Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les Centres de production des manuscrits vernaculaires au Moyen Âge, sous la direction de Gabriele Giannini et Francis Gingras, Classiques Garnier, 2015

Élyse Dupras

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Les 24 et 25 octobre 2013, le groupe de recherche international Lire en contexte à l’époque prémoderne. Enquête sur les recueils manuscrits des fabliaux tenait deux journées d’étude sur les centres de production des manuscrits médiévaux, notamment ceux des recueils contenant des fabliaux. L’ouvrage qui rassemble les interventions prononcées lors de ces journées d’étude lève un certain nombre d’imprécisions relatives à la production des manuscrits vernaculaires, et remet en question un certain nombre d’acquis, permettant ainsi de faire avancer nos connaissances quant à l’histoire du livre médiéval et à sa réception.

2La première contribution, celle de Maria Careri (Università di Chieti-Pescara), est aussi la seule à être rédigée en italien. Au sein d’un ouvrage qui fait la part belle aux questions de localisation des manuscrits, et dans la suite de la publication de Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle. Catalogue illustré (2011), cet article propose une réflexion sur les délicates, voire parfois épineuses questions de localisation et de datation des manuscrits.

3L’article de Beatrice Barbieri (Université de Göttingen) traite essentiellement de deux recueils anglo-normands des XIIIe et XIVe siècles fort curieux, ne serait-ce que par leur aspect linguistique, puisqu’il s’agit de recueils trilingues (français, anglais, latin), naturellement produits en contexte d’outre-Manche. Des descriptions précises tant de la forme que du contenu permettent d’apprécier l’éclectisme de ces recueils, qui paraissent relever d’un usage privé et rassemblent des textes de natures diverses, depuis les textes utilitaires (recettes médicales et enchantements) jusqu’au traité de fauconnerie, en plus de textes proprement littéraires comme les fabliaux. Cette contribution rappelle en outre que l’Angleterre appartient à la francophonie médiévale et que lecteurs et copistes insulaires étaient souvent plurilingues ; il leur arrivait donc, comme dans le cas des manuscrits étudiés ici, de constituer des livres en fonction de leurs goûts, de leurs intérêts et de leurs compétences.

4Isabelle Delage-Béland (Université de Montréal) aborde justement ces mêmes recueils anglo-normand, afin d’étudier la composition de ces ouvrages comme « bibliothèques personnelles » de leurs propriétaires. L’examen de la mise en page, par exemple, reflète à la fois une souplesse qui motive le caractère composite des recueils et une logique d’accumulation dans la construction. Les fabliaux côtoient donc des textes diversifiés, dont plusieurs témoignent de la riche littérature anglaise de l’époque. L’auteure attire l’attention sur la présence de l’alternance entre les textes en prose et les textes en vers, mais également d’une forme d’intertextualité par le renvoi à un texte extérieur au recueil (un lai de Marie de France).

5Olivier Collet (Université de Genève) nous ramène, quant à lui, sur le continent, en traitant de la vie littéraire autour de Robert II et Mahaut d’Artois, à Arras au XIIIe siècle. En s’intéressant en particulier à la bibliothèque de Mahaut d’Artois, il remet en cause un certain nombre d’idées reçues quant à la richesse de la vie littéraire, à l’abondance de la production manuscrite et à la générosité du mécénat à Arras à l’époque des comtes d’Artois.

6C’est à une passionnante enquête que nous convie Gabriele Giannini (Université de Montréal) au sujet du manuscrit 3114 de la bibliothèque de l’Arsenal. Ce manuscrit, qui comporte notamment un fabliau, apparaît comme issu d’un atelier professionnel, mais se révèle bientôt comme le résultat du démembrement d’un recueil beaucoup plus ample. Le travail consiste dès lors, grâce à la présence dans le manuscrit d’une pièce totalement inusitée (un inventaire des biens de la comtesse de Champagne), à retrouver le manuscrit dépecé dont il a été tiré, puis d’autres pièces éparses dudit manuscrit, afin de saisir la méthode de production du diocèse de Soissons dont le recueil d’origine était le résultat, révélant ainsi que, dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, Soissons était le lieu d’une activité concentrée sur la littérature historique.

7Dans une contribution remarquable tant par sa clarté que par la fluidité de son écriture, Ariane Bottex-Ferragne (Université de Montréal) étudie la présence de poèmes du Reclus de Molliens (vers 1225) au sein de recueil de fabliaux. La perspective de la réception se révèle ici plus féconde que celle de la production.

8Gaëlle Morend Jaquet (Université de Genève) se penche elle aussi sur deux recueils composites, construits non pas dans un atelier de copistes, mais par un ou des lecteurs procédant par accumulation de morceaux divers. Le premier de ces recueils apparaît comme le fait d’un réviseur ayant cherché à constituer, sans doute pour quelqu’un d’autre, un ensemble organisé, ce que révèlent les gloses et la table des matières ajoutées par une même personne. En revanche, l’autre recueil semble une simple collection de textes portant essentiellement sur l’ordre social et destinés à un usage personnel.

9C’est le poète de cour Watriquet de Couvin que nous invite à découvrir l’article de Julien Stout (Université de Montréal), qui remarque que plusieurs recueils semblent avoir été constitués autour de l’oeuvre de cet auteur, ce qui apparaît comme une innovation au début du XIVe siècle. En remettant en question quelques-unes des hypothèses antérieures relativement à la production des manuscrits comportant les oeuvres de Watriquet, Stout éclaire l’émergence d’une nouvelle figure auctoriale, à la fois amuseur et prédicateur, et propose une nouvelle hypothèse, qui paraît féconde, quant à l’inscription dans la durée de l’oeuvre d’un poète dont le travail était, dans un premier temps, enraciné dans une temporalité ponctuelle.

10Les mises en prose réalisées au milieu du XVe siècle dans la région de Lille fournissent matière à réflexion et à analyse à Isabelle Arseneau (Université McGill). Déboutant le mythe d’un seul atelier constitué d’une équipe de professionnels du livre, Arseneau montre comment c’est plutôt de différents lieux de production que sont issus les manuscrits qu’elle commente. En outre, elle met en lumière l’humour qui, dans certains cas, se lit tant dans les oeuvres dérimées transcrites sur support papier que dans le dialogue que ces oeuvres entretiennent avec les textes contemporains.

11La contribution d’Alison Stones (Université de Pittsburgh) clôt ce riche volume. Elle porte sur le contexte artistique de quelques manuscrits comportant des fabliaux. Ici, ce sont les illustrations qui retiennent l’attention en permettant de suggérer des pistes de datation et de localisation. Plusieurs manuscrits sont décrits, les illustrateurs identifiés, révélant que ces recueils sont le produit de grands centres de copie et d’illustration. Ainsi, les manuscrits de fabliaux sont issus du nord de la France, de la région parisienne, mais aussi de la région anglo-normande et de l’Italie et ont été produits surtout entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe.

12Un index des manuscrits étudiés complète utilement la série d’articles présentés qui, s’ils ont en commun avec la matière étudiée de former un ensemble composite, trouvent leur unité dans le souci d’éclairer tout un pan de l’histoire du livre en langue vernaculaire, tout en n’hésitant pas à interroger certaines idées reçues trop facilement retransmises. Ces actes forment un recueil nécessaire et intéressant, reflétant l’état du projet de recherche d’un groupe international dont les prochaines publications ne manqueront pas de faire avancer nos connaissances tant sur les fabliaux eux-mêmes que sur leurs supports.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élyse Dupras, « Les Centres de production des manuscrits vernaculaires au Moyen Âge, sous la direction de Gabriele Giannini et Francis Gingras, Classiques Garnier, 2015 », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/1009

Haut de page

Auteur

Élyse Dupras

Cégep de Saint-Jérôme

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals