Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2VariaNotes sur la circulation des text...

Varia

Notes sur la circulation des textes autour de l’abbaye de Saint-Riquier au IXe siècle

Angela Cossu
p. 375-392

Résumés

Cet article propose des considérations sur l’histoire de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Riquier (Somme) au IXe siècle. À travers les (rares) manuscrits subsistants, les mentions de livres dans les catalogues médiévaux et la transmission des textes copiés dans ces livres, on tâchera de montrer comment le réseau de circulation des livres de Saint-Riquier peut rayonner jusqu’à des centres comme Reichenau, Gorze, Auxerre et Reims, grâce à l’action d’intellectuels tels qu’Angilbert et Micon de Saint-Riquier.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article étant issu d’une partie de mes recherches doctorales, je tiens à remercier mes directeurs de thèse Anne-Marie Turcan-Verkerk et Ernesto Stagni pour leur aide constante et les relectures patientes. Les observations et les suggestions des deux réviseurs anonymes ont également permis des améliorations notables qu’ils reçoivent eux aussi mes remerciements. Si des erreurs devaient persister, j’en suis évidemment seule responsable.

Texte intégral

  • 1 Dekkers 1957, p. 193-195. À part pendant le pillage des Vikings en 881, dont il sera question infr (...)

1Comment retracer l’histoire d’une bibliothèque médiévale dont les livres n’existent plus (ou presque) ? C’est la question qui se pose quand on s’approche de la bibliothèque de Saint-Riquier, très riche au moment de sa création au IXe siècle et dispersée plusieurs fois au fil des siècles suivants1. Comme les manuscrits d’origine de l’abbaye qui subsistent sont très peu nombreux, sauf à en reconnaître de nouveaux, il ne reste qu’à suivre leurs traces, directes ou indirectes. Autrement dit, il faut chercher les mentions de ces livres dans les catalogues médiévaux et parcourir les traditions textuelles des ouvrages qu’ils contenaient. C’est ce qu’on tâchera de faire dans cette contribution, pour montrer comment il est possible de reconstruire des réseaux de circulation de livres entre des centres monastiques parfois voisins, parfois très éloignés l’un de l’autre. Pour le cas de Saint-Riquier, ce réseau était bien développé au IXe siècle déjà.

La bibliothèque de Saint-Riquier sous Angilbert

  • 2 Dekkers 1957 et Hazebrouck 2009 tracent l’histoire de la bibliothèque à travers les siècles.

2D’après les sources documentaires, l’abbaye de Saint-Riquier disposait au IXe siècle d’une bibliothèque assez imposante2. Le premier à parler de l’état de cette bibliothèque est celui qui peut être considéré comme le refondateur de l’abbaye, Angilbert de Saint-Riquier (env. 750-814).

  • 3 Hénocque 1880, p. 38-42.
  • 4 Pour la biographie d'Angilbert voir Viarre 1992, Rabe 1995, p. 52-54 et Viarre 2002. En 781 Angilb (...)
  • 5 À propos de la construction de l’abbaye et de son plan voir Bernard 1993, Bernard 2009 et Caroli 2 (...)
  • 6 BHL 7223-7228 ; CSLMA 2, p. 501-503. Édition dans MGH SS rer. Merov. 4, p. 381-401 et, plus récemm (...)
  • 7 Le dossier hagiographique est précédé par une lettre d’envoi à Charlemagne, déjà empereur (Ep. 306 (...)
  • 8 BHL 7245.
  • 9 CSLMA 2, p. 501. À l’époque d’Angilbert on conservait à Saint-Riquier aussi un manuscrit renferman (...)
  • 10 Bischoff 1998, p. 298 n° 1427 ; Poulin 2015, p. 179-180.

3Refondateur parce que, si les origines du monastère de Centula remonteraient à saint Riquier lui-même, donc au VIIe siècle3, Angilbert est responsable de l’essor et de la prospérité du monastère entre le VIIIe et le IXe siècle. Il en avait les moyens : rejeton d’une famille aristocratique et élevé à la cour de Pépin le Bref, Angilbert était proche de Charlemagne et faisait partie de son cercle d’intellectuels et de diplomates4. Angilbert devint abbé laïc de Saint-Riquier à partir de 789, sans abandonner pour autant ses fonctions précédentes. Il fit rebâtir complètement l’abbaye, avec le soutien matériel du futur empereur : un nouveau complexe monastique fut érigé, avec trois églises comblées de reliques5. Pour célébrer l’événement, Angilbert demanda à Alcuin d’York, qui avait été son maître, d’écrire une Vita sancti Richarii6, commande qui fut exécutée peu après l’an 8007. Ce fut plutôt une réécriture, puisqu’Alcuin s’appuya sur un libellus anonyme du VIIe siècle8 qui était encore conservé à Saint-Riquier au début IXe siècle, et qu’Angilbert lui-même lui avait remis9. On connaît un témoin de la Vita écrite par Alcuin, sans doute copié à Saint-Riquier vers le troisième quart du IXe siècle, le manuscrit ’s-Gravenhage, Koninklijke Bibliotheek 71, H 6610.

  • 11 MGH SS 15, 1, p. 173-181.
  • 12 MGH SS 15, 1, p. 178.
  • 13 MGH SS 15, 1, p. 177.
  • 14 Laffitte-Denoël 2007, n° 26 ; Hazebrouck 2009, p. 34-35.
  • 15 Si pour Huglo 1952 et Huglo 1993, p. 171 le manuscrit serait originaire de Saint-Riquier même, d’a (...)
  • 16 Le manuscrit contient les vers dédicatoires d’Angilbert à Louis le Pieux aux fol. 19r et 108r. Pou (...)

4L’abbé Angilbert raconte la reconstruction du monastère dans son Libellus de ecclesia Centulensi11, la source la plus importante sur l’histoire de Saint-Riquier au IXe siècle : nous y trouvons la description des bâtiments et de leur fonctionnement interne, déroulement de l’office et organisation de l’école annexe compris. Selon le Libellus, l’abbaye aurait compté à cette époque 300 moines et 100 élèves12. Ce qui pour nous est encore plus important, c’est qu’Angilbert aurait transporté à Saint-Riquier aussi des livres, dont sans doute une partie de sa bibliothèque personnelle. Il en fait état toujours dans son ouvrage : De libris. Evangelium auro scriptum cum tabulis argenteis, auro et lapidibus preciosis mirifice paratum 1. Aliud evangelium plenarium 1. De aliis libris volumina 20013. La première section du Libellus d’Angilbert est conçue comme un inventaire des richesses de l’abbaye, les livres sont donc considérés dans leur dimension matérielle et traités comme des biens. Pour cette raison, le seul item détaillé est un évangéliaire en lettres d’or, orné d’argent et de pierres précieuses. Il s’agit du manuscrit aujourd’hui conservé à la bibliothèque municipale d’Abbeville et appelé « Évangéliaire de Charlemagne » (Abbeville, Bibliothèque Municipale, ms. 4). Le futur empereur l’aurait offert à Angilbert lors de sa visite à Saint-Riquier pour les fêtes de Pâques en 80014. Angilbert aurait fait de même avec un autre manuscrit qui n’est pas nommé dans son Libellus, le « Psautier de Charlemagne » (Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13159) richement décoré15. Un peu plus tard, l’abbé avait d’ailleurs offert un autre manuscrit de grande qualité réalisé à Saint-Riquier, cette fois à Louis le Pieux : c’était une copie du De doctrina Christiana d’Augustin, aujourd’hui Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13359, fol. 19-10816.

  • 17 La symbolique qui anime l’action d'Angilbert est traitée par Rabe 1995. Cf. aussi Racinet 2009, p. (...)

5Angilbert ne donne pas de renseignements précis sur les autres livres de la bibliothèque de l’abbaye, sauf leur nombre, deux-cents volumes. C’est une quantité plutôt élevée, mais, comme pour les chiffres concernant les moines et les élèves, il y a un certain risque de symbolisme17. Quoi qu’il en soit, d’où venaient ces livres ?

  • 18 Brunhölzl 1991, p. 58-60. Les poèmes d’Angilbert, dont le corpus a souffert de plusieurs problèmes (...)
  • 19 Villa 2000, p. 577-578 ; Villa-Lo Monaco 2005, p. 502-511, notamment p. 506-507.

6Nous pouvons être surs qu’Angilbert avait des manuscrits à sa disposition, sans doute aussi avant de s’installer à Saint-Riquier, et c’est son activité intellectuelle qui le démontre. Il est non seulement un diplomate à succès, mais aussi un lettré et un poète d’une certaine finesse18, au point qu’il est capable d’écrire des poèmes en mètres différents et de citer des auteurs classiques avec familiarité. Il a beaucoup voyagé, aussi vers des centres connus pour être des réservoirs d’ouvrages anciens, comme Rome et Pavie19. À la cour de Pavie, en particulier, il s’associa Waldo de Reichenau et Adalhard de Corbie comme précepteur et conseiller du roi Pépin. Ce fait lui donnait virtuellement accès à deux des bibliothèques parmi les plus fournies de l’époque, ouvrant une route de livres qui pourrait partir du nord de l’Italie et arriver au nord-est de la France.

  • 20 Cf. Lot 1894, p. 86 Hludogvicus imperator, promulgata praeceptione super possessionibus monasterii (...)
  • 21 Ledru 2017 offre un profil de ce moine historien et une description de sa méthode de travail, appr (...)

7Avant de parcourir cette piste, restons encore à Saint-Riquier et avançons dans le temps. Nous pouvons en effet supposer que les livres d’Angilbert se trouvaient encore dans la bibliothèque de l’abbaye quand, en 831, Louis le Pieux demanda un inventaire de ses biens, après en avoir confirmé les possessions20. Le texte de cet inventaire a été conservé, y compris la liste des livres présents dans la bibliothèque à l’époque : le moine et chroniqueur du XIe siècle Hariulf de Saint-Riquier a inclus ce document précieux dans sa Chronique21.

  • 22 Sur ce type de division cf. Nebbiai-Dalla Guarda 1992, p. 47-48. Pour une description détaillée vo (...)
  • 23 Hazebrouck 2009, 35-36. Mais voir les considérations sur les énumérations par contenu des catalogu (...)

8L’inventaire des livres est divisé en trois sections : les ouvrages ecclésiastiques (Libri claustrales de divinitate), avec les œuvres de patristique (Jérôme, Augustin, Grégoire, Isidore de Séville, Origène, Hilaire etc.) et les livres de droit canonique (Libri de canonibus) ; les ouvrages selon toute vraisemblance scolaires, avec les livres de grammaire, d’histoire et géographie (Libri grammaticorum ; Libri antiquorum qui de gestis regum vel de situ terrarum scripserunt) ; les livres liturgiques (Libri sacrarii qui de ministerio altaris deserviunt)22. On remarque parfois que des livres ne sont pas cités dans la section dont ils relèvent a priori. Selon P. Hazebrouck, l’ordre de recensement résulte de la disposition matérielle de la bibliothèque : les différentes sections dépendent de la position réelle des livres dans les armaria. Le fait que le classement par discipline ne soit pas toujours respecté serait la preuve que la bibliothèque était effectivement utilisée23.

  • 24 Lot 1894, p. 94. Huglo 2013, p. 362 remarque toutefois que le nombre total des livres de Saint-Riq (...)
  • 25 Lot 1894, p. 92. Cf. Di Napoli 2011, p. LVII pour Velius Longus.
  • 26 Lot 1894, p. 93, déjà signalé par Dekkers 1957, p. 173. Selon Petit 1973, p. VIII et spécialement (...)
  • 27 Lot 1894, p. 89.
  • 28 Lot 1894, p. 93.
  • 29 Boulhol 2003, p. 35. Voir en général, parmi les autres nombreuses contributions, Herren 1988 et Ra (...)
  • 30 Lot 1894, p. 93. Cf. Dekkers 1957, p. 175-177 sur la question de la langue franque à Saint-Riquier (...)
  • 31 Lot 1984, p. 91.
  • 32 Cf. Häse 2002, p. 97 (catalogue A) ; p. 265 ; p. 288. Sur la mention de Salvien de Marseille dans (...)

9La rubrique signale 256 volumes au total, soit environ 500 titres, selon les mots d’Hariulf lui-même (inexactitudes comprises)24. C’est un grand nombre de manuscrits, parmi lesquels figurent des titres rares comme Velius Longus, cité comme « Verus Longinus » dans la section des livres de grammaire25 ; les ouvrages de Philon d’Alexandrie (libri Philonis Iudaei) dans la section des livres d’histoire26 ; un évangile écrit en grec et en latin (evangelium in graeco et latino scriptum)27 et un glossaire grec-latin (liber logon id est sermonum graecorum et latinorum)28, à un moment où la connaissance de la langue grecque n’était pas évidente29 ; une assez surprenante Passio domini in theodisco et latino, qui témoignerait d’un état de bilinguisme entre langue franque et latin30 ; le Livre de Timothée à l'Église de Salvien de Marseille31, qui à cette époque n’était connu qu’à Lorsch32.

  • 33 Hénoque 1880, p. 162.
  • 34 Lesne 1938, 231 ; Dekkers 1957, p. 188 ; Villa 1995, p. 321.

10Tous ces livres semblent aujourd’hui irrémédiablement perdus : le fonds de la bibliothèque fut en effet dispersé une première fois en 881, à l’occasion du pillage de l’abbaye par des vikings. Au long de la deuxième moitié du IXe siècle, Saint-Riquier avait été touchée plusieurs fois par des invasions violentes, mais jamais comme en 881, quand l’abbaye fut incendiée et les moines forcés à s’enfuir. Elle ne sera « refondée » qu’environ 150 ans après, sous l’abbatiat d'Enguerrand (1022-1045) et de Gervin Ier (1045-1075). Lors de l’incendie beaucoup de livres furent perdus, mais il est vraisemblable qu’une partie de la bibliothèque fut transportée à Sens, où les moines trouvèrent refuge après les invasions33, et sans doute à Gorze34. Nous pouvons donc essayer de suivre ces livres, pour mieux comprendre leur destin.

Livres de Saint-Riquier à Gorze

  • 35 Lot 1894, p. 219 ; p. 264 ; Gaillard 1960 ; Wagner 1996, p. 117. Gervin dota l’abbaye de 36 volume (...)
  • 36 Poulin 2015, p. 180-181.
  • 37 Lot 1894, p. 69-70 ; Dekkers 1957, p. 188-189.
  • 38 Voir Wagner 1996, p. 112-135 pour le développement de la bibliothèque de Gorze et pour les contact (...)
  • 39 Le catalogue (BMMF n° 643) est édité par Wagner 1996, p. 137-190.

11La bibliothèque de l’abbaye de Gorze contenait au XIsiècle des titres autrefois présents à Saint-Riquier, au point que l’abbé Gervin Ier alla y chercher des manuscrits pour reconstituer sa bibliothèque35. Il cherchait en particulier des ouvrages concernant l’histoire de Saint-Riquier : il en trouva au moins deux, un exemplaire de la Vita sancti Richarii d’Alcuin36 et le Libellus de ecclesia Centulensi d’Angilbert. Quand Hariulf écrivit sa Chronique, il avait encore à sa disposition ce dernier manuscrit récupéré à Gorze, qu’il considère comme ancien de trois-cent ans, et donc remontant à Angilbert lui-même37. Nous pouvons par conséquent supposer que d’autres livres d’époque carolingienne se trouvaient à Gorze au XIe siècle, arrivés là au IXe siècle et provenant effectivement de Saint-Riquier38. D’autres indices orientent vers ce transfert d’œuvres entre les deux abbayes : dans le catalogue de Gorze de la fin du XIe siècle39 il y a par exemple des entrées qui mentionnent Micon de Saint-Riquier.

  • 40 Pour la biographie de Micon voir Manitius 1911, p. 469-476 ; Wattenbach-Levison 5, p. 533-534 ; LM (...)
  • 41 Bischoff 1998, p. 160. Voir aussi les considérations ultérieures de Cossu 2017, p. 316-317, spécia (...)
  • 42 Ferrari 1999, p. 145-146. En effet la composition d’un tel manuscrit ne se justifierait pas ailleu (...)
  • 43 Édité par Manitius 1912.
  • 44 MGH Poetae 3, p. 295-368.
  • 45 Sur ces ouvrages et la bibliographie associée on peut consulter Sivo 2004 et Cossu 2017, p. 315-31 (...)
  • 46 Schlegel 1690, p. 28.

12Micon était moine et maître actif dans l’abbaye de Centula vers le milieu du IXe siècle40. Son nom est lié à un recueil d’ouvrages qui se trouve aujourd’hui dans les manuscrits Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10470-73 et Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10859. Il s’agit de deux parties d’un codex autrefois unique, datant de la fin du IXe siècle et originaire selon toute vraisemblance de Saint-Riquier41. C’est en effet un véritable monument à la mémoire des activités intellectuelles de l’abbaye, qui a été appelé pour cette raison « supertesto centulense »42 : il contient le florilège prosodique que Micon lui-même dit avoir compilé (l’Opus prosodiacum), un traité prosodique43, des poèmes également de la plume de Micon, qui constituent avec d’autres pièces le recueil plus ample des Carmina Centulensia44, et finalement un glossaire, toujours composé par Micon45. Bien que ces œuvres soient les seules transmises jusqu’aujourd’hui, nous savons que Micon en avait écrit d’autres. Dans les Annales Hirsaugienses, l’abbé Trithème mentionne aussi quatre livres d’Epigrammes, un livre d’Enigmes, des Flores poetarum (vraisemblablement le florilège prosodique) et un épistolaire46.

13Or les épîtres au moins sont mentionnées dans le catalogue de Gorze, qui renferme les titres suivants :

  • <238> Pars Miconis imperfecta
  • <423> Epistolae quaedam vel cartae Miconis
  • <424> in cuius initio est. Prologus regulae beati Benedicti47.
  • 48 Selon Wagner 1996, p. 106-108 cette section serait composée des titres du n° 222 au n° 316 et cons (...)
  • 49 D’après Wagner 1996, p. 108 n. 15 et spécialement p. 110-111, l’expression perfectus/imperfectus u (...)

14Ces entrées se trouvent dans deux sections différentes du catalogue. Le n° 238 fait partie des livres de Gorze destinés au prieuré d’Amel48, tandis que les n° 423-424 sont dans la section des arts libéraux (Libri de arte). Il faut donc supposer que seuls ces derniers titres se trouvaient effectivement à Saint-Gorgon à Gorze, l’autre manuscrit ayant été déplacé à Amel. Il ne semble pas possible, en tout cas, d’identifier précisément le texte recensé dans la première mention : vu l’absence de titre, on peut supposer qu’il s’agit d’un recueil, une collection d’ouvrages de Micon imperfecta (incomplète ?)49.

  • 50 Wagner 1996, p. 117.

15Quel que soit le véritable contenu de cette pars Miconis imperfecta, il y a deux manières d’expliquer la présence de ces livres dans le catalogue : soit les ouvrages de Micon sont arrivés à l’occasion de la fuite de 881 ; soit leur présence s’explique par l’échange de livres entre Saint-Riquier et Gorze promu par l’abbé Gervin à partir de 1045. A. Wagner semble préférer cette deuxième hypothèse, mais on pourrait tout aussi légitimement penser que ces manuscrits se trouvaient à Gorze avant le XIe siècle50. Il est en tout cas intéressant de noter la formulation des entrées n° 423-424, Epistolae quaedam vel cartae Miconis in cuius initio est Prologus regulae beati Benedicti. C’était vraisemblablement un manuscrit des lettres de Micon contenant aussi, au début, un prologue à la règle de saint Benoît. L’allusion aux cartae étonne : l’expression pourrait-elle cacher des matériaux de travail de Micon ? Ces matériaux devaient d’ailleurs exister, on ne pourrait pas expliquer autrement la compilation de l’Opus prosodiacum.

La « bibliothèque » de Micon de Saint-Riquier

  • 51 Édition par L. Traube dans MGH Poetae 3, p. 279-294. Cf. Munk Olsen 1979, p. 57-62.

16L’Opus prosodiacum est un florilège triparti, à la forme lemma-exemplum-auctor. Les exempla cités correspondent à plus de 400 vers, tirés des poètes classiques, de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge51. La liste des auteurs et des ouvrages cités est remarquable et comprend, entre autres, le De rerum natura de Lucrèce, rarissime à cette époque, Virgile et des pièces de l’Appendix Vergiliana, les Satires et les Epistulae d’Horace, presque tous les poèmes d’Ovide (Amores, Ars amatoria, Remedia amoris, Heroides, Metamorphoses, Fasti, Tristia, Epistulae ex Ponto), le Bellum civile de Lucain, les Epigrammes de Martial, les Satires de Perse et de Juvénal, des poèmes de l’Anthologie Latine, et beaucoup d’autres, comme Quintus Serenus et les Fables d’Avianus. Les poètes de l’Antiquité tardive, les chrétiens et aussi les poètes médiévaux sont bien représentés : Juvencus, Prudence,Prosper, Sedulius, Martianus Capella, Arator, Venance Fortunat, mais aussi Bède le Vénérable, Alcuin, Paul Diacre, Smaragde de Saint-Mihiel, Théodulf d’Orléans, Milon de Saint-Amand, Walahfrid Strabon et Wandalbert de Prüm.

  • 52 MGH Poetae 3, p. 279.
  • 53 Lot 1894, p. 92-93.

17Il est très difficile de croire que Micon ait composé son florilège en puisant les vers qu’il voulait utiliser directement dans les manuscrits qu’il avait à sa disposition dans la bibliothèque de Saint-Riquier, comme il le dit dans le prologue de l’œuvre52. La majorité des auteurs cités dans l’Opus prosodiacum, en effet, n’est pas présente dans le catalogue de 831, même pas dans la section la plus concernée par l’activité d’enseignement de Micon, c’est-à-dire celle des livres de grammaire, qui se compose des titres suivants53 :

De libris grammaticorum : Donatus, Pompeius, Probus De pedibus et syllabis, Priscianus, Comminianus, Servius, Victorinus Marius, Diomedes, Verus Longinus [sic], Tatuinus, Tullius Cicero rhetoricorum libri II : omnia in IV vol. , Prosper, Aratus, Sedulius, Iuvencus, Epigrammata Prosperi, Versus Probae, et medietas Fortunati : I vol. , Quintus Serenus de medicamentis, Fabulae Avieni, Virgilius, Eclogae eiusdem glossatae. Althelmus. Metrum cuiusdam de Veteri et Novo testamento, cum Vita Cosmae et Damiani metrica : in I vol. Qui sunt libri XXVI.

  • 54 À prolonger peut-être jusqu’en 860 ou 870, si l’on fait confiance, avec des doutes raisonnables, a (...)
  • 55 Le témoin le plus ancien du florilège est en effet le manuscrit Città del Vaticano, Biblioteca Apo (...)
  • 56 Munk Olsen 1979, p. 59.
  • 57 MGH Poetae 3, p. 273 ; Manitius 1911, p. 469-470 ; Spallone 1990, p. 452-454 ; Sivo 2004, p. 277-27 (...)

18Il y a évidemment des superpositions, concernant en particulier les poètes chrétiens, mais par exemple tous les poètes classiques cités dans le florilège de Micon, sauf Virgile, manquent à l’appel. Certes, l’inventaire, ayant été compilé en 831, pourrait ne pas représenter l’état effectif de la bibliothèque à l’époque de Micon, dont on peut placer le floruit vers 842-85354. Mais il reste invraisemblable que la bibliothèque de Saint-Riquier ait entretemps acquis une quantité si remarquable de manuscrits d’ouvrages parfois rares. C’est pour cette raison que L. Traube a formulé une hypothèse à propos des sources de l’Opus prosodiacum qui est restée en vigueur pendant longtemps : Micon aurait composé son ouvrage sur la base d’un « recueil-modèle », qu’il partageait avec un autre florilège prosodique qui circulait au IXe siècle autour de la région d’Auxerre, les Exempla diversorum auctorum55 ; le florilège modèle, dit ensuite Urflorileg56, aurait été compilé à l’origine au nord de l’Italie et serait arrivé d’une part entre les mains de Micon, et de l’autre entre les mains du compilateur des Exempla diversorum auctorum, en passant par l’abbaye de Reichenau dans la première moitié du IXe siècle57.

  • 58 Cossu 2019, spécialement p. 364-374.

19Il n’est pas question ici d’ouvrir une discussion autour de la forme et de l’envergure de cet Urflorileg, que Traube d’ailleurs n’a jamais spécifiées. Il est toutefois important de souligner que la théorie de Traube peut certainement être redéfinie, et que le double voyage de l’Urflorileg, dont il a supposé l’existence, ne devrait pas être donné pour certain. Comme j’ai tâché de le montrer ailleurs58, si on arrive à prouver le passage de cet Urflorileg à Reichenau (ce qui n’est pas évident non plus), rien n’empêche de penser que, de Reichenau, le florilège soit arrivé avant tout entre les mains de Micon, qui l’aurait utilisé pour composer l’Opus prosodiacum ; de Saint-Riquier, le florilège modèle, enrichi avec les matériaux de travail de Micon, pourrait être ensuite arrivé au compilateur des Exempla diversorum auctorum.

20Si l’on accepte cette perspective, il y a deux voyages des copies du florilège modèle à expliquer : de Reichenau à Saint-Riquier, et ensuite de Saint-Riquier à Auxerre (ou du moins aux alentours). Il se trouve qu’entre ces centres il y a des liaisons historiques qui peuvent nous aider à reconstruire un réseau, dans lequel pouvaient bien sûr circuler aussi des livres. Pour parcourir ces liens il faut d’abord revenir à Angilbert.

Entre Reichenau et Saint-Riquier ?

  • 59 Traube 1889, p. 479.
  • 60 Solinski 2002, p. 3-6.
  • 61 Cette erreur se base sur l’attribution incorrecte du traité De primis syllabis, transmis avec le t (...)

21La raison pour laquelle un passage à Reichenau du prétendu Urflorileg a été supposé est la présence, à la fois dans les Exempla diversorum auctorum et dans l’Opus prosodiacum, du vers 16 du livre 4 du De vita et fine Mammae monachi de Walahfrid Strabon (Op. pros. 248 – Exempla 217). Selon L. Traube59, ce vers aurait été ajouté au florilège modèle à une époque plutôt proche de la composition de ce poème, vers l’an 825, quand le texte ne pouvait être lu qu’à Reichenau, où se trouvait le même Walahfrid Strabon. La reconstruction de Traube est pourtant affectée par des problèmes de datation. Pour commencer, le poème hagiographique de Walahfrid pourrait ne pas avoir été écrit en 825, mais plutôt vers 838-84160. Micon était actif à la même époque et au-delà, plutôt vers le milieu du IXe siècle, et non vers le premier quart, comme Traube le pensait61. Ce fait n’empêche pas, bien sûr, que le vers de Walahfrid ait été ajouté au florilège modèle toujours à Reichenau, même si cela a eu lieu à une date un peu plus récente.

  • 62 Pour la biographie d’Adalhard cf. Kasten 1986, spécialement p. 42-84 et la synthèse de Ganz 1990, (...)
  • 63 Lehmann 1925 ; Maurer 1974 ; Vogler 2000, spécialement p. 61-63.

22La voie entre Reichenau et Saint-Riquier pouvait être en tout cas ouverte, des éléments historiques l’attestent : l’un des promoteurs de cette ouverture était Angilbert de Saint-Riquier lui-même, à l’époque où il était précepteur de Pépin d’Italie à Pavie, dans les années 780-790. Comme nous l’avons rappelé, il s’était associé à Waldo, abbé de Saint-Gall (781-784) puis de Reichenau (786-806) et évêque de Pavie depuis 791, et à Adalhard, qui se partageait entre Pavie et Corbie, dont il était abbé depuis 781. Ces personnages mobilisaient des livres, c’est certain. Nous connaissons déjà l’importance d’Angilbert pour Saint-Riquier et son rôle dans l’enrichissement de la bibliothèque de l’abbaye. Quant à Adalhard, sa place dans l’entourage de Charlemagne et sa promotion de l’abbaye de Corbie sont bien connues62. Waldo, pour sa part, avait été le responsable de la refondation de la bibliothèque de Reichenau et, en général, de son influence culturelle63.

  • 64 Reginbert fut responsable de la copie, de l’annotation et du catalogage de plusieurs manuscrits. C (...)
  • 65 Cf. Grondeux 2015, p. 88-89.
  • 66 Grondeux 2015, p. 82-84 s’appuie en particulier sur la mention In VII. libro constat esse liber de (...)
  • 67 Issues en particulier de Cossu 2019, p. 273-363.
  • 68 Par exemple au prisme du florilège connu comme le Florilegium Sangallense, qui présente des vers e (...)

23La filière de tradition textuelle qui pourrait partir de Reichenau, ou de plus loin, et arriver à Saint-Riquier est peu étudiée. Récemment, A. Grondeux a tâché de la reconstruire à travers les listes de livres copiées sous le bibliothécaire Reginbert, actif sous Waldo et jusqu’à 84264, et surtout en suivant la tradition du Liber Glossarum et du dossier de textes rares qui lui était associé65. Malgré des arguments qui ne sont pas toujours convaincants66, l’existence de cette filière reste vraisemblable. Des études ultérieures devront suivre67, ces questions étant très complexes et devant impliquer d’autres abbayes, notamment celle de Saint-Gall, dont le lien avec Reichenau est bien connu et qui pourrait avoir joué un rôle elle aussi dans la transmission des textes vers le nord de la France68.

  • 69 Cet aspect a été mis en évidence par Hartmann 2015, qui considère Angilbert et Adalhard (avec le c (...)
  • 70 MBKD 1, p. 222-223 pour l’activité de Waldo, qui fait arriver des livres à Reichenau de Pavie et d (...)

24Pour l’instant, on peut se contenter de constater que le cadre historique favorisait le passage de livres, grâce à l’activité des refondateurs des abbayes concernées69. Ces personnages posent les prémisses pour un réseau d’échanges de livres, qui trouve son origine avant tout dans leurs rapports politiques et personnels. Ils sont les vecteurs d’un mouvement de textes récupérés dans les fonds d’Italie septentrionale pour entrer dans les bibliothèques au-delà des Alpes70. L’Urflorileg supposé par Traube aurait accompli le même parcours et pourrait être arrivé à Saint-Riquier à travers Angilbert.

25Quoi qu’il en soit, maintenant qu’on est revenu sur Saint-Riquier, on peut se demander si ses livres ont voyagé ultérieurement et dans d’autres directions, aussi à la lumière de ce que l’on sait à travers les florilèges prosodiques. Poursuivons notre enquête en nous dirigeant vers Sens et Auxerre.

Les livres de Saint-Riquier à Sens et à Auxerre ?

  • 71 Hénocque 1880, p. 253-254.
  • 72 Lot 1894, p. 142 Haec omnia cum eximiis ecclesiae ornamentis iam dictus custos asportavit, et in m (...)
  • 73 Lot 1894, p. 141 raconte le rôle du trésorier Hieremias dans cette occasion : Fecit itaque capsam (...)

26Comme on l’a dit, après le pillage normand de 881 les moines de Saint-Riquier se refugièrent à Sens, en raison des liens que les deux abbayes avaient développées au cours du IXe siècle. En effet, Guelfe, abbé de Saint-Riquier entre 864 et 870, avait exercé la même fonction à Sainte-Colombe de Sens71, et c’est au nom de cette amitié que Hariulf, dans sa chronique, explique la fuite des moines et la translation des biens de Saint-Riquier vers Sens72. Les moines s’enfuirent avec les reliques les plus précieuses, y compris celles du saint éponyme, et avec des pièces du trésor de l’abbaye73. Y avait-il dans tout cela place aussi pour les livres ?

  • 74 Voir Deflou-Leca 2010, p. 144.
  • 75 Hénocque 1880, p. 231-237.
  • 76 Le réseau de ces rapports aussi politiques entre ces personnages apparaît clairement à travers les (...)

27Si un réseau de transmission textuelle existait entre Saint-Riquier et Sens, il doit avoir été créé bien avant l’an 881, au plus tard à l’époque de l’abbé Guelfe, quand Micon de Saint-Riquier était sans doute encore actif, voire avant. Il y a en effet d’autres preuves qui montrent le lien entre Saint-Riquier et la région de Sens et Auxerre. Le frère de Guelfe, par exemple, le célèbre Hugues, avait été aussi abbé de Saint-Germain d’Auxerre74. C’est là qu’un autre personnage lié à Saint-Riquier avait reçu son éducation : Louis († 867), neveu de Charlemagne et chancelier de Charles le Chauve, successeur d’Hilduin à Saint-Denis (841) et abbé de Saint-Riquier à partir de 84475. Louis avait été élève d’Aldric († 836, archevêque de Sens à partir de 829), avec Loup de Ferrières et d’autres personnalités connues à l’époque, comme Eigil († 871), abbé de Prüm entre 853 et 860, puis abbé de Flavigny en 863 et finalement lui aussi archevêque de Sens en 86576.

  • 77 Le texte a été édité par Ganz 1991. Sur la biographie d’Heiric d’Auxerre, élève de Loup de Ferrièr (...)

28Ce n’est donc pas une surprise si, vers les années 870, nous retrouvons à Auxerre deux florilèges prosodiques similaires à l’Opus prosodiacum de Micon : non seulement les Exempla diversorum auctorum, qu’on a déjà mentionné, mais aussi un Florilegium metricum transcrit par Heiric d’Auxerre aux fol. 207v-208r de son épitomé du Liber glossarum (London, British Library, Harley 2735)77.

  • 78 Cossu 2021, à paraître.

29Les vers utilisés pour composer les deux florilèges « auxerrois » pourraient bien être arrivés entre les mains des compilateurs à partir des matériaux de Micon de Saint-Riquier, dans un cadre qui est cohérent avec les degrés de parenté des trois recueils concernés. Comme j’ai tâché de le démontrer dans des études récentes, le rapport entre l’Opus prosodiacum, les Exempla diversorum auctorum et le florilège d’Heiric d’Auxerre s’articule comme suit : les trois florilèges sont tous apparentés et descendent d’un même modèle, qu’on appellera Y ; les Exempla diversorum auctorum et le florilège d’Heiric, à la différence de l’Opus prosodiacum, toutefois, supposent un modèle intermédiaire, que l’on appellera υ78.

  • 79 Cossu 2019, p. 368-383.

30L’étude des traditions textuelles des auteurs transmis dans les florilèges montre que Y devait être non pas l’Urflorileg fixe et rigide que L. Traube suggérait dans sa reconstruction, mais un ensemble de matériaux que Micon de Saint-Riquier utilisait lui-même pour la composition de l’Opus prosodiacum79 : un trésor de vers, dont une partie était certainement héritée d’un florilège précédent, sans doute en provenance de Reichenau (ou d’encore plus loin, comme on vient de le dire plus haut), que Micon se réservait d’enrichir à partir des livres qu’il avait à sa disposition dans sa propre bibliothèque. Ce sont ces matériaux de travail, peut-être dans une forme plus magmatique que celle dont témoigne l’Opus prosodiacum, qui seraient arrivés à Auxerre à travers le réseau que l’on vient d’esquisser, où ils furent utilisés en premier lieu pour créer υ, d’où descendront ensuite les Exempla diversorum auctorum et le Florilegium d’Heiric.

Une autre piste : Reims

31Le réseau de transmission de livres par lequel Y lui-même pourrait être passé ne s’arrête pas entre Saint-Riquier et Auxerre. Si on suit depuis Saint-Riquier les manuscrits, et les traditions des textes qu’ils contiennent, florilèges compris, on finit par se retrouver rapidement à Reims.

  • 80 Carey 1938 ; Devisse 1976, p. 1464-1541 pour la bibliothèque d’Hincmar.
  • 81 Voire avant, comme le remarque Bischoff 1981, p. 13, en évoquant l’archevêque Tilpin (753-800) en (...)
  • 82 Bischoff 1967, p. 293, repris par Turcan-Verkerk 1999, p. 222. Voir aussi Spallone 2002, p. 105. I (...)

32Il y avait à Reims à l’époque de l’archevêque Hincmar (845-882), un scriptorium important et prolifique80. Toutefois sa création remonte au moins au début du IXe siècle81. Pour preuve, un codex dont le contenu s’avère très intéressant pour nos propos : c’est le manuscrit Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 2078, copié à Reims vers le premier tiers du IXe siècle82.

  • 83 Une description codicologique de ce manuscrit et de son contenu se trouve dans Spallone 2002, p. 8 (...)

33Le corps principal de ce manuscrit transmet des textes plus ou moins répandus à l’époque83, comme les Aenigmata de Symphosius et ceux d’Aldhelm, avec aussi son Carmen de virginitate (incomplet), les poèmes d’Avit de Vienne, la Psychomachia de Prudence et, surtout, une anthologie poétique carolingienne qui fait état de pièces très rares, comme les carmina de celui que l’on appelle Hibernicus Exul et les poèmes jadis attribués à un certain Bernouin ; qui d’autre pourrait se cacher derrière lui, sinon Angilbert de Saint-Riquier ?

  • 84 Il s’agit de carm. 1-10 et 12-19. Pour l’édition cf. MGH Poetae 1, 393-412. Pour le recueil de ces (...)
  • 85 Parmi les noms proposés pour la paternité de l’ouvrage Karolus magnus et Leo Papa, il y a Angilber (...)
  • 86 Pour un résumé de la question, en plus de Brunhölzl 1991, p. 62 et p. 277, voir CSLMA 3, p. 456-45 (...)

34Commençons par le mystérieux Hibernicus Exul. Ce personnage est connu sous cette dénomination grâce à une mention dans un poème incomplet transmis au fol. 121v de notre manuscrit Reg. lat. 2078, adressé à Charlemagne (Hos Karolo regi versus Hibernicus exul) et composé à l’occasion de l’expédition que ce dernier mena en 787 contre Tassilon de Bavière. Partant de cette mention, E. Dümmler publia une sélection de carmina qu’il avait attribués à cet auteur84. La question de l’identité du poète est loin d’être résolue : vu la matière de la pièce adressée à Charlemagne, on l’a soupçonné d’être l’auteur du poème anonyme connu comme Karolus magnus et Leo Papa, une théorie qui a été dernièrement abandonnée pour d’autres attributions85 ; les noms de Dungal de Saint-Denis et de l’Irlandais Dicuil ont été également évoqués, mais sans preuves certaines86.

  • 87 Pour une synthèse sur la tradition voir désormais Mattaloni 2018 et surtout Mattaloni 2019.
  • 88 On a proposé Saint-Gall comme lieu de copie de ce manuscrit à cause de la présence dans les marges (...)
  • 89 Russo 2017, p. 54-55 l’a constaté pour le cas du carm. 8 (ICL 13757). Cf. aussi Mattaloni 2019, p. (...)
  • 90 MGH Poetae 1, 299-300. Pour la transmission de ce poème d’Alcuin voir Lendinara 2017, en particuli (...)

35Quoi qu’il en soit, la transmission des poèmes de l’Hibernicus Exul est assez restreinte87. L’anthologie du Reg. lat. 2078 reste la plus ample, et à part les carm. 8-11 et 22 transmis aussi par le manuscrit Bruxelles, Bibliothèque Royale, 8860-8867 (daté du troisième tiers du IXe siècle et originaire soit de Saint-Gall soit du nord de la France88), les poèmes ne circulent qu’isolément89. Il est donc déjà plutôt frappant de trouver un nouveau fragment d’un texte si rare, surtout si ce fragment se trouve dans un manuscrit selon toute vraisemblance d’origine Centulensis, montrant, de plus, des correspondances évidentes avec le Reg. lat. 2078 : il s’agit de Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10859, une partie du « supertesto » de Saint-Riquier, cité plus haut. Au tout début du fol. 63r, qui est endommagé, on lit les vers 4-6 du carm. 9, 2 de l’Hibernicus Exul (Magister comminans discipulis), copiés à longues lignes dans la forme suivante : infantes s[…]t. / Malueram potius, cuncti sed sponte pararent / Gratia q[…] meritis ultio nulla foret. Ils sont précédés à la fin du feuillet 62v par le titre du carm. 37 d’Eugène de Tolède (Ept<a>meron (sic) de primordio mundi) et sont suivis par les v. 1-6 du carm. 80, 1 d’Alcuin (O vos est aetas)90. Entre les deux feuillets concernés il y a eu une chute matérielle d’au moins un feuillet, qui rend les deux textes fragmentaires. Nous pouvons donc supposer que le manuscrit transmettait le texte complet des deux carmina, sans doute avec d’autres matériaux poétiques. Or, les trois vers de l’Hibernicus Exul ont une variante en commun avec le manuscrit Reg. lat. 2078, fol. 120v (pararent à la place de parerent, qui est la bonne leçon). L’indice est trop faible pour établir une parenté : on peut supposer néanmoins que les lacunes matérielles du parchemin empêchent de relever d’autres correspondances avec le reste de la tradition.

  • 91 L’édition, avec les attributions fautives, se trouvera dans MGH Poetae 1, p. 413-425. Bischoff 196 (...)
  • 92 MGH Poetae 1, p. 357-358 ; p. 395.
  • 93 Traube 1888, p. 51-60. Pour le détail de chaque carmen cf. CSLMA 1, p. 152-181.

36Le lien entre la série de poèmes attribués à Bernouin, qui se trouvent aux fol. 143r-149r du manuscrit Reg. lat. 2078, et l’abbaye de Saint-Riquier est bien plus fort. C’est toujours E. Dümmler qui édita ces textes sous le nom d’un évêque qui désignait lui-même comme « Bernowinus » dans certaines pièces de l’anthologie91. Parmi les autres poèmes, l’éditeur repéra aussi plusieurs acrostiches se référant à un Angilbert, qu’il identifia avec raison avec l’abbé laïc de Saint-Riquier. Bien qu’il ait su qu’au moins deux de ces poèmes étaient attribués par Hariulf de Saint-Riquier au même Angilbert, Dümmler conclua que Bernouin était l’auteur des autres textes, étant sans doute l’un des proches d’Angilbert92. L. Traube nota pourtant que dans plusieurs cas soit le nom Bernowinus, soit un plus générique ille, avaient été recopiés sur des grattages, qui devaient cacher le véritable nom de l’auteur : Angilbert, justement. Il lui restitua ainsi la paternité certaine des carm. 6, 7, 8, 10, avec vraisemblance celle des carm. 11, 13, 18, 19, en considérant aussi beaucoup d’autres pièces comme un produit de la plume de quelqu’un de son entourage93.

  • 94 MGH Poetae 1, 422-425, carm. 27-32.
  • 95 Turcan-Verkerk 1999, p. 226.
  • 96 J’ai déjà évoqué cette correspondance dans Cossu 2017, p. 339 spécialement n. 66.

37Or, il est déjà captivant que des poèmes d’Angilbert se trouvent dans un manuscrit copié à Reims, à une époque où il devait encore être vivant. Ce fait en soi est déjà un indice d’un lien patent avec l’abbaye de Centula. Mais si l’on analyse les poèmes de plus près, on en retrouve d’autres encore plus fins. Aux fol. 147v-149r nous lisons en effet, parmi les dernières pièces de l’anthologie, des épitaphes copiées en capitale rustique94 qui présentent des coupures des mots inattendues, parfois indiquées avec des points entre les lettres. Par exemple, le v. 1 du carm. 28 de Dümmler se présente ainsi : CONDITOR . AETER . NAEQVEM . LAVDO . VERSIBUS . ISTIC. A.-M. Turcan-Verkerk a démontré qu’il ne s’agit pas d’une copie mal faite, comme Dümmler semblait le penser, mais d’une division qui doit indiquer les pieds qui composent le mètre dans lequel ces poèmes sont écrits95. Le vers ainsi divisé correspond à la scansion hexamétrique cṓndĭtŏr . ǣ́tēr . nǣ́ quēm . lā́udō . vḗrsĭbŭs . ī́stic, et cela vaut pour tous les vers « interrompus » par des points. Ce traitement des vers ne se trouve nulle part ailleurs que dans le manuscrit le plus ancien de l’Opus prosodiacum de Micon de Saint-Riquier, le déjà nommé Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10470-73, en correspondance de certains exempla de l’Opus prosodiacum96. Comme le manuscrit de la Reine où se trouvent les épitaphes est plus ancien, il est raisonnable de penser que cette pratique qui permet de lire plus aisément les mètres de la poésie latine ait été typique de l’école de Saint-Riquier, Micon l’ayant héritée pendant son activité de maître. Elle serait ensuite passée dans la copie de Bruxelles, qui paraît dépendre du véritable « cahier de travail » de Micon.

  • 97 Voir son prologue dans MGH Poetae 3, p. 279.

38L’intérêt pour la prosodie latine animant cette pratique de copie de la poésie typique de Saint-Riquier n’est pas absent du reste du Reg. lat. 2078. A.-M. Turcan-Verkerk a découvert aussi un « crypto-florilège prosodique » en correspondance des vers des Carmina de spiritalis historiae gestis d’Avit de Vienne des fol. 47r-58r : dans les marges de ces feuillets il y a des lettres annotées, qui coïncident avec les initiales de l’un des mots du vers situé sur la même ligne. Ainsi, par exemple, au fol. 47v à côté du vers 42 du carm. 6 de Avit, transcrit dans la forme quod pendentes ornarent vulnera bacae, nous trouvons la lettre b pour le lemme bācae. A.-M. Turcan-Verkerk relevait, avec raison, une correspondance avec la méthode de travail de Micon de Saint-Riquier, puisque ce maître affirme avoir dépouillé des textes pour détecter la prosodie des mots, qu’il utilisait ensuite pour composer son florilège, l’Opus prosodiacum, avec des lemmes ordonnés alphabétiquement suivis des vers qui les contenaient97. L’opération de marquage du manuscrit Reg. lat. 2078, issue d’une pratique culturelle que l’on retrouve dans les florilèges prosodiques, ne montre pas seulement un lien entre les centres monastiques de Saint-Riquier et Reims, mais aussi entre leurs écoles : pourquoi ne pas imaginer un échange de livres aussi ? Ou du moins de matériaux prosodiques, comme il a été déjà illustré pour le cas du passage des florilèges entre Saint-Riquier et Auxerre.

  • 98 Ainsi appelé par Munk Olsen 1979, p. 72-73, à consulter aussi pour une description préliminaire.

39Cette hypothèse pourrait être corroborée, d’ailleurs, par un autre fait important : au IXe siècle à Reims des matériaux prosodiques circulaient effectivement, et ils se trouvent dans le Florilegium prosodiacum Parisino-Einsidlense98. Ce florilège est transmis par trois témoins : Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 2773, copié à Reims dans la deuxième moitié du IXe siècle, malheureusement en forme acéphale, et les jumeaux Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 32 (Sud de l’Allemagne/Suisse (?), Xe siècle) et München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 6408 (Italie du nord (?), début du Xe siècle). Les collations sur ces trois manuscrits montrent qu’ils descendent tous d’un même modèle, rémois lui-aussi, selon toute vraisemblance. Il n’y a pas lieu ici d’entrer dans les détails de la forme de ce modèle, qui devait être composé d’environ 139 vers ordonnés en colonnes auctor – exemplum – lemma et qui fera l’objet d’une édition critique indépendante. On peut tout de même observer des correspondances de vers avec les autres florilèges prosodiques : il y a 17 vers en commun avec l’Opus prosodiacum, qui montent à 26 si l’on considère le modèle possible Y. Il s’agit d’un indice de parenté qui reste hypothétique, bien sûr, mais qui pointerait vers une route de transmission qui de Saint-Riquier arrive à Reims aussi.

  • 99 Story 2011, p. 10.
  • 100 Story 2011, p. 10-14.
  • 101 Dans l’édition de Lot 1894, p. 92-93 l’entrée du catalogue continue avec l’indication versus Proba (...)
  • 102 Bellettini 2009, p. 210-212. L’histoire du poème d’argument médical de Quintus Serenus (dont la da (...)
  • 103 Lot 1894, p. 93.
  • 104 Du moins d’après la proposition de Vollmer 1916, p. VI-VII (mais la question mérite des études ult (...)

40De plus, si l’on suit la route des traditions textuelles, d’autres éléments de raccord émergent. Le contenu du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 2773 montre, par exemple, des relations très fortes avec un autre manuscrit rémois, Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 9347, daté du deuxième quart du IXe siècle99. Les deux manuscrits ont plusieurs textes en commun, comme les épigrammes de Prosper, le De actibus apostolorum d'Arator et l’Epistula ad Parthenium, une petite anthologie épigraphique consacrée aux papes qui ne se trouve pas ailleurs100, et le Liber medicinalis de Quintus Serenus. Ce dernier mis à part, le codex de Saint-Riquier recensé dans l’inventaire de 831 comme renfermant Prosper, Arator, Sedulius, Juvencus, epigrammata Prosperi avait un contenu similaire101. En ce qui concerne la tradition de Quintus Serenus, en revanche, les deux manuscrits concernés descendent d’un même sub-archétype, appartenant à la famille *B102. Or, dans la bibliothèque de Saint-Riquier il y avait également un témoin du Liber medicinalis, mentionné lui aussi dans l’inventaire de l’abbaye (Quintus Serenus de medicamentis103) et c’est de ce même manuscrit que Micon aurait pu tirer les dix vers de Quintus Serenus cités dans l’Opus prosodiacum, qui semblent également relever de la famille *B104. Il me semble que tous ces indices, s’ils ne constituent pas une preuve, pointent avec une certaine obstination vers la direction d’une circulation de livres entre Saint-Riquier et Reims.

Pour conclure

  • 105 Turcan-Verkerk 2015, p. 55. Cf. aussi les considérations méthodologiques de Chiesa 2019, notamment (...)

41À la fin de ce voyage de reconstruction du réseau de la bibliothèque de Saint-Riquier au IXe siècle, qui nous a amenés de Reichenau à Auxerre, jusqu’à Reims, le nom qui revient le plus souvent dans la narration est celui d’Angilbert. Ce n’est pas un hasard, surtout si l’on se réfère à une conception de bibliothèque médiévale qui est créée par l’intellectuel qui l’habitait, et non l’inverse. Pour reprendre les paroles de A.-M. Turcan-Verkerk, c’est par des personnages comme Florus de Lyon, Loup de Ferrières, Hucbald de Saint-Amand qu’au IXe siècle « se constituent les grandes collections de textes rares du Moyen Âge occidental, et ce sont leurs déplacements qui expliquent les lignes de force de la transmission des textes »105. Cette dernière affirmation est valable surtout pour Angilbert, parce que c’est lui qui a déterminé la prospérité de l’abbaye de Saint-Riquier, en y faisant arriver des livres, vraisemblablement à la suite de ses voyages. La responsabilité de tirer les fils de la transmission des textes vers et à partir de l’abbaye dans la génération suivante pourrait revenir, en revanche, au maître Micon. C’est à partir de son époque que la transmission des textes aurait pu commencer à rayonner directement de Saint-Riquier : c’est ce qui transparaît à travers l’étude des florilèges prosodiques, du moins.

  • 106 Comme on l’a déjà dit, il faudra notamment croiser plus dans le détail la piste des rapports avec (...)

42Pour conclure ces considérations préliminaires sur l’histoire de la bibliothèque de Saint-Riquier, qui doit encore être écrite : faute de manuscrits subsistants, cette histoire ne pourra pas faire abstraction des relations que l’abbaye a entretenues avec les centres culturels voisins, ou pas106, à travers les personnages qui ont animé sa vie politique et intellectuelle, mais aussi au prisme des traditions textuelles des livres qui voyageaient grâce à ces relations.


Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Alberto 2005 = Eugenius Toletanus, Opera omnia, éd. P.F. Alberto, Turnhout, Brepols, 2005.

Becker = G. Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, apud M. Cohen et filium (Fr. Cohen), 1885.

CCCM = Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, Turnhout, Brepols.

CRM = F. Stella (dir.), Corpus Rhytmorum Musicum saec. IV-IX, I, Songs in non-liturgical sources. 1. Lyrics, Florence, Sismel Edizioni del Galluzzo, 2007. 

Di Napoli 2011 = Velii Longi De ortographia, éd. M. Di Napoli, Hildesheim, Weidmann, 2011.

Gottlieb = T. Gottlieb, Über mittelalterliche Bibliotheken, Leipzig, Otto Harrassowitz, 1890.

ICUR = Inscriptiones Christianae Urbis Romae septimo saeculo antiquiores. T. 1-2, éd. Iohannes Baptista de Rossi, Roma, ex officina libraria Philippi Cuggiani, 1857 ; 1861-1888.

Lagarrigue 1971 = Salvien de Marseille, Œuvres. Tome I Les lettres. Les livres de Thimothée à l’Église, éd. G. Lagarrigue, Paris, les Éd. du Cerf, 1971. 

Lot 1894 = Hariulf, Chronique de l'abbaye de Saint-Riquier (Ve siècle-1104), éd. F. Lot, Paris, Picard, 1894.

Lucarini 2015 = Faltonia Betitia Proba, Cento Vergilianus, praef. C.M. Lucarini, éd. A. Fassina, C.M. Lucarini, Berlin-Boston, de Gruyter, 2015. 

Marshall 1984 = Servatus Lupus, Epistulae, éd. P. Marshall, Leipzig, Teubner, 1984.

MGH = Monumenta Germaniae Historica, Berlin, 1826-… ; MGH Poetae = Poetae Latini Aevi Carolini ; MGH SS = Scriptores in folio ; MGH SS rer. Merov. = Scriptores rerum Merovingicarum.

MBKD = Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, Bd. 1-4, Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften, 1918-2009.

Schlegel 1690 = J. Trithemii Annales Hirsaugienses, éd. J.G. Schlegel, I, Sankt Gallen, typis eiusdem monasterii S. Galli, 1690.

Solinski 2002 = B. Solinski, Le De vita et fine Mammae monachi de Walahfrid Strabon : texte, traduction et notes, dans The Journal of Medieval Latin, 12, 2002, p. 14-77.

Thompson 2019 = Servatus Lupus abbas Ferrariensis, Opuscula de Praedestinatione, éd. J. Thompson, Turnhout, Brepols, 2019. 

Tierney-Bieler 1967 = Dicuili Liber de mensura orbis terrae, éd. J.J. Tierney - L. Bieler, Dublin, The Dublin Institute for Advanced Studies, 1967.

Veyrard-Cosme 2003 = C. Veyrard-Cosme (éd.), L'oeuvre hagiographique en prose d'Alcuin. Vitae Willibrordi, Vedasti, Richarii. Édition, traduction, études narratologiques, Florence, Sismel Edizioni del Galluzzo, 2003. 

Vollmer 1916 = Quinti Sereni Liber Medicinalis, éd. F. Vollmer, Leipzig, Teubner, 1916.

Bibliographie secondaire

Bellettini 2009 = A. Bellettini, Ricerche sulla tradizione manoscritta del ‘liber medicinalis’ di Quinto Sereno, Tesi di dottorato, Florence, Università degli studi - Istituto di studi umanistici, XX ciclo, 2009.

Berger 1893 = S. Berger, Les reliques de l'abbaye de Saint-Riquier au IXe siècle, dans Revue de l’Orient latin, 1, 1893, p. 467-474.

Bernard 1993 = H. Bernard, L’abbaye carolingienne de Saint-Riquier, dans D. Poulain, M. Perrin (dir.), L’art du haut Moyen Age dans le Nord-ouest de la France. Actes du colloque de Saint-Riquier (22-24 Septembre 1987), Greifswald, 1993, p. 77-106. 

Bernard 2009 = H. Bernard, Saint-Riquier : l'abbaye carolingienne d'Angilbert, dans A. Magnien (dir.), Saint-Riquier. Une grande abbaye bénédictine, Paris, 2009, p. 55-82.

Berschin 1991 = W. Berschin, Biographie und Epochenstil im lateinischen Mittelalter. Band 3 : Karolingische Biographie 750-920 n. Chr., Stuttgart, 1991. 

BHL = Bibliotheca hagiographica Latina, Bruxelles, 1898-1986.

Bischoff 1967 = B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, Band II, Stuttgart, 1967.

Bischoff 1972 = B. Bischoff, Die Bibliothek im Dienste der Schule, dans La scuola nell'Occidente latino dell'alto medioevo, «Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo» 19, Spolète, 1972, p. 385-415.

Bischoff 1981 = B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, Band III, Stuttgart, 1981.

Bischoff 1994 = B. Bischoff, Manuscripts and Libraries in the Age of Charlemagne, trad. et éd. par M. Gorman, Cambridge, 1994.

Bischoff 1998 = B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen)Teil 1: Aachen-Lambach, Wiesbaden, 1998.

Bischoff 2004 = B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen). Teil 2: Laon-Paderborn, Wiesbaden, 2004.

Bischoff 2014 = B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen). Teil 3 : Padua-Zwickau, Wiesbaden, 2014.

BMMF = A.-M. Genevois, G.F. Genest, A. Chalandon (dir.), Bibliothèques de manuscrits médiévaux en France. Relevé des inventaires du VIIIe au XVIIIe siècle, Paris, 1987.

Boulhol 2003 = P. Boulhol, La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale VIe-XVs., Aix-en-Provence, 2003. 

Brunhölzl 1991 = F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen Âge, T. 1, vol. 2, trad. H. Rochais, compléments bibliographiques par J.-P. Bouhot, Turnhout, 1991.

Büren 1994 = V. von Büren, Note sur le manuscrit Arch. S. Pietro H 19 et son modèle Vaticano lat. 3868. Le Térence de Cluny ?, dans Scriptorium, 48, 1994, p. 287-293.

Büren 2007 = V. von Büren, Auxerre, lieu de production de manuscrits ?, dans S. Shimahara (dir.), Études d’exégèse carolingienne : autour d’Haymon d’Auxerre, Turnhout, 2007, p. 167-186.

Butterfield 2013 = D. Butterfield, The early textual history of Lucretius’ De Rerum Natura, Cambridge, 2013.

Carey 1938 = F.M. Carey, The scriptorium of Reims during the Archbishopric of Hincmar (845-882 AD), dans L.W. Jones (dir.), Classical and medieval studies in honor of E. K. Rand, New York, 1938, p. 41-60.

Caroli 2005 = M. Caroli, «Aurea celestem thesaurum contegit urna». L'abbazia di Centula, tesoro modellato da Angilberto, dans Sanctorum, 2, 2005, p. 9-16.

Chatelain 1883 = É. Chatelain, Un gradus ad Parnassum de l’extrême décadence, dans Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 7, 1883, p. 65-77.

Chiesa 2019 = P. Chiesa, Migrazioni di intellettuali e migrazioni di testi nell’Occidente mediolatino, dans Le migrazioni nell’alto medioevo, Spoleto, 2019, p. 525-546. 

Cinato 2014 = F. Cinato, A propos de deux livres d’Heiric d’Auxerre : l’Ars Prisciani et le Liber glossarum, dans Histoire, Épistémologie, Langage, 36-1, 2014, p. 121-177.

Cossu 2017 = A. Cossu, I florilegi prosodici e la trasmissione dei classici nella scuola medievale, dans G.M. Masselli, F. Sivo (dir.), Il ruolo della Scuola nella tradizione dei classici latini. Tra Fortleben ed esegesi, Atti del Convegno Internazionale (Foggia, 26-28 ottobre 2016), Tomo II, Campobasso, 2017, p. 309-350.

Cossu 2019 = A. Cossu, Les florilèges prosodiques et la transmission des poètes latins au Moyen Âge, thèse de doctorat Université PSL-EPHE et Università di Pisa, 2019 <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02637226>. 

Cossu 2021 à paraître = A. Cossu, Textes latins en flores ou comment reconstruire les rapports entre les florilèges prosodiques du IXe siècle, à paraître dans S. Franzoni, E. Lonati, A. Russo (dir.), Le sens des textes classiques au Moyen Âge. Transmission, exégèse, réécriture, Turnhout, 2021, à paraître.

CPPM = J. Machielsen (éd.), Clavis Patristica Pseudepigraphorum Medii Aevi, vol. 1-3, Turnhout, 1990-2003.

CSLMA = M.-H. Jullien, F. Perelman (dir.), Clavis scriptorum latinorum Medii Aevi. Auctores Galliae 735-987, vol. 1-4, Turnhout, 1994-…

Deflou-Leca 2010 = N. Deflou-Leca, Saint-Germain d’Auxerre et ses dépendances (Ve-XIIIe siècle), Saint-Étienne, 2010.

de Jong 2010 = M. de Jong, Becoming Jeremiah: Paschasius Radbertus on Wala, himself and others, dans R. Corradini, M. Gillis, R. Mckitterick, I. van Renswoude (dir.), Ego trouble. Authors and their identities in the Early Middle Ages, Vienne, 2010, p. 185-196.

Dekkers 1957 = E. Dekkers, La bibliothèque de Saint-Riquier au Moyen Âge, dans Bulletins de la société des antiquaires de Picardie, 46, 1957, p. 157-197.

Denoël – Cinato 2015 = C. Denoël, F. Cinato, Y a-t-il eu un scriptorium à Auxerre au temps d’Heiric (841-v. 876) ?, dans A. Nievergelt, M. Bernasconi-Reusser, B. Ebersperger, R. Gamper et E. Tremp (dir.), Scriptorium. Wesen - Funktion - Eigenheiten, Comité international de Paléographie latine, XVIII. Internationaler Kongress St. Gallen 11.-14. September 2013, Munich, 2015, p. 199-230.

Deug Su 1983 = I Deug Su, Il Libellus su Ricario di Saint-Riquier. Un caso dell'agiografia merovingica nella critica moderna, dans Schede medievali, 5, 1983, p. 359-382.

Devisse 1976 = J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims, 845-882 (3 vol.), Genève, 1976. 

Evergates 1975 = T. Evergates, Historiography and Sociology in Early Feudal Society: the Case of Hariulf and the “Milites” of Saint-Riquier, dans Viator, 6, 1975, p. 35-49.

Ferrari 1999 = M.C. Ferrari, Il Liber sanctae crucis di Rabano Mauro. Testo-immagine-contesto, Bern-Berlin, 1999.

Fransen 2001 = P.-I. Fransen, Le dossier patristique d’Hélisachar : le manuscrit Paris, BNF lat. 11574 et l’une de ses sources, dans Revue Bénédictine 111, 2001, p. 464-482.

Gaillard 1960 = M. Gaillard, Gorze et Saint-Riquier (XIe s.), dans Mélanges des Sciences religieuses, 17, 1960, p. 143-151.

Ganz 1990 = D. Ganz, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, 1990.

Ganz 1991 = D. Ganz, Heiric d'Auxerre glossateur du Liber glossarum, dans D. Iogna-Prat, C. Jeudy, G. Lobrichon (dir.), L'école carolingienne d'Auxerre. De Murethach à Remi 830-908, Paris, 1991, p. 297-312. 

Gorman 2001 = M. Gorman, The manuscript traditions of the works of St Augustine, Florence, 2001.

Gorman 2007 = M. Gorman, Paris lat. 12124 (Origen on Romans) and the Carolingian Commentary on Romans in Paris lat. 11574, dans Revue Bénédictine 117, 2007, p. 64-128.

Grondeux 2015 = A. Grondeux, Le rôle de Reichenau dans la diffusion du Liber glossarum, dans A. Grondeux, F. Cinato (dir.), L’activité lexicographique dans le haut Moyen Âge latin. Rencontre autour du Liber Glossarum, « Dossiers d’HEL » 8, 2015, p. 79-93.

Häse 2002 = A. Häse, Mittelalterliche Bücherverzeichnisse aus Kloster Lorsch : Einleitung, Edition und Kommentar, Wiesbaden, 2002.

Hartmann 2015 = F. Hartmann, Karolingische Gelehrte als Dichter und der Wissenstransfer am Beispiel der Epigraphik, dans J. Becker, T. Licht, S. Weinfurter (dir.), Karolingische Klöster. Wissenstransfer und kulturelle Innovation, Berlin, 2015, p. 255-274.

Hazebrouck 2009 = P. Hazebrouck, La bibliothèque de l'abbaye, dans A. Magnien (dir.), Saint-Riquier. Une grande abbaye bénédictine, Paris, 2009, p. 33-44.

Hénocque 1880 = J. Hénocque, Histoire de l'abbaye et de la ville de Saint-Riquier, Tome Ier, Amiens, 1880.

Heinzle 1988 = J. Heinzle, Geschichte der deutschen Literatur von den Anfängen bis zum Beginn der Neuzeit, vol. 1, Königsten, 1988. 

Herren 1988 = M.W. Herren (dir.), The sacred nectar of the Greeks: The study of Greek in the West in the Early Middle Ages, Londres, 1988.

HLL = R. Herzog, P. Lebrech Schmidt (éd.), Handbuch der lateinischen Literatur der Antike, vol. 5, Munich, 1989.

Huglo 1952 = M. Huglo, Un tonaire du graduel de la fin du VIIIe siècle, dans Revue Grégorienne, 32, 1952, p. 176-186 et p. 224-233.

Huglo 1993 = M. Huglo, La théorie musicale dans les monastères de Picardie, dans D. Poulain, M. Perrin (éd.), L’art du haut Moyen Âge dans le Nord-ouest de la France. Actes du colloque de Saint-Riquier (22-24 Septembre 1987), Greifswald, 1993, p. 165-186. 

Huglo 1989 = M. Huglo, Trois livres manuscrits présentés par Helisachar, dans Revue Bénédictine, 99, 1989, p. 272-285.

Huglo 1994 = M. Huglo, D’Helisachar à Abbon de Fleury, dans Revue Bénédictine, 104, 1994, p. 204-230.

Huglo 2013 = M. Huglo, Catalogues de bibliothèques médiévales et recherche en musicologie : l’exemple du « Timée » et des traités d’Hucbald, dans J. Elfassi, C. Lanéry, A.-M. Turcan-Verkerk (dir.), Amicorum societas. Mélanges offerts à François Dolbeau pour son 65e anniversaire, Florence, 2013, p. 361-378.

ICL = D. Schaller - E. Könsgen, Initia carminum latinorum saeculo undecimo antiquiorum. Bibliographisches Repertorium für die lateinische Dichtung der Antike und des früheren Mittelalters, Göttingen, 1977.

Kasten 1986 = B. Kasten, Adalhard von Corbie. Die Biographie eines karolingischen Politikers und Klostervorstehers, Düsseldorf, 1986.

Keil 1872 = H. Keil, Exempla poetarum e codice Vaticano edita, dans Index scholarum in Universitate litteraria Fridericiana Halensi cum Vitebergensi consociata per aestatem MDCCCLXXII…, Halle, 1872, p. iii-xv. 

Laffitte-Denoël 2007 = M.P. Laffitte - C. Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, Paris, 2007. 

Ledru 2017 = T. Ledru, Hariulf de Saint-Riquier : un moine historien de la fin du XIe siècle, dans Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales, 36, 2017, p. 19-41.

Ledru 2019 = T. Ledru, Saint-Riquier (VIIe-XIe siècles) : histoire, mémoire, hagiographie, thèse de doctorat, Université de Lille, 2019 <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02563091>.

Lehmann 1925 = P. Lehmann, Die mittelalterliche Bibliothek, dans K. Beyerle (éd.), Die Kultur der Abtei Reichenau. Erinnerungsschrift zur zwölfhundertsten Wiederkehr des Gründungsjahres des Inselklosters 724-1924, Munich, p. 645-656. 

LMA = Lexikon des Mittelalters, vol. 1-9, Munich-Zurich, 1980-1998.

Lendinara 2017 = P. Lendinara, A Poem for All Seasons: Alcuin’s “O vos, est aetas”, dans G. Dinkova-Bruun, T. Major (dir.), Teaching and learning in medieval Europe: Essays in honour of Gernot R. Wieland, Turnhout, 2017, p. 123-146.

Lesne 1938 = E. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, Tome IV, Les Livres. Scriptoria et bibliothèques du VIIIe à la fin du XIe siècle, Lille, 1938.

Levillain 1901 = L. Levillain, Étude sur les lettres de Loup de Ferrières, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 62, 1901, p. 445-509.

Manitius 1911 = M. Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters, T. 1, Von Iustinian bis zur Mitte des zehnten Jahrhunderts, Munich, 1911.

Manitius 1912 = M. Manitius, Micons von St. Riquier De primis syllabis, dans Münchener Museum für Philologie des Mittelalters und der Renaissance, 1, 1912, p. 121-177.

Masai 1952 = F. Masai, Observations sur le Psautier dit de Charlemagne (Paris, Lat. 13159), dans Scriptorium, 6, 1952, p. 299-303.

Mattaloni 2018 = V. Mattaloni, Hibernicus Exul, dans CALMA. Compendium Auctorum Latinorum Medii Aevi (500-1500) VI.1, Florence, 2018.

Mattaloni 2019 = V. Mattaloni, Hibernicus Exul, dans L. Castaldi, V. Mattaloni (dir.), La trasmissione dei testi latini nel medioevo. Medieval Latin texts and their transmission. Te.Tra. 6, Florence, 2019, p. 281-325.

Maurer 1974 = H. Maurer, Die Abtei Reichenau. Neue Beiträge zur Geschichte und Kultur des Inselklosters, Sigmaringen, 1974.

Mckitterick 1989 = R. McKitterick, The Carolingians and the written word, Cambridge, 1989.

McKitterick 2008 = R. McKitterick, Charlemagne. The formation of a European identity, Cambridge, 2008.

Milde 1996 = W. Milde, Über Anordnung und Verzeichnung von Büchern in mittelalterlichen Bibliothekskatalogen, dans P. Bourgain, A. Derolez (dir.), La conservation des manuscrits et des archives au Moyen Âge. XIe Colloque du Comité international de Paléographie latine. Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert 1er 19-21 octobre 1995 = Scriptorium, 50-2, 1996, p. 269-278.

Munk Olsen 1979 = B. Munk Olsen, Les classiques latins dans les florilèges médiévaux antérieurs au XIIIᵉ siècle, I, dans Revue d’histoire des textes, 9, 1979, p. 47-121.

Nebbiai-Dalla Guarda 1992 = D. Nebbiai-Dalla Guarda, I documenti per la storia delle biblioteche medievali (secoli IX-XV), Rome, 1992.

Nebbiai-Dalla Guarda 2013 = D. Nebbiai-Dalla Guarda, Le discours des livres. Bibliothèques et manuscrits en Europe. IXe-XVe siècle, Rennes, 2013. 

Noble 1998 = T.F.X. Noble, Lupus of Ferrières in his Carolingian context, dans A. C. Murray (éd.), After Rome’s fall. Narrators and sources of early medieval history: Essays presented to Walter Goffart, Toronto, 1998, p. 232-250.

Pächt 1963 = O. Pächt, The Pre-carolingian roots of early romanesque art, dans M. Meiss (dir.), Studies in western art. Acts of the twentieth international Congress of the History of Art (New York, 7-12 September 1961), Princeton, 1963, p. 67-75.

Peltier 1962 = H. Peltier, Angilbert et Adalhard de Corbie, dans C. Brunel (dir.), Saint-Riquier. Études concernant l’Abbaye depuis le huitième siècle jusqu’à la Révolution, Saint-Riquier, 1962, p. 6-15.

Petit 1973 = F. Petit, L’ancienne version latine des Questions sur la Genèse de Philon d'Alexandrie, Berlin, 1973.

Phillips 1993 = N. Phillips, La culture musicale à Saint-Riquier durant le haut moyen âge, dans D. Poulain - M. Perrin (éd.), L’art du haut Moyen Âge dans le Nord-ouest de la France. Actes du colloque de Saint-Riquier (22-24 Septembre 1987), Greifswald, 1993, p. 187-200. 

Poulin 2015 = J.-C. Poulin, La circulation des œuvres hagiographiques d'Alcuin (IXe-XIe siècles) I, dans Hagiographica. Rivista di agiografia e biografia della Società Internazionale per lo Studio del Medio Evo Latino, 22, 2015, p. 167-216.

Preisendanz 1953 = K. Preisedanz, Reginbert von der Reichenau. Aus Bibliothek und Skriptorium des Inselklosters, dans Neue Heidelberger Jahrbücher 1952-1953, 1953, p. 1-49.

Rabe 1995 = S.A. Rabe, Faith, Art and politics at Saint-Riquier. The symbolic vision of Angilbert, Philadelphia, 1995.

Racinet 2009 = S. Racinet, Histoire d’une abbaye, dans A. Magnien (dir.), Saint-Riquier. Une grande abbaye bénédictine, Paris, 2009, p. 17-32.

Radiciotti 2010 = P. Radiciotti, Scrivere e leggere il greco fuori dai confini temporali del mondo antico: il Medioevo latino, dans M. Capasso (dir.), Leggere greco e latino fuori dai confini nel mondo antico. Atti del I Convegno dell’Associazione Italiana di Cultura Classica, Lecce, 10-11 maggio 2008, Lecce, 2010, p. 175-191.

Reeve 2007 = M. Reeve, Lucretius in the Middle Ages and Early Renaissance: transmission and scholarship, dans S. Gillespie, P. R. Hardie (dir.), The Cambridge companion to Lucretius, Cambridge, 2007, p. 205 -213

Rouse 1983 = R.H. Rouse, Q. Serenus, dans L.D. Reynolds (dir.), Texts and Transmission. A Survey of the Latin Classics, Oxford, 1983, p. 381-385.

Runia 1993 = D.T. Runia, Philo in early Christian literature. A survey, Minneapolis, 1993. 

Runia 1995 = D.T. Runia, Philo and the Church Fathers. A collection of papers, Leiden-New York-Köln, 1995. 

Russo 2017 = A. Russo, Testi non ausoniani da un manoscritto di Ausonio (Wien, ÖNB, 3261), dans Latinitas, s.n. 5-2, 2017, p. 47-64.

Schmidt 2005 = P. G. Schmidt, Karolus magnus et Leo Papa, dans P. Chiesa, L. Castaldi (dir.), La trasmissione dei testi latini nel medioevo. Medieval Latin Texts and their Transmission. Te.Tra. II, Florence, 2005, p. 418-420.

Sivo 2004 = V. Sivo, Micon Centulensis mon., dans P. Chiesa, L. Castaldi (dir.), La trasmissione dei testi latini nel medioevo. Medieval Latin texts and their transmission. Te.Tra. I, Florence, 2004, p. 276-284.

Spallone 1990 = M. Spallone, I percorsi medioevali del testo : “accessus”, commentarii, florilegi, dans G. Cavallo, P. Fedeli, A. Giardina (dir.), Lo spazio letterario di Roma antica. III. La ricezione del testo, Rome, 1990, p. 387-471.

Spallone 2002 = M. Spallone, L’uso dei margini tra scuola e filologia, dans V. Fera, G. Ferraù, S. Rizzo (dir.), Talking to the text : Marginalia from papyri to print. Proceedings of a Conference held at Erice, 26 september - 3 october 1998, as the 12th Course of International School for the Study of Written Records, Messina, 2002, p. 83-152. 

Stella 2002 = F. Stella, Autore e attribuzioni del Karolus Magnus et Leo Papa, dans P. Godman, J. Jarnut, P. Johanek (dir.), Am Vorabend der Kaiserkrönung. Das Epos Karolus Magnus et Leo papa und der Papstbesuch in Paderborn, Berlin, 2002, p. 19-33.

Stofferahn 2010 = S.A. Stofferahn, Knowledge for its own sake? A practical humanist in the Carolingian Age, dans The heroic age. A journal of early medieval northwestern Europe, 13, 2010, http://www.heroicage.org/issues/13/stofferahn.php (lien consulté le 22 octobre 2020).

Story 2011 = J. Story, Aldhelm and Old St. Peter's, Rome, dans Anglo-Saxon England, 39, 2011, p. 7-20.

Traube 1888 = L. Traube, Karolingische Dichtungen, Berlin, 1888.

Traube 1889 = L. Traube, Sophocles, ein Dichter der Anthologia Latina, dans Rheinisches Museum für Philologie, 44, 1889, p. 478-479.

Turcan-Verkerk 1999 = A.-M. Turcan-Verkerk, Mannon de Saint-Oyen dans l’histoire de la transmission des textes, dans Revue d’histoire des textes, 29, 1999, p. 169-243.

Turcan-Verkerk 2015 = A.-M. Turcan-Verkerk, Accéder au livre et au texte dans l’Occident latin du Ve au XVe siècle, dans F. Barbier, T. Dubois, Y. Sordet (dir.), De l’argile au nouage, une archéologie des catalogues (IIe millénaire av. J.-C.-XXIe siècle), Paris, 2015, p. 47-61. 

Van de Vyver 1935 = A. Van de Vyver, Dicuil et Micon de Saint-Riquier, dans Revue belge de philologie et d’histoire, 14, 1935, p. 25-47.

Viarre 1992 = S. Viarre, Un portrait d’Angilbert dans la correspondance d’Alcuin, dans L. Holtz, J.-C. Fredouille, M.-H. Jullien (dir.), De Tertullien aux Mozarabes. Mélanges offerts à Jacques Fontaine à l'occasion de son 70e anniversaire, tome II, Haut Moyen Âge (VIe-IXe siècles), Paris, 1992, p. 267-274.

Viarre 2002 = S. Viarre, Angilbert, poète carolingien et abbé de Saint-Riquier, dans Bulletin de la Société d’émulation historique et littéraire d’Abbeville, 19-2, 2002, p. 231-240.

Villa 1995 = C. Villa, La tradizione di Orazio e la “biblioteca di Carlo Magno”: per l’elenco di opere nel codice Berlin, Diez B Sant. 66, dans O. Pecere, M. D. Reeve (dir.), Formative stages of classical traditions: Latin texts from Antiquity to the Renaissance, Spolète, 1995, p. 299-322.

Villa 2000 = C. Villa, Cultura classica e tradizioni longobarde: tra latino e volgari, dans P. Chiesa (dir.), Paolo Diacono. Uno scrittore fra tradizione longobarda e rinnovamento carolingio, Atti del Convegno Internazionale di Studi Cividale del Friuli – Udine, 6-9 maggio 1999, Udine, 2000, p. 575-600.

Villa – Lo Monaco 2005 = C. Villa, F. Lo Monaco, Cultura e scrittura nell’Italia Longobarda, 1 Renovatio e translatio : centri amministrativi ed eredità culturale, dans W. Pohl, P. Erhard (dir.), Die Langobarden. Herrschaft und Identität, Vienne, 2005, p. 503-524.

Vogler 2000 = W. Vogler, L’abbé Waldo de Saint-Denis, scribe et archiviste à Saint-Gall, dans C. Heitz, W. Vogler, F. Heber-Suffrin (dir.), Le Rayonnement spirituel et culturel de l’abbaye de Saint-Gall, Paris-Nanterre, 2000, p. 59-72.

Wagner 1996 = A. Wagner, Gorze au XIe siècle. Contribution à l’histoire du monachisme bénédictin dans l’Empire, Turnhout, 1996.

Wattenbach-Levison = W. Wattenbach, W. Levison, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Vorzeit und Karolinger, éd. W. Levison, H. Löwe, 6 fasc., Weimar, 1952-1990.

Wolter 1962 = H. Wolter, La Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier témoin de l’humanisme bénédictin, dans C. Brunel (dir.), Saint-Riquier. Études concernant l’Abbaye depuis le huitième siècle jusqu’à la Révolution, Saint-Riquier, 1962, p. 68-86.

Zumkeller 1985 = A. Zumkeller, Die pseudoaugustinische Schrift «De praedestinatione et gratia» : Inhalt, Überlieferung, Verfasserfrage und Nachwirkung, dans Augustinianum, 25, 1985, p. 539-563.

Haut de page

Notes

1 Dekkers 1957, p. 193-195. À part pendant le pillage des Vikings en 881, dont il sera question infra, les livres de Saint-Riquier furent brulés à l’occasion de l’assaut de Hugues III de Campdavaine à l’abbaye, le 28 août 1131. Un autre incendie ravagea l’abbaye en 1719.

2 Dekkers 1957 et Hazebrouck 2009 tracent l’histoire de la bibliothèque à travers les siècles.

3 Hénocque 1880, p. 38-42.

4 Pour la biographie d'Angilbert voir Viarre 1992, Rabe 1995, p. 52-54 et Viarre 2002. En 781 Angilbert fut nommé archichapelain de Pépin d’Italie ; il se rendit au moins trois fois à Rome dans les années 790.

5 À propos de la construction de l’abbaye et de son plan voir Bernard 1993, Bernard 2009 et Caroli 2005, ainsi que McKitterick 2008, p. 327-328. Racinet 2009, p. 20-23 donne une synthèse de l’activité d’Angilbert.

6 BHL 7223-7228 ; CSLMA 2, p. 501-503. Édition dans MGH SS rer. Merov. 4, p. 381-401 et, plus récemment, Veyrard-Cosme 2003. Voir Poulin 2015, p.172-173 et p. 175-177 pour un complément bibliographique.

7 Le dossier hagiographique est précédé par une lettre d’envoi à Charlemagne, déjà empereur (Ep. 306), cf. Poulin 2015, p. 175. En l’honneur de Saint-Riquier, Alcuin composa aussi deux distiques élégiaques d’encadrement de la Vita (ICL 5595 et ICL 3633), une inscription pour les saints Lambert et Riquier (ICL 8677) et, selon Hariulf de Saint-Riquier, des hymnes et un office (Lot 1894, p. 73, voir aussi CSLMA 2, p. 384-385).

8 BHL 7245.

9 CSLMA 2, p. 501. À l’époque d’Angilbert on conservait à Saint-Riquier aussi un manuscrit renfermant la narration des miracles du saint éponyme, qu’Alcuin n’utilisa pas (cf. Berschin 1991, p. 143-144). Ces miracles ne sont pas à confondre avec les Miracula Sancti Richarii (BHL 7230) publiés dans MGH SS 15, 2, p. 915-919, écrits vers les années 60 du IXe siècle, d’après Wattenbach-Levison 5, p. 533.

10 Bischoff 1998, p. 298 n° 1427 ; Poulin 2015, p. 179-180.

11 MGH SS 15, 1, p. 173-181.

12 MGH SS 15, 1, p. 178.

13 MGH SS 15, 1, p. 177.

14 Laffitte-Denoël 2007, n° 26 ; Hazebrouck 2009, p. 34-35.

15 Si pour Huglo 1952 et Huglo 1993, p. 171 le manuscrit serait originaire de Saint-Riquier même, d’après Masai 1952, p. 302-303 il aurait été plutôt copié dans la région du nord-est de la France, peut-être à Corbie, sous commande de Saint-Riquier, qui serait donc le lieu de destination et non de création du manuscrit. Le lien possible avec Corbie est mis en évidence aussi par Pächt 1963, p. 68 n. 3. Bischoff 1994, p. 29 n. 46 est toutefois d’un avis différent : « this codex is utterly different from everything that we know of Corbie’s script and book decoration ». Pour l’intérêt musical de ce psautier voir Phillips 1993, p. 192-194.

16 Le manuscrit contient les vers dédicatoires d’Angilbert à Louis le Pieux aux fol. 19r et 108r. Pour Bischoff 1994, p. 27-28 ce serait le seul codex subsistant écrit à Saint-Riquier sous Angilbert. Voir aussi Gorman 2001, p. 271, du même avis. Berger 1893, en revanche, avait assigné au scriptorium de Saint-Riquier aussi une bible du premier tiers du IXe siècle, aujourd’hui divisée en deux dans Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 45 + Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 93, en raison d’une liste de reliques au fol. 261v du lat. 93, qui correspond à celle donnée par Angilbert dans son Libellus. Le manuscrit semble plutôt provenir de la zone de Paris, notamment de Saint-Denis, comme la présence du point d’interrogation typique de cette abbaye l’atteste (cf. Bischoff 1994, p. 27 n° 29). Un autre livre peut-être provenant de Saint-Riquier, finalement, est signalé par Büren 1994, p. 290-291, qui identifie Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 267 comme l’un des manuscrits faisant partie de la bibliothèque d’Angilbert. Selon V. von Büren, ce manuscrit serait l’antigraphe de Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 17416, l’un des livres que l’abbé Hélisachar de Saint-Riquier († env. 837), chancelier de Louis le Pieux jusqu’en 819, avait donné à une église dont le nom est gratté dans la souscription à la fin du manuscrit. D’après von Büren, qui suit une hypothèse de Mabillon, sous ce grattage il faudrait lire le mot Medardo, renvoyant donc à Saint-Médard de Soissons ; la proposition de L. Delisle, qui lisait en revanche Stephano est toutefois la plus correcte. Selon Bischoff 1972, p. 412-415, repris par Ganz 1990, p. 74-75 et Fransen 2001, Hélisachar aurait été le responsable de l’organisation d’une ample activité d’extraction de textes de sources différentes pour créer un commentaire biblique continu, et donc de la diffusion de plusieurs manuscrits contenant l’annotation de passages à recopier. Cette théorie a été toutefois réfutée, à raison, par Gorman 2007. La question méritant de nouvelles études, qui sont actuellement menées par C. Gerzaguet, dans cette occasion il ne sera pas possible d’évaluer le rapport des manuscrits montrant des signes d’extraction avec les livres de Saint-Riquier. Pour le profil biographique et l’activité d’Hélisachar, on peut consulter Hénocque 1880, p. 217-226, Huglo 1989, p. 273-275, Huglo 1994, p. 204-205 et J.-P. Bouhot dans CSLMA 3, p. 406-420.

17 La symbolique qui anime l’action d'Angilbert est traitée par Rabe 1995. Cf. aussi Racinet 2009, p. 21.

18 Brunhölzl 1991, p. 58-60. Les poèmes d’Angilbert, dont le corpus a souffert de plusieurs problèmes d’attribution, n’ont pas encore été réunis dans une édition homogène.

19 Villa 2000, p. 577-578 ; Villa-Lo Monaco 2005, p. 502-511, notamment p. 506-507.

20 Cf. Lot 1894, p. 86 Hludogvicus imperator, promulgata praeceptione super possessionibus monasterii, vocavit ad se monachos, rogans ut omnia quaecumque haberi poterant, tam in thesauro ecclesiae quam in bonis forensibus, scriberentur, sibique monstrarentur. Anno igitur Incarnationis Domini DCCCXXXI, indictione IX, facta est descriptio de abbatia sancti Richarii, rogante serenissimo Augusto, anno imperii sui XVIII.

21 Ledru 2017 offre un profil de ce moine historien et une description de sa méthode de travail, approfondie dans sa thèse, qui a été soutenue en 2019 (voir Ledru 2019). Voir aussi Wolter 1962 et Evergates 1975 sur les problèmes d’exactitude historique posés par l’œuvre d’Hariulf (qui ne devraient pas concerner l’inventaire toutefois, comme d’après Phillips 1993, p. 188-192). La Chronique a été éditée par Lot 1894, le texte de l’inventaire de la bibliothèque se trouvant aux p. 87-97. L’inventaire est recensé par Becker n° 11, Gottlieb n° 401 et BMMF, n° 1740. Pour la place de cet inventaire dans l’histoire des catalogues médiévaux voir Turcan-Verkerk, 2015, p. 54.

22 Sur ce type de division cf. Nebbiai-Dalla Guarda 1992, p. 47-48. Pour une description détaillée voir Hazebrouck 2009, p. 35-36. La valeur du catalogue comme inventaire des propriétés « écrites » de l’abbaye est expliquée par McKitterick 1989, p. 176-178.

23 Hazebrouck 2009, 35-36. Mais voir les considérations sur les énumérations par contenu des catalogues dans Milde 1996, p. 270-271. Cf. aussi Dekkers 1957, p. 172.

24 Lot 1894, p. 94. Huglo 2013, p. 362 remarque toutefois que le nombre total des livres de Saint-Riquier a été volontairement arrondi à 256, la proportion arithmétique du demi-ton indiquée par Platon dans le Timée (qui était sans doute connu au catalogueur). Ces chiffres pourraient donc ne pas représenter la taille réelle de la bibliothèque. Les comptes n’étaient pas justes pour Dekkers 1957, p. 180-181 non plus.

25 Lot 1894, p. 92. Cf. Di Napoli 2011, p. LVII pour Velius Longus.

26 Lot 1894, p. 93, déjà signalé par Dekkers 1957, p. 173. Selon Petit 1973, p. VIII et spécialement p. 14, il s’agit de la version latine d’un recueil de traités authentiques et pseudépigraphes de Philon d’Alexandrie, composé des Antiquités hébraïques du pseudo-Philon, des Questions sur la Genèse et du De vita contemplativa. Ce serait Angilbert lui-même qui aurait transféré du nord de l’Italie ce manuscrit de Philon, qui constituerait ainsi l’archétype de toute la tradition médiévale de la version latine, très peu répandue. Voir aussi Runia 1993, p. 331-332 et Runia 1995, p. 192-194.

27 Lot 1894, p. 89.

28 Lot 1894, p. 93.

29 Boulhol 2003, p. 35. Voir en général, parmi les autres nombreuses contributions, Herren 1988 et Radiciotti 2010.

30 Lot 1894, p. 93. Cf. Dekkers 1957, p. 175-177 sur la question de la langue franque à Saint-Riquier au prisme de cette mention dans l’inventaire. Voir aussi Heinzle 1988, p. 309.

31 Lot 1984, p. 91.

32 Cf. Häse 2002, p. 97 (catalogue A) ; p. 265 ; p. 288. Sur la mention de Salvien de Marseille dans l’inventaire de Saint-Riquier et sa tradition manuscrite, voir Lagarrigue 1971, p. 45. Dekkers 1957, p. 173 et notamment n. 74, a remarqué la correspondance de plusieurs livres, aussi rares, comme celui de Salvien, recensés de la même manière dans les catalogues de Saint-Riquier et Lorsch. Il s’agit d’une piste de recherche qui reste encore inexplorée.

33 Hénoque 1880, p. 162.

34 Lesne 1938, 231 ; Dekkers 1957, p. 188 ; Villa 1995, p. 321.

35 Lot 1894, p. 219 ; p. 264 ; Gaillard 1960 ; Wagner 1996, p. 117. Gervin dota l’abbaye de 36 volumes, dont Hariulf transcrit la liste dans sa Chronique, voir Lot 1894, p. 262-264 et BMMF 1741.

36 Poulin 2015, p. 180-181.

37 Lot 1894, p. 69-70 ; Dekkers 1957, p. 188-189.

38 Voir Wagner 1996, p. 112-135 pour le développement de la bibliothèque de Gorze et pour les contacts avec les abbayes voisines, spécialement p. 112-115, où l’autrice se dit tentée d’attribuer une date assez haute au fonds carolingien de la bibliothèque, ce qui expliquerait non seulement des échanges de livres même avant 881, mais aussi l’arrivée des documents de Saint-Riquier après le pillage. Elle reste toutefois prudente sur ce point, car le floruit de la bibliothèque de Gorze se produit plutôt au Xe-XIe siècle. On peut remarquer aussi, avec Nebbiai-Dalla Guarda 2013, p. 168, que le catalogue de Gorze a quasiment la même structure que celui de 831 de Saint-Riquier.

39 Le catalogue (BMMF n° 643) est édité par Wagner 1996, p. 137-190.

40 Pour la biographie de Micon voir Manitius 1911, p. 469-476 ; Wattenbach-Levison 5, p. 533-534 ; LMA 7, col. 612, Cossu 2019, p. 20-23 et p. 28-41.

41 Bischoff 1998, p. 160. Voir aussi les considérations ultérieures de Cossu 2017, p. 316-317, spécialement n. 26.

42 Ferrari 1999, p. 145-146. En effet la composition d’un tel manuscrit ne se justifierait pas ailleurs qu’à Saint-Riquier.

43 Édité par Manitius 1912.

44 MGH Poetae 3, p. 295-368.

45 Sur ces ouvrages et la bibliographie associée on peut consulter Sivo 2004 et Cossu 2017, p. 315-316.

46 Schlegel 1690, p. 28.

47  Wagner 1996, p. 162 ; p. 176.

48 Selon Wagner 1996, p. 106-108 cette section serait composée des titres du n° 222 au n° 316 et constituerait non pas la section « scolaire » du catalogue, malgré la présence par exemple de Priscien et de livres d’histoire, comme Tite Live, l’Historia Langobardorum de Paul Diacre et le De architectura de Vitruve, mais le fonds d’un prieuré de campagne plutôt riche, détaché de l’abbaye de Saint-Gorgon de Gorze.

49 D’après Wagner 1996, p. 108 n. 15 et spécialement p. 110-111, l’expression perfectus/imperfectus utilisée dans le catalogue de Gorze, où la description matérielle des livres est faite avec soin, se réfère à l’état du texte, plutôt qu’à l’état du volume. Dans ce cas le texte est donc incomplet, mais nous ne pouvons pas savoir s’il s’agit d’un état de copie arrêtée (ailleurs dans le catalogue, le mot ceptus par exemple indique un inachèvement provisoire de la copie), ou d’un texte ou d’une collection de texte incomplète, comme je le pense. Cela correspondrait à la nature des manuscrits de Bruxelles, si l’on fait confiance à la mention de Trithème à propos des autres œuvres de Micon.

50 Wagner 1996, p. 117.

51 Édition par L. Traube dans MGH Poetae 3, p. 279-294. Cf. Munk Olsen 1979, p. 57-62.

52 MGH Poetae 3, p. 279.

53 Lot 1894, p. 92-93.

54 À prolonger peut-être jusqu’en 860 ou 870, si l’on fait confiance, avec des doutes raisonnables, aux dates fournies par l’abbé Trithème, qui place l’activité de Micon dans les années de l’abbatiat à Hirsau de Gerungus, notamment autour de 861 (Schlegel 1690, 28), et par l’abbé Hénocque, qui considère Micon comme actif jusqu’à la fin de l’abbatiat à Saint-Riquier de Guelfe, donc jusqu’en 870 (Hénocque 1880, p. 256).

55 Le témoin le plus ancien du florilège est en effet le manuscrit Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 215 (vers 877, Tours ? / Auxerre ?). La localisation exacte de ce manuscrit est controversée (cf. Büren 2007, p. 179), mais les éléments paléographiques et les textes transmis montrent bien son lien avec le centre de la France (cf. Denoël-Cinato 2015, p. 199-230, en particulier p. 205). Voir aussi Munk Olsen 1979, p. 62-63.

56 Munk Olsen 1979, p. 59.

57 MGH Poetae 3, p. 273 ; Manitius 1911, p. 469-470 ; Spallone 1990, p. 452-454 ; Sivo 2004, p. 277-278 ; Cossu 2017, p. 312-313 et dernièrement Cossu 2021, à paraître.

58 Cossu 2019, spécialement p. 364-374.

59 Traube 1889, p. 479.

60 Solinski 2002, p. 3-6.

61 Cette erreur se base sur l’attribution incorrecte du traité De primis syllabis, transmis avec le traité prosodique de Micon dans tous les témoins médiévaux, mais écrit par l’irlandais Dicuil. Le De primis syllabis est clos par un petit poème où l’on nomme l’année 825, qui a été pour longtemps considérée comme la période d’activité de Micon. Cf. Van de Vyver 1935 et Tierney-Bieler 1967, p. 15-17.

62 Pour la biographie d’Adalhard cf. Kasten 1986, spécialement p. 42-84 et la synthèse de Ganz 1990, p. 22-29, sans oublier la source principale, la Vita Adalhardi écrite par Paschase Radbert (MGH SS 2, p. 524-532). Paschase Radbert séjourna à Saint-Riquier à partir de 851 (cf. de Jong 2010, p. 189 ; Ganz 1990, p. 31-33, spécialement n. 147). Sur le rapport entre Adalhard et Angilbert, on peut consulter Peltier 1962. Les liens entre Saint-Riquer et Corbie au IXe siècle constituent une piste de recherche qui mérite d’être parcourue, aussi dans l’optique des échanges possibles de livres, mais qui ne pourra pas être traitée dans le détail dans le cadre de cet article. Rappelons seulement qu’il y a des cas assez certains de livres copiés ou liés à Saint-Riquier et passés ensuite à Corbie, comme par exemple les fol. 1-102 du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13386, originaires du scriptorium de Saint-Riquier (VIIIe-IXe siècle), d’après Bischoff 2014, p. 207 n° 4909. Les liens des deux abbayes au prisme de la théorie musicale ont été mis en évidence par Huglo 1993, p. 172-174.

63 Lehmann 1925 ; Maurer 1974 ; Vogler 2000, spécialement p. 61-63.

64 Reginbert fut responsable de la copie, de l’annotation et du catalogage de plusieurs manuscrits. Cf. Preisendanz 1953 ; Heinzer 2008, p. 17-31. Les catalogues de Reginbert sont édités dans MBKD 1, n° 49-53, p. 238-262.

65 Cf. Grondeux 2015, p. 88-89.

66 Grondeux 2015, p. 82-84 s’appuie en particulier sur la mention In VII. libro constat esse liber de heresibus et liber fictus sub nomine sancti Augustini scriptus de praedestinatione et tertius liber, qui est recensée dans la liste récapitulative des livres copiés sous les abbés Waldo (786-806), Heito (806-822), Erlebald (823-838) et Ruadhelm (838-842), faite par Reginbert vers 835-842 (MBKD 1, n° 53 p. 259, Becker n°10, Gottlieb n° 894). Elle identifie les deux premiers textes contenus dans le volume concerné comme un traité sur l’hérésie, ici anonyme, et comme l’Hypomnesticon du Pseudo-Augustin (CPPM 2A n° 178). Zumkeller 1985, p. 558 a toutefois affirmé que derrière cette mention se cacherait plutôt l’œuvre pseudo-augustinienne De praedestinatione et gratia (CPPM 2A n° 179), ce qui fait tomber l’argument selon lequel A. Grondeux identifie les deux livres cités dans la liste de Reichenau avec les entrées du catalogue de 831 de Saint-Riquier dicta Isidori de haeresibus Iudaeorum et Christianorum (Lot 1894, p. 92, ce qui était déjà difficile à prouver) et De libris sancti Augustini : [...] Hypomneosticon (Lot 1894, p. 89-90). Elle supposait que le livre de la liste de Reginbert, vraisemblablement copié sous l’abbé Waldo, étant absent du catalogue que le même Reginbert composa vers 821/822 (MBKD 1, n° 49 p. 240-252, Becker n° 6, Gottlieb n° 175 a b), aurait migré vers Saint-Riquier, se retrouvant ensuite dans l’inventaire de 831. Ce qui ne semble pas possible, puisque l’on n’a pas de preuves de la présence du De praedestinatione et gratia dans cet inventaire.

67 Issues en particulier de Cossu 2019, p. 273-363.

68 Par exemple au prisme du florilège connu comme le Florilegium Sangallense, qui présente des vers en commun avec l’Opus prosodiacum, parfois tirés de textes rares comme le De rerum natura de Lucrèce (voir Reeve 2007, p. 205 et Butterfield 2013, p. 93-94). Cf. Munk Olsen 1979, p. 73-74 ; Cossu 2019, p. 218-246.

69 Cet aspect a été mis en évidence par Hartmann 2015, qui considère Angilbert et Adalhard (avec le concours de Paul Diacre) comme les principaux promoteurs de l’utilisation de la poésie épigraphique en tant qu’outil de célébration à la cour de Charlemagne. C’est une méthode empruntée justement à l’Italie lombarde, mais aussi à la Rome pontificale. Ce n’est pas un hasard si la Sylloge Centulensis d’inscriptions romaines (cf. l’édition De Rossi ICUR 2, 72-94) a survécu dans un manuscrit provenant de Corbie, Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional'naja Biblioteka, lat. f° v XIV 1 (fin du VIIIe siècle) : il s’agit soit de la copie d’un modèle qui se trouvait à Saint-Riquier à l’époque d’Angilbert, soit d’un manuscrit écrit directement à Saint-Riquier. Cf. infra, n. 101.

70 MBKD 1, p. 222-223 pour l’activité de Waldo, qui fait arriver des livres à Reichenau de Pavie et de Vérone.

71 Hénocque 1880, p. 253-254.

72 Lot 1894, p. 142 Haec omnia cum eximiis ecclesiae ornamentis iam dictus custos asportavit, et in monasterium Sanctae Columbae virginis apud Senones recondidit ; propter illam quae tempore domini Guelfonis contigit amborum locorum unitionem.

73 Lot 1894, p. 141 raconte le rôle du trésorier Hieremias dans cette occasion : Fecit itaque capsam aliquantae magnitudinis, quam, ne facile cuiquam pateret, cingulis ferreis firmiter ambivit. Deinde, nullo existente qui contrairet (nam abbas loci id ipsum volebat, caeterique fratres similiter fugam parabant) accepit de thesauro ecclesiae, vel ornamentis, quaeque potuit pretiosora, et in arcam iam dictam recondidit.

74 Voir Deflou-Leca 2010, p. 144.

75 Hénocque 1880, p. 231-237.

76 Le réseau de ces rapports aussi politiques entre ces personnages apparaît clairement à travers les lettres de Loup de Ferrières (édités par Marshall 1984, on attend l’édition de M. I. Allen pour le CCCM). Cf. Noble 1998, Stofferahn 2010 et Thompson 2019, p. VIII-IX pour un complément bibliographique.

77 Le texte a été édité par Ganz 1991. Sur la biographie d’Heiric d’Auxerre, élève de Loup de Ferrières, et sur son activité cf. pour commencer Cinato 2014, p. 123-126.

78 Cossu 2021, à paraître.

79 Cossu 2019, p. 368-383.

80 Carey 1938 ; Devisse 1976, p. 1464-1541 pour la bibliothèque d’Hincmar.

81 Voire avant, comme le remarque Bischoff 1981, p. 13, en évoquant l’archevêque Tilpin (753-800) en tant que « fondateur » du scriptorium.

82 Bischoff 1967, p. 293, repris par Turcan-Verkerk 1999, p. 222. Voir aussi Spallone 2002, p. 105. Il s’agit d’un manuscrit qui a vécu plusieurs vies : il est en effet passé entre les mains de Mannon, prévôt de Saint-Oyen dans la deuxième moitié du IXe siècle, qui, après l’avoir transporté vers Saint-Oyen ou vers Lyon (où il était d’ailleurs collaborateur du célèbre Florus), l’a annoté, en greffant sur un manuscrit rémois des traditions textuelles qui relèvent d’autres sources. Mannon ajoute notamment au fol. 141r, qui avait été laissé en blanc, une petite anthologie des carmina d’Eugène de Tolede (praefatio, carm. 2-4, 6-7, 38, 37, 28, 42, 70) et offre de véritables collations en marge de certains textes, comme dans le cas des Aenigmata de Symphosius (fol. 135r-140v), le Carmen de virginitate et les Aenigmata de Aldhelm de Malmesbury (fol. 81r-113v ; fol. 123r-135r). Sur ces traditions voir Alberto 2005, p. 73-74 ; Turcan-Verkerk 1999, p. 223-224 ; Spallone 2002, p. 130-147. Pour le voyage du manuscrit entre les pôles Reims-Lyon/Saint-Oyen cf. Turcan-Verkerk 1999, p. 221-239.

83 Une description codicologique de ce manuscrit et de son contenu se trouve dans Spallone 2002, p. 88-108.

84 Il s’agit de carm. 1-10 et 12-19. Pour l’édition cf. MGH Poetae 1, 393-412. Pour le recueil de ces poèmes transmis par le Reg. lat. 2078, voir aussi Turcan-Verkerk 1999, p. 224-226.

85 Parmi les noms proposés pour la paternité de l’ouvrage Karolus magnus et Leo Papa, il y a Angilbert de Saint-Riquier, Eginhard, ou l’un des Irlandais à la cour de Charlemagne, justement. La question a été mise à jour dans Stella 2002, qui propose l’attribution à Modoin d’Autun. Voir aussi Schmidt 2005.

86 Pour un résumé de la question, en plus de Brunhölzl 1991, p. 62 et p. 277, voir CSLMA 3, p. 456-457 et Mattaloni 2019, p. 281-283.

87 Pour une synthèse sur la tradition voir désormais Mattaloni 2018 et surtout Mattaloni 2019.

88 On a proposé Saint-Gall comme lieu de copie de ce manuscrit à cause de la présence dans les marges d’ajouts postérieurs (fin du IXe siècle-Xe siècle) aux caractéristiques paléographiques typiques de ce scriptorium (fol. 15v, 22r-23r, 74v-76r). La tradition de certaines des pièces transmises oriente également vers ce monastère, mais Bischoff 1967, p. 26 n. 4 (repris par Bischoff 1998, p. 156 n° 726) a localisé l’écriture plutôt au nord de la France, dans la zone de Saint-Bertin, en considérant les seuls ajouts postérieurs comme propres à une main sangallienne. On a par la suite suggéré que le codex, originaire de Saint-Bertin, avait voyagé vers Saint-Gall peu après sa copie, ce qui expliquerait les ajouts. Pour un résumé de toute la question, on peut consulter CRM 1, p. LXVII-LXVIII.

89 Russo 2017, p. 54-55 l’a constaté pour le cas du carm. 8 (ICL 13757). Cf. aussi Mattaloni 2019, p. 300-303.

90 MGH Poetae 1, 299-300. Pour la transmission de ce poème d’Alcuin voir Lendinara 2017, en particulier p. 140-141 où elle signale aussi la présence du fragment du carm. 9, 2 de l’Hibernicus Exul dans Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10859.

91 L’édition, avec les attributions fautives, se trouvera dans MGH Poetae 1, p. 413-425. Bischoff 1967, p. 294 n. 50 donne une liste des évêques du même nom pour la période concernée : il y avait un Bernouin à Clermont (vers 811), à Laon (vers 829), à Besançon († 829) et à Chartres (829-836).

92 MGH Poetae 1, p. 357-358 ; p. 395.

93 Traube 1888, p. 51-60. Pour le détail de chaque carmen cf. CSLMA 1, p. 152-181.

94 MGH Poetae 1, 422-425, carm. 27-32.

95 Turcan-Verkerk 1999, p. 226.

96 J’ai déjà évoqué cette correspondance dans Cossu 2017, p. 339 spécialement n. 66.

97 Voir son prologue dans MGH Poetae 3, p. 279.

98 Ainsi appelé par Munk Olsen 1979, p. 72-73, à consulter aussi pour une description préliminaire.

99 Story 2011, p. 10.

100 Story 2011, p. 10-14.

101 Dans l’édition de Lot 1894, p. 92-93 l’entrée du catalogue continue avec l’indication versus Probae, et medietas Fortunati I vol., mais voir Lucarini 2015, XC-XCI, affirmant que cette dernière mention se réfèrerait à un seul livre, notamment le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13048 (fin du VIIIe siècle), qui serait donc originaire de Saint-Riquier et aurait ensuite migré vers Corbie (comme l’ex-libris du XIIe siècle l’atteste). Ce n’est pas toutefois la seule hypothèse avancée. L’expression medietas Fortunati avait été jadis mise en relation avec les carm. 102 (v. 8-9 Fortunatus adest, si vobis, pandite, noster,/ ignarus maneo quoniam, quis dempsit iniquus) et 162 (v. 13-14 Fortunatus adest, mitti mihi, si tibi, quaeso,/ sin vero minime, semper, amice, vale) de Micon de Saint-Riquier (MGH Poetae 3, p. 335 et p. 363), demandant le retour d’un manuscrit de Fortunat. Selon Lot 1894, p. 93 n. 1, ce codex aurait été copié à l'instigation d’Angilbert et découpé avant 831. Une moitié du manuscrit serait partie pour Corbie, l’autre restée à Saint-Riquier et recensée dans l’inventaire de 831, justement comme medietas Fortunati, et Micon aurait pu écrire à un écolâtre de Corbie pour se faire renvoyer la partie manquante. Sur cette base, L. Traube (MGH Poetae 3, p. 267) avait reconnu le codex découpé dans le manuscrit Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional'naja Biblioteka, lat. f° v XIV 1 (fin du VIIIe siècle), transmettant aussi la Sylloge Centulensis (voir supra n. 69) et provenant de Corbie (cf. Ganz 1990, p. 142). D’après Bischoff 2004, p. 81, son membrum disiectum se trouverait aujourd’hui aux fol. 129r-140r de Paris, Bibliothèque Nationale de France, lat. 7701, qui contient le centon virgilien de Faltonia Proba. Lucarini 2015, p. XCI-XCII réfute cette identification, aussi parce que le manuscrit de Saint-Pétersbourg présente les textes de Venance Fortunat et de Proba inversés par rapport à la mention de l’inventaire de 831, tandis que le manuscrit Paris lat. 13048 montre le bon ordre et le même titre (Versus Probae). Le catalogueur aurait utilisé le mot medietas pour se référer au texte de Fortunat puisque manuscrit de Paris ne transmet pas l’intégralité des carmina. D’après Lucarini cependant, le manuscrit de Saint-Pétersbourg aurait pu lui aussi se trouver à Saint-Riquier à cette époque.

102 Bellettini 2009, p. 210-212. L’histoire du poème d’argument médical de Quintus Serenus (dont la datation oscille entre le IIe et le IVe siècle), est l’histoire d’une « redécouverte » carolingienne. D’un manuscrit que fit copier Charlemagne en personne dépend la première famille de la tradition, la famille *A, dont le seul témoin est Zürich, Zentralbibliothek, C 78 I, copié à la fin du IXe siècle, provenant de l’abbaye de Saint-Gall. Tous les autres manuscrits subsistants descendent de la famille dite *B. Cf. Rouse 1983.

103 Lot 1894, p. 93.

104 Du moins d’après la proposition de Vollmer 1916, p. VI-VII (mais la question mérite des études ultérieures).

105 Turcan-Verkerk 2015, p. 55. Cf. aussi les considérations méthodologiques de Chiesa 2019, notamment p. 543-545, pour le rôle joué par les « migrations » individuelles dans le cadre des mouvements intellectuels et politiques du haut Moyen Âge.

106 Comme on l’a déjà dit, il faudra notamment croiser plus dans le détail la piste des rapports avec Corbie, mais aussi avec les abbayes du nord de la France, comme Saint-Amand et Saint-Bertin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angela Cossu, « Notes sur la circulation des textes autour de l’abbaye de Saint-Riquier au IXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 133-2 | 2021, 375-392.

Référence électronique

Angela Cossu, « Notes sur la circulation des textes autour de l’abbaye de Saint-Riquier au IXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/9975 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrm.9975

Haut de page

Auteur

Angela Cossu

École française de Rome - angela.cossu@efrome.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search