendo che Sua Segnoria mi sia obligata perchè glio guardata l'ixola, che per mi è restato se non lo voluta […], et voria intendere, se da voy, se aveti commisione de proferirme cosa alchuna, che ogni modo mi voglio intendere con sua Excellentia de quelo ho avere ». Puis répondant à son père qui précise qu’il n’est plus besoin d’aller chercher un roi en Catalogne ou en Espagne puisque le duc est là, il ajoute : « de questo mi ne curo pocho, vegna donde si voglia, se bene venesse de caxa del diabolo, ma che mi faza bene60 ». Sûr de sa légitimité à gouverner et conscient qu’il est un interlocuteur incontournable pour le commissaire, le jeune seigneur joue ici une logique de réciprocité en échange d’une concession d’autorité. À ces logiques conservatrices s’ajoute progressivement une autre tentative de légitimation, jusqu’alors peu présente dans les discours, mais toujours plus diffusée dans le second XVe siècle : la mise en avant d’un seigneur insulaire, plus apte au bon gouvernement du fait de son appartenance à la communauté politique et culturelle insulaire. Là encore, les débats entre les seigneurs sont édifiants : « Lo signore Giocante [da Leca, l’oncle de Carlo della Rocca] fu il primo a parlare et diseli :" tu say che intra noy non posiamo tenire l'ixola, bixogna ad ogni modo fatiamo ala voluntade del ducha, per tanto ti prego vogli essere contendo et presto diamo ordine a questa veduta". Risponde Carlo della Rocha : "Voy segnore Jochante, voleti ad ogni modo il forestero et sia con Dio, guardiamo ne dicha bene rispoxe non ne possiamo de meno per zio lo voglio"61 ». Une innovation car jusqu’alors, les seigneurs cinarchesi se flattaient plutôt de leurs origines extérieures, avant de rappeler la légitimité immémoriale de leur autorité. Ce discours s’accentue après 1478 lorsque l’Office de Saint-Georges reprend son autorité directe sur l’île et que la pression de ce gouvernement étranger sur les pouvoirs locaux s’accentue fortement, au profit des populaires et au détriment des seigneurs et caporaux. Il transparait aussi dans la prose de Giovanni della Grossa et de façon plus littéraire dans les écrits des derniers chroniqueurs de la toute fin du XVe et du XVIe siècle62. Tout en continuant d’envisager la reconnaissance de telle ou telle suzeraineté, les seigneurs ou caporaux jouent la défense des intérêts du peuple, en faisant de celui-ci un ensemble culturel, bien plus étendu que le popolo politique du siècle précédent. Ce discours patriotique ne parvient pas à empêcher l’Office de Saint-Georges de s’imposer à toute l’île, par la force ou la sujétion volontaire, à la fin du XVe siècle, mais il fait écho au même type de propos qu’avaient développé les Génois face à la menace que représentait le « tyran » Alphonse V d’Aragon, et à plus grande échelle, au discours qui se développe alors dans toute la péninsule face aux calate des souverains étrangers63.

Conclusion

20Sur la base d’une société rurale et lignagère qui trouve son originalité dans l’absence de ville et de pouvoir suzerain efficient, la Corse a intégré de façon diffuse mais réelle les grands éléments des discours politiques ambiants. Il ne s’agit pas ici d’un processus téléologique de destruction d’une société traditionnelle par la mise en place d’un État moderne mais d’une rencontre entre plusieurs systèmes de pensée politique qui interagissent en permanence. La spectaculaire réussite de la greffe d’un projet populaire, soutenu par Gênes, démontre tout le dynamisme idéologique de ces communautés rurales. Plus inattendue est la capacité d’adaptation de la société seigneuriale capable de générer un projet princier et surtout de l’adapter aux nouvelles conditions politiques imposées par l’émergence du peuple et la pression exercée de l’extérieur par de grandes puissances revendiquant la suzeraineté de l’île. Les dynamiques renouvelées des factions, l’institution du salariat, la rénovation du projet comtal, la prégnance du système seigneurial dans le comportement des nouvelles élites et en toute fin de période, l’affirmation patriotique de certains seigneurs, sont autant de signes de la pluralité des discours politiques. Dans sa quête de transcendance politique, la société insulaire a su intégrer des modèles extérieurs aptes à lui apporter la sécurité du bon gouvernement, en s’associant au système de dogat populaire génois ou à la vice-royauté de la Couronne d’Aragon. Pour autant la faiblesse des éléments unitaires internes, la détermination de Gênes à s’implanter dans l’île et la difficulté des lignages insulaires à admettre une existence conditionnelle, sous la dépendance d’un pouvoir suzerain, sont autant d’éléments qui ont empêché la stabilisation de la situation politique de l’île. Peut-être est-ce cela que regrette Pieretto de Leca au soir de sa vie, l’incapacité pour les siens à avoir su trouver dans leurs projets la seule voie qui vaille dans l’invention du politique : celle de l’apaisement.



Haut de page

Bibliographie

Archives

ACA = Archivos de la Corona de Aragon.

ASG = Archivio di Stato di Genova.

ASMi = Archivio di Stato di Milano.

Ouvrages à caractère de source

Anonyme romain 2015 = Anonyme romain, Chronique, Rome, le temps, le monde et la révolte de Cola di Rienzo, J. Malherbe-Galy et J.-L. Nardone (trad.), Toulouse, Anacharsis, 2015.

Cambiagi 1770 = C. Cambiagi, Istoria del regno di Corsica, I, lib. IV, Florence ?, s.l., s.n., 1770.

GdG 2016 = Chronique de la Corse des origines à 1546, Giovanni della Grossa, Pier’Antonio Montegiani, A.-M. Graziani (éd. et trad.), Ajaccio, Alain Piazzola, 2016.

Ceccaldi 2006 = M. A. Ceccaldi, Histoire de la Corse, 1464-1560, A.-M. Graziani (éd. et trad.), Ajaccio, Alain Piazzola, 2006.

Cirneo 1884 = Pietro Cirneo, De rebus corsicis, libri quatuor, L.-A. Letteron (trad.), Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 39-42, Bastia, Ollagnier, 1884.

Études secondaires

Arrighi 2020 = L. Arrighi, Le siège de Bonifacio (1420-1421) : une guerre des récits entre deux péninsules, dans J.-A. Cancellieri, V. Marchi Van Cauwelaert (dir.), Les lieux de mémoire de la Corse médiévale : Bonifacio un territoire d’exception, Bonifacio, 2020, p. 64-69.

Balandier 1967 = G. Balandier, Anthropologie politique, Paris, 2018 (1re éd. 1967).

Boucheron 2005 = P. Boucheron, Théories et pratiques du coup d’État dans l’Italie princière du Quattrocento, dans J.-Ph. Genet, J.-M. Nieto Soria (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge : aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, 2005 (Coll. de la Casa de Velázquez, 91), p. 19-49.

Boucheron 2009 = P. Boucheron, Les laboratoires politiques de l’Italie, dans P. Boucheron (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, 2009, p. 53-74.

Boucheron 2013 = P. Boucheron, Conjurer la peur, Sienne 1338, essai sur la force politique des images, Paris, 2013.

Broc 2011 = D. Broc, Aux sources des violences lignagères dans le nord de la Corse entre Moyen Âge tardif et période moderne (1483-1540), dans M.‑C. Marandet (dir.), Violences de la préhistoire à nos jours. Les sources et leurs interprétations, Perpignan, 2011, p. 185-207.

Carocci 1997 = S. Carocci, Signoria rurale e mutazione feudale. Una discussione, dans Storica, 8, 1997, Rome, p. 49-91.

Carocci 2014 = S. Carocci, Signorie di Mezzogiorno: società rurali, poteri aristocratici e monarchia, XIIe-XIIIe, Rome, 2014.

Cengarle – Chittolini – Varanini 2005 = F. Cengarle, G. Chittolini, G. M. Varanini (dir.), Poteri signorili e feudali nelle campagne dell’Italia settentrionale fra Tre e Quattrocento: fondamenti di legittimità e forme di esercizio, Atti del Convegno di studi, Milano, 11-12 avril 2003, Florence, 2005, (Reti Medievali E-Book, Quaderni, 4), http://www.storia.unifi.it/_RM/rivista/atti/poteri.htm

Cengarle 2014 = F. Cengarle, Signorie, feudi e «piccoli Stati», dans A. Gamberini - I. Lazzarini (dir.), Lo Stato del Rinascimento in Italia 1350-1520, Rome, 2014, p. 261-276.

Ciavolella – Wittersheim 2016 = R. Ciavolella et E. Wittersheim, Introduction à l’anthropologie du politique, Paris, 2016.

Collavini 2011 = S.M. Collavini, I signori rurali in Italia centrale (secoli XII-metà XIV): profilo sociale e forme di interazione, MEFRM, 123-2, 2011, p. 301-318.

Colombani 2018 = Ph. Colombani, Symboliques du pouvoir et signes de légitimité dans la Corse aragonaise, XIVe-XVe siècles, dans Corse d’hier et d’aujourd’hui, 9, Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 2018, p. 45-58.

Colombani 2020 = Ph. Colombani, Les Corses et la Couronne d’Aragon, fin XIIIe-milieu XVe, projets politiques et affrontement des légitimités, Ajaccio, 2020.

Franzini 2003 = A. Franzini, Giovanni della Grossa, la carrière d'un notaire en Corse au Quattrocento, dans Cahiers Corsica, 208, 2003, p. 3-14.

Franzini 2005 = A. Franzini, La Corse du XVe siècle (1433-1483). Politique et société, Ajaccio, 2005.

Franzini 2012 = A. Franzini, Les caporaux de Balagne I, de la seigneurie au caporalat (XIe-XVe), dans Études Corses, 73, 2012, p. 163-194.

Franzini 2015 = A. Franzini, Les caporaux de Balagne II, rivalités et stratégies des caporaux pour la domination de la Balagne (XVe-XVIe), dans Études Corses, 76, 2015, p. 39-81.

Franzini 2020 = A. Franzini, Existence et persistance des statuts en Corse entre XIVe et XVe siècle, dans Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), Vème Rencontre, Les statuts vus de l’extérieur : les références à la norme dans les sources de la pratique, École Française de Rome, Rome, 13-15 juin 2016, Paris, 2020, p. 93-110.

Graziani 2011 = A.-M. Graziani, La violence dans les campagnes corses du XVIe au XVIIIe siècle, Ajaccio, 2011.

Maire Vigueur 2004 = J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens, guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2004.

Marchi 2011 = V. Marchi-Van Cauwelaert, La Corse génoise, Saint Georges vainqueur des « tyrans » (milieu XVe-début XVIe), Paris, 2011.

Marchi 2013 = V. Marchi-Van Cauwelaert, Seigneurie contre commune, recherches sur les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse (XIVe-XVe), dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1, Madrid, 2013, p. 231-249.

Marchi 2016 = V. Marchi-Van Cauwelaert, La Corse au miroir de la Sardaigne : approche comparée des révoltes cinarchese et arborense (XIIe-XVe siècle), dans Corse d’hier et de demain, 9, 2018, p. 33-43.

Meloni 1995 = M.G. Meloni, La Corona d’Aragona e la Corsica attraverso una relazione di Castruccio Castracani signore di Lucca, XIVe Congresso de Storia de la Corona de Aragon, Sassari Alghero, vol. II, Sassari, 1995, p. 595-628.

Meloni 1996 = M.G. Meloni, Sardegna e Corsica nella politica di espansione mediterranea della Corona d’Aragona, Sardegna e Corsica. Problemi di storia comparata, Sassari 1996, p. 173-219.

Petti Balbi 1976 = G. Petti Balbi, Genova e Corsica nel Trencento, Rome, 1976.

Petti Balbi 1991 = G. Petti Balbi, Simone Boccanegra e la Genova del ‘300, Gênes, 1991.

Petti Balbi 2007 = G. Petti Balbi, Governare la città. Pratiche sociali e linguaggi politici a Genova in età medievale, Florence, 2007, (Reti Medievali. E-book, Monographie ; 4), http://www.storia.unifi.it/_RM/e-book/titoli/PettiBalbi.htm.

Sorgia 1962 = G.C. Sorgia, Fazioni in Corsica all’epoca di Alfonso il Magnanimo, dans Studi di storia aragonese e spagnola, Palerme, 1962, p. 31-45.

Spicciani – Violante 1997 = A. Spicciani, C. Violante (dir.), La signoria rurale nel medioevo italiano (2 vol.), Pise, 1997-1998.

Tabacco 2005 = G. Tabacco, l’Italie médiévale, Chambery, 2005 (1ère ed. 1974.)

Venturini 2005 = A. Venturini, Giudice de Cinarca revisité, dans Cahiers Corsica, 218-219, 2005.

Wickham, 1996 = C. Wickham, La signoria rurale in Toscana, dans G. Dilcher et C. Violante (dir.), Strutture e trasformazioni della signoria rurale nei secoli X-XIII, Bologne, 1996 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico. Quaderno, 44), p. 343-409.

Zorzi 2014 = A. Zorzi, Un segno della “mutazione signorile”, l’arroccamento urbano, dans P. Boucheron, J.-Ph. Genet (dir.), Marquer la ville, signe, traces, empreintes du pouvoir, XIIIe-XVIe, Paris-Rome, 2014, p. 23-40.

Haut de page

Notes

1 GdG 2016, p. 481.

2 Franzini 2005, Marchi 2011.

3 GdG 2016. C’est la première édition critique des chroniques de Della Grossa et Montegiani. Pour autant cette chronique reste encore un objet historiographique en devenir. Un programme de recherche de l’Université de Corse récemment engagé devrait faire progresser notre connaissance de ce monument de l’historiographie insulaire.

4 Sur le parcours Giovanni della Grossa et l’analyse de son œuvre, voir la présentation faite par A.-M. Graziani dans GdG. 2016, p. 11-34, Franzini 2005, p. 23-26 et Franzini 2003.

5 Franzini 2005, Marchi 2011 pour les liens avec l’aire italienne, Colombani 2020 pour les rapports avec la Couronne d’Aragon.

6 Carocci 1997 ; Spicciani – Violante 1997.

7 Cengarle – Chittolini – Varanini 2005 ; Collavini 2011 ; Cengarle 2014. Ces recueils ne traitent pas directement de la Corse, il convient alors de faire des comparaisons avec les autres situations italiennes.

8 À ce jour il n’existe pas d’analyse comparative des structures seigneuriales et Corse et d’Italie continentale, cette étude se conçoit comme une première ébauche qui, je l’espère, sera bientôt complétée.

9 ACA., Papeles para incorporar, caja 25, doc. 23. Analysé et publié en annexe dans Meloni 1995, p. 623-628 et plus récemment dans Colombani 2020, p. 470-477.

10 GdG 2016 et Cirneo 1884.

11 ASMi, Sforzesco, 447.

12 Wickham 1996, p. 393.

13 Selon la formule de Georges Balandier, dans la lignée de Max Weber : « Aucune domination ne se satisfaisant de la simple obéissance, elle cherche à transformer cette discipline en adhésion ». Balandier 1967, p. 45.

14 Dans un récit fondateur mythique dont on ignore la date exacte de structuration, le chroniqueur donne à plusieurs lignages insulaires une origine commune bien que fortement hiérarchisée. Au début du IXe siècle, le comte Ugo Colonna aurait été envoyé en Corse par le pape (seigneur légitime de l’île) pour en chasser les musulmans qui y avaient installé un royaume. Après la victoire, les successeurs directs du comte Ugo auraient hérité de son titre et de son autorité éminente sur l’île pendant que ses compagnons devenaient les ancêtres fondateurs de plusieurs lignages. A titre d’exemple de ce genre de distinction entre lignées : « Guglielmo della Rocca, di casa e famiglia di Cinarca, la quale origine conquistò, come si ha detto, Corsica, e quasi sempre di tempo in tempo ne è stato signore, e venire di altri lignaggi di padre e di madre antichi delle casate più grande di Roma, e Orlando Cortinco discenduto da Guglielmo da Cortona, che non si sa se era gentiluomo o di casa popolare, e fattosi signore di Corsica con inganni e tirannie… » GdG 2016, p. 328.

15 Ciavolella-Wittersheim 2016, p. 44, reprenant P. Bourdieu, De la règle aux stratégies, Terrain 4, 1985. Concernant la méthodologie dans l’analyse des pouvoirs seigneuriaux ruraux, on peut se reporter à la liste de questions fondamentales posées par G. Chittolini « Giurisdizioni signorili nelle campagne lombarde in età visconteo-sforzesca : alcune questioni possibili », Cengarle – Chittolini – Varani 2005, p. 7-8.

16 Pour une présentation des structure politiques de la Corse à la fin du XIIIe, en dernier lieu Colombani 2020, p. 71-77.

17 Pour reprendre la formule de Georges Balandier : « Ces sociétés fonctionnent en utilisant l’énergie provoquée par le décalage de condition existant entre les individus et la distance sociale instaurée entre les groupes. Elles font du déséquilibre et de l’affrontement, à l’échelle réduite qui est la leur, un agent producteur de cohésion sociale et d’ordre », Balandier 1967 p. 78.

18 Maire Vigueur 2004, p. 307. Sur le thème de la violence, Graziani 2011 et Broc 2011.

19 Il est tentant de rapprocher le modèle politique de Giudice des judicats de Sardaigne. Ces deux sociétés insulaires se connaissent mais on ne retrouve pas en Corse l’antériorité et le prestige monarchique qui caractérise les judicats. Il y a là une belle piste de recherche. Marchi 2016.

20 « E fu ordinato che ognuno pagasse il tributo, e fu ripartito che per ogni villa di Corsica avessero fare tre parte della gente, e il terzo più ricco dovesse pagare tre livre per fuoco e il terzo mezzano due lire per fuoco, e il terzo più povvero dovesse pagare venti soldi per fuoco. E Giudice, come signore, sopra tutti dispensava li offizii annuali dove non erano signori, e dove era signore loro pagassero il mezzo tributo a Giudice, e Giudice potesse spendere li mezzi delli offizii. » GdG 2016, p. 284.

21 Cet aspect charismatique du seigneur dominant apparait encore à la fin du XVe lorsque le commissaire milanais Gabriele Machassola évoquant une assemblée des partisans du seigneur Rinuccio da Leca précise que : « Stando a Calvi [Renuccio da Leca] mandò per tuti li prinzipali de Balagna li quali tuti vene(re)no, et popolari asay lo venerono a vedere, et li parse de vedere Idio. » Cité par Franzini 2005, p. 70-71.

22 Franzini 2005, p. 87-93.

23 Les partis portent le nom des deux seigneurs rivaux : Giudice de Cinarca et Giovanninello de Loreto. GdG 2016, p. 292. Franzini 2005, p. 81-83.

24 Venturini 2005.

25 Les formules telles que : Cinarchesi pluries preliati sunt adinvicem et ab antiquo simul habuere guerram et habent et unus alium manu propria interfecit. Ou: Predicti Cortinghi de Petra Ellerata nati surit de duobus fratribus camalibus quorum unus vocatus fuit dominus Guillemus et habuit in uxorem sororem domini Manueli de Avogaris de lanua de qua Ires habuit filios, alter vero vocatus fuit dominus Ugho et habuit in uxorem filiam legitimam iudicis de Cinercha, sont révélatrice de ces structures lignagères. Des portraits comme ceux du Dominus Raynerius de Cinerca stultus, probus et non diligitur a suis hominibus fuit filius filie Iudicis predicti […] Luppacciolus magna vulpis, pulcer equitator et sapiens homo, révèlent, outre les systèmes d’alliances potentiels, les qualités et défauts associés aux grands chefs de lignages.

26 Un seigneur du Cap Corse, dominus Alamannone de Mari est à la fois distingué comme inanuensis et gibellinus, une exception.

27 Petti Balbi 1976, p. 11-25.

28 Un autre passage de Castruccio précise : Propter guerras et propter malos dominos qui non faciunt iusticiam multi Corsi sunt Pisis, Plumbini, Corneti, in Sardinea, in maritima pisana et alibi in diversis partibus mundi qui reverterentur, ut credo, quando scirent posse in pace esse et habitare. On peut y ajouter une lettre inquiète du pape Jean XXII, datée de 1331, qui incite les seigneurs corses à abandonner leur mauvais comportement, à défendre la religion et à ne pas être tyrannique avec leurs vassaux. Cambiagi 1770, p. 256-258. Collavini 2011, p. 314-318.

29 À la fin du XVe, le chroniqueur Montegiani en donne la définition suivante : « Perché il nome de caporali fuori di Corsica ed ancora in Corsica nello esercizio della guerra vuol dir capo a una squadra di soldati, è bene dichiarare in questo capitolo del nome di caporali di Corsica come ebbe origine, come per tutto il libro se ne trattò di loro. Fu introdotto questo nome a quelli tali perché erano difensori di poveri ; quando succedeva qualche cosa d’ingiustizia o violenza ogni povero uomo o pure donna andava a chi li pareva di essi nominati caporali a raccontarli la sua causa e richiedergli aiuto ; e il caporale l’aiutava. E andando il tempo delli successi in Corsica, tante rivolte e guerre [furono] per ogni stato che ogni caporale per quella causa che teneva per il popolo erano da tutti stimati e quasi erano come signori di vassali ». GdG 2016, p. 839. Une définition plutôt flatteuse que nuance les études récentes. Sur l’origine des caporali, Franzini 2012.

30 La Corse prend sa part dans le vaste mouvement de bouleversements politiques qui traverse alors l’Italie, Gênes avec l’expérience du dogat populaire, les cités toscanes en lutte contre leurs magnats ou Cola di Rienzo à Rome. S’il n’est pas possible en l’état de nos connaissances, d’établir des liens directs avec ces expériences politiques ou avec les grandes œuvres idéologiques du moment, on retrouve dans le contexte insulaire une proximité dans le discours et l’action. À la différence notable que le mouvement populaire corse se développe dans un contexte exclusivement rural.

31 Une dynamique qui s’impose sur le temps long. Sur les statuts appliqués à la Corse, voir Franzini 2020.

32 Petti Balbi 1991, p. 265-286 pour les Rivières et l’Oltregiogo et p. 307-311 pour la Corse.

33 GdG, p. 356-358.

34 Petti Balbi 2007, p. 101-125.

35 « Come Arrigo aveva trattato quel giorno con tutti quelli che si li erano adunati il disegno che teneva, utti quelli capipopoli li avevano consentito e promesso il lor favore e aiuto, visto che la mente di Arrigo era di amare il popolo e farli bene per tutti senza immaginazione di pregiudicarli e amministrarli buona giustizia, il che tanto avevano bisogno, visto che per falta di giustizia il paese era rovinato e li governatori genovesi non bastavano governare. Subito Arrigo fece pubblicare per ogni luogo che lui prometteva pace e giustizia a tutta Corsica, ed ancora pubblicò che con nave farebbe venire vettovaglie diverse sorte di comestibili perché ognuno per li loro denari trovasse comprare loro mantenimento e non avrebbero bisogno di rubare ». GdG 2016, p. 371.

36 « E a Biguglia [le château où résidait le gouverneur génois] vennero li popoli di tutte quelle contrade a dare l’obbedienza ad Arrigo ; colle gente della sua oste lo allogiarono e chiamarono conte di Corsica, dando in segno di ciò la bacchetta nella mano, che [è] ceremonia usata in Corsica con tutti li signori cinarchesi che se hanno fatti per forza d’arme e per loro valore signori di Corsica, e così di qua innanti si dice il conte Arrigo ». L’évènement est à situer vers 1376. GdG 2016, p. 372.

37 10 sous par feu selon la chronique. GdG 2016, p. 373.

38 Colombani 2020, p. 200-204.

39 Balandier 1967, p. 45 reprenant les catégories de domination établies par M. Weber.

40 Tabacco 2005, p. 286-288.

41 Sur les liens entre la Corse et la Sardaigne, outre l’article de V. Marchi 2016, on se réfèrera aux nombreux travaux de M.G. Meloni. A titre d’exemple, Meloni 1996.

42 Sur la Maona de Corse, Petti balbi 1976, p. 55-74.

43 GdG 2016, p. 410.

44 La chronique s’en fait l’écho : « Viva popolo e Raffaelle da Montaldo » (p. 404), « viva popolo e la pace e li Genovesi » (p. 418), « viva popolo e comune di Genova e fuori Raffaelle da Montaldo » (p. 434), « viva popolo e fora le due taglie » (p. 480) « viva popolo e radi li caporali » (p. 541) pour ne citer que quelques exemples.

45 Giovanni della Grossa le rappelle par cet avertissement : « e li corsi sono di natura disdegnosi, e chi ha da governare Corsica avverta di tenere in costume con la gente principale mostrarli una agualità di carezze e onore, si vuole stare bene con tutti, e che non li perdano il rispetto all’occasione che il tempo suole produrre ». GdG 2016, p. 438.

46 Sur la mutation seigneuriale dans un contexte urbain, Zorzi 2014, p. 23-40.

47 Si l’on s’en tient à la comparaison avec la Lombardie ou le Piémont, la situation y est très différente car de nouvelles familles seigneuriales, soutenues par le prince, issues des condotte ou de l’aristocratie urbaine s’imposent sur les anciens lignages. À titre d’exemple, P. Savy, Costituzione e funzionamento dello “Stato vermesco” (fine del XIV-metà del XV sec.), Cengarle – Chittolini – Varanini 2005, p. 73-88 et Nadia Covini, In Lomellina nel Quattrocento : il declino delle stirpi locali e i ‘feudi accomprati’ ; idem, p. 127-174.

48 L’accatto est prélèvement fiscal des seigneurs (puis des caporaux), à l’origine exceptionnel puis généralisé. La lutte contre l’accatto est une priorité du gouvernement génois. Ce débat est encore visible au début du XVIe lorsque l’Office de Saint Georges qui gouverne alors la Corse prend aussi le contrôle de l’impôt. Pour défendre leurs droits les seigneurs Cinarchesi s’appuient logiquement sur la légitimité de la tradition, affirmant au sujet de l’affranchissement des taxes dues par leurs vassaux que « questo e proceduto per sua mera liberalitate e a suo bono placito per che a li soi vassali possano prendere tutto quello est conferito et etiam lassarli de prendere et darli del suo se li piace ma per questo non perdeno mai le sue raxone… » Courrier de Francesco et Bernardino d’Ornano, 1514, ASG, Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 35 et 37, cité dans Marchi 2011, p. 236. Montegiani confirme la difficulté de maintenir leur rang pour des seigneurs aux revenus limités : « questi [signori] da Bozzi non hanno potestà di fare giustizia criminale ; hanno le entrate e per essere divisa in tanta parte sono poveri signori ». GdG 2016 p. 828.

49 ASMi, Machassola, dans Franzini 2005 p. 71.

50 « Ennemis de leur patrie [les Corses] sont hors de leur patrie comme des frères. Avides de changements, ils préfèrent la guerre à la paix ; s’ils n’ont point d’ennemi étranger à combattre, ils cherchent à faire naître la guerre civile. » Cirneo 1884, p. 50.

51 Sur la mise en place d’une symbolique dans par le parti royal aragonais, Colombani 2018.

52 Sur le gouvernement de l’Église en Corse, Franzini 2005, p. 261-337.

53 Au tout début du XVIe siècle, Pietro Cirneo se fait encore l’écho de cette mentalité : « et bien qu’ils se soient trouvés parfois sans force et sans ressources en face d’un ennemi étranger, jamais ils ne laissèrent aucune puissance entamer leur liberté, tout au plus consentaient-ils à en modifier l’usage […] Si la Corse avait connu l’autorité d’un seul homme, ou si elle avait une volonté unique, elle serait, selon moi, invincible ». Cirneo 1884 p. 60-62.

54 A la fin du XVe siècle, le commissaire milanais Antonio Ivani en dresse un portrait bien peu flatteur : « Comme je l'ai dit plus haut, il y a trois catégories de Corses : les aristocrates appelés communément Cinarchesi, les caporaux et la masse du peuple. Les deux premières ont à peu près le même genre de vie : ils se plaisent à monter à cheval, à pratiquer la chasse, à se tourner les uns contre les autres ou contre l'ordre établi du gouvernement public ; ils sont souvent portés aux luttes, aux rapines, ils ne refusent absolument rien aux plaisirs de leur ventre et de la partie honteuse de leur corps, et rejettent presque tout ce que l'on entend [habituellement] constituer l'humanité et la véri­table noblesse ». Antonio Ivani, 1464. Biblioteca Riccardiana de Florence, cod. Riccardiano 834, c. 111-112, citées et traduites dans Franzini 2005, p. 692.

55 On retrouve la nature à la fois libérale et partiale du seigneur/tyran dans la description de Leonello Lomellini, lui aussi comte de Corse « ed era molto cortese e liberale alla sua tavola, e massime con quelli che erano amici. Ne dare delli uffici annuali e onore era parziale per causa del consiglio di Francesco della Rocca che li procurava per li uomini della sua fazione », GdG 2016, p. 410.

56 Le comte Vincentello est un personnage considérable : fidèle serviteur de la Couronne d’Aragon il a participé à la bataille de Sanluri en 1409 pour mettre fin à l’indépendance du judicat d’Arborea, apporté une aide décisive au roi Alphonse V dans sa conquête de la Corse en 1420 puis, après l’échec de l’armée royale devant Bonifacio en janvier 1421, il gouverne la Corse en tant que comte et vice-roi avant d’être pris par les Génois et décapité devant le palais ducal en 1434. Voir Colombani 2020, p. 284-383.

57 Pour Mastino : « Ce messire Mastino […] fut un homme très sage et un seigneur juste. Il pouvait parcourir son royaume en toute quiétude. Il rendait grande justice. Il était brun, poilu, barbu avec un très gros ventre. Un maître de guerre. Il possédait personnellement cinquante palefrois. Il changeait de tenue chaque jour. Quand il chevauchait, deux mille cavaliers armés, deux mille soldats de pied armés, choisis, l’épée à la main, l’accompagnaient. Tant qu’il suivit le chemin de la vertu, il prospéra. A peine l’orgueil s’empara-t-il de lui qu’il se mit à devenir vorace et qu’il se laissait même corrompre par la luxure. Il devint vraiment luxurieux. Il se vanta même d’avoir défloré cinquante pucelles pendant un carême. Ces vices le firent choir de son état honorable. En outre, il mangeait de la viande le vendredi, le samedi et durant le carême. Il ne se souciait pas d’être excommunié ». Anonyme romain 2025, p. 77-78. Pour Vincentello : « Le comte Vincentello était grand de taille, avec une stature supérieure à la moyenne ; il avait les bras courts et arqués de sorte qu’il ne pouvait bien les étendre, les doigts courts et gros à leur extrémité. Il avait la face ridée comme une vieille femme, avec de beaux yeux noirs, et sous l’œil droit, près du nez, une verrue si grosse que quelquefois il semblait que l’œil pendait de ce côté ; il avait de grosses jambes mais le reste de sa personne était bien fait et élégant. Il était très attiré par les femmes et là où il était le seigneur, lorsqu’il remarquait quelque jeune personne qui lui paraissait grâcieuse et belle, s’il ne pouvait l’avoir de bon gré, il la prenait de force. À de nombreux hommes il prit leurs filles vierges, mais il recherchait aussi les femmes mariées. C’était un homme méchant et vindicatif et lorsqu’il détestait quelqu’un, s’il ne pouvait le capturer, il cherchait à s’emparer de ses biens et de ses femmes pour l’humilier. Il était très craint ; il aidait par contre beaucoup ses favoris, et lorsqu’il incarcérait quelqu’un, il le détenait longtemps près de lui. C’était pourtant un très valeureux guerrier sur terre et sur mer », GdG 2016, p. 487.

58 Sur les projets princiers des Fregoso, Franzini 2005, p. 191-244.

59 GdG 2016, p. 580-582.

60 ASMi Machassola dans Franzini 2005, p. 60.

61 Ibid.

62 Sur l’expression de ce discours patriotique, on peut évoquer celui durant lequel le comte Giovan Paolo da Leca annonce à ses partisans sa révolte contre l’autorité génoise en 1487. Probablement réécrit sous forme littéraire par Marc’Antonio Ceccaldi, il est toutefois révélateur d’un changement des mentalités à la fin du XVe siècle. Ceccaldi 2006, p. 99-103. Il se termine ainsi : « Et vous n’aurez pas pour chef un étranger, un ennemi, comme il arrive souvent à d’autres nations, mais un frère affectionné, né du même sang que vous, et élevé familièrement avec vous ; un frère qui, n’oubliant pas qu’il doit son élévation à votre appui, ne sera jamais fatigué de vous récompenser d’un si grand bienfait. Prenez donc les armes et pendant que vous combattez, n’oubliez pas que le prix de la victoire est le salut non seulement de la patrie, mais encore de vos maisons et de vos enfants. ».

63 Sur le discours idéologique génois face à Alphonse V appliqué à la Corse, Arrighi 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Colombani, « Discours politiques et modèles de gouvernement, entre Corse et Italie continentale aux Trecento et Quattrocento », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 133-2 | 2021, 321-337.

Référence électronique

Philippe Colombani, « Discours politiques et modèles de gouvernement, entre Corse et Italie continentale aux Trecento et Quattrocento », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/9820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.9820

Haut de page

Auteur

Philippe Colombani

Université de Corse - colombani_p@univ-corse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search